Archives par mot-clé : tourisme

Patrimoine et récits historiques dans le sud-est de la Turquie : Diyarbakır-Mardin-Şanlıurfa

pres_dmsMai 2016
Türkçe çeviri

Depuis le début des années 2000, les publications culturelles se sont multipliées dans le Sud-est de la Turquie, particulièrement à Diyarbakır, Mardin et Şanlıurfa. Les récits historiques portant sur ces villes se reconstituent sous l’impulsion de redécouvertes patrimoniales et de politiques effrénées de développement du tourisme. On formule de nouveaux discours sur l’identité locale des lieux, ceci à destination des nouveaux publics que constituent les touristes mais aussi les habitants sensibles à un sentiment d’appartenance urbain.

L’analyse des modalités d’écriture et de publicisation des récits historiques et identitaires locaux ne peut se limiter à l’étude d’ouvrages universitaires, de manuels scolaires et de discours officiels de l’Etat. Les matériaux et supports de la production des identités locales se diversifient dans le cadre du développement touristique et territoriale. Prospectus et guides touristiques, documents de promotion de projets institutionnels, publications culturelles, productions artistiques et photographiques méritent ainsi de focaliser notre attention. Ces ouvrages, que l’on trouve autant dans les bibliothèques municipales et dans les administrations publiques que dans les offices de tourismes et les cafés des centres historiques, donne une visibilité nouvelle aux représentations historiques et identitaires.

Considérant ces nouvelles représentations des villes, simplifiées et banalisées par le tourisme, il semble bien qu’une réflexion sur la construction des identités locales ne puisse faire l’économie d’une analyse des productions culturelles et touristiques. C’est ce que nous proposons d’effectuer ici à travers l’étude d’un échantillon de publications relatives aux villes de Diyarbakır, Mardin et Şanlıurfa

Diyarbakır-Amed: forteresse et jardins, « cœur de l’Anatolie » et « capitale kurde »

Le processus d’inscription au patrimoine de l’UNESCO du paysage culturel de Diyarbakır, abouti en 2015, a suscité un véritable engouement patrimonial. L’identité de la ville est plus que jamais imprégnée des descriptions de ses murailles, qui font l’objet de multiples publications universitaires et institutionnelles depuis une quinzaine d’années (notamment par les traductions et expositions relatives aux travaux de l’archéologue Albert Gabriel, premier directeur de l’IFEA). Par ailleurs, les jardins de l’Hevsel sont désignés comme valeur esthétique et culturelle incontournable de la ville dans les guides touristiques et ouvrages photographiques alors même que leur « histoire millénaire » ne fait l’objet d’une redécouverte que très récemment.

Sur ces points, les constructions identitaires et patrimoniales semblent faire consensus. Mais en ce qui concerne la représentation de Diyarbakır (Amed en kurde) comme capitale du Kurdistan de Turquie ou comme « coeur de l’Anatolie » du Sud-est, les divergences sont profondes entre publications de la mairie métropolitaine (acquise au parti kurde) et la préfecture. Le conflit entre Etat turc et mouvement kurde est aussi une question de représentation du territoire et de l’identité locale.

Mardin: ville de la « mosaïque culturelle » et de l' »harmonie confessionnelle »

La profusion de publications culturelles et universitaires, produites par des fondations (religieuses ou non), des organisations publiques et privées, impose progressivement l’évidence d’une représentation de Mardin comme « mosaïque culturelle », où cohabiteraient pacifiquement depuis des siècles arabes, syriaques, turcs et kurdes. L’image du clocher s’alignant sur le minaret, banalisée par les couvertures d’ouvrages touristiques, célèbre une « harmonie confessionnelle » à laquelle les visiteurs comme les habitants de la ville veulent croire mais dont chacun sait qu’elle ne va pas de soi.

Qu’en est-il de la véritable histoire de cette localité, de son paysage urbain et de la vie de ces anciens et actuels habitants ? Plus ou moins détachées du récit fantasmé de la ville de la « diversité culturelle », diverses publications recherchent les identités multiples de la ville, s’attardant sur son architecture turque artukides ou bien parfois sur les patrimoines matériels et immatériels hérités des minorités chrétiennes, syriaques et arméniennes.

Şanlıurfa: la « ville des prophètes » et du Projet d’Anatolie du Sud-Est

Urfa, ou plutôt « Şanlı »urfa (la < glorieuse >, titre consacré en 1983 en référence au rôle des habitants de la ville dans le mouvement de résistance national de 1919), est aujourd’hui systématiquement affublée du qualificatif de < ville des prophètes > (pergamberler şehri). La promotion du pèlerinage vers cette < ville sainte > et la multiplication des infrastructures et publications touristiques se focalisent avant tout sur la légende d’Abraham et des poissons sacrés du balıklıgöl. Le patrimoine d’Urfa, ses héritages architecturaux et confessionnels pourraient, tout autant qu’à Mardin, faire de cette ville une localité de la < diversité culturelle >. C’est pourtant une autre histoire qui nous est raconté dans les publications des fondations locales (telles que ŞURKAV) travaillant en collaboration avec les autorités publiques.

Par ailleurs, l’identité que donne à voir la ville est aussi celle promue par l’administration du projet d’Anatolie du Sud-Est (Güneydoğu Anadolu Projesi, GAP) qui, dès les années 1980, a placé Urfa au cour de son projet de développement. Une de ces publication s’intitulant < Urfa, la ville qui renaît des eaux > (The City Reborn of Water : Şanlıurfa) présente la ville de telle manière à promouvoir les barrages hydroélectriques comme des projets culturels et identitaires. Les récits historiques et culturels sont ici instruments de légitimation d’un projet civilisateur de l’Etat.

Bibliographie

  • AKDEMIR Nejla Akat, KARAMAN Metin, BURTAKAL Fathi (2015) Diyarbakır kalesi ve Hevsel medeniyetler bahçesi, publication de la Diyarbakır Büyüksehir Belediyesi, Diyarbakır, 129p.
  • DIKEN Şeymus (2010) Diyarbakır, Editions Turquoise, Paris, 254 p.
  • Diyarbakır Büyüksehir Belediyesi  (juin 2012-2015) Diyarbakır, travel guide, 3ème édition, Diyarbakır, Boyut, 240p.
  • Diyarbakır valiliği (2011) Diyarbakır, city guide, published by the Diyarbakır governorship, supported by the GAP regional development administers, printed in the scope of the « bridge of civilisations from Mesopotamia to Anatolia » project, Diyarbakır, 119p.
  • Diyarbakır valiliği (2013) Diyarbakır, the heart of Anatolia, published by the Diyarbakır governorship, supported by the GAP regional development administers, printed by « promoting the cultural heritage of Diyarbakır » project applied within the scope of « supporting centers of attraction » of the governorship of Diyarbakır supported by the ministry of development », Diyarbakır, 113p.
  • Diyarbakır valiliği (juillet 2012) Hevsel bir kentin kileri, édité par Recep Tezgel, publié par la préfecture de Diyarbakır, 164p.
  • Diyarbakır valiliği ve Diyarbakır müze müdürlüğü (2011) Diyarbakır kültür envanteri, publié par la préfecture de Diyarbakır, 374p. (Disponible en pdf)
  • Diyarbakır muzesi müdürlüğü (2013) Ilisu barajı ve HES projesi arkeolojik kazıları 2004-2008 çalışmaları, publié par le ministère de la culture et du tourisme, Diyarbakır, 460p.
  • Gabriel Albert (1940) Voyages archéologiques dans la Turquie orientale, tome I Texte, Istanbul, Institut français d’archéologie de Stamboul, 375p.
  • Gabriel Albert (2014) Şarki Türkiye’de Arkeolojik Geziler,: Dipnot Yayınları, Ankara, 415p.
  • SÖZEN, M. (1976), Diyarbakır’da türk mimarisi, Diyarbakır’ı Tanıtma ve Turizm Derneği yayını, Istanbul.
  • Union of Southeastern Anatolia region municipalities (2013), Another look at East and Southeast Turkey, 2e édition (1e édition 2009), p.198-257 (Disponible en pdf)
  • Tigris Amed et Çakar Yıldız (2014) AMED, Coğrafya, tarih, kültür, Diyarbakır, publié en kurde et en turc par la municipalité Métropolitaine de Diyarbakır, 540p.
  • SARIBIYIK Mustafa (ed.) (Ocak 2015) İslam tarihinin ilk asrında Diyarbakır ve çevresi, Diyarbakır Valiliği kültür ve sanat yayınları n°16, Diyarbakır, 150p.
  • SOYUKAYA Nevin (ed.) (2015) Diyarbakır fortress and Hevsel gardens cultural landscape, publication de publication de la Diyarbakır Büyüksehir Belediyesi, Diyarbakır, 197p.
  • YILDIZ Irfan (ed.) (2011) Medeniyetler mimarısı, Diyarbakır mimarısı,  Diyarbakır Valiliği kültür ve sanat yayınları n°3, Diyarbakır
  • ERDOĞAN Nihat (ed.) (2014) Anastasiopolis, Dara antik kenti, publication de Mardin Müzesi, Mardin, 40p.
  • BEKIN Doğan (2010) Tarihin Işığında Mardin, Mardin Valiliği Kültür Yayınları ve GENPA, Ankara
  • MARDİN VALİLIĞI VE ÇEKÜL (2013) Mardin Kültür Envanteri, ed. Mardin Valiliği İl Kültür ve Turizm müdürlüğü, Istanbul, 672p.
  • MANER Çiğdem (2006) A traveler’s guide to Mardin, Marev Yayınları, İstanbul, 307p.
  • URBAN İstanbul (2009) Mardin UNESCO’ya Doğru, MAREV Yayınları, İstanbul
  • AKYÜZ Gabriel (1998) Mardin ili’nin merkezinde civar köylerinde ve ilçelerinde bulunan kiliselerin ve manastır, publié par Mardin Kirklar Kilisesi, Mardin, 160p.
  • ÖZDEM Filiz (ed.) (2005) Taşın Belleği Mardin, Yapı Kredi Yayınları, Istanbul
  • ÖZTÜRKTALAY Lâtif (1995) Mardin ve Mardinliler, éd. T.C. Mardin belediyesi doğal ve kültürel koruma araştırma merdinar projeler.
  • SAKIP SABANCI KENT MÜZESI (2012) Mardin’i Dinlerken, Müzeyle Başlayan Değişim, publication SABANCI VAKFI, Mardin, .p.
  • ÇEKÜL VAKFI (2011) Mardin (Kendini Koruyan Kentler), Çekül Vakfı Yayınları, İstanbul, 104 p.
  • AVUKA Adnan (2010) Mardin Hoşgörülerin diyarı, publication Mardin Valiliği, 132p.
  • KÜRKÇÜOĞLU Cihat (2008) Şanlıurfa 1850-1950, ŞURKAV yayınları n°31, Şanlıurfa, 316p.
  • KÜRKÇÜOĞLU Cihat, GÜLER Selahaddin (2010) Tarih Turizm şehri Şanlıurfa, ŞURKAV yayınları n°30, Şanlıurfa, 116p.
  • KÜRKÇÜOĞLU Cihat,  GÜLER Selahaddin, AKALİN Müslüm, KÜRKÇÜOĞLU Sabri (2002) Şanlıurfa Uygarlığın doğduğu şehir, ŞURKAV yayınları n°27, Ankara, .p.
  • ŞANLIURFA PUBLICITY CENTER (2015) Şanlıurfa travel guide DVD, booklet, city map, production ŞANLIURFA VALİĞİ/ ŞURKAV, .p. + DVD
  • ŞANLIURFA MÜZESI (2015) Göbeklitepe tanıtım filmi, production X, DVD
  • ÖNAL Mehmet, KARABULUT Hasan, DERVIŞOĞLU Nedim (2011)  Haleplibahçe mozaikleri Şanlıurfa / Edessa, Arkeoloji ve sanat yayınları, Şanlıurfa belediyesi’nin katkılarıyla, Istanbul, 171p.
  • PEKDEMIR Neslihan, Özbek Ayşegül, Özcan Işılay (ed.) (2015) Haleplibahçe mozaikleri mosaıcs, publication de l’agence de développement Karacadağ en collaboration avec la direction du musée de Şanlıurfa, 97p.
  • KARLIKLI Şaziye (Ed.) (1998) The City Reborn of Water : Şanlıurfa, published by Creative Yayıncılık ve tanıtım supported by Garanti leasing, Istanbul, 359p.
Cite this article as: julien boucly, "Patrimoine et récits historiques dans le sud-est de la Turquie : Diyarbakır-Mardin-Şanlıurfa," in Dipnot, 12/05/2016, http://dipnot.hypotheses.org/2001.

Almanya-Alanya. Expérience de recherche avec des expulsés d’Allemagne dans la ville d’Alanya, Turquie

Panorama Alanya. 2009, Thomas van Ardenne. CC Attribution-NonCommercial-NoDerivs 2.0
Panorama Alanya. 2009, Thomas van Ardenne. CC Attribution-NonCommercial-NoDerivs 2.0

Cette note a pour but de présenter quelques observations sur Alanya où j’ai passé trois semaines lors de mes recherches. La ville d’Alanya, située sur la côte méditerranéenne dans le golfe d’Antalya, a une grande tradition de tourisme. Depuis 1950, la ville est un haut lieu du tourisme balnéaire. Le nombre de touristes allemands est d’environ 50 000 par année. D’ailleurs, Alanya accueille la plus grande population allemande résidant en Turquie. Le tourisme de masse figure comme la plus grande branche économique de la région.

L’objectif de mon voyage de recherche était de rencontrer des expulsés d’Allemagne d’origine turque afin de réaliser une thèse de bachelor sur leur cadre de vie. J’avais choisi Alanya parce que j’avais un contact (avec qui je n’ai finalement pas eu l’occasion de travailler) qui s’était proposé de m’introduire dans la grande communauté des expulsés d’Allemagne de la ville.

Le terme de « communauté » signifie dans le cas qui nous occupe un groupe de personnes ayant un arrière-plan de vie similaire. Il n’y a pas de représentants, ni d’organisation officielle. Il s’agit de personnes de la deuxième et troisième génération d’immigrants turcs en Allemagne qui se sont fait expulser de l’État allemand suite à des délits commis sur le territoire. Les quatre personnes interrogées venaient toutes du bassin de la Ruhr.

J’atterris à Gazipaşa le 14 août 2015. Il est 22 h 30 et l’air humide m’enveloppe. Entouré par des groupes de touristes, je sors de l’aéroport pour prendre un bus qui m’amène dans la ville d’Alanya. Sans connaître le lieu, les témoignages des gens qui ont passé du temps dans la région me reviennent à l’esprit :

« N’y va pas, il y fait très chaud et l’air humide est presque insupportable pour un organisme de l’Europe du nord ».

Je m’approche de la ville et le bus s’arrête devant de grands complexes d’hôtels alignés par des affiches illuminées qui attirent le regard. En arrivant au centre-ville, je sors du bus et me retrouve sur un grand boulevard, entouré de boutiques de vêtements, de lunettes de soleil, et d’accessoires de vacances. Des groupes de jeunes touristes européens se promènent sur le boulevard, la musique au son fort et pénétrant m’accable.

Je passe les deux premières nuits dans un hôtel bon marché directement au centre d’un quartier animé. La musique permanente fournit la bande son pour le spectacle qui se déroule dans les rues. Les touristes passent à côté des boutiques gardées par les vendeurs et qui essaient d’attirer l’attention des acheteurs potentiels en utilisant plusieurs langues différentes : allemand, anglais, russe, danois. Les marchandises et les boutiques sont les mêmes partout : sacs à mains et habits de marques chic et connues, maillots de foot, studios de tatouages, agences touristiques, bijouteries. Les bars offrent deux cocktails au prix d’un, en plus de la diffusion des grands matchs de football de ligues européennes. Les annonces lumineuses et le son permanent et brut de la musique pénètrent mes sens.

Afin de fuir cela, je m’éloigne du spectacle pour me rendre à la plage. Le même genre de musique m’agresse, cette fois elle vient des bateaux d’excursion au style pirate. En quittant la plage, le hasard me fait rencontrer un groupe de trois jeunes Turcs qui parlent allemand. Ils me racontent qu’ils ont étés expulsés d’Allemagne deux ans auparavant. Les trois ne semblent pas avoir les pieds sur terre, leurs sens sont visiblement altérés par les drogues. Ils me proposent d’acheter des drogues, mais ne souhaitent pas me revoir pour des entretiens. Ils réalisent que je ne suis pas venu à Alanya pour y passer des vacances. La méfiance qu’ils éprouvent à mon égard en raison de leur vécu est déjà assez lourde, mais elle s’accentue lorsqu’il est question d’en parler.

Le lendemain, je change de domicile. Désormais je loge chez un homme d’origine kurde qui me propose de rester chez lui durant tout mon séjour. Il travaille minimum 12h par jour, souvent plus comme vendeur chez un opticien. Rémunéré à la commission, c’est dire s’il est dépendant des clients. Il vaut mieux sourire alors. Son unique jour de congé hebdomadaire est synonyme de grasse matinée et de temps pour faire le ménage dans son appartement.

Il est 16 heures et je m’approche de la plage de Cléopâtre. Elle est située dans le quartier de Damlataş et désignée comme la plus belle plage de la ville, toute proche de la fameuse grotte du même nom. C’est autour d’elle que le tourisme s’est développé. Il est enfin possible de sortir au soleil, à condition de s’enduire de crème solaire. Pour la plupart des touristes, il paraît, la peau rouge sert de preuve visuelle d’avoir été en vacances. Deux jeunes Allemands m’éclairent :

« On n’est là que pour une semaine. Il faut que les vacances soient visibles sur nos visages en rentrant, même si cela fait mal. »

Around the hotel at night. 2010 - Michael Fludkov. CC Attribution-NonCommercial-NoDerivs 2.0
Around the hotel at night. 2010 – Michael Fludkov. CC Attribution-NonCommercial-NoDerivs 2.0

Les chaises longues et les parasols sont parfaitement alignés sur la plage. Toutes sortes de boissons sont disponibles pour les clients qui profitent de leurs vacances. Ils trouvent ici tout ce qu’ils désirent et à bon prix. Cela dit, on essaie quand même de baisser les prix encore plus, on ne sait jamais. J’entre en contact avec un vendeur saisonnier qui travaille à Alanya depuis dix ans. Il passe la moitié de l’année à la plage, des journées entières sans un jour de repos. Il me confirme une chose que j’avais pressentie : les employées à Alanya sont tous dépendant des touristes. Les conditions de travail sont très floues et pas vraiment humaines – tout cela pour garantir les bas prix souhaités par les vacanciers, issus majoritairement de la classe moyenne européenne.

En rentrant de la plage, je tombe sur un couple assis devant une agence de voyage et qui me parle en allemand. Ils me proposent un safari. Je leur pose ensuite quelques questions par rapport à mon sujet de recherche et nous nous donnons rendez-vous pour le lendemain. Le jour suivant,  autour d’un thé, le mari me raconte qu’il a été expulsé d’Allemagne voici dix ans. Il me parle beaucoup des conditions de vie et de travail en arrivant à Alanya, des difficultés de se faire accepter par la population locale et de l’impossibilité de trouver de l’amitié sans investir de l’argent. En tant qu’entrepreneurs qui proposent des safaris, ils sont désespérés, étant dépendants non seulement des touristes, mais surtout des hommes d’affaires locaux qui répartissent les commissions. Le fait d’être almancı et expulsé d’Allemagne, dégrade leur statut de citoyen turc. Cette hypothèse se valide les jours suivants au gré d’autres rencontres. La ville d’Alanya en tant que lieu touristique leur offre du travail sans pour autant satisfaire les besoins de reconnaissance en tant que citoyen turc, d’obtention d’un statut au sein de la population locale, sans être objet de discrimination et financièrement exploité. Le rapport/raccord à leur « pays d’origine » qui est l’Allemagne reste toujours présent, surtout au niveau des relations amicales et économiques avec la population locale qui sont superficielles et basées sur leur exploitation, selon les interrogés. C’est uniquement à cause de leur maîtrise de la l’allemand qu’ils ont une valeur sur le marché du travail, mais cela les lie à une position anomique au sens de Durkheim, une position en proie aux mécanismes d’un capitalisme néo-libéral.

Waves at Cleopatra beach. 2010 - Michael Fludkov. CC Attribution-NonCommercial-NoDerivs 2.0
Waves at Cleopatra beach. 2010 – Michael Fludkov. CC Attribution-NonCommercial-NoDerivs 2.0

Après trois semaines à Alanya je prends le bus tôt le matin pour partir à l’aéroport. Les impressions de la vie et les bâtiments inachevés à la sortie de la ville se mêlent dans ma tête et je dois fermer les yeux. La forte domination de superficialité a laissé ses traces dans ma perception, j’ai hâte de voir mes amis à Istanbul.