Archives de catégorie : Notes

La création de 13 nouvelles municipalités métropolitaines en Turquie par la modification de la loi n.5779 ou le triomphe écrasant de l’urbain dans l’ordre de gestion territoriale

Le 11 novembre 2012 la Grande Assemblée Nationale de Turquie a finalement – après des débats très houleux et même violents – adopté une loi relative à la création de 13 nouvelles municipalités métropolitaines (Büyükşehir Belediyesi), qui s’ajoutent aux 16 existantes, instituées à la suite de la loi sur les municipalités métropolitaines de 1984. Les nouvelles municipalités métropolitaines sont Tekirdağ, Balıkesir, Manisa, Aydin, Denizli, Muğla, à l’ouest du pays ; et Trabzon, Hatay, Şanlıurfa, Kahramanmaraş, Mardin et Van, à l’est.

Les nouveaux départements métropolisés au terme de la loi no 5779 du 12/11/2012

Suite à cette nouvelle loi, 56 millions de citoyens turcs – soit beaucoup plus de la moitié de la population totale du pays – vont désormais dépendre dans leur vie quotidienne d’une municipalité métropolitaine, même s’ils habitent dans de lointains villages et hameaux périphériques (subitement transformés en “quartiers” urbains). En outre, le régime métropolitain va s’appliquer à l’ensemble du territoire des départements, absorbant des territoires ruraux et faiblement peuplés, voire déserts. Ce, pour certaines des anciennes municipalités métropolitaines encore entourées d’espaces ruraux départementaux (Adana, Ankara, Antalya, Bursa, Diyarbakır, Eskişehir, Erzurum, Gaziantep, İzmir, Kayseri, Konya, Mersin, Sakarya  et Samsun) et pour la totalité des nouvelles. Autrement dit, le maire d’Antalya sera responsable de l’aménagement des alpages des montagnes et des vallées des rivières du Taurus. Cette décision d’extension revient à une mainmise sur leurs périphéries par les métropoles. Le processus a commencé en juillet 2004 avec l’extension des limites de la municipalité métropolitaine d’Istanbul à l’ensemble du département (il) d’Istanbul.

Cette “extension du domaine de l’urbain” a suscité des objections surtout du côté des municipalités de second rang (belde belediyeleri) qui ont été supprimées par cette loi, soit plus de 1500 municipalités (1032, ravalées au rang de quartiers/mahalle de municipalités métropolitaines en expansion, et 559 reléguées au statut de villages/köy). Après le premier nettoyage de mai 2008, on assiste donc à une deuxième rétraction du semis municipal en Turquie. A l’heure de la décentralisation administrative, cette suppression assez radicale de niveaux de gestion territoriale et locale peut surprendre. Les arguments développés par les opposants à cette loi ont peu porté sur la question de la démocratie locale mais plutôt sur le fait que cette loi viserait en fait à faire disparaître nombre de municipalités d’opposition et à modifier la carte électorale au profit de l’AKP… en prévision des élections locales de mars 2014 (voir “Ne fermez pas nos petites municipalités”, Cumhuriyet 30-10-2012, p. 24 ; « Akyaka, le paradis contre la métropole », Cumhuriyet, 30-09-2012). En outre, dans les 29 départements pleinement métropolisés disparaît sans appel une des plus anciennes collectivités territoriales, l’Administration Spéciale du Département (İÖİ). Dans la mesure où l’AKP contrôle la plupart des Assemblées départementales concernées, cette mesure n’a pas suscité de tollé. Elle relève néanmoins d’un mode assez centralisateur et autoritaire de révision de la carte administrative…  et de l’architecture des pouvoirs locaux.

Au-delà de cet aspect “charcutage électoral” (Voir “45 000 voix ont d’un coup changé de lieu”, Radikal, 9-11-2012, p. 9), ce qui mérite attention dans cette loi c’est le rapport dominant au territoire qu’elle institue ou confirme. Pour l’AKP, le territoire turc n’existe, manifestement, que par et pour les métropoles qui le structurent et en premier lieu pour Istanbul. Autrement dit, il n’y a plus de rural – les villages des départements métropolisés, qui avaient une personnalité juridique, ont perdu celle-ci et sont devenus des quartiers urbains -, il n’y a plus de petite ville, plus de ville moyenne, il n’y a que des métropoles, acteurs et pivots uniques de “l’aménagement du territoire” en Turquie. Déjà, à l’inverse des mots d’ordre des premières élections sur le développement local, pour les élections de juin 2011 l’AKP avait mis l’accent sur les métropoles dans son programme politique pour la Turquie future. Il n’était de futur que dans, par et pour les métropoles. Il y a donc eu une inflexion de l’approche du développement territorial qui s’est traduite par une polarisation sur les métropoles. L’avenir est dans les grandes villes et le destin des territoires peu ou pas urbanisés semble être uniquement de servir les intérêts des métropoles auxquelles ils sont soumis, en ressources primaires et espaces de détente et de débordement. De nouveaux territoires, jusque-là préservés par leur statut rural, entrent ainsi dans la zone d’influence et de prédation de l’économie urbaine et de la politique urbaine, trop souvent définies à court terme et fondées sur la recherche d’une rente rapide et optimale.

L’ingénierie territoriale impulsée par l’AKP est donc de plus en plus exclusivement urbaine. Elle bouscule tous les cadres, elle ne recule devant rien, comme la perspective annoncée de renouveler en vingt ans la moitié du stock de bâtiments du pays… dans le cadre de la transformation urbaine généralisée (loi de mai 2012) qui fait office de politique urbaine unique et partout appliquée.

Références

  • Yılmaz Önder «Büyükşehir tartışması », Milliyet, 29-10-2012.
  • Güngör Uras, « 16 + 13 = 29 büyükşehirlerimiz oldu », Milliyet, 14-11-2012, p. 7.
  • Sönmez Mustafa « AKP Rejiminin Büyükşehir Oyunu », Cumhuriyet, 17-11-2012, p. 10.
  • Pérouse Jean-François. Les petites villes du département d’Ankara. In: Annales de Géographie. 1994, t. 103, n°575. pp. 29-40. doi : 10.3406/geo.1994.13723 url : http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/geo_0003-4010_1994_num_103_575_13723 Consulté le 22 novembre 2012
  • Pérouse Jean-François. Istanbul et l’État turc. La métropole contre l’Ètat ?, in : Le pouvoir et la ville à l’époque moderne et contemporaine, Collection KUBABA, Série Actes I, Université de Paris I /Institut Catholique de Paris, Actes du colloque « La ville au cœur du pouvoir » Paris 7-8 décembre 2000, Vol. 2, 2002, p. 219-242 ;
  • Pérouse Jean-François. Is the “Marmara Region” really a developed region? Metropolis versus Region”, Geographische Rundschau International Edition, Vol. 5, No. 3/2009, pp. 40-46
  • Pérouse Jean-François. La difficile affirmation des villes moyennes turques comme symptôme de dysfonctionnements politico-économiques in : Charbonneau F, Lewis P. & Manzagol, C. (éd.) (2003), Villes moyennes et mondialisation, renouvellement de l’analyse et des stratégies, Actes du colloque international, Université de Montréal, du 18-20 septembre 2002, Montréal, Trames/UM, pp. 92-99).

Dipnot

Le carnet Dipnot, en tant que vecteur des notes et réflexions des chercheurs de l’IFEA se caractérise par un espace géographique de référence large – outre la Turquie, il rayonne aussi sur les pays voisins du côté des Balkans, du Caucase Sud, du Proche et Moyen Orient et de la Méditerranée orientale – et par un spectre disciplinaire étendu. Ce dernier va de l’archéologie préhistorique aux études contemporaines, en passant par les études sur l’Antiquité, Byzance et l’Empire ottoman. Ce carnet vient compléter les deux carnets existants rattachés à l’IFEA, oui.hypotheses.org (études urbaines – Istanbul) et ovipot.hypotheses.org (vie politique turque).