L’évolution depuis 2002 des investissements directs turcs à l’étranger : un indicateur de rayonnement à suivre

Si l’habitude est grande d’étudier la Turquie comme un pays-cible pour les investissements directs étrangers (IDE) ou pour les investissements indirects, la littérature scientifique tarde à prendre en compte l’émergence de la Turquie comme pays émetteur d’investissements directs vers des pays étrangers plus ou moins proches. Or force est de constater que parallèlement à la “normalisation” de l’économie turque survenue au cours de la décennie 2000 (réduction de l’inflation, réduction du risque financier, chute des taux d’intérêt), les ID(E) turcs ont très sensiblement augmenté. S’ils restent inférieurs au total des IDE opérés en Turquie, leur augmentation n’est pas moins révélatrice du repositionnement de l’économie turque dans le jeu global. En évitant de céder à une euphorie de circonstance qui se complaît à décrire l’augmentation des exportations turques comme celle du PIB/habitant, sans prendre en compte d’autres indicateurs qui obligent à tempérer, on peut brièvement se pencher sur ce phénomène.

Alors qu’en 2002 le montant des ID(E) turcs réalisés dans l’année (on ne parle pas des IDE cumulés) n’était que de 251 millions de USD, celui-ci est passé pour les 10 premiers mois de 2012 à 3,583 milliards. En dix ans donc, ces IDE ont été multipliés par plus de 10. Le seuil du milliard a été franchi en 2003 et celui des 2 milliards en 2007. Si l’on considère cette fois le montant cumulé des IDE, en tenant compte des « sorties » survenues, on atteignait début 2011 un niveau de 25 milliards de dollars assuré par 3500 entreprises turques dans un peu plus de 103 pays.

Cet essor traduit la montée en puissance et en confiance de l’économie turque et la stratégie d’extraversion de celle-ci, soutenue par les gouvernements du parti AK. Ceux-ci pratiquent un soutien aux investisseurs turcs à l’étranger, ces derniers étant considérés comme les fers de lance du rayonnement international du pays et les relais de la diplomatie. La « nouvelle » politique d’influence internationale passe donc en partie par ces investissements qui donnent une visibilité à l’envergure que les dirigeants veulent donner au pays.

De plus, alors que les IDE en Turquie ont diminué de 30% les 10 premiers mois de l’année 2012 par rapport aux dix premiers mois de 2011, les ID turcs à l’étranger ont augmenté en 2012 de 85% par rapport aux dix premiers mois de 2011.

Le pays où le montant des investissements turcs a été le plus élevé en 2012 est les Pays-Bas (en 2011, n’oublions pas, c’était la France en raison de la prise de participation de Yıldırım Holding dans la compagnie CMA SGM), avec 2,398 milliards, suivi de l’Azerbaïdjan (309 millions USD), de la Croatie (95), des États-Unis et de la Fédération de Russie (59 millions) ; viennent ensuite, le Royaume-Uni, la Suisse, le Kazakhstan et l’Allemagne (45). Du point de vue du secteur d’activité, c’est dans l’agroalimentaire que les ID turcs ont été les plus importants (plus de 75% du montant total des ID turcs dans les 10 premiers mois de 2012). Secteur minier (pour l’Azerbaïdjan), transport-logistique et assurance apparaissent comme les autres secteurs-cible.

Cette évolution en dix ans doit être lue parallèlement à l’évolution spectaculaire du montant des exportations et des importations. Elle est en outre le résultat d’une politique d’encouragement conduite sous la houlette, notamment, du DEİK (Institution pour les Relations Economiques Extérieures), structure créée en 1986 sur instruction du Premier ministre d’alors, Turgut Özal. Cependant, répétons-le, cet accroissement significatif ne doit pas faire oublier que le montant total des ID(E) turcs pour les dix premiers mois de 2012 reste plus de deux fois inférieur au montant total des IDE en Turquie.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.