Archives par mot-clé : in memoriam

Disparition de Pierre Chuvin, directeur de l’IFEA (2003-2008)

chu1
Pierre Chuvin à son bureau de directeur, le 10 04 2006 (Archives IFEA)

Le décès de Pierre Chuvin le 26 décembre 2016 a laissé l’IFEA orphelin d’un de ses récents anciens directeurs dont le souvenir est encore très présent et vivant. Il avait en effet quitté cette fonction de directeur en août 2008, il y a moins de dix ans : dans son intégralité, le personnel permanent ou « long séjour » actuel l’a donc bien connu et se souvient de lui1. Notre objectif ici, notamment en relisant ses rapports d’activité soignés et en consultant les archives IFEA de son époque, est simplement d’évoquer à grands traits son œuvre à la tête de notre institut, sans avoir la prétention d’évoquer sa carrière scientifique et universitaire ; ce que d’autres, plus compétents et mieux informés, ont fait ou ne manqueront pas de faire.

chu2Helléniste chevronné, Pierre Chuvin s’est d’emblée imposé comme curieux de tout et comme un généraliste de l’Anatolie et du monde turc, toutes périodes confondues. Son érudition et sa solide culture classique ont été mises au service des approches très diversifiées et transversales, caractéristiques de l’activité des instituts de recherche à l’étranger.

Son attention au contemporain s’est traduite par un soutien sans faille à la création de l’Observatoire de la Vie Politique Turque (OVIPOT), en mars 2005. Toujours en activité dix ans après, cet Observatoire contribue, grâce à son blog, au rayonnement de l’IFEA. P. Chuvin fut également très impliqué dans le projet d’Observatoire du Caucase à Bakou, structure qui semblait faire le lien entre sa sensibilité centre-asiatique persistante et ses horizons anatoliens réactualisés. Il présidera au lancement de cette antenne en novembre 2003 et y consacra ainsi une de ses premières missions hors de Turquie (en décembre 2003)ainsi qu’une de ses dernières, en septembre 2007. On se souvient aussi, qu’il s’était penché avec curiosité sur les fonts baptismaux de l’European Journal of Turkish Studies durant l’été 2003, lors de son passage en Turquie en tant que futur directeur.

Dans le domaine de l’archéologie, les années Chuvin ont été marquées par les grandes heures des fouilles de l’Agora d’Izmir – lancées en octobre 2002, soit avant sa venue à  la tête de l’IFEA – pour lesquels il s’était personnellement engagé (en vue d’assurer le soutien de Total) et par un séminaire (en mai 2005) et une école doctorale (octobre 2006), tous deux organisés à Çanakkale en collaboration avec notre collègue Onur Özbek. Passionné par l’ensemble de l’Anatolie, Pierre Chuvin a aussi beaucoup sillonné le pays, n’hésitant pas à utiliser la voiture pour parcourir de longues distances : Izmir, de nombreuses fois, Çanakkale, Sivas/Divriği, Ankara, Antalya, Héraclée du Pont (11-14 novembre 2006), Trabzon et Rize ont compté parmi ses destinations affectionnées.

Pédagogue, médiateur, Pierre Chuvin a aussi manifesté le souci permanent de la diffusion des acquis de la recherche. Outre son engagement dans la revue L’Histoire qui n’a pas fléchi durant son mandat, et son intérêt pour les façons d’enseigner l’histoire et leurs variations dans le temps et l’espace2, on rappellera deux de ses initiatives stambouliotes : le cycle de conférences « Regards croisés sur la civilisation byzantine » organisé avec l’Association des Guides Touristiques Turcs en 2005-2006, prolongé par les « Conférences sur l’Anatolie médiévale » en 2006-2007 ; et, d’autre part, « Les cours du Collège de France en Turquie », cours délocalisés organisés au mois d’avril 2005 dans le cadre prestigieux du Palais de France.

chu3 chu4Enfin, Pierre Chuvin se distingua tout au long de son mandat par un intérêt particulier pour l’histoire de l’institution qu’il dirigeait et, tout particulièrement, pour trois figures de directeur, assez différentes  les unes des autres : le fondateur, Albert Gabriel (1930-1956), auquel une belle exposition commissionnée par Pierre Pinon fut consacrée en septembre-novembre 2006 – en collaboration avec Yapı Kredi Kültür -, Louis Robert (1956-1964), le maître en hellénisme, limousin d’origine comme lui3, et enfin Stéphane Yerasimos (1994-1999), dont la disparition soudaine en juillet 2005 l’avait profondément affecté.

chu5 chu6Encore une fois, au nom de l’IFEA, toprağı bol olsun.

Cite this article as: Jean-François Pérouse, "Disparition de Pierre Chuvin, directeur de l’IFEA (2003-2008)," in Dipnot, 12/01/2017, http://dipnot.hypotheses.org/1982.
  1. L’IFEA lui doit la “nouvelle salle de réunion” – dite Albert Gabriel -, aménagée en sous-sol et achevée fin 2004 []
  2. Le 18 mai 2007, il a ouvert avec un enthousiasme communicatif les journées « Écrire ensemble l’histoire : Enseignement de l’histoire et manuels scolaires en Europe » au Lycée Notre-Dame-de-Sion []
  3. Louis R., de la Haute-Vienne, et Pierre C., de la Creuse []

In memoriam Prof. Dr. Klaus Peter Schmidt (11 décembre 1953- 20 juillet 2014)

Le mois dernier, 20 juillet 2014, notre collègue le professeur Klaus Schmidt, archéologue préhistorien, nous quittait à l’âge de 61 ans. Docteur de l’Université d’Heidelberg en 1983, il dédia sa vie professionnelle aux recherches archéologiques proches-orientales et principalement mésopotamiennes.

Près de vingt ans déjà que Klaus fouillait le site Néolithique de Göbekli Tepe, localisé sur l’un des rares reliefs du terrain au sud-est d’Urfa, permettant d’embrasser du regard la plaine d’Harran et d’en saisir l’aridité. À cette aridité et horizontalité de la plaine répondait l’extravagance des piliers dressés dans de larges structures circulaires et ornés d’un bestiaire sculpté dans cette roche calcaire, représentant une faune sauvage allant de l’insecte aux grands prédateurs. Devant ce saisissant spectacle légué par nos ancêtres  il y a quelques dix millénaires avant J.C, Klaus Schmidt toujours, resta humble et, de prétention il n’eut que celle de comprendre ce monde mésopotamien en proie aux derniers soubresauts des traditions nomades avant la sédentarisation.

Au nom de l’IFEA, j’adresse nos condoléances et pensées à son épouse Çiğdem Köksal Schmidt, à sa famille, ses proches et amis, ainsi qu’à ses collègues de l’Institut Archéologique Allemand (DAI), de l’Université d’Erlangen-Nüremberg (FAU) et du Musée Archéologique de Şanlıurfa.

Dear Klaus let me bid you farewell. From behind the stones of Göbekli Tepe, may you reach those wild spirits you cared for so long.

Pour les condoléances: http://www.dainst.org/de/story/klaus-schmidt-1953-2014-0?ft=all