Archives par mot-clé : préhistoire

L’apparition du palais en Anatolie

10-imagenOctobre 2016
Türkçe çeviri

Symbole par excellence du pouvoir, sans cesse réactualisé, le palais désigne la demeure vaste et luxueuse d’un personnage important, en particulier la résidence d’un souverain. Une visite à l’IFEA, où l’on passe devant le Palais de France le rappelle, mais ce n’est qu’un exemple parmi tant d’autres à Istanbul (Büyük Saray, Tekfur Sarayı, Topkapı Sarayı, Dolmabahçe Sarayı, Beylerbeyi Sarayı, Yıldız Sarayı, etc.). Le palais associe l’ostentation du luxe architectural avec un aspect fonctionnel, car il sert de lieu de résidence et de centre administratif au pouvoir. Le palais désigne aussi, à partir du 15e siècle ap. J.-C., l’édifice où siègent les différents tribunaux d’une ville (palais de justice). Ces usages sont tout à fait similaires en français et en turc et de nombreux parallèles existent (Palais de l’Élysée / Cumhurbaşkanlığı Sarayı, palais de justice / adalet sarayı). Par ailleurs, l’usage commercial du mot se rencontre fréquemment à Istanbul où Simit Sarayı, Kahve Sarayı, ou Saray Muhallebicisi côtoient des hôtels luxueux appelés également saray sous l’influence de l’anglais palace.

La bibliothèque de l’IFEA possède un fonds intéressant pour remonter à l’apparition du palais, que l’on peut situer à l’âge du Bronze (3000-1200 av. J.-C.). Cette période qui voit la naissance de nombreuses civilisations que l’on appelle parfois « civilisations palatiales » où le monde économique et sociale dépend de la cour. En Mésopotamie, le palais a couramment été désigné par les sumerogrammes « E2-KAL » dans les textes dès le IIIe millénaire av. J.-C., un usage que l’on retrouve en Anatolie au IIe millénaire av. J.-C. lors de la période des Comptoirs de Cappadoce (Garelli 1963) et du Royaume Hittite (Bittel 1976). Précisons pour les enthousiastes d’étymologie que le sumérien « E2-KAL » est devenu en akkadien ēkallum et a été transmis en turc sous la forme de heykel à travers l’arabe هيكل (haykal). À l’origine, le mot qualifie une résidence et par métonymie, il sert à désigner l’ensemble des personnes qui y habitent. Le palais au Proche-Orient ancien n’est donc pas uniquement la résidence de la famille royale mais il sert également de siège au gouvernement. Les palais royaux de la ville de Mari (Syrie, Deir ez-Zor)1 font partie des témoignages les mieux documentés, et de très nombreuses publications sont disponibles à la bibliothèque sur les fouilles et les archives de Mari, tout comme à travers le portail www.Persee.fr (voir les indications bibliographiques ci-dessous). Au IIe millénaire, le palais royal de Mari mesure 200 m par 120 m et abrite 300 pièces au rez-de-chaussée. Ces dernières sont organisées selon une circulation complexe qui différencie les salles dédiées à l’administration du palais et du royaume, les zones de stockage de denrées, les appartements du roi, le harem et les lieux sacrés. En outre, de nombreux indices permettent d’identifier que ce bâtiment disposait d’un étage à présent détruit, doublant la surface et le nombre de pièces disponibles. Tant la documentation épigraphique abondante (quelque 20 000 tablettes d’argiles) que les vestiges très bien conservés (peintures, statues et nombreux objets) renseignent sur l’ostentation du bâtiment et son fonctionnement. C’est un excellent exemple qui montre comment à son origine, le palais sert à la matérialisation du pouvoir du roi et donc de soutien à la propagande et à l’idéologie royale.

L’Anatolie n’est cependant pas en reste d’exemples de palais très bien documentés. Les fouilles d’Arslantepe (à côté de Malatya) révèlent chaque année de nouveaux détails sur l’un des cas les plus passionnants, puisqu’il date de la 2e moitié du IVe millénaire (3500-3000 av. J.-C.), une période charnière qui voit l’apparition des premiers états territoriaux. Les fouilles à Arslantepe ont révélé une partie d’un bâtiment monumental, appelé « complexe palatial », construit en briques crues et dont certains murs mesurent 2 m d’épaisseur. Ce complexe regroupe tout aussi bien des temples que des zones dédiées à l’administration, des cours et des pièces de stockage. Par ailleurs, certaines productions céramiques sont, pour la première fois, produites en masse et deviennent standardisées pour faciliter la gestion des denrées. Il est difficile de parler de palais, puisque aucune pièce pour la résidence n’est connue (mais seule une partie du bâtiment a été fouillée) et les détails de l’organisation politique à cette époque sont inconnus. Néanmoins, les vestiges de nombreux scellés (masse d’argile couverte de sceaux officiels, de manière à ce qu’on ne puisse pas procéder à une ouverture sans briser les cachets), donnent une idée de l’organisation et du contrôle exercés par l’élite pour la gestion du bâtiment et du territoire qu’elle administrait. Ces scellés et l’aspect monumental de l’architecture du « complexe palatial » témoignent de l’autorité et de la position sociale de l’élite dirigeante qui se démarque de plus en plus du commun des mortels.

En revanche, avec l’apparition de l’écriture en Anatolie au début du IIe millénaire, le palais va devenir une constante dans les villes. Les premiers noms de rois (appelés « princes ») apparaissent dans les documents du Bronze Moyen (2000-1700) de Kaniš (moderne Kültepe, à côté de Kayseri). Là, dans les décombres du palais fut découverte en 1955 une lettre adressée à Waršama, prince de Kaniš. Ce palais dit « palais de Waršama », regroupe une soixantaine de pièces, construites de murs en briques d’argile crue reposant sur des fondations en pierres. On connaît également un palais antérieur et les travaux menés actuellement par F. Kulakoğlu sont en train de mettre au jour un complexe monumental du IIIe millénaire, qui pourrait bien être un palais. Le « palais de Waršama » est la résidence du couple princier, mais il abritait aussi un certain nombre de hauts dignitaires en plus de la famille royale et de la domesticité. C’est aussi le siège de l’administration anatolienne chargée de la gestion du territoire (on parle le plus souvent alors de cité-état). En outre, le palais est directement impliqué dans l’activité commerciale. Les caravanes sont redevables de plusieurs taxes, et les autorités usent de leurs prérogatives en matière de droits de préemption. Le « palais de Waršama » est l’exemple le mieux connu, mais toutes les villes devaient posséder un tel bâtiment qui regroupait toutes les fonctions qu’exerçait le souverain. C’est seulement avec l’apparition du royaume hittite au Bronze récent que l’on peut affirmer que le roi endosse aussi le rôle de « vicaire des dieux », même s’il est fort probable que cela était déjà le cas auparavant. Le palais royal de la capitale Hattuša (Boğazkale, Çorum) est l’un des premiers exemples où le palais correspond à un ensemble de plusieurs bâtiments distincts, réunis par des cours et des portiques, l’ensemble étant clairement séparé du reste de l’habitat par un mur de fortification; un schéma qui ressemble à celui de Topkapı.

À la suite de l’Âge du Bronze, le palais ne tiendra plus la place centrale qu’il avait dans les civilisations de l’âge du Bronze, où il était le centre de la vie économique et sociale, même si, en tant que résidence royale, le palais ne disparaîtra jamais. Néanmoins, si le luxe et le raffinement des palais impressionnent encore aujourd’hui et sont des témoins de l’ingéniosité d’une civilisation, il ne faut pas omettre que le palais est avant tout le résultat d’une idéologie destinée à « justifier » des inégalités exacerbées.

Bibliographie

Généralités

  • Aurenche Olivier (Ed.) 1977 Dictionnaire illustré multilingue de l’architecture du Proche-Orient ancien
    COLL XLI b 003/
  • Bittel Kurt 1976 Les Hittites
    BA 04-04
  • Forest Jean-Daniel 1996 Mésopotamie, l’apparition de l’Etat VIIe-IIIe Millénaires
    Or Gén 081
  • Garelli Paul 1963 Les Assyriens en Cappadoce
    COLL I B 19

Palais royal de Mari

  • Parrot André 1958
    Mission archéologique de Mari : Volume II : Le palais : Architecture
    COLL II 068
  • Parrot André 1958
    Mission archéologique de Mari : Volume II : Le palais : Peintures murales
    COLL II 069
  • Parrot André 1959
    Mission archéologique de Mari : Volume II : Le palais : Documents et monuments
    COLL II 070
  • Parrot André 1974
    Mari capitale fabuleuse
    HA Syr Si 02 I
  • Rouault Olivier 1977
    Mukannisum : L’administration et l’économie palatiales à Mari
  • HA Ass Gén 01 XVIII
    MARI Annales de Recherches Interdisciplinaires
    COLL XIII A 08 Volume 1 à 7

Complexe « palatial » d’Arslantepe

  • Frangipane Marcella 2001
    «Arslantepe-Malatya: A Prehistoric and Early Historic Center in Eastern Anatolia», dans Gregory McMahon and Sharon Steadman (éd), The Oxford Handbook of Ancient Anatolia: (10,000-323 BCE) https://dx.doi.org/10.1093/oxfordhb/9780195376142.013.0045
  • Frangipane Marcella 1997, A 4th Millennium Temple/Palace Complex at Arslantepe-Malatya. North-South Relations and the Formation of Early State Societies in the Northern Regions of Greater Mesopotamiai, Paléorient 23.1: 45–73
  • Frangipane Marcella (éd.) 2010. Economic Centralisation in Formative States. The Archaeological Reconstruction of the Economic System in 4th Millennium Arslantepe

Palais de Kaniš

  • Cecile Michel 2001 Correspondance des marchands de Kanish au début du IIe millénaire avant J.-C.
  • Özgüç Tahsin 1986 Kaniş II Eski yakındoğu’nun ticaret merkezinde yeni araştırmalar / New Researches at the Trading Center of the Ancient Near East
    HA Ana Si 074
  • Özgüç Tahsin 2003 Kültepe Kanış/Neşa : The earliest international trade center and the oldest capital city
    HA Ana Si 177

Palais de Hattuša et de Tapigga

  • Alp Sedat 1993 Beitrage zur Erforschung des hethitischen Tempels, Kultanlagen im Lichte der Keilschriffexte
    HA Ana Gén 200/
  • Alp Sedat 1991 Hethitische Briefe aus Maşat-Höyük
    HA Ana Si 163
  • Bittel Kurt 1970 Hattusha The Capital of the Hittites
    HA Ana Si 064
  • Neve Peter 1982 Büyükkale die Bauwerke : Grabungen 1954-1966
    HA Ana Si 030
  • Neve Peter 1992 Hattusa-Stadt der Götter und Tempel : Neue Ausgrabungen in der Haupstadt der Hethiter
    HA Ana Si 070
Cite this article as: Néhémie Strupler, "L’apparition du palais en Anatolie," in Dipnot, 03/10/2016, http://dipnot.hypotheses.org/2007.
  1. Sur la situation actuelle, on peut consulter le rapport publié en août 2016 Assessing the Status of Syria’s Tentative World Heritage Sites Using High-Resolution Satellite Imagery par l’American Association for the Advancement of Science https://www.aaas.org/page/ancient-history-modern-destruction-assessing-status-syria-s-tentative-world-heritage-sites-7 []

La préhistoire à travers la bibliothèque de l’IFEA

presentoir_prehistoireNovembre 2014

Türkçe çeviri

Pour le préhistorien que je suis, un cheminement dans la bibliothèque de l’IFEA m’offre un paysage d’ouvrages variés, aux contours évanescents oserai-je ajouter. Soyons honnête, le vaste champ des disciplines de recherches que couvre l’institut ne permet pas d’enregistrer chaque nouvel ouvrage d’archéologie préhistorique dans notre inventaire. Cet état est également la résultante de l’histoire de l’archéologie sur le territoire anatolien, la préhistoire ayant été longtemps délaissée au profit des périodes protohistoriques et classiques. Je tentais déjà de décrire cette histoire de la préhistoire proche-orientale, en 2004, dans la série Patrimoines au présent des « dossiers de l’IFEA » sur OpenEdition Books1 et en voici un exposé au travers de nos rayonnages.

Voilà bientôt un siècle que l’institut siège à Istanbul, son ouverture en 1930 coïncidant avec la mise en fouille de quelques grands sites hittites à une époque où la définition d’une préhistoire proche-orientale était encore vague. L’avènement de la discipline archéologique en Turquie va de pair avec l’essor de la République. L’ouverture aux sciences humaines et à l’histoire trouve auprès de  la jeune Université d’Istanbul (anciennement Darülfünun-ı Şahane, Maison Impériale des Sciences), de la Faculté de Langue et de Géographie d’Ankara et de la Société d’Histoire Turque, des appuis historiques. À lire la préface de Remzi Oğuz Arık dans la publication des fouilles d’Alacahöyük((Arık R.O., 1937.- Les fouilles d’Alaca Höyük entreprises par la Société d’Histoire Turque. Rapport préliminaire sur les travaux en 1935. Publications de la Société d’Histoire Turque, V. Seri-No 1. Ankara IFEA inventaire No. HA Ana Si 1.)), le lecteur saisira la dynamique académique à l’œuvre dans la Turquie des années trente. À l’instar d’Alacahöyük, d’autres fouilles historiques sont présentes dans les rayonnages de la bibliothèque de l’IFEA comme les volumes sur Boğazköy, Demircihöyük((Bittel K. & Güterbock H.G., 1935.- Boğazköy, Neue Untersuchungen in der Hethitischen Hauptsadt. Berlin : Verlag der Akademie der Wissenshaften. IFEA inventaire No. HA Ana Si 14 – Bittel K., Otto H., 1939.- Demirci-Höyük : Eine Vorgeschichtliche Siedlung an der phrygisch-bithynischen Grenze. Berlin : DAII IFEA inventaire No. HA Ana Si 55)) ou encore Tarsus((Goldman H., 1956.- Excavation at Gözlü Kule, Tarsus. From the Neolithic to the Bronze Age. Princeton : Princeton University Press. IFEA inventaire No. HA Ana Si 117 I-II a HA Ana Si 119 I-II pour les six volumes.)).

Ces ouvrages anciens et rares, outre d’un état de la recherche archéologique, témoignent surtout d’une histoire de la discipline archéologique intimement liée aux évolutions sociétales et politiques, d’hier comme d’aujourd’hui. Concernant cette histoire turque, je recommande vivement l’ouvrage d’Oktay Belli sur la contribution de l’Université d’Istanbul à l’archéologie turque((Oktay B., 2001.- Istanbul University’s Contributions to Archaeology in Turkey (1932-2000). Istanbul : İstanbul Üniversitesi Yayınları)).

Ces premières fouilles et prospections((Von der Osten H.H., 1929.- Explorations in Central Anatolia, Saeson of 1926. Research in Anatolia vol. 1, The University of Chicago. Chicago : Oriental Institute Publication.  IFEA inventaire No. HA Ana Si 9)) font partie des impressions d’une Anatolie préclassique, un statut jusqu’alors réservé à l’Égypte et au Levant, et desquelles les premières stratigraphies et chronologies relatives fixeront pour longtemps le cadre temporel, spatial et culturel sur les côtes et sur les plateaux anatoliens. Malgré quelques poteries étranges et quelques silex taillés retrouvés au fond des sondages, il n’y avait pas la moindre trace de préhistoire ou du moins, elles sont restées inaperçues jusqu’au milieu du XXème siècle. D’abord dans Amuq et Hatay avec les prospections de l’Université de Chicago((Braidwood R.J. & Braidwood L.J, 1960.- Excavation in the Plain of Antioch I, The Earlier Assemblages, Phases A-J. Chicago : Oriental Institute Publication LXI.)), puis en Cilicie avec les fouilles entreprises à Mersin par John Garstang((Garstang J., 1953.- Prehistoric Mersin. Yümüktepe in South Turkey. The Neilson Expedition in Cilicia. Oxford : Clarendon Press IFEA inventaire No. HA Ana Si 99)). Il faut attendre la fin des années cinquante pour que les archéologues préhistoriques se tournent vers l’Anatolie, repoussant ainsi la frontière virtuelle du Taurus et de la Haute Mésopotamie à l’Anatolie Centrale. Ainsi la publication par James Mellaart des fouilles de Hacılar dans la région des lacs, suivi de celles de Çatal Höyük((Mellaart J. 1970.- Excavations at Hacılar. Edinburgh University Press : BIAAHacılar IFEA inventaire No. HA Ana Si 50-63 – Mellaart J., 1967.- Çatal Höyük, a Neolithic Town in Anatolia. London : Thames & Hudson. IFEA inventaire No. HA Ana Si 50-1)) en plaine de Konya, illustrent ce front pionnier de fouilles sur les plateaux anatoliens. Un autre gentleman anglais, David French, entreprend des fouilles sur le site de Can Hasan, à l’est de la ville de Karaman et à proximité des grands axes de circulation au travers du Taurus, menant à la Cilicie((French D., 1998.- Can Hasan I. Stratigraphy and Structures. BIAA Monograph No. 23. Ankara : British Institute of Archaeology at Ankara. IFEA inventaire No. HA Ana Si 167-1)). À eux deux, ces archéologues anglais bouleversent la vision d’un néolithique uniquement levantin, limité en expansion par les rigueurs climatiques qui auraient sévi sur le Haut Euphrate et l’Anatolie Centrale au début de l’Holocène. À cet égard, notons l’excellent ouvrage édité en 2002 par Fréderic Gérard et Laurens Thissen avec le soutien de l’IFEA, et qui plonge le lecteur au fil des articles dans les relations entre cultures et environnements en Anatolie centrale((Gérard F. & Thissen L. (eds)., 2002.- The Neolithic of Central Anatolia. Proceedings of the International CANeW Table Ronde, Istanbul november 2001. Istanbul : Ege Yayınları)).

Le développement des fouilles en Syrie((Cauvin J., 1972.- Religions Néolithiques de Syrie-Palestine. Publication du Centre de Recherche d’écologie et de préhistoire Saint-André de Cruzieres No. 1. Paris : CNRS-Librairie d’Amérique et d’Orient. IFEA inventaire No. Préh. 36 – Cauvin J., 1997.- Naissance des divinités, naissance de l’agriculture. Paris : Editions du CNRS. IFEA inventaire No. Préh. 32)) accompagne cette nouvelle cartographie des premières communautés sédentaires et avec les programmes de barrages((ODTÜ-METU (ed.), 1970.- Keban Projesi 1968 Yaz Çalışmaları. Keban Project Yayınları Seri 1, yayın 1. Ankara : ODTÜ Yayınları. IFEA inventaire No. HA Ana Si 81 à 89 pour la série complète – Serdaroğlu Ü., 1977.- Surveys in the Lower Euphrate Basin-1975. Aşağı Fırat Projesi Yayınları Seri 1 No. 1. Ankara : ODTÜ Yayınları. IFEA inventaire No. HA Ana Si 82 – Bischoff D. & Pérouse J.F., 2003.- La question des barrages et du GAP dans le Sud-Est anatolien : patrimoines en danger ? Les dossiers de l’IFEA, série Patrimoines au présent No. 3. Istanbul : IFEA https://www.ifea-istanbul.net/dossiers_ifea/Bulten_Y-3.pdf)) sur l’Euphrate puis le Tigre, les frontières de ce « croissant fertile » propice à la sédentarisation et à l’agriculture vont être repoussées jusqu’au Taurus de l’est.

L’Anatolie centrale restera longtemps considérée comme une zone tampon entre un « Far West » qui n’aurait été sédentarisé que vers l’Age du Bronze, puis comme une zone de transit sur le chemin de l’Europe. À l’opposé de l’engouement archéologique soulevé par les nombreuses fouilles de sauvetage sur l’Euphrate et le Tigre, Mehmet Özdoğan se tourna, dès les années soixante-dix, du côté de la région de Marmara. Convaincu que ces territoires ne pouvaient avoir été des aires désertes, ses recherches mirent en évidence la présence de communautés sédentaires vers 6400-6000 avant J.C., aux cultures teintées de réminiscences  épipaléolithiques, renforçant d’autant son hypothèse d’une présence humaine dans l’ouest anatolien bien avant la sédentarisation.

Pour se rendre compte du chemin parcouru depuis les années soixante-dix, une série d’ouvrages édités par Mehmet Özdoğan et Nezih Başgelen entre 1999 et 2013, fait le point, renouvelé, sur les fouilles néolithiques en Anatolie. En 1999, le premier recueil d’articles de « Neolithic in Turkey » comportait un volume de texte et un second de figures((Özdoğan M. & Başgelen N. (eds.), 1999.- Neolithic in Turkey. The Cradle of Civilization. New discoveries. Istanbul : Arkeoloji ve Sanat Yayınları.  IFEA inventaire No. HA Ana Gén. 209 1-2)). En 2007, lors de leur mise à jour, ces deux volumes s’étaient considérablement alourdis[xv] au point qu’entre 2011 et 2013, ce ne sont pas moins de cinq volumes, découpés entre grandes régions anatoliennes, qui sont parus et qui offrent un panorama extrêmement complet d’une cinquantaine de fouilles en cours ou passées((Özdoğan M. & Başgelen N. (eds.), 2007.- Türkiye’de Neolitik Dönem. Yeni Kazılar, Yeni Bulgular. Istanbul : Arkeoloji ve Sanat Yayınları. IFEA Inventaire No. HA Ana Gén. 251 1-2
Özdoğan M. & Başgelen N. (eds.), 2011.- The Neolithic in Turkey. New Excavations and New Research 1 – The Tigris Basin. Istanbul : Arkeoloji ve Sanat Yayınları.
Özdoğan M. & Başgelen N. (eds.), 2011.- The Neolithic in Turkey. New Excavations and New Research 2 – The Euphrate Basin. Istanbul : Arkeoloji ve Sanat Yayınları.
Özdoğan M. & Başgelen N. (eds.), 2012.- The Neolithic in Turkey. New Excavations and New Research 3 – Central Turkey. Istanbul : Arkeoloji ve Sanat Yayınları.
Özdoğan M. & Başgelen N. (eds.), 2012.- The Neolithic in Turkey. New Excavations and New Research 4 –Western Turkey. Istanbul : Arkeoloji ve Sanat Yayınları.
Özdoğan M. & Başgelen N. (eds.), 2013.- The Neolithic in Turkey. New Excavations and New Research 5Northwestern Turkey and Istanbul. Istanbul : Arkeoloji ve Sanat Yayınları. IFEA inventaire No. HA Ana Gén. 262 1-5)).

  1. Godon M., 2004.- Le Néolithique en Anatolie, un patrimoine archéologique aux origines de nos sociétés actuelles. Les dossiers de l’IFEA, série : Patrimoines au présent No. 4, Istanbul : IFEA https://www.ifea-istanbul.net/dossiers_ifea/Bulten_Y-4.pdf []

Halet Çambel : une pionnière de l’archéologie turque

halet_1Halet Çambel, une des pionnières de l’archéologie turque, est décédée le 12 janvier 2014 à l’âge de 98 ans dans sa maison familiale sur les rives du Bosphore à Istanbul. Née en 1916 à Berlin où son père était attaché militaire auprès de l’ambassade de Turquie, elle a fait ses études secondaires à Istanbul au lycée pour filles d’Arnavutköy (Robert College).

Influencée par son professeur d’histoire, elle s’intéresse à l’archéologie et part en France pour faire des études dans ce domaine de 1934 à 1939 en Sorbonne, à l’École Pratique des Hautes Études et à l’École du Louvre.  De retour en Turquie, elle devient l’assistante du professeur Helmuth Theodor Bossert à la faculté de Lettres de l’Université d’Istanbul où elle soutient sa thèse de doctorat en 1944.

 En 1946 avec son professeur elle entreprend des travaux à Karatepe près de Kadirli en Cilicie. Les fouilles commencent en 1947 sous la direction de Bossert sur ce site qui s’avère être l’ancienne cité néo-hittite d’Azatiwataya (VIIIe s. av. J.-C.). Bossert et Çambel y découvrent des inscriptions bilingues en phénicien et en louvite qui permettent une avancée décisive dans le déchiffrement des hiéroglyphes hittites. Çambel, qui prend la direction des fouilles à partir de 1952, y travaillera pendant plus de 60 ans ; elle retournait encore y travailler chaque été pendant plusieurs mois jusqu’à il y a quelques années, malgré son âge très avancé. Elle y met au jour un complexe palatial fortifié au sommet d’une colline qui domine le fleuve Ceyhan (le Pyramos antique), avec un ensemble monumental sculpté remarquable comprenant de nombreux bas-reliefs sur orthostates, des sculptures de lions gardiens de porte et  une statue du dieu de l’orage, qui dénotent un art se distinguant par la variété des thèmes abordés et les différentes influences brassées (hittite, phénicienne, assyrienne). Elle mène une lutte acharnée contre les autorités qui veulent transporter ces pierres sculptées au musée pour que celles-ci soient laissées en place sur site. Elle obtient gain de cause et Karatepe-Aslantaş devient ainsi le premier musée à ciel ouvert de Turquie.

Çambel ne se contente pas de poursuivre des activités uniquement archéologiques dans la région ; très vite, elle va à la rencontre des paysans pour leur apprendre à mieux utiliser les ressources naturelles et le savoir-faire ancestral dont ils disposent. Sur ses conseils, les paysannes se remettent à utiliser des colorants naturels délaissés depuis longtemps et les kilims ainsi tissés sont vendus par le biais d’une coopérative fondée dans ce but. Elle combat aussi pour augmenter le taux de scolarisation des jeunes filles, très faible à cette époque dans la population rurale de la région. Très vite elle devient un personnage très connu et apprécié parmi les villageois, une conseillère et une protectrice à qui on s’adresse volontiers pour résoudre les problèmes.

Un autre site, non de moindre importance, où a travaillé Halet Çambel est Çayönü près d’Ergani (Diyarbakır) dans le sud-est anatolien. Çambel y entreprend des fouilles à partir de 1964 en collaboration avec Robert J. Braidwood de l’université de Chicago. L’habitat préhistorique qui y fut découvert a permis de suivre le processus de néolithisation de la société grâce à une longue séquence stratigraphique comprenant des phases architecturales qui vont du Néolithique précéramique A (PPNA) et B (PPNB) jusqu’au Néolithique avec céramique, avec le passage à la domestication des animaux et l’apparition de l’agriculture. Si les fouilles de Karatepe ont été un exemple précurseur en matière de protection, conservation et mise en valeur du patrimoine culturel et naturel, celles de Çayönü l’ont été pour l’interdisciplinarité dans les travaux archéologiques : Çambel et Braidwood font appel aux spécialistes de toutes les disciplines impliquées, allant du simple archéologue à l’architecte et au topographe, du paléobotaniste au paléozoologue et au paléoanthropologue, utilisant toutes les possibilités techniques d’analyse et de prospection de l’époque.

Les travaux archéologiques de terrain de Halet Çambel ne sont pas limités à ces deux sites : il faut citer parmi d’autres les fouilles de Yazılıkaya/Midas Şehri (1948-49) en collaboration avec l’Institut Français d’Archéologie de Stamboul (aujourd’hui IFEA), celles de la nécropole de Birlis et de Söğüt Tarlası (Urfa-Bozova, 1964), de Girikihacıyan (Diyarbakır, 1968-70). Elle a aussi contribué à l’organisation de la prospection archéologique systématique de la région inondable du barrage de Keban en 1966.

Les longues campagnes de fouilles et de prospections archéologiques sur le terrain n’ont pas empêché Halet Çambel de mener une activité au moins aussi foisonnante en tant qu’enseignant-chercheur à l’université d’Istanbul où elle est accueillie comme jeune assistante en archéologie en 1940,  jusqu’en 1984, année de sa retraite. Elle accède au poste de professeur en 1960 et fonde le département de Préhistoire et un laboratoire qui attirera sans tarder, grâce à ses collections de référence venant d’Anatolie, du Proche Orient et des Balkans, bon nombre de chercheurs locaux et internationaux, devenant ainsi un lieu de rencontre privilégié pour les étudiants et spécialistes du monde entier. Toujours dans le domaine de la recherche, elle contribue en 1976 à la fondation d’une unité d’archéométrie au sein du Centre de Recherches Scientifiques de Turquie (TÜBİTAK).

Le portrait de Halet Çambel serait incomplet sans citer son aspect sportif : elle a en effet représenté la Turquie dans la discipline de l’escrime aux Jeux Olympiques de 1936 à Berlin, devenant ainsi, avec sa collègue Suat Fetgeri Aşeni, la première athlète olympique féminine turque et musulmane.

halet_2

En guise de conclusion, voici un extrait d’un texte de Yaşar Kemal sur Halet Çambel écrit en août 2011, qui résume très bien sa personnalité  originale :

« Halet était d’une grande famille. Il y avait des grands vizirs parmi ses aïeuls. Son père avait participé à la guerre de libération, il avait été ambassadeur. Il avait beaucoup vécu en Europe. Halet avait fait ses études en Europe, mais elle était parmi ceux qui parlent le  mieux la langue d’Istanbul. Quelques temps après j’ai constaté que la langue utilisée par Halet s’était transformée, elle parlait maintenant avec la langue des Taurus et de la Çukurova, comme si elle était née et avait grandi dans un des villages du Taurus. J’ai aussi constaté qu’elle était devenue la grande sœur (abla en turc) de tous les villageois. Toutes les femmes en difficulté venaient la voir comme étant la meilleure personne de toute la région, celle à qui on a le plus de confiance, celle qu’on aime le plus ».

« En archéologie, on observe toujours ce qui est sous la terre. Mais il y a aussi le dessus. En général les archéologues ne font pas cas de cela. Halet a appris et aimé ce qui est sur terre autant qu’un être humain pouvait le faire. Elle a aussi appris à ceux qui voulaient l’apprendre, comment comprendre, aimer le monde « .

Quelques références bibliographiques concernant Halet Çambel qui se trouvent à la bibliothèque de l’IFEA

  • Arsebük, G., Mellink, M.J. et Schirmer (éds.), W., Light on Top of the Black Hill: Studies presented to Halet Çambel / Karatepe’deki ışık: Halet Çambel’e sunulan yazılar, İstanbul 1998 [Préh 038].
  • Çambel, H., « The Southeast Anatolian Prehistoric Project and its Significance for Culture history », Belleten XXXVIII, 1974, pp. 361-377 [HA Ana Gén 141-10 (tap)].
  • Çambel, H.,  » Chronologie et organisation de l’espace à Çayönü », Colloques Internationaux du CNRS No. 598 : Préhistoire du Levant, Maison de l’Orient, Lyon les 10-14 juin 1980, Paris 1981, pp. 532-553 [HA Ana Gén 141-14 (tap)].
  • Çambel, H., « Karatepe-Aslantaş, Aslantaş barajı göl alanı ve 1982 dönemi çalışmaları », KST V, Ankara 1984, pp. 153-161 [Ha Ana Si 071 (tap)].
  • Çambel, H., « Karatepe-Aslantaş ve Domuztepe 1984 yılı çalışmaları », KST VII, Ankara 1986, pp. 271-285 [HA Ana Si 072 (tap)].
  • Çambel, H.,  » Domuztepe Son Araştırmalar Işığında Yeni bir Değerlendirme », Anadolu Araştırmaları / Jahrbuch für Kleinasiatische Forschung X, 1986, pp. 32-44 [HA Ana Si 053 (tap)].
  • Çambel, H., Arsebük, G. et Kantman, S, Çok Dilli Arkeoloji Sözlüğü / Multilingual Dictionary of Archaeological Terms / Dictionnaire multilingue d’archéologie / Mehrsprachiges archäologisches Worterbuch, İstanbul 1994 [Ar Méth 073].
  • Çambel, H. et Braidwood, R. J., İstanbul ve Chicago üniversiteleri karma projesi : Güneydoğu Anadolu Tarihöncesi Araştırmaları / The Joint Istanbul-Chicago Universities : Prehistoric Research in Southeastern Anatolia I, Istanbul 1949 [HA Ana Gén 022].
  • Çambel, H. et Braidwood, R. J.,  » The Çayönü Excavations: Overview Through 1981″, Prehistoric Village Archaeology in South-Eastern Turkey : The eighth millenium B.C. site at Çayönü: Its chipped and ground stone industries and faunal remains, BAR International Series 138, Oxford 1982 [HA Ana Gén 141-13 (tap)].
  • Çambel, H. et Braidwood, R. J., « Çayönü Tepesi « , Festschrift für Kurt Bittel : Schritte zu neuen Lebensweisen, Beiträge zur Altertumskunde Kleinasiens, Mainz am Rhein, s.d., pp. 155-156 [HA Ana Si 051].
  • Çambel, H. et Özdoğan, M.,  » 1983 yılı Domuztepe çalışmaları », KST VI, Ankara 1985, pp. 259-272 [HA Ana Gén 141-24 (tap)].
  • Özyar, A. et Çambel, H., Karatepe-Aslantaş Azatiwataya: Die Bildwerke, Mainz 2003 [HA Ana Si 175]