Retour de la Croisette : « Mustang » de Deniz Gamze Ergüven

"Mustang". source: http://festival-de-cannes.parismatch.com/Sections-paralleles/Edouard-Waintrop-Je-revendique-mon-eclectisme-761478
« Mustang ». source: http://festival-de-cannes.parismatch.com/Sections-paralleles/Edouard-Waintrop-Je-revendique-mon-eclectisme-761478

Les clôtures du festival de Cannes ont des airs de fin de Jeux Olympiques : l’heure est à la comptabilité des succès remportés par pays. La Turquie avait plusieurs films en compétition, dont le film « Mustang », coproduction turco-franco-allemande.

C’est l’été dernier, sur les rives de la mer Noire que tout a sérieusement commencé. Débuts de tournage balbutiants s’il en est, il était difficile de prévoir que le film « Mustang » ferait l’objet d’un tel engouement au festival de Cannes quelques mois plus tard. Et pourtant…

La réalisatrice, Deniz Gamze Ergüven et “ses” cinq jeunes actrices étaient bien sur la Croisette aux alentours de la mi-mai pour présenter le film à la Quinzaine des réalisateurs. La fratrie n’avait plus rien d’une fiction. Ilayda, Tuğba, Elit, Doğa et Güneş ne se sont pas quittées d’une semelle, au plus grand plaisir des photographes1 et de leur tout nouveau fan club2. Le tourbillon du Festival a de quoi griser, mais les filles s’en amusent. L’énergie et la bonne humeur du film se trouvaient reconstituées hors écran.

Tuğba, Güneş, Ilayda, Doğa et Elit. Soir de la Première du film (19/05/2015). Cannes. Photo : Ersin Gök
Tuğba, Güneş, Ilayda, Doğa et Elit.
Soir de la Première du film (19/05/2015). Cannes. Photo : Ersin Gök

Le thème du film n’a pourtant rien de léger.

Nihal Koldaş, soir de la Première du film (19/05/15). Cannes. Photo : Céline Pierre-Magnani
Nihal Koldaş, soir de la Première du film (19/05/15). Cannes. Photo : Céline Pierre-Magnani

Recueillies chez leur grand-mère (Nihal Koldaş) à Inebolu (région de la mer Noire), cinq sœurs orphelines vivent une adolescence bridée par le poids des traditions. Tout commence à la sortie des classes, lors d’un jeu entre enfants sur la plage. Les dedikodu [ragots] lui font rapidement prendre les proportions d’un jeu érotique, que la bienséance condamne sévèrement. La grand-mère, rejointe par l’oncle (Ayberk Pekcan), tentent de reprendre en main l’éducation des filles, afin de les conformer aux bonnes règles de la morale. À chaque infraction, leur espace de liberté est réduit. On allonge les grilles du portail, on ajoute des barreaux aux fenêtres et noces arrangées s’organisent. La maison se transforme peu à peu en une tour d’ivoire qui aurait pour but de mieux protéger leur vertu. L’éducation des futures épouses y est restituée pas à pas : l’apprentissage des travaux domestiques ne s’improvise pas. Mais les cinq sœurs ne perdent jamais une occasion de s’échapper. Les matches de Galatasaray ont apparemment plus d’attraits que les leçons de cuisine. À travers la figure de la petite dernière (Lale), elles se trouvent être l’incarnation d’une jeunesse fougueuse et insoumise.

L’équilibre entre rire et atmosphère dramatique est un numéro de funambule, et la tension est présente tout au long du film. La trame du film mêle éléments vécus et glanés au gré des rencontres. Sa réussite réside principalement dans sa capacité à associer les spectateau combat des personnages pour la liberté.

Deniz Gamze Ergüven (source: http://www.glamourparis.com/festival-cannes-2015/salles-obscures/articles/cannes-2015-portrait-de-deniz-gamze-ergueven-la-realisatrice-de-mustang/25283
Deniz Gamze Ergüven (source: http://www.glamourparis.com/festival-cannes-2015/salles-obscures/articles/cannes-2015-portrait-de-deniz-gamze-ergueven-la-realisatrice-de-mustang/25283

Il est intéressant de reprendre les différentes critiques qui ont été faites du film en France. Tout se passe comme si son interprétation devait se faire à l’aune des origines de sa réalisatrice. Recherche inavouée d’exotisme et d’authenticité ? Dire de Deniz Gamze Ergüven qu’elle est de nationalité turque brouille les pistes. Elle est née à Ankara et a grandi en France. Elle a étudié l’histoire et la littérature africaine à Johannesbourg (Afrique du Sud) et la réalisation à La Fémis (Paris). Elle jongle indifféremment entre le turc, l’anglais et le français. Sa nationalité turque n’en fait pas pour autant une documentariste de la Turquie d’aujourd’hui. Certaines scènes du film pourront d’ailleurs paraître quelque peu ampoulées au public Türkiyeli [« de Turquie », en opposition à turc, à connotation ethnique]. Les commentaires témoignent d’une tendance à oublier la dimension « fiction » du cinéma, et le risque est grand de prendre l’histoire pour argent comptant.

C’est pourtant bien de l’hybridité culturelle3 et du pouvoir de l’imaginaire que semble jaillir l’élan du film4. Il invite à l’identification et à l’empathie. La réalisatrice a, de toute évidence, le recul critique que génère la multiplicité des appartenances. S’il se construit à partir d’une compilation de faits avérés (tests de virginité, mariages forcés, voix de Bülent Arınç sur la modestie féminine en fond, clins d’œil aux mouvements de Gezi…), son propos dépasse largement le contexte turc. La projection cinématographique elle-même entraîne une décontextualisation géographique  de certains faits de société ; leur autonomisation pousse ainsi à mieux les penser en tant que tels, épargnés de tout relativisme fallacieux. La liberté que recherchent les sœurs de « Mustang » est une liberté non négociable. Elle a des facettes multiples, dont celle de l’affirmation du désir féminin dans le contexte oppressant d’une société patriarcale. Le premier court métrage de Deniz Gamze Ergüven, « Bir damla su » [Une goutte d’eau], portait déjà ce thème à l’écran. « Mustang » est, de ce point de vue, en continuité.

En en faisant un thème « articulatoire », la réalisatrice rappelle la dimension subversive de la sexualité féminine. Mettre en image l’interdit social est clairement jubilatoire… et libérateur. Elle affirme, s’offre le luxe d’étaler à l’écran ce à quoi elle aspire et le film qui en résulte est finalement plutôt à lire comme un manifeste au pouvoir performatif. En écho aux propos de l’actrice iranienne Golshifteh Farahani5, le film rappelle aussi que même si codes et pressions sont plus clairement énoncés dans certaines sociétés, leur invisibilité ne les rend pas moins déterminants dans des contextes socialement plus libéraux.

Quelle sera la réception en Turquie6 ? Il est question de légère modification de dialogue pour la version turque7. Les projections publiques ne sont pas prévues avant la présentation du film à la compétition Altın Portakal (Automne 2015), à Antalya. Le film sera-t-il en compétition dans la catégorie « nationale » ou « internationale » ?… Suspense, suspense. Il semble en tout cas difficile de contredire Cannes et sa parole d’évangile. Les articles de T24 et du blog Grasse Culture Magazine8 méritent le détour, mais les commentaires faits du film dans les journaux turcs sont jusqu’à présent à l’aune des réactions internationales9. L’arrivée du film sur grand écran aura-t-elle le retentissement politique espéré ? Un peu de patience donc.

L'équipe du film, lors de la première
L’équipe du film, lors de la première le 19 mai 2015.

Il n’en reste pas moins que le film a été accueilli avec grand enthousiasme lors de la Quinzaine des réalisateurs et gratifié du Label Europa Cinémas10.

La salle a ri, pleuré et applaudi à chacune des cinq séances du film, comme si les images venaient répondre à une soif d’audace et d’évasion11. À l’image des “printemps arabes”, il est de cet Orient révolté que l’Europe se réjouit de voir et d’encourager. Les médias français ont largement relayé cette ambiance, donnant d’autant plus de portée au film. Il est désormais attendu avec impatience dans les salles obscures, en France dès le 17 juin 2015.

  1. http://www.telerama.fr/festival-de-cannes/2015/les-filles-de-mustang-une-belle-bande-d-insoumises,126970.php                 []
  2. http://next.liberation.fr/cinema/2015/05/19/fortes-mustang_1312493 []
  3. http://www.slate.fr/story/101849/deniz-gamze-ergueven-mustang-turquie []
  4. Le scénario a été écrit à quatre mains puisque la réalisatrice a collaboré avec Alice Winocour. http://www.lemonde.fr/festival-de-cannes/article/2015/05/20/alice-winocour-realisatrice-les-femmes-ne-sont-pas-moins-violentes_4636651_766360.html []
  5. https://www.franceculture.fr/emission-la-grande-table-2eme-partie-cannes-golshifteh-farahani-gamze-ergueven-joachim-trier-2015-05 []
  6. http://t24.com.tr/haber/mustang-bes-kiz-kardesin-ozgurluk-kosusu,297470 []
  7. La réplique de l’aînée qui sous-entend la pratique de la sodomie (“par derrière”) serait susceptible d’être modifiée pour la version turque. []
  8. http://t24.com.tr/haber/mustang-bes-kiz-kardesin-ozgurluk-kosusu,297470 / http://grasseculturemagazine.blogspot.com.tr/2015/05/mustang.html []
  9. http://www.taraf.com.tr/kultur-ve-sanat/cannesdan-yukselen-ozgurluk-cigligi/ / http://www.birgun.net/haber-detay/sinema-soleni-basliyor-78724.html /  http://www.milliyet.com.tr/-erkekler-new-york-kadinlarsa-gundem-2062616/ / http://www.cumhuriyet.com.tr/haber/kultur-sanat/279129/_Mustang_umut_dolu_bir_haykiris.html []
  10. https://www.europa-cinemas.org/News/Les-Actions/MUSTANG-de-Deniz-Gamze-Ergueven-remporte-le-Label-Europa-Cinemas []
  11. http://cannes2015.lesinrocks.com/2015/05/20/mustang-virgin-suicides-turc-et-pepite-du-festival/ []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *