Archives par mot-clé : Anatolie

L’économie politique turque en questions : question nationale, question locale

1-imageJanvier 2017
Türkçe çeviri

Les études en économie politique en Turquie connaissent depuis les années 1990 un renouveau certain au travers des études s’intéressant aux fragmentations internes et contemporaines du patronat dans ses rapports avec le monde politique. En attachant une importance moindre à la rivalité « commerçants » et « industriels », ces recherches essaient de saisir le rapport entre l’émergence d’une nouvelle génération d’hommes d’affaires avec la montée en puissance de l’Islam politique en Turquie, et plus spécifiquement, avec l’arrivée au pouvoir du Parti de la justice et du développement (AKP) (Buğra A. et Savaşkan O, 2015 ; Buğra A., 1994 ; Heper M., 2014). Ces transformations s’opèrent notamment dans le champ du militantisme patronal, avec l’apparition d’associations patronales, se partageant une clientèle d’hommes d’affaires, selon des lignes de clivages recoupant les segmentations politiques turques entre pôle islamique et pôle séculariste (Özel I., 2015 ; Yankaya D., 2013). De manière particulièrement efficace, le questionnement se déplace depuis les études sectorielles vers les compétitions territoriales. Le référent territorial est en effet particulièrement mobilisé par ces nouveaux acteurs, aux origines anatoliennes, qui utilisent également le référent religieux islamique comme source de leur légitimité, en contestant le pouvoir des anciennes élites étatistes et kémalistes.

C’est à cette aune-là que l’on voit émerger des études monographiques à l’échelle métropolitaine, qui étudient les rapports entre construction économique et production de l’espace urbain par les élites locales. Ces travaux présentent ainsi sous le prisme de l’économie politique la manière dont le développement économique est pris en charge par les entrepreneurs locaux – les mairies, les hommes d’affaires – et comment ils parviennent à transformer leurs territoires en « villes entreprenantes » (Bayırbağ, M. K., 2007). De véritables stratégies d’accumulation de ressources sont à l’œuvre, grâce à la mobilisation politique des nouvelles bourgeoisies locales : les villes anatoliennes de Gaziantep, Kayseri, Konya, Denizli sont des territoires particulièrement bien étudiés sous ce prisme (Doğan A. E., 2007 ; Bayırbağ M. K., 2007 ; Cengiz K., 2013 ; Öz Ö., 2004 ; Varol C., 2009 ; Kuyucu T., Danış D., 2015). Ces travaux présentent le grand intérêt de renouveler les études économiques, en considérant les rapports au politique et au territoire comme fondamentaux dans les processus de transformation en cours en Turquie, dans les interactions entre l’État, l’économie et la société (Insel A. (dir.), 1984).

De manière plus récente et en lien avec l’actualité turque de la lutte menée par le gouvernement contre la « Cemaat » de Fethullah Gülen, des ouvrages cherchent à comprendre la manière dont les réseaux gülenistes se sont développés au sein du monde des affaires. Ces réseaux ont accompagné ceux développés de manière transnationale par les écoles de la Cemaat (Pandya S., Gallagher N., 2012 ; Hendrick J. D., 2013). Après la tentative de coup d’État du 15 juillet 2016, les entreprises soupçonnées d’entretenir des liens avec la Cemaat ont été placées sous tutelle par l’organisme d’État Tasarruf Mevduatı Sigorta Fonu. Ces procédures interpellent sur les relations existant en Turquie entre le monde patronal et les structures du pouvoir politique. Les liens entre la confédération des associations patronales proches de la Cemaat – le TÜSKON – et les instances politiques de l’AKP ont notamment eu des impacts sur la scène diplomatique (Angey G., 2014). Cependant, les investigations sur l’état des relations au niveau local durant les années 2000, ainsi que sur l’avenir des recompositions en cours sur les rapports entre entrepreneurs et politiques restent encore largement à mener (Dorronsoro G., Gourisse B., 2014).

Les réflexions menées en économie politique ne font pas toujours l’unanimité, et l’approche politiste des questions économiques peut susciter de la part des économistes quelques réserves. Ces derniers proposent également des études territorialisées, notamment via les publications de la Fondation de l’Institut économique de Turquie (Türkiye Ekonomi Kurumu Vakfi – TEKV) dans les villes ou province d’Anatolie : Malatya, Denizli, Sivas, Kahramanmaraş, Çanakkale, région de la mer Noire orientale (Küçüker C., 1998 ; Akbostancı E. et Erdoğdu O. S., 2011). Il s’agit surtout d’ouvrages rédigés par des économistes à destination de l’institut dont l’objectif était à sa création en 1929 de développer les capacités d’anticipation économique de l’Etat turc dans le contexte de la dépression économique de 1929. De son côté, la Fondation du développement économique (İktisadi Kalkınma Vakfı – IKV), également soutenue par les acteurs de l’économie turque, des chambres de commerce aux associations patronales, propose de nombreux ouvrages de lobbying en direction de l’Union européenne (UE). Ses publications portent ainsi sur des sujets économiques ou sociaux variés de la question chypriote à celle des politiques de taxations en vigueur dans l’UE, dans une approche consensuelle des rapports économiques.

Ouvrages et articles généraux

  • Angey G., « La recomposition de la politique étrangère turque en Afrique subsaharienne. Entre diplomatie publique et acteurs privés », Note de l’Ifri, 2014
  • Bayırbağ M. K., « Continuity and Change in Public Policy: Redistribution, Exclusion and State Rescaling in Turkey », International Journal of Urban and Regional Research, volume 37, 2013
  • Bianchi R., Interest Groups and Political Development in Turkey, 1984, Princeton – TurHm 195
  • Buğra A., State and business in modern Turkey, 1994, New-York – TurCont 082
  • Buğra A., « Class, Culture and State: An Analysis of Interest Representation by Two Turkish Business Associations », International Journal of Middle East Studies, n°30, 1998, pp.521-539
  • Buğra A., and Savaşkan O., « Politics and Class: The Turkish Business Environment in the Neoliberal Age » New Perspectives on Turkey, 2012, n°46, pp.27–63 – P289
  • Buğra A. et Savaşkan O., Türkiye’de Yeni Kapitalizm; Siyaset, Din ve İş Dünyası, 2015, Istanbul – TurCont 533
  • Demir Ö., Acar M., Toprak M., « Anatolian Tigers or Islamic Capital: Prospects and Challenges », Middle Eastern Studies, n°6, volume 40, 2004, pp. 166-188
  • Dorronsoro G., Gourisse B., « Une clé de lecture du politique en Turquie : les rapports Etats-Partis », Politix, n°107, 2014, pp. 195-218
  • Insel A. (dir.), La Turquie entre l’ordre et le développement : Eléments d’analyse sur le rôle de l’état dans le processus de développement, 1984, Paris – TurHm 0185
  • Hendrick J. D., Gülen, The Ambiguous Politics of Market Islam in Turkey and the World, 2013, New-York – TurCont 514
  • Heper M. et Keyman E. F., « Double-Faced State: Political Patronage and the Consolidation of Democracy in Turkey », Middle Eastern Studies, volume 34, n°4, 1998, pp. 259-277 – P111
  • Heper M. (dir.), Strong State and Economic Interest Groups, De Gruyter, 2014
  • Kazgan G., Tanzimat’tan 21. Yüzyıla Türkiye Ekonomisi: Birinci Küreselleşmeden İkinci Küreselleşmeye, 2002, Istanbul – EcTur 56
  • Koraltürk M., Türkiye’de ticaret ve sanayi odaları 1880-1952, 2002, Istanbul – TurHm 588
  • Koraltürk M., Erken Cumhuriyet Döneminde Ekonominin Türkleştirilmesi, 2011, Istanbul – TurHm 728
  • Öniş Z., Türem U., « Business, Globalization and Democracy : A Comparative Analysis of Turkish Business Associations », Turkish Studies, 2001, pp. 94-120
  • Öniş Z., « Crises and Transformations in Turkish Political Economy », Turkish Policy Quaterly, n°3, volume 9, 2010
  • Öniş Z. et Şenses F., Turkey and the Global Economy, Neo-Liberal RestrucTuring and Integration in the Post-Crisis Era, 2013, New-York – TurCont 542
  • Özel I., State-Business Alliances and Economic Development. Turkey, Mexico and North Africa, Routledge, 2015, New-York
  • Pandya S., Gallagher N., The Gülen Hizmet Movement and its Transnational Activities. Case studies of altruistic activism in contemporary Islam, 2012 – ISLG 199
  • Serdaroglu Ö., « Les transformations des registres d’action du TÜSIAD dans les années 1990 : le rôle de l’enjeu européen », European Journal of Turkish Studies, 2009
  • Sönmez M., Kırk haramiler, Türkiye’de holdingler, 1987, Istanbul – FTH 213
  • Yankaya D., La nouvelle bourgeoisie islamique. Le modèle turc, 2013, Paris – TurCont 519

Études régionales, locales.

  • Bayirbag, M. K., Local entrepreneurialism, state re-scaling and scalar strategies of representation. The case of the city of Gaziantep, Turkey, Thèse de doctorat, 2007
  • Bayirbag, M. K., « Local Entrepreneurialism and State Rescaling in Turkey », Urban Studies, n°47, 2010, pp. 363-385
  • Cengiz K., Yav İşte Fabrikalaşak Anadolu Sermayesinin Oluşumu: Kayseri Hacılar Örneği, 2013, İstanbul: İletişim Yayınları
  • Danış D., Kuyucu T., « Similar Processes, Divergent Outcomes: A Comparative Analysis of Urban Redevelopment Projects in Three Turkish Cities », Urban Affairs Review, n°51, 2015, pp. 381-413
  • Doğan, A. E., Eğreti Kamusallık, Kayseri Örneğinde İslamcı Belediyecilik, 2007, Istanbul – ObsUrb 1619
  • Öz Ö., Clusters and Competitive Advantage, 2004
  • Özcan G. B., « A critical analysis of decentralisation and local economic development : the Turkish case », Environment and Planning C: Government and Policy, volume 24, 2006, pp 117-138
  • Varol C., Entrepreneurial Networks in Local Industrial Development: Empirical Evidences from Turkey, 2009

Ouvrages publiés par le Türkiye Ekonomi Kurumu Vakfi

  • Akbostancı E. et Erdoğdu O. S., Küresel Bunalım ve Karadeniz Bölgesi Ekonomileri, Türkiye Ekonomi Kurumu, 2011, Ankara
  • Küçüker C., Anadolu’da Hızla Sanayileşen Kentler: Denizli Örneği, Türkiye Ekonomi Kurumu, 1998, Ankara
Cite this article as: Nicolas Ressler-Fessy, "L’économie politique turque en questions : question nationale, question locale," in Dipnot, 02/01/2017, http://dipnot.hypotheses.org/2013.

L’apparition du palais en Anatolie

10-imagenOctobre 2016
Türkçe çeviri

Symbole par excellence du pouvoir, sans cesse réactualisé, le palais désigne la demeure vaste et luxueuse d’un personnage important, en particulier la résidence d’un souverain. Une visite à l’IFEA, où l’on passe devant le Palais de France le rappelle, mais ce n’est qu’un exemple parmi tant d’autres à Istanbul (Büyük Saray, Tekfur Sarayı, Topkapı Sarayı, Dolmabahçe Sarayı, Beylerbeyi Sarayı, Yıldız Sarayı, etc.). Le palais associe l’ostentation du luxe architectural avec un aspect fonctionnel, car il sert de lieu de résidence et de centre administratif au pouvoir. Le palais désigne aussi, à partir du 15e siècle ap. J.-C., l’édifice où siègent les différents tribunaux d’une ville (palais de justice). Ces usages sont tout à fait similaires en français et en turc et de nombreux parallèles existent (Palais de l’Élysée / Cumhurbaşkanlığı Sarayı, palais de justice / adalet sarayı). Par ailleurs, l’usage commercial du mot se rencontre fréquemment à Istanbul où Simit Sarayı, Kahve Sarayı, ou Saray Muhallebicisi côtoient des hôtels luxueux appelés également saray sous l’influence de l’anglais palace.

La bibliothèque de l’IFEA possède un fonds intéressant pour remonter à l’apparition du palais, que l’on peut situer à l’âge du Bronze (3000-1200 av. J.-C.). Cette période qui voit la naissance de nombreuses civilisations que l’on appelle parfois « civilisations palatiales » où le monde économique et sociale dépend de la cour. En Mésopotamie, le palais a couramment été désigné par les sumerogrammes « E2-KAL » dans les textes dès le IIIe millénaire av. J.-C., un usage que l’on retrouve en Anatolie au IIe millénaire av. J.-C. lors de la période des Comptoirs de Cappadoce (Garelli 1963) et du Royaume Hittite (Bittel 1976). Précisons pour les enthousiastes d’étymologie que le sumérien « E2-KAL » est devenu en akkadien ēkallum et a été transmis en turc sous la forme de heykel à travers l’arabe هيكل (haykal). À l’origine, le mot qualifie une résidence et par métonymie, il sert à désigner l’ensemble des personnes qui y habitent. Le palais au Proche-Orient ancien n’est donc pas uniquement la résidence de la famille royale mais il sert également de siège au gouvernement. Les palais royaux de la ville de Mari (Syrie, Deir ez-Zor)1 font partie des témoignages les mieux documentés, et de très nombreuses publications sont disponibles à la bibliothèque sur les fouilles et les archives de Mari, tout comme à travers le portail www.Persee.fr (voir les indications bibliographiques ci-dessous). Au IIe millénaire, le palais royal de Mari mesure 200 m par 120 m et abrite 300 pièces au rez-de-chaussée. Ces dernières sont organisées selon une circulation complexe qui différencie les salles dédiées à l’administration du palais et du royaume, les zones de stockage de denrées, les appartements du roi, le harem et les lieux sacrés. En outre, de nombreux indices permettent d’identifier que ce bâtiment disposait d’un étage à présent détruit, doublant la surface et le nombre de pièces disponibles. Tant la documentation épigraphique abondante (quelque 20 000 tablettes d’argiles) que les vestiges très bien conservés (peintures, statues et nombreux objets) renseignent sur l’ostentation du bâtiment et son fonctionnement. C’est un excellent exemple qui montre comment à son origine, le palais sert à la matérialisation du pouvoir du roi et donc de soutien à la propagande et à l’idéologie royale.

L’Anatolie n’est cependant pas en reste d’exemples de palais très bien documentés. Les fouilles d’Arslantepe (à côté de Malatya) révèlent chaque année de nouveaux détails sur l’un des cas les plus passionnants, puisqu’il date de la 2e moitié du IVe millénaire (3500-3000 av. J.-C.), une période charnière qui voit l’apparition des premiers états territoriaux. Les fouilles à Arslantepe ont révélé une partie d’un bâtiment monumental, appelé « complexe palatial », construit en briques crues et dont certains murs mesurent 2 m d’épaisseur. Ce complexe regroupe tout aussi bien des temples que des zones dédiées à l’administration, des cours et des pièces de stockage. Par ailleurs, certaines productions céramiques sont, pour la première fois, produites en masse et deviennent standardisées pour faciliter la gestion des denrées. Il est difficile de parler de palais, puisque aucune pièce pour la résidence n’est connue (mais seule une partie du bâtiment a été fouillée) et les détails de l’organisation politique à cette époque sont inconnus. Néanmoins, les vestiges de nombreux scellés (masse d’argile couverte de sceaux officiels, de manière à ce qu’on ne puisse pas procéder à une ouverture sans briser les cachets), donnent une idée de l’organisation et du contrôle exercés par l’élite pour la gestion du bâtiment et du territoire qu’elle administrait. Ces scellés et l’aspect monumental de l’architecture du « complexe palatial » témoignent de l’autorité et de la position sociale de l’élite dirigeante qui se démarque de plus en plus du commun des mortels.

En revanche, avec l’apparition de l’écriture en Anatolie au début du IIe millénaire, le palais va devenir une constante dans les villes. Les premiers noms de rois (appelés « princes ») apparaissent dans les documents du Bronze Moyen (2000-1700) de Kaniš (moderne Kültepe, à côté de Kayseri). Là, dans les décombres du palais fut découverte en 1955 une lettre adressée à Waršama, prince de Kaniš. Ce palais dit « palais de Waršama », regroupe une soixantaine de pièces, construites de murs en briques d’argile crue reposant sur des fondations en pierres. On connaît également un palais antérieur et les travaux menés actuellement par F. Kulakoğlu sont en train de mettre au jour un complexe monumental du IIIe millénaire, qui pourrait bien être un palais. Le « palais de Waršama » est la résidence du couple princier, mais il abritait aussi un certain nombre de hauts dignitaires en plus de la famille royale et de la domesticité. C’est aussi le siège de l’administration anatolienne chargée de la gestion du territoire (on parle le plus souvent alors de cité-état). En outre, le palais est directement impliqué dans l’activité commerciale. Les caravanes sont redevables de plusieurs taxes, et les autorités usent de leurs prérogatives en matière de droits de préemption. Le « palais de Waršama » est l’exemple le mieux connu, mais toutes les villes devaient posséder un tel bâtiment qui regroupait toutes les fonctions qu’exerçait le souverain. C’est seulement avec l’apparition du royaume hittite au Bronze récent que l’on peut affirmer que le roi endosse aussi le rôle de « vicaire des dieux », même s’il est fort probable que cela était déjà le cas auparavant. Le palais royal de la capitale Hattuša (Boğazkale, Çorum) est l’un des premiers exemples où le palais correspond à un ensemble de plusieurs bâtiments distincts, réunis par des cours et des portiques, l’ensemble étant clairement séparé du reste de l’habitat par un mur de fortification; un schéma qui ressemble à celui de Topkapı.

À la suite de l’Âge du Bronze, le palais ne tiendra plus la place centrale qu’il avait dans les civilisations de l’âge du Bronze, où il était le centre de la vie économique et sociale, même si, en tant que résidence royale, le palais ne disparaîtra jamais. Néanmoins, si le luxe et le raffinement des palais impressionnent encore aujourd’hui et sont des témoins de l’ingéniosité d’une civilisation, il ne faut pas omettre que le palais est avant tout le résultat d’une idéologie destinée à « justifier » des inégalités exacerbées.

Bibliographie

Généralités

  • Aurenche Olivier (Ed.) 1977 Dictionnaire illustré multilingue de l’architecture du Proche-Orient ancien
    COLL XLI b 003/
  • Bittel Kurt 1976 Les Hittites
    BA 04-04
  • Forest Jean-Daniel 1996 Mésopotamie, l’apparition de l’Etat VIIe-IIIe Millénaires
    Or Gén 081
  • Garelli Paul 1963 Les Assyriens en Cappadoce
    COLL I B 19

Palais royal de Mari

  • Parrot André 1958
    Mission archéologique de Mari : Volume II : Le palais : Architecture
    COLL II 068
  • Parrot André 1958
    Mission archéologique de Mari : Volume II : Le palais : Peintures murales
    COLL II 069
  • Parrot André 1959
    Mission archéologique de Mari : Volume II : Le palais : Documents et monuments
    COLL II 070
  • Parrot André 1974
    Mari capitale fabuleuse
    HA Syr Si 02 I
  • Rouault Olivier 1977
    Mukannisum : L’administration et l’économie palatiales à Mari
  • HA Ass Gén 01 XVIII
    MARI Annales de Recherches Interdisciplinaires
    COLL XIII A 08 Volume 1 à 7

Complexe « palatial » d’Arslantepe

  • Frangipane Marcella 2001
    «Arslantepe-Malatya: A Prehistoric and Early Historic Center in Eastern Anatolia», dans Gregory McMahon and Sharon Steadman (éd), The Oxford Handbook of Ancient Anatolia: (10,000-323 BCE) https://dx.doi.org/10.1093/oxfordhb/9780195376142.013.0045
  • Frangipane Marcella 1997, A 4th Millennium Temple/Palace Complex at Arslantepe-Malatya. North-South Relations and the Formation of Early State Societies in the Northern Regions of Greater Mesopotamiai, Paléorient 23.1: 45–73
  • Frangipane Marcella (éd.) 2010. Economic Centralisation in Formative States. The Archaeological Reconstruction of the Economic System in 4th Millennium Arslantepe

Palais de Kaniš

  • Cecile Michel 2001 Correspondance des marchands de Kanish au début du IIe millénaire avant J.-C.
  • Özgüç Tahsin 1986 Kaniş II Eski yakındoğu’nun ticaret merkezinde yeni araştırmalar / New Researches at the Trading Center of the Ancient Near East
    HA Ana Si 074
  • Özgüç Tahsin 2003 Kültepe Kanış/Neşa : The earliest international trade center and the oldest capital city
    HA Ana Si 177

Palais de Hattuša et de Tapigga

  • Alp Sedat 1993 Beitrage zur Erforschung des hethitischen Tempels, Kultanlagen im Lichte der Keilschriffexte
    HA Ana Gén 200/
  • Alp Sedat 1991 Hethitische Briefe aus Maşat-Höyük
    HA Ana Si 163
  • Bittel Kurt 1970 Hattusha The Capital of the Hittites
    HA Ana Si 064
  • Neve Peter 1982 Büyükkale die Bauwerke : Grabungen 1954-1966
    HA Ana Si 030
  • Neve Peter 1992 Hattusa-Stadt der Götter und Tempel : Neue Ausgrabungen in der Haupstadt der Hethiter
    HA Ana Si 070
Cite this article as: Néhémie Strupler, "L’apparition du palais en Anatolie," in Dipnot, 03/10/2016, http://dipnot.hypotheses.org/2007.
  1. Sur la situation actuelle, on peut consulter le rapport publié en août 2016 Assessing the Status of Syria’s Tentative World Heritage Sites Using High-Resolution Satellite Imagery par l’American Association for the Advancement of Science https://www.aaas.org/page/ancient-history-modern-destruction-assessing-status-syria-s-tentative-world-heritage-sites-7 []

In memoriam Xavier de Planhol, ancien membre de l’IFAI/IFEA (1947-1950)

Nous avons appris avec tristesse la disparition de l’éminent géographe Xavier de Planhol (1926-2016), ancien membre-pensionnaire de l’Institut Français d’Archéologie d’Istanbul (IFAI – aujourd’hui IFEA). Après les très riches Mélanges offerts à Xavier de Planhol (2000, IFRI), réunis par le regretté Daniel Balland, disparu avant son maître, en 2013, et les récentes notices1 qui ont été consacrées à ce géographe atypique, il nous semble inutile de retracer à nouveau ici l’ensemble de la carrière comme de prétendre caractériser de façon trop générale l’œuvre si originale, foisonnante et multiforme – aux postulats parfois discutables2 – de ce savant aux curiosités insatiables3.

On s’autorisera donc à centrer notre propos sur les “années turques” de Xavier de Planhol, et spécialement sur son long séjour à l’IFAI, alors dirigé par Albert Gabriel. L’intéressé a fait un récit passionnant et fort spirituel de ces années déterminantes dans l’entretien accordé à Pierre Pinon et Jacques Thobie le 20 décembre 2004, publié dans le catalogue “Albert Gabriel” (1883-1972) paru à Istanbul chez Yapı Kredi en 2007 (p. 217-232). C’est précisément dans ce récit qu’il évoque sa “tante kurde” par alliance – fille du pacha ottoman Nemrut Mustafa Paşa (1886-1936) – qui aurait contribué à son inclination vers l’Orient.

Xavier de Planhol, très jeune agrégé, part à 21 ans à Istanbul – en fait à la place du fils du turcologue Jean Deny, François, jeune géographe prématurément mort à la guerre. Il y sera le dernier membre-chercheur sous l’autorité d’Albert Gabriel, après le tandem H. Metzger (1912-2007) – R. Mantran (1917-1999) que l’on voit disparaître des registres à la fin de l’été 19474.

Mars 1947, extrait d’une page du cahier des dépenses de 1947 de l’IFAI (Archives IFEA, Dossier 11)
Mars 1947, extrait d’une page du cahier des dépenses de 1947 de l’IFAI (Archives IFEA, Dossier 11)

Grâce aux archives de l’IFEA, on peut suivre l’arrivée de X. de Planhol à ce qui est encore l’IFAI fin septembre 1947, jusqu’à son départ le 6 septembre 1950 (la date figure dans les cahiers de compte de l’institution). Pendant trois ans, il consacre chaque hiver à l’étude intensive de la langue turque et passe les étés sur son terrain, dans la « Région des lacs », d’où il revient au début de l’automne « pour passer l’hiver avec Gabriel » (catalogue, p. 221).

Page du cahier des comptes de l’IFAI pour l’année 1947, avec la mention du « Traitement de Mr de Planhol » (source : archives IFEA, Dossier 11)
Page du cahier des comptes de l’IFAI pour l’année 1947, avec la mention du « Traitement de Mr de Planhol » (source : archives IFEA, Dossier 11)
« Relevé des dépenses » …. Janvier 1949-octobre 1949 (source : archives IFEA, Dossier 12)
« Relevé des dépenses » …. Janvier 1949-octobre 1949 (source : archives IFEA, Dossier 12)
Extrait du cahier des dépenses de l’IFAI, septembre 1950 (source : archives IFEA, Dossier 12)
Extrait du cahier des dépenses de l’IFAI, septembre 1950 (source : archives IFEA, Dossier 12)

Trois points frappent quand on considère l’impressionnante biographie de X. de Planhol : la précocité des publications (son premier article scientifique sort alors qu’il a juste 20 ans !), la rapidité avec laquelle il publie en langue turque (dès 1949, dans la Revue de Géographie turque, un article richement illustré5) et le souci manifesté de rendre compte auprès du public francophone des publications en langue turque de ses collègues. D’ailleurs, vite intégré dans la communauté scientifique turque6, au fait des travaux conduits en Turquie, il jouera un rôle de passeur même longtemps après avoir quitté l’Anatolie pour l’Iran, comme en témoignent les nombreux comptes rendus, qu’il publie dans les revues de géographie françaises7. C’est pour toutes ces raisons qu’aujourd’hui encore, X. de Planhol est une référence pour les géographes turcs (et au-delà).

X. de Planhol, « Les types d’habitat troglodyte dans la région de Burdur », Revue de Géographie turque, 1949.
X. de Planhol, « Les types d’habitat troglodyte dans la région de Burdur », Revue de Géographie turque, 1949.
X. de Planhol, « Les types d’habitat troglodyte dans la région de Burdur », Revue de Géographie turque, 1949
X. de Planhol, « Les types d’habitat troglodyte dans la région de Burdur », Revue de Géographie turque, 1949
X. de Planhol, « Les types d’habitat troglodyte dans la région de Burdur », Revue de Géographie turque, 1949
X. de Planhol, « Les types d’habitat troglodyte dans la région de Burdur », Revue de Géographie turque, 1949

L’IFEA est honoré de compter en troisième position dans sa collection historique « Bibliothèque archéologique et historique de l’Institut Français d’Archéologie d’Istanbul » (qui a publié Jestin, Akarca, Melikoff, Benveniste, Laroche, Robert, Grabar et Dumézil !), la magistrale thèse de X. de Planhol, soutenue en 1956 et publiée en 19588. Dans la brève introduction de cette thèse (p. 15-22), Xavier de Planhol évoque son séjour à l’IFAI (p. 19-20) et remercie Jean Deny et Albert Gabriel, ses parrains, ainsi que Louis Robert, le successeur d’Albert Gabriel à la tête de l’IFAI, qui a accepté de publier ladite thèse. Il rappelle aussi que son patron de thèse André Cholley (1886-1968) est venu avec lui, en octobre 1952, sur son terrain. Xavier de Planhol revient en Turquie en août 1955, grâce à une subvention du Centre National de la Recherche Scientifique9, en 1961 – juste au moment de l’exécution du Premier ministre A. Menderes, pour un congrès, puis en 1971 à l’invitation du linguiste et hittitologue, Emmanuel Laroche, son ami.

planhol8
Page de titre de la thèse
Extrait de l’introduction de la thèse (1958, p. 20)
Extrait de l’introduction de la thèse (1958, p. 20)

La thèse de Xavier de Planhol sur le nomadisme et la vie paysanne donna lieu dans la foulée à une contribution dans une publication de l’UNESCO, dirigée par J. Berque, et dans laquelle le défunt retraça l’histoire et la gestion politique des formes de nomadisme en Anatolie10. Notons que l’animal avait une place importante dès les premiers travaux de De Planhol et qu’à ce titre, la somme publiée à la fin de sa vie sur le « paysage animal » s’inscrit dans le prolongement de préoccupations anciennes. Notons aussi son importante contribution à l’étude de la toponymie du sud-ouest anatolien11, apport qui n’est certainement pas sans lien avec sa fréquentation de Louis Robert à l’époque. Les travaux de De Planhol connurent des prolongements en France notamment chez Jean-Paul Roux, Les Traditions des nomades de la Turquie méridionale ((Jean-Paul Roux, Les Traditions des nomades de la Turquie méridionale. Contribution à l’étude des représentations religieuses des sociétés turques d’après les enquêtes effectuées chez les Yôrùk et les Tahtacï par J.-P. R. et K. Ôzbayrï, Paris, Adrien Maisonneuve, 1970, xiv + 412 p., bibl., lexique-index des mots turcs, index des matières, 16 p. (Bibliothèque archéologique et historique de l’Institut français d’Archéologie d’Istambul, XXIV). http://www.persee.fr/docAsPDF/hom_0439-4216_1975_num_15_3_367602.pdf. Citons actuellement les travaux de Michaël Thevenin: http://pastoralismjournal.springeropen.com/articles/10.1186/2041-7136-1-23  )) et il dirigea plusieurs thèses d’une nouvelle génération de turcologues ou iranologues français : citons (de façon non-exhaustive) celle de Paul Dumont, “Le village anatolien dans la littérature turque. Sources pour une histoire des campagnes anatoliennes au XXe siècle” (1971), de Bernard Hourcade, “La Haute vallée du Djadje-Roud (Elbourz central, Iran) : étude de géographie humaine” (1974) et de Marcel Bazin, “Le Tâlech : une région ethnique au nord de l’Iran (1980). Parmi la quarantaine d’autres thèses dirigées par de Xavier de Planhol, on est frappé par l’étendu de l’espace concerné, de la Mauritanie à l’Afghanistan, avec, en particulier, une part importante de thèses portant sur le Maghreb (Algérie puis Maroc), l’Iran, le Liban, la Syrie et la Libye. On remarque aussi l’évolution des thématiques d’une géographie à dominante rurale12 vers une géographie à dominante urbaine13.

Pour finir, qu’il nous soit permis d’exprimer un regret personnel, celui d’avoir trop différé la traduction en turc de la thèse de 1956. Alors qu’il en avait accepté le principe en 2013 – à condition de contrôler lui-même la dite traduction ! – et que nous envisagions même de l’inviter en Turquie à l’occasion de la sortie de cette somme attendue. C’eût été pour l’intéressé l’occasion de revoir la Turquie qu’il n’avait pas revue depuis 1971. Une Turquie qu’il a manifestement beaucoup aimée, dont il pratiquait la langue avec rigueur, et au peuple de laquelle il rend dans l’introduction de sa thèse un respectueux et « affectueux » hommage

« Enfin au-dessus de tout il y a l’hospitalité si large et si simple, si généreuse et si naturelle des paysans turcs. Rudes et francs comme leurs montagnes, il nous ont offert sans compter tout ce qu’ils avaient, le « yoğurt » et le « bulgur » que nous avons partagé avec eux au seuil de leurs cabanes d’été ou, dans le vent frais des soirs d’automne, sur les terrasses aérées des maisons de leurs villages. Ils ont répondu avec une patience méritoire à d’innombrables questions toujours indiscrètes et de but parfois mystérieux. Ce livre est avant tout leur œuvre. Leur modeste interprète tient à leur rendre un hommage collectif de reconnaissance et d’affection »

Xavier De Planhol, De la plaine pamphylienne aux lacs pisidiens…, 1958, p. 21.

Fin de l’introduction de la thèse (1958, p. 21)
Fin de l’introduction de la thèse (1958, p. 21)

Toprağı bol olsun…

Cite this article as: Ségolène Débarre et Jean-François Pérouse, "In memoriam Xavier de Planhol, ancien membre de l’IFAI/IFEA (1947-1950)," in Dipnot, 16/06/2016, http://dipnot.hypotheses.org/1928.

  1. Pour Le Monde : http://www.lemonde.fr/disparitions/article/2016/06/02/la-mort-de-xavier-de-planhol-geographe_4930936_3382.html []
  2. À ce propos voir par exemple : http://next.liberation.fr/livres/2004/09/23/espaces-d-especes_493491 []
  3. Nous renvoyons le lecteur aux mélanges offerts à Xavier de Planhol, et réunis pour la partie “Moyen-Orient” par Daniel Balland sous le titre: Hommes et terres d’Islam Mélanges offerts à Xavier de Planhol, Téhéran, IFRI (Bibliothèque Iranienne 53), 2000. Un premier volume, pour le versant ouest-européen de l’œuvre, était paru quelques années auparavant; voir : Jean-Robert Pitte (dir.) (1995), Géographie Historique et Culturelle de l’Europe: Hommage au Professeur Xavier de Planhol, Paris, Presses de l’Université Paris-Sorbonne. []
  4. Robert Mantran, passé de l’IFAI au Lycée Galatasaray, réapparaît cependant furtivement dans les comptes de l’IFAI durant l’été 1948. []
  5. Xavier De Planhol, 1948-1949, “Burdur Çevresinde Mağara Yerleşme Tipleri” (“Les types d’habitat troglodyte dans la région de Burdur”), Türk Coğrafya Dergisi, Sayı 11-12. Consultable en ligne: http://dergipark.ulakbim.gov.tr/tcd/article/view/1074000284/1074000277. On retrouve dans ce texte l’influence de son maître, Roger Dion, professeur de géographie historique au Collègue de France, dont il cite un article publié dans l’Information Géographique en septembre-octobre 1946 portant sur “les effets de l’insécurité sur le choix des sites d’habitat rural”. []
  6. Il publie notamment plusieurs articles avec Ahmet Ardel (ex. “Isparta Gölcügü (Jeomorfolojik Etüt) – Le Gölcük près d’Isparta (Etude géomorphologique)”, Revue de la Faculté des Sciences de l’Université d’Istanbul, Série B, t. XVI, fasc. 1, 82 p., 1951) et et avec Hamit İnandık, assistant, doçent puis professeur à l’institut de géographie de l’université d’Istanbul, qui était venu faire de la recherche à l’institut de géographie de Paris entre 1953 et 1956 (cf. notamment X. de Planhol et Hamit İnandık, 1956, “Notes Sur La Plaine d’Üzümlü”, Türk Coğrafya Dergisi, Sayı 15-16 et “Études sur la vie de montagne dans le Sud-Ouest de I’Anatolie”, Revue de Géographie Alpine, Grenoble, 1959). []
  7. Ces comptes rendus couvrent un large spectre, de la géomorphologie à la géographie économique. À titre d’exemple, cf. Xavier De Planhol, “Asie”, Annales de Géographie, t. 67, n°364, 1958, p. 567-569; http://www.persee.fr/doc/geo_0003-4010_1958_num_67_364_17028  []
  8. De la plaine pamphylienne aux lacs pisidiens : nomadisme et vie paysanne, Paris, Maisonneuve, Bibliothèque archéologique et historique de l’Institut français d’Archéologie d’Istanbul, III, 1958. []
  9. Comme il l’indique dans l’article qu’il publie à la suite de ce séjour: Xavier de Planhol et Hamit Inandık, « Études sur la vie de montagne dans le Sud-Ouest de l’Anatolie. Le Yesil gol dag et le Boz dag », Revue de géographie alpine, Année 1959, Volume 47, Numéro 3, pp. 375-389. http://www.persee.fr/doc/rga_0035-1121_1959_num_47_3_1931 []
  10. Xavier de Planhol, “Geography, Politics and Nomadism in Anatolia”, in J. Berque (dir.), 1959, “Nomads and Nomadism in the Arid Zone,” International Social Science Journal, 11(4): 525-531. []
  11. Cf. Stéphane De Tapia, La toponymie dans le domaine turc : quelques éléments de réflexion sur l’appropriation de l’espace, 2005, en ligne: http://turcologie.u-strasbg.fr/dets/images/travaux/toponymie%20dans%20le%20domaine%20turc.pdf []
  12. Ex. Seyed-Ali Pour Fickoui, “La Vie pastorale et l’économie de l’élevage en Iran, région de Guilan”, 1976 ; Said Almusawi, “Typologie de diverses situations agricoles dans la région de Maisan (Irak), 1986 ; Samer Raad “Baalbeck, ville et campagne : étude de l’organisation urbaine et régionale”, 1991. []
  13. Ex. Jean-Robert Pitte, “Nouakchott, capitale de la Mauritanie”, 1975 ; Gomaa Tantich, “La géographie industrielle de Tripoli et de sa région”, 1978 ; Manijeh Shakori Partovi Mortazavi, “Deux villes nouvelles industrielles en Iran : Alborz, Saveh (Kouroch)”, 1985 ; Wafa Charafeddine, “La banlieue sud de Beyrouth : structure urbaine et économique”, 1987 ; Salima Boukail Nezzal, “La vieille ville de Constantine : vers quels types d’opérations ?”, 1988 ; Mahmoud Yazdani Amiri, “Eau et assainissement dans l’agglomération de Téhéran, 1988 ; Med Lakhdar Boukail, “Structures du commerce de détail : leur rôle dans l’organisation de l’espace urbain à Constantine”, 1988 ; Mohammed Boufrah, “La ville de Bordj Bou Arreridj : études géographiques”, 1992 ; Mohammad Sadegh Zadeh, “La reconstruction d’une ville détruite (Tabas) : transformation accélérée d’une ville iranienne après le séisme de 1978” ; Mohammad-J Ghassempour, “L’évolution récente de la ville de Sari (Iran)”, 1995 ; Vahid Shali Amini, “Bazar de Téhéran”, 1996 ; Mohamed Diamane, “Une enquête sur le logement à Marrakech : mobilité résidentielle et perception de l’espace-logement et de son environnement”, 1997 ; Ahmad Bachar Iyoun al Nabulsi, “Recherches sur l’espace religieux de Damas. La fonction polarisatrice de la ville traditionnelle”, 1997 ; Noureddine Boulakjam, “Rayonnement géographique de la ville de Khouribga, Maroc”, 1997 ; Mohamed Diamane, “Une enquête sur le logement à Marrakech : mobilité résidentielle et perception de l’espace-logement et de son environnement”, 1999 ; Hassane Kharmich, “L’espace vécu dans la Médina de Meknès (Maroc)”, 1999. []

Patrimoine et récits historiques dans le sud-est de la Turquie : Diyarbakır-Mardin-Şanlıurfa

pres_dmsMai 2016
Türkçe çeviri

Depuis le début des années 2000, les publications culturelles se sont multipliées dans le Sud-est de la Turquie, particulièrement à Diyarbakır, Mardin et Şanlıurfa. Les récits historiques portant sur ces villes se reconstituent sous l’impulsion de redécouvertes patrimoniales et de politiques effrénées de développement du tourisme. On formule de nouveaux discours sur l’identité locale des lieux, ceci à destination des nouveaux publics que constituent les touristes mais aussi les habitants sensibles à un sentiment d’appartenance urbain.

L’analyse des modalités d’écriture et de publicisation des récits historiques et identitaires locaux ne peut se limiter à l’étude d’ouvrages universitaires, de manuels scolaires et de discours officiels de l’Etat. Les matériaux et supports de la production des identités locales se diversifient dans le cadre du développement touristique et territoriale. Prospectus et guides touristiques, documents de promotion de projets institutionnels, publications culturelles, productions artistiques et photographiques méritent ainsi de focaliser notre attention. Ces ouvrages, que l’on trouve autant dans les bibliothèques municipales et dans les administrations publiques que dans les offices de tourismes et les cafés des centres historiques, donne une visibilité nouvelle aux représentations historiques et identitaires.

Considérant ces nouvelles représentations des villes, simplifiées et banalisées par le tourisme, il semble bien qu’une réflexion sur la construction des identités locales ne puisse faire l’économie d’une analyse des productions culturelles et touristiques. C’est ce que nous proposons d’effectuer ici à travers l’étude d’un échantillon de publications relatives aux villes de Diyarbakır, Mardin et Şanlıurfa

Diyarbakır-Amed: forteresse et jardins, « cœur de l’Anatolie » et « capitale kurde »

Le processus d’inscription au patrimoine de l’UNESCO du paysage culturel de Diyarbakır, abouti en 2015, a suscité un véritable engouement patrimonial. L’identité de la ville est plus que jamais imprégnée des descriptions de ses murailles, qui font l’objet de multiples publications universitaires et institutionnelles depuis une quinzaine d’années (notamment par les traductions et expositions relatives aux travaux de l’archéologue Albert Gabriel, premier directeur de l’IFEA). Par ailleurs, les jardins de l’Hevsel sont désignés comme valeur esthétique et culturelle incontournable de la ville dans les guides touristiques et ouvrages photographiques alors même que leur « histoire millénaire » ne fait l’objet d’une redécouverte que très récemment.

Sur ces points, les constructions identitaires et patrimoniales semblent faire consensus. Mais en ce qui concerne la représentation de Diyarbakır (Amed en kurde) comme capitale du Kurdistan de Turquie ou comme « coeur de l’Anatolie » du Sud-est, les divergences sont profondes entre publications de la mairie métropolitaine (acquise au parti kurde) et la préfecture. Le conflit entre Etat turc et mouvement kurde est aussi une question de représentation du territoire et de l’identité locale.

Mardin: ville de la « mosaïque culturelle » et de l' »harmonie confessionnelle »

La profusion de publications culturelles et universitaires, produites par des fondations (religieuses ou non), des organisations publiques et privées, impose progressivement l’évidence d’une représentation de Mardin comme « mosaïque culturelle », où cohabiteraient pacifiquement depuis des siècles arabes, syriaques, turcs et kurdes. L’image du clocher s’alignant sur le minaret, banalisée par les couvertures d’ouvrages touristiques, célèbre une « harmonie confessionnelle » à laquelle les visiteurs comme les habitants de la ville veulent croire mais dont chacun sait qu’elle ne va pas de soi.

Qu’en est-il de la véritable histoire de cette localité, de son paysage urbain et de la vie de ces anciens et actuels habitants ? Plus ou moins détachées du récit fantasmé de la ville de la « diversité culturelle », diverses publications recherchent les identités multiples de la ville, s’attardant sur son architecture turque artukides ou bien parfois sur les patrimoines matériels et immatériels hérités des minorités chrétiennes, syriaques et arméniennes.

Şanlıurfa: la « ville des prophètes » et du Projet d’Anatolie du Sud-Est

Urfa, ou plutôt « Şanlı »urfa (la < glorieuse >, titre consacré en 1983 en référence au rôle des habitants de la ville dans le mouvement de résistance national de 1919), est aujourd’hui systématiquement affublée du qualificatif de < ville des prophètes > (pergamberler şehri). La promotion du pèlerinage vers cette < ville sainte > et la multiplication des infrastructures et publications touristiques se focalisent avant tout sur la légende d’Abraham et des poissons sacrés du balıklıgöl. Le patrimoine d’Urfa, ses héritages architecturaux et confessionnels pourraient, tout autant qu’à Mardin, faire de cette ville une localité de la < diversité culturelle >. C’est pourtant une autre histoire qui nous est raconté dans les publications des fondations locales (telles que ŞURKAV) travaillant en collaboration avec les autorités publiques.

Par ailleurs, l’identité que donne à voir la ville est aussi celle promue par l’administration du projet d’Anatolie du Sud-Est (Güneydoğu Anadolu Projesi, GAP) qui, dès les années 1980, a placé Urfa au cour de son projet de développement. Une de ces publication s’intitulant < Urfa, la ville qui renaît des eaux > (The City Reborn of Water : Şanlıurfa) présente la ville de telle manière à promouvoir les barrages hydroélectriques comme des projets culturels et identitaires. Les récits historiques et culturels sont ici instruments de légitimation d’un projet civilisateur de l’Etat.

Bibliographie

  • AKDEMIR Nejla Akat, KARAMAN Metin, BURTAKAL Fathi (2015) Diyarbakır kalesi ve Hevsel medeniyetler bahçesi, publication de la Diyarbakır Büyüksehir Belediyesi, Diyarbakır, 129p.
  • DIKEN Şeymus (2010) Diyarbakır, Editions Turquoise, Paris, 254 p.
  • Diyarbakır Büyüksehir Belediyesi  (juin 2012-2015) Diyarbakır, travel guide, 3ème édition, Diyarbakır, Boyut, 240p.
  • Diyarbakır valiliği (2011) Diyarbakır, city guide, published by the Diyarbakır governorship, supported by the GAP regional development administers, printed in the scope of the « bridge of civilisations from Mesopotamia to Anatolia » project, Diyarbakır, 119p.
  • Diyarbakır valiliği (2013) Diyarbakır, the heart of Anatolia, published by the Diyarbakır governorship, supported by the GAP regional development administers, printed by « promoting the cultural heritage of Diyarbakır » project applied within the scope of « supporting centers of attraction » of the governorship of Diyarbakır supported by the ministry of development », Diyarbakır, 113p.
  • Diyarbakır valiliği (juillet 2012) Hevsel bir kentin kileri, édité par Recep Tezgel, publié par la préfecture de Diyarbakır, 164p.
  • Diyarbakır valiliği ve Diyarbakır müze müdürlüğü (2011) Diyarbakır kültür envanteri, publié par la préfecture de Diyarbakır, 374p. (Disponible en pdf)
  • Diyarbakır muzesi müdürlüğü (2013) Ilisu barajı ve HES projesi arkeolojik kazıları 2004-2008 çalışmaları, publié par le ministère de la culture et du tourisme, Diyarbakır, 460p.
  • Gabriel Albert (1940) Voyages archéologiques dans la Turquie orientale, tome I Texte, Istanbul, Institut français d’archéologie de Stamboul, 375p.
  • Gabriel Albert (2014) Şarki Türkiye’de Arkeolojik Geziler,: Dipnot Yayınları, Ankara, 415p.
  • SÖZEN, M. (1976), Diyarbakır’da türk mimarisi, Diyarbakır’ı Tanıtma ve Turizm Derneği yayını, Istanbul.
  • Union of Southeastern Anatolia region municipalities (2013), Another look at East and Southeast Turkey, 2e édition (1e édition 2009), p.198-257 (Disponible en pdf)
  • Tigris Amed et Çakar Yıldız (2014) AMED, Coğrafya, tarih, kültür, Diyarbakır, publié en kurde et en turc par la municipalité Métropolitaine de Diyarbakır, 540p.
  • SARIBIYIK Mustafa (ed.) (Ocak 2015) İslam tarihinin ilk asrında Diyarbakır ve çevresi, Diyarbakır Valiliği kültür ve sanat yayınları n°16, Diyarbakır, 150p.
  • SOYUKAYA Nevin (ed.) (2015) Diyarbakır fortress and Hevsel gardens cultural landscape, publication de publication de la Diyarbakır Büyüksehir Belediyesi, Diyarbakır, 197p.
  • YILDIZ Irfan (ed.) (2011) Medeniyetler mimarısı, Diyarbakır mimarısı,  Diyarbakır Valiliği kültür ve sanat yayınları n°3, Diyarbakır
  • ERDOĞAN Nihat (ed.) (2014) Anastasiopolis, Dara antik kenti, publication de Mardin Müzesi, Mardin, 40p.
  • BEKIN Doğan (2010) Tarihin Işığında Mardin, Mardin Valiliği Kültür Yayınları ve GENPA, Ankara
  • MARDİN VALİLIĞI VE ÇEKÜL (2013) Mardin Kültür Envanteri, ed. Mardin Valiliği İl Kültür ve Turizm müdürlüğü, Istanbul, 672p.
  • MANER Çiğdem (2006) A traveler’s guide to Mardin, Marev Yayınları, İstanbul, 307p.
  • URBAN İstanbul (2009) Mardin UNESCO’ya Doğru, MAREV Yayınları, İstanbul
  • AKYÜZ Gabriel (1998) Mardin ili’nin merkezinde civar köylerinde ve ilçelerinde bulunan kiliselerin ve manastır, publié par Mardin Kirklar Kilisesi, Mardin, 160p.
  • ÖZDEM Filiz (ed.) (2005) Taşın Belleği Mardin, Yapı Kredi Yayınları, Istanbul
  • ÖZTÜRKTALAY Lâtif (1995) Mardin ve Mardinliler, éd. T.C. Mardin belediyesi doğal ve kültürel koruma araştırma merdinar projeler.
  • SAKIP SABANCI KENT MÜZESI (2012) Mardin’i Dinlerken, Müzeyle Başlayan Değişim, publication SABANCI VAKFI, Mardin, .p.
  • ÇEKÜL VAKFI (2011) Mardin (Kendini Koruyan Kentler), Çekül Vakfı Yayınları, İstanbul, 104 p.
  • AVUKA Adnan (2010) Mardin Hoşgörülerin diyarı, publication Mardin Valiliği, 132p.
  • KÜRKÇÜOĞLU Cihat (2008) Şanlıurfa 1850-1950, ŞURKAV yayınları n°31, Şanlıurfa, 316p.
  • KÜRKÇÜOĞLU Cihat, GÜLER Selahaddin (2010) Tarih Turizm şehri Şanlıurfa, ŞURKAV yayınları n°30, Şanlıurfa, 116p.
  • KÜRKÇÜOĞLU Cihat,  GÜLER Selahaddin, AKALİN Müslüm, KÜRKÇÜOĞLU Sabri (2002) Şanlıurfa Uygarlığın doğduğu şehir, ŞURKAV yayınları n°27, Ankara, .p.
  • ŞANLIURFA PUBLICITY CENTER (2015) Şanlıurfa travel guide DVD, booklet, city map, production ŞANLIURFA VALİĞİ/ ŞURKAV, .p. + DVD
  • ŞANLIURFA MÜZESI (2015) Göbeklitepe tanıtım filmi, production X, DVD
  • ÖNAL Mehmet, KARABULUT Hasan, DERVIŞOĞLU Nedim (2011)  Haleplibahçe mozaikleri Şanlıurfa / Edessa, Arkeoloji ve sanat yayınları, Şanlıurfa belediyesi’nin katkılarıyla, Istanbul, 171p.
  • PEKDEMIR Neslihan, Özbek Ayşegül, Özcan Işılay (ed.) (2015) Haleplibahçe mozaikleri mosaıcs, publication de l’agence de développement Karacadağ en collaboration avec la direction du musée de Şanlıurfa, 97p.
  • KARLIKLI Şaziye (Ed.) (1998) The City Reborn of Water : Şanlıurfa, published by Creative Yayıncılık ve tanıtım supported by Garanti leasing, Istanbul, 359p.
Cite this article as: julien boucly, "Patrimoine et récits historiques dans le sud-est de la Turquie : Diyarbakır-Mardin-Şanlıurfa," in Dipnot, 12/05/2016, http://dipnot.hypotheses.org/2001.

Autour du soufisme anatolien

201602_pres_sufi
Février 2016
Türkçe çeviri

Au lendemain des festivités liées à la commémoration de la mort de Mevlana Celaleddin Rumi (Şeb-i arus) – penseur soufi reposant à Konya – dont la renommée s’est répandue dans le monde entier, nous allons présenter une liste d’ouvrage sur le soufisme en Anatolie et mettre en avant les éléments notables de l’ésotérisme musulman tel qu’il a pris forme sous l’Empire ottoman principalement.

Le soufisme, terme désignant la mystique musulmane, est un ensemble de croyances et pratiques dévotionnelles visant à faire avancer le croyant vers la réalité divine et la perfection humaine. Ce corpus de pratiques mystiques a généré une branche importante des sciences islamiques : le tasavvuf. Ce dernier a suscité l’intérêt des intellectuels occidentaux comme la turcologue française Irène Mélikoff, l’orientaliste Reynold A. Nicholson, ou encore l’islamologue française Eva de Vitray Meyerovitch, depuis les années 1970, mais également l’intérêt des turcophiles fascinés par la littérature mystique et les arts traditionnels turcs.

L’entrée du soufisme en Anatolie

C’est sous le Sultanat Seldjoukide que les Turcs adoptent l’islam des Perses au Xe siècle, après avoir expérimenté l’animisme, le chamanisme, le bouddhisme, le manichéisme, le nestorianisme et le judaïsme. Le soufisme « turc » modelé à partir de la mystique arabe et persane et des anciennes croyances tribales turques prend forme en Anatolie avec l’arrivée des Turcs au XIe siècle. À la fin du XIIIe siècle, quatre groupes nomades à caractère religieux et soufi sont présents en Anatolie : les Gâzi de Roum (Gâzıyân-ı rum) guerriers soufis ayant participé aux premières conquêtes de l’Empire ottoman ; les Âhi de Roum (Ahıyân-ı rum) membres de corporations professionnelles inspirés de la Futuwwa turque (société d’entraide spirituelle) ; les Sœurs de Roum (Bâcıyân-ı rum) branche féminine de la Ahıyân-ı rum ; et les Abdâl de Roum (Abdalân-ı rum) ascètes mendiants originaires du Khorassan, ayant également participé aux conquêtes. Ces quatre groupes soufis sont des organisations politiques, économiques, sociales et culturelles. Certains revêtent un caractère syncrétique, tandis que d’autres sont plus conformes à la loi islamique. La plus remarquable est la Ahıyân-ı rum fondée par Ahi Evren disciple de Evhadüddin Kirmani, originaire de la région Kerman en Iran. Ahi Evren applique les relations qu’il observe – entre maître, calife, disciples et sympathisants de sa confrérie – aux corporations professionnelles. Les travailleurs sont formés conformément au système confrérique et suivent en parallèle un enseignement religieux et sont incités à entrer dans une tarikat (confrérie).

Les principales confréries ottomanes

Les expressions diverses du soufisme ont connu un spectaculaire montée en puissance durant l’Empire ottoman. Selon la typologie de Thierry Zarcone dressée dans La Turquie moderne et l’Islam (2004), il est possible de classifier les confréries soufies ottomanes en trois catégories : les confréries orthodoxes, les confréries hétérodoxes et les confréries à mi-chemin de l’orthodoxie et de l’hétérodoxie.

Parmi les confréries orthodoxes, nous pouvons citer la Nakşibendiye, originaire d’Asie centrale et introduite dans l’Empire ottoman à la fin du XVe siècle et la Şaziliye, originaire du Maghreb, introduite dans l’Empire ottoman au XVIe siècle. Toutes deux sont profondément attachées à la charia et optent pour une pratique austère du tasavvuf.

La plus influente des confréries hétérodoxes est la Bektaşiye. C’est la version confrérique de la religion syncrétique des Turkmènes, regroupant des croyances crypto-chiites, animiques et chamaniques. Il y a également la Melamiye originaire des Balkans. Cette confrérie apparut en réaction au formalisme des tarikat, puis se développa et finit par s’institutionnaliser.

La Halvetiye est la plus représentative des confréries qui se situent entre les deux pôles que sont l’orthodoxie et l’hétérodoxie. Originaire de l’Azerbaïdjan et introduite en Turquie au XVe siècle, la Halvetiye tire son nom de la retraite spirituelle (halvet) qui se trouve au centre de sa pratique. En harmonie avec la charia, elle compte beaucoup de oulémas parmi ses adeptes, mais elle est tout de même critiquée pour sa pratique de la danse extatique et l’usage d’instruments de musique comme pour sa sympathie pour la pensée d’Ibn Arabi qui repose principalement sur la théorie de l’unicité de l’être (vahdet-i vücud). La Mevleviye, autre confrérie partagée entre l’orthodoxie et l’hétérodoxie, est la confrérie la plus importante de l’Empire ottoman. Elle est influencée par les poètes mystiques persans Hakim Sanai et Faridaddin Attar et affectionne les théories d’Ibn Arabi. Elle prend également l’exemple des Babas turkmènes en exaltant les pouvoirs de la musique et de la danse ; et de l’anticonformisme des Melamis en relativisant l’importance des règles et du droit et en prétendant transcender les religions existantes au cours de l’expérience mystique. La Kadiriye, originaire d’Irak introduite dès le XVe siècle et la Rifaiye, originaire de Mésopotamie, introduites dans l’Empire ottoman au XVIIe siècle, sont également deux confréries remarquables. Elles présentent des pratiques de type fakirique –  tel que le transpercement des chairs – destinées à prouver que le pouvoir divin émane de du cheikh et l’emporte sur les lois de la nature.

Du privilège à l’interdiction

Le succès du soufisme sous l’Empire ottoman provient en partie de l’intérêt qu’éprouvaient les sultans ottomans pour les confréries. Parmi les relations les plus importantes entre sultans et tarikat nous pouvons noter celle d’Osman Ier qui fut disciple de son beau-père Şeyh Edebali, maître de la confrérie Vefaiye. Mehmed II fut disciple d’Akşemseddin, fondateur de la Şemsiye-i Bayramiye et initié par Hacı Bayram Veli. Leur relation est considérable dans la mesure où Akşemseddin fut le guide de Mehmed II durant la conquête de Constantinople. Nous pouvons également noter que Selim II était disciple de Şeyh Galip, maître mévlévi du couvent de Galata. On doit aussi souligner que la Mevleviye était une confrérie élitiste et qu’elle comptait beaucoup de sympathisants à la cour ottomane.

Bien que les tekke aient été fermés à plusieurs reprises sous l’Empire ottoman, le soufisme n’avait jamais été totalement effacé de l’espace publique et de la scène politique. C’est en 1925 que les confréries ont perdu leur légitimité avec la promulgation de la loi 677 prohibant les tekke et zâviye (Le terme tekke désigne les couvents soufis de manière générale. Quant aux zâviye, ce sont des petits tekke. Bien qu’il existe une multitude de mots désignant les couvents soufis, seuls ces derniers ont été utilisés dans les textes de loi.) et les titres religieux tels que şeyh et dede, utilisés par les maîtres soufis. Ces interdictions font partie d’une série de réformes entreprises par Mustafa Kemal Atatürk à la suite de la proclamation de la République. Cette interdiction a certes diminué la visibilité des confréries mais n’a pas constitué une fin pour l’histoire du soufisme en Turquie. Certains tekke ont été transformés en musée comme la plupart des tekke mévlévis et bektachis, ce qui a empêché l’initiation traditionnelle et la tenue de cérémonies ; d’autres tarikat n’ont pas été délocalisées et ont pu continuer à célébrer leurs rituels, mais en se dissimulant sous le toit d’une association, comme ce fut le cas pour la Cerrahiye, branche de la Halvetiye formée au XVIIe siècle.

Aujourd’hui, les tarikat ne sont plus opprimées et certaines d’entre elles entretiennent de bonnes relations avec le gouvernement. Il est même question depuis quelques années d’une probable relégalisation des confréries. Les discussions sont issues dans un premier temps de l’ouverture alévie qui nécessite une redéfinition des lieux de culte et des représentants religieux et, dans un second temps, de la volonté de mettre fin à la clandestinité des confréries et éventuellement, reprendre le contrôle sur elles.

La bibliothèque de l’IFEA dispose d’un fonds sur l’histoire du soufisme de Turquie principalement en langue turque et française. Les travaux relèvent essentiellement de l’histoire du soufisme anatolien sous l’Empire ottoman. Les productions sur l’ensemble des confréries sont cependant disparates du fait que certaines confréries ont été plus popularisées que d’autres et ont de ce fait amené les chercheurs à effectuer plus de recherches comme ce fut le cas pour la Mevleviye. On remarque la richesse des ouvrages récents en langue française que l’ont peut attribuer à la présence de Thierry Zarcone en tant qu’allocataire de recherche à l’IFEA entre 1987-1990.

Sélection d’ouvrages

  • AMBROSIO, Alberto Fabio ; FEUILLEBOIS, Eve ; ZARCONE, Thierry (éds.), Les derviches tourneurs, Cerf, 2006, Paris.  İSL Gén 142
  • BAYRAM, Mikail, Bacıyan-ı rum. Selçuklular zamanında genç kızlar teşkilatı, SÜ Fen edebiyat fakültesi, 1987. TUR Ha 078
  • CAHEN, Claude, L’islam des origines au début de l’Empire Ottoman, Bordas, 1970, Francfort. FTH O94
  • CAHEN, Claude, Sur les traces des premiers Akhis, 1953, Istanbul. TUR T O5-16
  • CLAYER, Nathalie ; POPOVIC, Alexandre ; ZARCONE, Thierry (éds.),  Melâmis-Bayrâmis : Etudes sur trois mouvements mystiques musulmans, Isis, 1998, Istanbul. TUR Sr 138
  • ÇAMUROĞLU, Reha, Tarih heterodoksi ve babailer, Der, 1990, Istanbul. TUR Sr 120
  • GÖLPINARLI, Abdülbaki, Melamilik ve melamiler, Gri, 1992, Istanbul. TUR Sr 085
  • GÖLPINARLI, Abdülbaki, Mevlana’dan sonra mevlevilik, Inkilap, 1983, Istanbul. TUR Sr 020
  • GOLPINARLI Abdülbaki, 100 soruda Türkiye’de mezhepler ve tarikatlar, Gerçek, 1985, Istanbul. TUR Sr 058
  • KARA, Mustafa, Tasavvuf ve tarikatlar tarihi, Dergâh yayınları, 1985, Istanbul. TUR Sr 053
  • KARA, Mustafa, Metinlerle günümüz tasavvuf hareketleri (1839-2000), Dergâh yayınları, 2002, Istanbul. TUR Cont 303
  • KÖPRÜLÜ Fuat, Türk edebiyatında ilk mutasavvıflar, Zaman kitaphanesi, 1918. TUR Lh 006
  • Robert MANTRAN, Histoire de l’Empire Ottoman, Fayard, 1989, Paris. TUR Ho 378
  • MASSIGNON, Louis, La légende Hallacé Mansur an pays turcs, Geuthner, 1947. ISL R 010 I
  • MELIKOFF, Irène, Sur les traces du soufisme turc, Recherches sur l’islam populaire en Anatolie, Isis, 1992, Istanbul. COLL XXIV 003
  • MELIKOFF, Irène, Au banquet des quarante : Exploration au coeur du Bektachisme-Alevisme, Isis, 2001, Istanbul. COLL XXIV 050
  • NICHOLSON, Reynold, Alleyne, Rumi : Poet and Mystic 1207-1273, Allen and unwin, 1950, Londres. TUR Sr 062
  • OCAK, Ahmet Yaşar, Osmanlı toplumunda zındıklar ve mülhidler, yahut dairenin dışına çıkanlar, Tarih vakfı ve yurt yayınları, 2013. Istanbul. TUR Ho 948
  • OCAK, Ahmet Yaşar, Osmanlı imparatorluğunda marjinal sufilik : kalenderîler (XIV – XVII, yüzyillar), TTKB, 1992, Ankara. TUR Sr 083
  • OCAK, Ahmet Yaşar, Sufism and sufis in Ottoman Society, Türk tarih kurumu, 2005. TUR Sr 156
  • OCAK, Ahmet Yaşar, Ortaçağlar anadolusu’nda islam’ın ayak izleri, Selçuklu dönemi, Kitap, 2011, Istanbul. ISL H 131
  • OCAK, Ahmet Yaşar, Yeniçağlar anadolusu’nda islam’ın ayak izleri, Osmanlı dönemi, Kitap, 2011, Istanbul. ISL H 132
  • POPOVIC, Alexandre ; VEINSTEIN, Gilles (éds.), Les voies d’Allah, Fayard, 1996, Paris. ISL R 070
  • YILMAZ, Necdet, Osmanlı toplumunda tasavvuf : Sûfiler, Devlet ve Ulemâ, Osav, 2001, Istanbul. TUR Ho 785
  • ZARCONE, Thierry ; POPOVIC, Alexandre ; GABORIEAU, Marc (éds.), Naqshbandis, cheminements et situation actuelle d’un ordre mystique musulman : actes de la table ronde de Sèvres, 2-4 mai 1985, Isis, 1990, Istanbul. COLL XV 18
Cite this article as: Ayşe Akyürek, "Autour du soufisme anatolien," in Dipnot, 01/02/2016, http://dipnot.hypotheses.org/1994.

In memoriam Prof. Dr. Klaus Peter Schmidt (11 décembre 1953- 20 juillet 2014)

Le mois dernier, 20 juillet 2014, notre collègue le professeur Klaus Schmidt, archéologue préhistorien, nous quittait à l’âge de 61 ans. Docteur de l’Université d’Heidelberg en 1983, il dédia sa vie professionnelle aux recherches archéologiques proches-orientales et principalement mésopotamiennes.

Près de vingt ans déjà que Klaus fouillait le site Néolithique de Göbekli Tepe, localisé sur l’un des rares reliefs du terrain au sud-est d’Urfa, permettant d’embrasser du regard la plaine d’Harran et d’en saisir l’aridité. À cette aridité et horizontalité de la plaine répondait l’extravagance des piliers dressés dans de larges structures circulaires et ornés d’un bestiaire sculpté dans cette roche calcaire, représentant une faune sauvage allant de l’insecte aux grands prédateurs. Devant ce saisissant spectacle légué par nos ancêtres  il y a quelques dix millénaires avant J.C, Klaus Schmidt toujours, resta humble et, de prétention il n’eut que celle de comprendre ce monde mésopotamien en proie aux derniers soubresauts des traditions nomades avant la sédentarisation.

Au nom de l’IFEA, j’adresse nos condoléances et pensées à son épouse Çiğdem Köksal Schmidt, à sa famille, ses proches et amis, ainsi qu’à ses collègues de l’Institut Archéologique Allemand (DAI), de l’Université d’Erlangen-Nüremberg (FAU) et du Musée Archéologique de Şanlıurfa.

Dear Klaus let me bid you farewell. From behind the stones of Göbekli Tepe, may you reach those wild spirits you cared for so long.

Pour les condoléances: http://www.dainst.org/de/story/klaus-schmidt-1953-2014-0?ft=all

Kayseri Vitrini

Version française

Kasım 2012’den itibaren, IFEA kütüphane vitrini artık dönemsel temalarla düzenlenecek.

Vitrin sırasıyla tematik sunumlara da hizmet edecek (şehirler, gündemdeki konular, sorunlar, yazarlar… vb.).
“Tematik vitrin” dizisini günümüzde ikisi devlet toplam dört üniversiteye sahip Anadolu’nun tek şehri olan Kayseri yani eski adıyla Caeserea ile başlatıyoruz.

kayseri AG M

Kayseri, IFEA’nın Anadolu’ya açılımının ilk adımı

1947 Kayseri Germir MIFEA, Ankara Fransız Büyükelçiliğin himayelerinde ve Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Strasbourg (ENSAS), Kayseri Erciyes Üniversitesi ve Strasbourg Belediyesinin katkılarıyla Kayseri’de gerçekleştirilen mimarlık atölyesinde, Fransız ve Türk öğrencilerinin araştırma teslim oturumunda bulundu. Atölye, Kayseri’nin 1986’da Büyükşehir olmasıyla önem kazanan eski çevre köyü Germir’in (bkz 1947 tarihli harita) yenilenmesi/ yeniden düzenlenmesi/restorasyonunu hedeflemekteydi.  1922 yılına kadar köy, yakınında bulunan ve daha çok bilinen Tavlun gibi azınlık köyü olarak geçiyordu. (Germin’in kuzey kapısı, Kuzey –Batı / Güney –Doğu kesitinde).

Bu nedenle, Albert Gabrielin ve 1930’larda bölgede çalışan (Delaporte gibi) arkeologların bölgede halen varlığı hissedilmektedir. IFEA‘nın kütüphanesindeki önemli Kayseri kitapları da Gabriel’in Halil Eldem veya Vacit İmamoğlu ile beraber önemini vurgular.

Devam eden Kayseri/Strasbourg merkez dışı çalışmarın beraberinde, Kayseri Belediyesi İmar ve Şehircilik Daire Başkanlığıyla  da işbirliği kuruldu.

Kayseri

Türkçe çeviri

Novembre 2012

À partir de ce mois de novembre 2012, le présentoir de la bibliothèque de l’IFEA sera désormais périodiquement thématisé. Il servira de support à des présentations thématisées (sur des villes, des questions brûlantes, des problématiques, des auteurs….). Nous commençons cette série avec Kayseri, l’ancienne Césarée, seule ville d’Anatolie à compter aujourd’hui quatre universités (dont deux d’État).kayseri AG M

Kayseri, première étape de l’ouverture anatolienne de l’IFEA

1947 Kayseri Germir MÀ l’occasion de l’atelier d’architecture qui s’est tenu à Kayseri à l’initiative de l’École Nationale Supérieure d’Architecture de Strasbourg (ENSAS), de l’Université Erciyes de Kayseri et de la mairie de Strasbourg – et avec l’aide de l’ambassade de France à Ankara – l’IFEA était présent à Kayseri pour la séance de restitution des travaux des étudiants turcs et français. L’enjeu de l’atelier était celui de la réinsertion/réaffectation/restauration d’un ancien village périphérique – GERMİR; voir la carte de 1947 -, rattrapé en 1986 par la ville, au moment où celle-ci a été instituée en « Grande Ville » (Büyükşehir). Ce village était un village minoritaire jusqu’en 1922, comme celui de Tavlusun, plus célèbre, situé à proximité (on est sur une vallée d’orientation nord-ouest / sud-est, sorte d’incise dans le plateau, dont Germir serait la porte nord).
À cette occasion, il nous a été permis de constater que la mémoire d’Albert Gabriel était encore très vivante à Kayseri, ainsi que celle des archéologues ayant travaillé dans la région dans les années 1930 (comme Delaporte). La bibliothèque de l’IFEA possède ainsi des ouvrages importants sur Kayseri, qu’elle tient à mettre en valeur à cette occasion, des ouvrages de Gabriel à ceux d’Halil Eldem ou de Vacit İmamoğlu. Parallèlement à la coopération décentralisée Kayseri/Strasbourg qui suit son cours, des liens ont été établis avec le département de l’Aménagement de l’Urbanisme de la mairie de Kayseri