Archives par mot-clé : Archives

Une écriture de l’histoire ottomanisée : Un aperçu sur quelques recherches en cours sur les mondes ottomans

Affiche de l'école d'été, IFPO (CC BY-NC-ND 2.0)
Affiche de l’école d’été, IFPO (CC BY-NC-ND 2.0)

Une école doctorale d’été portant sur la lecture et l’analyse des documents administratifs ottomans en langues turque et arabe a été organisée à Amman du 31 août au 3 septembre 2016 par l’Ifpo, l’Orient-Institut – Beirut, l’Université de Jordanie et l’IFEA, avec le soutien du GIS Moyen-Orient et Mondes Musulmans. Elle nous donne l’occasion de faire, à partir des projets de recherches des  participants, un panorama succinct des orientations générales des recherches actuelles sur l’Empire ottoman.

Écrire l’histoire ottomane en intégrant les différentes parties de l’Empire, malgré la diversité linguistique des sources, et en reliant le local et l’impérial, est un projet qui va aujourd’hui de soi. La dizaine d’étudiants qui ont participé à l’école doctorale sont venus avec des projets qui illustrent cet état du champ disciplinaire. Le prisme des documents administratifs a certainement conduit à mettre en relief les travaux portant sur l’État et les institutions, mais il a également mis en lumière le caractère fécond du postulat selon lequel il est impossible de séparer ces institutions de la société.

  1. Une histoire sociale des institutions toujours féconde

Une première série de travaux en cours porte sur les institutions et leur positionnement dans le système étatique et dans la société. Des débats anciens, parmi les protagonistes desquels on pourrait citer Jacques Sauvaget et plus récemment Amnon Cohen, Soraya Faroqhi ou Frédéric Hitzel, portent sur la position des institutions locales par rapport à l’État, telles que les guildes professionnelles, l’activité du muhtasib (contrôleur des marchés) ou les fondations caritatives. Il vaut la peine d’élargir cette approche à d’autres institutions.

Ainsi des institutions de savoir : Gürzat Kami (Université Şehir, Istanbul) explore la transformation du lien entre les oulémas et le gouvernement ottoman lors de la conquête du sultanat mamlouk qui englobait l’Egypte, la Syrie, l’Irak et une partie de l’Arabie. Ce sont alors des oulémas relevant d’une longue tradition, différente de celle qui prédomine en Anatolie et dans les Balkans, qui passent sous tutelle ottomane. La transformation du corps des oulémas consécutive à l’occupation des provinces arabes du Levant ne se résume pas à la prépondérance, nouvelle dans ces dernières, de l’école hanéfite, mais comporte également une dimension de recrutement et de concurrence : les oulémas arabes choisissent-ils massivement d’intégrer l’ilmiyye (l’administration des affaires religieuses, qui englobe le système judiciaire où s’applique la loi islamique) et donc l’organisation de l’État ? Si oui, comment se positionnent-ils par rapport aux oulémas turcophones ?

Muhammad Sa’id Mahmoud Husayn (Université d’Alexandrie) s’intéresse à un objet similaire, mais dans une perspective plus localisée. Il travaille sur les « piliers » / écoles (riwaq-s) de la mosquée Al-Azhar et en particulier sur celui qui accueille les Sa‘idis (originaires du sud de l’Égypte, souvent regardés de haut par la population cairote) au XVIIIe siècle. Le riwaq des Sa‘idis est une institution normative, qui exerce une influence sur la société urbaine qui l’entoure et sur la société haute-égyptienne dont ses membres sont originaires. Il peut contribuer à prolonger le bras de l’État ottoman et du pouvoir mamlouk, ou au contraire, au temps de l’occupation française, à délégitimer le pouvoir en place. Cependant, la relation n’est pas en sens unique, et l’organisation en piliers fait d’Al-Azhar une institution qui se transforme sous l’influence de son recrutement.

Pour une période plus tardive, les recherches de Ceren Aygül (Université Humboldt de Berlin) soulignent elles aussi l’incertitude des rapports entre l’État et des institutions qui, formellement, sont en dehors du périmètre de l’État. Elle prend pour objet une organisation humanitaire, la Société du Croissant-Rouge ottoman. Fondée en 1868 et mise en sommeil après la guerre russo-turque de 1877-1878, elle est réactivée face aux conséquences tragiques de la décennie 1911-1923, durant laquelle s’enchaînent une série de guerres et de violences contre les populations civiles. Cette société, dont le nom renvoie au refus d’accepter le symbole religieusement connoté de la Croix-Rouge, illustre les dynamiques parallèles de communautarisation et d’intégration étatique accélérée que connaît la société ottomane après 1856, puisqu’elle est principalement animée par des non-musulmans. Cependant, ses membres étaient souvent des bureaucrates ou leurs proches, ce qui maintenait un lien organique avec les pouvoirs publics. La période qui commence avec la guerre italo-turque de 1911-1912 peut être caractérisée par une continuité du point de vue du recrutement par rapport à la période antérieure d’activité de la société, mais surtout par un renforcement progressif du contrôle gouvernemental sur cette institution para-étatique. La transformation de la société en une institution quasi-étatique et structurante après l’établissement de la République de Turquie, au nom bientôt turquifié et modernisé en Kızılay, se dessine dès la mobilisation du Croissant-Rouge et son pilotage par le gouvernement durant la Grande guerre.

Murat Bozluolcay (Université du Bosphore / Université de Princeton) s’interroge, lui, non sur les institutions comme interface étatique entre le gouvernement et la société, mais sur la perception par l’État des phénomènes sociaux et sa réactivité à ceux-ci. En étudiant les émeutes de Damas de juillet 1860 et en les rattachant, non à la guerre et aux massacres que connaît le sud de la montagne libanaise les mois précédents mais au fonctionnement de l’État en général dans son processus de réforme, il ambitionne de mettre en évidence le retentissement impérial de l’événement. Il compte également montrer le caractère formateur de 1860 à Damas, comme référence et modèle de ce qu’il faut éviter, dans ce que l’on pourrait appeler la science politique des Tanzimat.

Le souvenir des événements historiques marquants dans la mémoire des institutions est également ce que cherche à appréhender Ferhat Demirel (Université d’Erlangen), qui s’intéresse à l’appréhension des dynamiques et des tournants de la relation syro-turque depuis la Révolte arabe de 1916.

  1. Réinterroger les catégories de l’organisation sociale

Une autre orientation méthodologique privilégiée consiste à interroger les catégories de l’organisation sociale, qu’il s’agisse des catégories employées dans les administrations ou des catégories admises par les historiens. Cette démarche d’historicisation du vocabulaire, toujours riche d’enseignements réflexifs sur notre écriture contemporaine de l’histoire, se révèle une fois encore un ouvroir de recherches stimulantes, diverses par leurs inspirations théoriques mais semblables en ceci qu’elles ne posent pas comme un problème donné la valeur des outils des sciences sociales pour étudier des sociétés et des ensembles culturels différents, mais amènent une interrogation sur le fonctionnement des notion d’organisation sociale et, corrélativement, de mode de vie, de distinction ou de différenciation sociale, et de groupe social ou de classe.

Safiah Al-Salameen (Université de Bamberg) s’intéresse au travail de construction intellectuelle par les administrateurs ottomans des tribus bédouines de la région d’Alep, en mettant l’accent sur les tribus Anizah et Shammar. Son travail assume l’héritage de 30 ans au moins de production sur l’histoire des bédouins face à l’État, mais met l’accent sur l’étude des perceptions ottomanes plutôt que sur les politiques publiques adoptées. Il vise à contextualiser le travail de définition de la notion de tribu dans la correspondance interne à l’État ottoman à partir du Tanzimat, à travers les interactions et conflits entre deux tribus « à problème » et les autres habitants de la région : les conflits de voisinage ou avec les autorités conduisent celles-ci à chercher à les connaître pour les contrôler.

Barbara Henning (Université de Bamberg), s’interroge sur les moyens utilisés dans l’historiographie pour appliquer une sociologie de la différenciation et de la distinction au monde ottoman. Elle questionne plus particulièrement la notion de had, dont le sens  englobe les acceptions sociales et territoriales du mot frontière. Une tradition historiographique a fait de cette notion un instrument essentiel pour penser les hiérarchies et les ségrégations sociales et la constitution d’une société où chacun aurait à connaître sa place. Lorsque les institutions pensent la société ottomane, entre le XVIe et le XVIIIe siècle, elles utilisent des tropes de la différenciation, mais ceux-ci ne se calquent pas aisément sur cette notion de had, dont les occurrences sont d’ailleurs peu fréquentes.

Didier Inowlocki (INALCO), de son côté, s’interroge sur le sens du mot « paysan » (fellah) dans l’histoire sociale de la colonisation britannique en Égypte. En prenant l’incident de Dinshway en 1906 comme point de repère et catalyseur des discours sur les paysans, et s’inspirant des subaltern studies, il réfléchit sur les constructions de la paysannerie par des observateurs extérieurs à celle-ci. Il pose également la question des moyens de retrouver les perceptions de cette paysannerie face à la colonisation. Une perspective utile pouvait être de repérer les continuités avec la période ottomane, qui constitue toujours un cadre intellectuel opérant dans l’administration, et un terme de référence pour les paysans face aux Britanniques.

  1. Reconstruire le local à partir de l’impérial

Une dernière approche se dégage des projets de ces doctorants : la perception de l’État ottoman comme agent de contrôle et de transformation territoriale, et par conséquent, celle des sources administratives ottomanes comme un moyen de reconstruire une information sur le local.

Maissoun Charkawi (Université de Nancy) étudie le passage de l’histoire vers les usages contemporains de l’histoire, à travers les formes de patrimonialisation que connaissent les Territoires palestiniens occupés à l’heure actuelle. Grace au repérage géographique (par l’histoire orale, par les sources locales, mais aussi par les sources ottomanes) des pressoirs à huile, elle réfléchit à l’héritage ottoman et à son passage progressif des marges du patrimoine matériel vers une articulation du patrimoine immatériel et du territoire où les Palestiniens le perpétuent. Les définitions juridiques établies par les conventions internationales distinguent les antiquités antérieures à 1700 d’autres formes de patrimoine matériel qui ne font pas l’objet d’un impératif de protection, ce qui marginalise des objets anciens, mais pas assez anciens, que les constructions matérielles de la mémoire palestinienne ont transformé de longue date en objet de patrimoine, mais qui constituent de fait, faute de répondre aux critères juridiques internationaux, un patrimoine menacé.

Mouhieddine Kherouatou (Université de Constantine 3) entreprend lui aussi un travail de repérage dans l’espace, mais dans une perspective de construction rétrospective d’une histoire de l’architecture de la ville de Constantine. On ne dispose pas de plan systématique de celle-ci avant la conquête française en 1837. L’histoire du bâti se retrouve ainsi gommée par le passé colonial, qui a renommé les lieux, opéré des transformations, et ainsi monopolisé le référentiel de la trame urbaine derrière des informations sur les bâtiments qui parfois constituaient une reconstruction douteuse de l’histoire. L’exploration de l’histoire ottomane, dont ce jeune chercheur suppose qu’elle possédait une forme de connaissance spatialisée de la ville qu’il ambitionne de restituer, permettrait de faire une cartographie de la ville alternative à celle issue de la colonisation.

La diversité d’approches et de centres d’intérêt, tant géographiques que thématiques, parmi les participants était grande. La discussion autour des différentes lectures des mêmes documents, en fonction des affinités historiographiques et théoriques des uns et des autres, a contribué à araser les différents sous-champs de l’histoire ottomane ; probablement aussi, pour certains des participants, à prendre conscience non seulement des exigences, mais des limites de ce qu’ils pouvaient attendre des différents types de sources ottomanes. En revanche, certains des intervenants ont sensibilisé tous les participants, formateurs y compris, aux usages de l’histoire ottomane hors du cadre académique, et fait prendre conscience de l’existence d’un besoin des compétences qu’elle requiert.

Cite this article as: Philippe Bourmaud, "Une écriture de l’histoire ottomanisée : Un aperçu sur quelques recherches en cours sur les mondes ottomans," in Dipnot, 15/11/2016, http://dipnot.hypotheses.org/1977.

In memoriam Xavier de Planhol, ancien membre de l’IFAI/IFEA (1947-1950)

Nous avons appris avec tristesse la disparition de l’éminent géographe Xavier de Planhol (1926-2016), ancien membre-pensionnaire de l’Institut Français d’Archéologie d’Istanbul (IFAI – aujourd’hui IFEA). Après les très riches Mélanges offerts à Xavier de Planhol (2000, IFRI), réunis par le regretté Daniel Balland, disparu avant son maître, en 2013, et les récentes notices1 qui ont été consacrées à ce géographe atypique, il nous semble inutile de retracer à nouveau ici l’ensemble de la carrière comme de prétendre caractériser de façon trop générale l’œuvre si originale, foisonnante et multiforme – aux postulats parfois discutables2 – de ce savant aux curiosités insatiables3.

On s’autorisera donc à centrer notre propos sur les “années turques” de Xavier de Planhol, et spécialement sur son long séjour à l’IFAI, alors dirigé par Albert Gabriel. L’intéressé a fait un récit passionnant et fort spirituel de ces années déterminantes dans l’entretien accordé à Pierre Pinon et Jacques Thobie le 20 décembre 2004, publié dans le catalogue “Albert Gabriel” (1883-1972) paru à Istanbul chez Yapı Kredi en 2007 (p. 217-232). C’est précisément dans ce récit qu’il évoque sa “tante kurde” par alliance – fille du pacha ottoman Nemrut Mustafa Paşa (1886-1936) – qui aurait contribué à son inclination vers l’Orient.

Xavier de Planhol, très jeune agrégé, part à 21 ans à Istanbul – en fait à la place du fils du turcologue Jean Deny, François, jeune géographe prématurément mort à la guerre. Il y sera le dernier membre-chercheur sous l’autorité d’Albert Gabriel, après le tandem H. Metzger (1912-2007) – R. Mantran (1917-1999) que l’on voit disparaître des registres à la fin de l’été 19474.

Mars 1947, extrait d’une page du cahier des dépenses de 1947 de l’IFAI (Archives IFEA, Dossier 11)
Mars 1947, extrait d’une page du cahier des dépenses de 1947 de l’IFAI (Archives IFEA, Dossier 11)

Grâce aux archives de l’IFEA, on peut suivre l’arrivée de X. de Planhol à ce qui est encore l’IFAI fin septembre 1947, jusqu’à son départ le 6 septembre 1950 (la date figure dans les cahiers de compte de l’institution). Pendant trois ans, il consacre chaque hiver à l’étude intensive de la langue turque et passe les étés sur son terrain, dans la « Région des lacs », d’où il revient au début de l’automne « pour passer l’hiver avec Gabriel » (catalogue, p. 221).

Page du cahier des comptes de l’IFAI pour l’année 1947, avec la mention du « Traitement de Mr de Planhol » (source : archives IFEA, Dossier 11)
Page du cahier des comptes de l’IFAI pour l’année 1947, avec la mention du « Traitement de Mr de Planhol » (source : archives IFEA, Dossier 11)
« Relevé des dépenses » …. Janvier 1949-octobre 1949 (source : archives IFEA, Dossier 12)
« Relevé des dépenses » …. Janvier 1949-octobre 1949 (source : archives IFEA, Dossier 12)
Extrait du cahier des dépenses de l’IFAI, septembre 1950 (source : archives IFEA, Dossier 12)
Extrait du cahier des dépenses de l’IFAI, septembre 1950 (source : archives IFEA, Dossier 12)

Trois points frappent quand on considère l’impressionnante biographie de X. de Planhol : la précocité des publications (son premier article scientifique sort alors qu’il a juste 20 ans !), la rapidité avec laquelle il publie en langue turque (dès 1949, dans la Revue de Géographie turque, un article richement illustré5) et le souci manifesté de rendre compte auprès du public francophone des publications en langue turque de ses collègues. D’ailleurs, vite intégré dans la communauté scientifique turque6, au fait des travaux conduits en Turquie, il jouera un rôle de passeur même longtemps après avoir quitté l’Anatolie pour l’Iran, comme en témoignent les nombreux comptes rendus, qu’il publie dans les revues de géographie françaises7. C’est pour toutes ces raisons qu’aujourd’hui encore, X. de Planhol est une référence pour les géographes turcs (et au-delà).

X. de Planhol, « Les types d’habitat troglodyte dans la région de Burdur », Revue de Géographie turque, 1949.
X. de Planhol, « Les types d’habitat troglodyte dans la région de Burdur », Revue de Géographie turque, 1949.
X. de Planhol, « Les types d’habitat troglodyte dans la région de Burdur », Revue de Géographie turque, 1949
X. de Planhol, « Les types d’habitat troglodyte dans la région de Burdur », Revue de Géographie turque, 1949
X. de Planhol, « Les types d’habitat troglodyte dans la région de Burdur », Revue de Géographie turque, 1949
X. de Planhol, « Les types d’habitat troglodyte dans la région de Burdur », Revue de Géographie turque, 1949

L’IFEA est honoré de compter en troisième position dans sa collection historique « Bibliothèque archéologique et historique de l’Institut Français d’Archéologie d’Istanbul » (qui a publié Jestin, Akarca, Melikoff, Benveniste, Laroche, Robert, Grabar et Dumézil !), la magistrale thèse de X. de Planhol, soutenue en 1956 et publiée en 19588. Dans la brève introduction de cette thèse (p. 15-22), Xavier de Planhol évoque son séjour à l’IFAI (p. 19-20) et remercie Jean Deny et Albert Gabriel, ses parrains, ainsi que Louis Robert, le successeur d’Albert Gabriel à la tête de l’IFAI, qui a accepté de publier ladite thèse. Il rappelle aussi que son patron de thèse André Cholley (1886-1968) est venu avec lui, en octobre 1952, sur son terrain. Xavier de Planhol revient en Turquie en août 1955, grâce à une subvention du Centre National de la Recherche Scientifique9, en 1961 – juste au moment de l’exécution du Premier ministre A. Menderes, pour un congrès, puis en 1971 à l’invitation du linguiste et hittitologue, Emmanuel Laroche, son ami.

planhol8
Page de titre de la thèse
Extrait de l’introduction de la thèse (1958, p. 20)
Extrait de l’introduction de la thèse (1958, p. 20)

La thèse de Xavier de Planhol sur le nomadisme et la vie paysanne donna lieu dans la foulée à une contribution dans une publication de l’UNESCO, dirigée par J. Berque, et dans laquelle le défunt retraça l’histoire et la gestion politique des formes de nomadisme en Anatolie10. Notons que l’animal avait une place importante dès les premiers travaux de De Planhol et qu’à ce titre, la somme publiée à la fin de sa vie sur le « paysage animal » s’inscrit dans le prolongement de préoccupations anciennes. Notons aussi son importante contribution à l’étude de la toponymie du sud-ouest anatolien11, apport qui n’est certainement pas sans lien avec sa fréquentation de Louis Robert à l’époque. Les travaux de De Planhol connurent des prolongements en France notamment chez Jean-Paul Roux, Les Traditions des nomades de la Turquie méridionale ((Jean-Paul Roux, Les Traditions des nomades de la Turquie méridionale. Contribution à l’étude des représentations religieuses des sociétés turques d’après les enquêtes effectuées chez les Yôrùk et les Tahtacï par J.-P. R. et K. Ôzbayrï, Paris, Adrien Maisonneuve, 1970, xiv + 412 p., bibl., lexique-index des mots turcs, index des matières, 16 p. (Bibliothèque archéologique et historique de l’Institut français d’Archéologie d’Istambul, XXIV). http://www.persee.fr/docAsPDF/hom_0439-4216_1975_num_15_3_367602.pdf. Citons actuellement les travaux de Michaël Thevenin: http://pastoralismjournal.springeropen.com/articles/10.1186/2041-7136-1-23  )) et il dirigea plusieurs thèses d’une nouvelle génération de turcologues ou iranologues français : citons (de façon non-exhaustive) celle de Paul Dumont, “Le village anatolien dans la littérature turque. Sources pour une histoire des campagnes anatoliennes au XXe siècle” (1971), de Bernard Hourcade, “La Haute vallée du Djadje-Roud (Elbourz central, Iran) : étude de géographie humaine” (1974) et de Marcel Bazin, “Le Tâlech : une région ethnique au nord de l’Iran (1980). Parmi la quarantaine d’autres thèses dirigées par de Xavier de Planhol, on est frappé par l’étendu de l’espace concerné, de la Mauritanie à l’Afghanistan, avec, en particulier, une part importante de thèses portant sur le Maghreb (Algérie puis Maroc), l’Iran, le Liban, la Syrie et la Libye. On remarque aussi l’évolution des thématiques d’une géographie à dominante rurale12 vers une géographie à dominante urbaine13.

Pour finir, qu’il nous soit permis d’exprimer un regret personnel, celui d’avoir trop différé la traduction en turc de la thèse de 1956. Alors qu’il en avait accepté le principe en 2013 – à condition de contrôler lui-même la dite traduction ! – et que nous envisagions même de l’inviter en Turquie à l’occasion de la sortie de cette somme attendue. C’eût été pour l’intéressé l’occasion de revoir la Turquie qu’il n’avait pas revue depuis 1971. Une Turquie qu’il a manifestement beaucoup aimée, dont il pratiquait la langue avec rigueur, et au peuple de laquelle il rend dans l’introduction de sa thèse un respectueux et « affectueux » hommage

« Enfin au-dessus de tout il y a l’hospitalité si large et si simple, si généreuse et si naturelle des paysans turcs. Rudes et francs comme leurs montagnes, il nous ont offert sans compter tout ce qu’ils avaient, le « yoğurt » et le « bulgur » que nous avons partagé avec eux au seuil de leurs cabanes d’été ou, dans le vent frais des soirs d’automne, sur les terrasses aérées des maisons de leurs villages. Ils ont répondu avec une patience méritoire à d’innombrables questions toujours indiscrètes et de but parfois mystérieux. Ce livre est avant tout leur œuvre. Leur modeste interprète tient à leur rendre un hommage collectif de reconnaissance et d’affection »

Xavier De Planhol, De la plaine pamphylienne aux lacs pisidiens…, 1958, p. 21.

Fin de l’introduction de la thèse (1958, p. 21)
Fin de l’introduction de la thèse (1958, p. 21)

Toprağı bol olsun…

Cite this article as: Ségolène Débarre et Jean-François Pérouse, "In memoriam Xavier de Planhol, ancien membre de l’IFAI/IFEA (1947-1950)," in Dipnot, 16/06/2016, http://dipnot.hypotheses.org/1928.

  1. Pour Le Monde : http://www.lemonde.fr/disparitions/article/2016/06/02/la-mort-de-xavier-de-planhol-geographe_4930936_3382.html []
  2. À ce propos voir par exemple : http://next.liberation.fr/livres/2004/09/23/espaces-d-especes_493491 []
  3. Nous renvoyons le lecteur aux mélanges offerts à Xavier de Planhol, et réunis pour la partie “Moyen-Orient” par Daniel Balland sous le titre: Hommes et terres d’Islam Mélanges offerts à Xavier de Planhol, Téhéran, IFRI (Bibliothèque Iranienne 53), 2000. Un premier volume, pour le versant ouest-européen de l’œuvre, était paru quelques années auparavant; voir : Jean-Robert Pitte (dir.) (1995), Géographie Historique et Culturelle de l’Europe: Hommage au Professeur Xavier de Planhol, Paris, Presses de l’Université Paris-Sorbonne. []
  4. Robert Mantran, passé de l’IFAI au Lycée Galatasaray, réapparaît cependant furtivement dans les comptes de l’IFAI durant l’été 1948. []
  5. Xavier De Planhol, 1948-1949, “Burdur Çevresinde Mağara Yerleşme Tipleri” (“Les types d’habitat troglodyte dans la région de Burdur”), Türk Coğrafya Dergisi, Sayı 11-12. Consultable en ligne: http://dergipark.ulakbim.gov.tr/tcd/article/view/1074000284/1074000277. On retrouve dans ce texte l’influence de son maître, Roger Dion, professeur de géographie historique au Collègue de France, dont il cite un article publié dans l’Information Géographique en septembre-octobre 1946 portant sur “les effets de l’insécurité sur le choix des sites d’habitat rural”. []
  6. Il publie notamment plusieurs articles avec Ahmet Ardel (ex. “Isparta Gölcügü (Jeomorfolojik Etüt) – Le Gölcük près d’Isparta (Etude géomorphologique)”, Revue de la Faculté des Sciences de l’Université d’Istanbul, Série B, t. XVI, fasc. 1, 82 p., 1951) et et avec Hamit İnandık, assistant, doçent puis professeur à l’institut de géographie de l’université d’Istanbul, qui était venu faire de la recherche à l’institut de géographie de Paris entre 1953 et 1956 (cf. notamment X. de Planhol et Hamit İnandık, 1956, “Notes Sur La Plaine d’Üzümlü”, Türk Coğrafya Dergisi, Sayı 15-16 et “Études sur la vie de montagne dans le Sud-Ouest de I’Anatolie”, Revue de Géographie Alpine, Grenoble, 1959). []
  7. Ces comptes rendus couvrent un large spectre, de la géomorphologie à la géographie économique. À titre d’exemple, cf. Xavier De Planhol, “Asie”, Annales de Géographie, t. 67, n°364, 1958, p. 567-569; http://www.persee.fr/doc/geo_0003-4010_1958_num_67_364_17028  []
  8. De la plaine pamphylienne aux lacs pisidiens : nomadisme et vie paysanne, Paris, Maisonneuve, Bibliothèque archéologique et historique de l’Institut français d’Archéologie d’Istanbul, III, 1958. []
  9. Comme il l’indique dans l’article qu’il publie à la suite de ce séjour: Xavier de Planhol et Hamit Inandık, « Études sur la vie de montagne dans le Sud-Ouest de l’Anatolie. Le Yesil gol dag et le Boz dag », Revue de géographie alpine, Année 1959, Volume 47, Numéro 3, pp. 375-389. http://www.persee.fr/doc/rga_0035-1121_1959_num_47_3_1931 []
  10. Xavier de Planhol, “Geography, Politics and Nomadism in Anatolia”, in J. Berque (dir.), 1959, “Nomads and Nomadism in the Arid Zone,” International Social Science Journal, 11(4): 525-531. []
  11. Cf. Stéphane De Tapia, La toponymie dans le domaine turc : quelques éléments de réflexion sur l’appropriation de l’espace, 2005, en ligne: http://turcologie.u-strasbg.fr/dets/images/travaux/toponymie%20dans%20le%20domaine%20turc.pdf []
  12. Ex. Seyed-Ali Pour Fickoui, “La Vie pastorale et l’économie de l’élevage en Iran, région de Guilan”, 1976 ; Said Almusawi, “Typologie de diverses situations agricoles dans la région de Maisan (Irak), 1986 ; Samer Raad “Baalbeck, ville et campagne : étude de l’organisation urbaine et régionale”, 1991. []
  13. Ex. Jean-Robert Pitte, “Nouakchott, capitale de la Mauritanie”, 1975 ; Gomaa Tantich, “La géographie industrielle de Tripoli et de sa région”, 1978 ; Manijeh Shakori Partovi Mortazavi, “Deux villes nouvelles industrielles en Iran : Alborz, Saveh (Kouroch)”, 1985 ; Wafa Charafeddine, “La banlieue sud de Beyrouth : structure urbaine et économique”, 1987 ; Salima Boukail Nezzal, “La vieille ville de Constantine : vers quels types d’opérations ?”, 1988 ; Mahmoud Yazdani Amiri, “Eau et assainissement dans l’agglomération de Téhéran, 1988 ; Med Lakhdar Boukail, “Structures du commerce de détail : leur rôle dans l’organisation de l’espace urbain à Constantine”, 1988 ; Mohammed Boufrah, “La ville de Bordj Bou Arreridj : études géographiques”, 1992 ; Mohammad Sadegh Zadeh, “La reconstruction d’une ville détruite (Tabas) : transformation accélérée d’une ville iranienne après le séisme de 1978” ; Mohammad-J Ghassempour, “L’évolution récente de la ville de Sari (Iran)”, 1995 ; Vahid Shali Amini, “Bazar de Téhéran”, 1996 ; Mohamed Diamane, “Une enquête sur le logement à Marrakech : mobilité résidentielle et perception de l’espace-logement et de son environnement”, 1997 ; Ahmad Bachar Iyoun al Nabulsi, “Recherches sur l’espace religieux de Damas. La fonction polarisatrice de la ville traditionnelle”, 1997 ; Noureddine Boulakjam, “Rayonnement géographique de la ville de Khouribga, Maroc”, 1997 ; Mohamed Diamane, “Une enquête sur le logement à Marrakech : mobilité résidentielle et perception de l’espace-logement et de son environnement”, 1999 ; Hassane Kharmich, “L’espace vécu dans la Médina de Meknès (Maroc)”, 1999. []

Un patrimoine insoupçonné: une descente dans les archives de l’IFEA

Située au sous-sol de l’IFEA, la salle des archives est restée longtemps fermée et négligée. Tout se passe comme si l’IFEA pris dans l’urgence de l’événementiel, avec ses chercheurs de passage – aux rotations de plus en plus rapides – pris dans le rythme fou de la recherche par projet, marchait à deux vitesses. Entre le temps, plus ou moins précipité, des activités scientifiques et le temps plus long de l’administration ou du bâti. Pris dans la course aux ‘deadline’, peu d’entre nous se rappellent qu’avant nous, d’autres étaient assis sur ces mêmes chaises, nettoyaient ces mêmes chambres et rangeaient ces mêmes étagères. Comme si l’IFEA, ses bureaux et sa bibliothèque avaient toujours été là, à la disposition de tous. Cependant, l’IFEA a une histoire, et pas des moindres. Une histoire qui s’est constituée à la suite de décisions, d’échanges d’idées, d’actions entreprises et défaites par des chercheurs et des directeurs qui ont plus ou moins marqué l’Institut. Cette série d’initiatives et d’impulsions est perceptible dans les archives de l’IFEA qui garde en mémoire les événements, les personnes et les actions. Descendre dans la salle des archives permet alors d’éclairer les balbutiements liés à la création de l’IFEA- alors Institut français d’archéologie d’Istanbul -, de comprendre la genèse des orientations données, et enfin de constater que si l’énoncé des sujets et la façon de questionner ont changé depuis les années 1930, il n’est rien de complètement nouveau. L’ensemble des chercheurs s’inscrit dans une production du savoir, collective et ancienne, que les archives de l’IFEA permettent d’apprécier, tout en faisant apparaître, dans les nombreuses lettres échangées, la camaraderie, l’entraide mais aussi la compétition et les susceptibilités entre chercheurs.

La salle des archives comprend environ 400 cartons qui vont de 1930 à la fin des années 2000. Sur l’ensemble de la période, le nombre de cartons est cependant loin d’être également réparti. Il est des années peu documentées comme l’année 1998 et au contraire des années phare où le zèle archivistique des directeurs se lit dans le nombre élevé de cartons et la précision de leur contenu. En ce sens, Jean-Louis Bacqué-Grammont détient le record avec 117 cartons pour sa longue période courant de 1984 à 1991. La fin des années 1990 marque donc un pic dans la mise en archives de l’Institut. Au contraire, les premières décennies de l’IFEA sont bien moins documentées. Il existe seulement 24 cartons qui recouvrent la période allant de 1930 à la fin des années 1970 ; ceux-ci offrent un contenu d’autant plus riche que restreint.

Outre des lettres manuscrites écrites par des anciens directeurs tels qu’Albert Gabriel, Henry Corbin, Emmanuel Laroche ou par des chercheurs de renom comme Georges Dumézil, Louis Bazin, on peut aussi y trouver les traces du passage de Maurice Halbwachs ou de Georges Duby. Toutefois, hormis ces grands noms, les archives mettent aussi en lumière des gens de l’ombre qui ont travaillé à l’IFEA pendant de nombreuses années comme Lucie Kesecioğlu (ou plutôt Keseciyan) qui a occupé pendant 42 ans (d’octobre 1934 jusqu’en 1975) le poste de secrétaire et de bibliothécaire.

Les archives recèlent ainsi de nombreux « cahiers de reçus » rappelant la présence d’un personnel administratif qui, à l’instar de Lucie, est longtemps resté fidèle à l’IFEA. Au vu des noms qui figurent sur ces cahiers de reçus, une longue époque (1930-1975) réapparaît sous nos yeux, où les minoritaires étaient en grand nombre à Istanbul et plus particulièrement dans les quartiers voisins de l’IFEA. A titre d’exemple, pour l’année 1940, Calliopi, Katina, Basileos, Margaret ou encore Lucie composaient l’ensemble du personnel fixe. D’autres noms et prénoms, aux connotations semblables, apparaissant aussi sur les documents comptables. Comme ces factures très bien conservées de différents typographes, imprimeurs, quincaillers, ébénistes, artisans marqueteurs qui fournissaient les meubles de l’IFEA, mais surtout de nombreux libraires-éditeurs… À cet égard, les archives peuvent permettent d’établir la cartographie précise de ces professions quasi disparues dont les ateliers et les magasins se trouvaient près de l’avenue d’İstiklal. Les archives permettent aussi d’écrire une histoire de l’institut « par le bas » à travers la présence dans les années 1940, d’une intendante, d’une première bonne, d’une femme de chambre ou d’un chauffeur qui rappellent le destin de ces grandes maisons qui peuvent se raconter à travers la vie de leur petit personnel. Comparer l’IFEA à une maison n’est pas anodin si l’on pense que l’Institut servait de résidence personnelle au directeur jusque dans les années 1990.

conf. Mantran 1988
Carton d’invitation à une conférence donnée par Robert Mantran à l’IFEA en janvier 1988

Par ailleurs, se plonger dans les archives de l’IFEA permet de retrouver la trace d’anciennes conférences, d’anciennes expositions (‘Anatolie Antique’ avril 1990, ‘Istanbul, famille perdue’ mai 1991, ‘Istanbul 1500-1900’ octobre 1988, ‘Pierre Loti, ami de la Turquie’ 1986), d’anciennes campagnes de fouilles ou d’anciennes missions comme celle de Louis Bazin. La trace de toutes ces activités scientifiques permet de comprendre le rôle de l’IFEA dans la co-production du savoir sur le monde turco-ottoman. Comme l’illustre le rôle d’intermédiaire entre les milieux intellectuels turcs et libanais joué par J.-L. Bacqué-Grammont, à l’occasion de la création d’une Association libanaise des études ottomanes. Cette activité témoigne d’intérêts scientifiques communs mais suppose aussi la présence et l’entretien d’un réseau de chercheurs, qui passent par de nombreux échanges de services, des demandes d’appuis et de multiples rencontres. En plus des échanges entre les chercheurs, l’IFEA sert aussi d’interface entre le corps académique et le corps diplomatique auquel l’IFEA doit son existence, qu’elle justifie par la rédaction de nombreux rapports d’activités. Cette fonction d’intermédiaire s’illustre aussi par la lourde correspondance des directeurs avec l’ambassadeur, le conseiller culturel, le sous-directeur des sciences sociales et humaines du Ministère des Affaires Étrangères.

À cet égard, c’est aussi une contribution à l’étude des relations franco-turques que peuvent procurer les archives de l’IFEA à travers les lettres et discours des ambassadeurs, les visites des ministres et présidents de la République française à Istanbul au cours desquelles l’IFEA a tenu une place particulière. Citons à titre d’exemple la visite du Général de Gaulle ou de François Mitterrand, mais aussi deux conférences, une intitulée ‘la perception de la révolution française en Turquie’ et l’autre ‘De la révolution française à la république d’Atatürk’ tenue à l’occasion du bicentenaire de la révolution française.

De manière générale, les années 1980 et 1990, apparaissent comme la période-phare de l’Institut qui s’illustre à travers une intense correspondance, la richesse du programme scientifique, la création de l’ deerchiclass="foappav"e, laes .rga/">Obervaioire rbained’astanbul /a>, oa répligation de lombreuxes lubliqateons lesnombre àlevé de personnel fcientifiqueset 1dministratif q(n 1980, ’IFEA aompre d1serrétaire ecientifiqueset 1espondsblesde Grogramme 192chercheurs, q sirrétaire ln colvieteu une libliothécaire

LDs rmims Manée.en envirt rite. le ralle des archives de l’IFEA tiacaes sbl. à lout – pans lertainem lonfition s #82311;en eermet ranlux coercheurs qui vo lemt lien caA a irt rer le Guis r le Guéseiuses linormeteons sur le mujets eiv>rs ln evriss ue fe ere fparorimarluxraensady e Guésantrer LaApbjctif de rrangsormes les archives dn 1espouscel pruscla rich rcee q prr ln peocuspot e Gecyolve en Iboule #82311;entiacternti

<
rs s lag-aibliothque"lag-adseers de-plfea-lag-afea-lag-anmrieation >
Pdeerchiclass=://wf-ritin:av"e, laes .rga/wpcontent blocgs.ire/1154/fleos20154/122Digtial2jpg">width="474" height="265" srcset="https://f-origin.hypotheses.org/wp-content/blogs.dir/1154/files/20154/122Digtial2500x2869jpg"500w, https://f-origin.hypotheses.org/wp-content/blogs.dir/1154/files/20154/122Digtial2500x168.jpg 500w" https://f-origin.hypotheses.org/wp-content/blogs.dir/1154/files/20154/122Digtial2jpg 31432" sizes="(max-width: 474px) 100vw, 474px" /> p style="text-align: justify">SLrsquo;onnéese0014est lelle deudoutrtnt lnméroque frusclarsquo;IFEA emec suraes sbvment le ronsrétagation de pertinairatiamec lPrs e.eruscla ricve"lnnelle i’urchiologie dem>AnntolieaAntiquea/em> sup>titrl="2ttp://tercoeefr/mweb/evue shom_e/romcritpt/evue anatoa">12/a>ln 1junsd0014 lersquo;Ina,uurteonse IDseers e Gersquo;InEA /em> dn ee IRncortres.d’ilchiologie /em> dur POend Eition Bouks/sup>titrl="2ttp:://wooks/.pen.eition .rga/fea-gd/">1 vnd novmere oinsi due"le rangsort ae dDrsquo;ontres titrl="2ttp://www.aec rcee sitdre fr/mserchi/evouscel/?rib=10670/1.69a0f3">1.ln ee riss entline dersquo;one iutrespertie pncimbr iutee ordtrire .br /> dL confirt on rssae.emec lPrs e.eixe.uent l tlle jes pdvoir ye Ghaucn pn eeège insi de ortiae d7353poges.ln 1ccés dibra"lur Pn pt, l duésu desplus des 0; 00. l148lur P00 cvdès yonseltubles.pn eeséehauee bles.pur Potae dwebTV plus euxs deizinss pdvrislinrs ae pclches nailyae prusclue"lue" lort inss pdehita josqursquo;o trésenc …Les ahivfren se le no permet ina par se pres. r ln pilin ce pctte apérations Les arpectu laès donscetr ue fon pes pioyns disposnbl. , dont lumaine ue feteriols tn ein nciens amprctina pormement ne rdués pr résligation de lel projet,. EL ciss entline de prcuments cue"l uersquo;Inl oirna pe daisiaens leseevpectuae dPusclutrnt lersquo;InEA po pipne par sen enggesent dans lesdibra"lccés dux couscel primeires n eeéeltubs d"le ric rcee Au vt, l netae deocramme se publiqateonsentline duésunl e rdffuion dseongle odele Fremiumsup>titrl="2ttp://www.apen.eition .rga/7957">14/t>lruscl14%d"los yetremcsup>titrl="2L 1 Toris Mollectivnsesup>titrl="2nEA pÇalışmlamrı à lirtr lur Pevue s.rgaoinsi due"lViratAnttolieca (Prs e./Oend Eition Bouks/)tn enttolieaAntiquea (Prs e./evue s.rga">6/t>, danl 40%d" voiumi" vuésu se ong peut ne ibrraère gobili veirata pe d1s t3ans Dns les aaist, dctte abrraère ge ionscer que l" vetremcle vuus oése a , danl 5%dudou l de P cersquo;oehalle je p style="text-align: justify">Sous renjignenseoinsi dn pmue>rent daéj,lien cmpleta uteeil ce titrl="2Pr lrdeeclpihaénique ae CEDEJ lesCistromeJcqus-Beques lesCiEMCA lersquo;InRMC lersquo;InFRA Nier i, Bersquo;onstitut françaiselersquo;otude nain 1 193ont chaisind"ldffuir ln ou duus euxs dubliqateons entlaeiollur Pe vurmeinl titrl="2Vir le rigae de étitiuxs dlése a psu renue .rga ttp://tww.cpen.eition .rga/3245? quinrenvoyollesCasiéchaapa pers la parmeinlpertinaire Une higae dartic le oe

ph sityl="2ext-align: custify">PCnail-U/he2 p style="text-align: justify">SClme sanotcé dntlue>rs eec"lctte aota- il nrsquo;o tiaar sus- on us"lubliqateons Lersquo;ons,uurteonse Potae dwebTVsup>titrl="2ttps://fww.calail-,.tv/roductiuxs ifra-l">9/t>olrespondao tne ioiung e Gstockr ln edffuir los yonsrnue miltipédiaicens ln pnviron ementiest mp;nle ë Tnse gne ent dsupeiolur/ev rcee »< qe Gdfe r letae dana"lussagsrn"le rhauee dudtre mi g dt, m t r m- ietae dvpece p"lstockve euis usn prodetslersquo;orchiiane euripni p"lCnail-, ddfj, éoerte n edffui artlesCiINES (CstromenformatiousNteonsl de leIEse gne ent dSupeiolur)sup>titrl="2ttps://fww.can .r/mromcstrteons/">11iete mermet iannslersquo;onvirage cla rsupromcion de yonier dioalas .br /> dNtae dollectivns ultipédiaicolmarmecltuelsement 2nviron 400-heneec d"lvdèsn e500heneec drsquo;ocudio Pruscltre ers s psu rCnail-, dl nte mfutrprodieer cuteés cimdne e"lout el pfchenrs arusclal petteeclx corims pd effuion Cette feaipclxannslpultre éfvta "lsinte mvienseopti ausclne iutrespol tion Cets s mais …/p> PLl pal=erteoes /he2 p style="text-align: justify">SDl pal=erteoes lersquo;oéoerte ent dng pea apidesent dsertis p une dleta-iormesolme reibesCalme sYut be.,Dnilymti,n u dGooge vdeo nrsquo;ocaar sembla eutait blesdausclronn.lannon vunciiatas .EL cromière d tiaiésslx cbiziresiol josridque d"lel péeta ,dudwebcuteujets"le rrodunea e titrl="2 ceteujets otliorluec PnteritrEL xanne, Lneeogs, hL euue>ir l recqn ee rue i,n ersquo;oIsrnrtrt. Qsésvle "lersquo;oAKPeaneuu taque f"les.i,n eu Web mamoire l"lMsteu en 1ciences suu taque M tin n ta Pu taque fn eSciaea e 112/a>lnsles dL edfot lur PTe qIsrnrtrt lchioessup>titrl="2Te qIsrnrtrt lchioesest ln prganise srns lutilumcteoflréae ntl9906ln easse ntlalliormne Sun ubjctif d tiaersquo;orchiiar le webcn e"lereta r ln pccés duripni p ta confais rnse pttps://frchiiar.rga/ orut/">11 vapea également rnvirage mln.leux vncimnénenstr d"l inle oue don penleteru rexasurigsrnudoigssermsles <édiai titrl="2ttp://www.archiiarsaudioirarnles .r/mr/mc>11.lue peodusantrd" ponsrnue msiislires lx cot e iéc in a ntlours desdettreutueeteonsarooncdssup>titrl="2ersquo;onpsumentiaout sois,heneecses lois use rodets,detbatiose Cmp;s-sAARentiain ncie epuis-janvier 10014eartlersquo;oANRl tauferu rrsquo;on pislinn rsquo;oru t 114/t>ln euasi dmriton<" putemm_ea "letae da ceharqk g . ous ren.i,n rs "lMeit-HALludCCSD (Cstromeauscla cClmeunqateons Sientifique, Drectin)sup>titrl="2ttps://fmeithal.rchiiarsoue>rs s .r/mc>11 dL ralme se titrl="2ersquo;oUnoesrrnue Nmérogue dIéeensiolln eTv niungollttp://tww.cunqt.eumr/ln ettps://fuiria.inor/detesenv nrproddis ra " 116/t>,ont cceple e ortiae PEpooin teons" puchioes /he2 p style="text-align: justify">SFise d"larsquo;onEA pne institut ,n imnais rns nrpdffuita a limoire lout cufeta ue dol pichesse dns lne iromière dihae dctdon penlibliothèque Be efot l" dL rinue e"lBatiich"lThue>retacntl0013pens le"liare darsquo;on pt me eue ovail rusclutilersquo;onvirt ise dannon " puchioes " pin.ions crchiologieue ac"uis ea création d"larsquo;onEA pntl930 llemis c"lmeux intlppaéserter ce eimnrnue OMti,éncntsuir eartlesCfintl"lectmnaetrr lersquo;ooe.irmiue d"la bibliothèque a toavasrrla rsrrnncl a an)rpoavaille -n erndoseiie, leple o"la btmnaetri,n e" pfn< lcumentsires -lersquo;oexme ptyté atique a" puchioes apea rt epriseeartldeerchiclass="foipnot.hypotheses.org/tufeorm/martin" Cilia Martin<,detcrtôn oalme svcad ina f Ipsu <"lh"lmn t enx coavaill qe lceerrrltmnaetrée p"lcuments pscnnee pooes)rpeirnrnun)rptre ë Tass d"lonnéeose » n evlorsgae. Jrsquo;oydetierdreas.bp> PLanégel rnue rsquo;one irott, lque /he2 p style="text-align: justify">SU fan< l eaott,ramhies, deng pn onrsquo;ocail uersquo;one itmnais rnse part enle oartlué-irec dmtitrl="2Puscluus o"lc inl osclel pan< laott,ramhieue acetrouvee pn erscles 11 Cetpan< laoysque cens ln pc irp"ltmnar vteonsro-ccauaroacntiainue srsquo;oajrfer cuterodetslais rns "lpott, lque atmnf rp tdeerchiclass="foipnot.hypotheses.org/tufeorm/cierre"agaun)i>Cieiqe iierre Manaun)i/s><.br /> detprodetslntiatmnaetréep"lnx coiutr Lesiromir cira o trganisr cersquo;occés d ta bvsteu PPrtinairati /he2 p style="text-align: justify">SLrsquo;omplseiilitéslersquo;ossaeectlns let titrl="2SALT (ttp://tallonsiqe .rga/)cntiane ian11om<éaondaudroaes)rp tetae dppael.br /> dUe isl tion otv nque losscltre ne ivimn isl tion qenl rcs lolmar e" poesrrts emneimn:i acps ioacoacle ent ersclesplojci Less eux viiratl. ,cps ioace ouus orsclersquo;oIEA prnn eeslaniue dteeutueeladatpioyns dumaine n ein ncierrr Cete fsuprsansonn m trfutrptpa ése dn pt ockme e toinseecco nrpn pungoien, lrndoseiie,grantisrsup>titrl="2Mms Mêmesde orantisrom119/t> qenn ee crora o pairnno pégel rnutprr ln pnviraetsaeent dtpe ep coaopamprrmeit titrl="2Ltprr age rsquo;oOivctlGvoma pctobre 10014entiaorsquo;oxemple lrsquo;one itmleaordtron coassi f Vir le cettrtri,n e"lrnnper imn:ersclDipetacttp://tipnot.hypotheses.org/t889c>12inrpe s c udiioa lccuilles Mlxlsenep"lorsquo;onEA U ce rsl tion otv nque osrsquo;oajrfer insi dem<éaaction dersquo;otnplotociutctpsrreent .br /> dLrsquo;onstritpt,n tpersquo;oIEA pens le linvense ptpersquo;occés dogra"lnrpnvenmsletirdriuencosscles lubliqateons pégel rnut otlirsquo;o bvudrus oaufe une latsritpt,n ussi ditisscuses plé ra o slemnra oue duseiie, lens lescec putudats orims p pvige ur"Pruscquoi ?Prrth"lue delle sci ornn cuf cœscltpersquo;ontervpératilitésa e d. ,ctytéte ue permet ane ionne,effuion (uecl nteritrEtpetteecà tisposrnu,n t dLtprrobète smn:rndoser le ral tion pesflirse d e ois leuvp teuv OMeit-HALlsvoué lrus oaufecntiaaffoiee ent dnvirage blesdauscln prot lmssaif Unepertiaentnc p Unepem ,diide-psu ti Be r edipnratlprnnolupungnbul q pc, lquul aol pe">SClme sanotcé dntlue>rs eerme a e,effuion (ueFEA de,ea hollse pe d fliem<"le rhacleoalr0he/dipne d >PLicietpr(eni LCé ipetlbert terseercse d a> Cnote_lccy-l(e a uo;Idpupsenup>SClme sanotcé dntlue>rs tif d tornnlemnraes /he2 nne,emnifrosenpns lns dule oartluérsqfot ne,emtipédemniioa.org/tyns SClme sanotcé dntlue>rs foipnt ane dnttafeutuns dmet ce dule ops"fons dme rmeitpe d fripnieeietprn anttafeutuenlxpooinnter/mt ve eusGrançaisesdactmnaeoem">t tosobrli aol pe">SClme sanotcé dntlue>rs entre e d oser leén ion d te_0ret/s>111dcsl">P dc-n ernu Dpriseeaposte esdquo;Meiepnot.ntersqx vfropntpispe d 2ext-alititut ographepnodcours dt/sf,n eitannon pfnliopiela Tass d2ext-ali/dipne n d d"lon n eens lelmete,itutrcépntfeu ens deens llemis lemnratpallpivfrioa ls de:i acps io="uoloscespe d e,emrfutrptpfriootnote n Grleemcnmeteon rCnaoso"lmet epe d fo"len d fvet ens teteeutuaIdpt r desfaise doupet.br /> dNtaelmetet rdoonncion d fopntns oth pt e,emet/1943rngerr l decee .lerse,emn ncq pRsup> qesquo;lss="tteecl.br /"le rr1dccodcomers e,emnition tpe ur"Primarlunote_tperautrenousc">t e yenstt todffui e abrraèd"lo-n a.brri esdmevette prncienusces.oe entse d mt t e yvuo;ns dte tn eori="ut inntefvet rdelecltur lete0014earfvet lel pcumentrsquons,uu/cierre"agaunt d="usup> 19 (note_pe lemte,emonsfeupntnsstretergoue Aslinep"prrioaceer les ae,emis Bazi ur"mn ips"fofdaurs dtrrtotatif d >t e d ur"ge bloser lenail-, dnmet.br /Qslemtb;on<éa d ns dgaes d inquoirnnplemnraeota lecf d ticiemeit titrl="2 cete2rslink"l.rchiiarsoue>rs s .r/mc>11titrl="2Te qIs2nrtrt lchioesest ln prganise srns lutilumcteoflréae ntl99 " totaprrm lte eonrche r lere Omekddentifier_019_943"ilass="uootnote_link"Gonotota-inentief2rslink">titrl="2ttp://2ww.archiiarsaudioirarnles .r/mr/mc>11.lue peodusant qign:d d nrrmrsquo;oe ph d hese>P1dc00hgn:D (sgiuchioes ue osquo;oagtisonn nt ce1dc0terlere rcee rn etpmekdrtp aneidquo"lmetn itte tisposr d Pu taqd heereiqat(CMS d Pu taqd hese>P1dc0 n Pu taqlemnra institquo;oagtisonr lse>nc p "usup> 1n:d note_ Roy Romn zwmleusmn:a Fnslpue/sikae n " nlg/1943rnnte at- l plteeirecncq s"foavie d hur"t/s>Istanvis="Grleemtotaodfue uo;ntltpetpairnrnpmekdquo;oera o note_lemnraén ion d ="usup> 19"lmeteoéo?)cne ntta Lesire nqdormauferDrsqunodtteo?)oser lentrong>Isttiaa://rcd e enantta LesireéaeOAI-PMHn eens lelmete,iss c udirchycéciere,emtpersquo;onEAnqueeceue bimt ao.evavo (ueR-13-CORetpmekdy-l(e a tudulussaMfer tpelg/1943rnent que lg/1943rrchen#8 ns dpt ofoipnsquo;oagtisone, dnteiansts.orguilles hawormreuxesdhawormriansuo;oolusc d2a ntlours desdgiucnte" pboîi trrpetes.assil dprrjritasrrnnll e b;onIstt-align:ga/wpcontent blocgs.ilersqu dusqut/s>ossautrtnt lnméroque frusclarsquo;IFEPn#8 heec93tte #8 ns dioace l tnqueoess limt aotletscd e emt Madtrrtotaperpf rpcd ge blrsque,emeceup>emcie dfot emen#8 nlemnraui, 12t e aopamplemnrauotnrg/1943rtota incn#e rn ruo;occéeiren#8 que e,emes itannteothe
11prrciepas o?)oque"usup> 1o"lmete,emeceup>emueoess lmte d _poa Madne e"teO Ltrrpeclx corats orns d ur"mn icéo?)oqsrnlBtpeéodffeuplerpnoustel ine,emeceup>em3 m- l plsgi inpu#8 a>PLanét/s>titrl="2ersquo2rslink"l.rchiiarsoue>rs s .r/mc>11ln lona.eecn -n"ls-pecsupromcion de-du-cv>ln lona.htmttd2 ren.i,n tot]Eitiepnot. dnrpibliooutesioololp> qipyns dns dur"moluon rpP=frioao;orchiiaps"foP=friop>titrl="2ttps:/2e tions eonscerées,son pes psuiant s p:Pastae ttomane pléRenlxoe lemnrap"lnsady n° 341 ( s5- s6)ecd Mdnehrqunl Adtoa/stroj ao.onscd Priool llemiscdemn,. EL(sgip. pott4/cn pg mn at.eectoate -re auss sa05/r5-341-peate .htmttd2diai dPr rsqepersquP=freceeci do?)oqsrecesti dPmcnmetioarfutce duaee en;ooriodes »d/olodentifier_019_943"ilass="uootnote_link"Gonotota-inentief2rslink">titrl="2ersquo2oUnoesrrnue Nmérogue dIéeensiolln eTv niungollttp://tww.Ibid.ip.49d2;onEA Une uo;occétnppeantiueinsi drpP=frttp:lemte,tbaogne d">nDus-9sgiipetnuefnot:lehcdonncuyenstt t inppt,n tpersquo;oIEA peng00cd pet/srsqucd Prbaogne d">nc p"lm biodf23 /> dL rinplemnrasquo;  Gwn aëse>nrrecelxpoo)cd Ts,nst.hvuo;peclrsquo;p>1meux ins o?)cd TIdpdctddis raef=Mhgn:quclemnraAs,hersquLtmeltpdentifier_014_943"ilass="uootnote_link"Gonotota-inentief2rslink">titrl="2Pusclu2rslink"l.rchiiarsoue>rs s .r/mc>11oqueoess lmt aotletscd e emt MaéoeqmetP=fre eiept lerm brnnp/dipnicdemioiemSClme sanotcé dntlue>rs Ipleup (cop (sp teuvpnvirn:quclemnrat ce1dcquo;oagtisodo?)cdemeceup>oqcd uo;oagt>

t4/cn pejgat de <:a Fer dibr /> Webte_icéef=tsre"lTipi"/s>t4/c"leg los -lenque ="per dioadioa aoorrele_l="mcritpt/s">ol pid="mcritpt/_jets otliorluec Pnte">oiothèque /a>IDseers e">t4/cn p me14 lersquo;Ina,uurteonse IDseers eeent [oiothèque /a>12/a>le 617;eent]brli ol pid="mcritpt/_nrtrt lchioesest ln pr">oiothèque /a"le rangsort ae t4/c"leuir ln ou duus euxs ye Ges leent [oiothèque /a>12/a>le 617;eent]brli ol pid="mcritpt/_ww.archiiarsaudioirarn">oiothèque /aleg nii943"idss entline dersquo;one iutrespertie pncimbr i">t4/cn pg nii943"idss entline dersquo;one iutrespertie pncimbr ieent [oiothèque /a>12/a>le 617;eent]brli ol pid="mcritpt/_onpsumentiaout sois,he">oiothèque /aleg pertinaire Une hypo">t4/cn pg pertinaire Une hypoeent [oiothèque /a>12/a>le 617;eent]brli ol pid="mcritpt/_e tions eonscerées,so">o;t hese>P1dc0edcrtres.d’istanbul q pcooloPe_leno nEA /Kitapyayınev, g/1943<1 Toris Mg/194ollectivnsesup>12/a>le 617;eent]brli ol pid="mcritpt/_oUnoesrrnue Nmérogue">oolo ue Prs e./Oend Eitg/1943 inquoirc #8 de <:a Fntiquea (Proolos e./evue s.rgg/1943">6/t>, danl 40%d" voiuoolomi" vuésu se og/1943">6/t>12/a>le 617;eent]brli ol pid="mcritpt/_s o"lc inl osclel "oPeersquo;InRMC lersquo;InFRA Nier i, Bersquo;onstitut françaiselersquo;otude nain 1 193ont chaisioiothèque /a"le rangsort ae t4/c"leuir ln ou duus euxs lrsquqateoeent [oiothèque /a>12/a>le 617;eent]brli ol pid="mcritpt/_tp://tallonsiqe .rga/)">s.orgpptqigichcdoquerm3 t ecr"mn imc#8 de <:a Fnoiothèque /aleg pertinaire Une higae">t4/cn pg pertinaire Une higaeeent dartic le oe t4/cn p ctyle="text-align: ceft">12/a>le 617;eent]brli ol pid="mcritpt/_mesde orantisromoiothèque /a"leg sganméckr ln edffuir los ">t4/c"leg sganméckr ln edffuir los eent [oiothèque /a>12/a>le 617;eent]brli ol pid="mcritpt/_ge rsquo;oOivctlG">oiothèque /a"leg sntfla rsupromcion de ">t4/c"leg sntfla rsupromcion de eent [oiothèque /a>12/a>le 617;eent]brli ol pid="mcritpt/_erslink"ele_l="mcritpt/">recqn ee rue i,n ersquo;oIsrnrtrt. Qsésvle "lersooloLd itolt taurcdo?)o f"les.i,n eu Web mamoire l"lMsteu en 1ciences suu taque M tin n ta Pu taque fn g/1943nnt/dinticd 112/a>lnsles t4/cn pndeear mn e"lleta-sioeent [oiothèque /a>12/a>le 617;eent]brli ol pid="mcritpt/_enrtrt lchioesest ln pr">06ln easse ntlalliormne Sun ubjctif d tiaersquo;orchiiar le webcn e"lereta r ln pccés duripni p ta confais rnse pttps://frchiiar.rga/ orut/">11 vapea également rnvirageoiothèque /a"le)">11t4/c"le)">1112/a>le 617;eent]brli ol pid="mcritpt/_eww.archiiarsaudioirarn">oiothèque /aleg )">11t4/cn pg )">1112/a>le 617;eent]brli ol pid="mcritpt/_eonpsumentiaout sois,he">olemnratci>nc pe uoe epuis-janvier 10014eartlersquo;oANRl tauferu rrsquo;on pislinn rsquo;oru t t4/cn p/tww.cne ce -teoo n eren rcee .eent o?)oqsrnttar/?tx_lwmsuiaiiliaoiothèque /aleg )%5D=ANR-13-CORD-0016c>114/t>ln euasi dmriton<" putemm_ea "letae da ceharqk g .">t4/cn pg )%5D=ANR-13-CORD-0016c>114/t>ln euasi dmriton<" putemm_ea "letae da ceharqk g .eent [oiothèque /a>12/a>le 617;eent]brli ol pid="mcritpt/_ee tions eonscerées,so">oiothèque /a"lersquo;oéoerte ent dlx cufeec">t4/c"lersquo;oéoerte ent dlx cufeeceent [oiothèque /a>12/a>le 617;eent]brli ol pid="mcritpt/_eoUnoesrrnue Nmérogue">olemnramr/ ptsrrn://fuiria.inor/detesenv nrproddis raoiothèque /aleg "fomoedne">t4/cn pg "fomoedneeent o?)oiothèque /a"leientel p"la">t4/c"leientel p"laeent caffémeto?)ece">116/t>,ont cceple e ortiae 12/a>le 617;eent]brli ol pid="mcritpt/_ns o"lc inl osclel "oPn#8 eusecdte"ue eumc#8 e enn nc0taul.n l esrsqmteltceue b do?) #8 ns dera o cl ntr"ma d ns/a> Cetpan< laoysque ceoiothèque /ale Mlxlsenep"lorsquo;onro">t4/cn p Mlxlsenep"lorsquo;onroeent [oiothèque /a>12/a>le 617;eent]brli ol pid="mcritpt/_etp://tallonsiqe .rga/)">orsquooiothèque /alemne eprimn:a Fn">t4/cn pmne eprimn:a Fneente otaodd n nct/s>11om<éaondaudroaes)rp tetae dppael.br /> dUe isl tion [oiothèque /a>12/a>le 617;eent]brli ol pid="mcritpt/_emesde orantisromivfr l plopree e torsquo;otioigatensclrsquo;onstirle yprnnplodisrpns lrnnpnviron ementietv nque ltpetpairnrnui, lrsquo;ossaeectle fs sri nctpes lonnées, despesfii m- l trnnptioigatenon qois d"le ousrrnnllie Lesireiomte d"lolmac rce dnrpe dynmi dinticd (c me" pn rsquo;o a eide mntianemfutinsclcrteibeqens lescchoixhrsquo;on pungoien,pogra"lnrprantisr">119/t> qenn ee crora o pairnno pégel rnutprr ln pnviraetsa [oiothèque /a>12/a>le 617;eent]brli ol pid="mcritpt/_ege rsquo;oOivctlG">o;il o;one itmleaordtron coassi f Vir le cettrtri,n e"lrnnper imn:ersclDipetacttp://tipnot.hypotheses.org/t889c>12inrpe s c udiooloDoa lcg/1943oiothèque /ale Mlxlsenep"lorsquo;onr89dt4/cn p Mlxlsenep"lorsquo;onr89eent [oiothèque /a>12/a>le 617;eent]brli ol pid="mcritpt/_2rslink"l.rchiiarsoue>r">oiothèque /aleg pt o-uo;.eecla-té -e gr lfdt4/cn pg pt o-uo;.eecla-té -e gr lfeent [oiothèque /a>rm_e/romcritpt/eback">12/a>le 617;eent]brli ol pid="mcritpt/_2nrtrt lchioesest ln pr">oiothèque /aleg pt o-uo;.eecoerte /nakemddt4/cn pg pt o-uo;.eecoerte /nakemdeent [oiothèque /a>12/a>le 617;eent]brli ol pid="mcritpt/_2ww.archiiarsaudioirarn"o«h Omekdrtpn eimsquo;ocaar d rsquo;oe phiiarpertmcn#823 voup> qign:d d nrrmrsquo;oe ph d hese>P1dc00hgn:D (sgiuchioes ue osquo;oagtisonn nt ce1dc0terlere rcee rn etpmekdrtp aneidquo"lmetn itte tisposr d Pu taqd heereiqat(CMS d Pu taqd hese>P1dc0o?) Pu taqlemnra institquo;oagtisonr lse>nc p "usup> 1n:d note_ Roy Romn zwmleusmn:a Fnslpue/sikadt4/c"leg eceup>leusmn:a Fnslpue/sikaeente t"lTipi"/s>Istanvis="Grleemtotaodfue uo;ntltpetpairnrnpmekdquo;oera o note_lemnraén ion d ="usup> 19"lmeteoéo?)cne ntta Lesire nqdormauferDrsqunodtteo?)oser lentrong>Isttiaa://rcd e enantta Lesireéa OAI-PMHn eens lelmete,iss c udirchycéciere,emtpersquo;onEAnqueeceue bimt ao.evavo (ueR-13-CORetpmekdy-l(e a tudulussaMfer tpelg/1943rnent que lg/1943rrchen#8 ns dpt ofoipnsquo;oagtisone, dnteiansts.orgoiothèque /ale hawormreuxesdhawormriansuo;ooluscdt4/cn p hawormreuxesdhawormriansuo;oolusc eent [oiothèque /a>11back">12/a>le 617;eent]brli ol pid="mcritpt/_2rslink"l.rchiiarsoue>r">s.org in23 vuirt prrecefecltuecd pa ef="dcita"pdecd Vlogne d">ln lona.eecn -n"ls-pecsupromcion de-du-cv>ln lona.htmtdt4/cn pg cv>ln lona.eecn -n"ls-pecsupromcion de-du-cv>ln lona.htmteent [oiothèque /a>12/a>le 617;eent]brli ol pid="mcritpt/_2e tions eonscerées,so">Renlxoe lemnrap"lnsady n° 341 ( s5- s6)ecd Mdnehrqunl Adtoa/stroj ao.onscd Priool llemiscdemn,. EL(sgip. potoiothèque /aleg mn at.eectoate -re auss sa05/r5-341-peate .htmtdt4/cn pg mn at.eectoate -re auss sa05/r5-341-peate .htmteent [oiothèque /a>12/a>le 617;eent]brli ol pid="mcritpt/_2oUnoesrrnue Nmérogue">ooloIbid.g/1943p.49 [oiothèque /a>12/a>le 617;eent]brli ol pid="mcritpt/_2s o"lc inl osclel ">oiothèque /aleg etcep.eece elt/ttpu qiteona>12/a>le 617;eent]brli o/ol> < Mv> oiothèque /a>111111 <" dl=",nmcuo;oagt> < Mvele_l="n ity- urdmc oiothèque /a>11oiothèque /a>o#8 P=fra>oiothèque /a>04/11 sal=osf ele_l=" am e vc d">oioele_l="url fte" h lf="t4/cn p Mlxlsenep"lorsquo;on am e/joytleaolu" dl=" am e">Joy Rleaoluo/Tto/sf to/sf t oiothèque /a>L ent todfioolo i/dipo/Tto/sf t < Mv> ssae/dip> < Mvele_l="n ity-edcte r"> SClme sanotcé dntlue>rs Ts Joy Rleaolu (cpr leredtx-BCDi inpee ue)11)">1111n m ur cdt d nepnot.ioo>ichcdoqe"ut eoquinllemnratudnenet/s>113o/Tto/spntetpn< lpe end " pboîi trrss c udlopeclemnraodetred tealemnraipet ur"Pn:do iqu (sidPnoddPgn:qquinllemnraIp, 12omento«rsa rsqu e trpt;t mqutceuee tatntedctttpat#8 ucntet;t pn<"ga(…)Ltrrpet sdmtiaîitdtcdtons,uun Bnsfdo 23 " pboîi ipethesenenet/s>P1 p"ehr Cc asdarticpethPg( ren.i,n <)uo;occédee Qe ron sjump:fisrsrrc"udiai t e a(stfotrp (strsuopsuavuo; (stnolu4emc ascgateojuinLabt dtpe ep uLesiatb;on<éad n nct pn#8 ons,uueuitdmeit icmr lnorre"uldt iteno plr lnrtl2yt u pert aqullemnraooloA;( P1 p"ehr Cc asdarticpethPg( dm" raodetesrdPe aquMseslrlmoz Belemnrae(stnolu40o"ieA > on ssnodfrsqupeink"Gono 61#mcritpt/_ers 61"id=" cRc atoa_ers 61"ele_l"mcritpt/m_e/rnn otpea - cRc atoam_e/r"o 12le="e,  dee Qe ron .br /> dtritpeta d ipetnra uedPrave_lututu( (usico:"ehr T8upvurîtass="om" 8mstratomer.mnraké on Mv> lon crsqritpi e intpeoq dn n An#8;voynsdc"ll notereprhaD/s>mr ln/s>aleilae qme eo ct"csehtnor_lite_lmnnetipm se 1: l(osg2udlopedrt8ui019gs.il9/t>seno9_9l=#8mtded Gl(o tioo(sWdnrri e t dc tnolu4etiquse>icde Prnie. Qbs voyns:"eatiquse>i, e_l="n ity- urdm céo?tb;TWdnsga3943<icWdnororsite_link"Gono 61#mcritpt/_ers 61"id=" cRc atoa_ers 61"ele_l"mcritpt/m_e/rnn otpea1 - cRc atoam_e/r"o 12le="e,  Tsqlmartotapete eieptopérlo i:lDtes.amRe<:a norg m ur cdt, T. Srsga3 if<<31-55m" trrss c udlronIcdtlg43 ila8dP924e b<(o 43en à emp:gr lete001co:"ehr T8umolu rsqnnps :n11 ot8ufe"ues:"ehr Terast>cnmetsqtTsqlmauxot.ae" . Robs mvfqe i8dP o pbéIFiu > ot8ujons,et MurhaD/s>m(stlettfo/s>defsqot:n:"er3trrix intlppaodfp"ehrt ddoipnddPpymtua8dPPg qui pndystrepe deemne qmstltes.mcoquecue qt Fe"Icdnte"tdtA pn0o"lstobtifier_01gaetysdn#8 8dPbs ocoEsus>lemrin:n:"er3trcdig mn anraGotaaqu23 rsu Tlrl npodetnue(o dop:squt>senorri e ce p" .bs olqmetPu"lr atesiquo;oorsqmp:le clemnraod)eceirtIcdpvuty l ké ymtua8ddes943 > TWdq c d rars> oPE8uqrp Qe;:ec ascgate"Icd(l. daesenorl n:"er3tt,e:ectifier_xiquse>i"lst:emorors dm" ué higior ),iimp:a soqn:"er3tn oqn:"er3tAbuzieAKɩzɩcdpv sdmrrix t bs tifiEA eee b11<"laee-aa gin.hypode-n(snstrewp-cz tre/b"fos.qrpe_l54/d2es-le-0h_l=lty- urdm01.pn MCdefsqotAdt1l ymtua. Desib dn:"er3t aquMseslrIFiraXrauc"epn:"er3t"lorsqfigcaplon sf fign: itpg-left: 30px">omento«rsa r rsP dc raieA Roaîitodn se 1924 ascgatn aquMseslrln aa dqn:"er3tvfqurieAcclemg-ldc lothcdtcni d re losos " ppFe"Icd/s>s 1000 Tsv c ior > ipnemn«r000 otetr3etysncnk"Gonoto 61#mcritpt/_3e 61"id=" cRc atoa_3e 61"ele_l=1"mcritpt/m_e/rnn otpea1 - cRc atoam_e/r"o 12le="Ilelr3ttenrr (sidProt s

Pr_0ipntes. c" etiuprrep (nIcdtl.as0012ilon cpacmEAui;(11<"laee-aa gin.hypode-n(snstrewp-cz tre/b"fos.qrpe_l54/d2es-le-0h_l=lty- urdm02.pn MCdefsqotAdt2l Pg qui . Desib dn:"er3t aquMseslrIFiraXrauc"epn:"er3t"loratefigcaplon sf fign: itpg-left: 30px">omento«rsa r rIcdntPraodetrnlxoe"t,ertiolonbfier_019dystP usqntetIFivauq40A Ro50A M(illlstt Muenleqnn loson:cd c aelcei;(Pm (18r000 otetr3etysncnk"Gonoto 61#mcritpt/_3e 61"id=" cRc atoa_3e 61"ele_l=t/emcritpt/m_e/rnn otpet/emcrit atoam_e/r"o 12le="e,  M.W.H. Bucké crreens ljuinL. Robs SemnK"videm 11600Ltrppetnueicm(i (stSmylai aen:"er3tvfqeaEtn:"er3to"ltcedPlEAusleilll ipetq PrnieLoc/s>seodystrept,enscdrnn»as ualestt Muelc ascgatnm"eymtua :ronelc ystolXralstodystreprnn»ue iaeiqiv er8ufe 3ot ou/dipytt mnren:"er3tvfqeaEt crieyst atesiquo;oorsqmp:le clemnraod)eceirtjQgaeE8usrtr2 lce mq e" Roe deintp(sWdnedcto9_9en:"er3te iugn:yiun0rlE ascgatn3o/Tto/spnrWdnororsodyst cuo; e qmet Murnnllp ap st tys. smDn:"er3tv?)cd8usdni d rrntpTPeoglu11mcrit atoam_e/r"o 12le="e,  M.W.H. Bucké crreens ljuinL. Robs Cn:"er3tntPt Muix t A cdtfotrp (rtetnut eaatb;Tps ascgarlEfo"ll l Kqddnsg48.nm"2trrss c udn saooroErsqlmeEAgt i8ldystrepntpT ct ou/dip9_9rcdimeeutuen sme iugn:e arWdn19«r<.bct ascgatnln:"er3tAphrtiiooanqdPcz tinslelcWdnImlg- RoCa ppetnueen13nraAPho KürWdn19 23 RoNmadt Wdn1921qdP RoTipetnueennpink"Gono 61#mcritpt/_ers 61"id=" cRc atoa_ers 61"ele_ vumcritpt/m_e/rnn otpet - cRc atoam_e/r"o 12le="e,  dee Qe ron gi«rRueennp(cuinltifeaTo"rsonmecd mnccrilentpT"lr ((t Mule st tysenmp9/tK"mr pacmEps ;voyce),im"2mp:fisrsrrctrrerrilleqc"erieyst AodystreprroEaojPp apelcss="uonccriWdnT itdtlc43"idql ett"rs#8 Tsqlmarelcior tns ;voyceo9_9oz t RPn glcboît RoaltPate inpeqdPoz t gosentpT0div ertllemnraeutrclerep ocoEeoetrtrtintpno9sao aquMseslrEaltPae ea8iuptn pimadsc01dP Rops itpi e lEes ge te inn3o/Tto/spnit Mutredrt:nt rotrrtsrs anra uet css="-) #8ceec"eoz dn se 1924 ascgatnWdnorors PrnieIcdsugttsrslz BecCsrdPr plllst Ro8ceAuirdrtt Muen:"er3teasceansga39 ymtuaqdPPg qui . Det rifim pacte" crtintperx3 e" t ltes.elccCsrdPtuentpTodnemniup nriuplEen:"er3tnfqeaEt crieyst tt Muen:"er3tt,e tclEes isql/li emln:"er3to3srrnolon e tclEiv n-IFAIœM(itit Muen:"er3te 3p (nAgaeclEmax>PspneAllapfqeyceuec43"idqlcCsrdnose e i8olmocc t gwqoti pdue et;se qmstWdnrcdioddPn.ij4ga" od#8urep oou/clE ptfeun l.acz Besiz dlecCsrdoXectiupre dcnicmtes.es anldt Wdnoa ;( ink"Gono 61#mcritpt/_ers 61"id=" cRc atoa_ers 61"ele_ "mcritpt/m_e/rnn otpeaemnmcrit atoam_e/r"o 12le="e,  M.W.H. Bucké crreens ljuinL. Robs O squo anra uedPrav nque8ut dedaesenorlen:"er3tntpas RoI7 dEt cl #norMins#8eaeeuar ;voyce ::e KâzimPfqe,pre dcn11i(nIcden:"er3tntPraodmco dPiv ertyarg/tn#8malgrEA pnal nut amqsdn ou/dip Roymtua8dt ltes.emrEldt itTg m=emas o, Hcm;kax i3"id# s#8e uo Kü8dPod3epetaoeoin ="0aeeqc"eLifinrec3sPg qui . Cnt Muellltte24ga" ltPvyst lmoce qmrarsPE9_9cnmetsqt smrrvefsleac uartqctes.elntpl eaoty- urdm altP"rasm pdsueAllapob11<"laee-aa gin.hypode-n(snstrewp-cz tre/b"fos.qrpe_l54/d2es-le-0h_l=lty- urdm03.pn MAemPEt crceA" pet pqPg qui . Photq dn:"er3teaoty- urdmIFiraXrauc"epn:"er3t"loratefigcaplon sf fign: itpa>omento«rsa r rU,e=eernn»tedcrt RoI7 d aelE2udoa ;( ipnaoSoln:"er3tengnltrarsco:"ehr Tz E dop:oaltPs;pboltta a nqcn:"er3te 3"ilp9/t>P9/tfTetn:"er3tnui d roaîitrnn»t ancspentpTo dopexanogtiWdnrcdihrti"TPn:"er3teasceant ancanpredink"Gono 61#mcritpt/_ers 61"id=" cRc atoa_ers 61"ele_ "mcritpt/m_e/rnn otpea2 - cRc atoam_e/r"o 12le="e,  Ine>Ps#8 tut aiésttqst) i:" ntn:"cdsn:"er3tegtPt cldefsqotc uart ::e 19_94nsqtPg qui d# anet;siWdnsga om"2uinTmeu"ehr(nIcdedaesenorlaut9_9rnnllp apbdoPeo3ootru Robs Ro19_94nsqtrcdisqu:, bdoPp RoHy cer>P9. smeaoty- urdmunte" ystPf d(icyti dopA e3p eAllaplrl,satbr /> Iu dopen( ytirrit cLtsrs9saoIueutu do-otru Retn:"er3tnusn:"er3tegtn:quss n:"er3trcdi9_9l #f" ymjc0Tl"Tnoga"odfartr230;ernn»ntpTl"Toetrc0T… etnusiodmoccp9/t>t9_9ropeueesqu:, bz EeptiLon s Le943<<8mite_l if Mttoc0Tetn:"er3tnunte"tdtAf prusnoltletscd itcn:"er3t "entpTPrtrpPatatininss c atertlysigwq atororsrastincn:"er3teasceadsuyEA paec43"nucleostrsi so Roalti"ink"Gono 61#mcritpt/_ers 61"id=" cRc atoa_ers 61"ele_ "mcritpt/m_e/rnn otpea2 - cRc atoam_e/r"o 12le="e,  dee Qe ron stne taons,uup"lnsadyIucfim pTetn:"er3t anra uicdise tdnlgtPoz Ep9/volmqstinCa ppet(seemaqullel #peuysi atg mn arep nsg51qdP1960),im"3pboîi trrssoPn#8mlerdartqlrsqmtgaes deuseterLe9cnmetsqtr t Ro dop24g ou/nrcdilootru Roqstcce dcfclts " ppF etn:"er3tnus otcd="#8 cdoltctes.emrEldt ink"Gono 61#mcritpt/_ers 61"id=" cRc atoa_ers 61"ele_3/emcritpt/m_e/rnn otpe3/emcrit atoam_e/r"o 12le="e,  M.W.H. Bucké crreens ljuinLLo apl"Tes;rén eutuend#8urTnofrieedaesenorlastincon:ceAlixo3ootru RoeoanpeectrRo19_94nsqtrcd3o/grars n:"er3to3ootru Ropl"Tbi3"iirrpefsod RoPiooköicpntPj4goltt, inm3ootru Rol upntPi"T(byzr plne?) etn:"er3tnueutue d24g éegoo;occrtleKlqlt tcytitutoltt, ip9/de ic0Tdn#8Nympmnr RoBozn c0L,im"3raodetesrdP(nIcdn amttetitpe pmtctdeuinltildc loEXXecupmtfo"ll l K(nIcdlsibépt,elrl,et coin ="0aeeot.pl etn:"er3tnu=mnui ît Ro s vorttmtcupsvunKnoWdnpetaodtifier;oLclrl,epmtcn:"er3tK"llmocct d nplt9_9cgs.il;on<éapmtqdoregr d- mv ni smmatoivauqt,E9_9aa ginfireleect"llp"ii sm24aodltes.elcK"llmoccee inmeiK"litutqci9/t>t dnt9_9fier_0e smodystrepra tpltes.elcrurapl"ee 3dt c #nyyargdt noWtitu,ensvKnec24aodcn:"er3t "TPrijppltes.elcoin ="0aee3epeecfotrphdoP" ;s tfDt nc"dnltppltes.es tcd i3"iitsqgeillpi"Tz tir rK LEAcCsrd dPt nm3ootru Ronk"Gonoto 61#mcritpt/_3e 61"id=" cRc atoa_3e 61"ele_l=3"mcritpt/m_e/rnn otpea311mcrit atoam_e/r"o 12le="e,  M.W.H. Bucké crreens ljuinL. Robs Ucdic24aceA)cdtppt, n:"er3tt,eluoti pdRPoZec/ fo"ll l petnti iturlen:"er3trcEp9/de i t tn:"er3trcpTdxèlemiodmi-citpalrpPqddnqui;(< (etnu:eEAtPnaoSoldosldte toltt,epe sfcl alrpciT<.l"e ascgatatbr /> C0Tcdiodysetn:"er3tWdnsg48et"Teapl"n#8"tdt p9/lemedemtIFnygiipettrpPatiz dlul nsr ceirt Wtfotrp (rdoqe"utsli94ei d t tn:"er3td="#8 cdolttutu( (unelccCsrdbâPrao tno Ro n:"er3teraXece="irij"llont,oboetn:"er3toe hec #nip" an c 4aodleapfier_0e,prrâodAgt m9/de ic0apl"nMausvpTdPIn:"er3tIdillpsn oi d an ndc eeraXefiepFe"Icdsn:"er3tifierWdnr mtitn:"er3todf d pFe"eaoty- urdmucdi( dcdonsigwql"ncnsp QeAlsiguo;8tsrsm padg étquiz dad anodltes. eo L teoj anmpettrpnoWdnororsite_lmoPn#8mfign: ept/matpethrarnmc3" (cop (max-width: 815utc11-04T17wp-caplon cet;pbereee /;on,n)">11<"laee-aa gin.hypode-n(snstrewp-cz tre/b"fos.qrpe_l54/d2es-le-0h_l=lty- urdm04.pn Micydnorors,avu<:a norg m ur cdt, T. Srsga3 ifig. 16omn(rce/joy"laee-aa gin.hypode-n(snstrewp-cz tre/b"fos.qrpe_l54/d2es-le-0h_l=lty- urdm04.pn width="815" height="488n2(rcset="/joy"laee-aa gin.hypode-n(snstrewp-cz tre/b"fos.qrpe_l54/d2es-le-0h_l=lty- urdm04.pn 815w, sa05"laee-aa gin.hypode-n(snstrewp-cz tre/b"fos.qrpe_l54/d2es-le-0h_l=lty- urdm04-300x179.pn mqqw, sa05"laee-aa gin.hypode-n(snstrewp-cz tre/b"fos.qrpe_l54/d2es-le-0h_l=lty- urdm04-500x299.pn 500w" (ize o(max-width: 815ut) 100vw, 815utc1/sf efigcaplon c atoam_wp-caplon -orns">Prl,esv slrpPqt coin ="0aeepl"nfo"ll l o, sga o Desib dn:"er3teaoty- urdm,oNmadiodc rcEquse>icydnorors,a eo vu<:a norg m ur cdtite_l, T. Srsga3 ifig. 16otefigcaplon sf fign: itpg-left: 30px">omento«rsa r rDAn#8o;(ncct"rs#8 tn:"er3te_l="n ity- urdm suyE d t es;rg mn anraGotaaquet"Todf sd tnona drtt,ec 4nr- ou/tclEod3ep9/ dqnnple(nIcdo;(nci Im3ootru Roapl"nororsild/;on,n)">11<://diptut.hypode-n(snstremcr61"ele_l=3vumcritpt/m_e/rnn otpe3vumcrit atoam_e/r"o 12le="e,  M.W.H. Bucké crreens ljuinLtrtles Dtes.ums dehrsga 23p. 91-380m"3mp:fisrsrrcoWdnsga tntiAra m ur rij"llontink"Gono 61#mcritpt/_ers 61"id=" cRc atoa_ers 61"ele_3"mcritpt/m_e/rnn otpea3mnmcrit atoam_e/r"o 12le="e,  M.W.H. Bucké crreens ljuinL. Robs Dtes.ums 60hrsga623p. 86-335m"3ué higior oWdnsgalemap.512 »pti ::e oz Eac3mmsIFrfier_0pT aoXXdodc rcEeecurusitn:"er3tnm3ootru Ron :eoymtua8dt ld3evojP3evtiooes)nssnott:"eod3eron pnortiolonquse>icydnororsoWdnsga2TWPWdnsga aot oigd cerep n ecCsrd9_9ororses. smntPoe heengnlano. Àe atlce="ifclstob11<://diptut.hypode-n(snstremcr61"ele_l=3"mcritpt/m_e/rnn otpea3/emcrit atoam_e/r"o 12le="e,  M.W.H. Bucké crreens ljuinL. Robs Dtes.ums dehrsga 23p. («-517m"3rrrpn pungre"eaoty- urdmuynr t><"iirRops tutdiu étudnenet/irRo:e nm3ootru Ron :eoorors céo?anra<.Leemaqullink"Gono 61#mcritpt/_ers 61"id=" cRc atoa_ers 61"ele_3"mcritpt/m_e/rnn otpea3 - cRc atoam_e/r"o 12le="e,  Ine>Ps#8 tut aiésttqst) i:" ntn:Dtes.ums div1 plo if<11 DaoXaud R.dipquatl001leoMaop.512 »ptilndc oz Equse>icydnA inmeiKe… ltes. eo C 4nr3e cu/tecCapn m=eeapl"o FAIAcap9/;8ocCapIm3ootru Roaplt BdoPe-Letl00 ite_l, 90pT ascea, ° 23sg4623p. 582 URIt /joy://dx. censtre10.3406/cfim.sg46.78042tbr /> tuA e8oleeadipquNmadiodc rcEquse>icydnororse… ltes. eo vu<:a norg m ur cdtite_l t. Srsga3 ip. 31-55 URLt /joy://www.jercunstrestqocc/41750855tbr /> tuA e8oleeadipquIm3ootru Roapleoororsd… j3 e" eo umsnep"ldehrsga 23pp. 91-380 URIt /joy://dx. censtre10.3406/bch.sga a2805tbr /> tuA e8oleeadipquR t><"iirRops 9_9Nmadig étudnenet/irRo:e nm3ootru Ron :eoorors smo;(ncanra<.Leemaqulle… ltes. eo umsnep"ldiv1 plo ifp. 31-233 URIt /joy://dx. censtre10.3406/bch.sga5.2774tbr /> tuA e8oleeadipquAra m ur rij"llonte… ltes. eo umsnep"l60hrsga623pp. 86-335 URIt /joy://dx. censtre10.3406/bch.sga6.293cdbr /> tuA e8oleeadi eo fd3e ss="uonmpettrpoWdnororsite_l, Pa tpDcBerard23sg5cdbr /> -i943"oedipquNmadiu étudnenet/indc :e nm3ootru Ron :eoorors … j3 e" eo umsnep"ldehrsga 23pp. («-517 URIt /joy://dx. censtre10.3406/bch.sga a28 rabr /> -i943"oedipquRrmne t sv slrpPqndc t,eluo;8oltquse>icydnororsd… eo AJAnep"l3iv1 ploo, p. 331-340. URIt /joy://dx. censtre10.2307/49862pbbr /> -i943"oedipquRrmne t sv slrpPqndc t,eu l #8Equse>icWdnororse… eo RArtite_l, sga5b, p. 152-163aoURLt /joy://www.jercunstrestqocc/4174906pbbr /> -i943"oedipquNdqnoPeleo atg mn anraGotaaquet"TWdnT itdtl… j3 e" eo C 4nr3e cu/tecCapn m=eeapl"o FAIAcap9/;8ocCapIm3ootru Roaplt BdoPe-Letl00 ite_l, 92pT ascea, ° 23sg4ehrp. 430-432 URIt /joy://dx. censtre10.3406/cfim.sg48.783 mpbr /> -i943"oedipquNdqnoPeleo atg mn anraGotaaquet"TWdnT itdtl… j3 e" eo C 4nr3e cu/tecCapn m=eeapl"o FAIAcap9/;8ocCapIm3ootru Roaplt BdoPe-Letl00 ite_l, 92pT ascea, ° 23sg4ehrp. 530-5drtURIt /joy://dx. censtre10.3406/cfim.sg48.7833pbbr /> -i943"oetntiJedipquNmqnoPeleo atg mn anraGotaaquet"TWdnT itdtlleoMaontiMaod-i943"o… j3 e" eo C 4nr3e cu/tecCapn m=eeapl"o FAIAcap9/;8ocCapIm3ootru Roaplt BdoPe-Letl00 ite_l, 93pT ascea, ° 23sg4iv1p.304-306tURIt /joy://dx. censtre10.3406/cfim.sg49.78443bbr /> -i943"oe, HnoPuo at eo RecurusitFAI tipetphin,eleoeeedscquiet"TntiIFAIr pletndKnopeecntpnkte_l Xpbbr /> Pa tpsg55atesiquvu atoam_e/r"o 12s M< uipt/mfoottutd_/emcrit atoam_e/r"o 12 rstle Dt cdcfdc :eo n:"er3tmn ofleosga0quRosg41v1psqot:eosg4udlope5lem [;on,n)">11<://diptut.hypode-n(snstremcr6d="#8 cdol_/emcrit atoam_e/r"o 12-link aottutd-back-link">rtr6 lc]11<://diptut.hypode-n(snstremcr6d="#8 cdol_ - cRc atoam_e/r"o 12-link aottutd-back-link">rtr6 lc]11<://diptut.hypode-n(snstremcr6d="#8 cdol_11mcrit atoam_e/r"o 12-link aottutd-back-link">rtr6 lc]<"iirRops tutdiu étudnenet/irRo:e nm3ootru Ron :eoorors céo?anra<.Maop.512 »ptilltes. eo umsnep" dVrtlhrsga 23p.(«e… ltes. eo umsnep", 5iv1 plo if. 31 ( eo 9_9…iseep9/dee cevnrrars–Tntiseecdisuyapnwq disddP-et"Tod3euo;ar > uRopn:"er3telemn(oleood3e nf a dt nemo tiu éobte et ndc t,eityt aoXXdp9/sobm;per p,i snep"l[;on,n)">11<://diptut.hypode-n(snstremcr6d="#8 cdol_ - cRc atoam_e/r"o 12-link aottutd-back-link">rtr6 lc]11<://diptut.hypode-n(snstremcr6d="#8 cdol_mnmcrit atoam_e/r"o 12-link aottutd-back-link">rtr6 lc]11<://diptut.hypode-n(snstremcr6d="#8 cdol_/emcrit atoam_e/r"o 12-link aottutd-back-link">rtr6 lc]11<://diptut.hypode-n(snstremcr6d="#8 cdol_ - cRc atoam_e/r"o 12-link aottutd-back-link">rtr6 lc]eaoty- urdmtsuyt PitytntitK"ll ké KnmpysiodTrfdqniu nqleoK9/;8lt tc( tcY9/;8lt t),i[;on,n)">11<://diptut.hypode-n(snstremcr6d="#8 cdol_ - cRc atoam_e/r"o 12-link aottutd-back-link">rtr6 lc]Isisqun:eo atPtl00hrinstsrst,erturatertismne3p qcCsrdt;pbopplgaeclEn eii:e nona At<"lr (t,eltmqrfdoqt cdcuentinygt;pboq diturlet neect tcs " ppF etn:"er3tusieraoystP ascgarem [;on,n)">11<://diptut.hypode-n(snstremcr6d="#8 cdol_ - cRc atoam_e/r"o 12-link aottutd-back-link">rtr6 lc]11<://diptut.hypode-n(snstremcr6d="#8 cdol_ - cRc atoam_e/r"o 12-link aottutd-back-link">rtr6 lc]icy P1 p"ehr Cc asdarticoqt cdcfdc :uerun meepn:"er3tI7 d antPm pads g/dipnp tprieAllapifiern#8dP c" pboîietseemaqullesredaesenorl"ues:"ehr Tdtpasdnt eo Maredfcd rurunep"lAodfcrtiior 19_94nsqtMouinnseeL di[;on,n)">11<://diptut.hypode-n(snstremcr6d="#8 cdol_a - cRc atoam_e/r"o 12-link aottutd-back-link">rtr6 lc]11<://diptut.hypode-n(snstremcr6d="#8 cdol_a - cRc atoam_e/r"o 12-link aottutd-back-link">rtr6 lc]11<://diptut.hypode-n(snstremcr6d="#8 cdol_a11mcrit atoam_e/r"o 12-link aottutd-back-link">rtr6 lc]11<://diptut.hypode-n(snstremcr6d="#8 cdol_a - cRc atoam_e/r"o 12-link aottutd-back-link">rtr6 lc] oPE8uqrp Qe;:ec ascgate"Icd(l. daesenorl n:"er3tt,e:ectifier_xiquse>i"lst:emorors di[;on,n)">11<://diptut.hypode-n(snstremcr6d="#8 cdol_amnmcrit atoam_e/r"o 12-link aottutd-back-link">rtr6 lc] oqn:"er3tAbuzieAKɩzɩcdpv sdmrrix t bs tifiEA eee b11<://diptut.hypode-n(snstremcr6d="#8 cdol_a/emcrit atoam_e/r"o 12-link aottutd-back-link">rtr6 lc]11<://diptut.hypode-n(snstremcr6d="#8 cdol_a - cRc atoam_e/r"o 12-link aottutd-back-link">rtr6 lc]11<://diptut.hypode-n(snstremcr6d="#8 cdol_a - cRc atoam_e/r"o 12-link aottutd-back-link">rtr6 lc]11<://diptut.hypode-n(snstremcr6d="#8 cdol_a - cRc atoam_e/r"o 12-link aottutd-back-link">rtr6 lc]11<://diptut.hypode-n(snstremcr6d="#8 cdol_a - cRc atoam_e/r"o 12-link aottutd-back-link">rtr6 lc]11<://diptut.hypode-n(snstremcr6d="#8 cdol_t/emcrit atoam_e/r"o 12-link aottutd-back-link">rtr6 lc]11<://diptut.hypode-n(snstremcr6d="#8 cdol_t - cRc atoam_e/r"o 12-link aottutd-back-link">rtr6 lc]11<://diptut.hypode-n(snstremcr6d="#8 cdol_t11mcrit atoam_e/r"o 12-link aottutd-back-link">rtr6 lc]11<://diptut.hypode-n(snstremcr6d="#8 cdol_t - cRc atoam_e/r"o 12-link aottutd-back-link">rtr6 lc]11<://diptut.hypode-n(snstremcr6d="#8 cdol_tmnmcrit atoam_e/r"o 12-link aottutd-back-link">rtr6 lc]11<://diptut.hypode-n(snstremcr6d="#8 cdol_t/emcrit atoam_e/r"o 12-link aottutd-back-link">rtr6 lc]11<://diptut.hypode-n(snstremcr6d="#8 cdol_t - cRc atoam_e/r"o 12-link aottutd-back-link">rtr6 lc]11<://diptut.hypode-n(snstremcr6d="#8 cdol_t - cRc atoam_e/r"o 12-link aottutd-back-link">rtr6 lc]11<://diptut.hypode-n(snstremcr6d="#8 cdol_t - cRc atoam_e/r"o 12-link aottutd-back-link">rtr6 lc]11<://diptut.hypode-n(snstremcr6d="#8 cdol_t - cRc atoam_e/r"o 12-link aottutd-back-link">rtr6 lc]Lo apl"Tes;rén eutuend#8urTnofrieedaesenorlastincon:ceAlixo3ootru RoeoanpeectrRo19_94nsqtrcd3o/grars n:"er3to3ootru Ropl"Tbi3"iirrpefsod RoPiooköicpntPj4goltt, inm3ootru Rol upntPi"T(byzr plne?) etn:"er3tnueutue d24g éegoo;occrtleKlqlcnrtntitutdc rcdip9/de ic0Tdn#8Nympmnr RoBozn c0L,ii[;on,n)">11<://diptut.hypode-n(snstremcr6d="#8 cdol_3/emcrit atoam_e/r"o 12-link aottutd-back-link">rtr6 lc]11<://diptut.hypode-n(snstremcr6d="#8 cdol_3 - cRc atoam_e/r"o 12-link aottutd-back-link">rtr6 lc]11<://diptut.hypode-n(snstremcr6d="#8 cdol_311mcrit atoam_e/r"o 12-link aottutd-back-link">rtr6 lc]11<://diptut.hypode-n(snstremcr6d="#8 cdol_3 - cRc atoam_e/r"o 12-link aottutd-back-link">rtr6 lc]11<://diptut.hypode-n(snstremcr6d="#8 cdol_3mnmcrit atoam_e/r"o 12le="e,  M.W.back-link">rtr6 lc]11<://diptut.hypode-n(snstremcr6d="#8 cdol_3/emcrit atoam_e/r"o 12-link aottutd-back-link">rtr6 lc]11<://diptut.hypode-n(snstremcr6d="#8 cdol_3 - cRc atoam_e/r"o 12-link aottutd-back-link">rtr6 lc] i[;on,n)">11<://diptut.hypode-n(snstremcr6d="#8 cdol_3 - cRc atoam_e/r"o 12-link aottutd-back-link">rtr6 lc]
< aotdc atoam_ne3py-c0La Melbei onra uelfredotuA e8olnraGotaaquenea>Aranrsnea>ororsita>"lornea>fo"ll l onea>tefaotdc>te prusle> < prusleipt/mna t-83 "e atoam_na t-83 pna Pbdor-na Pstquns-psbm;sh aqitt-stq"dn d hee3pyrijtegopy-a ="0mtes-new3e jtegopy-aranrs ta"-nranrs ta"-bibm;othentp"> e ="0mténnea> a href="/joy://diptut.hypode-n(snstre jtegopye prmnrs"euolsa jtegopy ta"">eranrsnea>
< atoam_ne3py-asilp"> a href="/joy://diptut.hypode-n(snstre83 "euolsabook;ark">P énne3quiz dleo eosibm;othèet"Tl cTopkapı Sui yı MüzesitiM< a href="/joy://diptut.hypode-n(snstre83 "euolsabook;ark">< spl,e atoam_e 3hor vrard"> a atoam_urufn n" href="/joy://diptut.hypode-n(snstree 3hor/jawdyihjablour"euolsae 3hor">jawdyihjablournea>tespl,> a href="/joy://diptut.hypode-n(snstre83 #dtt>LquooTt,ec 4aoe3qt cnea>
pg-left: 30px">omento«rsa r rOqnnplsl tutnriupAgt rmnrrmnurapd(i (st2013,o atsibm;othèet"Tl cMun meepu PalrnqleoTopkapı (TopkapitiMıitiM Sui yı MüzesitiMcKütüpqeyesitiM)9– uRopecplnoigdi:e prmnrssl cdi:en#8olt– u énne3eo FAIt,e:e ) #8nqleo( dsecila le rnn»imne ti tnoIFAIIstq"bul. Fe c meepdi:ix) #8nq(Ahc0LrtlhrE( d0LHaz nd3i,BağdyioK9şkü, Hcz nd, Koğuscer, Med nd, Mehc0d V, Mühürdn tntivuK9tspl,estyl saorns d l :yiun0:Tt,:enlin ">ştspl,estyl saorns d l :yiun0:Tt,:enlin ">kü)nnoPe #cne3prWdnnoPe FAIK"llmoccsl at ccrgdt imnKil/cne #3s as meeuRotcf. itiMGeemasli i>Worldl ncuoy of Iscete nMadsecilpt/cpitiMVol. rtlhrp. 360-364opCptomento«rsa r rLatsibm;othèet"Tl cTopkapitiMı Sui yı MüzesitiMcu énne3eo:e modmtnqlFAIte nTpeff" ymjte l cdoPe:e e 3dt ccrgdt nPj4loum;ote. C 4aodastinbo3eoe 3dtrinsasiluiz d ss=ti"oPe=tietdd#8ur P cd 4aq"disml g ou/pr #ta =avauq strpPatiz dl atBibm;othèet"Ttdeuiml dislemed d l9/; prmpFeoPn#8mlerdartqlrsqmtgaes deuseterCpiskin-iz nlp .tr.mfa">ndc cd td

pg-left: 30px">omento«rsa r rfd3el9/alrnqlFAIedmee3eooz t dirnn»nygs tiIFAIt,emornqmatoltms tiWdnudmenmpprrnnllp a. runtPlz Be #3nus isml g o Kl"neuRocd tdttiodfansusqse4e bAe neuRo ssrrnrl d ="pr:tomento«rsa r rLatsrrnrl d ="prntPneesleliltes. atrfdiooèaod d iltes. FAIeaetrcdiMoet meepds Aghwq(Ağ/cqc ceteitiM),iLatl #3ss=quiz dodTaltPndc cu/ez- cd ndc t,cobdanodne3itsr,iLatsibm;othèet"mntPygs cdboèq dsobd naufq dso; ppecIFnaatpectntil>P9nrmpF,eleo9he uRo16hevvauqrcdip aolilFAIrcdihrti"TuRotBitiMāb üs-Secet,itiMtnn3pr atguo;8tsrsnti atcCsroèaod d) etnu #ta =edsi atBibm;othèet"aoUcdi"lr (cecimaltP aelElmnrrmndc ntPredip Qismuo apedsoguirmpa lFAIteqeaEt"Tbus "Pastiuobt dEemZiya oiçi KCptomento«rsa r rLditurbprp mpeueel sliotnot eyi t ae neuRo ssrrnrl d ="prjpo"prrcdip mernrrfenronlmtitdTrfeEAtlaoUcqmax>Purle inq ( dsecila ntPd 4aaetntismrj bd,i Latl #3ss=quiz dodTaltP8j cdcfrarsonr( dsecila,iCni it t3e te cdioponlmcrar, o e4e bMecmoFAI alritiMtlé ( dsecila ei bd #ts="Palèqlrtexte rhilosophirod3erodq dsood 3iz sHikc0LitiM, FelseftneiMtntMin=neiMıitiMqneiMtronu dopopIbideoPiM, vol. rtlhrp. 625-707 (td atphilosophi"Tnti at"foarod)tntvol. rV, p. 353-558m(td d3e cdurus),i)) ),iL sliotnotsitt atsibm;othèet"mna oèl etcu/in=t,e 9/dni mt cel d ct>e. Eux-otru cteFAIlui>isdn3rodiccct te ntcetopreuodargdt nnetPiqdc>siialtPn duo;lruooi t t,e aqipalrpPqauu nqlé o;lronisapl atsibm;othèet"tfDtes.nr japlFAIlcdittiodfanuRolecpl,ced#cnccpcimsiialtPn dnn(Cpt i>Cp)cd#nisdapl atsibm;othèet"bbr /> oPiMT.C. Küs=ür vtTepizmBakanlığı Topkapı Sui yı MüzesoMüdürlüğü
Sss=qnahc0L, Fl3ih / İSTANBUL
Tisc : 00i0 2«e(«e04 8pbbr /> Fax : 00i0 2«e(26 98 4pbbr /> a href="olrlto:topkapecii y>Puzes@kss=ti.gov.tr"qpe get="_ajnn3"> b>topkapecii y>Puzes@kss=ti.gov.trbbr /> oPbM padlemn nPylo="text-mgn:obo/tfy"> neadlemn> padlemn nPylo="text-mgn:obo/tfy"> i>Ls="lz in=ae ne arrjtoe oig 0L ar aqipalrpPqttottiodfanl reuodargdt iuRolecpl,ceatbr /> /joy://topkapecii y>.gov.tr/en/r dsecilpt/bbr /> oPa>< padlemn nPylo="text-mgn:obo/tfy"> neadlemn> padlemn nPylo="text-mgn:obo/tfy"> i>Cp)cd#nisdaplarMi ;sttsrsl atoss=ti"tntil cTo"a pao padlemn nPylo="text-mgn:obo/tfy">T.C. Küs=ür vtTepizmBakanlığınetPiqdc>bbr /> Küs=ür Varlıkcqcı vtMüze "neGenlleMüdürlüğü
II. TBMM Yanı 06p50AUlèq/oAnkaxtatbr /> Tisc9/dhd p: 00i0 3«e(08 61 35atbr /> Fax: 03«e(08 61 13atbr /> /joy://www.kss=tiserl8ltara.gov.tr/< padlemn nPylo="text-mgn:obo/tfy">E-olrl a href="olrlto:Puzeii /tqittara@kss=ti=tiizm.gov.tr">Puzeii /tqittara@kss=ti=tiizm.gov.trnea>