Parutions d’avril à juin 2013 : Histoire ottomane et de la jeune république

sultan-ii-mahmut-ve-kazaz-artin-amira

Le livre d’Ara Aginyan et Arsen Yarman Sultan II. Mahmud ve Kazaz Artin Amira [Le sultan Mahmud II et Kazaz Artin Amira], traduit de l’arménien par Tomas Terziyan et édité par la fondation de l’hôpital arménien Surp Pırgiç (505p.), a pour objet la vie de Artin Amira Bezciyan, un conseiller du sultan Mahmud II. Mêlant enquête historique et approche romanesque, le livre dresse le portrait de cet homme qui a assumé des responsabilités différentes dans la transformation de la communauté arménienne au début du XIXe siècle et a pris des initiatives diverses dans les projets de réforme engagés par Mahmud II.

100yilonceermeniler

Osman Köker de Birzamanlar Yayıncılık a publié le livre Orlando Carlo Calumeno Koleksiyonu’ndan Kartpostallarla 100 Yıl Önce Türkiye’de Ermeniler. 2. Cilt. [Les Arméniens en Turquie d’il y a 100 ans à travers les cartes postales de la collection Orlando Carlo Calumeno, vol. 2]. Le catalogue fait suite à un premier volume publié en 2005 qui avait connu un grand intérêt auprès de l’opinion publique en Turquie. Le livre présente la diversité de la vie arménienne à travers des photos utilisés comme cartes postales en suivant la géographie de la Turquie d’aujourd’hui.

1859 OSMANLIISCI.indd Chez İletişim est paru en avril le livre de Kadir Yıldırım Osmanlı’da İşçiler (1870-1922). Çalışma Hayatı, Örgütler, Grevler [Les ouvriers sous l’Empire ottoman (1870-1922). Le quotidien du travail, associations, grèves] (390p.). L’étude revisite un sujet à la mode dans les années 1980 en se basant sur une documentation issue des archives ottomanes, pour présenter une histoire moins centrée sur les têtes du mouvement ouvrier que sur le quotidien de la vie et de la lutte des ouvriers. L’auteur propose une étude sur les conditions de travail et les secteurs ouvriers, la structure de la main d’œuvre, la mise en place d’un cadre légal. Il s’intéresse aussi à l’organisation ouvrière et ses modes opératoires.
Onder_Kocaturk-Osmanli_Ingiliz_Iliskilerinin_Donum_Noktasi_2Cilt Chez Boğaziçi Yayınları est paru le livre d’Önder Kocatürk Osmanlı-İngiliz İlişkilerinin Dönüm Noktası (1911-1914). Sorunları Çözme Çabaları ve İlişkilerin Kopması, 1913-1914 [Le point de bascule dans les rapports anglo-ottomans (1911-1914). Recherche de solution aux conflits et la rupture des rapports, 1913-1914] (628p.). L’auteur se base sur une lecture de la presse ottomane et anglaise pour démontrer la détérioration des rapports entre la Grande-Bretagne et l’Empire ottoman de la veille de la guerre tripolitaine à l’éclatement de la Première Guerre mondiale. Le livre fait suite à la publication d’un premier tome couvrant la période 1908-1911, paru en 2011.
kahirekseriyet

Chez Tarih Vakfı est paru l’étude de Fuat Dündar Kahir Ekseriyet. Ermeni Nüfus Meselesi 1878 – 1923 [La majorité dominante/dévastante. L’affaire de la population arménienne 1878-1923] (344p.). L’auteur suit le développement de la question arménienne du Traité de Berlin de 1878 au Traité de Lausanne de 1923 et analyse la politique de l’État ottoman vis-à-vis des Arméniens en Anatolie. L’étude est une édition revue de la publication du même auteur Crime of Numbers. The Role of Statistics in the Armenian Question (New Brunswick : Transaction Publishers, 2010) et insiste sur l’importance des politiques d’ingénierie démographique dans la construction des États-nations.

sarkistiklalmahkemeleri

Le livre de Mahmut Akyürekli Şark İstiklâl Mahkemesi 1925-1927 [Le tribunal oriental d’indépendance 1925-1927] (185p.) paru chez Kitap Yayınevi en avril a pour objet le tribunal extraordinaire établi par le gouvernement kémaliste à la suite du soulèvement de Şeyh Said en Anatolie orientale. Prenant comme matériau de base les minutes du tribunal, l’auteur analyse de quelle façon le gouvernement d’Ankara a utilisé ce tribunal, composé majoritairement de députés militaires, pour imposer son pouvoir et son projet de réforme dans les régions orientales. Il étudie aussi comment Ankara a utilisé les pouvoirs conférés à ce tribunal pour écarter des voix dissidentes dans l’ensemble de la Turquie, soulignant ainsi l’importance nationale de la révolte régionale de Şeyh Said.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *