Oskar Schmerling et le journal satirique Molla Nasreddin

Les chercheurs sur la presse caucasienne du début du XX siècle rencontrent la signature ci-dessus partout dans les journaux satiriques de tous les grands peuples du Caucase. Elle appartient à Oskar Ivanovich Schmerling.

Issu d’une des milliers de familles allemandes immigrées au Caucase au début du XIX siècle, Oskar Schmerling est né et a grandi à Tbilissi, en Géorgie. Il fait ses études à Saint-Pétersbourg, puis à Munich en Allemagne avant de retourner à Tbilissi pour y fonder la première École d’Art du Caucase (1898-1902) puis l’École des Arts et de Sculpture (1902-1916).

L’apparition de premiers journaux satiriques des peuples caucasiens correspond plus ou moins à la période de démocratisation de la Russie tsariste dans les années révolutionnaires 1905-1906. C’est à partir de ces années-là qu’on voit les premières caricatures dans les journaux caucasiens, signés par deux caucasiens d’origine allemande, Oskar Schmerling et Joseph Rotter.

Quand Mirza Djelil Memmedquluzade lance à Tbilissi en avril 1906 les premiers numéros du journal satirique en langue azérie Molla Nasreddin, Oskar Schmerling accepte de collaborer avec lui sans contrepartie financière pour ses caricatures, aidant ainsi le journal à surmonter ses problèmes. Au fil du temps, Molla Nasreddin devient un des journaux les plus lus non seulement dans le Caucase, mais aussi dans toutes les régions musulmanes et turcophones de la Russie. En effet, la culture d’illustration n’étant pas répandue chez les peuples musulmans de la Russie et de l’Iran, les caricatures de Molla Nasreddin suscitent rapidement un vif engouement. Il est également à souligner qu’il était plus facile pour les intellectuels azéris de faire passer leurs messages par le biais des caricatures auprès des milieux populaires largement analphabètes à l’époque.

Ne bougez pas, méfiez-vous, chers enfants, ne vous réveillez pas de votre inconscience
N’ouvrez pas les yeux, ne vous réveillez pas du rêve de l’ignorance
Faites de beaux rêves, mes chers enfants,
Dormez, faites de doux rêves, et ne progressez pas !

Tərpənmə amandır bala, qəflətdən ayılma!
Açma gözünü, xabi-cəhalətdən ayılma!
Laylay, bala, laylay!
Yat, qal dala, laylay!

Imprimé en caractères arabes, ce journal doit sans doute une large part de son succès et de sa popularité aux 600 caricatures et 1200 illustrations que Schmerling et Rotter ont respectivement dessinées pendant près d’une décennie. (À la différence de Schmerling, les contributions de Rotter ne sont pas des caricatures, mais plutôt des illustrations). En effet, les caricatures et illustrations occupaient la moitié du journal, 4 des 8 pages leur étant réservées.

La satire sociale d’Oskar Schmerling ne se fondait pas sur les antagonismes de caractère ethnique ou national. Ses caricatures croquent les superstitions, l’illettrisme et le fanatisme des peuples du Caucase du Sud, et elles étaient sollicitées par les intellectuels des journaux satiriques, tel le titre arménien Khatabala, publié à Tbilissi ; le périodique géorgien Niangi (Crocodile) ainsi que pour le journal satirique en yiddish de Saint-Pétersbourg (Der Freund) en plus de ses contributions au titre azerbaïdjanais Molla Nasreddin.

L’importance du journal Molla Nasreddin dans l’héritage culturel de l’Azerbaïdjan est immense. Ce journal a joué un grand rôle dans la construction de la conscience nationale des musulmans du Caucase sous domination russe. Mais il est triste de devoir remarquer que deux de ses principaux contributeurs, Oskar Schmerling et Rotter, ne sont pas suffisamment valorisés dans mon pays : Aucune rue ou avenue, aucun établissement artistique ou académique ne porte leur nom, nulle statue ni monument n’est érigé à leur gloire en Azerbaïdjan.


Une réflexion sur « Oskar Schmerling et le journal satirique Molla Nasreddin »

  1. I very much enjoyed reading your piece on Schmerling. Have you published anything else on the artists of Molla Nasreddin.

    With best wishes

    Janet Afary
    Mellichamp Professor, UC Santa Barbara

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.