Trabzon

Türkçe çeviri

Décembre 2012

pres trabzon180Nous présentions le mois dernier Kayseri, la ville aux quatre universités (dont deux d’État), ce mois-ci nous présentons Trabzon, la ville portuaire aux huit consulats – dont cinq honoraires, il est vrai (consulats généraux de Géorgie, d’Iran et de Russie, consulats honoraires d’Allemagne, du Panama, de Macédoine, d’Estonie et de Slovaquie)  – qui a récemment rejoint Kayseri au rang de Büyükşehir Belediyesi (loi 6360 du 12/11/2012). Aux marges septentrionales de la Turquie, Trabzon fut longtemps un lieu de passage obligé pour les voyageurs s’aventurant en Asie (y séjournèrent entre autres Xénophon, Evliya Çelebi, Marco Polo, Nicolas Bouvier…), un point nodal du commerce international (ce qui justifia l’ouverture éphémère de consulats français et anglais dans la ville) jusqu’au début du siècle, et le théâtre, lors de la chute de l’URSS, d’un épisodique mais marquant contact avec les anciennes républiques soviétiques du Caucase, connu dans la région comme les phénomènes des rus pazarı (commerce à la valise) et des nataşa (prostitution). Outre le très touristique monastère de Soumela et les ambitions de rouvrir une ligne commerciale Trabzon/Tabriz, la région attire principalement aujourd’hui les commerçants des pays riverains de la mer Noire, les groupes de retraités et de religieux grecs (une messe est célébrée à Soumela pour l’Assomption depuis 2010) et un tourisme climatique venu du Golfe.

L’IFEA possède, avec le fonds Yérasimos – legs de son ancien directeur –, des documents rares, en turc et en grec, sur l’ancienne communauté rum de la ville et sur les conflits armés qui eurent lieu au début du siècle, plaçant Trabzon et sa région dans une autre géographie, celle du dialogue (par propagande interposée, par les armes, par échange de population, par la musique ou les pèlerinages…) entre orthodoxes et musulmans, puis Grecs et Turcs, autour d’un héritage anatolien. Un dialogue dont s’efforce de rendre compte le fonds Yérasimos, comme le fit entre 2007 et 2010, et pour la période contemporaine, le Réseau d’Excellence des centres de recherche en sciences humaines sur la Méditerranée RAMSES 2 dont un groupe de travail s’est intéressé aux « Mémoires du conflit et réconciliation: acteurs et dynamiques non étatiques », (dirigé par Alexandre Toumarkine et Nikos Sigalas, soutenu par les dispositifs du 6è programme cadre de recherche et développement de l’Union Européenne) qu’accueillit l’IFEA.

Quelques cartes et vues de Trabzon

1700 trabzon sinop 17 trebizonde trabzon harita 1924 trabzon routes-pontique
 Vue panoramique du port de Trabzon, 1735 in Peregrinus in Jerusalem (Fremdling zu Jerusalem), Myller, A. M., Vienna & Nurnberg Engraver: J Hiller, A J Mansfelt, J J Ditzler, J F Fischer et al. Carte du tracé des routes de Trébizonde et des environs établie par le capitaine de corvette Z[adig] Khanzadian, Paris, éd. L. de Bertalot, 1924 Trabzon ili turistik yaylalar haritasi disponible sur le site de la préfecture de Trabzon 1924, Profil des routes de la chaîne pontique

Trabzon Vitrini

Version française

Aralık 2012

pres trabzon180Geçen ay size dört üniversitesi olan Kayseri şehirini tanıttık.  Bu ay sizi, sekiz başkonsolosluğu olan liman kenti Trabzon ile tanıştırmak istiyoruz. Aslında, sekiz konsolosluktan beşi fahri başkonsolosluktur: Gürcistan, İran, Rusya başkonsoloslukarı ve Almanya, Panama, Makedonya, Estonya, Slovakya fahri başkonsoloslukları.

Trabzon, yakın bir tarihte Kayseri gibi Büyükşehir Belediyesi oldu (kanun 6360 12/11/2012).

Türkye’nin Kuzey kesiminda bulunan Trabzon, yıllar boyu Asya’yı gezmek isteyen yolcular için kaçınılmaz geçiş yoluydu, bu doğrultuda kısa süreliğine Fransız ve İngiliz başkonsoloslukları açılmıştı (şehri ziyaret  edenler arasında Xenophon, Evliya Çelebi, Marco Polo, Nicolas Bouvier’yi saymak mümkün). Yüzyılın başına kadar Trabzon uluslararası ticaretin kilit noktasıydı. Sovyetler Birliği’nin dağılışı sırasında kent, Kafkasya’daki eski Sovyet Cumhuriyetleriyle kısa bir dönem, bölgede rus pazarı (işportacılık) ve nataşa (fuhuş) olarak bilinen olgulardan dolayı bağlantılıydı. Sümela Manastırın çok ziyaret edilmesi ve Trabzon/Tebriz ticaret yolunun tekrar işleve girmesi yanı sıra, esas günümüzde Trabzon karadenize komşu ülkelerden gelen tüccarları, emekli grupları, Yunanlı dini grupları (2010’dan beri Sümela’da Meryemana’nın göğe yükselişi yortusu için ayin düzenleniyor) ve buraya iklimi için Körfez’den gelen turistleri çekmekte.

IFEA’nın kütüphanesi, Yerasimos koleksiyonuyla – eski müdürün bağışı – eski Rum cemaati ve yüzyılın başında yer alan silahlı çatışmaları anlatan Türkçe ve Yunanca, nadir belgelere sahip.

Bu koleksiyon sayesinde Anadolu mirasının çerçevesinde, Trabzon ve bölgesi’nde ortodokslar ve müslümanlar, sonrasında Yunanlılar ve Türkler arasında diyaloğun var olduğu gözlemlemek mümkün (aralıklı propagandalar, silahlar, mübadeleler, müzik, haclar ile…) Yerasimos koleksiyonu’nun emeli, tıpkı yakın dönemde 2007 ve 2010’da Ramses 2 araştırma programın kapsamında IFEA’da düzenlenen, Alexandre Toumarkine ve Nikos Sigalas tarafından yönetilen Türk –Yunan barışın devlet-dışı aktörleri  sunumunda olduğu gibi, bu diyaloğu yansıtmak.

1700 trabzon sinop 17 trebizonde trabzon harita 1924 trabzon routes-pontique
Trabzon limanı panoramik gravürü 1735 in Peregrinus in Jerusalem (Fremdling zu Jerusalem), Myller, A. M., Vienna & Nurnberg Engraver: J Hiller, A J Mansfelt, J J Ditzler, J F Fischer et al. Carte du tracé des routes de Trébizonde et des environs établie par le capitaine de corvette Z[adig] Khanzadian, Paris, éd. L. de Bertalot, 1924 Trabzon ili turistik yaylalar haritasi Trabzon valiliğin websitesi‘nde bulunur 1924, Profil des routes de la chaîne pontique

Enjeux et mise en œuvre de la restitution d’œuvres culturelles

Les arts de l’Islam au Louvre – dalbera (flickr.com)

À lire, dans le quotidien Cumhuriyet l’éditorial d’Özgen ACAR (‘Kavşak’) consacré à la question du trafic international d’œuvres culturelles (en pleine expansion sur fond de crise économique), de leurs répercussions sur les relations internationales, de l’importance de la sensibilisation de la population et du rôle joué par les institutions telles que l’UNESCO, du besoin de dialogue entre les pays concernés, au-delà de la convention de 1970 qui visait à mettre à plat le droit international en terme de restitution d’œuvres.

Read More

« Il est trois domaines qui ne souffrent pas de la crise économique : les trafics d’arme, de drogue et d’œuvres culturelles », c’est ainsi que débute le dernier éditorial (27/11/2012, en turc) d’Özgen Acar sur lequel nous rebondissons. La Turquie, dont l’héritage culturel est proverbial, souffre particulièrement de ce dernier type de trafic. Au durcissement de l’arsenal répressif, s’ajoute la multiplication de demandes de restitutions, de la part des autorités turques, d’œuvres aujourd’hui exposées dans divers musées internationaux. Ces requêtes sont à l’origine de nombreuses tensions dont les répercussions se font sentir à tous les niveaux de la coopération internationale.

L’approche de tels dossiers est complexe et nécessite une vraie réflexion, à deux volets. Le premier, international, concerne la restitution d’œuvres importées avant la convention de l’UNESCO de 1970 ; le second touche à la gestion des activités illégales au niveau national.
En effet, si les règles de droit au niveau international sont aujourd’hui assez bien respectées, et les restitutions nombreuses, pour tout objet douteux ayant été acquis par telle ou telle institution après l’entrée en vigueur de la convention de 1970 (ratifiée par la Turquie en 1981), nombreux sont encore les dossiers sources de polémiques. L’article 15 de la convention de 1970, qui précise que « Rien, dans la présente Convention, n’empêche les États qui y sont parties de conclure entre eux des accords particuliers ou de poursuivre la mise à exécution des accords déjà conclus concernant la restitution de biens culturels sortis de leur territoire d’origine, pour quelque raison que ce soit, avant l’entrée en vigueur de la présente Convention pour les États intéressés« , souligne le statut relativement flou des biens exportés avant l’entrée en vigueur de la convention. Dans ce cas précis, les négociations se font souvent au cas par cas, lors d’une négociation bilatérale entre États, au cours de laquelle s’opposent souvent des cadres juridiques nationaux différents, voire opposés, entre pays ‘riches’ aux musées bien achalandés et pays ‘émergents’ ou appartenant aux grandes économies en développement revendiquant le retour de leurs biens culturels. S’il existe aujourd’hui des conventions internationales visant à renforcer le texte initial de 1970 (Unidroit), ils ne traitent cependant pas des dossiers antérieurs à cette date. Il est rare qu’une discussion sereine, nécessaire à la résolution de tels dossiers, puisse être mise en place et les médias, dont le rôle n’est pas négligeable, attisent souvent les braises sur un dialogue fragile et délicat. L’exemple récent de la restitution par l’Allemagne du Sphinx de Boğazköy prouve cependant que des accords bilatéraux peuvent intervenir, même s’ils restent rares. Ce cas précis n’est pas cependant sans soulever un certain nombre de questions tant sur les modalités et les conditions de la signature de cet accord que sur son instrumentalisation par les pays concernés. Quoi qu’il en soit, ce dossier révèle la nécessité d’une médiation que le Comité intergouvernemental pour la promotion du retour de biens culturels à leur pays d’origine ou de leur restitution en cas d’appropriation illégale (créé en 1978, indépendant de la convention de 1970 mais visant à la compléter) peut difficilement complètement assumer du fait de sa fonction essentiellement consultative. À cet égard, la conclusion de la présentation générale de la Convention Unidroit, dont nous donnons l’extrait ci-dessous, résonne comme un constat de l’impuissance des accords internationaux s’ils ne sont pas accompagnés du dialogue et de la bonne volonté des parties prenantes, conditions sans lesquelles les relations bilatérales risquent de demeurer heurtées.

Le texte de la Convention d’UNIDROIT est le résultat d’un compromis, et comme tout compromis, il ne satisfait pas pleinement les préoccupations de chacun, mais un examen attentif de la Convention montre qu’aucune partie concernée par la Convention ne devra en pâtir de façon injuste. Cette Convention traduit des efforts véritables déployés par des juristes pour combiner justice et réalisme et pour essayer autant que faire se peut, d’établir une base pour les années à venir. L’expérience prouve cependant qu’il est une chose d’adopter une Convention internationale, et une autre de garantir son application effective. Il faudra donc maintenant répondre aux inquiétudes légitimes de certains, mais il serait dramatique que cet effort ne fût pas compris par ceux qui s’intéressent au patrimoine ou ont des responsabilités de conservation et de protection des biens culturels.

À lire aussi: De la difficile gestion des vestiges archéologiques en milieu urbain (TR)
La rubrique Kavşak d’Özgen Acar dans le quotidien Cumhuriyet

La SOCAR et les investissements directs de l’Azerbaïdjan en Turquie

Fortement touchés par la crise économique mondiale de 2008, les investissements directs étrangers en Turquie reprennent progressivement le rythme d’avant crise. En effet, après avoir atteint le chiffre record de 22 milliards de dollars en 2007, les investissements directs étrangers étaient tombés à 9 milliards en 2010 avant de remonter à 15 milliards en 2011, soit plus de 70% d’augmentation en une seule année. Dans ce cadre, notre étude va porter sur le poids des investissements directs de l’Azerbaïdjan en Turquie, sur les origines de ces investissements, et enfin sur les enjeux géostratégiques qui vont de pair avec les intérêts économiques des deux pays.

Selon les chiffres donnés par la Banque Centrale de Turquie, la part de l’Azerbaïdjan dans les investissements directs étrangers en Turquie était de 8% en 2011, soit 1 265 milliards de dollars, ce qui a fait de Bakou le 6ème plus grand investisseur étranger en Turquie, devant des pays comme la France (985 millions), le Royaume-Uni (917 millions) et la Russie (761 millions). Les statistiques du TUIK (Türkiye İstatistik Kurumu) pour la période janvier / août 2012 placent l’Azerbaïdjan en 8ème position avec 282 millions de dollars d’investissements directs en Turquie. (Le poids des pays de l’UE est toujours très important (71% en 2011) dans la totalité des investissements directs étrangers en Turquie : sept pays des dix plus importants investisseurs directs étrangers sont les membres de l’Union européenne). Selon les premières estimations, l’Azerbaïdjan va investir en Turquie 17 milliards de dollars en cumul entre 2012 et 2018, ce qui en fera un des plus importants investisseurs directs étrangers dans ce pays. À titre comparatif, la France occupe la 6ème place parmi les investisseurs étrangers en Turquie pour l’année 2011, l’ensemble de ses investissements étant évalués à 11,2 milliards de dollars. Pourtant, comme on le voit dans le graphique I, le taux des investissements de l’Azerbaïdjan en Turquie ne dépassait même pas le seuil de 20 millions de dollars en 2010. Comment expliquer cette inflexion spectaculaire ?

Les investissements directs d’Azerbaïdjan en Turquie sont faits par l’intermédiaire de la SOCAR (Initiales de State Oil Company of Azerbaijan Republic), Compagnie Pétrolière Nationale de l’Azerbaïdjan. En termes de stocks d’investissement, la SOCAR représente à ce jour plus de 90% des investissements directs de l’Azerbaïdjan en Turquie. Le bond des chiffres d’investissements à un niveau de 17 milliards de dollars en l’espace de sept ans est lié à deux pôles d’investissements de la SOCAR en Turquie :

D’une part, la SOCAR-Turkey Enerji a obtenu depuis 2008 le contrôle du Petkim Holding, l’un des plus grands sites de production de pétrochimie de Turquie qui fournit environ 25% des besoins du pays dans le domaine. La SOCAR-Turkey Enerji, la filiale turque de la SOCAR en Turquie, a été créée en janvier 2011 suite à l’achat par la SOCAR des actions de la TURCAS Petrol (ce dernier a formé avec SOCAR une « joint venture » SOCAR&TURCAS entre 2006-2011). Cette opération financière d’une somme de 1,55 milliards de dollars explique essentiellement le bond des investissements directs de l’Azerbaïdjan en Turquie de 12 millions de dollars en 2010 à 1,6 milliards de dollars en 2011. La SOCAR&TURCAS s’était déjà procuré 51% des actions du PETKIM Holding pour une somme de 2,04 milliards de dollars en 2008. Devenue plus tard la SOCAR Turkey Enerji, la compagnie azerbaïdjanaise a augmenté ses actions au Petkim à 61 % en achetant 10% d’actions supplémentaires pour 169 millions de dollars en mars 2012. Le total des investissements directs qui seront investis par la SOCAR aux projets liés à la modernisation et à l’augmentation de la capacité de production du Petkim s’élève à 7 milliards de dollars. À titre d’exemple, le projet de construction de la « Raffinerie Star » (évalué à 5,5 milliards de dollars) près de sites de production du Petkim dans la presqu’île d’Aliağa sera la plus grande opération d’investissements directs étrangers effectuée en une seule fois à un endroit donné en Turquie. Possédant sa propre raffinerie de matières premières pétrolières, et mettant fin à leur importation par la Turquie, la SOCAR augmentera la compétitivité de Petkim dans le marché régional.

D’autre part, le projet de gazoduc TANAP (Trans-Anatolian Natural Gas Pipeline ; en turc, TransAnadolu Doğal Gaz Boru Hattı – projet de tracé ci-contre), dont la valeur est évaluée à 7 milliards de dollars, prévoit l’acheminement du gaz azerbaïdjanais d’un volume annuel de 16 milliards de m3 vers les marchés turc (6 milliards de m3) et européen (10 milliards de m3). L’accord officiel pour le projet a été signé le 26 juin 2012 lors de la rencontre du président d’Azerbaïdjan avec le Premier Ministre turc R. T. Erdoğan. La SOCAR a obtenu une participation de 80% dans le projet, les 20% restant étant partagés entre les deux compagnies turques impliquées dans le projet, TPAO et BOTAŞ. L’accord n’exclut pas la participation d’autres pays, et en ce sens, donne à la SOCAR le droit de vendre 29% de ses actions aux entreprises étrangères (L’information relative à la vente par la SOCAR de 29% de ses parts dans le projet a été relayée par certains médias au début du mois de septembre 2012. Selon les premières estimations, une partie des actions de TANAP seraient vendue à Total (5%), Statoil (12%) et BP (12%) ; L’État turc va continuer de participer au projet à 20%). Le projet débutera d’ici la fin de l’année 2013 et la première phase d’acheminement est prévue pour 2018. Ce projet a une portée considérable pour les deux pays, tant du point de vue économique que stratégique. En effet, le projet de gazoduc TANAP va directement lier les marchés européens au bassin caspien en général et à l’Azerbaïdjan en particulier. L’Azerbaïdjan obtient ainsi la possibilité de devenir non seulement un pays fournisseur de gaz, mais aussi celui de transit via lequel le gaz de l’Asie Centrale pourra être exporté vers la Turquie et l’Europe en contournant les territoires iranien et russe. Par conséquent, la Turquie va renforcer ses efforts en vue de devenir un hub énergétique régional et de jouer à l’avenir un rôle important dans l’approvisionnement énergétique de l’Europe. Un premier aperçu sur le trajet de TANAP nous permet de dire que le projet n’est pas une alternative à celui de Nabucco. Au contraire, le projet suit la même logique d’évacuation des hydrocarbures caspiennes, indépendemment des pays régionaux comme l’Iran et la Russie, d’où les déclarations de soutien de la part des bureaucrates de l’UE par rapport au projet TANAP. L’augmentation de l’importation du gaz azerbaïdjanais est aussi dans l’intérêt économique de la Turquie. En effet, ce dernier, à 330 dollars/1000m3, revient à la Turquie beaucoup moins cher que le gaz iranien (580) et russe (450).

Néanmoins, quelques autres éléments nous permettent d’affirmer que le pourcentage des autres domaines dans les investissements directs d’Azerbaïdjan en Turquie pourrait augmenter dans les années à venir. En effet, Bakou envisage actuellement le projet de construction d’un grand centre logistique régional à Kars et l’investissement dans le secteur immobilier en Turquie par l’intermédiaire du SOFAZ (initiales de The State Oil Fund of Azerbaijan), le fonds d’investissement de la SOCAR. Les informations relatives au projet d’investissement de 150 millions de dollars dans le secteur immobilier turc ont été confirmées par les responsables du SOFAZ lors d’un forum organisé à Bakou par HASEN, le Think Tank turco-azéri. (Les recherches de HASEN portent principalement sur les questions énergétiques dans la région caspienne. Voir plus). Disposant de 32,7 milliards de dollars de fonds, le SOFAZ est la 23ème plus grande fondation publique du monde. Elle possède actuellement 800 millions de lires dans les banques turques.

Le centre en question sera étendu sur un terrain de 35 hectares près de la gare de Kars sur la voie ferrée Bakou-Tbilissi-Kars (BTK) et se transformera par la suite en un centre de stockage servant à approvisionner l’Azerbaïdjan en produits turcs. L’ouverture de la voie ferroviaire BTK en 2013 et la construction d’un grand centre logistique régional devraient encourager les échanges commerciaux entre la Turquie et ses voisins régionaux. En effet, une liaison ferroviaire reliant la côte de la mer Caspienne à l’est de l’Anatolie permettra à l’industrie turque d’exporter, en se servant du port de Bakou (le plus grand de la mer Caspienne), vers les marchés de l’Asie centrale par une voie plus sûre que celles transitant par l’Iran ou la Russie. Pour le moment, le réseau ferroviaire iranien, relié à ceux de la Turquie et du Pakistan n’a pas de connexion directe avec l’Asie centrale. Mais, cette interconnexion est en voie de construction dans les années à venir. La Turquie entretient des relations commerciales avec les pays littoraux de la mer Caspienne en utilisant la route maritime entre la mer Noire et la mer Caspienne, via le canal Volga-Don. Mais, cette voie est paralysée en hiver à cause de l’englacement du nord de la mer Caspienne.

En plus de cela, la Turquie renforcera sa présence économique dans les trois pays du Caucase du Sud, avec lesquels elle n’a pas de nos jours de liaison ferroviaire. La seule liaison ferroviaire entre la Turquie et le Caucase du Sud passait par l’Arménie liant pendant l’époque soviétique la ville de Kars à Gumri. Cette voie a été fermée en avril 1993 par Ankara en réponse aux avancées militaires des forces arméniennes pendant la guerre du Haut-Karabagh. En cas de normalisation des relations russo-géorgiennes, elle pourrait aussi utiliser cette voie pour accéder par chemin de fer aux provinces russes de la mer Noire qui sont liées au réseau ferroviaire de Géorgie depuis l’époque soviétique. Il est aussi à souligner que ce projet va également contribuer au développement des provinces orientales turques fortement touchées par la fermeture des frontières arméniennes. L’Azerbaïdjan investit également dans d’autres domaines dans cette région, ce qui devrait lui aider à y améliorer son image. Par exemple, en septembre 2012, la construction d’un nouveau lycée à 22 millions de lires a été terminée dans la province Kars par la Fondation Haydar Aliyev (qui est présidée par l’épouse du Président de l’Azerbaïdjan). Cette fondation, évidemment financée par l’Etat azéri, envisage aussi de renouveler une partie du campus d’une université à Igdir, la seule province turque ayant les frontières avec l’Azerbaïdjan. (Selon les médias locaux turcs, en revanche des investissements azéris, la direction de l’Université a donné son accord pour que les nouveaux campus portent le nom de l’ancien président azéri et le père de l’actuel, Haydar Aliyev).

L’Azerbaïdjan est donc un nouveau venu dans le marché des investissements directs étrangers en Turquie. Pourtant, en l’espace de quelques années seulement, elle a réussi à renforcer sa position sur le marché turc en focalisant ses investissements principalement sur deux domaines : le secteur énergétique (projet TANAP) et le secteur pétrochimique (rachat d’une grande partie des sites de production pétrochimique de Petkim). Les étroites relations fraternelles turco-azerbaïdjanaises, la proximité géographique et bien d’autres facteurs aident en ce sens l’entrée du capital azerbaïdjanais en Turquie. La prise en compte de tous ces éléments nous permet de supposer que les investissements directs de l’Azerbaïdjan déployés par l’intermédiaire de la SOCAR feront de ce pays dans la prochaine décennie un des importants pays investisseurs en Turquie.

Le graphique, traduit en français, est extrait du Rapport pour l’année 2011 du Ministère turc de l’Économie sur les investissements directs étrangers en Turquie (T.C. Ekonomi Bakanlığı, Uluslararası doğrudan yatırımlar : 2011 yili raporu), En ligne, http://www.ekonomi.gov.tr/upload/ED2B2E29-9A73-1B4D-5F5154B1C7950F26/UDY_2011_tr.pdf consulté le : 05.10.12

Kayseri Vitrini

Version française

Kasım 2012’den itibaren, IFEA kütüphane vitrini artık dönemsel temalarla düzenlenecek.

Vitrin sırasıyla tematik sunumlara da hizmet edecek (şehirler, gündemdeki konular, sorunlar, yazarlar… vb.).
“Tematik vitrin” dizisini günümüzde ikisi devlet toplam dört üniversiteye sahip Anadolu’nun tek şehri olan Kayseri yani eski adıyla Caeserea ile başlatıyoruz.

kayseri AG M

Kayseri, IFEA’nın Anadolu’ya açılımının ilk adımı

1947 Kayseri Germir MIFEA, Ankara Fransız Büyükelçiliğin himayelerinde ve Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Strasbourg (ENSAS), Kayseri Erciyes Üniversitesi ve Strasbourg Belediyesinin katkılarıyla Kayseri’de gerçekleştirilen mimarlık atölyesinde, Fransız ve Türk öğrencilerinin araştırma teslim oturumunda bulundu. Atölye, Kayseri’nin 1986’da Büyükşehir olmasıyla önem kazanan eski çevre köyü Germir’in (bkz 1947 tarihli harita) yenilenmesi/ yeniden düzenlenmesi/restorasyonunu hedeflemekteydi.  1922 yılına kadar köy, yakınında bulunan ve daha çok bilinen Tavlun gibi azınlık köyü olarak geçiyordu. (Germin’in kuzey kapısı, Kuzey –Batı / Güney –Doğu kesitinde).

Bu nedenle, Albert Gabrielin ve 1930’larda bölgede çalışan (Delaporte gibi) arkeologların bölgede halen varlığı hissedilmektedir. IFEA‘nın kütüphanesindeki önemli Kayseri kitapları da Gabriel’in Halil Eldem veya Vacit İmamoğlu ile beraber önemini vurgular.

Devam eden Kayseri/Strasbourg merkez dışı çalışmarın beraberinde, Kayseri Belediyesi İmar ve Şehircilik Daire Başkanlığıyla  da işbirliği kuruldu.

La création de 13 nouvelles municipalités métropolitaines en Turquie par la modification de la loi n.5779 ou le triomphe écrasant de l’urbain dans l’ordre de gestion territoriale

Le 11 novembre 2012 la Grande Assemblée Nationale de Turquie a finalement – après des débats très houleux et même violents – adopté une loi relative à la création de 13 nouvelles municipalités métropolitaines (Büyükşehir Belediyesi), qui s’ajoutent aux 16 existantes, instituées à la suite de la loi sur les municipalités métropolitaines de 1984. Les nouvelles municipalités métropolitaines sont Tekirdağ, Balıkesir, Manisa, Aydin, Denizli, Muğla, à l’ouest du pays ; et Trabzon, Hatay, Şanlıurfa, Kahramanmaraş, Mardin et Van, à l’est.

Les nouveaux départements métropolisés au terme de la loi no 5779 du 12/11/2012

Suite à cette nouvelle loi, 56 millions de citoyens turcs – soit beaucoup plus de la moitié de la population totale du pays – vont désormais dépendre dans leur vie quotidienne d’une municipalité métropolitaine, même s’ils habitent dans de lointains villages et hameaux périphériques (subitement transformés en “quartiers” urbains). En outre, le régime métropolitain va s’appliquer à l’ensemble du territoire des départements, absorbant des territoires ruraux et faiblement peuplés, voire déserts. Ce, pour certaines des anciennes municipalités métropolitaines encore entourées d’espaces ruraux départementaux (Adana, Ankara, Antalya, Bursa, Diyarbakır, Eskişehir, Erzurum, Gaziantep, İzmir, Kayseri, Konya, Mersin, Sakarya  et Samsun) et pour la totalité des nouvelles. Autrement dit, le maire d’Antalya sera responsable de l’aménagement des alpages des montagnes et des vallées des rivières du Taurus. Cette décision d’extension revient à une mainmise sur leurs périphéries par les métropoles. Le processus a commencé en juillet 2004 avec l’extension des limites de la municipalité métropolitaine d’Istanbul à l’ensemble du département (il) d’Istanbul.

Cette “extension du domaine de l’urbain” a suscité des objections surtout du côté des municipalités de second rang (belde belediyeleri) qui ont été supprimées par cette loi, soit plus de 1500 municipalités (1032, ravalées au rang de quartiers/mahalle de municipalités métropolitaines en expansion, et 559 reléguées au statut de villages/köy). Après le premier nettoyage de mai 2008, on assiste donc à une deuxième rétraction du semis municipal en Turquie. A l’heure de la décentralisation administrative, cette suppression assez radicale de niveaux de gestion territoriale et locale peut surprendre. Les arguments développés par les opposants à cette loi ont peu porté sur la question de la démocratie locale mais plutôt sur le fait que cette loi viserait en fait à faire disparaître nombre de municipalités d’opposition et à modifier la carte électorale au profit de l’AKP… en prévision des élections locales de mars 2014 (voir “Ne fermez pas nos petites municipalités”, Cumhuriyet 30-10-2012, p. 24 ; « Akyaka, le paradis contre la métropole », Cumhuriyet, 30-09-2012). En outre, dans les 29 départements pleinement métropolisés disparaît sans appel une des plus anciennes collectivités territoriales, l’Administration Spéciale du Département (İÖİ). Dans la mesure où l’AKP contrôle la plupart des Assemblées départementales concernées, cette mesure n’a pas suscité de tollé. Elle relève néanmoins d’un mode assez centralisateur et autoritaire de révision de la carte administrative…  et de l’architecture des pouvoirs locaux.

Au-delà de cet aspect “charcutage électoral” (Voir “45 000 voix ont d’un coup changé de lieu”, Radikal, 9-11-2012, p. 9), ce qui mérite attention dans cette loi c’est le rapport dominant au territoire qu’elle institue ou confirme. Pour l’AKP, le territoire turc n’existe, manifestement, que par et pour les métropoles qui le structurent et en premier lieu pour Istanbul. Autrement dit, il n’y a plus de rural – les villages des départements métropolisés, qui avaient une personnalité juridique, ont perdu celle-ci et sont devenus des quartiers urbains -, il n’y a plus de petite ville, plus de ville moyenne, il n’y a que des métropoles, acteurs et pivots uniques de “l’aménagement du territoire” en Turquie. Déjà, à l’inverse des mots d’ordre des premières élections sur le développement local, pour les élections de juin 2011 l’AKP avait mis l’accent sur les métropoles dans son programme politique pour la Turquie future. Il n’était de futur que dans, par et pour les métropoles. Il y a donc eu une inflexion de l’approche du développement territorial qui s’est traduite par une polarisation sur les métropoles. L’avenir est dans les grandes villes et le destin des territoires peu ou pas urbanisés semble être uniquement de servir les intérêts des métropoles auxquelles ils sont soumis, en ressources primaires et espaces de détente et de débordement. De nouveaux territoires, jusque-là préservés par leur statut rural, entrent ainsi dans la zone d’influence et de prédation de l’économie urbaine et de la politique urbaine, trop souvent définies à court terme et fondées sur la recherche d’une rente rapide et optimale.

L’ingénierie territoriale impulsée par l’AKP est donc de plus en plus exclusivement urbaine. Elle bouscule tous les cadres, elle ne recule devant rien, comme la perspective annoncée de renouveler en vingt ans la moitié du stock de bâtiments du pays… dans le cadre de la transformation urbaine généralisée (loi de mai 2012) qui fait office de politique urbaine unique et partout appliquée.

Références

  • Yılmaz Önder «Büyükşehir tartışması », Milliyet, 29-10-2012.
  • Güngör Uras, « 16 + 13 = 29 büyükşehirlerimiz oldu », Milliyet, 14-11-2012, p. 7.
  • Sönmez Mustafa « AKP Rejiminin Büyükşehir Oyunu », Cumhuriyet, 17-11-2012, p. 10.
  • Pérouse Jean-François. Les petites villes du département d’Ankara. In: Annales de Géographie. 1994, t. 103, n°575. pp. 29-40. doi : 10.3406/geo.1994.13723 url : http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/geo_0003-4010_1994_num_103_575_13723 Consulté le 22 novembre 2012
  • Pérouse Jean-François. Istanbul et l’État turc. La métropole contre l’Ètat ?, in : Le pouvoir et la ville à l’époque moderne et contemporaine, Collection KUBABA, Série Actes I, Université de Paris I /Institut Catholique de Paris, Actes du colloque « La ville au cœur du pouvoir » Paris 7-8 décembre 2000, Vol. 2, 2002, p. 219-242 ;
  • Pérouse Jean-François. Is the “Marmara Region” really a developed region? Metropolis versus Region”, Geographische Rundschau International Edition, Vol. 5, No. 3/2009, pp. 40-46
  • Pérouse Jean-François. La difficile affirmation des villes moyennes turques comme symptôme de dysfonctionnements politico-économiques in : Charbonneau F, Lewis P. & Manzagol, C. (éd.) (2003), Villes moyennes et mondialisation, renouvellement de l’analyse et des stratégies, Actes du colloque international, Université de Montréal, du 18-20 septembre 2002, Montréal, Trames/UM, pp. 92-99).

Kayseri

Türkçe çeviri

Novembre 2012

À partir de ce mois de novembre 2012, le présentoir de la bibliothèque de l’IFEA sera désormais périodiquement thématisé. Il servira de support à des présentations thématisées (sur des villes, des questions brûlantes, des problématiques, des auteurs….). Nous commençons cette série avec Kayseri, l’ancienne Césarée, seule ville d’Anatolie à compter aujourd’hui quatre universités (dont deux d’État).kayseri AG M

Kayseri, première étape de l’ouverture anatolienne de l’IFEA

1947 Kayseri Germir MÀ l’occasion de l’atelier d’architecture qui s’est tenu à Kayseri à l’initiative de l’École Nationale Supérieure d’Architecture de Strasbourg (ENSAS), de l’Université Erciyes de Kayseri et de la mairie de Strasbourg – et avec l’aide de l’ambassade de France à Ankara – l’IFEA était présent à Kayseri pour la séance de restitution des travaux des étudiants turcs et français. L’enjeu de l’atelier était celui de la réinsertion/réaffectation/restauration d’un ancien village périphérique – GERMİR; voir la carte de 1947 -, rattrapé en 1986 par la ville, au moment où celle-ci a été instituée en « Grande Ville » (Büyükşehir). Ce village était un village minoritaire jusqu’en 1922, comme celui de Tavlusun, plus célèbre, situé à proximité (on est sur une vallée d’orientation nord-ouest / sud-est, sorte d’incise dans le plateau, dont Germir serait la porte nord).
À cette occasion, il nous a été permis de constater que la mémoire d’Albert Gabriel était encore très vivante à Kayseri, ainsi que celle des archéologues ayant travaillé dans la région dans les années 1930 (comme Delaporte). La bibliothèque de l’IFEA possède ainsi des ouvrages importants sur Kayseri, qu’elle tient à mettre en valeur à cette occasion, des ouvrages de Gabriel à ceux d’Halil Eldem ou de Vacit İmamoğlu. Parallèlement à la coopération décentralisée Kayseri/Strasbourg qui suit son cours, des liens ont été établis avec le département de l’Aménagement de l’Urbanisme de la mairie de Kayseri

Dipnot

Le carnet Dipnot, en tant que vecteur des notes et réflexions des chercheurs de l’IFEA se caractérise par un espace géographique de référence large – outre la Turquie, il rayonne aussi sur les pays voisins du côté des Balkans, du Caucase Sud, du Proche et Moyen Orient et de la Méditerranée orientale – et par un spectre disciplinaire étendu. Ce dernier va de l’archéologie préhistorique aux études contemporaines, en passant par les études sur l’Antiquité, Byzance et l’Empire ottoman. Ce carnet vient compléter les deux carnets existants rattachés à l’IFEA, oui.hypotheses.org (études urbaines – Istanbul) et ovipot.hypotheses.org (vie politique turque).