Tous les articles par Céline Pierre Magnani

L’image en Sciences Sociales

Ayazma
Ayazma
Mars 2016

Le projet d’Archives visuelles de l’IFEA lancé à l’été 2014 a permis de rassembler et de mettre à disposition de nombreuses photographies de recherche. Le travail de collecte auprès des chercheuses et chercheurs de tout niveau a été riche d’enseignement. Elle donne à voir la diversité des utilisations de l’image et l’importance qu’elle peut recouvrir dans certains contextes. Le projet a ainsi encouragé à développer une réflexion théorique sur la place de l’image en sciences sociales. La bibliographie proposée présente les références rassemblées  tout au long de l’archivage. Elle tente également de faire le lien entre photographie documentaire et photographie scientique en présentant quelques travaux de photographes dont la démarche se rapproche de celle de la recherche (Voir les textes introductifs d’Ayşegül Altınay et Atilla Durak, Ebru: reflets de la diversité culturelle en Turquie. Ou encore Kumkapı Ermeni balıkçıları, d’Ara Güler, proche de la monographie et la note sur Dipnot “Recherche et photographie http://dipnot.hypotheses.org/165 ).

Elle a été élaborée en collaboration avec Ozan Yavuz (assistant, Université de Yıldız Teknik), Joël László (doctorant, Université de Bâle) et reprend les éléments proposés dans les syllabus de Brian J. Given (Université Carleton) “Reading list for Visual Anthropology” and Suncem Koçer (Université Indiana) “Anthropology and film: visual documentation of culture”.

L’écrit est, sans conteste, le médium de l’élaboration et de la diffusion du savoir scientifique. L’omniprésence actuelle de l’image et son rôle déterminant dans la diffusion de tout type d’information rend incontournable la réflexion sur ses potentialités en sciences sociales. Si, comme son étymologie nous le rappelle, la photographie relève bien d’un procédé d’« écriture par la lumière » (φωτός, photos : lumière, γραφία, graphia : écriture), il semble indispensable d’apprendre à écrire par ce biais, ou du moins, à en lire le propos. Les images sont en effet loin d’être dépourvues de parti pris mais l’immédiateté de la vue nous fait souvent oublier les biais et la complexité des procédés qu’elle implique.

La photographie a très tôt fait partie des outils de la recherche en sciences sociales. Elle est ce que Bob Miller appelle un « outil primaire de la recherche » (en archéologie en l’occurrence) (Bob Miller. 2015 : 61-102): elle permet essentiellement de remplacer croquis et prise de note. L’image est donc un outil mais se trouve pas rarement considérée en tant que telle en dehors des disciplines qui lui sont dédiées. S’interroger sur le « voir » et le « (re)présenter » défie pourtant les frontières disciplinaires et il existe de multiples manières d’aborder ces thématiques. On ébauchera ici trois pistes à explorer (qui se recoupent parfois) pour dégager son potentiel heuristique :

1-    La photographie et la vidéo comme objet et comme activité : Nous consulterons ici les travaux d’Engin Özendes, d’Edhem Eldem ou encore de Seyit Ali Ak qui contextualisent historiquement l’usage de la photographie en Turquie et dans l’Empire ottoman.

2-    Le contenu, la présentation et la réception des images : La confiance spontanée en l’image est une porte ouverte à la manipulation, phénomène bien connu des journalistes, éditeurs et photographes. Les théories de la sémantique et de la sémiotique de l’image pourront être utiles. Nous conseillerons ici la lecture de John Tagg (Tagg 1988) et celle des travaux du géographe Didier Mendibil qui propose des outils de lecture de l’iconographie utilisée en géographie et élabore ce qu’il appelle une « iconologie » (Mendibil 1999, 2008). Il met en lumière l’existence de « systèmes iconographiques » et de partis pris plus ou moins cohérents qui se dévoilent en filigrane dans le corpus qu’il analyse. L’étude de Bülent Batuman sur l’iconographie d’Ankara mobilisée par la République turque à ses débuts est, de ce point de vue, illustrative de son propos (Batuman, 2008). Cette dernière ne manquera pas de faire écho, d’une certaine manière, aux travaux sur les affiches de propagandes des régimes communistes fascistes de la première moitié du XXe siècle.

La réception des images constitue également un champ d’étude à part entière. Les divergences de réception selon le contexte rappellent que l’image est un objet polysémique et que la dimension culturelle est déterminante dans l’interprétation. La lecture d’une image relèverait, comme l’avance le théoricien de l’art George Legrady, d’un apprentissage similaire à celui de l’apprentissage de la lecture (Legrady, 1990: 267).   L’histoire de l’art, les études de communication et plus largement ce que l’université anglo-saxonne regroupe sous l’appellation Visual studies seront, de ce point de vue, riches d’enseignement.

3-    L’exercice-même de la prise de vue comme pratique de recherche : Son exercice interroge de manière cruciale la réflexivité du/de la chercheur.se vis-à-vis du terrain, matière première des sciences sociales. L’Anthropologie visuelle vient élargir la réflexion sur l’usage même de la caméra et de l’appareil photo. Elle nous enseigne à la fois comment recevoir et comment utiliser photographie et vidéo dans une perspective de production de savoir scientifique. L’Anthropologie visuelle postule que ces deux médias peuvent aussi bien être une forme de description qu’un mode exploratoire en soi. L’acte de la prise de vue matérialise l’observation et introduit de nouvelles contraintes qui cristallise les caractéristiques des relations et induit une mise en scène plus ou moins relayée par les enquêtés (rapport de pouvoir ou autre). Le retour d’expérience de Lydia Zeghmar illustre bien la nécessité de déterminer clairement un point de vue et de le rendre effectif, non seulement dans son rapport au terrain mais également lors du montage de son film. La prise de vue rend visible la positionalité, elle-même placée sous le sceau de l’observable, et interroge l’idée de vérité scientifique. La lecture de Jay Ruby, reconnu comme pionnier dans le domaine, permettra de visualiser les champs de recherche qu’ouvre la discipline.

I. Activité photographiques

  • Ak, Seyit Ali. Erken Cumhuriyet Dönemi Türk Fotoğrafı. 1923-1960. Remzi Kitabevi, Istanbul 2001.
  • Apostolou, Irini. « Photographes français et locaux en Orient méditerranéen au XIXe siècle », Bulletin du Centre de recherche français à Jérusalem [En ligne], 24 | 2013, mis en ligne le 20 juin 2013,  http://bcrfj.revues.org/7008
  • Coşkuner, Buket, Zeynep Çelik, Edhem Eldem, Hande Eagle, Murat Akar, Hadiye Cangökçe, et Koç Üniversitesi Anadolu Medeniyetleri Araştırma Merkezi, éd. Camera Ottomana: photography and modernity in the Ottoman Empire, 1840-1914. 1st edition. Istanbul: Koç University Press, 2015.
  • Özendes, Engin. From Sébah & Joaillier to Foto Sabah: Orientalism in Photography. İstanbul: YKY, 1999.
  • Özendes, Engin. Osmanlı imperatorluğu’nda fotoğrafçılık (1839-1923). Yem Yayın. İstanbul, 2013.
  • Greaves, Alan M., Françoise Rutland, Phil Freeman, Bob Miller, Bülent Genç, Nilgün Öz, J.R. Peterson, et Katie Waring. John Garstang’s Footsteps Across Anatolia. RCAC. Istanbul: Alan M. Greaves, 2015.

II. Production, contenu et contexte de réception de l’image

  • Arrivé, Mathilde (Université Paul-Valéry Montpellier III), « Par-delà le vrai et le faux ? 
Les authenticités factices 
d’Edward S. Curtis et leur réception », Études photographiques, 29 | 2012, mis en ligne le 05 février 2013.
  • Batuman, Bülent. « Photography at arms: “Early republican Ankara” From national-building to politics of nostalgia ». Middle East Technical University Journal of the Faculty of Architecture 25, no 2 (1 décembre 2008): 99‑117.
  • Berger, John, éd. Ways of seeing. London : London, England ; New York, N.Y: British Broadcasting Corporation ; Penguin Books, 1972.
  • Histoire de l’art et anthropologie -coédition INHA / musée du quai Branly.  http://actesbranly.revues.org/60
  • Legrady, George, “Image, Language, and Belief in Synthesis,” Art Journal 116 (1990)
  • Mendibil, Didier. « Essai d’iconologie géographique » Espace géographique, tome 28, n°4, 1999. pp. 327-336.
  • Mendibil, Didier. “Dispositif, format, posture : une méthode d’analyse de l’iconographie géographique.” Cybergeo : European Journal of Geography, March 12, 2008. http://cybergeo.revues.org.gate3.inist.fr/16823.
  • Severi, Carlo. « Pièges à voir, Pièges à penser ». Gradhiva. Revue d’anthropologie et d’histoire des arts, no 13 (18 mai 2011): 4‑7.
  • Tagg, John. The Burden of Representation: Essays on Photographies andHistories, Macmillan, London. 1988.

III. Prise de vue comme une pratique exploratoire: les pistes de l’Anthropologie visuelle

  • Banks, Marcus, et Howard Morphy. Rethinking Visual Anthropology. New Haven: Yale University Press, 1997.
  • Collier, John. Visual anthropology: photography as a research method. Studies in anthropological method. New York: Holt, Rinehart and Winston, 1967.
  • Devereaux, Leslie, et Roger Hillman. Fields of Vision: Essays in Film Studies, Visual Anthropology, and Photography. Berkeley: University of California Press., 1995.
  • Grimshaw, Anna. The ethnographer’s eye: ways of seeing in anthropology. 6. printing. Cambridge, UK ; New York: Cambridge University Press, 2008.
  • Hockings, Paul (Ed.) Principles of Visual Anthropology. Second edition. Berlin: Mouton de Gruyter, 1995.
  • Pink, Sarah. Visual Interventions: Applied Visual Anthropology. Berghahn Books, 2009.
  • Ruby, Jay, “Exposing yourself: Reflexivity, anthropology, and film”, Semiotica 30-1/2. 1980. pp.153-179.
  • Ruby, Jay, “In a Pic’s Eye: Interpretive Strategies for Deriving Significance and Meaning from Photographs.”, Afterimage. March 1976.
  • Ruby, Jay, Picturing Culture : Explorations of Film and Anthropology, University of Chicago Press, Chicago, (August) 2000.

IV. Divers

  • Güler, Ara. Kumkapı Ermeni balıkçıları =: Armenian fishermen at Kumkapı = Gumgabui hay dzknorsnerě: 1952. Aras Yayıncılık 120. İstanbul: Aras, 2010.
  • Serttaş, Tayfun. Stüdyo Osep. Aras Yayıncılık. 2009
  • Durak, Attila. Ebru: reflets de la diversité culturelle en Turquie. Arles: Actes Sud, 2009.
  • Türkiye’de Zaman. Kollektif Zaman kitap. 2011
Cite this article as: Céline Pierre Magnani, "L’image en Sciences Sociales," in Dipnot, 01/03/2016, http://dipnot.hypotheses.org/1997.