Archives par mot-clé : publications

From one bibliography to another… Regarding the latest “Dossier de l’IFEA”

IFEABulten 21_K_couvOn February 11, 2014 the 21st issue in the series « Turkey today » of the journal Dossiers de l’IFEA was put online. Entitled Istanbul bibliography 2000-2013, this thick issue echoed the number 4 of the same series – The Istanbul megalopolis 1960-2000 – published in October 2000, nearly fifteen years ago. The creation of this series reflects a research tradition that is part of the identity of our institution. Without pretending to compare these two productions, as the first had very modest ambitions, the confrontation of these two issues – the first with twenty pages while the second totals two hundred and sixteen – inspired a few remarks.

The striking difference in volume between the two issues is partly due to a significant rise in the number of studies on Istanbul since the beginning of the year 2000, itself due both to the increase in the number of sites for the production of knowledge on Istanbul (new universities, new foundations, new research centers) and the emergence of Istanbul as a privileged « urban product » on the international tourism market (which is the subject of a separate category, p. 198-201), as well as cultural practices and research. The increasing international visibility of Turkey and exceptional leadership role of Istanbul in this process have undoubtedly played well: the entrance of Istanbul in the international agenda as a tourist destination and site for special events has been accompanied by a renewed interest in studies about the megalopolis.

On the other hand, the rapid increase of large developments as well as urban transformation in the 2000s decade has had the effect of drawing attention to Istanbul, both in terms of architectural and urban projects, as well as regarding the social movements triggered by interventions that are sometimes forceful and violent. Also, as Eda Güçlü has pointed out – whose research draws on the often unexplored universe of student productions -, the amount of academic work critical of the government’s urban transformation policies is quite striking. In the same vein and in a reactive/interactive way regarding the socio-economic and political developments recorded, other themes have taken a prominent place in the bibliography: the environment, cultural policies, heritage conservation, or socio-spatial segregation. Academic production, as this issue reflects, is also influenced by fads or context (as the context in 2010 when Istanbul was one of the European Capitals of Culture) or by inertia effects that one can quite easily identify.

The 2000s also saw the affirmation of a conservative gaze upon Istanbul supported by new institutions (such as some private universities, some research centers, some publishing houses – like Timaş – or some authors who have become very prominent). This gaze is at the origin of numerous publications on objects of study, districts, « monuments », moments in history, social groups and figures hitherto little considered by the scientific production devoted to Istanbul.

Moreover, the inflation of localized studies (pp. 19-27) also deserves to be highlighted. If in the previous bibliography an inflection to the local had been noticed, since the late 1990s we are witnessing the development of a massive movement in this direction. At the university, some social science disciplines have clearly shifted their focus towards studies rooted in nearby and more specific fields. The immediate environment thus seems to have become a research topic in its own right, accepted as such.

The question of improving the conditions of possibility of urban research may also be raised. In the 1990s still, fieldwork in Istanbul was not always easy, in a context of great political instability, intense but chaotic urban growth, and a general distrust of social scientists (and not just of foreigners). The climate has definitely changed. The ethnic dimension that was repressed for a long time or considered suspect has been openly integrated in the research field, which is no longer confined to recognized religious minorities (even if the tropism remains).

Finally, the period considered is one of a change in publishing media, with the systematization of « online » production – of which this issue is also an example – which, to use the perspective of the theory of media spheres, has changed the conditions of production and distribution. Istanbul studies have not escaped this trend, and have seen the emergence of new products that are now taking an important place in the bibliographies. Other products have unfortunately disappeared since 2000, such as the « Journal of Istanbul » (İstanbul Dergisi), published by the Foundation for History, whose life was short (1992-2008, with 59 numbers which remain a very valuable resource).

In a nutshell, the « lost paradigm of Turkish society » (in the words of Şirin Tekeli) to which we alluded in the introduction to the 2000 issue is in the process of being appropriated – appropriation of a story, of an environment, of neglected populations and territories – , as evidenced by this impressive bibliography. Therefore, it seems important to us for the IFEA to continue, especially through its observatories, to make more visible and accessible for a public who cannot follow the scientific production in Turkey, contributions that should be taken seriously into account by European research. Moreover, the creation of an email address exclusively devoted to proposals to extend this bibliography highlights the spirit of the enterprise: a work in progress shared as much as possible online. Our ambition, in the longer term, is to eventually develop upgradable « resource centers » on other themes currently under research at the IFEA.

Compte-rendu de lecture : Pîrî Reis, Evliya Çelebi, Deux regards ottomans sur Alexandrie

EtAlex30_Bacque-Tuchscherer Pîrî Reis, Evliya Çelebi, Deux regards ottomans sur Alexandrie, traduits et commentés par Jean-L0uis Bacqué-Grammont et Michel Tuchscherer, Centre d’Études alexandrines, 2013, 252 p.

Piloté et coordonné par le Centre d’Études alexandrines, le programme Alexandrie ottomane et moderne a été institué par Jean-Yves Empereur en 2005 sous la direction scientifique de Michel Tuchscherer, professeur émérite à l’Université d’Aix-Marseille et de Ghislaine Alleaume de l’IREMAM. Depuis septembre 2013 Faruk Bilici, professeur à l’Inalco, est délégué pour un an renouvelable afin de développer ce projet à partir des archives ottomanes.

C’est dans ce cadre que la collection Alexandrie ottomane a commencé à paraître à partir de 2011 dans les Études Alexandrines. Le premier numéro était consacré à deux études : « Le renouvellement des privilèges de la Nation des Français et des Catalans à Alexandrie en 1528 » (Michel Tuchscherer) et “Reports of Venetian Consuls in Alexandria (1554-1664)” (Maria Pedani).

Aussi, ce second volume d’Alexandrie ottomane constitue le 30e numéro des Études alexandrines et met à jour deux textes fondamentaux de l’époque ottomane consacrés à Alexandrie et ses environs : « Les atterrages de la région d’Alexandrie dans les instructions nautiques de Pîrî Reis » ( vers 1470-1554), provenant de son Kitâb-i Bahriyye (Livre des choses de la mer)  et « Alexandrie, Aboukir et Rosette en 1672), tiré du Seyahatname (Livre de voyages) d’Evliyâ Çelebî (1611-vers 1684).

Ces deux textes sont accompagnés de cartes d’Alexandrie provenant des copies  du Kitâb-i Bahriyye conservées dans différentes bibliothèques, mais aussi et surtout de très nombreux commentaires, notes, d’un index et d’une bibliographie  qui permettent une juste appréciation de ces deux textes.

Le premier texte, celui de Pîrî Reis est une édition des chapitres concernant Alexandrie dans les deux versions (1521 et 1526), accompagnée de la traduction de Jean-Louis Bacqué-Grammont et de celle de Jean-Dominique Cardonne1 . Destinés à être efficaces, ce texte et les cartes d’Alexandrie dans le Kitâb-i Bahriyye sont suivis par un chapitre consacré aux « atterrages de la région d’Alexandrie dans quelques portulans européens, allant du XIIIe (Il compasso da navigare)  au XIXe siècle (Le portulan de Luigi Lamberti) ».  Même si d’une version à l’autre les contours et les détails diffèrent dans ces cartes, l’ensemble constitue une base d’informations très précieuse.

Quant « au second regard », celui d’Evliyâ Çelebî, il s’agit, comme tout le reste des dix volumes de son  Seyahatname,  d’un texte prolixe et foisonnant offrant des données et descriptions  aussi précises que précieuses, entremêlées avec des anecdotes invraisemblables sur Alexandrie. Aussi, autant la période de la fondation d’Alexandrie et même son fondateur Alexandre le Grand  sont enveloppés dans des mystères et explications hautement fantaisistes, autant les très nombreux renseignements issus de  ses propres observations et lectures corroborent ceux des voyageurs et surtout des savants et spécialistes de la Description d’Égypte. En effet, probablement en mission officielle à Alexandrie  durant l’hiver 1672-1673, Evliyâ a eu largement le temps d’étudier la géographie, les fortifications, les bâtiments religieux, militaires et civils d’une certaine importance, mais aussi le commerce d’Alexandrie et de Rosette, sans parler des ports et de l’arsenal.

De nombreuses informations fournies par Evliyâ Celebi sont confrontées pour la première fois de manière systématique à celles fournies par les archives du Mahkama d’Alexandrie dont les documents sont conservés aux Archives nationales d’Égypte au Caire.

  1. J-D.  Cardonne (trad…par), Le flambeau de la Mer Méditerranée ou Description de toutes les isles, Cotes, Villes, Forteresses, Caps, Promontoires , Rochers, et Bancs de sable…., BnF, manuscrits occidentaux, Nouvelles acquisitions Françaises FF 22972 (f° 117 v : traduction achevée le 9 octobre 1765) []

D’une bibliographie à l’autre… À propos du dernier “dossier de l’IFEA”

IFEABulten 21_K_couvLe 11 février 2014 était mis en ligne le numéro 21 de la série “la Turquie aujourd’hui” des dossiers de l’IFEA. Intitulé Istanbul bibliography 2000-2013, cet épais dossier fait écho au numéro 4 de la même série – La mégapole d’Istanbul. 1960-2000 – paru en octobre 2000, soit il y a près de quinze ans. Cette mise en série traduit une tradition de recherche qui participe de l’identité de notre institution. Sans prétendre comparer les deux entreprises, la première étant fort modeste dans ses ambitions, la mise en regard de ces deux dossiers – le premier fait vingt pages alors que le second en totalise deux cent seize – inspire quelques remarques.

La différence frappante de volume entre les deux dossiers est liée en partie à une “montée en puissance” des études sur Istanbul depuis le début de l’année 2000, elle-même due à la fois à l’augmentation des foyers de production du savoir sur Istanbul (nouvelles universités, nouvelles fondations, nouveaux centres de recherche) et à l’émergence d’Istanbul comme “produit urbain” privilégié sur le marché international du tourisme (qui fait l’objet d’une catégorie à part, pp. 198-201), des pratiques culturelles et de la recherche. La montée en visibilité internationale de la Turquie et le rôle moteur d’exception dévolu à Istanbul dans ce processus ont de même incontestablement joué : l’entrée dans l’agenda international d’Istanbul comme place événementielle et destination touristique s’est accompagnée d’un regain d’intérêt des études sur la mégapole.

D’autre part, l’accélération des grands travaux comme de la transformation urbaine dans la décennie 2000 a eu pour effet d’attirer l’attention sur Istanbul, tant au niveau des projets architecturaux, urbanistiques, que des mouvements sociaux suscités par des interventions parfois lourdes et violentes. Aussi, comme le souligne Eda Güçlü – qui a mené ses investigations dans le continent souvent peu exploré des productions des étudiants -, la quantité des travaux universitaires critiques par rapport aux politiques de transformation urbaine est assez saisissante. Dans la même optique, et de manière réactive/interactive par rapport aux évolutions socio-économiques et politiques enregistrées, d’autres thématiques ont pris une place remarquable  dans la bibliographie : environnement, politiques culturelles, conservation des héritages ou ségrégation socio-spatiale. La production, telle que la reflète ce dossier, est aussi influencée par des effets de mode, de contexte (comme le contexte offert par l’année 2010 où Istanbul était une des capitales européennes de la culture) ou des effets d’inertie.

La décennie 2000 est aussi marquée par l’affirmation d’un regard conservateur sur Istanbul porté par de nouvelles institutions (comme certaines universités privées, certains centres de recherche, certaines maisons d’édition – à l’instar de Timaş – ou certains auteurs devenus très en vue). Ce regard est à l’origine de nombreuses publications sur des objets d’études, quartiers, “monuments”, moments de l’histoire, groupes sociaux et figures jusque-là peu pris en compte par la production scientifique consacrée à Istanbul.

Par ailleurs, l’inflation d’études localisées (pp. 19-27) mérite aussi d’être soulignée. Si dans la précédente bibliographie une inflexion vers le local avait été pressentie, depuis la fin des années 1990, c’est à un mouvement massif auquel on assiste. À l’université, certaines disciplines en sciences sociales se sont nettement réorientées vers des études plus ancrées dans des terrains précis et proches. L’environnement immédiat paraît ainsi être devenu un objet de recherche à part entière, assumé.

La question de l’amélioration des conditions de possibilité des recherches urbaines peut en outre être soulevée. Dans les années 1990 encore les recherches de terrain à Istanbul n’étaient pas toujours simples, dans un contexte de forte instabilité politique, de forte et brouillonne croissance urbaine et de méfiance par rapport aux chercheurs en sciences sociales (et pas seulement les étrangers). Le climat a indéniablement changé. La dimension ethnique longtemps refoulée ou jugée suspecte a ainsi été intégrée ouvertement par la recherche, qui ne se cantonne plus aux minorités religieuses reconnues (même si le tropisme demeure).

Enfin, la période considérée est celle d’une modification des supports de publication, avec la systématisation du « online » – ce dossier en témoigne – qui, pour reprendre la perspective de la théorie des médiasphères, a changé les conditions de production et de diffusion. Les études sur Istanbul n’ont pas échappé à cette évolution et ont vu apparaître de nouveaux produits qui prennent désormais une place importante dans les bibliographies. D’autres produits ont malheureusement disparu depuis 2000, comme la « revue d’Istanbul » (İstanbul Dergisi) publiée par la Fondation pour l’Histoire, dont la vie aura été courte (1992-2008, soit 59 numéros qui restent une mine précieuse).

En somme, le « paradigme perdu  de la société turque » (selon l’expression de Şirin Tekeli) auquel nous faisions allusion dans l’introduction du dossier de 2000 paraît en cours d’appropriation – appropriation d’une histoire, d’un environnement, de populations et de territoires négligés -, comme en témoigne cette impressionnante bibliographie. De ce fait, il nous semble important que l’IFEA continue, notamment à travers ses observatoires, à rendre plus visibles et accessibles, en direction d’un public qui ne peut pas suivre la production scientifique en Turquie, des contributions qui se doivent d’être sérieusement prises en compte par la recherche européenne. D’ailleurs, la création d’une adresse mail exclusivement dévolue aux propositions en vue de compléter cette bibliographie signe bien l’esprit de l’entreprise : un work in progress partagé le plus possible en online. Notre ambition à terme est de développer des “foyers de ressources” évolutifs de ce type sur d’autres thématiques travaillées à l’IFEA.