La SOCAR et les investissements directs de l’Azerbaïdjan en Turquie

Fortement touchés par la crise économique mondiale de 2008, les investissements directs étrangers en Turquie reprennent progressivement le rythme d’avant crise. En effet, après avoir atteint le chiffre record de 22 milliards de dollars en 2007, les investissements directs étrangers étaient tombés à 9 milliards en 2010 avant de remonter à 15 milliards en 2011, soit plus de 70% d’augmentation en une seule année. Dans ce cadre, notre étude va porter sur le poids des investissements directs de l’Azerbaïdjan en Turquie, sur les origines de ces investissements, et enfin sur les enjeux géostratégiques qui vont de pair avec les intérêts économiques des deux pays.

Selon les chiffres donnés par la Banque Centrale de Turquie, la part de l’Azerbaïdjan dans les investissements directs étrangers en Turquie était de 8% en 2011, soit 1 265 milliards de dollars, ce qui a fait de Bakou le 6ème plus grand investisseur étranger en Turquie, devant des pays comme la France (985 millions), le Royaume-Uni (917 millions) et la Russie (761 millions). Les statistiques du TUIK (Türkiye İstatistik Kurumu) pour la période janvier / août 2012 placent l’Azerbaïdjan en 8ème position avec 282 millions de dollars d’investissements directs en Turquie. (Le poids des pays de l’UE est toujours très important (71% en 2011) dans la totalité des investissements directs étrangers en Turquie : sept pays des dix plus importants investisseurs directs étrangers sont les membres de l’Union européenne). Selon les premières estimations, l’Azerbaïdjan va investir en Turquie 17 milliards de dollars en cumul entre 2012 et 2018, ce qui en fera un des plus importants investisseurs directs étrangers dans ce pays. À titre comparatif, la France occupe la 6ème place parmi les investisseurs étrangers en Turquie pour l’année 2011, l’ensemble de ses investissements étant évalués à 11,2 milliards de dollars. Pourtant, comme on le voit dans le graphique I, le taux des investissements de l’Azerbaïdjan en Turquie ne dépassait même pas le seuil de 20 millions de dollars en 2010. Comment expliquer cette inflexion spectaculaire ?

Les investissements directs d’Azerbaïdjan en Turquie sont faits par l’intermédiaire de la SOCAR (Initiales de State Oil Company of Azerbaijan Republic), Compagnie Pétrolière Nationale de l’Azerbaïdjan. En termes de stocks d’investissement, la SOCAR représente à ce jour plus de 90% des investissements directs de l’Azerbaïdjan en Turquie. Le bond des chiffres d’investissements à un niveau de 17 milliards de dollars en l’espace de sept ans est lié à deux pôles d’investissements de la SOCAR en Turquie :

D’une part, la SOCAR-Turkey Enerji a obtenu depuis 2008 le contrôle du Petkim Holding, l’un des plus grands sites de production de pétrochimie de Turquie qui fournit environ 25% des besoins du pays dans le domaine. La SOCAR-Turkey Enerji, la filiale turque de la SOCAR en Turquie, a été créée en janvier 2011 suite à l’achat par la SOCAR des actions de la TURCAS Petrol (ce dernier a formé avec SOCAR une « joint venture » SOCAR&TURCAS entre 2006-2011). Cette opération financière d’une somme de 1,55 milliards de dollars explique essentiellement le bond des investissements directs de l’Azerbaïdjan en Turquie de 12 millions de dollars en 2010 à 1,6 milliards de dollars en 2011. La SOCAR&TURCAS s’était déjà procuré 51% des actions du PETKIM Holding pour une somme de 2,04 milliards de dollars en 2008. Devenue plus tard la SOCAR Turkey Enerji, la compagnie azerbaïdjanaise a augmenté ses actions au Petkim à 61 % en achetant 10% d’actions supplémentaires pour 169 millions de dollars en mars 2012. Le total des investissements directs qui seront investis par la SOCAR aux projets liés à la modernisation et à l’augmentation de la capacité de production du Petkim s’élève à 7 milliards de dollars. À titre d’exemple, le projet de construction de la « Raffinerie Star » (évalué à 5,5 milliards de dollars) près de sites de production du Petkim dans la presqu’île d’Aliağa sera la plus grande opération d’investissements directs étrangers effectuée en une seule fois à un endroit donné en Turquie. Possédant sa propre raffinerie de matières premières pétrolières, et mettant fin à leur importation par la Turquie, la SOCAR augmentera la compétitivité de Petkim dans le marché régional.

D’autre part, le projet de gazoduc TANAP (Trans-Anatolian Natural Gas Pipeline ; en turc, TransAnadolu Doğal Gaz Boru Hattı – projet de tracé ci-contre), dont la valeur est évaluée à 7 milliards de dollars, prévoit l’acheminement du gaz azerbaïdjanais d’un volume annuel de 16 milliards de m3 vers les marchés turc (6 milliards de m3) et européen (10 milliards de m3). L’accord officiel pour le projet a été signé le 26 juin 2012 lors de la rencontre du président d’Azerbaïdjan avec le Premier Ministre turc R. T. Erdoğan. La SOCAR a obtenu une participation de 80% dans le projet, les 20% restant étant partagés entre les deux compagnies turques impliquées dans le projet, TPAO et BOTAŞ. L’accord n’exclut pas la participation d’autres pays, et en ce sens, donne à la SOCAR le droit de vendre 29% de ses actions aux entreprises étrangères (L’information relative à la vente par la SOCAR de 29% de ses parts dans le projet a été relayée par certains médias au début du mois de septembre 2012. Selon les premières estimations, une partie des actions de TANAP seraient vendue à Total (5%), Statoil (12%) et BP (12%) ; L’État turc va continuer de participer au projet à 20%). Le projet débutera d’ici la fin de l’année 2013 et la première phase d’acheminement est prévue pour 2018. Ce projet a une portée considérable pour les deux pays, tant du point de vue économique que stratégique. En effet, le projet de gazoduc TANAP va directement lier les marchés européens au bassin caspien en général et à l’Azerbaïdjan en particulier. L’Azerbaïdjan obtient ainsi la possibilité de devenir non seulement un pays fournisseur de gaz, mais aussi celui de transit via lequel le gaz de l’Asie Centrale pourra être exporté vers la Turquie et l’Europe en contournant les territoires iranien et russe. Par conséquent, la Turquie va renforcer ses efforts en vue de devenir un hub énergétique régional et de jouer à l’avenir un rôle important dans l’approvisionnement énergétique de l’Europe. Un premier aperçu sur le trajet de TANAP nous permet de dire que le projet n’est pas une alternative à celui de Nabucco. Au contraire, le projet suit la même logique d’évacuation des hydrocarbures caspiennes, indépendemment des pays régionaux comme l’Iran et la Russie, d’où les déclarations de soutien de la part des bureaucrates de l’UE par rapport au projet TANAP. L’augmentation de l’importation du gaz azerbaïdjanais est aussi dans l’intérêt économique de la Turquie. En effet, ce dernier, à 330 dollars/1000m3, revient à la Turquie beaucoup moins cher que le gaz iranien (580) et russe (450).

Néanmoins, quelques autres éléments nous permettent d’affirmer que le pourcentage des autres domaines dans les investissements directs d’Azerbaïdjan en Turquie pourrait augmenter dans les années à venir. En effet, Bakou envisage actuellement le projet de construction d’un grand centre logistique régional à Kars et l’investissement dans le secteur immobilier en Turquie par l’intermédiaire du SOFAZ (initiales de The State Oil Fund of Azerbaijan), le fonds d’investissement de la SOCAR. Les informations relatives au projet d’investissement de 150 millions de dollars dans le secteur immobilier turc ont été confirmées par les responsables du SOFAZ lors d’un forum organisé à Bakou par HASEN, le Think Tank turco-azéri. (Les recherches de HASEN portent principalement sur les questions énergétiques dans la région caspienne. Voir plus). Disposant de 32,7 milliards de dollars de fonds, le SOFAZ est la 23ème plus grande fondation publique du monde. Elle possède actuellement 800 millions de lires dans les banques turques.

Le centre en question sera étendu sur un terrain de 35 hectares près de la gare de Kars sur la voie ferrée Bakou-Tbilissi-Kars (BTK) et se transformera par la suite en un centre de stockage servant à approvisionner l’Azerbaïdjan en produits turcs. L’ouverture de la voie ferroviaire BTK en 2013 et la construction d’un grand centre logistique régional devraient encourager les échanges commerciaux entre la Turquie et ses voisins régionaux. En effet, une liaison ferroviaire reliant la côte de la mer Caspienne à l’est de l’Anatolie permettra à l’industrie turque d’exporter, en se servant du port de Bakou (le plus grand de la mer Caspienne), vers les marchés de l’Asie centrale par une voie plus sûre que celles transitant par l’Iran ou la Russie. Pour le moment, le réseau ferroviaire iranien, relié à ceux de la Turquie et du Pakistan n’a pas de connexion directe avec l’Asie centrale. Mais, cette interconnexion est en voie de construction dans les années à venir. La Turquie entretient des relations commerciales avec les pays littoraux de la mer Caspienne en utilisant la route maritime entre la mer Noire et la mer Caspienne, via le canal Volga-Don. Mais, cette voie est paralysée en hiver à cause de l’englacement du nord de la mer Caspienne.

En plus de cela, la Turquie renforcera sa présence économique dans les trois pays du Caucase du Sud, avec lesquels elle n’a pas de nos jours de liaison ferroviaire. La seule liaison ferroviaire entre la Turquie et le Caucase du Sud passait par l’Arménie liant pendant l’époque soviétique la ville de Kars à Gumri. Cette voie a été fermée en avril 1993 par Ankara en réponse aux avancées militaires des forces arméniennes pendant la guerre du Haut-Karabagh. En cas de normalisation des relations russo-géorgiennes, elle pourrait aussi utiliser cette voie pour accéder par chemin de fer aux provinces russes de la mer Noire qui sont liées au réseau ferroviaire de Géorgie depuis l’époque soviétique. Il est aussi à souligner que ce projet va également contribuer au développement des provinces orientales turques fortement touchées par la fermeture des frontières arméniennes. L’Azerbaïdjan investit également dans d’autres domaines dans cette région, ce qui devrait lui aider à y améliorer son image. Par exemple, en septembre 2012, la construction d’un nouveau lycée à 22 millions de lires a été terminée dans la province Kars par la Fondation Haydar Aliyev (qui est présidée par l’épouse du Président de l’Azerbaïdjan). Cette fondation, évidemment financée par l’Etat azéri, envisage aussi de renouveler une partie du campus d’une université à Igdir, la seule province turque ayant les frontières avec l’Azerbaïdjan. (Selon les médias locaux turcs, en revanche des investissements azéris, la direction de l’Université a donné son accord pour que les nouveaux campus portent le nom de l’ancien président azéri et le père de l’actuel, Haydar Aliyev).

L’Azerbaïdjan est donc un nouveau venu dans le marché des investissements directs étrangers en Turquie. Pourtant, en l’espace de quelques années seulement, elle a réussi à renforcer sa position sur le marché turc en focalisant ses investissements principalement sur deux domaines : le secteur énergétique (projet TANAP) et le secteur pétrochimique (rachat d’une grande partie des sites de production pétrochimique de Petkim). Les étroites relations fraternelles turco-azerbaïdjanaises, la proximité géographique et bien d’autres facteurs aident en ce sens l’entrée du capital azerbaïdjanais en Turquie. La prise en compte de tous ces éléments nous permet de supposer que les investissements directs de l’Azerbaïdjan déployés par l’intermédiaire de la SOCAR feront de ce pays dans la prochaine décennie un des importants pays investisseurs en Turquie.

Le graphique, traduit en français, est extrait du Rapport pour l’année 2011 du Ministère turc de l’Économie sur les investissements directs étrangers en Turquie (T.C. Ekonomi Bakanlığı, Uluslararası doğrudan yatırımlar : 2011 yili raporu), En ligne, http://www.ekonomi.gov.tr/upload/ED2B2E29-9A73-1B4D-5F5154B1C7950F26/UDY_2011_tr.pdf consulté le : 05.10.12


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.