Pourquoi étudier la civilisation hittite ?

Cite this article as: Alice Mouton, "Pourquoi étudier la civilisation hittite ?," in Dipnot, 28/10/2022, https://dipnot.hypotheses.org/2640.

L’Anatolie ancienne a été le berceau de la brillante civilisation hittite qui a compté parmi les plus grandes puissances politiques du monde méditerranéen entre le XVIIème et le XIIème siècle avant J. -C. Elle a concurrencé l’Égypte des Ramsès et l’a même défaite lors de la célèbre bataille de Kadeš (ca. 1275 av. J.-C. en chronologie moyenne). L’une des principales originalités du royaume hittite est l’utilisation simultanée de deux systèmes d’écriture : 1) le cunéiforme hérité du monde mésopotamien et qui retranscrit principalement la langue hittite. Le Hittite est la première langue indo-européenne attestée par écrit ; 2) l’écriture hiéroglyphique, qui a probablement été inventée sur place et retranscrit le louvite, une langue indo-européenne très proche du hittite. L’hittitologie est la science qui consiste à déchiffrer, traduire et commenter les tablettes cunéiformes et les inscriptions hiéroglyphiques provenant de l’Anatolie hittite.

À travers l’étude philologique des tablettes cunéiformes hittites et des inscriptions louvites hiéroglyphiques, l’hittitologie examine tous les aspects de la civilisation hittite que ces textes reflètent : de la grammaire de la langue hittite à l’étude du système socio-économique, en passant par la géographie historique, l’analyse des pratiques scribales ou encore l’histoire des religions, notamment. De ce fait, l’hittitologue est fréquemment amené à dialoguer avec ses collègues archéologues, assyriologues, hellénistes ou indo-européanistes, dans des échanges stimulants pour tous.

La civilisation hittite est bien connue du public turc, beaucoup moins des Français. L’hittitologie française a pourtant connu son heure de gloire. Alors que le déchiffrement du hittite cunéiforme ne remonte qu’à 1915, Louis Delaporte (1874-1944) crée un premier enseignement de hittite à l’Institut Catholique de Paris dès 1930. La discipline s’épanouit ensuite grâce aux efforts d’Emmanuel Laroche (1914-1991), qui devient professeur en « religions hittite et asianique » à l’École Pratique des Hautes Études dès 1953, puis professeur au Collège de France sur une chaire intitulée « langues et civilisations de l’Asie Mineure » à partir de 1973. À la mort de Laroche en 1991, tous les enseignements de hittite qu’il assurait sont supprimés peu à peu, et seul les cours de hittite de l’Institut Catholique de Paris et de Sorbonne Université (au sein d’ELASU) survivent actuellement tant bien que mal. Pourtant, à travers Delaporte, Laroche, et même, indirectement, l’archéologue Charles Texier (1802-1871), qui fut le découvreur de la capitale hittite Hattuša en 1834 (Fig.1), la France a joué un rôle central dans l’histoire de l’hittitologie mondiale.

Porte des Lions sur le site de Hattuša , © wikimedia commons, photographe : B. Gagnon

Par sa position géographique, l’Anatolie hittite est une plaque tournante culturelle : elle relie Proche-Orient et Grèce. Les relations du royaume hittite avec la Syrie et Mésopotamie d’un côté et la Grèce de l’autre sont bien connues et illustrent le rôle majeur que cette grande civilisation a joué pendant des siècles. Ne pas inclure l’hittitologie dans les enseignements et la recherche scientifique implique donc de ne plus comprendre les liens forts et durables qui ont existé entre le Proche-Orient et la Grèce ancienne. Ces liens ont profondément contribué à l’épanouissement de la civilisation grecque telle que nous la connaissons, civilisation qui a, à son tour, été déterminante dans la formation de notre propre identité culturelle française (via le monde romain, en particulier). Toutes ces grandes civilisations sont liées et ignorer l’une d’elles revient à brouiller notre compréhension du complexe réseau d’échanges qui les a forgées. Pour cette raison, l’enseignement et la recherche en hittitologie représentent des enjeux majeurs dans nos sociétés occidentales contemporaines ; ils contribuent à nous définir dans notre histoire.

Afin de promouvoir la civilisation hittite auprès du grand public francophone, j’ai créé, en collaboration avec Isabelle Prieto (chargée de communication du CNRS, UMR 8167), le MOOC « À la découverte de la civilisation hittite ». Ce cours vidéo en ligne présentera un tour d’horizon de la civilisation hittite à l’aide de nombreuses illustrations et de cartes géographiques. Le chapitre 1 de ce MOOC ouvre au public le 24 novembre 2022.

Bande-annonce disponible ici :https://www.youtube.com/watch?v=Yux13clTBYM

Tout le monde peut s’inscrire gratuitement dès à présent à l’adresse : https://www.edx.org/course/a-la-decouverte-de-la-civilisation-hittite.

Capture d’écran de la page du MOOC : cliquer pour accéder au site.

Le cours ne restera ouvert que jusqu’à début février, c’est une occasion à ne pas manquer !

In memoriam Irène Beldiceanu-Steinherr (1928-2022)

Cite this article as: Nicolas Vatin, "In memoriam Irène Beldiceanu-Steinherr (1928-2022)," in Dipnot, 07/09/2022, https://dipnot.hypotheses.org/2619.

Irène Beldiceanu-Steinherr vient de nous quitter, le 14 août 2022.

Née à Istanbul en 1928, Irène Steinherr y vécut une jeunesse épargnée par les horreurs de la guerre, mais peu fortunée. Formée à l’école allemande, puis au lycée Notre-Dame de Sion, elle maîtrisait intimement trois langues essentielles (alors) de l’histoire ottomane : l’allemand, le turc et le français. Après son baccalauréat français, elle étudia pendant deux ans l’arabe et le persan à l’Université d’Istanbul puis alla à Munich où elle soutint en 1956 une thèse préparée sous la direction du professeur Franz Babinger, publiée sous le titre Scheich Üftāde, der Begründer des Ǧelvetijje Ordens (Munich, 1961). Elle conserva sa vie durant un intérêt pour le monde mystique, d’un point de vue plus souvent d’histoire sociale que religieuse. À Munich, elle fit la connaissance d’un historien d’origine roumaine, Nicoară Beldiceanu, qu’elle épousa en août 1956. Le couple, dont le fils Nicolas naquit en 1959, s’installa à Paris où tous deux firent une carrière de chercheurs au Centre National de la Recherche Scientifique.

Le milieu universitaire français s’ouvrait alors à la civilisation ottomane : tandis que Louis Bazin prenait la succession de son maître Jean Deny et animait à l’École Pratique des Hautes Études un séminaire qui ne se bornait pas aux seules questions linguistiques, Irène Mélikoff, Michel Lesure, Robert Mantran, Alexandre Popovic, bientôt Jean-Louis Bacqué-Grammont, Mihnea Berindei, François Georgeon, Gilles Veinstein, (pour se borner à ceux travaillant sur des sources en turc ottoman) donnaient à l’école ottomaniste française un élan nouveau. Irène et Nicoară Beldiceau participèrent à ce mouvement, d’abord à l’invitation du byzantiniste Paul Lemerle, se spécialisant dans l’étude des premiers siècles ottomans et de la période pré-ottomane, avec le souci d’apporter leurs compétences aux byzantinistes. Bientôt, l’intérêt pour le monde proprement ottoman s’imposa, mais jusqu’au bout, I. Beldiceanu-Steinherr dialogua avec des spécialistes des domaines balkanique, italien médiéval et byzantin. En témoignent, parmi ses derniers travaux, des articles co-signés avec Thierry Ganchou ou Raúl Estangüi Gomez. C’était du reste une vieille habitude chez elle et son mari que de cosigner des travaux de jeunes chercheurs, facilitant ainsi leurs débuts. Son principal collaborateur fut au demeurant son époux, avec qui elle rédigea deux livres et dix-neuf articles.

En France, la jeune chercheuse se consacra à une nouvelle thèse, soutenue en 1965, qui fait toujours autorité. Ses Recherches sur les actes des règnes des sultans Osman, Orkhan et Murād Ier (1967) font l’analyse scrupuleuse, fondée sur une méticuleuse comparaison des sources, de la correspondance rassemblée en 1574 par Ferîdûn dans ses célèbres Münşe’âtü-s-selâṭîn. Le lecteur pouvait désormais interpréter la signification de quelques actes authentiques à côté des nombreux documents forgés par Ferîdûn, dont d’ailleurs le caractère de faux n’ôtait pas tout l’intérêt. Cette volonté de ne pas s’arrêter aux apparences, de rejeter les évidences fondées sur des arguments d’autorité pour s’en tenir aux faits malgré les contradictions des sources, est une marque de fabrique d’I. Beldiceanu-Steinherr, qu’on retrouve dans des articles importants comme « La Conquête d’Andrinople par les Turcs : la pénétration turque en Thrace et la valeur des chroniques ottomanes » (1965), ou encore « La “Révolte” des Baba’î en 1240 visait-elle vraiment le renversement du pouvoir seldjoukide ? » (1999). Précisons que l’importance accordée aux détails ne l’empêchait pas de voir large, comme le montre un autre article qui fit date, « Le Règne de Selīm Ier, tournant dans la vie politique et religieuse de l’Empire ottoman » (1975).

Les quelques titres cités montrent qu’I. Beldiceanu-Steinherr ne cessa de s’intéresser, d’un point de vue d’histoire sociale et politique, aux mouvements mystiques. Elle utilisait des sources ottomanes narratives (chroniques, hagiographies), mais c’est à une source d’archive, exploitée d’abord avec son époux, qu’elle accorda la plus grande importance, se rendant tous les étés à Istanbul pour de longues séances de travail dans la salle de lecture de ce qui s’appelait alors les archives de la Présidence du Conseil (Başbakanlık Arşivleri), où tous deux compulsaient les registres de recensement fiscal des premiers siècles ottomans, de la fin du règne de Meḥmed Ier (1412-1421) au début du xvie siècle. Il s’agissait d’y trouver des informations de première main sur une région donnée à un moment donné, sur des institutions comme le timâr auquel fut consacré plus d’un article comprenant la publication des documents, mais aussi, démarche extrêmement novatrice, d’y trouver des notations, ignorées du lecteur pressé, qui apportent des indications essentielles et inédites sur le passé, ottoman et pré-ottoman. Ainsi parurent d’importants travaux de géographie historique, essentiels pour comprendre ce que fut la réalité concrète de la progression ottomane des premiers temps. On se bornera à citer « L’installation des Ottomans en Bithynie » (2003).

I. Beldiceanu-Steinherr, avant que l’âge et la maladie ne la contraignent à renoncer à ses études, a préparé avec son soin habituel la réédition revue et corrigée de ses principaux articles, parue en 2015 chez l’éditeur stambouliote Isis Press sous le titre Études ottomano-byzantines. On peut consulter sa bibliographie sur le site du CETOBAC.

Signalons enfin que, au sein de la IVe Section de l’École Pratique des Hautes Études, I. Beldiceanu-Steinherr eut un rôle pédagogique de premier plan dans la formation d’étudiants et de jeunes chercheurs, dont le rédacteur de ces lignes a bénéficié le premier.

Bibliographie

BELDICEANU- STEINHERR Irène (éd.), « La Conquête d’Andrinople par les Turcs : la pénétration turque en Thrace et la valeur des chroniques ottomanes », dans AHRWEILER Hélène et al., Travaux et Mémoires I, 1965, Paris, E. De Boccard, p. 439-461.

BELDICEANU- STEINHERR Irène, Recherches sur les actes de règnes des sultans Osman, Orkhan et Murad Ier, 1967, Monachii, Societas academică dacoromână.

BELDICEANU- STEINHERR Irène, « La “Révolte” des Baba’î en 1240 visait-elle vraiment le renversement du pouvoir seldjoukide ? », Turcica 30 (1999), p. 99-118.

BELDICEANU- STEINHERR Irène, « Le Règne de Selīm Ier, tournant dans la vie politique et religieuse de l’Empire ottoman », Turcica IV, 1975, p. 34-48.

BELDICEANU- STEINHERR Irène, « L’installation des Ottomans en Bithynie », dans Bernard Geyer et Jacques Lefort (éd.), La Bithynie au Moyen Âge, 2003, Paris, P. Lethielleux, p. 37-90.

BELDICEANU- STEINHERR Irène, Études ottomano-byzantines, 2015, Istanbul, Isis Press.

Les Galates, , « seigneurs des forts » ?

Cite this article as: Kevin Parachaud, "Les Galates, , « seigneurs des forts » ?," in Dipnot, 13/04/2022, https://dipnot.hypotheses.org/2555.

Dans son roman Même pas mort, inspiré par l’histoire et la mythologie celtique, J.-P. Jaworski imagine une confrontation entre le dieu Sucellos, qu’il appelle « le seigneur des Forts », et Bellovèse et Ségovèse, les deux chefs bituriges que Tite-Live met à la tête des migrations celtiques du 6e s. a.C. (Tite-Live, Histoire romaine, 5.34). Si le lien entre la Turquie et les Celtes peut sembler lointain, c’est oublier que ces migrations ont été poussées, au 3e s. a.C. jusqu’au cœur de l’Anatolie. L’ancienne Phrygie a en effet accueilli, entre les antiques fleuves de l’Halys (aujourd’hui Kızılırmak) et du Sangarios (aujourd’hui Sakarya), l’installation de peuples celtes nommés « Galates » par leurs voisins hellénophones. Les Galates se sont maintenus sur ce territoire jusqu’à leur intégration à l’Empire d’Auguste en 25 a.C., au sein de la PROVINCIA GALATIA (la province de Galatie) dont Ancyre (l’actuelle Ankara) fut la capitale. La présence des Galates en Anatolie forme le cœur de la thèse que je réalise en histoire et archéologie à l’université de Limoges sous la direction de Stéphanie Guédon et Pierre-Yves Milcent. Mon travail porte tant sur les Galates en tant que peuple – à travers leur identité, leur culture, leur territoire – que sur les relations que cette entité exogène a entretenues avec le milieu hellénistique et oriental au sein duquel elle s’est installée – des relations qu’il convient de ne plus réduire aux seuls faits de guerre (Baray 2017).

Si l’on sait que ces peuples se sont établis en Anatolie, les modalités de leur occupation du territoire restent en revanche particulièrement mal connues. Ont-ils investi les sites urbains préexistants ? Ont-ils créé leurs propres colonies, et si oui sur quel mode d’habitat ? Cette question est une des problématiques que mon séjour de recherche au sein de l’Institut Français d’Études Anatoliennes m’a permis d’approfondir. Pour l’heure, l’hypothèse dominante est celle développée par G. Darbyshire, S. Mitchell et L. Vardar, dans un article qui est toujours aujourd’hui un travail de référence (Darbyshire et al. 2000) : les Galates auraient structuré le maillage de leur territoire par la construction de petites forteresses servant de résidences fortifiées aux membres de l’élite et autour desquelles se seraient établies des occupations rurales. Cette théorie est celle reprise dans la majorité des travaux récents et elle a par ailleurs fait l’objet de deux mémoires et une thèse en archéologie et géographie historique (Ulusoy 2006 ; Yörükan 2009 ; Mannien 2019). Alors, les Galates sont-ils vraiment des « seigneurs des forts » ?

1. Historiographie de la théorie des forts galates

Ce modèle théorique repose sur un état de la recherche construit en deux temps. Il naît du parallèle proposé entre des sites anatoliens et des résidences royales galates citées dans les sources littéraires antiques. Sur la base de ces quelques équivalences, cette idée a ensuite été étendue à l’ensemble de la société et du territoire galate.

1.1 L’identification des premiers sites galates

Dans la seconde moitié du 1er s. a.C, la Galatie connait une transformation politique profonde à la suite des guerres mithridatiques : le pouvoir, auparavant distribué au sein d’une oligarchie et selon un modèle semblable à ce que l’on peut observer ailleurs en Europe « celtique », se concentre désormais entre les mains de quelques individus investis du titre de roi (Strobel 2002, 8-9). L’un d’eux, Deiotaros, est le premier à réussir à étendre son autorité à l’ensemble de la Galatie. D’après les sources littéraires, ces rois ont matérialisé leur pouvoir par la construction de résidences fortifiées ; nous savons par exemple, grâce aux textes de Strabon et de Cicéron (Strabon, Géographie, 12.5.2 ; Cicéron, Pro rege Deiotaro, 6, 7), que Deiotaros possédait deux forteresses (castella / φρούρια) du nom de Bloukion et Peion, respectivement son palais royal (βασίλειον) et son centre du trésor (γαζοφυλάκιον). Or, des archéologues pensent avoir identifié les vestiges de ces deux site.

Mon séjour à l’Institut m’a notamment permis d’accéder à la publication complète du premier de ces sites : la nécropole tumulaire mise au jour à Karalar (fig. 1) par R. Oğuz en 1933 (Oğuz 1934, 110-144) . En effet, dans l’une des sépultures de cette nécropole, l’épitaphe gravée sur une stèle de marbre donne le nom du défunt : Deiotaros II, fils du premier roi de la Galatie unifiée. L’archéologue turc venait alors de mettre au jour le tout premier fait archéologique attribuable aux présences galates en Anatolie centrale. Or, sur une colline à 635 m. au nord-ouest de cette sépulture indéniablement galate, la fouille a également permis de documenter un ensemble de structures archéologiques. La face rocheuse au sud-ouest de l’élévation est parcourue de nombreux gradins taillés dans le substrat, alors qu’une grande terrasse entourée de murs faits de grands blocs quadrangulaires était visible à l’extrémité nord-est (Oğuz 1934, 144-165). Ces structures ont été interprétées comme les vestiges d’un grand complexe d’habitat. Plus encore, au regard de la proximité entre l’établissement de hauteur et la sépulture du prince galate, R. Oğuz a vu dans ce site l’une des deux résidences de Deiotaros nommées par les Anciens.

Par la suite, S. Mitchell a pensé voir dans un autre site, au lieu-dit de Tabanoğlu Kalesi, une seconde forteresse du roi galate (Mitchell, 1974). Cet établissement fortifié est installé sur le sommet abrupt d’un méandre profond et enserré de la rivière Kimir. Sur son côté sud-est, l’éperon est barré par une muraille rectiligne. Antérieurement à un second état typiquement byzantin, la fortification est initialement percée d’une porte flanquée de deux tours polygonales ; l’appareil est fait de blocs quadrangulaires soigneusement équarris et agencés en joint vif. D’après l’auteur ce type de fortification est caractéristique de l’architecture grecque, ce qui pour la région, revient à dater l’édifice de l’époque hellénistique (Mitchell 1974, 66). Cette datation d’après le style architectural établit donc une corrélation chronologique entre ce site et les présences galates en Anatolie centrale. S. Mitchell pousse toutefois plus loin son interprétation, en croisant ses observations de terrain avec les sources textuelles. Cicéron, dans son plaidoyer en faveur du souverain galate, rappelle en effet les stations effectuées par César qui revenait de Zéla dans le Pont : il passa par Bloukion puis par Peion. Comme Tabanoğlu Kalesi se trouve à 45 km à vol d’oiseau à l’ouest de Karalar, S. Mitchell identifie donc logiquement Karalar au premier toponyme et Tabanoğlu Kalesi au second. Cette interprétation est toutefois problématique, car si le site de Karalar bénéficiait de l’apport indéniable de l’épigraphie pour être associé à la famille de Deiotaros, force est de constater que l’identification proposée pour ce second site ne repose que sur une corrélation chronologique très large et que rien ne permet factuellement de le lier spécifiquement à ce personnage.

C’est sur la base de cette identification supposée des forteresses de Bloukion et Peion que S. Mitchell commence à développer l’idée selon laquelle ce phénomène des forteresses galates ne serait pas restreint à la seule période de la royauté galate, dans la seconde moitié du 1er s. a.C., mais serait plus ancien et aurait touché l’ensemble des membres de l’élite. Selon lui, l’aristocratie galate aurait entretenu un rapport de rivalité voire de conflit permanent qui aurait conduit ces différents membres à se préserver de violences interpersonnelles endémiques en construisant de petits sites fortifiés pour leur famille et leur clientèle (Mitchell 1993 [20013], 58). Un modèle théorique qu’il convenait désormais de confronter à de nouvelles données archéologiques.

1.2 Le modèle théorique des forts galates

À partir de 1996, l’archéologue turc L. Vardar a dirigé une série de travaux de prospection archéologique dans la région d’Ankara et ses environs (fig. 1). L’objectif poursuivi par le chercheur était de réussir à identifier archéologiquement les forteresses galates (Vardar, Vardar 1997, 245), en observant et localisant les traces de fortifications encore visibles et en prélevant, lorsque cela était possible, les vestiges céramiques en surface. Les premières campagnes ont permis, jusqu’en 1999, l’identification de quinze sites fortifiés sur ce territoire, même s’il est à noter que le ou les critères permettant de considérer ces forteresses comme galates ne sont pas explicités par l’auteur.

Ces résultats, combinés aux investigations épigraphiques de S. Mitchell (Mitchell et al. 1982) et à des travaux de prospections similaires menés en Paphlagonie (Matthews et al. 1998), ont nourri l’acquisition de données de la publication de Darbyshire et al. où l’on trouve le développement le plus complet de la théorie des « forts galates » (Darbyshire et al. 2000, 88-93). Les trois auteurs y listent 26 sites (tab. 1) partageant, selon eux, un ensemble de caractéristiques communes (Darbyshire et al. 2000, 91) :

  • Ces sites sont tous au moins partiellement fortifiés.
  • Ils sont installés en hauteur, en sommet de colline.
  • Ils sont de superficie relativement ténue.
  • Ils sont, dans l’ensemble, assez ressemblants sur le plan architectural.
  • Les prospections révèlent assez fréquemment de la céramique hellénistique en surface, entre autres périodes (Les datations céramiques présentées dans les tableaux 1 et 2 sont issues de Darbyshire et al., 2000, Vardar, Vardar 1997-2000 et Vardar 2001-2007).
  • Ils surplombent des axes naturels comme des cours d’eau et des plaines fertiles.

Au regard de leur distribution géographique, en Galatie, et de la datation approximative fournie par les prélèvements de céramiques en surface, les auteurs pensent pouvoir attribuer ces sites – du moins à minima un certain nombre d’entre eux – aux présences galates en Anatolie centrale.

Tableau 1 : Les sites fortifiés anatoliens intégrés à l’étude de Darbyshire et al., 2000. La mention (E1) précise qu’il s’agit de l’état 1 du site concerné, (E2) qu’il s’agit de l’état 2 du site concerné.

Sur le plan architectural, les auteurs répartissent ces sites en deux groupes, eux-mêmes divisés en deux sous-groupes (tab. 1). Le premier groupe intègre les appareils de grands blocs assemblés en joint vif, éventuellement scellés les uns aux autres par des agrafes métalliques. Les deux sous-groupes se différencient au regard de la qualité de la taille des blocs. Le premier sous-groupe accueille les appareils faits de blocs soigneusement équarris, similaire aux standards de l’architecture hellénistique, alors que le deuxième sous-groupe distingue les appareils de moins bonne facture. Le deuxième groupe est composé de sites montrant des murailles en pierres sèches faites de blocs grossiers de taille variable. Le sous-groupe 2.1 distingue les enceintes simples des enceintes renforcées, dans le sous-groupe 2.2, par des tours, des enceintes secondaires ou des fossés.

Ces différences typologiques sont interprétées par les auteurs comme la manifestation d’une évolution chronologique du phénomène. Les sites architecturalement les plus soignés, ceux du groupe 1.1, seraient les sites de l’époque de la royauté, dans la deuxième moitié du 1er s. a.C. ; la qualité de ces architectures serait la trace de l’enrichissement et de l’hellénisation des rois galates de la fin de la période. Inversement, les forts moins aboutis architecturalement seraient des formes archaïques du phénomène des forteresses galates, correspondant à l’époque où le pouvoir était dilué au sein d’une élite galate composée de nombreux membres (Darbyshire et al. 2000, 92-93). Le propos développé reste cependant prudent. Les trois archéologues n’affirment pas que tous les sites présentés dans leur papier sont attribuables aux présences galates, notamment car la datation repose principalement sur la céramique observée en surface, une méthode peu fiable d’autant plus que d’autres périodes que l’époque hellénistique sont également représentées.

Il est également à noter que ce propos ne fait pas entièrement l’unanimité au sein de la communauté archéologique. K. Strobel ainsi que les auteurs du Paphlagonia Project pensent que les petits forts en pierres sèches – peu ou prou le groupe 2 de l’étude de Darbyshire et al. – sont des refuges d’époque byzantine, uniquement construits pour des usages temporaires (Strobel 2002, 35-37 ; Matthews et al. 2009, 196). Ces critiques portent toutefois sur l’aspect interprétatif de la question et ne proposent pas de nouvelle analyse des données.

2. Un nouveau regard sur la théorie des forts galates

Mon séjour au sein de l’Institut, grâce à la riche documentation disponible, m’a permis de pousser plus loin la question en enrichissant la liste initiale d’un grand nombre de sites supplémentaires et mieux documentés sur le plan architectural. Au premier rang de ces travaux se trouvent les prospections archéologiques que L. Vardar a poursuivies de 1999 à 2006, avec 39 sites supplémentaires (tab. 2). Fort d’un corpus de données renouvelé, il est désormais possible de proposer une nouvelle analyse typologique de ces sites fortifiés et d’en donner une autre interprétation, du moins autant que l’on puisse le faire au regard de l’absence de relevé et des problèmes de vocabulaire posés par les descriptions (voir infra, discussion).

Figure 1 : Représentations schématiques des critères architecturaux pris en compte d’en l’analyse.

2.1 Analyse

Afin d’essayer de faire émerger de nouveaux résultats, il est possible de proposer un ensemble de critères différents de ceux retenus dans l’étude de Darbyshire et al., où la distinction se faisait principalement sur le soin apporté à l’appareil. Pour cette nouvelle typologie, il a été choisi de distinguer trois critères principaux : les éléments architecturaux (et pas seulement l’appareil), le type d’enceinte et le type de muraille (fig. 2).

L’analyse proposée ici retient cinq éléments architecturaux différents :

  • 1.a : la taille en gradin du substrat rocheux, un élément architectural ancien en Anatolie. Il n’est pas explicite, au regard de la littérature, si les gradins observés sont considérés comme des éléments architecturaux à part entière ou s’il s’agit de soubassements aménagés dans le substrat.
  • 1.b : l’appareil dit « hellénistique » dans la littérature pour le contexte de l’Anatolie centrale. Celui-ci se distingue par l’emploi de blocs quadrangulaires finement équarris et assisés en joints vifs (ou opus quadratum). Ce critère ne retient que le type d’appareil, et pas l’architecture. En effet la documentation disponible ne permet pas d’identifier si l’appareil retient un blocage (architecture type emplecton), ou si la fortification est composée de blocs assisés sur toute sa largeur.
  • 1.c : l’architecture en pierres sèches qui utilise l’agencement de blocs grossièrement équarris sans mortier sur toute la largeur du mur. La taille des blocs varie de gros modules (supérieur ou égal à 1 m de longueur) à moyen (taille variable, entre 40 et 80 cm de longueur).
  • 1.d : architecture type emplecton, où un double parement interne/externe en gros ou moyen modules sert de maintien à un blocage composé de blocs de petits modules ou de pierraille. Les blocs de parement sont grossièrement équarris.
  • 1.e : architecture maçonnée avec parements et blocage reliés par du mortier.

On distingue ensuite trois types différents d’enceintes :

Pour finir, on remarque deux types de murailles :

  • 2.a : l’enceinte simple.
  • 2.b : l’enceinte renforcée d’un fossé en aval.
  • 2.c : la double enceinte. L’enceinte en aval n’est pas nécessairement une enceinte de contour, il peut seulement s’agir de segment de renfort à des points stratégiques de l’élévation.
  • 3.a : la muraille simple.
  • 3.b : la muraille renforcée de tour ou de bastion.
Figure 2 : Carte de répartition des sites fortifiés présents dans l’étude. 1 : Örencik. 2 : Özbekler. 3 : Akkaya. 4 : Pazar. 5 : Aktepe. 6 : Yeşilöz. 7 : Güzelçiftlik 1. 8 : Güzelçiftlik 2. 9 : Bağlum. 10 : Gökçebağ. 11 : Bayram. 12 : Ovabağları. 13 : Kartankale. 14 : Çıtaklarbükü. 15 : Saray. 16 : Dümrek. 17 : Oğuzlar. 18 : Polatlar. 19 : Alacaatlı. 20 : Göllü. 21 : Gerder. 22 : Karacahasan. 23 : Bahşılı. 24 : Büklükale. 25 : Üçem. 26 : Bezirhane. 27 : Boyalık. 28 : llören. 29 : Oğlakçı. 30 : Koçaş. 31 : Adahisar. 32 : Gavurkale. 33 : Çaliş. 34 : Karacaören. 35 : Gölbek. 36 : Belçarsak. 37 : Çeltikçi. 38 : Türktaciri. 39 : Yılanlıin Kale. 40 : Şabanözü. 41 : Şeyhali : 42 : Türktaciri.

Cet ensemble de critères, appliqué aux sites du corpus, permet d’établir la typologie suivante, qu’il convient également de mettre en miroir avec ce que la littérature indique des céramiques observées en surface.

Tableau 2 : Classement typologique des sites fortifiés anatoliens intégrés à l’étude. Les noms en orange sont ceux déjà présents dans l’étude Darbyshire et al., 2000 (tableau 1). La mention (E1) précise qu’il s’agit de l’état 1 du site concerné et E2 l’état 2 du site concerné.

Au regard de la typologie obtenue, il est possible de formuler une série d’observations. Tout d’abord, les types d’enceintes et de murailles (critères 2 et 3) ne permettent pas de faire émerger des différences significatives. Dans le cas des types de murailles, on observe sensiblement un même nombre de cas avec (3.b) et sans (3.a) renforts de tours ou de bastions. Ces deux types sont distribués aléatoirement au sein de tous les groupes et ne permettent pas de faire ressortir des sous-groupes pertinents, au sens où ceux-ci seraient corrélés à d’autres critères ou à des données céramiques particulières. Inversement, pour le critère 2, le type à enceinte simple (2.a) est très largement surreprésenté, les enceintes + fossé (2.b) et les doubles enceintes (2.c) sont marginales et ne se concentrent pas dans un groupe particulier.

La taille du substrat rocheux en gradin n’est pas non plus un critère déterminant. Il ne s’observe seul que sur un unique site, Çalış, dont la nature – fortifié ou non – est déjà difficile à établir (Vardar, Vardar 1999, 164.). Ailleurs, ce type de gradins s’observent aux côtés des murs de fortification composés de blocs sur toute la largeur , ceux des critères 1.a et 1.b. Cela invite à voir ces gradins non pas comme un élément architectural propre, mais comme le soubassement de murs dont toute l’épaisseur est constituée de blocs assisés (Adam 1982, 18 et fig. 12). Cela est très intéressant dans le cas du site de Karalar, où ces gradins sont particulièrement nombreux et visibles (Oğuz 1934 ; Ulusoy 2006 ; Yörükan 2009 ; Mannien 2019) ; un relevé minutieux de leurs tracés offrirait une bien meilleure compréhension des structures en élévation aujourd’hui disparues.

In fine, seuls les types d’architectures 1.b,1.c, 1.d et 1.e permettent de distinguer des groupes de sites cohérents (tab. 2). Les deux groupes aux types architecturaux bien déterminés, celui à l’appareil hellénistique (groupe 1, critère 1.b) et celui à l’architecture maçonnée (groupe 4, critère 1.e), sont comparativement moins représentés. Les groupes 2 et 3, qui regroupent les murs en pierre sèche (critères 1.c et 1.d) sont ceux qui intègrent le plus de sites. Le dernier groupe représente les données non suffisamment documentées pour être exploitables ; dans la majorité des cas, il s’agit de sites qui devraient intégrer le groupe 2 ou le groupe 3.

Vient maintenant la question de la chronologie de ces sites. Pour les groupes 1 et 4, l’architecture est un indice chronologique qui pose, même vaguement, un terminus post quem. Comme expliqué précédemment, l’appareil de blocs quadrangulaires assisés est attribué à l’époque hellénistique par la littérature (Mitchell 1974, 66), donc postérieur au 3e s. a.C. Cet appareil pourrait en soi être plus ancien, notamment en Asie Mineure où les techniques grecques sont anciennement connues. Même si cela n’est pas explicité, l’attribution de cet appareil à l’époque hellénistique repose sur le postulat que l’Anatolie centrale ne s’est ouverte à ces influences qu’après la conquête d’Alexandre. L’architecture maçonnée avec du mortier, elle, est une méthode attribuée à grand trait aux périodes romaine et byzantine, donc postérieure à la fin du 1er s. a.C. (Darbyshire et al. 2000, 92) même si cette attribution mériterait d’être étudiée plus en détail, dans le contexte précis de l’Anatolie centrale. Or, force est de constater que l’on n’observe qu’une très faible corrélation entre ces types architecturaux et les céramiques prélevées en surface. Pour le premier groupe, supposé de période hellénistique, des périodes antérieures sont également attestées à Büklükale et Dümrek, et inversement à Karalar et Tabanoğlu Kalesi où les périodes postérieures sont aussi présentes. Le constat est similaire pour le groupe 4, où si les périodes romaines et post-romaines attendues sont visibles partout, des périodes antérieures sont également observées à Belçarsak et Aktepe. Cet état de fait, qui n’est pas surprenant en soi, rappelle tout le risque qu’il y a à attribuer une datation à un fait architectural sur la base de données matérielles prélevées hors contexte, à fortiori lorsque les lieux concernés ont connu des occupations multiples.

De fait, l’analyse des groupes 2 et 3 est d’autant plus complexe, car ici l’architecture ne fournit aucun indice, même ténu. Notons, dans le groupe 2, que pour 11 sites sur 20 la céramique hellénistique est absente, alors que les périodes postérieures romaine et surtout byzantine sont attestées partout à l’exception de Sirkeli.  Pour le groupe 3, la céramique offre un profil chronologique moins net, notamment du fait de l’absence de données sur 8 des 17 sites. Même si là aussi la céramique est principalement tardive, deux sites, Tahirler et Kartankale, ne montrent pas d’exemplaires postérieurs à l’époque hellénistique. L’absence de corrélation précise entre céramiques en surface et datation, comme le montre l’analyse des groupes 1 et 4, ainsi que la variété des périodes représentées par les vestiges matériels n’autorise pas à attribuer ces sites à une époque particulière.

2.2 Discussion

Si l’on confronte les résultats de l’analyse au modèle théorique des « forts galates », il est possible de proposer une interprétation différente de cette concentration de petits sites fortifiés en Anatolie centrale.

Sur le plan chronologique, seuls les sites du premier groupe peuvent être vus comme des sites d’époque hellénistique, au regard de leur architecture. Pour les autres l’analyse n’autorise pas une attribution claire de ces sites à la période des présences galates en Anatolie centrale. De plus, pour les sites du groupe 1, il est à noter que deux des six sites sont géographiquement extérieurs à la Galatie (fig. 1). Les travaux précédents les ont intégrés à l’analyse au regard d’un fait historique particulier, à savoir l’expansion de l’autorité galate en Isaurie sous le règne de leur dernier roi, Amyntas. Pour autant, dire si l’une de ces forteresses est une résidence du souverain galate ou bien celle de n’importe quel autre dynaste local reste impossible à affirmer (voir Doğanay 2016). Les sites de Karalar et Tabanoğlu Kalesi sont certainement les cas les plus convaincants pour parler de sites galates, comme l’avait déjà dit S. Mitchell en 1974. On pourrait proposer d’ajouter à cette liste les sites de Büklükale et le premier état de Dümrek, mais cela devrait être confirmé par des fouilles.

Voir dans les groupes 2 et 3 des formes architecturales archaïques préfigurant le type hellénistique canonique, comme le proposait la littérature (Darbyshire et al. 2000, 93), implique un postulat évolutionniste et archétypal, où une architecture jugée peu soignée doit par principe précéder l’architecture de grand appareil qui elle-même précède la maçonnerie en mortier. Ce postulat nuit à la nuance et à la possibilité de coexistence, localement, de formes architecturales variées et éventuellement plus simples aux côtés de styles et techniques représentatifs, à grands traits, de grandes périodes historiques. De plus, on remarque que la céramique tardive (romaine et byzantine) est largement majoritaire sur ces sites, toujours présente sur les sites du groupe 2, voire parfois exclusive. Ce n’est pas le cas de la céramique hellénistique, qui est même parfois absente. L’hypothèse qui semble la plus pertinente au regard des données disponibles est donc celle qu’avait avancée R. Matthews et ses collègues au sujet des sites paphlagoniens (Matthews et al. 2009, 196), à savoir qu’il s’agit de petits sites de refuges d’époque byzantine, peut-être érigés en réaction aux incursions arabes.

On pourrait toutefois objecter qu’une telle concentration de sites en Galatie interroge, car ce phénomène semble être propre à ce territoire (fig. 1). Toutefois, cet éventuel particularisme régional est lui aussi questionnable. À la lecture des Türkiye Arkeolojik Yerlesmeleri (Ümit Sevgi Topuz, bibliothécaire de l’IFEA, m’a été d’une grande aide dans l’accès à cette documentation) et surtout des Araştırma Sonuçları Toplantıları, il apparait que plusieurs sites comparables – pour autant que l’on puisse en juger – sont répartis aléatoirement sur le territoire turc (Ceylan et al. 2008 ; Çörtük, Gümüş 2018 ; Türker 2015). Les exemples de comparaison les plus pertinents proviennent là encore des travaux du Paphlagonia Project, dans la province de Çankırı, avec douze sites fortifiés (Matthews et al. 2009, fig. 6.46) similaires à ceux de la Galatie voisine. Ainsi, il semble que les travaux de terrain de L. Vardar, en se concentrant sur l’Anatolie centrale autour d’Ankara, ont donné une image tronquée du phénomène, du fait de la qualité, de la longueur et de l’exhaustivité de ces prospections ; on pourrait croire à une surreprésentation de ces petits sites fortifiés sur le territoire galate alors que ce déséquilibre semble avant tout être un fait de recherche. Les prospections du Paphlagonia Project montrent que le nombre d’exemples de comparaisons augmente proportionnellement avec l’intensité des enquêtes de terrain. Il n’est donc pas possible de reconnaitre ce type de site fortifié comme un phénomène propre au territoire galate.

En outre, il convient de rappeler que cette analyse repose principalement sur la littérature grise disponible, une documentation faite de descriptions avec un vocabulaire propre rendant parfois difficile la compréhension précise de l’architecture observée. Les choix de vocabulaire posent problème, car d’un auteur et d’une langue à l’autre les descriptions ne donnent pas les mêmes indications ni le même niveau de précision. Le terme « pierre sèche » est un bon exemple de ce problème (voir par exemple l’emploi de ce terme dans Darbyshire et al., 2000) ; décrit-il tout type d’architecture sans mortier ? Seulement les architectures en emplecton ? Ou au contraire les murs pleins en blocs de gros volumes ? Il est difficile de le savoir. Une observation directe de ces différents sites avec une documentation précise et une harmonisation des termes employés serait nécessaire pour permettre une analyse plus rigoureuse de ce sujet.

Conclusion

Ce séjour au sein de l’Institut Français d’Études Anatoliennes d’Istanbul m’a offert l’accès à une documentation princeps complète qui m’a permis d’analyser et tester l’hypothèse des Galates « seigneurs des Forts ». À la suite de cette analyse, il semble nécessaire de retirer – au moins temporairement – les petits sites fortifiés d’Anatolie centrale du registre des données liées aux présences galates dans la région. L’analyse des données disponibles révèle que ces sites ne sont pas spécifiques au territoire estimé de la Galatie et qu’ils sont loin d’être aussi similaires que ne l’avance la littérature. Tant au regard de l’architecture que des phases d’occupations révélées par la céramique, il semble préférable de les attribuer à des phénomènes historico-culturels plus récents. In fine, seuls les sites relevant d’une architecture proprement hellénistique peuvent éventuellement être corrélés aux établissements galates ; ceux-ci s’avèrent trop peu nombreux pour soutenir l’idée d’une territorialisation de grande ampleur basée sur une dispersion des élites galates s’établissant dans des forts pour se protéger d’un état de guerre endémique propre à cette société celtique. Ce fait social serait, du reste, lui aussi à discuter. Des fouilles archéologiques plus avancées seraient désormais nécessaires pour préciser la chronologie de ces sites et leur fonction. L’étude des modes d’occupation du territoire par les Galates en Anatolie doit se poursuivre, entre autres, par le croisement des données avec d’autres sources, notamment l’analyse étymologique des toponymes celtiques connus grâce à l’épigraphie et aux sources littéraires.

Bibliographie

Sources primaires

NB : Toutes les sources littéraires citées ici sont issues de la Collection Universitaire de France.

Cicéron, Discours. Tome XVIII : Pour Marcellus – Pour Ligarius – Pour le roi Déjotarus, collection des universités de France Série latine – Collection Budé, n°138, 1952, Texte établi et traduit par : Marcel Lob.

Strabon, Géographie. Tome IX : Livre XII, Collection des universités de France Série grecque – Collection Budé, n°280, 1981, Texte établi et traduit par : François Lasserre

Tite-Live, Histoire romaine. Tome XXVIII : Livre XXXVIII, collection des universités de France Série latine – Collection Budé, n°259, 1982, texte établi et traduit par : Richard Adam.

Articles et ouvrages

Adam, Jean-Pierre, 1982, L’architecture militaire grecque, Grands manuels Picard, Paris, Picard, 263 p.

Baray, Luc, 2017, De Carthage à Jéricho. Mythes et réalités du mercenariat celtique (Ve-Ier siècle a.C.), Scripta antiqua 98, Bordeaux, Ausonius Editions, 470 p.

Ceylan, Alpaslan, Bingöl, Akın, Topaloğlu, Yasin, 2008, « 2007 Yılı Erzincan, Erzurum, Kars ve Iğdır İlleri Yüzey Araştırmaları », Araştırma Sonuçları Toplantıları, 26.2, p. 133-150.

Çörtük, Ufuk, Gümüş, Şahin, 2018, « Muğla Menteşe İlçesi Pisye – Pladasa Koinonu Yüzey Araştırması – 2017 », Araştırma Sonuçları Toplantıları, 36.3, p. 467-492.

Darbyshire, Gareth, Mitchell, Stephen, Vardar, Levent, 2000 « The Galatian Settlement in Asia Minor », Anatolian Studies, 50, p. 75-97.

Doğanay, Osman, 2016, « Zengibar Kalesi (İsaura) 2010-2015 Yılları Yüzey Araştırmaları: İlk Sonuçlar ve Düşünceler », idil, 5.21, p. 389-409.

Mannien, Marijn, 2019, ‘Belonging’ to the Hellenistic world: The ‘Galatian’ Fortifications of Central Anatolia in the Local and Global Hellenistic-Roman Context, mémoire de master préparée à l’université de Leiden, sous la direction de Miguel John Versluys, 116 p.

Matthews, Roger, Metcalfe, Michael, Cottica, Daniela, 2009, « A Landscape of Conflict and Control: Paphlagonia during the Second Millenium BC », in Glatz, Claudia, Matthews, Roger (eds.), At Empires’ Edge: Project Paphlagonia, p. 107-199.

Matthews, Roger, Pollard, Tom, Ramage, Michael, 1998, « Project Paphlagonia: regional survey in northern Anatolia » in Matthews R. (éd.), Ancient Anatolia, London, British institute of archaeology at Ankara, p. 195-206.

Mitchell, Stephen, 1993 [20013], Anatolia: land, men, and gods in Asia Minor. Volume I, The Celts in Anatolia and the impact of Roman rule, Oxford, Clarendon press, 266 p.

Mitchell, Stephen, 1974, « Blucium and Peium: The Galatian Forts of King Deiotarus », Anatolian Studies, 24, p. 61-75.

Mitchell, Stephen, French, David, Greenhalgh Jean, 1982, Regional Epigraphic Catalogues of Asia Minor 2. The Inscriptions of North Galatia, British Institute of Archaeology at Ankara monograph n°4, Oxford, B.A.R, 461 p.

Oğuz, Remzi, 1934, « Karalar Hafriyati », Türk Tarih, Arkeologya ve Etnografya Dergisi, 2, p. 102-167.

Strobel, Karl, 2002, « State Formation by the Galatians of Asia Minor. Politico-Historical and Cultural Processes in Hellenistic Central Anatolia », Anatolica, 28, p. 1-46.

Türker, Ayşe, 2015, « An Archaeologiccal Survey of the Early Christian-Byzantine Period on the Valleys that Reached the Hellespont: 2014 Research », Araştırma Sonuçları Toplantıları, 33.1, p. 301-324.

Ulusoy, Derya, 2006, Archaeology of the Galatians at Ancyra from the Hellenistic Period through the Roman Era, mémoire de master préparée à la Middle East Technical University, sous la direction de Burcu Erciyas, 118 p.

Vardar, Levent Egemen, Vardar Akyürek, Nalan, 1997, « Galatia bölgesi kaleleri/yerleşmeleri yüzey araştırması : Ankara ili 1996, Araştırma Sonuçları Toplantıları, 15.1, p. 245-279.

Vardar, Levent Egemen, Vardar Akyürek, Nalan, 1998, « Galatia bölgesi kaleleri/yerleşmeleri yüzey araştırması : Ankara ili, 1997, Araştırma Sonuçları Toplantıları, 16.1, p. 287-295.

Vardar, Levent Egemen, Vardar Akyürek, Nalan, 1999, « Galatia bölgesi kaleleri/yerleşmeleri yüzey araştırması : Ankara ili, 1998, Araştırma Sonuçları Toplantıları, 17.1, p. 163-168.

Vardar, Levent Egemen, Vardar Akyürek, Nalan, 2000, « Galatia bölgesi kaleleri/yerleşmeleri yüzey araştırması : Ankara ve Kırıkkale illeri, 1999, Araştırma Sonuçları Toplantıları, 18.2, p. 237-256.

Vardar, Levent Egemen, 2001, « Galatia bölgesi kaleleri/yerleşmeleri yüzey araştırması : Ankara ve Bolu illeri, 2000, Araştırma Sonuçları Toplantıları, 19.1, p. 297-308.

Vardar, Levent Egemen, 2002, « Galatia bölgesi kaleleri/yerleşmeleri yüzey araştırması : 2001, Araştırma Sonuçları Toplantıları, 20.2, p. 203-232.

Vardar, Levent Egemen, 2003, « Galatia bölgesi kaleleri/yerleşmeleri yüzey araştırması : Ankara ve Eskişehir illeri, 2002, Araştırma Sonuçları Toplantıları, 21.2, p. 117-132.

Vardar, Levent Egemen, 2005, « Galatia bölgesi kaleleri/yerleşmeleri yüzey araştırması : Ankara ve Kırıkkale illeri, 2004, Araştırma Sonuçları Toplantıları, 23.1, p. 267-282.

Vardar, Levent Egemen, 2006, « Galatia bölgesi kaleleri/yerleşmeleri yüzey araştırması : Ankara ili, 2005, Araştırma Sonuçları Toplantıları, 24.2, p. 79-100.

Vardar, Levent Egemen, 2007, « Galatia bölgesi kaleleri/yerleşmeleri yüzey araştırması : Ankara ve Eskişehir illeri, 2006, Araştırma Sonuçları Toplantıları, 25.3, p. 453-468.

Yörükan, Güneş, 2009, A Study on Celtic/Galatian impacts on the Settlement Pattern in Anatolia before the Roman Era¸ thèse de doctorat préparée à la Middle East Technical University, sous la direction de Sevgi Aktüre, 257 p.

La présence iranienne à Istanbul

Estimée à 126 640 individus en 2020, la communauté iranienne en Turquie se distingue par une présence ancienne, et la ville d’Istanbul est une destination privilégiée. Initiés par les migrations des Azéris d’Iran, ces flux ont été soutenus par une augmentation constante du nombre de réfugiés politiques, puis par les migrations économiques. La communauté iranienne d’Istanbul est aujourd’hui extrêmement diverse : aux membres historiques s’ajoutent de nouveaux arrivants cherchant à s’installer pour des raisons économiques ou politiques en Turquie et des Iraniens de passage qui, bien que touristes, cherchent à profiter du marché économique turc.

Une présence historique marquant l’urbanisme

La présence iranienne à Istanbul a historiquement marqué le paysage urbain, au sein duquel deux lieux méritent une présentation approfondie : le cimetière iranien d’Üsküdar et la mosquée iranienne du Valide Han, située au centre du plus grand caravansérail, occupé par les marchands iraniens à l’époque ottomane. Historiquement, la présence iranienne à Istanbul se renforce en parallèle de l’établissement de liens diplomatiques entre l’Empire perse et la Sublime Porte : alors que jusqu’aux années 1840 aucune ambassade perse n’était présente de manière permanente, la fin du règne du sultan Mahmud II (1808-1839) coïncide avec l’établissement définitif de diplomates iraniens à Istanbul, et le premier d’entre eux, Mirza Sayyid Jafar Khan, s’illustre notamment par la conclusion de traités avec la Hollande et la Belgique. Selon le consul perse en poste à Istanbul entre 1918 et 1923, Khan Malek Sasani, la communauté perse compte au milieu du XIXe siècle 16 000 individus, dont 80 % d’origine azérie. Ceux-ci, formés pour la plupart de marchands de tapis, soie, livres, forment un « lobby » économique puissant.

Dans le paysage stambouliote, le Valide Han apparaît comme central historiquement pour la communauté perse. Situé au centre du bazar, ce lieu de repos et d’échange n’est pourtant pas initialement destiné aux marchands iraniens. Selon Evliya Çelebi1, il est construit sur demande de la mère (valide) du sultan Murad IV (1623-1640), Kösem Mahpeyker Sultan et est un waqf de la mosquée2 d’abord sunnite. L’époque de la chiisation de la mosquée est incertaine, il est cependant probable que celle-ci se soit faite progressivement avec l’installation des marchands iraniens, et dès le milieu du XIXe siècle, les célébrations d’Ashura y sont organisées. La première mosquée en bois construite au XIXe siècle et brûlée en 1946 est remplacée en 1951 par une mosquée en pierre. Une plaque située à l’entrée de la salle de prière rappelle le rôle joué par Hacı Mehmet Naki Şefizade, qui a permis cette reconstruction.

Le caravansérail l’entourant est représentatif de l’architecture commerciale de l’époque et a subi plusieurs modifications afin de s’adapter à l’augmentation des flux commerciaux. Néanmoins, le Valide
Han ne rassemble aujourd’hui que des commerces turcs, la mosquée demeurant la seule trace de l’importance de ce lieu pour la communauté iranienne d’Istanbul.

En 1953, la mosquée est réouverte au public, lors d’une cérémonie présidée par le Premier ministre turc. Sa gestion, au même titre que celle du cimetière iranien d’Üsküdar, est confiée à l’association Türkiye İranlılar Hayır Derneği, connectée au consulat iranien d’Istanbul. Cette proximité s’avère délicate, et dans les années 1990, la mosquée est au centre d’une polémique mettant en avant ses liens étroits avec la République islamique d’Iran, et apparaît davantage comme mosquée « iranienne » que « chiite ». Téhéran joue en effet un rôle prépondérant dans le choix des dirigeants, qui entretiennent des liens étroits avec les cercles rapprochés de l’Ayatollah Khomeini entre 1992 et 1993 et sont expulsés de Turquie pour espionnage.

Depuis, la mosquée conserve un rôle pivot pour la communauté iranienne et plus largement dans les relations entre les deux pays. Le responsable actuel, Hojjat ul-Islam Farid Asr, interviewé au sein de la mosquée le 23 juin 2021, illustre cette proximité entre la mosquée et le pouvoir idéologique iranien. En poste depuis sept ans, il a suivi un parcours relativement classique, diplômé à Tabriz puis dans les séminaires de Qom. Il explique que le gouvernement iranien limite son soutien au seul envoi de clercs, le fonctionnement de la mosquée reposant sur les fidèles, tous Iraniens mais possédant désormais la nationalité turque. Les activités de la moquée sont cependant dépendantes du fonctionnement du bazar : celle-ci étant située à l’intérieur d’un caravansérail au centre du bazar, elle ne peut fonctionner en dehors des heures d’ouverture de celui-ci. Les plus importants événements religieux tels que le Ramadan, Ashura, les funérailles et les naissances sont maintenus, mais les enfants ne peuvent prendre part aux activités religieuses et pédagogiques, la plupart habitant trop loin. Selon le responsable, la mosquée a un positionnement quiétiste, et se veut éloignée de toute mouvance politique, malgré une proximité évidente de Téhéran, matérialisée par les affiches et bannières disposées à l’intérieur.

Une seconde inscription commémore l’aide apportée par le consulat iranien (durant le mandat du consul Seyyed Kemal Yassini), le ministère des Affaires étrangères iranien, les organisations du waqf et plusieurs Iraniens à la rénovation de 2006 :

“به یاری و لطف خداوند کاشی کاری محراب و کتیبه های این مسجد تاریخی ایرانیان به اهتمام و نظارت سرکنسولگری جمهوری اسلامی ایران در استانبول در دوره سرکنسولی آقای سید کمال یاسینی و با سرمایه خیر و همیاری معنوی وزارت امور خارجه و سازمان اوقاف و امور خیریه جمهوری اسلامی ایران و مشارکت تنی چند از ایرانیان نیکوکار به انجام رسید”.

Rétrospectivement, Farid Asr souligne l’impact des évolutions politiques turques sur la vie de la communauté, et souligne qu’à ses yeux, l’arrivée au pouvoir de l’AKP a été un signal positif pour les fidèles de la mosquée et pour les chiites de Turquie plus largement.

Le second lieu central pour la communauté iranienne est le cimetière iranien d’Üsküdar. Celui-ci apparaît comme plus récent, la plus ancienne tombe datant de 1160 (1747-1748). Celui comporte également une mosquée, attenant la Ghassalkhaneh, dont la configuration et l’environnement rappelle les Emamzadeh iraniens.

La ghassalkhaneh a été construite au milieu du XIXe siècle, ainsi que les bases de la future mosquée, par Junayd Ali Tajir Khuyi, issu d’une famille de marchands comme son nom l’indique. La mosquée Seyyid Ali Deresi construite à la fin du XIXe siècle surplombe l’ancienne Ghassalkhaneh, et le mihrab a été spécialement apporté d’Iran en 1933-34. La spécificité du cimetière transparaît dans la stylistique des stèles. Bien que beaucoup suivent la tradition ottomane (dressées), la majorité sont des stèles couchées, adoptant parfois un style hybride mêlant stèle couchée avec un épitaphe en persan et stèle dressée surmontée d’une coiffe, et comportant une inscription en arabe ou en turc ottoman. La partie la plus ancienne du cimetière regroupe une majorité de stèles datant du XIXe siècle, mais beaucoup sont aujourd’hui enfouies sous le sol, rendant une observation complète difficile.

D’autres stèles plus récentes mettent en avant des personnalités importantes pour la communauté iranienne d’Istanbul, tel Abdülbâki Golpınarlı, (1900-1982) de son vrai nom Mustafa İzzet Bâkî, historien de la littérature iranienne et traducteur entre autres du mesnevi de Rumi. Ziver Ziyathan est une autre figure clef de la communauté : né en 1916 à Tbilissi, fils de l’ambassadeur d’Iran, il émigre pendant la révolution russe à Istanbul et travaille jusqu’à sa mort à l’école iranienne d’Istanbul.

Les plaques commémoratives sur les murs de la mosquée mettent là aussi en avant le rôle prépondérant de l’association des Iraniens de Turquie (Türkiye İranlılar Hayır Derneği). Elles listent l’ensemble des fondateurs, présidents et responsables engagés dans l’entretien et le fonctionnement du cimetière et de la mosquée. Y figurent ainsi les noms d’Abdül Hüseyin Ehrabi, Yaşar Ali Şinasi et Riza Leki, tous d’anciens présidents de l’association.

Dynamiques contemporaines : une attractivité renouvelée

Aujourd’hui encore, la Türkiye İranlılar Hayır Derneği garde un rôle de premier plan, mais les associations et organisations regroupant les Iraniens se sont multipliées. La Türkiye İranlılar Hayır Derneği a été fondée en 1945 par İsmail Kasımzade, Hamit Terakkiperver et Ali Halili, et son siège se trouve dans le quartier de Kadiköy. En l’absence de disposition claire sur son statut, elle se trouve sous le régime de la loi n° 2908 et du premier chapitre du code civil turc. Tel que présenté dans sa charte, son but est essentiellement de développer des activités caritatives en faveur des Iraniens d’Istanbul, notamment : fournir une assistance aux plus défavorisés, couvrir les frais de voyage de ceux souhaitant s’installer en Iran, assurer l’entretien de la mosquée et des stèles du cimetière iranien d’Üsküdar, gérer et entretenir les biens immobiliés alloués au waqf par les Iraniens en Turquie. Le président actuel, Mehmet İbrahim Burhanettin, est le membre le plus ancien de l’association, et a une trajectoire classique : né en 1930 dans la province iranienne d’Azerbaïdjan oriental, il émigre à Istanbul en 1949 et développe un commerce de caoutchouc. Homme d’affaire respecté, il conserve des liens avec sa région d’origine, construisant par exemple deux lycés pour filles dans sa ville natale. Plusieurs membres de l’association ont des parcours similaires, émigrant en Turquie pour les études ou au début de leur carrière professionnelle, tel le Docteur Mehdi Sasani, neurochirurgien originaire de Tabriz ou Cafer Abbasoğlu, chirurgien originaire d’Azerbaïdjan oriental et membre du conseil d’administration de l’association en 2021. Seyed Mohammed Kazem Massoumi, originaire de la province de Kermanshah, ancien professeur puis directeur de l’école primaire iranienne d’Istanbul (Dabestan-e Irani) puis interprète pour l’attaché culturel du consulat général d’Iran à Istanbul, est un autre membre important de l’association, particulièrement engagé dans les activités pédagogiques. L’association compte donc un grand nombre d’avocats, d’hommes d’affaires et d’industriels et publie chaque année un bilan financier, permettant de rendre compte de ses dépenses mais aussi de l’origine de ses revenus. Selon le bilan établi au 31 décembre 2020, les cotisations des membres ne représentent qu’une part minime des revenus de l’association (66 250 sur 1 376 772,84 livres) comparés aux revenus bancaires (538 020,34) et aux dons (744 284). Les principales dépenses sont les prestations de subsistance (250 475), celles liées au personnel (143 632,63) puis viennent l’aide à la demande (16 850), les dépenses liées à la mosquée (22 454) et à la fondation Seyyid Ahmet (11 000). L’association verse aussi chaque année un don au Mehmetçik Vakfı, fondation créée le 17 mai 1982 pour fournir un soutien social et économique aux parents de soldats turcs décédés, aux anciens combattants et aux blessés.

Aux côtés de cette association historique, d’autres associations plus récentes ont vu le jour. L’association İranlılar Kültür ve Dayanışma Derneği (انجمن فرهنگی حمایت از ایرانیان) a été créée en 2018, fédérant d’abord des artistes iraniens et les cercles artistiques turcs des galeries de Nişantaşı.

En addition des activités culturelles originelles, l’association a développé des activités visant à aider les immigrants iraniens, avec le soutien de la municipalité, du ministère de l’Intérieur et du ministère de l’Éducation turc. L’association compte désormais huit agences couvrant plusieurs domaines et ciblant toute la diversité des besoins des Iraniens d’Istanbul : publicitaire, touristique, immobilier, artistique, commercial… L’association entend donc se limiter strictement aux activités culturelles et sociales, sans revendiquer d’appartenance politique ou religieuse. L’agence immobilière répond ainsi à la demande croissante des immigrants iraniens récents, qui veulent obtenir la résidence puis la nationalité turque par investissement immobilier. L’agence commerciale ICA s’adresse davantage aux Iraniens désireux de créer et d’enregistrer une entreprise en Turquie dans le cadre de la législation de 2003. L’association propose aussi un large choix de cours, gratuits pour ses membres : préparation de la certification de langue turque Tömer, classes d’anglais, d’arts plastiques, de programmation et d’informatique, de commerce international et de finance… Sous l’égide de l’association se sont aussi développés plusieurs clubs, regroupant les membres selon leurs centres d’intérêt sportifs et culturels.

Ce développement d’agences s’observe plus particulièrement depuis le début des années 2000 et s’est effectué en parallèle des évolutions du droit de la nationalité turc. La Turquie est pour les Iraniens un des seuls pays accessible sans visa, et l’acquisition de la nationalité turque, notamment par investissement permet l’accès à plus de 114 pays sans visa préalable. Par ailleurs, la Turquie bénéficie d’une bonne image et d’une proximité indéniable avec l’Iran, point qui revient régulièrement dans les entretiens. Pour les étrangers, l’achat d’une propriété d’une valeur de 250 000 dollars, l’investissement ou la création d’entreprise employant au moins 50 personnes sont des conditions permettant l’accès à la résidence puis à la nationalité turque. Le marché de l’immobilier en Turquie a ainsi atteint un volume de 35 milliards de dollars en 2020 et Istanbul est devenue la première ville pour la vente d’immobilier aux étrangers, avec 58 488 ventes entre 2015 et 2020. C’est dans ce contexte de croissance soutenue qu’ont été créées de nombreuses agences, chacune ciblant un public étranger précis, comme le groupe Mars Global lancé en 2000, présent à la fois à Téhéran (Niavaran) et à Istanbul (Taksim), et spécialisé dans l’immobilier.

À côté de ces flux de migration à but d’installation, Istanbul compte de nombreux Iraniens de passage, en majorité des touristes des classes moyennes et supérieures, dont la part féminine n’est pas négligeable. En addition des facilités d’entrée, la Turquie est très attractive pour les Iraniens. Les artistes de la diaspora y organisent régulièrement des concerts, les séries télévisées retransmises à la télévision iranienne font la promotion de la culture et de la mode turque. Au sein des touristes se trouvent les adeptes du « trabendo » : majoritairement des femmes, très présentes autour d’Istiklal, Osmanbey et dans les grands centres commerciaux, elles se rendent à Istanbul pour acheter des vêtements et cosmétiques turcs, ultérieurement revendus en Iran à leur clientèle ou à leur cercle amical. Ces flux ont aussi un intêrêt pour les marques puisqu’ils leur permettent de se faire connaître sur un marché inacessible sans dépense publicitaire ou de marketing.

  1. Seyahatname-i Evliya çelebi, 1314/1896-97, Istanbul, I, p. 325. []
  2. Hûseyin Ayvansarayı, Hadikat ül-cevami’, Istanbul, 1281/1864-65, I, p. 218. []

Note biographique sur François Lenormant (Paris 1837-1883)

Cite this article as: Chloé Québriac, "Note biographique sur François Lenormant (Paris 1837-1883)," in Dipnot, 31/05/2021, https://dipnot.hypotheses.org/2483.

« Archéologue maudit »1, « érudit déconcertant »2, « copiste primé par l’Académie française »3, François Lenormant ne manque pas d’attirer l’attention par les surnoms mystérieux dont l’affublent ceux qui s’y intéressent. Sans doute trop méconnu, l’étude de ce personnage mérite pourtant d’être menée, au moins pour savourer les paradoxes qui règnent autour de celui-ci. Car s’il semble au premier abord avoir mené une vie et une carrière scientifique somme toute classiques pour l’époque, elle mérite d’être rappelée. Par ailleurs, une étude plus approfondie de son œuvre met en lumière une multitude de « fautes scientifiques » qui ne manquent pas de surprendre tant par leur nombre que par leur audace lorsqu’elles se révèlent être des véritables œuvres de faussaire. François Lenormant, on le verra, est un homme paradoxal qui sera toute sa vie à la fois sujet aux plus franches louanges et cible des critiques les plus acerbes.

Figure 1 : Portrait de Charles Lenormant en 1830, par Pierre-Jean David (médaillon sculpté conservé au musée du Louvre) https://collections.louvre.fr/ark:/53355/cl010090685

Ses parents, Amélie Cyvoct et Charles Lenormant

L’environnement savant dans lequel baigne François Lenormant et son éducation exigeante lui assurent un brillant avenir scientifique. Il naît à Paris en janvier 1837. Sa mère est Marie-Joséphine Cyvoct (1804-1894), renommée Amélie Cyvoct par sa tante, la célèbre Juliette Récamier, le jour de son adoption en 18104. Amélie Cyvoct restera toute sa vie très proche de Juliette Récamier, pour preuve, elle publiera un journal intime et les correspondances qu’elle eut avec sa mère adoptive5. Elle épouse Charles Lenormant (1803-1859) (figure 1) en 1826, et donne neuf ans plus tard naissance à leur fils, François.

À la naissance de François, son père, Charles Lenormant est un archéologue et numismate français, professeur au Collège de France et conservateur au Cabinet des antiques et des médailles de la Bibliothèque nationale ; c’est un universitaire et scientifique reconnu par ses pairs, loué pour son intelligence et son infatigable sens du travail. François Lenormant grandit ainsi dans un environnement qui le pousse très jeune à étudier. Son père évoque à l’ouverture d’un de ses cours, ce qui représente pour lui l’archéologue idéal. Celui-ci serait un homme « ne s’arrêtant pas aux étude classiques, élevé au milieu des monuments aussi bien que des livres, ne négligeant aucune des branches de la philologie ou de l’histoire, s’initiant d’un côté aux parties les plus neuves de l’archéologie par l’intelligence des écritures de l’Égypte et de l’Orient, et, de l’autre, se rompant aux problèmes les plus ardus et les plus délicats de la connaissance de l’antiquité, par la complète possession de la science numismatique ». C’est cette voie qu’il trace pour son fils, qui s’y engage sans réticence. François Lenormant fait preuve d’une grande précocité : dès l’âge de quatorze ans, il réalise et publie une étude de tablettes grecques découvertes à Memphis6. De fait, son père, qui travaille au Cabinet des médailles et antiques, l’initie tôt à ses propres recherches, le fait suivre des études rigoureuses, et notamment les cours de Jules Oppert à l’École nationale des langues orientales. En 1857, à vingt ans, il est primé par l’Académie des inscriptions et belles-lettres au concours de numismatique pour son catalogue descriptif d’une collection privée de monnaie7. La même année, il obtient sa licence en droit8. Outre la théorie, François Lenormant pratique jeune, il voyage tôt. D’abord avec son père au Royaume-Uni en 1855 puis en Italie en 1858. En 1859, ils partent ensemble pour la Grèce, et y visitent le site d’Eleusis. Charles Lenormant décède pendant le voyage, à 56 ans.

Quelques mois plus tard, en 1860, à vingt-trois ans, François Lenormant retourne à Eleusis mais dans un nouveau contexte : il se voit chargé des fouilles archéologiques du site. Sa mère l’y accompagne. Celle-ci correspond régulièrement avec le proche ami de son défunt époux, le Baron Jean de Witte, et y décrit leur voyage9. De Witte devient par la suite l’ami et le protecteur de François Lenormant jusqu’à sa mort, ils fonderont ensemble la Gazette archéologique : recueil de Monuments pour servir à la connaissance et à l’histoire de l’art antique (1865-1887) (figure 2).

Figure 2 : La Gazette archéologique, recueil de connaissances pour servir à la connaissance et à l’histoire de l’art antique, François Lenormant et Jean de Witte, 1878. http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb32780075d

Vingt ans de carrière scientifique riche en voyages

Dans les années 1860, François Lenormant est ainsi déjà un scientifique productif et établi. En 1862, il est nommé sous-bibliothécaire de la Bibliothèque de l’Institut de France, et le reste jusqu’en 1872. Il continue de voyager. En 1860, alors qu’il débute ses fouilles à Eleusis, il abandonne le chantier et part pour la Syrie et le Liban alors en crise et où les chrétiens sont massacrés10. Il y reste jusqu’à que les délégations françaises arrivent sur place11. Fin juin 1860, avant son arrivée en Syrie, il passe par Smyrne (figure 3)12, mais rédige dès juillet 1860 rédige des nouvelles de Syrie pour Le Correspondant13. Il va ensuite au Liban et revient à Athènes en octobre 1860. Il fouille Eleusis jusqu’en 1863. Il ne conduit ensuite plus de fouilles mais se voit confier des missions d’exploration à partir de 1866 en Grande Grèce, soit en Italie du Sud et particulièrement à Tarente. En octobre 1869, il part plusieurs mois pour l’Égypte et publie les recherches en archéologie égyptienne qu’il y mène14. Lors de son voyage, il assiste à l’inauguration du Canal de Suez en novembre, invité par le pouvoir impérial dans le cadre de ses fonctions à l’Institut15. En mai 1874, il est nommé « professeur d’archéologie » auprès de la Bibliothèque Nationale, et le sera jusqu’à sa mort. Cette dernière intervient à la suite de son dernier voyage en Grande Grèce en 1882, il y contracte une maladie qui le contraint à rentrer en France et provoque sa mort un an plus tard16.

Figure 3 : Monnaie royale de la Lydie, François Lenormant, 1876, disponible librement https://gallica.bnf.fr/ark :/12148/bpt6k62012740

Le paradoxe d’un homme, érudit reconnu et fraudeur connu

Figure 4 : Inscriptions runiques franques, d’après Charles Lenormant, disponible dans Les fraudes en archéologie préhistorique, page 359, d’André Vayson de Pradenne1, sur https://gallica.bnf.fr/ark :/12148/bpt6k9763449q

De son œuvre, il faut remarquer que ses très nombreuses publications permirent des avancées remarquables dans un certain nombre de domaines. Il est un homme de science reconnu en France mais aussi à l’étranger, et spécialement en Italie17. Les fouilles d’Éleusis de 1860 furent en premier lieu une source abondante de publications18. Puis, à partir de 1865, François Lenormant, outre ses études sur l’antiquité classique, se tourne vers les antiquités orientales. Élève de Jules Oppert, ils deviennent ensuite collaborateurs, sinon amis19. Ils travaillent ensemble à la création d’une carte de Babylone20. Lenormant publie en 1881 un Manuel d’histoire ancienne de l’Orient, jusqu’aux guerres médiques, bien reçu par la critique et traduit en plusieurs langues. Lors du grand débat qui agita la communauté scientifique dans la seconde moitié du XIXème, il est un des premiers avec Jules Oppert à reconnaitre dans les écritures cunéiformes nouvellement découvertes l’existence d’une langue non sémite qu’il nomme « akkadien », appelée ensuite « sumérien »21. Il est en outre, comme père, un passionné de numismatique antique. Son ouvrage Monnaies et Médailles de 1883 est une référence, disponible en plusieurs langues22. Malgré tout, certaines publications de François Lenormant sont, dès leur parution, controversées pour leur manque de rigueur. Au sujet de ses dernières publications sur la Grande Grèce, Georges Perrot (1832-1914) écrit

« il dit dans sa préface que les gens du métier retrouveront facilement, s’il leur en prend fantaisie, tous les textes anciens sur lesquels s’appuie son exposition, et il n’en indique aucun. Il n’y a pas d’un bout à l’autre de l’ouvrage une seule note »

Perrot, « La Grande Grèce »

François Lenormant répondra en 1881,

« il y a un peu de pêle-mêle dans ce livre, comme l’amène naturellement la succession des localités que j’y passe en revue »

Lenormant, La Grande-Grèce

Là où ses détracteurs voyaient salmigondis, il y voyait de légères bigarrures. Cette « flegme » serait recevable si elle constituait l’unique exemple d’un manque de rigueur scientifique dans la carrière de François Lenormant. Cependant, cet exemple est loin d’être unique.

Une première mystification à 17 ans

Car s’il est un homme de science confirmé, il faut désormais s’attacher à comprendre en quoi François Lenormant est, aussi, un homme « déconcertant », « maudit », ou tout du moins, paradoxal. Il est nécessaire de reprendre sa biographie au début de sa vie. A quatorze ans, donc, il publie une étude sur des tablettes grecques de Memphis. À dix-sept ans, il s’illustre publiquement à une autre occasion, lors de « l’affaire dite de la Chapelle-Saint-Éloi ». Un article de Luce Pietri de 1970 relate en détail cet épisode23.

Le 25 octobre 1854, Charles Lenormant présente devant les membres de l’Institut une découverte que lui et son fils François viennent de faire près de leur maison de campagne dans l’Eure. Il annonce avoir découvert un village antique, un cimetière mérovingien, un baptistère, un grand nombre d’antiquités où figureraient des inscriptions chrétiennes en latin mais aussi des « runes franques » (figure 4) évoquant des références chrétiennes24. Si ces découvertes suscitent au premier abord surprise et louanges, les réactions deviennent ensuite seulement surprises puis franchement perplexes, d’autant que ces annonces sont celles d’un scientifique reconnu. La Société libre d’agriculture, sciences, arts et belles-lettres de l’Eure dénonce la première ce qu’elle estime être une supercherie des Lenormant25. Des voix expertes aussi mettent en doute ces découvertes qui paraissent incohérentes sinon invraisemblables26. Les Lenormant n’en apportent d’ailleurs aucune preuve matérielle. Ceux-ci se défendent de toute fraude et François Lenormant publie en 1855 « De l’authenticité des monuments découverts à la chapelle Saint-Éloi » dans le journal de son père, le Correspondant27. Finalement, la fraude est établie et il apparait aujourd’hui que le jeune François Lenormant en est bel et bien l’auteur et que son père s’est volontairement laissé prendre à la supercherie, celle-ci confortant ses propres recherches scientifiques28. Cet épisode est important car il est le premier d’une longue série « d’incidents » dans la vie de François Lenormant. En 1864, François Lenormant publie un article titré « Inscription grecque d’Antandros » (figure 5) en Troade29. En 1865, un article sur des inscriptions à Pholégandros30. Il s’avère que ces deux articles reprennent, en fait, sciemment, des inscriptions inventées par un faussaire très célèbre à l’époque, le Grec Constantin Simonides (en les « corrigeant » même parfois), qui a déposé des facs-similés en personne à la Bibliothèque de l’Institut.

Figure 5 : « Fac-similé » de la fausse inscription d’Antandros imaginée par Simonides (1861) et remise en circulation par François Lenormant, disponible dans l’article d’Olivier Masson de 1993.

Un faussaire aguerri

En 1866, 1867, et 1868, François Lenormant publie ainsi un nombre considérable de fausses inscriptions grecques, savamment mêlées à des authentiques, et peu remises en question. De fait, il est parfois complexe de différencier faux et authentiques : les inscriptions de Zante (Zakynthos) seront reconnues comme authentiques alors qu’insérées entre des fausses. En 1868, François Lenormant publie ce qui est peut-être sa dernière falsification dans un article de la Revue Archéologique31. À propos de la formation de l’alphabet grec, il signale une lacune dans l’étude de l’alphabet achéen (chapitre X). Il écrit néanmoins à ce sujet que « plus heureux que nos prédécesseurs, nous pouvons aujourd’hui combler cette lacune en insérant ici un texte épigraphique inédit, découvert tout récemment aux environs de Patras et dont une copie nous a été communiquée par un jeune homme de cette ville, M. Kondogouris ». Toutefois, ces inscriptions sont impossibles, et ses contemporains ne manquent cette fois pas de le remarquer32. De fait, dans les années 1870-1880, plusieurs scientifiques allemands se mettent en quête de recenser ces fraudes jusqu’alors passées inaperçues. En 1882, l’historien allemand Röehl publie « Franciscum Lenormant Inscriptionum falsarium », où il relève pas moins de quatorze fraudes dans les publications de François Lenormant33.

Figure 6 : Extrait de « Le Pays : journal des volontés de la France », sur Gallica, 21 décembre 1869. Au sujet de la découverte du Trésor d’Hildesheim, à gauche, le texte d’Henry Lavoix publié au Journal Officiel de l’Institut et à droite, le texte publié ensuite par Lenormant dans la Gazette des Beaux-Arts.

Des assertions douteuses

Outre ces falsifications, François Lenormant est aussi connu pour la confusion qui règne autour de certaines de ces publications, au point qu’elles paraissent parfois purement et simplement inventées. Notamment, à l’occasion de son voyage en Italie du sud à la fin de sa vie, ses publications sont extrêmement éclectiques, de l’alimentation calabraise aux manifestations du christianisme au XIXeme dans la chronique de saints locaux, en passant par des problématiques économiques et sociales comme la production de la pourpre tarentine depuis l’Antiquité ou les problèmes de brigandage dans la région. Certains ouvrages sont mal reçus ou avec perplexité et certains doutent de la véracité de certaines assertions34. Sabine Jaubert, dans son étude critique sur François Lenormant de 2014, évoque une autre raison pour laquelle ses contemporains se méfient de Lenormant, sa tendance, comme père avant lui, à mêler sa foi catholique à ses recherches scientifiques35. Déjà, il était possible de s’en rendre compte en 1860, lors de sa première fouille à Eleusis. Celles-ci sont menées dans la même optique que son père, soit démontrer que l’antiquité conduit à une formation culturelle aboutissant à la conscience chrétienne. Fidèle à ses paradoxes, il écrit pourtant lui-même : « je ne connais pas une science chrétienne et une science libre-penseuse ; je n’admets qu’une seule science, celle qui n’a pas besoin d’autre épithète, qui laisse de côté, comme étrangères à son domaine, les questions théologiques et dont les chercheurs de bonne foi sont les serviteurs, quelles que soient leurs convictions religieuses »36.

Des accusations de plagiat

Perçu comme un scientifique doué de beaucoup d’imagination, comme un inventeur, comme un scientifique influencé par sa foi, François Lenormant est, enfin, accusé d’être un plagieur. Le 3 décembre 1869, il est possible de lire dans Le Gaulois que « M. Lenormant, bibliothécaire de l’Institut, a publié un ouvrage intitulé Chef-d’œuvre de l’art antique, où l’on trouve non seulement des pages, mais des chapitres entiers de la Sculpture antique et moderne de MM. Louis et René Ménard »37. Un autre article vindicatif du 21 décembre 1869 du journal Le Pays est ainsi titré « Un prix de plagiat décerné par l’Académie Française » (figure 6)38. L’auteur de l’article se fait l’écho de plusieurs accusations de plagiat contre Lenormant. Henry Lavoix (1820-1892), conservateur en chef du Cabinet des Médailles, l’y accuse de plagier « des pages entières » de l’Abrégé d’histoire d’Égypte de François Auguste Ferdinand Mariette (1821-1881). L’accusation se concluant par un cinglant « je sais bien qu’en histoire il ne faut pas être inventeur, mais il ne faut pas non plus être COPISTE ». L’article se termine en outre par une liste des auteurs que Lenormant aurait plagié : « ainsi, les paons dont M. Lenormant a pris les plumes, sont : 1° M. Robiou ; 2° MM. Ménard ; 3° M. Mariette ; 4° M. Frœhner ; 5″ M. Munck ; 6° M. Ubicini ». Un constat virulent.

Érudit déconcertant ou homme de son temps ?

Faussaire, plagieur, inventeur et pourtant scientifique de premier ordre, François Lenormant ne cesse de déconcerter. Ses dates de voyages et leurs buts sont très difficiles à établir, ses convictions politiques et son rapport au Second Empire difficiles à cerner39. Était-il mythomane comme certains l’avancent ((Regnault, « Un savant mythomane, François Lenormant ».)) ? Il apparaît en tout cas qu’il n’était pas motivé par l’argent, ses faux n’ont pas un but lucratif. François Lenormant parait plutôt avoir mis ses grandes connaissances au service de ses propres recherches, en comblant des vides et en accréditant ses théories avec des éléments inventés. François Lenormant n’est d’ailleurs pas un cas unique et il s’inscrit dans le groupe des nombreux « fraudeur scientifique ». À la même époque, on connait Pierre Bouriant, le fils de l’égyptologue Urbain Bouriant (1849-1903), qui a lui aussi produit des faux en s’inspirant des travaux paternels, lors de l’affaire des faux-scarabée de Néchao40 ; ou encore Alexandre Du Mège (1780-1862), et l’affaire du « faux » de Nérac, dans lequel l’archéologue a produit des fausses inscriptions de bas-relief romains41.

Bibliographie

Bruwier, Marie-Cécile. « Destins égyptologiques croisés  : Alexandre Moret et Jean Capart ». Livres et archives de l’égyptologue Alexandre Moret (1868-1938) à Mariemont. Catalogue de l’exposition organisée au Musée royal de Mariemont du 24 mars au 2 juin 2000, p. 11-17., 2000. https://www.academia.edu/4963411/Destins_ %C3 %A9gyptologiques_crois %C3 %A9s_Alexandre_Moret_et_Jean_Capart.

De Lasteyrie, Robert. « Discours prononcé sur la tombe de M. François Lenormant le 11 décembre 1883 ». 1884, Imprimerie de G. Chamerot édition.

Delpont, H. Histoire d’une arnaque : Maximilien-Théodore Chrétin et l’empire de Tétricus. Narrosse : Albret, 2006.

François Jean Désiré Behr, François Lenormant. Description des médailles et antiquités composant le cabinet. Hoffman, 1857. http://archive.org/details/descriptiondesm00lenogoog.

Fromentin, Eugène. Voyage en Egypte de 1869  ; journal publié d’après un carnet manuscrit. Collection des textes rares ou inédits, 1935. https://gallica.bnf.fr/ark :/12148/bpt6k6573266q/texteBrut.

Jaubert, Sabine. « LENORMANT François  : étude critique  ; notice INHA ». In http://www.inha.fr. INHA, 31 mars 2014. Fr. https://www.inha.fr/fr/ressources/publications/publications-numeriques/dictionnaire-critique-des-historiens-de-l-art/lenormant-francois.html.

Kirchhoff, Adolf. Studien zur Geschichte des griechischen Alphabets. Berlin, Dümmler, 1877. http://archive.org/details/studienzurgeschi00kirc.

Lenormant, François. « De l’authenticité des monuments découverts à la chapelle Saint-Éloi ». Le Correspondant, septembre 1865.

———. « Inscriptions de Pholégandros ». Revue Archéologique I (1865) : 124‑28.

———. « Inscriptions grecques d’Antandros ». Revue Archéologique II (1864) : 49‑51.

———. La Grande-Grèce  : paysages et histoire. vol. 1‑2. Paris  : Lévy, 1881. http://archive.org/details/lagrandegrcepa01lenouoft.

———. « Les Massacres de Syrie ». Le Correspondant 50 (juillet 1860) : 601‑6.

———. Les Origines de l’histoire d’après la Bible et les traditions des peuple orientaux, tome 1  : De la création de l’homme au déluge. Paris : Maisonneuve, 1880.

———. « Lettre à M. Hase sur des tablettes grecques trouvées à Memphis ». Mémoire de l’Académie des inscriptions et belles-lettres. 1851.

———. Monnaies et médailles. A. Quantin, 1883.

———. Notes sur un voyage en Égypte. Paris : Gauthier Villard, imprimeur, 1870. https://gallica.bnf.fr/ark :/12148/bpt6k58041527.

———. « Origines et formation de l’alphabet grec, chapite X ». Revue Archéologique 1 (1868) : 189‑90.

Lenormant, François (1837-1883) Auteur du texte. Des Voies de recours, 1857. https://gallica.bnf.fr/ark :/12148/bpt6k5623569n.

———. Histoire ancienne de l’Orient jusqu’aux guerres médiques. Les Assyriens et les Chaldéens, 1881. https://gallica.bnf.fr/ark :/12148/bpt6k1104613.

« L’esprit des autres ». Le Gaulois, 3 décembre 1869.

Masson, Olivier. « François Lenormant (1837–1883), un érudit déconcertant ». Museum Helveticum 50, no 1 (1993) : 44‑60.

Oppert, Jules. « L’Immortalité de l’âme chez les Chaldéens ». In Annales de Philosophie chrétienne, vol. VIII, 1875. https://fr.wikisource.org/wiki/L %E2 %80 %99Immortalit %C3 %A9_de_l %E2 %80 %99 %C3 %A2me_chez_les_Chald %C3 %A9ens.

Perrot, Georges. « La Grande Grèce ». Revue Archéologique I (1881) : 189‑91.

Pietri, Luce. « La Chapelle Saint-Éloi ». Bulletin de la Société nationale des antiquaires de France, 1970, 45.

« Rapport sur la découverte d’un prétendu cimetière mérovingien à La Chapelle-Saint-Éloi par M. Ch. Lenormant ». Recueil des Travaux de la Société de l’Eure, 1855.

Regnault, Félix. « Un savant mythomane, François Lenormant ». Revue moderne de médecine et de chirurgie, 1933.

Roehl. « Franciscum Lenormant Inscriptionum falsarium ». Hermes, Zeischrift fur classische philologie 25 (1891) : 460.

Société Le Bugey. « Madame Récamier en Bugey ». Le Bugey, août 1923.

« Un prix de plagiat décerné par l’Académie française ». Le Pays  : journal des volontés de la France, 21 décembre 1869. https://gallica.bnf.fr/ark :/12148/bpt6k4678231w.

  1. Masson, « François Lenormant (1837–1883), un érudit déconcertant ». []
  2. Jaubert, « LENORMANT François  : étude critique  ; notice INHA ». []
  3. « Un prix de plagiat décerné par l’Académie française ». 1869 []
  4. Société Le Bugey, « Madame Récamier en Bugey ». []
  5. Elle publie d’autres ouvrages dont notamment un livre d’histoire, Esquisses historiques. Quatre femmes au temps de la Révolution en 1866. Un article décrit le style d’écriture de Mme Lenormant comme une « plume teintée de « bas-bleu » », qui serait le reflet de sa condition de « femme de professeur », témoignage supplémentaire peut-être de l’atmosphère très docte qui régnait chez les Lenormant, il s’agit de l’article Les oeuvres et les hommes, T. 13, Jules Barbey d’Aurevilly, 1860. []
  6. Lenormant, « Lettre à M. Hase sur des tablettes grecques trouvées à Memphis ». []
  7. François Jean Désiré Behr, Description des médailles et antiquités composant le cabinet. []
  8. Lenormant, Des Voies de recours. []
  9. Cette correspondance est conservée dans le fonds Jean De Witte des collections de la Bibliothèque de l’Institut de France, elle n’est malheureusement pas numérisée. []
  10. À cet égard, on peut noter son remarquable engagement pour la cause, il fait partie, au mois de mars 1861, du Comité pour les Chrétiens de Syrie, qui envoie au Sénat une pétition en faveur de ces derniers lors de la crise syrienne de 1860. []
  11. Durant tout son séjour, il rapporte ses témoignages syriens aux journaux français Il est l’auteur d’Une persécution du christianisme en 1860 : les derniers événements de Syrie, Paris, 1860, ou encore Histoire des massacres de Syrie en 1860, Paris, Hachette, 1861. []
  12. Il y aurait acheté des monnaies rares alors qu’il se trouvait à Nymphi et à Sardes. Dans son étude, Olivier Masson remet en doute ces acquisitions. []
  13. Lenormant, « Les Massacres de Syrie ». []
  14. Lenormant, Notes sur un voyage en Égypte. []
  15. Fromentin, Voyage en Égypte. []
  16. De Lasteyrie, « Discours prononcé sur la tombe de M. François Lenormant le 11 décembre 1883 ». []
  17. Dans les actes de la communication d’Olivier Massion de janvier 1994 sur François Lenormant, une des intervenantes évoque le fait qu’en « en Italie du Sud où Lenormant est l’objet d’un véritable culte, en raison de son ouvrage sur l’Italie méridionale ». []
  18. Il est possible de citer sa Monographie de la voie sacrée éleusinienne (1864), son Exposé des travaux exécutés à Éleusis pendant l’année 1860 publié dans la Gazette des Beaux-Arts (1862), ou encore Triptolème et les Grandes Déesses, bas-relief d’Éleusis dans la Revue archéologique (1867). []
  19. Oppert, « L’Immortalité de l’âme chez les Chaldéens ». []
  20. Lenormant, Histoire ancienne de l’Orient jusqu’aux guerres médiques. Les Assyriens et les Chaldéens., p. 408-409, 1883, T. IV []
  21. Contre, notamment, les violentes oppositions de Joseph Halévy (1827-1917). []
  22. Lenormant, Monnaies et médailles. []
  23. Pietri, « La Chapelle Saint-Éloi ». []
  24. En réalité, les inscriptions runiques transcrivant le franc, et en plus se référént à la culture chrétienne sont extrêmement rares, il semble que les seules occurences reconnues de runes franques soient l’inscription Bergakker et la boucle Borgharen. Cf. Tineke Looijenga, Two runic finds from The Netherlands – both with a Frankish connection, Barkhuis and Groningen University Library, 2013. []
  25. « Rapport sur la découverte d’un prétendu cimetière mérovingien à La Chapelle-Saint-Éloi par M. Ch. Lenormant ». []
  26. On peut lire dans une lettre inédite publiée dans le Bulletin de la Société des Antiquaires de Normandie p. 655-661, en 1963, qu’« à Paris, cependant, les milieux scientifiques, qui avaient gardé jusqu’alors un prudent silence, commençaient à s’émouvoir », voir l’article de Luce Pietri pour les événements en détail. []
  27. Lenormant, « De l’authenticité des monuments découverts à la chapelle Saint-Éloi ». []
  28. Masson, « François Lenormant (1837–1883), un érudit déconcertant ». []
  29. Lenormant, « Inscriptions grecques d’Antandros ». []
  30. Lenormant, « Inscriptions de Pholégandros ». []
  31. Lenormant, « Origines et formation de l’alphabet grec, chapitre X ». []
  32. Kirchhoff, Studien zur Geschichte des griechischen Alphabets. []
  33. Roehl, « Franciscum Lenormant Inscriptionum falsarium ». []
  34. Jaubert, « LENORMANT François  : étude critique  ; notice INHA ». []
  35. Jaubert. []
  36. Lenormant, Les Origines de l’histoire d’après la Bible et les traditions des peuple orientaux, tome 1  : De la création de l’homme au déluge. []
  37. « L’esprit des autres ». []
  38. « Un prix de plagiat décerné par l’Académie française ». []
  39. L’article de 1869 du Pays évoque ces contradictions. Il serait intéressant à cet égard de pouvoir accéder aux versions numérisées des lettres de sa mère à Jean de Witte (conservées à la Bibliothèque de l’Institut de France), ou à celles de sa femme à Madame Hermione Quinet (conservées à la BNF). []
  40. Bruwier, « Destins égyptologiques croisés ». []
  41. Delpont, Histoire d’une arnaque. []

Napoléon et sa relation très originale à l’islam

Cite this article as: Faruk Bilici, "Napoléon et sa relation très originale à l’islam," in Dipnot, 24/05/2021, https://dipnot.hypotheses.org/2470.

Article publié initialement sur Histoire coloniale et postcoloniale

Napoléon et l’islam : la rencontre du Prophète et du « grand homme »

« C’est en me faisant catholique que j’ai gagné la guerre en Vendée, en me faisant musulman que je me suis établi en Égypte, en me faisant ultramontain que j’ai gagné les esprits en Italie. Si je gouvernais un peuple juif, je rétablirais le Temple de Salomon. »

Napoléon Bonaparte,
Déclaration au Conseil d’État, 1er août 18001 

Romantique représentant des Lumières en faveur de l’islam, fin politique pour instrumentaliser les sentiments religieux, lecteur assidu des « Ruines » de Volney, de « Mahomet politique » de Savary et de la traduction du Coran de ce « littérateur déiste2 », Napoléon Bonaparte est tout cela à la fois. Souvent confondu avec ses ambitions politiques orientales et ses sentiments religieux, il aura des idées parfois naïves, souvent ambigües envers l’islam pendant son règne sur l’Empire français et encore plus lors de son exil à l’ile de Sainte-Hélène.

Bonaparte et l’islam

Nourri en matière de l’islam par ses lectures de philosophie des lumières, Bonaparte dès son jeune âge s’intéresse à l’Orient et à l’islam. Le masque prophète (inédit en son temps), son conte oriental philosophique écrit en plein tumulte révolutionnaire est le fruit de ses lectures de l’Histoire des Arabes sous le gouvernement des califes de l’abbé Augier de Marigny (1750). On connaît aussi sa passion pour Rousseau pour qui Muhammed est un prophète dont la force est dans la langue « vive », « sonore », « persuasive » et qui attire et met en marche les foules. Dans le Contrat social, Muhammed est un « législateur » à l’égal de Moïse ou Calvin. Selon Rousseau, Muhammed a bien lié le religieux et le politique et cette forme de gouvernement subsista sous les Califes. « Mais les Arabes devenus florissants, lettrés, polis, mous et lâches, furent subjugués par des barbares ; alors la division entre les deux puissances [le religieux et le politique] recommença » (Du Contrat social, L. IV, ch. VIII).

Même si au crépuscule de sa vie Napoléon porte des jugements sévères à l’égard de l’auteur du Fanatisme ou Mahomet le Prophète (1739), Voltaire le séduit pour ce qui est de l’anticléricalisme, le fanatisme et l’intolérance. Mais plus que sa doctrine théologique et morale, le prophète de l’islam apparaît à Bonaparte et plus tard à Napoléon comme un César, vainqueur des civilisations les plus puissantes de la planète. En bon élève tardif d’Henri de Boulainvilliers, auteur de la Vie de Mahomet (1730), Voltaire révisera ses jugements acerbes des premiers écrits dans ses pièces de théâtre, pour revenir à des positions plus favorables, parlera de Muhammed comme d’un « enthousiaste » et non plus comme d’un imposteur. Mais Voltaire forge ses idées sur le monde musulman et plus particulièrement les Ottomans, lorsqu’il a travaillé en vrai historien sur son Charles XII et découvre la « tolérance des Turcs ». Ce concept de tolérance qui guide l’opposition farouche de Voltaire contre la « barbarie » des défenseurs de la Croix et la défense des « barbaresques ». Dans la conclusion de Candide, Pangloss, Martin, Cunégonde et Candide peuvent vivre en paix dans leur jardin, à l’ombre d’une mosquée à Constantinople. On peut se demander si Bonaparte ne suivait pas le chemin montré par Voltaire, lorsqu’il écrit à son frère Joseph, le 20 août 1795, qu’il a accepté d’aller en Turquie pour organiser l’artillerie du Grand Seigneur, à l’exemple du compte de Bonneval dans les années 1730-1754 (mission qui sera annulée au dernier moment par le Directoire).

L’intellectuel et révolutionnaire qui a plus d’influence sur Bonaparte dans sa jeunesse semble être Volney. L’ayant rencontré en Corse en 1792, le jeune officier interroge longuement le célèbre auteur du Voyage en Syrie et en Égypte qui obtint un succès considérable après sa publication en 1787. Un an avant cette rencontre, les Ruines ou Méditation sur les révolutions des empires sont publiées et ouvrent grandes les portes de cet Orient qui n’attend que l’arrivée du « grand homme » incubateur de civilisation. Il ne pouvait pas y avoir une rencontre plus fructueuse que celle-ci. Quelques années plus tard, en 1796, lorsque, apprenant que Bonaparte a été nommé au commandement de l’armée d’Italie, Volney aurait déclaré : « Pour peu que les circonstances le secondent, ce sera la tête de César sur les épaules d’Alexandre. »

Mais en matière d’islam, le traducteur du Coran, Claude-Étienne Savary joue également un rôle fondamental pour la formation intellectuelle de Bonaparte. C’est l’un des meilleurs connaisseurs de l’islam au XVIIIe siècle. Les « talents supérieurs », la « grandeur », le « Messie brillant de gloire » sont des qualités attribuées à Muhammed par Savary qui fascinent Bonaparte et il s’imagine déjà en « Mahomet de l’Occident » comme le qualifierai plus tard Victor Hugo3. Les conclusions du Coran de Savary correspondent très clairement à l’idéal conquérant de Bonaparte. Créateur d’un empire immense et riche, à partir d’une petite cité paisible et une poignée de fidèles, Muhammed, ce tombeur d’empires, ce « profond politique autant que grand capitaine », avait trouvé en Bonaparte une expression à travers le Coran de Savary. Cette traduction accompagne Bonaparte sur la route de l’Égypte. Sa « bibliothèque idéale » portative contient également ce Coran.

« Les Français sont aussi de vrais musulmans »

Aussi, au cours de la traversée vers l’Égypte, Bonaparte, rapporte Mme Rémusat, rêve de créer une religion, se voit sur le chemin de l’Asie parti sur un éléphant le turban sur sa tête et dans sa main un nouvel Alcoran qu’il aurait composé à son gré. En somme, créer un nouveau monde de synthèse entre l’Orient et l’Occident4.

En Égypte même, il se conformera aux prédictions de Volney : il se conciliera les idées religieuses, se soustraira aux anathèmes du Prophète, il fera en sorte « de ne pas se laisser mettre dans les rangs de l’ennemi de l’islamisme… convaincre, gagner les muftis, les oulémas, les chérifs, les imams, pour qu’ils interprétassent le Coran en faveur de l’armée5 ».

On connaît sa fameuse proclamation lors du débarquement à Alexandrie en juillet 1798. Mélange de vocabulaire révolutionnaire et islamique, étranger à la société égyptienne, cette proclamation, au nom de Dieu et de la République française, annonce que Bonaparte vient restituer les droits du peuple égyptien et qu’il « adore Dieu plus que ne le font les Mamelouks », qu’il « respecte son Prophète Mahomet et l’admirable Coran ». Elle n’hésite pas à s’adresser aux « Cadis, cheikhs, imams, tchorbadjis et notables du pays » en affirmant que « les Français sont aussi de vrais musulmans », la preuve en est qu’ils ont détruit le trône du pape, ont chassé les chevaliers de Malte, ennemis héréditaires des musulmans et qu’ils sont « les amis particuliers de Sa Majesté le sultan ottoman et les ennemis de ses ennemis6 ».

Aussi, à l’issue des combats à Alexandrie dans la journée du 2 juillet, un groupe de notables se rend le jour même auprès de Bonaparte. Ils obtiennent la conservation de l’administration de la justice, la garantie par Bonaparte de maintenir la religion et l’engagement de l’armée française de respecter les personnes. Au-delà des discours grandiloquents, Bonaparte prend soin de ne pas bousculer le fonctionnement des institutions caritatives (les waqfs) lorsqu’elles sont d’utilité publique. En contrepartie, le mufti de la ville et sept autres cheikhs rédigent le 4 juillet une déclaration dans laquelle ils assurent Bonaparte de ne pas fomenter de troubles à l’encontre de l’armée française. Au Caire, le diwan constitué pour l’administration est composé essentiellement des oulémas qui se voyaient confirmés dans leur rôle de médiateurs entre la population et le pouvoir militaire, rôle dont ils étaient écartés depuis 1791. En août 1798, Bonaparte, en « grand sultan » préside, la fête anniversaire de la naissance du Prophète. Il lui plaît qu’on lui décerne le nom d’« Ali Bonaparte ».

Tout en annonçant au chérif de La Mecque son arrivée au Caire à la tête de l’armée française, le général en chef décrit les mesures prises pour conserver aux mosquées de La Mecque et de Médine (haremeyn) les revenus qui leur étaient affectés auparavant. Il lui indique que la correspondance du diwân et des différents négociants du pays lui dira avec quel soin le général en chef protège les imams, les chérifs et tous les « hommes de la loi ». Le chérif de la Mecque apprendra aussi, par la même voie, la nomination de Mustapha Bey, l’intendant d’Ebûbekir Pacha, gouverneur ottoman d’Égypte, au poste du commandeur du pèlerinage. Il l’invite à lui faire connaître si, pour escorter la caravane, il désire des troupes françaises ou seulement un corps de cavalerie de gens du pays.

C’est une avalanche de critiques que subissent les discours et la politique de Bonaparte en Égypte en matière religieuse. En accord avec le chroniqueur égyptien de l’occupation française Al-Jabarti, Izzet Hasan Efendi, secrétaire particulier du grand vizir ottoman, réfute cette proclamation sous le vocable de « fallacieuse », s’oppose violemment à la mise à égalité des trois religions et s’étonne des affirmations reconnaissant le Prophète et le Coran, alors que selon lui, les Français n’ont aucune observance religieuse. Il note bien qu’il s’agit d’une instrumentalisation du « livre sacré » car ils nient toutes les religions révélées et font l’apologie du « matérialisme » (meslek-i dehriyye). Pour Hasan Efendi, les Français avec leur révolution finalement ont fait déborder « les vagues de l’océan de leur sédition aux quatre coins du monde ».

En tout cas, les discours lénifiants n’empêchent pas les religieux de participer aux différentes révoltes. La contre-propagande développée par les Turcs depuis l’entrée en guerre de l’Empire ottoman porte ses fruits pour lutter contre l’occupation. Le bombardement et le pillage de la mosquée Al-Azhar, symbole de l’islam sunnite, et d’un grand nombre de quartiers lors des émeutes du 21 octobre 1798 font le reste. L’image du protecteur de l’islam sera profondément ébranlée. Deux mois après la révolte, dans une proclamation célèbre, le général en chef se présente comme un envoyé de Dieu, l’imam caché (le mahdî), venant « du fond de l’Occident remplir la tâche qui [lui] a été imposée, […] car ce qui arrive a été prévu, et ce qui arrivera est également expliqué » et lui il sait tout7. Mais tout cela est chimère et ne convainc personne.

Sur l’islam, Napoléon s’éloignait beaucoup des croyances communes de nos livres habituels

Si Napoléon Bonaparte n’avait pas entrepris l’expédition d’Égypte, on n’aurait pas eu besoin de parler de sa relation avec l’islam et le prophète de cette religion. En même temps, s’il l’a fait, probablement sa relation avec l’Orient et l’état dans lequel se trouvait le monde musulman à cette époque y sont pour quelque chose. L’auteur du Mémorial de Sainte-Hélène confirmera cette chronologie napoléonienne à propos de l’islam et de l’Orient :

« En somme, Napoléon, sur les affaires de l’Orient, s’éloignait beaucoup des croyances communes tirées de nos livres habituels. Il avait à cet égard des idées tout à fait à lui, et pas bien arrêtées, disait-il ; et c’était son expédition d’Égypte qui avait amené ce résultat dans son esprit. »

Las Cases, Mémorial de Sainte-Hélène, tome 1, Paris, Garnier, 1822, p. 305.

Après l’Égypte, il reviendra à maintes reprises sur la question islamique, avec moins de cynisme et plus de sincérité, voire avec une certaine admiration pour l’homme politique visionnaire, capable de faire bouger les lignes. Une première occasion lui sera fournie en octobre 1808 à Erfurt, où il rencontrera Goethe. Probablement le plus célèbre défenseur allemand du prophète de l’islam, le poète a une longue expérience des thèmes de cette religion et avait traduit Le Fanatisme ou Mahomet le prophète de Voltaire. L’empereur considère que « ce n’est pas un bon ouvrage », mais il s’en expliquera plus longuement à Sainte-Hélène, sans évoquer le Voltaire tardif :

« Voltaire […] avait ici manqué à l’histoire et au cœur humain. Il prostituait le grand caractère de Mahomet par les intrigues les plus basses. Il faisait agir un grand homme qui avait changé la face du monde, comme le plus vil scélérat, digne au plus du gibet. Les hommes qui ont changé l’univers n’y sont jamais parvenus en gagnant des chefs ; mais toujours en remuant des masses. Le premier moyen est du ressort de l’intrigue, et n’amène que des résultats secondaires ; le second est la marche du génie, et change la face du monde8»

Napoléon est parti sans avoir trouvé la réponse à ses interrogations, à savoir comment le prophète de l’islam a pu réaliser cet « événement prodigieux en créant une doctrine qui a pu conquérir en si peu de temps le monde par des peuplades du désert, peu nombreuses, ignorantes, dit-on, mal aguerries, sans discipline, sans système… Est-il possible d’expliquer tout cela comme l’ont fait tant de gens « civilisés » par le « fanatisme »9 ?

  1. Cité par Roederer, in Œuvre du comte Pierre-Louis Roederer, Paris, 1856, tome 3, p. 334. []
  2. Sylvette Larzul, « Les premières traductions françaises du Coran (XVIIe-XIXe siècles) », Archives de sciences sociales des religions, n° 147, 2009, p. 147-165. []
  3. Victor Hugo, Les Orientales, dans Œuvres poétiques, Paris, Gallimard, 1992, p. 684. Pour la question de la relation de Napoléon Bonaparte avec l’islam, voir : John Tolan, Mahomet l’Européen (Paris, Albin Michel, 2018), et notamment le chapitre « Le Mahomet de Napoléon : un modèle d’homme d’État et de conquérant » (p. 274-288). []
  4. Claire-Élisabeth-Jeanne Rémusat, Mémoires (1802-1808), vol. 1, Paris, Calmann-Lévy, 1888, p. 274. []
  5. Henry Laurens, L’Expédition d’Égypte, Paris, Seuil, 1997, p. 131. []
  6. Pour toutes ces questions et notamment le texte de la proclamation, voir : Faruk Bilici, L’Expédition d’Égypteop. cit. []
  7. John Tolan, Mahomet l’Européenop. cit., p. 283-284. []
  8. Ibid. []
  9. Ibid. []

In memoriam Pierre Pinon (1945-2021). Pierre Pinon, l’IFEA et la Turquie

Compte tenu de la très riche et impressionnante bibliographie du regretté, reflétant les facettes très diverses de l’activité foisonnante de l’enseignant-chercheur dont certaines ont déjà été évoquées de façon circonstanciée par ses collègues (notamment par Benoît Melon, de l’École de Chaillot ou par François Brouat, directeur de l’ENSA de Paris-Belleville), nous souhaiterions ici seulement rappeler le « versant turc » de l’œuvre de Pierre Pinon. Ce faisant, le rôle de ce dernier dans le redéveloppement des études urbaines à l’IFEA et dans des collaborations scientifiques et universitaires entre la Turquie et la France devrait apparaître.

Document 3 : Pierre Pinon en compagnie de Stéphane Yerasimos lors de la visite de la maison d’Albert Gabriel à Bar-sur Aube

Pierre Pinon fut en effet étroitement associé à la vie scientifique de l’IFEA, du milieu des années 1980 à la fin des années 2000. Ceux qui ont fréquenté l’Institut à ces moments se souviennent sans doute de ses retours des ateliers annuels anatoliens avec ses étudiants de Paris-Belleville, accompagnée de son épouse Agostina (et de ses collègues de Mimar Sinan Üniversitesi et en premier lieu Güzin Kaya qui fut pendant plus de 15 ans la cheville ouvrière de cette exemplaire et féconde collaboration universitaire turco-française). Bardé de son inséparable appareil photo (auquel nous devons de belles illustrations de ses articles), il ne manquait pas de rendre visite au cher Aksel Tibet, clé de voûte discrète de l’institution durant ces décennies, pour partager ses impressions de terrain et mille et une anecdotes. Dans les années 2000, sa fille Mathilde, boursière de l’IFEA entre 2001 et 2005, et historienne de l’art de Turquie, devint une collaboratrice efficace (elle a été notamment commissaire adjointe de l’exposition Albert Gabriel de 2006), étayant et confirmant davantage, voire pérennisant l’orientation turque de Pierre Pinon.

Cinq dimensions principales de cette orientation peuvent être distinguées, qui permettent de prendre la mesure de l’implication de Pierre Pinon dans le destin des études urbaines à l’IFEA

  1. Travaux sur la maison ottomane et l’habitat en Turquie
  2. Création de l’Observatoire Urbain d’Istanbul (mars-octobre 1988)
  3. Recherches sur l’occidentalisation d’Istanbul au XIXe avec Stéphane Yérasimos et Alain Borie.
  4. Recherches sur Henri Prost
  5. Recherches sur Albert Gabriel

1. RCP-CNRS Formes et organisation de l’habitat en Turquie

On peut dater de 1983, avec la création du RCP-CNRS (Recherches Coopératives sur Programme) Formes et organisation de l’habitat en Turquie1 le début de cette orientation, en tout cas à l’examen des archives de l’IFEA. Pierre Pinon – il a alors 38 ans – joue un rôle actif dans cette structure souple qu’héberge l’IFEA (représenté alors par J.-L. Bacqué-Grammont). Suite à la création du RCP, l’exposition itinérante « La Maison turque », montrée en Turquie de 1985 à 1987, confirme cet axe de recherche auquel Pierre Pinon participe activement2. La publication (avec Alain Borie) en 1985 de l’article « La maison turque3 » semble bien indiquer son entrée dans ce champ de recherche.

Ce champ sera retravaillé par la suite dans le cadre des séjours d’études anatoliens organisés périodiquement, avec Alain Borie et Stéphane Yérasimos (un natif de 1942, bien prématurément disparu en 2005) dans le cadre du « Certificat d’Études Approfondies en Architecture/CEAA » de l’école de Paris-Belleville libellé « Villes orientales, Maghreb et Proche Orient, Atelier Turquie4 ». La formidable accumulation collective d’observations, de relevés et de données issue de cet atelier, alimentera plusieurs publications importantes (à six mains), dont une partie parue dans la revue de l’IFEA Anatolia Moderna. Parmi elles, citons celle sur Tokat5 et celle sur Afyon6. La formulation standard des titres de ces études traduit d’ailleurs l’enrichissement du programme de recherche, associant à l’échelle de l’habitat (souci premier) celle de la ville entière et de l’urbanisme.

2. Création de l’Observatoire Urbain d’Istanbul (mars-octobre 1988)

Document 1 : Lettre de P. Pinon à J.-L. Bacqué-Grammont concernant la création de l’Observatoire urbain d’Istanbul en 1988. Clic droit sur l’image pour l’afficher dans ses dimensions originales

Un courrier envoyé à Pierre Pinon de J.-L. Bacqué-Grammont, directeur de l’IFEA à cette période, daté du 12 avril 1988 (DOC 1) nous renseigne très précisément sur l’implication de ce dernier dans la mise en place de l’Observatoire, sur le modèle de celui du Caire (créé en 1984). Il apparaît que l’OUI (ainsi que des acquisitions importantes du futur Atelier de cartographie) doit beaucoup au RCP et qu’alors Pierre Pinon peut être considéré comme une cheville ouvrière des études urbaines renaissantes de l’IFEA (via RCP, le CEAA de Paris-La Défense et le programme « L’occidentalisation d’Istanbul au XIXe siècle »). L’autre document (DOC.2), en date du 2 mai 1988, est une lettre de Pierre Pinon adressée au directeur de l’IFEA qui rappelle les conditions dans lesquelles l’OUI a été créé, et en particulier le rôle initial déterminant du ministère de l’Équipement (un peu oublié depuis).

3. Programme L’occidentalisation d’Istanbul au XIXe siècle

Toujours de manière collective – Pierre Pinon (à l’École d’Architecture de Paris-La Défense jusqu’en 19977) y est associé à Alain Borie et Stéphane Yerasimos –, le programme L’occidentalisation d’Istanbul au XIXe siècle (( L’occidentalisation d’Istanbul au XIXe siècle, Rapport de recherche, 8 vol. , Nanterre, 1988-1997 (avec Alain Borie & et Stéphane Yérasimos) ; une première partie (datée de 1992, mais dénommée « Rapport 1991 »), de 138 pages, est disponible en ligne : https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-02970907/document )) lancé en 1988 (avec le redéploiement du RCP) marque un début de focalisation sur Istanbul. Financée par le Bureau de la Recherche Architecturale, Urbaine et Paysagère du ministère de la Culture, pour lequel Pierre Pinon contribuera à de nombreux rapports sur des sujets très divers, cette recherche au long cours (elle se poursuit jusqu’en 1998) permettra à l’IFEA, de manière collatérale, de s’enrichir de nombreux documents collectés notamment auprès de la mairie d’Istanbul par Stéphane Yérasimos. Au fil du temps, l’équipe va s’enrichir – intégrant Cana Bilsel, Franck Fries et Marlène Ghorayeb – et le champ d’étude s’élargir pour comprendre, dans une perspective comparative, plusieurs organismes urbains de l’Empire ottoman à la même période (comme Izmir, Damas et Beyrouth8). Au-delà du rapport en huit volumes remis au commanditaire, cette entreprise alimentera plusieurs publications individuelles de Pierre Pinon, par ailleurs passionné par la littérature des voyageurs français dans l’Empire ottoman9.

Document 2 : Lettre de P. Pinon au directeur de l’IFEA datant de mai 1988. Clic droit sur l’image pour l’afficher dans ses dimensions originales

4. Les recherches sur Albert Gabriel

Les recherches sur Albert Gabriel constituent un autre axe très fécond, qui semble avoir passionné Pierre Pinon, associé à sa fille Mathilde et adossé institutionnellement à l’INHA, institution auprès de laquelle il a été délégué en 2010. La visite de la maison de Gabriel à Bar-sur-Aube en septembre 2003, en compagnie, entre autres, de son épouse Agostina, de Stéphane Yérasimos et de Belkıs Yerasimos (DOC 3) occasionne des découvertes extraordinaires (qu’il s’agisse des aquarelles, des cartes, des documents manuscrits et tapuscrits, des livres et autres objets) et semble constituer un moment clé de cet intérêt pour Gabriel. Pierre Pinon s’efforcera par la suite de sanctuariser ces ressources et de procéder aux premiers inventaires, tout en commençant à les valoriser par des publications. Le premier couronnement sera la belle exposition « Albert Gabriel (1883-1972) Mimar, Arkeolog, Ressam, Gezgin /Architecte, archéologue, artiste et voyageur » réalisée en Turquie (en collaboration avec Yapı Kredi), dont le catalogue demeure une référence10. L’exposition laisse entrevoir toute la richesse et la diversité des ressources de la maison de Bar-sur-Aube et inaugure plusieurs conférences et publications sur l’architecte-historien-archéologue fondateur de l’IFEA11.

5. Recherches sur Henri Prost

Enfin, la collaboration avec Cana Bilsel initiée dans le cadre du programme « Occidentalisation d’Istanbul… » s’est poursuivie à travers le dernier axe, celui des recherches sur l’architecte-urbaniste d’Istanbul Henri Prost. Cristallisées autour des ressources de l’Institut Français d’Architecture, versées à la Cité de l’Architecture et du Patrimoine après la mise en place de cette institution en 2004 (abritant aussi l’École de Chaillot où enseignait Pierre Pinon). Cet axe fut magnifiquement concrétisé par l’exposition From the Imperial Capital to the Republican Modern City : Henri Prost’s Planning of Istanbul (1936-1951) qui s’est tenue en 2010 au Centre de Recherches sur Istanbul (IAE) lié au musée de Péra, à quelques encablures de l’IFEA. Le volumineux catalogue12 a révélé au public turc la richesse des ressources disponibles en France, très complémentaires de celles disponibles à l’Atatürk Kitaplığı d’ailleurs. D’autres publications sont liées à cet axe, qui pour certaines ont précédé l’exposition13 et pour d’autres lui ont fait suite.

Au total, le « versant turc » de l’œuvre de Pierre Pinon, nourri par des collaborations nombreuses dont l’IFEA a été souvent le pivot, témoigne des centres d’intérêt très nombreux d’un érudit aux larges horizons s’étendant entre Paris, Rome et la Nouvelle Rome. Il a correspondu avec un renouveau des études urbaines à l’IFEA, dans l’esprit du père fondateur si cher à notre collègue disparu.

Autres publications « turques » (liste non exhaustive)

Istanbul (avec A. Borie, S. Yerasimos et A. Yücel), suppl. au Bulletin d’Informations Architecturales, n° 114, IFA, Paris, 1987.

« La maison ottomane : une centralité inachevée ? », dans Les Cahiers de la Recherche Architecturale, n° 20/21 (avec A. Borie), 1988, pp. 62-71.

« Le Corbusier et la maison turque », dans catalogue de l’exposition Le Corbusier, le passé à réaction poétique, CNMHS, Paris, 1988, pp. 165-173.

« Maisons ottomanes à Bursa (Turquie) » (avec A. Borie), actes du colloque Habitat traditionnel dans les pays musulmans, Aix-en-Provence (1984), IFAO, Le Caire, 1991, vol. 3, pp. 647-663.

« Essai de définition morphologique de la ville ottomane des XVIIIe-XIXe siècles », dans La culture urbaine des Balkans, 3. La ville des Balkans depuis la fin du Moyen Age jusqu’au début du XXe siècle. Académie Serbe des Sciences et des Arts, Institut des Études Balkaniques, Beograd [1989], Paris-Belgrade, 1991, pp. 147-155.

« Relevés après incendie et plans d’assurances : les précurseurs du cadastre stambouliote » (avec S. Yerasimos), dans Environmental Design, 1996, n° 1-2, « Urban Morphogenesis. Maps and Cadastral Plans », pp. 112-129.

« L’occidentalisation de la maison ottomane : le rôle des minoritaires et des étrangers », dans European houses in the Islamic Country, Environmental Design, XVth-XVIth year, n. 1-2, 1994-1995, Como, 1998, pp. 38-49.

« Trasformazioni urbane tra il XVIII e il XIX secolo », Rassegna, 72 (Istanbul, Costantinopoli, Bisanzio), 1998, p. 52-61.

« Les villes du Pont vues par le Père de Jerphanion. Tokat, Amasya, Sivas », Mélanges de l’École française de Rome. Moyen-Age, tome 110, n° 2. 1998. pp. 859-865.

Istanbul, « Portrait de ville », Archiscopie (avec A. Borie), Cité de l’Architecture et du Patrimoine, Paris, 2010, 80 p.

« Henri Prost, Albert Gabriel, Istanbul Archeological Park and the Hippodrome », dans Hippodrome / Atmeydanı, A Stage for Istanbul’History, Pera Müzesi, Istanbul, 2010, pp. 152-167.

  1. RCP 08-736 sera rebaptisé à la fin de l’année 1988, le programme de recherche s’ouvrant à d’autres échelles et objets d’analyse que le seul habitat. []
  2. « Résidences de France dans l’Empire ottoman : notes sur l’architecture domestique », In: Daniel Panzac (dir.), Les villes dans l’Empire ottoman : activités et sociétés, Éditions du CNRS, 1991, t. I, p. 59-70. []
  3. « La maison turque », supplément au n° 94 du Bulletin d’Informations Architecturales, Paris, 1985 []
  4. Voir « Atelier Turquie : les maisons de Niğde », dans Architecture & Patrimoine, La lettre du D.S.A., « Villes orientales », n° 3, ENSA Paris-Belleville, Paris, 2009, pp. 60-65 ; et « Atelier Turquie : les maisons de Tire », dans Architecture & Patrimoine, La lettre du D.S.A. « Villes orientales », n° 4, ENSA Paris-Belleville, Paris, 2010, pp. 42-42. []
  5. « Tokat : essai sur l’architecture domestique et la forme urbaine », In : Anatolia moderna – Yeni anadolu, Tome 1, 1991. pp. 239-273 DOI : https://doi.org/10.3406/anatm.1991.861 (avec Yerasimos Stéphane et Borie Alain). []
  6. « Essais sur l’architecture domestique et la forme urbaine des villes anatoliennes, II. Afyon ». In : Anatolia moderna – Yeni anadolu, Tome 6, 1996. pp. 191-253 DOI : https://doi.org/10.3406/anatm.1996.944 (avec Yerasimos Stéphane et Borie Alain). []
  7. Après cette date, l’école de la Défense ferme ; et les trois « compères » se retrouvent à l’École de Paris-Belleville. []
  8. « L’occidentalisation d’Istanbul et des grandes villes de l’Empire ottoman aux XIXe et XXe siècles : Izmir, Beyrouth, Damas », 1994 ; voir : https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-03102014/document []
  9. Citons : « Topographie des lotissements et transformations urbaines d’Istanbul dans la seconde moitié du XIXe siècle », dans Histoire économique et sociale de l’Empire ottoman et de la Turquie (1326-1960), actes du sixième congrès international, Aix-en-Provence [1992], vol. VIII, Louvain-Paris, coll. Turcica, 1995, p. 687-703 ; ou : « Métamorphose d’une ville », dans Critique, « Byzance-Istanbul », t. XLVIII, n° 543-544, 1992, p. 712-720 ; voir aussi : « Les paradoxes de l’occidentalisation de l’architecture à Istanbul à la fin du XIXe siècle », in : Romantisme, 2006/1, n° 131, Armand Colin, p. 51-59. Sur les voyageurs occidentaux, voir entre autres : « Les voyages en Orient de Jacques Foucherot, architecte et ingénieur », dans Recherches sur le monde ottoman, XVe-XIXe siècle (J.-L. Bacqué-Grammont, P.-S. Filliozat et M. Zink, éd.), Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, Paris, 2014, pp. 187-205. []
  10. Albert Gabriel (1883-1972) Mimar, Arkeolog, Ressam, Gezgin /Architecte, archéologue, artiste et voyageur, Yapı Kredi yay., İstanbul, 2006, 439 p. []
  11. « Albert Gabriel (1883-1972), archéologue », dans Un architecte français à Délos, au temps de la grande fouille, 1908-1911, École Française d’Athènes-Ville de Mykonos (diffusion De Boccard), Athènes-Mykonos, 2008, pp. 6-8 ; « Lettres de Hippolyte Marlot à Gabriel de Mortillet (1867-1870) », dans Bulletin de la Société des Sciences Historiques et Naturelles de Semur-en-Auxois, t. CXVI, 2008, pp. 66-78 ; « Albert Gabriel et les Turcs », in : Işıksel G. & Szurek E. (dir.), Turcs et Français. Une histoire culturelle, 1860-1960, Presses Universitaires de Rennes, collection « Histoire », p. 239-248. []
  12. From the Imperial Capital to the Republican Modern City : Henri Prost’s Planning of Istanbul (1936-1951), İstanbul Araştırmaları Enstitüsü, Istanbul, 2010, 380 p. []
  13. Comme le remarquable article (publié par l’IFEA) qui semble faire le lien entre Gabriel et Prost : « Le projet de parc archéologique d’Istanbul de Henri Prost et sa tentative de mise en œuvre par Albert Gabriel. In : Anatolia Antiqua, Tome 16, 2008. pp. 181-205. https://www.persee.fr/docAsPDF/anata_1018-1946_2008_num_16_1_1259.pdf []

Le mont Ararat et son borderland, un espace marginalisé ?

Carte de l’Ararat. Clic droit pour afficher la carte dans ses dimensions originales

Nous sommes deux étudiants de Sciences Po Grenoble en master spécialisé sur le Moyen-Orient. Actuellement en année de césure, nous réalisons un projet d’aventure qui a pour but de faire l’ascension de 14 sommets transfrontaliers et d’étudier les dynamiques à ces frontières.

Pour en savoir plus sur le projet : https://thecbmt.com/

Le 4 février 2021, le gouvernement turc a déclaré la réouverture officielle du mont Ararat (Ağrı Dağı) aux alpinistes1. Entre 2015 et 2021, l’accès à cette montagne sacrée était interdit suite à la reprise des combats entre l’armée turque et le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), entravant le potentiel touristique de l’Ararat. Si cette ouverture se révèle être durable, elle pourrait ainsi atténuer la marginalisation de la région.

Plus haut sommet turc, le mont Ararat est un volcan situé sur le haut plateau arménien à l’extrême est de la Turquie. Il est composé de deux sommets, le grand Ararat et le petit Ararat, culminant respectivement à 5137 et 3896 mètres d’altitude.

L’Ararat constitue un objet d’étude intéressant à plusieurs égards. Il reste un symbole identitaire pour l’Arménie bien qu’il soit entièrement en territoire turc depuis 1921. À cheval entre les provinces frontalières de Ağrı et Iğdır, peuplées majoritairement de Kurdes et Azéris et à proximité des frontières iraniennes, arméniennes et azerbaïdjanaises, il a une position géographique singulière. D’autre part, à partir des années 1990, il fait l’objet de préoccupations sécuritaires par les autorités turques, restreignant de fait l’accessibilité à la montagne. Sommet emblématique et connu mondialement, il est paradoxalement à la marge, ce sur quoi nous nous interrogeons dans cet article.

La situation actuelle du mont Ararat sera analysée à l’aune d’une contextualisation historique et géographique dans une perspective de Border Studies. Le borderland sera analysé in extenso, à la fois dans un processus interne par rapport au gouvernement central et dans un processus externe, à travers sa relation avec les frontières des pays voisins.

Musala Peak, 2925m, Bulgarie

L’Ararat, un sommet turc aux identités plurielles

Dans la tradition chrétienne, le mont Ararat est le lieu où l’Arche de Noé se serait échouée après le Déluge. Bien que la Bible ne mentionne pas explicitement le sommet, cette version est popularisée avec le passage des croisés dans la région2. Son caractère historiquement sacré et sa proximité avec l’ancienne province nommée « Ayrarat » ont largement contribué à l’identification de la montagne comme marqueur de la fin du Déluge3. L’Ararat a une dimension symbolique importante au-delà même du mythe de l’Arche de Noé. La montagne est sacrée dès la civilisation mésopotamienne car elle aurait procuré l’eau du Tigre et de l’Euphrate et serait dès lors à l’origine de leur civilisation4.

Par ailleurs, le mont Ararat a toujours eu une localisation géostratégique. Auparavant aux confins de l’Empire turc et l’Empire perse, le petit Ararat a même servi de tripoint frontalier entre l’Empire ottoman, l’Empire russe et l’Empire qajar à l’issue du traité de Turkmentchaï qui établit la frontière en 1828 entre la Perse et la Russie. Ce n’est cependant qu’en 1920-1921 que les frontières orientales sont presque définitivement fixées. En effet, après la Première Guerre mondiale, le traité de Sèvres de 1920 reconnaît l’indépendance d’une grande Arménie incluant le mont Ararat. La guerre turco-arménienne contraint finalement l’Arménie à accepter un territoire réduit, entériné par le traité de Kars en 1921, aboutissant à la perte de l’Ararat au profit des Turcs.

Musala Peak, 2925m, Bulgarie

Bien que l’Ararat ne soit pas physiquement en Arménie, il reste un symbole identitaire structurant pour les Arméniens. Il demeure l’emblème du pays, son armoirie représente en effet le mont Ararat avec l’arche de Noé en son sommet. La montagne est sacrée pour les Arméniens qui s’identifient comme les premiers humains sur terre à la fin du Déluge5. En outre, la montagne est omniprésente dans le quotidien des Arméniens. Dominant la capitale arménienne Erevan, le nom de l’Ararat est récupéré par des enseignes commerciales, des clubs sportifs… Enfin, elle est la figure de l’irrédentisme arménien car historiquement à la frontière avec l’Arménie occidentale, ce qui symbolise la perte de ce territoire que formait la « grande Arménie »6.

De l’autre côté de la frontière, l’Ağrı Dağı ne fait pas office d’une sacralisation aussi forte mais son symbolisme est davantage lié à son histoire et son statut de plus haut sommet turc. L’organisation d’un congrès scientifique international sur le mont Ararat et l’Arche de Noé à Ağrı en 2019 ou encore l’intérêt porté par les découvertes de supposés restes de l’Arche participent à cette dynamique7. Plus haut sommet turc, il fait également l’objet d’un fort intérêt dans les milieux montagnards. Ainsi, lorsque la Fédération turque d’alpinisme a lancé un concours en 2017 pour trouver un nouveau logo avec les conditions suivantes : « avoir des valeurs nationales, représenter notre pays […] contribuer à la promotion, à l’image et au prestige de notre État sur la scène internationale »8, le mont Ararat a été promu. Disposant d’attributs majeurs, l’Ararat n’engendre pourtant pas de flux touristiques et économiques importants en raison de la politique turque dans la région.

La prédominance d’une approche sécuritaire

Le statut de l’Ararat et son accessibilité fluctuent et demeurent aux dépens des relations entre le gouvernement turc et les Kurdes, majoritairement présents dans la région. L’ascension du mont Ararat a été formellement interdite entre août 2015 et février 2021, résultat des préoccupations sécuritaires internes. En effet, l’armée turque effectuait des opérations militaires visant la branche armée kurde (PKK) dans la région de l’Ararat.

Le problème sécuritaire dans la région du mont Ararat émerge dès le 20e siècle, comme résultante de la négociation des frontières. À l’issue du traité de Kars, le mont Ararat est situé majoritairement en territoire turc ainsi que plus partiellement en territoire iranien. Le traité de Lausanne en 1923 rend caduc le traité de Sèvres, ce ne sont donc pas seulement les espoirs des Arméniens qui sont anéantis mais aussi ceux des Kurdes, qui ne voient pas naître un Kurdistan autonome. Dans la Turquie kémaliste, de nombreuses révoltes kurdes sont initiées par les mouvements nationalistes éponymes. L’insurrection du mont Ararat entre 1926 et 1930 marque un jalon pour le devenir de l’Ararat. D’une part, elle aboutit à une modification des frontières du volcan et d’autre part elle signifie la naissance d’une vision sécuritaire de la région de l’Ararat. En effet, lorsque la République kurde d’Ararat est auto-proclamée en 1927, le quartier général de la révolte réside dans les contreforts du mont9. Ankara et Téhéran concluent alors un accord sur le tracé de leur frontière commune en 1932, permettant à la Turquie de contrôler la totalité du petit Ararat et plaçant de fait, la totalité du sommet au sein du territoire turc10. Cette manœuvre diplomatique est significative, puisqu’elle permet à l’armée turque d’encercler les zones rebelles et d’empêcher les Kurdes de trouver refuge du côté iranien. De plus, l’ancrage d’un champ de bataille au mont Ararat n’est pas un hasard, la montagne est en effet une caractéristique de l’identité culturelle kurde et fait office de « montagne refuge ». Les Kurdes ont alors la maîtrise de ce relief accidenté, ce qui leur octroie un avantage tactique considérable par rapport à l’armée turque11.

L’Ararat fait donc surtout l’objet d’une politique sécuritaire du gouvernement turc dans le cadre de la lutte contre les mouvements nationalistes kurdes. Cette perception entrave toutefois la possibilité de développer de la région à des fins touristiques.

L’accessibilité de l’Ararat oscille entre périodes de restrictions et de détente. En 1990, l’Ararat est défini comme « zone militaire interdite » au premier degré au sens de la loi turque 256512. Le champ d’application de cette loi a été réduit en 2000, déclassant la zone au second degré13 permettant une ouverture significative au tourisme. Elle se matérialise par l’instauration du Parc national du mont Ararat en 2004, témoignant ainsi de la volonté turque de mettre en valeur son patrimoine naturel. S’ensuit l’entrée en vigueur d’un Protocole relatif aux activités de montagne dans les zones militaires restreintes et des zones sécuritaires octroyant la possibilité aux étrangers de gravir la montagne. Les candidats à l’ascension restent soumis à l’obligation de délivrance d’un permis et doivent être accompagnés par un guide local, qui au-delà d’encadrer l’activité sportive, surveille le respect des conditions du protocole. La pratique doit en effet être strictement liée à l’alpinisme et ne doit en aucun cas faire l’objet de recherches à visée scientifique, militaire, commerciale ou politique14.

Cette relative fenêtre d’ouverture est certainement liée à la conjoncture favorable au début des années 2000. En effet, le début des années 2000 est marqué par un changement de stratégie du PKK, la branche armée kurde avec l’abandon de la lutte armée. Un changement de politique à l’égard des Kurdes est également à l’œuvre, résultat de la montée au pouvoir du Parti de la justice et du développement (AKP) et des perspectives d’adhésion à l’Union européenne.

L’accès à la montagne est à nouveau officiellement interdit entre 2015 et 2021, à la fois pour les citoyens turcs et étrangers. Cependant, des agences touristiques proposaient toujours l’ascension de manière illégale grâce à des accords tacites avec l’armée15. Cette interdiction de jure est liée à la rupture du processus de paix durant l’été 2015 entrepris entre le PKK et le gouvernement16 qui s’est accompagnée de la reprise des hostilités entre les deux camps. Le mont Ararat est alors déclaré « zone de sécurité militaire temporaire » conformément à la loi 256517, en raison de la présence du PKK sur les flancs de la montagne18. Des opérations militaires sont déployées, à l’instar de l’offensive « Yıldırım-3 mont Ararat » en juillet 202019. L’Ararat exerce toujours sa fonction de « montagne refuge » pour le PKK, comme l’attestent les perquisitions entreprises par l’armée dans les « grottes », utilisées comme dépôts d’armes et abris.

Un espace transfrontalier peu dynamique 

Le régime sécuritaire influe donc négativement l’Ararat et son borderland, cette instabilité ayant participé à leur marginalisation. Alors que la position frontalière avec l’Iran, l’Arménie et le Nakhitchevan pourrait compenser cet isolement, les dynamiques transfrontalières restent mineures. Ainsi, les provinces d’Ağrı et Iğdır font partie des provinces les plus pauvres de Turquie en 201820.

La frontière avec l’Arménie est fermée depuis 1993 et ce, malgré les tentatives d’ouverture motivées par des opportunités économiques. Le conflit dans le Haut-Karabakh21 et le coût politique empêchent toute avancée sur le sujet22. Alors que les Arméniens seraient les plus enclins à gravir l’Ararat, ils doivent emprunter la voie aérienne ou bien transiter par le poste frontalier du voisin commun géorgien, les contraignant à un détour de plus de 800 kilomètres.

Pour ce qui concerne l’Azerbaïdjan, le bordeland se caractérise par un flux transfrontalier mineur. Les Azéris viennent uniquement pour du commerce de faible intensité et un travail agricole saisonnier23.

Enfin, la frontière turco-iranienne connaît des flux transfrontaliers plus importants. Bien que la coopération se développe principalement sous un axe sécuritaire avec le contrôle des mouvements kurdes ou le trafic illicite24, les échanges touchent également de nombreux secteurs dont le tourisme25. Sur ce dernier point, c’est néanmoins la province de Van qui en profite le plus, en atteste la ligne ferroviaire entre Van et Téhéran26. Cependant, les sports de montagne connaissent un fort essor en Iran, ses ressortissants sont ainsi nombreux à venir gravir l’Ararat, un des seuls pays où ils peuvent obtenir un visa directement à la frontière.

Ainsi, la situation géographique isolée d’Ağrı et Iğdır face au pouvoir central n’a pas pu être contrebalancée par leur statut de provinces frontalières. Malgré le fait que la Turquie n’ait aucun conflit ouvert avec ses voisins orientaux et qu’elle entretienne même de bonnes relations avec l’Iran et l’Azerbaïdjan, les flux transfrontaliers dans le borderland restent faibles.

Quelles opportunités futures pour l’Ararat ?

Le mont Ararat jouit d’un fort potentiel touristique avec d’une part, un tourisme à dominante religieuse lié au mythe de l’Arche de Noé. La tenue du congrès scientifique sur l’Ararat traduit ce vif intérêt pour le caractère sacré de l’Ararat et ses légendes. D’autre part, l’Ararat possède de nombreux attributs pour le tourisme de montagne. Pour les alpinistes en quête d’exploit, il est non seulement le toit de Turquie, et constitue l’occasion de réaliser un 5000 mètres techniquement facile sans préparation préalable27. Excepté dans les chaînes himalayenne et andine, très peu de sommets culminant à cette altitude sont aussi aisément accessibles. Dans la région, seuls les monts Damavand (Iran), Elbrouz (Russie) ou Kazbek (Géorgie) peuvent constituer des objectifs similaires (l’exploit d’un 5000 mètres) mais ils restent en revanche plus difficiles techniquement et physiquement. Ces perspectives de tourisme à la fois religieux et sportif, montrent les dimensions plurielles que revêt le mont Ararat, qui pourrait alors attirer des touristes aux profils très hétérogènes.

En 2020, de nombreux projets à visée touristique ont été annoncés dans la région, présageant un fléchissement du régime restrictif. Sur le plan sportif, des aménagements sont prévus avec la construction d’un mur d’escalade sportive et l’ouverture d’une formation d’alpinisme à Ağrı28 ainsi que la prospection des zones humides du parc national du mont Ararat pour la pratique du canoë29 tandis que sur le plan religieux, la construction du jardin de Noé dans la ville d’Iğdır a été planifiée30. Puis en novembre 2020, le gouverneur d’Ağrı a déclaré qu’une ascension officielle de l’Ararat aura lieu cet hiver31, concrétisée le 4 février 2021 avec la fin de l’interdiction de l’ascension du sommet. Toutefois, nous ne disposons que de très peu d’informations concernant la reprise des activités pour l’Ararat. La haute saison touristique se déroulant pendant la période estivale, il faudra voir ce qu’il adviendra vraiment de la délivrance des permis d’ascension.

Enfin, les récentes évolutions sur le dossier du Haut-Karabagh pourraient amener à un réaménagement des flux transfrontaliers dans la région de l’Ararat. En effet, le corridor prévu entre l’Azerbaïdjan et le Nakhitchevan pourrait avoir un impact positif sur la région car il permettra à la Turquie d’avoir un accès direct à l’Azerbaïdjan à travers la province d’Iğdır. En ce sens, le gouvernement turc a annoncé la mise en place d’une ligne ferroviaire entre l’Azerbaïdjan et la Turquie via le Nakhitchevan, passant par la ville d’Iğdır32. De plus, si l’accord de fin d’hostilités de novembre 2020 entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan se révèle durable, les négociations à propos de la réouverture de la frontière entre la Turquie et l’Arménie pourraient potentiellement reprendre et aboutir à des développements bénéfiques pour le borderland de l’Ararat. Le devenir de l’Ararat reste donc en partie subordonné à la géopolitique dans la région mais aussi à l’évolution de la question kurde en Turquie, la relation entre le PKK et les autorités pouvant s’envenimer à tout moment. Par conséquent, la politique sécuritaire dans la région de l’Ararat ne risque pas de s’infléchir considérablement.

  1. Abdullah Söylemez, “Terörden temizlenen ʽTürkiye’nin çatısı’ Ağrı Dağı 6 yıl sonra yeniden tırmanışa açıldı”, Anadolu Ajansi, 04/01/2021. https://www.aa.com.tr/tr/turkiye/terorden-temizlenen-turkiyenin-catisi-agri-dagi-6-yil-sonra-yeniden-tirmanisa-acildi/2133807. []
  2. Petrosyan Hamlet, “The Sacred Mountain”, in Abrahamian Levon et Sweezy Nancy Armenian Folk Arts, Culture, and Identity, Indiana University Press, 2001, p. 36. []
  3. Michel Thierry, « Le lieu d’échouage de l’arche de Noé dans la tradition arménienne », Syria 72, 1995, pp. 143-158. []
  4. Blake Wienner James, “Mount Ararat”, Ancient History Encyclopedia, 24/01/2018. https://www.ancient.eu/Mount_Ararat/. []
  5. “Mount Ararat”, Encyclopædia Britannica. https://www.britannica.com/place/Mount-Ararat. []
  6. Copeaux Étienne, « Quelques réflexions sur les représentations arméniennes de l’histoire », Hérodote 74/75, 3e-4e trimestre 1994, pp. 256-257. []
  7. Keneth L. Feder, Encyclopedia of Dubious Archeology, Greenwood, 2010, p. 198. []
  8. Türkiye Dağcılık Federasyonu, “Logo tasarım Yarışması Katılım Şartnamesi”, Türkiye Dağcılık Federasyonu, 2017. https://tdf.gov.tr/wp-content/uploads/2017/02/logosartname.pdf. []
  9. Bouvier Émile, « L’insurrection du mont Ararat (1926-1931), ou la consécration des rébellions nationalistes kurdes de l’entre-deux-guerres », Les clés du Moyen-Orient, 27/12/2019. https://www.lesclesdumoyenorient.com/L-insurrection-du-mont-Ararat-1926-1931-ou-la-consecration-des-rebellions.html. []
  10. Ghaderi-Mameli Soheila, « L’histoire mouvementée des frontières orientales de la Turquie », Confluences Méditerranée 53, no2, 2005, pp. 91-102. []
  11. Bouvier Émile, « Les Kurdes, d’un statut de peuple à celui d’acteurs stratégiques », Les clés du Moyen-Orient, 07/06/2019. https://www.lesclesdumoyenorient.com/Les-Kurdes-d-un-statut-de-peuple-marginalise-a-celui-d-acteurs-strategiques.html. []
  12. Turquie, Loi n° 2565, Askeri Yasak Bölgeler ve Güvenlik Bölgeleri Kanunu, 18/12/1981. https://www.lexpera.com.tr/mevzuat/kanunlar/askeri-yasak-bolgeler-ve-guvenlik-bolgeleri-kanunu-2565. []
  13. Doğubayazıt Kaymakamlığı, “Ağrı Dağı”, 11/06/2019. http://www.dogubayazit.gov.tr/agri-dagi. []
  14. Republic of Turkey, Ministery of Foreign Affairs, “Protocol Concerning Mountaineering Activities of Foreign National Citizens for Tourism And Sports Purposes at the Mountains Located Within Military Restricted Areas and Security Zones”. http://www.mfa.gov.tr/this-is-the-protocol-concerning-mountaineering-activities-of-foreign-national-citizens-for-tourism-and-sports-purposes-at-the-mo.en.mfa. []
  15. Nous avons contacté des agences touristiques qui organisent des tours pour réaliser l’ascension du mont Ararat. []
  16. Grojean, Olivier, « Entre dynamiques locales, régionales et internationales : les reconfigurations de la question kurde en Turquie », Mouvements 90, no2, 2017, pp. 149-156. []
  17. T.C Ağrı Valiliği, “Ağrı Dağı ve Tendürek dağı 15 gün süre ile Geçici Özel Güvenlik Bölgesi ilan edilmiştir”, 2/08/2015. http://www.agri.gov.tr/agri-dagi-ve-tendurek-dagi-15-gun-sure-ile-gecici-askeri-guvenlik-bolgesi-ilan-edilmistir. []
  18. “Ağrı ve Tendürek Dağı ’Geçici askeri güvenlik bölge’ ilan edildi”, Hürriyet, 03/08/2015. https://www.hurriyet.com.tr/gundem/agri-ve-tendurek-dagi-gecici-askeri-guvenlik-bolge-ilan-edildi-29710132. []
  19. “New phase of anti-terror op against PKK launched in eastern Turkey”, Daily Sabah, 27/07/2020. https://www.dailysabah.com/politics/war-on-terror/new-phase-of-anti-terror-op-against-pkk-launched-in-eastern-turkey. []
  20. “Gross domestic product by province”, Turkstat, 20/12/2019. https://data.tuik.gov.tr/Bulten/Index ?p =Gross-Domestic-Product-by-Provinces-2018-30889. []
  21. Cheterian Vicken, “The Last Closed Border of the Cold War : Turkey–Armenia 2017”, Journal of Border studies, 2017 pp. 71-90.  []
  22. Gültekin Burcu, « 5. L’enjeu de l’ouverture de la frontière : le cas de la Turquie », Les enjeux de l’ouverture de la frontière turco-arménienne : Les contacts transfrontaliers entre la Turquie et lArménie, [Dossiers de l’IFEA – La Turquie aujourd’hui 11], Istanbul, IFEA 2002. http://books.openedition.org/ifeagd/890. []
  23. Salomoni Gabio, Migrations, Borders and Boundaries, Post-soviet Armenians and Azerbaijanis in Turkey, The ISIS press, Istanbul, 2016. []
  24. Celui-ci est davantage concentré dans le sud-est de la Turquie, dans les provinces de Van et Hakkari. []
  25. Sinkaya Bayram, « Turkey-Iran Relations after the Islamic Revolution of 1979 », Turkey-Iran Relations after the JDP, [Dossiers de l’IFEA – La Turquie aujourd’hui 26], Istanbul, IFEA, 2019. https://books.openedition.org/ifeagd/3116. []
  26. Zaman Amberin, “Iranian tourists flocks to Turkish border towns”, Al-Monitor, 23/03/2017. https://www.al-monitor.com/pulse/originals/2017/03/turkey-iran-tourism-van-hotels-nightlife.html. []
  27. C’est une marche glaciaire qui nécessite des crampons, mais qui n’exige pas de compétences techniques et nécessite pas d’encordement comme il l’est nécessaire sur un glacier crevassé. []
  28. Türkiye Dağcılık Federasyonu, “Federasyon Başkanımız Ağrı Valisi, Belediye Başkanı ile Gençlik ve Spor İl Müdürümüzü ziyaret etti”, Türkiye Dağcılık Federasyonu, 02/09/2020. https://tdf.gov.tr/25387/federasyon-baskanimiz-agri-valisi-belediye-baskani-ile-genclik-ve-spor-il-mudurumuzu-ziyaret-etti/. []
  29. “Türkiyeʼnin çatısıʼnın kano sporuna kazandırılması için çalışma başlatıldı”, HaberTurk, 28/11/2020. https://www.haberturk.com/turkiye-nin-catisinin-kano-sporuna-kazandirilmasi-icin-calisma-baslatildi-2884897-spor. []
  30. “Ağrı Dağı’nın eteğine Nuh’un Bahçesi yapılacak”, HaberTurk, 15/12/2020. https://www.haberturk.com/kars-haberleri/83141161-agri-daginin-etegine-nuhun-bahcesi-yapilacak. []
  31. Yıldız Hüseyin, “Ağrı Dağıʼnın ʽtırmanışa açılacağı müjdesiʼ dağcılık camiasında sevinçle karşılandı”, Anadolu Ajansi, 14/11/2020. https://www.aa.com.tr/tr/yasam/agri-daginin-tirmanisa-acilacagi-mujdesi-dagcilik-camiasinda-sevincle-karsilandi/2043565. []
  32. “Railways will bring peace to South Caucasus”, Anadolu Agency, 15/01/2021. https://www.aa.com.tr/en/info/infographic/21657. []

Un soutien indispensable : la fondation IPLI

Cite this article as: Néhémie Strupler, "Un soutien indispensable : la fondation IPLI," in Dipnot, 22/12/2020, https://dipnot.hypotheses.org/2434.

Pour mener à bien certains projets, le monde de la recherche et de la culture a de plus en plus souvent besoin de multiplier les sources de soutien. Sans parrainage, de nombreux projets ne pourraient voir le jour. Le projet Européen, ses partenaires et l’Institut Français d’Études Anatoliennes à Istanbul (IFEA) remercient vivement la fondation IPLI qui a décidé de soutenir le projet Neolithic Bridge. Grâce à son engagement et à sa générosité, la fondation IPLI contribue à la réalisation du projet, à son rayonnement national et international et à la portée du projet au service de la culture, de l’éducation et de la préservation du patrimoine.

Lors d’une visite en janvier 2020, le directeur de la fondation IPLI, Timothy Reno, nous a fait le plaisir de visiter les studios de la maison de production ainsi que toute l’équipe de tournage et des membres de l’IFEA.





Rencontre dans les locaux de production du film Moving Stones de VTR. De gauche à droite : Erkan Turan (technicien son et vidéo), Ceren Mezgil (assistante réalisatrice), Nalân Sakızlı (réalisatrice), Mehmet Uğur Korkmaz (technicien son et vidéo), Bayram Balcı (directeur de l’IFEA), Ebru Aksoy (assistante réalisatrice), Hülya Mete (coordinatrice du projet européen), Enis Rıza (réalisateur), Timothy Reno (directeur de la fondation IPLI), Ozan Çağlar (technicien son et vidéo)

La Fondation IPLI est une fondation philanthropique dédiée à la mission de soutien académique et d’initiatives de recherche multidimensionnelle liés aux questions politiques en Europe, en Méditerranée et en Afrique.

Site web: https://ipli.eu/

Mimarlık Formasyonunun Kazanılmasında Fransa – Türkiye İlişkilerinin Tarihi: Göz Ardı Edilmiş Bir İnceleme Alanı

Cite this article as: Taybuğa Aybars Mamalı, "Mimarlık Formasyonunun Kazanılmasında Fransa – Türkiye İlişkilerinin Tarihi: Göz Ardı Edilmiş Bir İnceleme Alanı," in Dipnot, 28/04/2020, https://dipnot.hypotheses.org/2418.

Fransa uzun bir süre boyunca, Türkiye’den eğitim amaçlı yurtdışına giden öğrenciler, “Garp turu” yapan yeni mezun meslek insanları ve çalışmak isteyen profesyoneller için ilk akla gelen ülke oldu. Uzun vadede böyle bir faaliyette bulunmuş olan isimler arasında Osman Hamdi Bey, Muhsin Ertuğrul, İbrahim Çallı, İdil Biret, Sedad Hakkı Eldem gibileri hemen akla hemen geliyor. Biyografik ve monografik çalışmalar sayesinde bu gibi isimler hakkında etraflıca bilgiye de sahibiz. Bu çalışmaların yanı sıra Fransa’ya gidenleri dönem, tema, iş kolu dahilinde inceleyen araştırmalar da var. Bu çalışmalar sayesinde hem belirli bir alandaki uluslararası etkileşim mercek altına alınıyor hem de bir sebeple daha gizli kalmış pek çok kişi görünür hale geliyor.

Örneğin sanatçıları inceleyen çalışmalardan Deniz Artun’un Paris’ten Modernlik Tercümeleri adlı kitabı (2007), Osmanlı’dan II. Dünya Savaşı’na kadar Fransa’da eğitim gören sanatçıları mercek altına alırken, Necmi Sönmez’in Paris Tecrübeleri: Ecole de Paris – Çağdaş Türk Sanatı: 1945-1965 başlıklı çalışması (2019) konuyu Artun’un bıraktığı yerden alıyor ve Paris’in modern sanatın başkenti olma sürecindeki son evresinde Türk sanatçıların çalışmalarını, kurdukları ilişkileri inceliyor. Bu çalışmalarda bahsi geçen Türk sanatçıların, özellikle II. Dünya Savaşı sonrası Paris’teki uluslararası ortamda öne çıkan “Parizyen” kimliği içerisinde, gitgide bireysel ifadelerini buldukları ve kendi izlerini bıraktıklarını görüyoruz. Parizyen Türkler gerek kendi aralarında gerekse farklı milletlere mensup diğer Parizyenlerle oldukça renkli bir sosyal ağ oluşturmuşlardı. Bunlar arasından Türkiye’ye dönenler de sanat camiasında önemli bir yer edindiler.

Kimi yorumlara göre bir sanat dalı olan, kimine göre bir zamanlar sanatın bir dalıyken artık sanat olarak görülemeyecek olan, kimine göreyse sanatla alakalı olmayan mimarlığın durumu bu bağlamda nasıl karşımıza çıkıyor? Mimarların yukarıda saydığımız iki kitaptaki temsili oldukça kıt. Bu tabii ki Artun ve Sönmez’e yöneltilen bir eleştiri değil; bu iki kitabın bilimsel kapsamı dolayısıyla mimarlar zaten resimle uğraştıkları sürece bu çalışmalara dahil oluyorlar. Artun’un kitabında Vedad (Tek)’in 1893’te Académie Julian’a kayıt olduğu, 1894’ten 1898’e kadar ise Ecole des Beaux-Arts’da Constant Moyeaux atölyesinde élève aspirant (gelecek vaat eden öğrenci) olarak devam ettiği bilgisi veriliyor.1 Sönmez ise araştırmasında mimar kökenli Cihat Burak dışında mimarlara tanıklıkları sebebiyle başvuruyor; 1958 Brüksel Dünya Fuarı’nda yer alan Türkiye Pavyonu’nda İlhan Koman’ın gerçekleştirdiği heykel hakkında Utarit İzgi’nin anlattıklarını aktardığı kronolojik bölümde olduğu gibi.

Görsel 1: Laurens & Constant Atölyesi’nde Vedad’ın (Tek) imzası, 3. sıra (Artun, 2007).

Bu iki çalışmanın mimarlar açısından gösterdiği şey, Fransız ekolünün ve Fransa’da faaliyet gösteren Türk mimarların halen kapsamlı bir değerlendirmesinin yapılmamış olduğu. Bu alana dair bir mikro tarih çalışması olarak, Michèle Jolé’nin 2016 yılında tamamlanan ve 2017’de Bibliothèque (électronique) de l’IFEA tarafından yayımlanan Histoire turque de l’Institut d’Urbanisme de Paris: Des étudiants de 1919 à 1969 başlıklı önemli kitabı örnek gösterilebilir.2 L’Institut d’Urbanisme de Paris (IUUP) Türkiye’de bilinmeyen bir eğitim kurumu değildi. Enstitü mezunlarından Alâettin Cemil Topcubaşı 1936’da Belediyeler Dergisi’nde enstitünün eğitiminden bahseden yazılar kaleme alarak, şehircilikle uğraşan Türk uzmanları okuldan haberdar etmişti.3 II. Dünya Savaşı’nın ardından enstitüde Türk öğrencilerinin varlığında bir artış meydana gelmiştir, öyle ki, 1930’lu yıllara doğru öğrenim görmeye başlayan 75 Türk öğrenciden 60’ı, 1945 ve sonrasında okulda bulunmuştur.

Görsel 2: Belediyeler Dergisi’nde IUUP (1936, sayı 10, s.2)

IUUP’de şehircilik eğitimi almış Türk mimarlardan biri de hakkında yüksek lisans tezi yazmış olduğum Çelik Alatur.4 Alatur’un 1957’de 27 yaşındayken IUUP’de öğrencilikle başlayan Paris macerası ertesi yıl profesyonel çalışmalara evrildi. 1964’e kadar Türkiye’ye geri dönmeyen Alatur, Türkiye’ye dönüşü sonrasında da eşi Jacqueline Hanım vasıtasıyla Fransa’yla bağlantılarını sürdürdü. Çifte vatandaş olan mimarın Paris tecrübesini mercek altına almak benim için önemliydi, zira hayatının bu evresinin Alatur’un mimari çizgisinde belirleyici olduğuna inanıyorum. Bir mimarın oluşumuna bakmak bu açıdan oldukça heyecanlı bir iş.

Alatur’un neden Fransa’ya gitmeyi seçtiği sorusu, kendisiyle görüşmeden önce sormayı kararlaştırdığım ilk sorulardan biriydi. Alatur 1954’te İTÜ’den Yüksek Mühendis-Mimar unvanıyla mezun olduğunda kendisini yetişmiş bir mimar olarak kabul etmemişti. Yurtdışında tecrübe kazanmak istiyordu; o dönemde bunun en iyi yolu burs alarak eğitim görmekti. Fransızcayı çocukluk yıllarının geçtiği Ayvalık’ta, II. Dünya Savaşı zamanı savaştan kaçarak buraya yerleşen, yüzünde belirgin bir yara izi olan İsviçreli bir kadından öğrenmişti. Civardaki aileler bu kadına yardım olması amacıyla kendisinden çocuklarına Fransızca dersi aldırtıyorlardı. Böylece Çelik Alatur ikinci yabancı dil olarak Fransızca öğrendi. Alatur’un İTÜ’deki öğrencilik yıllarında, dönemin ünlü mimarı Paul Bonatz’la yaptığı projelere ait paftalarda da Fransızca yazdığı yazılar görülüyor.

Görsel 3: Paul Bonatz yürütücülüğünde Çelik Alatur’un öğrenci projesi: Taksim’de Büro, 1953 (İTÜ Mimarlık Fakültesi Arşivi).

Alatur henüz mezun olmadan Fransız Hükümeti Bursu’na başvurmuş ancak başvurusunun geç yapılmış olması nedeniyle kabul almamıştı. Bunun üzerine zorunlu askerlik hizmetini yerine getirmeye giden Alatur, Akşam Gazetesi’nde tefrika halinde Fransız polisiyeleri yayınlayan amcasının verdiği Fransızca romanlarla dil bilgisini tazeledi ve terhis olmadan önce Fransız Hükümeti Bursu’na yeniden başvurdu. Terhisinin ardından burs sonucunu beklediği süre zarfında Ankara’da Nafıa Vekaleti’nde altı ay çalışan Alatur, arkadaşı Polat Sökmen ile girdiği Siyasal Bilgiler Fakültesi Ek Binası Yarışması’nda ikincilik ödülünü kazandı. Daha sonra burs için İstanbul’da lisan imtihanına girdi, mülakat ise Hamdullah Suphi Tanrıöver’in Fatih’teki evinde gerçekleşti

Çelik Alatur ve arkadaşı Polat Sökmen, aylığı 30.000 frank olan 8 aylık bursu kazanarak 1956 senesinin Kasım ayında IUUP’de yüksek öğrenim görmeye gittiler. Bursunun az olması Alatur’un rahat bir yaşam sürmesini engelledi. Kaldığı yeri birkaç defa değiştiren Alatur, en sonunda Ecole des Beaux-Arts’daki diploma projesine yardım ettiği, aynı zamanda Atelier LWD bürosunda çalışan bir arkadaşının yardımıyla St. Germain des Prés, Rue de Rennes No. 109’da ucuz bir daire bulabildi.5

Görsel 4: l’IUUP ders programı.6

Michèle Jolé okulun 1947 ila 1953 yılları arasında Türk öğrenciler arasında popülerlik kazandığını, özellikle de Gustav Oelsner ve Kemal Ahmet Aru etkisiyle İTÜ mezunlarının IUUP’yi tercih ettiğini tespit eder. Okulun, Çelik Alatur’un öğrencilik yıllarındaki programına baktığımızda birinci sene verilen dersler aşağıda görüldüğü gibidir:

Görsel 5: André Gutton, Kemal Ahmet Arû ile beraber, 1957.7

Kemal Ahmet Aru’nun ricası üzerine, Aru’nun İkinci Dünya Harbinden Sonra Garp Avrupası’nda Mesken Problemi 8 başlıklı kitabını Direktör Pierre Lavedan’a ulaştıran Alatur, derslere devam ederken işlenen konuların büyük bir kısmının bu kitapta kullanıldığını fark etmişti.9 Şehircilik alanında teknik bir eğitim görmeyi bekleyen Alatur, IUUP’de gerek öğretim elemanlarının gerekse öğrencilerinin yarıdan fazlasının kamu yönetimi, belediyecilik, sosyoloji gibi alanlardan geldiğini, ders programının da sosyal bilimler alanında ve teorik ağırlıklı olduğunu görünce hayal kırıklığını uğradı. Üstüne üstlük, Art et Technique de la Construction des Villes dersinde, Saint-Germain-des-Prés bölgesindeki Ilôt Marché Saint Germain üzerine yaptıkları sene sonu konkuru çalışmasında Robert Auzelle ile çalışmayı beklerken André Gutton10 grubuna ayrılmaları; Polat Sökmen ile birlikte kiraladıkları için metinlerini aynı daktiloda, aynı formatta yazdıkları ve kentsel veriler üzerinden yapılan analiz çalışmalarını ortak yaptıkları için kopya çektikleri gerekçesiyle Gutton tarafından suçlanıp sınıfta bırakılmaları sebebiyle hevesi iyice kırıldı. Oysa Sökmen ve Alatur bölge üzerine birlikte çalışma yapmış, aynı daktiloda aynı formatta yazmış, ancak projelerini bu ön çalışma üzerinden bireysel olarak geliştirmişlerdi. Polat Sökmen sene tekrarını yaparken, Çelik Alatur sektörde çalışmaya başladı. Bir ara Ecole des Beaux-Arts’da tekrar mimarlık eğitimi almayı düşündüyse de bu yolu tercih etmedi.

Bursunun süresi dolan Alatur’un hem hayatını idame ettirmek hem Fransa’da yaşamaya devam edebilmek hem de Fransa’ya gelme sebebi olan mimarlık mesleğinde ilerleme amacını sürdürebilmek için çalışması gerekiyordu. İlk çalıştığı ofis Société pour l’Etude Technique et d’Aménagements Planifiés (SETAP) oldu. Alatur bu ofiste, Gine’de Péchiney Şirketi’nin boksit madeni ve alüminyum işleme tesisi yöneticileri ve işçileri için Michel Ecochard tarafından planlanan ve 1956 ile 1964 yılları arasında inşa edilen bir Fransız Geç-Kolonyal yerleşimi olan Fria’nın11 Korbüzyen usulde tasarlanan toplu konutlarının projelendirilmesinde çalıştı.

Görsel 6: Konut Blokları, Fria, Fotoğraf: Michel Ecochard (Aga Khan Trust for Culture).

Bir süre sonra, SETAP’ın bağlı olduğu ana ofis olan Atelier LWD’nin (Lagneau, Weill & Dimitrievitch) Neuilly sur Seine’deki bürosunda saatlik ücretle çalışmaya başlayan Alatur’un aylık geliri yaklaşık 100.000 franka yükselmiş, geçim sıkıntıları hafiflemişti. Ortaklardan Guy Lagneau, Ecole des Beaux-Arts’da öğretim görevlisiydi ve ofiste mimari sorumluluk onun üzerindeydi. Michel Weill iş bağlantılarını kurarken Jean Dimitrievitch ofisin organizasyonuyla ilgileniyordu. 1957-1958 yılları arasında yaklaşık 1 sene çalıştığı LWD’de Alatur’un üzerinde çalıştığı proje, Fransa’da savaş sonrası inşa edilen ilk müze olan Le Havre kentindeki Musée d’Art Moderne André Malraux projesi oldu. Burada Jean Prouvé’yle yapılan iş birliği Alatur’un mimari çizgisinde derin izler bıraktı.

Görsel 7: Musée d’Art Moderne André Malraux (Fotoğraf: Beaudoin Architectes)

Çelik Alatur ofiste çalışmaya başladıktan bir sene sonra projenin tamamlanmasıyla ofisten ayrılarak, Siyasal Bilimler Fakültesi yarışmasından aldığı ödülün yardımıyla iki ay boyunca kuzey ülkelerini gezdi, daha sonra LWD’de birlikte çalışırken istifa ederek başka bir ofise geçen grup yöneticisi Jacques Pezon’nun davetiyle Mimar Robert Biset’nin Rue Berthollet’deki bürosunda, bu sefer proje bazlı değil maaşlı olarak çalışmaya başladı. Ecole des Beaux-Arts’dan mezun olup Grand Prix de Rome kapsamında 1950-1953 yılları arasında Villa Medicis’de çalışmalar yaptıktan sonra geri dönen Biset, Ecole Spéciale d’Architecture’de ders veriyordu. Grand Prix de Rome sahibi olarak Güney Fransa’da, Provence-Alpes-Côte d’Azur Bölgesi Var Departmanı’nın mimari sorumluluğunu üstlenmesi sebebiyle ofis genelde Côte d’Azur’de ve Korsika’da mimari projeler ve kentsel düzenlemeler üzerine çalışıyordu. Biset Atölyesi bölgede 1953’ten başlayarak 1970’li yılların sonlarına kadar Toulon, La Seyne sur Mer, Draguignan, Hyères, Saint-Tropez, Ramatuelle kentlerinde faaliyet gösterdi. Bunun yanında Biset’ye İmar ve Şehircilik Bakanlığı tarafından Hyères ve Saint-Tropez’nin şehircilik işleri de verilmişti.12 Alatur bu ofiste 1963 yılı sonunda Türkiye’ye döndüğü tarihe kadar çalıştı.

Çelik Alatur’un Fransa’daki çalışmalarını değerlendirdiğimizde, profesyonel hayatına desinatör olarak başladığını görüyoruz. SETAP ve LWD’de büro şefi bir görev verir, Alatur bu proje için öneriler hazırlar, Guy Lagneau önerilerin kontrolünü ve takibini yapardı. Biset Atölyesi’nde ise Alatur daha serbest bir biçimde çalışıyordu. İlk işi olan Port de Hyères projesinden itibaren Biset beklentilerini anlatıyor, projeyi Alatur hazırlıyordu. Alatur, Biset Atölyesi’nde iyi şartlarda yaklaşık altı senelik çalışma süresince, sıklıkla Akdeniz kıyı şeridinde seyahate çıktı, zaman zaman da yarışma yapan mimarlara destek vererek para kazandı. Kazancı iyi olan, fırsat buldukça arkadaşlarıyla Avrupa turuna çıkan ve Biset sayesinde çalışma izni ve 10 yıllık oturma izni olan (o sırada henüz evli değildi ve Fransız vatandaşlığı almamıştı) Çelik Alatur ressamlardan, heykeltıraşlardan, edebiyatçılardan, sinemacılardan oluşan bir çevrede canlı bir sosyal hayat yaşıyordu.13 Bu çevrede Mübin Orhon ve çömezleri, Cihat Burak (nâm-ı diğer Borak)14 gibi ressamlarla Montparnasse’ta, Café Select’te buluşur, kozmopolit Paris sosyal ortamında pek çok yabancıyla tanışır, Ecole des Beaux-Arts’ın mimarlık öğrencilerinin, sonuncusu 1966’da düzenlenen Rougevin Festivali gibi etkinliklere katılırlardı.

Çelik Alatur Fransa’nın savaş sonrası yoğun inşa faaliyetine, iç turizmin canlandırılması uygulamalarına ve bunların canlı tartışma ortamına tanıklık etmişti. Logeco15 uygulaması, HLM’lerin tekdüzeliği ve turizm yapıları üzerine gözlemleri Alatur’un sonraki mesleki çalışmalarında izlenebilmektedir. Örneğin, Atelier LWD’deki toplu konut projelerinden edindiği tecrübeyi Mersin Mezitli Şişecam Tesisleri’nin lojman binalarında kullandığından bahseder. Lisans eğitimi sonrasındaki yıllarda Çelik Alatur’un mesleki uzmanlığı Akdeniz coğrafyası ve turizm üzerine odaklanmıştı. Alatur bu uzmanlığını –kendisinin de Akdenizli olmasının haricinde– Biset Atölyesi’ndeki çalışmalarına dayandırmaktadır. Yukarıda belirtildiği gibi Biset’nin Grand Prix de Rome sahibi olması, ona Var şehrinin Architecte en Chef des Batiments Civils et des Palais Nationaux unvanını sağlamıştı. Bu sebeple önemli kamusal yapıların ön projeleri Biset Atölyesi’nde üretiliyor, daha sonra yerel ofislere gönderiliyordu. Alatur bu kapsamda pek çok araştırma yaptı ve Fransa’nın Akdeniz kıyısındaki topraklarına pek çok gezi yapmış, böylece turizm mimarisi üzerine uzmanlaşmıştı. Bunun yanında boş zamanlarında arkadaşlarıyla yakın çevrede kısa süreli geziler gerçekleştirerek hem Klasik Fransız mimarisini hem de Le Corbusier’nin binaları gibi güncel mimarlık üretimini takip ederek mimari bilgisini geliştirmişti.

Böylece mimari çizgisini oturtan Çelik Alatur 1963 yılının sonunda Türkiye’ye dönerek Türkiye İş Bankası’nda çalışmaya başladı. Daha önce Cihat Burak’la arkadaşlığının temellerini attığı Nafıa Vekaleti’nden eski amiri Adnan Kocaaslan, bankada İnşaat ve Emlak Dairesi Müdürü’ydü. Alatur’u tanıyan Kocaaslan, onun uzmanlık alanlarına duyarlı bir biçimde yaklaştı ve böylece Çelik Alatur bankadaki kariyeri boyunca büro binalarının yanında esas olarak turizm yapıları üzerine çalışmalar gerçekleştirdi. Mimarın, kökleri Fransa’ya dayanan fikirlerine dair somut örnekler arasında, Jean Prouvé etkileri belirgin olan Türkiye İş Bankası Yelkenkaya Dinlenme Tesisleri’nin üniteleri görülebilir. Ünitelerin zeminden yükseltilmesi ve çatı boşluğunun da hava sirkülasyonu yaratmakta kullanılması Alatur’un, Prouvé’nin Maison Tropicale projelerinin tasarım prensiplerinden ders çıkardığını gösterir. Doğrudan esinlenmenin haricinde; Côte d’Azur, İspanya, İtalya, Yunanistan gibi Akdeniz coğrafyasına ait mimari dokuyu referans alan ve “Teraslı Tip” adını verdiği fikir projesini Alatur, fikirsel olarak Biset Atölyesi’nde çalıştığı dönemde geliştirmeye başladığını belirtmektedir.

Görsel 8: Yelkenkaya Dinlenme Tesisleri, konaklama birimlerine ait prensip kararları, Çizim: Çelik Alatur (Taybuğa Aybars Mamalı Kişisel Arşivi).
Görsel 9: Maison Tropicale, Brazzaville (wikiarquitectura.com)
Görsel 10: Teraslı Tip (Çelik Alatur Kişisel Arşivi)
Görsel 11: Robert Biset Atölyesi’nin “Plan d’aménagement du domaine de Tralicetto, Sartène (Corse-du-Sud)” projesi, 1962 (Cité de l’architecture et du patrimoine)

Çelik Alatur örneği üzerinden, bir mimarın Fransa’da kendi çizgisini nasıl oluşturduğunu inceleyen bir çeşit vaka etüdü olarak görülebilecek bu metni, başta ortaya attığımız sorunu yeniden gündeme getirerek noktalamak gerekir: Fransız ekolünün Türkiye’deki yansımalarının ve Fransa’da faaliyet gösteren Türk mimarların faaliyetlerinin kapsamlı bir değerlendirmesinin yapılmasının önemi. Herhalde böyle bir çalışmayı –özellikle de Osmanlı Dönemi için- anakronistik bir biçimde, milliyet ekseninde tanımlamak doğru olmayacaktır. Yani Vedad Tek, Sedad Hakkı Eldem, Rüknettin Güney, Abdurrahman Hancı gibi isimlerin yanında Balyanların çeşitli üyeleri, hatta Levanten Alexandre Vallaury gibi mimarları da çalışmaya dâhil etmek gerekir. Bir başka araştırma rotası da “yapan mimarlar”ın yanında, “yazan mimarları” incelemek olsa gerek. Fikirlerin ve kuramların seyahati ve uyarlanma biçimlerini görünür kılmak, Türkiye mimarlığında Alman etkilerine olan saplantıyı dengeleyecektir. Klişe niteliğindeki yarı-doğru bilgileri revize etme ve görünürlüğü düşük profilleri inceleme potansiyeline sahip bu tür bir çalışmanın önemini bu metinde ortaya koymaya çalıştım. Bu sayede belki, mimarlık alanında olduğu kadar şehircilik alanında da HLM, Logeco gibi modellerin ve uygulamaların Türkiye’deki konut üretim biçimlerine bir etkisi olup olmadığı gibi (en azından benim kafamdaki) sorulara cevap verilebilir ve yeni sorular sorulabilir.

  1. Bu tarihlerde Ecole des Beaux-Arts Fransız vatandaşı olmayanları kabul etmemekte, diploma vermemektedir. []
  2. Jolé, Michèle. Histoire turque de l’Institut d’urbanisme de Paris : Des étudiants de 1919 à 1969. Nouvelle édition [en ligne]. Istanbul : Institut français d’études anatoliennes, 2016 (généré le 12 février 2020). Disponible sur Internet : <http://books.openedition.org/ifeagd/2180>. ISBN : 9782362450655. DOI : 10.4000/books.ifeagd.2180. []
  3. Belediyecilik Okulu (1936). Belediyeler Dergisi, Yıl 1, Sayı 10, s. 2.
    Topcubaşı, Alâettin (1936). Belediyecilik Okulu – Fransa’da Belediyeler İdaresi Ulusal Okulu. Belediyeler Dergisi, Yıl 1, Sayı 11, ss. 2-6.
    Topcubaşı, Alâettin (1936). Belediyecilik Okulu – Fransa’da Belediyeler İdaresi Ulusal Okulu. Belediyeler Dergisi, Yıl 1, Sayı 12, ss. 14-17. []
  4. Mamalı, Taybuğa Aybars (2019). Türkiye İş Bankası Mimarlığı ve Çelik Alatur’un Çalışmaları. Yayımlanmamış yüksek lisans tezi, İstanbul Teknik Üniversitesi Fen Bilimleri Enstitüsü. []
  5. Çelik Alatur’dan Michèle Jolé’ye mektup, 2011. []
  6. Carrasco, D. M. (2018). Diplômes et Diplômés en Urbanisme: Paris 1919 – 1969. (Doktora tezi). L’Université Paris Nanterre, Paris. []
  7. Arû, K. A. (2001). Kemal Ahmet Arû: Bir Üniversite Hocasının Yaşamının 80 Yılı. İstanbul: YEM. []
  8. Arû, K. A. (1951). İkinci Dünya Harbinden Sonra Garp Avrupasında Mesken Problemi. İstanbul: İTÜ. []
  9. Çelik Alatur’dan Michèle Jolé’ye mektup, 2011. []
  10. 1957’de UIA toplantısı için Türkiye’ye gelen Gutton, döneminde Türkiye’ye yabancı bir isim değildir. []
  11. de Raedt, K. (2015). Fria New Town. Delft Architectural Studies on Housing, 12-13, 174-183. []
  12. Odile, J. (2012). Archives Départementales du Var: Robert Biset et le département du Var. Colonnes, 28, 30-32. []
  13. Bu yıllarda sanatçıların Paris’teki ortamlarının tasviri için Ali Akay’ın 2 Ekim 2018 tarihinde t24’te yayımladığı “Charles Aznavour: Arkada kalan bir dünya” başlıklı yazısına bakınız. https://t24.com.tr/yazarlar/ali-akay/charles-aznavour-arkada-kalan-bir-dunya,20530 []
  14. Alatur, Burak’la Nafıa’da beraber çalışmıştı. []
  15. Logeco: logements économiques et familiaux. []

Hommage à Jacques Thobie (1929-2020)

Cite this article as: Faruk Bilici, "Hommage à Jacques Thobie (1929-2020)," in Dipnot, 09/04/2020, https://dipnot.hypotheses.org/2414.

Historien des relations internationales et spécialiste d’histoire économique et financière du Moyen-Orient, Jacques Thobie vient de nous quitter à l’âge de 91 ans, après avoir accompli une œuvre scientifique monumentale et formé un grand nombre d’étudiants et chercheurs.

Reconnu et respecté par le monde scientifique, Jacques Thobie était élève à l’École normale supérieure de Saint-Cloud, agrégé d’histoire et titulaire de deux thèses fondamentales dans le sillage de Pierre Renouvin et de Jean-Baptiste Duroselle, eux-mêmes  : la première (3e cycle) sur les phares ottomans, publiée en 2004 sous le titre L’administration générale des phares de l’Empire ottoman et la société Collas et Michel (1860-1960) – Un siècle de coopération économique et financière entre la France, l’Empire ottoman et les États successeurs (Paris, L’Harmattan). Le premier volume de sa thèse d’État, Intérêts et impérialisme français dans l’Empire ottoman (1895-1914), a été publiée en 1977 aux Publications de la Sorbonne. Après la soutenance de celle-ci en 1973, Jacques Thobie est élu maître de conférences à l’Université Rennes II, où il enseigna durant quinze ans avant d’être élu professeur d’histoire des relations économiques internationales contemporaines à l’Université Paris VIII, de laquelle il était professeur émérite.

Directeur de l’Institut français d’études anatoliennes à Istanbul (1991-1994), puis, professeur à l’Université de Galatasaray, Jacques Thobie était également l’un des fondateurs avec J.-B. Duroselle de la revue des Relations Internationales en 1974. Grand connaisseur des sources financières économiques internationales et notamment moyen-orientales, émanant des archives publiques, mais aussi des grandes banques (le Crédit Lyonnais, la Banque de l’Union parisienne, la Banque de Paris et des Pays-Bas, la Société générale), Jacques Thobie était également un « dénicheur » de fonds d’archives méconnus, comme les archives de la Banque impériale ottomane (devenue Banque ottomane en 1925). C’est en grande partie, grâce à son énergie indéfectible que l’ancien siège de la Banque ottomane à Istanbul est devenu un centre de recherche incontournable (SALT). A défaut de pouvoir utiliser les archives ottomanes, Thobie a très largement mis à contribution des sources jusqu’à maintenant considérées comme « secondaires » pour l’analyse des relations internationales.

Ainsi le mérite fondamental de Jacques Thobie est d’avoir placé au cœur des relations internationales, non pas la diplomatie, mais les « forces profondes », telles que l’économie, la finance, le culturel et le cultuel. Son dernier ouvrage, paru en 2009, sous le titre Les Intérêts culturels français dans l’Empire ottoman finissant, l’enseignement laïque et en partenariat (Peeters, Leuven) venait précisément couronner cette vision de l’histoire globale. Dans cet ouvrage, l’action éducative de la France est examinée sous le prisme des établissements français et étrangers protégés et souvent subventionnés par la France. Naturellement la langue française est un puissant moteur pour accompagner les intérêts économiques et financiers, issus des capitulations et du protectorat catholique. A partir des grandes réformes (Tanzimat), le français joue le rôle de langue de communication dans l’Empire, parfois au-devant du turc ottoman en tout cas dans la diplomatie et l’économie. Dans ses travaux, naturellement J. Thobie s’interroge longuement sur la neutralité de la langue. Du même coup, le contrôle des établissements francophones laïques et des écoles congrégationnisites devient un enjeu, source de tension au même titre qu’en France.

Le grand regret de Thobie serait certainement de ne pas avoir vu le second volet de cette dimension « culturelle », l’enseignement congrégationniste d’origine européenne et plus particulièrement française dans l’Empire ottoman, en tant qu’instrument de l’impérialisme. Sa participation active à l’ouvrage collectif, Histoire de la France coloniale (2 vol. Paris, A. Colin, 1991), dénote, si besoin est, cette préoccupation constante du chercheur de l’histoire coloniale et de son héritage dans le monde contemporain. Si l’Empire ottoman n’est pas transformé dans sa totalité, à une colonie, tout au moins, jusqu’à son découpage en zone d’influence en 1918, certaines régions l’ont été, notamment l’Algérie, l’Égypte et la Tunisie.

La chronologie des travaux de J. Thobie n’est pas limitée à la Première Guerre mondiale et l’espace étudié va bien au-delà de la partie asiatique de l’Empire ottoman et de la Turquie contemporaine. Ses activités scientifiques au travers des différents colloques et ouvrages collectifs sur le thème d’industrialisation en Turquie en Méditerranée orientale tendent à ouvrir de nouveaux champs dans les recherches « post-coloniales » pour les générations futures.

Quatre villes et un corpus : séjour de recherche au Musée archéologique d’Istanbul

Cite this article as: Bénédicte Cuperly, "Quatre villes et un corpus : séjour de recherche au Musée archéologique d’Istanbul," in Dipnot, 17/02/2020, https://dipnot.hypotheses.org/2350.

Doctorante en histoire et en philologie du Proche-Orient ancien, je prépare depuis l’automne 2016 une thèse1 sur un texte littéraire sumérien intitulé La Descente d’Innana aux Enfers (Angalta2). Ce poème épique narre au fil d’environ 400 vers l’héroïque catabase de la déesse principale du panthéon sumérien, Innana, et ses conséquences pour son amant Dumuzi. Innana, ayant trouvé la mort au Pays-sans-retour, est ressuscitée par le dieu des rituels Enki, mais ne peut quitter les Enfers sans fournir de substitut. C’est son amant, le dieu-berger Dumuzi, qui finit par devoir remplir ce rôle, avant qu’un compromis ne soit trouvé : il ne passera finalement que six mois par an aux Enfers.

La partie du récit racontant la mort de Dumuzi prend place dans un corpus qui comprend une vingtaine de versions de cette histoire. Seuls deux de ces récits, Angalta et un autre texte, lient causalement la mort du dieu au voyage d’Innana aux Enfers.

Mon objectif a donc été de comprendre pourquoi ces deux mythes ont été fusionnés : s’agit-il d’un hasard ? Après tout, les deux histoires ont la mort pour thème et leurs héros respectifs forment un couple. Ou d’un geste délibéré, de l’émergence d’une nouvelle idée théologique ? À quelle époque et dans quel contexte cette histoire a-t-elle vu le jour ? Peut-on identifier un « après-Angalta » ?

Il s’agissait en somme de ré-historiciser un objet littéraire. Pour ce faire, j’ai suivi la méthodologie développée à Göttingen par Christian Zgoll et implémentée par le groupe pluridisciplinaire de recherche sur les mythes STRATA3, dont j’ai fait partie pendant trois ans et qui a financé mon doctorat.

Ce travail sur le contenu mythique du texte, mélangeant analyse narratologique et éléments d’anthropologie, n’a pu que s’appuyer sur un rigoureux travail philologique. Angalta avait certes déjà fait l’objet de plusieurs éditions et traductions4. Cependant, depuis la dernière édition complète, celle de W. R. Sladek en 1974, de nombreux fragments ont été identifiés dans les collections de sources cunéiformes. Il convenait donc de reprendre entièrement les manuscrits, les nouveaux fragments remettant assez fréquemment en question certaines lectures de tablettes déjà connues.

Le poème est en effet parvenu jusqu’à nous sous la forme d’une cinquantaine de tablettes d’argile et de fragments inscrits en cunéiforme. L’écriture cunéiforme étant une écriture en trois dimensions – on inscrit les signes en pressant son stylet sur l’argile, on ne les trace pas –, il peut être difficile de lire sur photographie, notamment quand les signes sont mal tracés ou endommagés, ou la tablette très abîmée.

Certaines tablettes sont de grands formats et contenaient l’ensemble du texte, d’autres de simples extraits, parfois d’une dizaine de lignes seulement. À une exception près, elles remontent à la première moitié du second millénaire avant notre ère, soit à la période dite d’Isin-Larsa, soit à celle de la première dynastie de Babylone, celle d’Hammurabi. Aujourd’hui, elles sont dispersées entre différents musées et collections : Philadelphie, Londres, Istanbul, Bagdad, Oslo, Yale et Iéna.

Collations au musée archéologique d’Istanbul

J’ai pu venir collationner mes sources au Musée archéologique d’Istanbul5 au mois de septembre 2019, pendant deux semaines. J’ai à cette occasion été hébergée par l’IFÉA6.

Figure 1 : Les gardiens du Musée des œuvres de l’Orient ancien : lion monumental néo-hittite et chat endormi

Concrètement, en quoi consiste un séjour en musée ? Dans mon cas, je disposais déjà de copies7 des tablettes stambouliotes, et de leur transcription par d’autres chercheurs, mais pas de photographies. Or une copie est déjà une interprétation : outre les copistes qui normalisent les signes, on copie toujours ce qu’on croit voir et comprendre. Il est donc essentiel de pouvoir vérifier que les copies sont fidèles aux originaux, qu’aucun signe n’a été oublié etc. ; c’est ce que l’on appelle collationner.

Figure 2 : Station de travail dans la collection des tablettes cunéiformes du Musée des œuvres de l’Orient ancien

Mon travail au sein de la collection a donc consisté en une lecture attentive des tablettes, en m’aidant des copies et des transcriptions, puis d’une séance de photographie. J’ai ensuite passé plusieurs journées à travailler sur les passages qui posaient problème, en copiant certains signes pour mieux les lire.

La majeure partie des copies était finalement de très bonne facture. Dans le cas d’une tablette cependant, plusieurs lignes n’avaient pas été copiées, alors même qu’on pouvait, certes difficilement, les lire. Ces lignes correspondant à un passage important et pour l’instant mal reconstruit du texte, ce séjour à Istanbul m’a permis de faire avancer notre connaissance de ce texte.

Aux origines de la dispersion du corpus cunéiforme de Nippur

Les tablettes que j’ai pu étudier à Istanbul font partie d’un ensemble plus vaste réparti aujourd’hui entre les musées d’Istanbul, de l’University Museum à Philadelphie et de la collection Hilprecht à Iéna8. Pour comprendre cette dispersion, il convient de suivre le destin de ces tablettes, de la ville où elles furent inscrites et découvertes, aux trois villes qui les accueillent de nos jours.

Nippur

Le corpus dont font partie les manuscrits d’Angalta de Philadelphie, Iéna et Istanbul est constitué de tablettes inscrites à l’époque paléo-babylonienne dans la ville antique de Nippur. Nippur était l’une des cités principales du sud de la Mésopotamie, et, bien qu’elle n’ait jamais été une capitale politique, elle revêtait une importance particulière pour les Mésopotamiens, en particulier pour les souverains. Elle était en effet considérée comme le centre du monde, le lien entre ciel et terre, et la reconnaissance par le clergé local valait légitimation.

Figure 3 : Nippur, une cité antique au cœur de la Basse-Mésopotamie

Capitale religieuse et intellectuelle de la région, elle abritait une population nombreuse de scribes et de prêtres. L’apprentissage du cunéiforme par ces lettrés passait par l’étude des grands textes littéraires et religieux, dont Angalta. Les manuscrits à ma disposition sont des copies d’élèves, qu’on a retrouvées en très grand nombre dans la ville.

Si la présence d’une ville antique sur le site de Nippur était relativement évidente lors des premières fouilles9, les fouilles entreprises à partir de 1888 par la Babylonian Expedition de l’Université de Pennsylvanie n’ont pas tout de suite permis de se rendre compte de l’importance du site. La faible moisson de tablettes, et les conditions très difficiles des fouilles10 ont conduit l’épigraphiste Hermann Hilprecht à se replier très rapidement à Constantinople, la capitale de l’Empire ottoman, auquel l’Irak est alors rattaché. Le directeur officiel de l’expédition, le professeur John P. Peters, passe également peu de temps sur le chantier, dirigé dans les faits par John H. Haynes, un photographe.

Constantinople (Istanbul)

Hilprecht ne reste pas inactif à Constantinople. Il cherche à acquérir des tablettes sur le marché des antiquités. Il se rapproche également du futur directeur du musée archéologique d’Istanbul, Osman Hamdi Bey, l’artisan de la politique archéologique ottomane.11 Ce dernier, archéologue autodidacte, fondateur du premier musée de Turquie, a milité avec succès pour l’adoption de lois visant à protéger le patrimoine de l’empire, finalement votées en 1883 et 1884 : cette politique permet d’endiguer la sortie du territoire des œuvres, et redonne au gouvernement ottoman la main sur le commerce des antiquités.

Hilprecht, contrairement à d’autres archéologues américains, a bien appréhendé la situation. Il met à profit son extraction européenne pour instaurer une relation de connivence avec Hamdi Bey, qui a longtemps vécu en France. Cette amitié lui permet de négocier une sortie des tablettes du pays. Une partie du corpus est néanmoins conservée au Musée archéologique d’Istanbul et Hilprecht, qui a étudié en Allemagne auprès du grand assyriologue Delitzsch et maîtrise donc le cunéiforme, assiste le personnel du musée.

Philadelphie

Les autres tablettes sont envoyées à Philadelphie, siège de l’Université de Pennsylvanie. Si dans un premier temps, les archéologues trouvent peu de tablettes à Nippur, à partir de 1900, Hayes se met à en découvrir des dizaines de milliers. Hilprecht s’arroge tout le prestige des découvertes, ce qui conduit à la « controverse Peters-Hilprecht » : son attitude lui vaut d’être bientôt dénoncé comme un imposteur par nombre de ses collègues, dont son ancien maître Delitzsch, et le directeur de la fouille, Peters.

En 1910, la crise atteint son acmé : refusant une inspection de la direction du musée de l’université, Hilprecht part pour l’été en Allemagne avec les clefs de la collection. Le musée fait forcer la porte et découvre des tablettes dans des conditions de conservation discutables. Humilié, Hilprecht présente sa démission et à sa  grande surprise, l’université l’accepte, ce qui met fin à sa carrière académique.

Iéna

Les lois ottomanes adoptées sous l’impulsion de Hamdi Bey interdisaient officiellement la sortie des antiquités du territoire. En réalité, le sultan pouvait faire des dons personnels d’antiquités, ce qui fut le cas avec Hilprecht. L’Empire ottoman lui remit de très nombreuses tablettes, qu’il offrit ensuite à l’Université de Philadelphie. L’assyriologue avait cependant gardé pour lui les plus belles pièces, qu’il eut le temps de transférer en Allemagne avant la controverse qui mit fin à sa carrière. Sa deuxième épouse légua ce fonds à l’Université de Iéna après sa mort, legs qui est à l’origine de la collection Hilprecht, toujours hébergée par le département d’assyriologie.

Conclusion : de nouvelles pistes ?

C’est  ainsi que les tablettes de Nippur se sont retrouvées dispersées entre Istanbul, Philadelphie et Iéna. Un seul duplicat de la Descente d’Innana se trouve à Iéna, mais il faut noter qu’un des plus importants manuscrits, très endommagé, une grande tablette coupée en son milieu, se trouve écartelé entre les Etats-Unis et la Turquie : Hilprecht n’avait pas remarqué qu’il s’agissait des deux moitiés d’un seul et même objet.

La dispersion des tablettes de Nippur montre bien comment la géopolitique du passé et une éthique scientifique discutable peuvent engendrer de nombreuses difficultés pour la recherche moderne (et augmenter considérablement l’empreinte carbone des chercheurs…).

Cependant, même si pour l’instant rien ne remplace tout à fait les collations en musée, surtout pour les textes littéraires, on peut tout de même espérer que les développements technologiques de ces dernières années (technique RTI12, scan et impression 3D) viennent peu à peu pallier ces déboires hérités de la Belle Époque.

Bibliographie

Frith, S., « The Rise and Fall of Hermann Hilprecht », The Pennsylvania Gazette (Jan.-Feb.), 2003. Disponible en ligne : http://www.upenn.edu/gazette/0103/frithsidebar.html (consulté le 28/01/2020).

Joannès, F. (éd.), Dictionnaire de la civilisation mésopotamienne, R. Laffont (Paris), 2001.

Lafont, B., Tenu, A., Joannès, F., Clancier, P., La Mésopotamie. De Gilgamesh à Artaban 3300-120 av. J.-C., Belin (Paris), 2017.

Ousterhout, R. G., « Archaeologists and Travelers in Ottoman Lands », Expedition Magazine 52.2, 2010, 9-20. Disponible en ligne : http://www.penn.museum/sites/expedition/?p=12804 (consulté le 28/01/2020).

  1. Sous la direction d’Annette Zgoll et Bertrand Lafont, en cotutelle (universités Georg-August-Universität Göttingen et Paris 1 Panthéon-Sorbonne). []
  2. La Descente d’Innana aux Enfers est une appellation moderne ; les textes sumériens étaient désignés par leur incipit, en l’occurrence Angalta (« Du grand ciel »). []
  3. https://www.uni-goettingen.de/de/556429.html (consulté le 28/01/2020). []
  4. Voir la bibliographie au début de la traduction en ligne de Pascal Attinger https://zenodo.org/record/2599619 (consulté le 28/01/2020). []
  5. Plus précisément au Musée des œuvres de l’Orient ancien, l’un des trois musées du complexe qui constitue le Musée archéologique d’Istanbul. []
  6. Je profite de cette occasion pour remercier Bayram Balcı et Néhémie Strupler pour leur accueil, Selim Adalı et İlgi Gerçek, Emel Keskin, Derya Nuhbalaoğlu et Jenny Malikouti pour leur aide très précieuse. Merci également au personnel du musée. []
  7. C’est-à-dire d’un dessin de la tablette : voir par exemple ici https://cdli.ucla.edu/search/archival_view.php?ObjectID=P346465 (la copie du fragment se trouve sous la photographie). []
  8. D’autres tablettes ont été découvertes lors de fouilles ultérieures et se trouvent aujourd’hui à Bagdad et à Chicago, mais aucun exemplaire d’Angalta ne figurant parmi elles, et le contexte de la répartition des trouvailles étant alors différent (notamment du fait de l’indépendance irakienne), je ne développerai pas cet aspect dans cette note. []
  9. L’accumulation du bâti des villes antiques a formé des collines (les tells) qui se détachent dans le paysage très plat de la plaine alluviale mésopotamienne. []
  10. Fièvre typhoïde, chaleur, escarmouches entre et avec les habitants. []
  11. Sur la genèse du Musée archéologique d’Istanbul, voir le billet de Néhémie Strupler « Le Musée Sainte-Irène à Constantinople », https://dipnot.hypotheses.org/2285 (consulté le 29/01/2020). []
  12. http://culturalheritageimaging.org/Technologies/RTI/ (consulté le 28/01/2020). []

Compte-rendu de la conférence de presse du projet européen mené par le Pôle Archéologie de l’IFEA à Istanbul

« Documenter et diffuser le patrimoine néolithique d’Anatolie, pont culturel vers l’Europe »

Cite this article as: Néhémie Strupler, "Compte-rendu de la conférence de presse du projet européen mené par le Pôle Archéologie de l’IFEA à Istanbul," in Dipnot, 22/09/2019, https://dipnot.hypotheses.org/2325.

L’Institut Français d’Études Anatoliennes à Istanbul (IFEA) a tenu une conférence de presse le jeudi 19 septembre 2019 à l’Institut Français d’Istanbul afin de réunir les médias locaux et de présenter les premières images du documentaire « Moving Stones » réalisé dans le cadre du projet européen « Documenter et diffuser le patrimoine néolithique d’Anatolie, pont culturel vers l’Europe ».

Dans le cadre de l’instrument d’aide de pré-adhésion de la Turquie à l’Union Européenne, l’IFEA supervise la réalisation du film documentaire  « Moving Stones » par VTR sur le patrimoine néolithique anatolien, en partenariat avec les associations İMEÇE (İnsan, Mekân, Enerji ve Çevre Derneği, Ankara) et BABiL (Toplum Kültür Sanat Çalışmaları ve Belgesel Sinema Derneği, Istanbul).

Ce projet vise à mettre en son et en images le patrimoine archéologique anatolien afin d’illustrer l’adoption et le transfert du Proche-Orient vers l’Europe des connaissances parmi les plus marquantes de l’épopée humaine, la domestication et la sédentarisation. Ainsi, le patrimoine archéologique anatolien est mis en avant comme preuve du dialogue, de la collaboration et des échanges transfrontaliers continus à toutes les périodes, eux-mêmes éléments moteurs de l’humanité.

L’auditorium de l’Institut Français à Istanbul pendant la conférence de presse
Auteur : VTR

Pour l’ouverture de la conférence de presse, à la suite des mots d’introduction de son directeur, Bayram Balcı, l’IFEA et ses partenaires ont eu l’honneur de laisser la place à deux importantes personnalités pour introduire le projet : M. Alexander Fricke de la Délégation de l’Union européenne en Turquie puis M. Şeref Ateş, directeur de l’Institut Yunus Emre.

Une deuxième partie de la conférence de presse était consacrée à la direction du projet avec la participation du directeur du projet, Néhémie Strupler (IFEA) et les représentants des deux partenaires, Kumru Arapgirlioğlu (iMEÇE) et Semih Çelik (Babil).

La troisième partie de la conférence de presse était organisée autour d’une discussion commune entre Martin Godon, préhistorien et attaché de coopération scientifique et universitaire de l’Ambassade de France, Enis Rıza, réalisateur du film documentaire et le professeur Edhem Eldem, titulaire de la chaire d’histoire turque et ottomane au Collège de France.

Orateurs de la discussion sur l’archéologie et le dialogue interculturel (de gauche à droite) : Edhem Eldem, Enis Riza et Martin Godon
Auteur : VTR

Cette discussion a été l’occasion de rappeler le contexte pour les médias et le public. La période néolithique qui débute au Proche-Orient vers le 10e millénaire avant J.-C. et se termine dans cette région du monde au 5e millénaire avant J.-C. correspond à un changement profond du comportement humain face à la nature. On assiste du passage de la vie humaine nomadique, fondée sur la chasse et la cueillette, à un mode de vie sédentaire, fondée sur l’agriculture. L’Europe bénéficiera avec 4000 ans de décalage l’adoption de ces innovations proche-orientales. La géographie anatolienne a donc joué un rôle déterminant dans le transfert de ces connaissances entre, d’une part, le Proche-Orient et, d’autre part, le Sud-est de l’Europe et le bassin méditerranéen. Dès lors, ce patrimoine commun est une preuve éclatante du dialogue, de la collaboration et des échanges transfrontaliers continus à toutes les périodes.

Les retours du public et la couverture dans la presse tant grand public que spécialisée dans les jours suivants prouvent le franc succès de cette initiative et que la projection du documentaire est d’ores et déjà largement attendue.

Erken Tunç Çağı’nda Güneydoğu Anadolu Bölgesi’nde Ölü Gömme Uygulamaları

Arkeoloji alanındaki çalışmalarını İstanbul ve Ankara dışından yürüten araştırmacılar, ihtiyaç duydukları yayınlara ulaşmakta sıkıntı çekmektedir. Fransız Anadolu Araştırmaları Enstitüsü (IFEA), kısa süreli araştırma bursu kapsamında İstanbul dışında yaşayan doktora öğrencilerine konaklama ve kütüphanesinden faydalanma fırsatı sunmaktadır. Söz konusu bursa Erken Tunç Çağı’nda Güneydoğu Anadolu Bölgesi’nde Ölü Gömme Uygulamaları isimli doktora tezime yönelik literatür taraması için başvurmuştum. Burs süresince de IFEA’nın zengin kütüphanesinde süreli yayın ve monografileri inceleme fırsatı buldum. Ayrıca misafirperver ve güleryüzlü IFEA çalışanlarının sağladığı rahat ve huzurlu çalışma ortamında verimli bir ay geçirdim. Bu süre zarfında, Güneydoğu Anadolu Bölgesi’nde tespit edilmiş, yayınlanmış mezar ve mezarlıklar hakkındaki bilgileri derledim, aşağıda genel hatlarıyla bu bilgileri paylaşacağım.  

Ölüm olgusuna nasıl yaklaşıldığına göre gelişip, gelenekleşen uygulamalar, toplumların hayatında uzun süre varlığını koruyan öğeler niteliğindedir. Ölü gömme gelenekleri kolaylıkla değişebilen veya bir toplumdan diğerine kolaylıkla aktarılabilen kültürel bir unsur değildir. Bu sebeple, bir bölgedeki veya toplumdaki ölü gömme adetlerinin bir bütün olarak ele alınması, uzun süre korunmuş veya zamanla değişime uğramış geleneklerin belirlenmesine ve bölgenin, toplumun ekonomik, sosyo-kültürel yapısının daha iyi anlaşılmasını sağlar.   

Tezin coğrafi sınırlarını çizen Güneydoğu Anadolu Bölgesi, Güneydoğu Toros dağlarının dışbükey kıvrım yaptığı alanın güney kesimi ile Suriye sınırı arasında yer alır. Bölgeyi, batıdaki “Orta Fırat Bölümü” ve doğudaki “Dicle Bölümü” olmak üzere 2 bölüme ayırmak mümkündür (Atalay & Mortan 2003, ss.363, 399). Doğu Toroslar olarak bilinen dağ zinciri Arap platformunu sınırlayarak Cilo ve Zagros dağları arasında önemli bir bağlantı noktası oluşturur (Yakar 2007, s.27). Bu dağlar kuzeyde Kafkas, güneyde Elbruz sıradağlarıyla birleşir (Düring 2016, s.23). Toroslar yalnızca birkaç noktada geçit vermektedir. Bu geçitler tarih boyunca kültürel, ticari ve askeri faaliyetler açısından büyük önem arz etmiştir (Düring 2016).    

Tezin zamansal sınırı mahiyetindeki Erken Tunç Çağı’nda, Güneydoğu Anadolu ve Anadolu’nun diğer bölgelerinde de karşımıza çıkan, basit toprak mezarlar, çömlek mezarlar ve küp mezarların yanı sıra literatürde taş sandık ve oda mezar olarak isimlendirilen mezar türlerinden de görülmektedir. Uygulama biçimi açısından harici bir işlem gerektirmeyen basit toprak mezarlar en yaygın gömü türüdür. Doğu ve Güneydoğu Anadolu’da Erken Tunç Çağı’nın başında ortaya çıkan ve Erken Tunç Çağı boyunca kullanılan taş sandık türü mezar geleneğinin en erken örneğini Arslantepe VIB tabakasında açığa çıkarılan ‘Krali Mezar’da görmekteyiz. Sıradışı bir gömü geleneğine sahip ve oldukça etkileyici buluntuların yer aldığı mezar, Erken Tunç Çağı boyunca Fırat ve Dicle Havzalarında görülen bir mezar geleneğidir. Bu tür mezarlar, Aşağı Salat Höyük (Şenyurt 2002b; Şenyurt 2002a), Müslüman Tepe (Ay, Ay ve Tarhan 2013), Arslantepe (Frangipane 2011), Hacınebi (Stein 1997), Birecik (Sertok & Ergeç 1999), Lidar Höyük (Hauptmann 2003), Su Yatağı/Mamaraş (Darga 2001), Hassek Höyük (Behm-Blancke 1985), Karkamış (Woolley & Barnett 1952), Titriş Höyük (Laneri 2007), Nevali Çori (Mısır 1992), Tilmen Höyük (Alkım 1962), Şırnak-Tatıka (Ökse 2014), Şaraga Höyük yakınındaki Şara Mezar Harabeleri (Sertok & Kulakoğlu 2002) gibi yerleşimlerde intramural, höyük yakınlarında ise ekstramural mezarlıklar şeklinde açığa çıkarılmıştır.

 Taş Sandık Mezar Örneği . (Woolley & Barnett 1952, fig. 85 üzerinden çizilmiştir)

Erken Tunç Çağı’nda Güneydoğu Anadolu’da karşımıza çıkan diğer bir mezar türü de oda mezarlardır. Bölge genelinde M.Ö. 3. binyılın başlarında görülen sandık türü mezarlar, Erken Tunç Çağı’nın ortalarından itibaren yerlerini oda mezarlara bırakmışlardır. Dar bir kenardan açılan kapı ve bir giriş mekanının yer aldığı oda mezarların yalnızca bir insanın geçebileceği genişlikteki kapı geçişleri tek veya iki adet levha şeklindeki taşların dikey şekilde konması ile kapatılmıştır. Tek veya çift kanatlı giriş kapıları dromos diye adlandırılan bir giriş mekanı ile bağlantılıdır. Mezar odasına girerken iki ya da üç sıra levha taşından yapılmış basamaklar, mezar odası ile geçiş mekanını ayırmaktadır. Nadiren de olsa yandan girişi olmayan Tilmen Höyük oda mezarı gibi örneklerde, mezara kapak taşı kaldırılarak üstten girilmiş olabilir. Mezarların çatısı genellikle 3-4 büyük levha taşı ile düz bir şekilde kapatılmıştır. Mezarların tabanları genellikle sıkıştırılmış topraktır (Yılmaz 2006).

 Oda mezarlarının büyük çoğunluğu bir yerleşime bağlı ve yerleşimin hemen yanındaki mezarlık alanında veya evlerin içinde bir yere inşa edilmiştir. Oylum Höyük, Lidar Höyük (Hauptmann 1982), Tilmen Höyük (Duru 2000b) ve Titriş Höyükteki (Laneri 1999) oda mezarlar bu gruba girmektedir. Ekstramural mezarlık alanlarında da oda mezarlar bulunmaktadır. Son yıllarda kazılan Soğmatar mezarlık alanında kayaya oyulu oda mezarlar tespit edilmiştir. (Albayrak, Mutlu ve Mutlu 2017) Gedikli Höyük ekstramural mezarlık alanında (Duru 2000a), diğer mezarlardan bir duvar ile ayrılan oda mezarlar açığa çıkarılmıştır. Titriş Höyükte hem ekstramural mezarlık alanında, hem de yerleşim içinde oda mezarlara rastlanmaktadır. Hayaz Höyükte ise Erken Tunç Çağı’nın sonlarına doğru terk edilmiş yerleşimde bir oda mezar bulunmaktadır (Roodenberg 1982). Ayrıca Gre Virike’de ölü kültüyle bağlantılı törenlerin düzenlendiği kutsal alanlarda oda mezarlar açığa çıkarılmıştır (Ökse 2006).  

Oda Mezar Örneği (Roodenberg 1980, fig. 7 üzerinden çizilmiştir.)

Neolitik Dönem’den itibaren genellikle bebek ve çocuk gömmek için kullanılan çömlek veya küp mezarlar Erken Tunç Çağı’nda Güneydoğu Anadolu Bölgesi’nde Birecik, Gedikli Höyük, Girnavaz, GreVirike, Hacınebi, Hassek Höyük, Horum Höyük, Lidar Höyük, Müslüman Tepe, Oylum Höyük, Samsat, Şaraga, Tatıka, Tilbeşar, Kuruki, Titriş ve Yarım Höyük gibi merkezlerde intramural ve ekstramural mezarlık alanlarında tespit edilen en yaygın gömü türlerinden biridir. Güneydoğu Anadolu Bölgesi’nde çömlek ve küp mezarlara bebek ve çocuk gömme geleneği devam etmekle birlikte sayıca az da olsa yetişkin bireylerin de bu şekilde gömüldüğü tespit edilmiştir.

Kuzey Mezopotamya kültürel bölgesinde yer alan Güneydoğu Anadolu Bölgesi’nin Erken Tunç Çağı’nı sosyo-ekonomik açıdan; çok büyük ve önemli kentlerin olmadığı toplumdaki bürokratik hiyerarşinin nispeten daha az görüldüğü Erken-Erken Tunç Çağı ve merkezileşmiş büyük kentlerin görülmeye başladığı ve toplumsal hiyerarşinin daha yoğun görüldüğü Geç-Erken Tunç Çağı şeklinde incelemek mümkündür (Helwing 2012, ss.47–48). Güneydoğu Anadolu Bölgesi’nde ölü gömme uygulamalarına bu zaman sıralamasına göre bakıldığında Erken-Erken Tunç Çağı’nda bireysel mezarların genellikle yerleşim yerlerinden uzakta bulunduğu, mezar buluntusu silahların ise zenginliği temsil ettiği, bireyin statüsünün genel-geçer bir ifade ile kazanılmış statü olduğu söylenebilir. Geç-Erken Tunç Çağı’nda ise mezarlar çoklu ve peş peşedir, çoğu zaman mezar yerleri ve konutlar birbiriyle ilişkilidir, mezar buluntuları prestij nesneleridir ve tespit edilen aile mezarlarından anlaşıldığı üzere bireyin statüsünün kalıtsal statü olduğunu söylemek mümkündür (Helwing 2012).   

Kaynakça

  • Albayrak, Y., Mutlu, S.İ. & Mutlu, S., 2017. Soğmatar Nekropolünde Yeni Keşifler. Aktüel Arkeoloji, 60.
  • Alkım, U.B., 1962. Tilmen Höyük Çalışmalan(1958-1960). Belleten, XXVI(103), ss.447–715.
  • Atalay, İ. & Mortan, K., 2003. Türkiye Bölgesel Coğrafyası, İstanbul: İnkılap Kitabevi.
  • Ay, E., Ay, A. & Tarhan, Ç.M., 2013. Müslümantepe Kazıları 2005-2008. Içinde Ilısu Barajı ve HES Projesi Arkeolojik Kazıları 2004-2008 Çalışmaları,. Diyarbakır, ss. 273–302.
  • Behm-Blancke, M., 1985. Die Grabungen auf dem Hassek Höyük im Jahre 1984. Kazı Sonuçları Toplantısı, VII, ss.87–103.
  • Darga, M., 2001. Şemsiyetepe Excavations in the Lower Euphrates Basin 1978-1989. Içinde O. Belli, ed. Istanbul University’s Contributions to Archaeology in Turkey (1932-2000). İstanbul, ss. 115–120.
  • Düring, S.B., 2016. Küçük Asya’nın Tarinöncesi: Karmaşık Avcı Toplayıcılardan Erken Kentsel Toplumlara, İstanbul: Koç Üniversitesi Yayınları.
  • Duru, R., 2000a. Gedikli Karahöyük ve Kırışkal Höyük Kazıları. Içinde O. Belli, ed. Türkiye Arkeolojisi ve İstanbul Üniversitesi 1932-1999. Ankara: İstanbul Üniversitesi Rektörlüğü Yayınları, ss. 154–158.
  • Duru, R., 2000b. Tilmen Höyük Kazıları. Içinde O. Belli, ed. Türkiye Arkeolojisi ve İstanbul Üniversitesi 1932-1999. Ankara: İstanbul Üniversitesi Rektörlüğü Yayınları, ss. 160–164.
  • Frangipane, M., 2011. Arslantepe Malatya: A Prehistoric and Early Historic Center in Eastern Anatolia. Içinde S. R. Steadman, ed. The Oxford Handbook of the Ancient Anatolia. New York, ss. 968–992.
  • Hauptmann, H., 2003. Lidar Höyük. Arkeo Atlas, 2, s.61.
  • Hauptmann, H., 1982. Lidar Höyük 1981. Türk Arkeoloji Dergisi, XXVI, ss.93–110.
  • Helwing, B., 2012. An Age of Heroes? Some Thoughts on Early Bronze Age Funerary Customs in Northern Mesopotamia. Içinde P. Pfälzner vd., ed. (Re-)Constructing Funerary Rituals in the Ancient Near East Proceedings of the First International Symposium of the Tübingen Post-Graduate School “Symbols of the Dead” in May 2009. Wiesbaden, ss. 47–58.
  • Laneri, N., 2007. Burial Practices at Titriş Höyük, Turkey: An Interpretation. Journal of Near Eastern Studies, 66(4), ss.241–266.
  • Laneri, N., 1999. Intramural Tombs . A Funerary Tradition of the Middle Euphrates Valley During the IIIrd Millenium BC. Anatolica, XXV(April 1999), ss.221–241.
  • Mısır, A., 1992. 1990 Yılı Şanlıurfa Nevali Çori Kazısı. 2. Kurtarma Kazıları Sempozyumu, ss.201–209.
  • Ökse, T., 2006. Gre Virike (Period I): Early Bronze Age Ritual Facilities on the Middle Euphrates. Anatolica, 32, ss.1–29.
  • Ökse, T., 2014. Ilısu İnşaat Sahası’nda Yeni Bir Erken Tunç Çağı Mezarlığı:Tatıka. TEBE Haberler, 38, ss.8–10.
  • Roodenberg, J.., 1982. Note Sur la Troisiéme Campagne de Fouilles a Hayaz Höyük. Anatolica, IX, ss.27–33.
  • Roodenberg, J.., 1980. Premiers Résultats des Recherches Archéologiques a Hayaz Höyük. Anatolica, VII, ss.3–21.
  • Şenyurt, S.Y., 2002a. Aşağı Salat 2000 Yılı Kazısı, 2000 Excavations at Aşağı Salat. Içinde N. Tuna, ed. Ilısu ve Karkamış Baraj Gölleri Altında Kalacak Arkeolojik ve Kültür Varlıklarını Kurtarma Projesi 2000 Yılı Çalışmalar. Ankara: ODTU Tarihsel Çevre Araştirma ve Değerlendirme Merkezi (TAÇDAM), ss. 671–697.
  • Şenyurt, S.Y., 2002b. Ilısu Barajı-Aşağı Salat 2000 Yılı Kazısı. Kazı Sonuçları Toplantısı, XXII/2, ss.445–452.
  • Sertok, K. & Ergeç, R., 1999. A New Early Bronze Age Cemetery: Excavation Near the Birecik Dam; SE Turkey. Preliminary Report (1997-98). Anatolica, 25, ss.87–108.
  • Sertok, K. & Kulakoğlu, F., 2002. Şaraga Höyük Kazıları 2000. Içinde N. Tuna & J. Velibeyoğlu, ed. Ilısu ve Karkamış Baraj Gölleri Altında Kalacak Arkeolojik ve Kültür Varlıklarını Kurtarma Projesi 2000 Yılı Çalışmaları. Ankara: ODTU Tarihsel Çevre Araştirma ve Değerlendirme Merkezi (TAÇDAM), ss. 351–369.
  • Stein, G.J., 1997. Excavation at Hacınebi,Turkey-1996: Preliminary Report. Anatolica, XXIII, ss.115–156.
  • Woolley, C.L. & Barnett, R.D., 1952. Carchemish: Report on the Excavations at Jerablus on Behalf of the British Museum. Part III: The Excavations in the Inner Town, London.
  • Yakar, J., 2007. Anadolu’nun Etnoarkeolojisi: Tunç ve Demir Çağlarında Kırsal Kesimin Sosyo-Ekonomik Yapısı, İstanbul: Homer Kitabevi.
  • Yılmaz, D., 2006. Erken Tunç Çağı’nda Güneydoğu Anadolu’da Oda Mezar Geleneği. Anadolu/Anatolia, 31.

Le musée Sainte-Irène à Constantinople

Sainte-Irène vue du nord-est. Photographie CC BY-SA 4.0 Néhémie Strupler, 17 janvier 2019

L’année 2019 marquera les 150 ans des musées archéologiques d’Istanbul, puisque le Musée impérial (Müze-i Hümayun) fut officiellement fondé en 18691. Cette petite note revient sur la genèse de ce musée2. Autant prévenir d’entrée de jeu, ce n’est pas le bâtiment byzantin qui sera le sujet de cette note, mais la première collection d’objets archéologiques conservés à Istanbul jusqu’à l’apparition du Musée impérial.

Détail de l’entrée aménagée au XVIIIe siècle. Photographie CC BY-SA 4.0 Néhémie Strupler, 17 janvier 2019

Aya İrini (Hagia Eirene) ou Sainte-Irène se trouve dans la cour extérieure du Palais de Topkapı3. L’édifice actuel représente un palimpseste où l’histoire de Constantinople se dessine en filigrane. Fondée au IVe siècle ap. J.-C., c’est la première cathédrale de la ville (avant l’inauguration de Sainte-Sophie). Le bâtiment actuel date du règne de Justinien (règne 527-565) et connu une importante rénovation au VIIIe siècle après un incendie. Au cours des 13 siècles suivants, l’édifice fut endommagé et aménagé à de nombreuses reprises. À la différence de Sainte-Sophie, l’église ne fut pas transformée en mosquée et ne fut donc pas modifiée. Elle servit d’entrepôt de munitions et de tributs de guerre et était dénommée Cebehane (arsenal)4.

À la même époque où, en Europe de l’ouest, les cabinets de curiosité commençaient à être répandus, sous le règne d’Ahmet III (1703-1730), une tentative similaire était organisée sous forme d’exposition des butins de guerre et des armes antiques était organisée à Aya İrini. Le bâtiment fut renommé Darü’l-Asliha (maison des armes) en 1726, comme l’atteste l’inscription au-dessus de la porte principale actuelle5. Cette inscription est surmontée d’une deuxième inscription du successeur d’Ahmet III, Mahmut I, qui marque une rénovation en 17436.

Inscription d’Ahmet III surmontée de celle de Mahmut I. Photographie CC BY-SA 4.0 Néhémie Strupler, 17 janvier 2019

Lors des règnes suivants, ces collections ont connu plusieurs vicissitudes, mais des objets « de curiosité » ont continué à être entreposés là7. De cette époque date la mention par François de Tott dans ses Mémoires du baron de Tott sur les Turcs et les Tartares, dont l’IFEA conserve un exemplaire de l’editio princeps8.

Photographies de l’editio princeps des « Mémoires du baron de Tott sur les Turcs et les Tartares » de la bibliothèque de l’IFEA Néhémie Strupler CC BY 4.0

En 1839, l’édifice prit le nom de Harbiye Anbarı (magasin militaire) et en 1846, alors que ces objets étaient sous la direction de Fethi Ahmet Paşa, puisque Général de l’artillerie9, ils sont regroupés et organisés en deux collections nommées Mecma-ı Esliha-i Atika (« collection des armes anciennes ») et Mecmua-i Asar-ı Atika (« collection des antiquités »). Par la suite, certaines personnes ont interprété cet évènement comme la date de naissance du premier musée à Istanbul10. Dans le bâtiment d’Aya İrini, les deux collections se faisaient face l’une à l’autre et certains vestiges de l’aménagement fait pour l’exposition sont toujours visibles11, dont les deux inscriptions dénotant les collections au-dessus de l’entrée de chaque galerie12. À cette même date, le gouvernement avait alors envoyé une requête aux gouverneurs des provinces pour rassembler les antiquités à Istanbul13. En partant des archives ottomanes, Edhem Eldem a pu retracer en détail la biographie d’un objet justement envoyé à Istanbul, tout comme la réception par le public et les journaux14. On peut en déduire l’intérêt grandissant pour les antiquités de la part de l’administration ottomane.

De cette période, on dispose aussi de quelques notes de Gustave Flaubert, lorsqu’il visite cette collection le 18 novembre 1850 en compagnie de Maxime du Camp, plus impressionné par les armes que par les objets antiques15. Deux ans plus tard, Théophile Gauthier visite également cette collection en 1852 et consigne :

Particularité notable, et qui marque un progrès : l’on a rassemblé dans la cour qui précède l’antique église de Saint-Iréné, transformée en arsenal, et qui fait partie des dépendances du sérail, divers objets antiques : têtes, torses, bas- reliefs, inscriptions, tombeaux, rudiment d’un musée byzantin, qui pourrait devenir curieux par l’addition des trouvailles journalières. Près de l’église, deux ou trois sarcophages de porphyre, semés de croix grecques, et qui ont dû contenir des corps d’empereurs et d’impératrices, privés de leurs couvercles brisés, s’emplissent de l’eau du ciel, et les oiseaux y viennent boire en poussant de petits cris joyeux.

L’intérieur de Saint-Iréné est tapissé de fusils, de sabres, de pistolets de modèle moderne, arrangés avec une symétrie militaire que ne désavouerait pas notre Musée d’artillerie ; mais cette étincelante décoration, qui charme beaucoup les Turcs, et dont ils sont très-fiers, n’a rien qui étonne un voyageur européen. — Une collection qui offre un bien autre intérêt, c’est celle des armes historiques conservées dans une tribune métamorphosée en galerie, au fond de l’abside.

Là, on nous fit voir le sabre de Mahomet II, une lame droite où court, sur un fond de damas bleuâtre, une inscription arabe en lettres d’or; un brassard niellé d’or et constellé de deux disques de pierreries, ayant appartenu à Tamerlan ; une épée de fer ébréchée, à poignée en croix, — l’épée de Scanderberg, le héros athlétique. Des vitrines laissent voir les clefs des villes conquises, clefs symboliques, ouvragées comme des bijoux, damasquinées d’or et d’argent.

Sous le vestibule sont entassées les timbales et les marmites des janissaires, — ces marmites qui, en se renversant, faisaient trembler et pâlir le sultan au fond de son harem; — des faisceaux de vieilles hallebardes, des caisses d’armes, d’anciens canons, des couleuvrines de forme singulière, rappellent la stratégie turque avant les réformes de Mahmoud, utiles, sans doute, mais regrettables au point de vue pittoresque.16

Parmi les premières informations qui documentent les objets conservés, on dispose d’une note d’Otto Frick sur le bas-relief d’un sarcophage17. À cette période, l’intérêt pour ces collections va rapidement s’accroitre. Le futur premier directeur de l’École française de Rome, Albert Dumont, rédigera le premier catalogue en 186818. C’est le premier d’une longue série de catalogues sur les collections des musées19.

Enfin en 1869, sous l’impulsion du Grand vizir et « ministre des affaires étrangères » Mehmed Emin Âli Pasha, et du « ministre de l’instruction » Saffet Pacha, la collection d’antiquités sera renommée en « Musée impérial »20 et entrera dans une période mieux documentée21, puisqu’un directeur sera nommé, le premier d’entre eux étant Edward Goold22. De la même époque date également la première loi sur les antiquités23. Ces deux évènements marquent alors l’affirmation des autorités ottomanes pour l’archéologie et son officialisation24 .

Bibliographie

Ar, Bilge, « Aya İrini’de Dâr-ül Esliha düzenlemesi », İstanbul Araştırmaları Yıllığı, 2014, vol. 3, p. 1‑8’l.

Biasi, Pierre-Marc de, « Flaubert à Constantinople, 1850 », in Martine Poulain & Queyrel François et Paquot Gérard (éd.), Éclats d’antiques : sculptures et photographies, Gustave Mendel à Constantinople, Paris, Institut national d’histoire de l’art; Armand Colin, 2013.

Cengiz, Hayrullah, « İstanbul Müzeleri Literatürü », Türkiye Araştırmaları Literatür Dergisi, 2010, Cilt 8, Sayı 16, p. 277‑332.

Dumont, Alfred, « Le Musée Sainte-Irène à Constantinople », Revue Archéologique, 1868, vol. 2, p. 237‑263.

Eldem, Edhem, « Early Ottoman Archaeology: Rediscovering the Finds of Ascalon (Ashkelon), 1847 », Bulletin of the American Schools of Oriental Research, 2017, vol. 378, p. 25‑53.

Eldem, Edhem, Mendel – Sebah. Müze-ı Hümayun’u Belgelemek | Documenting The Imperial Museum. Mendel – Sebah, Istanbul, İstanbul Arkeoloji Müzeleri Yayını, 2014.

Eldem, Edhem, « From Blissful Indifference to Anguished Concern: Ottoman Perceptions of Antiquities, 1799–1869 », in Zainab Bahrani, Zeynep Çelik & Edhem Eldem (éds.), SCRAMBLE for the PAST A Story of Archaeology in the Ottoman Empire, 1753–1914, Istanbul, SALT, 2011.

Frick, Otto, « Phädra und Hippolyt, Ariadne auf Naxos (Sarkophagrelief zu Constantinopel) », Archäologische Zeitung, 1857, vol. 100–102, p. 33‑44.

Gautier, Théophile, Constantinople, Paris, Michel Lévy, 1853.

Gerçek, Ferruh, Türk Müzeciliği, Ankara, T. C. Kültür Bakanlığı, 1999.

Goold, Edward, Catalogue explicatif, historique et scientifique d’un certain nombre d’objets contenus dans le Musée impérial de Constantinople fondé en 1869 sous le grand vésirat de Son Altesse A’Ali Pacha, Zellich, 1871.

Karaduman, Hüseyin, « Belgelerle İlk Türk Asar-ı Atika Nizamnamesi (10 belge ile birlikte) », Belgeler, 2004, vol. 25, nᵒ 29, p. 73‑76.

Kızıltan, Zeynep, « Dünden Bugüne, İstanbul Arkeoloji Müzeleri | Les musées archéologiques à Istanbul, d’hier à aujourd’hui », in Martine Poulain, Queyrel François et Paquot Gérard (éd.), Éclats d’antiques : sculptures et photographies, Gustave Mendel à Constantinople, Paris, Institut national d’histoire de l’art; Armand Colin, 2013.

Koç, Hava, « Müze-i Humâyûn’da Yayın Çalışmaları (Cumhuriyet Dönemine Kadar) », in Zeynep Yasa Yaman & Serpil Bağcı (éds.), Gelenek, kimlik, bireşim : kültürel kesişmeler ve sanat, Ankara, 2011.

Moukhtar, Sermed, Musée Militaire Ottoman situé à St-Irène de Top-Kapou-Sérail. Guide N°: 1, Constantinople, Nédjimi-Isikbal, 1920.

Mumcu, Ahmet, « Eski Eserler Hukuku Ve Türkiye », Ankara Üniversitesi Hukuk Fakültesi Dergisi, 1971, vol. 28, nᵒ 1, p. 41‑76.

Ogan, Aziz, Türk Müzeciliğinin 100üncü Yıldönümü, Istanbul, Türkiye Turing ve Otomobil Kurumu, 1947.

Öz, Tahsin, « Ahmet Fethi Paşa ve Müzeler », Türk Tarih, Arkeologya ve Etnografya dergisi, 1949, vol. 5, p. 1-15.

Pasinli, Alpay, İstanbul Arkeoloji Müzesi, Istanbul, Akbank, 2003.

Sakaoğlu, Necde, Tarihi, mekânları, kitabeleri ve anıları ile Saray-i Hûmayun : Topkapı Sarayı, Istanbul, Denizbank Yayınları, 2002.

Tott, François de, Mémoires du Baron de Tott sur les Turcs et les Tartares, Amsterdam, 1784.

Photographies de l’editio princeps des « Mémoires du baron de Tott sur les Turcs et les Tartares » de la bibliothèque de l’IFEA Néhémie Strupler CC BY 4.0
Photographies de l’editio princeps des « Mémoires du baron de Tott sur les Turcs et les Tartares » de la bibliothèque de l’IFEA Néhémie Strupler CC BY 4.0
Photographies de l’editio princeps des « Mémoires du baron de Tott sur les Turcs et les Tartares » de la bibliothèque de l’IFEA. Néhémie Strupler CC BY 4.0


  1. Entre autres, Goold, E., 1871; Kiziltan, Z., 2013. []
  2. Pour d’autres revues similaires, on pourra consulter : Cengiz, H., 2010; Gerçek, F., 1999; Sakaoğlu, N., 2002, 64–69 []
  3. Ar, B., 2014 []
  4. Moukhtar, S., 1920, 1–23 []
  5. Ar, B., « Aya İrini’de Dârü’l-esliha Esliha düzenlemesi » op. cit., 2 []
  6. Sakaoğlu, N., Tarihi, mekânları, kitabeleri ve anıları ile Saray-i Hûmayun, op. cit, 64–69 []
  7. Moukhtar, S., Musée Militaire Ottoman situé à St-Irène de Top-Kapou-Sérail. Guide N°: 1, op. cit, 23–32 []
  8. Tott, F. de, 1784, 196-198, disponible en ligne grâce aux archives ouvertes de la bibliothèque de la Grande Assemblée nationale de Turquie https://acikerisim.tbmm.gov.tr/xmlui/handle/11543/1022, l’édition de 1785 est disponible sur le site de la bibliothèque de l’Université de Mannheim : http://nbn-resolving.de/urn:nbn:de:bsz:180-digad-6941 []
  9. Öz, T., 1949 []
  10. Par exemple Ogan, A., 1947 []
  11. Ar, B., « Aya İrini’de Dâr-ül Esliha düzenlemesi », op. cit, 6, fig. 3 []
  12. Öz, T., « Ahmet Fethi Paşa ve Müzeler », op. cit, 2 []
  13. Eldem, E., 2017, 35-36 []
  14. Ibid. []
  15. Folio 37v du Carnet de voyage n°7 de Flaubert, voir Biasi, P.-M. de, 2013 []
  16. Gauthier, T., 1853, p. 287‑288. []
  17. Frick, O., 1857; cité par Eldem, E., 2014, 16-20; voir également la publication du même auteur de Eldem, E., « Early Ottoman Archaeology: Rediscovering the Finds of Ascalon (Ashkelon), 1847 », op. cit []
  18. Dumont, A., 1868 []
  19. Koç, H., 2011 ; Eldem, E., Mendel – Sebah. Müze-ı Hümayun’u Belgelemek | Documenting The Imperial Museum. Mendel – Sebah, op. cit []
  20. Cengiz, H., « İstanbul Müzeleri Literatürü », op. cit, 279; Pasinli, A., 2003, 13 []
  21. entre autres Eldem, E., 2011 []
  22. Goold, E., Catalogue explicatif, historique et scientifique d’un certain nombre d’objets contenus dans le Musée impérial de Constantinople fondé en 1869 sous le grand vésirat de Son Altesse A’Ali Pacha, op. cit []
  23. Mumcu, A., 1971; Karaduman, H., 2004 []
  24. Pour de nombreux détails sur cette période et ces évènements, Eldem, E., « From Blissful Indifference to Anguished Concern: Ottoman Perceptions of Antiquities, 1799–1869 », op. cit []
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search