Halet Çambel : une pionnière de l’archéologie turque

halet_1Halet Çambel, une des pionnières de l’archéologie turque, est décédée le 12 janvier 2014 à l’âge de 98 ans dans sa maison familiale sur les rives du Bosphore à Istanbul. Née en 1916 à Berlin où son père était attaché militaire auprès de l’ambassade de Turquie, elle a fait ses études secondaires à Istanbul au lycée pour filles d’Arnavutköy (Robert College).

Influencée par son professeur d’histoire, elle s’intéresse à l’archéologie et part en France pour faire des études dans ce domaine de 1934 à 1939 en Sorbonne, à l’École Pratique des Hautes Études et à l’École du Louvre.  De retour en Turquie, elle devient l’assistante du professeur Helmuth Theodor Bossert à la faculté de Lettres de l’Université d’Istanbul où elle soutient sa thèse de doctorat en 1944.

 En 1946 avec son professeur elle entreprend des travaux à Karatepe près de Kadirli en Cilicie. Les fouilles commencent en 1947 sous la direction de Bossert sur ce site qui s’avère être l’ancienne cité néo-hittite d’Azatiwataya (VIIIe s. av. J.-C.). Bossert et Çambel y découvrent des inscriptions bilingues en phénicien et en louvite qui permettent une avancée décisive dans le déchiffrement des hiéroglyphes hittites. Çambel, qui prend la direction des fouilles à partir de 1952, y travaillera pendant plus de 60 ans ; elle retournait encore y travailler chaque été pendant plusieurs mois jusqu’à il y a quelques années, malgré son âge très avancé. Elle y met au jour un complexe palatial fortifié au sommet d’une colline qui domine le fleuve Ceyhan (le Pyramos antique), avec un ensemble monumental sculpté remarquable comprenant de nombreux bas-reliefs sur orthostates, des sculptures de lions gardiens de porte et  une statue du dieu de l’orage, qui dénotent un art se distinguant par la variété des thèmes abordés et les différentes influences brassées (hittite, phénicienne, assyrienne). Elle mène une lutte acharnée contre les autorités qui veulent transporter ces pierres sculptées au musée pour que celles-ci soient laissées en place sur site. Elle obtient gain de cause et Karatepe-Aslantaş devient ainsi le premier musée à ciel ouvert de Turquie.

Çambel ne se contente pas de poursuivre des activités uniquement archéologiques dans la région ; très vite, elle va à la rencontre des paysans pour leur apprendre à mieux utiliser les ressources naturelles et le savoir-faire ancestral dont ils disposent. Sur ses conseils, les paysannes se remettent à utiliser des colorants naturels délaissés depuis longtemps et les kilims ainsi tissés sont vendus par le biais d’une coopérative fondée dans ce but. Elle combat aussi pour augmenter le taux de scolarisation des jeunes filles, très faible à cette époque dans la population rurale de la région. Très vite elle devient un personnage très connu et apprécié parmi les villageois, une conseillère et une protectrice à qui on s’adresse volontiers pour résoudre les problèmes.

Un autre site, non de moindre importance, où a travaillé Halet Çambel est Çayönü près d’Ergani (Diyarbakır) dans le sud-est anatolien. Çambel y entreprend des fouilles à partir de 1964 en collaboration avec Robert J. Braidwood de l’université de Chicago. L’habitat préhistorique qui y fut découvert a permis de suivre le processus de néolithisation de la société grâce à une longue séquence stratigraphique comprenant des phases architecturales qui vont du Néolithique précéramique A (PPNA) et B (PPNB) jusqu’au Néolithique avec céramique, avec le passage à la domestication des animaux et l’apparition de l’agriculture. Si les fouilles de Karatepe ont été un exemple précurseur en matière de protection, conservation et mise en valeur du patrimoine culturel et naturel, celles de Çayönü l’ont été pour l’interdisciplinarité dans les travaux archéologiques : Çambel et Braidwood font appel aux spécialistes de toutes les disciplines impliquées, allant du simple archéologue à l’architecte et au topographe, du paléobotaniste au paléozoologue et au paléoanthropologue, utilisant toutes les possibilités techniques d’analyse et de prospection de l’époque.

Les travaux archéologiques de terrain de Halet Çambel ne sont pas limités à ces deux sites : il faut citer parmi d’autres les fouilles de Yazılıkaya/Midas Şehri (1948-49) en collaboration avec l’Institut Français d’Archéologie de Stamboul (aujourd’hui IFEA), celles de la nécropole de Birlis et de Söğüt Tarlası (Urfa-Bozova, 1964), de Girikihacıyan (Diyarbakır, 1968-70). Elle a aussi contribué à l’organisation de la prospection archéologique systématique de la région inondable du barrage de Keban en 1966.

Les longues campagnes de fouilles et de prospections archéologiques sur le terrain n’ont pas empêché Halet Çambel de mener une activité au moins aussi foisonnante en tant qu’enseignant-chercheur à l’université d’Istanbul où elle est accueillie comme jeune assistante en archéologie en 1940,  jusqu’en 1984, année de sa retraite. Elle accède au poste de professeur en 1960 et fonde le département de Préhistoire et un laboratoire qui attirera sans tarder, grâce à ses collections de référence venant d’Anatolie, du Proche Orient et des Balkans, bon nombre de chercheurs locaux et internationaux, devenant ainsi un lieu de rencontre privilégié pour les étudiants et spécialistes du monde entier. Toujours dans le domaine de la recherche, elle contribue en 1976 à la fondation d’une unité d’archéométrie au sein du Centre de Recherches Scientifiques de Turquie (TÜBİTAK).

Le portrait de Halet Çambel serait incomplet sans citer son aspect sportif : elle a en effet représenté la Turquie dans la discipline de l’escrime aux Jeux Olympiques de 1936 à Berlin, devenant ainsi, avec sa collègue Suat Fetgeri Aşeni, la première athlète olympique féminine turque et musulmane.

halet_2

En guise de conclusion, voici un extrait d’un texte de Yaşar Kemal sur Halet Çambel écrit en août 2011, qui résume très bien sa personnalité  originale :

« Halet était d’une grande famille. Il y avait des grands vizirs parmi ses aïeuls. Son père avait participé à la guerre de libération, il avait été ambassadeur. Il avait beaucoup vécu en Europe. Halet avait fait ses études en Europe, mais elle était parmi ceux qui parlent le  mieux la langue d’Istanbul. Quelques temps après j’ai constaté que la langue utilisée par Halet s’était transformée, elle parlait maintenant avec la langue des Taurus et de la Çukurova, comme si elle était née et avait grandi dans un des villages du Taurus. J’ai aussi constaté qu’elle était devenue la grande sœur (abla en turc) de tous les villageois. Toutes les femmes en difficulté venaient la voir comme étant la meilleure personne de toute la région, celle à qui on a le plus de confiance, celle qu’on aime le plus ».

« En archéologie, on observe toujours ce qui est sous la terre. Mais il y a aussi le dessus. En général les archéologues ne font pas cas de cela. Halet a appris et aimé ce qui est sur terre autant qu’un être humain pouvait le faire. Elle a aussi appris à ceux qui voulaient l’apprendre, comment comprendre, aimer le monde « .

Quelques références bibliographiques concernant Halet Çambel qui se trouvent à la bibliothèque de l’IFEA

  • Arsebük, G., Mellink, M.J. et Schirmer (éds.), W., Light on Top of the Black Hill: Studies presented to Halet Çambel / Karatepe’deki ışık: Halet Çambel’e sunulan yazılar, İstanbul 1998 [Préh 038].
  • Çambel, H., « The Southeast Anatolian Prehistoric Project and its Significance for Culture history », Belleten XXXVIII, 1974, pp. 361-377 [HA Ana Gén 141-10 (tap)].
  • Çambel, H.,  » Chronologie et organisation de l’espace à Çayönü », Colloques Internationaux du CNRS No. 598 : Préhistoire du Levant, Maison de l’Orient, Lyon les 10-14 juin 1980, Paris 1981, pp. 532-553 [HA Ana Gén 141-14 (tap)].
  • Çambel, H., « Karatepe-Aslantaş, Aslantaş barajı göl alanı ve 1982 dönemi çalışmaları », KST V, Ankara 1984, pp. 153-161 [Ha Ana Si 071 (tap)].
  • Çambel, H., « Karatepe-Aslantaş ve Domuztepe 1984 yılı çalışmaları », KST VII, Ankara 1986, pp. 271-285 [HA Ana Si 072 (tap)].
  • Çambel, H.,  » Domuztepe Son Araştırmalar Işığında Yeni bir Değerlendirme », Anadolu Araştırmaları / Jahrbuch für Kleinasiatische Forschung X, 1986, pp. 32-44 [HA Ana Si 053 (tap)].
  • Çambel, H., Arsebük, G. et Kantman, S, Çok Dilli Arkeoloji Sözlüğü / Multilingual Dictionary of Archaeological Terms / Dictionnaire multilingue d’archéologie / Mehrsprachiges archäologisches Worterbuch, İstanbul 1994 [Ar Méth 073].
  • Çambel, H. et Braidwood, R. J., İstanbul ve Chicago üniversiteleri karma projesi : Güneydoğu Anadolu Tarihöncesi Araştırmaları / The Joint Istanbul-Chicago Universities : Prehistoric Research in Southeastern Anatolia I, Istanbul 1949 [HA Ana Gén 022].
  • Çambel, H. et Braidwood, R. J.,  » The Çayönü Excavations: Overview Through 1981″, Prehistoric Village Archaeology in South-Eastern Turkey : The eighth millenium B.C. site at Çayönü: Its chipped and ground stone industries and faunal remains, BAR International Series 138, Oxford 1982 [HA Ana Gén 141-13 (tap)].
  • Çambel, H. et Braidwood, R. J., « Çayönü Tepesi « , Festschrift für Kurt Bittel : Schritte zu neuen Lebensweisen, Beiträge zur Altertumskunde Kleinasiens, Mainz am Rhein, s.d., pp. 155-156 [HA Ana Si 051].
  • Çambel, H. et Özdoğan, M.,  » 1983 yılı Domuztepe çalışmaları », KST VI, Ankara 1985, pp. 259-272 [HA Ana Gén 141-24 (tap)].
  • Özyar, A. et Çambel, H., Karatepe-Aslantaş Azatiwataya: Die Bildwerke, Mainz 2003 [HA Ana Si 175]

Une réflexion au sujet de « Halet Çambel : une pionnière de l’archéologie turque »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *