Archives par mot-clé : Albert Gabriel

Sur les traces d’un voyageur de Carie : quelques lettres d’Alfred Laumonier

par Joy Rivault (doctorante, ex-BCD à l’IFEA)

Les archives de l’Institut Français d’Études Anatoliennes n’ont pas encore révélé tous leurs secrets, semble-t-il. Jean-François Pérouse, directeur de l’Institut, a eu la main chanceuse cet été en découvrant dans les archives quatre lettres d’Alfred Laumonier, adressées au premier directeur de l’IFEA, Albert Gabriel1. Il s’agit d’une correspondance2 entre les deux chercheurs qui semblaient entretenir des relations cordiales et amicales, bien que nous n’ayons à notre disposition que les lettres reçues par l’ancien directeur et laissées à l’Institut. Cette documentation nous donne un précieux état des lieux des recherches archéologiques en Carie en 1932. Elle permet de se rendre compte des démarches préliminaires nécessaires à l’élaboration de recherches en Turquie et de la rivalité ambiante entre les chercheurs étrangers, mais aussi Français, sur le territoire au XXe siècle. Il y est également déjà question de l’intérêt  particulier que portait A. Laumonier aux cultes cariens.

Projet de voyage en Carie

La première lettre que les archives nous ont livrée est datée du 11 mai 1932. Écrite sur un papier officiel de l’Université de Toulouse, où A. Laumonier enseignait, elle semble avoir été rédigée, du moins achevée, à l’École Française d’Athènes3. On y apprend qu’il s’agit d’une redite d’une précédente lettre adressée à l’Institut Français d’Archéologie d’Istanbul (IFAI, futur IFEA) et restée sans réponse. N’ayant aucun retour de la part du directeur, il est convaincu que le papier a été perdu, il en résume donc le contenu dans cette nouvelle correspondance.

Il y est question d’un projet de voyage en Carie, formé depuis 1924, sous la direction de Charles Picard, alors directeur de l’École Français d’Athènes, et qui n’a encore jamais pu être réalisé. La première chose qu’il tient à souligner dans la longue liste d’arguments justifiant ce déplacement, est qu’il n’a pas exactement le même objectif que son confrère, Louis Robert. Les rapports entre les deux chercheurs sont alors à leurs débuts et encore très cordiaux. A. Laumonier explique :

« quoique nos études se trouvent en contact sur bien des points, (…) il ne peut naître de cette coïncidence qu’une collaboration, non une compétition ».

Pourtant, quelques années plus tard, il parlera de « fatalité » concernant la simultanéité de leurs études respectives en Carie, qui ne cessera d’être une source de rivalité et de conflit, alimentée par les notes invectives des deux chercheurs dans le Bulletin de Correspondances Helléniques4).
A. Laumonier justifie sa démarche par son travail sur les cultes de Carie5. Une étude de topographie historique lui semble donc indispensable. Il ne demande à effectuer qu’un voyage de reconnaissance par Aidin, Milas, Esthi Hissar-Stratonicée, peut être Moughla et surtout Külük, Bodroum et sa presqu’île. S’il parvient à obtenir un « appui bienveillant 6» d’A. Gabriel, il suppose que le gouvernement turc ne fera pas de difficultés pour le laisser circuler et prendre des photos. La Turquie a en effet subi une longue période de troubles politiques qui compliquent les investigations archéologiques des étrangers sur le territoire. Il écrit donc en parallèle une lettre à Aziz Bey7, compagnon de fouilles à Téos en 1924, qui lui fait espérer une réponse favorable, bien que le directeur de l’IFAI n’ait pas appuyé cette demande de voyage suite à la possible perte de la première lettre.
Il développe ensuite le programme prévu pour son voyage, qui ne peut se dérouler qu’en août. Il souhaite faire des fouilles en lien avec les cultes cariens, soit à Labraunda, soit au temple d’Artémis Kindya8, qui se trouvent près de Milas. Il semble pressé9. Il a besoin de fonds pour cette entreprise et pour l’année en cours. En effet, le Suédois A. W. Persson aurait aussi le projet de fouiller dans la région10. A. Laumonier estime qu’il s’agit d’une opportunité à ne pas manquer pour que la France prenne les devants dans la course internationale aux découvertes archéologiques prestigieuses. C’est de ce sujet qu’il voudrait s’entretenir avec le directeur.
Le ton de la lettre est poli et courtois, assorti de propositions prudentes : A. Laumonier a besoin de l’appui de l’institut pour donner davantage de poids et de crédibilité à la demande faite préalablement au gouvernement turc. Il n’en va pas moins droit au but : le temps presse, il n’est pas le seul chercheur à s’intéresser à la Carie. Un autre Français, L. Robert, effectuera un voyage dans la région, de la fin de septembre au début de novembre 1932, au frais de l’American Society for Archeological Researches in Asia Minor, et avec l’appui de nombreuses autorités en Turquie11. A. Laumonier a donc besoin de faire jouer quelques relations12 et de trouver un financement pour faciliter la réussite de son entreprise. Il n’est plus seulement question de fierté nationale : les deux Français se lancent chacun dans un véritable cursus honorum. Ainsi,  A. Laumonier n’oublie jamais de rappeler en quoi sa démarche est nécessaire pour lui et pour la recherche française, donc pour l’IFAI.

C’est après sa nomination à la Faculté des Lettres de Toulouse qu’il entamera sa première expédition en Carie, entre août et septembre 1932, à ses propres frais. Il s’intéresse en effet aux cultes de Carie depuis 1923 mais il a dû mettre de côté cette étude en raison des difficultés que présentait ce projet : de 1925 à 1931 il ne disposait pas « d’assez de loisir en été pour faire ce voyage ».
À la suite de ce voyage, Alfred Laumonier publiera en 1933 Notes sur un voyage en Carie13.  Il y décrit et commente les nouveaux documents qu’il a découverts, ainsi que ses observations sur des sites déjà connus.

Demande de fouilles

Athènes, 9 octobre 1932. A. Laumonier est de retour de son voyage en Carie14 au cours duquel il a eu l’occasion d’examiner les nombreuses possibilités de fouilles dans la région Mylasa-Stratonicée, particulièrement les sites de Mylasa, Euromos, Labraunda, Stratonicée et Panamara. Il dresse le bilan de cette expédition au directeur de l’IFAI, sous la forme d’un rapport officieux, tapé à la machine et soigné, auquel il joint pour chacun des sites un croquis d’état des lieux. Selon lui, seuls Mylasa et Panamara seraient exploitables sans trop de crédits. Il espère toujours obtenir un financement et la prise en charge d’une mission archéologique sur place, ce qui ne lui avait pas été accordé la première fois.

Il constate que Mylasa est presque entièrement recouverte par la ville moderne de Milas. Un seul endroit serait intéressant à fouiller, un peu à l’extérieur de la ville : le site présumé du sanctuaire de Zeus Osogoa (d’après P. Le Bas15). Beaucoup d’inscriptions ont été trouvées à proximité du mur « du temple16 ».

Des alignements de marbres cassés lui laissent penser qu’il s’agit de portiques. Il décrit également des dénivellations, des colonnes encore en place, des tambours de colonnes portant des proscynèmes17 et un mur de soutènement d’une longueur de 100 mètres (dessiné par P. Le Bas). Il suppose qu’il est en présence d’un ensemble architectural important et qu’il est fort vraisemblable que ce soit le sanctuaire de Zeus Osogoa18, divinité principale de la cité de Mylasa qui connut un grand succès dès le IIIe s. av. J.-C.

Croquis n°1 : Mylasa. Dessin d'A. Laumonier, archives de l'IFEA
Croquis n°1 : Mylasa. Dessin d’A. Laumonier, archives de l’IFEA

 Pour mener à bien ce projet de fouilles A. Laumonier propose d’acheter le champ sur lequel se trouvent les vestiges. Il coûte 1000 livres turques, soit 12 000 anciens francs19. Il s’agit d’un champ de blé ce qui ne pose pas de difficultés pour faire des sondages avant l’achat du terrain, c’est-à-dire après la récolte qui a lieu en juillet. Il expose ensuite quels seraient les intérêts de cette fouille. Elle permettrait d’abord d’envisager une étude plus approfondie de la topographie de Mylasa. Elle offrirait également « de grandes commodités (proximité de la ville, confort, appui immédiat des autorités, etc.) » Enfin, elle pourrait se prolonger les années suivantes dans les terrains voisins qui seraient riches en marbres, selon les paysans.

Des fouilles dans le sanctuaire de Panamara ne présenteraient pas les mêmes commodités d’installation. En effet, les ruines se trouvent au sommet d’une montagne (600 mètres), à 2 kilomètres du village de Bayaka, « fort loin de toute autorité et de tout confort ». L’avantage est qu’il n’y a pas de terrain à acheter car le site antique se trouve en pleine forêt de pins. A. Laumonier précise qu’il est très limité et qu’il serait susceptible d’être nettoyé en une seule campagne. Le sanctuaire semble se composer d’une enceinte sacrée, carrée, de 50 à 60 mètres de côté, avec un temple très simple, sans colonnes au centre. Il y a moins de restes de marbres qu’à Mylasa, mais beaucoup d’inscriptions20. Il est certain que la fouille en fournira davantage.

Croquis n°2 : Panamara. Dessin d'A. Laumonier, archives de l'IFEA.
Croquis n°2 : Panamara. Dessin d’A. Laumonier, archives de l’IFEA.

Il estime qu’un mois de travail serait suffisant, avec 40 à 50 ouvriers pour enlever les pierres, les arbres et la terre qui recouvrent les ruines. Ils seraient payés 1 livre par jour, soit 1500 livres maximum (18 000 anciens francs21). Il ajoute à ces dépenses la moitié de cette somme pour couvrir les frais divers : le salaire et l’entretien d’un gendarme et d’un représentant de l’autorité civile22, ainsi que le voyage depuis Smyrne, l’achat d’outils et de matériel photo.
Les coûts seraient un peu plus élevés pour les fouilles de Mylasa :  les frais divers seraient plus réduits mais il faut prendre en compte l’achat du terrain.

Enfin il s’emploie à expliquer en quoi « l’inauguration de fouilles françaises en Carie serait souhaitable pour plusieurs raisons.» D’abord il se trouve que la plupart des sites évoqués plus haut ont été découverts par les Français :  (Labraunda et les vestiges attribués à Zeus Osogoa par Le Bas et Panamara par Cousin et Deschamps). Il est donc tout a fait logique, selon lui, que les fouilles leur reviennent. L’étude de ces ruines offrirait également « un intérêt considérable pour l’histoire des religions et de la civilisation indigène encore si mystérieuse », qui le fascine au point d’en faire le sujet de sa thèse. Il rappelle que des instituts et des organisations étrangères (notamment les Suédois et les Américains) ont déjà envisagé des travaux dans le pays. Pour A. Laumonier il serait « dommage pour l’honneur national » d’être devancés « dans cette province française de l’archéologie23 ». Car ces travaux ne feraient que reprendre « une tradition » inaugurée en 1912 par les fouilles d’Aphrodisias et continuées en Ionie à Claros en 1913, à Phocée en 1914, à Notion en 1921 et à Téos en 192424. Ces études de terrain seraient par ailleurs les bienvenues en Turquie car les relations officielles avec la France « sont devenues tout à fait amicales et sont plus que jamais favorables à des entreprises scientifiques ». A. Laumonier fait appel au patriotisme et à la fierté de la recherche française pour tenter de convaincre A. Gabriel du bien-fondé de son projet de fouilles en Carie.
Il suggère donc deux chantiers à démarrer pour l’année 1933 : Mylasa et Panamara. Des contraintes spécifiques existent dans les deux cas, que ce soit au niveau de l’achat du terrain pour l’un ou de la difficulté d’installation ou de main-d’œuvre pour l’autre. Afin de maximiser ses chances, car les deux projets ne semblent pas être réalisables en une seule campagne, il entreprend de demander la concession des deux sites au gouvernement turc.

Cette démarche motivée portera ses fruits puisqu’il obtiendra l’autorisation pour un second voyage dans la région en octobre 1933. Il s’agira cette fois-ci d’une mission archéologique, financée et soutenue par l’ IFAI et les autorités turques25.

Remerciements

Deux semaines plus tard, le 25 octobre de la même année, de retour à Toulouse, alors que L. Robert est toujours en Carie, A. Laumonier rédige une lettre à A. Gabriel, pour le remercier de son accueil et des facilités dont il a bénéficié grâce à lui pour effectuer son voyage. Il l’estime trop court mais fructueux malgré tout : il a pu se rendre à Mylasa et dans sa région, Théangéla, Halikarnasse, Stratonicée et ses grands sanctuaires de Lagina et Panamara. Ce courrier accompagnait vraisemblablement le « rapport » évoqué ci-dessus dans lequel A. Laumonier fait le point sur ses observations de terrain et propose des campagnes de fouilles pour Mylasa et Panamara. Il n’a pris aucune photo (à cause de la mauvaise luminosité), à l’exception d’une seule (ci-dessous) qui montre un angle du téménos de Panamara. Il espère pouvoir désormais devenir le collaborateur d’A. Gabriel en Turquie pour l’année suivante.

Angle du téménos de Panamara. Photo d'A. Laumonier, archives de l'IFEA.
Angle du téménos de Panamara. Photo d’A. Laumonier, archives de l’IFEA.

Rapport de la mission archéologique en Carie

Un an plus tard, à Izmir, le 25 octobre 1933. A. Laumonier rédige une rapide lettre26 adressée au directeur de l’IFAI, accompagnée d’une copie du rapport de sa mission archéologique en Carie. L’original est destiné aux autorités turques, selon l’engagement qu’on lui a fait signer après l’autorisation de ce voyage, « d’où les nombreux remerciements prodigués à la fin, à juste titre d’ailleurs. » Aucune fouille n’est entamée : il s’agit d’une mission de prospection (relevés, nettoyage, sondage…).
Il est très satisfait du travail qu’il a effectué à Labraunda : « il y a là un ensemble très intéressant et unique qui mériterait beaucoup d’être fouillé. » Pour Panamara, il a pu dessiner un plan approximatif qu’il trouve bien plus précis que celui exécuté en une heure l’année précédente27. Il a également vu « plusieurs belles inscriptions à Milas et une très belle à Hyllarima.» A. Laumonier espérait pouvoir rencontrer le directeur de l’Institut français avant son départ28, pour faire le point sur son voyage et lui montrer ses plans.
Il lui envoie également un exemplaire de la conférence qu’il a faite à la Halkevleri de Smyrne, le 11 septembre, devant le vali29, le consul et la « meilleure société turque et étrangère ». Il dit lui-même qu’il s’agissait d’une « conférence de propagande… plus que de science », qui a semble-t-il « produit très bon effet. » Le vali, passionné d’archéologie, a été très bienveillant avec A. Laumonier et ce dernier pense que la conférence a certainement facilité les rapports entre les Français et les autorités de Smyrne.
Mais ce qu’il espère particulièrement, c’est que le directeur n’oubliera pas la Carie pour l’année suivante, car il y a beaucoup à faire30.

Le rapport quant à lui comprend une description succincte des vestiges qu’il a pu identifier dans la région31. Il s’attarde davantage sur le site de Labraunda. Il a dessiné un plan du sanctuaire, tel qu’il apparaît à la surface du sol et a effectué « un difficile travail de nettoyage (partiel). » Il constate que l’ensemble s’étend sur une longueur de 200 mètres et sur une largeur en terrasse de 150 mètres environ. Il comprenait « deux temples identiques32 », des portiques et des édifices variés en grand nombre. Le plan de l’ensemble aurait des « dispositions de type gréco-romain » mais avec une « originalité curieuse » comme dans les ensembles anatoliens nous dit-il : les « temples » seraient pris dans les murs des autres constructions et non isolés, comme c’est le cas dans les sanctuaires grecs ou hellénisés. Des sondages dans la terrasse supérieure ont révélé deux courtes inscriptions33. À première vue, le site suscite donc beaucoup d’interrogations et de curiosités qu’il voudrait éclaircir par des fouilles.
Ce ne sera qu’en 1948 que ces dernières débuteront, sous la direction du Suédois A.W. Persson. Elles permettront d’identifier notamment les deux bâtiments à l’architecture carienne, jusqu’alors considérés comme des temples, grâce aux dédicaces de Mausole et d’Idrieus retrouvées sur les architraves. Il s’agit en réalité d’andrones. A. Laumonier ne manquera pas de corriger sa première interprétation erronée dans Les cultes indigènes en Carie.

Plan sommaire du sanctuaire de Labraunda, 1932. Dessin d'A. Laumonier, Note sur un voyage en Carie, Revue Archéologique, T.2, 1933, fig. 16.
Plan sommaire du sanctuaire de Labraunda, 1932. Dessin d’A. Laumonier, Note sur un voyage en Carie, Revue Archéologique, T.2, 1933, fig. 16.

Deux publications d’Alfred Laumonier suivront cette mission archéologique afin de proposer un compte-rendu de ses découvertes. Il publie Inscriptions de Carie34 en 1934 et Archéologie carienne35 en 1936. Louis Robert, de son côté, travaille aussi sur un recueil d’inscriptions (de Mylasa et des villes voisines), bilan de ses quatre mois de voyage en Carie en 1932 et en 1934. La guerre entre les deux « Cariens » est alors engagée. À la lecture des observations d’A. Laumonier, L. Robert ne peut s’empêcher de signaler des corrections qui lui semblent indispensables dans Note préliminaire sur des inscriptions de Carie36. A. Laumonier y répondra dans Réponse à la note préliminaire à des inscriptions de Carie publiée par L. Robert37. Il tiendra à faire « une mise au point indispensable » sur l’attitude de son rival qu’il juge inappropriée, envers lui-même et ses collègues, ainsi que sur son travail de recherche, violemment critiqué. Aucune véritable collaboration entre les deux hommes ne sera dès lors possible38. La Carie devient ainsi le témoin de la rivalité scientifique des chercheurs français et étrangers sur le territoire turc.

BILIOGRAPHIE

Aubriet D., « Louis Robert et le sanctuaire du dieu à la double-hache », Camenulae 3, juin 2009, 16 pages (Revue électronique de l’Université Paris IV-Sorbonne) URL : http://www.paris-sorbonne.fr/IMG/pdf/D._Aubriet.pdf
Dussaud R., « Lettre de M. Louis Robert sur son voyage en Anatolie », dans Comptes rendus des séances de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 90e année, n°4, 1946, p. 582 URI : http://dx.doi.org/10.3406/crai.1946.78042
Laumonier A., « Note sur un voyage en Carie », dans Revue Archéologique t.2, 1933, p. 31-55 URL : http://www.jstor.org/stable/41750855
Laumonier A., « Inscriptions de Carie », dans BCH 58, 1934, pp. 291-380 URI : http://dx.doi.org/10.3406/bch.1934.2805
Laumonier A., « Réponse à la « Note préliminaire à des inscriptions de Carie » publiée par L. Robert », dans BCH 59, 1935, pp. 231-233 URI : http://dx.doi.org/10.3406/bch.1935.2774
Laumonier A., « Archéologie carienne », dans BCH 60, 1936, pp. 286-335 URI : http://dx.doi.org/10.3406/bch.1936.2938
Laumonier A., Les cultes indigène en Carie, Paris De Boccard, 1958
Robert L., « Note préliminaire sur des inscriptions de Carie », dans BCH 58, 1934, pp. 512-517 URI : http://dx.doi.org/10.3406/bch.1934.2811
Robert L., « Rapport sommaire sur un premier voyage en Carie », AJA 39, 1935a, p. 331-340. URI : http://dx.doi.org/10.2307/498620
Robert L., « Rapport sommaire sur un second voyage en Carie », RA II, 1935b, p. 152-163. URL : http://www.jstor.org/stable/41749060
Robert L., « Nouvelles de la mission archéologique en Turquie », dans Comptes rendus des séances de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 92e année, n°4, 1948, p. 430-432 URI : http://dx.doi.org/10.3406/crai.1948.78314
Robert L., « Nouvelles de la mission archéologique en Turquie », dans Comptes rendus des séances de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 92e année, n°4, 1948, p. 530-531 URI : http://dx.doi.org/10.3406/crai.1948.78330
Robert L. et J., « Nouvelles de la mission archéologique en Turquie de M. et Mme Robert », dans Comptes rendus des séances de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 93e année, n°4, 1949, p.304-306 URI : http://dx.doi.org/10.3406/crai.1949.78443
Robert L., Hellenica : Recueil d’épigraphie, de numismatique et d’antiquités grecques X,
Paris 1955.

  1.     Directeur de l’IFAI de 1930 à 1941, puis de 1945 à 1956. []
  2.     A. Laumonier s’étonne dans une des lettres de ne pas avoir reçu de réponse du directeur. []
  3.     Toulouse est le premier lieu mentionné à côté de la date. Il est rayé est remplacé par Athènes école française d’archéologie. []
  4.     A. Laumonier, « Réponse à la note préliminaire à des inscriptions de Carie publiée par M. Louis Robert dans BCH, LVIII, 1934, p.512 », dans BCH, 59, 1935, p. 231 (« … je déplore vivement – et je ne suis pas le seul- que ses remarques à l’adresse de ses confrères soient présentées sur un ton aussi désobligeant. » []
  5.     Ce travail débouchera sur une thèse, publiée en 1958, intitulée Les cultes indigènes en Carie. []
  6.     Il demande à A. Gabriel d’écrire un mot en sa faveur à Aziz bey. []
  7.     Inspecteur général des antiquités en Asie Mineure. []
  8. A. Laumonier suit Paton et pense que Kindya se trouve près de Kémikler (ou Yémikler). []
  9. Il rature la lettre, insère un mot oublié entre deux lignes afin de nuancer des propos parfois un peu trop directs, et souligne le nom des sites ou vestiges qu’il aimerait fouiller. []
  10.     A. Laumonier tient cette information de M. Vallois, croisé à Bordeaux. []
  11.     M.W.H. Buckler a permis à L. Robert de recevoir des financements de l’American Society pour son voyage et de publier ses résultats dans les Monumenta Asiae Minoris Antiqua. M. A. Gabriel l’a accueilli à l’IFEA, présenté aux autorités turques et a obtenu pour lui les autorisations nécessaires. Aziz bey, directeur du musée d’Istanbul, lui a fourni des lettres de recommandation pour les autorités d’Aydin et Muğla. Selahettin bey, directeur du musée d’Izmir, est intervenu pour faciliter ses travaux et son voyage. L. Robert a également eu l’appui du Maarif memuru Arif bey à Milas et de M. L. Lecocq dont la connaissance en turc lui a été précieuse. []
  12.     A. Gabriel et Aziz Bey notamment, qu’il connaît bien. []
  13.     Dans la Revue Archéologique, T. 2, 1933, p. 31-55 []
  14.     Il ne s’agissait nullement d’une mission mais d’une démarche personnelle, avec autorisation mais sans financement. []
  15.     Il fut à la tête d’une expédition scientifique en 1842 en Grèce et en Asie Mineure, au cours de laquelle il dirigea des fouilles. Il fut également l’un des nombreux voyageurs de Carie. []
  16.     Ce monument, longtemps considéré comme un temple de Zeus, est aujourd’hui identifié par l’équipe turque d’Abuzer Kɩzɩl comme étant la tombe monumentale du dynaste Hékatomnos. []
  17.     Formules d’adoration qui seraient en l’honneur de Zeus selon Laumonier. []
  18.     Dont l’emplacement n’est toujours pas affirmé aujourd’hui. []
  19.     Soit aujourd’hui environ 7700 euros en parité de pouvoir d’achat. []
  20.     Elles sont connues depuis 1886. []
  21.     Soit environ 11600 euros en parité de pouvoir d’achat. []
  22.     Ils ne sont pas nécessaires à Milas puisque le site se trouve en ville et donc sous la surveillance directe des autorités locales.  []
  23.     C’est pourtant A . W. Persson qui entamera la fouille de Labraunda en 1948. []
  24.     Toutes interrompues chaque fois (pour des raisons indépendantes de la France). []
  25.     Outre A. Gabriel et Aziz bey, il aura également l’appui à Izmir du consul général de France, de Kâzim Pacha, gouverneur général, de Salahettin bey, directeur du service archéologique et d’Escet Bey, directeur du musée. []
  26.     La lettre est moins formelle, parfois raturée, écrite précipitamment avant son départ. []
  27.     Il s’agit du croquis ci-dessus, de Milas et Panamara, réalisé en 1932. []
  28.     Il quittera sans doute le Pirée pour Marseille la 10 novembre et quitte Smyrne le 25 octobre. []
  29.     Gouverneur de province, équivalent du préfet. []
  30.     Il craint qu’A. Gabriel ne jette plutôt son dévolu sur Claros (L. Robert conduira la mission entre 1951 et 1960). []
  31. Lors de cette expédition, il en profitera également pour copier six inscriptions inédites à Milas et un fragment d’inscription de basse époque à Pisiköy, estamper une inscription rupestre (byzantine?) qu’il dit incompréhensible à  Kemikler et noter une dédicace aux Nymphes à Bozarmet. []
  32.     Ce qu’il trouve curieux mais qu’il attribue, dans un premier temps, à une originalité régionale. []
  33.     Une commémoration d’un prêtre de Zeus Labraundos et le nom d’un dédicant d’une exèdre semi-circulaire en marbre (qui devait selon lui supporter un groupe de statues d’enfants en bronze). []
  34.     Dans BCH 58, 1934, p. 291-380 []
  35.     Dans BCH 60, 1936, p. 286-335 []
  36.     Dans BCH 58, 1934, p. 512-517 []
  37.     Dans BCH 59, 1935, p. 231-233 []
  38.      En effet, alors que les esprits semblent s’apaiser par la suite, A. Laumonier publiera sa thèse en 1958 intitulée Les cultes indigènes en Carie. L. Robert avait annoncé de son côté, en 1955, dans Hellénica X, un volume de synthèse de ses recherches, qu’il avait prévu d’appeler Les divinités indigènes et l’hellénisation de l’Asie Mineure.
    []

Kayseri Vitrini

Version française

Kasım 2012’den itibaren, IFEA kütüphane vitrini artık dönemsel temalarla düzenlenecek.

Vitrin sırasıyla tematik sunumlara da hizmet edecek (şehirler, gündemdeki konular, sorunlar, yazarlar… vb.).
“Tematik vitrin” dizisini günümüzde ikisi devlet toplam dört üniversiteye sahip Anadolu’nun tek şehri olan Kayseri yani eski adıyla Caeserea ile başlatıyoruz.

kayseri AG M

Kayseri, IFEA’nın Anadolu’ya açılımının ilk adımı

1947 Kayseri Germir MIFEA, Ankara Fransız Büyükelçiliğin himayelerinde ve Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Strasbourg (ENSAS), Kayseri Erciyes Üniversitesi ve Strasbourg Belediyesinin katkılarıyla Kayseri’de gerçekleştirilen mimarlık atölyesinde, Fransız ve Türk öğrencilerinin araştırma teslim oturumunda bulundu. Atölye, Kayseri’nin 1986’da Büyükşehir olmasıyla önem kazanan eski çevre köyü Germir’in (bkz 1947 tarihli harita) yenilenmesi/ yeniden düzenlenmesi/restorasyonunu hedeflemekteydi.  1922 yılına kadar köy, yakınında bulunan ve daha çok bilinen Tavlun gibi azınlık köyü olarak geçiyordu. (Germin’in kuzey kapısı, Kuzey –Batı / Güney –Doğu kesitinde).

Bu nedenle, Albert Gabrielin ve 1930’larda bölgede çalışan (Delaporte gibi) arkeologların bölgede halen varlığı hissedilmektedir. IFEA‘nın kütüphanesindeki önemli Kayseri kitapları da Gabriel’in Halil Eldem veya Vacit İmamoğlu ile beraber önemini vurgular.

Devam eden Kayseri/Strasbourg merkez dışı çalışmarın beraberinde, Kayseri Belediyesi İmar ve Şehircilik Daire Başkanlığıyla  da işbirliği kuruldu.

Kayseri

Türkçe çeviri

Novembre 2012

À partir de ce mois de novembre 2012, le présentoir de la bibliothèque de l’IFEA sera désormais périodiquement thématisé. Il servira de support à des présentations thématisées (sur des villes, des questions brûlantes, des problématiques, des auteurs….). Nous commençons cette série avec Kayseri, l’ancienne Césarée, seule ville d’Anatolie à compter aujourd’hui quatre universités (dont deux d’État).kayseri AG M

Kayseri, première étape de l’ouverture anatolienne de l’IFEA

1947 Kayseri Germir MÀ l’occasion de l’atelier d’architecture qui s’est tenu à Kayseri à l’initiative de l’École Nationale Supérieure d’Architecture de Strasbourg (ENSAS), de l’Université Erciyes de Kayseri et de la mairie de Strasbourg – et avec l’aide de l’ambassade de France à Ankara – l’IFEA était présent à Kayseri pour la séance de restitution des travaux des étudiants turcs et français. L’enjeu de l’atelier était celui de la réinsertion/réaffectation/restauration d’un ancien village périphérique – GERMİR; voir la carte de 1947 -, rattrapé en 1986 par la ville, au moment où celle-ci a été instituée en « Grande Ville » (Büyükşehir). Ce village était un village minoritaire jusqu’en 1922, comme celui de Tavlusun, plus célèbre, situé à proximité (on est sur une vallée d’orientation nord-ouest / sud-est, sorte d’incise dans le plateau, dont Germir serait la porte nord).
À cette occasion, il nous a été permis de constater que la mémoire d’Albert Gabriel était encore très vivante à Kayseri, ainsi que celle des archéologues ayant travaillé dans la région dans les années 1930 (comme Delaporte). La bibliothèque de l’IFEA possède ainsi des ouvrages importants sur Kayseri, qu’elle tient à mettre en valeur à cette occasion, des ouvrages de Gabriel à ceux d’Halil Eldem ou de Vacit İmamoğlu. Parallèlement à la coopération décentralisée Kayseri/Strasbourg qui suit son cours, des liens ont été établis avec le département de l’Aménagement de l’Urbanisme de la mairie de Kayseri