Archives par mot-clé : Archives

Une écriture de l’histoire ottomanisée : Un aperçu sur quelques recherches en cours sur les mondes ottomans

Affiche de l'école d'été, IFPO (CC BY-NC-ND 2.0)
Affiche de l’école d’été, IFPO (CC BY-NC-ND 2.0)

Une école doctorale d’été portant sur la lecture et l’analyse des documents administratifs ottomans en langues turque et arabe a été organisée à Amman du 31 août au 3 septembre 2016 par l’Ifpo, l’Orient-Institut – Beirut, l’Université de Jordanie et l’IFEA, avec le soutien du GIS Moyen-Orient et Mondes Musulmans. Elle nous donne l’occasion de faire, à partir des projets de recherches des  participants, un panorama succinct des orientations générales des recherches actuelles sur l’Empire ottoman.

Écrire l’histoire ottomane en intégrant les différentes parties de l’Empire, malgré la diversité linguistique des sources, et en reliant le local et l’impérial, est un projet qui va aujourd’hui de soi. La dizaine d’étudiants qui ont participé à l’école doctorale sont venus avec des projets qui illustrent cet état du champ disciplinaire. Le prisme des documents administratifs a certainement conduit à mettre en relief les travaux portant sur l’État et les institutions, mais il a également mis en lumière le caractère fécond du postulat selon lequel il est impossible de séparer ces institutions de la société.

  1. Une histoire sociale des institutions toujours féconde

Une première série de travaux en cours porte sur les institutions et leur positionnement dans le système étatique et dans la société. Des débats anciens, parmi les protagonistes desquels on pourrait citer Jacques Sauvaget et plus récemment Amnon Cohen, Soraya Faroqhi ou Frédéric Hitzel, portent sur la position des institutions locales par rapport à l’État, telles que les guildes professionnelles, l’activité du muhtasib (contrôleur des marchés) ou les fondations caritatives. Il vaut la peine d’élargir cette approche à d’autres institutions.

Ainsi des institutions de savoir : Gürzat Kami (Université Şehir, Istanbul) explore la transformation du lien entre les oulémas et le gouvernement ottoman lors de la conquête du sultanat mamlouk qui englobait l’Egypte, la Syrie, l’Irak et une partie de l’Arabie. Ce sont alors des oulémas relevant d’une longue tradition, différente de celle qui prédomine en Anatolie et dans les Balkans, qui passent sous tutelle ottomane. La transformation du corps des oulémas consécutive à l’occupation des provinces arabes du Levant ne se résume pas à la prépondérance, nouvelle dans ces dernières, de l’école hanéfite, mais comporte également une dimension de recrutement et de concurrence : les oulémas arabes choisissent-ils massivement d’intégrer l’ilmiyye (l’administration des affaires religieuses, qui englobe le système judiciaire où s’applique la loi islamique) et donc l’organisation de l’État ? Si oui, comment se positionnent-ils par rapport aux oulémas turcophones ?

Muhammad Sa’id Mahmoud Husayn (Université d’Alexandrie) s’intéresse à un objet similaire, mais dans une perspective plus localisée. Il travaille sur les « piliers » / écoles (riwaq-s) de la mosquée Al-Azhar et en particulier sur celui qui accueille les Sa‘idis (originaires du sud de l’Égypte, souvent regardés de haut par la population cairote) au XVIIIe siècle. Le riwaq des Sa‘idis est une institution normative, qui exerce une influence sur la société urbaine qui l’entoure et sur la société haute-égyptienne dont ses membres sont originaires. Il peut contribuer à prolonger le bras de l’État ottoman et du pouvoir mamlouk, ou au contraire, au temps de l’occupation française, à délégitimer le pouvoir en place. Cependant, la relation n’est pas en sens unique, et l’organisation en piliers fait d’Al-Azhar une institution qui se transforme sous l’influence de son recrutement.

Pour une période plus tardive, les recherches de Ceren Aygül (Université Humboldt de Berlin) soulignent elles aussi l’incertitude des rapports entre l’État et des institutions qui, formellement, sont en dehors du périmètre de l’État. Elle prend pour objet une organisation humanitaire, la Société du Croissant-Rouge ottoman. Fondée en 1868 et mise en sommeil après la guerre russo-turque de 1877-1878, elle est réactivée face aux conséquences tragiques de la décennie 1911-1923, durant laquelle s’enchaînent une série de guerres et de violences contre les populations civiles. Cette société, dont le nom renvoie au refus d’accepter le symbole religieusement connoté de la Croix-Rouge, illustre les dynamiques parallèles de communautarisation et d’intégration étatique accélérée que connaît la société ottomane après 1856, puisqu’elle est principalement animée par des non-musulmans. Cependant, ses membres étaient souvent des bureaucrates ou leurs proches, ce qui maintenait un lien organique avec les pouvoirs publics. La période qui commence avec la guerre italo-turque de 1911-1912 peut être caractérisée par une continuité du point de vue du recrutement par rapport à la période antérieure d’activité de la société, mais surtout par un renforcement progressif du contrôle gouvernemental sur cette institution para-étatique. La transformation de la société en une institution quasi-étatique et structurante après l’établissement de la République de Turquie, au nom bientôt turquifié et modernisé en Kızılay, se dessine dès la mobilisation du Croissant-Rouge et son pilotage par le gouvernement durant la Grande guerre.

Murat Bozluolcay (Université du Bosphore / Université de Princeton) s’interroge, lui, non sur les institutions comme interface étatique entre le gouvernement et la société, mais sur la perception par l’État des phénomènes sociaux et sa réactivité à ceux-ci. En étudiant les émeutes de Damas de juillet 1860 et en les rattachant, non à la guerre et aux massacres que connaît le sud de la montagne libanaise les mois précédents mais au fonctionnement de l’État en général dans son processus de réforme, il ambitionne de mettre en évidence le retentissement impérial de l’événement. Il compte également montrer le caractère formateur de 1860 à Damas, comme référence et modèle de ce qu’il faut éviter, dans ce que l’on pourrait appeler la science politique des Tanzimat.

Le souvenir des événements historiques marquants dans la mémoire des institutions est également ce que cherche à appréhender Ferhat Demirel (Université d’Erlangen), qui s’intéresse à l’appréhension des dynamiques et des tournants de la relation syro-turque depuis la Révolte arabe de 1916.

  1. Réinterroger les catégories de l’organisation sociale

Une autre orientation méthodologique privilégiée consiste à interroger les catégories de l’organisation sociale, qu’il s’agisse des catégories employées dans les administrations ou des catégories admises par les historiens. Cette démarche d’historicisation du vocabulaire, toujours riche d’enseignements réflexifs sur notre écriture contemporaine de l’histoire, se révèle une fois encore un ouvroir de recherches stimulantes, diverses par leurs inspirations théoriques mais semblables en ceci qu’elles ne posent pas comme un problème donné la valeur des outils des sciences sociales pour étudier des sociétés et des ensembles culturels différents, mais amènent une interrogation sur le fonctionnement des notion d’organisation sociale et, corrélativement, de mode de vie, de distinction ou de différenciation sociale, et de groupe social ou de classe.

Safiah Al-Salameen (Université de Bamberg) s’intéresse au travail de construction intellectuelle par les administrateurs ottomans des tribus bédouines de la région d’Alep, en mettant l’accent sur les tribus Anizah et Shammar. Son travail assume l’héritage de 30 ans au moins de production sur l’histoire des bédouins face à l’État, mais met l’accent sur l’étude des perceptions ottomanes plutôt que sur les politiques publiques adoptées. Il vise à contextualiser le travail de définition de la notion de tribu dans la correspondance interne à l’État ottoman à partir du Tanzimat, à travers les interactions et conflits entre deux tribus « à problème » et les autres habitants de la région : les conflits de voisinage ou avec les autorités conduisent celles-ci à chercher à les connaître pour les contrôler.

Barbara Henning (Université de Bamberg), s’interroge sur les moyens utilisés dans l’historiographie pour appliquer une sociologie de la différenciation et de la distinction au monde ottoman. Elle questionne plus particulièrement la notion de had, dont le sens  englobe les acceptions sociales et territoriales du mot frontière. Une tradition historiographique a fait de cette notion un instrument essentiel pour penser les hiérarchies et les ségrégations sociales et la constitution d’une société où chacun aurait à connaître sa place. Lorsque les institutions pensent la société ottomane, entre le XVIe et le XVIIIe siècle, elles utilisent des tropes de la différenciation, mais ceux-ci ne se calquent pas aisément sur cette notion de had, dont les occurrences sont d’ailleurs peu fréquentes.

Didier Inowlocki (INALCO), de son côté, s’interroge sur le sens du mot « paysan » (fellah) dans l’histoire sociale de la colonisation britannique en Égypte. En prenant l’incident de Dinshway en 1906 comme point de repère et catalyseur des discours sur les paysans, et s’inspirant des subaltern studies, il réfléchit sur les constructions de la paysannerie par des observateurs extérieurs à celle-ci. Il pose également la question des moyens de retrouver les perceptions de cette paysannerie face à la colonisation. Une perspective utile pouvait être de repérer les continuités avec la période ottomane, qui constitue toujours un cadre intellectuel opérant dans l’administration, et un terme de référence pour les paysans face aux Britanniques.

  1. Reconstruire le local à partir de l’impérial

Une dernière approche se dégage des projets de ces doctorants : la perception de l’État ottoman comme agent de contrôle et de transformation territoriale, et par conséquent, celle des sources administratives ottomanes comme un moyen de reconstruire une information sur le local.

Maissoun Charkawi (Université de Nancy) étudie le passage de l’histoire vers les usages contemporains de l’histoire, à travers les formes de patrimonialisation que connaissent les Territoires palestiniens occupés à l’heure actuelle. Grace au repérage géographique (par l’histoire orale, par les sources locales, mais aussi par les sources ottomanes) des pressoirs à huile, elle réfléchit à l’héritage ottoman et à son passage progressif des marges du patrimoine matériel vers une articulation du patrimoine immatériel et du territoire où les Palestiniens le perpétuent. Les définitions juridiques établies par les conventions internationales distinguent les antiquités antérieures à 1700 d’autres formes de patrimoine matériel qui ne font pas l’objet d’un impératif de protection, ce qui marginalise des objets anciens, mais pas assez anciens, que les constructions matérielles de la mémoire palestinienne ont transformé de longue date en objet de patrimoine, mais qui constituent de fait, faute de répondre aux critères juridiques internationaux, un patrimoine menacé.

Mouhieddine Kherouatou (Université de Constantine 3) entreprend lui aussi un travail de repérage dans l’espace, mais dans une perspective de construction rétrospective d’une histoire de l’architecture de la ville de Constantine. On ne dispose pas de plan systématique de celle-ci avant la conquête française en 1837. L’histoire du bâti se retrouve ainsi gommée par le passé colonial, qui a renommé les lieux, opéré des transformations, et ainsi monopolisé le référentiel de la trame urbaine derrière des informations sur les bâtiments qui parfois constituaient une reconstruction douteuse de l’histoire. L’exploration de l’histoire ottomane, dont ce jeune chercheur suppose qu’elle possédait une forme de connaissance spatialisée de la ville qu’il ambitionne de restituer, permettrait de faire une cartographie de la ville alternative à celle issue de la colonisation.

La diversité d’approches et de centres d’intérêt, tant géographiques que thématiques, parmi les participants était grande. La discussion autour des différentes lectures des mêmes documents, en fonction des affinités historiographiques et théoriques des uns et des autres, a contribué à araser les différents sous-champs de l’histoire ottomane ; probablement aussi, pour certains des participants, à prendre conscience non seulement des exigences, mais des limites de ce qu’ils pouvaient attendre des différents types de sources ottomanes. En revanche, certains des intervenants ont sensibilisé tous les participants, formateurs y compris, aux usages de l’histoire ottomane hors du cadre académique, et fait prendre conscience de l’existence d’un besoin des compétences qu’elle requiert.

Cite this article as: Philippe Bourmaud, "Une écriture de l’histoire ottomanisée : Un aperçu sur quelques recherches en cours sur les mondes ottomans," in Dipnot, 15/11/2016, http://dipnot.hypotheses.org/1977.

In memoriam Xavier de Planhol, ancien membre de l’IFAI/IFEA (1947-1950)

Nous avons appris avec tristesse la disparition de l’éminent géographe Xavier de Planhol (1926-2016), ancien membre-pensionnaire de l’Institut Français d’Archéologie d’Istanbul (IFAI – aujourd’hui IFEA). Après les très riches Mélanges offerts à Xavier de Planhol (2000, IFRI), réunis par le regretté Daniel Balland, disparu avant son maître, en 2013, et les récentes notices1 qui ont été consacrées à ce géographe atypique, il nous semble inutile de retracer à nouveau ici l’ensemble de la carrière comme de prétendre caractériser de façon trop générale l’œuvre si originale, foisonnante et multiforme – aux postulats parfois discutables2 – de ce savant aux curiosités insatiables3.

On s’autorisera donc à centrer notre propos sur les “années turques” de Xavier de Planhol, et spécialement sur son long séjour à l’IFAI, alors dirigé par Albert Gabriel. L’intéressé a fait un récit passionnant et fort spirituel de ces années déterminantes dans l’entretien accordé à Pierre Pinon et Jacques Thobie le 20 décembre 2004, publié dans le catalogue “Albert Gabriel” (1883-1972) paru à Istanbul chez Yapı Kredi en 2007 (p. 217-232). C’est précisément dans ce récit qu’il évoque sa “tante kurde” par alliance – fille du pacha ottoman Nemrut Mustafa Paşa (1886-1936) – qui aurait contribué à son inclination vers l’Orient.

Xavier de Planhol, très jeune agrégé, part à 21 ans à Istanbul – en fait à la place du fils du turcologue Jean Deny, François, jeune géographe prématurément mort à la guerre. Il y sera le dernier membre-chercheur sous l’autorité d’Albert Gabriel, après le tandem H. Metzger (1912-2007) – R. Mantran (1917-1999) que l’on voit disparaître des registres à la fin de l’été 19474.

Mars 1947, extrait d’une page du cahier des dépenses de 1947 de l’IFAI (Archives IFEA, Dossier 11)
Mars 1947, extrait d’une page du cahier des dépenses de 1947 de l’IFAI (Archives IFEA, Dossier 11)

Grâce aux archives de l’IFEA, on peut suivre l’arrivée de X. de Planhol à ce qui est encore l’IFAI fin septembre 1947, jusqu’à son départ le 6 septembre 1950 (la date figure dans les cahiers de compte de l’institution). Pendant trois ans, il consacre chaque hiver à l’étude intensive de la langue turque et passe les étés sur son terrain, dans la « Région des lacs », d’où il revient au début de l’automne « pour passer l’hiver avec Gabriel » (catalogue, p. 221).

Page du cahier des comptes de l’IFAI pour l’année 1947, avec la mention du « Traitement de Mr de Planhol » (source : archives IFEA, Dossier 11)
Page du cahier des comptes de l’IFAI pour l’année 1947, avec la mention du « Traitement de Mr de Planhol » (source : archives IFEA, Dossier 11)
« Relevé des dépenses » …. Janvier 1949-octobre 1949 (source : archives IFEA, Dossier 12)
« Relevé des dépenses » …. Janvier 1949-octobre 1949 (source : archives IFEA, Dossier 12)
Extrait du cahier des dépenses de l’IFAI, septembre 1950 (source : archives IFEA, Dossier 12)
Extrait du cahier des dépenses de l’IFAI, septembre 1950 (source : archives IFEA, Dossier 12)

Trois points frappent quand on considère l’impressionnante biographie de X. de Planhol : la précocité des publications (son premier article scientifique sort alors qu’il a juste 20 ans !), la rapidité avec laquelle il publie en langue turque (dès 1949, dans la Revue de Géographie turque, un article richement illustré5) et le souci manifesté de rendre compte auprès du public francophone des publications en langue turque de ses collègues. D’ailleurs, vite intégré dans la communauté scientifique turque6, au fait des travaux conduits en Turquie, il jouera un rôle de passeur même longtemps après avoir quitté l’Anatolie pour l’Iran, comme en témoignent les nombreux comptes rendus, qu’il publie dans les revues de géographie françaises7. C’est pour toutes ces raisons qu’aujourd’hui encore, X. de Planhol est une référence pour les géographes turcs (et au-delà).

X. de Planhol, « Les types d’habitat troglodyte dans la région de Burdur », Revue de Géographie turque, 1949.
X. de Planhol, « Les types d’habitat troglodyte dans la région de Burdur », Revue de Géographie turque, 1949.
X. de Planhol, « Les types d’habitat troglodyte dans la région de Burdur », Revue de Géographie turque, 1949
X. de Planhol, « Les types d’habitat troglodyte dans la région de Burdur », Revue de Géographie turque, 1949
X. de Planhol, « Les types d’habitat troglodyte dans la région de Burdur », Revue de Géographie turque, 1949
X. de Planhol, « Les types d’habitat troglodyte dans la région de Burdur », Revue de Géographie turque, 1949

L’IFEA est honoré de compter en troisième position dans sa collection historique « Bibliothèque archéologique et historique de l’Institut Français d’Archéologie d’Istanbul » (qui a publié Jestin, Akarca, Melikoff, Benveniste, Laroche, Robert, Grabar et Dumézil !), la magistrale thèse de X. de Planhol, soutenue en 1956 et publiée en 19588. Dans la brève introduction de cette thèse (p. 15-22), Xavier de Planhol évoque son séjour à l’IFAI (p. 19-20) et remercie Jean Deny et Albert Gabriel, ses parrains, ainsi que Louis Robert, le successeur d’Albert Gabriel à la tête de l’IFAI, qui a accepté de publier ladite thèse. Il rappelle aussi que son patron de thèse André Cholley (1886-1968) est venu avec lui, en octobre 1952, sur son terrain. Xavier de Planhol revient en Turquie en août 1955, grâce à une subvention du Centre National de la Recherche Scientifique9, en 1961 – juste au moment de l’exécution du Premier ministre A. Menderes, pour un congrès, puis en 1971 à l’invitation du linguiste et hittitologue, Emmanuel Laroche, son ami.

planhol8
Page de titre de la thèse
Extrait de l’introduction de la thèse (1958, p. 20)
Extrait de l’introduction de la thèse (1958, p. 20)

La thèse de Xavier de Planhol sur le nomadisme et la vie paysanne donna lieu dans la foulée à une contribution dans une publication de l’UNESCO, dirigée par J. Berque, et dans laquelle le défunt retraça l’histoire et la gestion politique des formes de nomadisme en Anatolie10. Notons que l’animal avait une place importante dès les premiers travaux de De Planhol et qu’à ce titre, la somme publiée à la fin de sa vie sur le « paysage animal » s’inscrit dans le prolongement de préoccupations anciennes. Notons aussi son importante contribution à l’étude de la toponymie du sud-ouest anatolien11, apport qui n’est certainement pas sans lien avec sa fréquentation de Louis Robert à l’époque. Les travaux de De Planhol connurent des prolongements en France notamment chez Jean-Paul Roux, Les Traditions des nomades de la Turquie méridionale ((Jean-Paul Roux, Les Traditions des nomades de la Turquie méridionale. Contribution à l’étude des représentations religieuses des sociétés turques d’après les enquêtes effectuées chez les Yôrùk et les Tahtacï par J.-P. R. et K. Ôzbayrï, Paris, Adrien Maisonneuve, 1970, xiv + 412 p., bibl., lexique-index des mots turcs, index des matières, 16 p. (Bibliothèque archéologique et historique de l’Institut français d’Archéologie d’Istambul, XXIV). http://www.persee.fr/docAsPDF/hom_0439-4216_1975_num_15_3_367602.pdf. Citons actuellement les travaux de Michaël Thevenin: http://pastoralismjournal.springeropen.com/articles/10.1186/2041-7136-1-23  )) et il dirigea plusieurs thèses d’une nouvelle génération de turcologues ou iranologues français : citons (de façon non-exhaustive) celle de Paul Dumont, “Le village anatolien dans la littérature turque. Sources pour une histoire des campagnes anatoliennes au XXe siècle” (1971), de Bernard Hourcade, “La Haute vallée du Djadje-Roud (Elbourz central, Iran) : étude de géographie humaine” (1974) et de Marcel Bazin, “Le Tâlech : une région ethnique au nord de l’Iran (1980). Parmi la quarantaine d’autres thèses dirigées par de Xavier de Planhol, on est frappé par l’étendu de l’espace concerné, de la Mauritanie à l’Afghanistan, avec, en particulier, une part importante de thèses portant sur le Maghreb (Algérie puis Maroc), l’Iran, le Liban, la Syrie et la Libye. On remarque aussi l’évolution des thématiques d’une géographie à dominante rurale12 vers une géographie à dominante urbaine13.

Pour finir, qu’il nous soit permis d’exprimer un regret personnel, celui d’avoir trop différé la traduction en turc de la thèse de 1956. Alors qu’il en avait accepté le principe en 2013 – à condition de contrôler lui-même la dite traduction ! – et que nous envisagions même de l’inviter en Turquie à l’occasion de la sortie de cette somme attendue. C’eût été pour l’intéressé l’occasion de revoir la Turquie qu’il n’avait pas revue depuis 1971. Une Turquie qu’il a manifestement beaucoup aimée, dont il pratiquait la langue avec rigueur, et au peuple de laquelle il rend dans l’introduction de sa thèse un respectueux et « affectueux » hommage

« Enfin au-dessus de tout il y a l’hospitalité si large et si simple, si généreuse et si naturelle des paysans turcs. Rudes et francs comme leurs montagnes, il nous ont offert sans compter tout ce qu’ils avaient, le « yoğurt » et le « bulgur » que nous avons partagé avec eux au seuil de leurs cabanes d’été ou, dans le vent frais des soirs d’automne, sur les terrasses aérées des maisons de leurs villages. Ils ont répondu avec une patience méritoire à d’innombrables questions toujours indiscrètes et de but parfois mystérieux. Ce livre est avant tout leur œuvre. Leur modeste interprète tient à leur rendre un hommage collectif de reconnaissance et d’affection »

Xavier De Planhol, De la plaine pamphylienne aux lacs pisidiens…, 1958, p. 21.

Fin de l’introduction de la thèse (1958, p. 21)
Fin de l’introduction de la thèse (1958, p. 21)

Toprağı bol olsun…

Cite this article as: Ségolène Débarre et Jean-François Pérouse, "In memoriam Xavier de Planhol, ancien membre de l’IFAI/IFEA (1947-1950)," in Dipnot, 16/06/2016, http://dipnot.hypotheses.org/1928.

  1. Pour Le Monde : http://www.lemonde.fr/disparitions/article/2016/06/02/la-mort-de-xavier-de-planhol-geographe_4930936_3382.html []
  2. À ce propos voir par exemple : http://next.liberation.fr/livres/2004/09/23/espaces-d-especes_493491 []
  3. Nous renvoyons le lecteur aux mélanges offerts à Xavier de Planhol, et réunis pour la partie “Moyen-Orient” par Daniel Balland sous le titre: Hommes et terres d’Islam Mélanges offerts à Xavier de Planhol, Téhéran, IFRI (Bibliothèque Iranienne 53), 2000. Un premier volume, pour le versant ouest-européen de l’œuvre, était paru quelques années auparavant; voir : Jean-Robert Pitte (dir.) (1995), Géographie Historique et Culturelle de l’Europe: Hommage au Professeur Xavier de Planhol, Paris, Presses de l’Université Paris-Sorbonne. []
  4. Robert Mantran, passé de l’IFAI au Lycée Galatasaray, réapparaît cependant furtivement dans les comptes de l’IFAI durant l’été 1948. []
  5. Xavier De Planhol, 1948-1949, “Burdur Çevresinde Mağara Yerleşme Tipleri” (“Les types d’habitat troglodyte dans la région de Burdur”), Türk Coğrafya Dergisi, Sayı 11-12. Consultable en ligne: http://dergipark.ulakbim.gov.tr/tcd/article/view/1074000284/1074000277. On retrouve dans ce texte l’influence de son maître, Roger Dion, professeur de géographie historique au Collègue de France, dont il cite un article publié dans l’Information Géographique en septembre-octobre 1946 portant sur “les effets de l’insécurité sur le choix des sites d’habitat rural”. []
  6. Il publie notamment plusieurs articles avec Ahmet Ardel (ex. “Isparta Gölcügü (Jeomorfolojik Etüt) – Le Gölcük près d’Isparta (Etude géomorphologique)”, Revue de la Faculté des Sciences de l’Université d’Istanbul, Série B, t. XVI, fasc. 1, 82 p., 1951) et et avec Hamit İnandık, assistant, doçent puis professeur à l’institut de géographie de l’université d’Istanbul, qui était venu faire de la recherche à l’institut de géographie de Paris entre 1953 et 1956 (cf. notamment X. de Planhol et Hamit İnandık, 1956, “Notes Sur La Plaine d’Üzümlü”, Türk Coğrafya Dergisi, Sayı 15-16 et “Études sur la vie de montagne dans le Sud-Ouest de I’Anatolie”, Revue de Géographie Alpine, Grenoble, 1959). []
  7. Ces comptes rendus couvrent un large spectre, de la géomorphologie à la géographie économique. À titre d’exemple, cf. Xavier De Planhol, “Asie”, Annales de Géographie, t. 67, n°364, 1958, p. 567-569; http://www.persee.fr/doc/geo_0003-4010_1958_num_67_364_17028  []
  8. De la plaine pamphylienne aux lacs pisidiens : nomadisme et vie paysanne, Paris, Maisonneuve, Bibliothèque archéologique et historique de l’Institut français d’Archéologie d’Istanbul, III, 1958. []
  9. Comme il l’indique dans l’article qu’il publie à la suite de ce séjour: Xavier de Planhol et Hamit Inandık, « Études sur la vie de montagne dans le Sud-Ouest de l’Anatolie. Le Yesil gol dag et le Boz dag », Revue de géographie alpine, Année 1959, Volume 47, Numéro 3, pp. 375-389. http://www.persee.fr/doc/rga_0035-1121_1959_num_47_3_1931 []
  10. Xavier de Planhol, “Geography, Politics and Nomadism in Anatolia”, in J. Berque (dir.), 1959, “Nomads and Nomadism in the Arid Zone,” International Social Science Journal, 11(4): 525-531. []
  11. Cf. Stéphane De Tapia, La toponymie dans le domaine turc : quelques éléments de réflexion sur l’appropriation de l’espace, 2005, en ligne: http://turcologie.u-strasbg.fr/dets/images/travaux/toponymie%20dans%20le%20domaine%20turc.pdf []
  12. Ex. Seyed-Ali Pour Fickoui, “La Vie pastorale et l’économie de l’élevage en Iran, région de Guilan”, 1976 ; Said Almusawi, “Typologie de diverses situations agricoles dans la région de Maisan (Irak), 1986 ; Samer Raad “Baalbeck, ville et campagne : étude de l’organisation urbaine et régionale”, 1991. []
  13. Ex. Jean-Robert Pitte, “Nouakchott, capitale de la Mauritanie”, 1975 ; Gomaa Tantich, “La géographie industrielle de Tripoli et de sa région”, 1978 ; Manijeh Shakori Partovi Mortazavi, “Deux villes nouvelles industrielles en Iran : Alborz, Saveh (Kouroch)”, 1985 ; Wafa Charafeddine, “La banlieue sud de Beyrouth : structure urbaine et économique”, 1987 ; Salima Boukail Nezzal, “La vieille ville de Constantine : vers quels types d’opérations ?”, 1988 ; Mahmoud Yazdani Amiri, “Eau et assainissement dans l’agglomération de Téhéran, 1988 ; Med Lakhdar Boukail, “Structures du commerce de détail : leur rôle dans l’organisation de l’espace urbain à Constantine”, 1988 ; Mohammed Boufrah, “La ville de Bordj Bou Arreridj : études géographiques”, 1992 ; Mohammad Sadegh Zadeh, “La reconstruction d’une ville détruite (Tabas) : transformation accélérée d’une ville iranienne après le séisme de 1978” ; Mohammad-J Ghassempour, “L’évolution récente de la ville de Sari (Iran)”, 1995 ; Vahid Shali Amini, “Bazar de Téhéran”, 1996 ; Mohamed Diamane, “Une enquête sur le logement à Marrakech : mobilité résidentielle et perception de l’espace-logement et de son environnement”, 1997 ; Ahmad Bachar Iyoun al Nabulsi, “Recherches sur l’espace religieux de Damas. La fonction polarisatrice de la ville traditionnelle”, 1997 ; Noureddine Boulakjam, “Rayonnement géographique de la ville de Khouribga, Maroc”, 1997 ; Mohamed Diamane, “Une enquête sur le logement à Marrakech : mobilité résidentielle et perception de l’espace-logement et de son environnement”, 1999 ; Hassane Kharmich, “L’espace vécu dans la Médina de Meknès (Maroc)”, 1999. []

Un patrimoine insoupçonné: une descente dans les archives de l’IFEA

Située au sous-sol de l’IFEA, la salle des archives est restée longtemps fermée et négligée. Tout se passe comme si l’IFEA pris dans l’urgence de l’événementiel, avec ses chercheurs de passage – aux rotations de plus en plus rapides – pris dans le rythme fou de la recherche par projet, marchait à deux vitesses. Entre le temps, plus ou moins précipité, des activités scientifiques et le temps plus long de l’administration ou du bâti. Pris dans la course aux ‘deadline’, peu d’entre nous se rappellent qu’avant nous, d’autres étaient assis sur ces mêmes chaises, nettoyaient ces mêmes chambres et rangeaient ces mêmes étagères. Comme si l’IFEA, ses bureaux et sa bibliothèque avaient toujours été là, à la disposition de tous. Cependant, l’IFEA a une histoire, et pas des moindres. Une histoire qui s’est constituée à la suite de décisions, d’échanges d’idées, d’actions entreprises et défaites par des chercheurs et des directeurs qui ont plus ou moins marqué l’Institut. Cette série d’initiatives et d’impulsions est perceptible dans les archives de l’IFEA qui garde en mémoire les événements, les personnes et les actions. Descendre dans la salle des archives permet alors d’éclairer les balbutiements liés à la création de l’IFEA- alors Institut français d’archéologie d’Istanbul -, de comprendre la genèse des orientations données, et enfin de constater que si l’énoncé des sujets et la façon de questionner ont changé depuis les années 1930, il n’est rien de complètement nouveau. L’ensemble des chercheurs s’inscrit dans une production du savoir, collective et ancienne, que les archives de l’IFEA permettent d’apprécier, tout en faisant apparaître, dans les nombreuses lettres échangées, la camaraderie, l’entraide mais aussi la compétition et les susceptibilités entre chercheurs.

La salle des archives comprend environ 400 cartons qui vont de 1930 à la fin des années 2000. Sur l’ensemble de la période, le nombre de cartons est cependant loin d’être également réparti. Il est des années peu documentées comme l’année 1998 et au contraire des années phare où le zèle archivistique des directeurs se lit dans le nombre élevé de cartons et la précision de leur contenu. En ce sens, Jean-Louis Bacqué-Grammont détient le record avec 117 cartons pour sa longue période courant de 1984 à 1991. La fin des années 1990 marque donc un pic dans la mise en archives de l’Institut. Au contraire, les premières décennies de l’IFEA sont bien moins documentées. Il existe seulement 24 cartons qui recouvrent la période allant de 1930 à la fin des années 1970 ; ceux-ci offrent un contenu d’autant plus riche que restreint.

Outre des lettres manuscrites écrites par des anciens directeurs tels qu’Albert Gabriel, Henry Corbin, Emmanuel Laroche ou par des chercheurs de renom comme Georges Dumézil, Louis Bazin, on peut aussi y trouver les traces du passage de Maurice Halbwachs ou de Georges Duby. Toutefois, hormis ces grands noms, les archives mettent aussi en lumière des gens de l’ombre qui ont travaillé à l’IFEA pendant de nombreuses années comme Lucie Kesecioğlu (ou plutôt Keseciyan) qui a occupé pendant 42 ans (d’octobre 1934 jusqu’en 1975) le poste de secrétaire et de bibliothécaire.

Les archives recèlent ainsi de nombreux « cahiers de reçus » rappelant la présence d’un personnel administratif qui, à l’instar de Lucie, est longtemps resté fidèle à l’IFEA. Au vu des noms qui figurent sur ces cahiers de reçus, une longue époque (1930-1975) réapparaît sous nos yeux, où les minoritaires étaient en grand nombre à Istanbul et plus particulièrement dans les quartiers voisins de l’IFEA. A titre d’exemple, pour l’année 1940, Calliopi, Katina, Basileos, Margaret ou encore Lucie composaient l’ensemble du personnel fixe. D’autres noms et prénoms, aux connotations semblables, apparaissant aussi sur les documents comptables. Comme ces factures très bien conservées de différents typographes, imprimeurs, quincaillers, ébénistes, artisans marqueteurs qui fournissaient les meubles de l’IFEA, mais surtout de nombreux libraires-éditeurs… À cet égard, les archives peuvent permettent d’établir la cartographie précise de ces professions quasi disparues dont les ateliers et les magasins se trouvaient près de l’avenue d’İstiklal. Les archives permettent aussi d’écrire une histoire de l’institut « par le bas » à travers la présence dans les années 1940, d’une intendante, d’une première bonne, d’une femme de chambre ou d’un chauffeur qui rappellent le destin de ces grandes maisons qui peuvent se raconter à travers la vie de leur petit personnel. Comparer l’IFEA à une maison n’est pas anodin si l’on pense que l’Institut servait de résidence personnelle au directeur jusque dans les années 1990.

conf. Mantran 1988
Carton d’invitation à une conférence donnée par Robert Mantran à l’IFEA en janvier 1988

Par ailleurs, se plonger dans les archives de l’IFEA permet de retrouver la trace d’anciennes conférences, d’anciennes expositions (‘Anatolie Antique’ avril 1990, ‘Istanbul, famille perdue’ mai 1991, ‘Istanbul 1500-1900’ octobre 1988, ‘Pierre Loti, ami de la Turquie’ 1986), d’anciennes campagnes de fouilles ou d’anciennes missions comme celle de Louis Bazin. La trace de toutes ces activités scientifiques permet de comprendre le rôle de l’IFEA dans la co-production du savoir sur le monde turco-ottoman. Comme l’illustre le rôle d’intermédiaire entre les milieux intellectuels turcs et libanais joué par J.-L. Bacqué-Grammont, à l’occasion de la création d’une Association libanaise des études ottomanes. Cette activité témoigne d’intérêts scientifiques communs mais suppose aussi la présence et l’entretien d’un réseau de chercheurs, qui passent par de nombreux échanges de services, des demandes d’appuis et de multiples rencontres. En plus des échanges entre les chercheurs, l’IFEA sert aussi d’interface entre le corps académique et le corps diplomatique auquel l’IFEA doit son existence, qu’elle justifie par la rédaction de nombreux rapports d’activités. Cette fonction d’intermédiaire s’illustre aussi par la lourde correspondance des directeurs avec l’ambassadeur, le conseiller culturel, le sous-directeur des sciences sociales et humaines du Ministère des Affaires Étrangères.

À cet égard, c’est aussi une contribution à l’étude des relations franco-turques que peuvent procurer les archives de l’IFEA à travers les lettres et discours des ambassadeurs, les visites des ministres et présidents de la République française à Istanbul au cours desquelles l’IFEA a tenu une place particulière. Citons à titre d’exemple la visite du Général de Gaulle ou de François Mitterrand, mais aussi deux conférences, une intitulée ‘la perception de la révolution française en Turquie’ et l’autre ‘De la révolution française à la république d’Atatürk’ tenue à l’occasion du bicentenaire de la révolution française.

De manière générale, les années 1980 et 1990, apparaissent comme la période-phare de l’Institut qui s’illustre à travers une intense correspondance, la richesse du programme scientifique, la création de l’Observatoire urbain d’Istanbul, la réalisation de nombreuses publications, le nombre élevé du personnel scientifique et administratif (en 1990, l’IFEA compte 1 secrétaire scientifique et responsable de programme, 12 chercheurs, 2 secrétaires, un claviste, une bibliothécaire et 3 agents d’entretien). En outre, l’IFEA possédait un appartement de fonction à Cihangir (au numéro 20 de la rue Susam) de 230 m2 destiné à l’hébergement des missions scientifiques et hôtes de passage. Il y a plus : jusqu’en 1986, l’IFEA disposait de 6 chambres au Palais de France et empruntait la salle de réception pour ses conférences et événements scientifiques. Durant ces années-phares, des personnalités s’imposent, comme celle de Jean-Louis Bacqué-Grammont qui a su jouer le double jeu du chercheur et du diplomate. Ces décennies 1980-90 constituent une époque à présent révolue où l’IFEA avait des moyens appréciables. Toutefois, on perçoit déjà, dans la correspondance, les (com)plaintes liées aux coupes budgétaires qui empêchent l’Institut de mener à bien sa mission, de faire tourner l’Observatoire Urbain d’Istanbul qui restera entre 1988 et 2000, les premières années après sa création (comme aujourd’hui d’ailleurs), sans budget propre et sans personnel attitré. Or la participation à la production du savoir dans notre domaine ne peut pas seulement se faire à distance, de France, mais doit s’opérant en collaboration, sur place, avec les chercheurs turcs.

Désormais rangée et inventoriée, la salle des archives de l’IFEA est accessible à tous – dans certaines conditions – et permettra aux chercheurs qui veulent bien s’y aventurer de puiser de précieuses informations sur des sujets divers et variés que ce bref panorama aura essayé de présenter. L’objectif de transformer les archives en ressources pour la recherche – par un processus de recyclage en boucle – est atteint.

Digitize this!

Digital2Inaugurations

L’année 2014 est celle du tournant numérique pour l’IFEA avec, successivement, la concrétisation du partenariat avec Persée pour la revue annuelle d’archéologie Anatolia Antiqua1 en juin 2014, l’inauguration des Dossiers de l’IFEA et des Rencontres d’Archéologie sur Open Edition Books2 en novembre ainsi que le transfert des vidéos de ses conférences sur Canal-u, toujours en cours et la constitution d’une photothèque numérique encore à l’état de prototype.
D’autres publications sont prévues au programme de mise en ligne, tant sur Persée que sur Open Edition Books et revues.org. Une partie d’entre elles est prise en charge dans le cadre du programme SAN (Soutien À la Numérisation) – 15 000 livres3 et la mise en ligne d’une autre partie incombe au laboratoire.
La convention passée avec Persée fixe quant à elle les devoirs de chacun et règle ainsi le sort des publications restantes.
7353 pages en accès libre sur un total prévu de plus de 30 000, 148 sur 400 vidéos consultables et téléchargeables sur notre webTV, plusieurs dizaines de milliers de clichés analysés pour quelques centaines décrits jusqu’à présent… Les chiffres seuls ne permettent pas de dresser un bilan de cette opération. Les aspects très concrets que sont les moyens disponibles, tant humains que matériels et financiers impactent fortement la durée de réalisation de ces projets. La mise en ligne de documents quels qu’ils soient se fait dans le respect des formats et normes définis pour tenter d’assurer leur pérennité, leur diffusion et leur interopérabilité, mais ces normes constituent des contraintes qui pèsent durement sur un laboratoire de taille modeste tel que le nôtre.
Pour autant, l’IFEA ne renie pas son engagement dans le libre accès aux sources primaires et résultats de la recherche. Au total, notre programme de publication en ligne prévoit la diffusion selon le modèle Freemium4 pour 14% de nos titres5. Trois collections6), soit 40% des volumes prévus seront sous une barrière mobile variant de 1 à 3 ans. Dans les faits, cette barrière ne concerne que les titres les plus récents, soit 5% du total des contenus mis en ligne. Le reste, c’est-à-dire la majorité des publications, est ou sera accessible sans restriction en lecture comme en téléchargement.

À l’échelle des IFRE

Nous rejoignons ainsi un mouvement déjà bien implanté au sein des IFRE (Instituts Français de Recherche à l’Étranger), dont 6 outre l’IFEA se sont lancés dans l’édition numérique avec Open Edition Books7, 13 ont choisi de diffuser une ou plusieurs publications en série sur les portails existants, Persée et revues.org (Cairn dans un cas), avec d’éventuelles passerelles pour garantir l’accès à l’intégralité des collections8.

Zoom arrière : numérisation et valorisation du patrimoine de l’institution

Canal-U

Comme annoncé en ouverture de cette note, il n’est pas question que de publications. L’inauguration de notre webTV9 correspond à une volonté de stocker et diffuser nos contenus multimédia dans un environnement estampillé « enseignement supérieur/recherche », de délester notre bande passante de la charge du streaming et, à terme, notre espace de stockage puisque un projet d’archivage pérenne de Canal-u, déjà hébergé et diffusé par le CINES (Centre Informatique National de l’Enseignement Supérieur)10 nous permettrait d’envisager la suppression des copies locales.
Notre collection multimédia comporte actuellement environ 500 heures de vidéo et 150 heures d’audio. Pour être versées sur Canal-u, il nous faut procéder au réencodage de tous ces fichiers pour les mettre aux normes de diffusion. Cette étape aurait pu être évitée si nous avions opté pour une autre solution. Certes, mais…

Les alternatives

Des alternatives d’hébergement ont été rapidement écartées : une plate-forme commerciale comme Youtube, Dailymotion ou Google video n’a pas semblé souhaitable pour trois raisons principales. La première est liée aux bizarreries juridiques de ces géants du web au sujet de la propriété des contenus déposés (droits cédés tacitement au diffuseur, possibilité d’exploiter et réutiliser à loisir les contenus et absence de garantie sur leur pérennité). Deuxième argument, l’identité mal définie qu’auraient nos contenus déposés sur Youtube et consorts. Enfin -et cet argument a pesé lourd dans la balance- les autorités turques ont une relation pour le moins complexe avec Internet11 et des blocages à durée indéterminée de plates-formes de partage de vidéos sont déjà intervenus par le passé. Même si des solutions techniques permettent toujours de contourner ces blocages qui sont en général peu sophistiqués, il pourrait être délicat pour un institut lié organiquement aux autorités diplomatiques françaises, opérant physiquement en Turquie, de se retrouver dans une situation de contournement flagrant de la loi.
Le dépôt sur The Internet Archive12 a été également envisagé mais deux inconvénients de taille que sont la lenteur exaspérante du transfert des médias et le problème précédemment évoqué de perte d’identité ont achevé de dissuader. Les Archives Audiovisuelles de la Recherche13 qui proposent des contenus similaires aux nôtres étaient en cours de restructuration profonde14 et quasi moribondes au moment de notre benchmarking. Nous restions également en veille au cas où l’archive ouverte Medi-HAL du CCSD (Centre pour la Communication Scientifique Directe)15 élargirait son offre d’hébergement aux autres médias comme annoncé un temps.
La somme des constats ci-dessus couplée à une expérience précédente de collaboration réussie avec Canal-u (qui me donne au passage l’occasion de saluer mes anciens collègues d’UNIT et de Fuscia16) ont scellé le sort des conférences en ligne de l’IFEA. Une opportunité de financement plus tard, c’est grâce à Aude Aylin de Tapia que ce patient travail de conversion, de description et de versement s’effectue.

Exploitation des archives

Faire de l’IFEA une institution connaissant et diffusant sa mémoire tout autant que ses richesses passées et présentes est une orientation stratégique définie par Jean-François Pérouse depuis son arrivée à la tête de l’IFEA en 2012. Si le programme de mise en ligne des publications s’y est inséré tout naturellement, il est loin d’en borner l’horizon.
Dans une première phase, ce sont la bibliothèque, le dépôt des livres et le lieu de conservation des archives qui ont fait l’objet d’opérations de réorganisation ayant pour but d’inventorier et de permettre un meilleur accès à nos collections, nos publications et nos archives. Les maîtres-mots du moment étaient alors dépoussiérage, manutention et récolement.
La venue de Béatrice Thouvenot en 2013 dans le cadre d’un stage qui avait pour but l’inventaire raisonné des archives des missions archéologiques depuis la création de l’IFEA en 1930 a permis de mieux en appréhender le contenu. Motivé ensuite par le désir de reconstituer l’historique de la bibliothèque à travers le personnel y ayant travaillé -et si possible, celui de la constitution des fonds documentaires- l’examen systématique des archives a été entrepris par Cilia Martin, recrutée comme vacataire. Issus de ce minutieux travail, des dossiers constitués de documents scannés doivent maintenant être « base de donnéisés » et valorisés. J’y reviendrai.

La nécessité d’une photothèque

Un fonds de photographies, dont on n’avait qu’une connaissance partielle par ouï-dire, a été exhumé des boîtes d’archives17. Ce fonds physique dans un état de conservation préoccupant est venu s’ajouter au projet naissant de photothèque confié à Céline Pierre-Magnani.
Ce projet est constitué de deux volets. Le premier vise à organiser l’accès à la vaste archive de photographies numériques de l’observatoire urbain d’Istanbul. Il s’agit donc de proposer une solution avant tout technique. Le second, prospectif, consiste à susciter le don auprès des anciens chercheurs de l’IFEA. Les documents ainsi récoltés seront décrits et versés à une base de données en ligne qui s’adresse à nos publics naturels que sont les chercheurs et les étudiants. Notre souhait est de permettre le téléchargement et la réutilisation de ces documents, dans le respect des droits d’auteur.

Partenariats

L’impossibilité d’assurer dans nos locaux de bonnes conditions de conservation et d’accès à long terme à des fonds physiques a conduit à penser un partenariat avec un acteur local de premier plan qui possède à la fois l’infrastructure et la compétence nécessaires. Partenaire régulier de l’IFEA, SALT18 a répondu présent à notre appel.
Une solution technique, pour être une vraie solution, doit tenir compte des diverses contraintes pesant réellement sur le projet. Les deux variables pesant le plus sur l’IFEA sont le manque structurel de moyens humains et financiers. Cela suppose donc, à défaut de mécène, un stockage à moindre coût et un logiciel, si possible gratuit19, dont la prise en main ne nécessite pas un investissement de temps trop important. Notre objectif à long terme est en effet de réactiver le dépôt de photographies par les chercheurs20 et les étudiants accueillis au sein de l’IFEA. À la solution technique s’ajoute ainsi la rédaction d’un protocole de versement.
L’inscription de l’IFEA dans la mouvance de l’accès libre et ouvert revendiqué pour ses publications nécessite, on l’a vu plus haut, une description aussi rigoureuse, précise et concise que possible, dans le respect des normes en vigueur. Pourquoi ? Parce que celles-ci sont au cœur de l’interopérabilité entre les systèmes qui permet une bonne diffusion (quel intérêt de mettre à disposition des ressources que personne ne repèrera ?) et, paramètre important, conditionne l’accès aux différentes grilles de services qui sont notre planche de salut pour le stockage, l’hébergement voire éventuellement l’archivage pérenne de nos projets.
Le problème ainsi posé, la solution se laisse entrevoir peu à peu. Medi-HAL évoqué plus haut est difficilement envisageable pour un dépôt massif. Un test mené en 2011 a fait remonter les difficultés suivantes :

  • lenteur de l’interface de HAL, temps de renseignement des formulaires de validation (même si une option bienvenue de traitement par lot a été implémentée, un chargement des métadonnées par document csv, tei, xml nous plairait vraiment beaucoup)
  • nécessité d’effectuer des retouches sur les photographies comportant des visages reconnaissables
  • ajout au cliché d’un macaron à notre avis disgracieux qui ne mentionne que la plate-forme. J’en verrais personnellement l’utilité si c’étaient les crédits photos et les conditions de réutilisation qui étaient apposés en watermark, garantissant ainsi un peu mieux le fair use
  • demande de l’équipe de modération de placement d’une barrière mobile sur des clichés pouvant heurter la sensibilité des associations militant pour les droits des animaux. Medi-HAL est-elle ou non une archive scientifique ? Comment des groupes de pression peuvent-ils induire un tel comportement d’autocensure (et en quoi une barrière mobile règle-t-elle le problème) ?

Des solutions logicielles de type GED (Gestion Électronique du Document) qui peuvent prendre en compte tous types de documents (comptables, administratifs, promotionnels voire dossiers documentaires) et de formats, permettent de gérer finement les permissions d’accès. Mais conçues pour être déployées dans des structures complexes, elles sont malheureusement hors de portée de notre bourse. Les aléas budgétaires ne nous permettent pas davantage de nous tourner vers des logiciels libres proposant des fonctions similaires avec contrat de maintenance. Sans chercher à noircir le tableau, nous n’avons aucun moyen de prévoir l’évolution de notre budget sur 5 ou 10 ans, pas plus que nous ne pouvons maîtriser l’évolution des coûts de maintenance, ni même la durée de vie du partenaire commercial avec lequel nous nous engagerions. Consacrer des ressources précieuses par leur rareté à faire aboutir un projet sous une forme qui devra peut-être changer à court ou moyen terme semble peu raisonnable.
Un hébergement web classique est exclu au vu de l’espace de stockage nécessaire avec les documents déjà en notre possession. Et puisque notre souhait est que cette photothèque se développe (par les dons des anciens tout autant que grâce à la contribution des membres présents et futurs), il est nécessaire de prévoir l’espace dont nous aurons besoin dans les années à venir. C’est donc sans surprise que nous prévoyons de nous tourner vers la TGIR Huma-Num21 dont le nouveau service d’exposition de données Nakala22 semble répondre à nos besoins. Quant au choix du logiciel, c’est la petite étoile montante Omeka23 qui, bien qu’il ne couvre pas la totalité de nos besoins en termes notamment de gestion du multilinguisme (interface et métadonnées), est le meilleur compromis à notre disposition.

Évaluation des projets

Pour conclure sur les contraintes évoquées au long de ce texte, il est frappant de voir que des projets si importants pour l’institution ne peuvent voir le jour qu’à la faveur de financements ponctuels et reposent sur des personnes au statut précaire dont l’implication est à souligner.
La poursuite des efforts en matière de recherche de financements semble la voie à suivre pour garantir la survie et le développement des projets évoqués dans ce texte. Pour cela, il nous faut aussi les présenter et les jalonner en pensant, au-delà des projets eux-mêmes, à leur transmission, leur documentation, leur valorisation.

Valorisation et stratégie de communication

Dans le contexte des instituts de recherche, la valorisation s’entend comme le transfert des résultats de la recherche vers la société en général, avec un focus particulier sur les acteurs économiques24. Selon le rapport de Philippe Adnot au Sénat sur la valorisation de la recherche dans les universités, « valoriser [c’est] “rendre utilisables ou commercialisables les résultats, les connaissances et les compétences de la recherche”. Il [existe] plusieurs procédés de valorisation tels que la recherche partenariale, le dépôt de brevet ou la création d’entreprise »25. L’auteur note toutefois qu’« il est indispensable de reconnaître que les SHS n’ont pas les mêmes préoccupations, ni les mêmes objectifs que les sciences “dures” alors que les processus et les procédures sont construits par ces dernières »26.
À notre échelle, les actions de valorisation menées relèvent davantage de l’expertise et de la diffusion des résultats de la recherche à un large public. La frontière entre valoriser et communiquer se révèle donc parfois assez ténue.
Sous la houlette de Gwenaëlle Dufils, une réflexion devant aboutir à la rédaction d’un guide pratique de la valorisation et de la communication à usage interne est menée en ce moment à l’IFEA.  Gwenaëlle a proposé de partager avec nous ses compétences en matière de valorisation, d’organisation d’événements et de promotion de fonds muséographiques acquise en tant que responsable des galeries d’archéologie et de paléontologie du Musée d’Artenay (Loiret)27.
Rencontre des compétences de son auteur et des retours d’expérience des membres de l’équipe, ce guide que nous voulons évolutif sera un document précieux dans une institution où le renouvellement de personnel intervient régulièrement. Les projets évoqués au long de ce texte seront les premiers bénéficiaires des conseils qu’il contiendra.,

Isabelle Gilles
Chargée d’édition numérique et des projets de numérisation
Secrétaire de rédaction de la revue EJTS http://ejts.revues.org
Webmaster du site https://www.ifea-istanbul.net
  1. http://persee.fr/web/revues/home/prescript/revue/anata []
  2. https://books.openedition.org/ifeagd/ []
  3. http://www.rechercheisidore.fr/search/resource/?uri=10670/1.69a0f3 []
  4. http://www.openedition.org/7957 []
  5. Les collections concernées sont les suivantes : Passé ottoman, présent turcRencontres d’Istanbulcoédition IFEA/Kitapyayınevi, toutes trois à venir sur Open Edition Books. []
  6. IFEA Çalışmaları, à venir sur revues.org ainsi que Varia Anatolica (Persée/Open Edition Books) et Anatolia Antiqua (Persée/revues.org []
  7. Par ordre alphabétique le CEDEJ, le Centre Jacques-Berque, le CEMCA, l’IRMC, l’IFRA Nigeria, l’Institut français d’études andines et l’IFPO. Le CEFAS est encore en phase de développement. Voir https://books.openedition.org/publishers []
  8. Voir la liste des éditeurs présents sur revues.org http://www.openedition.org/3245? , qui renvoie le cas échéant vers le portail partenaire. Une liste partielle des revues en ligne est également disponible sur le site de valorisation des IFRE http://ifre.fr/index.php/publications/revues-en-ligne []
  9. https://www.canal-u.tv/producteurs/ifea []
  10. https://www.cines.fr/presentation/ []
  11. À ce sujet, on lira avec intérêt Lauranne Liégeois, Le pouvoir turc et la question d’Internet. Que révèle de l’AKP sa politique de gestion du Web, mémoire de Master en sciences politiques à finalité Politique et Société des pays émergents, 2013, OVIPOT http://ovipot.hypotheses.org/9812 []
  12. The Internet Archive est un organisme sans but lucratif créé en 1996 et basé en Californie. Son objectif est d’archiver le web et de garantir un accès pérenne à la connaissance https://archive.org/about/ []
  13. http://www.archivesaudiovisuelles.fr/fr/ []
  14. L’issue est toutefois heureuse, puisque le projet, rebaptisé Campus-AAR est financé depuis janvier 2014 par l’ANR à hauteur d’un million d’euros pour 36 mois. Voir http://campusaar.hypotheses.org/a-propos et les étapes du projet sur http://www.agence-nationale-recherche.fr/projet-anr/?tx_lwmsuivibilan_pi2%5BCODE%5D=ANR-13-CORD-0016 []
  15. https://medihal.archives-ouvertes.fr/ []
  16. L’Université Numérique Ingénierie et Technologie http://www.unit.eu/fr et https://fuscia.info/ repèrent et produisent des contenus pédagogiques en sciences de l’ingénieur. []
  17. Pour plus de détails sur ces fonds photographiques retrouvés et sur les choix opérés dans le traitement des archives, voir http://dipnot.hypotheses.org/822 []
  18. SALT (http://saltonline.org/) est une fondation privée dédiée à l’art contemporain. Fondée et financée par la banque privée turque Garanti, elle a été créée en 2011, résultant de la fusion de la Garanti Gallery (centre de recherche et d’exposition consacré au design, l’architecture et l’urbanisme), le Centre de recherche et d’archives de la Banque Ottomane et Platform Garanti (art contemporain). []
  19. Mais même le gratuit a un coût, souvent négligé et difficile à chiffrer. Charge à l’utilisateur d’installer son produit dans son environnement technique, de le maintenir, d’assurer la sécurité de ses données, de se former à son utilisation, voire de le personnaliser. Le périmètre de compétence et le dynamisme des communautés d’entraide est un facteur crucial dans le choix d’un logiciel libre et gratuit. []
  20. Le passage d’Olivier Givre en octobre 2014 est l’exemple d’une collaboration réussie. Voir la restitution de son terrain sur Dipnot http://dipnot.hypotheses.org/889 []
  21. http://www.huma-num.fr/la-tgir-en-bref []
  22. http://www.huma-num.fr/service/nakala []
  23. « Omeka est une plate-forme de publication web open source spécialisée dans la publication de collections muséales, bibliothèques numériques et éditions savantes en ligne. Omeka est au croisement entre système de gestion de contenus (CMS), gestion de collections et gestion d’archives numériques. Elle est développée par le Roy Rosenzweig Center for History and New Media de l’Université George Mason (Virginie, Etats-Unis) ». (Projet Plume https://www.projet-plume.org/fiche/omeka) et http://omeka.org/ pour le logiciel en lui-même. La fonctionnalité de création d’expositions virtuelles est un atout majeur d’Omeka. Le choix par l’équipe de développement du set de métadonnées standardisé Dublin Core et l’exposition native de ces métadonnées par OAI-PMH, permettent de s’appuyer sur des infrastructures éprouvées au niveau international. Omeka a été élu « Meilleur logiciel ou suite logicielle pour les humanités numériques » en 2012. Voir http://dhawards.org/dhawards2012/results/ []
  24. Voir à ce sujet la profession de foi du Consortium de Valorisation Thématique de l’alliance Athéna http://www.cvt-athena.fr/qui-sommes-nous/presentation-du-cvt-athena.html []
  25. Rapport d’information n° 341 (2005-2006) de M. Philippe Adnot, fait au nom de la commission des finances, p. 57 http://www.senat.fr/notice-rapport/2005/r05-341-notice.html []
  26. Ibid. p.49 []
  27. http://www.larep.fr/loiret/actualite/pays/pithiverais-beauce/2014/09/05/gwenaelle-dufils-quitte-le-musee_11131858.html []

Sur les traces d’un voyageur de Carie : quelques lettres d’Alfred Laumonier

par Joy Rivault (doctorante, ex-BCD à l’IFEA)

Les archives de l’Institut Français d’Études Anatoliennes n’ont pas encore révélé tous leurs secrets, semble-t-il. Jean-François Pérouse, directeur de l’Institut, a eu la main chanceuse cet été en découvrant dans les archives quatre lettres d’Alfred Laumonier, adressées au premier directeur de l’IFEA, Albert Gabriel1. Il s’agit d’une correspondance2 entre les deux chercheurs qui semblaient entretenir des relations cordiales et amicales, bien que nous n’ayons à notre disposition que les lettres reçues par l’ancien directeur et laissées à l’Institut. Cette documentation nous donne un précieux état des lieux des recherches archéologiques en Carie en 1932. Elle permet de se rendre compte des démarches préliminaires nécessaires à l’élaboration de recherches en Turquie et de la rivalité ambiante entre les chercheurs étrangers, mais aussi Français, sur le territoire au XXe siècle. Il y est également déjà question de l’intérêt  particulier que portait A. Laumonier aux cultes cariens.

Projet de voyage en Carie

La première lettre que les archives nous ont livrée est datée du 11 mai 1932. Écrite sur un papier officiel de l’Université de Toulouse, où A. Laumonier enseignait, elle semble avoir été rédigée, du moins achevée, à l’École Française d’Athènes3. On y apprend qu’il s’agit d’une redite d’une précédente lettre adressée à l’Institut Français d’Archéologie d’Istanbul (IFAI, futur IFEA) et restée sans réponse. N’ayant aucun retour de la part du directeur, il est convaincu que le papier a été perdu, il en résume donc le contenu dans cette nouvelle correspondance.

Il y est question d’un projet de voyage en Carie, formé depuis 1924, sous la direction de Charles Picard, alors directeur de l’École Français d’Athènes, et qui n’a encore jamais pu être réalisé. La première chose qu’il tient à souligner dans la longue liste d’arguments justifiant ce déplacement, est qu’il n’a pas exactement le même objectif que son confrère, Louis Robert. Les rapports entre les deux chercheurs sont alors à leurs débuts et encore très cordiaux. A. Laumonier explique :

« quoique nos études se trouvent en contact sur bien des points, (…) il ne peut naître de cette coïncidence qu’une collaboration, non une compétition ».

Pourtant, quelques années plus tard, il parlera de « fatalité » concernant la simultanéité de leurs études respectives en Carie, qui ne cessera d’être une source de rivalité et de conflit, alimentée par les notes invectives des deux chercheurs dans le Bulletin de Correspondances Helléniques4).
A. Laumonier justifie sa démarche par son travail sur les cultes de Carie5. Une étude de topographie historique lui semble donc indispensable. Il ne demande à effectuer qu’un voyage de reconnaissance par Aidin, Milas, Esthi Hissar-Stratonicée, peut être Moughla et surtout Külük, Bodroum et sa presqu’île. S’il parvient à obtenir un « appui bienveillant 6» d’A. Gabriel, il suppose que le gouvernement turc ne fera pas de difficultés pour le laisser circuler et prendre des photos. La Turquie a en effet subi une longue période de troubles politiques qui compliquent les investigations archéologiques des étrangers sur le territoire. Il écrit donc en parallèle une lettre à Aziz Bey7, compagnon de fouilles à Téos en 1924, qui lui fait espérer une réponse favorable, bien que le directeur de l’IFAI n’ait pas appuyé cette demande de voyage suite à la possible perte de la première lettre.
Il développe ensuite le programme prévu pour son voyage, qui ne peut se dérouler qu’en août. Il souhaite faire des fouilles en lien avec les cultes cariens, soit à Labraunda, soit au temple d’Artémis Kindya8, qui se trouvent près de Milas. Il semble pressé9. Il a besoin de fonds pour cette entreprise et pour l’année en cours. En effet, le Suédois A. W. Persson aurait aussi le projet de fouiller dans la région10. A. Laumonier estime qu’il s’agit d’une opportunité à ne pas manquer pour que la France prenne les devants dans la course internationale aux découvertes archéologiques prestigieuses. C’est de ce sujet qu’il voudrait s’entretenir avec le directeur.
Le ton de la lettre est poli et courtois, assorti de propositions prudentes : A. Laumonier a besoin de l’appui de l’institut pour donner davantage de poids et de crédibilité à la demande faite préalablement au gouvernement turc. Il n’en va pas moins droit au but : le temps presse, il n’est pas le seul chercheur à s’intéresser à la Carie. Un autre Français, L. Robert, effectuera un voyage dans la région, de la fin de septembre au début de novembre 1932, au frais de l’American Society for Archeological Researches in Asia Minor, et avec l’appui de nombreuses autorités en Turquie11. A. Laumonier a donc besoin de faire jouer quelques relations12 et de trouver un financement pour faciliter la réussite de son entreprise. Il n’est plus seulement question de fierté nationale : les deux Français se lancent chacun dans un véritable cursus honorum. Ainsi,  A. Laumonier n’oublie jamais de rappeler en quoi sa démarche est nécessaire pour lui et pour la recherche française, donc pour l’IFAI.

C’est après sa nomination à la Faculté des Lettres de Toulouse qu’il entamera sa première expédition en Carie, entre août et septembre 1932, à ses propres frais. Il s’intéresse en effet aux cultes de Carie depuis 1923 mais il a dû mettre de côté cette étude en raison des difficultés que présentait ce projet : de 1925 à 1931 il ne disposait pas « d’assez de loisir en été pour faire ce voyage ».
À la suite de ce voyage, Alfred Laumonier publiera en 1933 Notes sur un voyage en Carie13.  Il y décrit et commente les nouveaux documents qu’il a découverts, ainsi que ses observations sur des sites déjà connus.

Demande de fouilles

Athènes, 9 octobre 1932. A. Laumonier est de retour de son voyage en Carie14 au cours duquel il a eu l’occasion d’examiner les nombreuses possibilités de fouilles dans la région Mylasa-Stratonicée, particulièrement les sites de Mylasa, Euromos, Labraunda, Stratonicée et Panamara. Il dresse le bilan de cette expédition au directeur de l’IFAI, sous la forme d’un rapport officieux, tapé à la machine et soigné, auquel il joint pour chacun des sites un croquis d’état des lieux. Selon lui, seuls Mylasa et Panamara seraient exploitables sans trop de crédits. Il espère toujours obtenir un financement et la prise en charge d’une mission archéologique sur place, ce qui ne lui avait pas été accordé la première fois.

Il constate que Mylasa est presque entièrement recouverte par la ville moderne de Milas. Un seul endroit serait intéressant à fouiller, un peu à l’extérieur de la ville : le site présumé du sanctuaire de Zeus Osogoa (d’après P. Le Bas15). Beaucoup d’inscriptions ont été trouvées à proximité du mur « du temple16 ».

Des alignements de marbres cassés lui laissent penser qu’il s’agit de portiques. Il décrit également des dénivellations, des colonnes encore en place, des tambours de colonnes portant des proscynèmes17 et un mur de soutènement d’une longueur de 100 mètres (dessiné par P. Le Bas). Il suppose qu’il est en présence d’un ensemble architectural important et qu’il est fort vraisemblable que ce soit le sanctuaire de Zeus Osogoa18, divinité principale de la cité de Mylasa qui connut un grand succès dès le IIIe s. av. J.-C.

Croquis n°1 : Mylasa. Dessin d'A. Laumonier, archives de l'IFEA
Croquis n°1 : Mylasa. Dessin d’A. Laumonier, archives de l’IFEA

 Pour mener à bien ce projet de fouilles A. Laumonier propose d’acheter le champ sur lequel se trouvent les vestiges. Il coûte 1000 livres turques, soit 12 000 anciens francs19. Il s’agit d’un champ de blé ce qui ne pose pas de difficultés pour faire des sondages avant l’achat du terrain, c’est-à-dire après la récolte qui a lieu en juillet. Il expose ensuite quels seraient les intérêts de cette fouille. Elle permettrait d’abord d’envisager une étude plus approfondie de la topographie de Mylasa. Elle offrirait également « de grandes commodités (proximité de la ville, confort, appui immédiat des autorités, etc.) » Enfin, elle pourrait se prolonger les années suivantes dans les terrains voisins qui seraient riches en marbres, selon les paysans.

Des fouilles dans le sanctuaire de Panamara ne présenteraient pas les mêmes commodités d’installation. En effet, les ruines se trouvent au sommet d’une montagne (600 mètres), à 2 kilomètres du village de Bayaka, « fort loin de toute autorité et de tout confort ». L’avantage est qu’il n’y a pas de terrain à acheter car le site antique se trouve en pleine forêt de pins. A. Laumonier précise qu’il est très limité et qu’il serait susceptible d’être nettoyé en une seule campagne. Le sanctuaire semble se composer d’une enceinte sacrée, carrée, de 50 à 60 mètres de côté, avec un temple très simple, sans colonnes au centre. Il y a moins de restes de marbres qu’à Mylasa, mais beaucoup d’inscriptions20. Il est certain que la fouille en fournira davantage.

Croquis n°2 : Panamara. Dessin d'A. Laumonier, archives de l'IFEA.
Croquis n°2 : Panamara. Dessin d’A. Laumonier, archives de l’IFEA.

Il estime qu’un mois de travail serait suffisant, avec 40 à 50 ouvriers pour enlever les pierres, les arbres et la terre qui recouvrent les ruines. Ils seraient payés 1 livre par jour, soit 1500 livres maximum (18 000 anciens francs21). Il ajoute à ces dépenses la moitié de cette somme pour couvrir les frais divers : le salaire et l’entretien d’un gendarme et d’un représentant de l’autorité civile22, ainsi que le voyage depuis Smyrne, l’achat d’outils et de matériel photo.
Les coûts seraient un peu plus élevés pour les fouilles de Mylasa :  les frais divers seraient plus réduits mais il faut prendre en compte l’achat du terrain.

Enfin il s’emploie à expliquer en quoi « l’inauguration de fouilles françaises en Carie serait souhaitable pour plusieurs raisons.» D’abord il se trouve que la plupart des sites évoqués plus haut ont été découverts par les Français :  (Labraunda et les vestiges attribués à Zeus Osogoa par Le Bas et Panamara par Cousin et Deschamps). Il est donc tout a fait logique, selon lui, que les fouilles leur reviennent. L’étude de ces ruines offrirait également « un intérêt considérable pour l’histoire des religions et de la civilisation indigène encore si mystérieuse », qui le fascine au point d’en faire le sujet de sa thèse. Il rappelle que des instituts et des organisations étrangères (notamment les Suédois et les Américains) ont déjà envisagé des travaux dans le pays. Pour A. Laumonier il serait « dommage pour l’honneur national » d’être devancés « dans cette province française de l’archéologie23 ». Car ces travaux ne feraient que reprendre « une tradition » inaugurée en 1912 par les fouilles d’Aphrodisias et continuées en Ionie à Claros en 1913, à Phocée en 1914, à Notion en 1921 et à Téos en 192424. Ces études de terrain seraient par ailleurs les bienvenues en Turquie car les relations officielles avec la France « sont devenues tout à fait amicales et sont plus que jamais favorables à des entreprises scientifiques ». A. Laumonier fait appel au patriotisme et à la fierté de la recherche française pour tenter de convaincre A. Gabriel du bien-fondé de son projet de fouilles en Carie.
Il suggère donc deux chantiers à démarrer pour l’année 1933 : Mylasa et Panamara. Des contraintes spécifiques existent dans les deux cas, que ce soit au niveau de l’achat du terrain pour l’un ou de la difficulté d’installation ou de main-d’œuvre pour l’autre. Afin de maximiser ses chances, car les deux projets ne semblent pas être réalisables en une seule campagne, il entreprend de demander la concession des deux sites au gouvernement turc.

Cette démarche motivée portera ses fruits puisqu’il obtiendra l’autorisation pour un second voyage dans la région en octobre 1933. Il s’agira cette fois-ci d’une mission archéologique, financée et soutenue par l’ IFAI et les autorités turques25.

Remerciements

Deux semaines plus tard, le 25 octobre de la même année, de retour à Toulouse, alors que L. Robert est toujours en Carie, A. Laumonier rédige une lettre à A. Gabriel, pour le remercier de son accueil et des facilités dont il a bénéficié grâce à lui pour effectuer son voyage. Il l’estime trop court mais fructueux malgré tout : il a pu se rendre à Mylasa et dans sa région, Théangéla, Halikarnasse, Stratonicée et ses grands sanctuaires de Lagina et Panamara. Ce courrier accompagnait vraisemblablement le « rapport » évoqué ci-dessus dans lequel A. Laumonier fait le point sur ses observations de terrain et propose des campagnes de fouilles pour Mylasa et Panamara. Il n’a pris aucune photo (à cause de la mauvaise luminosité), à l’exception d’une seule (ci-dessous) qui montre un angle du téménos de Panamara. Il espère pouvoir désormais devenir le collaborateur d’A. Gabriel en Turquie pour l’année suivante.

Angle du téménos de Panamara. Photo d'A. Laumonier, archives de l'IFEA.
Angle du téménos de Panamara. Photo d’A. Laumonier, archives de l’IFEA.

Rapport de la mission archéologique en Carie

Un an plus tard, à Izmir, le 25 octobre 1933. A. Laumonier rédige une rapide lettre26 adressée au directeur de l’IFAI, accompagnée d’une copie du rapport de sa mission archéologique en Carie. L’original est destiné aux autorités turques, selon l’engagement qu’on lui a fait signer après l’autorisation de ce voyage, « d’où les nombreux remerciements prodigués à la fin, à juste titre d’ailleurs. » Aucune fouille n’est entamée : il s’agit d’une mission de prospection (relevés, nettoyage, sondage…).
Il est très satisfait du travail qu’il a effectué à Labraunda : « il y a là un ensemble très intéressant et unique qui mériterait beaucoup d’être fouillé. » Pour Panamara, il a pu dessiner un plan approximatif qu’il trouve bien plus précis que celui exécuté en une heure l’année précédente27. Il a également vu « plusieurs belles inscriptions à Milas et une très belle à Hyllarima.» A. Laumonier espérait pouvoir rencontrer le directeur de l’Institut français avant son départ28, pour faire le point sur son voyage et lui montrer ses plans.
Il lui envoie également un exemplaire de la conférence qu’il a faite à la Halkevleri de Smyrne, le 11 septembre, devant le vali29, le consul et la « meilleure société turque et étrangère ». Il dit lui-même qu’il s’agissait d’une « conférence de propagande… plus que de science », qui a semble-t-il « produit très bon effet. » Le vali, passionné d’archéologie, a été très bienveillant avec A. Laumonier et ce dernier pense que la conférence a certainement facilité les rapports entre les Français et les autorités de Smyrne.
Mais ce qu’il espère particulièrement, c’est que le directeur n’oubliera pas la Carie pour l’année suivante, car il y a beaucoup à faire30.

Le rapport quant à lui comprend une description succincte des vestiges qu’il a pu identifier dans la région31. Il s’attarde davantage sur le site de Labraunda. Il a dessiné un plan du sanctuaire, tel qu’il apparaît à la surface du sol et a effectué « un difficile travail de nettoyage (partiel). » Il constate que l’ensemble s’étend sur une longueur de 200 mètres et sur une largeur en terrasse de 150 mètres environ. Il comprenait « deux temples identiques32 », des portiques et des édifices variés en grand nombre. Le plan de l’ensemble aurait des « dispositions de type gréco-romain » mais avec une « originalité curieuse » comme dans les ensembles anatoliens nous dit-il : les « temples » seraient pris dans les murs des autres constructions et non isolés, comme c’est le cas dans les sanctuaires grecs ou hellénisés. Des sondages dans la terrasse supérieure ont révélé deux courtes inscriptions33. À première vue, le site suscite donc beaucoup d’interrogations et de curiosités qu’il voudrait éclaircir par des fouilles.
Ce ne sera qu’en 1948 que ces dernières débuteront, sous la direction du Suédois A.W. Persson. Elles permettront d’identifier notamment les deux bâtiments à l’architecture carienne, jusqu’alors considérés comme des temples, grâce aux dédicaces de Mausole et d’Idrieus retrouvées sur les architraves. Il s’agit en réalité d’andrones. A. Laumonier ne manquera pas de corriger sa première interprétation erronée dans Les cultes indigènes en Carie.

Plan sommaire du sanctuaire de Labraunda, 1932. Dessin d'A. Laumonier, Note sur un voyage en Carie, Revue Archéologique, T.2, 1933, fig. 16.
Plan sommaire du sanctuaire de Labraunda, 1932. Dessin d’A. Laumonier, Note sur un voyage en Carie, Revue Archéologique, T.2, 1933, fig. 16.

Deux publications d’Alfred Laumonier suivront cette mission archéologique afin de proposer un compte-rendu de ses découvertes. Il publie Inscriptions de Carie34 en 1934 et Archéologie carienne35 en 1936. Louis Robert, de son côté, travaille aussi sur un recueil d’inscriptions (de Mylasa et des villes voisines), bilan de ses quatre mois de voyage en Carie en 1932 et en 1934. La guerre entre les deux « Cariens » est alors engagée. À la lecture des observations d’A. Laumonier, L. Robert ne peut s’empêcher de signaler des corrections qui lui semblent indispensables dans Note préliminaire sur des inscriptions de Carie36. A. Laumonier y répondra dans Réponse à la note préliminaire à des inscriptions de Carie publiée par L. Robert37. Il tiendra à faire « une mise au point indispensable » sur l’attitude de son rival qu’il juge inappropriée, envers lui-même et ses collègues, ainsi que sur son travail de recherche, violemment critiqué. Aucune véritable collaboration entre les deux hommes ne sera dès lors possible38. La Carie devient ainsi le témoin de la rivalité scientifique des chercheurs français et étrangers sur le territoire turc.

BILIOGRAPHIE

Aubriet D., « Louis Robert et le sanctuaire du dieu à la double-hache », Camenulae 3, juin 2009, 16 pages (Revue électronique de l’Université Paris IV-Sorbonne) URL : http://www.paris-sorbonne.fr/IMG/pdf/D._Aubriet.pdf
Dussaud R., « Lettre de M. Louis Robert sur son voyage en Anatolie », dans Comptes rendus des séances de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 90e année, n°4, 1946, p. 582 URI : http://dx.doi.org/10.3406/crai.1946.78042
Laumonier A., « Note sur un voyage en Carie », dans Revue Archéologique t.2, 1933, p. 31-55 URL : http://www.jstor.org/stable/41750855
Laumonier A., « Inscriptions de Carie », dans BCH 58, 1934, pp. 291-380 URI : http://dx.doi.org/10.3406/bch.1934.2805
Laumonier A., « Réponse à la « Note préliminaire à des inscriptions de Carie » publiée par L. Robert », dans BCH 59, 1935, pp. 231-233 URI : http://dx.doi.org/10.3406/bch.1935.2774
Laumonier A., « Archéologie carienne », dans BCH 60, 1936, pp. 286-335 URI : http://dx.doi.org/10.3406/bch.1936.2938
Laumonier A., Les cultes indigène en Carie, Paris De Boccard, 1958
Robert L., « Note préliminaire sur des inscriptions de Carie », dans BCH 58, 1934, pp. 512-517 URI : http://dx.doi.org/10.3406/bch.1934.2811
Robert L., « Rapport sommaire sur un premier voyage en Carie », AJA 39, 1935a, p. 331-340. URI : http://dx.doi.org/10.2307/498620
Robert L., « Rapport sommaire sur un second voyage en Carie », RA II, 1935b, p. 152-163. URL : http://www.jstor.org/stable/41749060
Robert L., « Nouvelles de la mission archéologique en Turquie », dans Comptes rendus des séances de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 92e année, n°4, 1948, p. 430-432 URI : http://dx.doi.org/10.3406/crai.1948.78314
Robert L., « Nouvelles de la mission archéologique en Turquie », dans Comptes rendus des séances de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 92e année, n°4, 1948, p. 530-531 URI : http://dx.doi.org/10.3406/crai.1948.78330
Robert L. et J., « Nouvelles de la mission archéologique en Turquie de M. et Mme Robert », dans Comptes rendus des séances de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 93e année, n°4, 1949, p.304-306 URI : http://dx.doi.org/10.3406/crai.1949.78443
Robert L., Hellenica : Recueil d’épigraphie, de numismatique et d’antiquités grecques X,
Paris 1955.

  1.     Directeur de l’IFAI de 1930 à 1941, puis de 1945 à 1956. []
  2.     A. Laumonier s’étonne dans une des lettres de ne pas avoir reçu de réponse du directeur. []
  3.     Toulouse est le premier lieu mentionné à côté de la date. Il est rayé est remplacé par Athènes école française d’archéologie. []
  4.     A. Laumonier, « Réponse à la note préliminaire à des inscriptions de Carie publiée par M. Louis Robert dans BCH, LVIII, 1934, p.512 », dans BCH, 59, 1935, p. 231 (« … je déplore vivement – et je ne suis pas le seul- que ses remarques à l’adresse de ses confrères soient présentées sur un ton aussi désobligeant. » []
  5.     Ce travail débouchera sur une thèse, publiée en 1958, intitulée Les cultes indigènes en Carie. []
  6.     Il demande à A. Gabriel d’écrire un mot en sa faveur à Aziz bey. []
  7.     Inspecteur général des antiquités en Asie Mineure. []
  8. A. Laumonier suit Paton et pense que Kindya se trouve près de Kémikler (ou Yémikler). []
  9. Il rature la lettre, insère un mot oublié entre deux lignes afin de nuancer des propos parfois un peu trop directs, et souligne le nom des sites ou vestiges qu’il aimerait fouiller. []
  10.     A. Laumonier tient cette information de M. Vallois, croisé à Bordeaux. []
  11.     M.W.H. Buckler a permis à L. Robert de recevoir des financements de l’American Society pour son voyage et de publier ses résultats dans les Monumenta Asiae Minoris Antiqua. M. A. Gabriel l’a accueilli à l’IFEA, présenté aux autorités turques et a obtenu pour lui les autorisations nécessaires. Aziz bey, directeur du musée d’Istanbul, lui a fourni des lettres de recommandation pour les autorités d’Aydin et Muğla. Selahettin bey, directeur du musée d’Izmir, est intervenu pour faciliter ses travaux et son voyage. L. Robert a également eu l’appui du Maarif memuru Arif bey à Milas et de M. L. Lecocq dont la connaissance en turc lui a été précieuse. []
  12.     A. Gabriel et Aziz Bey notamment, qu’il connaît bien. []
  13.     Dans la Revue Archéologique, T. 2, 1933, p. 31-55 []
  14.     Il ne s’agissait nullement d’une mission mais d’une démarche personnelle, avec autorisation mais sans financement. []
  15.     Il fut à la tête d’une expédition scientifique en 1842 en Grèce et en Asie Mineure, au cours de laquelle il dirigea des fouilles. Il fut également l’un des nombreux voyageurs de Carie. []
  16.     Ce monument, longtemps considéré comme un temple de Zeus, est aujourd’hui identifié par l’équipe turque d’Abuzer Kɩzɩl comme étant la tombe monumentale du dynaste Hékatomnos. []
  17.     Formules d’adoration qui seraient en l’honneur de Zeus selon Laumonier. []
  18.     Dont l’emplacement n’est toujours pas affirmé aujourd’hui. []
  19.     Soit aujourd’hui environ 7700 euros en parité de pouvoir d’achat. []
  20.     Elles sont connues depuis 1886. []
  21.     Soit environ 11600 euros en parité de pouvoir d’achat. []
  22.     Ils ne sont pas nécessaires à Milas puisque le site se trouve en ville et donc sous la surveillance directe des autorités locales.  []
  23.     C’est pourtant A . W. Persson qui entamera la fouille de Labraunda en 1948. []
  24.     Toutes interrompues chaque fois (pour des raisons indépendantes de la France). []
  25.     Outre A. Gabriel et Aziz bey, il aura également l’appui à Izmir du consul général de France, de Kâzim Pacha, gouverneur général, de Salahettin bey, directeur du service archéologique et d’Escet Bey, directeur du musée. []
  26.     La lettre est moins formelle, parfois raturée, écrite précipitamment avant son départ. []
  27.     Il s’agit du croquis ci-dessus, de Milas et Panamara, réalisé en 1932. []
  28.     Il quittera sans doute le Pirée pour Marseille la 10 novembre et quitte Smyrne le 25 octobre. []
  29.     Gouverneur de province, équivalent du préfet. []
  30.     Il craint qu’A. Gabriel ne jette plutôt son dévolu sur Claros (L. Robert conduira la mission entre 1951 et 1960). []
  31. Lors de cette expédition, il en profitera également pour copier six inscriptions inédites à Milas et un fragment d’inscription de basse époque à Pisiköy, estamper une inscription rupestre (byzantine?) qu’il dit incompréhensible à  Kemikler et noter une dédicace aux Nymphes à Bozarmet. []
  32.     Ce qu’il trouve curieux mais qu’il attribue, dans un premier temps, à une originalité régionale. []
  33.     Une commémoration d’un prêtre de Zeus Labraundos et le nom d’un dédicant d’une exèdre semi-circulaire en marbre (qui devait selon lui supporter un groupe de statues d’enfants en bronze). []
  34.     Dans BCH 58, 1934, p. 291-380 []
  35.     Dans BCH 60, 1936, p. 286-335 []
  36.     Dans BCH 58, 1934, p. 512-517 []
  37.     Dans BCH 59, 1935, p. 231-233 []
  38.      En effet, alors que les esprits semblent s’apaiser par la suite, A. Laumonier publiera sa thèse en 1958 intitulée Les cultes indigènes en Carie. L. Robert avait annoncé de son côté, en 1955, dans Hellénica X, un volume de synthèse de ses recherches, qu’il avait prévu d’appeler Les divinités indigènes et l’hellénisation de l’Asie Mineure.
    []

Présentation de la bibliothèque du Topkapı Sarayı Müzesi

Ouverte de nouveau aux chercheurs depuis 2013, la bibliothèque du Musée du Palais de Topkapı (Topkapı Sarayı Müzesi Kütüphanesi) – à distinguer des archives de ce dernier – présente l’un des fonds de manuscrits les plus importants d’Istanbul. Formée de dix fonds (Ahmet III, Emanet Hazinesi, Bağdat Köşkü, Hazine, Koğuslar, Medine, Mehmed V, Mühürdar et Revan ş), elle concentre en elle l’ensemble de la collection impériale constituée à partir du XVe siècle. L’importance de cette collection s’exprime tant par le nombre de volumes qui la constitue((13 073 dont 9043 en arabe, 940 en persan et 3090 en turc, cf. G. Roper, World Survey of Islamic Manuscripts, Vol. III, p. 360-364 Londres, Al-Furqān Islamic Heritage Foundation, 1994.)) que par leur rareté. Ses manuscrits se distinguent aussi de ceux des autres bibliothèques stambouliotes par la qualité générale de leur conservation.

Conditions d’accès pour les étrangers:

La bibliothèque du Topkapı Sarayı Müzesi présente des modalités d’accès différentes de celles des autres collections stambouliotes. Comme pour toute autre institution culturelle turque, il est recommandé de prendre contact avec la direction de la Bibliothèque avant de débuter les démarches.

Contrairement à ce qui avait été annoncé à un moment, il ne semble plus possible aux étrangers d’accéder à la Bibliothèque après l’obtention de l’autorisation du directeur du musée. Il faut présenter une demande d’accès au Ministère de la Culture et du Tourisme à Ankara en envoyant le formulaire B « Bilimsel, Jeolojik Araştırma ve İncelemeler Başvuru Formu »  qui se trouve sur cette page

Les délais d’attente sont le plus souvent d’un mois mais peuvent en atteindre plusieurs. Il est donc conseillé de procéder à cette demande suffisamment en avance.

Une fois l’autorisation d’accès obtenue, celle-ci est valable jusqu’à la fin de l’année civile.

Accès à la salle de lecture :

La salle de lecture est située dans la troisième cour, dans l’ancienne Mosquée des Aghas (Ağalar camii). La consultation se fait sur rendez-vous sur une journée entière. La bibliothèque est ouverte tous les jours sauf les mardis, samedis et dimanches, de 9h  à 16h, avec une pause d’une heure à partir de midi.

Le jour du rendez-vous, il faudra se présenter à la sécurité (située à la Porte du Salut, Bāb üs-Selam, entre la première et la deuxième cour) qui contactera la Bibliothèque. Une fois ceci fait, le chercheur est redirigé vers les guichets d’achat de billet pour obtenir sa Ziyaretçi Kartı lui donnant accès au palais. Lors de ces deux formalités, il n’est pas nécessaire de faire la queue. Celle-ci devra cependant être faite pour accéder au Palais lui-même. Pour cette raison, il est préférable d’y aller à 9h30 au plus tard afin d’éviter une trop longue attente.

Il est possible de sortir de Topkapı puis d’y retourner pendant la journée mais la carte n’est valable que pour une seule entrée. Il faudra donc repasser au guichet pour la renouveler. En raison des queues, il est donc préférable de prévoir de quoi se nourrir sur place.

Conditions de travail

Le nombre réduit de personnes ayant accès à la salle de lecture assure une réelle tranquillité de travail. Un maximum de cinq manuscrits est communiqué par jour.  La consultation se fait directement sur le manuscrit. Certaines cotes ne sont cependant pas communicables et ne sont accessibles que par l’achat de leur reproduction.

La bibliothèque ne contient aucun document secondaire, hormis le catalogue Karatay((F. E. Karatay, Topkapı Sarayı Müzesi Kütüphanesi Kataloğu, İstanbul, Topkapı Sarayı Müzesi Kütüphanesi Yayınları, 1961-1966, en sept volumes.)). Celui-ci est organisé par langues (turc, arabe et persan) puis par thèmes. Quiconque s’est frotté aux catalogues des bibliothèques turques sait qu’ils se distinguent par la richesse des informations qu’ils contiennent. Cependant, celui-ci présente deux difficultés d’usages. D’abord, il utilise des numéros propres qui ne tiennent pas compte des fonds et des cotes. Ensuite, la répartition thématique rend malaisé un travail de dépouillement, notamment dans le cas des recueils (à titre d’exemple, la section Mecmu’alar des manuscrits arabes contient plus de textes philosophiques que les sections Hikmet, Felsefe et Mantıq qui lui sont consacrés((Ibid., vol. III, p. 625-707 (pour la philosophie et la logique) et vol. IV, p. 353-558 (pour les recueils). )) ). Le personnel de la bibliothèque possède cependant un répertoire de correspondance entre les cotes et les numéros du catalogue Karatay qui se révèle très utile. Eux-mêmes n’utilisent que les cotes et ce sont bien celles-ci qu’il faut présenter lors d’une demande de manuscrit.

Une version moins détaillée du catalogue Karatay est accessible en ligne, sur le site en ligne du Palais, après s’y être inscrit. Il ne faut pas tenir compte du message interdisant l’accès qui peut apparaître. Il suffit de sélectionner la demande de création de compte qui apparait plus bas afin d’y avoir accès.

Contrairement à d’autres bibliothèques stambouliotes, celle de Topkapı possède une feuille lumineuse qui peut être mise à la disposition du chercheur. Il n’est pas possible de se connecter à internet sur place, même par le biais d’une clé 3g. L’usage des gants est obligatoire lors de la manipulation du manuscrit. Les supports ne sont généralement fournis que pour les grands volumes mais il est possible d’en demander.

L’achat de reproductions se fait en remplissant un formulaire auprès des employés de la bibliothèque. Dans le cas d’une demande à distance, celle-ci se fait en envoyant le formulaire approprié par courriel à l’adresse fournie plus bas. Le temps nécessaire pour obtenir la reproduction dépend de si le manuscrit en question a déjà été ou non photographié. De manière générale, cela peut prendre entre deux à une dizaine de jours. Pour les étrangers, la reproduction revient à 2 TL par folio, mais à 20 TL lorsque le folio contient une iconographie.

Contacts :

Coordonnées de la bibliothèque
T.C. Kültür ve Turizm Bakanlığı Topkapı Sarayı Müzesi Müdürlüğü
Sultanahmet, Fatih / İSTANBUL
Tél : 0090 212 512 04 80
Fax : 0090 212 526 98 40
topkapisarayimuzesi@kultur.gov.tr
 
Lien donnant accès au catalogue et au formulaire de demande de reproduction à distance.
http://topkapisarayi.gov.tr/en/manuscripts
 
Coordonnées du Ministère de la Culture et du Tourisme
T.C. Kültür ve Turizm Bakanlığı
Kültür Varlıkları ve Müzeler Genel Müdürlüğü
II. TBMM Yanı 06050 Ulus / Ankara.
Téléphone: 0090 312 508 61 35.
Fax: 0312 508 61 13.
http://www.kulturvarliklari.gov.tr/
E-mail: muzearastirmalari@kulturturizm.gov.tr

Arşivlere yaz dalışı

Version française

İstanbul’un oldukça sıcak geçen yazında, birçok misafire ev sahipliği yapan IFEA, kararlı çalışmalara sahne oldu. Cumhurbaşkanının ilk kez sandık başında seçildiği oylamanın 10 Ağustos 2014’teki ilk ayağında belli olmasının ve 17 Ağustos 1999 İzmit-Gölcük depreminin on beşinci yıldönümünün yanı sıra, Suriye ve Irak’taki vahşetin Türkiye’nin bu yazki gündemi sarsmasının ülkedeki yabancı turist sayısının 2013’e oranla % 13 artmasını engellemediğini görmüş bulunuyoruz!

Céline Pierre-Magnani’nin desteğiyle, IFEA’nın fotoğraf arşivinin dijital kısmı ile daha dağınık ve korunmaya daha çok ihtiyaç duyan analog kısmı bir düzene girmeye başladı. Yeniden keşfedilen güzel kareler arasında, 1953-1969 arasında Jane Laroche’un çektiği 150’den fazla fotoğraf ile Yılmaz Kaini’nin objektifinden Mağlova Sukemeri fotoğraflarını sayabiliriz. Kayıt altına alınan ve tasniflenen bu analog görseller, sıraları geldikçe, taranmaktadır. Ayıklanmalarının ve tanımlanmalarının halihazırda devam ettiği elektronik ortama aktarılmış binlerce fotoğrafın kitlesel erişime açılmasını sağlayacak çevrimiçi bir ara yüz üzerinde çalışılmaktadır. Bu derleme fotoğraf bağışı ile ilgili yaptığımız duyurunun güncelliğini koruduğunu belirterek bu çağrıya yanıt verenlere de teşekkürlerimizi gönderiyoruz!

Tüm bunların yanı sıra, Cilia Martin enstitümüzün yavaş yavaş düzene giren arşivlerindeki araştırmalarını, kütüphanemizin tarihi ile -gelecek kasım sonunda eski IFEA müdürü Emmanuel Laroche hakkında düzenlenecek IFEA Arkeoloji Buluşmaları’nın arifesinde- Laroche dönemi (1965-1974) hakkındaki belgelere yoğunlaşarak sürdürdü. Arşiv belgelerinin bir kısmı internet sitemizde şimdiden yayımlandı. Yolu IFEA’dan geçmiş bazı araştırmacıların bıraktığı ilginç izlerle de karşılaştık. Bu belgeler zaman içinde taranarak günümüz araştırmacılarının kullanışına açılmak üzere korunmaya alınmış bulunuyor.

1965’te Fransa ile Türkiye arasında imzalanan işgücü anlaşmasının 50. yıldönümüne ilişkin etkinlikleri düzenleyen sosyolog Elif Aksaz, 9-10 Aralık 2014’te gerçekleşecek Türkiye’deki Suriyeli göçmenler konulu uluslararası konferansın da hazırlığı içindeydi. Söz konusu etkinliğin parçası olduğu, Ortadoğu ve Arap Dünyası Bilimsel Proje Ortaklığı((Groupement d’intérêt scientifique « Moyen-Orient et mondes musulmans »)) ile Transfaire Araştırma Programı((ANR Transfaire))’nın maddi desteğini alan ve göç üzerine yoğunlaşan toplumsal bilimlerin karşılaştırmalı tarihini işleyecek seminerler dizisi, 2014-2015 yılı boyunca takip edilebilir.

Paris I Üniversitesi’ndeki görevi nedeniyle aramızdan ayrılan Ségolène Débarre, Transfaire Araştırma Programı’nın İstanbul ayağı sorumluluğunun Anouck Corte-Real’e geçmesi ile ilgili hazırlıkları tamamladı. Diğer yandan da Fransa Ulusal Kütüphanesi (BnF) ile ortaklaşa düzenlenecek bir sergi için İÜ Bilim Tarihi Bölümü ve başka birçok Türk kurumu ile ilişkilerin sağlamlaştırılmasını sağladı.

İstanbul dışındansa Bakü şubemizin bir dipnot metni yayımlandığını ve Milas Labranda kazılarında da bir yazıtın gün yüzüne çıkarıldığını belirtelim. Labranda sit alanının yönetimini Olivier Henry’nin, resmi kuruluş olarak IFEA himayesinde, devraldığını ve sit alanına da artık bir kazı evi kazandırıldığını ekleyelim. Aynı şekilde Niğde Porsuk’taki kazılar için de yeni bir depo hizmete girmiş bulunmakta.

Gidenlerin yakın zamanda geri dönmelerini umuyor, yeni gelenlere de içten bir “hoşgeldiniz” diyerek herkese güzel bir çalışma yılı diliyorum.

Plongée estivale dans les archives….

Türkçe çeviri

L’été stambouliote, passablement chaud, a été un été de labeurs discrets à l’IFEA, qui a vu passer de nombreux hôtes. Outre l’élection au premier tour du premier président de la République turque désigné au suffrage universel direct le 10 août 2014 et la commémoration du quinzième anniversaire du tremblement de terre d’İzmit-Gölcük (17 août 1999), l’été turc a été agité par les atrocités en Syrie et en Irak, qui n’ont pas empêché une progression de 13% par rapport à 2013 de la fréquentation touristique étrangère en Turquie!

Grâce à la contribution de Céline Pierre-Magnani, les archives photographiques de l’IFEA ont commencé à être constituées et réorganisées, avec une composante argentique – la plus menacée et dispersée – et une composante digitale. De belles trouvailles ont été faites : citons, entre autres, une série de plus de 150 photos anatoliennes de Jane Laroche des années 1953-1969 et une série de photos de l’aqueduc de Mağlova par le photographe Yılmaz Kaini datant du début des années 1980. Sauvées, rangées et inventoriées, ces photos argentiques sont peu à peu scannées. Une interface en ligne est à l’étude pour une large consultation des photos numérisées comme des milliers de photographies digitales stockées sur le serveur, objets d’une sélection/description en cours. L’appel lancé à verser certaines de vos photos à ce fonds est permanent (merci à ceux qui ont déjà répondu !).

Parallèlement, Cilia Martin a poursuivi sa descente dans les archives de l’institut – qui peu à peu (re)prennent forme -, en privilégiant celles concernant l’histoire de la bibliothèque et celles relatives à la période d’Emmanuel Laroche (1965-1974) en prévision de l’exposition qui sera consacrée à cet ancien directeur lors des prochaines « Rencontres Archéologiques de l’IFEA » (fin novembre 2014). Des extraits d’archives ont déjà été postés sur le site. De même, des traces parfois passionnantes de chercheurs passés par l’IFEA ont été retrouvées. Progressivement numérisées, elles sont sécurisées pour être mises à la disposition des chercheurs contemporains.

Les différentes activités autour du cinquantenaire de l’accord migratoire franco-turc de 1965 ont été préparées par Elif Aksaz qui a aussi suivi le dossier de la conférence internationale sur l’immigration syrienne en Turquie programmée pour les 9 et 10 décembre 2014. Un séminaire qui bénéficie du soutien financier du GIS « Moyen-Orient et mondes musulmans » et de l’ANR-Transfaire va jalonner cette année universitaire 2014-2015 autour de questions d’histoire comparée des sciences sociales de l’immigration.

Enfin Ségolène Debarre, qui nous quitte pour prendre son poste à Paris I, a préparé la transition avec Anouck Corte-Real pour le volet stambouliote de l’ANR-Transfaire, tout en travaillant à la consolidation des relations avec le département d’histoire des sciences de l’Université d’Istanbul… notamment en vue d’une exposition en collaboration avec la BnF et plusieurs autres institutions turques.

Hors d’Istanbul signalons le postage d’une Dipnot par l’antenne de Bakou et du côté des activités archéologiques la découverte d’une belle inscription à Labraunda (dont la direction est passée entièrement sous la responsabilité d’Olivier Henry avec l’IFEA comme institution de référence), site désormais doté d’une nouvelle maison de fouilles, ainsi que la mise en service d’un nouveau dépôt pour la fouille de Porsuk (Niğde).

En souhaitant une excellente rentrée à tous, aux partants de revenir vite et aux arrivants un chaleureux « bienvenue » …

Compte-rendu de lecture : Pîrî Reis, Evliya Çelebi, Deux regards ottomans sur Alexandrie

EtAlex30_Bacque-Tuchscherer Pîrî Reis, Evliya Çelebi, Deux regards ottomans sur Alexandrie, traduits et commentés par Jean-L0uis Bacqué-Grammont et Michel Tuchscherer, Centre d’Études alexandrines, 2013, 252 p.

Piloté et coordonné par le Centre d’Études alexandrines, le programme Alexandrie ottomane et moderne a été institué par Jean-Yves Empereur en 2005 sous la direction scientifique de Michel Tuchscherer, professeur émérite à l’Université d’Aix-Marseille et de Ghislaine Alleaume de l’IREMAM. Depuis septembre 2013 Faruk Bilici, professeur à l’Inalco, est délégué pour un an renouvelable afin de développer ce projet à partir des archives ottomanes.

C’est dans ce cadre que la collection Alexandrie ottomane a commencé à paraître à partir de 2011 dans les Études Alexandrines. Le premier numéro était consacré à deux études : « Le renouvellement des privilèges de la Nation des Français et des Catalans à Alexandrie en 1528 » (Michel Tuchscherer) et “Reports of Venetian Consuls in Alexandria (1554-1664)” (Maria Pedani).

Aussi, ce second volume d’Alexandrie ottomane constitue le 30e numéro des Études alexandrines et met à jour deux textes fondamentaux de l’époque ottomane consacrés à Alexandrie et ses environs : « Les atterrages de la région d’Alexandrie dans les instructions nautiques de Pîrî Reis » ( vers 1470-1554), provenant de son Kitâb-i Bahriyye (Livre des choses de la mer)  et « Alexandrie, Aboukir et Rosette en 1672), tiré du Seyahatname (Livre de voyages) d’Evliyâ Çelebî (1611-vers 1684).

Ces deux textes sont accompagnés de cartes d’Alexandrie provenant des copies  du Kitâb-i Bahriyye conservées dans différentes bibliothèques, mais aussi et surtout de très nombreux commentaires, notes, d’un index et d’une bibliographie  qui permettent une juste appréciation de ces deux textes.

Le premier texte, celui de Pîrî Reis est une édition des chapitres concernant Alexandrie dans les deux versions (1521 et 1526), accompagnée de la traduction de Jean-Louis Bacqué-Grammont et de celle de Jean-Dominique Cardonne1 . Destinés à être efficaces, ce texte et les cartes d’Alexandrie dans le Kitâb-i Bahriyye sont suivis par un chapitre consacré aux « atterrages de la région d’Alexandrie dans quelques portulans européens, allant du XIIIe (Il compasso da navigare)  au XIXe siècle (Le portulan de Luigi Lamberti) ».  Même si d’une version à l’autre les contours et les détails diffèrent dans ces cartes, l’ensemble constitue une base d’informations très précieuse.

Quant « au second regard », celui d’Evliyâ Çelebî, il s’agit, comme tout le reste des dix volumes de son  Seyahatname,  d’un texte prolixe et foisonnant offrant des données et descriptions  aussi précises que précieuses, entremêlées avec des anecdotes invraisemblables sur Alexandrie. Aussi, autant la période de la fondation d’Alexandrie et même son fondateur Alexandre le Grand  sont enveloppés dans des mystères et explications hautement fantaisistes, autant les très nombreux renseignements issus de  ses propres observations et lectures corroborent ceux des voyageurs et surtout des savants et spécialistes de la Description d’Égypte. En effet, probablement en mission officielle à Alexandrie  durant l’hiver 1672-1673, Evliyâ a eu largement le temps d’étudier la géographie, les fortifications, les bâtiments religieux, militaires et civils d’une certaine importance, mais aussi le commerce d’Alexandrie et de Rosette, sans parler des ports et de l’arsenal.

De nombreuses informations fournies par Evliyâ Celebi sont confrontées pour la première fois de manière systématique à celles fournies par les archives du Mahkama d’Alexandrie dont les documents sont conservés aux Archives nationales d’Égypte au Caire.

  1. J-D.  Cardonne (trad…par), Le flambeau de la Mer Méditerranée ou Description de toutes les isles, Cotes, Villes, Forteresses, Caps, Promontoires , Rochers, et Bancs de sable…., BnF, manuscrits occidentaux, Nouvelles acquisitions Françaises FF 22972 (f° 117 v : traduction achevée le 9 octobre 1765) []

Bir kent tarihi kaynağı olarak yangın sigortası için hazırlanmış haritalar

Version française

Eylül 2013

Yangın sigortası haritaları, erken hayata geçirildiklerinden İstanbul’u konu alan kent çalışmaları alanında özgün araştırmaların gerçekleşmesini sağlamıştır. XIX. yy. sonunda büyük kentlerde taşınır ve taşınmaz malların sigortalanması için haritalama işleminin yaygınlaşması, yangın riskinin daha etraflıca ele alındığını göstermektedir. Bu haritalar, başlı başına bir araştırma konusu olarak nadiren kabul görseler de dizin ve renk anahtarlarının zenginliği, temsil edilen şehir merkezleri ya da liman alanlarının belli bir andaki hallerini birebir gösterebilecek derecedeki belirliliği bu haritaları çok rağmet gören bir arşiv « hazinesi » haline getirmektedir. Yeni harita araçları (SIG) sayesinde mekan çözümleme imkanlarının çoğaldığı, ayrıca bu türden arşivler hakkındaki bilginin arttığı bir zamanda, bu arşivleri bilimsel şekilde araştırmak ilginç olduğu kadar gereklidir. Bu arşivler, sergilendikleri halde geçmişlerinin az bilinmesi bir çelişki teşkil etmektedir. Bununla birlikte konuyla ilgili bir takım araştırma denemeleri de kent çalışmaları alanında gözlemlenmektedir. Bu ayki vitrinde bu karmaşık kaynağın incelenmesine tarihi açıdan yardımcı olabilecek bazı okuma önerilerini iki farklı açıdan sunuyoruz. Bunlardan ilki, yöntem üzerinde durup harita derlemeleri ile bunlardan yola çıkarak tarih yazımı hakkındaki çalışmaları bir araya getiriyor. İkincisi ise sözkonusu arşivi meyvesi olduğu sigortacılığın ekonomik ve siyasal tarihi tarafından ele alıyor.
Bölgedeki sigortacılık tarihi hakkında eleştirel mesafe eksikliği, yangın sigortası haritalarının teknik belge ile görsel arasında kalmış muğlak durumu, bunların tarihi açıdan çalışılmalarını zorlaştırmaktadır. Bilgi ve malzeme bakımından da çağdaş dönemde görseli başlı başına bir kaynak olarak kabul eden akademik çalışmalar da seyrektir çünkü görsel basit bir tasvir, metinse tek meşru tarih aktarıcısı olarak görülmektedir. Ayrıca, sigorta haritaları çoklukla sadece işaret bilimiyle sınırlı görsel araştırmalar kapsamında kalmakta, kent ekonomisi bakımından güvenilir bir kaynak olarak görülmediği için de zorlukla genelleştirilebilen ya da başka yerde kullanılmaya elverişli olmayan vaka incelemelerinde karşımıza çıkmaktadır.
Mekan ve zaman üzerine daha geniş açılımı olan haritalarla ilgili projelere İstanbul ile ilgili malzemenin de dahil edilmesi bu türden karşılaştırmalı ve dinamik çalışmalara imkan tanımaktadır. Geçtiğimiz aylarda düzenlenen İstanbul ve çevresi üzerine iki yüzyıl boyunca haritacılık sergisi, sigorta haritalarını şehir ve coğrafya hakkındaki bilgilerin değişiminin gerçekleştiği uzun zaman bağlamında ele almakta ve bu türden bir arşiv hakkındaki çalışmalarda kaydedilen ilerlemelere tanıklık etmektedir. Aslında, sigorta haritaları kurumsal yönüyle de kapsamlı bir arşivdir. Haketmediği şekilde telifsizleşmiş dağınık haritaları derlemek araştırmacıların uluslararası şekilde çalışmasını gerektirmektedir. Basılı harita derlemelerinde ise genelde kurum adları öne çıkmakta ve eleştirel bir önsöz bulunmamaktadır. İstanbul ile ilgili bilimsel araştırmaların uzmanların bir araya gelmeleriyle yapıldığı görülmektedir. XX. yy. başında Charles Ed. Goad Lted şirketinin hazırladığı haritaların yayınlanması, zaman ve yer bakımından aydınlatıcı bilgi ile bir kaynakça sunulmasını sağlamıştır. Hem bir arşiv hem de miras değeri taşıması bakımından belgelerin paylaşılabilir olması ve haritaların başlı başlarına incelenmeleri, bu alandaki çalışmaların ilerleyişinin kuvvetli göstergeleridir. Bu noktada, bir kırılma görülmektedir çünkü yangın sigortası haritaları erişilmesi imkansız bir gerçekliğin yansıması olmaktan çıkıp beslenerek « sigortacının bakışını » mercek altına alan diğer şehircilik ve tarih çalışmaları ile harmanlanarak onlarla birlikte sigortacılık ekseni etrafında şekillenen yerel bir tarih yazımını ilerletmektedir.
Stefanos Yérasimos ile beraber çalışan şehirci ve mimarlar grubu, yerel sigortacılık tarihinin özgünlüğüne dikkat çekmiş ve harita arşivlerinin idaresinde birtakım kuralları belirlemiştir. Bundan sonra, sigorta haritaları, « yanan şehir » temalı zengin bir çalışma programına dahil edilmiş ve bu sayede eldeki belgelerin günyüzüne çıkmasıyla bunların uygun şekilde çoğaltılmalarda etkili olmuştur. Ayrıca bugün de güncelliğini koruyan, sigorta haritalarının hazırlanması, belediye çalışmaları ile toprağın tapulanması arasındaki ilişki gibi bir takım varsayımlar bu vesileyle gündeme gelmiştir.
Özellikle Osmanlı İmparatorluğu şehirlerinde XIX. yy.’daki bazı sigorta arşivlerinin « bulunamayışı » ile bazı şehirlerde tarih yazımıyla ilgili birtakım kısıtlılıklar sözkonusudur. Sigortacılığın uluslararası tarihi hakkındaki eserler, az olmakla beraber mesleğin şu andaki çerçeveleri içinde kalmaktadır. Çalışmalar gittikçe belirli hale gelip daha çok teknik konularda ; hukuki, ekonomik, finansal, matematik ve istatistik alanında kendini göstermektedir. Sigortacılığın tarihini anlamak için evrimci bir prizmadan bakmak da mümkündür. Hakim literatür, sadece gelişmiş ve tarihte sigortacılığın yaygınlaşmasında etkin rol oynamış ülkeleri ele almaktadır. Şirket tarihinin devlet ve diğer kurumlarla olan ilişkiler nezdinde ele alınması bu yaklaşımın belirgin bir özelliğidir. Bu durumda, Türk ve Mısır sigortacılık tarihi, uzun zaman boyunca emperyalist hakimiyetle ilgili, dış kaynaklı bir olgu olarak kabul edilmiş ve alışılgelmiş yeni pazarların ortaya çıktığı düzenin dışında yer almıştır. Halen devam eden araştırmalar, bu anlayışın aksi yönünde yol almakta olup İslami hukukun sigortacılığa bir engel olmadığını ve sigortacılığın ticaret tarihinin uzun zamanlı tarihinin bir parçası olduğunu göstermektedir. İlk bölümde, Osmanlı İmparatorluğu’nda sigortacılığın tarihi ele alınmakta ve de yerel açıdan emlak kanununun getirdiği değişikliklere değinilmektedir.
Sonuç olarak yangın sigortası haritalarının bir harita ve kültürel öğe olmasının yanı sıra, kapitalizmin yükselişiyle de doğrudan ilgili bir finansal araç oldukları ve bunların mülk kanunu düzenlemesi ile risk yönetiminin hem ekonomik hem de siyasal ele alınış ilişkisine ışık tuttukları unutulmamalıdır. Sigortacılığı teknik işleyişi açısından ele almak uygun bir başlangıçtır çünkü komisyoncudan tutun da mühendise kadar konuyla ilgili birçok unsuru işleyip ince bir toplumsal tarih yaklaşımını işin nesnel ve mimari boyutunu boş vermeden ortaya koyar. Farklı yaklaşımları bir araya getirerek bir geleneğin parçası olarak yerel süreçlerin kalbinde bulunan yangın sigortası haritaları araştırmaları, belki bir prestij kaybına mal olsa da, ele alınması daha kolay bir arşiv halini almaktadır

Arşivler :

  • Banque impériale Ottomane : inventaire commenté des archives, Institut Français d’Etudes Anatoliennes, 1994.
  • Catalogue de l’exposition ‘Deux siècles de cartographie d’Istanbul et de son environnement – Istanbul ve cevresi üzerine iki Yüzyıl Boyunca Haritacılık’, M. Stern P. Lebouteiller, J-F Pérouse,  Istanbul, Notre Dame de Sion, 2013.
  • Charles Edouard Goad’in Istanbul Sigorta Haritalari (İstanbul büyûkehir Belediyesi, Kütüphane ve Müzeler Müdürlüğü),Dagdelen, Irfan ed. 2007.
  • Jacques Pervitich Sigorta Haritalarında Istanbul, Istanbul : Axa Oyak, Tarih Vakfı Yayını, 2000.

Seçilmiş kitaplar :

  • -Aygün A., Türk Haritacılık Tarihi (Histoire de la cartographie turque), 2 Cilt (vol.), Ankara : Harita Genel Müdürlüğü, 1980.
  • -Arnaud, J.-L., Analyse spatiale, cartographie et histoire urbaine, Parenthèses, 2008.
  • -Alleaume, G., « La production d’une économie nationale : remarques sur l’histoire des sociétés anonymes par actions en Egypte de 1856 à 1956 », Annales Islamologiques, n°31, 1997, p. 1-16.
  • -Chastagneret, G., Marin, B., Raveux, O. et Travaglini, C. (dir.) Les sociétés méditerranéennes face au risque : Economies, coédition IFAO, Casa de Velázquez, Ecole Française d’Athènes, Ecole Française de Rome, Maison de la Méditerranée et des Sciences de l’Homme, 2012.
  • -Coanus, Thierry et Pérouse, Jean-François (dir.) « Villes et risques. Regards croisés sur quelque cités en danger », Anthropos, 2006.
  • -Bekkin, Renat I.  « Islamic Insurance: National Features and Legal Regulation », Arab Law Quarterly, Vol. 21, No. 2, 2007, pp. 109-134
  • -Débarre, Ségolène, Du Méandre à l’Euphrate, l’Anatolie au prisme des savoirs géographiques allemands (1835-1895), (thèse ss dir Tissier), Paris I, 2011.
  • -Deweerdt, Charlotte, « Développement de l’assurance et du marché foncier à Alexandrie durant la seconde moitié du XIXe siècle », in Guéno, Vanessa et Guignard, Didier (dir.), Les acteurs des transformations foncières en Mediterranée, Karthala, 2013.
  • -Dupret, Baudouin, « Vent d’est, vent d’ouest » : l’Occident du droit égyptien », Égypte/Monde arabe,  n°30-31, 1997, (Les visions de l’Occident dans le monde arabe), p. 93-111.
  • -Edney, Matthew, H., Mapping an Empire. The Geographical Construction of British India, 1765-1843, Univ. Chicago Press, 1997.
  • -Encyclopédie de l’Islam, Leiden, E.J. Brill, 1965, Tome II, Article Dallâl
  • -Frangakis-Syrett, Elena, « Concurrence commerciale et financière entre les pays occidentaux à Izmir (XIXe-Debut du XXe siècles), In Jacques Thobie, Roland Perez et Salgur Kançal (ed.), Enjeux et rapports de force en Turquie et en Méditerranée orientale, Varia Turcica XXVIII, L’Harmattan, Ifea, 1996.
  • – Fries, Franck et Yerasimos, Stéphane (ed.),  La ville en feu, Actes de la journée du 4 juin 1993 / organisée par le laboratoire « Théorie des mutations urbaines ».  Cahiers µ, n° 6-7, sept-déc.1993, p.67-86.
  • -Ientile, Damien, Histoire économique des assurances au XVIIIe et XIXe siècles en Europe, P.C Hautcoeur (dir.), ENS, Paris, p.1-17.
  • -Kayah, Fatih, Osmanlı Devleti’nde Sigortacılık, Libra Yayınlari, İstanbul, 2010.
  • -Lemercier, Claire et Zalc, Claire « Pour une nouvelle approche de la relation de crédit en histoire contemporaine », Les Editions de l’EHESS,  Annales. Histoire, Sciences Sociales, 2012 /4.
  • -Lepetit, Bernard et Topalov, Christian (ss dir), « La ville des sciences sociales », Ed. Belin, 2001.
  • -Mazlum, Deniz, 1766 İstanbul Depremi – Belgeler Işığında Yapı Onarımları (Le séisme d’Istanbul de 1766: la réparation des bâtiments à la lumière des documents), Istanbul,  İstanbul Araştırmaları Enstitüsü, 2011.
  • -Owen, Roger , « The middle East in the world economy 1800-1914 », Londres-New York, Methuen, 1981.
  • -Stanziani,  « Comparaison réciproque et histoire. Quelques propositions à partir du cas russe », in Jean-Paul Zuniga, Pratiques du transnational, Paris, CRH, 2011, pp. 209-231.
  • -Thobie, Jacques, “Conjoncture et stratégie: le groupe financier de l’Ottomane en 1914 », in BACQUE-GRAMMONT Jean-Louis, DUMONT Paul (eds.) Economie et sociétés dans l’Empire ottoman (Fin du XVIIIe-Début du XXe siècle) : Actes du colloque de Strasbourg : 1-5 juillet 1980.
  • -Patrick Verley et Jean-Luc Mayaud, « Introduction. En l’an 2001, le XIXe siècle à redécouvrir pour les historiens économistes ? », Revue d’histoire du XIXe siècle, 23 / 2001, 7-21.
  • -Warner, Nicolas, « Sources for architectural and urban history, Charles Goad & the Fire Insurance Plans of Egypt (1898-1910)” in Mercedes Volait (dir.), Le Caire-Alexandrie architectures européennes, 1850-1950, CEDEJ-IFAO, 2001.
  • -Yerasimos, Stéphane,  « occidentalisation de l’espace urbain : Istanbul 1839-1871. Les textes règlementaires comme sources d’histoire urbaine », in Daniel Panzac, Les villes dans l’Empire ottoman : activités et sociétés, t. I, Marseille, CNRS, 1992, p. 97-119.

İlgili linkler :

http://cartomed.mmsh.univ-aix.fr/
https://www.ifea-istanbul.net/index.php?option=com_k2&view=item&id=29&Itemid=309
http://www.ffsa.fr/sites/upload/docs/application/pdf/2010-03/introductionguidedessources.pdf

Les plans d’assurance incendie comme source d’histoire urbaine

Türkçe çeviri

Septembre 2013

Les plans d’assurances incendie ont fait l’objet d’un investissement précoce et ont donné lieu à une recherche originale dans le champ des études urbaines pour Istanbul.  La cartographie pour l’assurance des biens immobiliers et mobiliers se diffuse dans les grands centres urbains à la fin du XIXe siècle, témoignant d’une gestion plus élaborée du risque incendie ; la richesse de ses index, de sa légende chromatique, l’image précise, quasi-instantanée, des centres villes ou zones portuaires représentés, font du plan incendie une source très sollicitée, un « trésor » documentaire, et ce, alors qu’il est rarement considéré comme un objet de recherche autonome. Dans un contexte marqué à la fois par l’élargissement des possibilités d’analyse spatiale, avec l’intégration de nouveaux outils de traitement des cartes (SIG), mais aussi par un enrichissement de la connaissance sur ce type d’archive, il semble intéressant et nécessaire de le confronter à la production scientifique. Derrière l’apparent paradoxe d’une archive exposée mais produit d’une histoire peu connue, celle de la branche « incendie » de l’assurance, une dynamique de recherche est observable dont les tâtonnements semblent inhérents aux études urbaines. Ainsi, nous souhaitons proposer, sous la forme du présentoir, quelques pistes de lectures favorables au prolongement de la démarche historienne pour l’investigation de cette source complexe. Deux axes sont retenus, l’un, plutôt méthodologique, rassemble des publications de plans et des études sur l’écriture de l’histoire à partir des cartes, le second ensemble doit permettre de repositionner cette archive dans l’histoire économique et politique de l’assurance dont elle est le produit.    

Le plan d’assurance incendie par son statut incertain entre document technique et image cartographique, mais aussi en raison du manque de distance critique sur l’histoire de l’assurance dans la région, rend difficile son investigation historique. Du point de vue matériel et épistémologique, rares sont les travaux universitaires pour la période contemporaine qui traitent de l’image comme source, la considérant souvent comme une simple illustration, seul le texte demeure porteur d’histoire légitime. Aussi, le plan d’assurance donne-t-il principalement lieu à des études iconographiques enfermées dans des analyses étroitement sémiologiques, et à des études de cas difficilement transposables ou généralisables lorsqu’il n’est pas considéré comme un simple réservoir d’informations fiables pour l’histoire de l’économie urbaine.

C’est l’intégration du corpus stambouliote dans des projets centrés sur les cartes, et plus largement ouverts dans l’espace et dans le temps, qui donne lieu à des études comparatistes et dynamiques de ce type de production cartographique. Ainsi, l’exposition récente « Deux siècles de cartographie d’Istanbul et de son environnement / Istanbul ve cevresi üzerine iki Yüzyıl Boyunca Haritacılık », resitue la cartographie assurancielle dans la ville et dans le temps long des mutations des savoirs géographiques, et atteste des progrès enregistrés pour l’étude de cette documentation. En effet, le plan d’assurance est aussi une documentation complexe par son statut institutionnel. Inégalement reversé dans le domaine public, il parvient au chercheur sous la forme d’archive éparse et isolée, dont la collecte se réalise à l’internationale, ou, lorsqu’il fait l’objet de publication c’est en général sous la forme de produits « maison », portant le nom de la société, sans introduction critique. Dans le cas d’Istanbul, une tendance à la prise en charge scientifique, par la collaboration avec des spécialistes, est observable. La publication des plans réalisés au début du XXe siècle par la société de Charles Ed. Goad Lted, a fait l’objet d’un travail de mise en contexte, de traitement spatial et fournit une bibliographie de référence. La mise en partage de la documentation dans sa double dimension archivistique et patrimoniale, ainsi que l’étude autonome des séries de plan sont des indicateurs forts d’une dynamique dans ce champ d’étude. Le renversement épistémologique ici observable, où le plan d’assurance incendie cesse d’être le reflet d’une réalité impossible à atteindre, s’alimente et entre en résonnance avec d’autres travaux urbanistes et historiques qui permettent de déconstruire le « regard de l’assureur », de progresser conjointement dans l’écriture d’une histoire locale et connectée de l’assurance.   

Il revient à l’équipe d’urbanistes et d’architectes chercheurs animé par Stéphane Yérasimos, d’avoir attiré l’attention sur la spécificité de l’histoire de l’assurance locale et posé certains jalons pour l’administration de ses archives cartographiques. Le plan d’assurance est alors inscrit au cœur d’un programme d’étude fécond, autour du thème de « la ville en feu », mettant en évidence des chaines documentaires, notamment la production légale et règlementaire, et formulant des hypothèses qui demeurent d’une grande actualité, tel que le lien entre l’élaboration des plans d’assurance, l’ingénierie municipale et le processus de cadastration de la terre.

Particulièrement dans le cas des villes de l’Empire ottoman,  l’histoire de l’assurance au XIXe siècle comporte des « trous » archivistiques et certaines limites historiographiques. Les ouvrages consacrés à l’histoire internationale de l’assurance sont peu nombreux, ils adoptent les contours de la profession actuelle, les études étant de plus en plus spécialisées, donnant lieu à une littérature technique de nature juridique, économique et financière, sans oublier les travaux mathématiques et statistiques. À cela s’ajoute un certain prisme évolutionniste dans la compréhension de l’histoire des assurances. La littérature dominante tend à ne prendre en considération que les pays industrialisés et historiquement actifs dans la diffusion de l’assurance et se caractérise par une approche institutionnelle où l’histoire de l’entreprise est appréhendée par l’étude des relations entretenues entre les sociétés et l’Etat. Dans ces conditions, l’histoire de l’assurance turque ou égyptienne se place hors du schéma classique de l’émergence des nouveaux marchés, et a longtemps été considérée comme un phénomène exogène, qui relèverait de la domination coloniale ou impérialiste. Les recherches en cours renversent la tendance en démontrant que le droit islamique n’a pas été un obstacle à la pratique assurancielle et que celle-ci appartient au temps long de l’histoire marchande ; une première étude envisage le développement de l’assurance au sein de l’Empire ottoman, d’autres travaux, du point de vue local et en lien avec les transformations de la propriété foncière.

En conséquence, outre son statut de carte et production culturelle, le plan d’assurance incendie doit aussi être envisagé en sa qualité d’instrument financier directement lié à l’essor du capitalisme ; il permet d’éclairer les articulations entre la réforme du droit de propriété et la prise en compte à la fois économique et politique du risque. Aborder l’assurance par sa production technique est une bonne entrée, cela mobilise une approche socio-historique fine des figures multiples engagées, du courtier à l’ingénieur, avec l’histoire des entreprises, banques et assurances, et ce, sans négliger sa dimension matérielle et architecturale. En conjuguant ces différentes approches, le plan d’assurance incendie devient une archive plus accessible, inscrite dans une tradition et située dans des processus locaux, au prix peut-être, il est vrai, d’une certaine perte de prestige.

Publications présentant des archives :

  • Banque impériale Ottomane : inventaire commenté des archives, Institut Français d’Études Anatoliennes, 1994.
  • Catalogue de l’exposition ‘Deux siècles de cartographie d’Istanbul et de son environnement – Istanbul ve cevresi üzerine iki Yüzyıl Boyunca Haritacılık’, M. Stern P. Lebouteiller, J-F Pérouse,  Istanbul, Notre Dame de Sion, 2013.
  • Charles Edouard Goad’in Istanbul Sigorta Haritalari (İstanbul büyûkehir Belediyesi, Kütüphane ve Müzeler Müdürlüğü),Dagdelen, Irfan ed. 2007.  
  • Jacques Pervitich Sigorta Haritalarında Istanbul, Istanbul : Axa Oyak, Tarih Vakfı Yayını, 2000.

Ouvrages et articles sélectionnés :

  • -Aygün A., Türk Haritacılık Tarihi (Histoire de la cartographie turque), 2 Cilt (vol.), Ankara : Harita Genel Müdürlüğü, 1980.
  • -Arnaud, J.-L., Analyse spatiale, cartographie et histoire urbaine, Parenthèses, 2008.
  • -Alleaume, G., « La production d’une économie nationale : remarques sur l’histoire des sociétés anonymes par actions en Egypte de 1856 à 1956 », Annales Islamologiques, n°31, 1997, p. 1-16.
  • -Chastagneret, G., Marin, B., Raveux, O. et Travaglini, C. (dir.) Les sociétés méditerranéennes face au risque : Economies, coédition IFAO, Casa de Velázquez, Ecole Française d’Athènes, Ecole Française de Rome, Maison de la Méditerranée et des Sciences de l’Homme, 2012.
  • -Coanus, Thierry et Pérouse, Jean-François (dir.) « Villes et risques. Regards croisés sur quelque cités en danger », Anthropos, 2006. 
  • -Bekkin, Renat I.  « Islamic Insurance: National Features and Legal Regulation », Arab Law Quarterly, Vol. 21, No. 2, 2007, pp. 109-134
  • -Débarre, Ségolène, Du Méandre à l’Euphrate, l’Anatolie au prisme des savoirs géographiques allemands (1835-1895), (thèse ss dir Tissier), Paris I, 2011.
  • -Deweerdt, Charlotte, « Développement de l’assurance et du marché foncier à Alexandrie durant la seconde moitié du XIXe siècle », in Guéno, Vanessa et Guignard, Didier (dir.), Les acteurs des transformations foncières en Mediterranée, Karthala, 2013.
  • -Dupret, Baudouin, « Vent d’est, vent d’ouest » : l’Occident du droit égyptien », Égypte/Monde arabe,  n°30-31, 1997, (Les visions de l’Occident dans le monde arabe), p. 93-111.
  • -Edney, Matthew, H., Mapping an Empire. The Geographical Construction of British India, 1765-1843, Univ. Chicago Press, 1997. 
  • -Encyclopédie de l’Islam, Leiden, E.J. Brill, 1965, Tome II, Article Dallâl
  • -Frangakis-Syrett, Elena, « Concurrence commerciale et financière entre les pays occidentaux à Izmir (XIXe-Debut du XXe siècles), In Jacques Thobie, Roland Perez et Salgur Kançal (ed.), Enjeux et rapports de force en Turquie et en Méditerranée orientale, Varia Turcica XXVIII, L’Harmattan, Ifea, 1996.
  • – Fries, Franck et Yerasimos, Stéphane (ed.),  La ville en feu, Actes de la journée du 4 juin 1993 / organisée par le laboratoire « Théorie des mutations urbaines ».  Cahiers µ, n° 6-7, sept-déc.1993, p.67-86.
  • -Ientile, Damien, Histoire économique des assurances au XVIIIe et XIXe siècles en Europe, P.C Hautcoeur (dir.), ENS, Paris, p.1-17.
  • -Kayah, Fatih, Osmanlı Devleti’nde Sigortacılık, Libra Yayınlari, İstanbul, 2010.
  • -Lemercier, Claire et Zalc, Claire « Pour une nouvelle approche de la relation de crédit en histoire contemporaine », Les Editions de l’EHESS,  Annales. Histoire, Sciences Sociales, 2012 /4.
  • -Lepetit, Bernard et Topalov, Christian (ss dir), « La ville des sciences sociales », Ed. Belin, 2001.
  • -Mazlum, Deniz, 1766 İstanbul Depremi – Belgeler Işığında Yapı Onarımları (Le séisme d’Istanbul de 1766: la réparation des bâtiments à la lumière des documents), Istanbul,  İstanbul Araştırmaları Enstitüsü, 2011.
  • -Owen, Roger , « The middle East in the world economy 1800-1914 », Londres-New York, Methuen, 1981.
  • -Stanziani,  « Comparaison réciproque et histoire. Quelques propositions à partir du cas russe », in Jean-Paul Zuniga, Pratiques du transnational, Paris, CRH, 2011, pp. 209-231.
  • -Thobie, Jacques, “Conjoncture et stratégie: le groupe financier de l’Ottomane en 1914 », in BACQUE-GRAMMONT Jean-Louis, DUMONT Paul (eds.) Economie et sociétés dans l’Empire ottoman (Fin du XVIIIe-Début du XXe siècle) : Actes du colloque de Strasbourg : 1-5 juillet 1980.
  • -Patrick Verley et Jean-Luc Mayaud, « Introduction. En l’an 2001, le XIXe siècle à redécouvrir pour les historiens économistes ? », Revue d’histoire du XIXe siècle, 23 / 2001, 7-21.
  • -Warner, Nicolas, « Sources for architectural and urban history, Charles Goad & the Fire Insurance Plans of Egypt (1898-1910)” in Mercedes Volait (dir.), Le Caire-Alexandrie architectures européennes, 1850-1950, CEDEJ-IFAO, 2001.
  • -Yerasimos, Stéphane,  « occidentalisation de l’espace urbain : Istanbul 1839-1871. Les textes règlementaires comme sources d’histoire urbaine », in Daniel Panzac, Les villes dans l’Empire ottoman : activités et sociétés, t. I, Marseille, CNRS, 1992, p. 97-119.

Autres liens utiles :

Éclats d’Antiques, sculptures et photographies, Gustave Mendel à Constantinople

2013 Eclats Orient

M. Poulain, F. Queyrel, G. Paquot (dir.) 
Éclats d’Antiques, sculptures et photographies, Gustave Mendel à Constantinople
Armand Colin, coll. "Recherches" Paris, 2013 
ISBN 978-2200287597

Cet ouvrage est paru parallèlement à l’organisation d’une exposition du même nom, organisée à l’occasion du centenaire de la publication, en 1912-1914 à Constantinople, du monumental Catalogue des sculptures grecques, romaines et byzantines des Musées impériaux ottomans rédigé par Gustave Mendel.

Plus qu’un catalogue, ce livre réunit un nombre d’études portant non seulement sur l’œuvre de Gustave Mendel mais aussi sur l’histoire tant ancienne que récente de la fabrication et de la conservation de son œuvre. C’est également l’occasion de mener une réflexion sur ces premiers photographes d’œuvres antiques et sur la pérennité de leurs travaux, dont notamment ceux de Gabriel Millet.

L’ouvrage comporte quatre sections. La première porte sur Gustave Mendel et l’histoire du musée archéologique d’Istanbul. Elle retrace les péripéties de Gustave Mendel, ses collaborations à Istanbul et l’apport de son travail à la science. La seconde partie aborde la fabrique du savoir et l’image. Il s’agit là de présenter non seulement l’histoire du livre et des catalogues, mais aussi celle des œuvres qui y sont présentées. La troisième partie porte essentiellement sur les questions de conservation, protection et de mise en valeur de ce patrimoine formé par la masse que représente le travail effectué par Mendel. On y mentionne notamment les problèmes liés à la numérisation des photos anciennes tout autant que les nouveaux outils (Internet) qui permettent de donner une seconde vie à cette ouvre. La quatrième et dernière partie comporte le catalogue proprement dit. Il s’agit d’une sélection d’œuvres choisies à partir du travail original de Mendel, sélection enrichie par la présentation d’un matériel qui permet de contextualiser l’activité du photographe : cartes postales d’époques, peinture, échanges épistolaires, etc.

Études sur le quartier dans l’Empire ottoman et en Turquie

Türkçe çeviri

Mai 2013

Le quartier, en Turquie, n’a pas connu le réinvestissement dont il a fait l’objet récemment en France comme cadre d’action politique. On peut traduire “quartier” par deux termes: mahalle – unité administrative de base en ville – mais aussi semt, qui n’a aucune existence administrative mais est de plus grande taille et mieux connu à l’échelle de la ville. Si le quartier est réinvesti en Turquie, c’est d’abord comme imaginaire, notamment dans les productions télévisuelles et littéraires, dans un contexte d’étalement urbain et d’anonymat attribué à la grande ville. Partant de ce constat, ce présentoir thématique revient sur la manière dont le quartier dans l’Empire ottoman et en Turquie a été traité dans les sciences sociales.

Le quartier a longtemps été un terme obligé des études sur la ville ottomane, s’inscrivant dans une vision des villes islamiques, comme dépourvues d’identité collective, d’autonomie politique et d’initiatives populaires. Dans cette vision de la « ville islamique », le quartier apparaît comme une entité stable et fermée sur elle-même voire autarcique, étanche à l’influence étatique. Il constitue le symbole même – et le garant – de l’immobilisme d’une ville ottomane. Il symbolise aussi sa fragmentation : souvent constitué par une communauté religieuse groupée autour d’un lieu de culte, le quartier possède son propre marché, son école et sa fontaine, un café, le tout entretenu par des legs pieux; il est souvent vu comme une unité cohérente, souvent homogène ethniquement, linguistiquement, religieusement. Dans cette perspective, le quartier est synonyme de communauté et la ville est un patchwork. Vu comme une fraction du territoire dans la ville et non pas de la ville, le quartier est alors chargé d’un fort signe communautaire et identitaire (Rinaldo Marmara, 2003).

La critique et la mise à distance de cette vision dans les travaux d’histoire urbaine à partir des années 1970 ont conduit à réviser en profondeur cette conception essentialiste du quartier. Dans cette nouvelle historiographie – qui d’ailleurs prend rarement le quartier frontalement pour objet – l’accent est mis plus sur les habitants et les relations qui les unissent que sur les caractéristiques physiques du quartier. Ce dernier apparaît désormais comme une entité souple et imprécise, mais aussi plus hétérogène socialement et ethniquement. Il est considéré comme un lieu de passage, de circulations et d’échanges autant que d’appartenance et, plutôt que sa fermeture, on souligne ses relations avec les autres quartiers et la ville dans son ensemble. S’il était géographiquement l’unité la plus petite, le quartier semble avoir été l’échelle la plus significative dans la vie quotidienne des habitants de la ville d’un point de vue social, économique et relationnel. Toutefois, à l’exception de l’étude de Cem Behar qui a été rendue possible grâce à la richesse de son corpus d’archives (registres des maires de quartiers), les sources permettant l’analyse du tissu social sont peu nombreuses et éparses. Cela est peut-être également lié au fait que les données issues des recensements de population ne sont pas désagrégées au niveau des quartiers, ce qui rend difficile toute analyse à l’échelle micro-locale.

Pour la période républicaine, les études sur le quartier sont encore plus lacunaires. Autant le village a été largement étudié – dans une perspective de modernisation et d’intégration à la nation, y compris dans sa dimension politique -, autant le quartier a été délaissé. Ainsi, il existe très peu de recherches de sociologie politique sur les quartiers et leurs maires. Quelques travaux adoptent une perspective de science administrative et s’attardent sur le rapport entre les mahalle et les autres administrations et l’adaptation de leurs moyens aux buts qui leurs sont fixés. Le quartier apparaît à la marge dans les études sur la politique locale. Il a cependant été étudié comme lieu d’engagement et de tensions politiques, en particulier dans les années 1970 (1 mayıs, Şükrü Aslan). Très récemment, quelques travaux considèrent le quartier comme espace de participation politique de proximité, dans une perspective de démocratisation.

Le quartier est revenu au-devant de l’actualité turque en 2007 et 2008, avec le débat sur le mahalle baskısı, littéralement la « pression du quartier », lancé par l’une des figures les plus connues de l’histoire et des sciences politiques turques, Şerif Mardin. Définie par Mardin comme « le regard » de l’autre, la pression renvoie au contrôle social immanent à la société, qui s’exercerait d’autant plus facilement que l’espace concerné est réduit et la proximité forte. Pour ce dernier, en tant qu’espace de vie aux acteurs multiples échappant largement à l’emprise de l’État, le quartier constituerait l’espace même de ce type de pression dans les villes ottomanes et turques. Il serait ainsi susceptible de mettre en danger le projet de modernisation de la société par le haut, non par son inertie, mais par son pouvoir de résistance et sa capacité à imposer des normes alternatives. Le débat afférent, plus médiatique qu’académique, s’est concentré sur l’existence d’une telle pression – notamment concernant le port du voile – et sur son potentiel à entraîner une islamisation par le bas, dans un contexte politique fortement clivé.

Malgré la multiplicité des angles adoptés pour traiter du quartier, celui-ci n’est pas pour autant une entrée privilégiée pour étudier la complexité des phénomènes urbains. Paradoxalement, en dehors du cadre universitaire, on remarque un phénomène de retour sur le quartier. Dans le contexte d’hyper-métropolisation et d’internationalisation d’Istanbul, la réhabilitation du quartier a parfois conduit à une nouvelle forme d’essentialisme, où le terme est souvent associé à une conception pittoresque et nostalgique – et quelque peu réifiante – du passé.

Sélection d’ouvrages

  • Egemen Yılğur, Nişantaşı Teneke Mahallesi, Teneke Mahalle Yoksulluğundan Orta Sınıf Yerleşimine, Istanbul, İletişim, 2012.
  • Cem Behar, Neighborhood in Ottoman Istanbul: Fruit Vendors and Civil Servants in the Kasap İlyas Mahalle, Istanbul, State University of New York – Suny, 2003.
  • Şükrü Aslan, 1 Mayıs Mahallesi : 1980 Öncesi Toplumsal Mücadeleler ve Kent, Istanbul, İletişim, 2004
  • M. Poyraz, L. Gandais, Ş. Aslan, Les quartiers populaires et la ville. Les varoş d’Istanbul et les banlieues parisiennes, Paris, L’Harmattan, 2004.
  • Amy Mills, Streets of Memory: Landscape, Tolerance, and National Identity in Istanbul, University of Georgia Press, 2010.
  • Erol Tümertekin, İstanbul’da bir sanayı bölegesi Bomonti, Istanbul, Istanbul Universitesi, 1967.
  • Didem Danış, Ebru Kayaalp, Elmadağ: A Neighborhood in Flux, Istanbul, Les dossiers de l’IFEA, 2004.
  • “De l’empire ottoman à la Turquie actuelle : Le quartier (Mahalle). Approche des normes et des usages », Dossier préparé par Işık Tamdoğan dans Anatolia Moderna X, Istanbul, IFEA, 2004.
  • Numéro de la revue Istanbul sur le mahalle
  • Özer ERGENÇ, « Osmanlı Şehrindeki Mahallenin İşlev ve Nitelikleri Üzerine » dans Osmanlı Araştırmaları Dergisi, 4, 1984.
  • Tolga Islam, İstanbul’da soylulaştırma : Galata örneği : Yüksek Lisans Tezi : Tez danışmanı İsmet Ağaryılmaz : Yıldız Teknik Üniversitesi İstanbul 2003.
  • Noémi Lévy-Aksu, Ordre et désordres dans l’Istanbul ottomane (1879-1909), De l’Etat au quartier, Karthala, 2013.
  • Ruşen Çakır, Mahalle baskısı. Prof. Şerif Mardin’in Tezlerinden Hareketle Türkiye’de İslam, Cumhuriyet, Laiklik ve Demokrasi, Istanbul, Doğan Kitap, 2008
  • İrfan Bozan, Ruşen Çakır Mahalle baskısı var mı, yok mu ? Istanbul, Doğan kitap, 2009.
  • Alada, Adalet, Osmanlı-Türk Şehrinde Mahalle, Istanbul, Sümer Kitapevi, 2008.
  • Arıkboğa, E., « Yerel yönetimler, Katılım ve Mahalle Muhtarlığı », mémoire de master, Université de Marmara, 1998.
  • Şevran S., « The place of neighborhood administration in the Turkish administrative system: the case of Ankara », thèse de master, Middle East Technical University, 2005.
  • Türk Belediyecilik Derneği, Konrad Adenauer Vakfı, Mahalle muhtarları ve belediye ilişkileri, Ankara, 1998.
  • IULA-EMME, Kent Yonetimlerinin Demokratiklesmesi Surecinde Mahalle, Istanbul, Kent basımevi, 2000.
  • Ortaylı, İ. Tanzimat Devrinde Osmanlı Mahalli İdareleri (1840- 1880), Ankara: TTK Yayınları, 2000.
  • Erder, Sema, Istanbul’a bir kent kondu. Ümraniye, Istanbul, İletişim, 1996.
  • Hüseyin Irmak, İstanbul’da bir kadim semt yaşadığım Kurtuluş, Istanbul, Aras, 2003
  • Pinçon, Michel, Pinçon-Charlot, Monique, Les Ghettos du Gotha : comment la bourgeoisie défend ses espaces, Paris, Seuil, 2007.
  • Authier, Jean-Yves ; Guérin-Pace, France ; Bacqué, Marie-Hélène, Le quartier : Enjeux scientifiques, actions politiques et pratiques sociales, Paris, La Découverte, 2007.
  • Keller, Suzanne, The urban neighborhood : a sociological perspective, Random, 1968.

Compte rendu « Regards phocéens de Félix Sartiaux » / Kitap tanıtımı « Felix Sartiaux’nun Foçalı bakış açısı »

Les minutieuses éditions Kallimages (Paris) viennent de publier un deuxième ouvrage signé Haridis Yiakoumis Nikolaos Chorbos à partir des archives photographiques de l’ingénieur-archéologue Félix Sartiaux (1876-1944), propriété du collectionneur Pierre de Gigord. Sartiaux a travaillé à Phocée/Foça entre 1913 et 1920 et fut donc le témoin d’une époque pour le moins troublée. Il a notamment été le témoin direct d’un terrible épisode encore méconnu du plan d’ingénierie démographique des Unionistes, à savoir l’expulsion violente des Grecs de Phocée survenue en juin 1914. Il est l’auteur de Le sac de Phocée et l’expulsion des Grecs Ottomans de l’Asie mineure, ouvrage publié à chaud fin juin 1914.

Le premier ouvrage sur Phocée au début du XXème, publié chez Kallimages en 2010, portait le titre de Phocée 1913-1920. Le témoignage de Félix Sartiaux. Outre l’intérêt archéologique de ce second ouvrage, les photographies de Sartiaux permettent de restituer avec précision toute une micro-société égéenne du début du siècle dernier à jamais disparue. Espérons que ces publications seront l’occasion d’un travail collectif de mémoire, à l’approche du centenaire de ces événements.


Titizliğiyle bilinen Paris’teki Kallimages yayınları Haridis Yiakoumis Nikolas Chorbos imzalı ikinci bir kitap yayımladı. Söz konusu kitap, arkeolog mühendis Felix Sartiaux’nun (1876-1944) fotoğraf arşivinden yola çıkılarak oluşturulmuş. Günümüzde bu arşiv, koleksiyoncu Pierre de Gigord’un mülküdür. Sartiaux, 1913-1920 yılları arasında Foça’da çalışmış ve haliyle karanlık bir dönemin şahitlik etmişti. Özellikle, Haziran 1914’te patlak veren ve halen pek bilinmeyen İttihat ve Terakkicilerin kurguladığı nüfus planı çerçevesinde Foçalı Rumların şiddetli bir şekilde şehirden atılmalarına bizzat tanık olmuştu. Olayın hemen akabinde, 1914 haziranının sonunda “Foça’nın yağmalanması ve Osmanlı Rumları’nın Ön Asya’dan kovulması” (Le sac de Phocée et l’expulsion des Grecs Otttomans de l’Asie Mineure) adlı eseri yazmıştı.

2010’da Kallimages tarafından yayımlanmış, 20.yüzyılın başında Foça konulu ilk kitabı Foça 1913-1920. Tanık Félix Sartiaux. (Phocée 1913-1920. Le témoignage de Félix Sartiaux) ismini taşır. İkinci kitabın arkeolojik faydasının yanı sıra, buradaki Sartiaux’nun fotoğrafları, geçen yüzyıl başında sonsuza dek yok olmuş Egeli bir mikro-toplumu ayrıntısıyla geri kazandırma imkânını yaratıyor. Umarız bu yayınlar sözkonusu olayların 100. yıldönümü yaklaşırken ortak bir bellek oluşturma fırsatı verir.