İki deniz arası – Une marche pour la ville

Texte de Cilia Martin et Ségolène Débarre
Türkçe çeviri

À l’heure des Grands Travaux (l’inauguration du Marmaray s’est faite le 29 octobre 2013) qui symbolisent la course effrénée à l’internationalisation et l’hypermétropolisation d’Istanbul, le projet İki Deniz Arası [Entre deux mers] propose de ralentir le rythme à travers une randonnée de 60 km qui relie la mer Noire à la mer de Marmara. Présenté en octobre 2013 à la Biennale d’art contemporain d’Istanbul, ce projet porté par l’artiste Serkan Taycan propose d’expérimenter des modes d’appropriation du proche méconnu par l’engagement physique, en testant d’autres métriques et d’autres temporalités.

Itinéraire emprunté par le projet 2 deniz arası
Itinéraire de la marche 2 deniz arası – © Serkan Taycan

Une entrée de Bosphorus city
Une entrée de Bosphorus city – Photo S. Débarre

Cultures maraîchères à Büyükçekmece
Cultures maraîchères (bostanlar) à Büyükçekmece – Photo S. Débarre

immeubles de Bezirganbahçe
Immeubles de Bezirganbahçe (Bezirganbahçe Konutları – TOKI) – Photo S. Débarre

Calquée sur le tracé hypothétique du projet du Canal d’Istanbul (Kanalistanbul), cette marche ambitionne de suivre, année par année, les évolutions urbaines qui sont en cours dans la marge ouest d’Istanbul. Ce sentier désormais balisé se divise en 4 segments de 15 km. Il débute à Yeniköy au bord de la mer Noire dans le paysage lunaire qui correspond aux anciennes carrières de lignite, traverse d’anciens villages comme celui de Sazlıbosna ou de Kayabaşı, coupe à travers une vaste zone pastorale, longe de nombreux lacs et petites rivières, passe par les anciens et actuels réservoirs d’eau de Sazlıdere et de Terkoz, une carrière de pierre, les anciens usines de poudre à canon (Baruthane) ou encore le centre de recherche nucléaire de Küçükçekmece. Le dernier segment est le plus urbanisé et le plus étalé dans le temps. Il commence dans la cave de Yarımburgaz où force est de constater le manque d’entretien et de conservation du plus ancien site humain d’Istanbul datant de la période paléolithique pour finir sur la plage de Menekşe en passant devant les projets immobiliers de Bosphorus City [Photo 1], les blocs d’habitation de Bezirganbahçe où ont été relogés les habitants d’Ayazma (après la destruction de leur quartier et la construction du stade olympique d’Atatürk) et où résident aujourd’hui de nombreux syriens [photo 2], ou encore devant les travaux de la prochaine gare du Marmaray à Halkalı.

1829 Constantinople et environs
1829 Constantinople et environs

1901 Carte de la Roumélie impériale
1901 Carte de la Roumélie impériale

1936
segment Yeniköy – Yeşilköy d’après une carte de 1936

Faire isthme contre l’affairisme

Contre l’amnésie dont font preuve certains édiles politiques et entrepreneurs immobiliers, Serkan Taycan marche pour la mémoire de la ville avec un slogan qui pourrait être « faire isthme contre l’affairisme ». Il attire l’attention sur ces marges urbaines, des espaces « intermédiaires » entre ville et campagne, monde urbain et monde rural, territoires productifs et résidentiels méconnus et souvent méprisés. Il souligne les dégradations environnementales, les bouleversements paysagers ainsi que les violences sociales. Il s’intéresse aux habitants et aux pratiques méconnues, tel le maraîchage au bord de la lagune de Büyükçekmece [photo 3]. Dans le but de suivre les progressions du Canal mais surtout de collecter des informations, de capturer des images et de créer un fonds photographique important, il fait partager sa passion de la marche en ville et nous l’en remercions.

Lien : Article dans le quotidien Radikal (en turc)


3 réflexions sur « İki deniz arası – Une marche pour la ville »

  1. « À l’heure des Grands Travaux (l’inauguration du Marmaray s’est faite le 29 octobre 2013)… »
    L’excellent documentaire Ekümenopolis dénonce parfaitement les multiples agressions que subit la ville elle-même et les saccages que subissent les écosystèmes qui l’entourent et la nourrissent.

    Par contre, mettre le projet Marmaray dans ce paquet de grands travaux aussi mégalos que dévastateurs est une maladresse.
    Marmaray n’est pas de même nature que le troisième pont sur le Bosphore, le méga-aéroport ou que la prédation capitalistique effrénée qui s’abat sur la ville (spéculation immobilière, gentrification, spoliations et arbitraire, népotisme affairiste, réécriture urbaine qui ressemble à un urbicide prémédité…)
    Marmaray, vendu comme le projet du siècle -mais livré avec beaucoup de retard (il faudra encore au moins deux ans pour son achèvement), très amputé(13.6 kilomètres au lieu de 76.3) et condamné à rester structurellement insuffisant et saturé à cause de l’insuffisance de voies- ressemble davantage à un belle arnaque qu’à la panacée tant vantée .
    La mégalopole manque cruellement de réseaux ferrés urbains. Il ne faut pas se laisser leurrer, les annonces et promesses farfelues en projets de transports publics de l’Istanbul Büyükşehir Belediyesi ou du ministre Binali relèvent plus de l’esbroufe de bonimenteurs que d’une réelle volonté de doter la ville des infrastructures qui lui font cruellement défaut. Et les résultats sont souvent décevants (voir le chaos indescriptible du Metrobus, l’architecture de ces infrastructures de transports quasiment toujours « cheap », surannée et mal pensée, malfaçons généralisées…)
    On fait beaucoup de bruit et pub autour de Marmaray mais tout montre que ce genre d’infrastructures indispensables à la ville sont loin d’être la priorité des autorités.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.