Archives par mot-clé : IFEA

L’image en Sciences Sociales

Ayazma
Ayazma
Mars 2016

Le projet d’Archives visuelles de l’IFEA lancé à l’été 2014 a permis de rassembler et de mettre à disposition de nombreuses photographies de recherche. Le travail de collecte auprès des chercheuses et chercheurs de tout niveau a été riche d’enseignement. Elle donne à voir la diversité des utilisations de l’image et l’importance qu’elle peut recouvrir dans certains contextes. Le projet a ainsi encouragé à développer une réflexion théorique sur la place de l’image en sciences sociales. La bibliographie proposée présente les références rassemblées  tout au long de l’archivage. Elle tente également de faire le lien entre photographie documentaire et photographie scientique en présentant quelques travaux de photographes dont la démarche se rapproche de celle de la recherche (Voir les textes introductifs d’Ayşegül Altınay et Atilla Durak, Ebru: reflets de la diversité culturelle en Turquie. Ou encore Kumkapı Ermeni balıkçıları, d’Ara Güler, proche de la monographie et la note sur Dipnot “Recherche et photographie http://dipnot.hypotheses.org/165 ).

Elle a été élaborée en collaboration avec Ozan Yavuz (assistant, Université de Yıldız Teknik), Joël László (doctorant, Université de Bâle) et reprend les éléments proposés dans les syllabus de Brian J. Given (Université Carleton) “Reading list for Visual Anthropology” and Suncem Koçer (Université Indiana) “Anthropology and film: visual documentation of culture”.

L’écrit est, sans conteste, le médium de l’élaboration et de la diffusion du savoir scientifique. L’omniprésence actuelle de l’image et son rôle déterminant dans la diffusion de tout type d’information rend incontournable la réflexion sur ses potentialités en sciences sociales. Si, comme son étymologie nous le rappelle, la photographie relève bien d’un procédé d’« écriture par la lumière » (φωτός, photos : lumière, γραφία, graphia : écriture), il semble indispensable d’apprendre à écrire par ce biais, ou du moins, à en lire le propos. Les images sont en effet loin d’être dépourvues de parti pris mais l’immédiateté de la vue nous fait souvent oublier les biais et la complexité des procédés qu’elle implique.

La photographie a très tôt fait partie des outils de la recherche en sciences sociales. Elle est ce que Bob Miller appelle un « outil primaire de la recherche » (en archéologie en l’occurrence) (Bob Miller. 2015 : 61-102): elle permet essentiellement de remplacer croquis et prise de note. L’image est donc un outil mais se trouve pas rarement considérée en tant que telle en dehors des disciplines qui lui sont dédiées. S’interroger sur le « voir » et le « (re)présenter » défie pourtant les frontières disciplinaires et il existe de multiples manières d’aborder ces thématiques. On ébauchera ici trois pistes à explorer (qui se recoupent parfois) pour dégager son potentiel heuristique :

1-    La photographie et la vidéo comme objet et comme activité : Nous consulterons ici les travaux d’Engin Özendes, d’Edhem Eldem ou encore de Seyit Ali Ak qui contextualisent historiquement l’usage de la photographie en Turquie et dans l’Empire ottoman.

2-    Le contenu, la présentation et la réception des images : La confiance spontanée en l’image est une porte ouverte à la manipulation, phénomène bien connu des journalistes, éditeurs et photographes. Les théories de la sémantique et de la sémiotique de l’image pourront être utiles. Nous conseillerons ici la lecture de John Tagg (Tagg 1988) et celle des travaux du géographe Didier Mendibil qui propose des outils de lecture de l’iconographie utilisée en géographie et élabore ce qu’il appelle une « iconologie » (Mendibil 1999, 2008). Il met en lumière l’existence de « systèmes iconographiques » et de partis pris plus ou moins cohérents qui se dévoilent en filigrane dans le corpus qu’il analyse. L’étude de Bülent Batuman sur l’iconographie d’Ankara mobilisée par la République turque à ses débuts est, de ce point de vue, illustrative de son propos (Batuman, 2008). Cette dernière ne manquera pas de faire écho, d’une certaine manière, aux travaux sur les affiches de propagandes des régimes communistes fascistes de la première moitié du XXe siècle.

La réception des images constitue également un champ d’étude à part entière. Les divergences de réception selon le contexte rappellent que l’image est un objet polysémique et que la dimension culturelle est déterminante dans l’interprétation. La lecture d’une image relèverait, comme l’avance le théoricien de l’art George Legrady, d’un apprentissage similaire à celui de l’apprentissage de la lecture (Legrady, 1990: 267).   L’histoire de l’art, les études de communication et plus largement ce que l’université anglo-saxonne regroupe sous l’appellation Visual studies seront, de ce point de vue, riches d’enseignement.

3-    L’exercice-même de la prise de vue comme pratique de recherche : Son exercice interroge de manière cruciale la réflexivité du/de la chercheur.se vis-à-vis du terrain, matière première des sciences sociales. L’Anthropologie visuelle vient élargir la réflexion sur l’usage même de la caméra et de l’appareil photo. Elle nous enseigne à la fois comment recevoir et comment utiliser photographie et vidéo dans une perspective de production de savoir scientifique. L’Anthropologie visuelle postule que ces deux médias peuvent aussi bien être une forme de description qu’un mode exploratoire en soi. L’acte de la prise de vue matérialise l’observation et introduit de nouvelles contraintes qui cristallise les caractéristiques des relations et induit une mise en scène plus ou moins relayée par les enquêtés (rapport de pouvoir ou autre). Le retour d’expérience de Lydia Zeghmar illustre bien la nécessité de déterminer clairement un point de vue et de le rendre effectif, non seulement dans son rapport au terrain mais également lors du montage de son film. La prise de vue rend visible la positionalité, elle-même placée sous le sceau de l’observable, et interroge l’idée de vérité scientifique. La lecture de Jay Ruby, reconnu comme pionnier dans le domaine, permettra de visualiser les champs de recherche qu’ouvre la discipline.

I. Activité photographiques

  • Ak, Seyit Ali. Erken Cumhuriyet Dönemi Türk Fotoğrafı. 1923-1960. Remzi Kitabevi, Istanbul 2001.
  • Apostolou, Irini. « Photographes français et locaux en Orient méditerranéen au XIXe siècle », Bulletin du Centre de recherche français à Jérusalem [En ligne], 24 | 2013, mis en ligne le 20 juin 2013,  http://bcrfj.revues.org/7008
  • Coşkuner, Buket, Zeynep Çelik, Edhem Eldem, Hande Eagle, Murat Akar, Hadiye Cangökçe, et Koç Üniversitesi Anadolu Medeniyetleri Araştırma Merkezi, éd. Camera Ottomana: photography and modernity in the Ottoman Empire, 1840-1914. 1st edition. Istanbul: Koç University Press, 2015.
  • Özendes, Engin. From Sébah & Joaillier to Foto Sabah: Orientalism in Photography. İstanbul: YKY, 1999.
  • Özendes, Engin. Osmanlı imperatorluğu’nda fotoğrafçılık (1839-1923). Yem Yayın. İstanbul, 2013.
  • Greaves, Alan M., Françoise Rutland, Phil Freeman, Bob Miller, Bülent Genç, Nilgün Öz, J.R. Peterson, et Katie Waring. John Garstang’s Footsteps Across Anatolia. RCAC. Istanbul: Alan M. Greaves, 2015.

II. Production, contenu et contexte de réception de l’image

  • Arrivé, Mathilde (Université Paul-Valéry Montpellier III), « Par-delà le vrai et le faux ? 
Les authenticités factices 
d’Edward S. Curtis et leur réception », Études photographiques, 29 | 2012, mis en ligne le 05 février 2013.
  • Batuman, Bülent. « Photography at arms: “Early republican Ankara” From national-building to politics of nostalgia ». Middle East Technical University Journal of the Faculty of Architecture 25, no 2 (1 décembre 2008): 99‑117.
  • Berger, John, éd. Ways of seeing. London : London, England ; New York, N.Y: British Broadcasting Corporation ; Penguin Books, 1972.
  • Histoire de l’art et anthropologie -coédition INHA / musée du quai Branly.  http://actesbranly.revues.org/60
  • Legrady, George, “Image, Language, and Belief in Synthesis,” Art Journal 116 (1990)
  • Mendibil, Didier. « Essai d’iconologie géographique » Espace géographique, tome 28, n°4, 1999. pp. 327-336.
  • Mendibil, Didier. “Dispositif, format, posture : une méthode d’analyse de l’iconographie géographique.” Cybergeo : European Journal of Geography, March 12, 2008. http://cybergeo.revues.org.gate3.inist.fr/16823.
  • Severi, Carlo. « Pièges à voir, Pièges à penser ». Gradhiva. Revue d’anthropologie et d’histoire des arts, no 13 (18 mai 2011): 4‑7.
  • Tagg, John. The Burden of Representation: Essays on Photographies andHistories, Macmillan, London. 1988.

III. Prise de vue comme une pratique exploratoire: les pistes de l’Anthropologie visuelle

  • Banks, Marcus, et Howard Morphy. Rethinking Visual Anthropology. New Haven: Yale University Press, 1997.
  • Collier, John. Visual anthropology: photography as a research method. Studies in anthropological method. New York: Holt, Rinehart and Winston, 1967.
  • Devereaux, Leslie, et Roger Hillman. Fields of Vision: Essays in Film Studies, Visual Anthropology, and Photography. Berkeley: University of California Press., 1995.
  • Grimshaw, Anna. The ethnographer’s eye: ways of seeing in anthropology. 6. printing. Cambridge, UK ; New York: Cambridge University Press, 2008.
  • Hockings, Paul (Ed.) Principles of Visual Anthropology. Second edition. Berlin: Mouton de Gruyter, 1995.
  • Pink, Sarah. Visual Interventions: Applied Visual Anthropology. Berghahn Books, 2009.
  • Ruby, Jay, “Exposing yourself: Reflexivity, anthropology, and film”, Semiotica 30-1/2. 1980. pp.153-179.
  • Ruby, Jay, “In a Pic’s Eye: Interpretive Strategies for Deriving Significance and Meaning from Photographs.”, Afterimage. March 1976.
  • Ruby, Jay, Picturing Culture : Explorations of Film and Anthropology, University of Chicago Press, Chicago, (August) 2000.

IV. Divers

  • Güler, Ara. Kumkapı Ermeni balıkçıları =: Armenian fishermen at Kumkapı = Gumgabui hay dzknorsnerě: 1952. Aras Yayıncılık 120. İstanbul: Aras, 2010.
  • Serttaş, Tayfun. Stüdyo Osep. Aras Yayıncılık. 2009
  • Durak, Attila. Ebru: reflets de la diversité culturelle en Turquie. Arles: Actes Sud, 2009.
  • Türkiye’de Zaman. Kollektif Zaman kitap. 2011
Cite this article as: Céline Pierre Magnani, "L’image en Sciences Sociales," in Dipnot, 01/03/2016, http://dipnot.hypotheses.org/1997.

Autour du soufisme anatolien

201602_pres_sufi
Février 2016
Türkçe çeviri

Au lendemain des festivités liées à la commémoration de la mort de Mevlana Celaleddin Rumi (Şeb-i arus) – penseur soufi reposant à Konya – dont la renommée s’est répandue dans le monde entier, nous allons présenter une liste d’ouvrage sur le soufisme en Anatolie et mettre en avant les éléments notables de l’ésotérisme musulman tel qu’il a pris forme sous l’Empire ottoman principalement.

Le soufisme, terme désignant la mystique musulmane, est un ensemble de croyances et pratiques dévotionnelles visant à faire avancer le croyant vers la réalité divine et la perfection humaine. Ce corpus de pratiques mystiques a généré une branche importante des sciences islamiques : le tasavvuf. Ce dernier a suscité l’intérêt des intellectuels occidentaux comme la turcologue française Irène Mélikoff, l’orientaliste Reynold A. Nicholson, ou encore l’islamologue française Eva de Vitray Meyerovitch, depuis les années 1970, mais également l’intérêt des turcophiles fascinés par la littérature mystique et les arts traditionnels turcs.

L’entrée du soufisme en Anatolie

C’est sous le Sultanat Seldjoukide que les Turcs adoptent l’islam des Perses au Xe siècle, après avoir expérimenté l’animisme, le chamanisme, le bouddhisme, le manichéisme, le nestorianisme et le judaïsme. Le soufisme « turc » modelé à partir de la mystique arabe et persane et des anciennes croyances tribales turques prend forme en Anatolie avec l’arrivée des Turcs au XIe siècle. À la fin du XIIIe siècle, quatre groupes nomades à caractère religieux et soufi sont présents en Anatolie : les Gâzi de Roum (Gâzıyân-ı rum) guerriers soufis ayant participé aux premières conquêtes de l’Empire ottoman ; les Âhi de Roum (Ahıyân-ı rum) membres de corporations professionnelles inspirés de la Futuwwa turque (société d’entraide spirituelle) ; les Sœurs de Roum (Bâcıyân-ı rum) branche féminine de la Ahıyân-ı rum ; et les Abdâl de Roum (Abdalân-ı rum) ascètes mendiants originaires du Khorassan, ayant également participé aux conquêtes. Ces quatre groupes soufis sont des organisations politiques, économiques, sociales et culturelles. Certains revêtent un caractère syncrétique, tandis que d’autres sont plus conformes à la loi islamique. La plus remarquable est la Ahıyân-ı rum fondée par Ahi Evren disciple de Evhadüddin Kirmani, originaire de la région Kerman en Iran. Ahi Evren applique les relations qu’il observe – entre maître, calife, disciples et sympathisants de sa confrérie – aux corporations professionnelles. Les travailleurs sont formés conformément au système confrérique et suivent en parallèle un enseignement religieux et sont incités à entrer dans une tarikat (confrérie).

Les principales confréries ottomanes

Les expressions diverses du soufisme ont connu un spectaculaire montée en puissance durant l’Empire ottoman. Selon la typologie de Thierry Zarcone dressée dans La Turquie moderne et l’Islam (2004), il est possible de classifier les confréries soufies ottomanes en trois catégories : les confréries orthodoxes, les confréries hétérodoxes et les confréries à mi-chemin de l’orthodoxie et de l’hétérodoxie.

Parmi les confréries orthodoxes, nous pouvons citer la Nakşibendiye, originaire d’Asie centrale et introduite dans l’Empire ottoman à la fin du XVe siècle et la Şaziliye, originaire du Maghreb, introduite dans l’Empire ottoman au XVIe siècle. Toutes deux sont profondément attachées à la charia et optent pour une pratique austère du tasavvuf.

La plus influente des confréries hétérodoxes est la Bektaşiye. C’est la version confrérique de la religion syncrétique des Turkmènes, regroupant des croyances crypto-chiites, animiques et chamaniques. Il y a également la Melamiye originaire des Balkans. Cette confrérie apparut en réaction au formalisme des tarikat, puis se développa et finit par s’institutionnaliser.

La Halvetiye est la plus représentative des confréries qui se situent entre les deux pôles que sont l’orthodoxie et l’hétérodoxie. Originaire de l’Azerbaïdjan et introduite en Turquie au XVe siècle, la Halvetiye tire son nom de la retraite spirituelle (halvet) qui se trouve au centre de sa pratique. En harmonie avec la charia, elle compte beaucoup de oulémas parmi ses adeptes, mais elle est tout de même critiquée pour sa pratique de la danse extatique et l’usage d’instruments de musique comme pour sa sympathie pour la pensée d’Ibn Arabi qui repose principalement sur la théorie de l’unicité de l’être (vahdet-i vücud). La Mevleviye, autre confrérie partagée entre l’orthodoxie et l’hétérodoxie, est la confrérie la plus importante de l’Empire ottoman. Elle est influencée par les poètes mystiques persans Hakim Sanai et Faridaddin Attar et affectionne les théories d’Ibn Arabi. Elle prend également l’exemple des Babas turkmènes en exaltant les pouvoirs de la musique et de la danse ; et de l’anticonformisme des Melamis en relativisant l’importance des règles et du droit et en prétendant transcender les religions existantes au cours de l’expérience mystique. La Kadiriye, originaire d’Irak introduite dès le XVe siècle et la Rifaiye, originaire de Mésopotamie, introduites dans l’Empire ottoman au XVIIe siècle, sont également deux confréries remarquables. Elles présentent des pratiques de type fakirique –  tel que le transpercement des chairs – destinées à prouver que le pouvoir divin émane de du cheikh et l’emporte sur les lois de la nature.

Du privilège à l’interdiction

Le succès du soufisme sous l’Empire ottoman provient en partie de l’intérêt qu’éprouvaient les sultans ottomans pour les confréries. Parmi les relations les plus importantes entre sultans et tarikat nous pouvons noter celle d’Osman Ier qui fut disciple de son beau-père Şeyh Edebali, maître de la confrérie Vefaiye. Mehmed II fut disciple d’Akşemseddin, fondateur de la Şemsiye-i Bayramiye et initié par Hacı Bayram Veli. Leur relation est considérable dans la mesure où Akşemseddin fut le guide de Mehmed II durant la conquête de Constantinople. Nous pouvons également noter que Selim II était disciple de Şeyh Galip, maître mévlévi du couvent de Galata. On doit aussi souligner que la Mevleviye était une confrérie élitiste et qu’elle comptait beaucoup de sympathisants à la cour ottomane.

Bien que les tekke aient été fermés à plusieurs reprises sous l’Empire ottoman, le soufisme n’avait jamais été totalement effacé de l’espace publique et de la scène politique. C’est en 1925 que les confréries ont perdu leur légitimité avec la promulgation de la loi 677 prohibant les tekke et zâviye (Le terme tekke désigne les couvents soufis de manière générale. Quant aux zâviye, ce sont des petits tekke. Bien qu’il existe une multitude de mots désignant les couvents soufis, seuls ces derniers ont été utilisés dans les textes de loi.) et les titres religieux tels que şeyh et dede, utilisés par les maîtres soufis. Ces interdictions font partie d’une série de réformes entreprises par Mustafa Kemal Atatürk à la suite de la proclamation de la République. Cette interdiction a certes diminué la visibilité des confréries mais n’a pas constitué une fin pour l’histoire du soufisme en Turquie. Certains tekke ont été transformés en musée comme la plupart des tekke mévlévis et bektachis, ce qui a empêché l’initiation traditionnelle et la tenue de cérémonies ; d’autres tarikat n’ont pas été délocalisées et ont pu continuer à célébrer leurs rituels, mais en se dissimulant sous le toit d’une association, comme ce fut le cas pour la Cerrahiye, branche de la Halvetiye formée au XVIIe siècle.

Aujourd’hui, les tarikat ne sont plus opprimées et certaines d’entre elles entretiennent de bonnes relations avec le gouvernement. Il est même question depuis quelques années d’une probable relégalisation des confréries. Les discussions sont issues dans un premier temps de l’ouverture alévie qui nécessite une redéfinition des lieux de culte et des représentants religieux et, dans un second temps, de la volonté de mettre fin à la clandestinité des confréries et éventuellement, reprendre le contrôle sur elles.

La bibliothèque de l’IFEA dispose d’un fonds sur l’histoire du soufisme de Turquie principalement en langue turque et française. Les travaux relèvent essentiellement de l’histoire du soufisme anatolien sous l’Empire ottoman. Les productions sur l’ensemble des confréries sont cependant disparates du fait que certaines confréries ont été plus popularisées que d’autres et ont de ce fait amené les chercheurs à effectuer plus de recherches comme ce fut le cas pour la Mevleviye. On remarque la richesse des ouvrages récents en langue française que l’ont peut attribuer à la présence de Thierry Zarcone en tant qu’allocataire de recherche à l’IFEA entre 1987-1990.

Sélection d’ouvrages

  • AMBROSIO, Alberto Fabio ; FEUILLEBOIS, Eve ; ZARCONE, Thierry (éds.), Les derviches tourneurs, Cerf, 2006, Paris.  İSL Gén 142
  • BAYRAM, Mikail, Bacıyan-ı rum. Selçuklular zamanında genç kızlar teşkilatı, SÜ Fen edebiyat fakültesi, 1987. TUR Ha 078
  • CAHEN, Claude, L’islam des origines au début de l’Empire Ottoman, Bordas, 1970, Francfort. FTH O94
  • CAHEN, Claude, Sur les traces des premiers Akhis, 1953, Istanbul. TUR T O5-16
  • CLAYER, Nathalie ; POPOVIC, Alexandre ; ZARCONE, Thierry (éds.),  Melâmis-Bayrâmis : Etudes sur trois mouvements mystiques musulmans, Isis, 1998, Istanbul. TUR Sr 138
  • ÇAMUROĞLU, Reha, Tarih heterodoksi ve babailer, Der, 1990, Istanbul. TUR Sr 120
  • GÖLPINARLI, Abdülbaki, Melamilik ve melamiler, Gri, 1992, Istanbul. TUR Sr 085
  • GÖLPINARLI, Abdülbaki, Mevlana’dan sonra mevlevilik, Inkilap, 1983, Istanbul. TUR Sr 020
  • GOLPINARLI Abdülbaki, 100 soruda Türkiye’de mezhepler ve tarikatlar, Gerçek, 1985, Istanbul. TUR Sr 058
  • KARA, Mustafa, Tasavvuf ve tarikatlar tarihi, Dergâh yayınları, 1985, Istanbul. TUR Sr 053
  • KARA, Mustafa, Metinlerle günümüz tasavvuf hareketleri (1839-2000), Dergâh yayınları, 2002, Istanbul. TUR Cont 303
  • KÖPRÜLÜ Fuat, Türk edebiyatında ilk mutasavvıflar, Zaman kitaphanesi, 1918. TUR Lh 006
  • Robert MANTRAN, Histoire de l’Empire Ottoman, Fayard, 1989, Paris. TUR Ho 378
  • MASSIGNON, Louis, La légende Hallacé Mansur an pays turcs, Geuthner, 1947. ISL R 010 I
  • MELIKOFF, Irène, Sur les traces du soufisme turc, Recherches sur l’islam populaire en Anatolie, Isis, 1992, Istanbul. COLL XXIV 003
  • MELIKOFF, Irène, Au banquet des quarante : Exploration au coeur du Bektachisme-Alevisme, Isis, 2001, Istanbul. COLL XXIV 050
  • NICHOLSON, Reynold, Alleyne, Rumi : Poet and Mystic 1207-1273, Allen and unwin, 1950, Londres. TUR Sr 062
  • OCAK, Ahmet Yaşar, Osmanlı toplumunda zındıklar ve mülhidler, yahut dairenin dışına çıkanlar, Tarih vakfı ve yurt yayınları, 2013. Istanbul. TUR Ho 948
  • OCAK, Ahmet Yaşar, Osmanlı imparatorluğunda marjinal sufilik : kalenderîler (XIV – XVII, yüzyillar), TTKB, 1992, Ankara. TUR Sr 083
  • OCAK, Ahmet Yaşar, Sufism and sufis in Ottoman Society, Türk tarih kurumu, 2005. TUR Sr 156
  • OCAK, Ahmet Yaşar, Ortaçağlar anadolusu’nda islam’ın ayak izleri, Selçuklu dönemi, Kitap, 2011, Istanbul. ISL H 131
  • OCAK, Ahmet Yaşar, Yeniçağlar anadolusu’nda islam’ın ayak izleri, Osmanlı dönemi, Kitap, 2011, Istanbul. ISL H 132
  • POPOVIC, Alexandre ; VEINSTEIN, Gilles (éds.), Les voies d’Allah, Fayard, 1996, Paris. ISL R 070
  • YILMAZ, Necdet, Osmanlı toplumunda tasavvuf : Sûfiler, Devlet ve Ulemâ, Osav, 2001, Istanbul. TUR Ho 785
  • ZARCONE, Thierry ; POPOVIC, Alexandre ; GABORIEAU, Marc (éds.), Naqshbandis, cheminements et situation actuelle d’un ordre mystique musulman : actes de la table ronde de Sèvres, 2-4 mai 1985, Isis, 1990, Istanbul. COLL XV 18
Cite this article as: Ayşe Akyürek, "Autour du soufisme anatolien," in Dipnot, 01/02/2016, http://dipnot.hypotheses.org/1994.

La communauté sépharade d’Istanbul

IMG_0065aitzpea

Janvier 2016
Türkçe çeviri

Juifs romaniotes, karaïtes, krymchaks, mizrahis, dönmes, sépharades et ashkénazes, la présence de la communauté juive à Istanbul est ancienne et bien documentée. L’expulsion des Juifs de la péninsule ibérique en 1492 scelle le lien entre les populations juives originaires d’Espagne –Sepharad étant le terme en hébreu qui désigne l’Espagne- et leur nouvelle terre d’accueil, l’Empire ottoman, alors en pleine expansion. Car si la présence de la population juive dans l’Empire ottoman remonte bien avant l’expulsion, les Sépharades vont très vite devenir le groupe dominant, et constituer de fait un pôle culturel, linguistique et religieux majeur. Aujourd’hui, considérée comme la plus grande minorité juive dans les pays musulmans, la communuté juive de Turquie reste aussi un référent important dans le monde sépharade de par son nombre, son histoire et la saillance de sa production écrite propre -presse et littérature-, en judéo-espagnol ou ladino.

Jadis forte de plusieurs centaines de milliers de personnes, la communauté ne cesse de diminuer. Au tournant du XXIe siècle les estimations les plus bienveillantes estiment le nombre des Juifs de Turquie à 20 000 personnes pour l’ensemble du pays, dont la plus grande partie à Istanbul, et environ 2000 personnes à Izmir. À l’issue du Traité de Lausanne de 1923, la communauté juive, qui faisait partie des millet de l’ancien Empire ottoman auquel sont assujettis les dhimmi, sujets non musulmans, a obtenu  le statut de minorité, tout comme les communautés grecque et arménienne.

La bibliothèque de l’IFEA comprend des ouvrages, dont certains assez anciens, qui témoignent de l’intérêt de l’institut pour cette minorité, et qui sont aussi le reflet de l’importance que la culture judaïque octroie au livre, puisqu’une partie de ces ouvrages ont été publiés par des chercheurs appartenant à cette communauté. Monographies, livres collectifs, compilations d’articles, thèses et mémoires en français, en turc, et en anglais, mais aussi ouvrages plus littéraires, écrits en judéo-espagnol, composent le riche éventail des publications disponibles à l’IFEA. Une partie importante de ces livres ont été édités par deux maisons d’éditions istambouliotes (Isis et Libra Kitabevi) spécialisées partiellement ou quasi-exclusivement dans les études sur la présence juive en Turquie. L’importance des publications produites au cours du XIXe et XXe siècles par des auteurs sépharades rappelle que ce sont ces Juifs expulsés d’Espagne puis du Portugal qui auraient introduit l’imprimerie dans l’Empire ottoman, anecdote qui revient de manière récurrente lorsque l’on évoque l’expulsion et l’arrivée des Sépharades.

Les ouvrages publiés à ce jour sur la communauté sépharade d’Istanbul recouvrent trois grands thèmes : l’histoire, la langue et les études sur les minorités.

Un premier volet significatif des travaux historiques est constitué par la collection des publications d’Abraham Galante Bodrumlu, qui insistent notamment sur les documents historiques de la période byzantine et ottomane. Des auteurs comme Esther Benbassa, Avigdor Levy ou Rena Molho ont analysé le poids de la communauté sépharade dans l’Empire ottoman. Enfin, d’autres travaux, notamment ceux d’Aron Rodrigue, Laurent-Olivier Mallet ainsi que la production prolifique de Rıfat Bali, interrogent l’impact de la mise en place de la République sur les minorités, et mettent en valeur l’évolution des rapports entre Juifs et Musulmans au cours du XXe siècle.

Plusieurs travaux portent sur les particularités linguistiques du ladino en Turquie, aujourd’hui en voie de disparition. On compte parmi ceux-ci les ouvrages d’auteurs de référence comme Haïm-Vidal Séphiha et Marie-Christine Bornes-Varol, mais aussi des travaux en sociolinguistique ou anthropologie lingustique, dont ceux de Rey Romero et Mary Altabev. Il est intéressant de noter que la production écrite en ladino ou judéo-espagnol est toujours vivante : elle comprend, outre la presse écrite, des récits autobiographiques mais aussi des recueils de proverbes et dictons, un thème cher à la littérature en et sur le ladino, mis en avant dans les travaux de Matilda Koen-Sarano et Eli Şaul.

Enfin, un dernier volet est constitué par les ouvrages de politologues et d’anthropologues dont Riva Kastoryano, Mahir Şaul et Marcy Brink-Danan, qui portent sur les minorités et les questions identitaires. Ceux-ci traitent de l’évolution de la communauté sépharade dans le cadre de la constrution de l’État-nation turc, de même que des enjeux et stratégies mises en oeuvre au regard des rapports avec la majorité musulmane.

Sélection bibliographique

  • Bali, Rıfat et Mallet, Laurent-Olivier (éds.) 2014, Turkish Jews in contemporary Istanbul, Istanbul, Libra Kitabevi
  • Bali, Rıfat, 2013, The silent minority in Turkey: Turkish Jews, Istanbul, Libra Kitabevi
  • Bali, Rıfat, 2001, Les relations entre Turcs et Juifs dans la Turquie moderne, Istanbul, Isis.
  • Bali, Rıfat, 1999, Cumhuriyet yıllarında Türkiye Yahudileri. Bir Türkleştirme serüveni. (1923-1945), Istanbul, İletişim.
  • Bali, Rıfat, 2004, Avram Benaroya : Un journaliste juif oublié suivi de ses mémoires, Istanbul, Isis,
  • Bali, Rıfat, 2010, L’affaire Impôt sur la fortune (Varlık vergisi), Istanbul, Libra (Disponible aussi en turc et en anglais)
  • Benbassa, Esther, 1993, Une diaspora sépharade en transition (Istanbul, XIX-XXe siècle), Paris, Les éditions du Cerf.
  • Benbassa, Esther, 2010, Itinéraires sépharades. Complexité et diversité des identités, Paris, Presses Universitaires Paris-Sorbonne.
  • Bornes-Varol, Marie-Christine, 1988, “Balat, vieille communauté juive d’Istanbul”, Révue des Études juives, nº 3-4: 494-504
  • Brink-Danan, Marcy, 2012, Jewish Life in 21st Century Turkey. The other side of Tolerance, Bloomington, Indiana University Press.
  • Canefe, Nergis (ed.), 2014, The Jewish diaspora as a paradigm: politics, religion and belonging, Istanbul, Libra Kitap.
  • Galante, Avram, s.d, Histoire des Juifs de Turquie, t.I-IX, Istanbul, Isis.
  • Karmi, Ilan, 1992, The Jewish sites of Istanbul. A Guide Book, Istanbul, Éditoriale Isis.
  • Karmi Ilan, 1996, The Jewish Community of Istanbul in the Nineteenth Century, Istanbul, Isis.
  • Kastoryano, Riva, 2013, Turkey between nationalism and globalization, Oxon, Routledge.
  • Koen-Sarano, Matilda, 2005, Kuentos del bel para abasho, Istanbul, Sentro de investigasiones sobre la kultura sefardi otomana-turka – Gözlem Gazetecilik Basin ve Yayin
  • Levy, Avigdor, 2002, Jews, Turks, Ottomans: A shared history 15th through 20th c., New York, Syracuse University.
  • Levy, Avigdor (ed.), 1994, The Jews of the Ottoman Empire, Princeton, The Darwin Press.
  • Mallet, Laurent-Olivier, 2008, La Turquie, les Turcs et les juifs : Histoire, représentations, discours et stratégies, Istanbul, Isis
  • Mills, Amy, 2010, Street Of Memory, Landscape, Tolerance, And National Identity in Istanbul, Georgia, The University of Georgia Press.
  • Molho, Rena, 2005, Salonica and Istanbul: Social, Political and Cultural Aspects of Jewish Life, Istanbul, Isis.
  • Philips Cohen, Julia, 2014, Becoming Ottomans: Sephardi Jews and Imperial Citizenship in the Modern Era, Oxford, Oxford University Press.
  • Rodrigue, Aron, 2012, A Jewish voice from Ottoman Salonica. The Ladino memoir of Sa’adi Besalel, Stanford, Stanford University Press.
  • Rodrigue, Aron, 1997, Türkiye Yahudilerinin Batılılaşması: Alliance okulları 1860-1925, Ankara, Ayraç.5
  • (disponible bientôt en anglais)
  • Rodrigue, Aron, 1992, Ottoman and Turkish Jewry. Community and leadership, Bloomington, Indiana University Press.
  • Romero, Rey, 2012, Spanish in the Bosphorus. A Sociolinguistic Study on the Judeo-Spanish Dialect Spoken in Istanbul, Istanbul, Libra.
  • Saul, Mahir, 2013, Judeo-Spanish in the time of clamoring nationalisms, Istanbul, Libra.
  • Séphiha, Haïm-Vidal, 1977, L’agonie des judéo-espagnols, Paris, Editions Entente
  • Séphiha, Haïm-Vidal, 1984, « La société judéo-espagnole à travers ses proverbes ou dis-moi tes proverbes je te dirai qui tu es”, Richesse du proverbe, Lille, 199-209.
  • Séphiha, Haïm-Vidal, 1979, Le ladino judéo-espagnol calque : Structure et évolution d’une langue liturgique I, Paris, Université Sorbonne-Nouvelle.
  • Séphiha, Haïm-Vidal, 1979, Le ladino judéo-espagnol calque : Structure et évolution d’une langue liturgique. Textes et commentaires II, Paris, Université Sorbonne-Nouvelle.
  • Şaul, Eli, 2012, From Balat to Bat Yam: Memoirs of a Turkish Jew, Istanbul, Libra Kitapçilik.
  • Şaul, Eli, 1994, Folkor de los Judios de Turkiya, Istanbul, Isis.
  • Stein Sarah Abrevaya, 2006, Making Jews modern. The Yiddish and Ladino Press Press in the Russian and Ottoman Empires, Bloomington, Indiana University Press.
Cite this article as: Aitzpea Leizaola, "La communauté sépharade d’Istanbul," in Dipnot, 07/01/2016, http://dipnot.hypotheses.org/1851.

L’Égypte ottomane

Décembre 2015
Türkçe çeviri

Terras suis contenta bonis, non indiga mercis
Aut Jovis, in solo tanta est fiducia Nilo

Une terre satisfaite de ses bonnes [choses/qualités], qui n’attend rien du commerce
ou [des faveurs] de Jupiter, dans le Nil est toute sa confiance.
« La Pharsale » de Lucain (Trad. Aude Aylin de Tapia)

Faruk_BiliciLa disparition de l’Empire byzantin laisse au Moyen-Orient principalement trois grandes puissances islamiques au début du XVIe siècle : l’Empire ottoman, l’Empire perse des Safavides et l’Empire mamlouk en Égypte et en Syrie. La suzeraineté de ce dernier empire, dirigé par Qansouh el-Gouri, s’étend jusqu’au sud de la Cappadoce, en Cilicie et aux monts Taurus.

C’est dans un contexte de rivalités politiques, économiques et idéologiques entre ces trois puissances qu’il faut envisager la conquête de l’Égypte par Selim Ier (1512-1520), à la tête de l’Empire ottoman, en conflit avec la nouvelle idéologie chiite radicale safavide, mais également en compétition politique avec l’Empire mamlouk pour l’hégémonie de la Méditerranée orientale, la mer Rouge et les Lieux-Saints de l’Islam (Jérusalem, La Mecque et Médine).

Pour empêcher toute alliance officielle entre Safavides et Mamlouks et pour casser l’encerclement dans son flanc oriental que Selim Ier dirige son expédition en 1516 vers la Syrie et l’Égypte, après avoir infligé une défaite mémorable à Chah Ismail à Çaldıran (1514), puis après avoir annexé le territoire de Düllkadir, vassal des Mamlouks. Ainsi la possession du Kurdistan méridional et des places fortes de Diyarbekir, Mardin, Urfa et Rakka ouvrait la voie vers la Syrie et l’Égypte. La première rencontre des deux armées, ottomane et mamlouk a lieu à Merg Dabek au nord d’Alep, le 24 août 1516. Les Turcs, dotés d’une artillerie puissante, remportent une victoire écrasante et Qansouh el-Gouri périt sur le champ de bataille. À la fin du mois de septembre, toute la Syrie était aux mains des Ottomans. Le nouveau sultan Touman Bay accueille l’armée ottomane à Reydaniyye le 22 janvier 1517. Vaincu, le sultan égyptien défend Le Caire énergiquement, sans succès. Il est exécuté le 13 avril 1517.

L’organisation administrative et économique de l’Égypte ottomane

Selim ne bouleverse pas fondamentalement l’organisation sociale de l’Égypte, il laisse aux Mamlouks loyaux les privilèges et les terres qu’ils avaient auparavant, confiant même le gouvernement à l’un des beys Mamlouks, Khayr Bey jusqu’à sa mort en 1522. Par contre le califat devient une dignité des sultans ottomans.

Avec la conquête de l’Égypte, les pays arabes, à l’exception du Maroc, entrent les uns après les autres dans le giron ottoman, constituant ainsi le plus vaste empire de la Méditerranée depuis les Romains. Les différentes économies régionales forment désormais une économie-monde.

La véritable organisation administrative et fiscale est mise en place à partir de 1525, sous l’autorité du grand vizir Ibrahim Pacha (1493-1536). Le kânun-nâme (règlement fiscal) préparé par le pacha est une sorte de constitution qui restera en vigueur avec plus ou moins de bonheur jusqu’à l’expédition d’Égypte de Bonaparte en 1798. Les pachas (vizirs) et les autres hauts fonctionnaires nommés par le sultan administrent cette gigantesque ferme fiscale qui est l’Égypte.

Pachas ottomans en Égypte se chargent, avec le diwân (Conseil) de la collecte des impôts, de l’envoi du tribut annuel à la cour ottomane, de la réception et de la diffusion des ordres provenant d’Istanbul, des travaux publics, de l’entretien des waqfs et de l’expédition des vivres et des fonds aux villes saintes ainsi que de l’organisation et de la sécurité du pèlerinage.

Des corps de troupes d’infanterie (janissaires) et de cavalerie envoyés par le pouvoir central secondent le gouverneur et le diwân. L’administration provinciale est confiée aux kâşifs (surveillant) équivalents de sancak beyi, qui devient une charge réservée aux chefs Mamlouks. À partir du XVIIe siècle, le pouvoir du pacha ottoman décline, d’ailleurs au profit  de cette classe dirigeante locale (janissaires et Mamlouks) qui se lance dans une lutte pour avoir une part plus importante de revenus fiscaux.

Au XVIIIe siècle, la quasi-totalité du pouvoir économique, politique et administratif est aux mains des maisons Mamlouks, isolées de la population rurale, mais aussi au détriment de la production artisanale. Cette stagnation laisse la place à une pénétration européenne massive. Le pays s’appauvrit à cause du détournement de voies internationales de commerce. Mais surtout le café et le sucre, principaux produits de substitution au commerce médiéval des épices, sont concurrencés par la production en grande quantité et au meilleur prix des Antilles et des îles américaines. Les intermédiaires de ce commerce fructueux sont des Grecs catholiques venant de Syrie.

De simple concession fiscale temporaire de la terre, l’iltizâm (la concession fiscale), base de la puissance économique des Mamlouks se transforme en quasi propriété privée au profit de mültezim, souvent absentéiste et résidant en ville : les multiples intermédiaires cherchent  à augmenter leurs revenus au détriment du paysan (fallah).

Cela dit, dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, la demande croissante des céréales (surtout du riz) par les marchés ottomans et européens, accélère la modernisation des techniques agricoles et la mise en place d’une irrigation permanente, devenant indépendante de la crue du Nil, notamment dans le Delta.

L’Expédition d’Égypte : la fin d’un monde

D’abord François Charles-Roux1 puis Henry Laurens2 ont montré par quel cheminement intellectuel les Lumières (la civilisation) puis la Révolution française (la liberté) ont été conduites à organiser une expédition militaire contre cette province de l’Empire ottoman, pourtant allié de la France depuis le XVIe siècle. Naturellement, la nouvelle configuration de la géographie politique, l’expansion du capitalisme mondial et la compétition politique et économique internationale sont des moteurs immédiats d’une telle entreprise. Dans cette course, l’Empire ottoman, en déclin politiquement, militairement et économiquement depuis la fin du XVIIe siècle, constitue un terrain de choix, d’autant plus que ses deux voisines, la Russie et l’Autriche font partie de ces puissances à la recherche de nouveaux marchés, en symbiose avec l’Europe occidentale.

La supériorité matérielle et intellectuelle européenne qui se manifeste depuis le XVIe siècle, comme une opposition religieuse christianisme / islam, se laïcise au XVIIIe siècle, et avec la Révolution française elle adopte une nouvelle idéologie : la civilisation. La France révolutionnaire se considère comme le creuset de cette idéologie dynamique. Quant à l’Orientalisme, il nourrit cette idéologie.

L’homme qui incarnera le mieux cette idéologie est Bonaparte. Attiré depuis sa jeunesse par l’Orient et passionné de la littérature de voyage et d’analyses sur le Levant, ce jeune général est aussi victorieux devant les armées révolutionnaires.

Le prétexte immédiat d’une expédition militaire en Égypte est la protection du commerce français et surtout la lutte contre les ambitions anglaises d’exclure la France du commerce d’Orient et notamment d’Inde. En réalité, il s’agit d’un vaste programme mal défini, à la fois d’une carrière personnelle, mais aussi d’une tentative de mettre en œuvre des idées des Lumières : libération des peuples opprimés sous le despotisme par l’éducation et la science, création d’une nouvelle humanité sur les nouvelles bases civilisationnelles, élargir pour cela les possibilités économiques et politiques de la nation française dans le monde.

Les trois ans de guerre (1798-1801) au cœur de la Méditerranée orientale ont mobilisé tout l’Empire ottoman, ainsi que la plupart des nations européennes (La Russie, l’Angleterre, mais aussi l’Autriche, l’Espagne etc.). Même si l’Égypte a été libérée de l’Armée d’Orient, ni l’Empire ottoman ni l’Égypte ne seront plus jamais les mêmes. L’Expédition d’Égypte montre à l’Empire ottoman la nécessité évidente et absolue d’une modernisation. Mais elle marque également le début du démembrement accéléré de l’Empire ottoman, le mettant en position d’enjeu jusqu’à la fin de la Première Guerre mondiale.

Sélection bibliographique thématique

L’Égypte ottomane (études en différentes langues)

  • Abdurrahim Abdurrahman Abdurrahim        Les Maghrébins en Égypte  à l’époque ottomane (1517-1798) : Tome 1er         1982    Tunis   TUR Ho 185/
  • Al-Dali  Muhammad Şabri     The Zawiya and Egyptian Society in the 16 th century: A case study of Zawiya al Sha’rani : Tiré à part de Islamic Area Studies Working Paper Series No. 20         2000    Tokyo  TAP 0013/
  • Al-Dali Muhammad Sabri      Shaykhs and the Ottoman Occupation of Egypt: Tiré à part de Islamic Area Studies Working Paper Series No. 22          2001    Tokyo  TAP 0096/
  • « Baldinetti,Anna; Campagne, Pierre » Orientalisme et politique italienne en Égypte  et en Libye : Agriculture familiale en Méditerranée       1995    Tunis   COLL XXXI c 28/
  • Behrens-Abouseif Doris         Egypt’s Adjustment to Ottoman Rule, Institutions, Waqf and Architecture in Cairo (16th and 17th Centuries)      1994    Leiden Tur Ho 596/
  • Charles-Roux François, Deherain Henri       Histoire de la nation égyptienne : Tome VI : L’Égypte  de 1801 à 1882 : Mohamed Aly et sa dynastie jusqu’à l’occupation anglaise : Le Soudan égyptien de Mohamed Aly à Ismaïl Pacha  1936    Paris    H Gén 012 VI/
  • Cohen Amnon, Baer Gabriel (Eds.)  Egypt and Palestine: A Millenium of Association 868-1948 1984    New York    TUR Ho 403/
  • Deherain Henri           Histoire de la nation égyptienne : Tome V : L’Égypte  turque : Pachas et Mameluks du XVIe au XVIIIe siècle : L’expédition du Général Bonaparte 1934    Paris    H Gén 012 V/
  • Denon Vivant  Planches du Voyage dans la Basse et la Haute Égypte  pendant les campagnes du Général Bonaparte       1990    Le Caire          VH Fo 032 /
  • Denon Vivant  Voyage dans la basse et la haute Égypte, pendant les campagnes du Général Bonaparte : Volume I Texte           1989    Le Caire          VH 263/
  • El-Nahal Galal H.       The Judicial Administration of Ottoman Egypt in the Seventeenth Century           1979            Minneapolis    TUR Ho 455/
  • Fahmy, Khaled           All the Pasha’s Men, Mehmed Ali, his army and the making of modern Egypt       2002            Cairo   Tur Ho 1005/
  • Geoffroy Eric Le soufisme en Égypte  et en Syrie sous les derniers Mamelouks et les premiers ottomans : Orientations spirituelles et enjeux culturels 1995    Damas            COLL V 156/
  • Hathaway Jane          The Politics of Households in Ottoman Egypt: The Rise of the Qazdağlıs 1997    New York    TUR Ho 728/
  • Holt P. M        Egypt and the fertile crescent 1516-1922. A political history           1975    London            F TH 129/
  • Jong F. De      Turuq and Turuq-Linked Institutions in Nineteenth Century Egypt: A Historical Study in Organizational Dimensions of Islamic Mysticism     1978    Leiden ISL R 026/
  • Kabrda Joseph           Quelques firmans concernant les relations franco-turques lors de l’expédition de Bonaparte en Égypte  (1798-1799)   1947    Paris    TUR Hd 005/
  • Kuneralp Sinan           Ottoman diplomatic documents on the “eastern question”. Egypt: from Ismail Pasha’s abdication to Hasan Fehmi Pasha’s mission to London 1879-1885           2011    Istanbul           COLL XXX 16/
  • Lellouch Benjamin      « Les Ottomans en Égypte Historiens et conquérants au XVIe siècle »       2006    Leuven            COLL XVI 11/
  • Lellouch Benjamin      Ibn Zunbul un égyptien face à l’universalisme ottoman (seizième siècle) : Tiré à part de Studia Islamica           1994    Paris    TUR Ho 527 (tap)/
  • Mayeur-Jaouen  Catherine    Al-Sayyid Ahmad al-Badawi : Un grand saint de l’islam égyptien   1994    Le Caire   COLL VI G 32/
  • Menassa Laïla,  Laferrière Pierre      La Saqia : Technique et vocabulaire de la roue à eau égyptienne  1974            Le Caire          COLL VI A 067/
  • Mikhail Alan    Nature and Empire in Ottoman Egypt: An Environmental History   2011    Cambridge      ISL G 147/
  • Moreh S. (Ed.)           Al-Jabarti’s Chronicle of the First Seven Month of the French Occupation of Egypt: Muharram-Rajab 1213: 15 June-December 1798: Tarikh Muddat al-Faransis bi-misr      1975    Leiden ISL T 02/
  • Moret A.          Le Nil et la civilisation égyptienne     1926    Paris    H Gén 004 I 07/
  • Panzac, Daniel, Rymond, André       La France et l’Égypte  à l’époque des vice-rois 1805-1882 2004    Le Caire   ISL H 007/
  • Philipp Thomas, Perlmann Moshe (Eds.)     A Guide to Abd al-Rahman al-Jabarti’s History of Egypt: ‘Aja’ib al-Athar fi’l-Tarajim wa’l Akhbar 1994    Stuttgart          TUR Hc 126-03/
  • Philipp Thomas, Perlmann Moshe (Eds.)     Abd al-Rahman al-Jabarti’s History of Egypt: ‘Aja’ib al-Athar fi’l-Tarajim wa’l Akhbar: Text Volumes III et IV  1994    Stuttgart          TUR Hc 126-02/
  • Phılipp Thomas, Perlmann Moshe (Eds.)     Abd al-Rahman al-Jabarti’s History of Egypt: ‘Aja’ib al-Athar fi’l-Tarajim wa’l Akhbar : Text Volumes I et II    1994    Stuttgart          TUR Hc 126-01/
  • Raymond André         Le Caire des janissaires : L’Apogée de la ville ottomane sous ‘Abd-al-Rahmân Katkhudâ            1995    Paris    Obs Urb 539/
  • Raymond André         Grandes villes arabes à l’époque ottomane 1985    Paris    TUR Ho 216/
  • Raymond André         Artisans et commerçants au Caire au XVIIIe siècle : 2 vols           1999    Damas            COLL V 180 I-II
  • Shaw, Stanford J.      The Budget of Ottoman Egypt 1005-1006 / 1596-1597       1968    Paris    TUR Ho 456/
  • Weingarten Judith      The Transformation of Egyptian Taweret into the Minoan Genius  1991    Partille COLL IX 088/
  • Wiet Gaston    Matériaux pour un corpus inscriptionum arabicarum : 1e partie : Égypte: Tome II : Égypte             1930    Le Caire          Ep Ar 10-04/
  • Wiet Gaston    Histoire de la nation égyptienne : Tome IV : L’Égypte  arabe de la conquête arabe à la conquête ottomane : 642-1517 de l’ère chrétienne       1937    Paris    H Gén 012 IV/
  • Wiet, Gaston   Histoire de la nation égyptienne, Tome  IV – L’Égypte  arabe         1937    Paris    Div 214-4/
  • Winter Michael           Society and Religion in Early Ottoman Egypt: Studies in the Writings of ‘Abd al-Wahhab al-Sha’rani      1982    London            TUR Ho 200/
  • Wissa Myriam (Éd.)   The Knowledge Economy and Technological Capabilities, Egypt, the NearEast and the Mediterranean, 2nd millennium B.C. -1st millennium A.D.   2009    Barcelona       COLL LXXXVII 26/
  • The 8th International Congress of Turkish Art, Papers, Summaries, Cairo, 26th September-1st October 1987,  Egyptian Antiquities Organization      [y.y.]    Cairo   F HT 032/
  • The 8th International Congress of Turkish Art, Program, Cairo, 26th September-1st October 1987,  Egyptian Antiquities Organization         [y.y.]    Cairo   F HT 033/
  • Palais et maisons du Caire II : Epoque ottomane (XVIe-XVIIIe siècles)    1988    Paris    SL A 040 II/

L’Égypte ottomane (études en turc)

  • Altundağ, Şinasi         Kavalalı Mehmet Ali Paşa isyani Mısır meselesi 1831-1841, I. kısım         1945    Ankara            TUR Ho 025/
  • Çetin, Atillâ     Kavalalı Mehmed Ali Paşa’nın Mısır valiliği : Osmanlı belgelerine göre      1998    Istanbul            TUR Ho 035/
  • Çetin, Atillâ     Kavalalı Mehmed Ali Paşa’nın Mısır Valiliği : Osmanlı belgelerine göre     1998    Istanbul            TUR Ho 809/
  • Eldem, Halil Etem      Mısırın son Memlûk Sultanı Melik Tumanbay II adına Çorluda bulunan bir kitabe 1935            Istanbul           TUR Ho 133/
  • Erkutun, M. İlkin (Éd.)            Darendeli İzzet Hasan Efendi Ziyânâme, Sadrazam Yusuf Ziya Paşa’nın Napolyon’a Karşı Mısır Seferi (1798-1802)  2009    Istanbul           TUR Hd 099/
  • Evliya Çelebi  Evliya Çelebi Seyahatnamesi : 10uncu cilt : Mısır, Sudan, Habeş (1672-1680)    1938    Istanbul            TUR Hc 020-10/
  • Kahraman, Seyit Ali (Eds.)    Günümüz Türkçesiyle Evliya Çelebi Seyahatnamesi : Mısır, Sudan, Habeşistan, Somali, Cibuti, Kenya, Tanzania: 1. Cilt 10. Kitap    2011    İstanbul           Tur Ho 981-10 a/
  • Kahraman, Seyit Ali (Eds.)    Günümüz Türkçesiyle Evliya Çelebi Seyahatnamesi: Mısır, Sudan, Habeşistan, Somali, Cibuti, Kenya, Tanzania: 2. Cilt 10. Kitap    2011    İstanbul           Tur Ho 981-10 b/
  • Landau, Jacob M.      18. yüzyılda Mısır’la ilgili iki Portekiz kroniği üstüne bazı görüşler : Tiré à part du X. Türk Tarih Kongresi            1994    Ankara            TAP 0022/
  • Mahmud S. Muhammed       XVI. asırda Mısır Eyâleti : Doktora Tezi       1990    Istanbul           TUR Ho 473/
  • Mantran, Robert         Notes sur le kanunname-i Mısır (règlement ottoman de l’Égypte) : Tiré à part des Cahiers de Linguistique, d’Orientalisme et de Slavistique No. 9       1977    y.y.      TUR Ho 136-13 (tap)/
  • Türk silahlı kuvvetleri tarihi : Osmanlı devri : 1798-1802 Osmanlı Fransız harbi (Napolyon’un Mısır seferi) : IIIncü cilt 5nci kısım eki         1987    Ankara            TUR Ho 281/
  • Türkiye Diyanet Vakfı : İslâm Ansiklopedisi : Cilt 29 : Mekteb-Mısır mevlevihanesi          2004    Ankara            TUR Ge 03 II 29/

Voyages

  • Ali Bey Travels of Ali Bey in Morocco, Tripoli, Cyprus, Egypt, Arabia, Syria, and Turkey, Between the Years 1803 and 1807. Written by Himself and Illustrated by Maps and Numerous Plates. 2 vol. vol. 2  1816 (rep 1970)   London            VH 051 II/
  • Ali Bey Travels of Ali Bey in Morocco, Tripoli, Cyprus, Egypt, Arabia, Syria, and Turkey, Between the Years 1803 and 1807. Written by Himself and Illustrated by Maps and Numerous Plates. 2 vol. Vol. 1 1816 (rep 1970)   London            VH 051 I/
  • Al-Kindi           Histoire des Cadis Egyptiens Ahbar qudat Misr      2012    Le Caire          ISL H 133/
  • Alpin Prosper  Voyages en Égypte  1549-1552 : Jean Chesneau, André Thevet 1984    Paris    COLL VI J 24/
  • Amer Henry (Ed.)      Voyage en Égypte  de Balthasar de Monconys 1646-1647 1973    Le Caire          COLL VI J 08/
  • Boullaye-Le-Gouz, De La      Les voyages et observations du Sieur de la Boullaye-Le-Gouz gentil-homme angevin Où sont décrites les Religions, Gouvernements, et situations des Estats et Royaumes d’Italie, Grece, Natolie, Syrie, Perse, Palestine, Karamenie, Kaldée, Assyrie, grand Mogol, Bijapour, Indes Orientales des Portugais, Arabie, Égypte , Hollande, grande Bretagne, Irlande, Dannemark, Pologne, Isles et autres lieux d’Europe, Asie et Affrique, où il a séjourné, le tout enrichy de belles figures         1657    Paris    VH 005/
  • Boullaye-Le-Gouz, De La      Les voyages et observations du Sieur de la Boullaye-Le-Gouz gentil-homme angevin Où sont décrites les Religions, Gouvernements, et situations des Estats et Royaumes d’Italie, Grece, Natolie, Syrie, Perse, Palestine, Karamenie, Kaldée, Assyrie, grand Mogol, Bijapour, Indes Orientales des Portugais, Arabie, Égypte , Hollande, grande Bretagne, Irlande, Dannemark, Pologne, Isles et autres lieux d’Europe, Asie et Affrique, où il a séjourné, le tout enrichy de belles figures         1657    Paris    CD VH 33//
  • Brejnik Claire, Brejnik Antoine (Eds.)            Voyages en Égypte  de Christophe Harant de Polzic et Bezdruzic 1598    1972    Le Caire          COLL VI J 05/
  • Burri Carla, Sauneron Serge (Eds.)  Voyages en Égypte  des années 1589, 1590 et 1591 : Le Vénitien anonyme, Le Seigneur de Villemont, Le Hollandais Jan Sommer   1971    Le Caire          COLL VI J 03/
  • Fenoyl R. De (Ed.)     La médecine des Egyptiens par Prosper Alpin (1581-1584)           1980    Paris    COLL VI J 21 I/
  • Fenoyl R. De (Ed.)     La médecine des Egyptiens par Prosper Alpin (1581-1584)           1980    Paris    COLL VI J 21 II/
  • Flaubert Gustave       Voyages : Tome second : Voyage en Orient : Égypte, Palestine, Asie Mineure, Constantinople, Grèce, Italie (1849-1851), Constantine, Tunis et Carthage (1858)          1948    Paris    VH 204 II/
  • Goyon Georges (Ed.) Voyages en Égypte  d’Anthoine Morison 1697        1976    Le Caire          COLL VI J 17/
  • Heberer Von Bretten Michael            Voyages en Égypte  de Michael Heberer ven Bretten 1585-1586  1976            Le Caire          COLL VI J 18/
  • Letts Malcolm (Ed.)    The Pilgrimage of Arnold von Harff Knight from Cologne, through Italy, Syria, Egypt, Arabia, Ethiopia, Nubia, Palestine, Turkey, France and Spain, which he accomplished in the Years 1496 to 1499    1967    Nendeln          VH 230/
  • Libois Charles (Ed.)    Voyage en Égypte  du Père Antonius Gonzales 1665-1666 II        1977    Le Caire            COLL VI J 19 II/
  • Libois Charles (Ed.)    Voyage en Égypte  du Père Antonius Gonzales 1665-1666 I         1977    Le Caire            COLL VI J 19 I/
  • Lucas Paul      Voyage du Sieur Paul Lucas, fait en M.DCCXIV, etc. par ordre de Louis XIV dans la Turquie, l’Asie, Sourie, Palestine, Haute et Basse Égypte, etc. : Nouvelle édition : Tome Troisième         1724    Rouen            VH 020 III/
  • Lucas Paul      Voyage du Sieur Paul Lucas, fait en M.DCCXIV, etc. par ordre de Louis XIV dans la Turquie, l’Asie, Sourie, Palestine, Haute et Basse Égypte, etc. : Nouvelle édition : Tome second 1724    Rouen VH 020 II/
  • Lucas Paul      Voyage du Sieur Paul Lucas, fait en M.DCCXIV, etc. par ordre de Louis XIV dans la Turquie, l’Asie, Sourie, Palestine, Haute et Basse Égypte, etc. : Nouvelle édition : Tome premier 1724    Rouen VH 020 I/
  • Lucas Paul      Voyage du Sieur Paul Lucas, fait en M.DCCXIV, etc. par ordre de Louis XIV dans la Turquie, l’Asie, Sourie, Palestine, Haute et Basse Égypte, etc. : Nouvelle édition : Tomes I-II-III   1724    Rouen CD VH 32//
  • Pococke Richard       A Description of the East and Some other Countries: Volume the First: Observations on Egypt  1743    London            VH Fo 029 I/
  • Poujoulat Baptistin      Voyage dans l’Asie Mineure en Mésopotamie, à Palmyre, en Syrie, en Palestine et en Égypte : Tome I          1840    Paris    VH 079 I/
  • Poujoulat Baptistin      Voyage dans l’Asie Mineure en Mésopotamie, à Palmyre, en Syrie, en Palestine et en Égypte : Tome II         1841    Paris    VH 079 II/
  • Poujoulat Baptistin      Voyage dans l’Asie Mineure en Mésopotamie, à Palmyre, en Syrie, en Palestine et en Égypte : Tome I          1840    Paris    CD VH 04//
  • Poujoulat Baptistin      Voyage dans l’Asie Mineure en Mésopotamie, à Palmyre, en Syrie, en Palestine et en Égypte : Tome II         1841    Paris    CD VH 06//
  • Sanguin Georges (Ed.)          Voyage en Égypte  de Gabriel Brémond 1643-1645           1974    Le Caire            COLL VI J 12/
  • Sauneron Serge (Ed.)            Le Voyage en Égypte  de Pierre Belon du Mans 1547        1970    Le Caire            COLL VI J 01/
  • Sauneron Serge (Ed.)            Voyages en Égypte  de Jean Coppin 1638-1639 1643-1646          1971    Le Caire   COLL VI J 04/
  • Sauneron Serge (Ed.)            Voyages en Égypte  pendant les années 1587-1588 : H.-L. von Lichtenstein, S. Kiechel, H.-Chr. Teufel, G.-Chr. Fernberger, R. Lubenau, J. Miloïti           1972    Le Caire          COLL VI J 06/
  • Sauneron Serge (Ed.)            Le Voyage en Égypte  de Jean Palerne Forésien 1581      1971    Le Caire            COLL VI J 02/
  • Sauneron Serge (Ed.)            en Égypte  d’Edward Brown 1673-1674       1974    Le Caire          COLL VI J 10/
  • Sauneron Serge (Ed.)            Voyages en Égypte  des années 1597-1601 : Bernardino Amico da Gallipoli, Aquilante Rocchetta, Henry Castela 1974    Le Caire          COLL VI J 11/
  • Schefer Charles (Ed.)            Sefer Nameh : Relation du voyage de Nassiri Khosrau en Syrie, en Palestine, en Égypte, en Arabie et en Perse          1881    Paris    VH 127/
  • Schefer Charles (Ed.)            Le Voyage d’Outremer (Égypte, Mont Sinay, Palestine) de Jean Thenaud Gardien du couvent des Cordeliers d’Angoulême suivi de La Relation de l’Ambassade de Domenico Trevisan auprès du Soudan d’Égypte  1512    1884    Paris    VH 132/
  • Volkoff Oleg V.          Voyageurs russes en Égypte           1972    Le Caire          COLL VI F 32/
  • Volkoff Oleg V. (Ed.) Voyages en Égypte  des années 1611-1612 : George Sandys, William Lithgow  1973            Le Caire          COLL VI J 07/
  • Volkoff Oleg V. (Ed.) Voyages en Égypte  de Johann Wild 1606-1610     1973    Le Caire          COLL VI J 09/
  • Volkoff Oleg V. (Ed.) Voyages en Égypte  des années 1634, 1635 et 1636 : Henry Blunt, Jacques Albert, Santo Seguezzi, George Chr. von Neitzschitz        1974    Le Caire          COLL VI J 13/
  • Volney Voyage en Égypte  et en Syrie         1959    Paris    VH 221/
  • Walle Baudouin Van De (Ed.)           Voyage en Égypte : Vincent Stochove, Gilles Fermanel, Robert Fauvel 1631    1975    Le Caire          COLL VI J 15/
  • Walz Terence Trade between Egypt and Bilad As-Sudan 1700-1820        1978    Le Caire          COLL VI G 08/
  • Wittman William         Travels in Turkey, Asia-Minor, Syria, and across the Desert into Egypt during the Years 1799, 1800 and 1801 in company with the Turkish Army, and the British Military Mission           1803    London            VH 038/
  • Pīrī Re’īs, Evliyā Çelebī          Deux regards ottomans sur Alexandrie, traduits et commentés par Jean-Louis Bacqué-Grammont et Michel Tuchscherer  2013    Alexandrie      COLL 114-30

Expédition d’Égypte

  • Boustany Salaheddine           The Press during the French Expedition in Egypt 1798-1801 : Tiré à part des Cahiers d’Histoire Egyptienne Série VI No. 1 Mars 1954    1954    Le Caire          ISL H 047 (tap)/
  • Laurens Henry           Les origines intellectuelles de l’expédition d’Égypte : L’Orientalisme Islamisant en France 1698-1798      1987    Istanbul           COLL XV 05
  • Laurens Henry (Ed.)  Kléber en Égypte  1798-1800 I : Kléber, commandant en chef 1798-1799 1988    Paris            COLL VI J 25 I/
  • Laurens Henry (Ed.)  Kléber en Égypte  1798-1800 I : Kléber, commandant en chef 1798-1799 1988    Paris            COLL VI J 25 II/
  • Laurens Jacques, Laurens Henry (Eds.)      Kléber en Égypte  1798-1800 IV : Kléber, commandant en chef 1799-1800      1995    Paris    COLL VI J 25 IV/
  • Laurens Jacques, Laurens Henry (Eds.)      Kléber en Égypte  1798-1800 III : Kléber, commandant en chef 1799-1800      1995    Paris    COLL VI J 25 III/
  • Raymond André         Égyptiens et français au Caire, 1798-1801  1998    Le Caire          TUR Hr 209/
  • Shmuelevitz Aryeh (Ed.)       Napoleon and the French in Egypt and the Holy Land 1798-1801: Articles Presented at the 2nd International Congress of Napoleonic Studies: Israel, July 4-11, 1999        2002    Istanbul            H Gén 217/
  • Wassef Amin Sami    L’information et la presse officielle en Égypte  Jusqu’à la fin de l’occupation française            1975    Le Caire          COLL VI F 17/
Cite this article as: Faruk Bilici, "L’Égypte ottomane," in Dipnot, 01/12/2015, http://dipnot.hypotheses.org/1846.
  1. Les origines de l’expédition d’Égypte, Paris, Plon, 1910 []
  2. Les origines intellectuelles de l’expédition d’Égypte : L’Orientalisme islamisant en France 1698-1798, Istanbul, IFEA, 1987 []

Approches technologiques en archéologie

Novembre 2015
Türkçe çeviri

Les 24 et 25 novembre 2015 auront lieu les Rencontres d’Archéologie de l’IFEA. Le thème en sera les approches technologiques en archéologie.

2015112425_Rencontres

 Par approches technologiques, nous entendons l’étude des « chaînes opératoires » liées  à la réalisation d’un objet. Nous profitons de cet évènement pour débuter une série de billets, notes ou parenthèses bibliographiques, en nous plongeant dans les ouvrages disponibles sur ce sujet dans la bibliothèque de l’IFEA. Comme la notion de chaîne opératoire est le fruit d’une longue histoire des sciences de l’homme, (anthropologie et préhistoire) et recoupe bien des domaines : technologie, cognitifs, environnementaux ou encore économiques, avançons par étapes au gré des rayons.  Soulignons que le Pôle Archéologie de l’IFEA développe ses activités autour des approches liées à la relation entre Techniques et Cultures, répondant ainsi à une attente  de la communauté archéologique en Turquie. L’acquisition d’ouvrages de référence en ces domaines sera donc commentée périodiquement sur nos pages Internet.

Pour le grand public, cette notion de chaîne opératoire peut sembler abstraite, voire rébarbative. Pourtant, c’est elle qui s’applique directement à nos sociétés de production. Elle régit l’économie réelle, fondée sur l’industrie, elle est au cœur des problématiques de l’écologie et du développement durable tant évoqués en ces temps incertains où nos écosystèmes évoluent sans que nous en contrôlions la course.

Son utilisation dans le cadre archéologique est un legs de l’anthropologie française, notamment de Marcel Mauss (1872-1950) qui, au travers de ses travaux sur « les techniques du corps », décrivit  l’influence du contexte culturel sur les processus d’apprentissage, le développement des savoir-faire (Mauss 1935 ; 1947). André Leroi-Gourhan portera ce regard d’anthropologue sur la Préhistoire en proposant  d’étudier le matériel archéologique non plus comme un artefact fini mais comme un témoignage technique et culturel. À l’opposé du déterminisme technique ou environnemental naguère dominant, André Leroi-Gourhan amena la communauté scientifique à se pencher sur la relation entre les techniques et les savoir-faire, l’acquisition de ces savoir-faire dépendant d’un processus cognitif profondément ancré dans la sphère culturelle et social (Leroi-Gourhan 1971, 1973).  Malgré l’engouement pour l’ethnoarchéologie, devenant une discipline à part entière dès les années quatre-vingts, l’étude de la relation entre la technique et la culture reste toujours minoritaire, ancrée dans une tradition francophone n’ayant pas complétement basculé dans le déterminisme climatique tant invoqué de nos jours pour expliquer l’Histoire.

La bibliothèque de l’IFEA, riche d’une longue histoire de recherches archéologiques, abrite en ses rayons quelques témoignages des prémices ayant conduit les études matérielles vers l’analyse des chaines opératoires. Loin des figures patriarcales telles celles d’Henry Breuil (1877-1961), de Marcellin Boulle (1861-1942) ou de Pierre Teilhard de Chardin (1881-1955), quelques ouvrages dans notre catalogue n’en soulignent pas moins le caractère iconoclaste et anticonformiste animant le préhistorien. Rappelons que ce n’est qu’en 1996, sous le pontificat de Jean-Paul II, que le Vatican reconnaîtra que la Préhistoire et le principe d’évolution sont plus qu’une simple hypothèse, position finalement innovante si l’on considère l’emprise du créationnisme dans les débats de société aux États Unis.

En 1936, André Cheynier, médecin notable de Terrasson (Dordogne), préhistorien et futur président de la Société Préhistorique Française, rend un vibrant hommage au Sieur de Jouannet (François René Bénit VATAR-1765-1855), fils d’imprimeurs rennais, rédacteur du « Journal des Hommes libres de tous les pays » qu’il fonda en 1792 avec son cousin René Vatar. Libertaires et subversifs, les cousins n’en connurent pas moins des destins forts différents. Les pamphlets à l’encontre du « citoyen premier consul » Bonaparte vaudront à René VATAR d’être déporté à Cayenne, loin des fraîches dorures de l’Empire. Il s’y illustra à bord d’un navire corsaire, harcelant la marine britannique le long de ces côtes boueuses de la Guyane, drainées par les fleuves Maroni et Oyapok, au nord du delta de l’Amazone. Un boulet anglais lui arracha une jambe en 1806, ce qui ne l’empêcha pas de faire fructifier son négoce maritime jusqu’à sa mort en 1835.  Pour ne pas connaître le destin de son cousin, François René Bénit VATAR en vint à effacer le Vatar de son patronyme en le remplaçant par Jouannet, titre hérité des hauts faits familiaux en tant qu’imprimeurs royaux en Bretagne, durant les deux siècles précédents la révolution Française. Quittant Paris pour Bordeaux, puis Périgueux, il parcourt les campagnes, ses pérégrinations l’amenant à se pencher sur les époques «remontant à la nuit des temps»  (Cheynier, 1936, p.37). Il rédige les Annuaires du Départements de Dordogne et de Gironde et, accessoirement, devient membre de l’Académie de Bordeaux en 1818.   Passons sur ses découvertes majeures que sont les sites de l’Écorne-Bœuf, la grotte de la Combe ou le Pey de l’Azé mais écoutons-le plutôt évoquer trois principes fondateurs de l’archéologie moderne.

1-      La notion de patrimoine et de sa préservation : « nous nous bornerons à désirer que le résultat des recherches […] inspire aux habitants de ce département un peu moins d’indifférence sur les antiquités de leur pays. » (Jouannet, 1814.- Calendrier de la Dordogne : du Périgord sous les Gaulois, cité dans Cheynier 1936, pp. 37).

2-      La notion, encore floue, de temps Préhistoriques : « À quelle époque, dans quel but tout cela s’est-il fait ? Pauvres hommes ! Nous connaissons les comètes et nous échouons à un mauvais trou, au Pey de l’Azé ! » (Calendrier de la Dordogne, 1817, p. 204 ; cité par Cheynier, 1936).

3-      La notion de chaine opératoire, au sujet de bifaces et de haches polies : « J’ai pu juger de la manière dont on s’y prit pour les tailler ». s’ensuit un vocabulaire descriptif fondé sur les techniques, encore d’actualité : pointe mousse, bords latéraux, percussion, arêtes, convexité… (Calendrier de la Dordogne, 1819, suite de la statistique, pp. 3-12 ; cité par Cheynier, 1936).

Bien que le cousin VATAR écuma les mers de Georgetown à Cayenne, illustrant un XIX siècle affirmant l’emprise des empires européens sur l’Orient, l’Asie, l’Afrique et les Amériques, la Préhistoire s’écrivait donc en Europe principalement sur ces terres de Dordogne et du Périgord riches des témoignages que conservent  ses réseaux karstiques, grottes, puits et abris sous-roches.

Un autre ouvrage attire donc notre attention, celui qu’écrivit  Jacques de Morgan (1857-1924) sur « la Préhistoire Oriental ». Archéologue, directeur du Département des Antiquités en Égypte à la fin du XIX siècle, et fin connaisseur de la Mésopotamie et de la Perse où il est nommé délégué général du ministère de l’Instruction publique en 1897, il critique d’une part le nombrilisme européen en matière de Préhistoire, dénonçant l’assimilation  des industries proche-orientales à celles d’Europe, voire à une « chronologie relative française appliquée à l’Univers entier ». Il saisit d’autre part l’ampleur du fossé séparant les « Études Classiques » de la Préhistoire, cette dernière étant « la risée des classiques »  même si, note-t-il, « les croyances religieuses en dépendent et, par suite, tout le système philosophique et moral sur lequel est basée notre civilisation » (avant-propos, page V). Force est de constater que cette césure entre Préhistoire et Histoire Classique est encore d’actualité, en France notamment, réminiscence d’un passé jacobin s’étant accaparé l’Histoire pour l’organiser en de grands corps d’enseignements et de recherches royaux puis républicains. Des cinq académies, regroupées sous la bannière de l’Institut de France en 1795, aucune ne représente la Préhistoire, cette dernière se faisant une petite place dans l’Académie des Sciences ou se glissant au sein de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, situation cocasse à la lecture de Jacques de Morgan qui considérait la Préhistoire comme « une civilisation sans écriture » (avant-propos, p. V). Si cette vision d’une Préhistoire hors de la chronologie peut sembler désuète dans le récit par trop linéaire que nous appliquons aux sociétés humaines, les travaux de Jacques de Morgan n’en soulignent pas moins l’importance de l’ethnographie dans l’étude des sociétés préhistoriques. Il met en garde le préhistorien quant au danger d’une classification culturelle uniquement fondée sur l’outil de pierre, le « non périssable », au dépend d’une analyse culturelle : « pour décréter qu’un changement d’industrie s’est produit à la suite d’une migration, il faut autre chose que l’apparition de quelques formes nouvelles dans l’outillage, il faut un ensemble de conceptions encore inédites, une nouvelle orientation […] (p. 314, tome 1).

Jacques de Morgan, dans les trois tomes consacrés à la Préhistoire orientale, offre au lecteur de 1925 comme d’aujourd’hui, une description méticuleuse des environnements, de la géologie ; une analyse précise des industries lithiques, la reconnaissance d’ateliers de taille (tome II) et des matières premières utilisées, identifiant déjà les problématiques interculturelles liées à la diffusion des obsidiennes d’Arménie vers la Syrie et la Mésopotamie (tome III). Outre cette multidisciplinarité qui illustre la recherche préhistorique, Jacques de Morgan avait un talent de dessinateur et ses planches lithiques sont de vibrants hommages aux travaux des préhistoriens-artistes extrayant de la pierre l’observation technique pour la figer en des dessins du plus bel esthétisme.

A venir : Historique livresque des études lithiques.

Bibliographie et ouvrages choisis dans nos rayons

  • LEROI-GOURHAN (A.), 1943.- Évolution et Techniques (vol. 1 : L’Homme et la Matière; vol. II : Milieu et Techniques), Paris : Albin Michel.
  • Marcel Mauss, 1935.- Les Techniques du corps,  Journal de Psychologie, vol. xxxii, n° 3-4, 15 mars-15 avril 1935, d’après une conférence prononcée par Marcel Mauss, le 17 mai 1934 devant la Société de Psychologie.
  • Mauss, 1947.- Manuel d’ethnographie. Paris : Payot
  • Marcel Mauss (Türkçe Çeviri) : Sosyoloji ve Antropoloji ; 2011 Doğu Batı Yayınları
  • Sur le web : Marcel Mauss Essai sur le don, (1923-1924) collection électronique PDF développée en collaboration avec la Bibliothèque Paul-Émile-Boulet de l’Université du Québec à Chicoutimi http://www.congoforum.be/upldocs/essai_sur_le_don.pdf
  •  Marcel Mauss (1934), Les techniques du corps. collection électronique PDF développée en collaboration avec la Bibliothèque Paul-Émile-Boulet de l’Université du Québec à Chicoutimi. http://classiques.uqac.ca/classiques/mauss_marcel/socio_et_anthropo/6_Techniques_corps/Techniques_corps.html
  •  Cheynier André, 1936.- Jouannet, Grand-père de la Préhistoire. Société Historique et Archéologique du Périgord. Brive : Chastrusse, Praudel et Cie.(ref. IFEA : Préh 5).
  • De Morgan Jacques, 1925.- La Préhistoire Orientale. 3 tomes, Paris : Librairie Orientaliste Paul Geuthner.(ref. IFEA: HA Or Gén 1/I-II-III).
  • PréTech (Préhistoire et Technologie) : Inizan M-L., Reduron Ballinger M., Roche H., & Tixier J., 1995.- Technologie de la pierre taillée, Préhistoire de la pierre taillée tome 4, Meudon : CREP.
  • À noter l’ouvrage de référence suivant, disponible en PDF sur le site internet de l’UMR 7055, http://www.mae.u-paris10.fr/prehistoire/IMG/pdf/Technologie_de_la_pierre_taillee. Espérons que la version anglaise suivra la même voie de l’édition électronique.
  • Puisque nous débutons cette série de notes sur les approches en technologie par des références en accès libre sur Internet, je vous indique le site de la Revue de l’association européenne d’archéologie des techniques : The ArkeoTek Journal qui, depuis 2011 est adossé au laboratoire « Préhistoire & Technologie » :   http://www.thearkeotekjournal.org/
Cite this article as: Martin Godon, "Approches technologiques en archéologie," in Dipnot, 01/11/2015, http://dipnot.hypotheses.org/1774.

« Art Turc » ? : Histoire d’une notion problématique

15th ICTA PosterSeptembre 2015

Türkçe çeviri

La tenue du 15e Congrès international d’art turc du 16 au 18 septembre prochains à L’Orientale de Naples est l’occasion de se pencher sur la notion d’“art turc”, ses développements historiographiques et plus généralement sur le champ de l’histoire de l’art islamique en Turquie. Organisé depuis 1959 dans plusieurs villes d’Europe et de Turquie, il s’agit d’une des plus importantes manifestations scientifiques dans le domaine de l’histoire de l’art des Balkans à l’Asie Centrale, aux époques médiévales et ottomanes. Bien que le congrès soit ouvert à des questionnements plus larges, son nom même renvoie à une notion problématique qu’il convient de discuter. La bibliographie portant majoritairement sur la collection de l’IFEA a été proposé dans l’espoir de remettre le débat à jour.

Bien établie dans le contexte culturel actuel de la Turquie comme le montrent les exemples du Türk ve İslam Sanatları Müzesi (Musée des Arts turcs et islamiques) ou encore les nombreux cours de Türk-İslam Sanatı (Art turco-islamique) présents dans les programmes universitaires, cette définition d’un « art turc » mérite en effet d’être revisitée dans un contexte multiculturel et international. Définir un “art turc” implique penser le caractère ethnique d’une production artistique et sous-entend la turcité et/ou l’appartenance à la foi musulmane de l’artiste, du commanditaire et du spectateur. La question suivante se pose alors : « comment pourrait-on dans ce cadre étudier la production artistique des Balyan, la famille arménienne d’architecte à l’origine du Palais de Dolmabahçe ? »

Proposé pour la première fois en Europe dans la seconde moitié du XIXe siècle, ce label renvoie à une vision sinon nationaliste du moins ethnicisante de la production artistique et trouve son origine dans le contexte orientaliste. Dans sa Grammar of Ornament, publiée en 1856, outre les motifs “Persans”, “Indiens” ou “Arabes”, Owen Jones (1809-1874) fait aussi l’inventaire des motifs “Turcs”, qu’il juge d’ailleurs inférieurs à certains autres. Dans les années 1930, Albert Gabriel (1883-1972), fondateur de l’IFEA, classifie encore sous l’appellation “monuments turcs” l’architecture islamique médiévale d’Anatolie qu’il est l’un des premiers à étudier. Un phénomène similaire se retrouve en Iran où les spécificités « persanes » de la production artistique servent de base à la définition d’un Persian Art dont un catalogue monumental a été édité par Arthur Upham Pope (1881-1969) dans les années 1960.

Toutefois, le discours nationaliste autour de la notion « d’art turc » est développé dès le début du XXe siècle par des membres de l’école de Vienne comme Joseph Strzygowski (1862-1941), Heinrich Glück (1889-1930) et notamment Ernst Diez (1878-1961). Ils ont vu à travers une optique hégélienne, une certaine substance nationale derrière la production artistique et ont attribué des sens raciaux aux motifs ou aux structures artistiques. Cette deuxième génération de chercheurs européens a eu un impact plus important sur l’installation du discours et la formation des universitaires turcs. Cette approche se retrouve dès 1928 dans les écrits de Celal Esad Arseven (1876-1971) et Ernst Diez lui-même a participé à la fondation du département d’histoire de l’art de l’Université d’Istanbul. Son héritage a été par la suite largement diffusé dans les cours et les écrits d’Oktay Aslanapa (1914-2013), fondateur d’une véritable école d’histoire de l’art toujours en activité.

Le contexte culturel kémaliste a permis à ce discours de s’épanouir et donné parfois même lieu à des approches pantouranistes. La mosquée Ibn Tulun du Caire, construite au IXe siècle par un gouverneur abbasside d’origine turque fait dès lors partie des fleurons de l’« art turc » bien que son architecture renvoient très directement aux mosquées abbassides (« arabes ») de Samarra. De même, l’architecture  des Rois-Esclaves de Delhi (1206-1290) relèverait de « l’art turc » sur la seule base de l’appartenance ethnique de la dynastie, peu important leur contexte culturel de production. S’élargissant concurremment, « Art Turc » et « Persian Art » se recoupent assez fortement : l’architecture des Grands Seldjoukides (1038-1194) relèveraient pour les uns de l’art turc par la turcité des souverains mais aussi de l’art persan car produit en Iran.

Alors que de vives discussions agitaient le champ de l’histoire des arts de l’Islam depuis les années 1970, la remise en question de cette notion d’“art turc” ne s’est fait que très récemment. Donner un nom à la production artistique en contexte islamique a depuis le XIXe siècle suscité de nombreux débats. La notion d’un art musulman (ou comme elle a été définie en allemand d’un “Muhammedanischer Kunst”), telle qu’elle a été souvent employé dans la première moitié du XXe siècle, a été critiquée à partir des années 1940.  On lui reprochait d’enfermer dans un discours religieux la production artistique de sociétés multiconfessionnelles. Un consensus s’est progressivement établi autour de la notion d’Islamic Arts ou Arts de l’Islam qui permet tant d’évoquer une culture réunie autour de l’Islam que d’inclure les communautés non-musulmanes du Dār al-Islam et leur art. Les débats sont encore vifs et d’autres approches sont proposées pour aborder cette question comme l’illustrent les travaux de Avinoam Shalem ou ceux de Finbar Barry Flood.

Les discussions sur la notion d’art turc sont cependant plus récentes. Un colloque international organisé en 2006 par l’Aga Khan Trust for Culture intitulé “Historiography and Ideology: Architectural Heritage of the ‘Lands of Rum’” a donné lieu à la publication d’un numéro spécial de la célèbre revue Muqarnas, édité par Sibel Bozdoğan et Gülru Necipoğlu, et a permis de poser néanmoins les jalons principaux de cette remise en question.

Bibliographie

  • Actes du 10e Congrès International d’Art turc/ Proceedings of Turkish Art 10th International Congress of Turkish Art: Genèves, 17-23 September 1995/Geneva 17-23 September 1995, Genève, Fondation Max Van Berchem, 1999. [Tur As 083-10]
  • Albert Gabriel 1883-1972 : mimar, arkeolog, ressam, gezin ; Albert Gabriel 1883-1972 : architecte, archéologue, artiste, voyageur, Istanbul, Yapı Kredi Kültür Sanat Yayıncılık, 2006. [Tur Aa 265]
  • Arık M.O., « Heutiger Zustand der Forschungen und Studien zur türkischen Kunst in der Türkei », in Daneschvari A. (ed), Essays in Islamic Art and Architecture in Honor of Katharina Otto-Dorn, Malibu, Undena, 1981. [ISL A 096]
  • Arseven C.E., L’art turc : depuis son origine jusqu’à nos jours, Istanbul, Devlet Basımevi, 1939. [Tur Ag Fo 05]
  • Atasoy, N., Türk Minyatür Sanatı Bibliyografyası, İstanbul, Yapı Kredi, 1972.[Tur Ad 020]
  • Aslanapa O., Turkish Art and Architecture, Londres, Faber and Faber, 1971. [Tur Ag 020]
  • Blessing P., « Recording the transformation of urban landscapes in Turkey : the diaries of Kurt Erdmann and Ernst Diez », Studies in Travel Writing, vol. 16 n°4, 2012, p. 415-425.
  • Blessing P., « Friedrich Sarre and the discovery of Seljuk Anatolia », Journal of Art Historiography, 11, 2014. [ https://arthistoriography.wordpress.com/11-dec14/]
  • Bodur, F., Türk Maden Sanatı, İstanbul, Türk Kültürüne Hizmet Vakfı, 1987. [Tur Ag 07]
  • Çoruhlu, Y., Türk-İslam Sanatının ABC’si, 2000. [Tur Ag 126]
  • Diez E., Die Kunst der islamischen Völker, Potsdam, Athenaion, 1917. [ISL A 001]
  • Diez E., Türk sanatı : Başlangıcından gönümüze kadar, Istanbul, Fakülte Matbaası, 1946 (traduit en turc par Oktay Aslanapa).
  • Flood F.B., Objects of Translation : Material Culture and Medieval “Hindu-Muslim” Encounter, Princeton, Princeton University Press, 2009.
  • Gabriel A., Monuments turcs d’Anatolie, 2 volumes, Paris, E. de Boccard, 1931-1934. [TUR Aa Fo 22]
  • Glück H., « Türk San’atının Dünyadaki Mevkii », Türkiyat Mecmuası, 3, 1926-1933, p. 119-128. [P 116]
  • Glück H., Diez E., Die Kunst des Islam, Berlin, Propyläen-Verlag, 1925.
  • Grabar O., « What Makes Islamic Art Islamic ? », in Islamic Art and Beyond, volume III, Constructing the Study of Islamic Art, Hampshire, Ashgate, 2006. [http://archnet.org/publications/5032]
  • Jones O., The Grammar of Ornament, 1856.
  • Kuban D., Türk ve İslam Sanatı Üzerine Denemeler, İstanbul, Arkeoloji ve Sanat Yayınları, 1995. [Tur Ag 103]
  • Labrusse R. (dir.), Purs Decors ? Arts de l’Islam, regards du XIXe siècle, collection des arts décoratifs, catalogue de l’exposition Purs Décors ?, Musée des Arts Décoratifs, Paris, 11 octobre 2007 – 13 janvier 2008, Paris, Les Arts Décoratifs, musée du Louvre, 2007.
  • Mayer, L.M., Islamic Metalworkers and their works, Geneva, Kundig, 1959. [Ep Ar 09]
  • Muqarnas 24 : History and Ideology : Architectural Heritage of the Lands of Rum, 2007: Flood F.B., « Lost in Translation : Architecture, Taxonomy and the Eastern “Turks” », p. 70-115;  Necipoğlu G., « Creation of a National Genius : Sinan and the Historiography of “Classical Ottoman Architecture », p. 141-183; Pancaroğlu O., « Formalism and the Academic Foundation of Turkish Art in the Early Twentieth Century », p. 67-78; Redford S., « “What have you done for Anatolia today ?”: Islamic Archaeology in the early years of the Turkish Republic », p. 243-252; Rizvi K., « Art History and the Nation : Arthur Upham Pope and the Discourse on “Persian Art” in the Early Twentieth Century »; p. 45-65. [P 669] [http://archnet.org/publications]
  • Necipoğlu G., The Age of Sinan : Architectural Culture in the Ottoman Empire, Princeton, Oxford, Orinceton University Press, 2005. [TUR Aa 264]
  • Pope A.U., A Survey of Persian Art, 14 volumes, New York, Londres, Oxford University Press, 1964-1967.  [ISL A 061]
  • Premier congrès international des arts turcs sous le haut patronage du Président de la République Turque son Excelllence Monsieur Celâl Bayar organisé par l’Institut de l’Histoire des Arts Turcs et Musulmans attaché à la Faculté de Théologie (Université d’Ankara): 19-24 Ekim 1959, Ankara, Faculté des lettres, 1959. [Tur Ag 012]
  • Ölçer, N., Museum of Turkish and Islamic Arts: Kilims, İstanbul, Eren, 1989 [Tur Ad 101]
  • Sarı L., “Bana göre Türk’tür Size Göre Ermeni”, Agos, 28 Şubat 2014
  • Sarre F., Reise in Kleinasien, Berlin, Geographische Verlagshandlung D. Reimer, 1896. [VH 152]
  • Sourdel-Thomine J. (ed), Etudes médiévales et patrimoine turc : volume publié à l’occasion du centième anniversaire de la naissance de Kemal Atatürk, Paris, CNRS, 1983.
  • Shalem, A., Lermer, A. (ed), After One Hundred Years, The 1910 Exhibition “Meisterwerke muhammedanischer Kunst” Reconsidered, Brill, Leiden, 2010.
  • Shalem, A., “What do we mean when we say ‘Islamic art’? A plea for a critical rewriting of the history of the arts of Islam”, Journal of Art Historiography 6, 2012. [https://arthistoriography.files.wordpress.com/2012/05/shalem.pdf]
  • Strzygowski J., « Türkler ve Orta Asya San’atı Meselesi », Türkiyat Mecmuası, 3, 1926-1933, p. 1-80. [P 116]
  • Vatin N., Art  Juif ou Art Ottoman ?, tiré à part de Turcica 28, Peteers, 1996. [Tur Ha 669 (tap)]
Cite this article as: Ekin Akalın et Maxime Durocher, "« Art Turc » ? : Histoire d’une notion problématique," in Dipnot, 01/09/2015, http://dipnot.hypotheses.org/1777.

Bref décryptage de la politique par les grands projets de l’AKP

17Mai 2015

Türkçe çeviri

La « Vision 2023 » ou encore la « Nouvelle Turquie », promues par l’AKP dans la perspective du centenaire de la République se composent de listes de grands projets supposés matérialiser, mesurer et attester des avancées technologiques et économiques de la Turquie sous la direction de ce parti. Au-delà de la question de la cohérence, des conséquences sociales et environnementales ou encore de la faisabilité de cette profusion de grands projets d’infrastructure (le troisième pont, le troisième aéroport, le canal d’Istanbul, etc.), énergétiques (construction de centaines de centrales thermiques, deux centrales nucléaires d’ici 2023, etc.) et de défense (indigénisation de la production de tanks, d’hélicoptères, d’avions de chasse, de satellites, etc.), ce présentoir vise à mieux éclairer ses effets et causes en termes de (dé)-légitimation du gouvernement. Bien que la politique des grands travaux impulsée par l’AKP ne soit l’apanage ni de ce parti ni de la Turquie, certaines significations socio-historiques tout comme le contexte actuel, en décalage apparent avec la prégnance de l’idéologie néolibérale et l’interdépendance croissante des économies nationales, n’en demeurent pas moins spécifiques.

Les grands projets de modernisation de l’économie turque -compris notamment en termes d’indépendance financière, industrielle et technologique- ont toujours été au cœur des priorités étatiques de la jeune République comme le prouvent le Congrès d’Izmir en 1923, la voiture nationale Devrim en 1961, le Fonds de Soutien à l’Industrie de la Défense en 1985 (SSDF) et aujourd’hui le char « 100% turc » Altay. Cette attention particulière dérive notamment du traumatisme de la défaite de l’Empire ottoman, généralement associé à sa forte dépendance aux savoir-faire et aux capitaux européens, auquel s’articule une foi positiviste fortement relayée par le pouvoir militaire turc comme l’atteste la création du DPT durant la junte 1960-1961. Le concept central de kalkınma utilisé fréquemment par les autorités turques traduit notamment ce glissement sémantique du développement comme progrès (terakki) vers le redressement économique. Kalkınma suppose donc une double comparaison à la fois temporelle (par rapport à l’Empire ottoman) et spatiale (par rapport à l’« Occident »).  Le K de l’AKP (Adalet ve Kalkınma Partisi), cette forte valorisation du développement réduite à la scène économique se situe ainsi à l’intersection de la montée en puissance de la logique néolibérale et de la réappropriation d’une tradition positiviste, source de prestige mais aussi de protection face aux accusations d’activités réactionnaires (irtica), traditionnellement faites à l’encontre de l’islam politique turc pour mieux le délégitimer. Ce passage d’un Empire vers un Etat-nation s’est également traduit par une indigénisation de l’économie, indissociable de l’éviction forcée et de la disparition d’une bourgeoisie cosmopolite, issue en grande partie des minorités, au profit d’une nouvelle élite turque, musulmane, sunnite jugée plus fidèle à l’Etat et à la patrie. Les grandes organisations patronales nationales telles que la Tüsiad mais aussi la dite « indépendante » Müsiad, sont les héritières de ces assimilations réciproques des élites politiques, étatiques et économiques sous la République turque. La nette accélération des privatisations enregistrées depuis 2005 ne constitue pas une rupture avec ces pratiques au profit des acteurs économiques mais bien une nouvelle modalité d’exercice du pouvoir étatique et politique par leur intermédiaire. Ces grands projets de modernisation de l’économie turque par la voie de sa libéralisation contribuent ainsi à une diversification des relations clientélistes qui entretiennent des liens ambivalents avec un cadre légal national, lui-même fortement politisé. Source de légitimation, ces chevauchements peuvent aussi, s’ils sont rendus visibles, délégitimer le pouvoir politique.

À l’échelle internationale, cette inflation de grands projets qui coïncide également avec l’éloignement de la perspective d’une adhésion européenne suscite de nombreuses interrogations. Dans quelle mesure peut-on même  considérer ces grands projets technologiques, énergétiques et urbains menés par le gouvernement turc comme des substituts réifiés du grand projet politique européen ou à l’inverse comme des symboles d’une extraversion nationale ambivalente ? L’obsession du positionnement de la Turquie et de la commensurabilité avec l’UE contrastent ainsi avec le déni turc de l’existence d’une compétition au sein du monde dit musulman au profit des concepts de complémentarité et coopération. Ce double standard contribue ainsi à naturaliser le leadership turc parmi ces « pays frères ». De la même façon, si ces grands projets industriels matérialisent officiellement une volonté affichée du gouvernement d’autonomisation vis-à-vis de l’économie et des technologies dites occidentales, dans la pratique ils contribuent à l’internationalisation de l’économie turque en faisant notamment l’objet de multiples réappropriations, détournements et négociations.  Fer de lance de la diplomatie économique, cette dépendance turque constitue également un instrument politique d’affirmation nationale et d’internationalisation de pratiques clientélistes face aux entreprises et gouvernements étrangers -en particulier européens- désireux d’élargir leur marché. Ainsi la non-ouverture, cette fois côté Turquie, du chapitre européen « Marchés publics » est révélatrice d’un usage politique et partisan des grands projets ainsi que du maintien d’une certaine marge de manœuvre vis-à-vis de ses « partenaires-fournisseurs » européens.

La politique des grands projets en Turquie ou plutôt cette politique par les grands projets se traduit également par une mise en chiffre du politique ainsi qu’un usage du temps et de la durée comme matières de la dernière utopie progressiste. Futur par crédit ou crédit sur le futur, cette fuite en avant par des grands projets contribue ainsi à la fois à la légitimation du pouvoir, à la suppression du politique tout en participant à un défaussement des responsabilités gouvernementales.

D’après ces différentes pistes, « Vizyon 2023 » s’inscrit donc pleinement dans la globalisation tout en gardant des significations propres, liées à la trajectoire socio-historique du pays et à son rapport  ambivalent avec l’Europe. Loin d’être anachronique par rapport à un supposé modèle à taille unique de développement européen, ces grands travaux sont la preuve d’une multiplicité de globalisations.

Cette bibliographie sélective (dont une partie est consultable à la bibliothèque de l’IFEA) cherche à fournir quelques pistes de lectures et de réflexion sur les significations socio-historiques de cette profusion de grands projets en Turquie.

Bibliographie

  • – BALI R. (2010), L’Affaire impôt sur la fortune, İstanbul, Libra Yayınevi
  • – BALKAN N., BALKAN E., ÖNCÜ A.(2014), Neoliberalizm, islamci sermayenin yükselişi ve AKP, Yordam Kitap, İstanbul
  • – BARE J-F (2007), «  De l’anthropologie au développement et retour », Revue du Tiers Monde, n°191, vol. 3,  juillet-septembre. cf: https://www.cairn.info/zen.php?ID_ARTICLE=RTM_191_0591
  • – BATUR H. (1998), From rational reformism to neoliberal centralism: institutionnal politics of economic bureaucracy in Turkey, PhD of Political Science, Boğaziçi University.
  • – BIANCHI R. (1984), Interest Groups and Political Developpement in Turkey, Princeton, Princeton University Press
  • – BORATAV K. (1993), Türkiye İktisat tarihi (1908-1985), İstanbul, Gerçek Yayınevi.
  • – BORATAV K. TÜRKCAN E. (1993), Türkiye’de Sanayileşmenin yeni boyutları ve KİTler, İstanbul, Tarih Vakfı Yurt Yayınları
  • – BUĞRA, A. (1994), State and Business in Modern Turkey. A Comparative Study, Albany, State University of New York Press
  • – BUĞRA, A. (1995), Devlet ve Işadamları, Istanbul, İletişim
  • – BUĞRA A., SAVAKSAN O. (2014), Türkiye’de Yeni Kapitalizm. Siyaset, Din ve İş Dünyası, İstanbul, İletişim
  • – ELDEM, Edhem (2003), « Capitulations and Western Trade » in FAROQUI S. (ed.), The Cambridge History of Turkey, vol. 3, Cambridge, Cambridge University Press, pp. 283-336.
  • – ELDEM, Edhem (1994), Banque impériale ottomane. Inventaire commenté des archives, Varia Turcica, n°XXV
  • – İNAN A. (1982), İzmir İktisat Kongresi 17 Şubat – 4 Mart 1923, Ankara, Türk Tarih Kurumu Basımevi, 1982
  • – İNSEL A. (1984), La Turquie entre l’ordre et le développement, Paris, L’Harmattan
  • – KANGAL S., « Fin de l’empire ottoman : insertion dans la division internationale du travail (1880-1913) », Communication au Vème Congrès international sur l’histoire économique et sociale de la Turquie, ERSI Amiens
  • – KANSU G. (2003), Planlı Yıllar (anılarla DTP’nin öyküsü), İstanbul, İş Kültür Yayınları
  • – KEYDER C. (1993), Türkiye’de Devlet ve Sınıflar, İstanbul, İletişim
  • – KEYDER C. (2009), The Definition of a peripheral economy: Turkey 1923-1929, Cambridge, Cambridge University Press.
  • – PAMUK, Şevket (2000), A Monetary History of the Ottoman Empire, Cambridge University Press, Cambridge
  • – PEROUSE J-F (2004), La Turquie en Marche. Les grandes mutations depuis 1980. Paris, Ed de la  Martinière, pp.259-347
  • – PEROUSE J-F (2013), « L’Etat sans le Public : quelques conjectures à propos de l’Administration du logement collectif (TOKI) » dans AYMES M., GOURISSE B., MASSICARD E. (dir), L’art de l’Etat en Turquie. Arrangements de l’action publique de la fin de l’Empire ottoman à nos jours, Istanbul, Karthala
  • – PEROUSE J-F (2014), « Planification régionale et territoriale en Turquie », présentoir IFEA décembre 2014
  • – ŞENSES F. (2004), « Neoliberal Küreselleşme kalkınma için bir fırsat mı, engel mi ? », Working Paper in Economics, n°4, vol.9, METU economic research center (ERC) http://www.erc.metu.edu/menu/series04/0409.pdf
  • – THOBIE J. (1995), « Les banques étrangères dans l’Empire ottoman jusqu’à la Première Guerre mondiale »,  Varia Turcica XXVII, p. 11-27
  • – THOBIE J.,  BACQUE-GRAMMONT J-L (dir.) (1987), « L’accession de la Turquie à la civilisation industrielle facteurs internes et externes », Varia Turcica, n°VI
  • – THOBIE J. «  L’emprunt ottoman 4% 1901-1905 : le triptyque Finance-Industrie-Diplomatie », Relations internationales, n°1, 1968, pp. 71-85
  • – THOBIE J., KANCAL S., Industrialisation, Communication et rapports sociaux en Turquie et en méditerranée orientale, Varia Turcica, n°XX.
  • – TOPRAK Z (2003), Ittihad-Terakki ve Cihan Harbi, Istanbul, Homer Kitabevi
  • – TUGAL C. (2009), Passive revolution. Absorbing the Islamic challenge to capitalism, Stanford, Stanford University Press
  • – ÖNİŞ Z., ŞENSES F. (2009), TK and the global economy. Neo-liberal restructuring and integration in the post-crisis era, Oxon, Routledge
  • – ÖZDEN, B.A.(2004), Turkey’s experience with Planning in the 60s, Thesis of MA, Atatürk Institute of Modern History of Turkey, Istanbul, Boğaziçi University
  • – VANER S. (1991), Modernisation autoritaire en Turquie et en Iran, Paris, l’Harmattan
  • – VANER S. (1995), La Turquie en mouvement, Paris, Complexe
  • – VEREZ J-C (2008), « La Turquie au carrefour des pays en développement, émergents et industrialisés », Revue du Tiers Monde, avril-juin
  • – VISIER C. (2015), « La Turquie et l’Union européenne », présentoir IFEA mart 2015
  • – YANKAYA D. (2012), La nouvelle bourgeoisie islamique, Paris, Presses Universitaires de France
  • – YELDAN E. (2002), « Neoliberal Küreselleşme ideolojisinin kalkınma söylemi üzerine değerlendirmeler », Praksis, n°7. cf: http://yeldane.bilkent.edu.tr/praksis-2002.pdf

La Turquie et les phénomènes migratoires

Signature --- Image by © Royalty-Free/Corbis
Signature — Image by © Royalty-Free/Corbis

Avril 2015

Türkçe çeviri

Dans le cadre du redéveloppement de l’axe de recherche « Migrations et Mobilités » au sein de l’IFEA, la bibliothèque de l’institut a procédé à de nouvelles acquisitions d’ouvrages sur les migrations en relation avec la Turquie. Le présentoir de ce mois vise à fournir une vue d’ensemble des fonds documentaires de la bibliothèque sur les migrations. Dans la mesure où le développement des fonds est un travail continu, le présentoir vise à orienter les chercheurs et les étudiants qui souhaiteraient suggérer de nouvelles acquisitions en contactant les chercheurs de l’axe (amimo.ifea@gmail).

Ce mois d’avril nous a semblé un moment propice pour proposer un présentoir sur les migrations. En effet, à l’occasion du 50e anniversaire de la signature d’un accord bilatéral de main-d’œuvre entre la France et la Turquie le 8 avril 1965, une série d’événements est organisée par l’IFEA en collaboration avec d’autres instituts et organismes, dont un atelier doctoral qui aura lieu le 9 avril à l’IFEA et qui vise à créer une plateforme d’échange entre les doctorants et les étudiants de master qui travaillent sur l’immigration turque en France, et les chercheurs qui travaillent au sein de l’axe de recherche « Migrations et Mobilités », sur les migrations en relation avec la Turquie.

La bibliothèque de l’IFEA dispose des ouvrages de référence dans le domaine de l’étude de l’émigration turque vers la France qui sont difficilement accessibles dans les bibliothèques localisées en Turquie. La recherche pionnière réalisée sur les familles turques en France (Kastoryano, 1986), des recherches réalisées par Stéphane de Tapia sur une période relativement longue (Tapia, 1986 ; 2005 ; Jund, Dumont et Tapia, 1995 ; Dumont, Pérouse, Tapia et Akgönül, 2002), le compte-rendu d’une enquête socio-démographique de grande envergure (Tribalat, 1995) dont les conclusions sur les difficultés d’intégration des populations turques à la société française ont suscité des débats et des controverses en France, ainsi que des analyses critiques vis-à-vis des conclusions de cet ouvrage (Rigoni, éd., 2000) sont disponibles à la bibliothèque de l’IFEA. Un ouvrage collectif édité en turc (Danış et İrtiş, 2008) réunit des analyses de l’émigration turque développées par les sciences sociales en France et peu accessibles aux lecteurs turcophones.

Il en va ainsi aussi pour les analyses de l’émigration turque vers l’Europe développées par les sciences sociales turques. Celles-ci ont été généralement peu accessibles aux chercheurs non-turcophones. La première recherche sur l’émigration turque a été réalisée auprès des immigrés turcs en Allemagne (Abadan, 1964). Cette recherche pose en quelque sorte les bases des analyses qui seront développées par les sciences sociales turques les décennies suivantes, sur les « effets » de l’émigration sur la société turque (voir les travaux bibliographiques d’Abadan-Unat et de Kemiksiz, 1986 ; de Çağlar Keyder et d’Ayhan Aksu-Koç, 1988. Voir également l’ouvrage récent d’Abadan-Unat, 2002, qui reprend une partie des analyses de l’auteur depuis les années 1960 et qui propose aux recherches ultérieures des pistes d’analyse nouvelles dans le nouveau contexte de la « globalisation »). Pourtant les sciences sociales en France, centrées sur la société française et inspirées par la question de l’intégration des immigrés turcs à celle-ci, ont accordé peu d’importance à l’étude des « effets » de l’émigration sur la société turque (Tapia, 1986 a ; 1986 b ; Establet, 1992 ; 1998). Les sciences sociales françaises et les sciences sociales turques ont étudié l’émigration turque selon des guides d’interrogation différents. Un Dossier de l’IFEA qui vient d’être édité (Aksaz, 2015) vise à rendre intelligible cet état de fait.

La Turquie est un pays d’émigration et un pays d’immigration sur le temps long (Akgündüz, 2008). Les travaux sur l’émigration turque vers l’Europe antérieure aux années 1960 sont peu nombreux et les travaux de recherche en sociologie, en anthropologie sur l’immigration en Turquie portent en général sur les immigrations qui sont postérieures aux années 1990  (Pérouse, 2002 a ; 2009 a ; 2012 ; Pusch et Wilkoszewski, 2008 ; 2010 ; Danış et Soysüren, 2014 ; Karaçay et Üstübici, 2014 ; Şenol Sert et Karcı Korfalı, 2014). Les immigrations antérieures aux années 1990 ont été étudiées plutôt par des historiens (Bengi, 1980 ; İnan, 1980 ; Toumarkine, 1989 ; 1995 ; et Arı, 2000). Les travaux sur les immigrations récentes révèlent la complexité des profils des immigrés, de leur expérience migratoire et de leur situation législative. Mais ces recherches adoptent en général une perspective macro ou nationale de l’immigration, les recherches locales ou localisées (Pérouse, 2002 b ; 2009 b ; 2010 ; Aslan & Pérouse,  2003 ; Danış et Kayaalp, 2004 ; Biehl, 2013) sont plutôt rares. Des recherches localisées, centrées par exemple sur les relations des migrants avec leur environnement urbain, ont été réalisées dans le domaine de l’étude des migrations internes – à partir des zones rurales vers les zones urbaines – en Turquie (Karpat, 1976 ; Erder, 1996 ; Anse, 2003 ; Deli et Pérouse, 2002 ; Yılmaz, 2006 ; Fliche, 2007). Dans les recherches localisées, les migrations internes et internationales ont été étudiées parfois simultanément.

Des ouvrages et des revues de sciences sociales ; les fonds documentaires conservés dans la bibliothèque constituent une partie des fonds de l’IFEA sur les questions migratoires. D’autres types de documents, relatifs aux migrations en Turquie, sont conservés à l’IFEA, dans la salle de l’Observatoire Urbain d’Istanbul (située au deuxième étage du bâtiment de l’Institut), à savoir des rapports de recherche, des rapports administratifs, des actes de colloque, des correspondances administratives, des photographies et des coupures de presse principalement turque. Ces fonds documentaires de nature diverse, sous format papier et numérique, ont été constitués à partir de la fin des années 1990, grâce au travail collectif des chercheurs et des stagiaires de l’IFEA. Enfin l’IFEA dispose des fonds documentaires sur les questions migratoires en relation avec des pays autres que la Turquie, sur l’émigration portugaise, italienne et maghrébine vers la France par exemple ; ces fonds sous format papier ont été constitués au milieu des années 2000, grâce à la collaboration de Brigitte Jelen qui préparait alors sa thèse de doctorat en histoire (« Immigrant In/Visibility : Portuguese and North Africans in Post-Colonial France », thèse de doctorat en histoire moderne de l’Europe, l’Université de Californie à Irvine, 2007). Un travail de classement et de réorganisation de ces fonds a été entrepris récemment. Un bureau doté d’un ordinateur et d’un scanner sera à la disposition des chercheurs et des étudiants qui souhaitent consulter ces fonds, avec des possibilités d’emprunt et de reproduction sur demande.

Sélection d’ouvrages

  • Abadan, Nermin (1964) : Batı Almanya’daki Türk İşçileri ve Sorunları, Ankara : Başbakanlık Devlet Planlama Teşkilatı.
  • Abadan-Unat, Nermin (2002) : Bitmeyen Göç. Konuk İşçilikten Ulus-Ötesi Yurttaşlığa, İstanbul : İstanbul Bilgi Üniversitesi Yayınları, Göç serisi.
  • Abadan-Unat, Nermin ; Kemiksiz, Neşe (1986) : Türk Dış Göçü, 1960-1984, Yorumlu Bibliyografya, Ankara: A.Ü.S.B.F. Yayınları, no. 555, Gelişme ve Toplum Araştırmaları ve Uygulama Merkezi Yayınları, no. 1, Türkiye Araştırmaları Merkezi, Bonn : 1-57.
  • Akgündüz, Ahmet (2008) : Labour Migration from Turkey to Western Europe, 1960-1974. A Multidisciplinary Analysis, Aldershot and Burlington: Ashgate.
  • Aksaz, Elif (2015) : « L’émigration turque en France : 50 ans de travaux de recherche en France et en Turquie. Bibliographie commentée, proposée à l’occasion du 50e anniversaire de la signature d’un accord bilatéral de main-d’œuvre entre la France et la Turquie le 8 avril 1965 », Dossier de l’IFEA, série « La Turquie aujourd’hui », no : 22, Istanbul : Institut français d’études anatoliennes. URL : https://books.openedition.org/ifeagd/1200
  • Anse, Ebru (2003) : « Internal Migration and NGOs: Places, Peoples, Politics », Yüksek Lisans Tezi, Siyaset Bilimi ve Uluslararası İlişkiler Bölümü, Sosyal Bilimler Enstitüsü, Boğaziçi Üniversitesi, İstanbul.
  • Arı, Kemal (2000) : Büyük Mübadele. Türkiye’ye Zorunlu Göç (1923-1925), İstanbul : Tarih Vakfı.
  • Aslan, Mustafa ; Pérouse,  Jean-François (2003) : « Istanbul : le comptoir, le hub, le sas et l’impasse : fonctions dans le système migratoire international », Revue européenne des migrations internationales, 19, 3 (« Moyen-Orient : mutations récentes d’un carrefour migratoire ») : 173-204.
  • Bengi, Mustafa (1980) : « 1314 (1896-1897) Yılında Türkiye’ ye Olan Göçler ve Kurulan Göçmen Köyleri », İstanbul Üniversitesi Yakın Çağ Tarihi Mezuniyet Tezi.
  • Biehl, Kristen (2013) : « New Migrations to Istanbul and Emerging Local Practices », in Marcello Balbo, Ahmet İçduygu, Julio Pérez Serrano (éds.), Countries of Migrants, Cities of Migrants: Italy, Spain, Turkey, Istanbul : The Isis Press.
  • Danış, Didem ; Kayaalp, Ebru (2004) : « Elmadağ : A Neighborhood in Flux », Dossier de l’IFEA, série « La Turquie aujourd’hui », no : 18, Istanbul : Institut français d’études anatoliennes. URL : https://books.openedition.org/ifeagd/265
  • Danış, Didem ; İrtiş, Verda (éds.) (2008) : Entegrasyon Ötesinde Türkiye’den Fransa’ya Göç ve Göçmenlik Halleri, İstanbul : İstanbul Bilgi Üniversitesi Yayınları.
  • Danış, Didem ;  Soysüren, İbrahim (éds.) (2014) : Sınır ve Sınırdışı, Türkiye’de Yabancılar, Göç ve Devlete Disiplinlerarası Bakışlar, İstanbul : NotaBene.
  • Deli, Fadime ; Pérouse, Jean-François (2002) : « Migrations internes vers Istanbul : Discours, sources et quelques réalités », Dossier de l’IFEA, série « La Turquie aujourd’hui », no : 9, Istanbul : Institut français d’études anatoliennes. URL : https://books.openedition.org/ifeagd/166
  • Dumont, Paul ; Pérouse, Jean-François ; Tapia, Stéphane de ; Akgönül, Samim (2002) « Migrations et mobilités internationales
    la plate-forme turque », Dossier de l’IFEA, série « La Turquie aujourd’hui », no : 13, Istanbul : Institut français d’études anatoliennes. URL : https://books.openedition.org/ifeagd/220
  • Erder, Sema (1996) : İstanbul’a bir Kent Kondu : Ümraniye, İstanbul : İletişim Yayınları
  • Establet, Roger (1992 : « Migrations des travailleurs. L’expérience du retour. Le cas Turquie-France-Turquie. Tome 1 ». Compte-rendu de fin d’opération d’une recherche financée par le ministère de la recherche et de l’espace. Université de Provence.
  •  (1998) : « Migrations des travailleurs. L’expérience du retour. Le cas Turquie-France-Turquie. Tome II ». Compte-rendu de fin d’opération d’une recherche financée par le ministère de la recherche et de l’espace. Université de Provence
  • Fliche, Benoît (2007) : Odyssées turques. Les migrations d’un village anatolien, Paris: CNRS Éditions.
  • İnan, Gül (1980) : « 1303 Yılında Yapılan Göçler ve Kurulan Muhacir Köyleri », İstanbul Üniversitesi, Edebiyat Fakültesi Tarih Bölümü Yakınçağ Tarihi Kürsüsü Mezuniyet Tezi.
  • Jund, Alain ; Dumont, Paul ; Tapia, Stéphane de (éds.) (1995) : Enjeux de l’immigration turque en Europe : Les Turcs en France et en Europe, Paris : L’Harmattan.
  • Karaçay, Ayşem Biriz ; Üstübici, Ayşem (éds.) (2014) : Migration To And From Turkey: Changing Patterns And Shifting Policies, İstanbul : The Isis Press.
  • Karpat Kemal H.  (1976) : The Gecekondu-Rural Migration and Urbanization, Cambridge : Cambridge University Press.
  • Kastoryano, Riva (1986) : Être Turc en France. Réflexions sur familles et communauté, Paris : CIEMI et L’Harmattan.
  • Keyder, Çağlar ; Aksu-Koç, Ayhan (1988) : External Labor Migration from Turkey and Its Impact. An Evaluation of the Literature, Ottawa: International Development Research Center (IDRC, CRDI, CIID), Manuscript Report 185e.
  • Pusch, Barbara ; Wilkoszewski, Thomas (éds.) (2008) : Facetten internationaler Migration in die Türkei : Gesellschaftliche Rahmenbedingungen und persönliche Lebenswelten, Würzburg : Ergon Verlag.
  • (2010)  : Türkiye’ye Uluslararası Göç. Toplumsal Koşullar-Bireysel Yaşamlar, İstanbul : Kitap Yayınları, İnsan ve Toplum Dizisi.
  • Pérouse, Jean-François (2002 a) : « Migrations, circulations et mobilités internationales à Istanbul », in Paul Dumont, Jean-François Pérouse, Stéphane de Tapia, Samim Akgönül, « Migrations et mobilités internationales : la plate-forme turque », Dossier de l’IFEA, série : « la Turquie aujourd’hui », 13 : 9-29. https://books.openedition.org/ifeagd/249
  •  (2002 b) : « Laleli, giga-bazar d’Istanbul. Appréhender les caractéristiques et les mutations d’une place commerciale internationale », in Michel Peraldi  (sous la dir.), La fin des Norias ? Réseaux migrants dans les économies marchandes en Méditerranée, Paris : Maisonneuve et Larose.
  • (2009 a) : « Transit Maghrebis in Istanbul: Trajectories, Profiles and Strategies », in Ahmet İçduygu, Kemal Kirişçi (éds.), Land of Diverse Migrations. Challenges of Emigration and Immigration in Turkey, İstanbul : İstanbul Bilgi University Press & MiReKoç, pp. 576-610.
  • (2009 b) : « Émergence et résorption annoncées d’un territoire de transit international au cœur d’Istanbul : le cas de Tarlabaşı (1987-2007) », Maghreb-Machrek, 199 : 85- 101.
  • (2010) : « İstanbul’daki Kuzey Afrika « Topluluğu »: profiller, iç farklılaşmalar ve stratejiler », in Barbara Pusch, Thomas Wilkoszewski (éds.) : Türkiye’ye Uluslararası Göç. Toplumsal Koşullar-Bireysel Yaşamlar. İstanbul : Kitap Yayınları, İnsan ve Toplum Dizisi, pp : 321-330.
  •  (2012) : « L’afflux récent des Européens à Istanbul : inerties et recomposition des profils et des positions », Anatoli, 3 (« La Turquie au carrefour des turbulences migratoires ») : 41-54.
  • Rigoni, Isabelle (coor.) : Turquie : les mille visages. Politiques, religion, femmes, immigration, Paris : Éditions Syllepse.
  • Sert, Deniz Şenol ; Korfalı, Deniz Karcı (éds.) (2014) : Migration And Turkey: Changing Human Geography  İstanbul : The Isis Press.
  • Tapia, Stéphane de (2005) : Migrations et diasporas turques : Circulation migratoire et continuité territoriale (1957-2004), Paris, Istanbul : Maisonneuve-Larose/IFEA.
  • (1986 a) : « Émigration et développement : les premiers pas de l’industrialisation à Yozgat », Travaux de l’Institut de Géographie de Reims, n°65/66, « La Turquie », numéro réalisé avec le concours de l’Institut français d’études anatoliennes, p. 157-167.
  • (1986 b) : « La création d’entreprises populaires par les migrants de Turquie », Revue européenne des migrations internationales, 2, 1 : 59-7.
  • Toumarkine, Alexandre (1995) : Les migrations des populations musulmanes balkaniques en Anatolie 1876-1913.Istanbul : The Isis Press.
  • Toumarkine, Alexandre (1989) : « Les migrations des populations musulmanes balkaniques en Anatolie (1876-1913) », Mémoire de maîtrise en histoire, sous la direction de Dominique Chevallier, Université Paris 4.
  • Tribalat, Michèle (1995) : Faire France, Paris : La Découverte.
  • Yılmaz, Bediz (2006) : « Migration, exclusion et taudification dans le centre-ville istanbuliote : étude de cas de Tarlabaşı », Thèse de doctorat en urbanisme, sous la direction de Stéphane Yerasimos et de Nora Şeni.

Digitize this!

Digital2Inaugurations

L’année 2014 est celle du tournant numérique pour l’IFEA avec, successivement, la concrétisation du partenariat avec Persée pour la revue annuelle d’archéologie Anatolia Antiqua1 en juin 2014, l’inauguration des Dossiers de l’IFEA et des Rencontres d’Archéologie sur Open Edition Books2 en novembre ainsi que le transfert des vidéos de ses conférences sur Canal-u, toujours en cours et la constitution d’une photothèque numérique encore à l’état de prototype.
D’autres publications sont prévues au programme de mise en ligne, tant sur Persée que sur Open Edition Books et revues.org. Une partie d’entre elles est prise en charge dans le cadre du programme SAN (Soutien À la Numérisation) – 15 000 livres3 et la mise en ligne d’une autre partie incombe au laboratoire.
La convention passée avec Persée fixe quant à elle les devoirs de chacun et règle ainsi le sort des publications restantes.
7353 pages en accès libre sur un total prévu de plus de 30 000, 148 sur 400 vidéos consultables et téléchargeables sur notre webTV, plusieurs dizaines de milliers de clichés analysés pour quelques centaines décrits jusqu’à présent… Les chiffres seuls ne permettent pas de dresser un bilan de cette opération. Les aspects très concrets que sont les moyens disponibles, tant humains que matériels et financiers impactent fortement la durée de réalisation de ces projets. La mise en ligne de documents quels qu’ils soient se fait dans le respect des formats et normes définis pour tenter d’assurer leur pérennité, leur diffusion et leur interopérabilité, mais ces normes constituent des contraintes qui pèsent durement sur un laboratoire de taille modeste tel que le nôtre.
Pour autant, l’IFEA ne renie pas son engagement dans le libre accès aux sources primaires et résultats de la recherche. Au total, notre programme de publication en ligne prévoit la diffusion selon le modèle Freemium4 pour 14% de nos titres5. Trois collections6), soit 40% des volumes prévus seront sous une barrière mobile variant de 1 à 3 ans. Dans les faits, cette barrière ne concerne que les titres les plus récents, soit 5% du total des contenus mis en ligne. Le reste, c’est-à-dire la majorité des publications, est ou sera accessible sans restriction en lecture comme en téléchargement.

À l’échelle des IFRE

Nous rejoignons ainsi un mouvement déjà bien implanté au sein des IFRE (Instituts Français de Recherche à l’Étranger), dont 6 outre l’IFEA se sont lancés dans l’édition numérique avec Open Edition Books7, 13 ont choisi de diffuser une ou plusieurs publications en série sur les portails existants, Persée et revues.org (Cairn dans un cas), avec d’éventuelles passerelles pour garantir l’accès à l’intégralité des collections8.

Zoom arrière : numérisation et valorisation du patrimoine de l’institution

Canal-U

Comme annoncé en ouverture de cette note, il n’est pas question que de publications. L’inauguration de notre webTV9 correspond à une volonté de stocker et diffuser nos contenus multimédia dans un environnement estampillé « enseignement supérieur/recherche », de délester notre bande passante de la charge du streaming et, à terme, notre espace de stockage puisque un projet d’archivage pérenne de Canal-u, déjà hébergé et diffusé par le CINES (Centre Informatique National de l’Enseignement Supérieur)10 nous permettrait d’envisager la suppression des copies locales.
Notre collection multimédia comporte actuellement environ 500 heures de vidéo et 150 heures d’audio. Pour être versées sur Canal-u, il nous faut procéder au réencodage de tous ces fichiers pour les mettre aux normes de diffusion. Cette étape aurait pu être évitée si nous avions opté pour une autre solution. Certes, mais…

Les alternatives

Des alternatives d’hébergement ont été rapidement écartées : une plate-forme commerciale comme Youtube, Dailymotion ou Google video n’a pas semblé souhaitable pour trois raisons principales. La première est liée aux bizarreries juridiques de ces géants du web au sujet de la propriété des contenus déposés (droits cédés tacitement au diffuseur, possibilité d’exploiter et réutiliser à loisir les contenus et absence de garantie sur leur pérennité). Deuxième argument, l’identité mal définie qu’auraient nos contenus déposés sur Youtube et consorts. Enfin -et cet argument a pesé lourd dans la balance- les autorités turques ont une relation pour le moins complexe avec Internet11 et des blocages à durée indéterminée de plates-formes de partage de vidéos sont déjà intervenus par le passé. Même si des solutions techniques permettent toujours de contourner ces blocages qui sont en général peu sophistiqués, il pourrait être délicat pour un institut lié organiquement aux autorités diplomatiques françaises, opérant physiquement en Turquie, de se retrouver dans une situation de contournement flagrant de la loi.
Le dépôt sur The Internet Archive12 a été également envisagé mais deux inconvénients de taille que sont la lenteur exaspérante du transfert des médias et le problème précédemment évoqué de perte d’identité ont achevé de dissuader. Les Archives Audiovisuelles de la Recherche13 qui proposent des contenus similaires aux nôtres étaient en cours de restructuration profonde14 et quasi moribondes au moment de notre benchmarking. Nous restions également en veille au cas où l’archive ouverte Medi-HAL du CCSD (Centre pour la Communication Scientifique Directe)15 élargirait son offre d’hébergement aux autres médias comme annoncé un temps.
La somme des constats ci-dessus couplée à une expérience précédente de collaboration réussie avec Canal-u (qui me donne au passage l’occasion de saluer mes anciens collègues d’UNIT et de Fuscia16) ont scellé le sort des conférences en ligne de l’IFEA. Une opportunité de financement plus tard, c’est grâce à Aude Aylin de Tapia que ce patient travail de conversion, de description et de versement s’effectue.

Exploitation des archives

Faire de l’IFEA une institution connaissant et diffusant sa mémoire tout autant que ses richesses passées et présentes est une orientation stratégique définie par Jean-François Pérouse depuis son arrivée à la tête de l’IFEA en 2012. Si le programme de mise en ligne des publications s’y est inséré tout naturellement, il est loin d’en borner l’horizon.
Dans une première phase, ce sont la bibliothèque, le dépôt des livres et le lieu de conservation des archives qui ont fait l’objet d’opérations de réorganisation ayant pour but d’inventorier et de permettre un meilleur accès à nos collections, nos publications et nos archives. Les maîtres-mots du moment étaient alors dépoussiérage, manutention et récolement.
La venue de Béatrice Thouvenot en 2013 dans le cadre d’un stage qui avait pour but l’inventaire raisonné des archives des missions archéologiques depuis la création de l’IFEA en 1930 a permis de mieux en appréhender le contenu. Motivé ensuite par le désir de reconstituer l’historique de la bibliothèque à travers le personnel y ayant travaillé -et si possible, celui de la constitution des fonds documentaires- l’examen systématique des archives a été entrepris par Cilia Martin, recrutée comme vacataire. Issus de ce minutieux travail, des dossiers constitués de documents scannés doivent maintenant être « base de donnéisés » et valorisés. J’y reviendrai.

La nécessité d’une photothèque

Un fonds de photographies, dont on n’avait qu’une connaissance partielle par ouï-dire, a été exhumé des boîtes d’archives17. Ce fonds physique dans un état de conservation préoccupant est venu s’ajouter au projet naissant de photothèque confié à Céline Pierre-Magnani.
Ce projet est constitué de deux volets. Le premier vise à organiser l’accès à la vaste archive de photographies numériques de l’observatoire urbain d’Istanbul. Il s’agit donc de proposer une solution avant tout technique. Le second, prospectif, consiste à susciter le don auprès des anciens chercheurs de l’IFEA. Les documents ainsi récoltés seront décrits et versés à une base de données en ligne qui s’adresse à nos publics naturels que sont les chercheurs et les étudiants. Notre souhait est de permettre le téléchargement et la réutilisation de ces documents, dans le respect des droits d’auteur.

Partenariats

L’impossibilité d’assurer dans nos locaux de bonnes conditions de conservation et d’accès à long terme à des fonds physiques a conduit à penser un partenariat avec un acteur local de premier plan qui possède à la fois l’infrastructure et la compétence nécessaires. Partenaire régulier de l’IFEA, SALT18 a répondu présent à notre appel.
Une solution technique, pour être une vraie solution, doit tenir compte des diverses contraintes pesant réellement sur le projet. Les deux variables pesant le plus sur l’IFEA sont le manque structurel de moyens humains et financiers. Cela suppose donc, à défaut de mécène, un stockage à moindre coût et un logiciel, si possible gratuit19, dont la prise en main ne nécessite pas un investissement de temps trop important. Notre objectif à long terme est en effet de réactiver le dépôt de photographies par les chercheurs20 et les étudiants accueillis au sein de l’IFEA. À la solution technique s’ajoute ainsi la rédaction d’un protocole de versement.
L’inscription de l’IFEA dans la mouvance de l’accès libre et ouvert revendiqué pour ses publications nécessite, on l’a vu plus haut, une description aussi rigoureuse, précise et concise que possible, dans le respect des normes en vigueur. Pourquoi ? Parce que celles-ci sont au cœur de l’interopérabilité entre les systèmes qui permet une bonne diffusion (quel intérêt de mettre à disposition des ressources que personne ne repèrera ?) et, paramètre important, conditionne l’accès aux différentes grilles de services qui sont notre planche de salut pour le stockage, l’hébergement voire éventuellement l’archivage pérenne de nos projets.
Le problème ainsi posé, la solution se laisse entrevoir peu à peu. Medi-HAL évoqué plus haut est difficilement envisageable pour un dépôt massif. Un test mené en 2011 a fait remonter les difficultés suivantes :

  • lenteur de l’interface de HAL, temps de renseignement des formulaires de validation (même si une option bienvenue de traitement par lot a été implémentée, un chargement des métadonnées par document csv, tei, xml nous plairait vraiment beaucoup)
  • nécessité d’effectuer des retouches sur les photographies comportant des visages reconnaissables
  • ajout au cliché d’un macaron à notre avis disgracieux qui ne mentionne que la plate-forme. J’en verrais personnellement l’utilité si c’étaient les crédits photos et les conditions de réutilisation qui étaient apposés en watermark, garantissant ainsi un peu mieux le fair use
  • demande de l’équipe de modération de placement d’une barrière mobile sur des clichés pouvant heurter la sensibilité des associations militant pour les droits des animaux. Medi-HAL est-elle ou non une archive scientifique ? Comment des groupes de pression peuvent-ils induire un tel comportement d’autocensure (et en quoi une barrière mobile règle-t-elle le problème) ?

Des solutions logicielles de type GED (Gestion Électronique du Document) qui peuvent prendre en compte tous types de documents (comptables, administratifs, promotionnels voire dossiers documentaires) et de formats, permettent de gérer finement les permissions d’accès. Mais conçues pour être déployées dans des structures complexes, elles sont malheureusement hors de portée de notre bourse. Les aléas budgétaires ne nous permettent pas davantage de nous tourner vers des logiciels libres proposant des fonctions similaires avec contrat de maintenance. Sans chercher à noircir le tableau, nous n’avons aucun moyen de prévoir l’évolution de notre budget sur 5 ou 10 ans, pas plus que nous ne pouvons maîtriser l’évolution des coûts de maintenance, ni même la durée de vie du partenaire commercial avec lequel nous nous engagerions. Consacrer des ressources précieuses par leur rareté à faire aboutir un projet sous une forme qui devra peut-être changer à court ou moyen terme semble peu raisonnable.
Un hébergement web classique est exclu au vu de l’espace de stockage nécessaire avec les documents déjà en notre possession. Et puisque notre souhait est que cette photothèque se développe (par les dons des anciens tout autant que grâce à la contribution des membres présents et futurs), il est nécessaire de prévoir l’espace dont nous aurons besoin dans les années à venir. C’est donc sans surprise que nous prévoyons de nous tourner vers la TGIR Huma-Num21 dont le nouveau service d’exposition de données Nakala22 semble répondre à nos besoins. Quant au choix du logiciel, c’est la petite étoile montante Omeka23 qui, bien qu’il ne couvre pas la totalité de nos besoins en termes notamment de gestion du multilinguisme (interface et métadonnées), est le meilleur compromis à notre disposition.

Évaluation des projets

Pour conclure sur les contraintes évoquées au long de ce texte, il est frappant de voir que des projets si importants pour l’institution ne peuvent voir le jour qu’à la faveur de financements ponctuels et reposent sur des personnes au statut précaire dont l’implication est à souligner.
La poursuite des efforts en matière de recherche de financements semble la voie à suivre pour garantir la survie et le développement des projets évoqués dans ce texte. Pour cela, il nous faut aussi les présenter et les jalonner en pensant, au-delà des projets eux-mêmes, à leur transmission, leur documentation, leur valorisation.

Valorisation et stratégie de communication

Dans le contexte des instituts de recherche, la valorisation s’entend comme le transfert des résultats de la recherche vers la société en général, avec un focus particulier sur les acteurs économiques24. Selon le rapport de Philippe Adnot au Sénat sur la valorisation de la recherche dans les universités, « valoriser [c’est] “rendre utilisables ou commercialisables les résultats, les connaissances et les compétences de la recherche”. Il [existe] plusieurs procédés de valorisation tels que la recherche partenariale, le dépôt de brevet ou la création d’entreprise »25. L’auteur note toutefois qu’« il est indispensable de reconnaître que les SHS n’ont pas les mêmes préoccupations, ni les mêmes objectifs que les sciences “dures” alors que les processus et les procédures sont construits par ces dernières »26.
À notre échelle, les actions de valorisation menées relèvent davantage de l’expertise et de la diffusion des résultats de la recherche à un large public. La frontière entre valoriser et communiquer se révèle donc parfois assez ténue.
Sous la houlette de Gwenaëlle Dufils, une réflexion devant aboutir à la rédaction d’un guide pratique de la valorisation et de la communication à usage interne est menée en ce moment à l’IFEA.  Gwenaëlle a proposé de partager avec nous ses compétences en matière de valorisation, d’organisation d’événements et de promotion de fonds muséographiques acquise en tant que responsable des galeries d’archéologie et de paléontologie du Musée d’Artenay (Loiret)27.
Rencontre des compétences de son auteur et des retours d’expérience des membres de l’équipe, ce guide que nous voulons évolutif sera un document précieux dans une institution où le renouvellement de personnel intervient régulièrement. Les projets évoqués au long de ce texte seront les premiers bénéficiaires des conseils qu’il contiendra.,

Isabelle Gilles
Chargée d’édition numérique et des projets de numérisation
Secrétaire de rédaction de la revue EJTS http://ejts.revues.org
Webmaster du site https://www.ifea-istanbul.net
  1. http://persee.fr/web/revues/home/prescript/revue/anata []
  2. https://books.openedition.org/ifeagd/ []
  3. http://www.rechercheisidore.fr/search/resource/?uri=10670/1.69a0f3 []
  4. http://www.openedition.org/7957 []
  5. Les collections concernées sont les suivantes : Passé ottoman, présent turcRencontres d’Istanbulcoédition IFEA/Kitapyayınevi, toutes trois à venir sur Open Edition Books. []
  6. IFEA Çalışmaları, à venir sur revues.org ainsi que Varia Anatolica (Persée/Open Edition Books) et Anatolia Antiqua (Persée/revues.org []
  7. Par ordre alphabétique le CEDEJ, le Centre Jacques-Berque, le CEMCA, l’IRMC, l’IFRA Nigeria, l’Institut français d’études andines et l’IFPO. Le CEFAS est encore en phase de développement. Voir https://books.openedition.org/publishers []
  8. Voir la liste des éditeurs présents sur revues.org http://www.openedition.org/3245? , qui renvoie le cas échéant vers le portail partenaire. Une liste partielle des revues en ligne est également disponible sur le site de valorisation des IFRE http://ifre.fr/index.php/publications/revues-en-ligne []
  9. https://www.canal-u.tv/producteurs/ifea []
  10. https://www.cines.fr/presentation/ []
  11. À ce sujet, on lira avec intérêt Lauranne Liégeois, Le pouvoir turc et la question d’Internet. Que révèle de l’AKP sa politique de gestion du Web, mémoire de Master en sciences politiques à finalité Politique et Société des pays émergents, 2013, OVIPOT http://ovipot.hypotheses.org/9812 []
  12. The Internet Archive est un organisme sans but lucratif créé en 1996 et basé en Californie. Son objectif est d’archiver le web et de garantir un accès pérenne à la connaissance https://archive.org/about/ []
  13. http://www.archivesaudiovisuelles.fr/fr/ []
  14. L’issue est toutefois heureuse, puisque le projet, rebaptisé Campus-AAR est financé depuis janvier 2014 par l’ANR à hauteur d’un million d’euros pour 36 mois. Voir http://campusaar.hypotheses.org/a-propos et les étapes du projet sur http://www.agence-nationale-recherche.fr/projet-anr/?tx_lwmsuivibilan_pi2%5BCODE%5D=ANR-13-CORD-0016 []
  15. https://medihal.archives-ouvertes.fr/ []
  16. L’Université Numérique Ingénierie et Technologie http://www.unit.eu/fr et https://fuscia.info/ repèrent et produisent des contenus pédagogiques en sciences de l’ingénieur. []
  17. Pour plus de détails sur ces fonds photographiques retrouvés et sur les choix opérés dans le traitement des archives, voir http://dipnot.hypotheses.org/822 []
  18. SALT (http://saltonline.org/) est une fondation privée dédiée à l’art contemporain. Fondée et financée par la banque privée turque Garanti, elle a été créée en 2011, résultant de la fusion de la Garanti Gallery (centre de recherche et d’exposition consacré au design, l’architecture et l’urbanisme), le Centre de recherche et d’archives de la Banque Ottomane et Platform Garanti (art contemporain). []
  19. Mais même le gratuit a un coût, souvent négligé et difficile à chiffrer. Charge à l’utilisateur d’installer son produit dans son environnement technique, de le maintenir, d’assurer la sécurité de ses données, de se former à son utilisation, voire de le personnaliser. Le périmètre de compétence et le dynamisme des communautés d’entraide est un facteur crucial dans le choix d’un logiciel libre et gratuit. []
  20. Le passage d’Olivier Givre en octobre 2014 est l’exemple d’une collaboration réussie. Voir la restitution de son terrain sur Dipnot http://dipnot.hypotheses.org/889 []
  21. http://www.huma-num.fr/la-tgir-en-bref []
  22. http://www.huma-num.fr/service/nakala []
  23. « Omeka est une plate-forme de publication web open source spécialisée dans la publication de collections muséales, bibliothèques numériques et éditions savantes en ligne. Omeka est au croisement entre système de gestion de contenus (CMS), gestion de collections et gestion d’archives numériques. Elle est développée par le Roy Rosenzweig Center for History and New Media de l’Université George Mason (Virginie, Etats-Unis) ». (Projet Plume https://www.projet-plume.org/fiche/omeka) et http://omeka.org/ pour le logiciel en lui-même. La fonctionnalité de création d’expositions virtuelles est un atout majeur d’Omeka. Le choix par l’équipe de développement du set de métadonnées standardisé Dublin Core et l’exposition native de ces métadonnées par OAI-PMH, permettent de s’appuyer sur des infrastructures éprouvées au niveau international. Omeka a été élu « Meilleur logiciel ou suite logicielle pour les humanités numériques » en 2012. Voir http://dhawards.org/dhawards2012/results/ []
  24. Voir à ce sujet la profession de foi du Consortium de Valorisation Thématique de l’alliance Athéna http://www.cvt-athena.fr/qui-sommes-nous/presentation-du-cvt-athena.html []
  25. Rapport d’information n° 341 (2005-2006) de M. Philippe Adnot, fait au nom de la commission des finances, p. 57 http://www.senat.fr/notice-rapport/2005/r05-341-notice.html []
  26. Ibid. p.49 []
  27. http://www.larep.fr/loiret/actualite/pays/pithiverais-beauce/2014/09/05/gwenaelle-dufils-quitte-le-musee_11131858.html []

Lieux et milieux du Kurban Bayramı. Retours sur un terrain exploratoire à Istanbul

Retours sur un terrain exploratoire à Istanbul (septembre-octobre 2014).

Le séjour de recherche réalisé à Istanbul (IFEA, USR 3131) en amont, pendant et en aval de la « fête du sacrifice » (kurban bayramı, 4-7 octobre 2014) s’inscrit dans un projet de recherche qui concerne les recompositions du sacrifice sanglant en Europe. Partant d’une relecture de la notion de sacrifice, classiquement perçue par les anthropologues comme l’une des modalités fondamentales de la pratique et du sentiment religieux, ce projet interroge les mutations contemporaines des pratiques sacrificielles, mais aussi des enjeux qu’elles posent dans des sociétés urbanisées, industrialisées, globalisées, où normes et représentations circulent et s’entreproduisent sans cesse. Ce projet fait suite à mes travaux sur le kurban dans les Balkans (Givre, 2006 ; 2015) et les multiples interrogations entourant le sacrifice musulman en Europe (Brisebarre, 1998, 2014 ; Bowen, 2012 ; Givre, 2015). L’accent est mis d’une part sur le rapport entre tradition sacrificielle, pluralisme religieux et politiques du vivant en Europe, notamment les mutations du rituel au prisme des cadres législatifs et normatifs européens (Bergeaud-Blackler, 2004 ; Marguenaud, Burgat, Leroy, 2010) ; d’autre part sur la multiplicité des formes et des sens du rituel en fonction des contextes et des conditions de la pratique rituelle (maintien d’une pratique familiale, prise en charge par des opérateurs publics, religieux, humanitaires ou commerciaux, abandon de la pratique sacrificielle proprement dite, redécouverte dans les conditions de retour « au pays » ou au village, etc.). L’examen de ces différentes dimensions montre que la représentation d’une tradition immuable ou d’un modèle rituel établi qui devrait se plier à la modernité occidentale ne résiste pas à l’analyse.

Là où mes recherches antérieures dans les Balkans ont plutôt documenté les pratiques sacrificielles en milieu rural (et comme l’une de ses représentations), le terrain stambouliote a d’abord mis en évidence l’intérêt d’une lecture de l’espace urbain du/par le sacrifice. Dans le contexte de la métropole turque, le kurban bayramı constitue tout autant un événement rituel et religieux majeur qu’un espace-temps social, festif, économique et politique d’importance (Gökalp, 1998). À Istanbul, ce sont environ 200 000 bêtes qui ont été sacrifiées cette année, selon les sources officielles des services vétérinaires gouvernementaux et de la grande municipalité (İBB). Sur les 39 districts ou municipalités de la ville, les sites officiellement répertoriés et habilités représentent 117 lieux de vente (satış) et 516 lieux de coupe (kesim). La visibilité de cet événement se traduit ainsi par sa place dans l’espace public, les politiques urbaines et la vie religieuse mais aussi dans les rapports sociaux et les perceptions intimes, selon des modalités variées et parfois hétérogènes, mettant en lumière la pluralité des pratiques et des enjeux associés au bayram.

Facteur de rassemblement autour d’un certain nombre de valeurs largement promues (sens de la tradition, ancrage familial et sociabilité locale, solidarité et charité, conformité rituelle et morale, festivité religieuse), le kurban tire l’essentiel de sa légitimité de l’idée qu’il constitue simultanément une obligation religieuse, un devoir moral, un bénéfice social et une valeur culturelle (voir Gökalp, 1999). La représentation dominante est celle d’une pratique destinée à attester et renforcer des liens de diverses natures (avec Dieu, au sein de l’ümmet, dans les sphères familiale, amicale, locale, auprès des démunis et des pauvres). Ces multiples solidarités sont mises en scène et performées tant au niveau des pratiquants proprement dits que par l’environnement caritatif, médiatique et institutionnel usant des registres sémantiques du don et du pardon, de la tradition, de la solidarité, d’une forme de bienséance religieuse, mais aussi de la purification morale des richesses personnelles ou du confort matériel.

Mais le kurban constitue également une pratique qui divise, tant sur le plan de ses manifestations concrètes que des représentations qui lui sont associées, les formes de mise à distance pouvant osciller entre ironie mordante (dont témoignent par exemple nombre de caricatures de presse) et critique radicale. Les visions récurrentes du Bosphore ensanglanté, d’animaux apeurés, souffrants ou indociles, d’« accidents » touchant des pratiquants « amateurs » ou encore de l’insalubrité de certaines conditions d’abattage, participent de représentations négatives de la pratique sacrificielle proprement dite, jugée contestable ou archaïque mais également facteur de désordre urbain. Par ailleurs, il est fréquent que les détracteurs du rituel l’associent à des options conservatrices : ritualisme, normativité religieuse, adhésion à un islam institutionnel ou au contraire une forme de religion populaire dénigrée. Une frange des personnes rencontrées témoigne d’une nette aversion pour une pratique symbolisant non seulement à leurs yeux une tradition anachronique, mais un ordre moral et politique en partie associé au pouvoir actuel, à une forme de rigorisme, et à un ensemble de débats cristallisés sur la place de la religion dans la société turque.

La complexité de ces positions empêche cependant d’en fournir une lecture simplifiée selon une ligne de partage entre « pro » et « anti » sacrifice : ainsi certains rejettent le bayram comme manifestation rituelle collective tout en pratiquant par ailleurs individuellement certains kurban à titre propitiatoire. De même, l’éventail des modalités de pratique témoigne lui-même d’arrangements multiples avec la « tradition », entre réaliser soi-même le sacrifice dans des conditions parfois clandestines, confier sa mise en œuvre aux pouvoirs publics dans des chaînes officielles d’abattage, donner à des ONG confessionnelles, ou encore recourir aux offres commerciales proposées par les grandes surfaces. L’examen de ces différents registres m’a ainsi conduit à saisir l’ensemble des chaînes d’action à l’œuvre dans l’organisation et le déroulement du rituel. Hormis les pratiques et les représentations des différents acteurs directs du rituel (des familles aux professionnels du sacrifice en passant par les représentants religieux), un accent particulier a été mis sur la place des pouvoirs publics, le rôle des institutions et ONG confessionnelles et l’environnement commercial.

Les enquêtes conduites auprès des instances municipales et des services vétérinaires ont ainsi concerné les dispositifs et les infrastructures : le contrôle des flux animaux, la technicisation de l’abattage, l’hygiénisation du rituel sont illustrés par les abattoirs (kesimhane) géants récemment créés dans les espaces périphériques d’Istanbul, qui par leur configuration et leur sophistication peuvent être considérés comme des éléments constitutifs du projet urbain (ouvertement opposés aux espaces informels du sacrifice). Les institutions et ONG confessionnelles regroupent quant à elles un ensemble de structures disparates (külliye – complexes rituels, fondations, mosquées) mais dont le dénominateur commun est la capacité de prise en charge de l’intégralité du sacrifice, à des fins caritatives, solidaires ou humanitaires. Articulant registres moraux et capacité d’action, ces institutions reflètent une « société civile » à base religieuse particulièrement développée et fortement visibilisée lors du bayram. Leurs modes de fonctionnement revendiqués (appels aux dons, professionnalisme et bénévolat, licéité religieuse, traçabilité rituelle) correspondent parfois à de véritables modèles entrepreneuriaux dans les champs de la solidarité et de l’action humanitaire, dont le kurban constitue un symbole. Enfin, des observations et entretiens réalisés auprès de différents acteurs (adakçı ou professionnels du sacrifice, groupe Carrefour) illustrent la commercialisation au sens large du rituel, qu’il s’agisse d’espaces de vente et d’abattage présents à de multiples endroits de la ville, ou localisés durant le bayram dans les centres commerciaux proprement dits, mais aussi d’une forme de « mise en produit » et en marketing du kurban (du business model à la relation client : vente en ligne, facilités de paiement, modalités de livraison, etc.).

Pour la poursuite de mes travaux, cette enquête exploratoire me conduit à mettre l’accent sur les pistes de recherche suivantes :

  • L’arène axiologique du sacrifice : enjeux normatifs, sanitaires et politiques ; régimes de légitimité et/ou de contestation, tensions entre licéité religieuse et légalité juridique, arguments « animalistes » et mobilisations militantes ; normativité technique et sécurité alimentaire en matière de mort animale.
  • La réactualisation du rituel : recomposition des composantes fondamentales du kurban (zekat – charité, vekalet – procuration, kesim – égorgement) ; conversion de la valeur rituelle ou religieuse en valeur sociale, politique, économique ; variété des pratiques (familiale, institutionnelle) et nouveaux registres d’action morale du sacrifice par l’« humanitarisation » et le développement (Benthall et Bellion-Jourdan, 2003).
  • La production sociale et urbaine de l’espace sacrificiel : lieux formels/informels et modes d’organisation ; espaces publics du rituel (des médias et discours aux équipements) ; circulations et régulations urbaines des animaux, des personnes et des pratiques ; technicisation, hygiénisation et institutionnalisation des procédures rituelles ; prise en compte du rituel dans l’espace, les projets et les aménagements urbains.
  • Les transactions morales et commerciales autour du sacrifice : appels à dons des organisations caritatives et humanitaires ; pratiques et techniques de la procuration ; commercialisation du sacrifice (des petits commerces à la grande distribution) ; traçabilité et conformité rituelle ; circuits de l’économie redistributive du rituel (don et aide alimentaire, secours humanitaire, arguments développementalistes).
  • Les récits et les mémoires du rituel : narrations individuelles et familiales du rituel (selon le genre, la génération, les parcours, opinions et croyances) ; croisements entre parcours personnels et parcours rituels ; place du sacrifice dans la fabrication et l’image de soi ; la transmission informelle et formelle des savoir-faire sacrificiels ; place du sacrifice dans le sentiment religieux.

Références

  • Bergeaud-Blackler F., 2004, « Nouveaux enjeux autour de l’abattage rituel : une perspective européenne » Cahiers d’Economie et de Sociologie Rurales (73).
  • Bowen J., 2012, A new anthropology of Islam, Cambridge, Cambridge University Press.Brisebarre A.M. (dir.), 1998, La fête du mouton. Un sacrifice musulman dans l’espace urbain, Paris, CNRS Editions.
  • Brisebarre A.-M., 2014, « Fêter l’Aïd el-kébir en France: du sacrifice du mouton à domicile à l’achat d’une carcasse par internet », in Fall K., Dimé M.N., Ly M.A. et Boukala M. (dir.), Le halal dans tous ses états, Québec, Presses de l’université Laval, pp. 293-316.
  • Fassin D., 2010, La raison humanitaire. Une histoire morale du temps présent. Paris, Editions de l’EHESS, Gallimard/Seuil.
  • Givre O., 2006, Un rituel « balkanique » ou un rituel dans les Balkans ? Le kurban en Bulgarie et en Grèce du nord, Thèse de doctorat, Université Lumière-Lyon2.
  • Givre O., 2015, « L’animal sacrificiel entre licite et légal », in M. Cros, J. Bondaz, F. Laugrand (dir.), Visions du monde animal, Paris, Editions des Archives Contemporaines (à paraître).
  • Gökalp A., 1998, « Turquie. Le kurban à Istanbul », in Brisebarre A.M. (dir.), La fête du mouton. Un sacrifice musulman dans l’espace urbain, Paris, CNRS Editions.
  • Gökalp A., 1999, « Le sacrifice dans la tradition turque » in Bonte P., Brisebarre A.M., Gökalp A. (dir.), Sacrifices en islam. Espaces et temps d’un rituel, Paris, CNRS Editions.
  • Marguenaud J.P., Burgat F., Leroy J. (dir.), 2010, « Dossier thématique : l’abattage rituel », in Revue semestrielle de droit animalier (2010/2), Limoges, Faculté de droit et des sciences économiques.

Sur les traces d’un voyageur de Carie : quelques lettres d’Alfred Laumonier

par Joy Rivault (doctorante, ex-BCD à l’IFEA)

Les archives de l’Institut Français d’Études Anatoliennes n’ont pas encore révélé tous leurs secrets, semble-t-il. Jean-François Pérouse, directeur de l’Institut, a eu la main chanceuse cet été en découvrant dans les archives quatre lettres d’Alfred Laumonier, adressées au premier directeur de l’IFEA, Albert Gabriel1. Il s’agit d’une correspondance2 entre les deux chercheurs qui semblaient entretenir des relations cordiales et amicales, bien que nous n’ayons à notre disposition que les lettres reçues par l’ancien directeur et laissées à l’Institut. Cette documentation nous donne un précieux état des lieux des recherches archéologiques en Carie en 1932. Elle permet de se rendre compte des démarches préliminaires nécessaires à l’élaboration de recherches en Turquie et de la rivalité ambiante entre les chercheurs étrangers, mais aussi Français, sur le territoire au XXe siècle. Il y est également déjà question de l’intérêt  particulier que portait A. Laumonier aux cultes cariens.

Projet de voyage en Carie

La première lettre que les archives nous ont livrée est datée du 11 mai 1932. Écrite sur un papier officiel de l’Université de Toulouse, où A. Laumonier enseignait, elle semble avoir été rédigée, du moins achevée, à l’École Française d’Athènes3. On y apprend qu’il s’agit d’une redite d’une précédente lettre adressée à l’Institut Français d’Archéologie d’Istanbul (IFAI, futur IFEA) et restée sans réponse. N’ayant aucun retour de la part du directeur, il est convaincu que le papier a été perdu, il en résume donc le contenu dans cette nouvelle correspondance.

Il y est question d’un projet de voyage en Carie, formé depuis 1924, sous la direction de Charles Picard, alors directeur de l’École Français d’Athènes, et qui n’a encore jamais pu être réalisé. La première chose qu’il tient à souligner dans la longue liste d’arguments justifiant ce déplacement, est qu’il n’a pas exactement le même objectif que son confrère, Louis Robert. Les rapports entre les deux chercheurs sont alors à leurs débuts et encore très cordiaux. A. Laumonier explique :

« quoique nos études se trouvent en contact sur bien des points, (…) il ne peut naître de cette coïncidence qu’une collaboration, non une compétition ».

Pourtant, quelques années plus tard, il parlera de « fatalité » concernant la simultanéité de leurs études respectives en Carie, qui ne cessera d’être une source de rivalité et de conflit, alimentée par les notes invectives des deux chercheurs dans le Bulletin de Correspondances Helléniques4).
A. Laumonier justifie sa démarche par son travail sur les cultes de Carie5. Une étude de topographie historique lui semble donc indispensable. Il ne demande à effectuer qu’un voyage de reconnaissance par Aidin, Milas, Esthi Hissar-Stratonicée, peut être Moughla et surtout Külük, Bodroum et sa presqu’île. S’il parvient à obtenir un « appui bienveillant 6» d’A. Gabriel, il suppose que le gouvernement turc ne fera pas de difficultés pour le laisser circuler et prendre des photos. La Turquie a en effet subi une longue période de troubles politiques qui compliquent les investigations archéologiques des étrangers sur le territoire. Il écrit donc en parallèle une lettre à Aziz Bey7, compagnon de fouilles à Téos en 1924, qui lui fait espérer une réponse favorable, bien que le directeur de l’IFAI n’ait pas appuyé cette demande de voyage suite à la possible perte de la première lettre.
Il développe ensuite le programme prévu pour son voyage, qui ne peut se dérouler qu’en août. Il souhaite faire des fouilles en lien avec les cultes cariens, soit à Labraunda, soit au temple d’Artémis Kindya8, qui se trouvent près de Milas. Il semble pressé9. Il a besoin de fonds pour cette entreprise et pour l’année en cours. En effet, le Suédois A. W. Persson aurait aussi le projet de fouiller dans la région10. A. Laumonier estime qu’il s’agit d’une opportunité à ne pas manquer pour que la France prenne les devants dans la course internationale aux découvertes archéologiques prestigieuses. C’est de ce sujet qu’il voudrait s’entretenir avec le directeur.
Le ton de la lettre est poli et courtois, assorti de propositions prudentes : A. Laumonier a besoin de l’appui de l’institut pour donner davantage de poids et de crédibilité à la demande faite préalablement au gouvernement turc. Il n’en va pas moins droit au but : le temps presse, il n’est pas le seul chercheur à s’intéresser à la Carie. Un autre Français, L. Robert, effectuera un voyage dans la région, de la fin de septembre au début de novembre 1932, au frais de l’American Society for Archeological Researches in Asia Minor, et avec l’appui de nombreuses autorités en Turquie11. A. Laumonier a donc besoin de faire jouer quelques relations12 et de trouver un financement pour faciliter la réussite de son entreprise. Il n’est plus seulement question de fierté nationale : les deux Français se lancent chacun dans un véritable cursus honorum. Ainsi,  A. Laumonier n’oublie jamais de rappeler en quoi sa démarche est nécessaire pour lui et pour la recherche française, donc pour l’IFAI.

C’est après sa nomination à la Faculté des Lettres de Toulouse qu’il entamera sa première expédition en Carie, entre août et septembre 1932, à ses propres frais. Il s’intéresse en effet aux cultes de Carie depuis 1923 mais il a dû mettre de côté cette étude en raison des difficultés que présentait ce projet : de 1925 à 1931 il ne disposait pas « d’assez de loisir en été pour faire ce voyage ».
À la suite de ce voyage, Alfred Laumonier publiera en 1933 Notes sur un voyage en Carie13.  Il y décrit et commente les nouveaux documents qu’il a découverts, ainsi que ses observations sur des sites déjà connus.

Demande de fouilles

Athènes, 9 octobre 1932. A. Laumonier est de retour de son voyage en Carie14 au cours duquel il a eu l’occasion d’examiner les nombreuses possibilités de fouilles dans la région Mylasa-Stratonicée, particulièrement les sites de Mylasa, Euromos, Labraunda, Stratonicée et Panamara. Il dresse le bilan de cette expédition au directeur de l’IFAI, sous la forme d’un rapport officieux, tapé à la machine et soigné, auquel il joint pour chacun des sites un croquis d’état des lieux. Selon lui, seuls Mylasa et Panamara seraient exploitables sans trop de crédits. Il espère toujours obtenir un financement et la prise en charge d’une mission archéologique sur place, ce qui ne lui avait pas été accordé la première fois.

Il constate que Mylasa est presque entièrement recouverte par la ville moderne de Milas. Un seul endroit serait intéressant à fouiller, un peu à l’extérieur de la ville : le site présumé du sanctuaire de Zeus Osogoa (d’après P. Le Bas15). Beaucoup d’inscriptions ont été trouvées à proximité du mur « du temple16 ».

Des alignements de marbres cassés lui laissent penser qu’il s’agit de portiques. Il décrit également des dénivellations, des colonnes encore en place, des tambours de colonnes portant des proscynèmes17 et un mur de soutènement d’une longueur de 100 mètres (dessiné par P. Le Bas). Il suppose qu’il est en présence d’un ensemble architectural important et qu’il est fort vraisemblable que ce soit le sanctuaire de Zeus Osogoa18, divinité principale de la cité de Mylasa qui connut un grand succès dès le IIIe s. av. J.-C.

Croquis n°1 : Mylasa. Dessin d'A. Laumonier, archives de l'IFEA
Croquis n°1 : Mylasa. Dessin d’A. Laumonier, archives de l’IFEA

 Pour mener à bien ce projet de fouilles A. Laumonier propose d’acheter le champ sur lequel se trouvent les vestiges. Il coûte 1000 livres turques, soit 12 000 anciens francs19. Il s’agit d’un champ de blé ce qui ne pose pas de difficultés pour faire des sondages avant l’achat du terrain, c’est-à-dire après la récolte qui a lieu en juillet. Il expose ensuite quels seraient les intérêts de cette fouille. Elle permettrait d’abord d’envisager une étude plus approfondie de la topographie de Mylasa. Elle offrirait également « de grandes commodités (proximité de la ville, confort, appui immédiat des autorités, etc.) » Enfin, elle pourrait se prolonger les années suivantes dans les terrains voisins qui seraient riches en marbres, selon les paysans.

Des fouilles dans le sanctuaire de Panamara ne présenteraient pas les mêmes commodités d’installation. En effet, les ruines se trouvent au sommet d’une montagne (600 mètres), à 2 kilomètres du village de Bayaka, « fort loin de toute autorité et de tout confort ». L’avantage est qu’il n’y a pas de terrain à acheter car le site antique se trouve en pleine forêt de pins. A. Laumonier précise qu’il est très limité et qu’il serait susceptible d’être nettoyé en une seule campagne. Le sanctuaire semble se composer d’une enceinte sacrée, carrée, de 50 à 60 mètres de côté, avec un temple très simple, sans colonnes au centre. Il y a moins de restes de marbres qu’à Mylasa, mais beaucoup d’inscriptions20. Il est certain que la fouille en fournira davantage.

Croquis n°2 : Panamara. Dessin d'A. Laumonier, archives de l'IFEA.
Croquis n°2 : Panamara. Dessin d’A. Laumonier, archives de l’IFEA.

Il estime qu’un mois de travail serait suffisant, avec 40 à 50 ouvriers pour enlever les pierres, les arbres et la terre qui recouvrent les ruines. Ils seraient payés 1 livre par jour, soit 1500 livres maximum (18 000 anciens francs21). Il ajoute à ces dépenses la moitié de cette somme pour couvrir les frais divers : le salaire et l’entretien d’un gendarme et d’un représentant de l’autorité civile22, ainsi que le voyage depuis Smyrne, l’achat d’outils et de matériel photo.
Les coûts seraient un peu plus élevés pour les fouilles de Mylasa :  les frais divers seraient plus réduits mais il faut prendre en compte l’achat du terrain.

Enfin il s’emploie à expliquer en quoi « l’inauguration de fouilles françaises en Carie serait souhaitable pour plusieurs raisons.» D’abord il se trouve que la plupart des sites évoqués plus haut ont été découverts par les Français :  (Labraunda et les vestiges attribués à Zeus Osogoa par Le Bas et Panamara par Cousin et Deschamps). Il est donc tout a fait logique, selon lui, que les fouilles leur reviennent. L’étude de ces ruines offrirait également « un intérêt considérable pour l’histoire des religions et de la civilisation indigène encore si mystérieuse », qui le fascine au point d’en faire le sujet de sa thèse. Il rappelle que des instituts et des organisations étrangères (notamment les Suédois et les Américains) ont déjà envisagé des travaux dans le pays. Pour A. Laumonier il serait « dommage pour l’honneur national » d’être devancés « dans cette province française de l’archéologie23 ». Car ces travaux ne feraient que reprendre « une tradition » inaugurée en 1912 par les fouilles d’Aphrodisias et continuées en Ionie à Claros en 1913, à Phocée en 1914, à Notion en 1921 et à Téos en 192424. Ces études de terrain seraient par ailleurs les bienvenues en Turquie car les relations officielles avec la France « sont devenues tout à fait amicales et sont plus que jamais favorables à des entreprises scientifiques ». A. Laumonier fait appel au patriotisme et à la fierté de la recherche française pour tenter de convaincre A. Gabriel du bien-fondé de son projet de fouilles en Carie.
Il suggère donc deux chantiers à démarrer pour l’année 1933 : Mylasa et Panamara. Des contraintes spécifiques existent dans les deux cas, que ce soit au niveau de l’achat du terrain pour l’un ou de la difficulté d’installation ou de main-d’œuvre pour l’autre. Afin de maximiser ses chances, car les deux projets ne semblent pas être réalisables en une seule campagne, il entreprend de demander la concession des deux sites au gouvernement turc.

Cette démarche motivée portera ses fruits puisqu’il obtiendra l’autorisation pour un second voyage dans la région en octobre 1933. Il s’agira cette fois-ci d’une mission archéologique, financée et soutenue par l’ IFAI et les autorités turques25.

Remerciements

Deux semaines plus tard, le 25 octobre de la même année, de retour à Toulouse, alors que L. Robert est toujours en Carie, A. Laumonier rédige une lettre à A. Gabriel, pour le remercier de son accueil et des facilités dont il a bénéficié grâce à lui pour effectuer son voyage. Il l’estime trop court mais fructueux malgré tout : il a pu se rendre à Mylasa et dans sa région, Théangéla, Halikarnasse, Stratonicée et ses grands sanctuaires de Lagina et Panamara. Ce courrier accompagnait vraisemblablement le « rapport » évoqué ci-dessus dans lequel A. Laumonier fait le point sur ses observations de terrain et propose des campagnes de fouilles pour Mylasa et Panamara. Il n’a pris aucune photo (à cause de la mauvaise luminosité), à l’exception d’une seule (ci-dessous) qui montre un angle du téménos de Panamara. Il espère pouvoir désormais devenir le collaborateur d’A. Gabriel en Turquie pour l’année suivante.

Angle du téménos de Panamara. Photo d'A. Laumonier, archives de l'IFEA.
Angle du téménos de Panamara. Photo d’A. Laumonier, archives de l’IFEA.

Rapport de la mission archéologique en Carie

Un an plus tard, à Izmir, le 25 octobre 1933. A. Laumonier rédige une rapide lettre26 adressée au directeur de l’IFAI, accompagnée d’une copie du rapport de sa mission archéologique en Carie. L’original est destiné aux autorités turques, selon l’engagement qu’on lui a fait signer après l’autorisation de ce voyage, « d’où les nombreux remerciements prodigués à la fin, à juste titre d’ailleurs. » Aucune fouille n’est entamée : il s’agit d’une mission de prospection (relevés, nettoyage, sondage…).
Il est très satisfait du travail qu’il a effectué à Labraunda : « il y a là un ensemble très intéressant et unique qui mériterait beaucoup d’être fouillé. » Pour Panamara, il a pu dessiner un plan approximatif qu’il trouve bien plus précis que celui exécuté en une heure l’année précédente27. Il a également vu « plusieurs belles inscriptions à Milas et une très belle à Hyllarima.» A. Laumonier espérait pouvoir rencontrer le directeur de l’Institut français avant son départ28, pour faire le point sur son voyage et lui montrer ses plans.
Il lui envoie également un exemplaire de la conférence qu’il a faite à la Halkevleri de Smyrne, le 11 septembre, devant le vali29, le consul et la « meilleure société turque et étrangère ». Il dit lui-même qu’il s’agissait d’une « conférence de propagande… plus que de science », qui a semble-t-il « produit très bon effet. » Le vali, passionné d’archéologie, a été très bienveillant avec A. Laumonier et ce dernier pense que la conférence a certainement facilité les rapports entre les Français et les autorités de Smyrne.
Mais ce qu’il espère particulièrement, c’est que le directeur n’oubliera pas la Carie pour l’année suivante, car il y a beaucoup à faire30.

Le rapport quant à lui comprend une description succincte des vestiges qu’il a pu identifier dans la région31. Il s’attarde davantage sur le site de Labraunda. Il a dessiné un plan du sanctuaire, tel qu’il apparaît à la surface du sol et a effectué « un difficile travail de nettoyage (partiel). » Il constate que l’ensemble s’étend sur une longueur de 200 mètres et sur une largeur en terrasse de 150 mètres environ. Il comprenait « deux temples identiques32 », des portiques et des édifices variés en grand nombre. Le plan de l’ensemble aurait des « dispositions de type gréco-romain » mais avec une « originalité curieuse » comme dans les ensembles anatoliens nous dit-il : les « temples » seraient pris dans les murs des autres constructions et non isolés, comme c’est le cas dans les sanctuaires grecs ou hellénisés. Des sondages dans la terrasse supérieure ont révélé deux courtes inscriptions33. À première vue, le site suscite donc beaucoup d’interrogations et de curiosités qu’il voudrait éclaircir par des fouilles.
Ce ne sera qu’en 1948 que ces dernières débuteront, sous la direction du Suédois A.W. Persson. Elles permettront d’identifier notamment les deux bâtiments à l’architecture carienne, jusqu’alors considérés comme des temples, grâce aux dédicaces de Mausole et d’Idrieus retrouvées sur les architraves. Il s’agit en réalité d’andrones. A. Laumonier ne manquera pas de corriger sa première interprétation erronée dans Les cultes indigènes en Carie.

Plan sommaire du sanctuaire de Labraunda, 1932. Dessin d'A. Laumonier, Note sur un voyage en Carie, Revue Archéologique, T.2, 1933, fig. 16.
Plan sommaire du sanctuaire de Labraunda, 1932. Dessin d’A. Laumonier, Note sur un voyage en Carie, Revue Archéologique, T.2, 1933, fig. 16.

Deux publications d’Alfred Laumonier suivront cette mission archéologique afin de proposer un compte-rendu de ses découvertes. Il publie Inscriptions de Carie34 en 1934 et Archéologie carienne35 en 1936. Louis Robert, de son côté, travaille aussi sur un recueil d’inscriptions (de Mylasa et des villes voisines), bilan de ses quatre mois de voyage en Carie en 1932 et en 1934. La guerre entre les deux « Cariens » est alors engagée. À la lecture des observations d’A. Laumonier, L. Robert ne peut s’empêcher de signaler des corrections qui lui semblent indispensables dans Note préliminaire sur des inscriptions de Carie36. A. Laumonier y répondra dans Réponse à la note préliminaire à des inscriptions de Carie publiée par L. Robert37. Il tiendra à faire « une mise au point indispensable » sur l’attitude de son rival qu’il juge inappropriée, envers lui-même et ses collègues, ainsi que sur son travail de recherche, violemment critiqué. Aucune véritable collaboration entre les deux hommes ne sera dès lors possible38. La Carie devient ainsi le témoin de la rivalité scientifique des chercheurs français et étrangers sur le territoire turc.

BILIOGRAPHIE

Aubriet D., « Louis Robert et le sanctuaire du dieu à la double-hache », Camenulae 3, juin 2009, 16 pages (Revue électronique de l’Université Paris IV-Sorbonne) URL : http://www.paris-sorbonne.fr/IMG/pdf/D._Aubriet.pdf
Dussaud R., « Lettre de M. Louis Robert sur son voyage en Anatolie », dans Comptes rendus des séances de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 90e année, n°4, 1946, p. 582 URI : http://dx.doi.org/10.3406/crai.1946.78042
Laumonier A., « Note sur un voyage en Carie », dans Revue Archéologique t.2, 1933, p. 31-55 URL : http://www.jstor.org/stable/41750855
Laumonier A., « Inscriptions de Carie », dans BCH 58, 1934, pp. 291-380 URI : http://dx.doi.org/10.3406/bch.1934.2805
Laumonier A., « Réponse à la « Note préliminaire à des inscriptions de Carie » publiée par L. Robert », dans BCH 59, 1935, pp. 231-233 URI : http://dx.doi.org/10.3406/bch.1935.2774
Laumonier A., « Archéologie carienne », dans BCH 60, 1936, pp. 286-335 URI : http://dx.doi.org/10.3406/bch.1936.2938
Laumonier A., Les cultes indigène en Carie, Paris De Boccard, 1958
Robert L., « Note préliminaire sur des inscriptions de Carie », dans BCH 58, 1934, pp. 512-517 URI : http://dx.doi.org/10.3406/bch.1934.2811
Robert L., « Rapport sommaire sur un premier voyage en Carie », AJA 39, 1935a, p. 331-340. URI : http://dx.doi.org/10.2307/498620
Robert L., « Rapport sommaire sur un second voyage en Carie », RA II, 1935b, p. 152-163. URL : http://www.jstor.org/stable/41749060
Robert L., « Nouvelles de la mission archéologique en Turquie », dans Comptes rendus des séances de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 92e année, n°4, 1948, p. 430-432 URI : http://dx.doi.org/10.3406/crai.1948.78314
Robert L., « Nouvelles de la mission archéologique en Turquie », dans Comptes rendus des séances de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 92e année, n°4, 1948, p. 530-531 URI : http://dx.doi.org/10.3406/crai.1948.78330
Robert L. et J., « Nouvelles de la mission archéologique en Turquie de M. et Mme Robert », dans Comptes rendus des séances de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 93e année, n°4, 1949, p.304-306 URI : http://dx.doi.org/10.3406/crai.1949.78443
Robert L., Hellenica : Recueil d’épigraphie, de numismatique et d’antiquités grecques X,
Paris 1955.

  1.     Directeur de l’IFAI de 1930 à 1941, puis de 1945 à 1956. []
  2.     A. Laumonier s’étonne dans une des lettres de ne pas avoir reçu de réponse du directeur. []
  3.     Toulouse est le premier lieu mentionné à côté de la date. Il est rayé est remplacé par Athènes école française d’archéologie. []
  4.     A. Laumonier, « Réponse à la note préliminaire à des inscriptions de Carie publiée par M. Louis Robert dans BCH, LVIII, 1934, p.512 », dans BCH, 59, 1935, p. 231 (« … je déplore vivement – et je ne suis pas le seul- que ses remarques à l’adresse de ses confrères soient présentées sur un ton aussi désobligeant. » []
  5.     Ce travail débouchera sur une thèse, publiée en 1958, intitulée Les cultes indigènes en Carie. []
  6.     Il demande à A. Gabriel d’écrire un mot en sa faveur à Aziz bey. []
  7.     Inspecteur général des antiquités en Asie Mineure. []
  8. A. Laumonier suit Paton et pense que Kindya se trouve près de Kémikler (ou Yémikler). []
  9. Il rature la lettre, insère un mot oublié entre deux lignes afin de nuancer des propos parfois un peu trop directs, et souligne le nom des sites ou vestiges qu’il aimerait fouiller. []
  10.     A. Laumonier tient cette information de M. Vallois, croisé à Bordeaux. []
  11.     M.W.H. Buckler a permis à L. Robert de recevoir des financements de l’American Society pour son voyage et de publier ses résultats dans les Monumenta Asiae Minoris Antiqua. M. A. Gabriel l’a accueilli à l’IFEA, présenté aux autorités turques et a obtenu pour lui les autorisations nécessaires. Aziz bey, directeur du musée d’Istanbul, lui a fourni des lettres de recommandation pour les autorités d’Aydin et Muğla. Selahettin bey, directeur du musée d’Izmir, est intervenu pour faciliter ses travaux et son voyage. L. Robert a également eu l’appui du Maarif memuru Arif bey à Milas et de M. L. Lecocq dont la connaissance en turc lui a été précieuse. []
  12.     A. Gabriel et Aziz Bey notamment, qu’il connaît bien. []
  13.     Dans la Revue Archéologique, T. 2, 1933, p. 31-55 []
  14.     Il ne s’agissait nullement d’une mission mais d’une démarche personnelle, avec autorisation mais sans financement. []
  15.     Il fut à la tête d’une expédition scientifique en 1842 en Grèce et en Asie Mineure, au cours de laquelle il dirigea des fouilles. Il fut également l’un des nombreux voyageurs de Carie. []
  16.     Ce monument, longtemps considéré comme un temple de Zeus, est aujourd’hui identifié par l’équipe turque d’Abuzer Kɩzɩl comme étant la tombe monumentale du dynaste Hékatomnos. []
  17.     Formules d’adoration qui seraient en l’honneur de Zeus selon Laumonier. []
  18.     Dont l’emplacement n’est toujours pas affirmé aujourd’hui. []
  19.     Soit aujourd’hui environ 7700 euros en parité de pouvoir d’achat. []
  20.     Elles sont connues depuis 1886. []
  21.     Soit environ 11600 euros en parité de pouvoir d’achat. []
  22.     Ils ne sont pas nécessaires à Milas puisque le site se trouve en ville et donc sous la surveillance directe des autorités locales.  []
  23.     C’est pourtant A . W. Persson qui entamera la fouille de Labraunda en 1948. []
  24.     Toutes interrompues chaque fois (pour des raisons indépendantes de la France). []
  25.     Outre A. Gabriel et Aziz bey, il aura également l’appui à Izmir du consul général de France, de Kâzim Pacha, gouverneur général, de Salahettin bey, directeur du service archéologique et d’Escet Bey, directeur du musée. []
  26.     La lettre est moins formelle, parfois raturée, écrite précipitamment avant son départ. []
  27.     Il s’agit du croquis ci-dessus, de Milas et Panamara, réalisé en 1932. []
  28.     Il quittera sans doute le Pirée pour Marseille la 10 novembre et quitte Smyrne le 25 octobre. []
  29.     Gouverneur de province, équivalent du préfet. []
  30.     Il craint qu’A. Gabriel ne jette plutôt son dévolu sur Claros (L. Robert conduira la mission entre 1951 et 1960). []
  31. Lors de cette expédition, il en profitera également pour copier six inscriptions inédites à Milas et un fragment d’inscription de basse époque à Pisiköy, estamper une inscription rupestre (byzantine?) qu’il dit incompréhensible à  Kemikler et noter une dédicace aux Nymphes à Bozarmet. []
  32.     Ce qu’il trouve curieux mais qu’il attribue, dans un premier temps, à une originalité régionale. []
  33.     Une commémoration d’un prêtre de Zeus Labraundos et le nom d’un dédicant d’une exèdre semi-circulaire en marbre (qui devait selon lui supporter un groupe de statues d’enfants en bronze). []
  34.     Dans BCH 58, 1934, p. 291-380 []
  35.     Dans BCH 60, 1936, p. 286-335 []
  36.     Dans BCH 58, 1934, p. 512-517 []
  37.     Dans BCH 59, 1935, p. 231-233 []
  38.      En effet, alors que les esprits semblent s’apaiser par la suite, A. Laumonier publiera sa thèse en 1958 intitulée Les cultes indigènes en Carie. L. Robert avait annoncé de son côté, en 1955, dans Hellénica X, un volume de synthèse de ses recherches, qu’il avait prévu d’appeler Les divinités indigènes et l’hellénisation de l’Asie Mineure.
    []

La préhistoire à travers la bibliothèque de l’IFEA

presentoir_prehistoireNovembre 2014

Türkçe çeviri

Pour le préhistorien que je suis, un cheminement dans la bibliothèque de l’IFEA m’offre un paysage d’ouvrages variés, aux contours évanescents oserai-je ajouter. Soyons honnête, le vaste champ des disciplines de recherches que couvre l’institut ne permet pas d’enregistrer chaque nouvel ouvrage d’archéologie préhistorique dans notre inventaire. Cet état est également la résultante de l’histoire de l’archéologie sur le territoire anatolien, la préhistoire ayant été longtemps délaissée au profit des périodes protohistoriques et classiques. Je tentais déjà de décrire cette histoire de la préhistoire proche-orientale, en 2004, dans la série Patrimoines au présent des « dossiers de l’IFEA » sur OpenEdition Books1 et en voici un exposé au travers de nos rayonnages.

Voilà bientôt un siècle que l’institut siège à Istanbul, son ouverture en 1930 coïncidant avec la mise en fouille de quelques grands sites hittites à une époque où la définition d’une préhistoire proche-orientale était encore vague. L’avènement de la discipline archéologique en Turquie va de pair avec l’essor de la République. L’ouverture aux sciences humaines et à l’histoire trouve auprès de  la jeune Université d’Istanbul (anciennement Darülfünun-ı Şahane, Maison Impériale des Sciences), de la Faculté de Langue et de Géographie d’Ankara et de la Société d’Histoire Turque, des appuis historiques. À lire la préface de Remzi Oğuz Arık dans la publication des fouilles d’Alacahöyük((Arık R.O., 1937.- Les fouilles d’Alaca Höyük entreprises par la Société d’Histoire Turque. Rapport préliminaire sur les travaux en 1935. Publications de la Société d’Histoire Turque, V. Seri-No 1. Ankara IFEA inventaire No. HA Ana Si 1.)), le lecteur saisira la dynamique académique à l’œuvre dans la Turquie des années trente. À l’instar d’Alacahöyük, d’autres fouilles historiques sont présentes dans les rayonnages de la bibliothèque de l’IFEA comme les volumes sur Boğazköy, Demircihöyük((Bittel K. & Güterbock H.G., 1935.- Boğazköy, Neue Untersuchungen in der Hethitischen Hauptsadt. Berlin : Verlag der Akademie der Wissenshaften. IFEA inventaire No. HA Ana Si 14 – Bittel K., Otto H., 1939.- Demirci-Höyük : Eine Vorgeschichtliche Siedlung an der phrygisch-bithynischen Grenze. Berlin : DAII IFEA inventaire No. HA Ana Si 55)) ou encore Tarsus((Goldman H., 1956.- Excavation at Gözlü Kule, Tarsus. From the Neolithic to the Bronze Age. Princeton : Princeton University Press. IFEA inventaire No. HA Ana Si 117 I-II a HA Ana Si 119 I-II pour les six volumes.)).

Ces ouvrages anciens et rares, outre d’un état de la recherche archéologique, témoignent surtout d’une histoire de la discipline archéologique intimement liée aux évolutions sociétales et politiques, d’hier comme d’aujourd’hui. Concernant cette histoire turque, je recommande vivement l’ouvrage d’Oktay Belli sur la contribution de l’Université d’Istanbul à l’archéologie turque((Oktay B., 2001.- Istanbul University’s Contributions to Archaeology in Turkey (1932-2000). Istanbul : İstanbul Üniversitesi Yayınları)).

Ces premières fouilles et prospections((Von der Osten H.H., 1929.- Explorations in Central Anatolia, Saeson of 1926. Research in Anatolia vol. 1, The University of Chicago. Chicago : Oriental Institute Publication.  IFEA inventaire No. HA Ana Si 9)) font partie des impressions d’une Anatolie préclassique, un statut jusqu’alors réservé à l’Égypte et au Levant, et desquelles les premières stratigraphies et chronologies relatives fixeront pour longtemps le cadre temporel, spatial et culturel sur les côtes et sur les plateaux anatoliens. Malgré quelques poteries étranges et quelques silex taillés retrouvés au fond des sondages, il n’y avait pas la moindre trace de préhistoire ou du moins, elles sont restées inaperçues jusqu’au milieu du XXème siècle. D’abord dans Amuq et Hatay avec les prospections de l’Université de Chicago((Braidwood R.J. & Braidwood L.J, 1960.- Excavation in the Plain of Antioch I, The Earlier Assemblages, Phases A-J. Chicago : Oriental Institute Publication LXI.)), puis en Cilicie avec les fouilles entreprises à Mersin par John Garstang((Garstang J., 1953.- Prehistoric Mersin. Yümüktepe in South Turkey. The Neilson Expedition in Cilicia. Oxford : Clarendon Press IFEA inventaire No. HA Ana Si 99)). Il faut attendre la fin des années cinquante pour que les archéologues préhistoriques se tournent vers l’Anatolie, repoussant ainsi la frontière virtuelle du Taurus et de la Haute Mésopotamie à l’Anatolie Centrale. Ainsi la publication par James Mellaart des fouilles de Hacılar dans la région des lacs, suivi de celles de Çatal Höyük((Mellaart J. 1970.- Excavations at Hacılar. Edinburgh University Press : BIAAHacılar IFEA inventaire No. HA Ana Si 50-63 – Mellaart J., 1967.- Çatal Höyük, a Neolithic Town in Anatolia. London : Thames & Hudson. IFEA inventaire No. HA Ana Si 50-1)) en plaine de Konya, illustrent ce front pionnier de fouilles sur les plateaux anatoliens. Un autre gentleman anglais, David French, entreprend des fouilles sur le site de Can Hasan, à l’est de la ville de Karaman et à proximité des grands axes de circulation au travers du Taurus, menant à la Cilicie((French D., 1998.- Can Hasan I. Stratigraphy and Structures. BIAA Monograph No. 23. Ankara : British Institute of Archaeology at Ankara. IFEA inventaire No. HA Ana Si 167-1)). À eux deux, ces archéologues anglais bouleversent la vision d’un néolithique uniquement levantin, limité en expansion par les rigueurs climatiques qui auraient sévi sur le Haut Euphrate et l’Anatolie Centrale au début de l’Holocène. À cet égard, notons l’excellent ouvrage édité en 2002 par Fréderic Gérard et Laurens Thissen avec le soutien de l’IFEA, et qui plonge le lecteur au fil des articles dans les relations entre cultures et environnements en Anatolie centrale((Gérard F. & Thissen L. (eds)., 2002.- The Neolithic of Central Anatolia. Proceedings of the International CANeW Table Ronde, Istanbul november 2001. Istanbul : Ege Yayınları)).

Le développement des fouilles en Syrie((Cauvin J., 1972.- Religions Néolithiques de Syrie-Palestine. Publication du Centre de Recherche d’écologie et de préhistoire Saint-André de Cruzieres No. 1. Paris : CNRS-Librairie d’Amérique et d’Orient. IFEA inventaire No. Préh. 36 – Cauvin J., 1997.- Naissance des divinités, naissance de l’agriculture. Paris : Editions du CNRS. IFEA inventaire No. Préh. 32)) accompagne cette nouvelle cartographie des premières communautés sédentaires et avec les programmes de barrages((ODTÜ-METU (ed.), 1970.- Keban Projesi 1968 Yaz Çalışmaları. Keban Project Yayınları Seri 1, yayın 1. Ankara : ODTÜ Yayınları. IFEA inventaire No. HA Ana Si 81 à 89 pour la série complète – Serdaroğlu Ü., 1977.- Surveys in the Lower Euphrate Basin-1975. Aşağı Fırat Projesi Yayınları Seri 1 No. 1. Ankara : ODTÜ Yayınları. IFEA inventaire No. HA Ana Si 82 – Bischoff D. & Pérouse J.F., 2003.- La question des barrages et du GAP dans le Sud-Est anatolien : patrimoines en danger ? Les dossiers de l’IFEA, série Patrimoines au présent No. 3. Istanbul : IFEA https://www.ifea-istanbul.net/dossiers_ifea/Bulten_Y-3.pdf)) sur l’Euphrate puis le Tigre, les frontières de ce « croissant fertile » propice à la sédentarisation et à l’agriculture vont être repoussées jusqu’au Taurus de l’est.

L’Anatolie centrale restera longtemps considérée comme une zone tampon entre un « Far West » qui n’aurait été sédentarisé que vers l’Age du Bronze, puis comme une zone de transit sur le chemin de l’Europe. À l’opposé de l’engouement archéologique soulevé par les nombreuses fouilles de sauvetage sur l’Euphrate et le Tigre, Mehmet Özdoğan se tourna, dès les années soixante-dix, du côté de la région de Marmara. Convaincu que ces territoires ne pouvaient avoir été des aires désertes, ses recherches mirent en évidence la présence de communautés sédentaires vers 6400-6000 avant J.C., aux cultures teintées de réminiscences  épipaléolithiques, renforçant d’autant son hypothèse d’une présence humaine dans l’ouest anatolien bien avant la sédentarisation.

Pour se rendre compte du chemin parcouru depuis les années soixante-dix, une série d’ouvrages édités par Mehmet Özdoğan et Nezih Başgelen entre 1999 et 2013, fait le point, renouvelé, sur les fouilles néolithiques en Anatolie. En 1999, le premier recueil d’articles de « Neolithic in Turkey » comportait un volume de texte et un second de figures((Özdoğan M. & Başgelen N. (eds.), 1999.- Neolithic in Turkey. The Cradle of Civilization. New discoveries. Istanbul : Arkeoloji ve Sanat Yayınları.  IFEA inventaire No. HA Ana Gén. 209 1-2)). En 2007, lors de leur mise à jour, ces deux volumes s’étaient considérablement alourdis[xv] au point qu’entre 2011 et 2013, ce ne sont pas moins de cinq volumes, découpés entre grandes régions anatoliennes, qui sont parus et qui offrent un panorama extrêmement complet d’une cinquantaine de fouilles en cours ou passées((Özdoğan M. & Başgelen N. (eds.), 2007.- Türkiye’de Neolitik Dönem. Yeni Kazılar, Yeni Bulgular. Istanbul : Arkeoloji ve Sanat Yayınları. IFEA Inventaire No. HA Ana Gén. 251 1-2
Özdoğan M. & Başgelen N. (eds.), 2011.- The Neolithic in Turkey. New Excavations and New Research 1 – The Tigris Basin. Istanbul : Arkeoloji ve Sanat Yayınları.
Özdoğan M. & Başgelen N. (eds.), 2011.- The Neolithic in Turkey. New Excavations and New Research 2 – The Euphrate Basin. Istanbul : Arkeoloji ve Sanat Yayınları.
Özdoğan M. & Başgelen N. (eds.), 2012.- The Neolithic in Turkey. New Excavations and New Research 3 – Central Turkey. Istanbul : Arkeoloji ve Sanat Yayınları.
Özdoğan M. & Başgelen N. (eds.), 2012.- The Neolithic in Turkey. New Excavations and New Research 4 –Western Turkey. Istanbul : Arkeoloji ve Sanat Yayınları.
Özdoğan M. & Başgelen N. (eds.), 2013.- The Neolithic in Turkey. New Excavations and New Research 5Northwestern Turkey and Istanbul. Istanbul : Arkeoloji ve Sanat Yayınları. IFEA inventaire No. HA Ana Gén. 262 1-5)).

  1. Godon M., 2004.- Le Néolithique en Anatolie, un patrimoine archéologique aux origines de nos sociétés actuelles. Les dossiers de l’IFEA, série : Patrimoines au présent No. 4, Istanbul : IFEA https://www.ifea-istanbul.net/dossiers_ifea/Bulten_Y-4.pdf []

Türkiye Azerbaycan ilişkileri hakkında kaynakçanın söyledikleri

azervitrin

Ekim 2014

Version française

Azerbaycan ve Türkiye arasındaki yakın ilişkiler, kamuoyu yoklamalarında, Türk yıldızların Bakü konserlerindeki hayranların sevinç çığlıklarından iki ülkenin Avrupa ve Amerika Birleşik Devletleri’nde ortaklaşa yürüttüğü lobi faaliyetlerine kadar birçok alanda kendini göstermektedir. Bununla beraber, Türkiye’deki Azerbaycanlı öğrenci sayısının gittikçe artmasına rağmen Azerbaycan üzerine yürütülen incelemeler ve akademik çalışmalar, bu « özel münasebet »le ters orantılı seyretmektedir. Hatta Azerbaycanlı öğrencilerin sosyal bilimler alanındaki yoğunluğunun, Türk üniversitelerindeki Azerbaycan konulu çalışmaların içeriği ve yönlendirilmesi üzerindeki etkileri oldukça sınırlıdır.

Azerbaycan, her ne kadar kültürel açıdan Türkiye’ye çok yakın olsa da, Türkiye’nin Balkanlar’daki ve Orta Doğu’daki komşularından farklı olarak, yalnızca çok kısa dönemler süresince Osmanlı İmparatorluğu sınırlarının dahilinde kalmıştır. 1828’de Rus İmparatorluğu ve Kaçar Hanedanlığı arasında imzalanan Türkmençay Antlaşması’na kadar Güneydoğu Kafkasya, bu iki devlet arasında gerginlik nedeni olmuştur. Antlaşma doğrultusunda Azeriler, Aras ırmağı kıyılarından ayrılmış ve Güneydoğu Kafkasya, önce Rus İmparatorluğu’na ardından da SSCB’ye dahil edilmiştir. Bu nedenle de Azerbaycan’ın « Türk kardeşi » ile yeniden yorumlayabileceği bir ortak tarihi bulunmamaktadır. Bununla ilgili olarak da Osmanlı İmparatorluğu’nun yeni ilan edilmiş Azerbaycan Demokratik Cumhuriyeti’ne yardımları günümüzde altı çizilen tek tarihi dönem olarak karşımıza çıkmaktadır; ki bu konu artık son derece siyasi bir boyut kazanmıştır. Çünkü Azerbaycan resmi tarihine göre Osmanlı İmparatorluğu, Türk askerlerinin varmasına kadar Azerileri katleden bir Ermeni komutanın idaresindeki Bakü kuvvetlerine karşı çarpışmıştır. Türkçülük sevdasındaki birtakım dar çevrelerden gelen milliyetçi yazarlar, Azerbaycan’ın türklüğünü vurgulayarak, Sovyet ve Stalin rejimlerinin baskısını, komünizm döneminde tarihi mirasın « silinmesi »ni ve Dağlık Karabağ sorununun feci sonuçlarını dile getirerek 1990lı yılların havasını iyi kötü yansıtmışlardır.

AKP’nin Türkiye ile Ermenistan arasındaki sınırın kapalı oluşunu sorgulaması, bazı Azeri yayınların sınırların açılması fikrinin bir ihanet teşkil edeceğine odaklanmalarıyla sonuçlanmıştır. Zaten Türkiye’deki siyasi partiler, genel olarak halihazırdaki düzenin desteklemekte ve de bu siyasi çevrelere yakın akademik kurumlar ile medya grupları neredeyse inaksal denecek « Azerbaycan’ı haklı mücadelesinde destekleme »yi benimsemişlerdir. Günümüzde Türkiye’de Ermeni sorunu da Ermenistan ile Azerbaycan arasındaki gerginlikle öylesine karıştırılmaktadır ki bu iki konu arasındaki sınırların yer yer tamamen ortadan kalktığını söyleyebiliriz.

Diğer taraftan akademik çalışmalar da başka birçok konu hakkında iki ülkenin dış siyasetindeki ayrılıklara inceden inceye ayna tutmaktadır. Örneğin Bakü, Ankara’nın arzuladığı gibi, KKTC ile doğrudan temas kurma konusunda sergilediği çekimser tavır ve aynı şekilde, Ankara ile Tel Aviv arasındaki ilişkiler en zayıf noktadayken İsrail ile Azerbaycan’ın giderek artan bir işbirliği içine girmeleri de birçok makale ve araştırma çerçevesinde bir uyuşmazlık nedeni olarak yorumlanmıştır. Din konusunun kendisi de yabancı araştırmacılarca enine boyuna işlenen bir mevzu olmuştur. Bununla ilgili olarak çoğunluğu Sünni olan Türk nüfus ile Şii olan Azeri nüfusun geleneksel ayrılığının da ötesine geçerek kesin yaklaşım farklılıkları gözlemlenmektedir. Seçkin Azeri çevreleri temelden laik olup Sovyet dönemi sırasında dinden bağımsızlaşmışlardır.

Aslında azımsanamaz olan bu türden ayrılıklar, Türk ve Azeri araştırmacıları olduğu kadar Batılıların da ilgisini çeken enerji sektörü başta olmak üzere, Ankara ve Bakü arasında başka birçok alanda somut sonuçlar veren işbirliklerine yine de gölge düşüremez. Nitekim, enerji sektöründeki işbirliği, 2007-2008 Ermenistan ilişkilerinin normalleşme denemeleri sürecinde Azerbaycan tarafından bu girişimi baltalamak üzere Türkiye’ye karşı kullanılmıştır. Şimdiden bazı yayınların dile getirdiği gibi Trans Anadolu Doğal Gaz Boru Hattı Projesi tamamlanırsa ve proje Hazar Denizi’nin karşı kıyısında bulunan kaynaklara dek uzatılırsa Azerbaycan’ın ağırlığını güçlendireceği ihtimali kuvvetli görünmektedir.

KİTAP SEÇİMİ

SARAY Mehmet, Azerbaycan Türkleri tarihi, Ankara, 1993
ASLAN Yasin, ATSIZ Buğra (eds.), Can Azerbaycan : Karabağ’da talan var,  Ankara, Kök yayınları, 1990 ;
QASIMLI Musa, Azerbaycan Türklerinin Millî Mücadele Tarihi 1920-1945. KAKNÜS yay., 2006
PERRY Mark « Israel’s Secret Staging Ground », Foreign Policy Magazine 28 mars 2012 ;
SHAFFER Brenda, Azerbaijan’s Cooperation with Israel Goes Beyond Iran Tensions, April 16, 2013
BÖLUKBAŞI Suha , Azerbaijan. A political History. IB Tauris, 2011
URJEWICZ Charles, « L’identité azérie à l’épreuve de l’indépendance », Revue du monde musulman et de la Méditerranée, 1991, n°59-60, p.117-122. http://dx.doi.org/10.3406/remmm.1991.1495
COLLINS Brian, SWIETOCHOWSKI Tadeusz, Historical Dictionary of Azerbaijan, Lanham, Scarcrew Press, 1999.
CORNELL Svante E., « Turkey and the Conflict in Nagorno-Karabakh : A Delicate Balance », Middle Eastern Studies, vol. 34, n°1, janvier 1998, p.51-72. http://www.silkroadstudies.org/new/docs/publications/SC-MES-TR-1999.pdf
ÇAĞLA Cengiz, « Les fondements historiques de l’État-nation en Azerbaïdjan », CEMOTI, n°31, janvier-juin 2001, p.89-109. http://cemoti.revues.org/708
SWIETOCHOWSKI, Tadeusw. 2002. « Azerbaijan: The Hidden Faces of Islam. » World Policy Journal. 19(3): 69-76. http://www.jstor.org/stable/40209821
SATTAROV, Rufat. 2010. « Islamic Revival and Islamic Activism in Post-Soviet Azerbaijan ». In Galina Yemelianova (eds.). Radical Islam in the Former Soviet Union, London: Routledge.
SATTAROV Rufat, 2009, « Islam, state and society in independent Azerbaijan ». Wiesbaden, Reichert
BALCI Bayram, Le renouveau islamique en Azerbaidjan entre dynamiques internes et influences extérieures Les Études du CERI N°138 – octobre 2007 http://www.sciencespo.fr/ceri/sites/sciencespo.fr.ceri/files/etude138.pdf
GOLTZ Thomas Caufield Requiem for a would be Republic, The rise and demise of the former Soviet Republic of Azerbaijan, a personal account of the years 1991-1993
ROBINS Philip « Between sentiment and self,interest: Turkey’s policy toward Azerbaijan and the Central Asian States », Middle East Journal Vol. 47, No. 4 (Autumn, 1993), pp. 593-610 http://www.jstor.org/stable/4328631
ASLAN Betül Türkiye-Azerbaycan İlişkileri ve İbrahim Ebilov 1920-1923, Istanbul, Kaynak Yay. 2004
ALSTADT Audrey L. The Azerbaijani Turks : Power and Identity under Russian Rule Hoover Institution Press, 1992
BALCI Bayram et MOTIKA Raoul (eds), Religion et politique dans le Caucase post-soviétique : les traditions réinventées à l’épreuve des influences extérieures. Istanbul/Paris, IFEA/Maisonneuve et Larose, 2007
GÜLTEKIN Burcu : Atteindre la Caspienne, Les relations économiques entre la Turquie et l’Azerbaïdjan, Dossiers de l’IFEA, Istanbul, 2003 https://books.openedition.org/ifeagd/223
CAFERSOY, Nazim, Elçibey dönemi Azerbaycan dış politikası (Haziran 1992-Haziran 1993) : Bir bağımsızlık mücadelesinin diplomatik öyküsü, Ankara, ASAM yay., 2001
MIKAIL E. Hasan, TAZEGÜL Alper Türkiye ile Azerbaycan Siyasi ve Ekonomik İlişkileri 1990-2005, IQ Kültür Sanat Yay., 2012
ALKAN Haluk, Azerbaycan Paradoksu : Azerbaycan’ın İç ve Dış Politikası, Ankara, USAK, 2010
DE WAAL Thomas, Black Garden: Armenia and Azerbaijan through Peace and War, NYU Press, 2004  http://raufray.files.wordpress.com/2010/11/0814719449.pdf
MURINSON Alexander, Turkey’s Entente with Israel and Azerbaijan: State Identity and War and Security in the Middle East and Caucasus, Routledge, 2010
MINASSIAN Gaïdz, Caucase du Sud, la nouvelle guerre froide : Arménie, Azerbaïdjan, Géorgie, Paris, Autrement, 2007
TAYLOR Scott, Unreconciled Differences: Turkey, Armenia and Azerbaijan, Esprit de Corps, 2010
WINROW Gareth, “Turkey and the Newly Independent States of Central Asia and Transcaucasus,” Middle East Review of International Affairs, 1, no. 2 (July 1997) http://sam.gov.tr/wp-content/uploads/2012/01/11.-TURKEYS-RELATIONS-WITH-THE-TRANSCAUCASUS.pdf

Autour de la relation Turquie-Azerbaïdjan : considération bibliographique

azervitrin

Octobre 2014

Türkçe çeviri

La relation de proximité qu’entretiennent l’Azerbaïdjan et la Turquie se manifeste dans bien des domaines, des sondages d’opinion au débordement de joie des fans lors des concerts de stars turques à Bakou, en passant par les activités de lobbying communes des deux pays en Europe et aux États-Unis. Paradoxalement, la quantité de travaux et

Bien qu’il soit très proche de la Turquie sur le plan culturel, à la différence des voisins balkaniques et moyen-orientaux de la Turquie, l’Azerbaïdjan n’a en effet été partie intégrante de l’Empire ottoman, que pendant de brefs intervalles. La Transcaucasie orientale, âprement disputée entre les Empires russe et perse jusqu’au traité de Turkmentchaï (1828) qui entérine la séparation des Azéris de part et d’autre du fleuve Araxe, est donc demeurée dans le giron de la Russie, puis de l’Union soviétique. De ce fait, il n’existe pas de patrimoine historique commun à ré-interpréter avec le « grand frère » turc. À cet égard, l’aide ottomane à la jeune République Démocratique d’Azerbaïdjan en 1918 apparaît de nos jours comme le seul épisode historique mis en exergue. Il s’agit d’un sujet désormais très politisé, d’autant plus que l’armée ottomane se battait contre la Commune de Bakou, dirigée par un Arménien qui, selon l’historiographie azerbaïdjanaise, perpétrait des massacres contre les Azerbaïdjanais à la veille de l’arrivée des soldats turcs à Bakou. Certains auteurs issus des milieux étroits du romantisme nationaliste, ont laissé des traces écrites qui ont plus ou moins reflété l’esprit du temps des années 1990 : accentuation de la turcité de l’Azerbaïdjan, récits de la répression soviétique et du stalinisme, héritage historique « effacé » sous le communisme, conséquences tragiques du conflit du Haut-Karabagh, etc.

La remise en question par l’AKP du statu quo préexistant quant à la fermeture de la frontière avec l’Arménie a donné matière à un certain nombre de publications en Azerbaïdjan qui se focalisent sur la trahison que représenterait, selon les auteurs, ce projet de ré-ouverture. De fait, les grands partis en Turquie soutiennent dans leur ensemble le statu quo actuel, et nombre d’institutions académiques et de groupes médiatiques qui en sont proches respectent la position quasi-dogmatique du « soutien à l’Azerbaïdjan dans son juste combat». De nos jours, la question arménienne en Turquie se retrouve ainsi enchevêtrée à celle du conflit entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan, tant les frontières se sont parfois complètement effacées entre les deux dossiers.

La littérature se fait aussi, certes timidement, le miroir d’autres divergences dans la politique étrangère des deux pays, sur plusieurs dossiers, par exemple dans le dossier chypriote, Bakou s’étant en effet montré réticent devant l’établissement, souhaité par Ankara, de relations directes avec la partie turque de Chypre. De même, la coopération croissante entre Israël et l’Azerbaïdjan au moment même où les contacts sont au minimum entre Ankara et Tel-Aviv a été également une source de discorde commentée dans plusieurs articles et études. Le domaine religieux a quant à lui été largement investi par les chercheurs étrangers, et il est vrai qu’en la matière on constate une divergence d’approche certaine, au-delà même de la traditionnelle dichotomie entre population turque majoritairement sunnite, d’une part, et population azerbaïdjanaise chiite, d’autre part. Les élites  azerbaïdjanaises demeurent ainsi profondément laïques et la population azerbaïdjanaise a été largement sécularisée pendant la période soviétique.

Ces sujets de discorde, quoique non négligeables, ne sauraient néanmoins éclipser les nombreux autres domaines dans lesquels la coopération entre Ankara et Bakou donne des résultats concrets, à commencer par le domaine énergétique, qui inspire tant les chercheurs turcs et azerbaïdjanais qu’occidentaux. La coopération énergétique a d’ailleurs fourni à Bakou un levier de pression sur la Turquie puisque l‘Azerbaïdjan l’a utilisé afin de faire échouer les tentatives de normalisation des relations turco-arméniennes en 2007 2008. Il y a du reste fort à parier que l’Azerbaïdjan campera sur ses positions si la construction du gazoduc TANAP se termine et si celui-ci est prolongé vers les zones de production situées sur l’autre rive du bassin caspien, comme un certain nombre de publications s’en font déjà l’écho.

Bibliographie

SARAY Mehmet, Azerbaycan Türkleri tarihi, Ankara, 1993
ASLAN Yasin, ATSIZ Buğra (eds.), Can Azerbaycan : Karabağ’da talan var,  Ankara, Kök yayınları, 1990 ;
QASIMLI Musa, Azerbaycan Türklerinin Millî Mücadele Tarihi 1920-1945. KAKNÜS yay., 2006
PERRY Mark « Israel’s Secret Staging Ground », Foreign Policy Magazine 28 mars 2012 ;
SHAFFER Brenda, Azerbaijan’s Cooperation with Israel Goes Beyond Iran Tensions, April 16, 2013
BÖLUKBAŞI Suha , Azerbaijan. A political History. IB Tauris, 2011
URJEWICZ Charles, « L’identité azérie à l’épreuve de l’indépendance », Revue du monde musulman et de la Méditerranée, 1991, n°59-60, p.117-122. http://dx.doi.org/10.3406/remmm.1991.1495
COLLINS Brian, SWIETOCHOWSKI Tadeusz, Historical Dictionary of Azerbaijan, Lanham, Scarcrew Press, 1999.
CORNELL Svante E., « Turkey and the Conflict in Nagorno-Karabakh : A Delicate Balance », Middle Eastern Studies, vol. 34, n°1, janvier 1998, p.51-72. http://www.silkroadstudies.org/new/docs/publications/SC-MES-TR-1999.pdf
ÇAĞLA Cengiz, « Les fondements historiques de l’État-nation en Azerbaïdjan », CEMOTI, n°31, janvier-juin 2001, p.89-109. http://cemoti.revues.org/708
SWIETOCHOWSKI, Tadeusw. 2002. « Azerbaijan: The Hidden Faces of Islam. » World Policy Journal. 19(3): 69-76. http://www.jstor.org/stable/40209821
SATTAROV, Rufat. 2010. « Islamic Revival and Islamic Activism in Post-Soviet Azerbaijan ». In Galina Yemelianova (eds.). Radical Islam in the Former Soviet Union, London: Routledge.
SATTAROV Rufat, 2009, « Islam, state and society in independent Azerbaijan ». Wiesbaden, Reichert
BALCI Bayram, Le renouveau islamique en Azerbaidjan entre dynamiques internes et influences extérieures Les Études du CERI N°138 – octobre 2007 http://www.sciencespo.fr/ceri/sites/sciencespo.fr.ceri/files/etude138.pdf
GOLTZ Thomas Caufield Requiem for a would be Republic, The rise and demise of the former Soviet Republic of Azerbaijan, a personal account of the years 1991-1993
ROBINS Philip « Between sentiment and self,interest: Turkey’s policy toward Azerbaijan and the Central Asian States », Middle East Journal Vol. 47, No. 4 (Autumn, 1993), pp. 593-610 http://www.jstor.org/stable/4328631
ASLAN Betül Türkiye-Azerbaycan İlişkileri ve İbrahim Ebilov 1920-1923, Istanbul, Kaynak Yay. 2004
ALSTADT Audrey L. The Azerbaijani Turks : Power and Identity under Russian Rule Hoover Institution Press, 1992
BALCI Bayram et MOTIKA Raoul (eds), Religion et politique dans le Caucase post-soviétique : les traditions réinventées à l’épreuve des influences extérieures. Istanbul/Paris, IFEA/Maisonneuve et Larose, 2007
GÜLTEKIN Burcu : Atteindre la Caspienne, Les relations économiques entre la Turquie et l’Azerbaïdjan, Dossiers de l’IFEA, Istanbul, 2003 https://books.openedition.org/ifeagd/223
CAFERSOY, Nazim, Elçibey dönemi Azerbaycan dış politikası (Haziran 1992-Haziran 1993) : Bir bağımsızlık mücadelesinin diplomatik öyküsü, Ankara, ASAM yay., 2001
MIKAIL E. Hasan, TAZEGÜL Alper Türkiye ile Azerbaycan Siyasi ve Ekonomik İlişkileri 1990-2005, IQ Kültür Sanat Yay., 2012
ALKAN Haluk, Azerbaycan Paradoksu : Azerbaycan’ın İç ve Dış Politikası, Ankara, USAK, 2010
DE WAAL Thomas, Black Garden: Armenia and Azerbaijan through Peace and War, NYU Press, 2004  http://raufray.files.wordpress.com/2010/11/0814719449.pdf
MURINSON Alexander, Turkey’s Entente with Israel and Azerbaijan: State Identity and War and Security in the Middle East and Caucasus, Routledge, 2010
MINASSIAN Gaïdz, Caucase du Sud, la nouvelle guerre froide : Arménie, Azerbaïdjan, Géorgie, Paris, Autrement, 2007
TAYLOR Scott, Unreconciled Differences: Turkey, Armenia and Azerbaijan, Esprit de Corps, 2010
WINROW Gareth, “Turkey and the Newly Independent States of Central Asia and Transcaucasus,” Middle East Review of International Affairs, 1, no. 2 (July 1997) http://sam.gov.tr/wp-content/uploads/2012/01/11.-TURKEYS-RELATIONS-WITH-THE-TRANSCAUCASUS.pdf

Entrée dans l’été…

2011 10 BenusenDiy
Quartier Ben U Sen, Diyarbakır, JFPérouse, 10/2011
À l’aube déjà chaude de l’été anatolien – moment de dispersion, de migrations, de mobilités, de montée en alpages de tous ordres – nous tenions d’abord à saluer ceux qui vont quitter l’équipe.

Du côté des pensionnaires-MAEDI, nous quittent Élise Massicard (pour le CERI) et Olivier Henry (pour PSL), du côté du CNRS, nous quitte Benoît Fliche, affecté CNRS depuis la rentrée 2012, qui doit rejoindre l’IDEMEC à Aix-en-Provence. De même, Gabrielle Angey, doctorante-AMI (restée deux ans) et Yohanan Benhaim, doctorant-AMI, regagnent la France ; mais ils restent impliqués dans l’ANR-Transfaire et/ou la collaboration IFEA/IFPO autour d’Erbil. Nous savons que tous ces partants seront des ambassadeurs et des relais actifs de l’IFEA. Ils vont contribuer à agrandir la toile des anciens dont nous essayons de mieux apprécier l’étendue et que nous tentons de mieux organiser et activer/mobiliser.
Au sein de l’équipe administrative, un départ est également à signaler. Isabelle Verdier, qui a occupé successivement les fonctions de bibliothécaire, puis, à partir de 2008, de secrétaire à l’IFEA rentre elle aussi en France où elle relèvera de nouveaux défis professionnels.

Ce faisant, nous accueillerons de nouveaux collaborateurs à la rentrée 2014, Clémence Scalbert-Yücel, pensionnaire scientifique affectée à la direction du Pôle contemporain et Martin Godon, pensionnaire scientifique qui prendra la responsabilité du Pôle archéologie, côté MAEDI. Sur le versant des Aides à la Mobilité Internationale (AMI), viennent nous rejoindre Ayşe Akyürek et Lydia Zeghmar ; sachant que deux bénéficiaires de l’AMI lors de la campagne d’attribution de septembre 2013 ont demandé une prolongation de 9 neuf mois supplémentaires (Aziliz Pierre et Katarzyna Papiez). Parallèlement signalons que notre collègue Faruk Bilici (INALCO) a obtenu une prolongation de son affectation auprès du CeAlex d’Alexandrie, pour poursuivre son entreprise « Alexandrie ottomane« . Ce programme garantit un lien fort entre cet institut et l’IFEA.

Nous voulions aussi saluer le succès de jeunes enseignants-chercheurs liés à l’IFEA (parce qu’anciens doctorants ou post-doc) : Juliette Dumas, ancienne boursière, recrutée comme MDC à Aix-Marseille, Ségolène Débarre, ancienne stagiaire-OUI et ancienne post-doc-ANR, recrutée comme MDC à Paris-I, Benjamin Gourisse, ancien doctorant et ancien post-doc ANR, recruté à Paris-I ; et enfin Yoann Morvan, ancien post-doc-CNRS auprès de l’IFEA, qui est entré au CNRS (IDEMEC). Cilia Martin, ancienne doctorante IFEA, a par ailleurs soutenu avec succès sa thèse à l’EHESS ce mois de juin 2014. Nous tenons à féliciter tous ces collègues : ils seront très certainement des collaborateurs forts de notre Institut, dans leurs institutions et environnements respectifs.

 Cette newsletter pré-estivale met à dessein l’accent sur l’archéologie dont la saison « sur le terrain » s’ouvre, après la réunion annuelle de Gaziantep au cours de laquelle les autorités turques ont tenu à rappeler leurs attentes.
Profitons-en pour rappeler la parution d’Anatolia Antiqua XXII et d’un nouveau Dossier de l’IFEA réalisé par Elifnaz Durusoy qui explore les possibilités de création d’une « route culturelle » entre Milas et Labraunda.

Mais en même temps l’IFEA vit la saison des grandes réunions ANR (Neoreligitur / Transfaire / Marges) qui s’enchaînent.

Il ne me reste qu’à vous souhaiter à tous un bien bel été, que les élections présidentielles d’août en Turquie vont particulièrement animer. Notre plus grand souci concerne nos voisins syrien et irakien (auxquels était consacré le présentoir de juin 2014). Outre les drames humains qui n’en finissent pas – générateurs d’irréversibles failles  et traumatismes dans les sociétés concernées–, les préjudices portés aux patrimoines paraissent d’une gravité exceptionnelle. À ce titre, nous partageons pleinement et relayons le cri de détresse lancé par les collègues spécialistes de ces pays.