Daskyleion : une capitale achéménide. Un projet d’étude des organisations urbaines entre Anatolie et Iran

Par Sébastien Gondet
(Chercheur associé, UMR 5133 Archéorient (CNRS, Lyon 2) –
Maison de l’Orient et de la Méditerranée)
Site de Dascylion/Daskyleion ©2014 daskyleion
Site de Dascylion/Daskyleion ©2014 daskyleion

Au mois d’août 2014, un projet en collaboration a été initié entre Sébastien Gondet (archéologue – géophysicien, membre des missions irano-française et irano-italienne d’étude de Pasargades et Persépolis en Iran) et l’équipe turque de fouille du site de Hisartepe/Daskyleion dirigée par le Pr. Kaan İren (Université de Muğla). En parallèle de l’aide logistique sur place assurée par la mission turque, ce projet a reçu le soutien financier de l’Institut Français d’Études Anatoliennes (IFEA) par l’intermédiaire d’une bourse courte durée ainsi que de l’UMR 5133 Archéorient (CNRS, Lyon 2) qui a mis à disposition du matériel de prospection géophysique et accordé des crédits de recherche pour mener à bien une première mission sur place. Le site archéologique de Daskyleion se situe au nord de la péninsule anatolienne, dans la province de Balıkesir et à une trentaine de kilomètres au sud de la ville portuaire de Bandırma. Il s’étend sur la rive sud du lac Manyas connu pour abriter une vaste réserve ornithologique.

Ce n’est qu’au début des années 1950 que la colline d’Hisartepe a été identifiée comme étant Daskyleion, l’ancienne capitale de la province (satrapie) de Phrygie Hellespontique au temps de l’Empire achéménide (550-330 av. J.-C. env.). Jusqu’alors, cette ville n’était connue qu’à travers les écrits des auteurs antiques. Depuis le milieu des années 1950, plusieurs campagnes de fouilles ont été conduites sur le site et une mission permanente d’étude y est active depuis 1988 dirigée d’abord par le Prof. T. Bakır (Université d’Ege) puis à partir de 2009 par le Prof. K. İren. Les fouilles se sont surtout concentrées sur la colline centrale du site, l’acropole, autour de laquelle devait se développer la ville dont l’étendue et le plan d’organisation restent très largement à déterminer. Au-delà, à plusieurs kilomètres à l’Ouest et à l’Est, les recherches archéologiques ont mis au jour plusieurs tumuli qui marquent les limites du territoire urbanisé de Daskyleion. Si les fouilles ont permis de mettre au jour une importante occupation phrygienne puis lydienne sur l’acropole (IXe – VIe s. av. J.-C.), il semble toutefois attesté que la période de développement maximal de la ville corresponde à l’époque achéménide, appelée période perse dans le domaine anatolien. Le site perd ensuite de son importance au cours de la période hellénistique (IVe – IIe s. av. J.-C.) et n’abrite probablement plus que quelques villas agricoles durant l’époque romaine tardive (IVe  – Ve ap. J.-C.). Durant la période byzantine (XIIe – XIIIe s. ap. J.-C.), l’acropole accueille une petite place fortifiée.

Pour l’époque perse, les fouilles et des découvertes fortuites aux alentours ont apporté des données importantes pour mieux comprendre le fonctionnement des marges occidentales de l’Empire achéménide et les dynamiques socio-culturelles en son sein. Si, pour l’architecture commune ou la culture matérielle, on ne détecte pas de grands changements par rapport aux périodes précédentes, l’époque perse s’accompagne d’une réorganisation importante de l’acropole. On constate, par exemple, la construction d’un mur de terrasse monumental et, au-dessus, d’un grand bâtiment qui aurait pu abriter le satrape, l’administrateur provincial au service du Grand Roi. Dans ce secteur, les fouilles ont également mis au jour un ensemble exceptionnel d’empreintes de sceaux, dont beaucoup présentent des parallèles connus en Iran pour la même période. Ils témoignent de l’insertion de Daskyleion dans les grands réseaux de communication impériaux. Parallèlement, comme dans l’ensemble de l’Empire, on voit se développer un style perse dans l’iconographie et surtout dans les productions artisanales ou architecturales de luxe, un style que l’on qualifie en Anatolie de gréco-perse. Ce phénomène témoigne du processus d’acculturation et de diffusion de certains aspects du mode de vie perse à l’intérieur des territoires conquis qui, en Anatolie et plus particulièrement à Daskyleion, s’expriment tout particulièrement dans les pratiques funéraires avec l’apparition des tombes sous tumuli ou de stèles décorées de scènes inspirées directement de l’art achéménide du centre de l’Empire. L’arrivée des Perses à Daskyleion a donc eu des conséquences non négligeables sur l’occupation, le développement et l’environnement socio-culturel de cette ville phrygienne.

Outre cet ensemble de données uniques, le site de Daskyleion présente également la caractéristique rare de n’avoir connu que des réoccupations très limitées après la période d’occupation perse. Les autres grandes capitales de satrapie anatoliennes, au premier rang desquelles Sardes, ont connu d’importantes réoccupations postérieures. Les niveaux perses sont souvent recouverts par plusieurs mètres de dépôts archéologiques plus récents et donc très difficiles à atteindre. À Daskyleion, l’acropole a certes été réoccupée, mais il apparaît que dans le reste de la ville, les niveaux perses correspondraient très souvent au dernier niveau d’occupation. Les vestiges perses sont donc accessibles pour une étude à large échelle du site s’intéressant à l’organisation urbaine d’époque perse. En termes de topographie urbaine, ces observations montreraient également que l’extension maximale de la ville, sur plusieurs dizaines d’hectares, est à dater de l’époque perse.

La reprise des travaux de prospections archéologiques sur ce site vise à mener une étude comparée des organisations urbaines des villes royales du centre de l’Empire, Pasargades et Persépolis, et de Daskyleion. A priori, il n’existe aucun point commun entre ces sites. Les programmes architecturaux et urbains des fondations royales achéménides d’Iran sont très éloignés de celui de Daskyleion. Ces villes se sont développées dans un environnement historique, culturel et géographique très différent de celui du nord de l’Anatolie au Ier millénaire. Bien que sous domination achéménide, il est évident que Daskyleion et sa région ne connaissent pas de bouleversements de leur organisation ou du mode de vie des populations présentes. Comme pour de nombreux sites à travers l’Empire, les fouilles des niveaux perses à Daskyleion et le matériel retrouvé témoignent d’une certaine continuité. Toutefois, comme le démontrent les données sur l’époque achéménide à Daskyleion exposées plus haut, les Perses ne se sont pas contentés de profiter « paresseusement » des fruits de leurs conquêtes et, dans les différentes provinces de l’Empire et d’abord en Perse, on constate souvent la conduite de politiques de mise en valeur et, parfois, de remodelage de l’espace et des paysages des territoires conquis. Ces projets étaient certainement étroitement guidés par les satrapes et gérés par leurs fonctionnaires qui devaient en rendre compte à la cour royale: les sceaux retrouvés à Daskyleion témoignent des rapports étroits entretenus entre les provinces et l’administration impériale.

A Daskyleion, l’arrivée des Perses marque le début d’une phase de développement de la ville, très certainement conduite et organisée par les autorités perses, peut-être en s’inspirant de modèles ou pratiques « perses ». Cette hypothèse est à associer à la présence d’élites perses ou persianisées dans les capitales de l’Empire, donc à Daskyleion, qui ont importé et tenté de reproduire le mode de vie de l’aristocratie perse achéménide. Ce sont probablement eux qui ont favorisé le développement d’une production artistique inspirée des modèles perses dont Daskyleion a révélé de nombreux exemples. Il est dès lors tout à fait envisageable que les satrapes aient aussi cherché à reproduire dans leurs capitales certaines caractéristiques des fondations royales du centre de l’Empire. Il faut ici souligner que les auteurs grecs prennent souvent grand soin de décrire le faste des cours satrapiques anatoliennes, les différents capitales, en particulier Daskyleion, abritant des palais et des « paradis », sortes de vastes jardins ou parcs d’agrément servant également de réserve de chasse. Or, pour le moment, l’archéologie n’a pas révélé de tels aménagements.

Parallèlement, pour pouvoir comparer Daskyleion à des « modèles » achéménides d’urbanisation, il est bien entendu nécessaire de définir ces « modèles ». Les données archéologiques récentes obtenues sur les sites de Pasargades et de Persépolis permettent désormais d’esquisser à grands traits ce que pouvait être les dynamiques et les modèles perses d’urbanisation des territoires de Perse. Les villes achéménides se sont développées suivant un plan tout à fait original comparé aux exemples plus anciens. A Pasargades et à Persépolis, il n’existe pas de centre urbain densément construit, protégé par des remparts, qui formerait la ville distincte de son territoire rural géré et exploité pour assurer son bon fonctionnement. Au cours de ces dix dernières années, nous avons mis au jour, par l’utilisation des méthodes de prospections complémentaires utilisées sur de vastes surfaces, un modèle d’urbanisation diffus. Les différentes parties constituantes de la ville (ensembles monumentaux, palais, bâtiments administratifs, quartiers artisanaux ou d’habitation…) sont réparties sur plusieurs centaines d’hectares. Ces ‘blocs’ sont probablement séparés par des zones non construites mais aménagées et occupées par des parcs, des vergers ou des champs cultivés. A l’intérieur même de ces blocs, en particulier ceux rassemblant les monuments royaux ou les constructions réservées à l’élite, la densité de construction est faible et les bâtiments sont intégrés à des espaces paysagers. Pasargades est un des exemples les plus frappants de ce modèle d’organisation spatiale, les édifices royaux étant répartis sur une surface de plusieurs dizaines d’hectares parcourue de canaux et délimitée par un vaste bassin qui constituent les vestiges d’un vaste jardin intégrant les monuments. Les villes de Perse se sont développées suivant des projets d’urbanisation des territoires conçus sur de très vastes superficies où espaces urbains et ruraux sont probablement étroitement associés au sein d’un projet commun d’aménagement. Il faut probablement voir dans ce « modèle » une expression du paradis perse, qui avait certes une fonction d’agrément, point sur lequel les auteurs classiques insistent particulièrement, mais qui, d’après les tablettes administratives achéménides de Persépolis, pouvait aussi assurer des fonctions économiques (stockage et production de produits agricoles par exemple). Les Perses achéménides ont donc développé un modèle d’urbanisation et de mise en valeur des territoires qui répondait à des impératifs socio-économiques tout en offrant un cadre de vie agréable à ses occupants, tout du moins aux plus privilégiés d’entre eux. Cet aménagement à large échelle devait également symboliser la mainmise du pouvoir sur l’espace et les paysages.

A Daskyleion, ce modèle n’est bien entendu pas reproduit à l’identique. La ville est protégée par des remparts qui délimitent un espace urbain probablement assez densément construit. Toutefois, en s’inspirant de la démarche méthodologique d’étude à large échelle que nous avons mise en œuvre sur les sites iraniens, nous souhaitons délimiter de manière précise les contours de la ville et déterminer si le processus d’urbanisation perse a pu toucher, de manière diffuse, un plus vaste territoire que celui délimité par les fortifications. Cette démarche permettrait d’établir le schéma d’organisation de la ville et de révéler certaines influences perses, par exemple la présence de palais et/ou de jardins dans la ville, reproduisant en cela un paysage urbain inspiré des fondations royales achéménides. Parallèlement, nous projetons de mener des recherches sur le paradis de Daskyleion, dont il n’existe pour le moment aucune trace, tout en conduisant une réflexion critique sur la définition même du terme. Si un « paradis » perse ou, plus prosaïquement, un vaste parc aménagé a bien existé à Daskyleion et s’il est possible d’en retrouver et d’en étudier les vestiges, il pourrait constituer le point d’appui principal à une étude comparée des projets d’urbanisation et d’aménagement du territoire  mis en œuvre dans l’Empire achéménide.

Sur le terrain, ce projet a débuté en août 2014 où une première campagne d’évaluation du potentiel du site a été conduite. Il s’agissait surtout de tester une méthode géophysique, la méthode magnétique, que nous employons de manière extensive sur les sites de Pasargades et de Persépolis. Cette année environ 6 ha ont été prospectés, répartis en plusieurs secteurs : autour de l’acropole, plus loin sur les reliefs orientaux et, encore plus à l’Est, un possible secteur d’inhumation. Les données sont en cours de traitement mais il apparaît dès à présent que la méthode magnétique n’est peut-être pas la mieux adaptée pour détecter et cartographier les vestiges architecturaux de Daskyleion. La cause en est la nature volcanique de la pierre employée pour construire certains des bâtiments du site. En effet, ce type de matériau a pour caractéristique de perturber fortement les mesures du magnétisme. Toutefois, les cartes obtenues nous ont permis de déterminer certaines orientations du plan d’urbanisme, de délimiter certains secteurs construits et de restituer de possibles axes de circulation. A partir de ces résultats préliminaires, nous souhaitons dans les prochaines années poursuivre l’étude à large échelle du site en testant d’autres méthodes géophysiques, plus adaptées aux spécificités du site, en les couplant à des travaux de prospection archéologique à vue, de topographie et de télédétection. Nos travaux en Iran démontrent que ce n’est qu’en couplant des données archéologiques de différentes natures que nous pourrons proposer une restitution à large échelle du plan d’organisation de Daskyleion. Ces travaux en Turquie sont intégrés à un projet plus vaste d’étude du fait urbain dans l’Empire achéménide qui est en cours d’évaluation par l’Agence Nationale pour la Recherche (ANR) dans le cadre de l’appel @RAction. Ils feront également partie d’un projet européen sur le même thème qui sera déposé au début de l’année 2015.

Pour en savoir plus :

Voir les pages K. İren et S. Gondet sur le site Academia où plusieurs publications sur Daskyleion, Pasargades et Persépolis sont disponibles :

Une synthèse des travaux et des résultats obtenus sur le site de Daskyleion  a été publiée récemment par T. Bakır :
Bakır, T, 2011. Daskyleion, Balıkesir Valiliǧi, Balıkesir, 144p.


2 réflexions sur « Daskyleion : une capitale achéménide. Un projet d’étude des organisations urbaines entre Anatolie et Iran »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *