Archives par mot-clé : bibliographie

L’Égypte ottomane

Décembre 2015
Türkçe çeviri

Terras suis contenta bonis, non indiga mercis
Aut Jovis, in solo tanta est fiducia Nilo

Une terre satisfaite de ses bonnes [choses/qualités], qui n’attend rien du commerce
ou [des faveurs] de Jupiter, dans le Nil est toute sa confiance.
« La Pharsale » de Lucain (Trad. Aude Aylin de Tapia)

Faruk_BiliciLa disparition de l’Empire byzantin laisse au Moyen-Orient principalement trois grandes puissances islamiques au début du XVIe siècle : l’Empire ottoman, l’Empire perse des Safavides et l’Empire mamlouk en Égypte et en Syrie. La suzeraineté de ce dernier empire, dirigé par Qansouh el-Gouri, s’étend jusqu’au sud de la Cappadoce, en Cilicie et aux monts Taurus.

C’est dans un contexte de rivalités politiques, économiques et idéologiques entre ces trois puissances qu’il faut envisager la conquête de l’Égypte par Selim Ier (1512-1520), à la tête de l’Empire ottoman, en conflit avec la nouvelle idéologie chiite radicale safavide, mais également en compétition politique avec l’Empire mamlouk pour l’hégémonie de la Méditerranée orientale, la mer Rouge et les Lieux-Saints de l’Islam (Jérusalem, La Mecque et Médine).

Pour empêcher toute alliance officielle entre Safavides et Mamlouks et pour casser l’encerclement dans son flanc oriental que Selim Ier dirige son expédition en 1516 vers la Syrie et l’Égypte, après avoir infligé une défaite mémorable à Chah Ismail à Çaldıran (1514), puis après avoir annexé le territoire de Düllkadir, vassal des Mamlouks. Ainsi la possession du Kurdistan méridional et des places fortes de Diyarbekir, Mardin, Urfa et Rakka ouvrait la voie vers la Syrie et l’Égypte. La première rencontre des deux armées, ottomane et mamlouk a lieu à Merg Dabek au nord d’Alep, le 24 août 1516. Les Turcs, dotés d’une artillerie puissante, remportent une victoire écrasante et Qansouh el-Gouri périt sur le champ de bataille. À la fin du mois de septembre, toute la Syrie était aux mains des Ottomans. Le nouveau sultan Touman Bay accueille l’armée ottomane à Reydaniyye le 22 janvier 1517. Vaincu, le sultan égyptien défend Le Caire énergiquement, sans succès. Il est exécuté le 13 avril 1517.

L’organisation administrative et économique de l’Égypte ottomane

Selim ne bouleverse pas fondamentalement l’organisation sociale de l’Égypte, il laisse aux Mamlouks loyaux les privilèges et les terres qu’ils avaient auparavant, confiant même le gouvernement à l’un des beys Mamlouks, Khayr Bey jusqu’à sa mort en 1522. Par contre le califat devient une dignité des sultans ottomans.

Avec la conquête de l’Égypte, les pays arabes, à l’exception du Maroc, entrent les uns après les autres dans le giron ottoman, constituant ainsi le plus vaste empire de la Méditerranée depuis les Romains. Les différentes économies régionales forment désormais une économie-monde.

La véritable organisation administrative et fiscale est mise en place à partir de 1525, sous l’autorité du grand vizir Ibrahim Pacha (1493-1536). Le kânun-nâme (règlement fiscal) préparé par le pacha est une sorte de constitution qui restera en vigueur avec plus ou moins de bonheur jusqu’à l’expédition d’Égypte de Bonaparte en 1798. Les pachas (vizirs) et les autres hauts fonctionnaires nommés par le sultan administrent cette gigantesque ferme fiscale qui est l’Égypte.

Pachas ottomans en Égypte se chargent, avec le diwân (Conseil) de la collecte des impôts, de l’envoi du tribut annuel à la cour ottomane, de la réception et de la diffusion des ordres provenant d’Istanbul, des travaux publics, de l’entretien des waqfs et de l’expédition des vivres et des fonds aux villes saintes ainsi que de l’organisation et de la sécurité du pèlerinage.

Des corps de troupes d’infanterie (janissaires) et de cavalerie envoyés par le pouvoir central secondent le gouverneur et le diwân. L’administration provinciale est confiée aux kâşifs (surveillant) équivalents de sancak beyi, qui devient une charge réservée aux chefs Mamlouks. À partir du XVIIe siècle, le pouvoir du pacha ottoman décline, d’ailleurs au profit  de cette classe dirigeante locale (janissaires et Mamlouks) qui se lance dans une lutte pour avoir une part plus importante de revenus fiscaux.

Au XVIIIe siècle, la quasi-totalité du pouvoir économique, politique et administratif est aux mains des maisons Mamlouks, isolées de la population rurale, mais aussi au détriment de la production artisanale. Cette stagnation laisse la place à une pénétration européenne massive. Le pays s’appauvrit à cause du détournement de voies internationales de commerce. Mais surtout le café et le sucre, principaux produits de substitution au commerce médiéval des épices, sont concurrencés par la production en grande quantité et au meilleur prix des Antilles et des îles américaines. Les intermédiaires de ce commerce fructueux sont des Grecs catholiques venant de Syrie.

De simple concession fiscale temporaire de la terre, l’iltizâm (la concession fiscale), base de la puissance économique des Mamlouks se transforme en quasi propriété privée au profit de mültezim, souvent absentéiste et résidant en ville : les multiples intermédiaires cherchent  à augmenter leurs revenus au détriment du paysan (fallah).

Cela dit, dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, la demande croissante des céréales (surtout du riz) par les marchés ottomans et européens, accélère la modernisation des techniques agricoles et la mise en place d’une irrigation permanente, devenant indépendante de la crue du Nil, notamment dans le Delta.

L’Expédition d’Égypte : la fin d’un monde

D’abord François Charles-Roux1 puis Henry Laurens2 ont montré par quel cheminement intellectuel les Lumières (la civilisation) puis la Révolution française (la liberté) ont été conduites à organiser une expédition militaire contre cette province de l’Empire ottoman, pourtant allié de la France depuis le XVIe siècle. Naturellement, la nouvelle configuration de la géographie politique, l’expansion du capitalisme mondial et la compétition politique et économique internationale sont des moteurs immédiats d’une telle entreprise. Dans cette course, l’Empire ottoman, en déclin politiquement, militairement et économiquement depuis la fin du XVIIe siècle, constitue un terrain de choix, d’autant plus que ses deux voisines, la Russie et l’Autriche font partie de ces puissances à la recherche de nouveaux marchés, en symbiose avec l’Europe occidentale.

La supériorité matérielle et intellectuelle européenne qui se manifeste depuis le XVIe siècle, comme une opposition religieuse christianisme / islam, se laïcise au XVIIIe siècle, et avec la Révolution française elle adopte une nouvelle idéologie : la civilisation. La France révolutionnaire se considère comme le creuset de cette idéologie dynamique. Quant à l’Orientalisme, il nourrit cette idéologie.

L’homme qui incarnera le mieux cette idéologie est Bonaparte. Attiré depuis sa jeunesse par l’Orient et passionné de la littérature de voyage et d’analyses sur le Levant, ce jeune général est aussi victorieux devant les armées révolutionnaires.

Le prétexte immédiat d’une expédition militaire en Égypte est la protection du commerce français et surtout la lutte contre les ambitions anglaises d’exclure la France du commerce d’Orient et notamment d’Inde. En réalité, il s’agit d’un vaste programme mal défini, à la fois d’une carrière personnelle, mais aussi d’une tentative de mettre en œuvre des idées des Lumières : libération des peuples opprimés sous le despotisme par l’éducation et la science, création d’une nouvelle humanité sur les nouvelles bases civilisationnelles, élargir pour cela les possibilités économiques et politiques de la nation française dans le monde.

Les trois ans de guerre (1798-1801) au cœur de la Méditerranée orientale ont mobilisé tout l’Empire ottoman, ainsi que la plupart des nations européennes (La Russie, l’Angleterre, mais aussi l’Autriche, l’Espagne etc.). Même si l’Égypte a été libérée de l’Armée d’Orient, ni l’Empire ottoman ni l’Égypte ne seront plus jamais les mêmes. L’Expédition d’Égypte montre à l’Empire ottoman la nécessité évidente et absolue d’une modernisation. Mais elle marque également le début du démembrement accéléré de l’Empire ottoman, le mettant en position d’enjeu jusqu’à la fin de la Première Guerre mondiale.

Sélection bibliographique thématique

L’Égypte ottomane (études en différentes langues)

  • Abdurrahim Abdurrahman Abdurrahim        Les Maghrébins en Égypte  à l’époque ottomane (1517-1798) : Tome 1er         1982    Tunis   TUR Ho 185/
  • Al-Dali  Muhammad Şabri     The Zawiya and Egyptian Society in the 16 th century: A case study of Zawiya al Sha’rani : Tiré à part de Islamic Area Studies Working Paper Series No. 20         2000    Tokyo  TAP 0013/
  • Al-Dali Muhammad Sabri      Shaykhs and the Ottoman Occupation of Egypt: Tiré à part de Islamic Area Studies Working Paper Series No. 22          2001    Tokyo  TAP 0096/
  • « Baldinetti,Anna; Campagne, Pierre » Orientalisme et politique italienne en Égypte  et en Libye : Agriculture familiale en Méditerranée       1995    Tunis   COLL XXXI c 28/
  • Behrens-Abouseif Doris         Egypt’s Adjustment to Ottoman Rule, Institutions, Waqf and Architecture in Cairo (16th and 17th Centuries)      1994    Leiden Tur Ho 596/
  • Charles-Roux François, Deherain Henri       Histoire de la nation égyptienne : Tome VI : L’Égypte  de 1801 à 1882 : Mohamed Aly et sa dynastie jusqu’à l’occupation anglaise : Le Soudan égyptien de Mohamed Aly à Ismaïl Pacha  1936    Paris    H Gén 012 VI/
  • Cohen Amnon, Baer Gabriel (Eds.)  Egypt and Palestine: A Millenium of Association 868-1948 1984    New York    TUR Ho 403/
  • Deherain Henri           Histoire de la nation égyptienne : Tome V : L’Égypte  turque : Pachas et Mameluks du XVIe au XVIIIe siècle : L’expédition du Général Bonaparte 1934    Paris    H Gén 012 V/
  • Denon Vivant  Planches du Voyage dans la Basse et la Haute Égypte  pendant les campagnes du Général Bonaparte       1990    Le Caire          VH Fo 032 /
  • Denon Vivant  Voyage dans la basse et la haute Égypte, pendant les campagnes du Général Bonaparte : Volume I Texte           1989    Le Caire          VH 263/
  • El-Nahal Galal H.       The Judicial Administration of Ottoman Egypt in the Seventeenth Century           1979            Minneapolis    TUR Ho 455/
  • Fahmy, Khaled           All the Pasha’s Men, Mehmed Ali, his army and the making of modern Egypt       2002            Cairo   Tur Ho 1005/
  • Geoffroy Eric Le soufisme en Égypte  et en Syrie sous les derniers Mamelouks et les premiers ottomans : Orientations spirituelles et enjeux culturels 1995    Damas            COLL V 156/
  • Hathaway Jane          The Politics of Households in Ottoman Egypt: The Rise of the Qazdağlıs 1997    New York    TUR Ho 728/
  • Holt P. M        Egypt and the fertile crescent 1516-1922. A political history           1975    London            F TH 129/
  • Jong F. De      Turuq and Turuq-Linked Institutions in Nineteenth Century Egypt: A Historical Study in Organizational Dimensions of Islamic Mysticism     1978    Leiden ISL R 026/
  • Kabrda Joseph           Quelques firmans concernant les relations franco-turques lors de l’expédition de Bonaparte en Égypte  (1798-1799)   1947    Paris    TUR Hd 005/
  • Kuneralp Sinan           Ottoman diplomatic documents on the “eastern question”. Egypt: from Ismail Pasha’s abdication to Hasan Fehmi Pasha’s mission to London 1879-1885           2011    Istanbul           COLL XXX 16/
  • Lellouch Benjamin      « Les Ottomans en Égypte Historiens et conquérants au XVIe siècle »       2006    Leuven            COLL XVI 11/
  • Lellouch Benjamin      Ibn Zunbul un égyptien face à l’universalisme ottoman (seizième siècle) : Tiré à part de Studia Islamica           1994    Paris    TUR Ho 527 (tap)/
  • Mayeur-Jaouen  Catherine    Al-Sayyid Ahmad al-Badawi : Un grand saint de l’islam égyptien   1994    Le Caire   COLL VI G 32/
  • Menassa Laïla,  Laferrière Pierre      La Saqia : Technique et vocabulaire de la roue à eau égyptienne  1974            Le Caire          COLL VI A 067/
  • Mikhail Alan    Nature and Empire in Ottoman Egypt: An Environmental History   2011    Cambridge      ISL G 147/
  • Moreh S. (Ed.)           Al-Jabarti’s Chronicle of the First Seven Month of the French Occupation of Egypt: Muharram-Rajab 1213: 15 June-December 1798: Tarikh Muddat al-Faransis bi-misr      1975    Leiden ISL T 02/
  • Moret A.          Le Nil et la civilisation égyptienne     1926    Paris    H Gén 004 I 07/
  • Panzac, Daniel, Rymond, André       La France et l’Égypte  à l’époque des vice-rois 1805-1882 2004    Le Caire   ISL H 007/
  • Philipp Thomas, Perlmann Moshe (Eds.)     A Guide to Abd al-Rahman al-Jabarti’s History of Egypt: ‘Aja’ib al-Athar fi’l-Tarajim wa’l Akhbar 1994    Stuttgart          TUR Hc 126-03/
  • Philipp Thomas, Perlmann Moshe (Eds.)     Abd al-Rahman al-Jabarti’s History of Egypt: ‘Aja’ib al-Athar fi’l-Tarajim wa’l Akhbar: Text Volumes III et IV  1994    Stuttgart          TUR Hc 126-02/
  • Phılipp Thomas, Perlmann Moshe (Eds.)     Abd al-Rahman al-Jabarti’s History of Egypt: ‘Aja’ib al-Athar fi’l-Tarajim wa’l Akhbar : Text Volumes I et II    1994    Stuttgart          TUR Hc 126-01/
  • Raymond André         Le Caire des janissaires : L’Apogée de la ville ottomane sous ‘Abd-al-Rahmân Katkhudâ            1995    Paris    Obs Urb 539/
  • Raymond André         Grandes villes arabes à l’époque ottomane 1985    Paris    TUR Ho 216/
  • Raymond André         Artisans et commerçants au Caire au XVIIIe siècle : 2 vols           1999    Damas            COLL V 180 I-II
  • Shaw, Stanford J.      The Budget of Ottoman Egypt 1005-1006 / 1596-1597       1968    Paris    TUR Ho 456/
  • Weingarten Judith      The Transformation of Egyptian Taweret into the Minoan Genius  1991    Partille COLL IX 088/
  • Wiet Gaston    Matériaux pour un corpus inscriptionum arabicarum : 1e partie : Égypte: Tome II : Égypte             1930    Le Caire          Ep Ar 10-04/
  • Wiet Gaston    Histoire de la nation égyptienne : Tome IV : L’Égypte  arabe de la conquête arabe à la conquête ottomane : 642-1517 de l’ère chrétienne       1937    Paris    H Gén 012 IV/
  • Wiet, Gaston   Histoire de la nation égyptienne, Tome  IV – L’Égypte  arabe         1937    Paris    Div 214-4/
  • Winter Michael           Society and Religion in Early Ottoman Egypt: Studies in the Writings of ‘Abd al-Wahhab al-Sha’rani      1982    London            TUR Ho 200/
  • Wissa Myriam (Éd.)   The Knowledge Economy and Technological Capabilities, Egypt, the NearEast and the Mediterranean, 2nd millennium B.C. -1st millennium A.D.   2009    Barcelona       COLL LXXXVII 26/
  • The 8th International Congress of Turkish Art, Papers, Summaries, Cairo, 26th September-1st October 1987,  Egyptian Antiquities Organization      [y.y.]    Cairo   F HT 032/
  • The 8th International Congress of Turkish Art, Program, Cairo, 26th September-1st October 1987,  Egyptian Antiquities Organization         [y.y.]    Cairo   F HT 033/
  • Palais et maisons du Caire II : Epoque ottomane (XVIe-XVIIIe siècles)    1988    Paris    SL A 040 II/

L’Égypte ottomane (études en turc)

  • Altundağ, Şinasi         Kavalalı Mehmet Ali Paşa isyani Mısır meselesi 1831-1841, I. kısım         1945    Ankara            TUR Ho 025/
  • Çetin, Atillâ     Kavalalı Mehmed Ali Paşa’nın Mısır valiliği : Osmanlı belgelerine göre      1998    Istanbul            TUR Ho 035/
  • Çetin, Atillâ     Kavalalı Mehmed Ali Paşa’nın Mısır Valiliği : Osmanlı belgelerine göre     1998    Istanbul            TUR Ho 809/
  • Eldem, Halil Etem      Mısırın son Memlûk Sultanı Melik Tumanbay II adına Çorluda bulunan bir kitabe 1935            Istanbul           TUR Ho 133/
  • Erkutun, M. İlkin (Éd.)            Darendeli İzzet Hasan Efendi Ziyânâme, Sadrazam Yusuf Ziya Paşa’nın Napolyon’a Karşı Mısır Seferi (1798-1802)  2009    Istanbul           TUR Hd 099/
  • Evliya Çelebi  Evliya Çelebi Seyahatnamesi : 10uncu cilt : Mısır, Sudan, Habeş (1672-1680)    1938    Istanbul            TUR Hc 020-10/
  • Kahraman, Seyit Ali (Eds.)    Günümüz Türkçesiyle Evliya Çelebi Seyahatnamesi : Mısır, Sudan, Habeşistan, Somali, Cibuti, Kenya, Tanzania: 1. Cilt 10. Kitap    2011    İstanbul           Tur Ho 981-10 a/
  • Kahraman, Seyit Ali (Eds.)    Günümüz Türkçesiyle Evliya Çelebi Seyahatnamesi: Mısır, Sudan, Habeşistan, Somali, Cibuti, Kenya, Tanzania: 2. Cilt 10. Kitap    2011    İstanbul           Tur Ho 981-10 b/
  • Landau, Jacob M.      18. yüzyılda Mısır’la ilgili iki Portekiz kroniği üstüne bazı görüşler : Tiré à part du X. Türk Tarih Kongresi            1994    Ankara            TAP 0022/
  • Mahmud S. Muhammed       XVI. asırda Mısır Eyâleti : Doktora Tezi       1990    Istanbul           TUR Ho 473/
  • Mantran, Robert         Notes sur le kanunname-i Mısır (règlement ottoman de l’Égypte) : Tiré à part des Cahiers de Linguistique, d’Orientalisme et de Slavistique No. 9       1977    y.y.      TUR Ho 136-13 (tap)/
  • Türk silahlı kuvvetleri tarihi : Osmanlı devri : 1798-1802 Osmanlı Fransız harbi (Napolyon’un Mısır seferi) : IIIncü cilt 5nci kısım eki         1987    Ankara            TUR Ho 281/
  • Türkiye Diyanet Vakfı : İslâm Ansiklopedisi : Cilt 29 : Mekteb-Mısır mevlevihanesi          2004    Ankara            TUR Ge 03 II 29/

Voyages

  • Ali Bey Travels of Ali Bey in Morocco, Tripoli, Cyprus, Egypt, Arabia, Syria, and Turkey, Between the Years 1803 and 1807. Written by Himself and Illustrated by Maps and Numerous Plates. 2 vol. vol. 2  1816 (rep 1970)   London            VH 051 II/
  • Ali Bey Travels of Ali Bey in Morocco, Tripoli, Cyprus, Egypt, Arabia, Syria, and Turkey, Between the Years 1803 and 1807. Written by Himself and Illustrated by Maps and Numerous Plates. 2 vol. Vol. 1 1816 (rep 1970)   London            VH 051 I/
  • Al-Kindi           Histoire des Cadis Egyptiens Ahbar qudat Misr      2012    Le Caire          ISL H 133/
  • Alpin Prosper  Voyages en Égypte  1549-1552 : Jean Chesneau, André Thevet 1984    Paris    COLL VI J 24/
  • Amer Henry (Ed.)      Voyage en Égypte  de Balthasar de Monconys 1646-1647 1973    Le Caire          COLL VI J 08/
  • Boullaye-Le-Gouz, De La      Les voyages et observations du Sieur de la Boullaye-Le-Gouz gentil-homme angevin Où sont décrites les Religions, Gouvernements, et situations des Estats et Royaumes d’Italie, Grece, Natolie, Syrie, Perse, Palestine, Karamenie, Kaldée, Assyrie, grand Mogol, Bijapour, Indes Orientales des Portugais, Arabie, Égypte , Hollande, grande Bretagne, Irlande, Dannemark, Pologne, Isles et autres lieux d’Europe, Asie et Affrique, où il a séjourné, le tout enrichy de belles figures         1657    Paris    VH 005/
  • Boullaye-Le-Gouz, De La      Les voyages et observations du Sieur de la Boullaye-Le-Gouz gentil-homme angevin Où sont décrites les Religions, Gouvernements, et situations des Estats et Royaumes d’Italie, Grece, Natolie, Syrie, Perse, Palestine, Karamenie, Kaldée, Assyrie, grand Mogol, Bijapour, Indes Orientales des Portugais, Arabie, Égypte , Hollande, grande Bretagne, Irlande, Dannemark, Pologne, Isles et autres lieux d’Europe, Asie et Affrique, où il a séjourné, le tout enrichy de belles figures         1657    Paris    CD VH 33//
  • Brejnik Claire, Brejnik Antoine (Eds.)            Voyages en Égypte  de Christophe Harant de Polzic et Bezdruzic 1598    1972    Le Caire          COLL VI J 05/
  • Burri Carla, Sauneron Serge (Eds.)  Voyages en Égypte  des années 1589, 1590 et 1591 : Le Vénitien anonyme, Le Seigneur de Villemont, Le Hollandais Jan Sommer   1971    Le Caire          COLL VI J 03/
  • Fenoyl R. De (Ed.)     La médecine des Egyptiens par Prosper Alpin (1581-1584)           1980    Paris    COLL VI J 21 I/
  • Fenoyl R. De (Ed.)     La médecine des Egyptiens par Prosper Alpin (1581-1584)           1980    Paris    COLL VI J 21 II/
  • Flaubert Gustave       Voyages : Tome second : Voyage en Orient : Égypte, Palestine, Asie Mineure, Constantinople, Grèce, Italie (1849-1851), Constantine, Tunis et Carthage (1858)          1948    Paris    VH 204 II/
  • Goyon Georges (Ed.) Voyages en Égypte  d’Anthoine Morison 1697        1976    Le Caire          COLL VI J 17/
  • Heberer Von Bretten Michael            Voyages en Égypte  de Michael Heberer ven Bretten 1585-1586  1976            Le Caire          COLL VI J 18/
  • Letts Malcolm (Ed.)    The Pilgrimage of Arnold von Harff Knight from Cologne, through Italy, Syria, Egypt, Arabia, Ethiopia, Nubia, Palestine, Turkey, France and Spain, which he accomplished in the Years 1496 to 1499    1967    Nendeln          VH 230/
  • Libois Charles (Ed.)    Voyage en Égypte  du Père Antonius Gonzales 1665-1666 II        1977    Le Caire            COLL VI J 19 II/
  • Libois Charles (Ed.)    Voyage en Égypte  du Père Antonius Gonzales 1665-1666 I         1977    Le Caire            COLL VI J 19 I/
  • Lucas Paul      Voyage du Sieur Paul Lucas, fait en M.DCCXIV, etc. par ordre de Louis XIV dans la Turquie, l’Asie, Sourie, Palestine, Haute et Basse Égypte, etc. : Nouvelle édition : Tome Troisième         1724    Rouen            VH 020 III/
  • Lucas Paul      Voyage du Sieur Paul Lucas, fait en M.DCCXIV, etc. par ordre de Louis XIV dans la Turquie, l’Asie, Sourie, Palestine, Haute et Basse Égypte, etc. : Nouvelle édition : Tome second 1724    Rouen VH 020 II/
  • Lucas Paul      Voyage du Sieur Paul Lucas, fait en M.DCCXIV, etc. par ordre de Louis XIV dans la Turquie, l’Asie, Sourie, Palestine, Haute et Basse Égypte, etc. : Nouvelle édition : Tome premier 1724    Rouen VH 020 I/
  • Lucas Paul      Voyage du Sieur Paul Lucas, fait en M.DCCXIV, etc. par ordre de Louis XIV dans la Turquie, l’Asie, Sourie, Palestine, Haute et Basse Égypte, etc. : Nouvelle édition : Tomes I-II-III   1724    Rouen CD VH 32//
  • Pococke Richard       A Description of the East and Some other Countries: Volume the First: Observations on Egypt  1743    London            VH Fo 029 I/
  • Poujoulat Baptistin      Voyage dans l’Asie Mineure en Mésopotamie, à Palmyre, en Syrie, en Palestine et en Égypte : Tome I          1840    Paris    VH 079 I/
  • Poujoulat Baptistin      Voyage dans l’Asie Mineure en Mésopotamie, à Palmyre, en Syrie, en Palestine et en Égypte : Tome II         1841    Paris    VH 079 II/
  • Poujoulat Baptistin      Voyage dans l’Asie Mineure en Mésopotamie, à Palmyre, en Syrie, en Palestine et en Égypte : Tome I          1840    Paris    CD VH 04//
  • Poujoulat Baptistin      Voyage dans l’Asie Mineure en Mésopotamie, à Palmyre, en Syrie, en Palestine et en Égypte : Tome II         1841    Paris    CD VH 06//
  • Sanguin Georges (Ed.)          Voyage en Égypte  de Gabriel Brémond 1643-1645           1974    Le Caire            COLL VI J 12/
  • Sauneron Serge (Ed.)            Le Voyage en Égypte  de Pierre Belon du Mans 1547        1970    Le Caire            COLL VI J 01/
  • Sauneron Serge (Ed.)            Voyages en Égypte  de Jean Coppin 1638-1639 1643-1646          1971    Le Caire   COLL VI J 04/
  • Sauneron Serge (Ed.)            Voyages en Égypte  pendant les années 1587-1588 : H.-L. von Lichtenstein, S. Kiechel, H.-Chr. Teufel, G.-Chr. Fernberger, R. Lubenau, J. Miloïti           1972    Le Caire          COLL VI J 06/
  • Sauneron Serge (Ed.)            Le Voyage en Égypte  de Jean Palerne Forésien 1581      1971    Le Caire            COLL VI J 02/
  • Sauneron Serge (Ed.)            en Égypte  d’Edward Brown 1673-1674       1974    Le Caire          COLL VI J 10/
  • Sauneron Serge (Ed.)            Voyages en Égypte  des années 1597-1601 : Bernardino Amico da Gallipoli, Aquilante Rocchetta, Henry Castela 1974    Le Caire          COLL VI J 11/
  • Schefer Charles (Ed.)            Sefer Nameh : Relation du voyage de Nassiri Khosrau en Syrie, en Palestine, en Égypte, en Arabie et en Perse          1881    Paris    VH 127/
  • Schefer Charles (Ed.)            Le Voyage d’Outremer (Égypte, Mont Sinay, Palestine) de Jean Thenaud Gardien du couvent des Cordeliers d’Angoulême suivi de La Relation de l’Ambassade de Domenico Trevisan auprès du Soudan d’Égypte  1512    1884    Paris    VH 132/
  • Volkoff Oleg V.          Voyageurs russes en Égypte           1972    Le Caire          COLL VI F 32/
  • Volkoff Oleg V. (Ed.) Voyages en Égypte  des années 1611-1612 : George Sandys, William Lithgow  1973            Le Caire          COLL VI J 07/
  • Volkoff Oleg V. (Ed.) Voyages en Égypte  de Johann Wild 1606-1610     1973    Le Caire          COLL VI J 09/
  • Volkoff Oleg V. (Ed.) Voyages en Égypte  des années 1634, 1635 et 1636 : Henry Blunt, Jacques Albert, Santo Seguezzi, George Chr. von Neitzschitz        1974    Le Caire          COLL VI J 13/
  • Volney Voyage en Égypte  et en Syrie         1959    Paris    VH 221/
  • Walle Baudouin Van De (Ed.)           Voyage en Égypte : Vincent Stochove, Gilles Fermanel, Robert Fauvel 1631    1975    Le Caire          COLL VI J 15/
  • Walz Terence Trade between Egypt and Bilad As-Sudan 1700-1820        1978    Le Caire          COLL VI G 08/
  • Wittman William         Travels in Turkey, Asia-Minor, Syria, and across the Desert into Egypt during the Years 1799, 1800 and 1801 in company with the Turkish Army, and the British Military Mission           1803    London            VH 038/
  • Pīrī Re’īs, Evliyā Çelebī          Deux regards ottomans sur Alexandrie, traduits et commentés par Jean-Louis Bacqué-Grammont et Michel Tuchscherer  2013    Alexandrie      COLL 114-30

Expédition d’Égypte

  • Boustany Salaheddine           The Press during the French Expedition in Egypt 1798-1801 : Tiré à part des Cahiers d’Histoire Egyptienne Série VI No. 1 Mars 1954    1954    Le Caire          ISL H 047 (tap)/
  • Laurens Henry           Les origines intellectuelles de l’expédition d’Égypte : L’Orientalisme Islamisant en France 1698-1798      1987    Istanbul           COLL XV 05
  • Laurens Henry (Ed.)  Kléber en Égypte  1798-1800 I : Kléber, commandant en chef 1798-1799 1988    Paris            COLL VI J 25 I/
  • Laurens Henry (Ed.)  Kléber en Égypte  1798-1800 I : Kléber, commandant en chef 1798-1799 1988    Paris            COLL VI J 25 II/
  • Laurens Jacques, Laurens Henry (Eds.)      Kléber en Égypte  1798-1800 IV : Kléber, commandant en chef 1799-1800      1995    Paris    COLL VI J 25 IV/
  • Laurens Jacques, Laurens Henry (Eds.)      Kléber en Égypte  1798-1800 III : Kléber, commandant en chef 1799-1800      1995    Paris    COLL VI J 25 III/
  • Raymond André         Égyptiens et français au Caire, 1798-1801  1998    Le Caire          TUR Hr 209/
  • Shmuelevitz Aryeh (Ed.)       Napoleon and the French in Egypt and the Holy Land 1798-1801: Articles Presented at the 2nd International Congress of Napoleonic Studies: Israel, July 4-11, 1999        2002    Istanbul            H Gén 217/
  • Wassef Amin Sami    L’information et la presse officielle en Égypte  Jusqu’à la fin de l’occupation française            1975    Le Caire          COLL VI F 17/
Cite this article as: Faruk Bilici, "L’Égypte ottomane," in Dipnot, 01/12/2015, http://dipnot.hypotheses.org/1846.
  1. Les origines de l’expédition d’Égypte, Paris, Plon, 1910 []
  2. Les origines intellectuelles de l’expédition d’Égypte : L’Orientalisme islamisant en France 1698-1798, Istanbul, IFEA, 1987 []

Bref décryptage de la politique par les grands projets de l’AKP

17Mai 2015

Türkçe çeviri

La « Vision 2023 » ou encore la « Nouvelle Turquie », promues par l’AKP dans la perspective du centenaire de la République se composent de listes de grands projets supposés matérialiser, mesurer et attester des avancées technologiques et économiques de la Turquie sous la direction de ce parti. Au-delà de la question de la cohérence, des conséquences sociales et environnementales ou encore de la faisabilité de cette profusion de grands projets d’infrastructure (le troisième pont, le troisième aéroport, le canal d’Istanbul, etc.), énergétiques (construction de centaines de centrales thermiques, deux centrales nucléaires d’ici 2023, etc.) et de défense (indigénisation de la production de tanks, d’hélicoptères, d’avions de chasse, de satellites, etc.), ce présentoir vise à mieux éclairer ses effets et causes en termes de (dé)-légitimation du gouvernement. Bien que la politique des grands travaux impulsée par l’AKP ne soit l’apanage ni de ce parti ni de la Turquie, certaines significations socio-historiques tout comme le contexte actuel, en décalage apparent avec la prégnance de l’idéologie néolibérale et l’interdépendance croissante des économies nationales, n’en demeurent pas moins spécifiques.

Les grands projets de modernisation de l’économie turque -compris notamment en termes d’indépendance financière, industrielle et technologique- ont toujours été au cœur des priorités étatiques de la jeune République comme le prouvent le Congrès d’Izmir en 1923, la voiture nationale Devrim en 1961, le Fonds de Soutien à l’Industrie de la Défense en 1985 (SSDF) et aujourd’hui le char « 100% turc » Altay. Cette attention particulière dérive notamment du traumatisme de la défaite de l’Empire ottoman, généralement associé à sa forte dépendance aux savoir-faire et aux capitaux européens, auquel s’articule une foi positiviste fortement relayée par le pouvoir militaire turc comme l’atteste la création du DPT durant la junte 1960-1961. Le concept central de kalkınma utilisé fréquemment par les autorités turques traduit notamment ce glissement sémantique du développement comme progrès (terakki) vers le redressement économique. Kalkınma suppose donc une double comparaison à la fois temporelle (par rapport à l’Empire ottoman) et spatiale (par rapport à l’« Occident »).  Le K de l’AKP (Adalet ve Kalkınma Partisi), cette forte valorisation du développement réduite à la scène économique se situe ainsi à l’intersection de la montée en puissance de la logique néolibérale et de la réappropriation d’une tradition positiviste, source de prestige mais aussi de protection face aux accusations d’activités réactionnaires (irtica), traditionnellement faites à l’encontre de l’islam politique turc pour mieux le délégitimer. Ce passage d’un Empire vers un Etat-nation s’est également traduit par une indigénisation de l’économie, indissociable de l’éviction forcée et de la disparition d’une bourgeoisie cosmopolite, issue en grande partie des minorités, au profit d’une nouvelle élite turque, musulmane, sunnite jugée plus fidèle à l’Etat et à la patrie. Les grandes organisations patronales nationales telles que la Tüsiad mais aussi la dite « indépendante » Müsiad, sont les héritières de ces assimilations réciproques des élites politiques, étatiques et économiques sous la République turque. La nette accélération des privatisations enregistrées depuis 2005 ne constitue pas une rupture avec ces pratiques au profit des acteurs économiques mais bien une nouvelle modalité d’exercice du pouvoir étatique et politique par leur intermédiaire. Ces grands projets de modernisation de l’économie turque par la voie de sa libéralisation contribuent ainsi à une diversification des relations clientélistes qui entretiennent des liens ambivalents avec un cadre légal national, lui-même fortement politisé. Source de légitimation, ces chevauchements peuvent aussi, s’ils sont rendus visibles, délégitimer le pouvoir politique.

À l’échelle internationale, cette inflation de grands projets qui coïncide également avec l’éloignement de la perspective d’une adhésion européenne suscite de nombreuses interrogations. Dans quelle mesure peut-on même  considérer ces grands projets technologiques, énergétiques et urbains menés par le gouvernement turc comme des substituts réifiés du grand projet politique européen ou à l’inverse comme des symboles d’une extraversion nationale ambivalente ? L’obsession du positionnement de la Turquie et de la commensurabilité avec l’UE contrastent ainsi avec le déni turc de l’existence d’une compétition au sein du monde dit musulman au profit des concepts de complémentarité et coopération. Ce double standard contribue ainsi à naturaliser le leadership turc parmi ces « pays frères ». De la même façon, si ces grands projets industriels matérialisent officiellement une volonté affichée du gouvernement d’autonomisation vis-à-vis de l’économie et des technologies dites occidentales, dans la pratique ils contribuent à l’internationalisation de l’économie turque en faisant notamment l’objet de multiples réappropriations, détournements et négociations.  Fer de lance de la diplomatie économique, cette dépendance turque constitue également un instrument politique d’affirmation nationale et d’internationalisation de pratiques clientélistes face aux entreprises et gouvernements étrangers -en particulier européens- désireux d’élargir leur marché. Ainsi la non-ouverture, cette fois côté Turquie, du chapitre européen « Marchés publics » est révélatrice d’un usage politique et partisan des grands projets ainsi que du maintien d’une certaine marge de manœuvre vis-à-vis de ses « partenaires-fournisseurs » européens.

La politique des grands projets en Turquie ou plutôt cette politique par les grands projets se traduit également par une mise en chiffre du politique ainsi qu’un usage du temps et de la durée comme matières de la dernière utopie progressiste. Futur par crédit ou crédit sur le futur, cette fuite en avant par des grands projets contribue ainsi à la fois à la légitimation du pouvoir, à la suppression du politique tout en participant à un défaussement des responsabilités gouvernementales.

D’après ces différentes pistes, « Vizyon 2023 » s’inscrit donc pleinement dans la globalisation tout en gardant des significations propres, liées à la trajectoire socio-historique du pays et à son rapport  ambivalent avec l’Europe. Loin d’être anachronique par rapport à un supposé modèle à taille unique de développement européen, ces grands travaux sont la preuve d’une multiplicité de globalisations.

Cette bibliographie sélective (dont une partie est consultable à la bibliothèque de l’IFEA) cherche à fournir quelques pistes de lectures et de réflexion sur les significations socio-historiques de cette profusion de grands projets en Turquie.

Bibliographie

  • – BALI R. (2010), L’Affaire impôt sur la fortune, İstanbul, Libra Yayınevi
  • – BALKAN N., BALKAN E., ÖNCÜ A.(2014), Neoliberalizm, islamci sermayenin yükselişi ve AKP, Yordam Kitap, İstanbul
  • – BARE J-F (2007), «  De l’anthropologie au développement et retour », Revue du Tiers Monde, n°191, vol. 3,  juillet-septembre. cf: https://www.cairn.info/zen.php?ID_ARTICLE=RTM_191_0591
  • – BATUR H. (1998), From rational reformism to neoliberal centralism: institutionnal politics of economic bureaucracy in Turkey, PhD of Political Science, Boğaziçi University.
  • – BIANCHI R. (1984), Interest Groups and Political Developpement in Turkey, Princeton, Princeton University Press
  • – BORATAV K. (1993), Türkiye İktisat tarihi (1908-1985), İstanbul, Gerçek Yayınevi.
  • – BORATAV K. TÜRKCAN E. (1993), Türkiye’de Sanayileşmenin yeni boyutları ve KİTler, İstanbul, Tarih Vakfı Yurt Yayınları
  • – BUĞRA, A. (1994), State and Business in Modern Turkey. A Comparative Study, Albany, State University of New York Press
  • – BUĞRA, A. (1995), Devlet ve Işadamları, Istanbul, İletişim
  • – BUĞRA A., SAVAKSAN O. (2014), Türkiye’de Yeni Kapitalizm. Siyaset, Din ve İş Dünyası, İstanbul, İletişim
  • – ELDEM, Edhem (2003), « Capitulations and Western Trade » in FAROQUI S. (ed.), The Cambridge History of Turkey, vol. 3, Cambridge, Cambridge University Press, pp. 283-336.
  • – ELDEM, Edhem (1994), Banque impériale ottomane. Inventaire commenté des archives, Varia Turcica, n°XXV
  • – İNAN A. (1982), İzmir İktisat Kongresi 17 Şubat – 4 Mart 1923, Ankara, Türk Tarih Kurumu Basımevi, 1982
  • – İNSEL A. (1984), La Turquie entre l’ordre et le développement, Paris, L’Harmattan
  • – KANGAL S., « Fin de l’empire ottoman : insertion dans la division internationale du travail (1880-1913) », Communication au Vème Congrès international sur l’histoire économique et sociale de la Turquie, ERSI Amiens
  • – KANSU G. (2003), Planlı Yıllar (anılarla DTP’nin öyküsü), İstanbul, İş Kültür Yayınları
  • – KEYDER C. (1993), Türkiye’de Devlet ve Sınıflar, İstanbul, İletişim
  • – KEYDER C. (2009), The Definition of a peripheral economy: Turkey 1923-1929, Cambridge, Cambridge University Press.
  • – PAMUK, Şevket (2000), A Monetary History of the Ottoman Empire, Cambridge University Press, Cambridge
  • – PEROUSE J-F (2004), La Turquie en Marche. Les grandes mutations depuis 1980. Paris, Ed de la  Martinière, pp.259-347
  • – PEROUSE J-F (2013), « L’Etat sans le Public : quelques conjectures à propos de l’Administration du logement collectif (TOKI) » dans AYMES M., GOURISSE B., MASSICARD E. (dir), L’art de l’Etat en Turquie. Arrangements de l’action publique de la fin de l’Empire ottoman à nos jours, Istanbul, Karthala
  • – PEROUSE J-F (2014), « Planification régionale et territoriale en Turquie », présentoir IFEA décembre 2014
  • – ŞENSES F. (2004), « Neoliberal Küreselleşme kalkınma için bir fırsat mı, engel mi ? », Working Paper in Economics, n°4, vol.9, METU economic research center (ERC) http://www.erc.metu.edu/menu/series04/0409.pdf
  • – THOBIE J. (1995), « Les banques étrangères dans l’Empire ottoman jusqu’à la Première Guerre mondiale »,  Varia Turcica XXVII, p. 11-27
  • – THOBIE J.,  BACQUE-GRAMMONT J-L (dir.) (1987), « L’accession de la Turquie à la civilisation industrielle facteurs internes et externes », Varia Turcica, n°VI
  • – THOBIE J. «  L’emprunt ottoman 4% 1901-1905 : le triptyque Finance-Industrie-Diplomatie », Relations internationales, n°1, 1968, pp. 71-85
  • – THOBIE J., KANCAL S., Industrialisation, Communication et rapports sociaux en Turquie et en méditerranée orientale, Varia Turcica, n°XX.
  • – TOPRAK Z (2003), Ittihad-Terakki ve Cihan Harbi, Istanbul, Homer Kitabevi
  • – TUGAL C. (2009), Passive revolution. Absorbing the Islamic challenge to capitalism, Stanford, Stanford University Press
  • – ÖNİŞ Z., ŞENSES F. (2009), TK and the global economy. Neo-liberal restructuring and integration in the post-crisis era, Oxon, Routledge
  • – ÖZDEN, B.A.(2004), Turkey’s experience with Planning in the 60s, Thesis of MA, Atatürk Institute of Modern History of Turkey, Istanbul, Boğaziçi University
  • – VANER S. (1991), Modernisation autoritaire en Turquie et en Iran, Paris, l’Harmattan
  • – VANER S. (1995), La Turquie en mouvement, Paris, Complexe
  • – VEREZ J-C (2008), « La Turquie au carrefour des pays en développement, émergents et industrialisés », Revue du Tiers Monde, avril-juin
  • – VISIER C. (2015), « La Turquie et l’Union européenne », présentoir IFEA mart 2015
  • – YANKAYA D. (2012), La nouvelle bourgeoisie islamique, Paris, Presses Universitaires de France
  • – YELDAN E. (2002), « Neoliberal Küreselleşme ideolojisinin kalkınma söylemi üzerine değerlendirmeler », Praksis, n°7. cf: http://yeldane.bilkent.edu.tr/praksis-2002.pdf

La Turquie et les phénomènes migratoires

Signature --- Image by © Royalty-Free/Corbis
Signature — Image by © Royalty-Free/Corbis

Avril 2015

Türkçe çeviri

Dans le cadre du redéveloppement de l’axe de recherche « Migrations et Mobilités » au sein de l’IFEA, la bibliothèque de l’institut a procédé à de nouvelles acquisitions d’ouvrages sur les migrations en relation avec la Turquie. Le présentoir de ce mois vise à fournir une vue d’ensemble des fonds documentaires de la bibliothèque sur les migrations. Dans la mesure où le développement des fonds est un travail continu, le présentoir vise à orienter les chercheurs et les étudiants qui souhaiteraient suggérer de nouvelles acquisitions en contactant les chercheurs de l’axe (amimo.ifea@gmail).

Ce mois d’avril nous a semblé un moment propice pour proposer un présentoir sur les migrations. En effet, à l’occasion du 50e anniversaire de la signature d’un accord bilatéral de main-d’œuvre entre la France et la Turquie le 8 avril 1965, une série d’événements est organisée par l’IFEA en collaboration avec d’autres instituts et organismes, dont un atelier doctoral qui aura lieu le 9 avril à l’IFEA et qui vise à créer une plateforme d’échange entre les doctorants et les étudiants de master qui travaillent sur l’immigration turque en France, et les chercheurs qui travaillent au sein de l’axe de recherche « Migrations et Mobilités », sur les migrations en relation avec la Turquie.

La bibliothèque de l’IFEA dispose des ouvrages de référence dans le domaine de l’étude de l’émigration turque vers la France qui sont difficilement accessibles dans les bibliothèques localisées en Turquie. La recherche pionnière réalisée sur les familles turques en France (Kastoryano, 1986), des recherches réalisées par Stéphane de Tapia sur une période relativement longue (Tapia, 1986 ; 2005 ; Jund, Dumont et Tapia, 1995 ; Dumont, Pérouse, Tapia et Akgönül, 2002), le compte-rendu d’une enquête socio-démographique de grande envergure (Tribalat, 1995) dont les conclusions sur les difficultés d’intégration des populations turques à la société française ont suscité des débats et des controverses en France, ainsi que des analyses critiques vis-à-vis des conclusions de cet ouvrage (Rigoni, éd., 2000) sont disponibles à la bibliothèque de l’IFEA. Un ouvrage collectif édité en turc (Danış et İrtiş, 2008) réunit des analyses de l’émigration turque développées par les sciences sociales en France et peu accessibles aux lecteurs turcophones.

Il en va ainsi aussi pour les analyses de l’émigration turque vers l’Europe développées par les sciences sociales turques. Celles-ci ont été généralement peu accessibles aux chercheurs non-turcophones. La première recherche sur l’émigration turque a été réalisée auprès des immigrés turcs en Allemagne (Abadan, 1964). Cette recherche pose en quelque sorte les bases des analyses qui seront développées par les sciences sociales turques les décennies suivantes, sur les « effets » de l’émigration sur la société turque (voir les travaux bibliographiques d’Abadan-Unat et de Kemiksiz, 1986 ; de Çağlar Keyder et d’Ayhan Aksu-Koç, 1988. Voir également l’ouvrage récent d’Abadan-Unat, 2002, qui reprend une partie des analyses de l’auteur depuis les années 1960 et qui propose aux recherches ultérieures des pistes d’analyse nouvelles dans le nouveau contexte de la « globalisation »). Pourtant les sciences sociales en France, centrées sur la société française et inspirées par la question de l’intégration des immigrés turcs à celle-ci, ont accordé peu d’importance à l’étude des « effets » de l’émigration sur la société turque (Tapia, 1986 a ; 1986 b ; Establet, 1992 ; 1998). Les sciences sociales françaises et les sciences sociales turques ont étudié l’émigration turque selon des guides d’interrogation différents. Un Dossier de l’IFEA qui vient d’être édité (Aksaz, 2015) vise à rendre intelligible cet état de fait.

La Turquie est un pays d’émigration et un pays d’immigration sur le temps long (Akgündüz, 2008). Les travaux sur l’émigration turque vers l’Europe antérieure aux années 1960 sont peu nombreux et les travaux de recherche en sociologie, en anthropologie sur l’immigration en Turquie portent en général sur les immigrations qui sont postérieures aux années 1990  (Pérouse, 2002 a ; 2009 a ; 2012 ; Pusch et Wilkoszewski, 2008 ; 2010 ; Danış et Soysüren, 2014 ; Karaçay et Üstübici, 2014 ; Şenol Sert et Karcı Korfalı, 2014). Les immigrations antérieures aux années 1990 ont été étudiées plutôt par des historiens (Bengi, 1980 ; İnan, 1980 ; Toumarkine, 1989 ; 1995 ; et Arı, 2000). Les travaux sur les immigrations récentes révèlent la complexité des profils des immigrés, de leur expérience migratoire et de leur situation législative. Mais ces recherches adoptent en général une perspective macro ou nationale de l’immigration, les recherches locales ou localisées (Pérouse, 2002 b ; 2009 b ; 2010 ; Aslan & Pérouse,  2003 ; Danış et Kayaalp, 2004 ; Biehl, 2013) sont plutôt rares. Des recherches localisées, centrées par exemple sur les relations des migrants avec leur environnement urbain, ont été réalisées dans le domaine de l’étude des migrations internes – à partir des zones rurales vers les zones urbaines – en Turquie (Karpat, 1976 ; Erder, 1996 ; Anse, 2003 ; Deli et Pérouse, 2002 ; Yılmaz, 2006 ; Fliche, 2007). Dans les recherches localisées, les migrations internes et internationales ont été étudiées parfois simultanément.

Des ouvrages et des revues de sciences sociales ; les fonds documentaires conservés dans la bibliothèque constituent une partie des fonds de l’IFEA sur les questions migratoires. D’autres types de documents, relatifs aux migrations en Turquie, sont conservés à l’IFEA, dans la salle de l’Observatoire Urbain d’Istanbul (située au deuxième étage du bâtiment de l’Institut), à savoir des rapports de recherche, des rapports administratifs, des actes de colloque, des correspondances administratives, des photographies et des coupures de presse principalement turque. Ces fonds documentaires de nature diverse, sous format papier et numérique, ont été constitués à partir de la fin des années 1990, grâce au travail collectif des chercheurs et des stagiaires de l’IFEA. Enfin l’IFEA dispose des fonds documentaires sur les questions migratoires en relation avec des pays autres que la Turquie, sur l’émigration portugaise, italienne et maghrébine vers la France par exemple ; ces fonds sous format papier ont été constitués au milieu des années 2000, grâce à la collaboration de Brigitte Jelen qui préparait alors sa thèse de doctorat en histoire (« Immigrant In/Visibility : Portuguese and North Africans in Post-Colonial France », thèse de doctorat en histoire moderne de l’Europe, l’Université de Californie à Irvine, 2007). Un travail de classement et de réorganisation de ces fonds a été entrepris récemment. Un bureau doté d’un ordinateur et d’un scanner sera à la disposition des chercheurs et des étudiants qui souhaitent consulter ces fonds, avec des possibilités d’emprunt et de reproduction sur demande.

Sélection d’ouvrages

  • Abadan, Nermin (1964) : Batı Almanya’daki Türk İşçileri ve Sorunları, Ankara : Başbakanlık Devlet Planlama Teşkilatı.
  • Abadan-Unat, Nermin (2002) : Bitmeyen Göç. Konuk İşçilikten Ulus-Ötesi Yurttaşlığa, İstanbul : İstanbul Bilgi Üniversitesi Yayınları, Göç serisi.
  • Abadan-Unat, Nermin ; Kemiksiz, Neşe (1986) : Türk Dış Göçü, 1960-1984, Yorumlu Bibliyografya, Ankara: A.Ü.S.B.F. Yayınları, no. 555, Gelişme ve Toplum Araştırmaları ve Uygulama Merkezi Yayınları, no. 1, Türkiye Araştırmaları Merkezi, Bonn : 1-57.
  • Akgündüz, Ahmet (2008) : Labour Migration from Turkey to Western Europe, 1960-1974. A Multidisciplinary Analysis, Aldershot and Burlington: Ashgate.
  • Aksaz, Elif (2015) : « L’émigration turque en France : 50 ans de travaux de recherche en France et en Turquie. Bibliographie commentée, proposée à l’occasion du 50e anniversaire de la signature d’un accord bilatéral de main-d’œuvre entre la France et la Turquie le 8 avril 1965 », Dossier de l’IFEA, série « La Turquie aujourd’hui », no : 22, Istanbul : Institut français d’études anatoliennes. URL : https://books.openedition.org/ifeagd/1200
  • Anse, Ebru (2003) : « Internal Migration and NGOs: Places, Peoples, Politics », Yüksek Lisans Tezi, Siyaset Bilimi ve Uluslararası İlişkiler Bölümü, Sosyal Bilimler Enstitüsü, Boğaziçi Üniversitesi, İstanbul.
  • Arı, Kemal (2000) : Büyük Mübadele. Türkiye’ye Zorunlu Göç (1923-1925), İstanbul : Tarih Vakfı.
  • Aslan, Mustafa ; Pérouse,  Jean-François (2003) : « Istanbul : le comptoir, le hub, le sas et l’impasse : fonctions dans le système migratoire international », Revue européenne des migrations internationales, 19, 3 (« Moyen-Orient : mutations récentes d’un carrefour migratoire ») : 173-204.
  • Bengi, Mustafa (1980) : « 1314 (1896-1897) Yılında Türkiye’ ye Olan Göçler ve Kurulan Göçmen Köyleri », İstanbul Üniversitesi Yakın Çağ Tarihi Mezuniyet Tezi.
  • Biehl, Kristen (2013) : « New Migrations to Istanbul and Emerging Local Practices », in Marcello Balbo, Ahmet İçduygu, Julio Pérez Serrano (éds.), Countries of Migrants, Cities of Migrants: Italy, Spain, Turkey, Istanbul : The Isis Press.
  • Danış, Didem ; Kayaalp, Ebru (2004) : « Elmadağ : A Neighborhood in Flux », Dossier de l’IFEA, série « La Turquie aujourd’hui », no : 18, Istanbul : Institut français d’études anatoliennes. URL : https://books.openedition.org/ifeagd/265
  • Danış, Didem ; İrtiş, Verda (éds.) (2008) : Entegrasyon Ötesinde Türkiye’den Fransa’ya Göç ve Göçmenlik Halleri, İstanbul : İstanbul Bilgi Üniversitesi Yayınları.
  • Danış, Didem ;  Soysüren, İbrahim (éds.) (2014) : Sınır ve Sınırdışı, Türkiye’de Yabancılar, Göç ve Devlete Disiplinlerarası Bakışlar, İstanbul : NotaBene.
  • Deli, Fadime ; Pérouse, Jean-François (2002) : « Migrations internes vers Istanbul : Discours, sources et quelques réalités », Dossier de l’IFEA, série « La Turquie aujourd’hui », no : 9, Istanbul : Institut français d’études anatoliennes. URL : https://books.openedition.org/ifeagd/166
  • Dumont, Paul ; Pérouse, Jean-François ; Tapia, Stéphane de ; Akgönül, Samim (2002) « Migrations et mobilités internationales
    la plate-forme turque », Dossier de l’IFEA, série « La Turquie aujourd’hui », no : 13, Istanbul : Institut français d’études anatoliennes. URL : https://books.openedition.org/ifeagd/220
  • Erder, Sema (1996) : İstanbul’a bir Kent Kondu : Ümraniye, İstanbul : İletişim Yayınları
  • Establet, Roger (1992 : « Migrations des travailleurs. L’expérience du retour. Le cas Turquie-France-Turquie. Tome 1 ». Compte-rendu de fin d’opération d’une recherche financée par le ministère de la recherche et de l’espace. Université de Provence.
  •  (1998) : « Migrations des travailleurs. L’expérience du retour. Le cas Turquie-France-Turquie. Tome II ». Compte-rendu de fin d’opération d’une recherche financée par le ministère de la recherche et de l’espace. Université de Provence
  • Fliche, Benoît (2007) : Odyssées turques. Les migrations d’un village anatolien, Paris: CNRS Éditions.
  • İnan, Gül (1980) : « 1303 Yılında Yapılan Göçler ve Kurulan Muhacir Köyleri », İstanbul Üniversitesi, Edebiyat Fakültesi Tarih Bölümü Yakınçağ Tarihi Kürsüsü Mezuniyet Tezi.
  • Jund, Alain ; Dumont, Paul ; Tapia, Stéphane de (éds.) (1995) : Enjeux de l’immigration turque en Europe : Les Turcs en France et en Europe, Paris : L’Harmattan.
  • Karaçay, Ayşem Biriz ; Üstübici, Ayşem (éds.) (2014) : Migration To And From Turkey: Changing Patterns And Shifting Policies, İstanbul : The Isis Press.
  • Karpat Kemal H.  (1976) : The Gecekondu-Rural Migration and Urbanization, Cambridge : Cambridge University Press.
  • Kastoryano, Riva (1986) : Être Turc en France. Réflexions sur familles et communauté, Paris : CIEMI et L’Harmattan.
  • Keyder, Çağlar ; Aksu-Koç, Ayhan (1988) : External Labor Migration from Turkey and Its Impact. An Evaluation of the Literature, Ottawa: International Development Research Center (IDRC, CRDI, CIID), Manuscript Report 185e.
  • Pusch, Barbara ; Wilkoszewski, Thomas (éds.) (2008) : Facetten internationaler Migration in die Türkei : Gesellschaftliche Rahmenbedingungen und persönliche Lebenswelten, Würzburg : Ergon Verlag.
  • (2010)  : Türkiye’ye Uluslararası Göç. Toplumsal Koşullar-Bireysel Yaşamlar, İstanbul : Kitap Yayınları, İnsan ve Toplum Dizisi.
  • Pérouse, Jean-François (2002 a) : « Migrations, circulations et mobilités internationales à Istanbul », in Paul Dumont, Jean-François Pérouse, Stéphane de Tapia, Samim Akgönül, « Migrations et mobilités internationales : la plate-forme turque », Dossier de l’IFEA, série : « la Turquie aujourd’hui », 13 : 9-29. https://books.openedition.org/ifeagd/249
  •  (2002 b) : « Laleli, giga-bazar d’Istanbul. Appréhender les caractéristiques et les mutations d’une place commerciale internationale », in Michel Peraldi  (sous la dir.), La fin des Norias ? Réseaux migrants dans les économies marchandes en Méditerranée, Paris : Maisonneuve et Larose.
  • (2009 a) : « Transit Maghrebis in Istanbul: Trajectories, Profiles and Strategies », in Ahmet İçduygu, Kemal Kirişçi (éds.), Land of Diverse Migrations. Challenges of Emigration and Immigration in Turkey, İstanbul : İstanbul Bilgi University Press & MiReKoç, pp. 576-610.
  • (2009 b) : « Émergence et résorption annoncées d’un territoire de transit international au cœur d’Istanbul : le cas de Tarlabaşı (1987-2007) », Maghreb-Machrek, 199 : 85- 101.
  • (2010) : « İstanbul’daki Kuzey Afrika « Topluluğu »: profiller, iç farklılaşmalar ve stratejiler », in Barbara Pusch, Thomas Wilkoszewski (éds.) : Türkiye’ye Uluslararası Göç. Toplumsal Koşullar-Bireysel Yaşamlar. İstanbul : Kitap Yayınları, İnsan ve Toplum Dizisi, pp : 321-330.
  •  (2012) : « L’afflux récent des Européens à Istanbul : inerties et recomposition des profils et des positions », Anatoli, 3 (« La Turquie au carrefour des turbulences migratoires ») : 41-54.
  • Rigoni, Isabelle (coor.) : Turquie : les mille visages. Politiques, religion, femmes, immigration, Paris : Éditions Syllepse.
  • Sert, Deniz Şenol ; Korfalı, Deniz Karcı (éds.) (2014) : Migration And Turkey: Changing Human Geography  İstanbul : The Isis Press.
  • Tapia, Stéphane de (2005) : Migrations et diasporas turques : Circulation migratoire et continuité territoriale (1957-2004), Paris, Istanbul : Maisonneuve-Larose/IFEA.
  • (1986 a) : « Émigration et développement : les premiers pas de l’industrialisation à Yozgat », Travaux de l’Institut de Géographie de Reims, n°65/66, « La Turquie », numéro réalisé avec le concours de l’Institut français d’études anatoliennes, p. 157-167.
  • (1986 b) : « La création d’entreprises populaires par les migrants de Turquie », Revue européenne des migrations internationales, 2, 1 : 59-7.
  • Toumarkine, Alexandre (1995) : Les migrations des populations musulmanes balkaniques en Anatolie 1876-1913.Istanbul : The Isis Press.
  • Toumarkine, Alexandre (1989) : « Les migrations des populations musulmanes balkaniques en Anatolie (1876-1913) », Mémoire de maîtrise en histoire, sous la direction de Dominique Chevallier, Université Paris 4.
  • Tribalat, Michèle (1995) : Faire France, Paris : La Découverte.
  • Yılmaz, Bediz (2006) : « Migration, exclusion et taudification dans le centre-ville istanbuliote : étude de cas de Tarlabaşı », Thèse de doctorat en urbanisme, sous la direction de Stéphane Yerasimos et de Nora Şeni.

Bir bibliyografyadan diğerine… “IFEA dosyası”nın en son sayısı hakkında

IFEABulten 21_K_couv11 Şubat 2014’te IFEA Dosyaları’nın “Bugünkü Türkiye” dizisinin 21. sayısı, internet ortamında yayımlandı. İstanbul bibliyografyası 2000-2013 isimli bu kalın dosya, neredeyse on beş sene önce Ekim 2000’de aynı dizide çıkmış 4 numaralı, İstanbul Megapolü. 1960-2000 dosyasını hatırlatıyor. Bu şekilde dizileştirilen yayınlar, kurumumuzun araştırmacı geleneğinin bir yansıması olarak da algılanabilinir. Bu iki sayıyı, birbirleriyle yarıştırma maksadı olmaksızın ele aldığımızda yirmi sayfalık içeriğiyle ilkinin iki yüz on altı sayfayı bulan ikinci sayının yanında mütevazı kalması, bazı açıklamaları da beraberinde getiriyor diye düşünüyorum.

İki sayı arasındaki bu çarpıcı hacim farkı, biraz da İstanbul hakkındaki araştırmaların 2000 senesinin başından itibaren önem kazanmasıyla da ilgili. Bunun altında da hem yeni kurulan üniversite, vakıf, araştırma merkezleri ile birlikte İstanbul hakkında inceleme yapılan yerlerin çoğalması, kültür ve araştırma ile ilgili etkinliklerin ortaya çıkışı, hem de uluslararası turizm pazarında İstanbul’un rağbet gören bir “kentsel ürün” olarak öne çıkması yatıyor (ikinci sayının 198-201 sayfaları bu noktaya apayrı bir başlık atında parmak basıyor). Türkiye’nin uluslararası görünürlüğünün artması ve İstanbul’a biçilen, başı çeken istisnai şehir rolü, bu sürece hiç kuşkusuz etki etmiştir. İstanbul’un uluslararası gündemlerde bir etkinlik ve turizm merkezi olarak yer almaya başlamasını büyükşehir hakkındaki araştırmalara duyulan ilginin artması izlemiştir.

Diğer yandan, 2000li yılların ilk on senesinde kentsel dönüşüm gibi büyük projelerin hızlanması, mimari ve şehircilik alanında olduğu kadar bazen ağır ve şiddetli olabilen müdahalelerin doğurduğu toplumsal hareketler de dikkatleri İstanbul’a çevirmiştir… Öğrenci çalışmalarının genellikle az işlediği alanlarda araştırmalarını yürüten Eda Güçlü’nün de altını çizdiği gibi, kentsel dönüşüm hareketine karşılık; akademik, eleştirel çalışmaların sayısı oldukça dikkat çekicidir. Aynı şekilde, yaşanan ekonomik, toplumsal ve siyasal gelişmelerle beraber çevre, kültür politikaları, tarihi mirasın korunması ya da mekan üzerinden yapılan ayrımcılık gibi başka konular da kaynakçada önemli bir yer tutuyor. Ayrıca (bu dosyanın da gösterdiği gibi) araştırmaların, İstanbul’un 2010 Kültür başkenti olması gibi birtakım özel bağlamlardan ve değişikliğe uğramaksızın devam eden birtakım yaklaşımlardan etkilendiğini söylemek mümkün.

Ayrıca 2000li yılların ilk on senesini yeni kurulan bazı özel üniversiteler, araştırma merkezleri, yayınevleri (örneğin Timaş) ya da bir hayli görünürleşen yazarların İstanbul hakkında geliştirdiği muhafazakar bakış da damgaladı. Bu bakışın temelinde o zamana kadar İstanbul hakkında üretilmiş bilimsel işlerin üzerinde az durduğu mahalleler, “anıtlar”, dönemler, sosyal gruplar ve figürler hakkında yapılmış çalışmalar bulunuyor.

Öte yandan, 19-27 numaralı sayfalarda sözü edilen yerel çalışmalardaki artışın da altını çizmek gerekir. İlk bibliyografyada 1990lar’dan sonra ortaya çıkan, yerele olan eğilim sezilmiş olsa da burada söz konusu olan kitlesel bir harekettir. Üniversitelerdeki bazı insani bilimler çalışmaları kendilerine yakın ve belirli sahaları incelemeye açıkça yönelmişlerdir. Yakın çevre, başlı başına ve kabul gören bir araştırma konusu halini bu şekilde almıştır.

Diğer taraftan, kent çalışmalarında araştırma şartlarının iyileşmesi konusuna da değinebiliriz. Daha 1990lı senelerde İstanbul’da saha araştırmaları, siyasal olarak son derece değişken ayrıca büyük ve çarpık bir kentleşmenin yaşandığı bir ortamda kolay değildi. İnsani bilimler alanındaki araştırmacılara (sadece yabancı olanlara da değil) kuşkuyla yaklaşılırdı. Bu durumun kesinlikle değiştiğini söyleyebiliriz. Azınlık denince akla Gayrimüslimlerin geldiği resmi anlayış hakim olmaya devam etse de artık araştırmalar, yalnızca bu türden kısıtlamalarla sınırlı kalmıyor. Uzun süredir bastırılmış veya şüpheli görülen etnik boyut da böylelikle araştırmalardaki yerini açık şekilde kazandı.

Ayrıca sözü geçen dönemin, yayın mecralarında değişikliklerin yaşandığı bir zamana denk geldiğinin altını çizmeliyiz. Çevrimiçi yayınların düzene oturması (tıpkı IFEA Dosyaları’nda olduğu gibi), üretim ve dağıtım süreçlerini değiştirdi1. İstanbul araştırmaları da bu değişimlerden nasibini aldı ve yeni ürünler bugün kaynakçalardaki önemli yerlerini aldılar. Maalesef 2000’den sonra birtakım ürünler de kayboldular; Tarih Vakfı’nın yayını İstanbul Dergisi bunlardan biri. 1992 ile 2008 yılları arasında çıkan dergi, yayın hayatının kısalığına rağmen 59 sayılık içeriğiyle halen kıymetli bir kaynak olma özelliğini koruyor.

Son olarak, 2000 tarihli dosyanın girişinde göndermede bulunduğumuz, Şirin Tekeli’nin deyimiyle, “Türk Toplumu’nun kaybettiği değerler dizisi”nin, bu etkileyici kaynakçanın da gösterdiği gibi, yeniden edinilme aşamasında olduğunu söyleyebiliriz. Bu da tarihi, çevreyi, toplulukları ve göz ardı edilmiş mekanları sahiplenerek gerçekleşmekte. İşte bu yüzden, Türkiye’deki akademik üretimi takip edemeyen kesim için, IFEA’nın gözlem merkezleri aracılığıyla, Avrupa araştırmacılığı tarafından ciddi şekilde değerlendirilmesi gereken verileri daha görünür ve ulaşılır kılması büyük önem taşıyor. Hatta, bu kaynakçayı tamamlayıcı öneriler için hususi bir e-posta adresinin işleme konması da yapılmak istenen şeyin tabiatını ortaya koyuyor; internet üzerinden ve mümkün olduğunca çoklu bir work in progress, yani süreci devam eden bir çalışma. Bundan kastımızı ve uzun vadeli isteğimizi IFEA’da üzerinde çalışılan konular hakkında bu türden geliştirilebilir “kaynak kümeleri” oluşturmak olarak dile getirebiliriz.

  1. Bkz. Régis Debray’nin Türkçe’ye çevrilmemiş Le pouvoir intellectuel en France (Fransa’da Entellektüel Güç) adlı eserindeki medya küreleri teorisi (théorie des médiasphères) []

From one bibliography to another… Regarding the latest “Dossier de l’IFEA”

IFEABulten 21_K_couvOn February 11, 2014 the 21st issue in the series « Turkey today » of the journal Dossiers de l’IFEA was put online. Entitled Istanbul bibliography 2000-2013, this thick issue echoed the number 4 of the same series – The Istanbul megalopolis 1960-2000 – published in October 2000, nearly fifteen years ago. The creation of this series reflects a research tradition that is part of the identity of our institution. Without pretending to compare these two productions, as the first had very modest ambitions, the confrontation of these two issues – the first with twenty pages while the second totals two hundred and sixteen – inspired a few remarks.

The striking difference in volume between the two issues is partly due to a significant rise in the number of studies on Istanbul since the beginning of the year 2000, itself due both to the increase in the number of sites for the production of knowledge on Istanbul (new universities, new foundations, new research centers) and the emergence of Istanbul as a privileged « urban product » on the international tourism market (which is the subject of a separate category, p. 198-201), as well as cultural practices and research. The increasing international visibility of Turkey and exceptional leadership role of Istanbul in this process have undoubtedly played well: the entrance of Istanbul in the international agenda as a tourist destination and site for special events has been accompanied by a renewed interest in studies about the megalopolis.

On the other hand, the rapid increase of large developments as well as urban transformation in the 2000s decade has had the effect of drawing attention to Istanbul, both in terms of architectural and urban projects, as well as regarding the social movements triggered by interventions that are sometimes forceful and violent. Also, as Eda Güçlü has pointed out – whose research draws on the often unexplored universe of student productions -, the amount of academic work critical of the government’s urban transformation policies is quite striking. In the same vein and in a reactive/interactive way regarding the socio-economic and political developments recorded, other themes have taken a prominent place in the bibliography: the environment, cultural policies, heritage conservation, or socio-spatial segregation. Academic production, as this issue reflects, is also influenced by fads or context (as the context in 2010 when Istanbul was one of the European Capitals of Culture) or by inertia effects that one can quite easily identify.

The 2000s also saw the affirmation of a conservative gaze upon Istanbul supported by new institutions (such as some private universities, some research centers, some publishing houses – like Timaş – or some authors who have become very prominent). This gaze is at the origin of numerous publications on objects of study, districts, « monuments », moments in history, social groups and figures hitherto little considered by the scientific production devoted to Istanbul.

Moreover, the inflation of localized studies (pp. 19-27) also deserves to be highlighted. If in the previous bibliography an inflection to the local had been noticed, since the late 1990s we are witnessing the development of a massive movement in this direction. At the university, some social science disciplines have clearly shifted their focus towards studies rooted in nearby and more specific fields. The immediate environment thus seems to have become a research topic in its own right, accepted as such.

The question of improving the conditions of possibility of urban research may also be raised. In the 1990s still, fieldwork in Istanbul was not always easy, in a context of great political instability, intense but chaotic urban growth, and a general distrust of social scientists (and not just of foreigners). The climate has definitely changed. The ethnic dimension that was repressed for a long time or considered suspect has been openly integrated in the research field, which is no longer confined to recognized religious minorities (even if the tropism remains).

Finally, the period considered is one of a change in publishing media, with the systematization of « online » production – of which this issue is also an example – which, to use the perspective of the theory of media spheres, has changed the conditions of production and distribution. Istanbul studies have not escaped this trend, and have seen the emergence of new products that are now taking an important place in the bibliographies. Other products have unfortunately disappeared since 2000, such as the « Journal of Istanbul » (İstanbul Dergisi), published by the Foundation for History, whose life was short (1992-2008, with 59 numbers which remain a very valuable resource).

In a nutshell, the « lost paradigm of Turkish society » (in the words of Şirin Tekeli) to which we alluded in the introduction to the 2000 issue is in the process of being appropriated – appropriation of a story, of an environment, of neglected populations and territories – , as evidenced by this impressive bibliography. Therefore, it seems important to us for the IFEA to continue, especially through its observatories, to make more visible and accessible for a public who cannot follow the scientific production in Turkey, contributions that should be taken seriously into account by European research. Moreover, the creation of an email address exclusively devoted to proposals to extend this bibliography highlights the spirit of the enterprise: a work in progress shared as much as possible online. Our ambition, in the longer term, is to eventually develop upgradable « resource centers » on other themes currently under research at the IFEA.