D’une bibliographie à l’autre… À propos du dernier “dossier de l’IFEA”

IFEABulten 21_K_couvLe 11 février 2014 était mis en ligne le numéro 21 de la série “la Turquie aujourd’hui” des dossiers de l’IFEA. Intitulé Istanbul bibliography 2000-2013, cet épais dossier fait écho au numéro 4 de la même série – La mégapole d’Istanbul. 1960-2000 – paru en octobre 2000, soit il y a près de quinze ans. Cette mise en série traduit une tradition de recherche qui participe de l’identité de notre institution. Sans prétendre comparer les deux entreprises, la première étant fort modeste dans ses ambitions, la mise en regard de ces deux dossiers – le premier fait vingt pages alors que le second en totalise deux cent seize – inspire quelques remarques.

La différence frappante de volume entre les deux dossiers est liée en partie à une “montée en puissance” des études sur Istanbul depuis le début de l’année 2000, elle-même due à la fois à l’augmentation des foyers de production du savoir sur Istanbul (nouvelles universités, nouvelles fondations, nouveaux centres de recherche) et à l’émergence d’Istanbul comme “produit urbain” privilégié sur le marché international du tourisme (qui fait l’objet d’une catégorie à part, pp. 198-201), des pratiques culturelles et de la recherche. La montée en visibilité internationale de la Turquie et le rôle moteur d’exception dévolu à Istanbul dans ce processus ont de même incontestablement joué : l’entrée dans l’agenda international d’Istanbul comme place événementielle et destination touristique s’est accompagnée d’un regain d’intérêt des études sur la mégapole.

D’autre part, l’accélération des grands travaux comme de la transformation urbaine dans la décennie 2000 a eu pour effet d’attirer l’attention sur Istanbul, tant au niveau des projets architecturaux, urbanistiques, que des mouvements sociaux suscités par des interventions parfois lourdes et violentes. Aussi, comme le souligne Eda Güçlü – qui a mené ses investigations dans le continent souvent peu exploré des productions des étudiants -, la quantité des travaux universitaires critiques par rapport aux politiques de transformation urbaine est assez saisissante. Dans la même optique, et de manière réactive/interactive par rapport aux évolutions socio-économiques et politiques enregistrées, d’autres thématiques ont pris une place remarquable  dans la bibliographie : environnement, politiques culturelles, conservation des héritages ou ségrégation socio-spatiale. La production, telle que la reflète ce dossier, est aussi influencée par des effets de mode, de contexte (comme le contexte offert par l’année 2010 où Istanbul était une des capitales européennes de la culture) ou des effets d’inertie.

La décennie 2000 est aussi marquée par l’affirmation d’un regard conservateur sur Istanbul porté par de nouvelles institutions (comme certaines universités privées, certains centres de recherche, certaines maisons d’édition – à l’instar de Timaş – ou certains auteurs devenus très en vue). Ce regard est à l’origine de nombreuses publications sur des objets d’études, quartiers, “monuments”, moments de l’histoire, groupes sociaux et figures jusque-là peu pris en compte par la production scientifique consacrée à Istanbul.

Par ailleurs, l’inflation d’études localisées (pp. 19-27) mérite aussi d’être soulignée. Si dans la précédente bibliographie une inflexion vers le local avait été pressentie, depuis la fin des années 1990, c’est à un mouvement massif auquel on assiste. À l’université, certaines disciplines en sciences sociales se sont nettement réorientées vers des études plus ancrées dans des terrains précis et proches. L’environnement immédiat paraît ainsi être devenu un objet de recherche à part entière, assumé.

La question de l’amélioration des conditions de possibilité des recherches urbaines peut en outre être soulevée. Dans les années 1990 encore les recherches de terrain à Istanbul n’étaient pas toujours simples, dans un contexte de forte instabilité politique, de forte et brouillonne croissance urbaine et de méfiance par rapport aux chercheurs en sciences sociales (et pas seulement les étrangers). Le climat a indéniablement changé. La dimension ethnique longtemps refoulée ou jugée suspecte a ainsi été intégrée ouvertement par la recherche, qui ne se cantonne plus aux minorités religieuses reconnues (même si le tropisme demeure).

Enfin, la période considérée est celle d’une modification des supports de publication, avec la systématisation du « online » – ce dossier en témoigne – qui, pour reprendre la perspective de la théorie des médiasphères, a changé les conditions de production et de diffusion. Les études sur Istanbul n’ont pas échappé à cette évolution et ont vu apparaître de nouveaux produits qui prennent désormais une place importante dans les bibliographies. D’autres produits ont malheureusement disparu depuis 2000, comme la « revue d’Istanbul » (İstanbul Dergisi) publiée par la Fondation pour l’Histoire, dont la vie aura été courte (1992-2008, soit 59 numéros qui restent une mine précieuse).

En somme, le « paradigme perdu  de la société turque » (selon l’expression de Şirin Tekeli) auquel nous faisions allusion dans l’introduction du dossier de 2000 paraît en cours d’appropriation – appropriation d’une histoire, d’un environnement, de populations et de territoires négligés -, comme en témoigne cette impressionnante bibliographie. De ce fait, il nous semble important que l’IFEA continue, notamment à travers ses observatoires, à rendre plus visibles et accessibles, en direction d’un public qui ne peut pas suivre la production scientifique en Turquie, des contributions qui se doivent d’être sérieusement prises en compte par la recherche européenne. D’ailleurs, la création d’une adresse mail exclusivement dévolue aux propositions en vue de compléter cette bibliographie signe bien l’esprit de l’entreprise : un work in progress partagé le plus possible en online. Notre ambition à terme est de développer des “foyers de ressources” évolutifs de ce type sur d’autres thématiques travaillées à l’IFEA.


Une réflexion sur « D’une bibliographie à l’autre… À propos du dernier “dossier de l’IFEA” »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.