Archives de catégorie : Présentoir

La Carie antique

Türkçe çeviri

Novembre 2013

La Carie est une région de l’Asie Mineure antique, située dans le sud-ouest de la Turquie. Elle est bordée au Nord par la vallée du Méandre, à l’Ouest et au Sud par la côte égéenne et à l’Est par la vallée de l’antique Indos, la rivière du Dalaman.
La Carie antique était peuplée d’une population autochtone parmi laquelle des chercheurs distinguent les premiers occupants, les Lélèges, puis les Cariens proprement dits. Ces derniers avaient développé une culture propre dont les caractéristiques principales se lisent à travers une langue indo-européenne, une architecture particulière et une iconographie locale.
Même si la Caire et les Cariens sont mentionnés dans de nombreuses sources antiques, dont Homère, on connaît encore mal le développement de sa population aux périodes les plus reculées. Les sources archéologiques nous renseignent principalement sur la ‘période d’or’ de la Caire, à savoir le 4e s. av. J.-C. À cette époque, la Carie, qui faisait partie d’une grande satrapie incluant notamment la Lydie et l’Ionie au Nord ainsi que la Lycie à l’Est, était intégrée à l’Empire Perse. Au tout début du 4e s. av. J.-C., le Grand Roi Perse décide de scinder ces régions en autant de Satrapies autonomes, offrant à la Carie, et pour la première fois de son histoire, d’être réunie sous une seule et même bannière. Car le Grand Roi Perse ne s’est pas contenté d’offrir à cette région sa liberté, bien que relative, elle lui a aussi donné une opportunité extraordinaire en ne nommant pas, comme à l’accoutumée, un de ses proches à la tête de la Satrapie, mais en choisissant de promouvoir un dynaste local, originaire de la ville de Mylasa (moderne Milas), Hékatomnos. Ce chef de guerre fonda la dynastie des Hékatomnides dont est notamment issu le fameux Mausole.
Les Hékatomnides tirèrent largement partie de leur double position de satrape de l’Empire Perse et Rois de Carie. Ils mirent en œuvre une double politique d’unification de la région, jusqu’ici découpée en petites principautés, et de développement économique par un accroissement des échanges, avec notamment le déplacement de la capitale de Mylasa vers la ville d’Halicarnasse (moderne Bodrum). Ils tirèrent aussi un large avantage de leur position géographique, entre les blocs Perse et Grec, qu’ils utilisèrent pour entretenir une certaine ambigüité quant à leur appartenance politique. Administrateurs de l’Empire Perse, ils n’en sont pas moins philhellènes et ont souvent été considérés comme les chantres de l’hellénisme.
L’ensemble de ces particularités ont amené les spécialistes, archéologues, numismates, épigraphes et historiens à s’intéresser à cette région et à sa population. Les Français ont fait partie des précurseurs, avec notamment les voyageurs érudits du XIXe s. tels que Ch. Texier qui fut le premier à produire cartes et plans de sites archéologique, ou encore Ph. LeBas dont les travaux furent publiés en 1847 et permirent à la communauté scientifique internationale de découvrir les vestiges extraordinaires que recèle la région. Dans le siècle qui suivit, si les chercheurs français furent vite rejoints par leurs collègues, notamment anglais et italiens, ils n’en restèrent pas moins actifs. Les travaux fondateurs d’Alfred Laumonier sur les Cultes indigènes en Carie, ou encore la très riche bibliographie de Louis Robert font encore autorité.
À la suite de ces travaux pionniers, de nombreuses interventions de terrains se sont développées en Carie. Prospections archéologiques et épigraphiques, fouilles, approches linguistique et géographique révèlent aujourd’hui un pan entier de cette culture carienne, héritière de la période Hékatomnide qui, si elle fut brève (moins d’un siècle), n’en fut pas moins fondatrice pour l’histoire complexe de cette région.

Bibliographie indicative

  • – HENRY Olivier, Tombes de Carie, Architecture Funéraire et Culture Carienne VIe– IIe Siècle av. J.-C., Presses Universitaires de Rennes, 2009.
  • – HENRY Olivier, 4th Century Karia, Definig a Karian Identity Under the Hekatomnids, IFEA, De Boccard, Istanbul, 2013.
  • – RATTE Christopher, STAEBLER Peter D. De (éds.), Aphrodisias V, The Aphrodisias Regional Survey, Mainz, Philipp von Zabern, 2012.
  • – DEBORD Pierre, VARINLIOĞLU Ender, Cités de Carie, Harpasa, Bargasa, Orthosia, Presses Universitaires de Rennes, 2010.
  • – BLÜMEL Wolfgang (éd.), Die Inschriften von Mylasa Teil I: Inschriften der Stadt, Teil II: Inschriften aus der Umgebung der Stadt, Bonn, Dr. Rudolf Habelt GMBH, 1987, 1988.
  • – COOK B.F., Relief Sculpture of the Mausoleum at Halicarnassius, Oxford, Oxford University Press, 2005.
  • – CARSTENS Anne Marie, Karia and Hekatomnids, The creation of a dynasty, Oxford, Archaeopress, BAR, 2009.
  • – RUZICKA Stephen, Politics of Persian Dynasty, The Hecatomnids in the Forth Century B.C. Oklahoma Press, 1992.
  • – ADIEGO Ignacio J., The Carian Language, Leiden, Bril, 2007.
  • – RUMSCHEID Frank (éd.), Die Karer und die Anderen, Internationales Kolloquium an der Freien Universitat Berlin 13.bis 15 Oktober 2005, Bonn, Habelt Verlag, 2009.
  • – LINDERS Tulia, HELLSTRÖM Pontus (éds.), Architecture and Society In Hekcatomnid Caria, Proceedings of the Symposium 1987, Upsala, Boreas, 1989.
  • – BREMEN Riet Van, CARBON Jan-Mathieu (éds.), Hellenistic Caria, Proceedings of the First International Conference on Hellenistic Karia – Oxford, 29 June – 2 July 2006,  Paris, Ausonius, 2010.
  • – AKARCA Aşkıdil, Les Monnaies Grecques De Mylasa, Paris, Librairie Adrien-Maisonneuve, 1959.
  • – KÜÇÜKEREN C. Canan, An Anatolian Civilisation in the Aegean Karia, (Karuwa/Karka/Karkişa/Krk), İstanbul, Ekin Grup.
  • – HORNBLOWER Simon, Mausolus, Oxford, Clarendon Press, 1982.
  • – Bolletino Dell’Associazione Iasos Di Caria, Bologna, La Mandragora.
  • – PEDERSEN Poul (éd.), Halikarnassian Studies V, Odense M., University Press of Southern Denmark, 2008.
  • – BLID Jesper, Felicium Temporum Reparatio, Labraunda in Late Antiquity (c. AD 300-600), Doctoral Thesis in Classical Archaeology and Ancient History at Stockholm University, Sweden, 2012.
  • – KARLSSON Lars, CARLSSON Susanne (éds.), Labraunda and Karia, Proceedings of the International Symposium Commemorating Sixty Years of Swedish Archaeological Work in Labraunda, The Royal Swedish Academiy of Letters, History and Antiquities Stockholm, November 20-21 2008, Uppsala, Acta Universitatis Upsaliensis, Boreas, 2011. 
  • – ÖZGÜNEL Çoşkun, Karia Geometrik Seramiği, İstanbul, Homer Kitabevi, 2006.

Marges urbaines, par-delà centre et périphérie

Türkçe çeviri

Octobre 2013

Compte tenu du développement effréné et inégal de l’organisme urbain stambouliote, il paraît difficile de continuer à penser « la ville » (et le terme paraît étroit) en en restant à ses centres – si attrayants soient-ils – et aux qualités qu’on lui prête. Car si le centre et la périphérie sont toujours définis de manière arbitraire (acte de pouvoir), et instituent par eux-mêmes une vision du monde, les qualités qu’on leur prête n’en vont pas plus d’elles-mêmes.

Istanbul, avec ce site si complexe, cette histoire stratifiée, cette population mosaïque et cet étalement étourdissant, offre un cas d’étude stimulant pour revenir sur ces catégories d’évidence qu’on ne prend plus toujours la peine d’interroger, au risque de les essentialiser. Ainsi, les ‘centres commerciaux’ (« AVM ») qui se multiplient depuis une décennie dans toute l’aire urbaine produisent un type de centralité urbaine qui suppose, pour être reconnu comme centralité, certains modes de vie.

En conséquence, il est utile de revenir sur les modalités de définition et d’usage de ce couple de termes constitutif de notre vision de la ville, centre et périphérie. Ainsi, ce qui fait périphérie en France ne le fait peut-être pas en Turquie. Et ce qui fait problème dans l’être périphérique en France peut ne pas faire problème en Turquie. Le couple « centre-périphérie » participerait d’une vision du monde que ses producteurs continueraient à croire unique et uniformément valable. Le comparatisme est de ce point de vue une nécessité, démarche que l’ANR «Marges »dont l’IFEA est partie prenante depuis février 2013 – et ses 12 cas d’études autour de la Méditerranée, entend effectuer. Ce comparatisme demanderait à trouver d’autres prolongements au Moyen Orient, en particulier à Téhéran1, ainsi que dans des mégapoles de pays émergents.

Le décentrage proposé – par le passage par les marges –  est donc à la fois épistémologique, par rapport aux instances établies et aux centres dominants de production de sens sur les espaces urbains, et physique, par rapport aux lieux « centraux » d’élection et d’élaboration du discours sur ces mêmes espaces.

C’est par les marges que nous abordons résolument Istanbul dans les excursions de l’Observatoire Urbain d’Istanbul (OUI) depuis l’année 2000. Les « marges” – que l’on peut ici définir dans un sens à la fois géométrique, historique, politico-juridique et symbolique, par rapport à des territoires centraux, reconnus, perçus ou institués comme tels – sont les territoires les plus délaissés par la recherche urbaine contemporaine en Turquie. Bien qu’ils représentent désormais l’essentiel des espaces concrètement urbanisés et concentrent la plus grande part de la population, ces espaces demeurent très peu étudiés. En outre, les catégories d’analyse dominantes semblent inadaptées à la spécificité mouvante de ces espaces.

En effet, ces catégories ont été forgées pour l’étude de territoires urbains, centraux ou péri-centraux, relativement stables, puis indûment étendues aux marges. Il apparaissait donc important de s’attacher à ces périphéries, dans la mesure où ce sont elles qui reflètent le mieux les modalités actuelles de la croissance urbaine et des changements socio-politiques, dans un pays où le rythme de croissance reste soutenu. En outre, notre hypothèse est que le destin des arrondissements centraux (et surtout des arrondissements historiques) ne peut être compris sans prendre en compte les mutations enregistrées par les territoires périphériques. Ce qui se joue dans ces territoires a des incidences sur les territoires « centraux » qui retiennent habituellement l’attention des chercheurs.

En conséquence, l’angle d’approche privilégié a pu fournir l’occasion d’opérer un décentrage salutaire par rapport au regard généralement porté sur Istanbul, en « interrogeant » cette fois-ci les marges de la mégapole2, franges incertaines et encore très peu parcourues par les chercheurs. On peut en effet faire le constat d’une certaine cécité de la recherche vis-à-vis des périphéries, qui procède à la fois d’un désarroi face à des formes non stabilisées et d’une méfiance, rarement justifiée, si ce n’est par un discours dénégateur peu convaincant du type « ce n’est pas (encore) de la ville ; c’est laid et compliqué, ce n’est pas stabilisé3…  ». En d’autres termes, pour la majorité des chercheurs turcs notamment – à quelques exceptions près4 -, les périphéries constituent une « face cachée, presque honteuse » d’Istanbul, qu’on doit passer sous silence. Cette « posture défensive »  s’appuie d’ailleurs sur une conception restrictive de « la ville », rarement explicitée par les porteurs de ce genre de discours. Pourtant, ces périphéries représentent plus de 90% de l’espace désormais urbanisé (mal urbanisé ou dys-urbanisé5, certes), physiquement indéniable : en effet, sur les plus de 5000 km2 que couvre maintenant l’aire urbaine, les arrondissements historiques sur lesquels se focalise la recherche ne représentent pas plus de 10%. De même, les périphéries sont l’expression tangible et concrète de la croissance urbaine d’Istanbul, caractérisée par un décrochement de plus en plus net entre croissance du bâti et croissance de la population. C’est aussi à ce titre qu’elles nous intéressent, en tant qu’elles offrent une « face » souvent ignorée, et pourtant tellement expressive des nouvelles modalités de croissance, purement spéculatives, quasi indépendantes de la demande et des « vrais » besoins en logements6.

Autant que la distance sociale, la distance spatiale7 est relative et relationnelle. L’enclavement et l’effet de trappe ne sont pas des situations “objectives” simplement liées à la localisation en marge ou mal desservie. Et pourtant, malgré toutes les constructions sociales (et évolutions technologiques) contribuant à relativiser le sens de la proximité et de la distance ou celui de la figure “centre-périphérie”, une résistance se manifeste qui traduit la vanité des prétentions à penser un affranchissement possible des faits sociaux par rapport à cette dimension de l’inscription inégale dans le territoire. A l’échelle des modèles proposés, en outre, la localisation de la « marginalité sociale » permet de situer relativement les zones de concentration des personnes exposées par cette « situation » (terme sans doute trop statique), mais elle ne dit rien des trajectoires et interactions.  Le passage par la marge, par-delà centre et périphérie, a donc une valeur heuristique !

Bibliographie indicative

  • -ASLAN S. (2004). 1 Mayıs Mahallesi. 1980 Öncesi Toplumsal Mücadeler ve Kent. İstanbul, İletişim.
  • -BALABAN U. (2011), A conveyor Belt of Flesh. Urban Space and the proliferation of industry labor practices in Istanbul garment industries, Istanbul, Friedrich Ebert Stiftung.
  • -CHAMBOREDON, J.C. & LEMAIRE, M. (1970), « Proximité spatiale et distance sociale. Les Grands Ensembles et leur peuplement », Revue Française de Sociologie, N°XI/1.
  • -CASTELLS M. (1972). La question urbaine. Paris, Maspéro.
  • -DEPAULE J.-C. (dir.) (2006). Les mots de la stigmatisation urbaine. Paris, Editions de la Maison des Sciences de l’Homme.
  • -ERDER, S. (1996), İstanbul’da bir kent kondu, Ümraniye, İstanbul, İletişim, 310 p. 
  • -IŞIK, O. & PINARCIOĞLU, M. M. (2001), Nöbetleşe Yoksulluk. Sultanbeyli Örneği (Pauvreté à tour de rôle. L’exemple de Sultanbeyli), Istanbul : Iletisim, 368 p.
  • -JAILLET M.C. & JALABERT G. (1982), « La production de l’espace urbain périphérique », Revue de Géographie des Pyrénées et du Sud-Ouest, N°1, pp. 7-26.
  • -KAYRA C. (1990),  İstanbul Mekânlar ve Zamanlar (I., espaces et temps), Istanbul, Ak Yayınları (Voir. IV Bölüm “Istanbul Varoşları”, pp. 90-98).
  • -KONUK N. (2010). Pendik. Tüm Tarihi Ile. Istanbul 2010 Avrupa Kültür Başkenti.
  • -LELANDAIS G. (2009). « Quartiers de contestation…quartiers d’exclusion : politiques d’urbanisation et résistances populaires à Istanbul », Cultures & Conflits, n° 76, pp. 143-p167.
  • -MONGIN O. (2005). La condition urbaine. Paris, Seuil.
  • -MORVAN Y. (2013). « L’aménagement du grand Istanbul : entre ambition géopolitique mondiale et enjeux fonciers locaux. Le troisième pont sur le Bosphore », Hérodote, dossier spécial Turquie, n°148.
  • -OSMAY, S. (1998), « 1923’ten bugüne kent merkezlerinin dönüşümü », in : 75 yılda değişen kent ve mimarlik, Istanbul, Türkiye İş Bankası, pp. 139-154.
  • -ÖNGEN F. S. (2012), Kapitalism Kıskacında Kent ve Emek. Gebze Bölgesi ve Otomotiv Sanayii Üzerine Bir İnceleme, İstanbul, Nota Bene.
  • -PEROUSE J.-F. (2011). İstanbul’la Yüzleşme Denemeleri. Çeperler, Hareketlilik ve Kentsel Bellek. İstanbul, İletişim.
  • -PEROUSE J.-F. (1997), « Aux marges de la métropole stambouliote : les quartiers Nord de Gaziosmanpasha, entre Varosh et Batıkent », Cahiers d’Études sur la Méditerranée Orientale et le monde Turco-Iranien  (« Métropoles et Métropolisation »), CERI/FNSP, Paris, 1997, n°24,  pp. 122-162.
  • -PETIT C. (2008). “Périurbanisation, politiques urbaines et gouvernance. Le cas de Çekmeköy, marge nord-est de l’agglomération d’Istanbul”, mémoire de Master, Paris IV Sorbonne.
  • -POYRAZ M., GANDAIS L., ASLAN S. (2010). Les quartiers populaires et la ville. Les varoş d’Istanbul et les banlieues parisiennes. Paris, L’Harmattan.
  • -TEZCAN T. (2011),  Gebze. « Küçük Türkiye » ’nin Göç Serüveni, İstanbul, İstanbul Bilgi Üniversitesi Yayınları.
  • -TUGAL C. (2010). Pasif Devrim. İslami Muhalefetin Düzenle Bütünleşmesi. Istanbul, Koç Universitesi Yayınları.
  • -YAVARI-D’HELLENCOURT, N. (1997), « Immigration et construction identitaire en milieu péri-urbain à Téhéran : Eslâm-Shahr », CEMOTI, Paris, CERI/FNSP, n°24, juillet-déc. 1997, pp. 184-206.
  • -YILMAZ BAYRAKTAR B. (2005). Migration, exclusion et taudification dans le centre ville stambouliote : étude de cas de Tarlabasi. Thèse de doctorat, Institut Français d’Urbanisme.
  1. Voir le bel article : YAVARI-D’HELLENCOURT, N. (1997), « Immigration et construction identitaire en milieu péri-urbain à Téhéran : Eslâm-Shahr », CEMOTI, Paris, CERI/FNSP, n°24, juillet-déc. 1997, pp. 184-206 []
  2. Les marges se logent parfois également dans les interstices des « centres » comme l’exemplifie le cas de Tarlabaşı, étudiée par la thèse de doctorat : YILMAZ BAYRAKTAR B. (2005). Migration, exclusion et taudification dans le centre ville stambouliote : étude de cas de Tarlabaşı. Thèse de doctorat, Institut Français d’Urbanisme. []
  3. Riccardo Petrella, en esthète, développe cette vision de la périphérie “à éradiquer” dans son entretien avec Paquot dans Conversations sur la ville, parlez-moi de l’urbain, 2008. []
  4. Voir bibliographie indicative, infra, dont notamment le pionnier : ERDER, S. (1996), İstanbul’da bir kentkondu Ümraniye, İstanbul, İletişim, 310 p., ou IŞIK, O. & PINARCIOĞLU, M.M. (2001), Nöbetleşe Yoksulluk. Sultanbeyli Örneği (Pauvreté à tour de rôle. L’exemple de Sultanbeyli), İstanbul : İletişim, 368 p. []
  5. On utilise en turc l’expression suivante : çarpık yapılaşma. []
  6. La Chambre des Planificateurs Urbains d’Istanbul estime en effet que le parc de logements actuellement construits permettrait déjà de loger plus de 25 millions de personnes…, alors qu’Istanbul en compte un peu plus de 13,8 selon les chiffres officiels de 2013. []
  7. Jean-Claude Chamboredon, Madeleine Lemaire, « Proximité spatiale et distance sociale. Les grands ensembles et leur peuplement », Revue française de sociologie, n°11, 1970, p. 3-33. []

Les plans d’assurance incendie comme source d’histoire urbaine

Türkçe çeviri

Septembre 2013

Les plans d’assurances incendie ont fait l’objet d’un investissement précoce et ont donné lieu à une recherche originale dans le champ des études urbaines pour Istanbul.  La cartographie pour l’assurance des biens immobiliers et mobiliers se diffuse dans les grands centres urbains à la fin du XIXe siècle, témoignant d’une gestion plus élaborée du risque incendie ; la richesse de ses index, de sa légende chromatique, l’image précise, quasi-instantanée, des centres villes ou zones portuaires représentés, font du plan incendie une source très sollicitée, un « trésor » documentaire, et ce, alors qu’il est rarement considéré comme un objet de recherche autonome. Dans un contexte marqué à la fois par l’élargissement des possibilités d’analyse spatiale, avec l’intégration de nouveaux outils de traitement des cartes (SIG), mais aussi par un enrichissement de la connaissance sur ce type d’archive, il semble intéressant et nécessaire de le confronter à la production scientifique. Derrière l’apparent paradoxe d’une archive exposée mais produit d’une histoire peu connue, celle de la branche « incendie » de l’assurance, une dynamique de recherche est observable dont les tâtonnements semblent inhérents aux études urbaines. Ainsi, nous souhaitons proposer, sous la forme du présentoir, quelques pistes de lectures favorables au prolongement de la démarche historienne pour l’investigation de cette source complexe. Deux axes sont retenus, l’un, plutôt méthodologique, rassemble des publications de plans et des études sur l’écriture de l’histoire à partir des cartes, le second ensemble doit permettre de repositionner cette archive dans l’histoire économique et politique de l’assurance dont elle est le produit.    

Le plan d’assurance incendie par son statut incertain entre document technique et image cartographique, mais aussi en raison du manque de distance critique sur l’histoire de l’assurance dans la région, rend difficile son investigation historique. Du point de vue matériel et épistémologique, rares sont les travaux universitaires pour la période contemporaine qui traitent de l’image comme source, la considérant souvent comme une simple illustration, seul le texte demeure porteur d’histoire légitime. Aussi, le plan d’assurance donne-t-il principalement lieu à des études iconographiques enfermées dans des analyses étroitement sémiologiques, et à des études de cas difficilement transposables ou généralisables lorsqu’il n’est pas considéré comme un simple réservoir d’informations fiables pour l’histoire de l’économie urbaine.

C’est l’intégration du corpus stambouliote dans des projets centrés sur les cartes, et plus largement ouverts dans l’espace et dans le temps, qui donne lieu à des études comparatistes et dynamiques de ce type de production cartographique. Ainsi, l’exposition récente « Deux siècles de cartographie d’Istanbul et de son environnement / Istanbul ve cevresi üzerine iki Yüzyıl Boyunca Haritacılık », resitue la cartographie assurancielle dans la ville et dans le temps long des mutations des savoirs géographiques, et atteste des progrès enregistrés pour l’étude de cette documentation. En effet, le plan d’assurance est aussi une documentation complexe par son statut institutionnel. Inégalement reversé dans le domaine public, il parvient au chercheur sous la forme d’archive éparse et isolée, dont la collecte se réalise à l’internationale, ou, lorsqu’il fait l’objet de publication c’est en général sous la forme de produits « maison », portant le nom de la société, sans introduction critique. Dans le cas d’Istanbul, une tendance à la prise en charge scientifique, par la collaboration avec des spécialistes, est observable. La publication des plans réalisés au début du XXe siècle par la société de Charles Ed. Goad Lted, a fait l’objet d’un travail de mise en contexte, de traitement spatial et fournit une bibliographie de référence. La mise en partage de la documentation dans sa double dimension archivistique et patrimoniale, ainsi que l’étude autonome des séries de plan sont des indicateurs forts d’une dynamique dans ce champ d’étude. Le renversement épistémologique ici observable, où le plan d’assurance incendie cesse d’être le reflet d’une réalité impossible à atteindre, s’alimente et entre en résonnance avec d’autres travaux urbanistes et historiques qui permettent de déconstruire le « regard de l’assureur », de progresser conjointement dans l’écriture d’une histoire locale et connectée de l’assurance.   

Il revient à l’équipe d’urbanistes et d’architectes chercheurs animé par Stéphane Yérasimos, d’avoir attiré l’attention sur la spécificité de l’histoire de l’assurance locale et posé certains jalons pour l’administration de ses archives cartographiques. Le plan d’assurance est alors inscrit au cœur d’un programme d’étude fécond, autour du thème de « la ville en feu », mettant en évidence des chaines documentaires, notamment la production légale et règlementaire, et formulant des hypothèses qui demeurent d’une grande actualité, tel que le lien entre l’élaboration des plans d’assurance, l’ingénierie municipale et le processus de cadastration de la terre.

Particulièrement dans le cas des villes de l’Empire ottoman,  l’histoire de l’assurance au XIXe siècle comporte des « trous » archivistiques et certaines limites historiographiques. Les ouvrages consacrés à l’histoire internationale de l’assurance sont peu nombreux, ils adoptent les contours de la profession actuelle, les études étant de plus en plus spécialisées, donnant lieu à une littérature technique de nature juridique, économique et financière, sans oublier les travaux mathématiques et statistiques. À cela s’ajoute un certain prisme évolutionniste dans la compréhension de l’histoire des assurances. La littérature dominante tend à ne prendre en considération que les pays industrialisés et historiquement actifs dans la diffusion de l’assurance et se caractérise par une approche institutionnelle où l’histoire de l’entreprise est appréhendée par l’étude des relations entretenues entre les sociétés et l’Etat. Dans ces conditions, l’histoire de l’assurance turque ou égyptienne se place hors du schéma classique de l’émergence des nouveaux marchés, et a longtemps été considérée comme un phénomène exogène, qui relèverait de la domination coloniale ou impérialiste. Les recherches en cours renversent la tendance en démontrant que le droit islamique n’a pas été un obstacle à la pratique assurancielle et que celle-ci appartient au temps long de l’histoire marchande ; une première étude envisage le développement de l’assurance au sein de l’Empire ottoman, d’autres travaux, du point de vue local et en lien avec les transformations de la propriété foncière.

En conséquence, outre son statut de carte et production culturelle, le plan d’assurance incendie doit aussi être envisagé en sa qualité d’instrument financier directement lié à l’essor du capitalisme ; il permet d’éclairer les articulations entre la réforme du droit de propriété et la prise en compte à la fois économique et politique du risque. Aborder l’assurance par sa production technique est une bonne entrée, cela mobilise une approche socio-historique fine des figures multiples engagées, du courtier à l’ingénieur, avec l’histoire des entreprises, banques et assurances, et ce, sans négliger sa dimension matérielle et architecturale. En conjuguant ces différentes approches, le plan d’assurance incendie devient une archive plus accessible, inscrite dans une tradition et située dans des processus locaux, au prix peut-être, il est vrai, d’une certaine perte de prestige.

Publications présentant des archives :

  • Banque impériale Ottomane : inventaire commenté des archives, Institut Français d’Études Anatoliennes, 1994.
  • Catalogue de l’exposition ‘Deux siècles de cartographie d’Istanbul et de son environnement – Istanbul ve cevresi üzerine iki Yüzyıl Boyunca Haritacılık’, M. Stern P. Lebouteiller, J-F Pérouse,  Istanbul, Notre Dame de Sion, 2013.
  • Charles Edouard Goad’in Istanbul Sigorta Haritalari (İstanbul büyûkehir Belediyesi, Kütüphane ve Müzeler Müdürlüğü),Dagdelen, Irfan ed. 2007.  
  • Jacques Pervitich Sigorta Haritalarında Istanbul, Istanbul : Axa Oyak, Tarih Vakfı Yayını, 2000.

Ouvrages et articles sélectionnés :

  • -Aygün A., Türk Haritacılık Tarihi (Histoire de la cartographie turque), 2 Cilt (vol.), Ankara : Harita Genel Müdürlüğü, 1980.
  • -Arnaud, J.-L., Analyse spatiale, cartographie et histoire urbaine, Parenthèses, 2008.
  • -Alleaume, G., « La production d’une économie nationale : remarques sur l’histoire des sociétés anonymes par actions en Egypte de 1856 à 1956 », Annales Islamologiques, n°31, 1997, p. 1-16.
  • -Chastagneret, G., Marin, B., Raveux, O. et Travaglini, C. (dir.) Les sociétés méditerranéennes face au risque : Economies, coédition IFAO, Casa de Velázquez, Ecole Française d’Athènes, Ecole Française de Rome, Maison de la Méditerranée et des Sciences de l’Homme, 2012.
  • -Coanus, Thierry et Pérouse, Jean-François (dir.) « Villes et risques. Regards croisés sur quelque cités en danger », Anthropos, 2006. 
  • -Bekkin, Renat I.  « Islamic Insurance: National Features and Legal Regulation », Arab Law Quarterly, Vol. 21, No. 2, 2007, pp. 109-134
  • -Débarre, Ségolène, Du Méandre à l’Euphrate, l’Anatolie au prisme des savoirs géographiques allemands (1835-1895), (thèse ss dir Tissier), Paris I, 2011.
  • -Deweerdt, Charlotte, « Développement de l’assurance et du marché foncier à Alexandrie durant la seconde moitié du XIXe siècle », in Guéno, Vanessa et Guignard, Didier (dir.), Les acteurs des transformations foncières en Mediterranée, Karthala, 2013.
  • -Dupret, Baudouin, « Vent d’est, vent d’ouest » : l’Occident du droit égyptien », Égypte/Monde arabe,  n°30-31, 1997, (Les visions de l’Occident dans le monde arabe), p. 93-111.
  • -Edney, Matthew, H., Mapping an Empire. The Geographical Construction of British India, 1765-1843, Univ. Chicago Press, 1997. 
  • -Encyclopédie de l’Islam, Leiden, E.J. Brill, 1965, Tome II, Article Dallâl
  • -Frangakis-Syrett, Elena, « Concurrence commerciale et financière entre les pays occidentaux à Izmir (XIXe-Debut du XXe siècles), In Jacques Thobie, Roland Perez et Salgur Kançal (ed.), Enjeux et rapports de force en Turquie et en Méditerranée orientale, Varia Turcica XXVIII, L’Harmattan, Ifea, 1996.
  • – Fries, Franck et Yerasimos, Stéphane (ed.),  La ville en feu, Actes de la journée du 4 juin 1993 / organisée par le laboratoire « Théorie des mutations urbaines ».  Cahiers µ, n° 6-7, sept-déc.1993, p.67-86.
  • -Ientile, Damien, Histoire économique des assurances au XVIIIe et XIXe siècles en Europe, P.C Hautcoeur (dir.), ENS, Paris, p.1-17.
  • -Kayah, Fatih, Osmanlı Devleti’nde Sigortacılık, Libra Yayınlari, İstanbul, 2010.
  • -Lemercier, Claire et Zalc, Claire « Pour une nouvelle approche de la relation de crédit en histoire contemporaine », Les Editions de l’EHESS,  Annales. Histoire, Sciences Sociales, 2012 /4.
  • -Lepetit, Bernard et Topalov, Christian (ss dir), « La ville des sciences sociales », Ed. Belin, 2001.
  • -Mazlum, Deniz, 1766 İstanbul Depremi – Belgeler Işığında Yapı Onarımları (Le séisme d’Istanbul de 1766: la réparation des bâtiments à la lumière des documents), Istanbul,  İstanbul Araştırmaları Enstitüsü, 2011.
  • -Owen, Roger , « The middle East in the world economy 1800-1914 », Londres-New York, Methuen, 1981.
  • -Stanziani,  « Comparaison réciproque et histoire. Quelques propositions à partir du cas russe », in Jean-Paul Zuniga, Pratiques du transnational, Paris, CRH, 2011, pp. 209-231.
  • -Thobie, Jacques, “Conjoncture et stratégie: le groupe financier de l’Ottomane en 1914 », in BACQUE-GRAMMONT Jean-Louis, DUMONT Paul (eds.) Economie et sociétés dans l’Empire ottoman (Fin du XVIIIe-Début du XXe siècle) : Actes du colloque de Strasbourg : 1-5 juillet 1980.
  • -Patrick Verley et Jean-Luc Mayaud, « Introduction. En l’an 2001, le XIXe siècle à redécouvrir pour les historiens économistes ? », Revue d’histoire du XIXe siècle, 23 / 2001, 7-21.
  • -Warner, Nicolas, « Sources for architectural and urban history, Charles Goad & the Fire Insurance Plans of Egypt (1898-1910)” in Mercedes Volait (dir.), Le Caire-Alexandrie architectures européennes, 1850-1950, CEDEJ-IFAO, 2001.
  • -Yerasimos, Stéphane,  « occidentalisation de l’espace urbain : Istanbul 1839-1871. Les textes règlementaires comme sources d’histoire urbaine », in Daniel Panzac, Les villes dans l’Empire ottoman : activités et sociétés, t. I, Marseille, CNRS, 1992, p. 97-119.

Autres liens utiles :

La Cappadoce ottomane du XIXe siècle

Türkçe çeviri

Juin 2013

Sur les traces d’une histoire et d’un patrimoine : La Cappadoce ottomane du XIXe s.

En novembre 2012, l’IFEA commençait sa présentation mensuelle de présentoirs bibliographiques par les travaux et recherches dédiées à Kayseri, ville anatolienne située au pied du mont Erciyes (Argée) dont les coulées de laves ont permis à la Cappadoce de devenir une région historique à la géologie et à l’architecture locales hors du commun. La Cappadoce a d’ailleurs fait l’objet de recherches nombreuses dans le domaine de l’histoire de l’art et en particulier de l’art byzantin. En revanche, l’histoire locale turco-ottomane reste peu connue. Il est vrai qu’à côté (ou parfois même à l’intérieur…) des cheminées de fées de formation naturelle, les églises et autres monuments byzantins troglodytes ou semi-troglodytes ont séduit les voyageurs des XVIII et XIXe s. et continuent aujourd’hui encore à être les lieux de visite privilégiés des “touristes” (terme qui a progressivement remplacé celui de “voyageurs” et qui convient mieux à l’expérience cappadocienne des XXe et XXIe siècles!)

Au XIXe s., les voyageurs européens, dans la lignée de Paul Lucas qui visita la Cappadoce –sans la nommer – au début du XVIIIe s., parcoururent la région à la recherche de paysages et d’expériences insolites. Ils y rencontrèrent les habitants dont les mœurs, à leurs yeux étonnantes, ont fait l’objet de longues descriptions, souvent sans doute quelque peu romancées afin de captiver le lecteur européen toujours aussi friand d’exoticité, d’orientalité et de turqueries. Ce sont pourtant les populations chrétiennes de la région – considérées alors comme les “vestiges” d’une culture antique disparue – qui ont intéressé ces voyageurs, de même qu’elles ont suscité l’intérêt tout particulier des missionnaires protestants et catholiques. Les Orthodoxes de Cappadoce intriguaient par leurs modes de vie, leur habitat souvent troglodyte (le troglodytisme, rappelant quelque peu l’homme des cavernes, était alors considéré comme une forme d’habitat “primitif” et pourtant si mystérieux et charmant…), leurs coutumes et leur(s) langue(s) : des hellénophones au grec “archaïque” et des turcophones écrivant et lisant le turc en caractères grecs, ces populations locales avaient tout pour fasciner! Parmi la longue liste de récits de voyages, ceux de P. Lucas, J. MacDonald Kinneir, C. Texier, G. Perrot, W.F. Ainsworth ou encore W.M. Ramsay permettent d’avoir un premier tableau de la Cappadoce du XIXe s. et sont conservés dans le fonds “Voyageurs” de la bibliothèque de l’IFEA.

Au-delà des récits de voyage, les travaux en histoire de l’art et en histoire locales ont vu leur nombre augmenter au cours de ces dernières décennies. L’art local continue à faire l’objet de recherches détaillées dont l’éventail s’est déployé, ouvrant les portes de la sphère byzantine aux études sur l’art turc (pré-ottoman) et ottoman. Au XIXe s., la Cappadoce a connu de nombreuses évolutions architecturales et artistiques. Si, jusqu’aux Byzantins, l’architecture cappadocienne restait souvent cachée car creusée dans la roche, au fil des conquêtes turco-ottomanes, caravansérails, mosquées, fontaines et ponts ont progressivement agrémenté le paysage de monuments non pas creusés mais construits de toute pièce. De même, à la fin du XIXe s., par la construction d’églises et d’habitations en pierre de taille (qui, néanmoins, possédaient toujours une partie souterraine), les familles chrétiennes qui allaient quitter définitivement la région en 1923 ont introduit une nouvelle facette au patrimoine architectural cappadocien dont les meilleurs exemples sont sans doute les villages de Güzelyurt (ancien Gelveri) et de Mustafapaşa (Sinassos).

Enfin, l’histoire locale du long dix-neuvième siècle dont la fin est marquée par l’échange de population de 1923, et, de fait, par la fin de la cohabitation christiano-musulmane en Cappadoce, fait aussi l’objet de recherches en particulier des monographies en langue grecque sur les villages chrétiens hellénophones ou turcophones et de travaux sur les principaux centres de la région (Kayseri, Niğde, Nevşehir, Ürgüp ou encore Bor et Sinassos) sans oublier les études sur les Karamanlis et leur production littéraire. Des spécificités architecturales et linguistiques aux coutumes, croyances ou encore modes de vie locaux, l’étude  historique de la Cappadoce et de ses habitants reste un vaste terrain semé… de cheminées de fées !

Bibliographie

  • Dionigi Albera & Maria Couroucli (eds), Sharing Sacred Spaces in the Mediterranean. Christians, Muslims, and Jews at Shrines and Sanctuaries, Indiana University Press, 2012
  • William Francis Ainsworth. Travels and Researches in Asia Minor, Mesopotamia, Chaldea and Armenia. Vol. 1. London: John W. Parker, 1839. VH 092-1
  • Ilias Anagnostakis & Evangelia Balta. La découverte de la Cappadoce au dix-neuvième siècle. Istanbul: Eren, 1994.
  • Yonca Anzerlioğlu. Karamanlı Ortodoks Türkler. Istanbul: Phoenix, 2003.
  • Evangelia Balta & Matthias Kappler. Cries and Whispers in Karamanlidika Books: Proceedings of the First International Conference on Karamanlidika Studies (Nicosia, 11th-13th September 2008) Turcologica ed. Vol. 83. Göttingen: Harrassowitz Verlag, 2010.
  • Evangelia Balta, Sinasos, Mübadeleden Önce Bir Kapadokya Kasabası CAT 010
  • Richard Clogg. Studies in the Greek East in 18th and 19th Centuries, Anatolica. Aldershot: Variorum, 1996
  • Vital Cuinet. La Turquie d’Asie : géographie administrative, statistique, descriptive et raisonnée de chaque province de l’Asie-Mineure. Paris: E. Leroux, 1895. (tome 6)Tur Hm 585-06
  • Richard M. Dawkins. Modern Greek in Asia Minor; a study of the dialects of Siĺli, Cappadocia and Phárasa, with grammar, texts, translations and glossary. Cambridge: Cambridge University Press, 1916
  • Halil Eldem Kayseri şehri : Selçuklu Tarihi’nden Bir Bölüm, 1982
  • Semavi Eyice. “Rum Harfleri Ile Türkçe -Karamanlıca- Bir Nevşehir Salnamesi.” İn Fındıkoğlu Armağanı,  Fakülteler Matbaası, 1977
  • Suraiya Faroqhi. Men of Modest Substance: House Owners and House Property in Seventeenth-Century Ankara and Kayseri. Cambridge: Cambridge UP, 1987. Tur Aa 120
  • Albert Gabriel, Monuments turcs d’Anatolie.I : Kayseri-Niğde, et un volume de planches, 1931, 166 p. + 56 p. pl., ; TUR Aa Fo 22 I 1
  • Avram Galanti. Niğde ve Bor Tarihi. Istanbul: Tan, 1951. Tur Sr 011-IV
  • Frederick William Hasluck. Christianity and Islam under the Sultans. II vols. Vol. II. Oxford: Clarendon Press, 1929. Tur Ho 854
  • Friedrich Hild & Marcell Restle, Kappadokien. Tabula Imperii Byzantini 2, Vienna : Österreichische Akademie der Wissenschaften, 1981. U44 – 02
  • Vacit İmamoğlu, Geleneksel Kayseri evleri, Ankara : Turkiye Halk Bankasi, 1992.
  • Guilaume de Jerphanion, Une nouvelle province de l’art byzantin : Les églises rupestres de Cappadoce, tome 1. COLL II 005-1
  • Veronica Kalas. « Early Explorations of Cappadocia and the Monastic Myth. » Byzantine and Modern Greek Studies 28 (2004): 101-19. (article en pdf)
  • – Sacit Pekak. « Christian Art of Cappadocia from the Middle Ages to the 20. Century. » In Common Cultural Heritage, Developing Local Awareness Concerning The Architectural Heritage Left From The Exchange of Populations in Turkey and Greece, edited by Lozan Mübadilleri Vakfı, 29-34. Nevşehir, 2005. Obs Urb 1393
  • Sévérien Salaville and Eugène Dallegio. Karamanlidika : Bibliographie Analytique d’Ouvrages en langue turque imprimés en caractères grecs (1584-1850). Vol. I. Athens: IFA, 1958. Tur Gb 02
  • Metin Sözen. Kapadokya. Istanbul: Ayhan Sahenk Vakfi, 1998. HAM 67
  • Kemal Talih Türkmen. Ürgüp, Bilinmeyen Kapadokya’dan Bir Kesit. Ankara: Ürün yay., 1999. Obs Urb 885

Études sur le quartier dans l’Empire ottoman et en Turquie

Türkçe çeviri

Mai 2013

Le quartier, en Turquie, n’a pas connu le réinvestissement dont il a fait l’objet récemment en France comme cadre d’action politique. On peut traduire “quartier” par deux termes: mahalle – unité administrative de base en ville – mais aussi semt, qui n’a aucune existence administrative mais est de plus grande taille et mieux connu à l’échelle de la ville. Si le quartier est réinvesti en Turquie, c’est d’abord comme imaginaire, notamment dans les productions télévisuelles et littéraires, dans un contexte d’étalement urbain et d’anonymat attribué à la grande ville. Partant de ce constat, ce présentoir thématique revient sur la manière dont le quartier dans l’Empire ottoman et en Turquie a été traité dans les sciences sociales.

Le quartier a longtemps été un terme obligé des études sur la ville ottomane, s’inscrivant dans une vision des villes islamiques, comme dépourvues d’identité collective, d’autonomie politique et d’initiatives populaires. Dans cette vision de la « ville islamique », le quartier apparaît comme une entité stable et fermée sur elle-même voire autarcique, étanche à l’influence étatique. Il constitue le symbole même – et le garant – de l’immobilisme d’une ville ottomane. Il symbolise aussi sa fragmentation : souvent constitué par une communauté religieuse groupée autour d’un lieu de culte, le quartier possède son propre marché, son école et sa fontaine, un café, le tout entretenu par des legs pieux; il est souvent vu comme une unité cohérente, souvent homogène ethniquement, linguistiquement, religieusement. Dans cette perspective, le quartier est synonyme de communauté et la ville est un patchwork. Vu comme une fraction du territoire dans la ville et non pas de la ville, le quartier est alors chargé d’un fort signe communautaire et identitaire (Rinaldo Marmara, 2003).

La critique et la mise à distance de cette vision dans les travaux d’histoire urbaine à partir des années 1970 ont conduit à réviser en profondeur cette conception essentialiste du quartier. Dans cette nouvelle historiographie – qui d’ailleurs prend rarement le quartier frontalement pour objet – l’accent est mis plus sur les habitants et les relations qui les unissent que sur les caractéristiques physiques du quartier. Ce dernier apparaît désormais comme une entité souple et imprécise, mais aussi plus hétérogène socialement et ethniquement. Il est considéré comme un lieu de passage, de circulations et d’échanges autant que d’appartenance et, plutôt que sa fermeture, on souligne ses relations avec les autres quartiers et la ville dans son ensemble. S’il était géographiquement l’unité la plus petite, le quartier semble avoir été l’échelle la plus significative dans la vie quotidienne des habitants de la ville d’un point de vue social, économique et relationnel. Toutefois, à l’exception de l’étude de Cem Behar qui a été rendue possible grâce à la richesse de son corpus d’archives (registres des maires de quartiers), les sources permettant l’analyse du tissu social sont peu nombreuses et éparses. Cela est peut-être également lié au fait que les données issues des recensements de population ne sont pas désagrégées au niveau des quartiers, ce qui rend difficile toute analyse à l’échelle micro-locale.

Pour la période républicaine, les études sur le quartier sont encore plus lacunaires. Autant le village a été largement étudié – dans une perspective de modernisation et d’intégration à la nation, y compris dans sa dimension politique -, autant le quartier a été délaissé. Ainsi, il existe très peu de recherches de sociologie politique sur les quartiers et leurs maires. Quelques travaux adoptent une perspective de science administrative et s’attardent sur le rapport entre les mahalle et les autres administrations et l’adaptation de leurs moyens aux buts qui leurs sont fixés. Le quartier apparaît à la marge dans les études sur la politique locale. Il a cependant été étudié comme lieu d’engagement et de tensions politiques, en particulier dans les années 1970 (1 mayıs, Şükrü Aslan). Très récemment, quelques travaux considèrent le quartier comme espace de participation politique de proximité, dans une perspective de démocratisation.

Le quartier est revenu au-devant de l’actualité turque en 2007 et 2008, avec le débat sur le mahalle baskısı, littéralement la « pression du quartier », lancé par l’une des figures les plus connues de l’histoire et des sciences politiques turques, Şerif Mardin. Définie par Mardin comme « le regard » de l’autre, la pression renvoie au contrôle social immanent à la société, qui s’exercerait d’autant plus facilement que l’espace concerné est réduit et la proximité forte. Pour ce dernier, en tant qu’espace de vie aux acteurs multiples échappant largement à l’emprise de l’État, le quartier constituerait l’espace même de ce type de pression dans les villes ottomanes et turques. Il serait ainsi susceptible de mettre en danger le projet de modernisation de la société par le haut, non par son inertie, mais par son pouvoir de résistance et sa capacité à imposer des normes alternatives. Le débat afférent, plus médiatique qu’académique, s’est concentré sur l’existence d’une telle pression – notamment concernant le port du voile – et sur son potentiel à entraîner une islamisation par le bas, dans un contexte politique fortement clivé.

Malgré la multiplicité des angles adoptés pour traiter du quartier, celui-ci n’est pas pour autant une entrée privilégiée pour étudier la complexité des phénomènes urbains. Paradoxalement, en dehors du cadre universitaire, on remarque un phénomène de retour sur le quartier. Dans le contexte d’hyper-métropolisation et d’internationalisation d’Istanbul, la réhabilitation du quartier a parfois conduit à une nouvelle forme d’essentialisme, où le terme est souvent associé à une conception pittoresque et nostalgique – et quelque peu réifiante – du passé.

Sélection d’ouvrages

  • Egemen Yılğur, Nişantaşı Teneke Mahallesi, Teneke Mahalle Yoksulluğundan Orta Sınıf Yerleşimine, Istanbul, İletişim, 2012.
  • Cem Behar, Neighborhood in Ottoman Istanbul: Fruit Vendors and Civil Servants in the Kasap İlyas Mahalle, Istanbul, State University of New York – Suny, 2003.
  • Şükrü Aslan, 1 Mayıs Mahallesi : 1980 Öncesi Toplumsal Mücadeleler ve Kent, Istanbul, İletişim, 2004
  • M. Poyraz, L. Gandais, Ş. Aslan, Les quartiers populaires et la ville. Les varoş d’Istanbul et les banlieues parisiennes, Paris, L’Harmattan, 2004.
  • Amy Mills, Streets of Memory: Landscape, Tolerance, and National Identity in Istanbul, University of Georgia Press, 2010.
  • Erol Tümertekin, İstanbul’da bir sanayı bölegesi Bomonti, Istanbul, Istanbul Universitesi, 1967.
  • Didem Danış, Ebru Kayaalp, Elmadağ: A Neighborhood in Flux, Istanbul, Les dossiers de l’IFEA, 2004.
  • “De l’empire ottoman à la Turquie actuelle : Le quartier (Mahalle). Approche des normes et des usages », Dossier préparé par Işık Tamdoğan dans Anatolia Moderna X, Istanbul, IFEA, 2004.
  • Numéro de la revue Istanbul sur le mahalle
  • Özer ERGENÇ, « Osmanlı Şehrindeki Mahallenin İşlev ve Nitelikleri Üzerine » dans Osmanlı Araştırmaları Dergisi, 4, 1984.
  • Tolga Islam, İstanbul’da soylulaştırma : Galata örneği : Yüksek Lisans Tezi : Tez danışmanı İsmet Ağaryılmaz : Yıldız Teknik Üniversitesi İstanbul 2003.
  • Noémi Lévy-Aksu, Ordre et désordres dans l’Istanbul ottomane (1879-1909), De l’Etat au quartier, Karthala, 2013.
  • Ruşen Çakır, Mahalle baskısı. Prof. Şerif Mardin’in Tezlerinden Hareketle Türkiye’de İslam, Cumhuriyet, Laiklik ve Demokrasi, Istanbul, Doğan Kitap, 2008
  • İrfan Bozan, Ruşen Çakır Mahalle baskısı var mı, yok mu ? Istanbul, Doğan kitap, 2009.
  • Alada, Adalet, Osmanlı-Türk Şehrinde Mahalle, Istanbul, Sümer Kitapevi, 2008.
  • Arıkboğa, E., « Yerel yönetimler, Katılım ve Mahalle Muhtarlığı », mémoire de master, Université de Marmara, 1998.
  • Şevran S., « The place of neighborhood administration in the Turkish administrative system: the case of Ankara », thèse de master, Middle East Technical University, 2005.
  • Türk Belediyecilik Derneği, Konrad Adenauer Vakfı, Mahalle muhtarları ve belediye ilişkileri, Ankara, 1998.
  • IULA-EMME, Kent Yonetimlerinin Demokratiklesmesi Surecinde Mahalle, Istanbul, Kent basımevi, 2000.
  • Ortaylı, İ. Tanzimat Devrinde Osmanlı Mahalli İdareleri (1840- 1880), Ankara: TTK Yayınları, 2000.
  • Erder, Sema, Istanbul’a bir kent kondu. Ümraniye, Istanbul, İletişim, 1996.
  • Hüseyin Irmak, İstanbul’da bir kadim semt yaşadığım Kurtuluş, Istanbul, Aras, 2003
  • Pinçon, Michel, Pinçon-Charlot, Monique, Les Ghettos du Gotha : comment la bourgeoisie défend ses espaces, Paris, Seuil, 2007.
  • Authier, Jean-Yves ; Guérin-Pace, France ; Bacqué, Marie-Hélène, Le quartier : Enjeux scientifiques, actions politiques et pratiques sociales, Paris, La Découverte, 2007.
  • Keller, Suzanne, The urban neighborhood : a sociological perspective, Random, 1968.

Femmes et genre dans l’Empire ottoman

Türkçe çeviri

Avril 2013

Nées dans les années 1970-80 sous la poussée des universitaires américains, les gender studies et women studies ont connu un fort développement international. Pourtant, aujourd’hui encore, des confusions existent concernant leur objet d’étude respectif. Les women studies ou études des femmes ont pour objectif un travail sur les conditions féminines en particulier – et la frontière entre ces travaux et les études féministes (feminist studies) demeure très fine. Les études sur le genre ou gender studies ont pour vocation d’étudier les relations entre les sexes. La notion de sexe n’est alors pas considérée sous son aspect biologique, mais culturel. La célèbre phrase de Simone  de Beauvoir « on ne naît pas femme, on le devient » résume d’ailleurs parfaitement l’idée : elle entend par là qu’être femme renvoie à tout un univers comportemental codifié, acquis socialement. Partant de cette constatation, les travaux sur le genre cherchent à déterminer les données socio-culturelles qui définissent les comportements des individus, qu’ils soient hommes, femmes, eunuques, transsexuel(le)s, mais aussi riches ou pauvres, bourgeois, prolétaires ou aristocrates, etc. L’accent est mis sur les relations d’un « genre » avec les autres, car chacun se définit par rapport aux autres, tout particulièrement son opposé (être femme ne peut se comprendre que dans un rapport à ce que signifie être homme ; être eunuque, dans une relation avec la condition masculine et la condition masculine, et ainsi de suite).

Le domaine des études ottomanes n’a pas échappé à l’attrait des études sur les femmes et le genre. Les travaux ont été nombreux, mais on peut déplorer l’existence d’inégalités profondes dans la production scientifique faite sous ce label. On reprochera notamment la tendance à voir dans les études sur les femmes et celles sur le genre une équivalence méthodologique qui n’a pas lieu d’être. L’importance relative de la production ne saurait non plus dissimuler le fait qu’elle demeure principalement l’œuvre de quelques universitaires américains ou formés selon ce modèle. Il est fort surprenant d’entendre dire que les women ou gender studies auraient épuisées leurs capacités de production d’un savoir scientifique, alors même qu’elles n’en sont qu’à leur début. De fait, il est remarquable de constater que les travaux se sont concentrés principalement sur certains terrains privilégiés, du fait des sources bien souvent. Ainsi, ce sont surtout les questions de mariages et de divorces, de détention de biens et d’héritages, qui ont bénéficié de la plupart des attentions, grâce à l’usage des registres de cadi ou des compilation de fatwa. On ajoutera à la liste les réflexions sur le rôle politique ou philanthropique et sur l’esclavage. Les ouvrages exposés ce mois-ci en présentoir, qui comptent parmi les contributions les plus significatives dans le domaine (sans prétendre à une quelconque exhaustivité), recoupent les spécificités susdites. 

  • PEIRCE Leslie P.,  The Imperial Harem : Women and Sovereignty in the Ottoman Empire
  • ZILFI Madeline C. (ed.),  Women in the Ottoman Empire : Middle Eastern Women in the Early Modern Era
  • FAROQHI Suraiya,  Stories of Ottoman Men and Women : Establishing Status, Establishing Control
  • DAVIS Fanny, The Ottoman Lady : A Social History from 1718 to 1918
  • PRÄTOR Sabine, NEUMANN Christoph K. (eds.),  Frauen, Bilder und Gelehrte : Studien zu Gesellschaft und Künsten im Osmanischen Reich / Arts, Women and Scholars : Studies in Ottoman Society and Culture : Festschrift Hans Georg Majer : Band / Volume I, Volume II
  • KARAKIŞLA Yavuz SelimWomen, Women, War and Work in the Ottoman Empire: Society for the Employment of Ottoman Muslim Women 1916-1923
  • ZILFI Madeline C.,  Women and Slavery in the Late Ottoman Empire, the design of difference
  • BUTUROVİÇ Amila, SCHICK Irvin Cemil,  Women in the Ottoman Balkans. Gender, Culture and History
  • ŞENOCAK-THYS Lucienne,  Ottoman Women Builders. The architectural Patronage of Hatice Turhan Sultan
  • PEIRCE Leslie,  Morality Tales : Law and Gender in the Ottoman Court of Aintab
  • ESPOSITO L. John,  Women in muslim family law
  • DEAL Roger A.,  Crimes of Honor, Drunken Brawls and Murder – Violence in Istanbul Under Abdülhamid II
  • DURAN Tülay (éd.), Tarihimizde Vakıf Kuran Kadınlar : Hanım Sultan Vakfiyyeleri /  Deeds of Trust of the Sultans Womenfolk / Actes de fondation de Sultane Hanım
  • SÖNMEZ Emel, Turkish Women in Turkish Literature of the 19th Century
  • RUGGLES Fairchild (éd.), Women, Patronage, and Self-Representation in Islamic Societies
  • DURSTELER Eric R., Renegade Women, Gender, Identity, and Bounderies in the Early Modern Mediterranean
  • TUCKER Judith E.,  Women, Family and Gender in Islamic Law
  • KEDDIE N.R., BARON B. (éds.), Keddie, Women in the Middle Eastern
  • MONTAGU Lady Mary, L’islam au péril des femmes : Une Anglaise en Turquie au XVIIIe siècle
  • SAKAOĞLU Necdet,   Bu Mülkün Kadın Sultanları, Vâlide Sultanlar, Hâtunlar, Hasekiler, Kadınefendiler, Sultanefendiler
  • ULUÇAY Çağatay, Harem II
  • ULUÇAY Çağatay, Padişahların kadınları ve kızları
  • AKGÜNDÜZ Ahmet, İslâm hukukunda kölelik-câriyelik müessesesi ve Osmanlı’da harem
  • HANOUM Leïla, Le harem impérial et les sultans au XIXe siècle
  • PENZER N.M., The Harem : An Account of the Institution as it Existed in the Palace of the Turkish Sultans with a History of the Grand Seraglio from its Foundation to the Present Time
  • SCHNEIDER Marcel, EVIN Alpay, Le harem impérial de Topkapı
  • ANHEGGER-EYÜBOĞLU Mualla,  TopkapıSarayında Padişah Evi (Harem) 

Le commerce : Un objet d’étude multiforme et pluridisciplinaire

Türkçe çeviri

Mars 2013

« Les clients continuent à venir chez moi car chez DIA, on fait passer les produits à la caisse et on ne dit que bonjour et au revoir. Ici, les gens me connaissent, ils prennent le temps de discuter. »

Ces paroles d’un épicier de Tophane illustrent le fait que le local commercial, lieu d’échanges de nature économique, est également un espace traversé de relations interpersonnelles variées ; la discussion avec un commerçant peut donner lieu à un échange d’informations, la sélection de tel ou tel lieu pour faire ses achats peut résulter de choix identitaires… Ces critères de choix associés à la recherche du moindre coût, à l’accessibilité des lieux et à la nature de l’offre donnent lieu à la création de territoires de consommation révélant l’évolution du profil social et de la structure urbaine des territoires d’Istanbul.
 Le commerce comme objet d’étude a un intérêt particulier à Istanbul, qui fut tout au long de son histoire une plaque tournante du commerce dont l’importance et l’ancienneté est encore visible dans le tissu urbain, notamment au sein de la péninsule historique. Le Grand Bazaar, parfois considéré comme le premier exemple de centre commercial (Rem Koolhaas), ou encore les han, ces ensembles de locaux commerciaux situés à Eminönü depuis le début de l’Empire ottoman, pouvant tout à la fois jouer le rôle d’atelier de production et de lieu de vente, témoignent du riche passé commerçant de la ville.
Aujourd’hui, Istanbul constitue un bassin de quatorze millions de consommateurs (auxquels s’ajoutent les neuf millions et demi de touristes annuels (chiffre de 2011)) établis sur un territoire en forte croissance spatiale. Portées par ces dynamiques, la quantité et la variété des formes de commerce ont considérablement augmenté depuis les années 1990. Aux petits commerces (épiciers, vendeurs de fruits…), vendeurs ambulants et marchés fermés ou ouverts se sont ajoutées des formes variées de lieux de consommation ; les centres commerciaux (dont le premier, Galleria, a été inauguré en 1988), les supermarchés et hypermarchés (arrivée de Carrefour en 1993 sur la rive asiatique), les surfaces spécialisées (Bauhaus, enseigne spécialisée dans le bricolage implantée en 1996 à côté du premier Carrefour), marques discount, enseignes franchisées, petits formats des grandes marques tels Carrefour Express… Le commerce est de plus en plus multiforme, favorisant les compétitions mais aussi les complémentarités. Cette progression de l’offre commerciale est parfois particulièrement intense; les AVM (alışveriş merkezi, centre commercial) sont non seulement présents en quantité (en 2010, le nombre des AVM achevés dans le département d’Istanbul était estimé à quatre-vingt-seize par l’Association des Investisseurs en Centres Commerciaux (AYD)) mais servent également d’outils à l’urbanisme. Supports du marketing urbain, ils sont très souvent associés aux projets résidentiels ou mixtes dont ils constituent parfois le fer de lance. Ainsi, le commerce était et devient encore davantage un élément central des projets urbains, particulièrement omniprésent à Istanbul.

Ainsi, une première série d’ouvrages reviendra sur les formes historiques du commerce stambouliote en revenant sur l’histoire des commerçants, des marchés et des han.
Une deuxième série d’ouvrages et d’articles illustre la variété des formes du commerce à Istanbul, du Grand Bazar (Story of Grand Bazaar, Çelik Gülersoy), aux vendeurs informels (Marchands de rue à Istanbul, Présence urbaine d’une offre commerciale en perpétuelle recomposition spatiale, Joël Meissonnier) en passant par les centres commerciaux (The shopping mall as an emergent public space in Turkey, Erkip) et les épiciers (journal de la chambre de commerce des épiciers).
Une troisième série de livres et d’articles se propose de fournir des exemples de travaux explorant le commerce, le commerçant et les pratiques de consommation comme des objets d’étude qui cristallisent et provoquent un certain nombre de dynamiques économiques, sociales et urbaines. La sélection ne s’est pas limitée au cas d’Istanbul mais a tenté de rendre compte avant tout de la richesse de cette approche en laissant la place à des ouvrages théoriques tels les travaux de Daniel Miller, un anthropologue qui a étudié pendant un an les pratiques de consommation d’une rue londonienne.

Ce présentoir, sans être exhaustif, souhaite illustrer à travers une variété de supports (articles, magazines, livres, thèses) et d’approches (études de cas, romans, ouvrages théoriques) les formes diverses que peuvent prendre les espaces de l’échange commercial et l’intérêt de leur analyse pour la compréhension de phénomènes de nature économique, sociale et urbaine, sur les territoires urbains en général et à Istanbul en particulier.

Liste des ouvrages sélectionnés pour le présentoir

  • CEZAR, Mustapha, (1985), Tipik yapılariyle Osmanlı şehirciliğinde çarşı ve klasik dönem imar sistemi,  MSÜ Mimarlık Fakültesi
  • BECH, Victoire, (2010), L’incidence de la gentrification sur la vie nocturne du quartier Tünel Asmalimescit à Beyoglu (Istanbul), enquête de terraindans le cadre du Séminaire sur la Turquie contemporaine, à l’Institut français des études anatoliennes d’Istanbul (IFEA)
  • DESSE., R-P, FOURNIE, A., GASNIER A., LEMARCHAND, N., METTON., A., SOUMAGNE., J., (sous la direction de), (2008), Dictionnaire du commerce et de l’aménagement, Rennes, Presses Universitaires de Rennes.
  • ERKIP, F., (2003), « The shopping mall as an emergent public space in Turkey », Environment and Planning A, 2003, volume 35, pp. 1073-1093.
  • HARİS, Exertzoglou,(2003),  “The cultural uses of consumption: Negotiating class, gender, and nation in the ottoman urban centers during the 19th century” Int. J. Middle East Stud. 35
  • FİDAN, Mehmet Sadettin, (2009), Geçmişten günümüze Türk hanları, İstanbul Tıcaret odası
  • FOX Richard, T. LEARS, Jackson Editors (1983), The Culture of Consumption: Critical Essays in American History,1880-1980,
  • GÜLERSOY Çelik, (1990), Story of the Grand Bazaar, Istanbul Kitaplığı
  • GÜNDÜZ Özdeş, (1998), Türk çarşıları, Tepe yayıları.
  • İLKUÇAN, Altan, Gentrification, community and consumption: Constructing, conquering and contesting “the Republic of Cihangir”, Master of science in business administration in the department of management of Bilkent university, Ankara
  • İSTBAKO, Revue Bakkal Dünyası, (juillet-aout 2008) n°8
  • KOÇU, Reşad ekrem, (2002), Tarihte İstanbul esnafı, Doğan Kitapçılık
  • LEHMAN-FRISCH, Sonia, CAPRON, Guénola,  « Le sentiment de quartier en milieu gentrifié : de San Francisco à Bogotá », Le quartier, Collection Recherche, La Découverte, (2007)
  • MEISSONNIER, J., (2006), Marchands de rue à Istanbul, Présence urbaine d’une offre commerciale en perpétuelle recomposition spatiale, Les dossiers de l’Ifea (série : la Turquie aujourd’hui), n°19.
  • MILLER Daniel, « Une rue du nord de Londres et ses magasins : imaginaire et usages »,
    Ethnologie française, 2005/1 Vol. 35, p. 17-26. DOI : 10.3917/ethn.051.0017
  • İSTOÇ, Plaquette de promotion projet commercial
  • Revue Urbanisme (2011), «  Le centre commercial contre la ville ? », n°377
  • SHIELDS Rob, (1992), Lifestyle Shopping, The subject of consumption, The international library of Sociology
  • TANATAR-BARUH, Lorans,(1993), Study in Commercial Life and Practices in Istanbul at the Turn of the Century : The Textile market, I and II, BA in Economics : Boğaziçi University
  • UNDERHILL, P. 2004. Call of the Mall: The Geography of Shopping. Simon & Schuster.
  • ZOLA, Au bonheur des dames, Folio Classique

Usages publics du passé

Türkçe çeviri

Février 2013

fetih-1453-1356526678Au delà de la production scientifique par les historiens, nos environnements sont parsemés de références à l’histoire, produisant et reproduisant eux aussi de l’histoire. Les usages publics de l’histoire ne cessent de soulever des polémiques en Turquie mais les réactions, débats et les réflexions face aux usages du passé dans l’espace public, ne sont bien sûr pas propres à la Turquie. Si les récents débats soulevés par la série télévisée Muhteşem Yüzyıl en Turquie ont permis de rendre la question de la circulation, reproduction et de l’usage du passé sur la scène publique plus palpable, il n’est pas inutile de rappeler qu’il n’y a bien sûr pas uniquement la production médiatique ou bien cinématographique qui participe de la circulation de l’histoire dans l’espace public. C’est dans une multiplicité d’espaces et de sphères que se pose la question de l’usage du passé ou bien de reproduction d’une certaine représentation du passé. La sphère médiatique, cinématographique et télévisée a certainement “la cote” dans ce domaine. Le récent débat soulevé lors de la sortie du film Fetih 1453 l’année dernière, participe sans doute de ce même phénomène. Le présentoir que nous avons consacré ce mois-ci aux Usages publics du passé reflète notre souci de repérer la multiplicité des sphères où il est question d’usage du passé et se veut un prolongement de la journée d’études organisée le 23 février. Au delà de la production cinématographique et télévisée, ce sont également les occurrences dans l’architecture et l’aménagement de l’espace urbain qui nous intéressent. Mais l’inventaire est vaste, car la visibilité de références à l’histoire ne se limite pas aux projets de grande envergure bien connus et controversés d’ailleurs à l’occasion des différents projets d’aménagement urbain dont le plus marquant est certainement celui de la place Taksim avec le projet de la reconstruction d’une caserne ottomane, mais également des projets de transformation urbaine ainsi la récente restauration du centre commercial Demirören sur l’avenue d’Istiklal ou encore la construction d’une nouvelle mosquée sur la colline de Çamlıca). Mentionnons également les embarcadères rebaptisés à Eminönü qui portent les noms de personnages ottomans (tel Evliya Çelebi), ou encore la réinvention de vendeurs ambulants “historiques” sur cette même place s’affublant de costumes à l’ottomane qui participent, à notre sens, du même phénomène.

Les usages publics du passé s’observent aussi dans la muséologie, à travers les manuels d’histoire dans l’enseignement, dans les cérémonies commémoratives, à travers les statues dans l’espace urbain certes mais également dans des sphères moins visibles comme la restauration et l’alimentaire, la mode vestimentaire et la circulation de nouveaux objets souvenir. Les domaines observables sont donc multiples, tout comme les symboles ou fragments du passé mis en avant. Si les récents débats concernant ces usages en Turquie ont souligné la tendance d’un néo-ottomanisme détecté dans toutes ces sphères et associé le plus souvent de manière directe aux pouvoirs politiques, il n’est pas vain de rappeler la diversité des passés choisis et circulant dans l’espace public.

L’actuel présentoir s’organise ainsi que notre réflexion sur ce sujet sur trois niveaux:

  1. Un premier niveau qui tend à rendre la multiplicité des sphères où les usages du passé sont opératoires (films, romans, aménagement urbain, circulation d’objets du quotidien, alimentation et autre).
  2. Un deuxième qui vise à présenter en guise d’exemple quelques études de cas et qui ne concernent pas uniquement la Turquie.
  3. Un troisième niveau où nous avons réuni des textes conceptuels qui à notre sens aident à l’interprétation du sens des usages du passé.

Plutôt qu’un inventaire exhaustif, ce présentoir vise à délocaliser le phénomène de l’usage public du passé et à échapper à une vision exclusivement dirigiste de ce phénomène. D’une part parce qu’il y a dans toute société et à tout les temps question d’usages publics du passé et d’autre part parce qu’il serait réducteur d’en avoir une simple vision politique, considérant qu’on aurait affaire à des phénomènes uniquement orchestrés par en haut. Ce sont aussi les modalités de la réception des produits et discours produits qui nous intéressent. Car au delà des usages ou bien mésusages du passé, la circulation du passé dans l’espace public nous enseigne certainement aussi sur notre perception du temps et le sens que nous donnons à notre présence ici et maintenant.

Voir aussi les sites:

http://ehess.dynamiques.fr/usagespublicsdupasse/

Voir la liste d’ouvrages sélectionnés :

Robert Stradling, 20. Yüzyıl Avrupa Tarihi Nasıl Öğretilmeli, Istanbul, Tarih Vakfı, 2003
Büşra Ersanlı, İktidar ve Tarih. Türkiye’de ‘Resmî Tarih’ Tezinin Oluşumu (1929-1937), Istanbul, İletişim, 1996
Étienne Copeaux, Tarih ders kitaplınrda (1931-1993), Türk Tarih Tezinden Türk-Islam Sentezine, Istanbul, Tarih Vakfı, 1998
Israel Gershoni, Amy Singer, Y. Hakan Erdem, Middle East Historiographies Narrating the twentieth century, London,University of Washington Press, 2006
Dominique Chansel, Beyaz Perdeki Avrupa Tarih üğretimi ve Sinema, Istanbul, Tarih vakfı, 2003
Cüneyt Kanat, Tarihin Medya ile İmtihanı, Tarih, Medya ve Kurgu, Istanbul, Yeditepe, 2012
‘Tarih ve Roman İlişki Üzerine’ Tarih ve Toplum, aylık ansiklopedik dergi, 33.
Esra Özyürek, Nostalgia for the Modern, State Secularism and Everyday Politics in Turkey, London, Duke University Press, 2006
Yael Navaro-Yashin, Faces of the State, Princeton, Princeton University Press, 2002
Deniz Göktürk, Levent Sosyal, Ipek Türeli, Orienting Istanbul, London, Routledge, 2010
Eric Hosbawm, Terence Ranger, The invention of Tradition, Cambridge, Canto, 1992
Maurice Halbwachs, La mémoire collective, Paris, Albin Michel, 1950
Christian Delacroix, François Dosse, Patrick Garcia, Historicités, Paris, La découverte, 2009
François Hartog, Régimes d’historicité, présentisme et expériences du temps, Paris, Le Seuil, 2003
Marc Ferro, Les tabous de l’Histoire, Paris, Nil, 2002

Articles :

Dominique Damamme, Marie-Claire Lavabre, ‘Les historiens dans l’espace public’, Sociétés contemporaines, numéro 39, 2000
Tessa Morris Suzuki, The past within us : Media, Memory, History’ Verso, London-New-York, 2005

Articles de presse :

Cüneyt Kanat : Tarih, Medya ve Kurgu, Birikim 23/02/2011
John Peet : The trouble with ottomania, The Economist 22/11/2010/
Suna Çağaptay, Soner Çağaptay, Ottomania all the rage in Turkey, Todays zaman 01/04/2012
Pascal Lorot : Ottomania, dans le feu l’Empire ottoman, Le nouvel Economiste 30/03/2010

Voir aussi le compte rendu de l’excursion urbaine de l’OUI dans la Vallée de la culture (Zeytinburnu)

Politique étrangère de la Turquie

Türkçe çeviri

Janvier 2013 

pol ext presFormée d’après la formule  d’Atatürk “paix à l’intérieur, paix à l’extérieur”, la politique étrangère de la Turquie dans le contexte de la guerre froide a été marquée par son soutien au bloc de l’Ouest, et son rôle de zone tampon entre les deux blocs. La Turquie ne s’illustrait pas alors par une politique étrangère ambitieuse mais plutôt par une recherche de stabilité régionale. Plus tard, au cours des années 1990 le projet d’intégration européenne a été l’un des leitmotiv de la politique étrangère turque, tandis qu’une politique d’influence en Asie centrale et dans les Balkans initiée par le  libéral Türgüt Özal dans les annéess 1980 se poursuivait.

Mais l’arrivée du parti de l’AKP en 2002 a marqué un  tournant dans la définition d’une nouvelle politique étrangère turque. L’engouement européen ayant laissé place à la lassitude après les refus répétés de chefs d’États européens d’accepter leur voisin turc dans l’Union européenne, la Turquie a mis en œuvre sous la houlette d’Ahmet Davutoğlu, actuel ministre des affaires étrangères turques, une nouvelle politique étrangère portant le nom de “stratejik derinlik” (profondeur stratégique). Celle-ci se fonde notamment sur la volonté de mener une politique de “zéro problème avec les voisins” et la recherche d’un équilibre dans la politique étrangère turque par le développement de relations diplomatiques avec des puissances dites moyennes et petites. Une autre dimension importante de cette politique est la mise en valeur de l’action des acteurs privés perçus comme des acteurs à part entière de la politique étrangère du pays. Ainsi, la politique étrangère turque n’a jamais été autant négociée, voire même parfois initiée par l’action de la socıété civile qu’aujourd’hui. À titre d’exemple, l’organisation IHH, à l’origine de l’affaire du Mavi Marmara, contribue par sa présence forte sur le terrain à la politique d’influence de la Turquie au Moyen-Orient.

La politique étrangère turque ne doit plus être seulement perçue comme le produit d’une action “par le haut” entre acteurs étatiques. Celle-ci a désormais plusieurs facettes, est formée par des acteurs institutionnels aussi bien que par des acteurs de l’humanitaire islamique ou des hommes d’affaires et est le fruit de contacts diplomatiques tout autant que de réseaux d’influence où affaires et religion vont souvent de concert. À ce titre le réseau de Fethullah Gülen implanté dans plus de 120 pays autour d’un réseau d’écoles fait parfois figure de pionnier de la représentation turque à l’étranger dans des terres encore peu explorées par la diplomatie turque.

Reste à savoir quel sera l’avenir de cette politique étrangère dans le contexte régional plus instable que jamais dans lequel s’insère la Turquie. Face à une Syrie à genoux, à un problème kurde toujours irrésolu et à une tension toujours forte avec Israël, la question du devenir de la nouvelle politique étrangère ambitieuse de la Turquie reste posée.

Trabzon

Türkçe çeviri

Décembre 2012

pres trabzon180Nous présentions le mois dernier Kayseri, la ville aux quatre universités (dont deux d’État), ce mois-ci nous présentons Trabzon, la ville portuaire aux huit consulats – dont cinq honoraires, il est vrai (consulats généraux de Géorgie, d’Iran et de Russie, consulats honoraires d’Allemagne, du Panama, de Macédoine, d’Estonie et de Slovaquie)  – qui a récemment rejoint Kayseri au rang de Büyükşehir Belediyesi (loi 6360 du 12/11/2012). Aux marges septentrionales de la Turquie, Trabzon fut longtemps un lieu de passage obligé pour les voyageurs s’aventurant en Asie (y séjournèrent entre autres Xénophon, Evliya Çelebi, Marco Polo, Nicolas Bouvier…), un point nodal du commerce international (ce qui justifia l’ouverture éphémère de consulats français et anglais dans la ville) jusqu’au début du siècle, et le théâtre, lors de la chute de l’URSS, d’un épisodique mais marquant contact avec les anciennes républiques soviétiques du Caucase, connu dans la région comme les phénomènes des rus pazarı (commerce à la valise) et des nataşa (prostitution). Outre le très touristique monastère de Soumela et les ambitions de rouvrir une ligne commerciale Trabzon/Tabriz, la région attire principalement aujourd’hui les commerçants des pays riverains de la mer Noire, les groupes de retraités et de religieux grecs (une messe est célébrée à Soumela pour l’Assomption depuis 2010) et un tourisme climatique venu du Golfe.

L’IFEA possède, avec le fonds Yérasimos – legs de son ancien directeur –, des documents rares, en turc et en grec, sur l’ancienne communauté rum de la ville et sur les conflits armés qui eurent lieu au début du siècle, plaçant Trabzon et sa région dans une autre géographie, celle du dialogue (par propagande interposée, par les armes, par échange de population, par la musique ou les pèlerinages…) entre orthodoxes et musulmans, puis Grecs et Turcs, autour d’un héritage anatolien. Un dialogue dont s’efforce de rendre compte le fonds Yérasimos, comme le fit entre 2007 et 2010, et pour la période contemporaine, le Réseau d’Excellence des centres de recherche en sciences humaines sur la Méditerranée RAMSES 2 dont un groupe de travail s’est intéressé aux « Mémoires du conflit et réconciliation: acteurs et dynamiques non étatiques », (dirigé par Alexandre Toumarkine et Nikos Sigalas, soutenu par les dispositifs du 6è programme cadre de recherche et développement de l’Union Européenne) qu’accueillit l’IFEA.

Quelques cartes et vues de Trabzon

1700 trabzon sinop 17 trebizonde trabzon harita 1924 trabzon routes-pontique
 Vue panoramique du port de Trabzon, 1735 in Peregrinus in Jerusalem (Fremdling zu Jerusalem), Myller, A. M., Vienna & Nurnberg Engraver: J Hiller, A J Mansfelt, J J Ditzler, J F Fischer et al. Carte du tracé des routes de Trébizonde et des environs établie par le capitaine de corvette Z[adig] Khanzadian, Paris, éd. L. de Bertalot, 1924 Trabzon ili turistik yaylalar haritasi disponible sur le site de la préfecture de Trabzon 1924, Profil des routes de la chaîne pontique

Kayseri

Türkçe çeviri

Novembre 2012

À partir de ce mois de novembre 2012, le présentoir de la bibliothèque de l’IFEA sera désormais périodiquement thématisé. Il servira de support à des présentations thématisées (sur des villes, des questions brûlantes, des problématiques, des auteurs….). Nous commençons cette série avec Kayseri, l’ancienne Césarée, seule ville d’Anatolie à compter aujourd’hui quatre universités (dont deux d’État).kayseri AG M

Kayseri, première étape de l’ouverture anatolienne de l’IFEA

1947 Kayseri Germir MÀ l’occasion de l’atelier d’architecture qui s’est tenu à Kayseri à l’initiative de l’École Nationale Supérieure d’Architecture de Strasbourg (ENSAS), de l’Université Erciyes de Kayseri et de la mairie de Strasbourg – et avec l’aide de l’ambassade de France à Ankara – l’IFEA était présent à Kayseri pour la séance de restitution des travaux des étudiants turcs et français. L’enjeu de l’atelier était celui de la réinsertion/réaffectation/restauration d’un ancien village périphérique – GERMİR; voir la carte de 1947 -, rattrapé en 1986 par la ville, au moment où celle-ci a été instituée en « Grande Ville » (Büyükşehir). Ce village était un village minoritaire jusqu’en 1922, comme celui de Tavlusun, plus célèbre, situé à proximité (on est sur une vallée d’orientation nord-ouest / sud-est, sorte d’incise dans le plateau, dont Germir serait la porte nord).
À cette occasion, il nous a été permis de constater que la mémoire d’Albert Gabriel était encore très vivante à Kayseri, ainsi que celle des archéologues ayant travaillé dans la région dans les années 1930 (comme Delaporte). La bibliothèque de l’IFEA possède ainsi des ouvrages importants sur Kayseri, qu’elle tient à mettre en valeur à cette occasion, des ouvrages de Gabriel à ceux d’Halil Eldem ou de Vacit İmamoğlu. Parallèlement à la coopération décentralisée Kayseri/Strasbourg qui suit son cours, des liens ont été établis avec le département de l’Aménagement de l’Urbanisme de la mairie de Kayseri