Note de lecture : Écrivains de Turquie. Sur les rives du soleil

ecrivains_turquie_CRÉcrivains de Turquie. Sur les rives du soleil
Galaade Éditions, 2013
351 p.
ISBN : 978-2-35176-308-7

Écrivains de Turquie. Sur les rives du soleil est une anthologie d’écrivains turcs contemporains éditée par la maison d’édition Galaade1. Créée en 2005 par Emmanuelle Collas, historienne de l’Antiquité, cette jeune maison d’édition est déjà honorée de plusieurs prix attribués aux écrivains qu’elle promeut (le Prix RFI Témoin du monde décerné à Abdulrazak Gurnah en 2007, la Médaille de bronze du Best Book Design from all over the Word à Jean Daniel, ex-aequo avec Alain Fleischer en 2008, le Prix des lecteurs du Livre de Poche à Ursula Hegi en 2010). La maison d’édition Galaade, par la collection « Auteur et vue », tient à tisser « entre poétique et politique, des liens entre les thématiques contemporaines. » (p. 8). L’anthologie Écrivains de Turquie s’inscrit parfaitement dans cette ligne éditoriale. Seize auteurs turcs contemporains mettent en scène la Turquie d’aujourd’hui, pays en mutation politique qui attire de nouveau sur lui le regard de l’Europe.

L’anthologie donne un avant-goût de la production littéraire des écrivains turcs issus des trois périodes : des débuts de la République, du coup d’État de 1980 et de la jeune génération underground. Le lecteur n’y trouvera pas des icônes de la littérature turque, telles qu’Orhan Pamuk, Nedim Gürsel, Yaşar Kemal ou Nâzım Hikmet ; l’anthologie vise les auteurs peu connus du public français dont certains, néanmoins, ont été déjà traduits dans l’hexagone. Nous pensons particulièrement à Enis Batur, poète, essayiste et éditeur, figure importante de la vie culturelle turque depuis les années 1980, publié chez Actes Sud (Amer savoir, La pomme suivi de Il était une fois Guillaume Tell et D’autres chemins), dont Le renard se trouve dans l’anthologie.

 La première lecture de l’anthologie peut donner l’impression qu’aucun lien ne scelle les seize auteurs présentés dans le volume. Privé de fil d’Ariane, le lecteur peut partir librement à la découverte de la littérature turque contemporaine, ce qui semble être l’objectif principal de cette publication. Emmanuelle Collas en explique les enjeux : « Empruntant tour à tour au roman, à la nouvelle, au conte, à la satire ou au burlesque, cette anthologie est subjective, elle ne s’accorde pas à un ordre logique ni chronologique, elle est loin d’être exhaustive. » (p. 9). Ce volume permet de découvrir la richesse des sujets empruntés par la littérature turque, avec l’accent mis sur les formes courtes employées par les écrivains, de s’évader dans la Turquie contemporaine par le biais de ses auteurs d’origine et de découvrir l’image du pays d’aujourd’hui, bien éloignée de la vision transmise par les écrivains français du XIXe siècle dont l’image reste toujours fort imprégnée dans la culture française.

Néanmoins, comme le précisent Emmanuelle Collas et Timour Muhidine, « dans ces choix aussi improbables que nécessaires » (p. 9) dominent les voix féminines présentes en littérature turque depuis les années 1950. Les éditions Galaade tiennent à les faire ressortir à travers leurs publications. La récente édition de la Nuit d’absinthe d’Ayfer Tunç, dont l’émouvante et poétique Acceptation se trouve dans l’anthologie, prouve cette volonté de mettre en lumière la littérature féminine et de faire connaître aux lecteurs français des auteurs turcs inédits dans l’hexagone.

Le libre choix des écrivains résulte de la genèse de cette publication, issue du programme de traduction lancé par le Centre national du livre (CNL) en collaboration avec son homologue turc, le TEDA. Neuf jeunes traducteurs, engagés dans le stage TEDA/CNL se sont mesurés à des textes inédits en français. Leur travail a été complété par la production des traducteurs confirmés, ce qui donne ce mélange original de textes réunissant deux générations de traducteurs.

Donner la voix aux écrivains du pays permet au lecteur de découvrir des facettes contemporaines de la Turquie, les minorités habitant ce pays et la dichotomie toujours vive entre Istanbul et l’Anatolie à laquelle semblent confrontés certains auteurs. Mario Levi dans Je n’ai pas tué M. Moïse mélange subtilement la nostalgie et la tristesse en décrivant les funérailles d’un Juif d’Istanbul, tandis que Les Filles de Couture de luxe de Murathan Mungan dessinent le contraste des mœurs entre la capitale culturelle et la province.

L’anthologie met au centre la littérature du témoignage à travers les œuvres de Sabahattin Ali et Sait Faik qui dans les années 1940 posent les jalons de la prose turque contemporaine, enracinée dans le présent. Ce réalisme littéraire sera entériné par Ayşegül Devecioğlu, Faruk Duman ou Füruzan avec des nuances relatives à chacun de ces auteurs. Dans cette littérature du témoignage, les écrits de Füruzan occupent une place particulière en présentant la situation des femmes dans la société et le sort des immigrés turcs. Ce dernier sujet traitant de la quête identitaire dans un monde aux frontières de plus en plus ténues est également emprunté dans les écrits d’une jeune auteure turque vivant entre Berlin et Istanbul, Menekşe Toprak.

L’avant-propos d’Emmanuelle Collas et l’introduction rédigée par l’un des plus grands spécialistes de la littérature turque, Timour Muhidine, permettent de situer chaque auteur présenté dans le recueil dans l’histoire de la littérature turque contemporaine qui reste encore, pour nombre de lecteurs français, une terra incognita.

  1. Aux côtés de la maison d’édition Galaade promouvant la littérature turque en France, nous signalons également les éditions Actes Sud avec la collection « Lettres turques » dirigée par Timour Muhidine et les éditions Turquoise. []

Une réflexion au sujet de « Note de lecture : Écrivains de Turquie. Sur les rives du soleil »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *