Tous les articles par Yohanan Benhaim

Yohanan Benhaim is currently enrolled in a PhD program at Paris 1 Panthéon – Sorbonne University. He is based at the French Institute of Anatolian Studies (IFEA) in Istanbul which granted him an academic scholarship. He holds a Bachelor in History and Political Science from the Paris 1 Panthéon – Sorbonne University, a Master’s degree in International Security from Sciences Po Paris and a Master’s degree in History of International Relations from Paris 1 Panthéon – Sorbonne University. His Master’s thesis was on the relations between Turkey and Central Asia during the 1990′s and he studied at Boğaziçi University in Istanbul.

His PhD thesis explores the evolution of Turkish foreign policy in Iraqi Kurdistan since the 1990′s to nowadays and its relations with the development in Turkish domestic politics.

He conducted fieldwork in Turkey, Azerbaijan, Kyrgyzstan, and Iraq.

La Turquie et ses voisins syrien et irakien

Juin 2014

Türkçe çeviri

Présentoir préparé par Yohanan Benhaim et Jean-Baptiste Le Moulec
Dans le cadre du développement des activités entre l’IFEA et l’IFPO dont l’un des objectifs est d’étudier les relations de la Turquie avec son voisinage kurde et arabe, il est apparu nécessaire de revenir sur la littérature produite sur cette question et sur les différents débats qui l’animent.

Les frontières tracées à l’issue de la signature du traité de Lausanne en 1923 ont déterminé et continuent à définir une partie des relations entre la Turquie et son voisinage syro-irakien. Jusqu’aux années 2000, les questions de Hatay ou du partage des ressources hydrauliques continuent à être source de tensions entre la Turquie et la Syrie. Si cette thématique est présente dans la littérature en turc, elle l’est cependant moins que la question des frontières avec l’Irak. En effet, le vilayet de Mosul faisait partie des territoires revendiqués dans le cadre du Misak-ı Milli, Serment national voté par le parlement ottoman en 1920 pour définir les frontières du pays à défendre. Ce n’est qu’en 1926, à la suite d’un arbitrage de la Société des Nations, que ce vilayet fût définitivement annexé à l’Irak, alors sous mandat britannique. L’importance de cet épisode historique à l’origine des relations ambiguës liant la Turquie à cette région au Nord de l’Irak aujourd’hui sous l’autorité du Gouvernement Régional du Kurdistan irakien explique l’ampleur de la littérature en turc sur la question.

La première guerre du Golfe de 1990-1991 a aussi représenté un moment de prise de conscience par l’opinion publique turque de l’existence de populations kurdes de l’autre côté de la frontière et des interactions existantes entre les Kurdes de Turquie et d’Irak. Avec l’invasion américaine de 2003 et la constitution de la Région autonome du Kurdistan d’Irak en 2005, le débat sur les relations à entretenir avec cet espace a pris de l’ampleur. Parmi les questions les plus abordées figurent le statut de la ville de Kirkouk, thème clivant dans la littérature. Selon l’orientation politique des différentes maisons d’édition, proches de la diaspora Turkmène d’Irak en Turquie et de certains milieux militaires, ou favorables au contraire à un rapprochement avec les Kurdes d’Irak, le ton est en effet résolument différent face à cette question.

La Syrie et le conflit qui la divise sont aussi de plus en plus traités par diverses catégories de littérature. Vu de Turquie, la pérennisation du conflit a non seulement des répercussions du fait qu’il est son voisin –un voisin avec lequel s’étaient établies de bonnes relations entre 1998 et 2012-, mais engendre également des conséquences au plan intérieur, à commencer dans les régions turques limitrophes de la Syrie. Anxiogène car complexe et porteuse d’un potentiel de diffusion, la crise syrienne fait ainsi l’objet d’une production d’ouvrages assez intense, en Turquie comme en France. En Turquie, cette production a le mérite de faire se rencontrer deux sources d’expertises, celle de l’universitaire et celle du journalisme, la seconde apportant un surcroît de matériau empirique qui souvent fait défaut aux ouvrages académiques turcs portant sur le Moyen-Orient arabe. Cette crise de même que l’ensemble des troubles sociopolitiques survenus depuis 2010 dans plusieurs pays arabes ont aussi alimenté la rédaction et la diffusion de revues à prétentions académiques. Si l’on est parfois tenté d’en critiquer le contenu aussi académique que politique, ces revues sont également le lieu de rencontre international d’expertises et de grilles d’analyses professionnelles, qu’elles soient turques, européennes, américaines et moyen-orientales. On songera ainsi notamment aux revues Insight Turkey, Perception, Ortadoğu Etütleri, ou Akademik Orta Doğu.  Or suivre cette production est aussi d’un intérêt capital quant à tenter de comprendre et de cartographier les divers courants d’opinions et acteurs de cette expertise qui aspire sinon à dessiner tout au moins à orienter la politique étrangère, turque au premier chef. On notera d’ailleurs la transhumance de l’expertise qu’effectuent plusieurs auteurs, de l’Irak à la Syrie, du Caucase ou de l’Asie centrale –sujet phare des années 1990- à ce vaste « Moyen-Orient », région concentrant tous les risques.

En somme, ce à quoi invite ce présentoir, c’est une réflexion sur ces frontières orientales turques, non plus regardées en tant que marge mais comme épicentre de la politique étrangère turque, et ce en s’appuyant sur des lectures équilibrées tant en terme d’origine géographique que de format ou de spécialité des auteurs.

Bibliographie générale

  • Michel Seurat, L’Etat de barbarie, PUF, Proche Orient, 2012, 304 p.
  • Pierre-Jean Luizard, Comment est né l’Irak moderne ?, CNRS Editions, 2009, 566 p.
  • Çandar, Cengiz. Mezopotamya Ekspresi, Bir Tarih Yolculuğu. Istanbul: İlestişim, 2012.

Frontières, histoire des frontières

  • Serhan, Ada, Türk Fransız  ilişkilerinde Hatay Sorunu 1918-1939, Istanbul Bilgi Üniversitesi, 2005, 266 p.
  • Fransız Belgeleriyle Sevr Lozan Musul Üçgeninde Kürdistan, Yazar Hasan Yıldız, DOZ, 2005
  • Lozan’dan Bugüne Musul-Kerkük ve Kuzey Irak, Yazar Oğuz Karaca, Resital 2007
  • Aydin, Mesut, Türkiye ve Irak Hududu Mes’elesi, ASAM, 2001, 306 p.
  • Gilquin, Michel, D’Antioche à Hatay. L’histoire oubliée du sandjack d’Alexandrette. Nationalisme turc contre nationalisme arabe. L’Harmattan, 2000, 226 p.
  • Daoudy, Marwa, Le partage des eaux entre la Syrie, l’Irak et la Turquie, CNRS editions, 2007, 269 p.

Les Kurdes de Syrie

  • Abdulbaset, Seida, La question kurde en Syrie, L’Harmattan, 2005, 206 p.

Le Kurdistan d’Irak

  • Ciğerli Sabri, Réfugiés kurdes d’Irak en Turquie, L’Harmattan, 1998, 320 p.
  • Barzani, Saywan, Le Kurdistan d’Irak, 1918-2008, L’Harmattan, 2009
  • Sunar, Ekrem, Barzan’dan Bağdat’a Kürtler: Irak’ta Kürtlerin yüzyıl savaşları, Doz Yayıncılık, 2007, 240 p.
  • Ali Riza Şeyh Attar, Kürtler, bölgesel ve bölgedışı güçler, Ağaç, 2008, 398 p.
  • ANDERSON, Liam, STANSFIELD, Gareth, Crisis in Kirkuk The Ethnopolitics of Conflict and Compromise, Philadelphia, University of Pennsylvania Press, 2009

La politique étrangère turque et le Kurdistan d’Irak vus depuis la Turquie

  • ÖZDEMIRKIRAN Merve, La politique de la Turquie vis-à-vis de l’Irak depuis 2003 : conflit ou coopération, Editions Universitaires Européennes, Paris, 2010, 92 p.
  • PARK, Bill, Turkey’s policy towards northern Iraq: problems and perspectives, Routledge, New York, 2005.
  • Z. Abidin Kızılyaprak, Irak Kürdistanı ve Etkileri, Türkî Korkunun Anatomisi, DOZ Yayınları, 2005
  • Ümit Özdağ Türkiye, Kuzey Irak ve PKK, ASAM  (10/1999)
  • Hacı Şoriş Kerkün’ün Araplaştırılması, DOZ 2006, 352 p.
  • Demirci, Nefi, Kerkük : Sönmeyen Ateş Dinmeyen Hasret, Ural, 2011, 512 p.

Visions turques sur les relations turco-syriennes et la guerre en Syrie

  • Albayrak, Hakan. İslâm Birliği’nin Nüvesi Olarak Türkiye-Suriye Birliği. 2ème ed. Ankara: Vadi, 2007.
  • Adıbelli, Barış. Arap Baharı ve Suriye. Istanbul: IQ Kültür Sanat Yayıncılık, 2012.
  • Özdağ, Ümit. Küçük Ortadoğu Suriye. Ankara : Krypto, 2012
  • Mahalli, Hüsnü. Diren Suriye. Istanbul: Destek Yayinlari, 2014

Türkiye ve komşuları Suriye ile Irak

Haziran 2014

Version française

Yohanan Benhaim ve Jean-Baptiste Le Moulec tarafından hazırlanmıştır.
IFEA gibi Fransa’nın yurtdışındaki araştırma merkezlerinden biri olan Fransız Orta Doğu Araştırmaları Enstitüsü’nün (IFPO) çalışma sahalarından biri de Türkiye’nin Kürt ve Arap komşuları ile sürdürdüğü ilişkileridir. IFEA ile IFPO arasındaki iş birliğini geliştirmek amacıyla bu ilişkiler üzerine şekillenmiş literatür ve tartışmaları ele almak gerektiği düşüncesindeyiz.

1923 tarihli Lozan Antlaşması’nın imzalanmasıyla çizilen sınırlar, Türkiye’nin Suriye ve Irak ile  olan komşuluk ilişkilerinde belirleyici olmuştur. Bu sınırlar, ülkeler arasındaki ilişkileri kısmi şekilde belirlemeye halen devam etmektedir. Hatay Meselesi ve su kaynaklarının paylaşımı, 2000li yıllara kadar Suriye ve Türkiye arasındaki gerginliğin nedenleri olmuştur. Bu konu ile ilgili kaynaklar, Türkçe literatürde bulunmakla birlikte, Irak sınırları mevzusuyla ilgili olanlarla karşılaştırıldığında sayıca daha kısıtlı kalmaktadır. Buna neden ise Musul Vilayeti’nin 1920’de Osmanlı Parlamentosu’nun Misak-ı Milli (günümüz Türkçesi ile Milli Yemin) çerçevesinde müdafasında karar kılınan bölgenin içinde kalmasıdır. Bu vilayet, ancak 1926’da Milletler Cemiyeti hakemliğinde o zamanlar İngiliz Mandası altındaki Irak’a eklenmiştir. Bugün Türkiye ile Kürdistan Bölgesel Yönetimi’nin idaresindeki Kuzey Irak Bölgesi arasındaki karmaşık ilişkinin temelindeki bu dönemin önemi, konu hakkındaki Türkçe literatürün gelişmişliğini açıklamaktadır.

1990-1991’deki Birinci Körfez Savaşı, sınırın diğer tarafında da Kürt halkının varlığının ve Türkiye Kürtleri ile Irak Kürtlerinin ilişkide olduklarının Türk kamuoyunca bilincine varıldığı bir süreç olmuştur. 2003’teki Amerikan işgali ve Irak Kürdistan Bölgesel Yönetimi’nin kuruluşu ile bu yöreye ilişkin takınılacak tavır hakkındaki tartışma önem kazanmıştır. En çok ele alınan konular arasındaki Kerkük Meselesi hakkında literatürde bölünmeler gözlemlenmektedir. Türkiye’deki Iraklı Türkmenlere ve birtakım askeri çevrelere yakın duran yayınevlerinden ya da tam tersi şekilde Irak Kürtleri ile yakınlaşma taraftarı olan yayınevlerine; yani sahip olunan siyasi çizgiye göre, bu konu hakkındaki tutumlar birbirinden büyük farklılık gösterir. 

Suriye ve ülkeyi anlaşmazlıklara düşüren çatışmalar, literatürün değişik kolları tarafından gittikçe daha fazla işlenmektedir. Türkiye açısından bakıldığında, çatışmaların devamı  Türkiye’nin -1998’den 2012’ye kadar iyi ilişkiler geliştirdiği- Suriye ile olan komşuluğundan  dolayı etkilenmesiyle sınırlı kalmamaktadır. Çatışmaların devamı, ayrıca Suriye sınırındaki Türk bölgeleri başta olmak üzere, Türkiye’nin iç siyaseti açısından da birtakım sonuçlar doğurmaktadır. Suriye Krizi’nin karmaşıklığı ile kaygı uyandırması ve sıçrama olasılığının bulunması, Türkiye’de olduğu gibi Fransa’da da, çok sayıda yayının türemesini beraberinde getirmiştir. Türk akademik çevrelerinin Orta Doğu Arap dünyası ile ilgili incelemeleri, gazeteciliğin konuya ilaveten kazandırdığı deneyimsel boyuttan yoksun olmakla birlikte,     Türkiye’de Suriye Krizi konulu yayınlar, akademi ve gazetecilik gibi iki uzmanlık alanını birbirleriyle buluşturma becerisine sahiptir. Bu kriz ile, tıpkı 2010’dan sonra birçok Arap ülkesinde meydana gelen sosyal ve siyasi olaylarında olduğu gibi, bilimsel olma iddiası taşıyan yayınlar boy göstermiştir. Bunların kimi zaman bilimsel olmanın yanında siyasi de olan içerikleri eleştirilse de bu yayınlar, uluslararası uzmanlık alanlarının, Türk, Avrupalı, Amerikalı ya da Orta Doğulu incelemelerin bir araya geldikleri bir yer olarak da karşımıza çıkmaktadır. Bunlara örnek olarak, Insight Turkey, Perception, Ortadoğu Etütleri ya da Akademik Orta Doğu yayınlarını sayabiliriz. Siyaseti, en başta da Türk dış siyasetini çizmek ya da en azından yönlendirmek isteyen bu yazıların arkasındaki değişik düşünce akımlarını anlayıp bunları masaya yatırmak için bu yayınların takibi aslında büyük önem taşımaktadır. Hatta burada, birçok uzmanın incelemelerini Irak’tan Suriye’ye, Kafkasya’dan veya Orta Asya’dan -1990lı senelerin gözde konusu, her türlü tehlikeyi içinde barındıran- o büyük “Orta Doğu”ya kaydırarak gerçekleştirdiğinin de altını çizelim.  

Sonuç olarak bu vitrin, yazarların coğrafi kökenleri, yayınlarının formatı, uzmanlık alanları açısından dengelenmeye çalışılmış okumalara dayanarak, Türkiye’nin doğu sınırlarını artık kenar yerler olarak değil de Türk dış siyasetinin tam da merkezi olarak ele almayı önermektedir.

Bibliyografya

  • Michel Seurat, L’Etat de barbarie, PUF, Proche Orient, 2012, 304 p.
  • Pierre-Jean Luizard, Comment est né l’Irak moderne ?, CNRS Editions, 2009, 566 p.
  • Çandar, Cengiz. Mezopotamya Ekspresi, Bir Tarih Yolculuğu. Istanbul: İlestişim, 2012.

Sınırlar, sınırların tarihi

  • Serhan, Ada, Türk Fransız  ilişkilerinde Hatay Sorunu 1918-1939, Istanbul Bilgi Üniversitesi, 2005, 266 p.
  • Fransız Belgeleriyle Sevr Lozan Musul Üçgeninde Kürdistan, Yazar Hasan Yıldız, DOZ, 2005
  • Lozan’dan Bugüne Musul-Kerkük ve Kuzey Irak, Yazar Oğuz Karaca, Resital 2007
  • Aydin, Mesut, Türkiye ve Irak Hududu Mes’elesi, ASAM, 2001, 306 p.
  • Gilquin, Michel, D’Antioche à Hatay. L’histoire oubliée du sandjack d’Alexandrette. Nationalisme turc contre nationalisme arabe. L’Harmattan, 2000, 226 p.
  • Daoudy, Marwa, Le partage des eaux entre la Syrie, l’Irak et la Turquie, CNRS editions, 2007, 269 p.

Suriye Kürtleri

  • Abdulbaset, Seida, La question kurde en Syrie, L’Harmattan, 2005, 206 p.

Irak Kurdistan’ı

  • Ciğerli Sabri, Réfugiés kurdes d’Irak en Turquie, L’Harmattan, 1998, 320 p.
  • Barzani, Saywan, Le Kurdistan d’Irak, 1918-2008, L’Harmattan, 2009
  • Sunar, Ekrem, Barzan’dan Bağdat’a Kürtler: Irak’ta Kürtlerin yüzyıl savaşları, Doz Yayıncılık, 2007, 240 p.
  • Ali Riza Şeyh Attar, Kürtler, bölgesel ve bölgedışı güçler, Ağaç, 2008, 398 p.
  • ANDERSON, Liam, STANSFIELD, Gareth, Crisis in Kirkuk The Ethnopolitics of Conflict and Compromise, Philadelphia, University of Pennsylvania Press, 2009

Türk Dış Politikası ve Türkiye’de  Irak Kurdistan’ı algısı

  • ÖZDEMIRKIRAN Merve, La politique de la Turquie vis-à-vis de l’Irak depuis 2003 : conflit ou coopération, Editions Universitaires Européennes, Paris, 2010, 92 p.
  • PARK, Bill, Turkey’s policy towards northern Iraq: problems and perspectives, Routledge, New York, 2005.
  • Z. Abidin Kızılyaprak, Irak Kürdistanı ve Etkileri, Türkî Korkunun Anatomisi, DOZ Yayınları, 2005
  • Ümit Özdağ Türkiye, Kuzey Irak ve PKK, ASAM  (10/1999)
  • Hacı Şoriş Kerkün’ün Araplaştırılması, DOZ 2006, 352 p.
  • Demirci, Nefi, Kerkük : Sönmeyen Ateş Dinmeyen Hasret  , Ural, 2011, 512 p.

Suriye Savaşı ve Türkiye-Suriye İlişkilerine Türkiye’nin Bakışı

  • Albayrak, Hakan. İslâm Birliği’nin Nüvesi Olarak Türkiye-Suriye Birliği. 2ème ed. Ankara: Vadi, 2007.
  • Adıbelli, Barış. Arap Baharı ve Suriye. Istanbul: IQ Kültür Sanat Yayıncılık, 2012.
  • Özdağ, Ümit. Küçük Ortadoğu Suriye. Ankara : Krypto, 2012
  • Mahalli, Hüsnü. Diren Suriye. Istanbul: Destek Yayinlari, 2014

Compte rendu de lecture : Özcan Yılmaz – La formation de la nation kurde en Turquie

1re_couv_Yilmaz_200k

La formation de la nation kurde en Turquie 
Özcan Yilmaz
Préface de Miroslav Hroch
Collection INTERNATIONAL | Histoire et politique. 2013.
272 p.
EAN 9782940503179
19 euros

L’ouvrage de Özcan Yılmaz intitulé La formation de la nation kurde en Turquie est le résultat de son travail de doctorat qu’il a effectué sous la direction d’André Liebich. L’auteur tente de retracer dans cet ouvrage les processus de formation et de diffusion de l’identité nationale kurde en Turquie. Pour cela, il fonde son analyse sur l’étude approfondie des trajectoires des principaux membres des associations et partis politiques kurdes, ainsi que sur une lecture fine de leurs mémoires, des journaux et des programmes de leurs organisations, des décisions de justice, et des plaidoyers des activistes kurdes. Özcan Yılmaz  inscrit son travail dans le cadre théorique élaboré par Miroslav Hroch dans son ouvrage sur la formation des « petites nations1 ». L’historien tchèque s’est en effet penché sur les différentes phases au cours desquelles un mouvement national permet de transformer un « groupe ethnique non dominant » en une nation.  Pour Miroslav Hroch, trois phases, dont il est parfois délicat de définir les limites, constituent ce processus. Durant la phase A, les individus œuvrant sur le temps long à la diffusion de l’identité nationale, ou patriots, mènent des recherches sur l’histoire et la culture du groupe dont ils font partie, codifient son langage, et le distingue ainsi des groupes voisins. La phase B, ou « période d’agitation patriotique », se caractérise quant à elle par les activités de ces patriots qui militent pour faire adhérer les autres membres du groupe ethnique à cette nouvelle identité nationale. Si elle est concluante, la phase B ouvre la voie à la phase C, c’est-à-dire la constitution d’un mouvement national de masse caractérisé par une mobilisation de milliers de membres du groupe conscients de leur appartenance commune à une même nation.

Ce cadrage théorique dans lequel Özcan Yılmaz inscrit sa réflexion lui permet de proposer une analyse sur le temps long des différentes étapes du mouvement national kurde en Turquie depuis 1898, date de fondation de Kurdistan, le premier journal kurde du pays, jusqu’à nos jours. Cette histoire de la formation de la conscience nationale kurde peut ainsi être divisée en trois périodes principales selon l’auteur. Une première période débutant en 1898 a vu émerger le début d’une phase A incomplète durant laquelle la crise de l’Empire ottoman pousse les élites kurdes non assimilées à s’intéresser à la culture et l’histoire des Kurdes et vont publier les premiers journaux en langue kourmanji. Malgré le début d’une phase B en 1918 durant laquelle les premières revendications politiques, notamment la nécessité d’un Etat kurde indépendant émergent, les victoires de Mustafa Kemal freinent l’influence des patriots sur les populations kurdes de Turquie. Une deuxième période du mouvement national est marquée par des insurrections entre 1921 et 1938, où, après une phase A quasi inexistante, des mobilisations se fondant sur des liens tribaux et religieux contre l’appareil étatique qui constituent la phase B sont écrasées par les forces gouvernementales. Après ces deux périodes de mobilisation nationale n’ayant pas atteint la phase C, l’auteur se penche sur la dernière période allant de 1950 à nos jours. Cette période se caractérise selon lui par un renouveau des recherches sur la culture kurde de 1950 à 1965 (phase A) menée par une nouvelle élite kurde en ascension sociale et non assimilée. A partir de 1965, on observe des phases d’agitation patriotique connaissant de plus en plus de succès auprès de la population kurde (phase B) avec la création de partis politiques et des moments de mobilisation importante, notamment à la fin des années 1960. Cependant cette phase B a connu deux moments de rupture lors des coups d’Etat de 1971 et de 1980. Il a donc fallu attendre les années 1990 où des facteurs liés à la fois aux évolutions structurelles dans le pays et aux particularités du PKK ont permis au mouvement national kurde de passer à la phase C qui constitue un moment de mobilisation de la population kurde de Turquie autour d’une conscience nationale commune.

En proposant cette lecture du mouvement kurde sur le temps long, Özcan Yılmaz  offre à voir certaines évolutions relatives au profil sociologique des membres des différentes organisations qui ont porté la cause kurde depuis la fin du XIXème siècle. Le lecteur appréciera particulièrement les tableaux en annexe dans lesquels sont répertoriés sur près de quarante pages les caractéristiques des patriots kurdes ayant participé à la formation de différents journaux, associations et partis politiques, du journal Kurdistan de 1898 à la formation du PKK. L’auteur décrit en détails le processus de diffusion de la conscience nationale sur le temps long depuis les élites kurdes de l’administration ottomane, jusqu’aux nouvelles élites issues de la modernisation de l’économie et à la paysannerie nouvellement urbanisée. Özcan Yılmaz  souligne l’importance de l’évolution du profil sociologique des patriots notamment pour les phases A et B. L’ascension sociale des élites kurdes ouvre la voie au développement de la phase A qui les voit s’intéresser à la culture, à l’histoire, à la langue et au territoire kurde. L’émergence d’une nouvelle génération de patriots détermine quant à elle le développement de l’activisme politique permettant une diffusion de la conscience nationale, la phase B. Cet élément sociologique explique en partie le succès des mobilisations massives qu’ont constitué les « Meetings de l’Est » en 1967 et 1969 ou encore la popularité du PKK par rapport à ses concurrents politiques des années 1980.

Un autre intérêt de cet ouvrage est de souligner comment les différentes phases de la formation du sentiment national chez les Kurdes de Turquie sont déterminées à la fois par des facteurs domestiques et transnationaux. Si les liens avec les Kurdes de Syrie et l’influence des Kurdes de Turquie réfugiés en Syrie est importante sur certains points, notamment concernant le travail de codification de la langue, il semble que ce soit les Kurdes d’Irak et leur combat contre le gouvernement de Bagdad qui ait eu le plus d’influence sur la formation d’une identité kurde en Turquie. Les révoltes de Mustafa Barzani sont ainsi écoutées à la radio par les Kurdes de l’autre côté de la frontière qui en suivent les évolutions. Certains partis politiques kurdes de Turquie sont directement influencés par les partis politiques kurdes irakiens, notamment le PDKT dans les années 1960 dont le programme est similaire à celui du PDK irakien. L’échec de Mustafa Barzani en Irak en 1975 marque profondément les fondateurs du PKK et ouvre  la voie à ce nouvel acteur de référence dans le champ politique kurde. Enfin, le contraste existant dans les années 1990 entre la politique turque vis-à-vis des réfugiés Turcs de Bulgarie, de Chypre et des républiques centrasiatiques, et les positions d’Ankara sur les Kurdes d’Irak a profondément marqué les Kurdes de Turquie.  Tout en étant étroitement liée à l’évolution des scènes politiques kurdes dans les pays voisins, la formation de d’identité kurde a également été dépendante de l’évolution du contexte politique en Turquie. Ce sont les moments de remise en question du système politique turc qui vont permettre l’émergence des phases A à la fin XIXème siècle et à partir de 1950. L’intelligentsia kurde, intégrée à l’administration étatique, est en effet en position de prendre conscience de la crise de régime et de la nécessité de se référer à une identité alternative au moment de la crise de l’empire ottoman ou de la remise en question de certains aspects du kémalisme avec l’arrivée au pouvoir du Parti Démocrate en 1950.

L’ampleur de la répression constitue selon Özcan Yılmaz  l’une des spécificités de l’histoire du mouvement national kurde en Turquie. Le rôle de cette répression est double. Premièrement, son caractère aveugle qui frappe aussi les Kurdes qui ne participent pas à l’agitation patriotique joue un rôle déterminant dans la prise de conscience nationale du groupe kurde, notamment durant les insurrections des années 1925-1938 et durant la guerre des années 1990 entre l’Etat turc et le PKK. La violence présente dans la répression l’est aussi dans le discours nationaliste turc, qui joue ainsi un rôle similaire en insistant sur la nécessité pour les Kurdes de s’assimiler. Le succès de la diffusion de l’identité nationale kurde semble ainsi s’expliquer en partie par le fait qu’elle constitue une réaction à la répression et à la virulence d’un nationalisme turc assimilationniste. Cependant l’ampleur de la répression constitue aussi un frein évident au mouvement national kurde. Cela explique la durée qu’il a fallu au mouvement national kurde pour atteindre la phase C de prise de conscience nationale, la phase de mobilisation connaissant de sérieux ralentissements après les coups d’Etats militaires de 1971 et 1980. La répression, en obligeant les partis kurdes à modifier leurs programmes politiques, explique, avec le processus de démocratisation mené par l’AKP durant les années 2000, que le mouvement national kurde, tout en ayant atteint la phase C, n’ait pas encore obtenu un statut politique différencié.

Bien qu’elle soit en partie le produit d’une réaction à la répression et au nationalisme turc, la formation de l’identité kurde en Turquie se fait aussi par la référence récurrente des partis politiques kurdes aux éléments communs entre Kurdes et Turcs. Özcan Yılmaz  précise que cette « réactualisation de l’identité ottomane à l’échelle de la Turquie moderne » qui valorise une identité commune basée sur l’élément religieux tout en reconnaissant une autonomie aux Kurdes n’est pas seulement l’apanage des partis kurdes légalistes ou traditionnalistes, mais se retrouve dans les discours de partis illégaux et révolutionnaires. Bien que l’auteur y fasse notamment référence pour les partis politiques actifs durant les années 1960 et 1970, il est possible d’observer cette tendance aussi de nos jours, et la référence à l’islam dans le discours d’Abdullah Öcalan durant le Newroz de mars 2013 en est une des dernières illustrations. Pour l’auteur, cet élément présent dans les discours de nombreux patriots kurdes s’explique par le caractère incomplet de sa phase A. Selon le modèle théorique de Miroslav Hroch, cette phase aurait en effet dû conduire les patriots engagés dans des recherches objectives à définir la nation kurde, son passé et son territoire et à la distinguer clairement de l’histoire de l’Empire ottoman et de la République. Il aurait été intéressant de voir l’auteur aborder plus directement la question du lien entre le caractère incomplet de la phase A qui caractérise le mouvement national kurde, et l’ambigüité des partis politiques kurdes par rapport à leurs objectifs politiques qui explique en partie l’absence de statut politique malgré la formation d’une conscience nationale kurde.

 Il semble que cette lacune soit liée au manque de distance de l’auteur par rapport au cadre théorique de Miroslav Hroch dont on aurait aimé le voir s’émanciper plus souvent – l’historien thèque le regrette aussi dans l’intéressante préface qu’il fait du livre d’Özcan Yılmaz . Mises à part quelques coquilles((Par exemple et sauf erreur de notre part, Libye au lieu de Liban à la page 144.)) qui ne parasitent nullement la lecture de cet ouvrage extrêmement intéressant, un manque de distance de l’auteur vis-à-vis cette fois de son objet se fait aussi parfois sentir dans l’analyse. Cela explique en partie le choix d’Özcan Yılmaz  de reprendre la définition de Hroch de la nation, qui, – contrairement aux théories de Gellner, Hobsbawm et Anderson qui la définissent comme une réalité construite par le nationalisme à l’époque moderne-, la considère comme « une réalité sociale à l’origine historique ». Si cette position théorique peut se justifier d’un point de vue scientifique, il est plus dérangeant que ce manque de distance perdure lorsque l’auteur cite les mémoires de fondateurs du PKK pour illustrer leur « créativité » et leur « dévouement ». Les exemples donnés par Cemil Bayık dans des ouvrages que l’auteur décrit lui-même comme des instruments de propagande sont ainsi repris sans véritable lecture critique, et les purges et les exécutions internes sont expliquées par la forme irrationnelle que peut prendre le dévouement des patriots.


  1. Social Preconditions of National Revival in Europe : A Comparative Analysis of the Social Composition of Patriotic Groups among the Small European Nations, New York, Columbia University press, 2000 []