Archives par mot-clé : patrimoine

Quatre raisons pour une inscription de Diyarbakır sur la liste du patrimoine mondial en péril

Au début des années 2000, la péninsule historique d’Istanbul a commencé à faire l’objet de débats quant à la nécessité de son inscription sur la liste du patrimoine mondial en péril. Les aménagements urbains effectués dans les différentes zones du site inscrit se révélaient inacceptables au regard des critères de protection de l’UNESCO. Pourtant, après dix ans de négociations mêlant expertise et politique, les projets étaient mis en œuvre sans profondes modifications et le classement du site ne faisait plus l’objet d’aucune remise en cause.

Si j’ai décidé de rappeler l’expérience de la mégalopole turque et une analyse faite de sa situation en 20101, c’est que je trouve plus de pertinence aujourd’hui à rapprocher le cas de Diyarbakır de celui d’Istanbul qu’à l’aborder dans sa condition de patrimoine menacé par des conflits armés. On aurait pu il y a quelques mois envisager d’inscrire Diyarbakır sur la liste du patrimoine mondial en péril au même titre que Palmyre (Syrie) ou la vieille ville de Sana’a (Yémen) : parce qu’il est indiscutable, quels qu’aient été les belligérants, quels qu’aient été les moyens employés, que ces trois sites patrimoniaux ont subi des dégâts irrémédiables dans des contextes de guerre. Mais à ce jour, ce ne sont plus les combats militaires mais bien des décisions civiles, dont la justification par l’urgence et l’insécurité ne peut être reconnue comme fondée, qui menacent le site de Diyarbakır.

Le site du « paysage culturel de la forteresse de Diyarbakır et des jardins de l’Hevsel » a été inscrit sur la liste du patrimoine mondial en juillet 2015 sur la base d’un argumentaire et de critères scientifiques2. C’est donc pour des raisons scientifiques et neutres que l’État turc peut envisager son inscription sur la liste du patrimoine mondial en péril3) ; cet acte constituant moins un aveu d’impuissance qu’une recherche responsable des solutions susceptibles de préserver un patrimoine exceptionnel et universel. L’accueil à Istanbul de la 40e session du comité du patrimoine mondial, entre le 10 et le 20 juillet 2016, soulignant l’effort redoublé de la Turquie pour démontrer son engagement vis-à-vis du programme de l’UNESCO, constitue pour l’État turc l’occasion de prouver son souci d’assurer un respect inconditionnel des standards internationaux de protection sur l’ensemble de ses sites patrimoniaux.

1- Parce que les critères d’inscription du site reconnus en 2015 ne sont à ce jour plus justifiés

C’est sur la base d’un travail scientifique, au regard des critères d’évaluation de l’UNESCO, qu’il a été décidé d’inscrire Diyarbakır sur la liste du patrimoine mondial pour ses fortifications colossales et ses jardins luxuriants d’une part, mais aussi et surtout pour la relation exceptionnelle entre la ville fortifiée et les rives du fleuve Tigre entretenue sans interruption par ses habitants. La richesse de ce site a été révélée par l’UNESCO en tant que « paysage culturel », selon des délimitations et définitions strictes4 ; c’est donc en vertu de cette valeur que doivent être évaluées les menaces sur le site inscrit au patrimoine mondial. La question est ainsi de déterminer si le lien entre la vieille ville de Diyarbakır et l’extérieur des murailles, les jardins de l’Hevsel et le fleuve Tigre est à ce jour rompu et s’il est susceptible de l’être durablement.

Indiscutablement, les mesures de couvre-feu et les opérations armées ayant eu lieu entre décembre 2015 et le mars 2016 ont interrompu tout échange entre la ville fortifiée et son environnement extérieur. Dans la situation actuelle, ceci est toujours en partie le cas : les quartiers de Fatihpaşa, Hasırlı, Savaş et Cemal Yılmaz, ainsi que l’ensemble des bastions des fortifications sont formellement interdits d’accès, la circulation via les portes de la ville est soumise au contrôle de barrages de police permanents et les passages piétonniers à travers les murailles ont été littéralement murés par des blocs de béton5. Ces derniers ont rompu toute relation entre la vieille ville et le quartier de Ben U Sen, zone inscrite du site UNESCO faisant le lien avec les jardins de l’Hevsel. Les échanges journaliers entre habitants de la vieille ville, du quartier de Ben U Sen et exploitants des jardins ont été interrompus par des mesures de police ne pouvant finalement pas être justifiées par des préoccupations sécuritaires. Peu de heurts ne sont en effet survenus dans cette zone. Pourtant la levée du couvre-feu et la fin des opérations armées n’ont pas permis la réouverture de ces passages. Ceci laisse à croire en une mesure non pas temporaire mais bien ancrée dans un projet de réaménagement à long terme de cet espace.

Cette rupture physique et symbolique des relations sociales entre la ville fortifiée et son environnement extérieur constitue à elle seule une remise en cause intégrale de la valeur patrimoniale que l’inscription au patrimoine mondial a voulu consacrer en 2015. La crédibilité de la notion de paysage culturel, catégorie patrimoniale que les experts de l’UNESCO ont tenté de renforcer et banaliser au cours des quinze dernières années, ne peut être maintenue si la préservation de tels liens ne représente pas une condition sine qua non du maintien de la valeur universelle exceptionnelle de ses sites.

2- Parce que le site endommagé par le conflit armé est encore davantage menacé par les opérations civiles

Le site UNESCO de Diyarbakır est constitué de deux zones : la zone inscrite comprenant les fortifications et les jardins de l’Hevsel et la « zone tampon », intégrant notamment la ville fortifiée. Si la zone inscrite constitue le lieu révélateur de la valeur du site, il est considéré dans les textes réglementaires de l’UNESCO que l’ensemble des deux zones doit faire l’objet d’une protection spéciale afin de préserver la valeur exceptionnelle universelle du site6). L’endommagement du bâti et la modification radicale du paysage urbain, qu’il soit situé dans la zone inscrite ou tampon, ont des effets directs sur la valeur du site reconnu par l’UNESCO. La situation de détérioration de nombreux édifices classés et la planification urbaine envisagée dans la vieille ville de Diyarbakır ne laissent à ce jour aucun doute concernant l’existence d’une menace avérée sur la préservation du site de Diyarbakır.

Lors des conflits, les fortifications ont été relativement peu touchées (quelques éclats de balles). En revanche, les mesures évoquées précédemment, l’installation de blocs de béton contre les murailles et de postes de police dans les bastions, provoquent un endommagement quotidien de l’édifice, réduisant à néant les mesures de protection ayant justifiés l’inscription à l’UNESCO en 2015. L’aménagement de sanitaires au niveau du « bastion de la chèvre » (Keçi burcu) qui a provoqué des infiltrations dans les remparts, ainsi que les barricades dans le « bastion des sept frères » (Yedikardeş burcu) démontrent sans doute l’incompatibilité d’un respect des normes de protection patrimoniale avec l’installation prolongée de forces de l’ordre sur les fortifications.

Les édifices classés et le tissu urbain historique de la ville fortifiée ont subi des dommages irréversibles. Les destructions les plus dramatiques se concentrent dans la partie est du site : la mosquée Kurşunlu et le hammam Pasha ont été incendiés, l’église catholique arménienne tout récemment restaurée est détruite, la mosquée Sheikh Muhattar et son minaret à quatre piliers et la façade de l’école primaire Nazif Süleyman (dissimulant en ces murs une église latine) ont été fortement endommagés, de nombreux édifices classés monuments historiques ont été rasés et le plan urbain hérité de la ville romaine a tout simplement disparu sous la percée des véhicules militaires. Mais plutôt que de s’attarder sur les blindés, c’est dorénavant sur les machines de déblaiement, sur les projets de nettoyage et de réaménagement urbain, menaces de long terme sur le site, qu’il faut peut être se focaliser aujourd’hui.

Une opération de nettoyage, préfigurant une reconstruction ex nihilo d’une partie des quartiers de Fatihpaşa, Hasırlı et Savaş, est en cours dans la zone où ont eu lieu les combats les plus destructeurs. L’opération se déroulant sur un site urbain protégé (kentsel sit alanı) doit respecter des mesures spécifiques de protection (interdisant notamment l’évacuation inconsidérée de matériaux constituant des édifices classés). Elle requiert de ce fait l’autorisation du comité régional de protection (koruma bölge kurulu), organe lié au ministère de la culture et du tourisme. Le déblayage des édifices partiellement ou intégralement détruits a été pendant une certaine période effectué sans autorisation : dans la phase finale des opérations armées (aucun contrôle du ministère n’étant alors possible), puis quelques jours après la levée du couvre-feu (l’urgence sécuritaire ne pouvant ainsi plus justifier la précipitation). Le 23 mars 2016, une commission d’experts, unique garde-fou institutionnel de principes d’indépendance et de neutralité de l’expertise scientifique, s’est réunie au sein du comité régional de protection pour finalement autoriser l’évacuation des débris, ne prenant aucune des mesures nécessaires à la préservation du tissu urbain historique. Cette décision offre une caution a posteriori à des opérations effectuées sans contrôle préalable et ne laisse préfigurer aucun éventuel freinage des travaux. Les autorités publiques locales, ministère et municipalité, ne semblent ainsi pas disposer des moyens permettant de mettre fin à une politique d’opérations d’urgence à ce jour injustifiée7. Une concertation à long terme ayant pour objectif de définir les mesures à employer afin de sauver un patrimoine qui peut encore l’être serait pourtant envisageable sur le terrain de la ville fortifiée, aujourd’hui désertée par les combats armés. L’assurance d’un tel cadre de collaboration (visite d’experts internationaux, réunions de conseils consultatif et de supervision du plan de gestion du site UNESCO) est notamment une disposition que l’inscription sur la liste du patrimoine en péril permet de faciliter.

3 – Parce que l’engagement de la Convention du patrimoine mondial est un engagement pour la préservation d’un patrimoine vivant

Le 21 mars 2016, alors que prenait fin la phase des couvre-feux, le gouvernement a prononcé une décision d’expropriation d’urgence (Acele kamulaştırma kararı) concernant 6292 parcelles de la ville fortifiée, soit la quasi-totalité des propriétés privées situées dans la zone tampon du site UNESCO (voir notre édition du 3 mai 2016 http://dipnot.hypotheses.org/1896). La chambre des architectes, institution reconnue d’intérêt public par la Constitution turque (art.135) et interlocuteur de longue date des experts du patrimoine mondial, a engagé une procédure juridique contre cette décision. Celle-ci ne peut en effet être, à ce jour et dans la stricte zone concernée, justifiée par l’argumentaire d’une situation urgence, du fait de l’absence de reconnaissance par l’Etat de la permanence du conflit armé (levée des couvre-feux et absence d’instauration de l’Etat d’urgence) et de l’absence de risques majeurs de catastrophe naturelle. L’éventuelle reconnaissance d’une telle situation ne rendrait d’ailleurs que plus indéniable la nécessité d’une inscription du site de Diyarbakır sur la liste du patrimoine mondial en péril. Cette décision d’expropriation d’urgence semble finalement s’accorder à un projet de transformation urbaine, projet négocié depuis une dizaine d’années mais suscitant de fortes divergences entre autorités municipales et étatiques.

Si la protection du site de Diyarbakır doit particulièrement attirer notre attention sur ces projets urbains, c’est spécifiquement parce que l’inscription au patrimoine mondial a été justifiée selon une valeur chère à l’UNESCO de représenter un véritable patrimoine vivant, alliant patrimoine matériel et immatériel dans l’espace social du site. Les opérations de transformations urbaines ont déjà eu pour effets (dramatiquement décuplés par les conflits armées) l’expulsion de plusieurs dizaines de milliers d’habitants de la vieille ville. La décision d’expropriation d’urgence laisse envisager, si ce n’est l’intensification de ces expulsions, le renouvellement de la population résidente et une gentrification sous pression économique forte, telle qu’observée dans le quartier de Sulukule sur le site UNESCO d’Istanbul. L’engagement de la Convention du patrimoine mondial pour la préservation d’un patrimoine vivant, pour une protection de l’identité socio-culturelle et des habitants qui font vivre l’histoire des sites UNESCO, ne peut être ignoré à Diyarbakır. Le dossier de candidature présenté par l’Etat turc démontre bien que les habitants de la ville fortifiée, par leur mode de vie et d’habiter, par la préservation de leurs traditions, par leurs activités artisanales et agricoles, sont indispensables à la qualification « valeur universelle exceptionnelle du paysage culturel ». La préservation du site UNESCO, entre autres motivations, exige finalement que les projets d’aménagements et les politiques d’aide aux populations sinistrées par les conflits armés soient élaborés en coordination avec les acteurs locaux et dans l’objectif de la protection des résidents.

4 – Parce que la liste du patrimoine en péril n’est pas une sanction mais bien une opportunité

Parce qu’en sollicitant dès maintenant l’inscription de Diyarbakır sur la liste du patrimoine mondial en péril, l’Etat turc s’offre l’opportunité d’intensifier sa collaboration avec les organes experts de l’UNESCO. L’inscription en juillet 2015 de ce paysage culturel sur la liste du patrimoine mondial a témoigné du succès des efforts de coordination mis en œuvre par le ministère de la culturel et du tourisme, les municipalités locales et les experts internationaux. La liste du patrimoine mondial en péril permettrait de davantage renseigner l’état de préservation du site et offrirait l’opportunité de redécouvrir le climat de dialogue prolifique qu’avait initié le processus d’inscription. L’investissement humain et monétaire déployé par l’Etat turc pour la valorisation du patrimoine mondial ne laisse pas douter des ambitions que la Turquie prête au programme de l’UNESCO. L’inscription du site de Diyarbakır ne ferait qu’intensifier ses échanges avec les experts de l’ICOMOS et du Centre du patrimoine mondial, puisque ceux-ci étudieraient avec attention les rapports que les fonctionnaires turcs leur soumettraient, se rendraient sur le site en question et présenteraient enfin des recommandations scientifiques afin de parvenir collectivement à des solutions. Il faut finalement souligner que ces recommandations ne sont que consultatives et ne constituent en aucun cas un instrument de pression à l’encontre de l’Etat partie. La liste du patrimoine mondial en péril est bien un outil dont la mobilisation témoigne de la capacité d’un Etat à dialoguer avec l’ensemble des parties prenantes de la protection du patrimoine mondial. La requête d’une inscription de Diyarbakır démontrerait ainsi la volonté du ministère de la culture et du tourisme et du ministère des affaires étrangères de profiter de l’ensemble des instruments de gestion proposés par le programme du patrimoine mondial.8

Cite this article as: julien boucly, "Quatre raisons pour une inscription de Diyarbakır sur la liste du patrimoine mondial en péril," in Dipnot, 01/07/2016, http://dipnot.hypotheses.org/1949.

  1. PEROUSE, J-F. (2010) « Cinq raisons d’un éventuel déclassement UNESCO », Urbanisme, n°374, p. 66. []
  2. Pour les détails de l’argumentaire d’inscription, voir le dossier de candidature publié sur le site du patrimoine mondial de l’UNESCO : http://whc.unesco.org/uploads/nominations/1488.pdf []
  3. Nous évoquerons des PERILS PROUVES et MISE EN PERIL définis dans les textes fondamentaux de l’UNESCO tels qu’« altération grave des matériaux », « dénaturation grave de la signification culturelle », « menaces du fait de projets d’aménagement du territoire ». Voir : Comité intergouvernementale pour la protection du patrimoine mondial (2015) Orientations devant guider la mise en œuvre de la convention du patrimoine mondial, Paris, UNESCO, pp. 43-44 (paragraphe 179 []
  4. Pour davantage d’informations sur la catégorie définie par l’UNESCO voir : UNESCO (2011) Paysages culturels du patrimoine mondial, Guide pratique de conservation et de gestion, cahier du patrimoine mondial n°26, UNESCO, Paris, 138p []
  5. Pour davantage d’information sur la situation sécuritaire et urbaine dans Sur, voir : GOSSE Mathieu (2016) « La vieille ville de Diyarbakır broyée et remodelée par la guerre », Orient XXI http://orientxxi.info/magazine/la-vieille-ville-de-Diyarbakır-broyee-et-remodelee-par-la-guerre,1335,1335 []
  6. Voir Comite intergouvernementale pour la protection du patrimoine mondial (2015) Orientations devant guider la mise en œuvre de la convention du patrimoine mondial, Paris, UNESCO, p. 22 (paragraphe 104 []
  7. Les informations concernant le processus par lequel a été effectué le déblaiement de la zone ont été transmises lors d’un entretien effectué auprès de la chambre des architectes de Diyarbakır le 09/06/16 12h-13h30 à Diyarbakır. []
  8. Pour davantage d’informations sur la situation actuelle à Sur, Diyarbakır : Consulter communiqués et rapports de  la chambre des architectes de Diyarbakır (TMOBB Mimarlar odası) : http://www.dimod.org.tr/  Dernier événement en date : 18/06/16 Diyarbakır suriçi koruma paneli https://www.facebook.com/diyarbakirmimarlarodasi/photos/pcb.710375952434126/710375812434140/?type=3&theater []

État de l’archéologie en Turquie pour l’année 2015

Poteries datant du Chalcolithique Ancien, vers 6000 av. J.-C. Site de Tepecik-Çiftlik (Cappadoce), fouilles Université d'Istanbul, collaboration Mission Melendiz du MAE-DI
Poteries datant du Chalcolithique Ancien, vers 6000 av. J.-C.
Site de Tepecik-Çiftlik (Cappadoce), fouilles Université d’Istanbul, collaboration Mission Melendiz du MAE-DI

Annuellement, le Ministère turc de la Culture et du Tourisme publie, sur son site de la Direction Générale des Antiquités et Musées le détail des fouilles et prospections réalisées durant l’année, ainsi qu’un inventaire du patrimoine culturel.

C’est l’occasion, avant le symposium annuel des Fouilles, Prospections et Archéométrie, organisé par le Ministère de la Culture et du Tourisme, (Edirne 23 – 27 mai 2016) et la reprise des activités de terrain pour les fouilles et prospections programmées, de faire le point sur l’activité archéologique en Turquie, l’implication de la France et les enjeux à venir.

Nous en profitons également pour présenter la nouvelle mouture de la directive régissant les activités archéologiques, à télécharger en français ici.

Au début des années 2000, la Turquie a renforcé son arsenal juridique encadrant les activités archéologiques en même temps qu’elle augmentait considérablement les investissements dans les fouilles et les universités.

Cette stratégie visant à investir dans le patrimoine national se reflète de manière spectaculaire dans la politique de la Turquie envers l’UNESCO. Depuis 2000, la Turquie fait partie des 25 donateurs les plus généreux et, après l’arrêt des financements américains en 2012 (22% du budget) suite à la reconnaissance de l’État de Palestine par l’UNESCO, la Turquie a doublé sa dotation à partir de 2013, contribuant ainsi à 2,5% du budget régulier de l’UNESCO (soit quelques 26 millions de dollars sur 653 millions de dollars pour l’année 2014-2015), et accorda en 2013 une contribution supplémentaire volontaire de 5 millions de dollars, en gage de soutien.  La diplomatie turque est mise à contribution dans l’élaboration d’un lobbying feutré grâce au relai efficace de l’Ambassade de Turquie en France, invitant des personnalités politiques et universitaires lors de soirées de présentation animées par des intellectuels et chercheurs turcs francophones et anglophones. Entre 2000 et 2015, pas moins de 63 dossiers de demandes de classement sur la liste du patrimoine mondial matériel ont été déposés, six d’entre eux ont été classés entre 2011 et 2015, ce qui correspond à un succès comparé aux sept autres sites turcs classés entre 1985 et 1998. Au total, la Turquie compte treize sites classés au patrimoine mondial matériel de l’UNESCO dont six ces quatre dernières années, plus deux sites naturels (Parc National de Göreme en Cappadoce et Pamukkale-Hiérapolis).

Les fouilles « programmées »

Par fouilles programmées, entendons les fouilles conventionnelles dirigées par des universitaires, docteurs en archéologie, ayant atteint le grade de maître de conférences ou « doçentlik » requis pour prétendre à la direction d’une fouille. Le permis de fouille est délivré à titre individuel, au nom du directeur des fouilles, mais la responsabilité financière incombe à l’institution qui s’engage à assurer le budget de fonctionnement annuel, permettant de couvrir, au minimum, les frais de logistique, d’aménagements (aires de fouilles et locaux)  et de gardiennage.

Deux catégories d’universitaires susceptibles de diriger une fouille programmée sont distinguées : les nationaux, citoyens turcs rattachés à une institution de recherche turque et les ressortissants étrangers.

Cette distinction est importante à plus d’un titre :

Au plan diplomatique, la relation scientifique dans le domaine de l’archéologie est jugée à l’aune du nombre de permis de fouilles attribué à un pays. La capacité de ses institutions à assurer un financement stable des fouilles qui lui sont accordées, en répondant aux critères de la Direction Générale des Antiquités et Musées (DGAM), est un critère particulièrement important aux yeux du Ministère de la Culture et du Tourisme.

Au plan financier, les fouilles archéologiques disposant d’un permis accordé à un ressortissant turc titularisé dans une université turque bénéficient d’une allocation annuelle du Ministère turc de la Culture et du Tourisme.

Inversement, le directeur adjoint, obligatoire sur la fouille et obligatoirement de nationalité turque, ne peut bénéficier d’une allocation dudit ministère, même si sa participation aux fouilles est fondée sur une collaboration directe avec son université et qu’il dispose de sa propre équipe de chercheurs et d’étudiants. Il importe donc de comprendre qu’une collaboration avec une université turque n’ouvre pas droit à bénéficier d’un apport financier annuel complémentaire provenant du Ministère turc de la Culture et du Tourisme.

Pour l’année 2015, le Ministère de la Culture et du Tourisme recense 156 fouilles, dont 36 sous directions étrangères, soit 23% (fig. 1) .

figure 1
fig. 1 Fouilles programmées turques et étrangères (ni=156)

Les périodes concernées vont de la paléontologie jusqu’aux périodes byzantines et ottomanes, ces dernières regroupant des opérations de fouilles souvent inscrites dans le cadre de travaux de rénovation d’un bâti. Les fouilles protohistoriques et classiques se partagent 65% des opérations tandis que les fouilles préhistoriques représentent 10 % des travaux de terrain (fig. 2).

figure 2
fig, 2 Fouilles étrangères par pays (ni=36)

La recrudescence des universités sur l’ensemble du territoire turc, initiée depuis plus de dix ans par le pouvoir en place, a sensiblement bouleversé la répartition universitaire qui prévalait jusqu’alors, majoritairement organisée autour de quelques universités historiques comme les universités d’Ankara et d’Istanbul ou encore de l’Égée à Izmir.

Par exemple, si l’Université d’Istanbul reste un acteur majeur de l’archéologie de la préhistoire récente, une partie des effectifs du département de protohistoire s’est redéployée à l’université Şeyh Edebali de Bilecik.  L’Université d’Ankara conserve son expertise sur le paléolithique mais voit son influence sur l’archéologie classique diminuer, au même titre que celle de l’Université de l’Égée, par la multiplication des départements d’archéologie focalisés sur les périodes classiques.  Dans l’ouest égéen, les universités de Muğla (Sıtkı Koçman), Manisa (Celal Bayar), de Denizli (Pamukkale), d’Aydın (Adnan Menderes) ou encore de Çanakkale (Onsekiz Mart) sont devenues, en l’espace de dix ans, des acteurs incontournables de l’archéologie classique en Turquie.

Cette évolution fut initiée à partir des années 2000 par le transfert des permis de fouilles et des responsabilités administratives s’y rapportant, des musées aux universités. Les musées se voient confier la gestion des fouilles de sauvetage mais n’interviennent plus que comme support logistique (dépôt, représentation du Ministère) dans les fouilles programmées.

Bien que censée favoriser une régionalisation de l’archéologie, cette mesure se traduit par une multiplication des acteurs sans pour autant assouplir la réglementation régissant l’ensemble de l’activité archéologique, qui reste l’apanage du Ministère de la Culture et du Tourisme. Dans ce contexte, fouilles et programmes «étrangers » ont bien du mal à se faire une place tant le coût des opérations devient lourd à assumer tandis que le périmètre géographique des actions archéologiques se retrouve restreint par la superposition de frontières administratives et académiques.  Ce point est d’autant plus sensible pour les prospections car leur multiplication et l’étendue des périmètres accordés à des acteurs dans une région administrative donnée, nécessite l’accord des parties académiques déjà sur place afin d’obtenir qu’un nouveau permis de recherche archéologique soit accordé par le Ministère.

Face à ces difficultés, l’IFEA a développé une politique de collaborations formelles (dans le cas de programmes de terrains) et informelles (ateliers de formation pour étudiants) permettant de bénéficier de relais locaux au sein de multiples universités. Ces relais sont mobilisés afin de faciliter les échanges entre les étudiants et chercheurs français avec le monde universitaire turc et de favoriser les partenariats dans le cadre de fouilles. Car, si la Turquie compte encore 36 fouilles « étrangères » sur son sol, la tendance est à l’insertion des nouveaux programmes étrangers à l’intérieur du cadre de programmes pilotés administrativement par des universitaires turcs.

Les fouilles dites « étrangères »

Les statistiques de la Direction Générale des Antiquités et Musées, fondées sur la nationalité du détenteur du permis de fouilles ou de prospection, ne reflètent qu’une part relativement faible de l’apport des chercheurs étrangers à l’archéologie anatolienne.

figure 3
fig. 3 Répartition des fouilles par périodes chronologiques

Parmi les fouilles étrangères, trois nations cumulent 24 fouilles, réparties entre USA, Italie et Allemagne. La France, avec deux fouilles, arrive en cinquième position avec l’Autriche, juste après le Japon qui compte trois fouilles (fig. 3). Au total, onze pays disposent d’au moins une fouille sur le sol turc.

fig. 4
fig. 4 Prospections turques et étrangères (ni=99)

Pour les prospections, sur quatre-vingt-dix-neuf programmes recensés en 2015, treize étaient menés sous directions étrangères (fig. 4), dont un identifié comme français (fig. 5).

fig. 5
fig. 5 Prospections étrangères par pays (ni=13)

Les deux fouilles identifiées comme « françaises » par les autorités turques sont donc les deux dernières missions françaises détentrices du permis de fouilles accordé par le Ministère turc de la Culture et du Tourisme : Labraunda et Porsuk Höyük.  Comme nous l’avons souligné, la participation étrangère à l’archéologie en Turquie n’est analysée qu’en fonction d’un seul critère, celui du permis de fouilles. Pour autant, ce critère ne reflète en rien la participation réelle que représente la multitude de programmes de recherches organisés en équipes ou de manière individuelle, en collaboration avec les fouilles archéologiques dirigées par des universitaires turcs.

Considérons l’investissement français et ses sources diverses : Le MAE-DI reste un acteur central du dispositif archéologique associé aux fouilles et prospections. Pour l’année 2016, la Commission Consultative des Fouilles du MAEDI accorde des allocations à huit missions archéologiques listées ci-dessous :

  1. AtamTURC (Jean-Yves EMPEREUR, Cealex) Nouvelle mission 2016. Collaboration avec l’Université de l’Égée et l’Université d’Ankara
  2. CLAROS (Jean-Charles MORETTI, MOM-USR IRAA). Collaboration avec l’Université de l’Égée
  3. EOLIDE (Stéphane VERGER, ENS-AOROC-DAI-IFEA). Collaboration avec les universités de l’Égée et de Manisa.
  4. EUROMOS (Koray KONUK, Université de Bordeaux-UMR AUSONIUS). Collaboration avec l’Université de Muğla.
  5. LABRAUNDA (Olivier HENRY, PSL*/ENS-AOROC-IFEA)
  6. LYCIE (Isabelle PIMOUGUET-PEDARROS, Université de Nantes-CRHIA). Collaboration avec l’Université Atatürk d’Erzurum.
  7. MELENDİZ (Martin GODON, IFEA-Cépam) Nouvelle mission 2016. Collaboration avec l’Université d’Istanbul
  8. PORSUK Zeyve Höyük (succession C. BARAT, Université de Valenciennes-IFEA).

Six Missions Archéologiques du MAE-DI sont donc réalisées dans le cadre de collaborations à des fouilles archéologiques disposant d’un permis « turc ».

Le programme régional Envi-Med-Mistrals est une autre source de financement accordée par le MAE-DI qui, dans le cadre de l’archéologie en Turquie, vient en appui aux travaux d’analyse historique du patrimoine antique de Diyarbakır (programme AMIDA, dir. Martine ASSÉNAT Université de Montpellier III-CRISES-IFEA), et aux recherches géologiques sur les interactions entre les évolutions climatiques et les sociétés humaines durant l’Holocène (programme ANAGRAM, dir. Catherine KUZUCUOĞLU, CNRS-LPG).

À ces sources, il convient d’ajouter les financements extérieurs au MAE-DI, directement liés à des opérations de terrains (Chaire d’excellence ArchAnat de PSL*, dir. Olivier HENRY-ENS ; ANR NekroPergeol, dir. Stéphane VERGER-ENS ; ANR GéObs, dir. Damas MOURALIS, Université de Rouen) ou venant en soutien à la recherche (bourses AMI, INSHS ; programmes MSH, Erasmus) sans compter les ressources matérielles et humaines mises à la disposition des chercheurs par l’IFEA.

Soulignons donc le décalage entre la vision purement administrative et diplomatique que revêt le simple décompte des programmes archéologiques en fonction de la nationalité du détenteur du permis et la réalité des programmes archéologiques qui se fondent majoritairement sur des collaborations universitaires internationales et qui dépendent de financements diversifiés.

Il s’avère donc important de redéfinir les modes de communications des missions MAE-DI qui, fidèles aux directives de la Commission des Fouilles du MAE-DI, sont encouragées à développer leur site internet et à communiquer à l’IFEA un petit résumé annuel permettant de mettre à jour les fiches des programmes sur notre propre site. Les missions et programmes archéologiques peuvent également s’appuyer sur notre présence sur les réseaux sociaux afin de diffuser des nouvelles de leurs activités : annonce de colloque, sortie d’ouvrage, exposition, mises à jour des pages internet.

Fouilles de musées, sauvetages et terrains divers

Les terrains archéologiques ne se composent pas exclusivement des fouilles et prospections programmées dans le cadre universitaire. Ces deux catégories représentent à peine 50%, respectivement 29% de fouilles programmées et 18% de prospections (figs. 6 et 7).

Pourcentage de l’ensemble des opérations archéologiques en Turquie en 2015 (ni=545)
fig. 6 Pourcentage de l’ensemble des opérations archéologiques en Turquie en 2015 (ni=545)
Ensemble des opérations archéologiques en Turquie en 2015 (numéraire)
fig. 7 Ensemble des opérations archéologiques en Turquie en 2015 (numéraire)

Plus de la moitié des interventions archéologiques sont réalisées dans le cadre de la gestion et de l’aménagement du territoire et recouvre des catégories diverses :

Les fouilles de sauvetages, au nombre de 209 (38 % de l’ensemble des interventions), recouvrent des opérations allant d’un simple diagnostic lors de travaux de voirie aux fouilles systématiques pouvant durer plusieurs mois, dans le cas de travaux d’aménagement urbain. L’exemple le plus spectaculaire à ce jour reste celui des fouilles de Yenikapı, initiées en 2004 par la mise en œuvre du gigantesque chantier de la gare de Yenikapı assurant la connexion entre le Marmaray (tunnel ferroviaire reliant les deux rives du Bosphore), le métro, le train de banlieue et le tram, chantier qui pris fin en 2013. Réalisées sous la supervision des musées régionaux, ces fouilles peuvent être menées par des étudiants, des archéologues universitaires et de la DGAM. Dans la cadre de chantiers d’aménagement impliquant des acteurs privés, tout ou partie des frais des fouilles sont à la charge du consortium.

Les « fouilles de musées », au nombre de 54 (10% de l’ensemble des interventions), désignent les sites archéologiques sous la responsabilité directe des musées, sur lesquels des interventions archéologiques ont lieux. Il s’agit majoritairement de fouilles entreprises à la suite d’une décision du cabinet interministériel (Bakanlar Kurulu) ou du Ministère de la Culture et du Tourisme, suite à l’absence d’alternative universitaire sur un site jugé particulièrement important, d’un soutien administratif temporaire à une équipe de fouilles ne disposant pas encore d’une direction de plein droit, ou encore d’un dossier considéré comme d’importance nationale, comme c’est le cas aujourd’hui pour le site de Göbekli Tepe, en attente de classement sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO.

Citons aussi quelques cas particuliers, qui répondent à des législations et à des responsabilités ministérielles diverses :

Les fouilles sous-marines, au nombre de quatre, sont classées à part des fouilles programmées car elles sont encadrées par des règles spécifiques du droit du travail.

Les fouilles liées aux programmes d’aménagements dans le domaine de l’énergie. Nous y trouvons cinq fouilles dépendantes des programmes HES (Hidroelektrik Santral) et autres barrages, comme celui de Doğanpınar dans la région de Gaziantep, dont dépend la fouille de Tilbeşar, anciennement mission française du MAE-DI.

Les opérations archéologiques initiées par des travaux miniers sont également classées à part, avec cinq fouilles en 2015 liées aux mines de charbon sous l’autorité de la Société des charbonnages turcs (Türk Kömür İşletmeleri Kurumu). Le projet de gazoduc TANAP (Trans Anadolu Doğal Gaz Boru Hattı) compte une fouille enregistrée en 2015.

Les fouilles liées aux « investissements publics » (Kamu Yatırım). Ces opérations désignent des fouilles réalisées à l’occasion de grands chantiers publics, généralement après expropriations des populations de quartiers « bidonvilles », destructions du bâti et réaménagement complet. Les treize sites concernés en 2015 sont tous localisés dans l’est de la Turquie, à Diyarbakır, Şiirt, Batman et Şırnak.

Les conflits urbains de ces derniers mois dans les villes de Diyarbakır, Cizre, Silopi et Nusaybin vont probablement accroitre le nombre d’opérations archéologiques de ce type, si l’on en croit la volonté du gouvernement de nationaliser, après expulsion des habitants, un grand nombre de parcelles, ce qui permettrait la recapitalisation de valeurs foncières jusqu’alors occupées par des classes populaires. À moyen terme, l’intérêt vivace du gouvernement actuel pour la rente immobilière, en plus de celle touristique, risque fort d’entraver les efforts du Ministère de la Culture et du Tourisme envers l’UNESCO.

Diyarbakır est un exemple de ce paradoxe, L’UNESCO ayant reconnu en 2015 les murailles et les Jardins de l’Hevsel en tant que paysages culturels faisant partie du patrimoine mondial de l’humanité, ainsi que le quartier de Sur (intramuros) et le bassin du Tigre en amont et en aval de la ville en tant que zone tampon1 , l’embrasement guerrier à l’intérieur de la ville ces derniers mois débouche sur une vaste opération de réhabilitation du quartier de Sur. Ce quartier populaire reflète plus de deux millénaires de développement urbain et culturel. Sa topographie actuelle témoigne, à l’instar d’une empreinte, du plan de la ville antique d’Amida.

La fin des affrontements en mars dernier sonne le coup d’envoi de cette réhabilitation, dont le premier acte passe par la décision du Conseil des Ministres (21 mars 2016), d’exproprier 6292 des 7714 parcelles du cadastre de Sur, soit une majorité du bâti localisé sur les 158 hectares de la zone tampon. La rapidité avec laquelle les machines-outils et autres camions bennes ont investi ce bâti historique, sans concertation avec la Municipalité ni présentation précise des objectifs, laisse présager une réhabilitation tenant plus de la reconstruction que d’une rénovation.

Directive régissant les activités archéologiques

La nouvelle mouture des nombreuses règles entourant l’activité archéologique en Turquie se caractérise par des ajouts à la marge, une réorganisation des articles et une nouvelle numérotation des documents annexe. Pour les missions « françaises », il est impératif de se reporter à ces nouveaux documents dans l’exercice des démarches administratives. Pour les missions françaises travaillant en collaboration avec des missions turques, la lecture attentive de la directive est également importante. Elle permet de se rendre compte de l’ensemble des frais couverts par le partenaire turc et des contraintes auxquelles il est soumis.

Nous rappelons que les missions doivent soumettre à la DGAM, entre autres rapports et formulaires, un bilan financier de la campagne passée, comparé au budget prévisionnel (article 4-e) ; une notification par écrit du montant  du budget de fonctionnement, émanant de l’institution se prévalant de la direction de la fouille (article 4-f et g) ainsi que l’information quant aux financements provenant d’autres sources (article 11-g) ; que le directeur s’engage à trouver les financements nécessaires à la construction de la maison de fouille et au rachat des terrains sur le site (article 4-ğ). Un récapitulatif des obligations financières est disponible à l’article 11-m.

Cite this article as: Martin Godon, "État de l’archéologie en Turquie pour l’année 2015," in Dipnot, 06/05/2016, http://dipnot.hypotheses.org/1902.

  1. Oliver Martin / Giovanna Piatti (Ed.), 2009.- World Heritage and Buffer Zones Patrimoine mondial et zones tampons. International Expert Meeting on World Heritage and Buffer Zones Davos, Switzerland 11 – 14 March 2008, World Heritage Papers No. 25, France UNESCO World Heritage Centre.

    Définition succincte d’une zone tampon applicable au cas de Diyarbakır, p. 188 :

    “d) World Heritage Buffer Zones are established, where required, in relation to paragraphs 103-106 of the Operational Guidelines and are not regarded as part of the inscribed World Heritage property. However their effectiveness in protecting the outstanding universal value is assessed as part of the evaluation of a nomination and their boundaries are formally registered at the time of inscription (or at the time of modifications noted by the World Heritage Committee) as an integral component of the State Party commitment to the protection and management of the property (Operational Guidelines Paragraph 155);

    e) Major modifications to a World Heritage buffer zone subsequent to acceptance and recording should be approved by the World Heritage Committee (Operational Guidelines Paragraph 107)”. []

Diyarbakır : aperçu de l’après-guerre

Figure communiquée par la Mairie de Diyarbakır : vues aériennes du centre ville avant et après les combats. On remarque d’importantes destructions dans la partie est du Sur
Figure communiquée par la Mairie de Diyarbakır : vues aériennes du centre ville avant et après les combats. On remarque d’importantes destructions dans la partie est du Sur

Sur, la cité intra-muros de Diyarbakır, sera-t-elle une ville neuve du XXIème siècle : en deux mots une « nouvelle Tolède » ? Ou bien sera-t-elle une ville inscrite au patrimoine mondial de l‘UNESCO détruite dans le conflit qui embrase le Moyen-Orient : une nouvelle Palmyre ?

À l’automne 2015 débutait dans plusieurs villes de l’est de la Turquie un conflit armé opposant des partisans du mouvement kurde ayant proclamé l’autogestion (özyönetim) aux forces turques de sécurité (voir notre édition du 11 janvier 2016). De violents affrontements ont laissé un bilan humain extrêmement lourd dont la qualification des victimes reste très controversée : selon la révolte kurde, depuis le 2 décembre 2015, plus de 70 membres des forces de l’ordre (soldats, policiers, protecteurs de village) et plus de 250 civils ont été tués, selon la police ce sont plus de 270 « terroristes » et quelques civils qui ont succombé.

C’est dans ce contexte que des opérations à l’arme lourde ont considérablement endommagé des monuments historiques dans Sur. Or Sur n’est pas un lieu comme les autres. On désigne ainsi le rempart remarquable de la ville qui vient d’être classé à l’UNESCO, long de plus de cinq kilomètres, qui a fait l’objet de tant de descriptions de voyageurs depuis le moyen-âge, et la ville qu’il délimite, le centre-ville de Diyarbakır l’Amedu des Annales Royales Assyriennes, l’Amida hellénistico-romaine occupée sans interruption depuis ces origines lointaines, et qui constitue un site majeur pour toute l’histoire de la haute-Mésopotamie. Classée « Site archéologique urbain » depuis 1988, Sur constitue désormais la zone tampon du site UNESCO dans une configuration particulière puisqu’encerclée par un bien de nature linéaire, la muraille byzantine, elle fait partie intégrante de l’histoire de ce monument et en contient même l’explication. Avant le conflit, la mise en valeur de nombreux monuments du centre ville, comme la restauration de maisons patriciennes, était une tâche à laquelle s’attelaient les pouvoirs publics, Ministère de la Culture et du Tourisme et Mairie Métropole de Diyarbakır, selon des programmes bien distincts : tandis que la représentation étatique favorisait la restauration d’édifices religieux islamiques, la Municipalité kurde préférait mettre en exergue le caractère multiculturel et multiconfessionnel du bâti urbain (voir les travaux de Julien Boucly dans notre édition du 24 décembre 2014).1

Selon un rapport récent de la Mairie Métropolitaine de Diyarbakır, les combats ont gravement détérioré l’église catholique arménienne située dans le quartier de Hasırlı dans le quart sud-est de la ville, la mosquée de Kursunlu, la mosquée Sheikh Muhattar avec son minaret à 4 piliers – les murs de l’édifice ayant été partiellement détruits pour faciliter l’entrée de véhicules blindés dans la rue – les magasins classés historiques situés dans la rue Yeni Kapı ainsi que le Hamam Paşa, incendié. Sont également à porter sur la liste des constructions affectées, des exemples d’architectures civiles traditionnelles, comme la bâtisse qui avait été transformée en Maison et Musée Mehmed Uzun, ou encore une rue couverte qui représentait jusque-là l’un des rares exemples de tissu traditionnel urbain de Diyarbakır.

Discours d’Ahmet Davutoğlu à Sur le 1er avril 2016

Interpellé sur la question des dommages subis par le patrimoine, le premier ministre A. Davutoğlu a répondu que Diyarbakır serait une « nouvelle Tolède », faisant allusion à la victoire franquiste sur les insurgés républicains espagnols et à la reconstruction de l’Alcazar. Et peu après la levée du couvre-feu, Sur était confisquée par un décret du Conseil des Ministres signé par le président R.T Erdoğan, le 21 mars 2016, jour de Newroz. En réalité on ne sait pas grand-chose des intentions de l’État et ceci constitue une difficulté réelle dans l’élaboration des échanges, si tant est que ceux-ci soient souhaités, entre les différents acteurs en présence, Municipalité, administrés, acteurs du patrimoine.

Ce décret prévoit l’expropriation pour 6292 des 7714 parcelles disponibles dans Sur en se fondant sur la loi n° 2942 relative à l’expropriation, soit 82% des parcelles. Les 18% de parcelles restantes appartenant déjà au TOKI (office du logement collectif) ou au trésor public cela signifie que la totalité des biens sera transformée en propriété publique2.

Cette mesure radicale, aux proportions proprement extraordinaires, correspond à un acte d’exception et est assortie, sur place, du blocage de la quasi-totalité des quartiers est de la ville et de l’isolement des quartiers ouest des autres districts de la métropole3. Une multitude de petits check-points renforcés de barricades de sacs de sable ou bien des blocs de béton condamnent totalement l’accès aux rues situées à l’est de la porte du Saray, du Han Hasan Paşa et à partir de la rue Yeni Kapı jusqu’à la porte de Mardin, toutes les rues situées à l’est de la Gazi Caddesi. La porte de Mardin est elle-même condamnée tandis que tous les points de passage ménagés dans la muraille entre Sur et le quartier de Ben-U-Sen sont fermés et que seules fonctionnent les portes d’Urfa, de Çift Kapı et de Dağ Kapı où la circulation est néanmoins filtrée par des barrages de police. Des quartiers tenus au secret, seuls transitent les nombreux camions-bennes chargés de déblais

Les rues accessibles sont vidées des jeux bruyants des ribambelles d’enfants et des allers-venues paisibles des gens ordinaires, tandis que des drapeaux turcs nouvellement apparus et autres graffiti nationalistes se déploient en tous lieux.

De telles conditions favorisent la formulation de toutes les hypothèses sur l’avenir de la vieille cité, tandis que circulent sur Internet les photographies d’une ville dévastée : Sur va être rasée et le marché de la reconstruction sera donné au TOKI ; la nouvelle ville pourrait être repeuplée de réfugiés syriens ; seuls les gecekondu seront démolis pour mettre en valeur le bâti historique… Dans tous les cas de figure la société Diyarbakıriote intra muros disparaîtra pour laisser place, au mieux, à un centre-ville « gentrifié » dans un Diyarbakırland.

Alors, Sur sera-t-elle une nouvelle Palmyre ? Le 4 juillet 2015 les murailles de Diyarbakır et le paysage culturel des Jardins de l’Hevsel étaient classés au patrimoine mondial de l’UNESCO. C’est pourquoi, durant les conflits, des rapports ont été préparés par un groupe d’experts du KUDEP (Unité de protection, de développement et de contrôle) et ont été soumis au ministère de la Culture et du Tourisme de Turquie très impliqué notamment financièrement dans l’Organisation des Nations Unies pour l’Éducation, la Science et la Culture, mais également à la Commission nationale turque pour l’UNESCO, à la Commission nationale turque pour l’ICOMOS, à la Commission nationale turque pour l’ICORP.

Il a été rappelé que la gestion du site tombait sous la protection d’une série de chartes internationales dont la Turquie est signataire comme la Déclaration universelle sur la diversité culturelle de l’UNESCO (2001), la Convention de sauvegarde du patrimoine culturel immatériel (Paris, 2003), la Convention relative à la protection du patrimoine culturel et naturel mondial (Paris, 1972), la Convention pour la protection de la propriété culturelle en cas de conflit armé (La Haye, 1954), la Charte de Venise (1964) et la Déclaration d’Amsterdam (1975) ainsi que sous celle de l’acte n°2863 de la Constitution turque intitulé : « Protection du patrimoine culturel et naturel ».

Des voix pacifistes appelant au cessez-le-feu se sont également élevées disant que les Murailles de Diyarbakır et les Jardins de l’Hevsel venaient d’être classés au patrimoine mondial de l’UNESCO. Le 28 novembre 2015, en un funeste présage, alors qu’il donnait une conférence de presse en ce sens devant un des monuments endommagés, Tahir Elçi, bâtonnier du barreau de Diyarbakır était assassiné.

Pour une grille de lecture historique de Sur

Nous voudrions revenir sur l’importance historique du centre-ville de Diyarbakır et expliquer pourquoi il est absolument capital de conserver aujourd’hui l’alignement « originel » des vieilles rues de Sur. Dans une série d’articles4 publiés dans Anatolia Antiqua il a été montré que le tissu actuel des rues de la ville était une source majeure pour la compréhension de l’histoire romaine et byzantine du site intra-muros. Selon un mécanisme assez bien connu en effet, de nombreuses villes d’origine hellénistique et/ou romaine ont conservé dans le réseau contemporain de leur trame urbaine le souvenir d’anciens aménagements de l’espace. Chacun des alignements constitués par la succession des façades de maisons, des rues, des rangées d’arbres, et de tout ce que comporte le paysage urbain a été le garant de ces pérennités remarquables.

L’observation et l’analyse de ces différents plans parcellaires ont été décisives pour comprendre les étapes anciennes de l’évolution de la ville romaine et, partant, pour affiner les propositions de datation des murailles. De même le tissu urbain conserve des anomalies parcellaires qui sont les reflets fragiles de l’antique splendeur architecturale d’Amida. Ainsi, dans le quartier de Dabanoğlu, l’étude du parcellaire a permis de repérer une empreinte identifiée à celle d’un théâtre antique. La différence de l’orientation générale des rues dans l’est et dans l’ouest de la cité a permis de mieux comprendre le plan de la Ulu Cami, de proposer de reconnaître la présence d’un forum romain à cet endroit et de replacer la construction de la façade ouest de l’édifice dans son contexte romano-byzantin. D’autres anomalies ont été repérées et permettent de faire des hypothèses importantes relatives à la restitution de la topographie antique de la ville, tandis que les nombreuses mentions de monuments anciens consignées dans les textes syriaques doivent être confrontées à l’étude de ce même tissu urbain. Cette stabilité parcellaire est le fil d’Ariane qui permet d’écrire l’histoire urbaine et topographique d’Amida/Diyarbakır, car la plupart des bâtiments publics ou religieux, l’habitat populaire ou patricien, qui fondent l’épaisseur historique de la ville forment l’écheveau de ces rues. On recense au total pas moins de 595 édifices historiques dont 147 peuvent être classés comme monuments et les 448 autres comme des exemples remarquables d’architecture civile5.

La rue de la Yeni Kapı par exemple est jalonnée de bâtiments riches d’histoire parce qu’elle fut autrefois un decumanus de la vieille ville et c’est ce statut même qui explique leur présence : la mosquée Sheikh Muhattar et son minaret à quatre pieds, l’église Surp Giragos, l’église chaldéenne et une synagogue se sont ainsi partagé une localisation prestigieuse sur cet axe parce qu’il avait été institué comme majeur par le plan romain.

Ce plan parcellaire est tout aussi important pour l’étude de la ville médiévale et ottomane. Les sources historiques mentionnent également pour les périodes postérieures à l’Antiquité toute une série de monuments toujours en place ou disparus. Il est ainsi possible de restituer dans Sur le tracé de l’ancien aqueduc de Suleyman Paşa, mais ce n’est qu’un exemple.

On comprend ainsi qu’il est essentiel de préserver l’intégrité du parcellaire du centre-ville et que toute forme d’altération de ce parcellaire détruirait irrémédiablement des pages importantes de l’histoire de Sur. Or, le peu que l’on puisse savoir sur ce qui se passe dans Sur est extrêmement alarmant, comme cette photographie aérienne qui dévoile la disparition d’îlots entiers d’habitats et la destruction des alignements historiques de la rue de la Yeni Kapı.

La guerre civile à Diyarbakır a eu un coût humain et politique extrêmement lourd et aura sans doute des conséquences importantes sur le devenir de la ville. Avant-guerre, Diyarbakır était une ville renaissante. Son classement à l’UNESCO le 4 juillet 2015 couronnait une belle aventure rendue possible par le processus de paix qui avait permis de faire place au développement de politiques culturelles ambitieuses, même si les acteurs développaient des projets divergents. Après le déferlement, dans Sur, des réfugiés des années 90, et ses conséquences sur le bâti urbain6, le classement à l’UNESCO portait un vrai espoir de renouveau pour la ville et pour ses habitants. Des initiatives personnelles, ou souvent collectives, lui redonnaient lentement vie. Elles ont par exemple débouché sur la restauration de bâtiments traditionnels, comme la Diyarbakır Evi ou le Sülüklü Han, et leur ouverture au public pour partager des projets locaux et micro-économiques. Et c’est aussi cette ambiance, cet engouement collectif, qui a créé la « dynamique UNESO », et qui ont permis à Sur d’obtenir le classement du site. C’est pourquoi Sur doit rester elle-même.

Cite this article as: Martine Assénat, "Diyarbakır : aperçu de l’après-guerre," in Dipnot, 03/05/2016, http://dipnot.hypotheses.org/1896.

  1. Julien Boucly « Une ‘capitale kurde’ en Turquie ? Derrière les murs de Diyarbakır », Moyen-Orient, 30 vol. 1, Paris, 2016, p. 84-91 []
  2. Héritage culturel. Rapport d’évaluation des dommages dans la circonscription de Sur (Diyarbakır). Conséquence du conflit armé, Diyarbakır 30 mars 2016, rapport de la Municipalité Métropolitaine de Diyarbakır. []
  3. Matthieu Gosse, « Urbicide en cours au Kurdistan : Diyarbakır, de la ville-refuge à la ville-cible », Urbanités, à paraître []
  4. Voir en ligne Amida 1, Amida 2 et Amida 3 et les parties 4 et 5 dans les livraisons suivantes []
  5. Soyukaya N., Alpay E., Kaya F., Hanar E., Yumruk Ş ve Han Z., Balsak O., sans date : Diyarbakır kültür envanteri, 2 vol. s.d. Diyarbakır. []
  6. Pour un exemple antérieur du problème du logement à Diyarbakır []

L’Archéologie dans la presse magazine turque en ce début d’année 2016

tarih dergi cover smallLa revue #Tarih Dergi (#Revue d’Histoire) propose dans son premier numéro de l’année 2016 (janvier 2016, No. 20), outre un dossier spécial revenant sur la relation étroite entre développements historiques et géographie concernant l’Anatolie, une rétrospective des principales découvertes archéologiques en Turquie durant l’année 2015.

Sous la plume de l’archéologue Şevket DÖNMEZ, maître de conférences à l’Université d’Istanbul-département de Protohistoire, onze sites ayant délivré des témoignages archéologiques remarquables sont évoqués sur deux pages. En voici la traduction presque fidèle, quelques ajouts s’y glissant afin d’éclairer le lecteur sur des aspects chronologiques.

Beyoğlu dans l’Antiquité

(Istanbul, quartier de Beyoğlu, V-VIème siècles). La restauration de la Villa Garibaldi, siège de la société italienne de secours mutuel au XIXème siècle, réalisée  sous la direction du Dr. Sedat BORNOVALI, a révélé sous les fondations une nécropole  remontant à la fin de l’époque romaine et au début de la période byzantine. Les fouilles ont été placées sous la responsabilité du Musée Archéologique d’Istanbul et seront probablement étendues aux parcelles adjacentes.

Un héritage byzantin

(Istanbul, Silivri, XI-XIIème siècles).   Les travaux d’aménagement liés au programme d’implantation d’éoliennes sur la  côte nord de la Marmara ont mis au jour  des restes d’architectures et des tombes datant de l’époque byzantine. Proches de ces vestiges, les fouilles du mur d’Anastase, daté  entre les V et VIIème siècles, effectuées sous l’égide du Musée archéologique d’Istanbul, continuent de révéler les détails de cette barrière défensive gardant le flanc ouest de Constantinople sur plus de 50 kilomètres de la Mer Noire à la Mer de Marmara.

Les graffitis de gladiateurs

(Çanakkale, cité antique de Parion, Ier-IVème siècles av. J.-C.). Les fouilles du théâtre de la cité antique de Parion, en Troade, réalisées sous la direction du Prof. Dr. Vedat KELEŞ de l’Université de Samsun, permirent d’identifier des graffitis gravés sur les murs des coulisses à l’arrière de la skéné, représentant deux gladiateurs en plein combat.

L’autel de Dionysos

(Izmir, cité antique de Téos, Ier-IIème siècle  av. J.-C.).  Des douze cités de l’Ionie antique, celle de Téos est particulièrement connue pour abriter le plus grand temple consacré  au lubrique Dionysos. Les fouilles 2015, sous la direction du Prof. Dr. Musa KADİOĞLU de l’Université d’Ankara, ont permis de découvrir un masque à proximité de l’autel de Dionysos.

Une « gentilhommière» de 5000 ans

(Kütayha, site de Çiledir Höyük, 3000-2500 av. J.-C.). Le site de Çiledir Höyük, localisé dans le bassin charbonnier de Seyitömer, fait l’objet d’une fouille de sauvetage dirigée par le Musée Archéologique de Kütahya.  Les fouilles extensives ont révélé des niveaux datant du Bronze Ancien, sur une séquence continue couvrant près d’un siècle d’occupation.  En 2015, une large structure d’habitat domestique fut mise au jour, témoignage probable de l’aisance financière et du statut social de ses habitants.

Un sarcophage à tête de Gorgone

(Çorum, Kazıklıkaya, II-IIIème siècles ap. J.-C.). Lors de travaux d’excavation dans le village de Kazıklıkaya au sud de la ville de Çorum, un sarcophage datant probablement de l’époque romaine a été découvert. Transporté au Musée de Çorum, ce linceul minéral arborant un remarquable décor représentant une tête de Gorgone, s’avère avoir été taillé dans une pierre locale apparentée au marbre, expression d’un savoir-faire régional.

Apparition de la déesse Kubaba

(Kahramanmaraş-Afşin, IX-VIIIème siècle av. J.-C.). Égarée depuis 1881, la partie supérieure d’une stèle représentant la déesse Kubaba, reine de la cité hittite de Karkemish, a été retrouvée dans le jardin d’une résidence collective d’Afşin. L’analyse détaillée des hiéroglyphes et décors qui l’ornent, réalisée par le Docteur Hasan PEKER, hittitologue à l’Université d’Istanbul,  confirme que cette pièce est la partie manquante de la stèle lacunaire de Kubaba, conservée au British Museum à Londres.

L’un des premiers sites turc

(Erzincan-site de Kemah Kalesi, XIème siècle ap. J.-C.).   Les fouilles de Kemah Kalesi, entreprises par l’Université Atatürk d’Erzurum sous la direction du Prof. Dr. Hüseyin YURTTAŞ, révélèrent un site d’habitat probablement fondé il y a 1000 ans, peu avant ou juste après la guerre de Malazgirt qui marque le tournant de la domination turque en Anatolie.

Textes  cunéiformes sur cylindres

(Gaziantep-site de Karkemish, VIIIème siècle av. J.-C.). Les fouilles du site de Karkemish, à la frontière turco-syrienne, continuent malgré le conflit syrien. Menées par les universités d’Istanbul et de Bologne, les fouilles entreprises en 2015 dans le complexe palatial hittite de Karkemish, conquis en 717 av. J.-C. par le roi assyrien Sargon II, permirent de retrouver, au fond d’un puits de la grande salle, deux cylindres de textes cunéiformes.

Une statuette de taureau en argile

(Samsun, site de Diklimtepe, 3500-2000 av. J.-C.). Les prospections menées dans la région de Samsun par le docteur Atila TÜRKER de l’Université de Samsun permirent de trouver, sur le site de Diklimtepe, une statuette de taureau datant du Bronze Ancien, témoignage des liens culturels entre les côtes de la mer Noire et le plateau anatolien.

Des monnaies mameloukes au nord de l’Anatolie

(Amasya, fouilles de la forteresse d’Harşena et du Palais des jeunes filles, XV-XVIème siècles ap. J.-C.). Menées par le docteur Emine NAZA DÖNMEZ de l’Université d’Istanbul, les fouilles de ces deux édifices symboles de la riche histoire d’Amasya depuis l’antiquité, mirent au jour quatre monnaies d’or frappées du sceaux de la fin de la dynastie mamelouke, sous le règne des sultans cairotes  Kayıtbay  et  Tomanbay. Ces monnaies pourraient repousser plus au nord les dernières frontières d’influences mameloukes, juste avant que les Ottomans en 1516, emmenés par Selim Ier, mettent un terme à près de trois siècles de domination mamelouke sur l’Égypte et la Syrie.

Certes, cette liste ne prétend pas à l’exhaustivité et le préhistorien que je suis y aurait bien ajouté quelques bifaces et lames de silex ou d’obsidienne mais, comme le souligne l’auteur dans son introduction, elle contraste avec l’arrêt, depuis 2011, de l’activité archéologique en Syrie et la triste routine des annonces de pillages, destructions et commerces illicite d’antiquités vidant la Mésopotamie et le Levant de leur patrimoine.

La Turquie serait-elle, pour autant, préservée de ces destructions ?  Ce serait oublier l’escalade armée qui, depuis l’automne 2015, étouffe l’est de la Turquie, faisant basculer la région dans un état de siège. Outre l’évidente détresse des populations locales, c’est l’économie d’une région qui pâtit de la résurgence du conflit armé, économie particulièrement vitale pour le développement des standards sociaux, des infrastructures scolaires, universitaires, médicales et culturelles grâce aux ressources qui en dérivent et, en temps normal, abondent aux budgets des municipalités.   La ville de Diyarbakır est particulièrement touchée par une récession brutale, comme la manchette du journal Dünya daté du 06 janvier 2016 le souligne : « Diyarbakır’dan Ekonomik Göç », exile économique de Diyarbakır. Le reportage du journaliste İbrahim EKİNCİ mené auprès de la Chambre de Commerce et de l’Industrie de Diyarbakır  et l’interview de son président Ahmet SAYAR sont éloquents (pp. 11-12). Rien que dans le quartier de Sur, épicentre de ce conflit urbain, pas moins de 361 commerces ont fermé. Les investissements privés sont au point mort et une crise du crédit est à craindre sous peu. Les recettes municipales sont exsangues, privées des taxes professionnelles générées par une économie en pleine croissance avant l’été 2015.

Dünya Manchette Diyarbakır smallLe classement des murailles de Diyarbakır et jardins de l’Hevsel sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO le 08 juillet dernier avait fait naitre l’espoir d’un développement touristique caractérisé par des investissements municipaux dans le mobilier urbain et privés dans l’hôtellerie. Les hôtels ont fermés, quant aux divers sites inscrits dans la zone de classement UNESCO, ils subissent les dégradations quotidiennes que les conflits armés infligent aux bâtis. Ainsi, écrit l’historien d’art Hayri Fehmi YILMAZ en pages 14 et 15 de la revue #Tarih, concernant

« Diyarbakır, là où tant de personnes ont déjà perdu la vie, parler des destructions du patrimoine historique peut sembler trivial […] pourtant, cette région, cette ville et ces monuments représentent un héritage culturel partagé entre Turcs, Kurdes, Arabes, Arméniens, Syriaques, Circassiens et Bosniaques dont la destruction porterait un coup fatal au besoin pressant de concorde ».

magma Albert Gabriel smallTriste retournement de situation pour cette ville avec laquelle l’Institut Français d’Études Anatoliennes entretient des liens historiques tissés dès 1932 par son fondateur, Albert Gabriel, auquel Zuhal ÖZEL SAĞLAMTİMUR, maître de conférences à la faculté de Communication de l’Université de l’Égée (Izmir), accorde un bel hommage dans la revue Magma (no. 8, décembre 2015 janvier 2016, pp. 30-32). Sous le titre « Albert Gabriel, l’ami des monuments », son article rappelle le rôle qu’Albert Gabriel joua dans la préservation des murailles de Diyarbakır, alors accusées d’être à l’origine d’un climat suffocant dans la ville, et condamnées à être détruites afin de favoriser une saine aération du dédale de rues.

Huit décennies plus tard, l’IFEA s’est à nouveau penché sur ce patrimoine monumental et naturel en s’associant au programme de recherche Amida (du nom de la cité antique de Diyarbakır), dirigé par Martine ASSÉNAT (Université de Montpellier 3, unité de recherche  CRISES).

Développé en partenariat avec la Municipalité de Diyarbakır et financé par le programme ENVI-Med Mistral du Ministère des Affaires Étrangères, ce programme apporta une contribution scientifique non négligeable au dossier de candidature à l’inscription de Diyarbakır sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO. Publiés en décembre 2015 grâce à la célérité de ma collègue Isabelle GILLES, les actes du premier colloque Amida, tenu à la Maison des Sciences de l’Homme de Montpellier en octobre 2014, sont consultables sur Open Edition Books.

Plus consensuel s’avère être  le dossier spécial consacré aux fouilles de Çatal Höyük dirigées par Ian HODDER (Université de Stanford), dans la revue Aktüel Arkeoloji (no. 49, janvier-février 2016). Outre une mise à jour des données essentielles à la compréhension de ce site renommé, le lecteur trouvera quelques pages intéressantes, sous la plume de Dominik LUKAS (Université de Stanford), concernant la mise en place d’un système d’archivage global en trois dimensions du site et des données terrain.

Arkeoloji dergisi cover smallOn regrettera la vision restrictive de ce dossier, essentiellement centrée sur le site en lui-même et ne laissant qu’une place mineure à une approche régionale, donnant l’image tronquée d’un site unique isolé au milieu d’un désert culturel et  socio-économique, à l’opposé du foisonnement néolithique caractérisant le plateau anatolien et ses littoraux méditerranéens et égéens entre 7000 et 5500 av. J.-C.

Pour conclure, revenons à la revue Magma où une belle surprise nous attend dans le cahier spécial « Baykuş », du nom de l’oiseau de nuit auquel rien n’échappe, le hibou (Magma Baykuş no. 8).

Magma dossier Baykus smallSous le titre « Logique, Foyer, Outil, Éthique », ce dossier explore les origines de l’homme et les multiples questions qui y sont associées, que posent les développements et lignées multiples depuis plus de 6 millions d’années à nos jours.

Loin d’être un cours magistral sur la paléontologie et le paléolithique, ce dossier, rédigé par l’anthropologue et journaliste Mustafa CEMAL, porte un regard curieux et chargé d’empathie sur l’histoire de l’homme et sa diversité. À n’en pas douter, ces pages susciteront des vocations en plus d’apporter quelques éléments de tolérance et de fraternité que l’on aimerait voir se distiller au-delà de ces lignes.

Cite this article as: Martin Godon, "L’Archéologie dans la presse magazine turque en ce début d’année 2016," in Dipnot, 13/01/2016, http://dipnot.hypotheses.org/1860.

Turquie et Azerbaïdjan en quête d’une mémoire commune

Le président azerbaïdjanais Ilham Aliev a sacrifié à la tradition en effectuant sa première visite officielle de l’année à l’étranger en Turquie, les 15 et 16 janvier derniers. Il est le second chef d’État (après le président de l’Autorité palestinienne Mahmud Abbas) à être accueilli par une garde constituée de soldats revêtus d’uniformes représentant les seize États ou empires fondés par des Turcs, figurés dans les armoiries de la Présidence de la République turque. Du fait toutefois des relations étroites entretenues par l’Azerbaïdjan et la Turquie, cet apparat revêt une signification symbolique particulière. « Une nation, deux États », selon la formule de l’ancien président azerbaïdjanais feu Heydar Aliev, martelée lors de tous les événements turco-azerbaïdjanais, et qui ferait presque oublier que le Caucase oriental n’a jamais été sous administration ottomane. La visite du président azerbaïdjanais faisait suite à celles de M. Erdoğan, alors premier ministre, à Bakou en avril 2014, puis en tant que président de la République de Turquie en septembre de la même année. Le président Aliev s’était quant à lui rendu en visite officielle en Turquie en novembre 2013 et avait participé au 4ème Sommet du Conseil des États turcophones (Türk Konseyi1) de Bodrum en juin 2014.
La visite du président azerbaïdjanais a été l’occasion de balayer un large spectre de thématiques articulées autour du désormais classique triptyque économie, énergie, sécurité. L’ensemble de ces points ont été évoqués notamment au cours du Haut conseil de coopération stratégique (Yüksek Düzeyli Stratejik İşbirliği Konseyi -YDSK) qui s’est tenu le 15 janvier. Parmi les priorités de coopération entre les deux pays en 2015 figure notamment l’accroissement du commerce bilatéral afin de porter le volume de celui-ci de 5 à 15 milliards de dollars en 2023, les investissements azerbaïdjanais escomptés en Turquie devant quant à eux atteindre 20 milliards de dollars en 2020. Annonce a été faite par ailleurs que la liaison ferroviaire Bakou/Tbilissi/Kars (qui doit permettre à terme de relier Istanbul et Pékin via Aktau au Kazakhstan et Turkmenbachi au Turkménistan) serait opérationnelle fin 2015. Il semblerait toutefois que l’inauguration, déjà reportée à plusieurs reprises, ne serait effective que courant 2016. Les questions énergétiques ont également occupé le devant de la scène, d’autant que la proposition russe  de création d’un couloir gazier turc formulée par Vladimir Poutine début décembre a considérablement rebattu les cartes dans la région. Opposées sur des dossiers sensibles au niveau international (Ukraine, Syrie) la Russie et la Turquie auraient apparemment trouvé un terrain d’entente sur le dossier énergétique2. De son côté, l’Azerbaïdjan, qui fait partie des trois pays de l’espace post-soviétique (avec la Moldavie et la Géorgie) à avoir approuvé la résolution de l’ONU favorable à l’Ukraine après l’annexion de la Crimée, paraît certes moins vulnérable aux pressions russes que son voisin arménien par exemple. Le pays, fort de ses gisements de gaz off-shore (Shah Deniz notamment) et situé sur presque toutes les voies existantes ou en projet de tubes, représente une alternative sérieuse aux options russes: outre le Transanatolian Pipeline (TANAP, avec un volume d’investissements global -extraction et transport- de 45 milliards de dollars) et le Transadriatic pipeline (TAP)3 qui devraient permettre de livrer 10 milliards de mètres cubes de gaz (du même gisement de Shah Deniz) au sud de l’Europe dès 2019, l’Azerbaïdjan pourrait également voir transiter sur son sol non seulement le gaz turkmène mais également, à terme, du gaz iranien ou irakien. La Russie dispose toutefois d’un précieux levier de pression sur l’Azerbaïdjan avec la question toujours pendante du règlement du conflit du Haut-Karabakh. Dans ce contexte, le soutien renouvelé de l’allié turc, ce au plus haut niveau, reste un atout non-négligeable. Lors de la visite du président Aliev, le ministre turc des Affaires étrangères M. Çavuşoğlu, ainsi que les ministres de l’économie M. Zeybeçki et celui des ressources naturelles M. Yıldız étaient aussi présents. La première réunion du Conseil consultatif du corridor gazier sud, qui regroupe les pays concernés par le projet TANAP, au premier chef la Turquie, l’Azerbaïdjan et la Géorgie, aura d’ailleurs lieu à Bakou en février 2015. De surcroît, le président turc a officiellement invité son homologue au sommet du G20 de 2015 qui se déroulera en Turquie.
Enfin, le volet sécuritaire a été l’occasion d’évoquer la coopération entre les deux pays dans le domaine militaire, en particulier les achats par l’Azerbaïdjan de matériel turc, et la possible installation par la Turquie d’industries de défense en Azerbaïdjan4. Pour les autorités azerbaïdjanaises, ce dossier est intimement lié à celui du Haut-Karabakh, que le président Erdoğan n’a pas manqué de commenter lui aussi, fustigeant l’inefficacité du Groupe de Minsk5. La Turquie n’a pourtant pas été plus à même d’amener les parties à résoudre ce différend apparaissant du reste désormais comme l’obstacle majeur à la normalisation des relations entre Erevan et Ankara, qui ne souhaite en aucun cas se brouiller avec son  » frère » azerbaïdjanais. Parmi les thématiques liées à la sécurité, il convient de relever en outre la signature entre les deux pays d’un « Mémorandum sur la coopération entre la Banque centrale d’Azerbaïdjan et le service d’investigation des crimes financiers du ministère des Finances de Turquie sur l’échange d’informations sur les liquidités et autres propriétés obtenues illégalement et sur le financement du terrorisme », en fait un probable accord « donnant-donnant ». Ankara est en effet vraisemblablement intéressé par les « liquidités et autres propriétés » du mouvement de Fethullah Gülen en Azerbaïdjan6. De leur côté, les autorités azerbaïdjanaises sont très préoccupées par le départ de plusieurs centaines de leurs ressortissants qui partent faire le jihad en Syrie via le territoire turc.
Au final, cette visite aura été de nouveau l’occasion de célébrer l’amitié indéfectible entre les deux pays, comme mentionné dans la déclaration finale: « Il n’y a pas d’autres pays au monde plus liés et proches l’un de l’autre que l’Azerbaïdjan et la Turquie ».
Un aspect retient néanmoins davantage l’attention lorsqu’un compare cette visite aux précédentes: l’accent mis sur la question mémorielle. Le président Erdoğan a en effet convié son homologue azerbaïdjanais aux commémorations de la bataille de Çanakkale le 24 avril 2015, c’est-à-dire la date à laquelle les Arméniens commémoreront le centenaire du génocide de 1915. Au-delà du caractère symbolique du choix déjà controversé de cette date, cette invitation constitue une sorte de point d’orgue à une véritable construction mémorielle commune entre les deux pays depuis plusieurs années déjà. La cérémonie prévue sera donc l’occasion de célébrer les 3000 « martyrs azerbaïdjanais »7 morts à Çanakkale, tandis que la mémoire des soldats ottomans de « l’Armée de l’Islam »8 fait désormais partie intégrante du récit national azerbaïdjanais contemporain. Il s’agit d’un sujet très politisé, d’autant plus que la Commune de Bakou était à l’époque dirigée par un Arménien. Force est de constater cependant que c’est un des rares épisodes pouvant être mis en exergue: l’Azerbaïdjan n’ayant en effet jamais fait partie de l’Empire ottoman, à l’exception de très brefs intervalles dans les régions occidentales, il n’existe pas de patrimoine historique commun à réinterpréter. Quoi qu’il en soit, la communion de vue historique est réelle, et elle s’est réellement matérialisée depuis le début des années 2000. Ainsi, des monuments aux soldats inconnus ottomans morts au combat ont été petit à petit construits dans plusieurs régions d’Azerbaïdjan9, l’arrivée de l’armée ottomane à Bakou en 1918 est fréquemment évoquée dans des documentaires et des émissions de télévision, et le passage à Türk şehitliyi10 fait aujourd’hui partie du protocole lors des visites d’hommes politiques turcs en Azerbaïdjan. Le souvenir de Mustafa Kemal Atatürk est également régulièrement convoqué et son portrait trône dans certains lieux officiels, par exemple à la Bibliothèque nationale Akhundov, à Bakou.
Le recours à des épisodes historiques précis en ce début de XXIème siècle a des allures de « boucle bouclée » d’un point de symbolique. La naissance d’une identité collective turque en Azerbaïdjan russe à la fin du XIXème siècle et au début du XXème siècle a en effet été le fait d’une élite urbaine et éduquée en symbiose avec l’identité turque de la fin de la période ottomane et du début de la République, dont un grand nombre était affilié à la mouvance du Müsavat. Avant même la disparition de l’URSS, les dirigeants du Front populaire d’Azerbaïdjan, notamment le futur premier président de l’Azerbaïdjan indépendant, Aboulfaz Eltchibey, ont également été animés d’un idéal pan-turquiste. Dans les deux cas pourtant, les élites politiques azerbaïdjanaises n’ont pas été motivées uniquement par des considérations que d’aucuns qualifieraient de romantiques, mais également guidés par la volonté de construire un État indépendant viable, et préoccupés par des questions d’ordre sécuritaire. Les uns et les autres se sont logiquement tournés vers la Turquie, avec plus ou moins de succès selon les périodes. En ce sens, le maintien par Bakou de relations privilégiées avec Ankara, dans un contexte où l’Azerbaïdjan doit composer avec un environnement géopolitique de plus en plus complexe, apparaît on ne peut plus cohérent. De son côté, la Turquie, au-delà des considérations énergétiques et économiques, joue également la carte symbolique pour conforter son assise dans un espace qui lui est a priori acquis.

Références
Site internet de la Présidence de la République de Turquie: http://www.tccb.gov.tr/
Site internet de la Présidence de la République d’Azerbaïdjan: www.prezident.az
Abbasov Shahin, « Azerbaijan: Potential Benefits and High Risks », Regional repercussions of the Ukraine Crisis, Europe Policy Paper, Juillet 2014, pp.11-15
Ertas Ugur, « The New Russo-turkish Pipeline, A new Chance for Nabucco West? », Caspian Center for Energy and Environment (CCEE), ADA University, N°11, décembre 2014
King Charles, The Ghost of Freedom: A History of the Caucasus, New York, Oxford University press, 2010 [2008]
Panine Alexandre, « South Stream Alternative seen as paper Tiger », The Moscow Times, 22 janvier 2015
« Turcija prodolzhit okazyvat’ podderzhku Azerbajdzhanu » [La Turquie continuera à apporter son aide à l’Azerbaïdjan], http://www.echo.az/article.php?aid=76902, 16 janvier 2015
« Ilhem Eliyevin 6 maddelik Türkiye seferi » [Le voyage en 6 points d’Ilham Aliyev en Turquie], http://bizimyol.info/news/43572.html, 16 janvier 2015
« Zavershilsja vizit prezidenta Azerbajdzhana v Turcii » [Le président de l’Azerbaïdjan en visite en Turquie], http://www.echo.az/article.php?aid=76997, 17 janvier 2015

  1. http://www.turkkon.org/tr-TR/AnaSayfa, page consultée le 27 janvier 2015. []
  2. Le « Turkish stream » (tureckij potok, en russe), rendrait possible l’acheminement du gaz russe depuis la région russe méridionale d’Anapa via la mer Noire jusqu’en Turquie et au-delà en Grèce et en Europe de l’Ouest.  Annoncé par Vladimir Poutine en pleine crise ukrainienne, le Turkish stream permettrait au fournisseur russe de récupérer une partie des installations prévues dans le cadre du « South stream », projet abandonné par l’UE début décembre 2014 suite à l’annexion de la Crimée par la Russie, tout en contournant l’Ukraine. []
  3. Qui avait définitivement mis fin au projet européen Nabucco. Celui-ci avait pour but à l’origine de relier les ressources gazières iraniennes aux marchés européens, via le Caucase du Sud, mais a été petit à petit vidé de sa substance par les projets concurrents et par des mésententes liées notamment au volume dévolu aux pays concernés. L’abandon du projet South Stream pourrait toutefois relancer Nabucco sur une partie du tracé. []
  4. À l’heure actuelle, Israël demeure le premier fournisseur du pays. []
  5. Créé en 1992 et co-présidé par les États-Unis, la Russie et la France, le groupe de Minsk est chargé d’aider les parties au conflit à atteindre une résolution pacifique au différend qui les oppose depuis près de 25 ans maintenant, sans grand succès jusqu’à présent. []
  6. Voir notre dipnot de juillet 2014 sur les répercussions de l’affaire Gülen en Azerbaïdjan. []
  7. http://www.hurriyet.com.tr/gundem/14142652.asp []
  8. À la suite de la révolution d’octobre 1917 en Russie, les provinces de Transcaucasie (Caucase du Sud) mettent à profit le chaos ambiant et une République démocratique d’Azerbaïdjan est proclamée le 28 mai 1918 (soit le même jour que la République d’Arménie et deux jours après la déclaration d’indépendance géorgienne). Le territoire de la jeune république, dirigée par le parti Müsavat d’inspiration socialiste et nationaliste, correspond à peu près aux anciennes provinces impériales russes de Bakou et Elizavetpol (actuellement Gandja). La ville de Bakou échappe toutefois à sa juridiction car elle est sous contrôle d’une Commune dirigée par les Bolchéviks, où les socialistes arméniens sont également très influents. À l’été 1918, des officiers ottomans et des volontaires caucasiens connus collectivement sous le nom d' »Armée de l’Islam » se dirigent vers Bakou afin de faire tomber la Commune. Dans un premier temps victorieux, ils sont finalement contraints de se retirer de la ville en octobre 1918 suite à la signature de l’armistice de Moudros par les Ottomans et les alliés. Bakou, en raison de ses ressources pétrolières qui attisaient les convoitises, sera ensuite sous administration britannique jusqu’en 1920 avant de repasser sous contrôle bolchévik.  []
  9. Voir par exemple celui de Bakou. http://www.utm.com.tr/eng/projeler/15_Baku.htm, page consultée le 27 janvier 2015. []
  10. Le complexe dédié aux soldats turcs tombés lors de la prise de Bakou en septembre 1918, voisin de l' »allée des martyrs » (Şehidler Khiyabani) qui abrite les tombes des soldats azerbaïdjanais ayant péri au Haut-Karabakh et des civils tués lors de l’intervention de l’armée soviétique à Bakou en janvier 1990. []

Mezopotamya’daki Amida

Diyarbakır Büyükşehir Belediyesi’nin izniyle paylaşılan görselde Diyarbakır’daki Ulu Cami’nin doğu girişi görünüyor.

Mayıs 2014

Version française

Roma sonra da Bizans İmparatorluğu kenti olan Amida’nın yani günümüz Diyarbakırının tarihinden iki büyük eser söz eder. Bunlardan ilki, Ammianus Marcellinus’un ünlü eseri Roma Tarihi’nde (Res Gestae), hükümdar Büyük Şapur’un Amida şehrini 359’daki kuşatmasını anlattığı kısımdır. İkincisi de Dicle üzerinde ulaşıma elverişli son kıyılar ile Toros kapılarını korumak üzere, Roma topraklarının bitiminde Persler’e karşı dikilmiş son kale olan, beş kilometre uzunluğundaki siyah bazalttan inşaa edilmiş bu muhteşem yapının ilk defa bilimsel olarak tarif edildiği Albert Gabriel çalışmalarıdır. Bu iki metin, bizi Amida’nın hem stratejik hem de siyasi öneminin, birden göz önüne çıktığı IV. yüzyıla götürür: 336’dan itibaren babası tarafından doğuya gönderilen II.Konstantius’a Pers savaşlarıyla uğraşmak zorundadır. Münzevi Jacques’ın Hayatı‘nda (La vie de Jacques le Reclus) da anlatıldığı gibi II.Konstantius’un Amida’ya verdiği önem, “imparatorluğundaki diğer kentleri sevdiğinden çok sevdiği şehir” diye dile getirilir. Bu yüzden şehre kendi ismini verir ve kent, Konstansiye diye anılmaya başlanır. Kentin nüfusu, 363’te Jovian’ın Nusaybin’i Persler’e bırakmasıyla alınan göçlerden sonra yükselir ve böylece kent, Mezopotamya’nın metropolü haline gelir. Şehir surları, en geniş sınırlarına yani bugünkü bildiğimiz haline kuşkusuz bu zamanda ulaşmıştır.

Günümüz tarihçiliği daha çok II.Konstantius dönemine odaklanarak yörenin başka eski dönemlerinin işlenmesini ihmal etmiş ve Süryani kaynaklar üzerinde fazlaca durmamıştır. Oysa ki IV. yüzyılda Ammianus Marcellinus’un anlatısında tarih sahnesine çıkan şehir ve 639’da kentin Araplar’ın eline geçişi ile 866’da Asur Kraliyet Yıllıkları’nda sözü geçen Amedu arasındaki tarihi kopuklukları tam da bu kaynakların ışığa çıkarabilmesi beklenmektedir. Örneğin, bir VI. yüzyıl tarih yazmanının kunegiondan söz etmesi üzerine bir tiyatro tespit edilmiştir. Bu yapı da kentin Erken Roma İmparatorluğu Dönemi’ndeki önemini doğrulamaktadır çünkü böylesi bir yapı II.Konstantius zamanında zaten artık inşaa edilmemektedir. Bu da şehrin Romalılar tarafından kurulduğu iddiasını yeniden masaya yatırmaktadır. Acaba kent, eriştiği konumunu Mezopotamya’da geçici bir vilayet kurmak isteyen Trajan’a mı, yoksa toprakları Persler’den geri alan bir Severus Hanedanına mı borçludur? Kaynakların bir Selevkos yapısından söz etmesi kentin köklerinin çok daha önceye, belki IV. Antiokhos tarafından kurulmuş bir helenistik krallığa dayanabileceğini akla getirmektedir. Yine aynı belgeler, kentin Geç Antik Dönem’de toprak idaresindeki etkisini, ayrıca şehirdeki sivil ve dini hayatının yönlerini daha önce hiç düşünülmemiş şekilde ortaya koymuştur.

Tarihi ve siyasal katmanlarının zenginliği geç anlaşılan Amida’ya bugün baktığımızda büyük bir Mezopotamya kentiyle karşı karşıya olduğumuzu anlarız. Buranın kültürel önemi ve etkileri aşikardır çünkü kent, Yüksek Mezopotamya’da, özellikle Turabdin bölgesinde, bir Hristiyan sanatı merkezi olmuştur. Belirgin klasisizm izleri taşıyan bu sanatın Pers ve Arap fetihlerine kadar korunmuş olması birçok araştırmacıyı şaşırtmaktadır. Burada Palmira gibi bir merkezin etkisini de yadsımadan, zanaatkarlar için Amida’da bulunmanın ne anlama geldiğinin altını çizmek gerekir. Ulu Cami’nin batı yüzündeki klasik oyma süsleme kesitleri ve bir gün mutlaka gün yüzüne çıkacak başka anıtlar, bu türden erken dönem süslemelerinin önce Mezopotamya’daki tüm Hristiyan sanatında, ardından da İslam sanatında devam ettirilişini kısmen açıklamaktadır. Bu süslemelerin hem yerel, hem de Arşaklı, Sasani, Yunan, Romalı, Süryani, Ermeni ve Arap etkilerini taşıyan yöre zanaatkarlarınca yapılmış olması Amida’dan kalan mirasın çok kültürlü olduğunun göstergesidir. Ayrıca Amida’nın Efesli (bugünkü Eğil) Yuhanna, Midillili Zekeriya’nın Kilise Tarihi‘ni Süryanice’ye anonim olarak çeviren keşişin ayrıca Zuknin vakayinamesini yine anonim olarak tutan rahibin memleketi olması, buranın bir edebiyat merkezi de olduğu anlamına gelir.

Araplar, 639’da ele geçirdikleri şehri Diyar Bakr ismiyle başkent yapıp şehrin bugünkü isminin temellerini atmışlardır. Kendi de Cizre vilayetinin bir kazası olan Diyar Bakr’ın kuzeyinde ve doğusunda Toroslar’ın etekleri, batısında Karaca Dağ ve güneyinde Turabdin bulunmaktadır. Şehir sonraları Emevilerin, Abbasilerin, Mervanilerin, İnallar ve Nisaniler gibi aile handeanlıklarının, Artukluların, Selçukluların, Akkoyunluların ve Sefevilerin akınlarına sahne olmuştur. Şehir, 1514’te I.Selim tarafından Osmanlı topraklarına katılmıştır. İslam’ın kabulü şehrin mimarisine önemli değişiklikler getirmiştir. Bunlara örnek olarak Ulu Cami, Mesudiye ve Zinciriye Medreseleri sayılabilir. 

Şehrin tarihi merkezi ve bu merkezin bahçesi olan Hevsel Bahçeleri’nin Unesco Dünya Mirası Listesi’ne alınmaları için talepte bulunulmuştur. Çok kuvvetli bir nüfus artışının kaydedildiği kentte tarihi mirasın korunması için türlü programlar başlatılmıştır. Şehir surlarının tarihiyle yakından ilgilenen AMIDA EnviMed/MISTRALS araştırma programı, surların nasıl inşaa edildiğini, taş ocaklarının yerlerini, şantiyelerin çalışma yöntemlerini ve bunların yakın çevreye ile şehir ve bölge ekonomisine olan etkilerini sorgulamaktadır. Roma ve Bizans dönemi izleri taşıyan günümüz şehri, sokakları, dokusu, yapısı ile belli başlı anıtları gözler önüne çıkarmaktadır.

Büyükşehir Belediyesi’nin yanı sıra Kültür ve Turizm Bakanlığı, valilik ve Diyarbakır Müzesi,  Diyarbakır’daki kültür mirasını öne çıkaran kitapların yayımlanmasını desteklemektedir. Bu ayki vitrimizde işte bu kitapların üzerinde duracağız. Yalnızca Amida ile ilgili eserler pek sınırlı olduğundan burada bunlardan birkaçını vermekle yetineceğiz. Ayrıca, IFEA’nın harita atölyesinde Diyarbakır ve çevresi hakkında belgelerin bulunduğunun da altını çizelim. 

IFEA kütüphanesi şu iki temel eseri barındırıyor:

  • Gabriel A., Voyages archéologiques dans la Turquie orientale, Paris, 1940.
  • Van Berchem M., Strzygowski J., Bell G.,  Amida. Matériaux pour l’épigraphie et l’histoire musulmanes de Diyar-Bakır, Heidelberg, Paris, 1910.

Özellikle tarih ve kent topoğrafyası alanlarında son yıllarda gerçekleştirilmiş çalışmalar:

  • Assénat M.,  Pérez A, « Amida Restituta », in Gasse A., Servajean Fr., Thiers Chr. éd., Et in Aegypto, et ad Aegyptum, Recueil d’Etudes dédiées à J. C. Grenier, CENiM, Montpellier, 2012, pp. 7- 52.
  • Assénat M.,  Pérez A, « Amida 1. Un théâtre antique à Amida », Anatolia Antiqua, XX, 2012, pp. 147-155.
  • Assénat M.,  Pérez A, « Amida 2. Un Forum à Amida », Anatolia Antiqua, XXI, 2013, pp. 135-158.
  • Assénat M.,  Pérez A.,  «Amida 3. Une fondation séleucide à Amida», Anatolia Antiqua, XXI, 2013, pp. 159-166.
  • Crow J.,« Amida and Tropaeum Traiani : a Comparison of Late Antique Fortress Cities on the Lower Danube and Mesopotamia », in, Proceedings of the British Academy 141, 2007, pp. 435-458.
  • Halifeoğlu, M, Dalkılıç N, ed, Uluslararası Diyarbakır surları sempozyumu, 19-20 Nisan 2012, Juillet 2012.
  • Keser E., « The Church of Virgin in Amida and the Martyrium at Constantia : Two Monumental Centralised Churches in the Late Antique Northern Mesopotamia, 2013, OLBA, pp. 405-435.
  • Lorain T., L’architecture militaire de Diyarbakır entre les Xe et XIIIe siècles : entre nécessité défensive et ostentation, Thèse de IIIème cycle, EPHE, 2 vol., Paris, 2011.
  • Parla C., Diyarbakır « surları ve kent tarihi », ODTÜ MFD, 1, 22, 1, 2005,  pp. 57-84.
  • Szidat J., « Civitas… fabricata est (CIL III, 6730). Überlegungen zur Neubefestigung von Amida in den Jahren 367-375 n. Chr. und zur Befestigungstätigkeit von Valens », in  Festschrift Thomas Gelzer, Berne, 1986, pp. 130-142.
  • Tuncer Orhan Cezmi, Diyarbakır camileri, mukarnas, geomarti, orantı, Diyarbakır büyükşehir Belediyesi, Kültür ve Sanat Yayinları, 1996.
  • Tuncer Orhan Cezmi, Diyarbakır evleri, Diyarbakır büyükşehir Belediyesi, Kültür ve Sanat Yayınları, 1999.
  • Tuncer Orhan Cezmi, Diyarbakır kiliseleri, Diyarbakır büyükşehir Belediyesi, Kültür ve Sanat Yayınları, 2002.
  • Tuncer Orhan Cezmi, Diyarbakır surları, Diyarbakır Valılığı, Ankara, 2012.

Diğer alanlar:

  • Barnes T.D., « Imperial Campaigns, AD 285-311 », Phoenix 30, 1976.
  • Bell G., The Churches and Monasteries of the Tur’Abdin, réimp. Londres, 1982.
  • Beysanoğlu Ş., Anıtlar ve Kitabeleri ile Diyarbakır Tarihi, 3 Cilt, Diyarbakır Büyük Şehir Belediyesi, 2003.
  • Chaumont M.-L.,  « Fondations Séleucides en Arménie Méridionale », Syria 70, 1993, pp. 431-441.
  • Flury S., «Bandeaux ornementés à inscriptions arabes : Amida-Diarbekr», XIe siècle, Syria  1920,1, pp. 235-249 ; 318-328.
  • Debié M., « Du Grec en Syriaque : la transmission du récit de la prise d’Amid (502) dans l’historiographie byzantine », Byzantinische Zeitschrift, 2003, pp. 601-622.
  • Dillemann L., Haute Mésopotamie orientale et pays adjacents. Contribution à la géographie historique de la région, du Ve s. avant l’ère chrétienne au VIe s. de cette ère, Paris, 1962.
  • Diyarbakır kültür envanteri, 2 cilt, Diyarbakır valılığı il kültür ve turizm müdürlüğü, Müze müdürlüğü.
  • Ebeling E. et al., Realexikon Der Assyriologie Und Vorderasiatischen Archäologie I, « Amida », 1922.
  • Frézouls E., « Les fluctuations de la frontière orientale de l’empire romain », in La géographie administrative et politique d’Alexandre à Mahomet, Actes du colloque de Strasbourg 14-16 juin 1979, Leyde, 1981, pp. 177-225.
  • Gyselen R., La géographie administrative de l’Empire sassanide. Les témoignages sigillographiques [Res Orientales n° I], Paris, 1989.
  • Hoffmann D., « Das spätrömische Bewegungsheer und die Notitia Dignitatum », Düsseldorf, T. I et II, 1969.
  • Jones A. H. M., The Cities of the Eastern Roman Provinces, rééd. Amsterdam, 1983.
  • Köroğlu K. et Konyar E., ed, Urartu. Doğu’da Değişim (Transformation in the East), Istanbul, 2011.
  • Korkusuz S., Seyahatnamelerde Diyarbakır, Istanbul, 2003.
  • Luther  A., « Roms Mesopotamische Provinzen nach der Gefangennahme Valerians (260) », in J. Wiesenhöfer, Ph. Huyse (éd.), Ērān ud Anērān : Studien zu den Beziehungen zwischen den Sasanidenreich und der Mittelmeerwelt, Munich, 2006.
  • Mundell Mango M., « The continuity of the classical tradition in the art and architecture of northen Mesopotamia», in Nina Garsoïan G. et al., East of Byzantium : Syria and Armenia in the formative period, Washington, 1982.
  • Palmer A., «Âmîd in the Seventh-Century Syriac Life of Theodûtê», in The Encounter of Eastern Christianity with Early Islam, éd. E. Grypeou, M. Swanson, D. Thomas : The History of Christian-Muslim Relations 5, Leiden –Boston, 2006, pp. 111-137.
  • Palmer A., Monk and Mason on the Tigris Frontier. The Early History of Tur’Abdin, Cambridge University Press, 1990. Paschoud  Fr.,  « Se non è vero, è ben trovato : tradition littéraire et vérité historique chez Ammien Marcellin », Chiron 19, 1989, pp. 37-54.
  • Sözen M., Diyarbakır’da Türk mimarisi, Istanbul, 1971.

Kültürel mirası koruma programları ile ilgili İnternet bağlantıları

Diyarbakır Büyükşehir Belediyesi’nin izniyle paylaşılan görselde Diyarbakır’daki Ulu Cami’nin doğu girişi görünüyor.

AMIDA çalışmaları, ENVI-Med bölgesel programı kapsamında desteklenmektedir. ENVI-Med, Fransa Dışişleri Bakanlığı’nın küreselleşme ve işbirliği geliştirme masasının ve CNRS’nin (Ulusal Bilimsel Araştırmalar Merkezi) Akdeniz biriminin katkılarıyla gerçekleşmektedir. Çalışmalar, ayrıca disiplinler ve kurumlararası işbirliği programı MISTRALS’in Fransa dışına açılması hareketinin bir parçasıdır.

Amida de Mésopotamie

Entrée est d’Ulu Camii (reproduite avec l’autorisation de la Mairie de Diyarbakır)

Mai 2014

Türkçe çeviri

Rassemblée sur le moment constantien, l’historiographie contemporaine a quelque peu délaissé les autres périodes de l’histoire ancienne du site. Elle ne s’est guère attardée sur l’apport des sources syriaques, lesquelles dévoilent pourtant des éléments essentiels susceptibles de combler en partie les hiatus qui séparent l’apparition de la cité sur la scène historique, dans la pleine lumière du récit d’Ammien, en amont, de la lointaine mention d’Amedu, dans les Annales Royales assyriennes en 866, et en aval, de la prise de la ville par les Arabes en 639. Par exemple, la mention d’un kunegion par un chroniqueur du VIème siècle a permis d’identifier un théâtre, monument qui atteste l’importance de la cité du Haut-Empire puisque l’on ne construit déjà plus ce type d’édifice à l’époque de Constance, ce qui pose à nouveau la question de l’origine de la fondation romaine. La ville doit-elle sa position à Trajan qui créa une éphémère province de Mésopotamie, ou à un des Sévères qui regagnèrent ces terres sur les Perses ? C’est encore, dans le même corpus, la mention retrouvée d’une fondation séleucide qui laisse soupçonner l’existence, bien antérieure encore, de la fondation d’une ville royale hellénistique, peut-être par Antiochos IV Epiphane. Ce sont les mêmes sources qui dévoilent l’emprise territoriale jusqu’alors insoupçonnée de la Métropole administrative de la fin de l’Antiquité, comme les aspects de sa vie civique et religieuse.

Rendue à son épaisseur historique et politique on retrouve désormais à Amida une grande cité mésopotamienne, on comprend son rôle et son rayonnement culturel. Elle fut un foyer de diffusion de l’art chrétien en Haute-Mésopotamie et notamment dans le Tur’Abdin, cet art au goût très marqué pour le classicisme fait l’étonnement de nombreux chercheurs puisqu’il perdure jusqu’aux conquêtes perse et arabe. Sans bien entendu nier l’influence de centres comme Palmyre, il faut souligner l’importance qu’a pu revêtir, pour les artistes, la fréquentation d’Amida ; le florilège des décors sculptés classiques offert par la façade ouest de la Ulu Cami, et sans doute par de nombreux autres monuments à découvrir, explique en partie la perpétuation de ces mêmes décors d’époque haute dans tout l’art chrétien, puis islamique de Haute-Mésopotamie. C’est un héritage multiculturel qu’Amida a diffusé parce que les décors sculptés de la ville ont forcément aussi été réalisés par des artistes locaux nourris des influences locales, mais aussi parthe, sassanide, grecque, romaine, syriaque, arménienne, arabe. Notons enfin qu’Amida fut un centre de littérature syriaque, patrie, entre autres, de Jean d’Éphèse et de Zacharie de Mytilène, ainsi que du moine anonyme de la chronique du Zuqnin.

En 639 les Arabes s’emparent de la ville et font d’elle la capitale du Diyār Bakr auquel elle doit son nom actuel. Lui-même territoire de la province de Ğazīra, le Diyar Bakr s’étend jusqu’aux piémonts du Taurus au Nord et à l’Est, prend le volcan Karaca Dağ à l’Ouest et le Tūr ‘Abdīn au Sud. La ville connaîtra par la suite l’occupation des Omeyyades, des Abbasides, des Mervanides, des familles Inalides et Nisanides, des Ortokides, des Seldjoukides, des Akkoyunlu, des Safavides. Elle devient ottomane en 1514, sous le règne du sultan Selīm Ier le Cruel. L’apparition de l’Islam entraîne d’importantes modifications architecturales dans la ville et notamment la réalisation de monuments comme la Ulu Cami, ou les Medrassa Mesudiye et Zinciriye.

Le centre historique, comme les jardins de l’Hevsel qui lui sont associés, font aujourd’hui l’objet d’une demande de classement au patrimoine mondial de l’UNESCO. Subissant une forte pression démographique la ville participe à la mise en œuvre de plusieurs programmes visant à préserver son patrimoine. Ainsi du programme AMIDA EnviMed/MISTRALS qui porte un intérêt particulier à l’histoire de la muraille et interroge les techniques de construction, la localisation des anciennes carrières, le fonctionnement des chantiers et l’impact qu’ils ont exercé sur l’environnement immédiat du site et sur l’économie de la ville et de sa région. Une empreinte de la ville romano-byzantine est également relevée dans ce que l’état contemporain conserve de cet urbanisme, ses rythmes, son réseau de rues, et propose de localiser les principaux monuments.

La grande municipalité et parallèlement le Ministère de la Culture et du Tourisme, la préfecture et le Musée archéologique soutiennent le travail de mise en valeur du patrimoine de Diyarbakır par l’édition de beaux livres auxquels ce présentoir fait place. La bibliographie directement consacrée à Amida/Diyarbakır n’est pas très abondante, nous donnons ici quelques titres à fin indicative. N’oublions pas que l’atelier de cartographie de l’IFEA possède également des documents relatifs à la ville et à la région de Diyarbakır.

La bibliothèque de l’IFEA dispose des deux ouvrages fondamentaux suivants :

  • Gabriel A., Voyages archéologiques dans la Turquie orientale, Paris, 1940.
  • Van Berchem M., Strzygowski J., Bell G., Amida. Matériaux pour l’épigraphie et l’histoire musulmanes de Diyar-Bakır, Heidelberg, Paris, 1910.

Pour des études plus récentes plus spécialement consacrées à l’histoire et à la topographie urbaine :

  • Assénat M., Pérez A, « Amida Restituta », in Gasse A., Servajean Fr., Thiers Chr. éd., Et in Aegypto, et ad Aegyptum, Recueil d’Etudes dédiées à J. C. Grenier, CENiM, Montpellier, 2012, pp. 7- 52.
  • Assénat M., Pérez A, «Amida 1. Un théâtre antique à Amida», Anatolia Antiqua, XX, 2012, pp. 147-155.
  • Assénat M., Pérez A, «Amida 2. Un Forum à Amida», Anatolia Antiqua, XXI, 2013, pp. 135-158.
  • Assénat M., Pérez A., «Amida 3. Une fondation séleucide à Amida», Anatolia Antiqua, XXI, 2013, pp. 159-166.
  • Crow J.,« Amida and Tropaeum Traiani : a Comparison of Late Antique Fortress Cities on the Lower Danube and Mesopotamia », in, Proceedings of the British Academy 141, 2007, pp. 435-458.
  • Halifeoğlu, M, Dalkılıç N, ed, Uluslararası Diyarbakır surları sempozyumu, 19-20 Nisan 2012, Juillet 2012.
  • Keser E., « The Church of Virgin in Amida and the Martyrium at Constantia : Two Monumental Centralised Churches in the Late Antique Northern Mesopotamia, 2013, OLBA, pp. 405-435.
  • Lorain T., L’architecture militaire de Diyarbakır entre les Xe et XIIIe siècles : entre nécessité défensive et ostentation, Thèse de IIIème cycle, EPHE, 2 vol., Paris, 2011.
  • Parla C., Diyarbakır « surları ve kent tarihi », ODTÜ MFD, 1, 22, 1, 2005, pp. 57-84.
  • Szidat J., « Civitas… fabricata est (CIL III, 6730). Überlegungen zur Neubefestigung von Amida in den Jahren 367-375 n. Chr. und zur Befestigungstätigkeit von Valens », in Festschrift Thomas Gelzer, Berne, 1986, pp. 130-142.
  • Tuncer Orhan Cezmi, Diyarbakır camileri, mukarnas, geomarti, orantı, Diyarbakır büyükşehir Belediyesi, Kültür ve Sanat Yayinları, 1996.
  • Tuncer Orhan Cezmi, Diyarbakır evleri, Diyarbakır büyükşehir Belediyesi, Kültür ve Sanat Yayınları, 1999.
  • Tuncer Orhan Cezmi, Diyarbakır kiliseleri, Diyarbakır büyükşehir Belediyesi, Kültür ve Sanat Yayınları, 2002.
  • Tuncer Orhan Cezmi, Diyarbakır surları, Diyarbakır Valılığı, Ankara, 2012.

Pour d’autres aspects :

  • Barnes T.D., « Imperial Campaigns, AD 285-311 », Phoenix 30, 1976.
  • Bell G., The Churches and Monasteries of the Tur’Abdin, réimp. Londres, 1982.
  • Beysanoğlu Ş., Anıtlar ve Kitabeleri ile Diyarbakır Tarihi, 3 Cilt, Diyarbakır Büyük Şehir Belediyesi, 2003.
  • Chaumont M.-L., « Fondations Séleucides en Arménie Méridionale », Syria 70, 1993, pp. 431-441.
  • Syria 1920,1, pp. 235-249 ; 318-328.
  • Debié M., « Du Grec en Syriaque : la transmission du récit de la prise d’Amid (502) dans l’historiographie byzantine », Byzantinische Zeitschrift, 2003, pp. 601-622.
  • Dillemann L., Haute Mésopotamie orientale et pays adjacents. Contribution à la géographie historique de la région, du Ve s. avant l’ère chrétienne au VIe s. de cette ère, Paris, 1962.
  • Diyarbakır kültür envanteri, 2 cilt, Diyarbakır valılığı il kültür ve turizm müdürlüğü, Müze müdürlüğü.
  • Ebeling E. et al., Realexikon Der Assyriologie Und Vorderasiatischen Archäologie I, « Amida », 1922.
  • Frézouls E., « Les fluctuations de la frontière orientale de l’empire romain », in La géographie administrative et politique d’Alexandre à Mahomet, Actes du colloque de Strasbourg 14-16 juin 1979, Leyde, 1981, pp. 177-225.
  • Gyselen R., La géographie administrative de l’Empire sassanide. Les témoignages sigillographiques [Res Orientales n° I], Paris, 1989.
  • Hoffmann D., « Das spätrömische Bewegungsheer und die Notitia Dignitatum », Düsseldorf, T. I et II, 1969.
  • Jones A. H. M., The Cities of the Eastern Roman Provinces, rééd. Amsterdam, 1983.
  • Köroğlu K. et Konyar E., ed, Urartu. Doğu’da Değişim (Transformation in the East), Istanbul, 2011.
  • Korkusuz S., Seyahatnamelerde Diyarbakır, Istanbul, 2003.
  • Luther A., « Roms Mesopotamische Provinzen nach der Gefangennahme Valerians (260) », in J. Wiesenhöfer, Ph. Huyse (éd.), Ērān ud Anērān : Studien zu den Beziehungen zwischen den Sasanidenreich und der Mittelmeerwelt, Munich, 2006.
  • Mundell Mango M., « The continuity of the classical tradition in the art and architecture of northen Mesopotamia», in Nina Garsoïan G. et al., East of Byzantium : Syria and Armenia in the formative period, Washington, 1982.
  • Palmer A., «Âmîd in the Seventh-Century Syriac Life of Theodûtê», in The Encounter of Eastern Christianity with Early Islam, éd. E. Grypeou, M. Swanson, D. Thomas : The History of Christian-Muslim Relations 5, Leiden –Boston, 2006, pp. 111-137.
  • Palmer A., Monk and Mason on the Tigris Frontier. The Early History of Tur’Abdin, Cambridge University Press, 1990. Paschoud Fr., « Se non è vero, è ben trovato : tradition littéraire et vérité historique chez Ammien Marcellin », Chiron 19, 1989, pp. 37-54.
  • Sözen M., Diyarbakır’da Türk mimarisi, Istanbul, 1971.

Liens internet vers les programmes d’études du patrimoine


AMIDAAMIDA est financé par le programme régional ENVI-Med, qui s’inscrit dans la dynamique créée par l’internationalisation du métaprogramme interdisciplinaire et inter-organismes MISTRALS. Le programme est mis en œuvre par la direction générale de la mondialisation, du développement et des partenariats(DGM) du ministère français des Affaires étrangères (MAE) conjointement à la direction MISTRALS et au bureau du CNRS pour la Méditerranée.

(Re)découvrir Diyarbakır. Les entrepreneurs du patrimoine mondial

À ce jour, la candidature de Diyarbakır pour inscription sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO, présentée sous l’intitulé de « Paysage culturel de la forteresse de Diyarbakır et des jardins d’Hevsel », doit être soumise à l’étude des experts de l’organisation internationale. Finalisé par la Municipalité Métropolitaine de Diyarbakir et transmis au centre du patrimoine mondial en janvier 2014, ce dossier dissimule encore une profonde incertitude concernant ses chances d’aboutir. Rien n’est moins acquis d’avance en effet que l’entrée dans la collection du patrimoine mondial de cette zone urbaine et agricole aujourd’hui menacée d’affectation au statut de réserve foncière.

C’est précisément cette interrogation sur les choix à venir des administrateurs et aménageurs turcs, opposant projets de protection patrimoniale et développement urbain, qui nous incite à questionner l’identité et le rôle des acteurs mobilisés lors du processus d’inscription au patrimoine mondial. Comment a-t-on redécouvert la relation millénaire entre, d’une part, des jardins redevables au fleuve Tigre de leur fécondité agricole et, d’autre part, une ville fortifiée édifiée en harmonie parfaite avec son environnement naturel ? L’insertion de ce site dans la catégorie innovante des « paysages culturels »1 laisse même à supposer une véritable découverte du patrimoine de Diyarbakır. Et considérant cette invention patrimoniale, l’on ne peut se départir d’identifier les acteurs de son élaboration.

Cette mention des implications individuelles vis à vis de la définition du site patrimonial peut paraître anodine mais elle nous permet de souligner un point méthodologique central dans la compréhension du phénomène de patrimonialisation. Elle met en valeur la nécessité d’aller au-delà de l’analyse des discours et des relations institutionnelles afin de percevoir le rôle spécifique des individus (experts, administrateurs et citoyens) dans l’écriture de l’identité et/ou de l’histoire de Diyarbakır. Nous voulons finalement suggérer dans cette note que les initiatives individuelles, au-delà des projets des institutions publiques et privées, détiennent une importance primordiale dans la patrimonialisation du site de Diyarbakır.

En tête de fil des scientifiques ayant contribués à une prise de conscience patrimoniale vis à vis de la ville fortifiée, il nous faut rendre hommage à Albert Gabriel2, archéologue et fondateur de l’Institut Français d’Études Anatoliennes, dont les recherches détiennent encore une influence majeure sur les travaux menés à Diyarbakır. Ce nom est aujourd’hui intrinsèquement lié à la forteresse et à la ville de Diyarbakır. Il est d’ailleurs communément mentionné par les Diyarbakır’lı qui exposent ses photographies au regard quotidien autant dans les cafés que dans les administrations publiques. Albert Gabriel, comme explorateur de la Turquie orientale des années 1930, est ainsi à la fois un personnage de l’histoire de Diyarbakır et un entrepreneur de son patrimoine. La prégnance de son influence peut notamment se percevoir dans le processus d’inscription à l’UNESCO. Que ce soit pour ses matériaux de recherche (cartographie, photographie, schémas) ou ses interprétations concernant la datation des murailles, son ouvrage de référence est constamment évoqué par un dossier qui lui est postérieur de près de quatre-vingts années.

Quoi qu’il en soit l’élaboration du dossier UNESCO concourt avec la période d’une véritable redécouverte du site et d’un renouvellement historiographique dont témoigne la multiplication des publications, d’inventaires et de projets de mises en valeur de l’héritage historique de la ville, allant au-delà des murailles. Dans cette entreprise patrimoniale, l’État et la mairie métropolitaine jouent des rôles de financeurs et éditeurs distincts, mettant en exergue l’existence de préférences patrimoniales parfois divergentes entre ces institutions3. Mais ces publications nous permettent surtout de constater que l’élaboration du dossier UNESCO a pu profiter d’un contexte de productions scientifiques particulièrement riche, alimenté par un certain nombre d’initiatives individuelles.

Aux cotés de ces chercheurs, de nombreux fonctionnaires de la municipalité et de la préfecture sont investis d’une autre manière dans la fabrication du patrimoine. Parmi eux, les membres de l’« unité de gestion du site » (alan yönetim birimi) de la mairie métropolitaine de Diyarbakır sont plus directement responsables de l’invention patrimoniale liée au patrimoine mondial. Ils délimitent les frontières du site à protéger, décrivent les biens patrimoniaux à valoriser et écrivent de cette manière l’histoire à raconter. Mais ceux-ci ne travaillent pas indépendamment du système institutionnel et sont de ce fait contraints de se soumettre à des relations administratives parfois conflictuelles au sein de l’État turc. S’il faut retenir une spécificité de la construction patrimoniale dans le cadre de la procédure UNESCO, c’est qu’il s’agit d’un processus obligeant la rencontre de l’État central, de la municipalité et de l’expert international. Nous ne pouvons que suggérer alors, sur la base de résultats d’entretiens informels à la mairie, les différends ayant pu surgir entre l’unité de gestion du site (municipalité) et la direction générale du patrimoine culturel (ministère) lorsque la première rédigeait le dossier et que la seconde y apportait ses demandes de rectification. La procédure UNESCO offre ainsi à la mairie une opportunité d’initiative de mise en patrimoine tout en réaffirmant le pouvoir de contrôle du Ministère de la Culture et du Tourisme (Kültür ve Turizm Bakanlığı) validant le dossier en dernière instance.

Au-delà de la relation entre les fonctionnaires du ministère et de la mairie, ce sont les échanges entre experts locaux et internationaux qui influent le plus fortement l’élaboration du site du patrimoine mondial. Cette rencontre est à l’origine d’une innovation capitale et d’une toute nouvelle conception patrimoniale : elle institue la protection du paysage culturel de Diyarbakır. C’est au cours de la réunion ICOMOS/ICOFORT d’avril 2013 consacrée à la forteresse de Diyarbakır et aux villes historiques, qu’un expert suggère aux élaborateurs du dossier de candidature d’abandonner l’idée de classer la seule vieille ville, mais d’enrichir le site inscrit en y intégrant les jardins de l’Hevsel. Cet expert international, membre d’ICOMOS international et d’une délégation nationale auprès de l’UNESCO, a fait partager sa connaissance des critères et des nouvelles tendances du patrimoine mondial en tant que consultant. Les standards internationaux promus par l’expert ont alors fait l’objet d’une appropriation et d’une transformation au sein de la mairie. Sous l’impulsion du consultant, l’idée innovante du paysage culturel a d’abord été intégrée dans le dossier. Mais en dernier lieu, ce sont bien les experts locaux qui ont finalisé le dossier. Ceux-ci ont notamment jugé que le texte de « justification pour inscription »4, rédigé à partir de la conceptualisation du consultant étranger, ne mettait pas suffisamment en valeur les spécificités locales du site. Cette partie du dossier a donc subi de nombreuses réécritures. Ainsi, si le lien harmonieux entre la forteresse et les jardins est bien hérité d’une histoire millénaire et que celui-ci suscite depuis quelques années un intérêt scientifique, sa découverte patrimoniale et son intégration dans un projet de valorisation culturelle constitue bien une innovation de la procédure UNESCO.

Nous supposons finalement que cette mise en patrimoine du paysage culturel dépasse le cadre strict de la procédure UNESCO, et ceci encore une fois en mettant en lumière le rôle d’un entrepreneur de patrimoine. La candidature UNESCO constitue à ce jour l’initiative la plus poussée de mise en patrimoine des jardins d’Hevsel dans la mesure où il propose une protection au motif de leur valeur historique, au-delà de leur richesse agricole ou écologique. Les promoteurs du dossier ne sont néanmoins pas les protecteurs exclusifs de ces lieux. Doit-on en effet s’étonner le 1er mars 2014 de voir surgir un important mouvement de contestation lorsque l’arrachage de premiers arbres annoncent un projet urbain susceptible de menacer des zones agricoles ? Doit-on percevoir à travers les vingt jours d’occupation des jardins une mobilisation aux revendications culturelles, ou simplement écologique ? Une enquête menée dans le camp des manifestants nous incite à penser que l’enjeu patrimonial détenait une place centrale dans l’argumentaire des contestataires. Il s’agit de préserver des jardins pour leurs riches vertus agricoles mais aussi de protéger l’intégrité de la ville. Au centre de la tente du « mouvement écologique de Mésopotamie » (Mezopotami ekoloji hareketi), une militante, par ailleurs employée au sein du service d’urbanisme de la mairie de Diyarbakır, a exposé le plan de zonage du site patrimonial. Il se trouve que le premier terrain où s’est attaqué le chantier du Ministère de la Ville et de l’Environnement (Çevre ve Şehircilik Bakanlığı) est situé à l’intérieur de la zone tampon du site UNESCO. L’argument patrimonial et plus spécifiquement l’inscription à l’UNESCO peuvent ainsi être pleinement intégrés dans le discours des manifestants. Il faut par ailleurs noter que l’implication des jeunes militants du Parti de la Paix et la Démocratie (Barış ve demokrasi partısı, BDP ((Parti à la tête de la mairie métropolitaine de Diyarbakır et d’un certain nombre de municipalités à forte population kurde. Cf. notre édition : http://ovipot.hypotheses.org/10150 )) ) dans la mobilisation a pu élargir ses revendications à la protection de la nature et de l’identité kurde dans la région du Sud-Est.

L’occupation des jardins de l’Hevsel au cours du mois de mars a ainsi été l’occasion d’une prise de conscience de leur valeur patrimoniale, ne serait-ce que pour les visiteurs du camp. L’introduction de l’argument de l’inscription à l’UNESCO dans cette mobilisation, conséquence directe de l’initiative d’un employé de la mairie métropolitaine, nous convainc finalement de la nécessité de rechercher les éléments d’une patrimonialisation jusqu’à l’échelle de l’analyse individuelle. Et au-delà des entrepreneurs du patrimoine, il nous faut finalement nous intéresser aux récepteurs de leur travail. Car la construction patrimoniale des jardins de l’Hevsel et de la forteresse de Diyarbakır ne peut aboutir sans que ces biens culturels ne soient appropriés par les résidents de la ville, et que ces derniers exigent que des politiques assurent leur protection.


AMIDAAMIDA est financé par le programme régional ENVI-Med, qui s’inscrit dans la dynamique créée par l’internationalisation du métaprogramme interdisciplinaire et inter-organismes MISTRALS. Le programme est mis en œuvre par la direction générale de la mondialisation, du développement et des partenariats(DGM) du ministère français des Affaires étrangères (MAE) conjointement à la direction MISTRALS et au bureau du CNRS pour la Méditerranée.
  1. Le lien entre nature et culture est au cœur de l’argumentaire soutenu par le dossier de candidature afin de démontrer la « valeur universelle exceptionnelle du paysage culturel de la forteresse de Diyarbakır et des jardins de l’Hevsel » (Cf. Diyarbakır Büyüksehir Belediyesi (janvier 2014) Diyarbakır Fortress and Hevsel Gardens Cultural Landscape, nomination for inscription on the world heritage list, fichier électronique PDF) []
  2. Cf. Gabriel Albert (1940) Voyages archéologiques dans la Turquie orientale, tome I Texte, Institut français d’archéologie de Stamboul, 375p. []
  3. Les conflits d’écriture historique – distinguant « Amed, la capitale kurde de haute Mésopotamie » et « Diyarbakır, le cœur de l’Anatolie orientale » – sont clairement perceptibles dans la comparaison de ces deux ouvrages : Tigris Amed et Çakar Yıldız (2014) AMED, Coğrafya, tarih, kültür, publié en kurde et en turc par la municipalité Métropolitaine de Diyarbakır, 540p. / Diyarbakır valiliği (novembre 2013) 33 medeniyetin dokusuyla, 12 000 yıllık mistik bir Şehir Anadolu’nun kalbi Diyarbakır, publié par la préfecture de Diyarbakır, vol.1-2., 255p /136p. []
  4. Cf. troisième partie du dossier UNESCO : Diyarbakır Büyüksehir Belediyesi (janvier 2014) Diyarbakır Fortress and Hevsel Gardens Cultural Landscape, nomination for inscription on the world heritage list, fichier électronique PDF, pp.101-122 []

Une nouvelle revue dans le champ de l’urbain, de l’archéologie à l’architecture : TAÇ (premier numéro Octobre-Décembre 2013)

2013 10-12 TAC V_Dergisi 2On connaît la fondation TAÇ (Türkiye Anıt Çevre Turizm Değerlerini Koruma Vakfı), vieille institution dédiée à la protection du patrimoine “naturel et culturel”, créée en avril 1976 sous l’égide du Ministère du tourisme et de la Banque du tourisme et sous les auspices de personnalités influentes de l’époque du monde de l’architecture et de l’histoire de l’art (Sedad Hakkı Eldem, Nurhan Atasoy, Orhan Alsaç, Doğan Kuban ou Hayati Tabanlıoğlu). TAÇ fut une institution pionnière dans le domaine du patrimoine. Cette vénérable fondation a déjà une longue histoire, mouvementée. Elle a désormais une toute nouvelle revue, qui porte son nom, tout simplement, lancée sous l’impulsion d’un architecte-restaurateur connu pour ses interventions à Tepebaşı au service de la fondation İnan Kıraç, comme pour ses velléités de carrière politique locale, Mustafa Sinan Genim. Né en 1945 à Kuzguncuk, Sinan Genim est diplômé d’architecture en 1969, année où il épouse la fille du dessinateur Nurullah Berk. Il « entre en politique locale » en 1989, en tant que membre des assemblées municipales, respectivement, de Beşiktaş (1989-1994), puis du Grand Istanbul (1994-1999), puis à nouveau de Beşiktaş (1999-2004). Il est même le candidat malheureux de l’AKP en 2009 pour la mairie de  Kadıköy. Il a publié aux éditions du Musée de Péra plusieurs ouvrages de photographies anciennes d’Istanbul.

La nouvelle revue, qui prend la suite d’une première revue (éphémère) de la fondation TAÇ publiée entre février 1986 et novembre 1987, se veut une revue d’« architecture, d’archéologie, de culture et d’art ». Ce numéro inaugural comprend, en autres, des articles sur : « Les forteresses et fortins turcs du Bosphore » (Köksal Anadol et Mehmet Demirer, pp. 4-19), « Deux villages byzantins sur la côte sud de la mer de Marmara, Soreoi et Limnai » (Enis Karakaya, pp. 20-25), « Le rivage de Kuzguncuk au début du dix-neuvième siècle d’après les registres des Bostancıbaşı » (Sinan Genim, pp. 26-37), « La construction de l’horloge d’Antalya » (Muhammet Güçlü, pp. 38-41), et « Les travaux préliminaires de restauration de l’année 2012 du théâtre d’Aizanoi » (Elif Özer, Mustafa Çimen, pp. 42-51).

Sans résumé en anglais, la revue est soignée et abondamment illustrée de cartes, photographies récentes et anciennes et de gravures. Disponible à la bibliothèque de l’IFEA ou sur commande seulement auprès de la fondation, à Eminönü (tac@tacvakfi.org.tr ).

Les « Jardins de l’Hevsel » : patrimonialisation ou urbanisation ?

Dehderî
Hevsel Gardens and Ten-Arched Bridge – Dûrzan cîrano (Own work) [CC-BY-SA-3.0 or GFDL], via Wikimedia Commons

Les jardins de l’Hevsel à Diyarbakır viennent d’être admis, avec le centre historique et ses murailles, sur la liste indicative du patrimoine de l’UNESCO par le Ministère turc du Tourisme et de la Culture. Ils représentent une surface d’environ 300 hectares étagés entre la muraille romaine et le Tigre. Voués à la culture du mûrier du ver à soie à l’époque ottomane, ces jardins vivriers et historiques sont à nouveau partagés entre l’agriculture et l’arboriculture. Ils constituent, fait notable, une « réserve historique » de première importance pour l’étude des jardins en Haute-Mésopotamie dont nous n’avons que trop peu d’exemples, pour ne pas dire pas d’exemple. À Amida/Diyarbakir des jardins sont cités dès le IXème siècle avant J.-C par les Annales royales assyriennes qui rapportent que le roi Assurnasirpal II combattit devant les portes d’Amida et réduisit à néant ses vergers. Et c’est entre Tigre et Euphrate que doivent être recherchées les réalités qui ont donné lieu à « l’Invention du Paradis » et à ses descriptions dans les textes sacrés, Bible et Coran.

Depuis plus de 10 ans urbanistes et acteurs locaux tentent, dans le contexte d’une urbanisation exacerbée, de protéger la zone juridiquement, de surveiller et de prévenir la pollution des sols, notamment en favorisant la collecte et la distribution des eaux de pluie, et de celles du Tigre, et de supprimer l’utilisation des engrais chimiques et des pesticides. Ils prônent également une limitation accrue de l’exploitation des carrières de sables. La progression en ce sens, portée par la Municipalité de Diyarbakır, et attendue dans la perspective d’un classement à l’UNESCO, s’opère dans un territoire relevant de compétences enchevêtrées (Ministère des Eaux et Forêts, Ministère des Finances (Direction générale des Biens Nationaux), Ministère de l’Agriculture et des Affaires rurales (Direction de l’Alimentation, de l’Agriculture et de l’Élevage), Ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles, Ministère de l’Environnement et de la Ville, Ministère de la Culture et du Tourisme, Conseil de Conservation du Patrimoine culturel, Direction du Musée de Diyarbakır, State Hydraulic Works ou DSI qui gère notamment les projets du GAP et de l’irrigation de l’Hevsel, Municipalité Métropolitaine et diverses associations).

Les mouvements sociaux et une partie de la presse turque dénoncent la possibilité que les Jardins de l’Hevsel, bien qu’admis sur la liste nationale indicative du patrimoine de L’UNESCO, soient réduits à la vente et au lotissement par le Ministère de l’Environnement et de l’Urbanisme, et que soient construits des barrages en amont qui affecteraient gravement l’équilibre des Jardins. Il est certain que
l’allotissement à des fins de constructions d’immeubles d’une partie des Jardins de l’Hevsel, tout comme celle de la zone tampon que constitue la vallée du Tigre, ruinerait toute possibilité d’admission du site au patrimoine mondial de l’UNESCO.

Références

Çevre Bakanlığı, « Diyarbakır Kent Ormani’ni TOKI’ye devrediyor! », Radikal, 27/11/2013 [En ligne]
Nilay Vardar, « Diyarbakır Hevsel Bahçeleri’ne Sahip Çıkıyor », Bianet, 19/11/2013 [En ligne]
Orhan Miroğlu, Hevsel Bahçesinde Bir Dut Agacı, Istanbul, Iletişim 2005, 270p.


AMIDAAMIDA est financé par le programme régional ENVI-Med, qui s’inscrit dans la dynamique créée par l’internationalisation du métaprogramme interdisciplinaire et inter-organismes MISTRALS. Le programme est mis en œuvre par la direction générale de la mondialisation, du développement et des partenariats(DGM) du ministère français des Affaires étrangères (MAE) conjointement à la direction MISTRALS et au bureau du CNRS pour la Méditerranée.

Les fouilles du Musée archéologique d’Istanbul à Tophane

Le 8 juillet 2013 j’ai visité les fouilles effectuées par le Musée archéologique d’Istanbul à Tophane. Les travaux sont conduits dans un terrain vague de forme rectangulaire allongée et en forte pente, situé le long de l’avenue Meclis-i Mebusan du côté ouest. Jusqu’aujourd’hui seul a pu être fouillé un secteur correspondant en gros à 1/3 du terrain à l’extrémité nord. Selon les archéologues responsables le reste sera fouillé une fois que les problèmes statiques créés par le haut mur de terrasse qui domine le terrain du côté ouest seront résolus.

Emplacement des fouilles (d'après Müller-Wiener 2001)
Emplacement des fouilles (d’après Müller-Wiener 2001)

Dans la partie fouillée sont apparus les vestiges en assez bon état d’un grand bâtiment que les fouilleurs datent des 6e-7e s. ap. J.-C. d’après sa technique de construction et le matériel recueilli sur les sols. La présence d’un praefurnium assez bien conservé, les diverses canalisations et tubulures que l’on voit par endroits sous le revêtement de sol, de même que l’existence de quelques bassins rectangulaires pourraient indiquer que ces espaces dallés de marbre et dont les murs étaient revêtus de plaques de marbre blanc -du moins dans leur partie basse conservée-, appartenaient à un édifice thermal. Il ne serait pas faux de dire que ces thermes faisaient partie d’un complexe plus vaste à caractère séculaire (hôtel particulier ou palais) ou sacré (monastère), car au sud, des vestiges de murs et de voûtes qui présentent une technique de construction similaire et qui donc pourraient appartenir au même complexe sont visibles en surface dans le secteur non encore  fouillé. On constate que ces vestiges ont servi par endroits de  fondation aux murs de l’École de manufacture militaire (İmalat-ı Harbiye Mektebi) dont la reconstruction à l’identique est à l’ordre du jour.

Une autre découverte remarquable est constituée par un grand sarcophage byzantin de marbre blanc, incorporé dans l’un des murs de l’édifice thermal situé du côté de la pente et qui donc servait aussi comme mur de terrasse. Le sarcophage n’a apparemment pas été déplacé au moment de la construction des thermes. Il a été au contraire délibérément laissé en place et incorporé dans le mur de terrasse, son poids considérable pouvant aider à contrecarrer la poussée latérale des terres en haut de la pente.

Vue des vestiges dans les années 70 (Eyice 1976: Fig. 5)
Vue des vestiges dans les années 70 (Eyice 1976: Fig. 5)

Les restes mis au jour dans le tiers fouillé du terrain ainsi que les ruines visibles en surface dans le secteur non encore fouillé montrent que l’emplacement de l’École de manufacture militaire, bâtiment ottoman détruit au milieu du siècle dernier dont la reconstruction à l’identique est projetée par l’Université des Beaux-Arts Mimar Sinan, est occupé dans sa totalité par d’importants vestiges datant de l’époque byzantine, comme le soulignait déjà Semavi Eyice dans les années 70 (Bizans Devrinde Boğaziçi, Istanbul 1976. pp. 19-20). Il est donc certain que la reconstruction de cet édifice entraînera la destruction totale ou partielle de ces vestiges archéologiques. Par ailleurs il faut dire que le manque de documentation (plans, relevés ou photos) ne permettra jamais une reconstruction à l’identique de ce bâtiment ottoman : le résultat ainsi obtenu sera forcément en grande partie le fruit de l’imagination des architectes contemporains. De plus, comme cet édifice détruit empiétait en grand partie sur l’avenue moderne attenante – il a été en fait démoli pour élargir celle-ci -, il est pratiquement impossible de le  reconstruire dans sa totalité.

Éclats d’Antiques, sculptures et photographies, Gustave Mendel à Constantinople

2013 Eclats Orient

M. Poulain, F. Queyrel, G. Paquot (dir.) 
Éclats d’Antiques, sculptures et photographies, Gustave Mendel à Constantinople
Armand Colin, coll. "Recherches" Paris, 2013 
ISBN 978-2200287597

Cet ouvrage est paru parallèlement à l’organisation d’une exposition du même nom, organisée à l’occasion du centenaire de la publication, en 1912-1914 à Constantinople, du monumental Catalogue des sculptures grecques, romaines et byzantines des Musées impériaux ottomans rédigé par Gustave Mendel.

Plus qu’un catalogue, ce livre réunit un nombre d’études portant non seulement sur l’œuvre de Gustave Mendel mais aussi sur l’histoire tant ancienne que récente de la fabrication et de la conservation de son œuvre. C’est également l’occasion de mener une réflexion sur ces premiers photographes d’œuvres antiques et sur la pérennité de leurs travaux, dont notamment ceux de Gabriel Millet.

L’ouvrage comporte quatre sections. La première porte sur Gustave Mendel et l’histoire du musée archéologique d’Istanbul. Elle retrace les péripéties de Gustave Mendel, ses collaborations à Istanbul et l’apport de son travail à la science. La seconde partie aborde la fabrique du savoir et l’image. Il s’agit là de présenter non seulement l’histoire du livre et des catalogues, mais aussi celle des œuvres qui y sont présentées. La troisième partie porte essentiellement sur les questions de conservation, protection et de mise en valeur de ce patrimoine formé par la masse que représente le travail effectué par Mendel. On y mentionne notamment les problèmes liés à la numérisation des photos anciennes tout autant que les nouveaux outils (Internet) qui permettent de donner une seconde vie à cette ouvre. La quatrième et dernière partie comporte le catalogue proprement dit. Il s’agit d’une sélection d’œuvres choisies à partir du travail original de Mendel, sélection enrichie par la présentation d’un matériel qui permet de contextualiser l’activité du photographe : cartes postales d’époques, peinture, échanges épistolaires, etc.

Du régime unique national de production patrimoniale au régime néolibéral, conservateur et partiellement « pluriel » : la Turquie à l’épreuve de la transition patrimoniale

Le Parti de la Justice et du Développement (AKP), vainqueur sans conteste, pour la troisième fois, aux élections législatives de juin 2011, a fait sa campagne à la télévision sur le thème de la mosaïque. La mosaïque en Turquie, c’est l’image de la diversité positive, à exalter et protéger. En outre, l’AKP se qualifie de “parti conservateur”, garant de valeurs matérielles et immatérielles communes qui permettent de cimenter la communauté nationale. La conservation, offrant aux citoyens des objets cohérents d’identification, est donc un nouvel enjeu central pour l’AKP, quitte à fabriquer ex nihilo du patrimoine. Enfin, en tant que parti résolument libéral (au sens économique), l’AKP est tenté de vendre les biens publics, de les transformer en produits touristiques ou en supports de marques alimentant le marketing urbain tous azimuts. Le pays vit donc depuis l’arrivée de l’AKP au pouvoir (novembre 2002) une transition patrimoniale intéressante à observer, en n’oubliant pas que le terme “patrimoine” n’a pas d’équivalent strict dans la langue turque (les hésitations du vocabulaire pouvant renvoyer aux fluctuations des politiques).

I) Le contexte de la redéfinition du régime de gouvernance patrimoniale ces dernières années

On rappelle ici l’importance de l’impératif touristique et développementaliste (A), l’émergence de pouvoirs locaux en demeure de promouvoir les qualités spécifiques de leur territoire (B), les changements sociétaux à l’origine d’un nouveau rapport au territoire (urbanisation et essor d’une nouvelle classe moyenne, scolarisation, élévation du niveau d’éducation, crise de l’agriculture… ) (C), les mobilités et migrations ayant induit de nouvelles sollicitations identitaires (D), les crises et défis environnementaux (E) et enfin les ouvertures politiques sur le terrain de l’expression des identités (F). Ces dernières expliquent le régime de tolérance (surveillée) qui semble prévaloir face aux productions patrimoniales alternatives des municipalités kurdes de l’est du pays.

II) La mise en place d’un autre régime de gouvernance : autres acteurs, autres normes, autres pratiques

On évoque ici le rôle des associations et fondations locales et nationales (A), la participation parfois déterminante du secteur privé (avec l’exemple de l’invention de la méditerranéi turque par une fondation liée au holding KOÇ) (B), les acteurs internationaux et leurs modes d’articulation aux acteurs locaux (C), les autres normes promues (diversité, universalité, durabilité et participation) (D) et enfin les nouvelles pratiques de gouvernance patrimoniale (inventaire, expertise,  « projet »… ) (E).

III) Les modalités de résistance de l’ancien régime et les ambiguïtés du nouveau

On note une grande inertie des récits historiques nationaux qui servent de trame immuable à la mise en séquence historique des objets patrimoniaux, à la seule différence que désormais le moment ottoman est beaucoup plus nettement mis en valeur (A), une obsession persistante de la question de l’autochtonie et de la légitimité (B), une tendance à dédoubler la production patrimoniale entre une production interne (jouant sur le nous excluant) et une production à usage externe (pour les touristes étrangers) qui mobilise des registres internationaux (C), ainsi qu’une difficulté à refondre les liens au passé après tant de traumatismes et de phases d’amnésie organisée (D). L’exemple de l’impossibilité d’ouvrir un lieu de mémoire accepté et acceptable sur le site de la catastrophe de Sivas (mort par incendie volontaire de 37 Alévis le 2 juillet 1993) est convoqué. L’option « communautariste » de la gouvernance patrimoniale, produit du pluralisme identitaire désormais cultivé, a donc des limites encore nettes.

En conclusion on s’intéresse à la fabrique ex-nihilo du patrimoine, accompagnée de tentatives de réécrire les histoires urbaines locales, à Kayseri ou Konya.

Enjeux et mise en œuvre de la restitution d’œuvres culturelles

Les arts de l’Islam au Louvre – dalbera (flickr.com)

À lire, dans le quotidien Cumhuriyet l’éditorial d’Özgen ACAR (‘Kavşak’) consacré à la question du trafic international d’œuvres culturelles (en pleine expansion sur fond de crise économique), de leurs répercussions sur les relations internationales, de l’importance de la sensibilisation de la population et du rôle joué par les institutions telles que l’UNESCO, du besoin de dialogue entre les pays concernés, au-delà de la convention de 1970 qui visait à mettre à plat le droit international en terme de restitution d’œuvres.

Read More

« Il est trois domaines qui ne souffrent pas de la crise économique : les trafics d’arme, de drogue et d’œuvres culturelles », c’est ainsi que débute le dernier éditorial (27/11/2012, en turc) d’Özgen Acar sur lequel nous rebondissons. La Turquie, dont l’héritage culturel est proverbial, souffre particulièrement de ce dernier type de trafic. Au durcissement de l’arsenal répressif, s’ajoute la multiplication de demandes de restitutions, de la part des autorités turques, d’œuvres aujourd’hui exposées dans divers musées internationaux. Ces requêtes sont à l’origine de nombreuses tensions dont les répercussions se font sentir à tous les niveaux de la coopération internationale.

L’approche de tels dossiers est complexe et nécessite une vraie réflexion, à deux volets. Le premier, international, concerne la restitution d’œuvres importées avant la convention de l’UNESCO de 1970 ; le second touche à la gestion des activités illégales au niveau national.
En effet, si les règles de droit au niveau international sont aujourd’hui assez bien respectées, et les restitutions nombreuses, pour tout objet douteux ayant été acquis par telle ou telle institution après l’entrée en vigueur de la convention de 1970 (ratifiée par la Turquie en 1981), nombreux sont encore les dossiers sources de polémiques. L’article 15 de la convention de 1970, qui précise que « Rien, dans la présente Convention, n’empêche les États qui y sont parties de conclure entre eux des accords particuliers ou de poursuivre la mise à exécution des accords déjà conclus concernant la restitution de biens culturels sortis de leur territoire d’origine, pour quelque raison que ce soit, avant l’entrée en vigueur de la présente Convention pour les États intéressés« , souligne le statut relativement flou des biens exportés avant l’entrée en vigueur de la convention. Dans ce cas précis, les négociations se font souvent au cas par cas, lors d’une négociation bilatérale entre États, au cours de laquelle s’opposent souvent des cadres juridiques nationaux différents, voire opposés, entre pays ‘riches’ aux musées bien achalandés et pays ‘émergents’ ou appartenant aux grandes économies en développement revendiquant le retour de leurs biens culturels. S’il existe aujourd’hui des conventions internationales visant à renforcer le texte initial de 1970 (Unidroit), ils ne traitent cependant pas des dossiers antérieurs à cette date. Il est rare qu’une discussion sereine, nécessaire à la résolution de tels dossiers, puisse être mise en place et les médias, dont le rôle n’est pas négligeable, attisent souvent les braises sur un dialogue fragile et délicat. L’exemple récent de la restitution par l’Allemagne du Sphinx de Boğazköy prouve cependant que des accords bilatéraux peuvent intervenir, même s’ils restent rares. Ce cas précis n’est pas cependant sans soulever un certain nombre de questions tant sur les modalités et les conditions de la signature de cet accord que sur son instrumentalisation par les pays concernés. Quoi qu’il en soit, ce dossier révèle la nécessité d’une médiation que le Comité intergouvernemental pour la promotion du retour de biens culturels à leur pays d’origine ou de leur restitution en cas d’appropriation illégale (créé en 1978, indépendant de la convention de 1970 mais visant à la compléter) peut difficilement complètement assumer du fait de sa fonction essentiellement consultative. À cet égard, la conclusion de la présentation générale de la Convention Unidroit, dont nous donnons l’extrait ci-dessous, résonne comme un constat de l’impuissance des accords internationaux s’ils ne sont pas accompagnés du dialogue et de la bonne volonté des parties prenantes, conditions sans lesquelles les relations bilatérales risquent de demeurer heurtées.

Le texte de la Convention d’UNIDROIT est le résultat d’un compromis, et comme tout compromis, il ne satisfait pas pleinement les préoccupations de chacun, mais un examen attentif de la Convention montre qu’aucune partie concernée par la Convention ne devra en pâtir de façon injuste. Cette Convention traduit des efforts véritables déployés par des juristes pour combiner justice et réalisme et pour essayer autant que faire se peut, d’établir une base pour les années à venir. L’expérience prouve cependant qu’il est une chose d’adopter une Convention internationale, et une autre de garantir son application effective. Il faudra donc maintenant répondre aux inquiétudes légitimes de certains, mais il serait dramatique que cet effort ne fût pas compris par ceux qui s’intéressent au patrimoine ou ont des responsabilités de conservation et de protection des biens culturels.

À lire aussi: De la difficile gestion des vestiges archéologiques en milieu urbain (TR)
La rubrique Kavşak d’Özgen Acar dans le quotidien Cumhuriyet