Archives par mot-clé : ouvrages

Note de lecture : Écrivains de Turquie. Sur les rives du soleil

ecrivains_turquie_CRÉcrivains de Turquie. Sur les rives du soleil
Galaade Éditions, 2013
351 p.
ISBN : 978-2-35176-308-7

Écrivains de Turquie. Sur les rives du soleil est une anthologie d’écrivains turcs contemporains éditée par la maison d’édition Galaade1. Créée en 2005 par Emmanuelle Collas, historienne de l’Antiquité, cette jeune maison d’édition est déjà honorée de plusieurs prix attribués aux écrivains qu’elle promeut (le Prix RFI Témoin du monde décerné à Abdulrazak Gurnah en 2007, la Médaille de bronze du Best Book Design from all over the Word à Jean Daniel, ex-aequo avec Alain Fleischer en 2008, le Prix des lecteurs du Livre de Poche à Ursula Hegi en 2010). La maison d’édition Galaade, par la collection « Auteur et vue », tient à tisser « entre poétique et politique, des liens entre les thématiques contemporaines. » (p. 8). L’anthologie Écrivains de Turquie s’inscrit parfaitement dans cette ligne éditoriale. Seize auteurs turcs contemporains mettent en scène la Turquie d’aujourd’hui, pays en mutation politique qui attire de nouveau sur lui le regard de l’Europe.

L’anthologie donne un avant-goût de la production littéraire des écrivains turcs issus des trois périodes : des débuts de la République, du coup d’État de 1980 et de la jeune génération underground. Le lecteur n’y trouvera pas des icônes de la littérature turque, telles qu’Orhan Pamuk, Nedim Gürsel, Yaşar Kemal ou Nâzım Hikmet ; l’anthologie vise les auteurs peu connus du public français dont certains, néanmoins, ont été déjà traduits dans l’hexagone. Nous pensons particulièrement à Enis Batur, poète, essayiste et éditeur, figure importante de la vie culturelle turque depuis les années 1980, publié chez Actes Sud (Amer savoir, La pomme suivi de Il était une fois Guillaume Tell et D’autres chemins), dont Le renard se trouve dans l’anthologie.

 La première lecture de l’anthologie peut donner l’impression qu’aucun lien ne scelle les seize auteurs présentés dans le volume. Privé de fil d’Ariane, le lecteur peut partir librement à la découverte de la littérature turque contemporaine, ce qui semble être l’objectif principal de cette publication. Emmanuelle Collas en explique les enjeux : « Empruntant tour à tour au roman, à la nouvelle, au conte, à la satire ou au burlesque, cette anthologie est subjective, elle ne s’accorde pas à un ordre logique ni chronologique, elle est loin d’être exhaustive. » (p. 9). Ce volume permet de découvrir la richesse des sujets empruntés par la littérature turque, avec l’accent mis sur les formes courtes employées par les écrivains, de s’évader dans la Turquie contemporaine par le biais de ses auteurs d’origine et de découvrir l’image du pays d’aujourd’hui, bien éloignée de la vision transmise par les écrivains français du XIXe siècle dont l’image reste toujours fort imprégnée dans la culture française.

Néanmoins, comme le précisent Emmanuelle Collas et Timour Muhidine, « dans ces choix aussi improbables que nécessaires » (p. 9) dominent les voix féminines présentes en littérature turque depuis les années 1950. Les éditions Galaade tiennent à les faire ressortir à travers leurs publications. La récente édition de la Nuit d’absinthe d’Ayfer Tunç, dont l’émouvante et poétique Acceptation se trouve dans l’anthologie, prouve cette volonté de mettre en lumière la littérature féminine et de faire connaître aux lecteurs français des auteurs turcs inédits dans l’hexagone.

Le libre choix des écrivains résulte de la genèse de cette publication, issue du programme de traduction lancé par le Centre national du livre (CNL) en collaboration avec son homologue turc, le TEDA. Neuf jeunes traducteurs, engagés dans le stage TEDA/CNL se sont mesurés à des textes inédits en français. Leur travail a été complété par la production des traducteurs confirmés, ce qui donne ce mélange original de textes réunissant deux générations de traducteurs.

Donner la voix aux écrivains du pays permet au lecteur de découvrir des facettes contemporaines de la Turquie, les minorités habitant ce pays et la dichotomie toujours vive entre Istanbul et l’Anatolie à laquelle semblent confrontés certains auteurs. Mario Levi dans Je n’ai pas tué M. Moïse mélange subtilement la nostalgie et la tristesse en décrivant les funérailles d’un Juif d’Istanbul, tandis que Les Filles de Couture de luxe de Murathan Mungan dessinent le contraste des mœurs entre la capitale culturelle et la province.

L’anthologie met au centre la littérature du témoignage à travers les œuvres de Sabahattin Ali et Sait Faik qui dans les années 1940 posent les jalons de la prose turque contemporaine, enracinée dans le présent. Ce réalisme littéraire sera entériné par Ayşegül Devecioğlu, Faruk Duman ou Füruzan avec des nuances relatives à chacun de ces auteurs. Dans cette littérature du témoignage, les écrits de Füruzan occupent une place particulière en présentant la situation des femmes dans la société et le sort des immigrés turcs. Ce dernier sujet traitant de la quête identitaire dans un monde aux frontières de plus en plus ténues est également emprunté dans les écrits d’une jeune auteure turque vivant entre Berlin et Istanbul, Menekşe Toprak.

L’avant-propos d’Emmanuelle Collas et l’introduction rédigée par l’un des plus grands spécialistes de la littérature turque, Timour Muhidine, permettent de situer chaque auteur présenté dans le recueil dans l’histoire de la littérature turque contemporaine qui reste encore, pour nombre de lecteurs français, une terra incognita.

  1. Aux côtés de la maison d’édition Galaade promouvant la littérature turque en France, nous signalons également les éditions Actes Sud avec la collection « Lettres turques » dirigée par Timour Muhidine et les éditions Turquoise. []

Compte-rendu de lecture Dilek Yankaya – La nouvelle bourgeoisie islamique

yankayaLa nouvelle bourgeoisie islamique. Le modèle turc
PUF collection Proche Orient
216 p.
ISBN : 978-2-13-059460-4

Le livre de Dilek Yankaya est issu de son récent travail de doctorat dirigé par Nilüfer Göle. L’ouvrage part d’un fait dont on entend beaucoup parler mais sur lequel on sait peu de chose : l’arrivée au pouvoir de l’AKP en Turquie résulte et s’accompagne de changements sociaux importants, en particulier de l’ascension d’une nouvelle bourgeoisie conservatrice. Ce travail est le produit d’une enquête sociologique sur ce groupe. Pour ce faire, Dilek Yankaya a choisi de se pencher sur le MÜSİAD, cette organisation d’entrepreneurs conservateurs. Relativement marginale à sa création en 1990, elle conteste le monopole de l’organisation d’entrepreneurs de la grande industrie occidentalisée longtemps dominante, le TÜSIAD, jusqu’à désormais nettement mettre en cause sa domination. Aujourd’hui, le nombre des entreprises affiliées au MÜSİAD dans les plus grandes entreprises de Turquie a nettement augmenté. Depuis les années 2000, il a été progressivement reconnu comme interlocuteur et acteur public important en Turquie mais aussi à l’international, par exemple par le FMI et la Banque mondiale. L’ouvrage de Dilek Yankaya retrace les dynamiques de cette ascension, mais aussi ses conséquences sur une association tiraillée depuis sa création entre deux dimensions : d’une part, la défense des intérêts des PME contre l’hégémonie du « grand capital » ; d’autre part, l’affirmation d’une éthique conservatrice, teintée de valeurs religieuses. C’est cette tension qui traverse la trajectoire mais aussi le fonctionnement de cette organisation.

Ce travail permet de se faire une idée plus précise d’une partie des nouvelles dynamiques d’ascension sociale mais aussi économique et politique qui ont bouleversé le visage de la Turquie ces dernières décennies. Une interrogation qui traverse l’ouvrage concerne le rapport entre l’association d’hommes d’affaires et la politique – l’AKP, bien sûr, mais pas exclusivement. Ce retour permet d’affirmer que l’alliance du MÜSİAD avec l’islam politique et l’AKP en particulier n’a rien d’automatique. Dans les années 1990, l’organisation avait ainsi adopté une stratégie politique pragmatique et prudente qui a consisté à s’ouvrir aux coalitions flexibles et conjoncturelles avec différents acteurs politiques en fonction des évolutions. Assumant ses affinités avec l’islam politique au milieu des années 1990, elle s’en désengage cependant très vite. Cette trajectoire, dans laquelle interviennent le coup d’arrêt militaire donné à l’islam politique en 1997, la candidature turque à l’adhésion à l’UE, et la crise économique de 2001 – ressemble fort à celle de l’AKP. S’amorce alors un processus de désidéologisation de l’association au profit d’une professionnalisation d’une part, d’une européanisation de l’autre. Le MÜSİAD soigne alors une image moins islamiste, allant jusqu’à exclure certains de ses membres trop « marqués ». Auparavant opposée à l’intégration de la Turquie à l’UE, il adopte au début des années 2000 un positionnement pro-européen, par moments même plus net que celui de l’AKP. Depuis le milieu des années 2000, ce pro-européanisme – lié aussi à des intérêts économiques pragmatiques, comme l’harmonisation législative et économique avec UE ou la levée des obstacles à la circulation des Turcs en Europe – est tempéré par un nationalisme plus marqué, critique vis-à-vis de conditions d’adhésion considérées comme à la fois partiales, injustes, et défavorables aux intérêts nationaux turcs. Le MÜSİAD dénonce également les politiques européennes vis-à-vis de l’islam, fût-ce en termes de démocratie. Entre-temps, il s’est cependant européanisé de fait, par ses activités commerciales et la circulation de ses membres, par la mise en place de projets financés par l’UE ainsi que de programmes de formation pour ses membres.

Les affinités du MÜSİAD avec l’AKP ne se limitent pas à une proximité en termes de discours politiques et d’objectifs. Leurs fondateurs et dirigeants sont d’anciens amis de la même génération : ils ont été socialisés dans les mêmes espaces de formation islamiste dans les années 1970, et ont souvent fait des affaires ensemble dans les années 1980. Nombreux sont les futurs responsables de l’AKP qui ont adhéré au MÜSİAD dès sa fondation. Abdullah Gül, Recep Tayyip Erdoğan, Ali Babacan pour ne citer que les principaux, en sont membres. De nombreux fondateurs et dirigeants du MÜSİAD sont « passés » à l’AKP ; les élus et responsables du parti issus de l’association, à la fois au niveau local et national, sont légion. En outre, depuis dix ans, le MÜSİAD a consolidé son statut de bénéficiaire principal du pouvoir AKP : il a acquis une influence politique, des privilèges économiques, des accès au pouvoir et des postes dans l’administration publique, et fournit des opportunités clientélistes lors de l’allocation des appels d’offres publics et des services. Aujourd’hui, l’affiliation au MÜSİAD est vécue et affirmée comme un signe de distinction et de statut social. Le groupe procure à ses membres des capitaux économiques, sociaux et professionnels, mais aussi une notoriété et une réputation, une accointance avec les élites, et une médiatisation. En favorisant le passage de ses membres à des positions de pouvoir, l’association est devenue un puissant ascenseur social et politique, une instance d’intégration au champ du pouvoir. Ce faisant, l’affiliation au MÜSİAD est devenue progressivement également un moyen d’ascension sociale et d’accès à des postes à responsabilités.

Ce faisant, les logiques d’engagement dans l’association ont changé. Dilek Yankaya distingue deux profils de membres : d’un côté, les « adhérents identitaires », ceux qui sont devenus membres pour des raisons idéologiques, particulièrement importants jusqu’en 1997, et qui constituent le noyau dur de l’association ; et les « adhérents professionnels », qui ont adhéré pour des raisons plus instrumentales – en termes de services rendus et de profits tirés -, et souvent par l’intermédiaire de parents ou d’amis. Pour eux, l’adhésion ne se fait pas principalement sur une piété pratiquée ou politisée, mais sur des intérêts économiques. Ces profils sont plus nombreux parmi les adhérents plus récents, en particulier depuis la fin des années 1990. En effet, cette distinction recoupe en grande partie une différence générationnelle. Les aînés, plus souvent adhérents « identitaires », sont regardants sur les modes de vie et la pratique islamique. A leur différence, les jeunes membres, principalement des « adhérents professionnels », ne portent pas de jugement moral sur la vie privée et ne valorisent pas spécialement la piété. Pour eux, l’éthique islamique est recherchée surtout dans le cadre de la conduite professionnelle sous forme d’honnêteté.

Au fur et à mesure que les avantages de l’adhésion à la MÜSİAD augmentaient, l’association s’est faite plus sélective. Elle sélectionne ses membres dans une logique à la fois élitiste et moralisante : elle évalue la conduite professionnelle, mais aussi le comportement personnel de l’entrepreneur, ses rapports avec d’autres membres du MÜSİAD, et ses motifs d’adhésion. Dans l’activité et l’organisation de l’association, cette tension entre intérêts bien compris et valeurs morales est constante. Le MÜSIAD reste avant tout une organisation à laquelle l’adhésion doit être rentable. Elle se veut représentante des PME et intermédiaire entre hommes d’affaires et administrations publiques. Elle procède à des activités de lobbying et d’expertise auprès des décideurs ; elle organise nombres d’activités visant à renforcer le capital social de ses membres, en facilitant l’échange des connaissances et l’interaction personnelle. Dans quelle mesure le MÜSİAD est-il « islamique » ? De fait, plus que la pratique religieuse stricto sensu, il privilégie une éthique, qui est avant tout celle du travail honnête et responsable. Celle-ci peut avoir une dimension religieuse, mais aussi des usages économiques. L’adhésion collective à cette éthique fait de l’association un milieu d’entre-soi et de confiance, qui garantit des partenariats et des liens sûrs. Au-delà de cette éthique, l’adhésion à l’association implique-t-elle des restrictions au niveau des secteurs d’activité ou des modes de financement, qui seraient liées à l’islam ? Si l’usure est largement réprouvée, l’auteure n’a pas observé une éthique du travail homogène. Certains membres sont actifs dans des secteurs non islamiques (comme des robes de mariée non voilée). De même, les affinités islamiques ne sont pas déterminantes dans le choix des partenaires économiques, qui se fait sur un mode rationnel. C’est l’entrepreneur lui-même qui décide dans quelle mesure mettre en place des sélectivités dans sa vie commerciale. Si beaucoup aménagent les temps travail, permettant à leurs employés de respecter les temps de prière ou le ramadan, il s’agit d’un choix individuel – raison pour laquelle Dilek Yankaya parle de « sélectivités islamiques ». L’auteure conclut que la rationalité instrumentale domine sur les sélectivités islamiques pour le choix des partenaires économiques et financiers ; alors qu’un souci moral ou une affiliation idéologique islamiste se trouvaient à l’origine de la finance islamique dans les années 1980 et 1990, aujourd’hui la bourgeoisie islamique adopte des stratégies de développement capitaliste émancipées des affiliations politiques et idéologiques.

Cependant, l’auteure souligne aussi que cette éthique, et l’adhésion au MÜSİAD, vont de pair avec un système de normes et un style de vie, qui en sont venus à constituer des signes de distinction socio-culturelle de cette bourgeoisie. Une des autres dimensions de l’activité de l’association est d’encourager une socialisation commune, voire la formation d’un véritable groupe social. La vie associative du MÜSİAD privilégie la famille, qui est encouragée à participer à de nombreuses activités extraprofessionnelles. Un « MÜSIAD-Jeunes » a même été créé dans la même perspective. Ce faisant, l’association agit comme espace de reproduction d’une culture conservatrice et de consolidation de ce groupe et de ses intérêts dans la société.

Ce travail doit être salué, car il apporte des connaissances sociologiques précises sur des milieux encore peu connus. On pourrait avec profit articuler ces éléments à la réflexion plus générale sur les rapports entre éthique et capitalisme, et aux travaux sur l’islam de marché, au moment où certains taxent l’AKP d’affairisme. On peut regretter que la dimension comparative, qui permettrait de s’interroger sur d’éventuelles spécificités du cas turc, soit absente. On peut regretter aussi que l’ouvrage ne se penche pas sur le TUSKON, autre organisation d’entrepreneurs conservatrice, mais plus proche du mouvement de Fethullah Gülen – ce qui aurait permis de travailler plus précisément la structure du champ conservateur en Turquie, qui est loin d’être monolithique. Cependant, ces quelques bémols ne sauraient cacher l’intérêt évident de l’ouvrage, qui donne beaucoup à réfléchir sur les articulations entre les champs politique et économique en Turquie. En revanche, on a du mal à comprendre l’absence de bibliographie dans un ouvrage publié par des presses universitaires, fût-il destiné à un large public.

Parutions d’avril à juin 2013 : Histoire ottomane et de la jeune république

sultan-ii-mahmut-ve-kazaz-artin-amira

Le livre d’Ara Aginyan et Arsen Yarman Sultan II. Mahmud ve Kazaz Artin Amira [Le sultan Mahmud II et Kazaz Artin Amira], traduit de l’arménien par Tomas Terziyan et édité par la fondation de l’hôpital arménien Surp Pırgiç (505p.), a pour objet la vie de Artin Amira Bezciyan, un conseiller du sultan Mahmud II. Mêlant enquête historique et approche romanesque, le livre dresse le portrait de cet homme qui a assumé des responsabilités différentes dans la transformation de la communauté arménienne au début du XIXe siècle et a pris des initiatives diverses dans les projets de réforme engagés par Mahmud II.

100yilonceermeniler

Osman Köker de Birzamanlar Yayıncılık a publié le livre Orlando Carlo Calumeno Koleksiyonu’ndan Kartpostallarla 100 Yıl Önce Türkiye’de Ermeniler. 2. Cilt. [Les Arméniens en Turquie d’il y a 100 ans à travers les cartes postales de la collection Orlando Carlo Calumeno, vol. 2]. Le catalogue fait suite à un premier volume publié en 2005 qui avait connu un grand intérêt auprès de l’opinion publique en Turquie. Le livre présente la diversité de la vie arménienne à travers des photos utilisés comme cartes postales en suivant la géographie de la Turquie d’aujourd’hui.

1859 OSMANLIISCI.indd Chez İletişim est paru en avril le livre de Kadir Yıldırım Osmanlı’da İşçiler (1870-1922). Çalışma Hayatı, Örgütler, Grevler [Les ouvriers sous l’Empire ottoman (1870-1922). Le quotidien du travail, associations, grèves] (390p.). L’étude revisite un sujet à la mode dans les années 1980 en se basant sur une documentation issue des archives ottomanes, pour présenter une histoire moins centrée sur les têtes du mouvement ouvrier que sur le quotidien de la vie et de la lutte des ouvriers. L’auteur propose une étude sur les conditions de travail et les secteurs ouvriers, la structure de la main d’œuvre, la mise en place d’un cadre légal. Il s’intéresse aussi à l’organisation ouvrière et ses modes opératoires.
Onder_Kocaturk-Osmanli_Ingiliz_Iliskilerinin_Donum_Noktasi_2Cilt Chez Boğaziçi Yayınları est paru le livre d’Önder Kocatürk Osmanlı-İngiliz İlişkilerinin Dönüm Noktası (1911-1914). Sorunları Çözme Çabaları ve İlişkilerin Kopması, 1913-1914 [Le point de bascule dans les rapports anglo-ottomans (1911-1914). Recherche de solution aux conflits et la rupture des rapports, 1913-1914] (628p.). L’auteur se base sur une lecture de la presse ottomane et anglaise pour démontrer la détérioration des rapports entre la Grande-Bretagne et l’Empire ottoman de la veille de la guerre tripolitaine à l’éclatement de la Première Guerre mondiale. Le livre fait suite à la publication d’un premier tome couvrant la période 1908-1911, paru en 2011.
kahirekseriyet

Chez Tarih Vakfı est paru l’étude de Fuat Dündar Kahir Ekseriyet. Ermeni Nüfus Meselesi 1878 – 1923 [La majorité dominante/dévastante. L’affaire de la population arménienne 1878-1923] (344p.). L’auteur suit le développement de la question arménienne du Traité de Berlin de 1878 au Traité de Lausanne de 1923 et analyse la politique de l’État ottoman vis-à-vis des Arméniens en Anatolie. L’étude est une édition revue de la publication du même auteur Crime of Numbers. The Role of Statistics in the Armenian Question (New Brunswick : Transaction Publishers, 2010) et insiste sur l’importance des politiques d’ingénierie démographique dans la construction des États-nations.

sarkistiklalmahkemeleri

Le livre de Mahmut Akyürekli Şark İstiklâl Mahkemesi 1925-1927 [Le tribunal oriental d’indépendance 1925-1927] (185p.) paru chez Kitap Yayınevi en avril a pour objet le tribunal extraordinaire établi par le gouvernement kémaliste à la suite du soulèvement de Şeyh Said en Anatolie orientale. Prenant comme matériau de base les minutes du tribunal, l’auteur analyse de quelle façon le gouvernement d’Ankara a utilisé ce tribunal, composé majoritairement de députés militaires, pour imposer son pouvoir et son projet de réforme dans les régions orientales. Il étudie aussi comment Ankara a utilisé les pouvoirs conférés à ce tribunal pour écarter des voix dissidentes dans l’ensemble de la Turquie, soulignant ainsi l’importance nationale de la révolte régionale de Şeyh Said.

Le Voyage en Asie Mineure de Léon de Laborde. De Constantinople au Taurus et à la côte de Cilicie

laborde_erdalVoyage en Asie Mineure de Léon de Laborde. 
Le Blanc : Amis de la Bibliothèque Municipale du Blanc
2013
978-2-9542107-1-1
20€

L’ouvrage Voyage en Asie Mineure de Léon de Laborde publié par Les Amis de la Bibliothèque Municipale du Blanc (288p.) accompagne l’exposition au Moulin de la Filature dans la ville de Blanc (Indre) sur le voyage de Léon de Laborde en Anatolie (8 juin – 28 juillet 2013).

Laborde était un archéologue et homme politique français. Sa passion de l’histoire et de l’histoire de l’art le mena à exercer les fonctions de conservateur au Louvre (1847-1854), puis de directeur des Archives de l’empire (1857-1868). À la suite de la guerre d’indépendance grecque (1821-1830), l’Empire ottoman devint un objet de grande curiosité et de débat. Stimulant par la suite des Européens lettrés, à l’instar d’Alphonse de Lamartine ou Gérard de Nerval, à explorer les territoires ottomans, Laborde effectua des voyages dans différentes régions de l’Empire ottoman dans les années 1820 et 1830 où il prépara de nombreuses planches, principalement des monuments historiques et des ruines, publiées en 1838. Laborde s’inscrivait ainsi dans la veine orientaliste du romantisme français et il contribua à la connaissance de l’Empire en Europe. Le livre comporte des planches préparées en Anatolie par Laborde. Elles proviennent des fonds de la Bibliothèque du Blanc et sont annotées par Guillaume Cotinat. L’ouvrage comporte aussi plusieurs gravures, dessins et cartes d’autres voyageurs français dans l’Empire ottoman au XIXe siècle. Il fait suite à une publication parue en 2010 qui a regroupé les planches que Laborde a réalisées lors de ses voyages en Syrie, Liban et Palestine. À côté de nombreuses illustrations, le livre est accompagné d’un appareil critique et historique portant sur le sujets suivants : l’histoire de l’Empire ottoman dans la première moitié du XIXe siècle (Erdal Kaynar), le savoir géographique des Européens sur le monde ottoman (Hussein El-Mudarris), les voyageurs occidentaux en Anatolie (Olivier Salmon), analyse de la représentation des autochtones dans le récit de Laborde (Arzu Etensel İldem), l’image de Constantinople dans la littérature romantique française (Sophie Basch), le dessinateur de la Mosquée Sultanahmet Louis-François Cassas (Annie Gilet), les voyages dans l’Empire ottoman d’après les fonds du Musée national de la Voiture et du Tourisme de Compiègne (Jean-Denys Devauges).

Par la richesse de ses illustrations et la diversité des articles qui l’accompagnent, le livre met le parcours de Léon de Laborde dans son contexte historique et représente ainsi plus qu’un simple catalogue d’exposition. Il se présente plus généralement comme un ouvrage sur le phénomène des voyageurs occidentaux dans l’Empire ottoman.

Parutions février et mars 2013 : Histoire ottomane et de la jeune république

osmanliistihbarati Kitap Yayınevi a publié en mars le livre de Ahmet Yüksel II. Mahmud Devrinde Osmanlı İstihbaratı [L’espionnage sous Mahmud II] (568p.). L’auteur étudie l’histoire de l’espionnage dans l’Empire ottoman, motivé principalement par des considérations militaires. Il suit sa transformation au début de l’époque des réformes et analyse comment il répondait à l’aspiration de l’État ottoman de devenir une grande puissance dans l’Europe du XIXe siècle.
dersimdeosmanlisiyaseti Également chez Kitap est sorti le livre de Cihangir Gündoğdu et Vural Genç Dersim’de Osmanlı Siyaseti, 1880-1913 [La politique ottomane à Dersim] (196p.). Le livre tente de définir la politique de l’État ottoman à travers une étude des propositions de réformes (lâyiha) soumis à l’État central concernant la région de Dersim. Les auteurs analysent la perception de Dersim comme une forme d’orientalisme qui aurait guidé les politiques de l’État ottoman dans cette région.
turkromanindaavrupa Kitabevi Yayınları a publié en février l’étude d’Ahmet Koçak Türk Romanında Avrupa (1872 – 1900) [L’Europe dans les romans turcs (1872-1900)] (772p.). Le livre analyse l’image de l’Europe dans la littérature moderniste en langue turque du XIXe siècle à travers une lecture des romans des auteurs les plus connus (Ahmet Midhat Efendi, Şemseddin Sami, Namık Kemal, Samipaşazâde Sezai, Recaizâde Mahmut Ekrem, Mizancı Murat, Fatma Âliye Hanım, Hüseyin Rahmi Gürpınar, Halit Ziya Uşaklıgil, Mehmet Rauf, Nabizâde Nazım, Safvetî Ziya ve Safvet Nezihî). Il propose aussi d’étudier l’impact de cette représentation sur le processus de changement de la société ottomane et turque.
10temmuz Un petit livre de Filiz Çolak traite de la « fête de la liberté » du 23 juillet (10 juillet d’après le calendrier julien) à l’occasion de la proclamation de la constitution ottomane en 1908 par les Jeunes Turcs Osmanlı’dan Cumhuriyet’e 10 Temmuz Hürriyet Bayramı [La fête de la liberté du 10 juillet de l’Empire ottoman à la République] (116p.). L’étude suit l’histoire de la fête nationale jusqu’à son abolition en 1934.
alifuatpasa Chez Paraf Yayınlar est paru le livre İmparatorluktan Cumhuriyete Ali Fuat Paşa [Ali Fuat Paşa de l’Empire à la République] (376p.) par Aksel Keskin. L’étude donne une biographie de l’homme militaire Ali Fuat Cebesoy, fondateur du premier parti d’opposition libérale de la République de Turquie Terakkiperver Cumhuriyet Fırkası (Parti républicain et progressiste). Le livre, basé principalement sur des mémoires, met en avant la dimension militaire d’Ali Fuat en minimisant les divergences de celui-ci avec Mustafa Kemal Atatürk et le CHP.
1929_buhran L’étude d’Alev Gözcü 1929 Dünya Ekonomik Buhranı ve Türkiye [La crise économique mondiale de 1929 et la Turquie] (643p.) est parue chez Libra. L’auteure étudie la mise en place d’une politique économique libérale dès la fondation de la République de Turquie qui cherchait à attirer des investissements étrangers. Elle analyse comment cette politique a été mise à l’épreuve par la crise économique de 1929 et finalement abandonnée au profit d’un programme autarcique. L’étude donne également une large part aux effets sociaux de la crise économique libérale.
1837 TEKPARTI.indd İletişim a publié une nouvelle étude d’Ahmet Demirel sur le CHP Tek Partinin İktidarı. Türkiye’de Seçimler ve Siyaset (1923-1946) [Le régime du parti unique. Élections et politique en Turquie (1923-1946)] (493p.). Le livre porte sur les élections parlementaires et les députés dans la première période républicaine. Il s’agit de la première étude, qui s’intéresse d’une façon cohérente aux profils et aux origines socio-économiques de l’ensemble de députés ayant siégé à Ankara. À travers les résultats de ses recherches, l’auteur vient à une analyse de la façon dont le CHP a imposé son pouvoir et souligne les tensions inhérentes à son projet de pouvoir politique. Pour écouter la présentation que l’auteur a fait de son livre à l’IFEA, cliquez ici

Compte rendu « De Darwin à Dersim : La République et l’anthropologie » de Zafer Toprak

"Darwin'den Dersime: Cumhuriyet ve Antropoloji"
Zafer Toprak
Année 2012
éditeur : Doğan Kitap
616 p.
ISBN : 978-605-09-0625-7

Les Turcs sont-ils brachycéphales ? À en croire l’enquête anthropométrique réalisée à la fin des années trente par Afet İnan, la fille adoptive de Mustafa Kemal Atatürk, la réponse devrait être positive. Voici un caractère phénotypique — à savoir une forme crânienne présentant un indice céphalique supérieur à 80 –, partagé par une population et saisie par la politique et le nationalisme. Nous sommes en 1937. C’est donc dans un contexte de raciologie scientifique et de racisme politique — les deux sont à différencier, même si le premier sert largement le second — que s’élabore cette mesure de la « nation turque ». De cette métrique,  Zafer Toprak nous propose une analyse détaillée qui permet l’élaboration d’une généalogie d’un racisme d’État.

Après nous avoir rappelés les sources de la raciologie scientifique du XIXème siècle, et la façon dont elle a pris pied en Turquie, notamment par l’intermédiaire d’Eugène Pittard qui dirigea le doctorat d’Afet İnan et qui fut l’ami d’Atatürk, Zafer Toprak montre comment la jeune République turque est passée, comme discours scientifique légitimateur, d’une sociologie durkheimienne à une anthropologie racialisante. Cette racialisation, dans le processus de construction nationale, s’explique par le contexte international marqué par la montée du nazisme et du fascisme qui prennent appui sur l’imaginaire de la race, construit  par l’anthropologie physique. Pour Atatürk, l’enjeu est d’abord de, littéralement, donner (un) corps à la nation, et d’en projeter l’image aux autres nations. Cette image, ce sera celle de la brachycéphalie.

Celle-ci fait l’objet d’un débat entre anthropologues physiques depuis Retzius. Zafer Toprak rappelle ici les positions racistes d’un Vacher de Lapouche pour qui le brachycéphale Homo Alpinus  serait un « parfait esclave », cela à la différence du dolichocéphale. Or, pour ces savants occidentaux, les Anatoliens, parce que brachycéphales, appartiennent à cette race alpine ou « alp-arménienne » — pour reprendre une terminologie d’un des papes de l’anthropologie physique de cette période, George Montandon (exécuté par la Résistance à la Libération). S’étendant de la France à l’Anatolie en passant par les Balkans, cette « race » brachycéphale serait venue d’Asie en Anatolie et aurait entamé une migration vers l’Europe au Néolithique pour venir se mélanger avec des populations dolichocéphales. Ces débats et ces hypothèses sur la différence entre brachycéphalie et dolichocéphalie, ne restèrent pas limités aux laboratoires des musées. L’ouvrage de Zafer Toprak montre l’articulation étroite entre champ politique et champ scientifique. Loin d’être cantonnée à un espace neutre d’enjeu politique, la science semble avoir toute prégnance sur le politique si bien que pour prendre place sur la scène du politique, il faut d’abord répondre par celle de la science.

Or, l’Anatolie, dans ce contexte de racisme international, a un net désavantage:  les populations sont, de toute évidence, brachycéphales, donc jugées inférieures. Comment dès lors renverser le stigmate? Certains y liront, non sans raison, un discours proche du délire. J’emploierai le terme psychanalytique de « montage ».  Mustafa Kemal Atatürk s’emploie à renverser le stigmate avec ce dont il dispose, à savoir deux théories scientifiques, plus ou moins admises à l’époque: la théorie d’une migration préhistorique de brachycéphales et celle selon laquelle la révolution néolithique aurait vu le jour dans le Croissant Fertile. Dès lors, un discours alternatif à celui du nazisme s’élabore : ces brachycéphales migrants sont les créateurs et porteurs de la civilisation. On connaît la suite, celle de la mise en place de la théorie de l’histoire turque avec son corollaire, la théorie de la langue solaire. L’orchestration est rigoureuse : congrès internationaux, interventions de grands scientifiques visant à légitimer les thèses des Kémalistes, etc..;

Mais cette production d’un discours scientifique, et cela est notable, ne va pas sans une volonté d’apporter des preuves.  Il ne s’agit pas seulement de la production d’un mythe. Z.T. nous livre ici une histoire détaillée de cette grande enquête métrique impulsée par M.K.A. et dirigée par sa fille, Afet. Plus de 64000 personnes seront ainsi mesurées. À la lecture des grilles d’observation, on réalise l’immense travail que cela a dû représenter.  On se questionne aussi sur la validité des résultats, sachant que tout cela fut effectué à la main par des fonctionnaires et des personnes peu formés à la métrique (à titre de jeu, s’amuser à remplir la fiche descriptive montre combien cela n’a rien d’aisé). L’objectif était de montrer que les Anatoliens appartenaient à une seule race, qu’ils n’étaient pas de race mongoloïde mais européenne.  Z.T. insiste sur la direction donnée à ce discours : il est tourné vers l’international. Au niveau national, il remarque par exemple que les considérations racistes s’effacent. Ainsi dans les manuels où l’on demande aux élèves de mesurer leur crâne, prouvant ainsi leur bonne appartenance à la nation, il est écrit qu’aucune race ne saurait être dite supérieure aux autres. Cette unité raciale proclamée permet de construire le corps biologique de la nouvelle République. Elle permet aussi de se débarrasser d’une différence encombrante : celle des Kurdes. Brachycéphales eux aussi,  voici ces derniers fondus dans ce corps « turc ». Dès lors, toute revendication d’un ordre « culturel » se trouve délégitimée : les Kurdes sont des Turcs qui s’ignorent, puisque de race turque.  Il serait facile de voir dans ce montage seulement l’aspiration politique. Ce serait bien trop simple : Mustafa Kemal Atatürk était un homme de science, pour ne pas dire un scientiste. Quoiqu’il en soit, on doit à cette période l’émergence et l’essor de l’archéologie, de l’anthropologie et la diffusion de la théorie de l’évolution.

Une critique pourra être faite à ce propos sur le sous-titre  » du Darwinisme à Dersim ».  Est-il nécessaire de rappeler que le lien de cause à effet ne saurait être retenu facilement, comme le sous-entend ce sous-titre ? Fut-il besoin d’anthropométrie pour 1915 ? De même les bombes lâchées de l’avion de Sabiha Gökçen sur le Dersim trouvent difficilement leurs explications dans les indices céphaliques notés par sa sœur.

Pour en savoir plus…

Blanckaert Claude, 1989, « L’indice céphalique et l’ethnogénie européenne : A. Retzius, P. Broca, F. Pruner-Bey (1840-1870) », in Bulletins et Mémoires de la Société d’anthropologie de Paris, Nouvelle Série, tome 1 fascicule 3-4. pp. 165-202.  http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/bmsap_0037-8984_1989_num_1_3_2580

Copeaux Étienne, 1997, Espaces et temps de la nation turque : analyse d’une historiographie nationaliste (1931-1993), Paris, CNRS Éditions.

Ergin Murat, 2008 a, « “Is the Turk a white man ?” Towards a theoretical framework for race in the making of turkishness », Middle Eastern Studies, 44-6, p. 827-850.

Ergin Murat, 2008 b, « Biometrics and anthropometrics: the twins of Turkish modernity », Patterns of Prejudice, 42-3, p. 281-304.

Maksuduyan Nazan, 2005, Türklüğü ölçmek. Bilimkurgusal antropoloji ve türk milliyetçiliğinin ırkçı çehresi 1925-1939, Istanbul, Metis .

Szurek, Emmanuel « Connaissez-vous la théorie de la langue-soleil ? Une histoire européenne du fantasme scientifique dans la Turquie des années 1930 », Couto D., Péquignot S. (dir.), Les langues de la négociation, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2013 (à paraître).

Entretien avec Taha Akyol diffusé sur CNN Türk le 20 avril 2012 : https://www.youtube.com/watch?v=BV3velUYNpU

Compte rendu « Regards phocéens de Félix Sartiaux » / Kitap tanıtımı « Felix Sartiaux’nun Foçalı bakış açısı »

Les minutieuses éditions Kallimages (Paris) viennent de publier un deuxième ouvrage signé Haridis Yiakoumis Nikolaos Chorbos à partir des archives photographiques de l’ingénieur-archéologue Félix Sartiaux (1876-1944), propriété du collectionneur Pierre de Gigord. Sartiaux a travaillé à Phocée/Foça entre 1913 et 1920 et fut donc le témoin d’une époque pour le moins troublée. Il a notamment été le témoin direct d’un terrible épisode encore méconnu du plan d’ingénierie démographique des Unionistes, à savoir l’expulsion violente des Grecs de Phocée survenue en juin 1914. Il est l’auteur de Le sac de Phocée et l’expulsion des Grecs Ottomans de l’Asie mineure, ouvrage publié à chaud fin juin 1914.

Le premier ouvrage sur Phocée au début du XXème, publié chez Kallimages en 2010, portait le titre de Phocée 1913-1920. Le témoignage de Félix Sartiaux. Outre l’intérêt archéologique de ce second ouvrage, les photographies de Sartiaux permettent de restituer avec précision toute une micro-société égéenne du début du siècle dernier à jamais disparue. Espérons que ces publications seront l’occasion d’un travail collectif de mémoire, à l’approche du centenaire de ces événements.


Titizliğiyle bilinen Paris’teki Kallimages yayınları Haridis Yiakoumis Nikolas Chorbos imzalı ikinci bir kitap yayımladı. Söz konusu kitap, arkeolog mühendis Felix Sartiaux’nun (1876-1944) fotoğraf arşivinden yola çıkılarak oluşturulmuş. Günümüzde bu arşiv, koleksiyoncu Pierre de Gigord’un mülküdür. Sartiaux, 1913-1920 yılları arasında Foça’da çalışmış ve haliyle karanlık bir dönemin şahitlik etmişti. Özellikle, Haziran 1914’te patlak veren ve halen pek bilinmeyen İttihat ve Terakkicilerin kurguladığı nüfus planı çerçevesinde Foçalı Rumların şiddetli bir şekilde şehirden atılmalarına bizzat tanık olmuştu. Olayın hemen akabinde, 1914 haziranının sonunda “Foça’nın yağmalanması ve Osmanlı Rumları’nın Ön Asya’dan kovulması” (Le sac de Phocée et l’expulsion des Grecs Otttomans de l’Asie Mineure) adlı eseri yazmıştı.

2010’da Kallimages tarafından yayımlanmış, 20.yüzyılın başında Foça konulu ilk kitabı Foça 1913-1920. Tanık Félix Sartiaux. (Phocée 1913-1920. Le témoignage de Félix Sartiaux) ismini taşır. İkinci kitabın arkeolojik faydasının yanı sıra, buradaki Sartiaux’nun fotoğrafları, geçen yüzyıl başında sonsuza dek yok olmuş Egeli bir mikro-toplumu ayrıntısıyla geri kazandırma imkânını yaratıyor. Umarız bu yayınlar sözkonusu olayların 100. yıldönümü yaklaşırken ortak bir bellek oluşturma fırsatı verir.

Parutions décembre 2012/janvier 2013 : Histoire ottomane et de la jeune république

Chez Kaynak est sorti en janvier la réédition du livre de Hüner Tuncer Metternich’in Osmanlı Politikası 1815-1848 [La politique ottomane de Metternich] (192p.) Il s’agit d’une courte monographie sur la politique de la monarchie des Habsbourg vis-à-vis de l’Empire ottoman basée sur des documents d’archives autrichiennes et fait état de la Question d’Orient dans la première moitié du XIXe siècle.

İsmail Dervişoğlu a préparé pour l’édition en turc moderne chez Kitabevi les écrits de l’ambassadeur ottoman à Paris de la Belle Époque Münir Paşa Geçmiş Zamanlar. Sultan 2. Abdülhamid’in Paris Sefir-i Kebirinin Diplomasi Yazıları ve Hatıraları [Salih Münir Çorlu : Les temps passés. Les écrits diplomatiques et mémoires de l’ambassadeur du sultan Abdülhamid II à Paris.] (767p.).

En décembre, Birzamanlar Yayıncılık a sorti la traduction turque du livre arménien sur l’histoire de l’imprimerie arménienne Dib u Dar de Teotig Baskı ve Harf. Ermeni Matbaacılık Tarihi [L’imprimé et la lettre. Histoire de l’imprimerie arménienne]. Le livre a été publié en 1912 à l’occasion de l’anniversaire de l’invention de l’alphabet arménien en 512 et celui de la première imprimerie arménienne de 1512 et présente une étude sur l’impact de l’imprimerie arménienne dans l’Empire ottoman et au-delà.

Chez Doğan Kitap est paru en décembre Türkiye’de Milli İktisat 1908-1918 [L’économie nationale en Turquie 1908-1918] de Zafer Toprak (800p). Il s’agit d’une réédition augmentée du livre classique de l’auteur sur la politique économique de l’État ottoman dans les années 1910 à l’occasion du vingtième anniversaire de sa première parution qui présente à cette occasion aussi un essai sur l’évolution de l’histoire économique de l’Empire ottoman.

En décembre, un livre de Hakan Erdem, Gerçek İle Kurmaca Arasında Torosyan’ın Acayip Hikayesi [L’étrange histoire de Torosyan entre vérité et fiction] (Doğan, 400p.), est revenu sur le parcours de Sarkis Torosyan, un officier arménien de l’armée ottomane pendant la Première Guerre mondiale. Le livre se situe par rapport à la republication de ses mémoires de 1948 en août 2012 par Ayhan Aktar (İletişim) et met en doute la véracité de son récit.

Sel Yayıncılık a publié en décembre le livre de Hamit Erdem Osmanlı Sosyalist Fırkası ve İştirakçı Hilmi [Le Parti Socialiste Ottoman et Hilmi du journal İştirak] (342p). L’étude porte sur le Parti Socialiste Ottoman (Osmanlı Sosyalist Fırkası, 1910) et le Parti Socialiste de Turquie (Türkiye Sosyalist Fırkası, 1919) à travers son fondateur Hilmi, rédacteur en chef du journal İştirak.

En janvier, İletişim a publié un livre d’Emel Akal İştirakiyuncular, Komünistler ve Paşa Hazretleri [Les socialistes, les communistes et le Paşa] (559p.). Le livre donne un récit sur les rapports entre les socialistes turcs, les bolcheviques et le mouvement kémaliste, en se concentrant principalement sur les années 1920 et 1921.

Le livre de Metin Çınar Anadoluculuk ve Tek Parti CHP’de Sağ Kanat [L’idéologie de l’anatolisme et l’aile droite du parti unique CHP] (293p.) publié en janvier chez İletişim, suit le développement de l’idéologie anatoliste principalement à travers l’étude des écrits de trois protagonistes du courant. Il analyse comment cette pensée, relativement marginale dans les premières années de la République, s’est établie au cours des années 1920 et 1930 comme une pensée cohérente marquant le parti au pouvoir.


Kitap tanıtımı – Paul Veysseyre, Jeanine Riegel « İstanbul: Mutluluğun geçişi »





Istanbul : Seuil de la félicité, 
Photographies de Paul Veysseyre, textes de Jeanine Riegel
éditions djahânnâma

İstanbul ile karşılaşmam 1971’e değinmektedir. Kalışım kısaydı fakat belirleyiciydi.

İlk olarak, Türkiye’yi boydan boya geçen çok uzun bir yolculuk yapmıştım o dönemde tehlikeli bir ülke olarak bilinen Türkiye’de İstanbul da sadece bir kaç gün duraklamıştım ama İstanbul’un hiç bir fotoğrafını çekmemiştim çünkü filmlerimi, bana bir hayli daha gizemli gelen Doğu Anadolu bölgesini çekmek üzere saklamıştım.

Ancak yürürken az bilinen byzans kiliselerin peşini sürerken, metruk ve son derece  ilginç olan Haliç mahallesinde kalmıştım. Tam orada, beni derinden etkileyecek olan iki mahalle sahnesine tanık olmuştum. İlki bir hayli eğlendiriciydi ; pis bir sokak arasında yer almaktaydı, iki çocuk yırtık pırtık giysilerle birbirlerine çamur ile saldırıyorlardı, yüzlerinden mutluluk ifadesi akıyordu. Diğer sahne ise daha acıklıydı:  bir kaç dakika ardından, Fener caddesi üzerinde, genç bir çırak kullandığı makina ile yaralanmış ve acilen hurda bir dolmuşa yerleştiriliyordu, rengi solmuştu, kan ile karışık makine yağı, acı, bıkkınlık, dayanışma. Anında, şehir tarafından kendimi kaptırılmış hissettim ve bu etkinin yıllar boyunca kalıcı olacağını anlamıştım.

Bir sonraki yıl, Türk devleti sayesinde araştırma bursuna hak kazandım ve iki aylığına Istanbul’a döndüm. O sırada siyah beyaz fotoğraflarımı çekmek için ilk fırsatımı bulmuştum. Sonrasında, kimisi kısa kimisi uzun süren yıllık ziyaretlerim oldu ve bu ziyaretlerimin doruk noktası nerdeyse üç yıl boyunca kesintisiz Istanbul’da yaşamakla sonuçlandı. İlk zamanlar öğretmen olarak çalışıyordum sonrasında Fransız Anadolu Araştırmaları Enstitüsü’nde fotoğrafçı olarak çalışmaya devam ettim. Tüm o yıllar  boyunca  elimde makinemle, hiç yorulmadan her an yeni ve hiç beklenmdedik görüntüler yakalamak üzere şehirin sokaklarını dolaştım. Arka sokaklarıyla ve  boş arazileriyle, şehirin kalabalık düzenine büyülenmiştim, ve keşiflerim beni fabrikalara ve atölyelere yönlendirdi. Kendimi evde gibi hissetiğim o ortamda, ustalarla içgüdüsel ilişkiler kurabiliyordum. Çay evinde günlerimi geçirirdim, her gün berberleri ziyaret ederdim ve akşmlarımı lokantalalarda geçirirdim. Diğer bir yandan oturma izni alabilmek  için devlet dairesinde saatlerce kuyrukta beklerdim. Böylece çekitiğim fotoğrafların sayısı çoğalmaktaydı.

1980 darbesi, yıkıcı eylemlerin başlamasına vesile oldu:  miras nitelliğini anlamayan yöneticiler tarafından eski mahalleler yıkılıyordu. Dozerlerin saldırısına uğrayan mahallelerin eski, tarihi ve cazibeli olan tarafları parçalanmıştı. Ben de fiziksel olarak bu tecavüz karşısında ürperdim; Lyon’a dönmek üzere Istanbul’dan ayrıldığım her sefer,  artık bu son gelişimdir yemin ederek!

Gene de  her seferinde döndüm, tekrar ve tekrar.

Kitap tanıtımı – François Georgeon “Hürriyet sarhoşluğu” Osmanlı İmparatorluğunda 1908 devrimi

«L’ivresse de la liberté»

La révolution de 1908 dans l’Empire ottoman

Dizi:

Collection Turcica, 17
Editör:  Georgeon F.
Yıl: 2012
ISBN: 978-90-429-2495-6
Sayfa: XXXII-608 p.
Fiyat: 75 EURO

Özet:

Temmuz 1908’de Osmanlının Makedonya’da bulunan subayları başkaldırmışlardı  ve  İstanbul’un Sultanı’nı tehdit ederek  kendisinden, 30 yıl boyunca askıda tuttuğu Osmanlı meşrutiyetini,  meclisi bir araya getirterek  yeniden  kurmasını  zorunlu  tutmuşlardı:  İttihat ve Terraki devrimi ayaklanmıştı.

Devrim, “Özgürlüğün sarhoşluğu” doğrultusunda büyük bir çoşkuyla karşılanmıştı, XX. yüzyılında Balkanlar, Yakın doğu ve Ortadoğu’nun tarihini derinden etkileyen.  Bu “Unutulmuş devrimi”  tekrar gözden geçirme zamanı gelmiştir.

Meşrutiyet devrimin’in köklerini araştıran bu inceleme, aslında hükümetin, yönetimin ve toplulukarın  açısından  yapılandırılmasını irdelemektedir.  Kitap 1908 olaylarını,  coğrafi çerçevesi içinde  Osmanlı imparatorluğunun ve dünyanın diğer ülkelerinde meydana gelen etki ve yansımaların küresel boyutunu ortaya çıkarmakta ve Meşrutiyet devrimini sahipleyen Osmanlı eyaletlerini incelemektedir.

 

Kitap tanıtımı – John Tolan, Henry Laurens & Gilles Veinstein « Avrupa ve İslam dünyası: Bir tarih »

Europe and the Islamic World: A History
John Tolan, Gilles Veinstein and Henry Laurens
Princeton University Press   528p   ISBN: 9780691147055

Avrupa ve İslam dünyası, İslam ve Batı kültürünün paylaştığı ortak köküne ve birbirinden ayrılmaz tarihine  çok önemli  bir ışık tutmaktadır. Bu kitap, kesinlikle  İslam dünyası ve Avrupa arasında “uygalıkların çatışması” olduğu saptamasını çürütmektedir.

Başvuru kitabında üç saygın tarihçi, Cenovalılar ve Tunuslular, İskenderiyeliler ve Konstantinopolisliler, Katalonyalılar ve Mağripler arasında geçen, Avrupa’da ve İslam dünyası’nda pek çok sayıda olan grupların ve bireylerin  hikâyelerini, ortak olan kültürel, entelektüel ve dini mirasın, karışık ve hareketli ilişkilerini  yansıtmaktadır.

Yedinci yüzyıldan itibaren, Konstatinopolis’in ve Medine’nin orduları Suriye’yi ve Filistin’i kontrol altına alabilmek için savaşmışlardır, İslam dünyası ve Batı birbirleriyle devamlı irtibat halindeydi. Bu kapsamlı tarih canlı bir biçimde savaşları haçlıseferlerini, ittifak ve diplomasiyi, ticareti ve köle ticaretini, teknolojilerin aktarılmasını, entellektüel ve sanatsal alışverişi anlatmaktadır.

Kitap okurlara eşi bulunmaz bir tanıtımla İslam fetihleri dahil olmak üzere,  ana dönemleri  ve geçen  olayları  ele alarak, Bizans imparatorluğunun çöküşünü, Akdeniz’de ortaçağ döneminde ticaret devrimini, Endülüs’ün entelktüel ve ve kültürel başarısını, haçlıseferleri ve İspanya’nın Amerikayı yeniden Fethini, Osmanlıların yükselişi ve Avrupa’nın üçtebirini fethetmelerini, Avrupa sömürgeciliği ve sömürgelerin  bağamsızlaşmaları,  ve bize kalan karışık mirasın zorlukları ve vaatlerini sunmaktadır.

Kışkırtıcı olduğu kadar çığır açan bu kitap, tüm zenginliği ve çeşitliliği ile ortak tarihimizi anlatırken, Avrupa ve İslam arasındaki süregelen ilişkilerin iki tarafı da derinden  etkilediğini açığa çıkarıyor.

John Tolan Nantes Üniversitesinde tarih profesörü. Saracens and Saint Francis and the Sultan adlı kitapların yazarı. Gilles Veinstein Collège de France’da tarih profesörü. Merchants in the Ottoman Empire yazarı. Henry Laurens Collège de France’da tarih profesörü L’empire et ses ennemis: La question impériale dans l’histoire’ın yazarı.

Eleştiri:

“[Avrupa ve İslam dünyası] kaçınılmaz bir tartışmaya, önemli bir katkı sağlamaktadır. Aralarında ciddi acılı çekişmeleri olan iki topluluğun basit ve sığ görünen kalıplaşmış detayların zenginlik yarattığını ve medeniyetlerin ayrılabileceği düşüncesine meydan okumaktadır.” –Jonathan Harris History Today.

Açıklama:

“Üç Fransız akademisyenin bu etkin ve ince çalışması İslam ve Batı medeniyetleri arasında yüzyıllık « medeniyetler çatışması » hakkında basit ve yüzeysel düşünceleri sonunda toprağa gömüyor. Her iki tarafın din bilginleri inananlar ve inanmayanlar arasında Manici ayrımlara tutunmaya çalışsa da asıl hikâye paylaşılan ortak insani değerler, güçlü ticaret, oluşturulan veya tekrar gündeme gelen gelenekler ve siyasi rekabet içerisindeki karşılıklı kültürel dayanışmayla gücün ve direnişin dini retorik içerisinde mazur göstermekten ibaret. Bu kitabın acil güncel meselelere sahne oluşturması nedeniyle küresel olaylarla ciddi bir şekilde ilgilenen herkes tarafından kesinlikle okunması gererekir.” Malise RuthvenIslam in the World’un yazarı

Avrupa ve İslam dünyası, ilginç ve bazen kışkırtıcı. Bu bilge kitapta, üç seçkin akademisyen  Avrupa ve İslam dünyaları çok çeşitli ve sürekli, temas halindedirler açısı sunuyorlar.kültür alışverişi sunuyorlar.” – Virginia H. Aksan, Ottomans and Europeans: Contacts and Conflicts yazarıdır.

Parutions octobre/novembre 2012 : Histoire ottomane et de la jeune république

Chez KitapYayınevi est paru en octobre le livre de Hayrettin Pınar Babıâli ve Hıdiv İsmail : Tanzimat Döneminde İktidarın Sınırları [La Sublime Porte et le Khédive Ismail. [Les limites du pouvoir à l’époque des Tanzimat, 186p.]. Le livre est une étude essentiellement diplomatique et porte sur la dialectique entre les velléités d’indépendance du khédive Ismail d’Égypte et l’ambition de la Sublime Porte de cantonner celles-ci. Le livre pose la question des limites de la latitude d’action des politiciens pour contribuer à un débat général sur la politique et la gouvernance à l’époque des Tanzimat.
  Tarih Vakfı a publié en novembre une étude d’Erdem Sönmez sur le Jeune Turc Ahmed Rıza Ahmed Rıza. Bir Jön Türk Liderinin Siyasi-Entelektüel Portresi [Ahmed Rıza. Portrait politique et intellectuel d’un leader jeune turc, 163p.]. Le livre donne une présentation générale des idées politiques du leader et idéologue jeune-turc et le situe entre les Jeunes Ottomans et les unionistes de la seconde période constitutionnelle.
  Le livre de Salih Erkek Ethem Nejat. Bir Meşrutiyet Aydını [Ethem Nejat. Un intellectuel de la période constitutionnelle, 337p.], paru en octobre chez Kitap Yayınevi est la première étude sur ce personnage connu pour être le cofondateur du premier parti communiste turc assassiné en 1921 et s’intéresse principalement à son parcours sous la seconde période constitutionnelle avant son adhésion au communisme. L’étude donne une large part aux pensées d’Ethem Nejat sur l’importance de l’éducation.
Kitabevi a publié en novembre un livre de Gültekin Yıldız Mapusâne : Osmanlı Hapishanelerinin Kuruluş Serüveni 1839-1908 [Mapusâne. L’histoire de la fondation des prisons ottomanes 1839-1908, 530p.]. L’étude situe l’émergence de la prison dans l’Empire ottoman au sein de l’ambition de centralisation et de modernisation de l’État ottoman dès l’époque des Tanzimat qui a cherché à remplacer des formes anciennes d’incarcération et de punition par l’institution moderne de la prison, considérée plus humaine et civilisée.
Aras Yayıncılık a publié en novembre la traduction turque du livre de Raymond H. Kévorkian et Paul B. Paboudjian Les Arméniens dans l’Empire ottoman (Paris, 1992) sous le titre 1915 Öncesinde Osmanlı İmparatorluğu’nda Ermeniler (606p.). Le livre se base sur les registres préparés par l’église arménienne et présente des statistiques très riches sur la population arménienne ottomane et ses qualités socio-professionnelles et culturelles, donnant ainsi un aperçu de la diversité de la vie sociale sous l’Empire ottoman.
La maison d’édition İletişim a publié en novembre le livre du politologue Taner Akçam, coécrit avec Ümit Kurt Kanunların Ruhu. Emval-i Metruke Kanunlarında Soykırımın İzlerini Sürmek [L’esprit des lois. Suivre les traces du génocide dans les lois sur les “Biens abandonnés”, 272p.]. Le livre analyse la loi sur les “Biens abandonnés” de 1915 qui représente le cadre légal de la confiscation des biens des Arméniens déportés. Le livre fait suite à un débat dans la revue Tarih ve Toplum entre Taner Akçam d’une part et Uğur Üngör et Mehmet Polatel d’autre part qui ont publié une étude similaire portant sur le même sujet au début de l’année.
Chez Kırmızı Kedi est en novembre paru Savrulanlar : Dersim 1937-1938. Hatta 1939 [Ceux qui ont été dispersés : Dersim 1937-1938. Voire 1939, 288p.]. de Yalçın Doğan. L’étude a pour ambition d’analyser l’insurrection de Dersim (Tunceli) et les activités de l’État central à partir des fonds nouvellement déclassés des archives républicaines.
L’insurrection de Dersim est traitée sous un autre angle dans un livre paru chez İletişim Dersim’in Kayıp Kızları : Tertele Çenequ [Les filles perdues de Dersim : Tertele Çenequ, 608p.] de Nezahat Gündoğan et Kazım Gündoğan. À partir des enquêtes d’histoire orale, les auteurs présentent un récit sur les orphelines et les filles enlevées à leur famille kurde pour être placées dans des orphelinats d’état ou sous la tutelle de familles turques. Voir également à ce sujet la conférence donnée par les auteurs à l’IFEA en juin 2010 dans le cadre du séminaire « La région de Dersim avant et après la république turque »

 

Il faudrait mentionner que l’anniversaire des guerres balkaniques de 1912/13 continue à donner lieu à l’édition en turc moderne d’un grand nombre de récits et mémoires ottomans sur cet événement. Plusieurs ont été publiés en novembre à l’occasion de la foire annuelle du livre d’Istanbul, événement qui provoque traditionnellement un pic de publications dans l’édition turque.