Almanya-Alanya. Expérience de recherche avec des expulsés d’Allemagne dans la ville d’Alanya, Turquie

Panorama Alanya. 2009, Thomas van Ardenne. CC Attribution-NonCommercial-NoDerivs 2.0
Panorama Alanya. 2009, Thomas van Ardenne. CC Attribution-NonCommercial-NoDerivs 2.0

Cette note a pour but de présenter quelques observations sur Alanya où j’ai passé trois semaines lors de mes recherches. La ville d’Alanya, située sur la côte méditerranéenne dans le golfe d’Antalya, a une grande tradition de tourisme. Depuis 1950, la ville est un haut lieu du tourisme balnéaire. Le nombre de touristes allemands est d’environ 50 000 par année. D’ailleurs, Alanya accueille la plus grande population allemande résidant en Turquie. Le tourisme de masse figure comme la plus grande branche économique de la région.

L’objectif de mon voyage de recherche était de rencontrer des expulsés d’Allemagne d’origine turque afin de réaliser une thèse de bachelor sur leur cadre de vie. J’avais choisi Alanya parce que j’avais un contact (avec qui je n’ai finalement pas eu l’occasion de travailler) qui s’était proposé de m’introduire dans la grande communauté des expulsés d’Allemagne de la ville.

Le terme de « communauté » signifie dans le cas qui nous occupe un groupe de personnes ayant un arrière-plan de vie similaire. Il n’y a pas de représentants, ni d’organisation officielle. Il s’agit de personnes de la deuxième et troisième génération d’immigrants turcs en Allemagne qui se sont fait expulser de l’État allemand suite à des délits commis sur le territoire. Les quatre personnes interrogées venaient toutes du bassin de la Ruhr.

J’atterris à Gazipaşa le 14 août 2015. Il est 22 h 30 et l’air humide m’enveloppe. Entouré par des groupes de touristes, je sors de l’aéroport pour prendre un bus qui m’amène dans la ville d’Alanya. Sans connaître le lieu, les témoignages des gens qui ont passé du temps dans la région me reviennent à l’esprit :

« N’y va pas, il y fait très chaud et l’air humide est presque insupportable pour un organisme de l’Europe du nord ».

Je m’approche de la ville et le bus s’arrête devant de grands complexes d’hôtels alignés par des affiches illuminées qui attirent le regard. En arrivant au centre-ville, je sors du bus et me retrouve sur un grand boulevard, entouré de boutiques de vêtements, de lunettes de soleil, et d’accessoires de vacances. Des groupes de jeunes touristes européens se promènent sur le boulevard, la musique au son fort et pénétrant m’accable.

Je passe les deux premières nuits dans un hôtel bon marché directement au centre d’un quartier animé. La musique permanente fournit la bande son pour le spectacle qui se déroule dans les rues. Les touristes passent à côté des boutiques gardées par les vendeurs et qui essaient d’attirer l’attention des acheteurs potentiels en utilisant plusieurs langues différentes : allemand, anglais, russe, danois. Les marchandises et les boutiques sont les mêmes partout : sacs à mains et habits de marques chic et connues, maillots de foot, studios de tatouages, agences touristiques, bijouteries. Les bars offrent deux cocktails au prix d’un, en plus de la diffusion des grands matchs de football de ligues européennes. Les annonces lumineuses et le son permanent et brut de la musique pénètrent mes sens.

Afin de fuir cela, je m’éloigne du spectacle pour me rendre à la plage. Le même genre de musique m’agresse, cette fois elle vient des bateaux d’excursion au style pirate. En quittant la plage, le hasard me fait rencontrer un groupe de trois jeunes Turcs qui parlent allemand. Ils me racontent qu’ils ont étés expulsés d’Allemagne deux ans auparavant. Les trois ne semblent pas avoir les pieds sur terre, leurs sens sont visiblement altérés par les drogues. Ils me proposent d’acheter des drogues, mais ne souhaitent pas me revoir pour des entretiens. Ils réalisent que je ne suis pas venu à Alanya pour y passer des vacances. La méfiance qu’ils éprouvent à mon égard en raison de leur vécu est déjà assez lourde, mais elle s’accentue lorsqu’il est question d’en parler.

Le lendemain, je change de domicile. Désormais je loge chez un homme d’origine kurde qui me propose de rester chez lui durant tout mon séjour. Il travaille minimum 12h par jour, souvent plus comme vendeur chez un opticien. Rémunéré à la commission, c’est dire s’il est dépendant des clients. Il vaut mieux sourire alors. Son unique jour de congé hebdomadaire est synonyme de grasse matinée et de temps pour faire le ménage dans son appartement.

Il est 16 heures et je m’approche de la plage de Cléopâtre. Elle est située dans le quartier de Damlataş et désignée comme la plus belle plage de la ville, toute proche de la fameuse grotte du même nom. C’est autour d’elle que le tourisme s’est développé. Il est enfin possible de sortir au soleil, à condition de s’enduire de crème solaire. Pour la plupart des touristes, il paraît, la peau rouge sert de preuve visuelle d’avoir été en vacances. Deux jeunes Allemands m’éclairent :

« On n’est là que pour une semaine. Il faut que les vacances soient visibles sur nos visages en rentrant, même si cela fait mal. »

Around the hotel at night. 2010 - Michael Fludkov. CC Attribution-NonCommercial-NoDerivs 2.0
Around the hotel at night. 2010 – Michael Fludkov. CC Attribution-NonCommercial-NoDerivs 2.0

Les chaises longues et les parasols sont parfaitement alignés sur la plage. Toutes sortes de boissons sont disponibles pour les clients qui profitent de leurs vacances. Ils trouvent ici tout ce qu’ils désirent et à bon prix. Cela dit, on essaie quand même de baisser les prix encore plus, on ne sait jamais. J’entre en contact avec un vendeur saisonnier qui travaille à Alanya depuis dix ans. Il passe la moitié de l’année à la plage, des journées entières sans un jour de repos. Il me confirme une chose que j’avais pressentie : les employées à Alanya sont tous dépendant des touristes. Les conditions de travail sont très floues et pas vraiment humaines – tout cela pour garantir les bas prix souhaités par les vacanciers, issus majoritairement de la classe moyenne européenne.

En rentrant de la plage, je tombe sur un couple assis devant une agence de voyage et qui me parle en allemand. Ils me proposent un safari. Je leur pose ensuite quelques questions par rapport à mon sujet de recherche et nous nous donnons rendez-vous pour le lendemain. Le jour suivant,  autour d’un thé, le mari me raconte qu’il a été expulsé d’Allemagne voici dix ans. Il me parle beaucoup des conditions de vie et de travail en arrivant à Alanya, des difficultés de se faire accepter par la population locale et de l’impossibilité de trouver de l’amitié sans investir de l’argent. En tant qu’entrepreneurs qui proposent des safaris, ils sont désespérés, étant dépendants non seulement des touristes, mais surtout des hommes d’affaires locaux qui répartissent les commissions. Le fait d’être almancı et expulsé d’Allemagne, dégrade leur statut de citoyen turc. Cette hypothèse se valide les jours suivants au gré d’autres rencontres. La ville d’Alanya en tant que lieu touristique leur offre du travail sans pour autant satisfaire les besoins de reconnaissance en tant que citoyen turc, d’obtention d’un statut au sein de la population locale, sans être objet de discrimination et financièrement exploité. Le rapport/raccord à leur « pays d’origine » qui est l’Allemagne reste toujours présent, surtout au niveau des relations amicales et économiques avec la population locale qui sont superficielles et basées sur leur exploitation, selon les interrogés. C’est uniquement à cause de leur maîtrise de la l’allemand qu’ils ont une valeur sur le marché du travail, mais cela les lie à une position anomique au sens de Durkheim, une position en proie aux mécanismes d’un capitalisme néo-libéral.

Waves at Cleopatra beach. 2010 - Michael Fludkov. CC Attribution-NonCommercial-NoDerivs 2.0
Waves at Cleopatra beach. 2010 – Michael Fludkov. CC Attribution-NonCommercial-NoDerivs 2.0

Après trois semaines à Alanya je prends le bus tôt le matin pour partir à l’aéroport. Les impressions de la vie et les bâtiments inachevés à la sortie de la ville se mêlent dans ma tête et je dois fermer les yeux. La forte domination de superficialité a laissé ses traces dans ma perception, j’ai hâte de voir mes amis à Istanbul.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *