Archives par mot-clé : Labraunda

État de l’archéologie en Turquie pour l’année 2016-2017

Avant la reprise des fouilles programmées pour les campagnes d’été 2017, faisons le point sur les faits marquants de l’année écoulée.

2016 : une année mouvementée

Conflits à l’est

Outre l’intensification du conflit syrien au sud de la frontière turque, la fin de l’année 2015 et le début de l’année 2016 furent marqués par la réactivation du conflit entre les forces armées turques et le PKK au nord de cette même frontière. Si les opérations militaires dans le centre-ville de Diyarbakır prirent fin en mars 2016, la situation dans l’est de la Turquie n’en resta pas moins particulièrement tendue à l’approche de l’été, saison privilégiée pour les campagnes de fouilles en raison des vacances universitaires et d’une météo sans nuages, nonobstant une chaleur élevée.

Durant le symposium international d’archéologie de mai 2016, organisé à Edirne, il semblait acquis que plusieurs fouilles dans les régions de l’Euphrate et du Tigre risquaient d’être compromises, soit par annulations administratives, soit par un principe de prudence fort compréhensible, appliqué par les directeurs de fouilles. De fait, des fouilles sur l’Euphrate comme Akarçay tepe ou Gusir Höyük sur le Tigre furent annulées, de même que des prospections dans la région de Mardin. Pour autant, ces décisions furent prises au cas par cas : le maintien des fouilles italo-turques de Carchemish, pourtant localisées sur la frontière syro-turque au nord de la ville de Jarablus alors tenue par Daesh, indique la volonté des autorités de communiquer sur leur capacité à contrôler la frontière.

Cette année, le symposium international d’archéologie était organisé à Bursa et vient juste de se terminer. La traditionnelle cérémonie d’ouverture n’a pas donnée lieu à des annonces particulières concernant le développement ou le gèle de programmes archéologiques dans l’est et vers la zone frontalière syro-turque. Le directeur général de la Direction des Antiquités et des Musées a toutefois exhorté les archéologues étrangers de ne s’occuper que d’archéologie sans se mêler des affaires politiques et sécuritaires de la Turquie.

La tentative de coup d’État du 15 juillet 2016 : des conséquences limitées sur les fouilles

Les événements de juillet 2016 en Turquie à la suite de la tentative de coup d’État du 15 juillet, ont eu des répercussions sur les administrations turques avec la mise en examen et la révocation  d’un grand nombre de fonctionnaires. À la Direction Générale des Antiquités et Musées (DGAM), dépendante du ministère de la Culture et du Tourisme, Yalçın KURT, ancien maire de la ville de Gümüşhane (nord-est de la Turquie) dans les années 1980, a été nommé directeur général.

Si ces bouleversements occasionnèrent quelques délais dans la délivrance des permis de fouilles et financements, la DGAM s’efforça avec succès d’assurer son service aux travers des Musées régionaux et des commissaires de fouilles. De fait, sauf arrêt volontaire comme ce fut le cas à Çatalhöyük, et de rares retards dans l’arrivée de certaines équipes du fait du trafic aérien perturbé, les fouilles programmées eurent lieu sans encombre.

Les fouilles archéologiques comme outil de représailles diplomatiques

Historiquement ancrée dans la politique extérieure des pays d’Europe de l’Ouest, accusée d’un passif peu glorieux en terres ottomanes ayant alimenté les salles et dépôts des musées, l’archéologie européenne en Turquie paye souvent le prix des désaccords politiques et autres fâcheries dont elle est bien loin d’être la cause. La revue Aktüel Arkeoloji consacre un numéro complet à ce passé dans son édition de septembre 2015, réédité en anglais au printemps 2017 (fig. 1)

Page de couverture de la revue Actual Archaeology, vol. 17, printemps 2017

(http://www.actualarchaeology.com/#/8).

Ce faisant, les fouilles autrichiennes de Lymira (région d’Antalya) et d’Éphèse  (région d’Izmir) firent les frais d’un refroidissement des relations entre les deux pays, après que des affirmations péremptoires sur le code civil relatif au mariage, ainsi que sur le relatif intérêt à  voyager en Turquie, ont été diffusées courant juillet sur un panneau d’affichage LED placé dans l’aéroport international de Vienne.

Début juin 2016, le vote du Bundestag ratifiant la reconnaissance du génocide arménien par l’Allemagne sonna le glas pour la saison d’été des fouilles allemandes, soit cinq terrains sur les sept enregistrés en 2016.

2016, une année placée sous le signe du patrimoine culturel

Le Comité du Patrimoine Mondial de l’UNESCO en Turquie

Dans notre note de l’année dernière, nous avions évoqué l’activité diplomatique déployée par la Turquie en direction de l’UNESCO. Notons qu’en 2016, la 40e session du Comité du Patrimoine Mondial de l’UNESCO a eu lieu à Istanbul du 10 au 17 juillet. Malgré la tentative de coup d’État qui vint perturber la fin de cette session, les conclusions purent être ratifiées, notamment 21 nouvelles inscriptions au total sur la liste du patrimoine mondial, dont, en Turquie, le site archéologique d’Ani, proche de l’actuelle ville de Kars, à la frontière entre la Turquie, l’Arménie et la Géorgie .

En Lybie, l’intensification des zones de conflit et la radicalisation de certains groupes armés font que les cinq sites libyens, classés au patrimoine mondial dans les années 80, entrent dans la liste du patrimoine en péril.

Concernant le site « Paysage culturel de la forteresse de Diyarbakır et des jardins de l’Hevsel », classé en 2015 au patrimoine mondial de l’UNESCO, le comité demanda à la délégation permanente turque de fournir un rapport sur l’état de conservation du site, en raison des affrontements intramuros de l’hiver 2015 ayant opposés les forces armées turques à des groupes armés kurdes. Ce rapport, remis au centre du patrimoine mondial de l’UNESCO fin janvier 2017, fait état des restaurations entreprises à l’intérieur de la zone tampon B1 correspondant à la ville intramuros. Il fait mention d’une commission scientifique chargée de la supervision de ces travaux, sous l’égide du ministère turc de la Culture et du Tourisme, en relation avec le ministère de l’Urbanisme et de l’Environnement.  Il n’y est pas fait mention de l’étendue de ces travaux de rénovation qui concernent, après le décret d’expropriation  de mars 2016, 6292 parcelles du cadastre couvrant environ 140 hectares soit près de 90% de la ville intramuros.

Assemblée Générale de l’ICOMOS en Turquie

En octobre 2016, ce fut au tour de l’Assemblée Générale de l’ICOMOS d’avoir lieu à Istanbul avec, en conclusion, une journée de symposium international au sujet de la reconstruction du patrimoine matériel après catastrophes. À cette occasion, Martine ASSENAT (laboratoire CRISES-IFEA) a présenté un poster intitulé « Un secteur sauvegardé à Diyarbakır », dont le propos insistait sur la présence d’une trame urbaine antique sous le cadastre moderne de la ville intramuros.

Propositions pour préserver le cadre historique et archéologique de Diyarbakır

Le mois d’octobre fut aussi consacré au troisième colloque du programme Amida, organisé à la Maison des Sciences de l’Homme de Montpellier, qui fut cette année consacré aux liens entre la cité antique de Diyarbakır et le Tigre.

Affiche du troisième Workshop Amida

Début novembre 2016, l’importance de préserver cette trame urbaine et la nécessité d’étudier le substrat antique de la ville fut de nouveau présentée durant le Symposium International sur Diyarbakır organisé par la préfecture de Diyarbakır en partenariat avec l’Université du Tigre.

À l’heure où j’écris ces lignes, de ce cadastre moderne il n’en reste qu’un tiers, la totalité des parcelles d’habitat du secteur ayant été arasée depuis la période de couvre-feu de l’hiver 2015, la partie ouest subissant actuellement un sort identique. Les travaux, financés à hauteur de deux milliards de livres turques, ont pour ambition d’assainir la ville d’un habitat qualifié d’insalubre et de favoriser une dynamique économique locale fondée sur le tourisme culturel.  À terme, la ville intramuros devrait être complètement reconstruite et réinterprétée selon une trame urbaine fort différente de l’architecture vernaculaire ayant prévalu jusqu’alors et s’étant développée sur le substrat de l’antique Amida.  Il faut espérer que les nombreux travaux scientifiques présentant ce substrat urbain comme indissociable et complémentaire des murailles de Diyarbakır et des jardins de l’Hevsel qui, lovés dans le bras du Tigre, apportèrent richesses à la ville dès l’Antiquité, seront autant de guides permettant à la commission scientifique en charge de ces zones de restaurations fermées au public d’agir avec raison.  Nous ne pouvons qu’attendre de plus amples rapports scientifiques officiels sur ces opérations.

Le patrimoine urbain, entre pression foncière, communication et revivalisme

Enfin, sur les politiques liées au patrimoine en milieu urbain, les Rencontres d’Archéologie de l’IFEA, organisées en novembre 2016, permirent de réunir aussi bien des archéologues, chercheurs en sciences sociales et politiques, professionnels du patrimoine et acteurs de la société civile, une initiative que nous comptons réitérer dans le cadre de nos axes transversaux de recherches sur le patrimoine et l’environnement.

Affiche des Rencontres d’archéologie de l’IFEA 2016

La question du patrimoine urbain est particulièrement d’actualité dans la ville d’Istanbul qui, depuis plus d’une décennie, densifie son tissu dans les trois dimensions. Sur terre et en hauteur, nous assistons à l’extension des banlieues en villes nouvelles, à la création de nouveaux espaces verts grignotés sur la mer, frêles décors en pots recouvrant des plateformes de béton sur pilotis et à la multiplication des gratte-ciels, symboles de vigueur économique en réponse à l’arrogance architecturale des villes du golfe Persique. Sous les mers comme dans les airs les transformations sont à l’œuvre, des tunnels sont creusés sous les eaux du Bosphore, tandis que le tablier d’un troisième  pont l’enjambe et qu’un nouvel aéroport contestant la suprématie de celui de Dubaï sur l’Europe et le Moyen-Orient devrait être en service dans l’année qui vient. Une interprétation particulière du patrimoine immobilier est également visible dans les quartiers de Karaköy et de Tophane où les travaux de modernisation du port de croisière de « Galata Port » conduisent, tant sur des parcelles d’état que sur des parcelles privées, à ne sauvegarder que les façades sur rue de bâtiments pourtant classés.

L’ouvrage de Jean-François Pérouse, Istanbul Planète. La ville monde du XXIe siècle, (2017, Éditions la Découverte, collection Cahiers libres)  permet de se plonger dans cette course au marketing urbain qui, si elle souligne la volonté de positionner Istanbul au rang de mégalopole high-tech, n’en traduit pas moins une politique économique fondée sur la spéculation foncière et les BTP (fig. 4).

Istanbul Planète par Jean-François Pérouse

Le revivalisme est aussi un trait particulier des politiques actuelles d’aménagement. La volonté est assumée de communiquer sur la splendeur passée de l’Empire ottoman et de s’en approprier la puissance qui le distinguait naguère. Cela se traduit par une recrudescence de projets visant à reconstruire des édifices à présent détruits, comme celui de reconstruction de l’ancienne caserne de Taksim,  mais également à créer,  ex-nihilo, du bâti pseudo patrimonial affichant des affiliations architecturales suivant des standards seldjoukides et ottomans. Si le nouveau palais présidentiel en est un exemple frappant, on retrouve cette aspiration à fabriquer du patrimoine néo ottoman même dans des villes et des quartiers où, d’antan, ce type d’architecture n’avait pas cours. Une logique identique s’applique à la construction de nouvelles mosquées qui, sur l’ensemble du territoire, reprennent à des échelles diverses les codes architecturaux caractéristiques des réalisations de l’architecte Mimar Sinan (1489-1588).

Pour clore ce chapitre, soulignons le développement de parcs archéologiques et culturels, suivant la politique de valorisation culturelle mais aussi touristique et pécuniaire préconisée par le ministère de la Culture et du Tourisme. Ces recommandations poussent nombre de programmes archéologiques à adopter les stratégies archéologiques aux impératifs de la conservation et de la restauration. L’extension des zones de fouilles et leur maintenance ainsi que la mise en place des infrastructures à même d’accueillir un public civil ont pour conséquence l’inflation des budgets de fouilles, l’augmentation des responsabilités légales et administratives qui reposent sur le directeur des fouilles et l’accroissement du temps de travail dédié à la gestion et aux recherches de financements.

Une approche identique est appliquée au  site archéologique et historique d’Hasankeyf sur le fleuve Tigre, à quelques trente kilomètres en aval de la ville de Batman. L’étroite vallée fluviatile, encaissée entre les premiers contreforts du Taurus au Nord de la Djézireh, sera bientôt submergée par la montée des eaux du barrage hydroélectrique d’Ilisu (fig. 5). Avec elle, les témoignages archéologiques de plus de 12000 ans d’occupations ininterrompues, incluant les habitats des populations actuelles. Sur la rive opposée, une nouvelle ville est en construction sur le piémont du mont Raman, faisant face à l’antique et médiévale cité, tandis qu’un parc archéologique et culturel à destination des touristes complètera ce nouvel ensemble, en accueillant quelques constructions anciennes qui y seront reconstruites. Au début du mois de mars, le tombeau de Zeynel Bey, représentant de la dynastie des Akkoyunlu ayant régné sur la région d’Hasankeyf entre 1462 et 1482, fut déplacé d’une seule pièce de son site d’origine vers sa place attitré dans le parc archéologique en chantier. Cette opération, spectaculaire par l’ingénierie mobilisée, fut présentée comme une première mondiale et un exemple de gestion moderne du patrimoine matériel en péril.

Pour en savoir plus :

  1. Aktüel Arkeoloji 2016/53,  Varlık ve Yokluk Savaşında. Hasankeyf. http://www.aktuelarkeoloji.com.tr/53-sayi—hasankeyf
  2. http://arkeolojihaber.net/tag/zeynel-bey-turbesi/
Page de couverture de la revue Aktüel Arkeoloji, vol. 53, Septembre-octobre 2016

Patrimoine culturel et économie

Le 5 mars 2017 se tenait à Istanbul le troisième Conseil d’État à la Culture dont le rapport final, disponible sur le site du ministère turc de la Culture et du Tourisme , permet de découvrir les grandes lignes de la politique culturelle et des recommandations stratégiques pour le développement de ce secteur. Ce rapport parcourt l’ensemble du spectre de l’action culturelle, de la diplomatie culturelle aux actions culturelles envers la famille et la jeunesse, en passant par les médias et les diverses formes d’expression artistique. Nous relevons la volonté affichée de développer la diplomatie culturelle en utilisant les institutions internationales comme l’UNESCO et en mobilisant le réseau diplomatique turc. L’action culturelle dynamique de l’Ambassade de Turquie à Paris est un exemple pertinent de relai culturel turc à l’étranger.

Concernant le patrimoine culturel et archéologique, le rapport suggère d’augmenter la part budgétaire accordée aux musées et d’investir dans la formation et le recrutement de personnels qualifiés. L’importance de protéger le patrimoine archéologique afin de sécuriser et augmenter les revenus du tourisme culturel est également soulignée, de même que la nécessité de développer les zones dites de « paysage culturel », entendons par là une politique d’urbanisme visant à valoriser le patrimoine par une prise en compte des alentours.

Afin de développer l’économie culturelle, de nombreuses pistes sont indiquées, comme le développement du marché des produits culturels, ou encore d’associer de manière systématique la culture au label ou à l’appellation « Turquie ». Un autre point, crucial car encore embryonnaire en Turquie, est consacré à la création d’une fiscalité du sponsoring et du mécénat incitative, permettant d’augmenter la part d’investissement privés dans la culture.

Un tel dispositif à un coût, en infrastructures et en ressources humaines et le cercle vertueux d’une économie culturelle autofinancée par les ressources du public et du tourisme est une chimère, d’autant plus que la Turquie, comme nombres de pays du bassin méditerranéen, France inclue, est périodiquement déstabilisée par des attentats. Le conflit syrien et les tensions dans l’est du pays  influencent directement l’activité touristique, notamment dans des villes comme Diyarbakır, Mardin, Urfa ou Gaziantep ayant misé sur leur patrimoine pour se développer.  L’accroissement des financements du secteur privé comme le développement des accords de partenariats internationaux entre des musées, dans la recherche archéologique et au niveau des universités passent également par un retour de la stabilité en Turquie et dans la région.

Le budget du ministère de la Culture et du Tourisme étant en partie indexé sur la part des revenus du tourisme dans le PIB, la baisse de la fréquentation touristique en 2015 et 2016 se fait cruellement sentir. En 2016, le budget accordé aux opérations archéologiques fut de 28 millions de TL, à comparer aux plus de 48 millions de TL en 2011 et aux 39 millions de TL en 2014.

Fouilles et prospections archéologiques pour l’année 2016

Ce constat se fonde sur les statistiques publiées par la Direction Générale des Antiquités et des Musées.

La définition des catégories de programmes archéologiques fut décrite dans notre édition consacrée à l’état de l’archéologie en Turquie 2015.

Comme nous l’avons mentionné, le véto sur les fouilles allemandes et autrichiennes est à prendre en compte dans la lecture des données concernant le taux de fouilles étrangères.

On dénombre 522 opérations archéologiques pour l’année 2016 (545 en 2015), dont 141 fouilles programmées, légèrement en baisse par rapport à 2015 si on analyse ce recul à l’aune des suspensions des permis allemands et autrichiens.

Les terrains archéologiques ne se composent pas exclusivement des fouilles et prospections programmées dans le cadre universitaire. Ces deux catégories représentent à peine 50%, respectivement 27% de fouilles programmées et 20% de prospections (fig. 6 ; 7).

Ensemble des opérations archéologiques en Turquie en 2016 (NI : 522)
Pourcentage de l’ensemble des opérations archéologiques en Turquie en 2016 (NI : 522)

Plus de la moitié des interventions archéologiques sont réalisées dans le cadre de la gestion et de l’aménagement du territoire et recouvre des catégories diverses :

Les fouilles de sauvetage, au nombre de 209 (37 % de l’ensemble des interventions), recouvrent des opérations allant d’un simple diagnostic lors de travaux de voirie aux fouilles systématiques pouvant durer plusieurs mois, dans le cas de travaux d’aménagement urbain.

Les fouilles de musées (11%) désignent les opérations archéologiques sous la responsabilité directe des musées. Il s’agit majoritairement de fouilles entreprises à la suite d’une décision du Conseil des Ministres ou du ministère de la Culture et du Tourisme,  suite à l’absence d’alternative universitaire sur un site jugé particulièrement important, d’un soutien administratif temporaire à une équipe de fouille ne disposant pas encore d’une direction de plein droit, ou encore d’un dossier considéré comme d’importance nationale, comme c’est le cas aujourd’hui pour le site de Göbekli Tepe, en attente de classement sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO.

Citons aussi quelques cas particuliers, qui répondent à des législations et à des responsabilités ministérielles diverses :

Les fouilles sous-marines, au nombre de trois, sont classées à part des fouilles programmées car elles sont encadrées par des règles spécifiques du droit du travail.

Les fouilles liées aux programmes d’aménagement dans le domaine de l’énergie. Nous y trouvons sept opérations  réalisées dans le cadre des programmes HES (Hidroelektrik Santral) dans l’est de la Turquie.

Les opérations archéologiques initiées par des travaux miniers sont également classées à part, avec quatre fouilles en 2016 liées aux mines de charbon sous l’autorité de la Société des charbonnages turcs (Türk Kömür İşletmeleri Kurumu). Le projet de gazoduc TANAP (Trans Anadolu Doğal Gaz Boru Hattı) compte six fouilles enregistrées en 2016.

Les fouilles liées aux « investissements publics » (Kamu Yatırım). Ces opérations désignent des fouilles réalisées à l’occasion  de grands chantiers publics, généralement après expropriation des populations de quartiers « bidonvilles », destructions du bâti et réaménagement complet.

Répartition des fouilles par périodes chronologiques,  par régions administratives et par universités

Sans chercher à être exhaustif, il est intéressant de définir les tendances de répartition des opérations de terrains en fonction des périodes archéologiques (fig. 8). Ces chiffres et pourcentages sont à considérer comme des indicateurs, sachant qu’ils reflètent les cas de 293 sur 302 opérations identifiées parmi les fouilles programmées, fouilles de musées et fouilles de sauvetage.  Les fouilles concernant les périodes classiques sont toujours majoritaires, reflétant la nature obligatoirement pérenne des opérations archéologiques sur les sites antiques, ceux-ci ayant vocation à être préservés et valorisés, à  la différence de sites préhistoriques, voire de certains sites protohistoriques dont les opérations de terrains cessent une fois les programmes scientifiques achevés. La situation sécuritaire dans l’est du pays bloque également le développement des recherches archéologiques sur les sites préhistoriques et protohistoriques dans les vallées du Tigre et de l’Euphrate.

Répartition des fouilles par périodes chronologiques (NI : 293)

En incluant les fouilles des musées, les régions administratives comptant le plus de fouilles (cinq et plus) sont celles d’Izmir (16), Antalya (15), Muğla (15), Çanakkale (8), Mersin (9) et Aydın (10), Adana (6), Bursa (6), Denizli (6), Balıkesir (5), Çorum (5) et Kahramanmaras (5). On remarque la prédominance des fouilles sur l’Egée et la Méditerranée, reflétant l’investissement archéologique dans les fouilles des périodes classiques (fig. 9).

Les régions administratives accueillant le plus de fouilles (5 et plus)

Les fouilles « programmées »

Par fouilles programmées, entendons les fouilles conventionnelles dirigées par des universitaires, docteurs en archéologie, ayant atteint le grade de maître de conférences requis pour prétendre à la direction d’une fouille. Deux catégories d’universitaires susceptibles de diriger une fouille programmée sont distinguées : les nationaux, citoyens turcs rattachés à une institution de recherche turque et les ressortissants étrangers (cf. « État de l’archéologie en Turquie 2015 » ).

On dénombre 141 fouilles programmées pour l’année 2016, comprenant 112 fouilles sous permis accordés à des directions turques et 29 à des directions étrangères. Nonobstant les suspensions de permis, les proportions sont identiques à l’année précédente (fig. 10).

On dénombre 37 universités turques (dont l’Eastern Mediterranean University de Chypre Nord) qui opèrent à la direction de fouilles programmées (fig. 11). Si les universités historiques d’Ankara, d’Istanbul, d’Hacettepe et de l’Égée (Izmir) se partagent encore à elles quatre plus de 40% des fouilles turques, la dispersion régionale est à l’œuvre avec la multiplication des départements d’archéologie dans les universités de province. L’université de Pamukkale, à Denizli, enregistre six fouilles dont une seule se trouve dans la région de Denizli, les cinq autres se répartissant sur l’ensemble de la Turquie. Cet exemple montre le chemin parcouru depuis la création de cette jeune université en 1992.

Pourcentage entre fouilles programmées turques (NI : 112) et étrangères (NI : 29)
Répartition des fouilles programmées turques par universités

Les fouilles dites « étrangères »

En théorie, le nombre de fouilles dont les permis sont délivrés à des étrangers et sous administration financière et administrative étrangères est stable entre 2015 et 2016 (fig. 12).  Dans le trio de tête, nous retrouvons les USA, l’Italie et l’Allemagne dont aucun des sept programmes de fouilles menés sous l’égide du DAI d’Istanbul n’a été fermé. Sur ces sept fouilles, cinq n’ont pas reçu de permis et furent donc suspendues. Concernant l’Autriche, si les permis ont bien été délivrés, les fouilles furent suspendues alors que les deux terrains avaient débutés. Concernant la France, les fouilles de Labraunda eurent lieu tandis que les fouilles de Porsuk Höyük n’ont pas, en 2016, bénéficié d’un renouvèlement du permis dans le cadre d’un nouveau programme sous nouvelle direction.

Nous avons œuvré afin de trouver, avec la Direction Générale des Antiquités et Musées, un cadre stratégique, programmatique et financier satisfaisant et espérons que les fouilles de Porsuk Höyük pourront reprendre à l’été 2017.

Nombre de fouilles étrangères par pays en 2016 (NI : 29)

Les prospections

Cent deux prospections eurent lieux en 2016, dont 94 turques et 8 sous directions étrangères.

Nous comptons en effet deux prospections américaines, deux japonaises, deux italiennes, une polonaise et une belge. Si, par nature, les prospections ne sont pas toutes focalisées sur une période chronologique précise, nous avons cherché à les rattacher à leurs programmes de recherche et aux départements universitaires sous l’égide académique desquels elles sont organisées. Ainsi, nous constatons encore une prédominance des prospections dédiées ou initiées par des programmes de recherche concernant les périodes classiques (fig. 13).

Prospections par périodes chronologiques

Investissements français

Dans un contexte budgétaire serré, la Commission consultative des fouilles du MAEDI a maintenu son investissement dans les travaux archéologiques en Turquie, en favorisant également le développement de deux nouveaux programmes archéologiques ; AtamTurk, qui vise à identifier les ateliers d’amphores sur les côtes égéennes et méditerranéennes et d’en analyser les processus de productions  et Melendiz, qui s’intègre dans le cadre des fouilles de l’Université d’Istanbul sur le site néolithique de Tepecik-Çiftlik en Cappadoce.

Rappelons que l’attribution du permis de fouilles à une institution et/ou une personne étrangère exclut donc la possibilité de consolider le budget de fouille par un apport financier du partenaire turc, en dehors des financements sur projets de type TÜBİTAK.

L’alternative que représente un budget franco-turc n’est envisageable que dans le cadre d’une collaboration française avec une fouille sous permis accordé à un ressortissant turc, statutaire dans une institution de recherche turque.

Dans l’établissement de nouvelles collaborations et dans le développement de liens de confiance avec les universités turques, le rôle de l’IFEA est primordial. Outre d’offrir un cadre institutionnel à la recherche française en Turquie, l’IFEA s’attache à conforter, année après année, un réseau de collaborateurs universitaires, pour certains francophones, véritable passerelle permettant aux chercheurs de se rencontrer, aux étudiants de travailler en Turquie, générant de la sorte des collaborations naturelles et évidentes.

Depuis plus d’une décennie déjà, la majorité des missions archéologiques françaises en Turquie sont développées en partenariat avec des fouilles « turques ». Dans ce cadre de partenariat, les deux équipes bénéficient de financements respectifs à leurs propres administrations. Actuellement, c’est le cas pour les missions MAEDI suivante :

Claros (dir. J.-C. MORETTI), Éolide (dir. S. VERGER), collaboration avec l’Université de l’Egée-Izmir, l’Université de Manisa et le DAI. Euromos (dir. K. KONUK), collaboration avec l’Université de Muğla, Lycie-Myra Andriake (dir. I. PIMOUGUET-programme suspendu en 2016), collaboration avec l’Université d’Antalya et les nouvelles missions AtamTurk (dir. J.-Y. EMPEREUR), collaborations avec l’Université de l’Égée-Izmir et Melendiz (dir. M. GODON), en collaboration avec l’Université d’Istanbul sur les fouilles de Tepecik-Çiftlik.

La mission de Porsuk Höyük (dir. Claire BARAT), sous permis accordé à la France, est restée suspendue en 2016, les frais de gardiennage ont été réglés en vue d’une reprise cet été.

La mission Labraunda (dir. Olivier Can HENRY-ENS/IFEA), sous permis accordé à la France, reçoit pour la campagne de fouilles 2017, le soutien de la société d’assurance AXA Sigorta, que nous tenons vivement à remercier ici (fig. 14).

Fouilles de Labraunda, institutions partenaires et soutiens

Le mot de la fin

Le début des campagnes de fouilles de l’été 2017 m’amène à formuler le vœu que nos collègues dirigeant des fouilles en Syrie puissent retrouver le chemin de leurs terrains et surtout renouer avec leurs partenaires et étudiants syriens qui, avec l’ensemble de la population civile,  garde le frêle espoir d’une paix que nous souhaitons proche. À cet égard, le soutien des ONG travaillant sur le patrimoine en guerre, la mobilisation des archéologues et des laboratoires en France comme dans les Instituts de recherche français à l’étranger (IFRE) dont notre  partenaire régional, l’Institut Français du Porche Orient, jouent un rôle crucial tant dans les liens institutionnels qu’ils représentent auprès de nos collègues syriens mais aussi dans le maintien d’une expertise archéologique franco-syrienne qui s’avèrera cruciale pour renouer avec une paix fondée sur la notion d’un patrimoine commun.

Je tiens à remercier toutes les nombreuses personnes, collègues en Turquie, amis et collègues archéologues de France et d’Italie, qui, depuis plus de deux ans maintenant, apportent, via le Pôle Archéologie de l’IFEA, leur soutien à des archéologues syriens, ouvriers sur nos fouilles syriennes, que la guerre pousse avec leurs familles sur les routes de l’exil et auprès desquels nous pouvons agir de Turquie.

Les fortifications de la Carie antique

Tours d’Héraclée du Latmos, juillet 2009, Jesper Blid
Tours d’Héraclée du Latmos, juillet 2009, Jesper Blid

Février 2017
Türkçe çeviri

L’étude des fortifications antiques est devenue un champ d’études à part entière avec la parution d’ouvrages fondateurs, à partir des années 1970 (Winter 1971, Garlan 1974, Adam 1982) et l’organisation d’un premier colloque international sur le sujet (Leriche et Tréziny 1986). Archéologues et historiens prenaient alors conscience du fait qu’il était impossible d’étudier des cités et leur territoire sans envisager les efforts consentis par les civilisations méditerranéennes pour assurer leur défense. Cependant, le territoire carien, pourtant connu pour héberger de très nombreuses fortifications, se trouvait presque totalement exclu de ces publications modernes et ce malgré une tradition de recherche ancienne sur le sujet. En effet, dès 1896 Paton et Myres publiaient une carte de répartition et plusieurs plans toujours utiles puis les premières décennies du XXe siècle virent la parution de trois monographies consacrées aux défenses de sites tels qu’Héraclée du Latmos (Krischen 1922) et Milet (von Gerkan 1935). G. Bean, J.M. Cook et S. Hornblower (Mausolus, 1982) ont largement contribué à mettre en lumière les ouvrages fortifiés cariens. Mais il faut attendre 1997 pour que l’on dispose du premier traitement approfondi des murailles cariennes sous la plume d’A.W. Mc Nicoll dans un ouvrage abordant les fortifications de l’Égée à l’Euphrate. La première synthèse centrée sur les fortifications de Carie est celle d’I. Pimouguet-Pédarros (Archéologie de la défense, 2000). Il s’agit de l’ouvrage de réfence sur le sujet. On assiste ensuite à un renouvellement des études sur des sites individuels tels qu’Halicarnasse (Pedersen 2010), Héraclée du Latmos (Peschlow-Bindokat 2005, Hülden 2000) ou Alinda (Ruggendorfer et Konecny 2014). L’ensemble des recherches menées sur plus d’un siècle ont tenté d’établir les différentes phases de l’évolution de la pratique défensive en Carie. Cependant, en l’absence de fouilles archéologiques, les datations envisagées ont essentiellement reposé sur des observations architecturales et des considérations historiques. Ces problèmes chronologiques ont en partie été surmontés grâce aux fouilles de l’équipe franco-suédoise sur le réseau défensif de Labraunda (Karlsson 2007-2013 et Vergnaud 2013-2015). Elles ont permis d’obtenir des datations fiables à l’aide de la céramique découverte en contexte.

La pratique de la fortification en Carie peut être divisée en trois grandes phases dont la période hécatomnide constitue le pivot. Les premières fortifications cariennes pourraient avoir été érigées autour des VIIIe-VIIe siècles av. J.-C.. C’est ce que suggère l’étude réalisée par W. Radt sur la péninsule d’Halicarnasse (Radt 1970). La défense reposait sur des agglomérations fortifiées et des forteresses de repli en retrait par rapport à la mer. Les agglomérations, telles que Pédasa ou Alâzeytin, présentaient une citadelle en position dominante et un habitat fortifié en contrebas (Radt 1970 ; Rumscheid 2009). Les murs de ces sites étaient constitués d’appareils mixtes mais ils présentent une unité à travers l’emploi du plattenmauerwerk, une méthode de construction qui consiste à empiler des plaques de schiste. L’utilisation de ce matériau est moins un trait culturel carien que le résultat de sa disponibilité sur la péninsule. Le grand changement dans la pratique défensive de la région est à mettre au compte de Mausole (vers 370 av. J.-C.) qui a lancé un programme de fortification axé autour des lieux de pouvoir : les cités (e.g. Alinda, Halicarnasse), les abords des sanctuaires (e.g. Amyzon, Labraunda) et le long de certaines voies de communication importantes. Au IVe siècle av. J.-C., les Hécatomnides créent un maillage étroit qui sert principalement à asseoir leur autorité sur la région (Pimouguet-Pédarros 2000). Ces nouvelles constructions se caractérisent essentiellement par l’utilisation systématique de l’appareil pseudo-isodome à carreaux et boutisses et la présence du système de double boutisses et d’une plumée verticale aux angles de chaque tour (Perdersen 2010, Pedersen et Ruppe 2016). Il s’agit là de l’apparition d’une architecture défensive standardisée qui participe à l’affirmation de l’identité de la dynastie sur le pays carien au même titre que les bâtiments civils et religieux. La troisième phase de la pratique défensive carienne s’inscrit dans la continuité de la précédente et reflète les luttes de pouvoir particulièrement intenses qui ont eu lieu dans la région après la mort d’Alexandre le Grand (Mc Nicoll 1997). Sur le terrain, ces évolutions sont plutôt techniques et se caractérisent notamment par l’apparition de tours d’artillerie de forme ronde, pentagonale ou hexagonale (Pimouguet-Pédarros 2000). La Carie s’inscrit dans la droite ligne des évolutions de la poliorcétique du reste du monde hellénistique, plus encore, la région peut-être vue comme un laboratoire d’expérimentation à en juger par la variété des tours que l’on rencontre sur les périmètres fortifiés. La cité d’Eurômos illustre d’ailleurs parfaitement les évolutions de l’architecture militaire carienne à l’époque hellénistique.

Les chercheurs français appuyés par l’IFÉA ont longtemps sillonné la Carie. Si la recherche était principalement motivée par la quête d’inscriptions, de nombreux sites et leurs murailles sont sortis de l’oubli grâce aux recherches menées par des archéologues et des historiens parmi lesquels Alfred Laumonier (1936), Louis Robert (1935) et Pierre Debord (Debord 2001, Debord et Varınlıoğlu 2010). Le présentoir de l’IFÉA pour ce mois de février permettra de découvrir cette tradition de la recherche française en Carie sans occulter l’apport considérable des chercheurs du nord de l’Europe, britanniques, allemands et danois.

Sélection bibliographique

  • ADAM, J.-P. 1982, L’architecture militaire grecque, Paris. Ac Ar 043/
  • GARLAN, Y., 1974, Recherches de poliorcétique grecque, Paris.   COLL VII 223/
  • LERICHE, P. & H. TRÉZINY, (eds), 1986, La fortification dans l’histoire du monde grec (Actes du Colloque international du CNRS: « La fortification et sa place dans l’histoire politique, culturelle et sociale du monde grec, Valbonne, 1982), Paris.  Ac Ar 048/
  • WINTER, F.E., 1971, Greek Fortifications, Toronto. Ac Ar 023/
  • CARSTENS, A.M. 2009, Karia and the Hekatomnids: The creation of a dynasty, BAR S1943, Oxford. COLL XIV 1943/
  • DEBORD, P & E. VARINLIOĞLU, 2010, Cités de Carie, Harpasa, Bargasa, Orthosia dans l’Antiquité, PUR, Rennes. HAM 04/
  • DEBORD, P. et R. DESCAT (éd.), 1994, Fortifications et défense du territoire en Asie Mineure occidentale et méridionale (Actes de la table ronde CNRS d’Istanbul, 1993), Bordeaux.  P 058/
  • DESCAT, R., 1994, « Les forteresses de Théra et Kallipolis de Carie », REA 96, 205-214. P 058/
  • HORNBLOWER, S. 1982, Mausolus, Oxford. Ac Gén 176/
  • KARLSSON, L., 2011, « The forts and fortifications of Labraunda », in: Karlsson, K. & S. Carlsson (eds), Labraunda and Karia, (Boreas 32), 217-252. HAM 67/
  • KRISCHEN, F., 1922, Die Befestigungen von Herakleia am Latmos, Milet III.2, Berlin. Ac Si Mil 05 B 3-2/
  • MC NICOLL, A.W., 1997, Hellenistic Fortifications from the Aegean to the Euphrates, Oxford. Ac Ar 091/
  • PESCHLOW-BINDOKAT, 2005, Feldforschungen im Latmos: die Karische Stadt Latmos. (Milet, III.6), Berlin. GU 199/
  • PIMOUGUET-PÉDARROS, I., 2000, Archéologie de la défense: Histoire des fortifications antiques de Carie aux époques classique et hellénistique, Presses Universitaires de Franche Comté.  Ac Gén 154/
  • RADT, W., 1970, Siedlungen und Bauten auf der Halbinsel von Halikarnassos unter besonderer Berücksichtigung der archaische Epoche, Tübingen. COLL X A 03/
  • RUMSCHEID, F. (éd.), 2009, Die Karer und die anderen (Actes du Colloque International de Berlin, 13-15 October 2005), Bonn. Ac Gén 211/
  • VERGNAUD, B., 2014(a), « Quelques observations sur la forteresse de Labraunda », in : Karlsson, K., Carlsson, S. & J. Blid Kullberg (eds), LABRYS. Studies presented to Pontus Hellström, (BOREAS 35), 107-122. Mél 132/
  • von GERKAN, A., 1935, Die Stadtmauern, Milet II. 3, Berlin. Ac Si Mil 05 B 2-3/
  • WINTER, F.E., 1971, Greek Fortifications, Toronto. Ac Ar 023

Généralités

  • ADAM, J.-P. 1982. L’architecture militaire grecque, Paris. Ac Ar 043/
  • FREDERIKSEN, R., MÜTH, S., SCHNEIDER, P. & M. SCHNELLE (éd.), Focus on Fortifikation. New Research on Fortifications in The Ancient Mediterranean and The Near East. Acropolis Museum in Athens, 6-9 December 2012. (Fokus Fortifikation Studies. vol. 2), Oxbow Books, Oxford.
  • GARLAN, Y., 1974, Recherches de poliorcétique grecque, Paris.   COLL VII 223/
  • HELLMANN, M.-Ch., 2010, L’architecture grecque. 3. Habitats et Fortifications. Picard, Paris.
  • KARLSSON, L., 1992, Fortification Towers and Masonry Techniques in the Hegemony of Syracuse 405-211 B.C., Stockholm.
  • LANG, F., 1996, Archaische Siedlungen in Griechenland. Struktur und Entwicklung, Berlin.
  • LAWRENCE, A.W., 1979, Greek Aims in Fortifications, Oxford.
  • LERICHE, P. & H. TRÉZINY, (eds), 1986, La fortification dans l’histoire du monde grec (Actes du Colloque international du CNRS: « La fortification et sa place dans l’histoire politique, culturelle et sociale du monde grec, Valbonne, 1982), Paris.  Ac Ar 048/
  • MAIER, F.G., 1959-1961, Griechische Mauerbauinschriften, Heidelberg. Ep 031/
  • MARDSEN, A.W., 1969, Greek and Roman Artillery, from. 399 B.C. to the 4th Cent A.D., Historical Development, Oxford.
  • OBER, J., 1992, « Towards a Typology of Greek and Roman Artillery Towers: the First and Second Generations (ca. 375-275 B.C.) », in : Van De Maele, S. & J. M. Fossey (eds), Fortificationes Antiquae, 147-169.
  • SOKOLICEK, A., 2009, Diateichismata. Zu dem Phänomen innerer Befestigungsmauern im griechischen Städtebau, Vienne.
  • van de MAELE, S. et J.M FOSSEY (éd.), 1992, Fortificationes Antiquae (Actes du colloque tenu à Ottawa en octobre 1988), Amsterdam.
  • WINTER, F.E., 1971, Greek Fortifications, Toronto. Ac Ar 023/
  • WOKALEK, A., 1973, Griechische Stadtbefestigungen. Studien zur Geschichte der frühgriechischen Befestigungsanlagen, Bonn.

Sur les fortifications de Carie

  • BEAN, G.E., 1971, Turkey beyond the Meander, London.
  • BEAN, G.E. et J.M. COOK, 1952, « The Cnidia », ABSA 47, 171-213.
  • BEAN, G.E. et J.M. COOK., 1955, « The Halicarnassus Peninsula », ABSA 50, 86-170.
  • BEAN, G.E. et J.M. COOK, 1957, « The Carian Coast III », ABSA 52, 58-146.
  • BENOIT, J. et R. PIEROBON-BENOIT, 1993, « Il terittorio a Nord di Iasos », ANSP 23, 902-919.
  • BENTER, M., 2009, « Hydas, eine befestigte Höhensiedlung auf der Bozburun-Halbinsel », in: Rumscheid, F. (éd.), Die Karer und die anderen, 481-501. Ac Gén 211/
  • BRUN, P., 1994, « Les fortifications d’Hyllarima, Philon de Byzance et Pleistarchos », in : Debord, P. & R. Descat (eds), Fortifications et défense du territoire en Asie Mineure occidentale et méridionale, REA 96, 193-204. P 058/
  • CARSTENS, A.M. 2009, Karia and the Hekatomnids: The creation of a dynasty, BAR S1943, Oxford. COLL XIV 1943/
  • CARSTENS, A.M. et P. FLENSTED-JENSEN, 2004, « Halikarnassos and the Lelegians », in: Isager, S. et P. Pedersen (éd.), The Salmakis Inscription and Hellenistic Halikarnassos, 109-123.
  • COBET, J., 1997, « Milet 1914-1985. Die Mauern sind die Stadt. Zur Stadtbefestigung des antikes Milet », AA, 249-284.
  • DEBORD, P & E. VARINLIOĞLU, 2010, Cités de Carie, Harpasa, Bargasa, Orthosia dans l’Antiquité, PUR, Rennes. HAM 04/
  • DEBORD, P. (dir.), 2001 (a), Les hautes terres de Carie, Bordeaux.
  • DEBORD, P. et R. DESCAT (éd.), 1994, Fortifications et défense du territoire en Asie Mineure occidentale et méridionale (Actes de la table ronde CNRS d’Istanbul, 1993), Bordeaux.  P 058/
  • DESCAT, R., 1994, « Les forteresses de Théra et Kallipolis de Carie », REA 96, 205-214. P 058/
  • HELD, W. et alii.,  1999, « Loryma Vorbericht über die Kampagnen 1995 und 1998 », Ist. Mitt. 49, 159-196.
  • HELD, W., 2006, « Loryma », in: Radt, W. (éd.), Stadtgrabungen und Stadtforschung im westlichen Kleinasien: Geplantes und Erreichtes, 187-198.
  • HORNBLOWER, S. 1982, Mausolus, Oxford. Ac Gén 176/
  • HÜLDEN, O., 2000, « Pleistarchos und die Befestigungsanlagen von Herakleia am Latmos », Klio 82, 382-408.
  • KARLSSON, L. 2013, « The Hekatomnid Pottery from the Recent Excavations and the Date of the Forts of Labraunda », in : Brun, P.  et al. (éd.), Euploia. La Lycie et la Carie antiques, 213-224.
  • KARLSSON, L., 2011, « The forts and fortifications of Labraunda », in : Karlsson, K. & S. Carlsson (eds), Labraunda and Karia, (Boreas 32), 217-252. HAM 67/
  • KARLSSON, L., 1994, « Thoughts about fortifications in Caria from Maussollos to Demetrios Poliorketes », in : Debord, P. & R. Descat (eds), Fortifications et défense du territoire en Asie Mineure occidentale et méridionale, REA 96, 141-153.
  • KARLSSON, L. et al. 2012. « Labraunda 2011, a preliminary report on the Swedish excavations », Opuscula. Journal of the Swedish Institutes at Athens and Rome 5, 49–87.
  • KARLSSON, L. et al. 2011. « Labraunda 2010, a preliminary report on the Swedish excavations », Opuscula. Journal of the Swedish Institutes at Athens and Rome 4, 21–67.
  • KARLSSON, L. et al. 2010. « Labraunda 2009, a preliminary report on the Swedish excavations », Opuscula. Journal of the Swedish Institutes at Athens and Rome 3, 61–104.
  • KARLSSON, L. et al., 2009, « Labraunda 2008, a preliminary report on the Swedish excavations », Opuscula. Journal of the Swedish Institutes at Athens and Rome 2, 57-87.
  • KARLSSON, L. et al., 2008, « Labraunda 2008, a preliminary report on the Swedish excavations », Istanbuler Mitteilungen 58, 109-133.
  • KRISCHEN, F., 1922, Die Befestigungen von Herakleia am Latmos, Milet III.2, Berlin. Ac Si Mil 05 B 3-2/
  • MC NICOLL, A.W., 1997, Hellenistic Fortifications from the Aegean to the Euphrates, Oxford. Ac Ar 091/
  • PATON, W.R. & J.L. MYRES, 1896, « Karian sites and inscriptions », JHS 16, 188-271.
  • PEDERSEN, P., 2010, « The city wall of Halikarnassos », in: Van Bremen, R. & J.M. Carbon (eds), Hellenistic Karia, 269-316.
  • PEDERSEN, P. & U. RUPPE, 2016, « The Fortifications at Halikarnassos and Priene – some regional characteristics? », in : Frederiksen et al. (éd.) Focus on Fortifications. : New Research on Fortifications in the Ancient Mediterranean and the Near East, Oxford, 560-580.
  • PESCHLOW-BINDOKAT, 2005, Feldforschungen im Latmos: die Karische Stadt Latmos. Milet, III.6, Berlin. GU 199/
  • PESCHLOW-BINDOKAT, A., 1989, « Lelegische Siedlungsspuren am Bafa See », Anadolu 22, 1981-1983, 79-83.
  • PESCHLOW-BINDOKAT, A. & U. PESCHLOW, 1996, Der Latmos. Eine unbekannte Gebirgslandschaft an der türkischen Westküste, Mainz.
  • PIMOUGUET, I., 1994 (b), « Les fortifications de la Pérée rhodienne », REA 96, 243-271.
  • PIMOUGUET- PÉDARROS, I., 1995, « Défense et territoire, l’exemple milésien », DHA, 21-1, 89-109.
  • PIMOUGUET- PÉDARROS, I., 2010, « Les fortifications de la cité d’Alinda en Carie », in : Aufrère, S.H. & M. Mazoyer (eds), Remparts et fortifications – Du temple d’Edfou au mur de Berlin, 91-110.
  • PIMOUGUET- PÉDARROS, I., 2013, « Existe-t-il un style de construction hécatomnide ? Recherche à travers l’étude des fortifications du sud-ouest de l’Asie Mineure », in : Brun, P.  et al. (eds), Euploia. La Lycie et la Carie antiques, 153-174.
  • PIMOUGUET-PÉDARROS, I., 2000, Archéologie de la défense: Histoire des fortifications antiques de Carie aux époques classique et hellénistique, Presses Universitaires de Franche Comté.  Ac Gén 154/
  • RADT, W., 1970, Siedlungen und Bauten auf der Halbinsel von Halikarnassos unter besonderer Berücksichtigung der archaische Epoche, Tübingen. COLL X A 03/
  • RADT, W., 1978, « Die Leleger auf der Halbinsel von Halikarnassos », in: Akurgal, E. (éd.), The proceedings of the Tenth International Congress of Classical Archaeology, I-III, 330-347.
  • ROBERT, L.,  1935, « Rapport sommaire sur un premier voyage en Carie », AJA 39, 331-340.
  • ROBERT, J. & L., Fouilles d’Amyzon en Carie I, Exploration, histoire, monnaies et inscriptions, Paris. Ac Si Ili 02-01/
  • RUMSCHEID, F., 2009, « Die Leleger: Karer oder Andere? », in: Rumscheid, F. (éd.), Die Karer und die anderen, 163-193. Ac Gén 211/
  • RUMSCHEID, F., 1999, « Mylasas Verteidigung: Burgen statt Stadtmauer ? », in: Schwandner, E.-L. & K. Rheidt (eds), Stadt und Umland, Neue Ergebnisse der archäologischen Bau- und Siedlungsforschung, (DiskAB 7), 206-222.
  • VARINLIOĞLU, E., 1994, « La fortification hellénistique de Stratonicée, archéologie et épigraphie », in : Debord, P. & R. Descat (eds), Fortifications et défense du territoire en Asie Mineure occidentale et méridionale. Table ronde CNRS, Istanbul 20-27 mai 1993, REA 96, 189-191.
  • VERGNAUD, B., 2016(a), « La forteresse de l’acropole de Labraunda. Rapport préliminaire sur la 4e campagne de fouille (2016) », in Henry, O. et al, Labraunda 2015, Anatolia Antiqua XXIV, 397-412.
  • VERGNAUD, B., 2016(b), « La muraille d’Eurômos 2014-2015 », in Kızıl, A. et al., Euromos : Rapport préliminaire sur les travaux réalisés en 2015, Anatolia Antiqua XXIV, 325-333.
  • VERGNAUD, B., 2015, « La forteresse de l’acropole de Labraunda. Rapport préliminaire sur la 3e campagne de fouille (2014) », in Henry, O. et al, Labraunda 2014, Anatolia Antiqua XXIII, 316-330.
  • VERGNAUD, B., 2014(a), « Quelques observations sur la forteresse de Labraunda », in : Karlsson, K., Carlsson, S. & J. Blid Kullberg (eds), LABRYS. Studies presented to Pontus Hellström, (BOREAS 35), 107-122. Mél 132/
  • VERGNAUD, B., 2014(b), “L’acropole du site”, in : Henry et al., « La mission Labraunda 2013 – rapport préliminaire », Anatolia Antiqua 22, 280-292.
  • VERGNAUD, B., 2014(c) “Labraunda Lower Acropolis Excavations 2012-2013: Preliminary Notes”, in : Karlsson, L., Blid-Kullberg, J., Vergnaud, B. & A. Freccero, « A preliminary report on the work at the sanctuary with a new reconstruction drawing of the sanctuary by Jesper Blid Kullberg and an appendix by Fredrik Tobin », Opuscula 7, 16-22.
  • VERGNAUD, B., 2013, “L’acropole du site”, in : Henry et al., « Labraunda 2012, rapport préliminaire », Anatolia Antiqua 21, 285-298.
  • von GERKAN, A., 1935, Die Stadtmauern, Milet II. 3, Berlin. Ac Si Mil 05 B 2-3/
Cite this article as: Baptiste Vergnaud, "Les fortifications de la Carie antique," in Dipnot, 01/02/2017, http://dipnot.hypotheses.org/2015.

Sur les traces d’un voyageur de Carie : quelques lettres d’Alfred Laumonier

par Joy Rivault (doctorante, ex-BCD à l’IFEA)

Les archives de l’Institut Français d’Études Anatoliennes n’ont pas encore révélé tous leurs secrets, semble-t-il. Jean-François Pérouse, directeur de l’Institut, a eu la main chanceuse cet été en découvrant dans les archives quatre lettres d’Alfred Laumonier, adressées au premier directeur de l’IFEA, Albert Gabriel1. Il s’agit d’une correspondance2 entre les deux chercheurs qui semblaient entretenir des relations cordiales et amicales, bien que nous n’ayons à notre disposition que les lettres reçues par l’ancien directeur et laissées à l’Institut. Cette documentation nous donne un précieux état des lieux des recherches archéologiques en Carie en 1932. Elle permet de se rendre compte des démarches préliminaires nécessaires à l’élaboration de recherches en Turquie et de la rivalité ambiante entre les chercheurs étrangers, mais aussi Français, sur le territoire au XXe siècle. Il y est également déjà question de l’intérêt  particulier que portait A. Laumonier aux cultes cariens.

Projet de voyage en Carie

La première lettre que les archives nous ont livrée est datée du 11 mai 1932. Écrite sur un papier officiel de l’Université de Toulouse, où A. Laumonier enseignait, elle semble avoir été rédigée, du moins achevée, à l’École Française d’Athènes3. On y apprend qu’il s’agit d’une redite d’une précédente lettre adressée à l’Institut Français d’Archéologie d’Istanbul (IFAI, futur IFEA) et restée sans réponse. N’ayant aucun retour de la part du directeur, il est convaincu que le papier a été perdu, il en résume donc le contenu dans cette nouvelle correspondance.

Il y est question d’un projet de voyage en Carie, formé depuis 1924, sous la direction de Charles Picard, alors directeur de l’École Français d’Athènes, et qui n’a encore jamais pu être réalisé. La première chose qu’il tient à souligner dans la longue liste d’arguments justifiant ce déplacement, est qu’il n’a pas exactement le même objectif que son confrère, Louis Robert. Les rapports entre les deux chercheurs sont alors à leurs débuts et encore très cordiaux. A. Laumonier explique :

« quoique nos études se trouvent en contact sur bien des points, (…) il ne peut naître de cette coïncidence qu’une collaboration, non une compétition ».

Pourtant, quelques années plus tard, il parlera de « fatalité » concernant la simultanéité de leurs études respectives en Carie, qui ne cessera d’être une source de rivalité et de conflit, alimentée par les notes invectives des deux chercheurs dans le Bulletin de Correspondances Helléniques4).
A. Laumonier justifie sa démarche par son travail sur les cultes de Carie5. Une étude de topographie historique lui semble donc indispensable. Il ne demande à effectuer qu’un voyage de reconnaissance par Aidin, Milas, Esthi Hissar-Stratonicée, peut être Moughla et surtout Külük, Bodroum et sa presqu’île. S’il parvient à obtenir un « appui bienveillant 6» d’A. Gabriel, il suppose que le gouvernement turc ne fera pas de difficultés pour le laisser circuler et prendre des photos. La Turquie a en effet subi une longue période de troubles politiques qui compliquent les investigations archéologiques des étrangers sur le territoire. Il écrit donc en parallèle une lettre à Aziz Bey7, compagnon de fouilles à Téos en 1924, qui lui fait espérer une réponse favorable, bien que le directeur de l’IFAI n’ait pas appuyé cette demande de voyage suite à la possible perte de la première lettre.
Il développe ensuite le programme prévu pour son voyage, qui ne peut se dérouler qu’en août. Il souhaite faire des fouilles en lien avec les cultes cariens, soit à Labraunda, soit au temple d’Artémis Kindya8, qui se trouvent près de Milas. Il semble pressé9. Il a besoin de fonds pour cette entreprise et pour l’année en cours. En effet, le Suédois A. W. Persson aurait aussi le projet de fouiller dans la région10. A. Laumonier estime qu’il s’agit d’une opportunité à ne pas manquer pour que la France prenne les devants dans la course internationale aux découvertes archéologiques prestigieuses. C’est de ce sujet qu’il voudrait s’entretenir avec le directeur.
Le ton de la lettre est poli et courtois, assorti de propositions prudentes : A. Laumonier a besoin de l’appui de l’institut pour donner davantage de poids et de crédibilité à la demande faite préalablement au gouvernement turc. Il n’en va pas moins droit au but : le temps presse, il n’est pas le seul chercheur à s’intéresser à la Carie. Un autre Français, L. Robert, effectuera un voyage dans la région, de la fin de septembre au début de novembre 1932, au frais de l’American Society for Archeological Researches in Asia Minor, et avec l’appui de nombreuses autorités en Turquie11. A. Laumonier a donc besoin de faire jouer quelques relations12 et de trouver un financement pour faciliter la réussite de son entreprise. Il n’est plus seulement question de fierté nationale : les deux Français se lancent chacun dans un véritable cursus honorum. Ainsi,  A. Laumonier n’oublie jamais de rappeler en quoi sa démarche est nécessaire pour lui et pour la recherche française, donc pour l’IFAI.

C’est après sa nomination à la Faculté des Lettres de Toulouse qu’il entamera sa première expédition en Carie, entre août et septembre 1932, à ses propres frais. Il s’intéresse en effet aux cultes de Carie depuis 1923 mais il a dû mettre de côté cette étude en raison des difficultés que présentait ce projet : de 1925 à 1931 il ne disposait pas « d’assez de loisir en été pour faire ce voyage ».
À la suite de ce voyage, Alfred Laumonier publiera en 1933 Notes sur un voyage en Carie13.  Il y décrit et commente les nouveaux documents qu’il a découverts, ainsi que ses observations sur des sites déjà connus.

Demande de fouilles

Athènes, 9 octobre 1932. A. Laumonier est de retour de son voyage en Carie14 au cours duquel il a eu l’occasion d’examiner les nombreuses possibilités de fouilles dans la région Mylasa-Stratonicée, particulièrement les sites de Mylasa, Euromos, Labraunda, Stratonicée et Panamara. Il dresse le bilan de cette expédition au directeur de l’IFAI, sous la forme d’un rapport officieux, tapé à la machine et soigné, auquel il joint pour chacun des sites un croquis d’état des lieux. Selon lui, seuls Mylasa et Panamara seraient exploitables sans trop de crédits. Il espère toujours obtenir un financement et la prise en charge d’une mission archéologique sur place, ce qui ne lui avait pas été accordé la première fois.

Il constate que Mylasa est presque entièrement recouverte par la ville moderne de Milas. Un seul endroit serait intéressant à fouiller, un peu à l’extérieur de la ville : le site présumé du sanctuaire de Zeus Osogoa (d’après P. Le Bas15). Beaucoup d’inscriptions ont été trouvées à proximité du mur « du temple16 ».

Des alignements de marbres cassés lui laissent penser qu’il s’agit de portiques. Il décrit également des dénivellations, des colonnes encore en place, des tambours de colonnes portant des proscynèmes17 et un mur de soutènement d’une longueur de 100 mètres (dessiné par P. Le Bas). Il suppose qu’il est en présence d’un ensemble architectural important et qu’il est fort vraisemblable que ce soit le sanctuaire de Zeus Osogoa18, divinité principale de la cité de Mylasa qui connut un grand succès dès le IIIe s. av. J.-C.

Croquis n°1 : Mylasa. Dessin d'A. Laumonier, archives de l'IFEA
Croquis n°1 : Mylasa. Dessin d’A. Laumonier, archives de l’IFEA

 Pour mener à bien ce projet de fouilles A. Laumonier propose d’acheter le champ sur lequel se trouvent les vestiges. Il coûte 1000 livres turques, soit 12 000 anciens francs19. Il s’agit d’un champ de blé ce qui ne pose pas de difficultés pour faire des sondages avant l’achat du terrain, c’est-à-dire après la récolte qui a lieu en juillet. Il expose ensuite quels seraient les intérêts de cette fouille. Elle permettrait d’abord d’envisager une étude plus approfondie de la topographie de Mylasa. Elle offrirait également « de grandes commodités (proximité de la ville, confort, appui immédiat des autorités, etc.) » Enfin, elle pourrait se prolonger les années suivantes dans les terrains voisins qui seraient riches en marbres, selon les paysans.

Des fouilles dans le sanctuaire de Panamara ne présenteraient pas les mêmes commodités d’installation. En effet, les ruines se trouvent au sommet d’une montagne (600 mètres), à 2 kilomètres du village de Bayaka, « fort loin de toute autorité et de tout confort ». L’avantage est qu’il n’y a pas de terrain à acheter car le site antique se trouve en pleine forêt de pins. A. Laumonier précise qu’il est très limité et qu’il serait susceptible d’être nettoyé en une seule campagne. Le sanctuaire semble se composer d’une enceinte sacrée, carrée, de 50 à 60 mètres de côté, avec un temple très simple, sans colonnes au centre. Il y a moins de restes de marbres qu’à Mylasa, mais beaucoup d’inscriptions20. Il est certain que la fouille en fournira davantage.

Croquis n°2 : Panamara. Dessin d'A. Laumonier, archives de l'IFEA.
Croquis n°2 : Panamara. Dessin d’A. Laumonier, archives de l’IFEA.

Il estime qu’un mois de travail serait suffisant, avec 40 à 50 ouvriers pour enlever les pierres, les arbres et la terre qui recouvrent les ruines. Ils seraient payés 1 livre par jour, soit 1500 livres maximum (18 000 anciens francs21). Il ajoute à ces dépenses la moitié de cette somme pour couvrir les frais divers : le salaire et l’entretien d’un gendarme et d’un représentant de l’autorité civile22, ainsi que le voyage depuis Smyrne, l’achat d’outils et de matériel photo.
Les coûts seraient un peu plus élevés pour les fouilles de Mylasa :  les frais divers seraient plus réduits mais il faut prendre en compte l’achat du terrain.

Enfin il s’emploie à expliquer en quoi « l’inauguration de fouilles françaises en Carie serait souhaitable pour plusieurs raisons.» D’abord il se trouve que la plupart des sites évoqués plus haut ont été découverts par les Français :  (Labraunda et les vestiges attribués à Zeus Osogoa par Le Bas et Panamara par Cousin et Deschamps). Il est donc tout a fait logique, selon lui, que les fouilles leur reviennent. L’étude de ces ruines offrirait également « un intérêt considérable pour l’histoire des religions et de la civilisation indigène encore si mystérieuse », qui le fascine au point d’en faire le sujet de sa thèse. Il rappelle que des instituts et des organisations étrangères (notamment les Suédois et les Américains) ont déjà envisagé des travaux dans le pays. Pour A. Laumonier il serait « dommage pour l’honneur national » d’être devancés « dans cette province française de l’archéologie23 ». Car ces travaux ne feraient que reprendre « une tradition » inaugurée en 1912 par les fouilles d’Aphrodisias et continuées en Ionie à Claros en 1913, à Phocée en 1914, à Notion en 1921 et à Téos en 192424. Ces études de terrain seraient par ailleurs les bienvenues en Turquie car les relations officielles avec la France « sont devenues tout à fait amicales et sont plus que jamais favorables à des entreprises scientifiques ». A. Laumonier fait appel au patriotisme et à la fierté de la recherche française pour tenter de convaincre A. Gabriel du bien-fondé de son projet de fouilles en Carie.
Il suggère donc deux chantiers à démarrer pour l’année 1933 : Mylasa et Panamara. Des contraintes spécifiques existent dans les deux cas, que ce soit au niveau de l’achat du terrain pour l’un ou de la difficulté d’installation ou de main-d’œuvre pour l’autre. Afin de maximiser ses chances, car les deux projets ne semblent pas être réalisables en une seule campagne, il entreprend de demander la concession des deux sites au gouvernement turc.

Cette démarche motivée portera ses fruits puisqu’il obtiendra l’autorisation pour un second voyage dans la région en octobre 1933. Il s’agira cette fois-ci d’une mission archéologique, financée et soutenue par l’ IFAI et les autorités turques25.

Remerciements

Deux semaines plus tard, le 25 octobre de la même année, de retour à Toulouse, alors que L. Robert est toujours en Carie, A. Laumonier rédige une lettre à A. Gabriel, pour le remercier de son accueil et des facilités dont il a bénéficié grâce à lui pour effectuer son voyage. Il l’estime trop court mais fructueux malgré tout : il a pu se rendre à Mylasa et dans sa région, Théangéla, Halikarnasse, Stratonicée et ses grands sanctuaires de Lagina et Panamara. Ce courrier accompagnait vraisemblablement le « rapport » évoqué ci-dessus dans lequel A. Laumonier fait le point sur ses observations de terrain et propose des campagnes de fouilles pour Mylasa et Panamara. Il n’a pris aucune photo (à cause de la mauvaise luminosité), à l’exception d’une seule (ci-dessous) qui montre un angle du téménos de Panamara. Il espère pouvoir désormais devenir le collaborateur d’A. Gabriel en Turquie pour l’année suivante.

Angle du téménos de Panamara. Photo d'A. Laumonier, archives de l'IFEA.
Angle du téménos de Panamara. Photo d’A. Laumonier, archives de l’IFEA.

Rapport de la mission archéologique en Carie

Un an plus tard, à Izmir, le 25 octobre 1933. A. Laumonier rédige une rapide lettre26 adressée au directeur de l’IFAI, accompagnée d’une copie du rapport de sa mission archéologique en Carie. L’original est destiné aux autorités turques, selon l’engagement qu’on lui a fait signer après l’autorisation de ce voyage, « d’où les nombreux remerciements prodigués à la fin, à juste titre d’ailleurs. » Aucune fouille n’est entamée : il s’agit d’une mission de prospection (relevés, nettoyage, sondage…).
Il est très satisfait du travail qu’il a effectué à Labraunda : « il y a là un ensemble très intéressant et unique qui mériterait beaucoup d’être fouillé. » Pour Panamara, il a pu dessiner un plan approximatif qu’il trouve bien plus précis que celui exécuté en une heure l’année précédente27. Il a également vu « plusieurs belles inscriptions à Milas et une très belle à Hyllarima.» A. Laumonier espérait pouvoir rencontrer le directeur de l’Institut français avant son départ28, pour faire le point sur son voyage et lui montrer ses plans.
Il lui envoie également un exemplaire de la conférence qu’il a faite à la Halkevleri de Smyrne, le 11 septembre, devant le vali29, le consul et la « meilleure société turque et étrangère ». Il dit lui-même qu’il s’agissait d’une « conférence de propagande… plus que de science », qui a semble-t-il « produit très bon effet. » Le vali, passionné d’archéologie, a été très bienveillant avec A. Laumonier et ce dernier pense que la conférence a certainement facilité les rapports entre les Français et les autorités de Smyrne.
Mais ce qu’il espère particulièrement, c’est que le directeur n’oubliera pas la Carie pour l’année suivante, car il y a beaucoup à faire30.

Le rapport quant à lui comprend une description succincte des vestiges qu’il a pu identifier dans la région31. Il s’attarde davantage sur le site de Labraunda. Il a dessiné un plan du sanctuaire, tel qu’il apparaît à la surface du sol et a effectué « un difficile travail de nettoyage (partiel). » Il constate que l’ensemble s’étend sur une longueur de 200 mètres et sur une largeur en terrasse de 150 mètres environ. Il comprenait « deux temples identiques32 », des portiques et des édifices variés en grand nombre. Le plan de l’ensemble aurait des « dispositions de type gréco-romain » mais avec une « originalité curieuse » comme dans les ensembles anatoliens nous dit-il : les « temples » seraient pris dans les murs des autres constructions et non isolés, comme c’est le cas dans les sanctuaires grecs ou hellénisés. Des sondages dans la terrasse supérieure ont révélé deux courtes inscriptions33. À première vue, le site suscite donc beaucoup d’interrogations et de curiosités qu’il voudrait éclaircir par des fouilles.
Ce ne sera qu’en 1948 que ces dernières débuteront, sous la direction du Suédois A.W. Persson. Elles permettront d’identifier notamment les deux bâtiments à l’architecture carienne, jusqu’alors considérés comme des temples, grâce aux dédicaces de Mausole et d’Idrieus retrouvées sur les architraves. Il s’agit en réalité d’andrones. A. Laumonier ne manquera pas de corriger sa première interprétation erronée dans Les cultes indigènes en Carie.

Plan sommaire du sanctuaire de Labraunda, 1932. Dessin d'A. Laumonier, Note sur un voyage en Carie, Revue Archéologique, T.2, 1933, fig. 16.
Plan sommaire du sanctuaire de Labraunda, 1932. Dessin d’A. Laumonier, Note sur un voyage en Carie, Revue Archéologique, T.2, 1933, fig. 16.

Deux publications d’Alfred Laumonier suivront cette mission archéologique afin de proposer un compte-rendu de ses découvertes. Il publie Inscriptions de Carie34 en 1934 et Archéologie carienne35 en 1936. Louis Robert, de son côté, travaille aussi sur un recueil d’inscriptions (de Mylasa et des villes voisines), bilan de ses quatre mois de voyage en Carie en 1932 et en 1934. La guerre entre les deux « Cariens » est alors engagée. À la lecture des observations d’A. Laumonier, L. Robert ne peut s’empêcher de signaler des corrections qui lui semblent indispensables dans Note préliminaire sur des inscriptions de Carie36. A. Laumonier y répondra dans Réponse à la note préliminaire à des inscriptions de Carie publiée par L. Robert37. Il tiendra à faire « une mise au point indispensable » sur l’attitude de son rival qu’il juge inappropriée, envers lui-même et ses collègues, ainsi que sur son travail de recherche, violemment critiqué. Aucune véritable collaboration entre les deux hommes ne sera dès lors possible38. La Carie devient ainsi le témoin de la rivalité scientifique des chercheurs français et étrangers sur le territoire turc.

BILIOGRAPHIE

Aubriet D., « Louis Robert et le sanctuaire du dieu à la double-hache », Camenulae 3, juin 2009, 16 pages (Revue électronique de l’Université Paris IV-Sorbonne) URL : http://www.paris-sorbonne.fr/IMG/pdf/D._Aubriet.pdf
Dussaud R., « Lettre de M. Louis Robert sur son voyage en Anatolie », dans Comptes rendus des séances de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 90e année, n°4, 1946, p. 582 URI : http://dx.doi.org/10.3406/crai.1946.78042
Laumonier A., « Note sur un voyage en Carie », dans Revue Archéologique t.2, 1933, p. 31-55 URL : http://www.jstor.org/stable/41750855
Laumonier A., « Inscriptions de Carie », dans BCH 58, 1934, pp. 291-380 URI : http://dx.doi.org/10.3406/bch.1934.2805
Laumonier A., « Réponse à la « Note préliminaire à des inscriptions de Carie » publiée par L. Robert », dans BCH 59, 1935, pp. 231-233 URI : http://dx.doi.org/10.3406/bch.1935.2774
Laumonier A., « Archéologie carienne », dans BCH 60, 1936, pp. 286-335 URI : http://dx.doi.org/10.3406/bch.1936.2938
Laumonier A., Les cultes indigène en Carie, Paris De Boccard, 1958
Robert L., « Note préliminaire sur des inscriptions de Carie », dans BCH 58, 1934, pp. 512-517 URI : http://dx.doi.org/10.3406/bch.1934.2811
Robert L., « Rapport sommaire sur un premier voyage en Carie », AJA 39, 1935a, p. 331-340. URI : http://dx.doi.org/10.2307/498620
Robert L., « Rapport sommaire sur un second voyage en Carie », RA II, 1935b, p. 152-163. URL : http://www.jstor.org/stable/41749060
Robert L., « Nouvelles de la mission archéologique en Turquie », dans Comptes rendus des séances de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 92e année, n°4, 1948, p. 430-432 URI : http://dx.doi.org/10.3406/crai.1948.78314
Robert L., « Nouvelles de la mission archéologique en Turquie », dans Comptes rendus des séances de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 92e année, n°4, 1948, p. 530-531 URI : http://dx.doi.org/10.3406/crai.1948.78330
Robert L. et J., « Nouvelles de la mission archéologique en Turquie de M. et Mme Robert », dans Comptes rendus des séances de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 93e année, n°4, 1949, p.304-306 URI : http://dx.doi.org/10.3406/crai.1949.78443
Robert L., Hellenica : Recueil d’épigraphie, de numismatique et d’antiquités grecques X,
Paris 1955.

  1.     Directeur de l’IFAI de 1930 à 1941, puis de 1945 à 1956. []
  2.     A. Laumonier s’étonne dans une des lettres de ne pas avoir reçu de réponse du directeur. []
  3.     Toulouse est le premier lieu mentionné à côté de la date. Il est rayé est remplacé par Athènes école française d’archéologie. []
  4.     A. Laumonier, « Réponse à la note préliminaire à des inscriptions de Carie publiée par M. Louis Robert dans BCH, LVIII, 1934, p.512 », dans BCH, 59, 1935, p. 231 (« … je déplore vivement – et je ne suis pas le seul- que ses remarques à l’adresse de ses confrères soient présentées sur un ton aussi désobligeant. » []
  5.     Ce travail débouchera sur une thèse, publiée en 1958, intitulée Les cultes indigènes en Carie. []
  6.     Il demande à A. Gabriel d’écrire un mot en sa faveur à Aziz bey. []
  7.     Inspecteur général des antiquités en Asie Mineure. []
  8. A. Laumonier suit Paton et pense que Kindya se trouve près de Kémikler (ou Yémikler). []
  9. Il rature la lettre, insère un mot oublié entre deux lignes afin de nuancer des propos parfois un peu trop directs, et souligne le nom des sites ou vestiges qu’il aimerait fouiller. []
  10.     A. Laumonier tient cette information de M. Vallois, croisé à Bordeaux. []
  11.     M.W.H. Buckler a permis à L. Robert de recevoir des financements de l’American Society pour son voyage et de publier ses résultats dans les Monumenta Asiae Minoris Antiqua. M. A. Gabriel l’a accueilli à l’IFEA, présenté aux autorités turques et a obtenu pour lui les autorisations nécessaires. Aziz bey, directeur du musée d’Istanbul, lui a fourni des lettres de recommandation pour les autorités d’Aydin et Muğla. Selahettin bey, directeur du musée d’Izmir, est intervenu pour faciliter ses travaux et son voyage. L. Robert a également eu l’appui du Maarif memuru Arif bey à Milas et de M. L. Lecocq dont la connaissance en turc lui a été précieuse. []
  12.     A. Gabriel et Aziz Bey notamment, qu’il connaît bien. []
  13.     Dans la Revue Archéologique, T. 2, 1933, p. 31-55 []
  14.     Il ne s’agissait nullement d’une mission mais d’une démarche personnelle, avec autorisation mais sans financement. []
  15.     Il fut à la tête d’une expédition scientifique en 1842 en Grèce et en Asie Mineure, au cours de laquelle il dirigea des fouilles. Il fut également l’un des nombreux voyageurs de Carie. []
  16.     Ce monument, longtemps considéré comme un temple de Zeus, est aujourd’hui identifié par l’équipe turque d’Abuzer Kɩzɩl comme étant la tombe monumentale du dynaste Hékatomnos. []
  17.     Formules d’adoration qui seraient en l’honneur de Zeus selon Laumonier. []
  18.     Dont l’emplacement n’est toujours pas affirmé aujourd’hui. []
  19.     Soit aujourd’hui environ 7700 euros en parité de pouvoir d’achat. []
  20.     Elles sont connues depuis 1886. []
  21.     Soit environ 11600 euros en parité de pouvoir d’achat. []
  22.     Ils ne sont pas nécessaires à Milas puisque le site se trouve en ville et donc sous la surveillance directe des autorités locales.  []
  23.     C’est pourtant A . W. Persson qui entamera la fouille de Labraunda en 1948. []
  24.     Toutes interrompues chaque fois (pour des raisons indépendantes de la France). []
  25.     Outre A. Gabriel et Aziz bey, il aura également l’appui à Izmir du consul général de France, de Kâzim Pacha, gouverneur général, de Salahettin bey, directeur du service archéologique et d’Escet Bey, directeur du musée. []
  26.     La lettre est moins formelle, parfois raturée, écrite précipitamment avant son départ. []
  27.     Il s’agit du croquis ci-dessus, de Milas et Panamara, réalisé en 1932. []
  28.     Il quittera sans doute le Pirée pour Marseille la 10 novembre et quitte Smyrne le 25 octobre. []
  29.     Gouverneur de province, équivalent du préfet. []
  30.     Il craint qu’A. Gabriel ne jette plutôt son dévolu sur Claros (L. Robert conduira la mission entre 1951 et 1960). []
  31. Lors de cette expédition, il en profitera également pour copier six inscriptions inédites à Milas et un fragment d’inscription de basse époque à Pisiköy, estamper une inscription rupestre (byzantine?) qu’il dit incompréhensible à  Kemikler et noter une dédicace aux Nymphes à Bozarmet. []
  32.     Ce qu’il trouve curieux mais qu’il attribue, dans un premier temps, à une originalité régionale. []
  33.     Une commémoration d’un prêtre de Zeus Labraundos et le nom d’un dédicant d’une exèdre semi-circulaire en marbre (qui devait selon lui supporter un groupe de statues d’enfants en bronze). []
  34.     Dans BCH 58, 1934, p. 291-380 []
  35.     Dans BCH 60, 1936, p. 286-335 []
  36.     Dans BCH 58, 1934, p. 512-517 []
  37.     Dans BCH 59, 1935, p. 231-233 []
  38.      En effet, alors que les esprits semblent s’apaiser par la suite, A. Laumonier publiera sa thèse en 1958 intitulée Les cultes indigènes en Carie. L. Robert avait annoncé de son côté, en 1955, dans Hellénica X, un volume de synthèse de ses recherches, qu’il avait prévu d’appeler Les divinités indigènes et l’hellénisation de l’Asie Mineure.
    []

Arşivlere yaz dalışı

Version française

İstanbul’un oldukça sıcak geçen yazında, birçok misafire ev sahipliği yapan IFEA, kararlı çalışmalara sahne oldu. Cumhurbaşkanının ilk kez sandık başında seçildiği oylamanın 10 Ağustos 2014’teki ilk ayağında belli olmasının ve 17 Ağustos 1999 İzmit-Gölcük depreminin on beşinci yıldönümünün yanı sıra, Suriye ve Irak’taki vahşetin Türkiye’nin bu yazki gündemi sarsmasının ülkedeki yabancı turist sayısının 2013’e oranla % 13 artmasını engellemediğini görmüş bulunuyoruz!

Céline Pierre-Magnani’nin desteğiyle, IFEA’nın fotoğraf arşivinin dijital kısmı ile daha dağınık ve korunmaya daha çok ihtiyaç duyan analog kısmı bir düzene girmeye başladı. Yeniden keşfedilen güzel kareler arasında, 1953-1969 arasında Jane Laroche’un çektiği 150’den fazla fotoğraf ile Yılmaz Kaini’nin objektifinden Mağlova Sukemeri fotoğraflarını sayabiliriz. Kayıt altına alınan ve tasniflenen bu analog görseller, sıraları geldikçe, taranmaktadır. Ayıklanmalarının ve tanımlanmalarının halihazırda devam ettiği elektronik ortama aktarılmış binlerce fotoğrafın kitlesel erişime açılmasını sağlayacak çevrimiçi bir ara yüz üzerinde çalışılmaktadır. Bu derleme fotoğraf bağışı ile ilgili yaptığımız duyurunun güncelliğini koruduğunu belirterek bu çağrıya yanıt verenlere de teşekkürlerimizi gönderiyoruz!

Tüm bunların yanı sıra, Cilia Martin enstitümüzün yavaş yavaş düzene giren arşivlerindeki araştırmalarını, kütüphanemizin tarihi ile -gelecek kasım sonunda eski IFEA müdürü Emmanuel Laroche hakkında düzenlenecek IFEA Arkeoloji Buluşmaları’nın arifesinde- Laroche dönemi (1965-1974) hakkındaki belgelere yoğunlaşarak sürdürdü. Arşiv belgelerinin bir kısmı internet sitemizde şimdiden yayımlandı. Yolu IFEA’dan geçmiş bazı araştırmacıların bıraktığı ilginç izlerle de karşılaştık. Bu belgeler zaman içinde taranarak günümüz araştırmacılarının kullanışına açılmak üzere korunmaya alınmış bulunuyor.

1965’te Fransa ile Türkiye arasında imzalanan işgücü anlaşmasının 50. yıldönümüne ilişkin etkinlikleri düzenleyen sosyolog Elif Aksaz, 9-10 Aralık 2014’te gerçekleşecek Türkiye’deki Suriyeli göçmenler konulu uluslararası konferansın da hazırlığı içindeydi. Söz konusu etkinliğin parçası olduğu, Ortadoğu ve Arap Dünyası Bilimsel Proje Ortaklığı((Groupement d’intérêt scientifique « Moyen-Orient et mondes musulmans »)) ile Transfaire Araştırma Programı((ANR Transfaire))’nın maddi desteğini alan ve göç üzerine yoğunlaşan toplumsal bilimlerin karşılaştırmalı tarihini işleyecek seminerler dizisi, 2014-2015 yılı boyunca takip edilebilir.

Paris I Üniversitesi’ndeki görevi nedeniyle aramızdan ayrılan Ségolène Débarre, Transfaire Araştırma Programı’nın İstanbul ayağı sorumluluğunun Anouck Corte-Real’e geçmesi ile ilgili hazırlıkları tamamladı. Diğer yandan da Fransa Ulusal Kütüphanesi (BnF) ile ortaklaşa düzenlenecek bir sergi için İÜ Bilim Tarihi Bölümü ve başka birçok Türk kurumu ile ilişkilerin sağlamlaştırılmasını sağladı.

İstanbul dışındansa Bakü şubemizin bir dipnot metni yayımlandığını ve Milas Labranda kazılarında da bir yazıtın gün yüzüne çıkarıldığını belirtelim. Labranda sit alanının yönetimini Olivier Henry’nin, resmi kuruluş olarak IFEA himayesinde, devraldığını ve sit alanına da artık bir kazı evi kazandırıldığını ekleyelim. Aynı şekilde Niğde Porsuk’taki kazılar için de yeni bir depo hizmete girmiş bulunmakta.

Gidenlerin yakın zamanda geri dönmelerini umuyor, yeni gelenlere de içten bir “hoşgeldiniz” diyerek herkese güzel bir çalışma yılı diliyorum.

Plongée estivale dans les archives….

Türkçe çeviri

L’été stambouliote, passablement chaud, a été un été de labeurs discrets à l’IFEA, qui a vu passer de nombreux hôtes. Outre l’élection au premier tour du premier président de la République turque désigné au suffrage universel direct le 10 août 2014 et la commémoration du quinzième anniversaire du tremblement de terre d’İzmit-Gölcük (17 août 1999), l’été turc a été agité par les atrocités en Syrie et en Irak, qui n’ont pas empêché une progression de 13% par rapport à 2013 de la fréquentation touristique étrangère en Turquie!

Grâce à la contribution de Céline Pierre-Magnani, les archives photographiques de l’IFEA ont commencé à être constituées et réorganisées, avec une composante argentique – la plus menacée et dispersée – et une composante digitale. De belles trouvailles ont été faites : citons, entre autres, une série de plus de 150 photos anatoliennes de Jane Laroche des années 1953-1969 et une série de photos de l’aqueduc de Mağlova par le photographe Yılmaz Kaini datant du début des années 1980. Sauvées, rangées et inventoriées, ces photos argentiques sont peu à peu scannées. Une interface en ligne est à l’étude pour une large consultation des photos numérisées comme des milliers de photographies digitales stockées sur le serveur, objets d’une sélection/description en cours. L’appel lancé à verser certaines de vos photos à ce fonds est permanent (merci à ceux qui ont déjà répondu !).

Parallèlement, Cilia Martin a poursuivi sa descente dans les archives de l’institut – qui peu à peu (re)prennent forme -, en privilégiant celles concernant l’histoire de la bibliothèque et celles relatives à la période d’Emmanuel Laroche (1965-1974) en prévision de l’exposition qui sera consacrée à cet ancien directeur lors des prochaines « Rencontres Archéologiques de l’IFEA » (fin novembre 2014). Des extraits d’archives ont déjà été postés sur le site. De même, des traces parfois passionnantes de chercheurs passés par l’IFEA ont été retrouvées. Progressivement numérisées, elles sont sécurisées pour être mises à la disposition des chercheurs contemporains.

Les différentes activités autour du cinquantenaire de l’accord migratoire franco-turc de 1965 ont été préparées par Elif Aksaz qui a aussi suivi le dossier de la conférence internationale sur l’immigration syrienne en Turquie programmée pour les 9 et 10 décembre 2014. Un séminaire qui bénéficie du soutien financier du GIS « Moyen-Orient et mondes musulmans » et de l’ANR-Transfaire va jalonner cette année universitaire 2014-2015 autour de questions d’histoire comparée des sciences sociales de l’immigration.

Enfin Ségolène Debarre, qui nous quitte pour prendre son poste à Paris I, a préparé la transition avec Anouck Corte-Real pour le volet stambouliote de l’ANR-Transfaire, tout en travaillant à la consolidation des relations avec le département d’histoire des sciences de l’Université d’Istanbul… notamment en vue d’une exposition en collaboration avec la BnF et plusieurs autres institutions turques.

Hors d’Istanbul signalons le postage d’une Dipnot par l’antenne de Bakou et du côté des activités archéologiques la découverte d’une belle inscription à Labraunda (dont la direction est passée entièrement sous la responsabilité d’Olivier Henry avec l’IFEA comme institution de référence), site désormais doté d’une nouvelle maison de fouilles, ainsi que la mise en service d’un nouveau dépôt pour la fouille de Porsuk (Niğde).

En souhaitant une excellente rentrée à tous, aux partants de revenir vite et aux arrivants un chaleureux « bienvenue » …

Saison de fouilles 2014

Avec les beaux jours commence une nouvelle saison de fouilles.
Deux de ces fouilles sont étroitement liées à l’IFEA, Porsuk et Labraunda. La première puisqu’elle fut initiée sous l’impulsion d’un ancien directeur de l’IFEA, Emmanuel Laroche dont nous fêtons le centenaire cette année ; la seconde puisqu’elle est dirigée par l’actuel pensionnaire scientifique de l’IFEA, Olivier Henry.

Carte_relief_sites_TurquiePorsuk_500La campagne 2014 de la mission archéologique de Zeyve Höyük-Porsuk (Ulukışla-Niğde) se déroulera du 21 juillet au 15 septembre. L’essentiel des travaux de terrain consistera en une campagne de relevé géophysique de l’ensemble du site, grâce à la collaboration d’une équipe de spécialistes de l’Université de Sakarya. D’autre part seront aussi entreprises dans le cadre de la mission, des opérations préliminaires à un projet de conservation du secteur de la « poterne hittite » à l’ouest du site. La mise en valeur des vestiges mis au jour sera poursuivie par la mise en place de nouveaux panneaux didactiques pour les visiteurs, selon le modèle, jugé très satisfaisant (trilingue), déjà utilisé pour deux panneaux en 2012. On procèdera aussi à une amélioration de la sécurisation des sondages profonds. Enfin, l’équipe de base poursuivra l’élaboration de la publication des fouilles antérieures (missions Pelon et Beyer) concernant les phases anciennes du site : PORSUK VI (XVIIe siècle av. J-C) , V (env. XVe-XIVe siècles), IV (Fer Moyen, phase ancienne, env. 9e siècle) et III (Fer Moyen, 8e siècle av. J.-C.)

En ce qui touche le sanctuaire carien de Labraunda (www.labraunda.org), dans le région desanctuaire_de_labraunda_depuis_le_nord_ouest500 Bodrum/Milas, les travaux commenceront le 1er juillet et dureront jusqu’à la fin du mois d’août. Cette année l’accent sera porté sur différents projets de mise en valeur et de restauration qui concerneront principalement la sauvegarde des marbres architecturaux et épigraphiques du site, ainsi que l’un des bâtiments les plus emblématiques de Labraunda, l’Andron A. Outre ces deux projets, nous prévoyons de poursuivre les opérations entamées l’année dernière, à savoir les fouilles du bâtiment hypostyle et de la zone longeant la route d’accès au site, la tombe monumentale et l’acropole. Nous débuterons aussi une nouvelle fouille qui aura pour but de dévoiler l’histoire des bains est placés à l’entrée sud du sanctuaire et qui, s’ils ont été construits dès la période romaine, semblent avoir été profondément remaniés au début de l’époque byzantine. Ces travaux sont rendus possible grâce à la mise en place d’une équipe internationale comprenant plus de 10 nationalités différentes, avec une composante majeure de turcs, français, suédois et américains. Enfin, grâce au soutien financier de l’entreprise ESAN-Eczacıbaşı, nous prévoyons d’acquérir une nouvelle maison de fouille, dans village voisin de Kargıcak, qui permettra dans le futur (et après de sérieux travaux de mises aux normes) d’offrir de meilleures conditions de vie et de travail à l’ensemble de l’équipe.

Ces activités estivales de terrain ne nous font pas oublier la préparation de la rentrée 2014-2015 qui sera riche en événements. En effet, en septembre se tiendra à Istanbul le congrès international de la European Association of Archaeologists. L’IFEA s’associe à cet événement par l’organisation d’une exposition, dans nos locaux, dédiées à la mémoire d’Emmanuel Laroche, ancien directeur de l’IFEA dont nous célébrons le centenaire. E. Laroche sera également au centre de l’organisation des 5èmes Rencontres d’Archéologie de l’IFEA dont le programme, en cours d’élaboration, réunira plus de 25 spécialistes internationaux des langues et de l’archéologie hittite, domaine de prédilection de celui qui fut le précurseur de ces études en Turquie.

Enfin nous ne négligeons pas notre activité éditoriale puisque les actes des Rencontres 2012, qui avaient été dédiées à la Cappadoce méridionale, sont en cours d’élaboration et devraient paraître quelques semaines avant le volumes des actes des 4èmes Rencontres d’Archéologie de l’IFEA sur la Carie pré-hékatomnide.

La Carie antique

Türkçe çeviri

Novembre 2013

La Carie est une région de l’Asie Mineure antique, située dans le sud-ouest de la Turquie. Elle est bordée au Nord par la vallée du Méandre, à l’Ouest et au Sud par la côte égéenne et à l’Est par la vallée de l’antique Indos, la rivière du Dalaman.
La Carie antique était peuplée d’une population autochtone parmi laquelle des chercheurs distinguent les premiers occupants, les Lélèges, puis les Cariens proprement dits. Ces derniers avaient développé une culture propre dont les caractéristiques principales se lisent à travers une langue indo-européenne, une architecture particulière et une iconographie locale.
Même si la Caire et les Cariens sont mentionnés dans de nombreuses sources antiques, dont Homère, on connaît encore mal le développement de sa population aux périodes les plus reculées. Les sources archéologiques nous renseignent principalement sur la ‘période d’or’ de la Caire, à savoir le 4e s. av. J.-C. À cette époque, la Carie, qui faisait partie d’une grande satrapie incluant notamment la Lydie et l’Ionie au Nord ainsi que la Lycie à l’Est, était intégrée à l’Empire Perse. Au tout début du 4e s. av. J.-C., le Grand Roi Perse décide de scinder ces régions en autant de Satrapies autonomes, offrant à la Carie, et pour la première fois de son histoire, d’être réunie sous une seule et même bannière. Car le Grand Roi Perse ne s’est pas contenté d’offrir à cette région sa liberté, bien que relative, elle lui a aussi donné une opportunité extraordinaire en ne nommant pas, comme à l’accoutumée, un de ses proches à la tête de la Satrapie, mais en choisissant de promouvoir un dynaste local, originaire de la ville de Mylasa (moderne Milas), Hékatomnos. Ce chef de guerre fonda la dynastie des Hékatomnides dont est notamment issu le fameux Mausole.
Les Hékatomnides tirèrent largement partie de leur double position de satrape de l’Empire Perse et Rois de Carie. Ils mirent en œuvre une double politique d’unification de la région, jusqu’ici découpée en petites principautés, et de développement économique par un accroissement des échanges, avec notamment le déplacement de la capitale de Mylasa vers la ville d’Halicarnasse (moderne Bodrum). Ils tirèrent aussi un large avantage de leur position géographique, entre les blocs Perse et Grec, qu’ils utilisèrent pour entretenir une certaine ambigüité quant à leur appartenance politique. Administrateurs de l’Empire Perse, ils n’en sont pas moins philhellènes et ont souvent été considérés comme les chantres de l’hellénisme.
L’ensemble de ces particularités ont amené les spécialistes, archéologues, numismates, épigraphes et historiens à s’intéresser à cette région et à sa population. Les Français ont fait partie des précurseurs, avec notamment les voyageurs érudits du XIXe s. tels que Ch. Texier qui fut le premier à produire cartes et plans de sites archéologique, ou encore Ph. LeBas dont les travaux furent publiés en 1847 et permirent à la communauté scientifique internationale de découvrir les vestiges extraordinaires que recèle la région. Dans le siècle qui suivit, si les chercheurs français furent vite rejoints par leurs collègues, notamment anglais et italiens, ils n’en restèrent pas moins actifs. Les travaux fondateurs d’Alfred Laumonier sur les Cultes indigènes en Carie, ou encore la très riche bibliographie de Louis Robert font encore autorité.
À la suite de ces travaux pionniers, de nombreuses interventions de terrains se sont développées en Carie. Prospections archéologiques et épigraphiques, fouilles, approches linguistique et géographique révèlent aujourd’hui un pan entier de cette culture carienne, héritière de la période Hékatomnide qui, si elle fut brève (moins d’un siècle), n’en fut pas moins fondatrice pour l’histoire complexe de cette région.

Bibliographie indicative

  • – HENRY Olivier, Tombes de Carie, Architecture Funéraire et Culture Carienne VIe– IIe Siècle av. J.-C., Presses Universitaires de Rennes, 2009.
  • – HENRY Olivier, 4th Century Karia, Definig a Karian Identity Under the Hekatomnids, IFEA, De Boccard, Istanbul, 2013.
  • – RATTE Christopher, STAEBLER Peter D. De (éds.), Aphrodisias V, The Aphrodisias Regional Survey, Mainz, Philipp von Zabern, 2012.
  • – DEBORD Pierre, VARINLIOĞLU Ender, Cités de Carie, Harpasa, Bargasa, Orthosia, Presses Universitaires de Rennes, 2010.
  • – BLÜMEL Wolfgang (éd.), Die Inschriften von Mylasa Teil I: Inschriften der Stadt, Teil II: Inschriften aus der Umgebung der Stadt, Bonn, Dr. Rudolf Habelt GMBH, 1987, 1988.
  • – COOK B.F., Relief Sculpture of the Mausoleum at Halicarnassius, Oxford, Oxford University Press, 2005.
  • – CARSTENS Anne Marie, Karia and Hekatomnids, The creation of a dynasty, Oxford, Archaeopress, BAR, 2009.
  • – RUZICKA Stephen, Politics of Persian Dynasty, The Hecatomnids in the Forth Century B.C. Oklahoma Press, 1992.
  • – ADIEGO Ignacio J., The Carian Language, Leiden, Bril, 2007.
  • – RUMSCHEID Frank (éd.), Die Karer und die Anderen, Internationales Kolloquium an der Freien Universitat Berlin 13.bis 15 Oktober 2005, Bonn, Habelt Verlag, 2009.
  • – LINDERS Tulia, HELLSTRÖM Pontus (éds.), Architecture and Society In Hekcatomnid Caria, Proceedings of the Symposium 1987, Upsala, Boreas, 1989.
  • – BREMEN Riet Van, CARBON Jan-Mathieu (éds.), Hellenistic Caria, Proceedings of the First International Conference on Hellenistic Karia – Oxford, 29 June – 2 July 2006,  Paris, Ausonius, 2010.
  • – AKARCA Aşkıdil, Les Monnaies Grecques De Mylasa, Paris, Librairie Adrien-Maisonneuve, 1959.
  • – KÜÇÜKEREN C. Canan, An Anatolian Civilisation in the Aegean Karia, (Karuwa/Karka/Karkişa/Krk), İstanbul, Ekin Grup.
  • – HORNBLOWER Simon, Mausolus, Oxford, Clarendon Press, 1982.
  • – Bolletino Dell’Associazione Iasos Di Caria, Bologna, La Mandragora.
  • – PEDERSEN Poul (éd.), Halikarnassian Studies V, Odense M., University Press of Southern Denmark, 2008.
  • – BLID Jesper, Felicium Temporum Reparatio, Labraunda in Late Antiquity (c. AD 300-600), Doctoral Thesis in Classical Archaeology and Ancient History at Stockholm University, Sweden, 2012.
  • – KARLSSON Lars, CARLSSON Susanne (éds.), Labraunda and Karia, Proceedings of the International Symposium Commemorating Sixty Years of Swedish Archaeological Work in Labraunda, The Royal Swedish Academiy of Letters, History and Antiquities Stockholm, November 20-21 2008, Uppsala, Acta Universitatis Upsaliensis, Boreas, 2011. 
  • – ÖZGÜNEL Çoşkun, Karia Geometrik Seramiği, İstanbul, Homer Kitabevi, 2006.

Antik Karya

Version française

Kasım 2013

Karya, Ön Asya’da Türkiye’nin güneybatısında bir antik dönem yerleşkesidir. Kuzeyinde Menderes Ovası, batı ve güneyinde Ege Denizi, doğusunda da antik çağ ismiyle İndos ovası ve Dalaman Çayı ile çevrelenmiştir.
Araştırmacılar, Karya’nın ilk sakinlerinin, zamanla Karyalılar diye adlandırılacak olan yerli Leleg halkı olduğunu belirtmektedir. Karyalılar’ın geliştirdiği kendilerine özgü kültürün başlıca örneklerini Hint-Avrupa ailesine mensup dilleri ile mimari, resim ve heykel gibi alanlarda gösterdikleri özgünlükte gözlemlemek mümkündür.
Karya ve Karyalılar’dan Homeros da dahil birçok antik dönem kaynağında bahsedilse bile bu toplumun en eski devirlerdeki seyri pek iyi bilinmemektedir. Arkeolojik kaynaklar, bizi öncelikle ‘Karya’nın altın çağı’ yani MÖ 4.yüzyıl hakkında bilgilendirmektedir. Bu dönemde, Karya, kuzeyde Lidya ve İyonya, doğuda Likya ile beraber büyük bir satraplığa mensup olup Pers İmparatorluğu’na dahildi. MÖ 4.yüzyılın hemen başında Büyük Pers Kralı buraları özerk satraplıklara bölmeye karar verdi ve böylelikle Karya, tarihinde ilk defa kendi ismi altında bir araya gelmiştir. Aslında kral, Karya’ya yalnızca göreceli bir özgürlük vermekle kalmamış, aynı zamanda alışılageldiği gibi satraplığın başına kendi yakınlarından birini atamayıp bugünkü Milas yani Mylasalı yerel bir hanedan olan Hekatomnos’u destekleyerek Karya’ya müthiş bir fırsat sunmuştur. Bu savaş kumandanı, meşhur Mausolos’un da mensubu olduğu Hekatomnos Hanedanlığı’nı kurmuştur.
Hekatomnoslar, hem Pers İmparatorluğu satrabı hem de Karya Kralı sıfatlarını lehlerinde kullanmayı çok iyi becermişlerdir. O zamana kadar küçük prensliklere bölünmüş bölgeyi merkezileştirmek, ilişkileri güçlendirerek ekonomiyi geliştirmek için (bu çerçevede başkent Mylasa’dan Halikarnas’a taşınmıştır) çift koldan hareket etmişlerdir. Siyasal çizgilerini muğlak tutarak Pers ve Grek tarafları ortasındaki coğrafi konumlarından iyi şekilde faydalanmayı bilmişlerdir. Karyalılar, Pers İmparatorluğu yöneticisi olup Helen Kültürü takipçisidir ve çoklukla Helenizm’i övmeleriyle bilinirler.
Tüm bu özellikler ; uzman, arkeolog, nümismat, yazıt bilimci ve tarihçileri bölge ve halkıyla ilgilenmeye sevk etmiştir. Bu konuda Fransızlar, özellikle Charles Texier gibi kazı alanlarını ilk defa haritaya döken ya da 1847’de çalışmalarının yayımlanmasıyla uluslararası bilim sahnesinde bölgenin barındırdığı olağanüstü kalıntıların tanıtılmasını sağlayan Philippe Le Bas gibi XIX. yüzyıl bilginlerinin seyahatleriyle başı çekenler olmuşlardır. Bir sonraki yüzyılda Fransızlara kendileri kadar etkin İngiliz ve İtalyan araştırmacılar katılmıştır. Alfred Laumonier’nin Karya’da yerel inançlar isimli temel çalışması ve de Louis Robert’in son derece zengin kaynakçası halen kabul görmektedir.
Bu öncü araştırmaların ardından Karya’da birçok saha çalışması gerçekleşmiştir. Arkeolojik ve yazıt bilimsel yüzey araştırmaları, kazılar, dil ve coğrafya yönelimli çalışmalar, bugün Karya kültürünün büyük bir parçasını yansıtmaktadır. Yüzyıldan kısa süren Hekatomnos Devri’nin mirasçısı bu kültür bölgenin karmaşık tarihi bakımından bir temel teşkil etmiştir.

Kaynakça

  • – HENRY Olivier, Tombes de Carie, Architecture Funéraire et Culture Carienne VIe– IIe Siècle av. J.-C., Presses Universitaires de Rennes, 2009.
  • – HENRY Olivier, 4th Century Karia, Definig a Karian Identity Under the Hekatomnids, IFEA, De Boccard, Istanbul, 2013.
  • – RATTE Christopher, STAEBLER Peter D. De (éds.), Aphrodisias V, The Aphrodisias Regional Survey, Mainz, Philipp von Zabern, 2012.
  • – DEBORD Pierre, VARINLIOĞLU Ender, Cités de Carie, Harpasa, Bargasa, Orthosia, Presses Universitaires de Rennes, 2010.
  • – BLÜMEL Wolfgang (éd.), Die Inschriften von Mylasa Teil I: Inschriften der Stadt, Teil II: Inschriften aus der Umgebung der Stadt, Bonn, Dr. Rudolf Habelt GMBH, 1987, 1988.
  • – COOK B.F., Relief Sculpture of the Mausoleum at Halicarnassius, Oxford, Oxford University Press, 2005.
  • – CARSTENS Anne Marie, Karia and Hekatomnids, The creation of a dynasty, Oxford, Archaeopress, BAR, 2009.
  • – RUZICKA Stephen, Politics of Persian Dynasty, The Hecatomnids in the Forth Century B.C. Oklahoma Press, 1992.
  • – ADIEGO Ignacio J., The Carian Language, Leiden, Bril, 2007.
  • – RUMSCHEID Frank (éd.), Die Karer und die Anderen, Internationales Kolloquium an der Freien Universitat Berlin 13.bis 15 Oktober 2005, Bonn, Habelt Verlag, 2009.
  • – LINDERS Tulia, HELLSTRÖM Pontus (éds.), Architecture and Society In Hekcatomnid Caria, Proceedings of the Symposium 1987, Upsala, Boreas, 1989.
  • – BREMEN Riet Van, CARBON Jan-Mathieu (éds.), Hellenistic Caria, Proceedings of the First International Conference on Hellenistic Karia – Oxford, 29 June – 2 July 2006,  Paris, Ausonius, 2010.
  • – AKARCA Aşkıdil, Les Monnaies Grecques De Mylasa, Paris, Librairie Adrien-Maisonneuve, 1959.
  • – KÜÇÜKEREN C. Canan, An Anatolian Civilisation in the Aegean Karia, (Karuwa/Karka/Karkişa/Krk), İstanbul, Ekin Grup.
  • – HORNBLOWER Simon, Mausolus, Oxford, Clarendon Press, 1982.
  • – Bolletino Dell’Associazione Iasos Di Caria, Bologna, La Mandragora.
  • – PEDERSEN Poul (éd.), Halikarnassian Studies V, Odense M., University Press of Southern Denmark, 2008.
  • – BLID Jesper, Felicium Temporum Reparatio, Labraunda in Late Antiquity (c. AD 300-600), Doctoral Thesis in Classical Archaeology and Ancient History at Stockholm University, Sweden, 2012.
  • – KARLSSON Lars, CARLSSON Susanne (éds.), Labraunda and Karia, Proceedings of the International Symposium Commemorating Sixty Years of Swedish Archaeological Work in Labraunda, The Royal Swedish Academiy of Letters, History and Antiquities Stockholm, November 20-21 2008, Uppsala, Acta Universitatis Upsaliensis, Boreas, 2011. 
  • – ÖZGÜNEL Çoşkun, Karia Geometrik Seramiği, İstanbul, Homer Kitabevi, 2006.