Note de lecture. Migration around Turkey: Old Phenomena, New Research

migration_icduygu

Migration around Turkey: Old Phenomena, New Research
Ahmet İçduygu, Deniz Yükseker, Damla B. Aksel (dirs.)
The Isis Press, 2013 476 p.
ISBN : 978-975-428-485-0
Prix : 55.00 USD

Le programme de recherche Migration Research Center at Koç University (MiReKoc), établi en 2004 avec la collaboration de la fondation suisse the Foundation for Population, Migration, and Environment (PME, Zurich) et de l’Université Koç à Istanbul, attribue chaque année des bourses de recherche sur une base compétitive dans le domaine de l’étude des phénomènes migratoires en relation avec la Turquie : les migrations internes en Turquie et les migrations internationales, à partir de, vers, et via la Turquie. Les comptes-rendus de huit projets de recherche financés au premier tour du programme MiReKoc (2005-2006) ont été publiés en mars 2009 (Land of Diverse Migrations: Challenges of Emigration and Immigration in Turkey, Ahmet İçduygu & Kemal Kirişçi, eds., Istanbul : Istanbul Bilgi University Press). Viennent de paraître, aux éditions The Isis Press (Istanbul), les comptes-rendus de huit projets de recherche financés au second tour du programme MiReKoc (2006-2007) : Migration around Turkey: Old Phenomena, New Research (Ahmet İçduygu, Deniz Yükseker & Damla B. Aksel, eds.). Le premier ouvrage, c’est-à-dire le premier volume de la série « MiReKoc Research Collection », visant à rendre compte de la diversité des expériences de migrations internationales en relation avec la Turquie, avait attiré l’attention sur un type de migration encore peu étudié par les sciences sociales, à savoir les migrations dirigées vers la Turquie, en provenance des pays de l’Afrique, du Proche-Orient et de l’espace postsoviétique. Des recherches réalisées sur ces migrations, et des recherches réalisées sur l’émigration turque vers l’Europe (où les Turcs constituent en termes de nationalité la première population immigrée) et vers les États-Unis, ont été réunis dans ce volume. Le deuxième volume de la série de recherches soutenues par MiReKoc, réunit des travaux de recherche réalisés sur deux types de migrations que les sciences sociales ont étudiés sur une longue période, mais qui constituent de fait deux domaines d’étude séparés : les migrations internes en Turquie et l’émigration turque.

L’ouvrage se compose de deux parties. La première partie, consacrée aux migrations internes en Turquie (« Migration in Turkey »), comporte quatre chapitres qui étudient différents aspects de ce type de migration, considéré sous ses formes diverses : les migrations à partir des zones rurales vers les zones urbaines (les travaux des sciences sociales qui portent sur ces migrations constituent une littérature abondante), des zones urbaines vers les zones rurales, incluant les migrations de retour, et les migrations intra zones urbaines et rurales. Le chapitre 1 propose une analyse quantitative de la dynamique des flux des migrations internes en Turquie et des conséquences démographiques de ces flux, notamment sur la fertilité et la composition par âge des populations, dans les localités d’origine et de destination des migrations (« Analyses of Internal Migration Flows in Turkey: Application of Indirect Techniques of Migration Estimations to Census Data », Bengi Uğuz & Erhan Özdemir). Le chapitre 2 examine la façon dont des organismes internationaux et des organismes non gouvernementaux, ainsi que l’État turc et les autorités locales, approchent la question des migrations forcées, et les conditions que les migrants kurdes définissent comme étant nécessaires pour retourner dans leur région d’origine (« The Return of Internally Displaced Kurds and Reconstruction of the Post-Conflict Zones: An Actor-based Analysis », Ayşe Betül Çelik).  Le chapitre 3 examine, à travers l’exemple des réformes agricoles polonaises, les conséquences que l’européanisation de la politique agricole turque pourrait engendrer sur la dynamique des flux migratoires internes en Turquie (« The Effects of the Europeanization of Turkish Agricultural Policy on the Internal Migration Dynamics of Agricultural Labory », Nazan Albayrak). Enfin le chapitre 4 étudie, selon une perspective économétrique, les répercussions des migrations internes sur la scolarisation et les perspectives d’emploi des populations nées et résidant dans les localités de destination des migrations (« The Impacts of Internal Migration on Natives’ Educational and Labor Market Outcomes: Evidence from Turkish Provinces », Ali Berker).

La deuxième partie de l’ouvrage, consacrée à l’émigration turque, comporte quatre chapitres qui traitent des éléments de l’existence sociale des émigrés, installés en Europe et à Chypre du Nord (« Turkish Migrants Abroad »). Le chapitre 5 examine le développement des associations des migrants turcs en Allemagne et en Autriche, les relations que ces associations entretiennent avec des institutions administratives et politiques en Allemagne, en Autriche et en Turquie, et l’impact de ces relations sur les politiques publiques des deux pays d’immigration (« Umbrella Organizations of Turkish Migrants: A Comparative Analysis of Migrant Claims-Making in Austria and Germany », Zeynep Sezgin ». Le chapitre 6 examine les pratiques conjugales de la population d’un village turc installée en France, ainsi que le rôle des femmes dans la régulation des rapports sociaux internes, qui prennent place en France et au village (« Immigration System and Marital Strategies: Turkish Families in Orléans, France », Elif Aksaz). Le chapitre 7 analyse le rôle de la culture et du statut socio-économique dans les variations du degré d’autonomie et de rattachement exprimé par les individus, en comparant les jeunes en Belgique, turcs et belges, et les jeunes en Turquie (« Values, Intercultural Relations and Acculturation among Turkish Migrant Youth in Belgium: A Comparison across Migrant Sending and Host Communities », Derya Güngör, Karen Phalet & Çiğdem Kağıtçıbaşı). Enfin le chapitre 8 analyse la perception des migrants turcs installés à Chypre du Nord, de leur identité, de leur citoyenneté ou de leur double citoyenneté pour certains, leur relation avec les populations locales, et les liens qu’ils maintiennent avec le pays d’origine (« Identity and Citizenship among Turkish Immigrants in Northern Cyprus », Yılmaz Çolak).

L’ouvrage peut apparaître comme un mélange hétéroclite d’articles. Le recours aux données administratives et statistiques, la réalisation des micro-recensements sur le terrain, l’administration de questionnaires, la réalisation d’entretiens et la pratique de l’observation participante, caractérisent les recherches réunies dans cet ouvrage, conduites en Turquie, dans différents pays autres que la Turquie, en milieu urbain et rural. Mais les recherches partagent une perspective commune, qui fournit un élément de compréhension du titre de l’ouvrage qui les réunit : « old phenomena, new research ». Une importance est accordée, dans ces recherches, à l’analyse de ce qui se joue dans les localités d’origine et de destination des migrations (internes et internationales). Cette importance s’exprime dans la façon dont les interrogations ont été formulées, en relation avec les deux localités. Les analyses portent par exemple, dans les deux parties de l’ouvrage, sur les déterminants des départs et des retours ; sur les effets de l’émigration dans les localités d’arrivée et de départ ; sur la perception et le point de vue des populations émigrées et des populations non-émigrées ; sur les relations que ces différentes parties entretiennent, etc. L’ouvrage fournit ainsi des exemples pour une approche nouvelle de deux phénomènes migratoires anciens, les migrations internes en Turquie et l’émigration turque, que les sciences sociales ont généralement analysés selon une perspective centrée sur les localités d’arrivée (les zones urbaines en Turquie et les pays européens).

Les migrations internes en Turquie et l’émigration turque constituent deux domaines d’étude séparés, comme on l’a dit. L’analyse simultanée et systématique de ces deux types de migration, ne constitue pas l’objet des recherches réunies dans l’ouvrage. Mais celles-ci partagent une perspective commune ; par ailleurs les connections entre les points d’origine et de destination forment un aspect omniprésent dans les migrations. Le rapprochement des analyses développées dans l’ouvrage, sur les migrations internes et sur l’émigration turque, peut permettre d’établir des comparaisons entre les deux types de migrations, et de comprendre, par voie d’analogie, ce qui se passe dans l’un, en regardant ce qui se passe dans l’autre. Les éditeurs visent à contribuer à ce travail de rapprochement. Dans l’introduction, ils proposent une mise en perspective des recherches antérieures, sur les migrations internes en Turquie et sur l’émigration turque, et signalent, dans la conclusion, certaines similitudes qui caractérisent d’après eux les deux types de migration : un nouveau chantier pour les recherches ultérieures, suggèrent les éditeurs (« Conclusion : Intersections between Internal and International Migration Research: A Research Agenda for the Future »).


Une réflexion au sujet de « Note de lecture. Migration around Turkey: Old Phenomena, New Research »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *