“Après les élections locales du 30 mars 2014, 16 000 villages vont être rayés de la carte”

Güzlek Düzlüğü - Veyis Polat CC by-nc-nd 2010, Korkuteli, Antalya, Turquie
Güzlek Düzlüğü – Veyis Polat
CC by-nc-nd
2010, Korkuteli, Antalya, Turquie

C’est ainsi qu’Ali Ekber Yıldırım, le chroniqueur des questions agricoles du quotidien économique “Dünya”, titre son papier en date du 14 janvier 20141. À l’heure où les deux composantes du Parlement français s’interrogent une nouvelle fois sur une réforme/simplification du maillage administratif français, la Turquie poursuit à bâtons rompus sa réforme, malgré les nombreux recours déposés depuis la loi 5747 de mars 2008 qui a engagé le processus.

Dans la suite de la Dipnot de novembre 2012 consacrée à la création de treize nouvelles “municipalités métropolitaines”, nous souhaiterions ici reprendre l’argumentation de Yıldırım. La suppression de 16 082 villages (köy) au lendemain des élections locales du 30 mars 2014 va avoir un effet mécanique sur la statistique, puisqu’en une nuit la part de la population rurale dans le total de la population turque va passer de 24% à 9%  ! Ce qui fera de la Turquie, comme par magie, du jour au lendemain, un des pays officiellement les plus urbanisés au monde. Ces plus de 16 000 villages représentent près de la moitié du nombre total aujourd’hui : c’est dire l’ampleur du bouleversement envisagé. Le 31 mars 2014, sur les 34 351 villages actuels, il n’en subsistera que 18 201.

Ces villages voués à disparaître sont situés sur le territoire de compétence des municipalités métropolitaines,  élargi aux limites de l’ensemble du département concerné. De vastes zones rurales se trouvent donc englobées dans des territoires administratifs urbains et se voient privées de leurs qualités singulières. Pour Yıldırım, cette mesure est inquiétante à divers titres. Elle participe au recul des activités agricoles (le nombre des exploitations agricoles turques a déjà diminué de 500  000 ces dix dernières années), à leur perte d’indépendance et de crédit. En effet, et dans certaines nouvelles municipalités métropolitaines les premières injonctions ont été lancées aux anciens villageois de fermer leurs étables, le mode de développement désormais privilégié dans ces territoires métropolitains étendus est centré sur les activités tertiaires et industrielles et considère les activités agricoles négativement, comme nuisibles, voire archaïques. Le crédit – et l’importance symbolique – accordé aux activités agricoles par les politiques est donc faible : dans le mode de développement dominant, tout semble polarisé sur l’urbain – espace de toutes les opportunités et des meilleurs rapports – et organisé dans l’optique métropolitaine (en termes de type de mise en valeur, d’urbanisme et de fonctions). On peut ajouter que cette mesure est un coup porté à la démocratie locale dans la mesure où l’absorption dans une municipalité métropolitaine signifie une subordination des territoires à l’écrasant ordre métropolitain et urbain. Au-delà de la question agricole, on pourrait évoquer le mépris sous-jacent pour la ruralité. Mais celle-ci ne fait pas débat politique (ou même scientifique), l’espace rural n’étant pas reconnu comme un espace doté de qualités singulières à prendre en compte, à respecter et faire durer.

Parallèlement, outre les municipalités diluées parce que prises au sein des nouvelles municipalités métropolitaines, près de 600 municipalités de second rang (belde belediyeleri) seront supprimées et reléguées au rang de «  quartiers  ». Au terme de recours auprès du Conseil Constitutionnel, 282 municipalités ciblées par la loi de mars 2008 (qui envisageait 862 suppressions) ont réussi à échapper au couperet et pourront poursuivre leur existence de pouvoir local autonome. Et au total, à la suite de toutes ces transformations, de 2925 municipalités officiellement dénombrées2 fin 2013 – toutes catégories confondues -, on devrait passer à 1395 fin mars 2014. La seule forme municipale est en passe de concerner la gestion de plus de 90% de la population turque  : dans cette configuration, nul besoin de région ou même de département. Un pouvoir central fort, d’un côté, des municipalités fidèles au centre, de l’autre, tel est le modèle de gestion territoriale en voie d’instauration.

  1. « Yerel seçimle 16 bin köy haritadan silinecek!… » [En ligne] http://www.dunya.com/yerel-secimle-16-bin-koy-haritadan-silinecek-154507yy.htm []
  2. Pour les statistiques officielles du ministère de l’intérieur sur le nombre de villages, de municipalités… (sous forme de fichiers .pdf téléchargeables)  : https://www.e-icisleri.gov.tr/Anasayfa/MulkiIdariBolumleri.aspx []

2 réflexions au sujet de « “Après les élections locales du 30 mars 2014, 16 000 villages vont être rayés de la carte” »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *