Archives par mot-clé : AMIDA

Diyarbakır : aperçu de l’après-guerre

Figure communiquée par la Mairie de Diyarbakır : vues aériennes du centre ville avant et après les combats. On remarque d’importantes destructions dans la partie est du Sur
Figure communiquée par la Mairie de Diyarbakır : vues aériennes du centre ville avant et après les combats. On remarque d’importantes destructions dans la partie est du Sur

Sur, la cité intra-muros de Diyarbakır, sera-t-elle une ville neuve du XXIème siècle : en deux mots une « nouvelle Tolède » ? Ou bien sera-t-elle une ville inscrite au patrimoine mondial de l‘UNESCO détruite dans le conflit qui embrase le Moyen-Orient : une nouvelle Palmyre ?

À l’automne 2015 débutait dans plusieurs villes de l’est de la Turquie un conflit armé opposant des partisans du mouvement kurde ayant proclamé l’autogestion (özyönetim) aux forces turques de sécurité (voir notre édition du 11 janvier 2016). De violents affrontements ont laissé un bilan humain extrêmement lourd dont la qualification des victimes reste très controversée : selon la révolte kurde, depuis le 2 décembre 2015, plus de 70 membres des forces de l’ordre (soldats, policiers, protecteurs de village) et plus de 250 civils ont été tués, selon la police ce sont plus de 270 « terroristes » et quelques civils qui ont succombé.

C’est dans ce contexte que des opérations à l’arme lourde ont considérablement endommagé des monuments historiques dans Sur. Or Sur n’est pas un lieu comme les autres. On désigne ainsi le rempart remarquable de la ville qui vient d’être classé à l’UNESCO, long de plus de cinq kilomètres, qui a fait l’objet de tant de descriptions de voyageurs depuis le moyen-âge, et la ville qu’il délimite, le centre-ville de Diyarbakır l’Amedu des Annales Royales Assyriennes, l’Amida hellénistico-romaine occupée sans interruption depuis ces origines lointaines, et qui constitue un site majeur pour toute l’histoire de la haute-Mésopotamie. Classée « Site archéologique urbain » depuis 1988, Sur constitue désormais la zone tampon du site UNESCO dans une configuration particulière puisqu’encerclée par un bien de nature linéaire, la muraille byzantine, elle fait partie intégrante de l’histoire de ce monument et en contient même l’explication. Avant le conflit, la mise en valeur de nombreux monuments du centre ville, comme la restauration de maisons patriciennes, était une tâche à laquelle s’attelaient les pouvoirs publics, Ministère de la Culture et du Tourisme et Mairie Métropole de Diyarbakır, selon des programmes bien distincts : tandis que la représentation étatique favorisait la restauration d’édifices religieux islamiques, la Municipalité kurde préférait mettre en exergue le caractère multiculturel et multiconfessionnel du bâti urbain (voir les travaux de Julien Boucly dans notre édition du 24 décembre 2014).1

Selon un rapport récent de la Mairie Métropolitaine de Diyarbakır, les combats ont gravement détérioré l’église catholique arménienne située dans le quartier de Hasırlı dans le quart sud-est de la ville, la mosquée de Kursunlu, la mosquée Sheikh Muhattar avec son minaret à 4 piliers – les murs de l’édifice ayant été partiellement détruits pour faciliter l’entrée de véhicules blindés dans la rue – les magasins classés historiques situés dans la rue Yeni Kapı ainsi que le Hamam Paşa, incendié. Sont également à porter sur la liste des constructions affectées, des exemples d’architectures civiles traditionnelles, comme la bâtisse qui avait été transformée en Maison et Musée Mehmed Uzun, ou encore une rue couverte qui représentait jusque-là l’un des rares exemples de tissu traditionnel urbain de Diyarbakır.

Discours d’Ahmet Davutoğlu à Sur le 1er avril 2016

Interpellé sur la question des dommages subis par le patrimoine, le premier ministre A. Davutoğlu a répondu que Diyarbakır serait une « nouvelle Tolède », faisant allusion à la victoire franquiste sur les insurgés républicains espagnols et à la reconstruction de l’Alcazar. Et peu après la levée du couvre-feu, Sur était confisquée par un décret du Conseil des Ministres signé par le président R.T Erdoğan, le 21 mars 2016, jour de Newroz. En réalité on ne sait pas grand-chose des intentions de l’État et ceci constitue une difficulté réelle dans l’élaboration des échanges, si tant est que ceux-ci soient souhaités, entre les différents acteurs en présence, Municipalité, administrés, acteurs du patrimoine.

Ce décret prévoit l’expropriation pour 6292 des 7714 parcelles disponibles dans Sur en se fondant sur la loi n° 2942 relative à l’expropriation, soit 82% des parcelles. Les 18% de parcelles restantes appartenant déjà au TOKI (office du logement collectif) ou au trésor public cela signifie que la totalité des biens sera transformée en propriété publique2.

Cette mesure radicale, aux proportions proprement extraordinaires, correspond à un acte d’exception et est assortie, sur place, du blocage de la quasi-totalité des quartiers est de la ville et de l’isolement des quartiers ouest des autres districts de la métropole3. Une multitude de petits check-points renforcés de barricades de sacs de sable ou bien des blocs de béton condamnent totalement l’accès aux rues situées à l’est de la porte du Saray, du Han Hasan Paşa et à partir de la rue Yeni Kapı jusqu’à la porte de Mardin, toutes les rues situées à l’est de la Gazi Caddesi. La porte de Mardin est elle-même condamnée tandis que tous les points de passage ménagés dans la muraille entre Sur et le quartier de Ben-U-Sen sont fermés et que seules fonctionnent les portes d’Urfa, de Çift Kapı et de Dağ Kapı où la circulation est néanmoins filtrée par des barrages de police. Des quartiers tenus au secret, seuls transitent les nombreux camions-bennes chargés de déblais

Les rues accessibles sont vidées des jeux bruyants des ribambelles d’enfants et des allers-venues paisibles des gens ordinaires, tandis que des drapeaux turcs nouvellement apparus et autres graffiti nationalistes se déploient en tous lieux.

De telles conditions favorisent la formulation de toutes les hypothèses sur l’avenir de la vieille cité, tandis que circulent sur Internet les photographies d’une ville dévastée : Sur va être rasée et le marché de la reconstruction sera donné au TOKI ; la nouvelle ville pourrait être repeuplée de réfugiés syriens ; seuls les gecekondu seront démolis pour mettre en valeur le bâti historique… Dans tous les cas de figure la société Diyarbakıriote intra muros disparaîtra pour laisser place, au mieux, à un centre-ville « gentrifié » dans un Diyarbakırland.

Alors, Sur sera-t-elle une nouvelle Palmyre ? Le 4 juillet 2015 les murailles de Diyarbakır et le paysage culturel des Jardins de l’Hevsel étaient classés au patrimoine mondial de l’UNESCO. C’est pourquoi, durant les conflits, des rapports ont été préparés par un groupe d’experts du KUDEP (Unité de protection, de développement et de contrôle) et ont été soumis au ministère de la Culture et du Tourisme de Turquie très impliqué notamment financièrement dans l’Organisation des Nations Unies pour l’Éducation, la Science et la Culture, mais également à la Commission nationale turque pour l’UNESCO, à la Commission nationale turque pour l’ICOMOS, à la Commission nationale turque pour l’ICORP.

Il a été rappelé que la gestion du site tombait sous la protection d’une série de chartes internationales dont la Turquie est signataire comme la Déclaration universelle sur la diversité culturelle de l’UNESCO (2001), la Convention de sauvegarde du patrimoine culturel immatériel (Paris, 2003), la Convention relative à la protection du patrimoine culturel et naturel mondial (Paris, 1972), la Convention pour la protection de la propriété culturelle en cas de conflit armé (La Haye, 1954), la Charte de Venise (1964) et la Déclaration d’Amsterdam (1975) ainsi que sous celle de l’acte n°2863 de la Constitution turque intitulé : « Protection du patrimoine culturel et naturel ».

Des voix pacifistes appelant au cessez-le-feu se sont également élevées disant que les Murailles de Diyarbakır et les Jardins de l’Hevsel venaient d’être classés au patrimoine mondial de l’UNESCO. Le 28 novembre 2015, en un funeste présage, alors qu’il donnait une conférence de presse en ce sens devant un des monuments endommagés, Tahir Elçi, bâtonnier du barreau de Diyarbakır était assassiné.

Pour une grille de lecture historique de Sur

Nous voudrions revenir sur l’importance historique du centre-ville de Diyarbakır et expliquer pourquoi il est absolument capital de conserver aujourd’hui l’alignement « originel » des vieilles rues de Sur. Dans une série d’articles4 publiés dans Anatolia Antiqua il a été montré que le tissu actuel des rues de la ville était une source majeure pour la compréhension de l’histoire romaine et byzantine du site intra-muros. Selon un mécanisme assez bien connu en effet, de nombreuses villes d’origine hellénistique et/ou romaine ont conservé dans le réseau contemporain de leur trame urbaine le souvenir d’anciens aménagements de l’espace. Chacun des alignements constitués par la succession des façades de maisons, des rues, des rangées d’arbres, et de tout ce que comporte le paysage urbain a été le garant de ces pérennités remarquables.

L’observation et l’analyse de ces différents plans parcellaires ont été décisives pour comprendre les étapes anciennes de l’évolution de la ville romaine et, partant, pour affiner les propositions de datation des murailles. De même le tissu urbain conserve des anomalies parcellaires qui sont les reflets fragiles de l’antique splendeur architecturale d’Amida. Ainsi, dans le quartier de Dabanoğlu, l’étude du parcellaire a permis de repérer une empreinte identifiée à celle d’un théâtre antique. La différence de l’orientation générale des rues dans l’est et dans l’ouest de la cité a permis de mieux comprendre le plan de la Ulu Cami, de proposer de reconnaître la présence d’un forum romain à cet endroit et de replacer la construction de la façade ouest de l’édifice dans son contexte romano-byzantin. D’autres anomalies ont été repérées et permettent de faire des hypothèses importantes relatives à la restitution de la topographie antique de la ville, tandis que les nombreuses mentions de monuments anciens consignées dans les textes syriaques doivent être confrontées à l’étude de ce même tissu urbain. Cette stabilité parcellaire est le fil d’Ariane qui permet d’écrire l’histoire urbaine et topographique d’Amida/Diyarbakır, car la plupart des bâtiments publics ou religieux, l’habitat populaire ou patricien, qui fondent l’épaisseur historique de la ville forment l’écheveau de ces rues. On recense au total pas moins de 595 édifices historiques dont 147 peuvent être classés comme monuments et les 448 autres comme des exemples remarquables d’architecture civile5.

La rue de la Yeni Kapı par exemple est jalonnée de bâtiments riches d’histoire parce qu’elle fut autrefois un decumanus de la vieille ville et c’est ce statut même qui explique leur présence : la mosquée Sheikh Muhattar et son minaret à quatre pieds, l’église Surp Giragos, l’église chaldéenne et une synagogue se sont ainsi partagé une localisation prestigieuse sur cet axe parce qu’il avait été institué comme majeur par le plan romain.

Ce plan parcellaire est tout aussi important pour l’étude de la ville médiévale et ottomane. Les sources historiques mentionnent également pour les périodes postérieures à l’Antiquité toute une série de monuments toujours en place ou disparus. Il est ainsi possible de restituer dans Sur le tracé de l’ancien aqueduc de Suleyman Paşa, mais ce n’est qu’un exemple.

On comprend ainsi qu’il est essentiel de préserver l’intégrité du parcellaire du centre-ville et que toute forme d’altération de ce parcellaire détruirait irrémédiablement des pages importantes de l’histoire de Sur. Or, le peu que l’on puisse savoir sur ce qui se passe dans Sur est extrêmement alarmant, comme cette photographie aérienne qui dévoile la disparition d’îlots entiers d’habitats et la destruction des alignements historiques de la rue de la Yeni Kapı.

La guerre civile à Diyarbakır a eu un coût humain et politique extrêmement lourd et aura sans doute des conséquences importantes sur le devenir de la ville. Avant-guerre, Diyarbakır était une ville renaissante. Son classement à l’UNESCO le 4 juillet 2015 couronnait une belle aventure rendue possible par le processus de paix qui avait permis de faire place au développement de politiques culturelles ambitieuses, même si les acteurs développaient des projets divergents. Après le déferlement, dans Sur, des réfugiés des années 90, et ses conséquences sur le bâti urbain6, le classement à l’UNESCO portait un vrai espoir de renouveau pour la ville et pour ses habitants. Des initiatives personnelles, ou souvent collectives, lui redonnaient lentement vie. Elles ont par exemple débouché sur la restauration de bâtiments traditionnels, comme la Diyarbakır Evi ou le Sülüklü Han, et leur ouverture au public pour partager des projets locaux et micro-économiques. Et c’est aussi cette ambiance, cet engouement collectif, qui a créé la « dynamique UNESO », et qui ont permis à Sur d’obtenir le classement du site. C’est pourquoi Sur doit rester elle-même.

Cite this article as: Martine Assénat, "Diyarbakır : aperçu de l’après-guerre," in Dipnot, 03/05/2016, http://dipnot.hypotheses.org/1896.

  1. Julien Boucly « Une ‘capitale kurde’ en Turquie ? Derrière les murs de Diyarbakır », Moyen-Orient, 30 vol. 1, Paris, 2016, p. 84-91 []
  2. Héritage culturel. Rapport d’évaluation des dommages dans la circonscription de Sur (Diyarbakır). Conséquence du conflit armé, Diyarbakır 30 mars 2016, rapport de la Municipalité Métropolitaine de Diyarbakır. []
  3. Matthieu Gosse, « Urbicide en cours au Kurdistan : Diyarbakır, de la ville-refuge à la ville-cible », Urbanités, à paraître []
  4. Voir en ligne Amida 1, Amida 2 et Amida 3 et les parties 4 et 5 dans les livraisons suivantes []
  5. Soyukaya N., Alpay E., Kaya F., Hanar E., Yumruk Ş ve Han Z., Balsak O., sans date : Diyarbakır kültür envanteri, 2 vol. s.d. Diyarbakır. []
  6. Pour un exemple antérieur du problème du logement à Diyarbakır []

(Re)découvrir Diyarbakır. Les entrepreneurs du patrimoine mondial

À ce jour, la candidature de Diyarbakır pour inscription sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO, présentée sous l’intitulé de « Paysage culturel de la forteresse de Diyarbakır et des jardins d’Hevsel », doit être soumise à l’étude des experts de l’organisation internationale. Finalisé par la Municipalité Métropolitaine de Diyarbakir et transmis au centre du patrimoine mondial en janvier 2014, ce dossier dissimule encore une profonde incertitude concernant ses chances d’aboutir. Rien n’est moins acquis d’avance en effet que l’entrée dans la collection du patrimoine mondial de cette zone urbaine et agricole aujourd’hui menacée d’affectation au statut de réserve foncière.

C’est précisément cette interrogation sur les choix à venir des administrateurs et aménageurs turcs, opposant projets de protection patrimoniale et développement urbain, qui nous incite à questionner l’identité et le rôle des acteurs mobilisés lors du processus d’inscription au patrimoine mondial. Comment a-t-on redécouvert la relation millénaire entre, d’une part, des jardins redevables au fleuve Tigre de leur fécondité agricole et, d’autre part, une ville fortifiée édifiée en harmonie parfaite avec son environnement naturel ? L’insertion de ce site dans la catégorie innovante des « paysages culturels »1 laisse même à supposer une véritable découverte du patrimoine de Diyarbakır. Et considérant cette invention patrimoniale, l’on ne peut se départir d’identifier les acteurs de son élaboration.

Cette mention des implications individuelles vis à vis de la définition du site patrimonial peut paraître anodine mais elle nous permet de souligner un point méthodologique central dans la compréhension du phénomène de patrimonialisation. Elle met en valeur la nécessité d’aller au-delà de l’analyse des discours et des relations institutionnelles afin de percevoir le rôle spécifique des individus (experts, administrateurs et citoyens) dans l’écriture de l’identité et/ou de l’histoire de Diyarbakır. Nous voulons finalement suggérer dans cette note que les initiatives individuelles, au-delà des projets des institutions publiques et privées, détiennent une importance primordiale dans la patrimonialisation du site de Diyarbakır.

En tête de fil des scientifiques ayant contribués à une prise de conscience patrimoniale vis à vis de la ville fortifiée, il nous faut rendre hommage à Albert Gabriel2, archéologue et fondateur de l’Institut Français d’Études Anatoliennes, dont les recherches détiennent encore une influence majeure sur les travaux menés à Diyarbakır. Ce nom est aujourd’hui intrinsèquement lié à la forteresse et à la ville de Diyarbakır. Il est d’ailleurs communément mentionné par les Diyarbakır’lı qui exposent ses photographies au regard quotidien autant dans les cafés que dans les administrations publiques. Albert Gabriel, comme explorateur de la Turquie orientale des années 1930, est ainsi à la fois un personnage de l’histoire de Diyarbakır et un entrepreneur de son patrimoine. La prégnance de son influence peut notamment se percevoir dans le processus d’inscription à l’UNESCO. Que ce soit pour ses matériaux de recherche (cartographie, photographie, schémas) ou ses interprétations concernant la datation des murailles, son ouvrage de référence est constamment évoqué par un dossier qui lui est postérieur de près de quatre-vingts années.

Quoi qu’il en soit l’élaboration du dossier UNESCO concourt avec la période d’une véritable redécouverte du site et d’un renouvellement historiographique dont témoigne la multiplication des publications, d’inventaires et de projets de mises en valeur de l’héritage historique de la ville, allant au-delà des murailles. Dans cette entreprise patrimoniale, l’État et la mairie métropolitaine jouent des rôles de financeurs et éditeurs distincts, mettant en exergue l’existence de préférences patrimoniales parfois divergentes entre ces institutions3. Mais ces publications nous permettent surtout de constater que l’élaboration du dossier UNESCO a pu profiter d’un contexte de productions scientifiques particulièrement riche, alimenté par un certain nombre d’initiatives individuelles.

Aux cotés de ces chercheurs, de nombreux fonctionnaires de la municipalité et de la préfecture sont investis d’une autre manière dans la fabrication du patrimoine. Parmi eux, les membres de l’« unité de gestion du site » (alan yönetim birimi) de la mairie métropolitaine de Diyarbakır sont plus directement responsables de l’invention patrimoniale liée au patrimoine mondial. Ils délimitent les frontières du site à protéger, décrivent les biens patrimoniaux à valoriser et écrivent de cette manière l’histoire à raconter. Mais ceux-ci ne travaillent pas indépendamment du système institutionnel et sont de ce fait contraints de se soumettre à des relations administratives parfois conflictuelles au sein de l’État turc. S’il faut retenir une spécificité de la construction patrimoniale dans le cadre de la procédure UNESCO, c’est qu’il s’agit d’un processus obligeant la rencontre de l’État central, de la municipalité et de l’expert international. Nous ne pouvons que suggérer alors, sur la base de résultats d’entretiens informels à la mairie, les différends ayant pu surgir entre l’unité de gestion du site (municipalité) et la direction générale du patrimoine culturel (ministère) lorsque la première rédigeait le dossier et que la seconde y apportait ses demandes de rectification. La procédure UNESCO offre ainsi à la mairie une opportunité d’initiative de mise en patrimoine tout en réaffirmant le pouvoir de contrôle du Ministère de la Culture et du Tourisme (Kültür ve Turizm Bakanlığı) validant le dossier en dernière instance.

Au-delà de la relation entre les fonctionnaires du ministère et de la mairie, ce sont les échanges entre experts locaux et internationaux qui influent le plus fortement l’élaboration du site du patrimoine mondial. Cette rencontre est à l’origine d’une innovation capitale et d’une toute nouvelle conception patrimoniale : elle institue la protection du paysage culturel de Diyarbakır. C’est au cours de la réunion ICOMOS/ICOFORT d’avril 2013 consacrée à la forteresse de Diyarbakır et aux villes historiques, qu’un expert suggère aux élaborateurs du dossier de candidature d’abandonner l’idée de classer la seule vieille ville, mais d’enrichir le site inscrit en y intégrant les jardins de l’Hevsel. Cet expert international, membre d’ICOMOS international et d’une délégation nationale auprès de l’UNESCO, a fait partager sa connaissance des critères et des nouvelles tendances du patrimoine mondial en tant que consultant. Les standards internationaux promus par l’expert ont alors fait l’objet d’une appropriation et d’une transformation au sein de la mairie. Sous l’impulsion du consultant, l’idée innovante du paysage culturel a d’abord été intégrée dans le dossier. Mais en dernier lieu, ce sont bien les experts locaux qui ont finalisé le dossier. Ceux-ci ont notamment jugé que le texte de « justification pour inscription »4, rédigé à partir de la conceptualisation du consultant étranger, ne mettait pas suffisamment en valeur les spécificités locales du site. Cette partie du dossier a donc subi de nombreuses réécritures. Ainsi, si le lien harmonieux entre la forteresse et les jardins est bien hérité d’une histoire millénaire et que celui-ci suscite depuis quelques années un intérêt scientifique, sa découverte patrimoniale et son intégration dans un projet de valorisation culturelle constitue bien une innovation de la procédure UNESCO.

Nous supposons finalement que cette mise en patrimoine du paysage culturel dépasse le cadre strict de la procédure UNESCO, et ceci encore une fois en mettant en lumière le rôle d’un entrepreneur de patrimoine. La candidature UNESCO constitue à ce jour l’initiative la plus poussée de mise en patrimoine des jardins d’Hevsel dans la mesure où il propose une protection au motif de leur valeur historique, au-delà de leur richesse agricole ou écologique. Les promoteurs du dossier ne sont néanmoins pas les protecteurs exclusifs de ces lieux. Doit-on en effet s’étonner le 1er mars 2014 de voir surgir un important mouvement de contestation lorsque l’arrachage de premiers arbres annoncent un projet urbain susceptible de menacer des zones agricoles ? Doit-on percevoir à travers les vingt jours d’occupation des jardins une mobilisation aux revendications culturelles, ou simplement écologique ? Une enquête menée dans le camp des manifestants nous incite à penser que l’enjeu patrimonial détenait une place centrale dans l’argumentaire des contestataires. Il s’agit de préserver des jardins pour leurs riches vertus agricoles mais aussi de protéger l’intégrité de la ville. Au centre de la tente du « mouvement écologique de Mésopotamie » (Mezopotami ekoloji hareketi), une militante, par ailleurs employée au sein du service d’urbanisme de la mairie de Diyarbakır, a exposé le plan de zonage du site patrimonial. Il se trouve que le premier terrain où s’est attaqué le chantier du Ministère de la Ville et de l’Environnement (Çevre ve Şehircilik Bakanlığı) est situé à l’intérieur de la zone tampon du site UNESCO. L’argument patrimonial et plus spécifiquement l’inscription à l’UNESCO peuvent ainsi être pleinement intégrés dans le discours des manifestants. Il faut par ailleurs noter que l’implication des jeunes militants du Parti de la Paix et la Démocratie (Barış ve demokrasi partısı, BDP ((Parti à la tête de la mairie métropolitaine de Diyarbakır et d’un certain nombre de municipalités à forte population kurde. Cf. notre édition : http://ovipot.hypotheses.org/10150 )) ) dans la mobilisation a pu élargir ses revendications à la protection de la nature et de l’identité kurde dans la région du Sud-Est.

L’occupation des jardins de l’Hevsel au cours du mois de mars a ainsi été l’occasion d’une prise de conscience de leur valeur patrimoniale, ne serait-ce que pour les visiteurs du camp. L’introduction de l’argument de l’inscription à l’UNESCO dans cette mobilisation, conséquence directe de l’initiative d’un employé de la mairie métropolitaine, nous convainc finalement de la nécessité de rechercher les éléments d’une patrimonialisation jusqu’à l’échelle de l’analyse individuelle. Et au-delà des entrepreneurs du patrimoine, il nous faut finalement nous intéresser aux récepteurs de leur travail. Car la construction patrimoniale des jardins de l’Hevsel et de la forteresse de Diyarbakır ne peut aboutir sans que ces biens culturels ne soient appropriés par les résidents de la ville, et que ces derniers exigent que des politiques assurent leur protection.


AMIDAAMIDA est financé par le programme régional ENVI-Med, qui s’inscrit dans la dynamique créée par l’internationalisation du métaprogramme interdisciplinaire et inter-organismes MISTRALS. Le programme est mis en œuvre par la direction générale de la mondialisation, du développement et des partenariats(DGM) du ministère français des Affaires étrangères (MAE) conjointement à la direction MISTRALS et au bureau du CNRS pour la Méditerranée.
  1. Le lien entre nature et culture est au cœur de l’argumentaire soutenu par le dossier de candidature afin de démontrer la « valeur universelle exceptionnelle du paysage culturel de la forteresse de Diyarbakır et des jardins de l’Hevsel » (Cf. Diyarbakır Büyüksehir Belediyesi (janvier 2014) Diyarbakır Fortress and Hevsel Gardens Cultural Landscape, nomination for inscription on the world heritage list, fichier électronique PDF) []
  2. Cf. Gabriel Albert (1940) Voyages archéologiques dans la Turquie orientale, tome I Texte, Institut français d’archéologie de Stamboul, 375p. []
  3. Les conflits d’écriture historique – distinguant « Amed, la capitale kurde de haute Mésopotamie » et « Diyarbakır, le cœur de l’Anatolie orientale » – sont clairement perceptibles dans la comparaison de ces deux ouvrages : Tigris Amed et Çakar Yıldız (2014) AMED, Coğrafya, tarih, kültür, publié en kurde et en turc par la municipalité Métropolitaine de Diyarbakır, 540p. / Diyarbakır valiliği (novembre 2013) 33 medeniyetin dokusuyla, 12 000 yıllık mistik bir Şehir Anadolu’nun kalbi Diyarbakır, publié par la préfecture de Diyarbakır, vol.1-2., 255p /136p. []
  4. Cf. troisième partie du dossier UNESCO : Diyarbakır Büyüksehir Belediyesi (janvier 2014) Diyarbakır Fortress and Hevsel Gardens Cultural Landscape, nomination for inscription on the world heritage list, fichier électronique PDF, pp.101-122 []

Les « Jardins de l’Hevsel » : patrimonialisation ou urbanisation ?

Dehderî
Hevsel Gardens and Ten-Arched Bridge – Dûrzan cîrano (Own work) [CC-BY-SA-3.0 or GFDL], via Wikimedia Commons

Les jardins de l’Hevsel à Diyarbakır viennent d’être admis, avec le centre historique et ses murailles, sur la liste indicative du patrimoine de l’UNESCO par le Ministère turc du Tourisme et de la Culture. Ils représentent une surface d’environ 300 hectares étagés entre la muraille romaine et le Tigre. Voués à la culture du mûrier du ver à soie à l’époque ottomane, ces jardins vivriers et historiques sont à nouveau partagés entre l’agriculture et l’arboriculture. Ils constituent, fait notable, une « réserve historique » de première importance pour l’étude des jardins en Haute-Mésopotamie dont nous n’avons que trop peu d’exemples, pour ne pas dire pas d’exemple. À Amida/Diyarbakir des jardins sont cités dès le IXème siècle avant J.-C par les Annales royales assyriennes qui rapportent que le roi Assurnasirpal II combattit devant les portes d’Amida et réduisit à néant ses vergers. Et c’est entre Tigre et Euphrate que doivent être recherchées les réalités qui ont donné lieu à « l’Invention du Paradis » et à ses descriptions dans les textes sacrés, Bible et Coran.

Depuis plus de 10 ans urbanistes et acteurs locaux tentent, dans le contexte d’une urbanisation exacerbée, de protéger la zone juridiquement, de surveiller et de prévenir la pollution des sols, notamment en favorisant la collecte et la distribution des eaux de pluie, et de celles du Tigre, et de supprimer l’utilisation des engrais chimiques et des pesticides. Ils prônent également une limitation accrue de l’exploitation des carrières de sables. La progression en ce sens, portée par la Municipalité de Diyarbakır, et attendue dans la perspective d’un classement à l’UNESCO, s’opère dans un territoire relevant de compétences enchevêtrées (Ministère des Eaux et Forêts, Ministère des Finances (Direction générale des Biens Nationaux), Ministère de l’Agriculture et des Affaires rurales (Direction de l’Alimentation, de l’Agriculture et de l’Élevage), Ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles, Ministère de l’Environnement et de la Ville, Ministère de la Culture et du Tourisme, Conseil de Conservation du Patrimoine culturel, Direction du Musée de Diyarbakır, State Hydraulic Works ou DSI qui gère notamment les projets du GAP et de l’irrigation de l’Hevsel, Municipalité Métropolitaine et diverses associations).

Les mouvements sociaux et une partie de la presse turque dénoncent la possibilité que les Jardins de l’Hevsel, bien qu’admis sur la liste nationale indicative du patrimoine de L’UNESCO, soient réduits à la vente et au lotissement par le Ministère de l’Environnement et de l’Urbanisme, et que soient construits des barrages en amont qui affecteraient gravement l’équilibre des Jardins. Il est certain que
l’allotissement à des fins de constructions d’immeubles d’une partie des Jardins de l’Hevsel, tout comme celle de la zone tampon que constitue la vallée du Tigre, ruinerait toute possibilité d’admission du site au patrimoine mondial de l’UNESCO.

Références

Çevre Bakanlığı, « Diyarbakır Kent Ormani’ni TOKI’ye devrediyor! », Radikal, 27/11/2013 [En ligne]
Nilay Vardar, « Diyarbakır Hevsel Bahçeleri’ne Sahip Çıkıyor », Bianet, 19/11/2013 [En ligne]
Orhan Miroğlu, Hevsel Bahçesinde Bir Dut Agacı, Istanbul, Iletişim 2005, 270p.


AMIDAAMIDA est financé par le programme régional ENVI-Med, qui s’inscrit dans la dynamique créée par l’internationalisation du métaprogramme interdisciplinaire et inter-organismes MISTRALS. Le programme est mis en œuvre par la direction générale de la mondialisation, du développement et des partenariats(DGM) du ministère français des Affaires étrangères (MAE) conjointement à la direction MISTRALS et au bureau du CNRS pour la Méditerranée.