Archives par mot-clé : Turquie

Les études sur la laïcité à l’IFEA : bref aperçu

1981_TurcicaSi l’on considère à la fois la programmation scientifique, les thèmes des chercheurs présents à l’IFEA (chercheurs de passage ou non) et les ressources de la bibliothèque et des centres de documentation de l’IFEA, il est possible de retracer sommairement  la « carrière » du thème de la laïcité au sein de cette institution. Pour faire court, trois temps et trois modes d’approche, parfois déployés de concert, ressortent.

  1. Début des années 1980

Le premier temps, qui voit une affirmation de la laïcité comme sujet de recherche correspond au début des années 1980 et aux premières publications de l’Association pour le développement des Etudes turques à travers la collection “Turcica” (P. Dumont et J.-L. Bacqué-Grammont 1981). Les deux perspectives privilégiées sont l’histoire (des débuts de la République) et le droit. Le directeur de l’IFEA d’alors (J.-L. B.-Grammont et un futur directeur (P. Dumont) sont les maîtres-d’œuvre de cet éveil, dans le contexte du centenaire de la mort de Mustafa Kemal Atatürk en 1981.

  1. Début des années 1990

La deuxième vague implique davantage les politologues, à l’instar de Gérard Groc1 – ancien pensionnaire de l’IFEA –  et se déploie en relation avec l’Université de Marmara (le département d’administration publique), la jeune Université de Galatasaray, la revue CEMOTI, l’INALCO (Bozdemir 1996) et Science-Po Grenoble (Marcou & Burdy 1995). Le colloque « Islam et laïcité » (Colloque international à l’Université de Galatasaray, Istanbul, 22/24 septembre 1994) fut à cet égard très révélateur, voire fondateur de ce moment2.

Stéphane Yerasimos, directeur de 1994 à 1999, participe aussi activement en tant qu’historien à cette seconde vague (1994). Dans les années 1990 comme au début des années 1980, les recherches se construisent toujours en référence au paradigme du « modèle français ». Côté langue turque, ces années sont aussi celles de la sortie des travaux de Sezen Yümmi (1993), Nuray Mert (1994), Ahmet Taner Kışlalı (1997) et d’İ. Kaboğlu (2001).

  1. Sociologisation de la question et sortie du paradigme du « modèle français »

Depuis, avec notamment les travaux d’Elise Massicard3 (2005), pensionnaire scientifique de 2010 à 2014, une troisième perspective semble prendre le dessus, qui ne se soucie plus de comparaison franco-turque. C’est celle de la sociologie politique, à travers notamment l’analyse des segments de la société turque qui ne se reconnaissent pas dans une définition de la laïcité à partir d’un point de référence implicite turco-sunnite. En Turquie, les travaux de Cengiz (2010), Haldun (2010) et Hakan (2011) relèvent de cette veine renouvelée. A noter en outre que peu d’études  sur la laïcité autoritaire – dans la lignée des travaux de P.-J. Luizard (2007) et de A. Lamchichi (2000) – ont été conduites par des chercheurs français en Turquie, alors que les publications en langue turque sur la question ont fleuri depuis quelques années.

Sélection d’ouvrages de la bibliothèque de l’IFEA (avec cotes correspondantes)

  • Dumont P. et Bacqué-Grammont J.-L. (1981), « La Turquie et la France à l’époque d’Atatürk », Collection Turcica, I.
  • Altındal A. (1986), Laiklik (Tur Se 222).
  • Kocatürk U. (éd.) (1987), Türkiye Cumhuriyeti’nin temel ilkelerinden lâiklik (Tur Hm 0319).
  • Yümni S. (1993), Türk toplumunun laiklik anlayışı (Tur Se 146).
  • Yerasimos S. (éd.) (1994), Les Turcs : Orient et Occident, islam et laïcité, Paris, Autrement. (Tur Hm 0385).
  • Mert N. (1994), Laiklik Tartışmasına Kavramsal Bir Bakış. Cumhuriyet Kurulurken Laik Düşünce (Tur Cont 049).
  • Marcou J.-M. et Burdy J.-P. (dir.), 1995, « Laïcités en France et en Turquie », Cahiers d’Études sur la Méditerranée Orientale et le monde Turco-Iranien, N° 19, 1995. https://cemoti.revues.org/840
  • Bozdemir M.  (éd.) (1996), Islam et laicité : Approches globales et regionales,  (ISL G 075).
  • Türkmen B. (1996), La redéfinition de la laïcité par les lycéens en Turquie (TEZ 311)
  • Groc Gérard (1996), « Le deuxième âge de la laïcité turque », in M. Bozdemir (éd) : Islam et Laïcité, approches globales et régionales (Colloque de l’ERISM : Islam et laïcité), L’Harmattan, Paris, pp. 215-232  (Tur Cont 031 VIII).
  • Kaboğlu Ö. İbrahim (2001), Laiklik ve demokrasi (H Gén 242).
  • Kışlalı Ahmet Taner (1997), Kemalizm laiklik ve demokrasi   (Tur Cont 092)
  • Yavuz Hakan M. (2011), Erbakan’dan Erdoğan’a Laiklik Demokrasi, Kürt Sorunu ve İslam (Tur Cont 484).

Cite this article as: Jean-François Pérouse, "Les études sur la laïcité à l’IFEA : bref aperçu," in Dipnot, 12/05/2016, http://dipnot.hypotheses.org/1924.

  1. Pour sa bibliographie complète, voir : http://iremam.cnrs.fr/?article34 []
  2. Voir la chronique à chaud d’Ural Manço dans les CEMOTI : https://cemoti.revues.org/1711 []
  3. Voir Massicard (2005),« L’organisation des rapports entre État et religion en Turquie » (rapport CERAPS) : https://www.unicaen.fr/puc/images/crdf0410massicard.pdf []

De la rivalité impériale à la « politique de bon voisinage » Approche bibliographique des relations turco-iraniennes de 1501 à 2010

4-les_empires_ottoman_et_safavide_des_puissances_hegemoniques_et_rivales_au_moyen_orient_des_le_xvie_siecleAvril 2016

La Turquie et l’Iran actuels sont les héritiers de grands empires qui ont dominé le Moyen-Orient durant des siècles. Ils entretiennent à ce titre des liens diplomatiques et des rivalités très anciennes, entre les Ottomans sunnites et les dynasties iraniennes safavide puis qâdjâr, promotrices de l’alévisme, puis du chiisme. Ces relations ont été abondamment étudiées par des chercheurs orientalistes, dont certains ouvrages sont consultables à la bibliothèque de l’Institut français d’études anatoliennes.

S’attaquant à la base historique de ces relations, certains auteurs, tels Jean-Louis Bacqué Grammont et Adel Allouche se sont intéressés aux origines de la rivalité ottomano-safavide. D’autres auteurs, comme Vecih Kevserani ou Bekir Kütükoğlu, vont décrire de manière plus générale les relations entretenues par les deux puissances au cours des siècles. Or, malgré une opposition territoriale et religieuse récurrente, les deux ensembles sont loin d’être homogènes. Comme le rappelle David Durand-Guedy, les Turcs ont dominé l’Iran pendant plusieurs siècles, d’où l’ascendance turque des dynasties safavide et qâdjâr, la présence de nombreuses populations turcophones en Iran, ainsi que celle de la langue et de la culture persanes à la cour d’Istanbul que nous dévoilent Mohammad-Reza Djalili. Les deux empires sont également confrontés aux mêmes enjeux structurants. En effet, leur rivalité devient stagnante puis déclinante au cours du XVIIIème siècle, comme le décrivent Münir Aktepe et Robert Olson, sous le regard d’une Europe qui monte en puissance. En effet, des relations avec les cours d’Europe du début XVIIème siècle décrites par Gérard Tongas à celles de la fin du XIXème, présentées par Keith Wilson, les empires ottoman et qâdjâr ressentent l’influence grandissante des empires britannique et russe. Influence exposée par Sabri Ateş, qui se penche sur la stabilisation de la frontière turco-iranienne au XIXème siècle sous l’influence européenne. Cet événement empêchera de facto la création d’un Etat kurde, comme nous le montre Nejat Abdulla, et va alimenter des revendications identitaires, de part et d’autre de la frontière turco-iranienne, ce qu’analysent Gilles Dorronsoro et Olivier Grojean.

Ce déséquilibre fait prendre conscience aux Turcs et aux Perses de la nécessité de se réformer afin d’enrayer leur déclin. Cependant, la dépendance envers les Occidentaux et l’endettement que ces réformes entrainent vont provoquer une opposition nationaliste et réformiste aux systèmes impériaux obsolètes et autoritaires concrétisée, comme le décrit Metin Celal, par les expériences politiques majeures que furent la Révolution constitutionnelle perse de 1906 et la Révolution jeune-turque de 1909, avant la rupture de la Première guerre mondiale. L’après-guerre voit les deux Etats se rapprocher davantage dans le contexte des entreprises réformistes autoritaires de Mustafa Kemal dans la Turquie issue des ruines de l’Empire ottoman, et de Reza Khan dans l’Iran succédant à l’Empire qâdjâr. Une période de développement accéléré et amplifié par rapport au siècle précédent – même si l’Iran ne peut pas aller aussi loin que la Turquie -, qui a notamment été traitée dans l’ouvrage de Semih Vaner. Ce rapprochement va se poursuivre par l’établissement de relations de bon voisinage, et l’entraide dans la lutte contre les mouvements dissidents, notamment le peuple kurde, qui a été abondamment étudié par Martin Van Bruinessen. Après un nouvel éloignement durant la Seconde guerre mondiale, qui voit la Turquie adopter une prudente neutralité tandis que l’Iran se rapproche épisodiquement de l’Allemagne nazie, Ankara et Téhéran vont se rapprocher durant la Guerre froide, au sein du camp occidental.

Cependant, le choc de la Révolution iranienne de 1979 va occasionner une autre rupture entre les deux pays, la thèse iranienne du velayet-e faqih, qui instaure  la primauté du juriste-théologien sur le gouvernement, et la position antioccidentale prônée par Téhéran se heurtant au kémalisme laïc et à l’attachement résolu de la Turquie à l’OTAN. Le tournant de 1979 va notamment servir de point de départ à Robert Olson et Suleyman Elik pour étudier les relations turco-iraniennes récentes, par conséquent bien plus empreintes de méfiance et de rivalité. Ces dernières vont être tendues jusqu’au début des années 2000 et la victoire des islamistes conservateurs de l’AKP en Turquie. Ces derniers veulent faire de la Turquie une puissance régionale, et cherchent donc à coopérer économiquement avec l’Iran, selon la politique du « zéro problème avec les voisins ». Ce revirement de la politique étrangère turque peut notamment être constaté à travers la lecture des ouvrages de Gencer Özcan qui se consacre à la période du gouvernement du parti Refah, au pouvoir de 1996 à 1997, et aux publications de Charles Sitzenstuhl, Ayşe Kadıoğlu, Kerem Öktem et Mehmet Karlı, qui se penchent sur la première décennie de l’AKP au pouvoir.

Il est également intéressant de recontextualiser les relations entre la Turquie et l’Iran en s’intéressant à la vision que la Turquie porte sur son voisinage moyen-oriental, ainsi que sur le reste du monde. Ainsi, Etienne Copeaux nous montre que la Turquie a mis en avant une approche nationaliste de la géographie, soulignant notamment le lien historique qu’elle entretient avec l’Asie centrale, bien que la Russie dispose toujours d’une influence prépondérante dans cette région, comme nous le montrent Gareth Winrow et Kemal Karpat. Enfin, Aras Bülent et Mesut Özcan replacent la Turquie dans sa situation géographique particulière d’intermédiaire entre l’Occident et l’Orient, en s’interrogeant sur l’influence des pays occidentaux sur la politique étrangère de la Turquie, vue notamment jusqu’au début des années 2010 comme un pilier de l‘OTAN face à un voisin iranien jugé menaçant. Cependant, il faut noter que la politique étrangère de la Turquie à cette époque, basée sur la doctrine du « zéro problème avec les voisins », est plutôt favorable à un rapprochement avec Téhéran. Or, les bouleversements régionaux, mieux connus sous le nom de « Printemps arabes », vont ébranler les relations turco-iraniennes, notamment la crise syrienne, qui va devenir la pierre angulaire de l’opposition entre Ankara et Téhéran.

Bibliographie

Outil de recherche 

Türkiye’de basılmış Farsça eserler çeviriler ve İran’la ilgili yayınlar bibliografyası, Ankara, Kültür Bakanlığı , 1971, [TUR Gb 56].

Premiers contacts avant l’établissement de relations diplomatiques

DURAND-GUEDY, David, Iranian elites and Turkish rulers: A history of Isfahan in the Seljuk period, Oxford, Routledge, 2010, [TUR Ha 116].

Relations ottomano-persanes

  • AKTEPE M., Münir, 1720-1724 Osmanlı-İran Münâsebetleri ve Şilâşör Kemânî Mustafa Ağa’nın Revhan Fetih-Nâmesi, Istanbul, Edebiyat Fakültesi, 1970, [TUR Hr 022].
  • ALLOUCHE, Adel, The Origins and Development of the Ottoman-Safavid Conflict (906-962/ 1500-1555), Berlin, Schwartz, 1983, [TUR Ho 380].
  • ATES Sabri, The Ottoman-Iranian borderlands: making a boundary, 1843-1914, Cambridge, Cambridge University Press, 2013
  • BACQUE-GRAMMONT, Jean-Louis, « Notes sur le blocus du commerce iranien par Selîm Ier : tiré à part des Etudes turco-safavides I », Turcica, vol. VI,  Société Asiatique, [y.y.], [TUR T 01-15 (tap)].
  • BACQUE-GRAMMONT, Jean-Louis, « Notes et documents sur les ottomans, les safavides et la Géorgie 1516-1521 », [Tiré à part de] Études turco-safavides VI, Cahiers du Monde russe et soviétique, vol. XX 2, avr.-juin 1979, [TUR T 01-10 (tap)].
  • BACQUE-GRAMMONT, Jean-Louis, Les ottomans, les safavides et leurs voisins : Contribution à l’histoire des relations internationales dans l’Orient islamique de 1514 à 1524, Istanbul, NHAI , 1987, [TUR Ho 308].
  • BACQUE-GRAMMONT, Jean-Louis, Adle Chahryar, Les ottomans, les safavides et la Géorgie 1514-1524, Istanbul, Isis, 1991,  [COLL XXIV 001].
  • BACQUE-GRAMMONT, Jean-Louis, « Les ottomans et les safavides dans la première moitié du XVIe siècle », [Tiré à part de] Convegno sul tema La shi’a nell’impero ottomano, Roma, 15 avril 1991, Rome, Accademia Nazionali dei Lincei, 1993, [TUR T 01-42 (tap)].
  • KEVSERANI, Vecih, Osmanlı ve Safevilerde din-devlet ilişkisi, Istanbul, Denge, 1992, [TUR Ho 733].
  • KÜTÜKOĞLU, Bekir, Osmanlı-İran siyâsî münâsebetleri, Istanbul Fetih Cemiyeti, 1993, [TUR Hr 161].
  • OLSON, Robert W., The Siege of Mosul and Ottoman-Persian Relations 1718-1743 : A Study of Rebellion in the Capital and War in the Provinces of the Ottoman Empire, Bloomington, Indiana University, 1975, [TUR Hr 033].

Ottomans et Safavides du point de vu des puissances européennes

  • TONGAS, Gérard, L’Ambassadeur Louis Deshayes de Cormenin 1600-1632 : Les relations de la France avec l’Empire Ottoman, le Danemark, la Suède, la Perse et la Russie, Paris, Lavergne , 1937, [TUR Hr 014].
  • WILSON, Keith, West meets east : an english diplomat in the ottoman empire and persia, 1890-1918. The unfinished autobiography of Sir Charles Marling, Istanbul, ISIS, 2010, [COLL XXX 04].

Période contemporaine 

  • ABD’nin Çekilmesinin Ardınan İrak Polikasının Bölgesel, Küresel Etikleri ve Türkiye’ye Yansımaları (The Regional and Global Effets of the US Post-Withdrawal Policy Toward Iraq And Its Reflections on Turkey), ORSAM, Turquie, 2011, [Tur Hd 186].
  • BRUINESSEN, Martin Van, Agha, Shaikh and State: The Social and Political Structures of Kurdistan, Ryswick, Europrint, 1978, [F TH 258/].
  • BÜLENT, Aras, Turkey and the Greater Middle East, İstanbul : Tasam , 2004, [Tur Hr 260].
  • CELAL, Metin, Türk modernleşmesi ve İran (1890-1936), Ankara Hacettepe Üniversitesi, 2006, [TEZ 021].
  • COPEAUX, Étienne, Une vision Turque du monde : À travers les cartes, Paris, CNRS, 2000, [TUR Cont 158].
  • DJALILI Mohammad-Reza, MONSUTTI, Alessandro, NEUBAUER Anna, Le monde turco-iranien en question, Paris, Karthala, 2008.
  • DORRONSORO, Gilles, GROJEAN, Olivier, (dir.), Identités et politique, de la différenciation culturelle au conflit, Presse de Sciences Po, Paris, 2014, [Sc Hp 200].
  • ELIK Suleyman, Iran-Turkey Relations, 1979-2011: Conceptualising the Dynamics of Politics, Religion and Security in Middle-Power States, Londres, Routledge, 2011
  • KARPAT, Kemal H., Türkiye ve Orta Asya, Istanbul, Imge, 2003, [TUR Hr 248].
  • ABDULLA, Nejat, İmparatorluk Sınır ve Aşiret : Kürdistan ve 1843-1932 Türk-Fars Sınır Çatışması, Diyarbakır, Avesta, 2010.
  • ÖKTEM, K., KADIOĞLU, A., KARLI M., Another Empire? A Decade of Turkey’s Foreign Policy under the Justice and Development Party, Istanbul, Istanbul Bilgi University Press, 2012, [Tur Hr 119].
  • OLSON, Robert W., Turkey-Iran Relations, 1979-2004: Revolution, Ideology, War, Coups, and Geopolitics, Californie, Mazda Publishers, 2004
  • ÖZCAN, Gencer, Onbir aylı saltanat : Siyaset, ekonomi vs dış politikada Refayol dönemi, Istanbul, Boyut Kitapları, 1998, [TUR Cont 097].
  • ÖZCAN, Mesut, Harmonizing Foreign Policy, Turkey, EU and the Middle East, Hampshire : Ashgate, 2008, [Tur Se 170].
  • SITZENSTUHL, Charles, La diplomatie turque au Moyen-Orient : Héritages et ambitions du gouvernement de l’AKP (2002-2010), Paris, L’Harmattan, 2001, [TUR Cont 491].
  • VANER, Semih (dir.), Modernisation autoritaire en Turquie et en Iran, Paris, L’Harmattan, 1991, [TUR Cont 359].
  • WINROW, Gareth M., Turkey in Post-Soviet Central Asia, Londres, The Royal Institute of International Affairs , 1995, [OAC 1953].
Cite this article as: Victor Amoris, "De la rivalité impériale à la « politique de bon voisinage » Approche bibliographique des relations turco-iraniennes de 1501 à 2010," in Dipnot, 01/04/2016, http://dipnot.hypotheses.org/1999.

Turquie et Azerbaïdjan en quête d’une mémoire commune

Le président azerbaïdjanais Ilham Aliev a sacrifié à la tradition en effectuant sa première visite officielle de l’année à l’étranger en Turquie, les 15 et 16 janvier derniers. Il est le second chef d’État (après le président de l’Autorité palestinienne Mahmud Abbas) à être accueilli par une garde constituée de soldats revêtus d’uniformes représentant les seize États ou empires fondés par des Turcs, figurés dans les armoiries de la Présidence de la République turque. Du fait toutefois des relations étroites entretenues par l’Azerbaïdjan et la Turquie, cet apparat revêt une signification symbolique particulière. « Une nation, deux États », selon la formule de l’ancien président azerbaïdjanais feu Heydar Aliev, martelée lors de tous les événements turco-azerbaïdjanais, et qui ferait presque oublier que le Caucase oriental n’a jamais été sous administration ottomane. La visite du président azerbaïdjanais faisait suite à celles de M. Erdoğan, alors premier ministre, à Bakou en avril 2014, puis en tant que président de la République de Turquie en septembre de la même année. Le président Aliev s’était quant à lui rendu en visite officielle en Turquie en novembre 2013 et avait participé au 4ème Sommet du Conseil des États turcophones (Türk Konseyi1) de Bodrum en juin 2014.
La visite du président azerbaïdjanais a été l’occasion de balayer un large spectre de thématiques articulées autour du désormais classique triptyque économie, énergie, sécurité. L’ensemble de ces points ont été évoqués notamment au cours du Haut conseil de coopération stratégique (Yüksek Düzeyli Stratejik İşbirliği Konseyi -YDSK) qui s’est tenu le 15 janvier. Parmi les priorités de coopération entre les deux pays en 2015 figure notamment l’accroissement du commerce bilatéral afin de porter le volume de celui-ci de 5 à 15 milliards de dollars en 2023, les investissements azerbaïdjanais escomptés en Turquie devant quant à eux atteindre 20 milliards de dollars en 2020. Annonce a été faite par ailleurs que la liaison ferroviaire Bakou/Tbilissi/Kars (qui doit permettre à terme de relier Istanbul et Pékin via Aktau au Kazakhstan et Turkmenbachi au Turkménistan) serait opérationnelle fin 2015. Il semblerait toutefois que l’inauguration, déjà reportée à plusieurs reprises, ne serait effective que courant 2016. Les questions énergétiques ont également occupé le devant de la scène, d’autant que la proposition russe  de création d’un couloir gazier turc formulée par Vladimir Poutine début décembre a considérablement rebattu les cartes dans la région. Opposées sur des dossiers sensibles au niveau international (Ukraine, Syrie) la Russie et la Turquie auraient apparemment trouvé un terrain d’entente sur le dossier énergétique2. De son côté, l’Azerbaïdjan, qui fait partie des trois pays de l’espace post-soviétique (avec la Moldavie et la Géorgie) à avoir approuvé la résolution de l’ONU favorable à l’Ukraine après l’annexion de la Crimée, paraît certes moins vulnérable aux pressions russes que son voisin arménien par exemple. Le pays, fort de ses gisements de gaz off-shore (Shah Deniz notamment) et situé sur presque toutes les voies existantes ou en projet de tubes, représente une alternative sérieuse aux options russes: outre le Transanatolian Pipeline (TANAP, avec un volume d’investissements global -extraction et transport- de 45 milliards de dollars) et le Transadriatic pipeline (TAP)3 qui devraient permettre de livrer 10 milliards de mètres cubes de gaz (du même gisement de Shah Deniz) au sud de l’Europe dès 2019, l’Azerbaïdjan pourrait également voir transiter sur son sol non seulement le gaz turkmène mais également, à terme, du gaz iranien ou irakien. La Russie dispose toutefois d’un précieux levier de pression sur l’Azerbaïdjan avec la question toujours pendante du règlement du conflit du Haut-Karabakh. Dans ce contexte, le soutien renouvelé de l’allié turc, ce au plus haut niveau, reste un atout non-négligeable. Lors de la visite du président Aliev, le ministre turc des Affaires étrangères M. Çavuşoğlu, ainsi que les ministres de l’économie M. Zeybeçki et celui des ressources naturelles M. Yıldız étaient aussi présents. La première réunion du Conseil consultatif du corridor gazier sud, qui regroupe les pays concernés par le projet TANAP, au premier chef la Turquie, l’Azerbaïdjan et la Géorgie, aura d’ailleurs lieu à Bakou en février 2015. De surcroît, le président turc a officiellement invité son homologue au sommet du G20 de 2015 qui se déroulera en Turquie.
Enfin, le volet sécuritaire a été l’occasion d’évoquer la coopération entre les deux pays dans le domaine militaire, en particulier les achats par l’Azerbaïdjan de matériel turc, et la possible installation par la Turquie d’industries de défense en Azerbaïdjan4. Pour les autorités azerbaïdjanaises, ce dossier est intimement lié à celui du Haut-Karabakh, que le président Erdoğan n’a pas manqué de commenter lui aussi, fustigeant l’inefficacité du Groupe de Minsk5. La Turquie n’a pourtant pas été plus à même d’amener les parties à résoudre ce différend apparaissant du reste désormais comme l’obstacle majeur à la normalisation des relations entre Erevan et Ankara, qui ne souhaite en aucun cas se brouiller avec son  » frère » azerbaïdjanais. Parmi les thématiques liées à la sécurité, il convient de relever en outre la signature entre les deux pays d’un « Mémorandum sur la coopération entre la Banque centrale d’Azerbaïdjan et le service d’investigation des crimes financiers du ministère des Finances de Turquie sur l’échange d’informations sur les liquidités et autres propriétés obtenues illégalement et sur le financement du terrorisme », en fait un probable accord « donnant-donnant ». Ankara est en effet vraisemblablement intéressé par les « liquidités et autres propriétés » du mouvement de Fethullah Gülen en Azerbaïdjan6. De leur côté, les autorités azerbaïdjanaises sont très préoccupées par le départ de plusieurs centaines de leurs ressortissants qui partent faire le jihad en Syrie via le territoire turc.
Au final, cette visite aura été de nouveau l’occasion de célébrer l’amitié indéfectible entre les deux pays, comme mentionné dans la déclaration finale: « Il n’y a pas d’autres pays au monde plus liés et proches l’un de l’autre que l’Azerbaïdjan et la Turquie ».
Un aspect retient néanmoins davantage l’attention lorsqu’un compare cette visite aux précédentes: l’accent mis sur la question mémorielle. Le président Erdoğan a en effet convié son homologue azerbaïdjanais aux commémorations de la bataille de Çanakkale le 24 avril 2015, c’est-à-dire la date à laquelle les Arméniens commémoreront le centenaire du génocide de 1915. Au-delà du caractère symbolique du choix déjà controversé de cette date, cette invitation constitue une sorte de point d’orgue à une véritable construction mémorielle commune entre les deux pays depuis plusieurs années déjà. La cérémonie prévue sera donc l’occasion de célébrer les 3000 « martyrs azerbaïdjanais »7 morts à Çanakkale, tandis que la mémoire des soldats ottomans de « l’Armée de l’Islam »8 fait désormais partie intégrante du récit national azerbaïdjanais contemporain. Il s’agit d’un sujet très politisé, d’autant plus que la Commune de Bakou était à l’époque dirigée par un Arménien. Force est de constater cependant que c’est un des rares épisodes pouvant être mis en exergue: l’Azerbaïdjan n’ayant en effet jamais fait partie de l’Empire ottoman, à l’exception de très brefs intervalles dans les régions occidentales, il n’existe pas de patrimoine historique commun à réinterpréter. Quoi qu’il en soit, la communion de vue historique est réelle, et elle s’est réellement matérialisée depuis le début des années 2000. Ainsi, des monuments aux soldats inconnus ottomans morts au combat ont été petit à petit construits dans plusieurs régions d’Azerbaïdjan9, l’arrivée de l’armée ottomane à Bakou en 1918 est fréquemment évoquée dans des documentaires et des émissions de télévision, et le passage à Türk şehitliyi10 fait aujourd’hui partie du protocole lors des visites d’hommes politiques turcs en Azerbaïdjan. Le souvenir de Mustafa Kemal Atatürk est également régulièrement convoqué et son portrait trône dans certains lieux officiels, par exemple à la Bibliothèque nationale Akhundov, à Bakou.
Le recours à des épisodes historiques précis en ce début de XXIème siècle a des allures de « boucle bouclée » d’un point de symbolique. La naissance d’une identité collective turque en Azerbaïdjan russe à la fin du XIXème siècle et au début du XXème siècle a en effet été le fait d’une élite urbaine et éduquée en symbiose avec l’identité turque de la fin de la période ottomane et du début de la République, dont un grand nombre était affilié à la mouvance du Müsavat. Avant même la disparition de l’URSS, les dirigeants du Front populaire d’Azerbaïdjan, notamment le futur premier président de l’Azerbaïdjan indépendant, Aboulfaz Eltchibey, ont également été animés d’un idéal pan-turquiste. Dans les deux cas pourtant, les élites politiques azerbaïdjanaises n’ont pas été motivées uniquement par des considérations que d’aucuns qualifieraient de romantiques, mais également guidés par la volonté de construire un État indépendant viable, et préoccupés par des questions d’ordre sécuritaire. Les uns et les autres se sont logiquement tournés vers la Turquie, avec plus ou moins de succès selon les périodes. En ce sens, le maintien par Bakou de relations privilégiées avec Ankara, dans un contexte où l’Azerbaïdjan doit composer avec un environnement géopolitique de plus en plus complexe, apparaît on ne peut plus cohérent. De son côté, la Turquie, au-delà des considérations énergétiques et économiques, joue également la carte symbolique pour conforter son assise dans un espace qui lui est a priori acquis.

Références
Site internet de la Présidence de la République de Turquie: http://www.tccb.gov.tr/
Site internet de la Présidence de la République d’Azerbaïdjan: www.prezident.az
Abbasov Shahin, « Azerbaijan: Potential Benefits and High Risks », Regional repercussions of the Ukraine Crisis, Europe Policy Paper, Juillet 2014, pp.11-15
Ertas Ugur, « The New Russo-turkish Pipeline, A new Chance for Nabucco West? », Caspian Center for Energy and Environment (CCEE), ADA University, N°11, décembre 2014
King Charles, The Ghost of Freedom: A History of the Caucasus, New York, Oxford University press, 2010 [2008]
Panine Alexandre, « South Stream Alternative seen as paper Tiger », The Moscow Times, 22 janvier 2015
« Turcija prodolzhit okazyvat’ podderzhku Azerbajdzhanu » [La Turquie continuera à apporter son aide à l’Azerbaïdjan], http://www.echo.az/article.php?aid=76902, 16 janvier 2015
« Ilhem Eliyevin 6 maddelik Türkiye seferi » [Le voyage en 6 points d’Ilham Aliyev en Turquie], http://bizimyol.info/news/43572.html, 16 janvier 2015
« Zavershilsja vizit prezidenta Azerbajdzhana v Turcii » [Le président de l’Azerbaïdjan en visite en Turquie], http://www.echo.az/article.php?aid=76997, 17 janvier 2015

  1. http://www.turkkon.org/tr-TR/AnaSayfa, page consultée le 27 janvier 2015. []
  2. Le « Turkish stream » (tureckij potok, en russe), rendrait possible l’acheminement du gaz russe depuis la région russe méridionale d’Anapa via la mer Noire jusqu’en Turquie et au-delà en Grèce et en Europe de l’Ouest.  Annoncé par Vladimir Poutine en pleine crise ukrainienne, le Turkish stream permettrait au fournisseur russe de récupérer une partie des installations prévues dans le cadre du « South stream », projet abandonné par l’UE début décembre 2014 suite à l’annexion de la Crimée par la Russie, tout en contournant l’Ukraine. []
  3. Qui avait définitivement mis fin au projet européen Nabucco. Celui-ci avait pour but à l’origine de relier les ressources gazières iraniennes aux marchés européens, via le Caucase du Sud, mais a été petit à petit vidé de sa substance par les projets concurrents et par des mésententes liées notamment au volume dévolu aux pays concernés. L’abandon du projet South Stream pourrait toutefois relancer Nabucco sur une partie du tracé. []
  4. À l’heure actuelle, Israël demeure le premier fournisseur du pays. []
  5. Créé en 1992 et co-présidé par les États-Unis, la Russie et la France, le groupe de Minsk est chargé d’aider les parties au conflit à atteindre une résolution pacifique au différend qui les oppose depuis près de 25 ans maintenant, sans grand succès jusqu’à présent. []
  6. Voir notre dipnot de juillet 2014 sur les répercussions de l’affaire Gülen en Azerbaïdjan. []
  7. http://www.hurriyet.com.tr/gundem/14142652.asp []
  8. À la suite de la révolution d’octobre 1917 en Russie, les provinces de Transcaucasie (Caucase du Sud) mettent à profit le chaos ambiant et une République démocratique d’Azerbaïdjan est proclamée le 28 mai 1918 (soit le même jour que la République d’Arménie et deux jours après la déclaration d’indépendance géorgienne). Le territoire de la jeune république, dirigée par le parti Müsavat d’inspiration socialiste et nationaliste, correspond à peu près aux anciennes provinces impériales russes de Bakou et Elizavetpol (actuellement Gandja). La ville de Bakou échappe toutefois à sa juridiction car elle est sous contrôle d’une Commune dirigée par les Bolchéviks, où les socialistes arméniens sont également très influents. À l’été 1918, des officiers ottomans et des volontaires caucasiens connus collectivement sous le nom d' »Armée de l’Islam » se dirigent vers Bakou afin de faire tomber la Commune. Dans un premier temps victorieux, ils sont finalement contraints de se retirer de la ville en octobre 1918 suite à la signature de l’armistice de Moudros par les Ottomans et les alliés. Bakou, en raison de ses ressources pétrolières qui attisaient les convoitises, sera ensuite sous administration britannique jusqu’en 1920 avant de repasser sous contrôle bolchévik.  []
  9. Voir par exemple celui de Bakou. http://www.utm.com.tr/eng/projeler/15_Baku.htm, page consultée le 27 janvier 2015. []
  10. Le complexe dédié aux soldats turcs tombés lors de la prise de Bakou en septembre 1918, voisin de l' »allée des martyrs » (Şehidler Khiyabani) qui abrite les tombes des soldats azerbaïdjanais ayant péri au Haut-Karabakh et des civils tués lors de l’intervention de l’armée soviétique à Bakou en janvier 1990. []

Fin de partie pour les partisans de Gülen en Azerbaïdjan

Le 18 juin dernier, les autorités azerbaïdjanaises ont officiellement annoncé que l’ensemble des établissements d’enseignement secondaire privés turcs ainsi que les cours de préparation à l’entrée à l’université de la « Čağ educational institution », réputée liée à la confrérie de Fethullah Gülen, fermeraient leurs portes très prochainement. Officiellement, sont invoqués des « difficultés de management » et des « coûts de maintenance élevés ». Ce sont ainsi pas moins de treize centres de cours préparatoires à l’entrée à l’université et onze établissements qui vont cesser leurs activités : neuf lycées à Bakou et en province, le « gymnase caucasien » et  le lycée Dede Korkut. L’université Qafqaz quant à elle, également affiliée au mouvement de Fethullah Gülen, avait signé en 2013 un contrat avec la SOCAR (Société nationale du pétrole d’Azerbaïdjan) aux termes duquel les deux parties s’engageaient à coopérer au sein du « International Education Complex ». Elle a donc été épargnée, probablement aussi en raison de la bonne réputation dont elle jouit, en particulier en ce qui concerne la probité du corps enseignant et de son administration. Dans un premier temps, en mars 2014, les établissements secondaires, les cours préparatoires et l’université Qafqaz étaient passés sous la tutelle conjointe de la SOCAR et de la Čağ educational institution  dans le cadre d’un consortium éducatif appelé « Azerbaijan International Education Center » (AUTM étant l’acronyme azerbaïdjanais). De façon concomitante, au début du mois de mars, avait été largement diffusée dans les médias azerbaïdjanais une lettre prétendument adressée à Fethullah Gülen par le président de la Čağ educational institution, Enver Özeren, dans laquelle celui-ci faisait part des activités opaques développées par cette institution en Azerbaïdjan. M. Özeren avait opposé un vigoureux démenti, évoquant une lettre fabriquée de toutes pièces et une campagne de diffamation à son encontre. La lettre avait été largement reprise dans les médias proches du gouvernement en Turquie.

Il s’agit là d’une des nombreuses répercussions de l’« affaire Gülen » en Azerbaïdjan.  Dès le mois de février en effet, les médias et le gouvernement turcs affirmaient qu’une « structure parallèle » existait en Azerbaïdjan. Une série de courriers électroniques censés démontrer les liens de certains officiels azerbaïdjanais avec Gülen avait fuité vers les médias et une liste de personnalités politiques de membres azerbaïdjanais supposés du mouvement avait également été publiée.  Ce n’est pas la première fois que la mouvance Gülen est visée en Azerbaïdjan. En 2009-2010, une campagne médiatique à l’encontre des partisans du leader de la confrérie, soupçonnés de dissimuler un agenda islamiste, avait abouti à l’arrestation de plusieurs citoyens turcs pour « propagande religieuse » et « extrémisme ». Des jeunes gens azerbaïdjanais et turcs avaient également été arrêtés pour les mêmes raisons. La situation actuelle est cependant, de toute évidence, sans précédent.

Plus que dans tout autre pays de l’espace post-soviétique et au-delà, les disciples de Gülen se sont implantés de façon fort efficace en Azerbaïdjan, se gardant bien toutefois d’intervenir directement dans les affaires de l’État et de contrevenir au caractère séculier de ce pays dont la population est répartie entre chiites (65%) et sunnites (35%). Á l’université Qafqaz par exemple, il n’existe pas de département d’études religieuses. Implantés dans le pays, comme dans les anciennes républiques soviétiques, à la faveur de la disparition de l’URSS, le mouvement Hizmet était parvenu à y maintenir ses activités alors qu’elles avaient été fortement menacées, voire interdites, dans plusieurs pays de la région. La fin des années 1990 représente une sorte d’apogée pour les institutions éducatives du mouvement en ex-URSS : en 1999, il chapeautait pas moins de 30 écoles et 12 universités au Kazakhstan, 16 écoles et une université au Kirghizstan, 10 écoles et une université au Turkménistan, 6 écoles au Tadjikistan, 17 établissements en Ouzbékistan et 15 écoles, une université et vingt écoles préparatoires à l’université en Géorgie. Par la suite, tous les établissements ont fermé en Ouzbékistan pour des raisons politiques, tandis qu’au Turkménistan, aux termes de ce qui semble avoir été un accord bien compris entre les deux parties, ils ont été incorporés dans les structures éducatives nationales. Les gouvernements russe et azerbaïdjanais, inquiets de l’émergence possible d’un islam politique, ont quant à eux limité les activités de la confrérie dans la sphère éducative. L’éducation est d’ailleurs loin d’être le seul domaine où le mouvement Hizmet est présent puisque, en ce qui concerne l’Azerbaïdjan, il y possède également le journal Zaman, ainsi qu’une station de radio (Burç) et de télévision (Khazar). Au fil des années, c’est donc un véritable réseau transnational qui a été tissé par ce biais entre la Turquie et l’Azerbaïdjan, premier pays d’implantation des écoles gülénistes, d’autant que les relations entre les deux pays sont particulièrement étroites depuis la fin de l’URSS dans nombre de domaines, linguistique, culturel, économique, géostratégique, etc. Le réseau Gülen peut ainsi être considéré comme un maillon essentiel de cette relation particulière dans la mesure où il a pu faire fructifier ses activités sur un terreau fertile, tout en contribuant par ces mêmes activités à renforcer les liens entre les deux pays. Globalement, tant que le mouvement opérait en toute quiétude en Turquie, ses arrières étaient assurés auprès de Bakou. Or, la guerre ouverte qui oppose le premier ministre turc à Fethullah Gülen depuis la fin 2013 a complètement rebattu les cartes en Azerbaïdjan également.

Sorti triomphant des élections municipales d’avril 2014 qui ont vu son parti, l’AKP (Parti de la justice et du développement), conforté dans ses assises politiques, le premier ministre turc Erdogan a effectué son premier déplacement à l’étranger en Azerbaïdjan. Dans la foulée, plusieurs figures importantes de l’appareil d’État azerbaïdjanais réputées proches des idées de Gülen ont été démises de leurs fonctions, notamment Elnur Aslanov, le responsable du département d’analyse politique et d’information de la Présidence, et Elshad Iskendarov, chef du Comité d’État en charge des affaires religieuses. Plusieurs autres personnalités, leader de parti politique, avocats, etc ont également été éclaboussées par des accusations d’appartenance au mouvement.

 S’il est évident que le contexte turc a influencé de façon déterminante le cours des événements en Azerbaïdjan dans l’ « affaire Gülen », il paraît néanmoins essentiel de prendre en compte également un certain nombre de variables locales. Comme en Turquie, la culture de la discrétion – d’aucuns diraient « du secret » – qui caractérise les disciples de Fethullah Gülen le rend peu aisé à appréhender. De fait, on ignore combien de partisans compte Gülen en Azerbaïdjan, mais ils seraient présents tant au sein du Milli Mejlis (Assemblée nationale) et issus de divers partis, que de l’appareil présidentiel et d’autres structures étatiques. Nul doute toutefois que les craintes de voir se développer un État parallèle, qui plus est d’inspiration islamique, ne peut qu’entretenir la paranoïa ambiante et l’obsession du complot au sein des cercles du pouvoir à Bakou.

Il semblerait en outre que la version azerbaïdjanaise de l’affaire Gülen serve de toile de fond à des conflits de pouvoir entre personnalités de l’appareil d’État. Pour certains observateurs, M. Ali Hassanov, chef du département des questions politiques à la présidence, serait ainsi le premier bénéficiaire de la disgrâce de M. Aslanov. La journaliste d’investigation Khadija Ismayil y voit également un prétexte opportunément saisi par des personnes haut-placées afin de mettre en difficulté des rivaux économiques potentiels, affaires et politiques étant inextricablement liées en Azerbaïdjan.

D’une façon plus générale, cette affaire intervient dans un contexte d’étouffement progressif de toute forme d’opposition, comme en témoignent les nombreux procès de ces derniers mois à l’encontre d’activistes des réseaux sociaux, de responsables d’ONG, de journalistes ou de personnalités politiques, basés sur des motifs infondés et qui donnent lieu à des condamnations disproportionnées. Cette année, ni le Nouvel an, ni les fêtes de Novrouz, ni la fête nationale n’auront été l’occasion d’amnisties présidentielles.

Enfin, on ne saurait faire abstraction du contexte régional : compte tenu des derniers événements en Crimée, et dans le prolongement de la guerre d’août 2008 en Ossétie du Sud, Bakou aura vraisemblablement été encore plus enclin que de coutume à donner des gages de loyauté à Ankara.

Adeline Braux

Chercheur à l’Institut français d’études anatoliennes/Responsable de l’Observatoire du Caucase (Bakou)

ALIEV Fouad, « The Gülen Movement in Azerbaijan », Hudson Institute, décembre 2012, http://www.hudson.org/research/9864-the-gulen-movement-in-azerbaijan

BALCI Bayram, « Political Crisis in Turkey: Consequences for Central Asia and the Caucasus”, Carnegie, 30 avril 2014, http://carnegieendowment.org/2014/04/30/political-crisis-in-turkey-consequences-for-central-asia-and-caucasus/ha1b

BALCI Bayram, “Strenghts and Constraints of Turkish Foreign Policy in the South Caucasus, Insight Turkey, 18 juin 2014, http://carnegieendowment.org/2014/06/18/strengths-and-constraints-of-turkish-policy-in-south-caucasus/he0a

BALCI Bayram, “Gülen: Top Issue in the Agenda of Erdogan’s Visit to Azerbaijan”, Eurasia Outlook, 9 avril 2014, http://carnegie.ru/eurasiaoutlook/?fa=55290

HAQQIN.AZ, “V Azerbaidjane zakryli vse shkoly Fethullaha Guilena”, 18 juin 2014, http://haqqin.az/news/24542

KENAN, « Bakida hebs olunan ‘nurçular’ Fetullah Gülen terefdarlari deyil” [Les « Nourdjous » arrêtés à Bakou ne sont pas des partisans de Fethullah Gülen], Musavat, 14 avril 2014

MOURADOVA Mina, « Turkey’s Gülen Controversy Spills over to Azerbaijan », Central Asia-Caucasus, Vol.16, N° 07, 2 avril 2014.

MUSTAFAYEV Elshan, « La SOCAR et les inverstissements directs de l’Azerbaïdjan an Turquie », Dipnot, IFEA, 23 novembre 2012, http://dipnot.hypotheses.org/27

ORUDJEV Rauf, “MVD zaderjivaet Nurtsistov” [Le ministère de l’Intérieur détient des Nourdjous”], Zerkalo, 14 avril 2014

SOULTANOVA Shahla, “Azerbaijan Backing Turkey’s Crackdown on Gülen Movement”, EurasiaNet, 15 avril 2014

La Turquie et ses voisins syrien et irakien

Juin 2014

Türkçe çeviri

Présentoir préparé par Yohanan Benhaim et Jean-Baptiste Le Moulec
Dans le cadre du développement des activités entre l’IFEA et l’IFPO dont l’un des objectifs est d’étudier les relations de la Turquie avec son voisinage kurde et arabe, il est apparu nécessaire de revenir sur la littérature produite sur cette question et sur les différents débats qui l’animent.

Les frontières tracées à l’issue de la signature du traité de Lausanne en 1923 ont déterminé et continuent à définir une partie des relations entre la Turquie et son voisinage syro-irakien. Jusqu’aux années 2000, les questions de Hatay ou du partage des ressources hydrauliques continuent à être source de tensions entre la Turquie et la Syrie. Si cette thématique est présente dans la littérature en turc, elle l’est cependant moins que la question des frontières avec l’Irak. En effet, le vilayet de Mosul faisait partie des territoires revendiqués dans le cadre du Misak-ı Milli, Serment national voté par le parlement ottoman en 1920 pour définir les frontières du pays à défendre. Ce n’est qu’en 1926, à la suite d’un arbitrage de la Société des Nations, que ce vilayet fût définitivement annexé à l’Irak, alors sous mandat britannique. L’importance de cet épisode historique à l’origine des relations ambiguës liant la Turquie à cette région au Nord de l’Irak aujourd’hui sous l’autorité du Gouvernement Régional du Kurdistan irakien explique l’ampleur de la littérature en turc sur la question.

La première guerre du Golfe de 1990-1991 a aussi représenté un moment de prise de conscience par l’opinion publique turque de l’existence de populations kurdes de l’autre côté de la frontière et des interactions existantes entre les Kurdes de Turquie et d’Irak. Avec l’invasion américaine de 2003 et la constitution de la Région autonome du Kurdistan d’Irak en 2005, le débat sur les relations à entretenir avec cet espace a pris de l’ampleur. Parmi les questions les plus abordées figurent le statut de la ville de Kirkouk, thème clivant dans la littérature. Selon l’orientation politique des différentes maisons d’édition, proches de la diaspora Turkmène d’Irak en Turquie et de certains milieux militaires, ou favorables au contraire à un rapprochement avec les Kurdes d’Irak, le ton est en effet résolument différent face à cette question.

La Syrie et le conflit qui la divise sont aussi de plus en plus traités par diverses catégories de littérature. Vu de Turquie, la pérennisation du conflit a non seulement des répercussions du fait qu’il est son voisin –un voisin avec lequel s’étaient établies de bonnes relations entre 1998 et 2012-, mais engendre également des conséquences au plan intérieur, à commencer dans les régions turques limitrophes de la Syrie. Anxiogène car complexe et porteuse d’un potentiel de diffusion, la crise syrienne fait ainsi l’objet d’une production d’ouvrages assez intense, en Turquie comme en France. En Turquie, cette production a le mérite de faire se rencontrer deux sources d’expertises, celle de l’universitaire et celle du journalisme, la seconde apportant un surcroît de matériau empirique qui souvent fait défaut aux ouvrages académiques turcs portant sur le Moyen-Orient arabe. Cette crise de même que l’ensemble des troubles sociopolitiques survenus depuis 2010 dans plusieurs pays arabes ont aussi alimenté la rédaction et la diffusion de revues à prétentions académiques. Si l’on est parfois tenté d’en critiquer le contenu aussi académique que politique, ces revues sont également le lieu de rencontre international d’expertises et de grilles d’analyses professionnelles, qu’elles soient turques, européennes, américaines et moyen-orientales. On songera ainsi notamment aux revues Insight Turkey, Perception, Ortadoğu Etütleri, ou Akademik Orta Doğu.  Or suivre cette production est aussi d’un intérêt capital quant à tenter de comprendre et de cartographier les divers courants d’opinions et acteurs de cette expertise qui aspire sinon à dessiner tout au moins à orienter la politique étrangère, turque au premier chef. On notera d’ailleurs la transhumance de l’expertise qu’effectuent plusieurs auteurs, de l’Irak à la Syrie, du Caucase ou de l’Asie centrale –sujet phare des années 1990- à ce vaste « Moyen-Orient », région concentrant tous les risques.

En somme, ce à quoi invite ce présentoir, c’est une réflexion sur ces frontières orientales turques, non plus regardées en tant que marge mais comme épicentre de la politique étrangère turque, et ce en s’appuyant sur des lectures équilibrées tant en terme d’origine géographique que de format ou de spécialité des auteurs.

Bibliographie générale

  • Michel Seurat, L’Etat de barbarie, PUF, Proche Orient, 2012, 304 p.
  • Pierre-Jean Luizard, Comment est né l’Irak moderne ?, CNRS Editions, 2009, 566 p.
  • Çandar, Cengiz. Mezopotamya Ekspresi, Bir Tarih Yolculuğu. Istanbul: İlestişim, 2012.

Frontières, histoire des frontières

  • Serhan, Ada, Türk Fransız  ilişkilerinde Hatay Sorunu 1918-1939, Istanbul Bilgi Üniversitesi, 2005, 266 p.
  • Fransız Belgeleriyle Sevr Lozan Musul Üçgeninde Kürdistan, Yazar Hasan Yıldız, DOZ, 2005
  • Lozan’dan Bugüne Musul-Kerkük ve Kuzey Irak, Yazar Oğuz Karaca, Resital 2007
  • Aydin, Mesut, Türkiye ve Irak Hududu Mes’elesi, ASAM, 2001, 306 p.
  • Gilquin, Michel, D’Antioche à Hatay. L’histoire oubliée du sandjack d’Alexandrette. Nationalisme turc contre nationalisme arabe. L’Harmattan, 2000, 226 p.
  • Daoudy, Marwa, Le partage des eaux entre la Syrie, l’Irak et la Turquie, CNRS editions, 2007, 269 p.

Les Kurdes de Syrie

  • Abdulbaset, Seida, La question kurde en Syrie, L’Harmattan, 2005, 206 p.

Le Kurdistan d’Irak

  • Ciğerli Sabri, Réfugiés kurdes d’Irak en Turquie, L’Harmattan, 1998, 320 p.
  • Barzani, Saywan, Le Kurdistan d’Irak, 1918-2008, L’Harmattan, 2009
  • Sunar, Ekrem, Barzan’dan Bağdat’a Kürtler: Irak’ta Kürtlerin yüzyıl savaşları, Doz Yayıncılık, 2007, 240 p.
  • Ali Riza Şeyh Attar, Kürtler, bölgesel ve bölgedışı güçler, Ağaç, 2008, 398 p.
  • ANDERSON, Liam, STANSFIELD, Gareth, Crisis in Kirkuk The Ethnopolitics of Conflict and Compromise, Philadelphia, University of Pennsylvania Press, 2009

La politique étrangère turque et le Kurdistan d’Irak vus depuis la Turquie

  • ÖZDEMIRKIRAN Merve, La politique de la Turquie vis-à-vis de l’Irak depuis 2003 : conflit ou coopération, Editions Universitaires Européennes, Paris, 2010, 92 p.
  • PARK, Bill, Turkey’s policy towards northern Iraq: problems and perspectives, Routledge, New York, 2005.
  • Z. Abidin Kızılyaprak, Irak Kürdistanı ve Etkileri, Türkî Korkunun Anatomisi, DOZ Yayınları, 2005
  • Ümit Özdağ Türkiye, Kuzey Irak ve PKK, ASAM  (10/1999)
  • Hacı Şoriş Kerkün’ün Araplaştırılması, DOZ 2006, 352 p.
  • Demirci, Nefi, Kerkük : Sönmeyen Ateş Dinmeyen Hasret, Ural, 2011, 512 p.

Visions turques sur les relations turco-syriennes et la guerre en Syrie

  • Albayrak, Hakan. İslâm Birliği’nin Nüvesi Olarak Türkiye-Suriye Birliği. 2ème ed. Ankara: Vadi, 2007.
  • Adıbelli, Barış. Arap Baharı ve Suriye. Istanbul: IQ Kültür Sanat Yayıncılık, 2012.
  • Özdağ, Ümit. Küçük Ortadoğu Suriye. Ankara : Krypto, 2012
  • Mahalli, Hüsnü. Diren Suriye. Istanbul: Destek Yayinlari, 2014

Türkiye ve komşuları Suriye ile Irak

Haziran 2014

Version française

Yohanan Benhaim ve Jean-Baptiste Le Moulec tarafından hazırlanmıştır.
IFEA gibi Fransa’nın yurtdışındaki araştırma merkezlerinden biri olan Fransız Orta Doğu Araştırmaları Enstitüsü’nün (IFPO) çalışma sahalarından biri de Türkiye’nin Kürt ve Arap komşuları ile sürdürdüğü ilişkileridir. IFEA ile IFPO arasındaki iş birliğini geliştirmek amacıyla bu ilişkiler üzerine şekillenmiş literatür ve tartışmaları ele almak gerektiği düşüncesindeyiz.

1923 tarihli Lozan Antlaşması’nın imzalanmasıyla çizilen sınırlar, Türkiye’nin Suriye ve Irak ile  olan komşuluk ilişkilerinde belirleyici olmuştur. Bu sınırlar, ülkeler arasındaki ilişkileri kısmi şekilde belirlemeye halen devam etmektedir. Hatay Meselesi ve su kaynaklarının paylaşımı, 2000li yıllara kadar Suriye ve Türkiye arasındaki gerginliğin nedenleri olmuştur. Bu konu ile ilgili kaynaklar, Türkçe literatürde bulunmakla birlikte, Irak sınırları mevzusuyla ilgili olanlarla karşılaştırıldığında sayıca daha kısıtlı kalmaktadır. Buna neden ise Musul Vilayeti’nin 1920’de Osmanlı Parlamentosu’nun Misak-ı Milli (günümüz Türkçesi ile Milli Yemin) çerçevesinde müdafasında karar kılınan bölgenin içinde kalmasıdır. Bu vilayet, ancak 1926’da Milletler Cemiyeti hakemliğinde o zamanlar İngiliz Mandası altındaki Irak’a eklenmiştir. Bugün Türkiye ile Kürdistan Bölgesel Yönetimi’nin idaresindeki Kuzey Irak Bölgesi arasındaki karmaşık ilişkinin temelindeki bu dönemin önemi, konu hakkındaki Türkçe literatürün gelişmişliğini açıklamaktadır.

1990-1991’deki Birinci Körfez Savaşı, sınırın diğer tarafında da Kürt halkının varlığının ve Türkiye Kürtleri ile Irak Kürtlerinin ilişkide olduklarının Türk kamuoyunca bilincine varıldığı bir süreç olmuştur. 2003’teki Amerikan işgali ve Irak Kürdistan Bölgesel Yönetimi’nin kuruluşu ile bu yöreye ilişkin takınılacak tavır hakkındaki tartışma önem kazanmıştır. En çok ele alınan konular arasındaki Kerkük Meselesi hakkında literatürde bölünmeler gözlemlenmektedir. Türkiye’deki Iraklı Türkmenlere ve birtakım askeri çevrelere yakın duran yayınevlerinden ya da tam tersi şekilde Irak Kürtleri ile yakınlaşma taraftarı olan yayınevlerine; yani sahip olunan siyasi çizgiye göre, bu konu hakkındaki tutumlar birbirinden büyük farklılık gösterir. 

Suriye ve ülkeyi anlaşmazlıklara düşüren çatışmalar, literatürün değişik kolları tarafından gittikçe daha fazla işlenmektedir. Türkiye açısından bakıldığında, çatışmaların devamı  Türkiye’nin -1998’den 2012’ye kadar iyi ilişkiler geliştirdiği- Suriye ile olan komşuluğundan  dolayı etkilenmesiyle sınırlı kalmamaktadır. Çatışmaların devamı, ayrıca Suriye sınırındaki Türk bölgeleri başta olmak üzere, Türkiye’nin iç siyaseti açısından da birtakım sonuçlar doğurmaktadır. Suriye Krizi’nin karmaşıklığı ile kaygı uyandırması ve sıçrama olasılığının bulunması, Türkiye’de olduğu gibi Fransa’da da, çok sayıda yayının türemesini beraberinde getirmiştir. Türk akademik çevrelerinin Orta Doğu Arap dünyası ile ilgili incelemeleri, gazeteciliğin konuya ilaveten kazandırdığı deneyimsel boyuttan yoksun olmakla birlikte,     Türkiye’de Suriye Krizi konulu yayınlar, akademi ve gazetecilik gibi iki uzmanlık alanını birbirleriyle buluşturma becerisine sahiptir. Bu kriz ile, tıpkı 2010’dan sonra birçok Arap ülkesinde meydana gelen sosyal ve siyasi olaylarında olduğu gibi, bilimsel olma iddiası taşıyan yayınlar boy göstermiştir. Bunların kimi zaman bilimsel olmanın yanında siyasi de olan içerikleri eleştirilse de bu yayınlar, uluslararası uzmanlık alanlarının, Türk, Avrupalı, Amerikalı ya da Orta Doğulu incelemelerin bir araya geldikleri bir yer olarak da karşımıza çıkmaktadır. Bunlara örnek olarak, Insight Turkey, Perception, Ortadoğu Etütleri ya da Akademik Orta Doğu yayınlarını sayabiliriz. Siyaseti, en başta da Türk dış siyasetini çizmek ya da en azından yönlendirmek isteyen bu yazıların arkasındaki değişik düşünce akımlarını anlayıp bunları masaya yatırmak için bu yayınların takibi aslında büyük önem taşımaktadır. Hatta burada, birçok uzmanın incelemelerini Irak’tan Suriye’ye, Kafkasya’dan veya Orta Asya’dan -1990lı senelerin gözde konusu, her türlü tehlikeyi içinde barındıran- o büyük “Orta Doğu”ya kaydırarak gerçekleştirdiğinin de altını çizelim.  

Sonuç olarak bu vitrin, yazarların coğrafi kökenleri, yayınlarının formatı, uzmanlık alanları açısından dengelenmeye çalışılmış okumalara dayanarak, Türkiye’nin doğu sınırlarını artık kenar yerler olarak değil de Türk dış siyasetinin tam da merkezi olarak ele almayı önermektedir.

Bibliyografya

  • Michel Seurat, L’Etat de barbarie, PUF, Proche Orient, 2012, 304 p.
  • Pierre-Jean Luizard, Comment est né l’Irak moderne ?, CNRS Editions, 2009, 566 p.
  • Çandar, Cengiz. Mezopotamya Ekspresi, Bir Tarih Yolculuğu. Istanbul: İlestişim, 2012.

Sınırlar, sınırların tarihi

  • Serhan, Ada, Türk Fransız  ilişkilerinde Hatay Sorunu 1918-1939, Istanbul Bilgi Üniversitesi, 2005, 266 p.
  • Fransız Belgeleriyle Sevr Lozan Musul Üçgeninde Kürdistan, Yazar Hasan Yıldız, DOZ, 2005
  • Lozan’dan Bugüne Musul-Kerkük ve Kuzey Irak, Yazar Oğuz Karaca, Resital 2007
  • Aydin, Mesut, Türkiye ve Irak Hududu Mes’elesi, ASAM, 2001, 306 p.
  • Gilquin, Michel, D’Antioche à Hatay. L’histoire oubliée du sandjack d’Alexandrette. Nationalisme turc contre nationalisme arabe. L’Harmattan, 2000, 226 p.
  • Daoudy, Marwa, Le partage des eaux entre la Syrie, l’Irak et la Turquie, CNRS editions, 2007, 269 p.

Suriye Kürtleri

  • Abdulbaset, Seida, La question kurde en Syrie, L’Harmattan, 2005, 206 p.

Irak Kurdistan’ı

  • Ciğerli Sabri, Réfugiés kurdes d’Irak en Turquie, L’Harmattan, 1998, 320 p.
  • Barzani, Saywan, Le Kurdistan d’Irak, 1918-2008, L’Harmattan, 2009
  • Sunar, Ekrem, Barzan’dan Bağdat’a Kürtler: Irak’ta Kürtlerin yüzyıl savaşları, Doz Yayıncılık, 2007, 240 p.
  • Ali Riza Şeyh Attar, Kürtler, bölgesel ve bölgedışı güçler, Ağaç, 2008, 398 p.
  • ANDERSON, Liam, STANSFIELD, Gareth, Crisis in Kirkuk The Ethnopolitics of Conflict and Compromise, Philadelphia, University of Pennsylvania Press, 2009

Türk Dış Politikası ve Türkiye’de  Irak Kurdistan’ı algısı

  • ÖZDEMIRKIRAN Merve, La politique de la Turquie vis-à-vis de l’Irak depuis 2003 : conflit ou coopération, Editions Universitaires Européennes, Paris, 2010, 92 p.
  • PARK, Bill, Turkey’s policy towards northern Iraq: problems and perspectives, Routledge, New York, 2005.
  • Z. Abidin Kızılyaprak, Irak Kürdistanı ve Etkileri, Türkî Korkunun Anatomisi, DOZ Yayınları, 2005
  • Ümit Özdağ Türkiye, Kuzey Irak ve PKK, ASAM  (10/1999)
  • Hacı Şoriş Kerkün’ün Araplaştırılması, DOZ 2006, 352 p.
  • Demirci, Nefi, Kerkük : Sönmeyen Ateş Dinmeyen Hasret  , Ural, 2011, 512 p.

Suriye Savaşı ve Türkiye-Suriye İlişkilerine Türkiye’nin Bakışı

  • Albayrak, Hakan. İslâm Birliği’nin Nüvesi Olarak Türkiye-Suriye Birliği. 2ème ed. Ankara: Vadi, 2007.
  • Adıbelli, Barış. Arap Baharı ve Suriye. Istanbul: IQ Kültür Sanat Yayıncılık, 2012.
  • Özdağ, Ümit. Küçük Ortadoğu Suriye. Ankara : Krypto, 2012
  • Mahalli, Hüsnü. Diren Suriye. Istanbul: Destek Yayinlari, 2014

Mezopotamya’daki Amida

Diyarbakır Büyükşehir Belediyesi’nin izniyle paylaşılan görselde Diyarbakır’daki Ulu Cami’nin doğu girişi görünüyor.

Mayıs 2014

Version française

Roma sonra da Bizans İmparatorluğu kenti olan Amida’nın yani günümüz Diyarbakırının tarihinden iki büyük eser söz eder. Bunlardan ilki, Ammianus Marcellinus’un ünlü eseri Roma Tarihi’nde (Res Gestae), hükümdar Büyük Şapur’un Amida şehrini 359’daki kuşatmasını anlattığı kısımdır. İkincisi de Dicle üzerinde ulaşıma elverişli son kıyılar ile Toros kapılarını korumak üzere, Roma topraklarının bitiminde Persler’e karşı dikilmiş son kale olan, beş kilometre uzunluğundaki siyah bazalttan inşaa edilmiş bu muhteşem yapının ilk defa bilimsel olarak tarif edildiği Albert Gabriel çalışmalarıdır. Bu iki metin, bizi Amida’nın hem stratejik hem de siyasi öneminin, birden göz önüne çıktığı IV. yüzyıla götürür: 336’dan itibaren babası tarafından doğuya gönderilen II.Konstantius’a Pers savaşlarıyla uğraşmak zorundadır. Münzevi Jacques’ın Hayatı‘nda (La vie de Jacques le Reclus) da anlatıldığı gibi II.Konstantius’un Amida’ya verdiği önem, “imparatorluğundaki diğer kentleri sevdiğinden çok sevdiği şehir” diye dile getirilir. Bu yüzden şehre kendi ismini verir ve kent, Konstansiye diye anılmaya başlanır. Kentin nüfusu, 363’te Jovian’ın Nusaybin’i Persler’e bırakmasıyla alınan göçlerden sonra yükselir ve böylece kent, Mezopotamya’nın metropolü haline gelir. Şehir surları, en geniş sınırlarına yani bugünkü bildiğimiz haline kuşkusuz bu zamanda ulaşmıştır.

Günümüz tarihçiliği daha çok II.Konstantius dönemine odaklanarak yörenin başka eski dönemlerinin işlenmesini ihmal etmiş ve Süryani kaynaklar üzerinde fazlaca durmamıştır. Oysa ki IV. yüzyılda Ammianus Marcellinus’un anlatısında tarih sahnesine çıkan şehir ve 639’da kentin Araplar’ın eline geçişi ile 866’da Asur Kraliyet Yıllıkları’nda sözü geçen Amedu arasındaki tarihi kopuklukları tam da bu kaynakların ışığa çıkarabilmesi beklenmektedir. Örneğin, bir VI. yüzyıl tarih yazmanının kunegiondan söz etmesi üzerine bir tiyatro tespit edilmiştir. Bu yapı da kentin Erken Roma İmparatorluğu Dönemi’ndeki önemini doğrulamaktadır çünkü böylesi bir yapı II.Konstantius zamanında zaten artık inşaa edilmemektedir. Bu da şehrin Romalılar tarafından kurulduğu iddiasını yeniden masaya yatırmaktadır. Acaba kent, eriştiği konumunu Mezopotamya’da geçici bir vilayet kurmak isteyen Trajan’a mı, yoksa toprakları Persler’den geri alan bir Severus Hanedanına mı borçludur? Kaynakların bir Selevkos yapısından söz etmesi kentin köklerinin çok daha önceye, belki IV. Antiokhos tarafından kurulmuş bir helenistik krallığa dayanabileceğini akla getirmektedir. Yine aynı belgeler, kentin Geç Antik Dönem’de toprak idaresindeki etkisini, ayrıca şehirdeki sivil ve dini hayatının yönlerini daha önce hiç düşünülmemiş şekilde ortaya koymuştur.

Tarihi ve siyasal katmanlarının zenginliği geç anlaşılan Amida’ya bugün baktığımızda büyük bir Mezopotamya kentiyle karşı karşıya olduğumuzu anlarız. Buranın kültürel önemi ve etkileri aşikardır çünkü kent, Yüksek Mezopotamya’da, özellikle Turabdin bölgesinde, bir Hristiyan sanatı merkezi olmuştur. Belirgin klasisizm izleri taşıyan bu sanatın Pers ve Arap fetihlerine kadar korunmuş olması birçok araştırmacıyı şaşırtmaktadır. Burada Palmira gibi bir merkezin etkisini de yadsımadan, zanaatkarlar için Amida’da bulunmanın ne anlama geldiğinin altını çizmek gerekir. Ulu Cami’nin batı yüzündeki klasik oyma süsleme kesitleri ve bir gün mutlaka gün yüzüne çıkacak başka anıtlar, bu türden erken dönem süslemelerinin önce Mezopotamya’daki tüm Hristiyan sanatında, ardından da İslam sanatında devam ettirilişini kısmen açıklamaktadır. Bu süslemelerin hem yerel, hem de Arşaklı, Sasani, Yunan, Romalı, Süryani, Ermeni ve Arap etkilerini taşıyan yöre zanaatkarlarınca yapılmış olması Amida’dan kalan mirasın çok kültürlü olduğunun göstergesidir. Ayrıca Amida’nın Efesli (bugünkü Eğil) Yuhanna, Midillili Zekeriya’nın Kilise Tarihi‘ni Süryanice’ye anonim olarak çeviren keşişin ayrıca Zuknin vakayinamesini yine anonim olarak tutan rahibin memleketi olması, buranın bir edebiyat merkezi de olduğu anlamına gelir.

Araplar, 639’da ele geçirdikleri şehri Diyar Bakr ismiyle başkent yapıp şehrin bugünkü isminin temellerini atmışlardır. Kendi de Cizre vilayetinin bir kazası olan Diyar Bakr’ın kuzeyinde ve doğusunda Toroslar’ın etekleri, batısında Karaca Dağ ve güneyinde Turabdin bulunmaktadır. Şehir sonraları Emevilerin, Abbasilerin, Mervanilerin, İnallar ve Nisaniler gibi aile handeanlıklarının, Artukluların, Selçukluların, Akkoyunluların ve Sefevilerin akınlarına sahne olmuştur. Şehir, 1514’te I.Selim tarafından Osmanlı topraklarına katılmıştır. İslam’ın kabulü şehrin mimarisine önemli değişiklikler getirmiştir. Bunlara örnek olarak Ulu Cami, Mesudiye ve Zinciriye Medreseleri sayılabilir. 

Şehrin tarihi merkezi ve bu merkezin bahçesi olan Hevsel Bahçeleri’nin Unesco Dünya Mirası Listesi’ne alınmaları için talepte bulunulmuştur. Çok kuvvetli bir nüfus artışının kaydedildiği kentte tarihi mirasın korunması için türlü programlar başlatılmıştır. Şehir surlarının tarihiyle yakından ilgilenen AMIDA EnviMed/MISTRALS araştırma programı, surların nasıl inşaa edildiğini, taş ocaklarının yerlerini, şantiyelerin çalışma yöntemlerini ve bunların yakın çevreye ile şehir ve bölge ekonomisine olan etkilerini sorgulamaktadır. Roma ve Bizans dönemi izleri taşıyan günümüz şehri, sokakları, dokusu, yapısı ile belli başlı anıtları gözler önüne çıkarmaktadır.

Büyükşehir Belediyesi’nin yanı sıra Kültür ve Turizm Bakanlığı, valilik ve Diyarbakır Müzesi,  Diyarbakır’daki kültür mirasını öne çıkaran kitapların yayımlanmasını desteklemektedir. Bu ayki vitrimizde işte bu kitapların üzerinde duracağız. Yalnızca Amida ile ilgili eserler pek sınırlı olduğundan burada bunlardan birkaçını vermekle yetineceğiz. Ayrıca, IFEA’nın harita atölyesinde Diyarbakır ve çevresi hakkında belgelerin bulunduğunun da altını çizelim. 

IFEA kütüphanesi şu iki temel eseri barındırıyor:

  • Gabriel A., Voyages archéologiques dans la Turquie orientale, Paris, 1940.
  • Van Berchem M., Strzygowski J., Bell G.,  Amida. Matériaux pour l’épigraphie et l’histoire musulmanes de Diyar-Bakır, Heidelberg, Paris, 1910.

Özellikle tarih ve kent topoğrafyası alanlarında son yıllarda gerçekleştirilmiş çalışmalar:

  • Assénat M.,  Pérez A, « Amida Restituta », in Gasse A., Servajean Fr., Thiers Chr. éd., Et in Aegypto, et ad Aegyptum, Recueil d’Etudes dédiées à J. C. Grenier, CENiM, Montpellier, 2012, pp. 7- 52.
  • Assénat M.,  Pérez A, « Amida 1. Un théâtre antique à Amida », Anatolia Antiqua, XX, 2012, pp. 147-155.
  • Assénat M.,  Pérez A, « Amida 2. Un Forum à Amida », Anatolia Antiqua, XXI, 2013, pp. 135-158.
  • Assénat M.,  Pérez A.,  «Amida 3. Une fondation séleucide à Amida», Anatolia Antiqua, XXI, 2013, pp. 159-166.
  • Crow J.,« Amida and Tropaeum Traiani : a Comparison of Late Antique Fortress Cities on the Lower Danube and Mesopotamia », in, Proceedings of the British Academy 141, 2007, pp. 435-458.
  • Halifeoğlu, M, Dalkılıç N, ed, Uluslararası Diyarbakır surları sempozyumu, 19-20 Nisan 2012, Juillet 2012.
  • Keser E., « The Church of Virgin in Amida and the Martyrium at Constantia : Two Monumental Centralised Churches in the Late Antique Northern Mesopotamia, 2013, OLBA, pp. 405-435.
  • Lorain T., L’architecture militaire de Diyarbakır entre les Xe et XIIIe siècles : entre nécessité défensive et ostentation, Thèse de IIIème cycle, EPHE, 2 vol., Paris, 2011.
  • Parla C., Diyarbakır « surları ve kent tarihi », ODTÜ MFD, 1, 22, 1, 2005,  pp. 57-84.
  • Szidat J., « Civitas… fabricata est (CIL III, 6730). Überlegungen zur Neubefestigung von Amida in den Jahren 367-375 n. Chr. und zur Befestigungstätigkeit von Valens », in  Festschrift Thomas Gelzer, Berne, 1986, pp. 130-142.
  • Tuncer Orhan Cezmi, Diyarbakır camileri, mukarnas, geomarti, orantı, Diyarbakır büyükşehir Belediyesi, Kültür ve Sanat Yayinları, 1996.
  • Tuncer Orhan Cezmi, Diyarbakır evleri, Diyarbakır büyükşehir Belediyesi, Kültür ve Sanat Yayınları, 1999.
  • Tuncer Orhan Cezmi, Diyarbakır kiliseleri, Diyarbakır büyükşehir Belediyesi, Kültür ve Sanat Yayınları, 2002.
  • Tuncer Orhan Cezmi, Diyarbakır surları, Diyarbakır Valılığı, Ankara, 2012.

Diğer alanlar:

  • Barnes T.D., « Imperial Campaigns, AD 285-311 », Phoenix 30, 1976.
  • Bell G., The Churches and Monasteries of the Tur’Abdin, réimp. Londres, 1982.
  • Beysanoğlu Ş., Anıtlar ve Kitabeleri ile Diyarbakır Tarihi, 3 Cilt, Diyarbakır Büyük Şehir Belediyesi, 2003.
  • Chaumont M.-L.,  « Fondations Séleucides en Arménie Méridionale », Syria 70, 1993, pp. 431-441.
  • Flury S., «Bandeaux ornementés à inscriptions arabes : Amida-Diarbekr», XIe siècle, Syria  1920,1, pp. 235-249 ; 318-328.
  • Debié M., « Du Grec en Syriaque : la transmission du récit de la prise d’Amid (502) dans l’historiographie byzantine », Byzantinische Zeitschrift, 2003, pp. 601-622.
  • Dillemann L., Haute Mésopotamie orientale et pays adjacents. Contribution à la géographie historique de la région, du Ve s. avant l’ère chrétienne au VIe s. de cette ère, Paris, 1962.
  • Diyarbakır kültür envanteri, 2 cilt, Diyarbakır valılığı il kültür ve turizm müdürlüğü, Müze müdürlüğü.
  • Ebeling E. et al., Realexikon Der Assyriologie Und Vorderasiatischen Archäologie I, « Amida », 1922.
  • Frézouls E., « Les fluctuations de la frontière orientale de l’empire romain », in La géographie administrative et politique d’Alexandre à Mahomet, Actes du colloque de Strasbourg 14-16 juin 1979, Leyde, 1981, pp. 177-225.
  • Gyselen R., La géographie administrative de l’Empire sassanide. Les témoignages sigillographiques [Res Orientales n° I], Paris, 1989.
  • Hoffmann D., « Das spätrömische Bewegungsheer und die Notitia Dignitatum », Düsseldorf, T. I et II, 1969.
  • Jones A. H. M., The Cities of the Eastern Roman Provinces, rééd. Amsterdam, 1983.
  • Köroğlu K. et Konyar E., ed, Urartu. Doğu’da Değişim (Transformation in the East), Istanbul, 2011.
  • Korkusuz S., Seyahatnamelerde Diyarbakır, Istanbul, 2003.
  • Luther  A., « Roms Mesopotamische Provinzen nach der Gefangennahme Valerians (260) », in J. Wiesenhöfer, Ph. Huyse (éd.), Ērān ud Anērān : Studien zu den Beziehungen zwischen den Sasanidenreich und der Mittelmeerwelt, Munich, 2006.
  • Mundell Mango M., « The continuity of the classical tradition in the art and architecture of northen Mesopotamia», in Nina Garsoïan G. et al., East of Byzantium : Syria and Armenia in the formative period, Washington, 1982.
  • Palmer A., «Âmîd in the Seventh-Century Syriac Life of Theodûtê», in The Encounter of Eastern Christianity with Early Islam, éd. E. Grypeou, M. Swanson, D. Thomas : The History of Christian-Muslim Relations 5, Leiden –Boston, 2006, pp. 111-137.
  • Palmer A., Monk and Mason on the Tigris Frontier. The Early History of Tur’Abdin, Cambridge University Press, 1990. Paschoud  Fr.,  « Se non è vero, è ben trovato : tradition littéraire et vérité historique chez Ammien Marcellin », Chiron 19, 1989, pp. 37-54.
  • Sözen M., Diyarbakır’da Türk mimarisi, Istanbul, 1971.

Kültürel mirası koruma programları ile ilgili İnternet bağlantıları

Diyarbakır Büyükşehir Belediyesi’nin izniyle paylaşılan görselde Diyarbakır’daki Ulu Cami’nin doğu girişi görünüyor.

AMIDA çalışmaları, ENVI-Med bölgesel programı kapsamında desteklenmektedir. ENVI-Med, Fransa Dışişleri Bakanlığı’nın küreselleşme ve işbirliği geliştirme masasının ve CNRS’nin (Ulusal Bilimsel Araştırmalar Merkezi) Akdeniz biriminin katkılarıyla gerçekleşmektedir. Çalışmalar, ayrıca disiplinler ve kurumlararası işbirliği programı MISTRALS’in Fransa dışına açılması hareketinin bir parçasıdır.

Amida de Mésopotamie

Entrée est d’Ulu Camii (reproduite avec l’autorisation de la Mairie de Diyarbakır)

Mai 2014

Türkçe çeviri

Rassemblée sur le moment constantien, l’historiographie contemporaine a quelque peu délaissé les autres périodes de l’histoire ancienne du site. Elle ne s’est guère attardée sur l’apport des sources syriaques, lesquelles dévoilent pourtant des éléments essentiels susceptibles de combler en partie les hiatus qui séparent l’apparition de la cité sur la scène historique, dans la pleine lumière du récit d’Ammien, en amont, de la lointaine mention d’Amedu, dans les Annales Royales assyriennes en 866, et en aval, de la prise de la ville par les Arabes en 639. Par exemple, la mention d’un kunegion par un chroniqueur du VIème siècle a permis d’identifier un théâtre, monument qui atteste l’importance de la cité du Haut-Empire puisque l’on ne construit déjà plus ce type d’édifice à l’époque de Constance, ce qui pose à nouveau la question de l’origine de la fondation romaine. La ville doit-elle sa position à Trajan qui créa une éphémère province de Mésopotamie, ou à un des Sévères qui regagnèrent ces terres sur les Perses ? C’est encore, dans le même corpus, la mention retrouvée d’une fondation séleucide qui laisse soupçonner l’existence, bien antérieure encore, de la fondation d’une ville royale hellénistique, peut-être par Antiochos IV Epiphane. Ce sont les mêmes sources qui dévoilent l’emprise territoriale jusqu’alors insoupçonnée de la Métropole administrative de la fin de l’Antiquité, comme les aspects de sa vie civique et religieuse.

Rendue à son épaisseur historique et politique on retrouve désormais à Amida une grande cité mésopotamienne, on comprend son rôle et son rayonnement culturel. Elle fut un foyer de diffusion de l’art chrétien en Haute-Mésopotamie et notamment dans le Tur’Abdin, cet art au goût très marqué pour le classicisme fait l’étonnement de nombreux chercheurs puisqu’il perdure jusqu’aux conquêtes perse et arabe. Sans bien entendu nier l’influence de centres comme Palmyre, il faut souligner l’importance qu’a pu revêtir, pour les artistes, la fréquentation d’Amida ; le florilège des décors sculptés classiques offert par la façade ouest de la Ulu Cami, et sans doute par de nombreux autres monuments à découvrir, explique en partie la perpétuation de ces mêmes décors d’époque haute dans tout l’art chrétien, puis islamique de Haute-Mésopotamie. C’est un héritage multiculturel qu’Amida a diffusé parce que les décors sculptés de la ville ont forcément aussi été réalisés par des artistes locaux nourris des influences locales, mais aussi parthe, sassanide, grecque, romaine, syriaque, arménienne, arabe. Notons enfin qu’Amida fut un centre de littérature syriaque, patrie, entre autres, de Jean d’Éphèse et de Zacharie de Mytilène, ainsi que du moine anonyme de la chronique du Zuqnin.

En 639 les Arabes s’emparent de la ville et font d’elle la capitale du Diyār Bakr auquel elle doit son nom actuel. Lui-même territoire de la province de Ğazīra, le Diyar Bakr s’étend jusqu’aux piémonts du Taurus au Nord et à l’Est, prend le volcan Karaca Dağ à l’Ouest et le Tūr ‘Abdīn au Sud. La ville connaîtra par la suite l’occupation des Omeyyades, des Abbasides, des Mervanides, des familles Inalides et Nisanides, des Ortokides, des Seldjoukides, des Akkoyunlu, des Safavides. Elle devient ottomane en 1514, sous le règne du sultan Selīm Ier le Cruel. L’apparition de l’Islam entraîne d’importantes modifications architecturales dans la ville et notamment la réalisation de monuments comme la Ulu Cami, ou les Medrassa Mesudiye et Zinciriye.

Le centre historique, comme les jardins de l’Hevsel qui lui sont associés, font aujourd’hui l’objet d’une demande de classement au patrimoine mondial de l’UNESCO. Subissant une forte pression démographique la ville participe à la mise en œuvre de plusieurs programmes visant à préserver son patrimoine. Ainsi du programme AMIDA EnviMed/MISTRALS qui porte un intérêt particulier à l’histoire de la muraille et interroge les techniques de construction, la localisation des anciennes carrières, le fonctionnement des chantiers et l’impact qu’ils ont exercé sur l’environnement immédiat du site et sur l’économie de la ville et de sa région. Une empreinte de la ville romano-byzantine est également relevée dans ce que l’état contemporain conserve de cet urbanisme, ses rythmes, son réseau de rues, et propose de localiser les principaux monuments.

La grande municipalité et parallèlement le Ministère de la Culture et du Tourisme, la préfecture et le Musée archéologique soutiennent le travail de mise en valeur du patrimoine de Diyarbakır par l’édition de beaux livres auxquels ce présentoir fait place. La bibliographie directement consacrée à Amida/Diyarbakır n’est pas très abondante, nous donnons ici quelques titres à fin indicative. N’oublions pas que l’atelier de cartographie de l’IFEA possède également des documents relatifs à la ville et à la région de Diyarbakır.

La bibliothèque de l’IFEA dispose des deux ouvrages fondamentaux suivants :

  • Gabriel A., Voyages archéologiques dans la Turquie orientale, Paris, 1940.
  • Van Berchem M., Strzygowski J., Bell G., Amida. Matériaux pour l’épigraphie et l’histoire musulmanes de Diyar-Bakır, Heidelberg, Paris, 1910.

Pour des études plus récentes plus spécialement consacrées à l’histoire et à la topographie urbaine :

  • Assénat M., Pérez A, « Amida Restituta », in Gasse A., Servajean Fr., Thiers Chr. éd., Et in Aegypto, et ad Aegyptum, Recueil d’Etudes dédiées à J. C. Grenier, CENiM, Montpellier, 2012, pp. 7- 52.
  • Assénat M., Pérez A, «Amida 1. Un théâtre antique à Amida», Anatolia Antiqua, XX, 2012, pp. 147-155.
  • Assénat M., Pérez A, «Amida 2. Un Forum à Amida», Anatolia Antiqua, XXI, 2013, pp. 135-158.
  • Assénat M., Pérez A., «Amida 3. Une fondation séleucide à Amida», Anatolia Antiqua, XXI, 2013, pp. 159-166.
  • Crow J.,« Amida and Tropaeum Traiani : a Comparison of Late Antique Fortress Cities on the Lower Danube and Mesopotamia », in, Proceedings of the British Academy 141, 2007, pp. 435-458.
  • Halifeoğlu, M, Dalkılıç N, ed, Uluslararası Diyarbakır surları sempozyumu, 19-20 Nisan 2012, Juillet 2012.
  • Keser E., « The Church of Virgin in Amida and the Martyrium at Constantia : Two Monumental Centralised Churches in the Late Antique Northern Mesopotamia, 2013, OLBA, pp. 405-435.
  • Lorain T., L’architecture militaire de Diyarbakır entre les Xe et XIIIe siècles : entre nécessité défensive et ostentation, Thèse de IIIème cycle, EPHE, 2 vol., Paris, 2011.
  • Parla C., Diyarbakır « surları ve kent tarihi », ODTÜ MFD, 1, 22, 1, 2005, pp. 57-84.
  • Szidat J., « Civitas… fabricata est (CIL III, 6730). Überlegungen zur Neubefestigung von Amida in den Jahren 367-375 n. Chr. und zur Befestigungstätigkeit von Valens », in Festschrift Thomas Gelzer, Berne, 1986, pp. 130-142.
  • Tuncer Orhan Cezmi, Diyarbakır camileri, mukarnas, geomarti, orantı, Diyarbakır büyükşehir Belediyesi, Kültür ve Sanat Yayinları, 1996.
  • Tuncer Orhan Cezmi, Diyarbakır evleri, Diyarbakır büyükşehir Belediyesi, Kültür ve Sanat Yayınları, 1999.
  • Tuncer Orhan Cezmi, Diyarbakır kiliseleri, Diyarbakır büyükşehir Belediyesi, Kültür ve Sanat Yayınları, 2002.
  • Tuncer Orhan Cezmi, Diyarbakır surları, Diyarbakır Valılığı, Ankara, 2012.

Pour d’autres aspects :

  • Barnes T.D., « Imperial Campaigns, AD 285-311 », Phoenix 30, 1976.
  • Bell G., The Churches and Monasteries of the Tur’Abdin, réimp. Londres, 1982.
  • Beysanoğlu Ş., Anıtlar ve Kitabeleri ile Diyarbakır Tarihi, 3 Cilt, Diyarbakır Büyük Şehir Belediyesi, 2003.
  • Chaumont M.-L., « Fondations Séleucides en Arménie Méridionale », Syria 70, 1993, pp. 431-441.
  • Syria 1920,1, pp. 235-249 ; 318-328.
  • Debié M., « Du Grec en Syriaque : la transmission du récit de la prise d’Amid (502) dans l’historiographie byzantine », Byzantinische Zeitschrift, 2003, pp. 601-622.
  • Dillemann L., Haute Mésopotamie orientale et pays adjacents. Contribution à la géographie historique de la région, du Ve s. avant l’ère chrétienne au VIe s. de cette ère, Paris, 1962.
  • Diyarbakır kültür envanteri, 2 cilt, Diyarbakır valılığı il kültür ve turizm müdürlüğü, Müze müdürlüğü.
  • Ebeling E. et al., Realexikon Der Assyriologie Und Vorderasiatischen Archäologie I, « Amida », 1922.
  • Frézouls E., « Les fluctuations de la frontière orientale de l’empire romain », in La géographie administrative et politique d’Alexandre à Mahomet, Actes du colloque de Strasbourg 14-16 juin 1979, Leyde, 1981, pp. 177-225.
  • Gyselen R., La géographie administrative de l’Empire sassanide. Les témoignages sigillographiques [Res Orientales n° I], Paris, 1989.
  • Hoffmann D., « Das spätrömische Bewegungsheer und die Notitia Dignitatum », Düsseldorf, T. I et II, 1969.
  • Jones A. H. M., The Cities of the Eastern Roman Provinces, rééd. Amsterdam, 1983.
  • Köroğlu K. et Konyar E., ed, Urartu. Doğu’da Değişim (Transformation in the East), Istanbul, 2011.
  • Korkusuz S., Seyahatnamelerde Diyarbakır, Istanbul, 2003.
  • Luther A., « Roms Mesopotamische Provinzen nach der Gefangennahme Valerians (260) », in J. Wiesenhöfer, Ph. Huyse (éd.), Ērān ud Anērān : Studien zu den Beziehungen zwischen den Sasanidenreich und der Mittelmeerwelt, Munich, 2006.
  • Mundell Mango M., « The continuity of the classical tradition in the art and architecture of northen Mesopotamia», in Nina Garsoïan G. et al., East of Byzantium : Syria and Armenia in the formative period, Washington, 1982.
  • Palmer A., «Âmîd in the Seventh-Century Syriac Life of Theodûtê», in The Encounter of Eastern Christianity with Early Islam, éd. E. Grypeou, M. Swanson, D. Thomas : The History of Christian-Muslim Relations 5, Leiden –Boston, 2006, pp. 111-137.
  • Palmer A., Monk and Mason on the Tigris Frontier. The Early History of Tur’Abdin, Cambridge University Press, 1990. Paschoud Fr., « Se non è vero, è ben trovato : tradition littéraire et vérité historique chez Ammien Marcellin », Chiron 19, 1989, pp. 37-54.
  • Sözen M., Diyarbakır’da Türk mimarisi, Istanbul, 1971.

Liens internet vers les programmes d’études du patrimoine


AMIDAAMIDA est financé par le programme régional ENVI-Med, qui s’inscrit dans la dynamique créée par l’internationalisation du métaprogramme interdisciplinaire et inter-organismes MISTRALS. Le programme est mis en œuvre par la direction générale de la mondialisation, du développement et des partenariats(DGM) du ministère français des Affaires étrangères (MAE) conjointement à la direction MISTRALS et au bureau du CNRS pour la Méditerranée.

Mise en perspective des évolutions du marché domestique du gaz naturel en Turquie depuis 2001

Malgré la clémence saisonnière dont jouissent les habitants d’Istanbul ces derniers jours, les hivers sont chaque année des périodes sensibles à traverser pour les gouvernements turcs tous focalisés sur leur politique énergétique. Le gouvernement actuel, déjà fragilisé par les révélations quotidiennes d’affaires de corruption, n’a pas échappé cet hiver à toute une série d’imprévus : de nombreuses coupures d’électricité liées à un défaut d’approvisionnement des centrales thermiques à gaz ont plongé des quartiers de nombreuses villes1 dans la pénombre et provoqué le mécontentement des habitants (exemple à Esenyurt) ; un nouveau record de consommation diurne a été battu début février (197 millions de m3) ; la recrudescence de l’inflation et la dépréciation relative de la livre turque ont récemment obligé le 1er ministre en personne à enchaîner les visites d’État en Russie et en Iran pour renégocier les termes des contrats d’approvisionnement en gaz naturel. Dans le même temps, le facteur énergétique joue également un rôle majeur dans les perspectives d’amélioration des différends politiques entre Grecs et Turcs à propos de Chypre suite à la découverte de gisements gaziers offshore au large de l’île. Cette actualité pléthorique, sans liens toujours évidents, laisse peu de répit pour une mise en perspective globale de la politique énergétique turque. Dans ce contexte, la parution le 10 février dernier, d’un rapport commandité par The Oxford Institute for Energy Studies intitulé « Natural gas in the Turkish domestic energy market – Policies and challenges » est tombée à point nommé.

Malgré une prise de position ouvertement inspirée par la doxa économique libérale des organismes financiers internationaux – l’auteure, Gulmira Rzayeva, d’origine azerbaidjanaise, travaille au sein de nombreux think tank et centres de recherches internationaux comme le « Centre de recherche stratégique » rattaché au gouvernement Azerbaïdjanais (SAM) ou l’institut Hazard travaillant sur la région Caspienne – le présent rapport s’avère précieux par la quantité d’informations qu’il contient. Comme le constate en avant-propos, le directeur du « Programme Gaz Naturel » de l’institut d’Oxford, les pays émergents enregistrent désormais les niveaux de consommation de gaz naturel les plus élevés dans le monde et sont paradoxalement ceux où les données sont les plus rares. En effet, malgré plus de dix années écoulées depuis la loi de 2001 sur la libéralisation du marché du gaz naturel en Turquie et sa profonde restructuration subséquente, de nombreuses zones d’ombre et d’inconnues demeuraient. Le travail de Gulmira Rzayeva est à ce titre fort louable puisqu’il met à disposition des informations recueillies à leur source, c’est-à-dire auprès d’acteurs stratégiques tels que l’EPDK (Enerji Piyasası Düzenleme Kurumu soit l’Autorité régulatrice du marché de l’énergie) ou BOTAŞ (Boru Hatları ile Petrol Taşıma Anonim Şirketi soit la Société nationale gérant l’importation et la transmission de pétrole et de gaz).

La presse généraliste turque n’a pas, à notre connaissance, relayé massivement ce rapport, si ce n’est pour y trouver une nouvelle preuve – irréfutable et objective car venant de la renommée université étrangère d’Oxford – de la puissance énergétique turque. İngilizlerin dünyaca ünlü üniversitesi Oxford’a göre, Türkiye stratejik konumuyla bölgenin enerji merkezi olmak için en güçlü aday pouvait-on ainsi lire sur le site du quotidien progouvernemental Akşam (voir également ici ou ). Pourtant, une lecture – moins partisane nous l’espérons –  du rapport ne nous engage pas à autant d’optimisme, au contraire. Nous avons fait le choix de sélectionner une série d’informations qui nous ont paru pour certaines inédites, pour d’autres particulièrement importantes et sensibles pour comprendre les perspectives de développement du marché du gaz naturel. Ce faisant, cette présente note s’attarde sur quelques risques inhérents à la géographie politique de la Turquie coincée entre une demande toujours plus importante de son marché intérieur et une perspective de resserrement à court et moyen termes des quantités importées de gaz. Dans une prochaine Dipnot, nous continuerons en évoquant le processus de libéralisation du secteur entamé au début des années 2000, en passe de recevoir un nouveau coup de fouet législatif dès 2014.

1. Consommation croissante, géopolitique des contrats d’approvisionnement et menaces des pénuries à court et moyen terme

Réduire la dépendance gazière nationale : une douce chimère politique

L’un des arguments majeurs du rapport est de prouver sur la base de prévisions des volumes de gaz naturel consommés à long terme, que les objectifs actuels de la politique énergétique gouvernementale, cherchant à réduire la proportion du gaz naturel dans la production d’électricité de 45 à 30%, n’est pas tenable de manière réaliste. Selon des études menées par BOTAŞ en 2012, la demande va au minimum doubler d’ici 2030 passant de 45 à 81 billions de m3. Malgré une prévision que l’auteure juge surestimée (70 billions de m3 maximum), de nombreux facteurs contribuent à envisager une courbe de la demande toujours croissante. Tout d’abord, la demande d’électricité devrait continuer d’augmenter de 6 à 7% chaque année jusqu’en 2023. D’ici là, les 3 centrales nucléaires (celle de Mersin (Akkuyu), celle de Sinop et la 3ème centrale qui devrait être située sur les rives de la mer Noire à proximité de la frontière bulgare), censées assurer à moyen terme 10% de la production d’électricité nationale, ne seront pas encore en service. Les premiers retards de livraison ont même déjà été annoncés. En conséquence, l’EPDK continue d’octroyer majoritairement des licences d’exploitation pour des centrales thermiques à gaz, le retour sur investissement étant, semble-t-il, avantageux (en 2012, 148 nouvelles centrales à gaz ont reçu une autorisation avec une capacité totale de production de 33 000 MW, loin devant les 16 000 MW des 26 nouvelles centrales à charbon). Ce marché juteux n’a d’ailleurs pas échappé aux grands groupes industriels turcs (voir ici et ). Le groupe Limak a par exemple prévu d’investir 2 billions de dollars dans deux nouvelles unités de production à Hamitabat2 .

D’un autre côté, la demande croissante en gaz naturel du secteur résidentiel ne vient pas soutenir les objectifs gouvernementaux et ce malgré l’apparition des premières mesures d’efficacité énergétique. Des taux de croissance annuels de l’ordre de 12 à 13% sont en effet prévus par BOTAŞ jusqu’en 2030 (8-9 Bm3 aujourd’hui contre 22,7 Bm3 en 2030). Le principal moteur de cette croissance ne concernerait pas tant l’extension des réseaux dans les dernières provinces encore non raccordées que le processus de modernisation de l’habitat dans les plus grandes villes turques déjà connectées au réseau depuis quelques années :

« The main driver of this growth in the residential sector is not the connection of the few remaining provinces unconnected to the BOTAS main transportation grid, but the growth and modernization of cities already connected, such as Istanbul, Ankara, Izmir, Gazientep and Adana. These are growing rapidly, with the construction of new housing and apartment blocks which contribute significantly to the natural gas demand growth in the household sector ». p.6

Cette affirmation confirme l’une de nos hypothèses personnelles de recherche qui tend à identifier la logique tacite faisant de la politique de renouvellement urbain initiée à l’échelle nationale et déclinée de manière intense à Istanbul un vecteur de la transition énergétique. Le développement massif de nouvelles formes urbaines (habitat collectif vertical) aurait entre autres pour effet l’adoption de nouvelles normes de confort thermique basées sur l’utilisation du chauffage centralisé individuel ou collectif. Conscient que le parc immobilier turc non isolé à 80% va devenir une source colossale de dépenses énergétiques, le Ministère de la Ville et de l’Environnement et celui de l’Énergie ont conjointement fait adopter une série de mesures législatives depuis le milieu des années 2000 – en lien avec le processus d’harmonisation à l’acquis communautaire européen – en faveur de l’efficacité énergétique des bâtiments. Ceci s’est traduit entre autres par l’obligation d’installer des systèmes de chauffage collectif dans les immeubles neufs dont la surface habitable construite est supérieure à 1000 m2. Afin d’éviter les écueils d’une tarification collective souvent mal perçue par les usagers, ce système est combiné avec l’installation sur les radiateurs de vannes thermostatiques pour réguler la température de chaque pièce et de sondes thermiques (Pay ölçer) permettant de mesurer la consommation individuelle de chaque logement pour in fine répartir les charges collectives des dépenses individuelles. Ces technologies ont été pour la première fois expérimentées dans la ville-nouvelle de 60 000 logements de Kayaşehir en périphérie Ouest d’Istanbul. Suite à l’arrivée de factures de gaz exorbitantes et provoquant de fortes tensions chez les habitants, l’efficacité supposée de telles mesures doit être discutée à l’aune de la réalité du terrain. En l’état actuel, nous pouvons simplement affirmer que les causes du dysfonctionnement sont autant liées à des critères techniques et une gestion discutable du conflit par les institutions concernées qu’à des questions d’acceptabilité sociale face à ces innovations technologiques.

Les problèmes d’universalisation du service en réseau sur le territoire national

Pendant que le Premier ministre turc s’exclamait début décembre à Muğla que la Turquie était désormais entrée dans l’ère de la « civilisation du gaz naturel » avec 72 provinces raccordées3, son ministre de l’Énergie Taner Yıldız évoquait les problèmes économiques rencontrés pour atteindre certaines provinces où la densité de population et la demande restaient faibles. Un seuil de 10 000 habitants déjà connectés au réseau électrique aurait été établi comme le seuil de rentabilité minimal pour décider de l’extension des lignes. Cependant, ce seuil ne serait pas dans les faits viables pour BOTAŞ qui demande alors une participation dépositaire de 335 TL aux futurs abonnés. Dans les provinces de Balıkesir, Kırsehir et Manisa, des centaines d’habitants n’ont toujours pas accès au réseau de gaz 6 mois après s’être pourtant acquittés du dépôt auprès de la banque habilitée Halkbank. Les tensions se sont ensuite accrues à partir du moment où la banque a refusé d’effectuer les remboursements. Plus à l’Est, les investissements ne seraient toujours pas viables dans des provinces comme Hakkari ou Sirnak. Toutefois, toujours selon le même rapport, le (fragile) processus de paix engagé avec le PKK aurait fait de Zorlu Enerji une entreprise intéressée pour desservir ces dernières provinces non raccordées. Ces exemples montrent à quel point le processus d’universalisation du réseau à l’échelle du pays n’est pas uniforme et linéaire, notamment dans les espaces faiblement urbanisés et ruraux dans lesquels se superposent souvent des enjeux fortement politiques et idéologiques. Au moment où les frontières administratives vont une nouvelle fois subir une réactualisation de leurs contours sous l’effet d’un réaménagement statistique arbitraire pour définir l’urbain en Turquie, une lecture  géographique et politique du développement socio-territorial du réseau de gaz à l’échelle nationale pourrait apporter un éclairage intéressant sur la gestion territoriale du parti AKP.

Pénuries de gaz et coupures d’électricité dès 2015 ?

 dipnotgaz01

Après avoir détaillé l’ensemble des ressorts influant sur la demande de gaz naturel en Turquie, le rapport de Gulmira Rzayeva pointe du doigt la menace sérieuse des pénuries d’approvisionnement et des coupures d’électricité. L’importation via le TANAP des réserves azerbaidjanaises du Shah Deniz II n’étant pas prévue avant 2018, la probabilité est élevée de voir un premier déséquilibre entre demande et production dès 2015-2016 (voir graphique). Des raisons macro-structurelles contingentes au secteur énergétique turc accentuent ce risque, auxquelles viennent se superposer des facteurs environnementaux cycliques. En effet, les capacités de stockage et le nombre de stations de compression ou de GNL sont largement insuffisants en Turquie, ce qui a par exemple contraint BOTAŞ en 2008, 2009 et 2010 à ne pouvoir importer l’intégralité des volumes prévus dans les contrats. Pourtant, la nature des contrats Take-or-Pay oblige la Turquie à payer une quantité fixe de gaz qu’elle n’est pourtant pas en capacité d’importer et de consommer. À l’horizon 2015, aucun contrat n’est pour l’instant prévu pour accompagner la progression de la demande. Seule la Russie est en mesure de fournir des volumes plus conséquents mais la Turquie se montre réticente à investir d’avantage aux prix en vigueur. Pris de cours par une facture énergétique qui s’est envolée suite à la dépréciation de la monnaie turque4 , le gouvernement devait absolument renégocier les termes des contrats avec l’Iran et la Russie (d’où les récentes visites d’Erdoğan dans ces 2 pays). D’autre part, à moyen et long terme, la Turquie souhaite alléger sa dépendance russe en important le gaz nord-irakien et celui de l’Azerbaïdjan via le TANAP, dont les prix sont bien plus attractifs (voir figure 2). Notons au passage que c’est l’entreprise Siyahkalem qui a obtenu la première licence d’importation du gaz nord-irakien prévue pour débuter en 2014. C’est cette même société qui a récemment achevé la majestueuse construction du nouveau complexe des archives nationales ottomanes à Kağıthane5 sur un terrain appartenant à TOKI !

dipnotgaz02

Pour éviter le pire en 2015, le gouvernement turc fait le pari actuel d’une intensification des importations de gaz liquéfié (un nouveau contrat aurait été signé début 2014 avec l’Algérie) et mise sur la capacité des centrales hydro-électriques à prendre le relais des centrales à gaz. Pari risqué si l’on considère l’essoufflement de la production du gaz liquéfié algérien, principal pourvoyeur de la Turquie6 et la sécheresse qui s’abat actuellement sur l’ensemble de la Turquie.

Le rapport annonce une seconde période de forte instabilité géopolitique après 2021-2022 lorsque les contrats avec la Russie et l’Iran en vigueur aujourd’hui arriveront à terme. La question de leur renouvellement suscitera sans nul doute de houleux débats stratégiques d’autant plus que la nature des intérêts aura été redistribuée d’ici là. Une prochaine Dipnot détaillera ainsi les effets attendus d’un nouveau projet de loi sur la libéralisation du marché de gaz naturel pressenti pour être adopté en 2014.

Lire la suite : Le marché du gaz naturel : vers une libéralisation totale ?

  1. « Gaz kullanımı arttı karanlıkta kaldık », Milliyet, 15/12/13, p.26 []
  2. Holding impliquée entre autres dans la construction du 3ème aéroport d’Istanbul et gérant 4 sociétés de distribution d’électricité en Turquie []
  3. Voir la une du quotidien Birgün du 1 décembre 2013 « Doğalgaz uygarlığı ! » dans lequel R.T. Erdogan se serait exclamé en ces termes « Bugün 72 ilde doğalgaz vardi. Medeniyet budur » []
  4. Pour un ordre d’idée, en 2012, année plutôt stable économiquement, les dépenses énergétiques atteignaient 60 billions de dollars []
  5. Pour une description plus détaillée du lieu : lire « The end of an Era : The less than grand opening of the new ottoman archives », http://www.jadaliyya.com/pages/index/11370/the-end-of-an-era_the-less-than-grand-opening-of-t, Avril 2013 []
  6. Jean-Pierre Séréni, « Baisse de pression du gaz algérien », Orient XXI (2014), http://orientxxi.info/magazine/baisse-de-pression-du-gaz-algerien,0503. []

“Après les élections locales du 30 mars 2014, 16 000 villages vont être rayés de la carte”

Güzlek Düzlüğü - Veyis Polat CC by-nc-nd 2010, Korkuteli, Antalya, Turquie
Güzlek Düzlüğü – Veyis Polat
CC by-nc-nd
2010, Korkuteli, Antalya, Turquie

C’est ainsi qu’Ali Ekber Yıldırım, le chroniqueur des questions agricoles du quotidien économique “Dünya”, titre son papier en date du 14 janvier 20141. À l’heure où les deux composantes du Parlement français s’interrogent une nouvelle fois sur une réforme/simplification du maillage administratif français, la Turquie poursuit à bâtons rompus sa réforme, malgré les nombreux recours déposés depuis la loi 5747 de mars 2008 qui a engagé le processus.

Dans la suite de la Dipnot de novembre 2012 consacrée à la création de treize nouvelles “municipalités métropolitaines”, nous souhaiterions ici reprendre l’argumentation de Yıldırım. La suppression de 16 082 villages (köy) au lendemain des élections locales du 30 mars 2014 va avoir un effet mécanique sur la statistique, puisqu’en une nuit la part de la population rurale dans le total de la population turque va passer de 24% à 9%  ! Ce qui fera de la Turquie, comme par magie, du jour au lendemain, un des pays officiellement les plus urbanisés au monde. Ces plus de 16 000 villages représentent près de la moitié du nombre total aujourd’hui : c’est dire l’ampleur du bouleversement envisagé. Le 31 mars 2014, sur les 34 351 villages actuels, il n’en subsistera que 18 201.

Ces villages voués à disparaître sont situés sur le territoire de compétence des municipalités métropolitaines,  élargi aux limites de l’ensemble du département concerné. De vastes zones rurales se trouvent donc englobées dans des territoires administratifs urbains et se voient privées de leurs qualités singulières. Pour Yıldırım, cette mesure est inquiétante à divers titres. Elle participe au recul des activités agricoles (le nombre des exploitations agricoles turques a déjà diminué de 500  000 ces dix dernières années), à leur perte d’indépendance et de crédit. En effet, et dans certaines nouvelles municipalités métropolitaines les premières injonctions ont été lancées aux anciens villageois de fermer leurs étables, le mode de développement désormais privilégié dans ces territoires métropolitains étendus est centré sur les activités tertiaires et industrielles et considère les activités agricoles négativement, comme nuisibles, voire archaïques. Le crédit – et l’importance symbolique – accordé aux activités agricoles par les politiques est donc faible : dans le mode de développement dominant, tout semble polarisé sur l’urbain – espace de toutes les opportunités et des meilleurs rapports – et organisé dans l’optique métropolitaine (en termes de type de mise en valeur, d’urbanisme et de fonctions). On peut ajouter que cette mesure est un coup porté à la démocratie locale dans la mesure où l’absorption dans une municipalité métropolitaine signifie une subordination des territoires à l’écrasant ordre métropolitain et urbain. Au-delà de la question agricole, on pourrait évoquer le mépris sous-jacent pour la ruralité. Mais celle-ci ne fait pas débat politique (ou même scientifique), l’espace rural n’étant pas reconnu comme un espace doté de qualités singulières à prendre en compte, à respecter et faire durer.

Parallèlement, outre les municipalités diluées parce que prises au sein des nouvelles municipalités métropolitaines, près de 600 municipalités de second rang (belde belediyeleri) seront supprimées et reléguées au rang de «  quartiers  ». Au terme de recours auprès du Conseil Constitutionnel, 282 municipalités ciblées par la loi de mars 2008 (qui envisageait 862 suppressions) ont réussi à échapper au couperet et pourront poursuivre leur existence de pouvoir local autonome. Et au total, à la suite de toutes ces transformations, de 2925 municipalités officiellement dénombrées2 fin 2013 – toutes catégories confondues -, on devrait passer à 1395 fin mars 2014. La seule forme municipale est en passe de concerner la gestion de plus de 90% de la population turque  : dans cette configuration, nul besoin de région ou même de département. Un pouvoir central fort, d’un côté, des municipalités fidèles au centre, de l’autre, tel est le modèle de gestion territoriale en voie d’instauration.

  1. « Yerel seçimle 16 bin köy haritadan silinecek!… » [En ligne] http://www.dunya.com/yerel-secimle-16-bin-koy-haritadan-silinecek-154507yy.htm []
  2. Pour les statistiques officielles du ministère de l’intérieur sur le nombre de villages, de municipalités… (sous forme de fichiers .pdf téléchargeables)  : https://www.e-icisleri.gov.tr/Anasayfa/MulkiIdariBolumleri.aspx []

Tarih, izlenme oranları, pazar, siyaset kıskacında Türk radyo televizyon yapımcılığı

Version française

Aralık 2013

Yirmi yıllık bir sürede Türk radyo televizyonculuğu, beraberinde yeni yapımlar getiren ciddi bir gelişme kaydetmiştir. 90lı yıllarda özel kanalların açılması ve 2001 krizi sonrasındaki holdinglere devirle gerçekleşen özelleştirmeler kısa zamanda çok sayıda birbirine rakip televizyon kanalı ve buralardaki yayın saatlerini doldurmak için de haliyle hummalı bir yapım gereksinimini ortaya çıkarmıştır. Haberciliği saymazsak, Türk televizyon yapımcılığı, önceleri yabancı eser, yarışma ve başka tür programların haklarını almak veya yabancı lisansları uyarlamakla sınırlıyken sonraları « ulusal belleğe » kazınmış anlatılara kültürel olarak bağlı ulusal bir pazar, (film ya da romanların diziye uyarlanması) ardından da sözkonusu kültürel açıdan aidiyet yanı ağır basan bu yapımların Arap ve Balkan ülkelerine ithali olasılığını keşfetmiştir.

Bu yapımlar, en azından ulusal boyutta başarı kazanmıştır. Türkiye’de televizyon çok revaçta olup  izlenme süresi göz önüne alındığında, diğer kitle iletişim araçlarının çok önünde yer almaktadır : 2006 yılında yetişkin bir Türk vatandaşının ayda beşbuçuk saati okumaya, dört saati internete buna karşılık, altmış üç saati televizyona ayırdığı tahmin edilmektedir((Kaynak : TUIK, 2006)). 2011’de bu sürenin günde üç saat kırk sekiz dakikaya yani ayda yüz on beş saate vardığı tahmin edilmektedir((Kaynak : Médiamétrie, 2012)).

Diğer ülkelerde olduğu gibi Türkiye’de de genel içerikli kanalların çokluğu ve devletin radyo televizyon yapımcılığına ayırdığı zayıf destekten ötürü bu sektörün ekonomisinin herşeyden önce izlenme oranına dayandığını ve bu oranın da reklam pazarında reklam yeri fiyatının bir nevi ölçütü  olarak karşımıza çıktığını hatırlatmak gerekir. Bu durumda reklam pazarı ile televizyon yapımcılığı birbirlerine bağımlı olup son derece yakından ilişkilidir : kanallara reklamlar tarafından yatırım yapılması, reklamların da görünür ve karlı olabilecekleri içerikler çerçevesinde gösterilebilmesine ihtiyaç vardır. Bu ilişkinin haber, eğlence ya da kurgu olsun tüm televizyon programı yapım zinciri üzerinde etkisi vardır.

Televizyon sektörü ekonomisinin daha da liberalleşmesi, siyasi gücün medyaya müdahale imkan ya da arzusundan vazgeçmesi anlamına gelmemektedir. Tam tersi, halihazırdaki yasal çerçeve (kanun ve Anayasa) yandaş sayılabilecek bir yorumu daima mümkün kılmaktadır. Böylesi bir kanuni işleme başvurabilecek radyo ve televizyon yayınlarını düzenleyici ve denetleyici kurumlardan özellikle Radyo ve Televizyon Üst Kurulu siyasi güçle son derece yakın ilişki içinde olup para cezası, yayın kapatma ihtarı ve kanalın yayın izninin feshine varabilecek önemli yaptırımlarda bulunabilmektedir. Siyaset çemberinin desteklediği değerlerin seyrine göre program içerikleri üzerinde bazen doğrudan sansür, çoğu zaman da yapım zincirindeki yer ve görevleri ne olursa olsun televizyoncuların kendi kendilerince uyguladıkları kısıtlamalar gibi birtakım denetleme düzenekleri oluşmuştur.

Görünen odur ki Türk radyo televizyonlarının maruz kaldığı kültürel, ekonomik ve siyasal kısıtlamalar, tek başlarına ele alınarak diğer ülkelerle karşılaştırıldığında çok da özgün görünmemektedir. Ancak haber üretimi ve popüler kültürün şekillenmesinde bu kısıtlamaların birbiriyle ilişkileri, diğer taraftan da Türkiye’de mevcut (büyük gruplar ya da medya çalışanlarına yönelik) medya siyaseti yine bu gücün televizyon ve diğer araçlarla yaymaya çalıştığı değerler, radyo televizyon yapımcılığı sektörünü, hakkında uluslararası alanda az yazılıp çizilmiş, son derece geniş bir araştırma alanı olarak karşımıza çıkarmaktadır.

Bir kısmının IFEA Kütüphanesi’nde bulunduğu seçkide sunduğumuz eserler, her türlü radyo televizyon alanındaki araştırmaların çifte sorunsalı olan programların yapımı ile bunların Türkiye, Akdeniz, Avrupa ya da daha ötesinde algılarını birbirine bağlama yollarını düşündürterek hem kuramsal hem de uygulamalı açıdan okumalar önermektedir.

Kaynakça :

  • Bouquillion, P., Combès, Y., and Collectif (2007). Les industries de la culture et de la communication en mutation (L’Harmattan).
  • Bourdieu, P. (1996). Sur la télévision (Raisons d’agir).
  • Buğra, A. (1994a). Devlet Ve İşadamları (Istanbul: Iletisim).
  • Buğra, A. (1994b). State and Business in Modern Turkey: A Comparative Study (State Univ of New York Pr).
  • Buxton, D. (2010). Les séries télévisées : Forme, idéologie et mode de production (L’Harmattan).
  • Cankaya, Ö. (1986). Türk televizyonunun program yapısı: 1968-1985.
  • Cankaya, Ö. (2003). Bir kitle iletisim kurumunun tarihi: TRT, 1927-2000 (Istanbul: YKY).
  • Çelenk, S. (2005). Televizyon, temsil, kültür: 90’lı yıllarda sosyo kültürel iklim ve telvizyon içerikleri (Ütopya Yayınevi).
  • Çoban, B., and Yanıkkaya, B. (2009). Medya milliyetçilik şiddet (Su Yayınları).
  • Creton, L., Dehée, Y., Layerle, S., and Moine, C. (2011). Les producteurs : Enjeux créatifs, enjeux financiers (Nouveau Monde Editions).
  • Demir, V. (2007). Türkiye’de medya siyaset ilişkisi (Beta).
  • Donnat, O. (2009). Les pratiques culturelles des français à l’ère numérique : Enquête 2008 (Editions La Découverte).
  • González-Quijano, Y., and Guaaybess, T. (2009). Les Arabes parlent aux Arabes: la révolution de l’information dans le monde arabe (Arles: Sindbad-Actes Sud).
  • Gül, A.A., and Ertürk, Y.D. (2005). Televizyon haberlerinin çocuklar üzerindeki stres etkileri ailesel haber izleme alışkanlıkları (Yayl.y.).
  • Hesmondhalgh, D. (2005). Media Production (Open University Press).
  • Hesmondhalgh, D. (2007). The Cultural Industries (SAGE Publications Ltd).
  • Hesmondhalgh, D., and Toynbee, J. (2008). The Media and Social Theory (Routledge).
  • İyigüngör, V. (2009). Medyada tanıklık: Türkiye’de askeri darbeler (Beta).
  • Kotaman, A. (2011). “Dizim başladı! Kapat, sonra anlatırım”: televizyonda hikâye anlatıcılığı (H2O Kitap).
  • Küçükerdoğan, B. (2009). Televizyon ve– (Ütopya yayınevi).
  • Kuyucu, M. (2012). Türkiye`de Medya Ekonomisi (Istanbul: Esen Kitap).
  • Lahire, B. (2004). La culture des individus : Dissonances culturelles et distinction de soi (La Découverte).
  • Marchetti, D. (2004). En quête d’Europe: médias européens et médiatisation de l’Europe (Rennes: Presses universitaires de Rennes).
  • Mattelart, A. (2004). Histoire des théories de la communication (La Découverte).
  • Mattelart, T. (2007). Médias, migrations et cultures transnationales (Bruxelles: De Boeck : Ina).
  • McLuhan, M. (1977). Pour comprendre les média: Les prolongements technologiques de l’homme (Seuil).
  • Öncü, A., and Weyland, P. (1997). Space, culture and power: new identities in globalizing cities (Zed Books).
  • Mutlu, E. (2005). Globalleşme Popüler Kültür ve Medya (Utopya).
  • Özsoy, A. (2011). Televizyon ve izleyici: Türkiye’de dönüşen televizyon kültürü ve izleyici (Ütopya).
  • Rieffel, R. (2005). Sociologie des médias (Ellipses Marketing).
  • Sacriste, V. (2007). Communication et médias : Sociologie de l’espace médiatique (Foucher).
  • Serim, Ö. (2007). Türk televizyon tarihi, 1952-2006 (Kâğıthane, İstanbul, Turquie: Epsilon).
  • Sönmez, M. (2008). Medya, Kültür, Para ve İstanbul İktidarı (Yordam Kitap).
  • Tanrıöver, H.U., and Odası, İ.T. (2011). Türkiye film endüstrisinin konumu ve hedefleri (İstanbul Ticaret Odası).
  • Tekinalp, Ş. (2011). Karşılaştırmalı Radyo ve Televizyon (Istanbul: Beta).
  • Tunç, A. (2010). Beyond the Line (Lambert Academic Publishing).
  • Yücesoy, E. (2010). İstanbul’da Medya. Coğrafi Dağılım ve Üretim (Istanbul).

Une production audiovisuelle turque sous contraintes multiples : l’Histoire, l’audience, le marché, le politique

Türkçe çeviri

Décembre 2013

En l’espace d’une vingtaine d’années le paysage audiovisuel turc (PAT) a considérablement évolué, entraînant avec lui de nouvelles formes de productions de contenus télévisuels. Le processus de libéralisation du secteur des médias entamé dans les années 90, puis les redistributions et rachats entre acteurs publics et holdings suite à la crise économique en 2001, ont créé en relativement peu de temps les conditions d’émergence d’un grand nombre de chaînes généralistes concurrentes, et donc la nécessité d’une production plus massive de contenus afin de remplir les grilles de programmes de ces nouvelles chaînes. L’information mise à part, la production audiovisuelle turque qui s’était d’abord cantonnée à racheter ou à adapter des licences étrangères de fictions, de jeux ou d’autres types de programmes, s’est ensuite et dans un premier temps découvert un marché domestique culturellement attaché à des récits ancrés dans un « imaginaire national » turc (adaptation en séries de films ou de romans turcs par exemple), mais aussi – dans un second temps – un potentiel à l’export de cette même production marquée culturellement (dans les pays arabes et les Balkans notamment).

Cette production audiovisuelle rencontre à tout le moins un succès à l’échelle nationale. La télévision reste encore un média très populaire en Turquie et devance – du moins en temps d’audience – de très loin les autres médias : en 2006 on estimait qu’en moyenne un citoyen turc adulte passait 5h30 à lire ou 4h sur internet, contre environ 63 heures par mois devant la télévision (Source TUIK, 2006). En 2011 ce chiffre serait maintenant de 3h48 par jour, soit de 115 heures par mois (Source Médiamétrie, 2012).

Il est essentiel de rappeler qu’en Turquie comme dans d’autres pays, du fait du poids des chaînes généralistes dans le PAT et du faible soutien de l’État à la production télévisuelle, l’économie de l’audiovisuel repose avant tout sur un marché de l’audience – un marché publicitaire indexé sur les taux d’audience pour être précis – l’audience mesurée étant une sorte de mètre-étalon pour établir le prix de l’espace publicitaire. Le marché publicitaire et la production de programmes TV sont ainsi étroitement liés, dans un double rapport de dépendance l’un vis-à-vis de l’autre : les chaînes ont besoin d’une audience pour être financées par l’industrie publicitaire, les espaces publicitaires ont besoin de contenus populaires pour être visibles et rentables. Cette relation a des conséquences sur l’ensemble de la chaîne de production des programmes TV, qu’il s’agisse des programmes d’information, de divertissement ou de fiction.

L’évolution vers un plus grand libéralisme économique du secteur de l’audiovisuel turc n’a pourtant pas signifié l’abandon de toute possibilité ou volonté de contrôle de la part du pouvoir politique sur les médias. Bien au contraire l’arsenal juridique et réglementaire existant (lois et Constitution) laisse toujours beaucoup de marge à une interprétation pouvant se révéler partisane. Les organismes de régulation de l’audiovisuel pouvant faire appel à ce corpus juridique, dont en particulier le Conseil Supérieur de la Radio et de la Télévision (ou RTÜK), ont conservé des liens quasi organiques vis-à-vis du pouvoir politique, et peuvent exercer des sanctions conséquentes allant de la simple amende à la menace d’interdiction de diffusion ou la suspension de la licence de la chaîne. Au gré de l’évolution des valeurs mises en avant et médiatisées par la sphère politique se sont mises en place des formes de contrôle des contenus des programmes prenant, parfois, la forme d’une censure directe, mais aussi et beaucoup plus souvent celle d’une autocensure des professionnels de l’audiovisuel, quelle que soit leur place ou leur rôle dans la chaîne de production.

On voit ainsi que si, prises isolément, les contraintes (culturelles, économiques, politiques) qui pèsent sur le secteur de la production audiovisuelle turque n’ont rien de très originales en tant que telles en comparaison avec d’autres pays, l’ensemble que forme d’une part la conjonction de ces contraintes – économiques, politiques, culturelles – sur la production d’information ou d’une culture populaire, et d’autre part le contexte politique particulier qui existe aujourd’hui en Turquie vis-à-vis des médias (groupes industriels ou professionnels isolés) et les valeurs que ce même pouvoir cherche à transmettre via les médias dont la TV, fait de ce secteur un objet de recherche très large et relativement peu documenté par la recherche internationale.

Cette bibliographie sélective (dont une partie est consultable à la bibliothèque de l’IFEA) cherche à fournir quelques pistes de lectures et de réflexion, autant théoriques qu’empiriques, permettant de penser les jonctions entre ces deux problématiques gémelles dans toute recherche sur le secteur de l’audiovisuel : la production de contenus et sa réception, que ce soit par des publics turcs ou d’autres territoires en Méditerranée, en Europe ou au-delà.

Bibliographie indicative :

  • Bouquillion, P., Combès, Y., and Collectif (2007). Les industries de la culture et de la communication en mutation (L’Harmattan).
  • Bourdieu, P. (1996). Sur la télévision (Raisons d’agir).
  • Buğra, A. (1994a). Devlet Ve İşadamları (Istanbul: Iletisim).
  • Buğra, A. (1994b). State and Business in Modern Turkey: A Comparative Study (State Univ of New York Pr).
  • Buxton, D. (2010). Les séries télévisées : Forme, idéologie et mode de production (L’Harmattan).
  • Cankaya, Ö. (1986). Türk televizyonunun program yapısı: 1968-1985.
  • Cankaya, Ö. (2003). Bir kitle iletisim kurumunun tarihi: TRT, 1927-2000 (Istanbul: YKY).
  • Çelenk, S. (2005). Televizyon, temsil, kültür: 90’lı yıllarda sosyo kültürel iklim ve telvizyon içerikleri (Ütopya Yayınevi).
  • Çoban, B., and Yanıkkaya, B. (2009). Medya milliyetçilik şiddet (Su Yayınları).
  • Creton, L., Dehée, Y., Layerle, S., and Moine, C. (2011). Les producteurs : Enjeux créatifs, enjeux financiers (Nouveau Monde Editions).
  • Demir, V. (2007). Türkiye’de medya siyaset ilişkisi (Beta).
  • Donnat, O. (2009). Les pratiques culturelles des français à l’ère numérique : Enquête 2008 (Editions La Découverte).
  • González-Quijano, Y., and Guaaybess, T. (2009). Les Arabes parlent aux Arabes: la révolution de l’information dans le monde arabe (Arles: Sindbad-Actes Sud).
  • Gül, A.A., and Ertürk, Y.D. (2005). Televizyon haberlerinin çocuklar üzerindeki stres etkileri ailesel haber izleme alışkanlıkları (Yayl.y.).
  • Hesmondhalgh, D. (2005). Media Production (Open University Press).
  • Hesmondhalgh, D. (2007). The Cultural Industries (SAGE Publications Ltd).
  • Hesmondhalgh, D., and Toynbee, J. (2008). The Media and Social Theory (Routledge).
  • İyigüngör, V. (2009). Medyada tanıklık: Türkiye’de askeri darbeler (Beta).
  • Kotaman, A. (2011). “Dizim başladı! Kapat, sonra anlatırım”: televizyonda hikâye anlatıcılığı (H2O Kitap).
  • Küçükerdoğan, B. (2009). Televizyon ve– (Ütopya yayınevi).
  • Kuyucu, M. (2012). Türkiye`de Medya Ekonomisi (Istanbul: Esen Kitap).
  • Lahire, B. (2004). La culture des individus : Dissonances culturelles et distinction de soi (La Découverte).
  • Marchetti, D. (2004). En quête d’Europe: médias européens et médiatisation de l’Europe (Rennes: Presses universitaires de Rennes).
  • Mattelart, A. (2004). Histoire des théories de la communication (La Découverte).
  • Mattelart, T. (2007). Médias, migrations et cultures transnationales (Bruxelles: De Boeck : Ina).
  • McLuhan, M. (1977). Pour comprendre les média: Les prolongements technologiques de l’homme (Seuil).
  • Öncü, A., and Weyland, P. (1997). Space, culture and power: new identities in globalizing cities (Zed Books).
  • Mutlu, E. (2005). Globalleşme Popüler Kültür ve Medya (Utopya).
  • Özsoy, A. (2011). Televizyon ve izleyici: Türkiye’de dönüşen televizyon kültürü ve izleyici (Ütopya).
  • Rieffel, R. (2005). Sociologie des médias (Ellipses Marketing).
  • Sacriste, V. (2007). Communication et médias : Sociologie de l’espace médiatique (Foucher).
  • Serim, Ö. (2007). Türk televizyon tarihi, 1952-2006 (Kâğıthane, İstanbul, Turquie: Epsilon).
  • Sönmez, M. (2008). Medya, Kültür, Para ve İstanbul İktidarı (Yordam Kitap).
  • Tanrıöver, H.U., and Odası, İ.T. (2011). Türkiye film endüstrisinin konumu ve hedefleri (İstanbul Ticaret Odası).
  • Tekinalp, Ş. (2011). Karşılaştırmalı Radyo ve Televizyon (Istanbul: Beta).
  • Tunç, A. (2010). Beyond the Line (Lambert Academic Publishing).
  • Yücesoy, E. (2010). İstanbul’da Medya. Coğrafi Dağılım ve Üretim (Istanbul).

Pour une nouvelle approche de l’archéologie en Turquie

Communication présentée lors du colloque « L’archéologie en France et à l’étranger : acteurs et enjeux« , Paris, 14-15/10/2013

Les règlementations qui encadrent l’activité archéologique en Turquie ont été mises à plat par les autorités locales en février 2013. Le but de ces réformes vise à permettre aux acteurs locaux de remettre la main sur leur patrimoine archéologique dont l’exploitation était principalement menée, jusqu’à une date récente, par des équipes étrangères, européennes ou non.

Depuis une dizaine d’année, et la victoire aux élections générales du parti de l’AKP en novembre 2002, on assiste à une réforme en profondeur de la gestion du patrimoine archéologique turc. Cette politique de réappropriation s’accompagne d’un développement exponentiel des moyens. Ainsi, depuis 10 années ce sont plusieurs dizaines de départements d’archéologie qui ont été créés à travers le pays. Le nombre de musées locaux est en constante augmentation. Le nombre de fouilles menées par des équipes turques a presque triplé (tableau 1) tandis que leur budget global, mis à disposition par le ministère de la culture et du tourisme, a été multiplié par 25, passant de près de 2 millions de livres en 2002 à près de 50 millions en 2011 (tableau 2). Les résultats de cette politique se lisent à travers la fréquentation cumulée des musées et sites archéologiques qui est passée de 6 millions de visiteurs en 2000 à près de 30 millions en 2012.

Evolution des fouilles placées sous direction turque (2002-2013) – Source : http://www.kulturvarliklari.gov.tr/TR,44150/kazi-ve-yuzey-arastirmalari-faaliyetleri.html
Évolution des fouilles placées sous direction turque (2002-2013) – Source : http://www.kulturvarliklari.gov.tr/TR,44150/kazi-ve-yuzey-arastirmalari-faaliyetleri.html
Évolution du budget recherche (fouilles et prospections) du ministère de la culture (2002-2011) (source : http://www.kulturvarliklari.gov.tr/TR,44223/2002-2011-yillari-arasinda-kazi-ve-arastirma-calismalar-.html)
Évolution du budget recherche (fouilles et prospections) du ministère de la culture (2002-2011) (source : http://www.kulturvarliklari.gov.tr/TR,44223/2002-2011-yillari-arasinda-kazi-ve-arastirma-calismalar-.html)

On comprend à la lecture de ces statistiques que nous assistons depuis quelques années en Turquie à un renversement de situation sans précédent qui voit une montée en puissance de l’archéologie turque, menée par des Turcs.

Parallèlement, et durant la même période, on assiste à un tassement de l’activité de fouilles étrangères en Turquie.

Mis côte à côte, les chiffres sont, ici encore, éloquents (tableau 3) : pour l’année 2012 on compte 18 prospections étrangères pour 84 prospections turques ; 39 fouilles étrangères pour 116 fouilles turques, auxquelles il faut ajouter les quelques 151 fouilles de sauvetage menées par les musées locaux au cours de la même année.

Tableau comparatif de l’évolution des fouilles programmées en Turquie (2002-2013). Source : http://www.kulturvarliklari.gov.tr/TR,43251/faaliyetler.html
Tableau comparatif de l’évolution des fouilles programmées en Turquie (2002-2013). Source : http://www.kulturvarliklari.gov.tr/TR,43251/faaliyetler.html

L’impact de cette politique de développement ne se limite pas à la construction de musées et à la création d’universités dont on comprend qu’il s’agit ici d’un moteur essentiel de la politique de développement menée par le gouvernement. Le but de cette politique n’est pas non plus scientifique, que l’on ne s’y trompe pas, mais répond à des logiques purement économiques et politiques. Cette démarche est par ailleurs totalement assumée par la direction du ministère qui réunit culture et tourisme sous un seul et même chapeau.

Économiquement il s’agit aujourd’hui pour les autorités turques de rentabiliser un patrimoine en y investissant de lourds moyens ; tandis que politiquement la Turquie cherche à s’affirmer sur la scène internationale comme un pays moderne, soucieux de la mise en valeur de son patrimoine et désireux de faire valoir une historicité, une historialité, dont la Turquie moderne est la dépositaire.

Ce mouvement profond n’est pas sans conséquences pour les acteurs de l’archéologie de terrain à qui on impose dorénavant d’intégrer dans leur approche scientifique ces perspectives à la fois économiques et politiques, bien éloignées de leur formation et de leurs préoccupations initiales.

Ainsi, pour l’archéologue de terrain la gestion du patrimoine mobilier ou immobilier mis au jour lors des fouilles devient un véritable casse-tête. Les équipes sont dorénavant évaluées sur leurs capacités à fournir un maximum d’objets aux musées locaux, ainsi qu’à procéder aux mises en valeur, restaurations, conservations et anastyloses des bâtiments découverts. La qualité du travail effectué ne s’estime plus en terme de résultat scientifique mais plutôt en terme de budget, de nombre d’intervenants (archéologues et ouvriers compris) et de temps de fouilles. Les nouvelles directives publiées par la direction générale du patrimoine encadrent de règles très strictes l’activité des archéologues. Les prospections archéologiques ne sont plus accordées que dans la perspective d’un programme de fouilles à venir. On impose aux fouilleurs une présence minimale de deux mois par an sur le terrain, accompagnée d’une activité de recherche au moins égale hors terrain. La présence, aux côtés du directeur des fouilles, d’un adjoint local est devenu une condition sine qua non pour l’obtention du permis, au même titre que la construction ou l’aménagement d’une maison de fouille comprenant laboratoire et dépôt, ou encore l’emploi de gardiens, par l’intermédiaire de sociétés spécialisées. Ce ne sont ici que quelques unes des nouvelles règles imposées aux archéologues.

La gestion des sites archéologiques par les autorités turques semble parfois ainsi calquée sur celle de simples chantiers de construction et ce n’est d’ailleurs pas un hasard si l’on voit fleurir baraquements et autres préfabriqués en lieu et place des vieilles maisons de fouilles traditionnelles.

Mon propos n’est pas ici de critiquer telle ou telle disposition nouvelle imposée par les autorités turques mais plutôt d’insister sur la nature profonde et radicale des transformations que nous connaissons en Turquie ainsi que sur leurs conséquences. Ces nouvelles directives n’ont d’ailleurs pas eu que des effets négatifs, épongeant notamment nombre d’opérations moribondes ou encore mettant un terme à l’absence criante de programme de protection des vestiges mis au jour, parfois depuis des décennies, et qui étaient condamnés à disparaître avec le temps.

Quoi qu’il en soit, la multiplication des doléances turques ainsi que la mise en place de directives strictes et précises ont eu des conséquences nombreuses pour l’archéologie française en Turquie. Je ne mentionnerai pas ici les problèmes soulevés sur le terrain par la question des demandes répétées des autorités turques de restitution de biens culturels, ni des tensions engendrées par les prises de position de nos hommes politiques sur des questions historiques, deux thèmes sur lesquels les archéologues se sentent souvent pris en otage, entre l’enclume et le marteau.

Une des conséquences les plus directes est la baisse dramatique du nombre de fouilles françaises en Turquie, alors que les fouilles d’autres pays étrangers se maintenaient. En l’espace de quelques années, la France, qui pouvait se targuer d’avoir la direction de certains sites parmi les plus prestigieux (Claros, Zeugma, Xanthos, Letoon), se retrouve en 2012 à la tête d’un unique site, celui de Porsuk en Cappadoce méridionale, la plaçant bien loin derrière ses voisins européens et outre-atlantique (tableau 4).

Tableau comparatif des opérations archéologiques étrangères en Turquie pour l’année 2012. Source : http://www.kulturvarliklari.gov.tr/TR,50150/2012-yili-kazi-ve-yuzey-arastirma-faaliyetleri.html
Tableau comparatif des opérations archéologiques étrangères en Turquie pour l’année 2012. Source : http://www.kulturvarliklari.gov.tr/TR,50150/2012-yili-kazi-ve-yuzey-arastirma-faaliyetleri.html

La situation paraît tellement dramatique que de nombreux archéologues français ont préféré s’exiler dans des pays satellites (Bulgarie, Géorgie, Azerbaïdjan), tant il semblait impossible de mettre en place un programme de recherche archéologique en Turquie. Cela n’a pas seulement nui à la représentation française en Turquie, mais aussi et surtout à l’image de l’archéologie française dans la région, considérée comme vieillissante, incapable de s’adapter, de développer, voire même d’assumer d’ambitieux projets.

Cette situation est le résultat très clair non seulement d’un manque de compréhension, ou d’une prise de conscience trop tardive, des transformations à l’œuvre dans le milieu archéologique turc, mais aussi et surtout d’une absence totale de dialogue entre universitaires et tutelles responsables français et turcs. Cette période au cours de laquelle l’archéologie française s’est retrouvée en perte de vitesse correspond aussi à un moment de l’histoire de l’IFEA au cours de laquelle l’archéologie n’était plus une priorité.

Une telle situation montre, une fois de plus, le rôle majeur que jouent de tels instituts dans le dispositif archéologique français à l’étranger, particulièrement dans des contextes politiques compliqués, et à condition, bien entendu, qu’on leur en donne les moyens.

Car l’institut se doit de jouer un rôle de passeur, de transmission, de l’information, de décryptage de situation et assurer le suivi des dossiers dont la gestion est bien souvent difficile depuis la métropole. L’institut se doit aussi d’offrir des solutions lorsque la situation l’impose, jouant de ses contacts et de sa connaissance du terrain et des acteurs locaux. Il se doit aussi et surtout participer à la réflexion commune lorsqu’il s’agit de repenser une activité dont les cadres d’expression ne cessent d’évoluer. Ainsi, depuis 2010, date à laquelle l’IFEA a remis l’archéologie au cœur de ses préoccupations, et bien que ses moyens financiers et logistiques aient été en baisse constante, notre institut s’évertue à mettre en place de nouvelles approches qui permettent à la sphère archéologique française de réintégrer le terrain turc. Soutenus en ce sens par le MAE, dont la commission des fouilles a accepté de revoir ses critères d’attribution des allocations, nous cherchons dorénavant à nous intégrer dans le tissu archéologique turc, plutôt que de tenter de nous y imposer. La démarche est plus lente, plus délicate, et demande de solides collaborations, mais elle porte ses fruits (tableau 5).

Évolution des missions archéologiques françaises (financées MAE) de 2006 à 2012. Sources : MAE.
Évolution des missions archéologiques françaises (financées MAE) de 2006 à 2012. Sources : MAE.

C’est ainsi que nous avons défendu, avec succès, l’idée de création de missions françaises qui opèrent en collaboration et sous couvert d’une équipe étrangère, fût-elle turque ou autre. Cette approche fonctionne, encore une fois grâce au soutien du MAE qui désormais accepte de financer de telles missions même si le drapeau français n’est plus celui qui trône au sommet de l’acropole. De telles collaborations apportent aussi leur lot d’avantages. En effet, à l’heure où les équipes doivent grossir ou mourir, où les budgets doivent gonfler ou disparaître, où les tutelles institutionnelles ne peuvent désormais plus être les seules pourvoyeuses des missions, seule la réunion d’équipes plurielles, internationales et interdisciplinaires semble offrir une voie de sortie de l’impasse qui s’impose à nombre d’entre nous.

Note de lecture. Migration around Turkey: Old Phenomena, New Research

migration_icduygu

Migration around Turkey: Old Phenomena, New Research
Ahmet İçduygu, Deniz Yükseker, Damla B. Aksel (dirs.)
The Isis Press, 2013 476 p.
ISBN : 978-975-428-485-0
Prix : 55.00 USD

Le programme de recherche Migration Research Center at Koç University (MiReKoc), établi en 2004 avec la collaboration de la fondation suisse the Foundation for Population, Migration, and Environment (PME, Zurich) et de l’Université Koç à Istanbul, attribue chaque année des bourses de recherche sur une base compétitive dans le domaine de l’étude des phénomènes migratoires en relation avec la Turquie : les migrations internes en Turquie et les migrations internationales, à partir de, vers, et via la Turquie. Les comptes-rendus de huit projets de recherche financés au premier tour du programme MiReKoc (2005-2006) ont été publiés en mars 2009 (Land of Diverse Migrations: Challenges of Emigration and Immigration in Turkey, Ahmet İçduygu & Kemal Kirişçi, eds., Istanbul : Istanbul Bilgi University Press). Viennent de paraître, aux éditions The Isis Press (Istanbul), les comptes-rendus de huit projets de recherche financés au second tour du programme MiReKoc (2006-2007) : Migration around Turkey: Old Phenomena, New Research (Ahmet İçduygu, Deniz Yükseker & Damla B. Aksel, eds.). Le premier ouvrage, c’est-à-dire le premier volume de la série « MiReKoc Research Collection », visant à rendre compte de la diversité des expériences de migrations internationales en relation avec la Turquie, avait attiré l’attention sur un type de migration encore peu étudié par les sciences sociales, à savoir les migrations dirigées vers la Turquie, en provenance des pays de l’Afrique, du Proche-Orient et de l’espace postsoviétique. Des recherches réalisées sur ces migrations, et des recherches réalisées sur l’émigration turque vers l’Europe (où les Turcs constituent en termes de nationalité la première population immigrée) et vers les États-Unis, ont été réunis dans ce volume. Le deuxième volume de la série de recherches soutenues par MiReKoc, réunit des travaux de recherche réalisés sur deux types de migrations que les sciences sociales ont étudiés sur une longue période, mais qui constituent de fait deux domaines d’étude séparés : les migrations internes en Turquie et l’émigration turque.

L’ouvrage se compose de deux parties. La première partie, consacrée aux migrations internes en Turquie (« Migration in Turkey »), comporte quatre chapitres qui étudient différents aspects de ce type de migration, considéré sous ses formes diverses : les migrations à partir des zones rurales vers les zones urbaines (les travaux des sciences sociales qui portent sur ces migrations constituent une littérature abondante), des zones urbaines vers les zones rurales, incluant les migrations de retour, et les migrations intra zones urbaines et rurales. Le chapitre 1 propose une analyse quantitative de la dynamique des flux des migrations internes en Turquie et des conséquences démographiques de ces flux, notamment sur la fertilité et la composition par âge des populations, dans les localités d’origine et de destination des migrations (« Analyses of Internal Migration Flows in Turkey: Application of Indirect Techniques of Migration Estimations to Census Data », Bengi Uğuz & Erhan Özdemir). Le chapitre 2 examine la façon dont des organismes internationaux et des organismes non gouvernementaux, ainsi que l’État turc et les autorités locales, approchent la question des migrations forcées, et les conditions que les migrants kurdes définissent comme étant nécessaires pour retourner dans leur région d’origine (« The Return of Internally Displaced Kurds and Reconstruction of the Post-Conflict Zones: An Actor-based Analysis », Ayşe Betül Çelik).  Le chapitre 3 examine, à travers l’exemple des réformes agricoles polonaises, les conséquences que l’européanisation de la politique agricole turque pourrait engendrer sur la dynamique des flux migratoires internes en Turquie (« The Effects of the Europeanization of Turkish Agricultural Policy on the Internal Migration Dynamics of Agricultural Labory », Nazan Albayrak). Enfin le chapitre 4 étudie, selon une perspective économétrique, les répercussions des migrations internes sur la scolarisation et les perspectives d’emploi des populations nées et résidant dans les localités de destination des migrations (« The Impacts of Internal Migration on Natives’ Educational and Labor Market Outcomes: Evidence from Turkish Provinces », Ali Berker).

La deuxième partie de l’ouvrage, consacrée à l’émigration turque, comporte quatre chapitres qui traitent des éléments de l’existence sociale des émigrés, installés en Europe et à Chypre du Nord (« Turkish Migrants Abroad »). Le chapitre 5 examine le développement des associations des migrants turcs en Allemagne et en Autriche, les relations que ces associations entretiennent avec des institutions administratives et politiques en Allemagne, en Autriche et en Turquie, et l’impact de ces relations sur les politiques publiques des deux pays d’immigration (« Umbrella Organizations of Turkish Migrants: A Comparative Analysis of Migrant Claims-Making in Austria and Germany », Zeynep Sezgin ». Le chapitre 6 examine les pratiques conjugales de la population d’un village turc installée en France, ainsi que le rôle des femmes dans la régulation des rapports sociaux internes, qui prennent place en France et au village (« Immigration System and Marital Strategies: Turkish Families in Orléans, France », Elif Aksaz). Le chapitre 7 analyse le rôle de la culture et du statut socio-économique dans les variations du degré d’autonomie et de rattachement exprimé par les individus, en comparant les jeunes en Belgique, turcs et belges, et les jeunes en Turquie (« Values, Intercultural Relations and Acculturation among Turkish Migrant Youth in Belgium: A Comparison across Migrant Sending and Host Communities », Derya Güngör, Karen Phalet & Çiğdem Kağıtçıbaşı). Enfin le chapitre 8 analyse la perception des migrants turcs installés à Chypre du Nord, de leur identité, de leur citoyenneté ou de leur double citoyenneté pour certains, leur relation avec les populations locales, et les liens qu’ils maintiennent avec le pays d’origine (« Identity and Citizenship among Turkish Immigrants in Northern Cyprus », Yılmaz Çolak).

L’ouvrage peut apparaître comme un mélange hétéroclite d’articles. Le recours aux données administratives et statistiques, la réalisation des micro-recensements sur le terrain, l’administration de questionnaires, la réalisation d’entretiens et la pratique de l’observation participante, caractérisent les recherches réunies dans cet ouvrage, conduites en Turquie, dans différents pays autres que la Turquie, en milieu urbain et rural. Mais les recherches partagent une perspective commune, qui fournit un élément de compréhension du titre de l’ouvrage qui les réunit : « old phenomena, new research ». Une importance est accordée, dans ces recherches, à l’analyse de ce qui se joue dans les localités d’origine et de destination des migrations (internes et internationales). Cette importance s’exprime dans la façon dont les interrogations ont été formulées, en relation avec les deux localités. Les analyses portent par exemple, dans les deux parties de l’ouvrage, sur les déterminants des départs et des retours ; sur les effets de l’émigration dans les localités d’arrivée et de départ ; sur la perception et le point de vue des populations émigrées et des populations non-émigrées ; sur les relations que ces différentes parties entretiennent, etc. L’ouvrage fournit ainsi des exemples pour une approche nouvelle de deux phénomènes migratoires anciens, les migrations internes en Turquie et l’émigration turque, que les sciences sociales ont généralement analysés selon une perspective centrée sur les localités d’arrivée (les zones urbaines en Turquie et les pays européens).

Les migrations internes en Turquie et l’émigration turque constituent deux domaines d’étude séparés, comme on l’a dit. L’analyse simultanée et systématique de ces deux types de migration, ne constitue pas l’objet des recherches réunies dans l’ouvrage. Mais celles-ci partagent une perspective commune ; par ailleurs les connections entre les points d’origine et de destination forment un aspect omniprésent dans les migrations. Le rapprochement des analyses développées dans l’ouvrage, sur les migrations internes et sur l’émigration turque, peut permettre d’établir des comparaisons entre les deux types de migrations, et de comprendre, par voie d’analogie, ce qui se passe dans l’un, en regardant ce qui se passe dans l’autre. Les éditeurs visent à contribuer à ce travail de rapprochement. Dans l’introduction, ils proposent une mise en perspective des recherches antérieures, sur les migrations internes en Turquie et sur l’émigration turque, et signalent, dans la conclusion, certaines similitudes qui caractérisent d’après eux les deux types de migration : un nouveau chantier pour les recherches ultérieures, suggèrent les éditeurs (« Conclusion : Intersections between Internal and International Migration Research: A Research Agenda for the Future »).

Selam ou la mise en scène de l’action du mouvement de Fethullah Gülen à l’étranger

selam

« L’homme blanc peut-il être bon ? » se demande au début du film un enfant sénégalais face à l’indifférence des Occidentaux. C’est à cette question que le film Selam s’évertue de répondre au cours d’une démonstration implacable d’1h49 : « Oui, l’homme blanc peut être bon : cet homme est turc ».

Ce film présente les parcours parallèles de 3 enseignants turcs  se rendant dans des régions difficiles du monde pour enseigner au sein d’écoles turques : l’un en Afghanistan, l’autre au Sénégal, le dernier en Bosnie-Herzégovine. Ils n’ont qu’un mot à la bouche, « fedakarlık », le sacrifice. Car ces jeunes gens sont de pieux musulmans et font partie de l’« Hizmet » (« le service » qui permet de désigner le mouvement fondé à la suite de  Fethullah Gülen, penseur religieux très influent en Turquie et dans le monde).1

Ce qui est intéressant ici c’est que ces trois héros et les pays dans lesquels ils se trouvent sont interchangeables. Chacun se retrouve comme parachuté dans trois régions éloignées les unes des autres et pourtant ces pays semblent tous marqués par la misère, l’ignorance et l’intolérance. Les tenues vestimentaires, les salles de classes et l’enseignement au sein de ces écoles turques sont identiques (la première leçon consiste à apprendre la salutation musulmane, Selam, symbole de dialogue et de tolérance). Les trois enseignants traversent des épreuves mettant en scène les sacrifices faits pour « amener  la lumière là où règne l’obscurité».2

Commence alors la mise en scène de l’action du mouvement de Fethullah Gülen dans le monde, où se retrouvent pêle-mêle références patriotiques, ce « memleket » turc tant aimé (symbolisé par la figure du militaire turc en Afghanistan), conservatisme social, et bons sentiments.  Ici, l’humanitaire se nomme Kimse Yok mu ? (une ONG proche du mouvement Gülen), les enfants parlent turc dans les écoles et les conflits religieux sont résolus par le dévouement des enseignants.  Les olympiades de langue turque constituent le couronnement de ce grand mouvement mondial où des enseignants et leurs élèves se rassemblent à Istanbul pour célébrer autour d’une chanson de türkü (Haberin var mı ?) l’avènement d’un nouveau village global  labellisé « Gülen ».

Il convient de placer ce film dans le contexte actuel : les écoles turques du mouvement de Fethullah Gülen, aujourd’hui présentes dans plus de 130 pays, jouent un rôle prépondérant dans l’influence turque à l’étranger. Ainsi, le 17 mars 2013, le conseiller au ministère des affaires étrangères Naci Koru déclarait que les écoles turques étaient désormais l’acteur principal de la politique étrangère turque.3

On note donc la dimension performative de la représentation faite par le film de l’action turque à l’étranger. Le film met en scène une présence turque efficace (les enfants de ces écoles parlent tous le turc et rêvent d’aller en Turquie), appréciée (la partie sénégalaise du récit permet de mettre en œuvre une distinction entre l’action des « autres blancs » (les Occidentaux) qui « prennent tout et ne donnent rien » et celle des Turcs, mus par l’altruisme), et multi-facette. En effet, tous les acteurs de la présence du mouvement de Gülen à l’étranger sont mis en scène : la branche humanitaire avec l’action de l’ONG Kimse Yok mu ?, la branche éducative avec les écoles turques et la branche commerciale avec les hommes d’affaires de passage. Il est intéressant de noter l’absence de représentation des acteurs diplomatiques turcs. Ici, la transmission d’une « certaine idée » de la Turquie se fait par le bas, par les acteurs du mouvement Gülen dévoués au quotidien à la « cause » (dava en turc).

Le film, diffusé dans près de 280 salles turques et 6O salles européennes (notamment en Allemagne), a déjà attiré plus de deux millions de spectateurs, témoignant encore une fois de la forte capacité du mouvement Gülen à mobiliser ses sympathisants.4 Par ailleurs, le producteur Sabri Koç a annoncé qu’il reverserait l’équivalent des recettes engrangées par le film Selam dans 140 salles de cinéma à l’ONG Kimse Yok mu afin de construire des puits dans plusieurs pays d’Afrique (Sénégal, Niger, Burkina Faso, Somalie, Cameroun, Soudan, Tchad, Pakistan).5

Cliquez ici pour voir la bande-annonce du film « Selam »


  1. En avril 2013, Fethullah Gülen est apparu dans la liste du Time rassemblant les 100 personnes les plus influentes au monde []
  2. « Türk okullarına ‘Selam’ olsun », Zaman, 20 janvier 2013 []
  3. «Türk okulları, dış politikanın en önemli aktörü», Zaman, 17 mars 2013 []
  4. « Selam filmi, 7 haftada 2 milyon izleyiciyi geçti», Zaman, 20 mai 2013 []
  5. « Selam’ın gösterildiği 140 salonun geliri Afrika’ya akacak», Zaman, 11 avril 2013 []