Archives par mot-clé : IFEA

Usages publics du passé

Türkçe çeviri

Février 2013

fetih-1453-1356526678Au delà de la production scientifique par les historiens, nos environnements sont parsemés de références à l’histoire, produisant et reproduisant eux aussi de l’histoire. Les usages publics de l’histoire ne cessent de soulever des polémiques en Turquie mais les réactions, débats et les réflexions face aux usages du passé dans l’espace public, ne sont bien sûr pas propres à la Turquie. Si les récents débats soulevés par la série télévisée Muhteşem Yüzyıl en Turquie ont permis de rendre la question de la circulation, reproduction et de l’usage du passé sur la scène publique plus palpable, il n’est pas inutile de rappeler qu’il n’y a bien sûr pas uniquement la production médiatique ou bien cinématographique qui participe de la circulation de l’histoire dans l’espace public. C’est dans une multiplicité d’espaces et de sphères que se pose la question de l’usage du passé ou bien de reproduction d’une certaine représentation du passé. La sphère médiatique, cinématographique et télévisée a certainement “la cote” dans ce domaine. Le récent débat soulevé lors de la sortie du film Fetih 1453 l’année dernière, participe sans doute de ce même phénomène. Le présentoir que nous avons consacré ce mois-ci aux Usages publics du passé reflète notre souci de repérer la multiplicité des sphères où il est question d’usage du passé et se veut un prolongement de la journée d’études organisée le 23 février. Au delà de la production cinématographique et télévisée, ce sont également les occurrences dans l’architecture et l’aménagement de l’espace urbain qui nous intéressent. Mais l’inventaire est vaste, car la visibilité de références à l’histoire ne se limite pas aux projets de grande envergure bien connus et controversés d’ailleurs à l’occasion des différents projets d’aménagement urbain dont le plus marquant est certainement celui de la place Taksim avec le projet de la reconstruction d’une caserne ottomane, mais également des projets de transformation urbaine ainsi la récente restauration du centre commercial Demirören sur l’avenue d’Istiklal ou encore la construction d’une nouvelle mosquée sur la colline de Çamlıca). Mentionnons également les embarcadères rebaptisés à Eminönü qui portent les noms de personnages ottomans (tel Evliya Çelebi), ou encore la réinvention de vendeurs ambulants “historiques” sur cette même place s’affublant de costumes à l’ottomane qui participent, à notre sens, du même phénomène.

Les usages publics du passé s’observent aussi dans la muséologie, à travers les manuels d’histoire dans l’enseignement, dans les cérémonies commémoratives, à travers les statues dans l’espace urbain certes mais également dans des sphères moins visibles comme la restauration et l’alimentaire, la mode vestimentaire et la circulation de nouveaux objets souvenir. Les domaines observables sont donc multiples, tout comme les symboles ou fragments du passé mis en avant. Si les récents débats concernant ces usages en Turquie ont souligné la tendance d’un néo-ottomanisme détecté dans toutes ces sphères et associé le plus souvent de manière directe aux pouvoirs politiques, il n’est pas vain de rappeler la diversité des passés choisis et circulant dans l’espace public.

L’actuel présentoir s’organise ainsi que notre réflexion sur ce sujet sur trois niveaux:

  1. Un premier niveau qui tend à rendre la multiplicité des sphères où les usages du passé sont opératoires (films, romans, aménagement urbain, circulation d’objets du quotidien, alimentation et autre).
  2. Un deuxième qui vise à présenter en guise d’exemple quelques études de cas et qui ne concernent pas uniquement la Turquie.
  3. Un troisième niveau où nous avons réuni des textes conceptuels qui à notre sens aident à l’interprétation du sens des usages du passé.

Plutôt qu’un inventaire exhaustif, ce présentoir vise à délocaliser le phénomène de l’usage public du passé et à échapper à une vision exclusivement dirigiste de ce phénomène. D’une part parce qu’il y a dans toute société et à tout les temps question d’usages publics du passé et d’autre part parce qu’il serait réducteur d’en avoir une simple vision politique, considérant qu’on aurait affaire à des phénomènes uniquement orchestrés par en haut. Ce sont aussi les modalités de la réception des produits et discours produits qui nous intéressent. Car au delà des usages ou bien mésusages du passé, la circulation du passé dans l’espace public nous enseigne certainement aussi sur notre perception du temps et le sens que nous donnons à notre présence ici et maintenant.

Voir aussi les sites:

http://ehess.dynamiques.fr/usagespublicsdupasse/

Voir la liste d’ouvrages sélectionnés :

Robert Stradling, 20. Yüzyıl Avrupa Tarihi Nasıl Öğretilmeli, Istanbul, Tarih Vakfı, 2003
Büşra Ersanlı, İktidar ve Tarih. Türkiye’de ‘Resmî Tarih’ Tezinin Oluşumu (1929-1937), Istanbul, İletişim, 1996
Étienne Copeaux, Tarih ders kitaplınrda (1931-1993), Türk Tarih Tezinden Türk-Islam Sentezine, Istanbul, Tarih Vakfı, 1998
Israel Gershoni, Amy Singer, Y. Hakan Erdem, Middle East Historiographies Narrating the twentieth century, London,University of Washington Press, 2006
Dominique Chansel, Beyaz Perdeki Avrupa Tarih üğretimi ve Sinema, Istanbul, Tarih vakfı, 2003
Cüneyt Kanat, Tarihin Medya ile İmtihanı, Tarih, Medya ve Kurgu, Istanbul, Yeditepe, 2012
‘Tarih ve Roman İlişki Üzerine’ Tarih ve Toplum, aylık ansiklopedik dergi, 33.
Esra Özyürek, Nostalgia for the Modern, State Secularism and Everyday Politics in Turkey, London, Duke University Press, 2006
Yael Navaro-Yashin, Faces of the State, Princeton, Princeton University Press, 2002
Deniz Göktürk, Levent Sosyal, Ipek Türeli, Orienting Istanbul, London, Routledge, 2010
Eric Hosbawm, Terence Ranger, The invention of Tradition, Cambridge, Canto, 1992
Maurice Halbwachs, La mémoire collective, Paris, Albin Michel, 1950
Christian Delacroix, François Dosse, Patrick Garcia, Historicités, Paris, La découverte, 2009
François Hartog, Régimes d’historicité, présentisme et expériences du temps, Paris, Le Seuil, 2003
Marc Ferro, Les tabous de l’Histoire, Paris, Nil, 2002

Articles :

Dominique Damamme, Marie-Claire Lavabre, ‘Les historiens dans l’espace public’, Sociétés contemporaines, numéro 39, 2000
Tessa Morris Suzuki, The past within us : Media, Memory, History’ Verso, London-New-York, 2005

Articles de presse :

Cüneyt Kanat : Tarih, Medya ve Kurgu, Birikim 23/02/2011
John Peet : The trouble with ottomania, The Economist 22/11/2010/
Suna Çağaptay, Soner Çağaptay, Ottomania all the rage in Turkey, Todays zaman 01/04/2012
Pascal Lorot : Ottomania, dans le feu l’Empire ottoman, Le nouvel Economiste 30/03/2010

Voir aussi le compte rendu de l’excursion urbaine de l’OUI dans la Vallée de la culture (Zeytinburnu)

Türkiye’nin yeni dış politikası

Version française

Ocak 2013

pol ext presTürkiye’nin dış politikası, Atatürk’ün “Yurt’ta sulh, cihan’da sulh” sözüne dayanarak, soğuk savaş kapsamında, Batı’ya verdiği desteği ve iki bloğun arasında tampon bölge rolünü üstlenmesiyle vurgulanmıştır. O dönemde Türkiye, iddialı bir dış politikadansa daha çok bölgesel bir denge kurma arayışındaydı. 1980’lerde liberal Turgut Özal’ın önderliğinde, Orta Asya ve Balkanlar’da başlatılan etkinlik politikası devam ettiği halde, 1990’lı yıllarda Avrupa Birliği’ne girme projesi Türk dış politikasının nakaratı haline gelmiştir.

Ancak AKP’nin 2002’de iktidar’a gelmesi yeni bir Türk dış politikası tanımlanmasında dönüm noktası olmuştur. Avrupa Birliği’ne üye olma tutkusu, Avrupa devlet başkanlarının Türkiye’nin Avrupa Birliği’ne üyeliğini sürekli reddetmeleriyle, yerini yavaş yavaş bir bezginliğe bırakmıştır. Bu doğrultuda, dışişleri bakanı Ahmet Davutoğlu yönetiminde, “stratejik derinlik” diye adlandırılan yeni bir dış politika uygulaması başlatılmıştır. Söz konusu uygulama, “komşu ülkeler ile sıfır sorun” politikasını gözeterek Türkiye ile küçük ve orta güçlerin arasında mevcut diplomatik ilişkilerin gelişmesi ve Türk dış politikasında bir denge arayışını hedeflemektedir. Bu durumun diğer önemli bir boyutu da,  dış politikanın tam teşekküllü parçası olarak kabul gören bireysel eylemlere değer verilmesidir. Zaten daha önce hiç bugünkü kadar Türk dış politikası sivil toplum eylemleri tarafından ne tartışma konusu olmuş ne de bazen bu eylemler tarafından başlatılmıştı. Örneğin, Mavi Marmara meselesinin temelindeki IHH örgütünün Türkiye’nin Ortadoğu’daki siyasi etkileşimine sahadaki etkili varlığıyla katkıda bulunmaktadır.

Artık Türk dış politikası yanlızca devlet kurumları tarafından üretilen, “yukarıdan inme” bir eylem olarak algılanmamalıdır. Bu politika, bundan böyle kurumsal oluşumlar, müslüman insani yardım örgütleri ve iş adamlarından oluşan birçok yüzle karşımıza çıkmakta olup kaynağını diplomatik ilişkiler ve bir o kadar da  ticaret ve dinin çoğu zaman eş gittiği etkileşim ağlarından almaktadır. Bu bağlamda, 120’den fazla ülkede, bazen Türk diplomasisinin daha tam olarak ulaşmadığı yerlerde, Fethullah Gülen’in okul şebekesi, Türkiye temsilciliği konusunda öncü olarak kabul görmektedir.

Türkiye’nin dahil olduğu bölgesel dengesizlik ortamında dış politikasının geleceği merak konusu. Zor durumdaki Suriye, hala çözümsüz olan Kürt sorunu ve İsrail ile şiddetli gerilimi hesaba katılırsa Türkiye’nin iddialı ve yeni dış politikasının geleceği an itibariyle belirsiz görünüyor.

Politique étrangère de la Turquie

Türkçe çeviri

Janvier 2013 

pol ext presFormée d’après la formule  d’Atatürk “paix à l’intérieur, paix à l’extérieur”, la politique étrangère de la Turquie dans le contexte de la guerre froide a été marquée par son soutien au bloc de l’Ouest, et son rôle de zone tampon entre les deux blocs. La Turquie ne s’illustrait pas alors par une politique étrangère ambitieuse mais plutôt par une recherche de stabilité régionale. Plus tard, au cours des années 1990 le projet d’intégration européenne a été l’un des leitmotiv de la politique étrangère turque, tandis qu’une politique d’influence en Asie centrale et dans les Balkans initiée par le  libéral Türgüt Özal dans les annéess 1980 se poursuivait.

Mais l’arrivée du parti de l’AKP en 2002 a marqué un  tournant dans la définition d’une nouvelle politique étrangère turque. L’engouement européen ayant laissé place à la lassitude après les refus répétés de chefs d’États européens d’accepter leur voisin turc dans l’Union européenne, la Turquie a mis en œuvre sous la houlette d’Ahmet Davutoğlu, actuel ministre des affaires étrangères turques, une nouvelle politique étrangère portant le nom de “stratejik derinlik” (profondeur stratégique). Celle-ci se fonde notamment sur la volonté de mener une politique de “zéro problème avec les voisins” et la recherche d’un équilibre dans la politique étrangère turque par le développement de relations diplomatiques avec des puissances dites moyennes et petites. Une autre dimension importante de cette politique est la mise en valeur de l’action des acteurs privés perçus comme des acteurs à part entière de la politique étrangère du pays. Ainsi, la politique étrangère turque n’a jamais été autant négociée, voire même parfois initiée par l’action de la socıété civile qu’aujourd’hui. À titre d’exemple, l’organisation IHH, à l’origine de l’affaire du Mavi Marmara, contribue par sa présence forte sur le terrain à la politique d’influence de la Turquie au Moyen-Orient.

La politique étrangère turque ne doit plus être seulement perçue comme le produit d’une action “par le haut” entre acteurs étatiques. Celle-ci a désormais plusieurs facettes, est formée par des acteurs institutionnels aussi bien que par des acteurs de l’humanitaire islamique ou des hommes d’affaires et est le fruit de contacts diplomatiques tout autant que de réseaux d’influence où affaires et religion vont souvent de concert. À ce titre le réseau de Fethullah Gülen implanté dans plus de 120 pays autour d’un réseau d’écoles fait parfois figure de pionnier de la représentation turque à l’étranger dans des terres encore peu explorées par la diplomatie turque.

Reste à savoir quel sera l’avenir de cette politique étrangère dans le contexte régional plus instable que jamais dans lequel s’insère la Turquie. Face à une Syrie à genoux, à un problème kurde toujours irrésolu et à une tension toujours forte avec Israël, la question du devenir de la nouvelle politique étrangère ambitieuse de la Turquie reste posée.

Trabzon

Türkçe çeviri

Décembre 2012

pres trabzon180Nous présentions le mois dernier Kayseri, la ville aux quatre universités (dont deux d’État), ce mois-ci nous présentons Trabzon, la ville portuaire aux huit consulats – dont cinq honoraires, il est vrai (consulats généraux de Géorgie, d’Iran et de Russie, consulats honoraires d’Allemagne, du Panama, de Macédoine, d’Estonie et de Slovaquie)  – qui a récemment rejoint Kayseri au rang de Büyükşehir Belediyesi (loi 6360 du 12/11/2012). Aux marges septentrionales de la Turquie, Trabzon fut longtemps un lieu de passage obligé pour les voyageurs s’aventurant en Asie (y séjournèrent entre autres Xénophon, Evliya Çelebi, Marco Polo, Nicolas Bouvier…), un point nodal du commerce international (ce qui justifia l’ouverture éphémère de consulats français et anglais dans la ville) jusqu’au début du siècle, et le théâtre, lors de la chute de l’URSS, d’un épisodique mais marquant contact avec les anciennes républiques soviétiques du Caucase, connu dans la région comme les phénomènes des rus pazarı (commerce à la valise) et des nataşa (prostitution). Outre le très touristique monastère de Soumela et les ambitions de rouvrir une ligne commerciale Trabzon/Tabriz, la région attire principalement aujourd’hui les commerçants des pays riverains de la mer Noire, les groupes de retraités et de religieux grecs (une messe est célébrée à Soumela pour l’Assomption depuis 2010) et un tourisme climatique venu du Golfe.

L’IFEA possède, avec le fonds Yérasimos – legs de son ancien directeur –, des documents rares, en turc et en grec, sur l’ancienne communauté rum de la ville et sur les conflits armés qui eurent lieu au début du siècle, plaçant Trabzon et sa région dans une autre géographie, celle du dialogue (par propagande interposée, par les armes, par échange de population, par la musique ou les pèlerinages…) entre orthodoxes et musulmans, puis Grecs et Turcs, autour d’un héritage anatolien. Un dialogue dont s’efforce de rendre compte le fonds Yérasimos, comme le fit entre 2007 et 2010, et pour la période contemporaine, le Réseau d’Excellence des centres de recherche en sciences humaines sur la Méditerranée RAMSES 2 dont un groupe de travail s’est intéressé aux « Mémoires du conflit et réconciliation: acteurs et dynamiques non étatiques », (dirigé par Alexandre Toumarkine et Nikos Sigalas, soutenu par les dispositifs du 6è programme cadre de recherche et développement de l’Union Européenne) qu’accueillit l’IFEA.

Quelques cartes et vues de Trabzon

1700 trabzon sinop 17 trebizonde trabzon harita 1924 trabzon routes-pontique
 Vue panoramique du port de Trabzon, 1735 in Peregrinus in Jerusalem (Fremdling zu Jerusalem), Myller, A. M., Vienna & Nurnberg Engraver: J Hiller, A J Mansfelt, J J Ditzler, J F Fischer et al. Carte du tracé des routes de Trébizonde et des environs établie par le capitaine de corvette Z[adig] Khanzadian, Paris, éd. L. de Bertalot, 1924 Trabzon ili turistik yaylalar haritasi disponible sur le site de la préfecture de Trabzon 1924, Profil des routes de la chaîne pontique

Trabzon Vitrini

Version française

Aralık 2012

pres trabzon180Geçen ay size dört üniversitesi olan Kayseri şehirini tanıttık.  Bu ay sizi, sekiz başkonsolosluğu olan liman kenti Trabzon ile tanıştırmak istiyoruz. Aslında, sekiz konsolosluktan beşi fahri başkonsolosluktur: Gürcistan, İran, Rusya başkonsoloslukarı ve Almanya, Panama, Makedonya, Estonya, Slovakya fahri başkonsoloslukları.

Trabzon, yakın bir tarihte Kayseri gibi Büyükşehir Belediyesi oldu (kanun 6360 12/11/2012).

Türkye’nin Kuzey kesiminda bulunan Trabzon, yıllar boyu Asya’yı gezmek isteyen yolcular için kaçınılmaz geçiş yoluydu, bu doğrultuda kısa süreliğine Fransız ve İngiliz başkonsoloslukları açılmıştı (şehri ziyaret  edenler arasında Xenophon, Evliya Çelebi, Marco Polo, Nicolas Bouvier’yi saymak mümkün). Yüzyılın başına kadar Trabzon uluslararası ticaretin kilit noktasıydı. Sovyetler Birliği’nin dağılışı sırasında kent, Kafkasya’daki eski Sovyet Cumhuriyetleriyle kısa bir dönem, bölgede rus pazarı (işportacılık) ve nataşa (fuhuş) olarak bilinen olgulardan dolayı bağlantılıydı. Sümela Manastırın çok ziyaret edilmesi ve Trabzon/Tebriz ticaret yolunun tekrar işleve girmesi yanı sıra, esas günümüzde Trabzon karadenize komşu ülkelerden gelen tüccarları, emekli grupları, Yunanlı dini grupları (2010’dan beri Sümela’da Meryemana’nın göğe yükselişi yortusu için ayin düzenleniyor) ve buraya iklimi için Körfez’den gelen turistleri çekmekte.

IFEA’nın kütüphanesi, Yerasimos koleksiyonuyla – eski müdürün bağışı – eski Rum cemaati ve yüzyılın başında yer alan silahlı çatışmaları anlatan Türkçe ve Yunanca, nadir belgelere sahip.

Bu koleksiyon sayesinde Anadolu mirasının çerçevesinde, Trabzon ve bölgesi’nde ortodokslar ve müslümanlar, sonrasında Yunanlılar ve Türkler arasında diyaloğun var olduğu gözlemlemek mümkün (aralıklı propagandalar, silahlar, mübadeleler, müzik, haclar ile…) Yerasimos koleksiyonu’nun emeli, tıpkı yakın dönemde 2007 ve 2010’da Ramses 2 araştırma programın kapsamında IFEA’da düzenlenen, Alexandre Toumarkine ve Nikos Sigalas tarafından yönetilen Türk –Yunan barışın devlet-dışı aktörleri  sunumunda olduğu gibi, bu diyaloğu yansıtmak.

1700 trabzon sinop 17 trebizonde trabzon harita 1924 trabzon routes-pontique
Trabzon limanı panoramik gravürü 1735 in Peregrinus in Jerusalem (Fremdling zu Jerusalem), Myller, A. M., Vienna & Nurnberg Engraver: J Hiller, A J Mansfelt, J J Ditzler, J F Fischer et al. Carte du tracé des routes de Trébizonde et des environs établie par le capitaine de corvette Z[adig] Khanzadian, Paris, éd. L. de Bertalot, 1924 Trabzon ili turistik yaylalar haritasi Trabzon valiliğin websitesi‘nde bulunur 1924, Profil des routes de la chaîne pontique

Kayseri Vitrini

Version française

Kasım 2012’den itibaren, IFEA kütüphane vitrini artık dönemsel temalarla düzenlenecek.

Vitrin sırasıyla tematik sunumlara da hizmet edecek (şehirler, gündemdeki konular, sorunlar, yazarlar… vb.).
“Tematik vitrin” dizisini günümüzde ikisi devlet toplam dört üniversiteye sahip Anadolu’nun tek şehri olan Kayseri yani eski adıyla Caeserea ile başlatıyoruz.

kayseri AG M

Kayseri, IFEA’nın Anadolu’ya açılımının ilk adımı

1947 Kayseri Germir MIFEA, Ankara Fransız Büyükelçiliğin himayelerinde ve Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Strasbourg (ENSAS), Kayseri Erciyes Üniversitesi ve Strasbourg Belediyesinin katkılarıyla Kayseri’de gerçekleştirilen mimarlık atölyesinde, Fransız ve Türk öğrencilerinin araştırma teslim oturumunda bulundu. Atölye, Kayseri’nin 1986’da Büyükşehir olmasıyla önem kazanan eski çevre köyü Germir’in (bkz 1947 tarihli harita) yenilenmesi/ yeniden düzenlenmesi/restorasyonunu hedeflemekteydi.  1922 yılına kadar köy, yakınında bulunan ve daha çok bilinen Tavlun gibi azınlık köyü olarak geçiyordu. (Germin’in kuzey kapısı, Kuzey –Batı / Güney –Doğu kesitinde).

Bu nedenle, Albert Gabrielin ve 1930’larda bölgede çalışan (Delaporte gibi) arkeologların bölgede halen varlığı hissedilmektedir. IFEA‘nın kütüphanesindeki önemli Kayseri kitapları da Gabriel’in Halil Eldem veya Vacit İmamoğlu ile beraber önemini vurgular.

Devam eden Kayseri/Strasbourg merkez dışı çalışmarın beraberinde, Kayseri Belediyesi İmar ve Şehircilik Daire Başkanlığıyla  da işbirliği kuruldu.

Kayseri

Türkçe çeviri

Novembre 2012

À partir de ce mois de novembre 2012, le présentoir de la bibliothèque de l’IFEA sera désormais périodiquement thématisé. Il servira de support à des présentations thématisées (sur des villes, des questions brûlantes, des problématiques, des auteurs….). Nous commençons cette série avec Kayseri, l’ancienne Césarée, seule ville d’Anatolie à compter aujourd’hui quatre universités (dont deux d’État).kayseri AG M

Kayseri, première étape de l’ouverture anatolienne de l’IFEA

1947 Kayseri Germir MÀ l’occasion de l’atelier d’architecture qui s’est tenu à Kayseri à l’initiative de l’École Nationale Supérieure d’Architecture de Strasbourg (ENSAS), de l’Université Erciyes de Kayseri et de la mairie de Strasbourg – et avec l’aide de l’ambassade de France à Ankara – l’IFEA était présent à Kayseri pour la séance de restitution des travaux des étudiants turcs et français. L’enjeu de l’atelier était celui de la réinsertion/réaffectation/restauration d’un ancien village périphérique – GERMİR; voir la carte de 1947 -, rattrapé en 1986 par la ville, au moment où celle-ci a été instituée en « Grande Ville » (Büyükşehir). Ce village était un village minoritaire jusqu’en 1922, comme celui de Tavlusun, plus célèbre, situé à proximité (on est sur une vallée d’orientation nord-ouest / sud-est, sorte d’incise dans le plateau, dont Germir serait la porte nord).
À cette occasion, il nous a été permis de constater que la mémoire d’Albert Gabriel était encore très vivante à Kayseri, ainsi que celle des archéologues ayant travaillé dans la région dans les années 1930 (comme Delaporte). La bibliothèque de l’IFEA possède ainsi des ouvrages importants sur Kayseri, qu’elle tient à mettre en valeur à cette occasion, des ouvrages de Gabriel à ceux d’Halil Eldem ou de Vacit İmamoğlu. Parallèlement à la coopération décentralisée Kayseri/Strasbourg qui suit son cours, des liens ont été établis avec le département de l’Aménagement de l’Urbanisme de la mairie de Kayseri