Sous le sceau du secret – La carte des environs de Constantinople de Colmar von der Goltz (1897)

A propos d’une récente acquisition de l’IFEA

Goltz_ensemble
Colmar von der Goltz, Karte der Umgegend von Constantinopel, unter Benutzung der älteren Aufnahmen, 1888-1895, 1/100 000, Berlin, Schall und Grund (Coll. Institut Français d’Études Anatoliennes, Istanbul)
Türkçe çeviri

Les bouquinistes d’Istanbul cachent bien des trésors. Dans les caisses d’un sahaf de Beyoğlu, à l’ombre protectrice du Tokatlıyan Han1 sommeillait un exemplaire de la Carte des Environs de Constantinople, de Colmar von der Goltz (1843-1916), encore attachée au livret de 25 pages qui accompagnait l’édition originale. De Constantinople à Berlin et de Berlin à Istanbul, l’histoire se croise et se rencontre : par un jeu du hasard, les premières pierres du han furent posées sur la Grande-rue de Péra en 1897, l’année même où paraissait à Berlin la carte susnommée, acquise récemment par l’Institut français d’études anatoliennes et dont il sera question ici.2.

L’édition turque aime les catalogues de cartes et Istanbul se prête tout particulièrement au genre qui juxtapose les productions cartographiques, réduites à l’état d’objets de curiosité, et sélectionnées à l’aune de leurs qualités esthétiques. Les cartes sont alors déracinées, déconnectées, isolées du contexte social, technique, économique et intellectuel qui les a vues naître. Une telle démarche de catalogage est bien sûr nécessaire lorsqu’elle s’accompagne d’un classement d’archives et d’une valorisation de fonds jusqu’alors difficilement accessibles3. Mais l’histoire de la cartographie ne saurait se limiter à cela. Traditionnellement, cette dernière est, en Turquie, une histoire militaire, et pour cause : les cartes topographiques détaillées ne sont toujours pas libres d’être commercialisées, l’armée restant dépositaire de ces données. L’histoire de la cartographie turque se confond donc assez largement4 avec celle de la direction générale de cartographie de l’État-major (Harita Genel Komutanlığı). Le travail pionnier du général Abdurrahman Aygün (1980) fournit pour la période républicaine des données précises quant aux protagonistes impliqués, aux instruments disponibles et aux coûts engagés pour réaliser des cartes5. Ses successeurs reprennent, à peu de choses près, les mêmes références6. En dehors du moment républicain de la cartographie sur lequel se centrent ces ouvrages, l’événement cartographique est bien sûr le célèbre Pîrî Reis, érigé en héros – par défaut – d’une rencontre (pourtant manquée) avec l’Outre-Atlantique. Les expositions se succèdent érigeant la beauté du parchemin restauré en objet de fierté nationale7. L’habit de la nation lui sied pourtant fort mal car s’il est bien une carte qui illustre l’importance de la copie, des emprunts et des circulations d’hommes, de savoirs et d’objets techniques dans la production cartographique, c’est bien celle-ci. Si ces emprunts et ces circulations sont souvent moins visibles, ils ne sont pas absents pour autant. Voyons cela à travers la carte et le livret nouvellement acquis par l’IFEA.

Penser la ville dans un cadre élargi

La Carte des environs de Constantinople (Karte der Umgegend von Constantinopel) a pour particularité de présenter la capitale ottomane dans un cadre plus large que celui habituellement retenu par les cartographes du xixe siècle8. Éditée à l’échelle 1/100 000, la carte inclut à l’est, au nord et à l’ouest, des arrière-pays forestiers et ruraux alors que la notion d’« environs » avait généralement à une définition bien plus restreinte : sur la rive asiatique, notamment, seules les pentes du Bosphore étaient cartographiées, les contrées forestières n’étant pas jugées dignes d’intérêt. Colmar von der Goltz9 était ainsi particulièrement fier d’avoir pu étendre la représentation jusqu’à la vallée de la rivière Riva, au-delà de l’Alem Dağ, à l’est de la ville. Mais pourquoi s’était-il donc donné le mal d’élargir le cadre si c’était pour représenter des espaces aussi peu densément occupés ?
Dans son livret, Goltz évoque bien les chasseurs ou les voyageurs qui pourraient trouver quelque intérêt à acheter la carte, mais il va s’en dire que l’argument n’est pas convaincant. Les craintes du gouvernement ottoman – mentionnées dans ce même livret – qui limitait volontairement la circulation des cartes dans l’Empire sont bien plus éloquentes. Selon Goltz, le sultan Abdülhamid II aurait préféré ne pas entreprendre de travaux topographiques plutôt que de courir le risque de voir des cartes tomber aux mains de ses ennemis : le thème du secret, voire, sous la plume de l’officier allemand, d’une certaine paranoïa de l’État ottoman apparait clairement. La carte (tout comme l’amélioration de la voirie) aurait d’abord été perçue comme un risque et une menace par le gouvernement ottoman. Les craintes rapportées par Goltz soulignent bien, en creux, le dessein stratégique de la carte : articuler la focale classique, celle du site de la ville, avec celle de sa situation. Instructeur auprès de l’armée ottomane, Goltz avait eu l’occasion d’explorer ces environs lors de son premier séjour dans la ville, en particulier lorsqu’il supervisait les exercices de tactique des officiers ottomans ou bien encore lors d’excursions durant ses jours de repos ou pendant de rares congés. Il releva méticuleusement les tracés hydrographiques, routiers, télégraphiques et ferroviaires qui irriguaient ces environs. L’usage de la couleur, permis par la photolithographie10, fait ressortir les cours d’eau en bleu, les axes de communication en rouge et les lignes de chemin de fer ou de télégraphie en noir. Goltz est conscient que la couleur bleue donne une importance disproportionnée à des cours d’eau souvent saisonniers et dans tous les cas de petite taille. Mais la précision du recensement fait apparaître leur importance stratégique, à la fois comme entraves éventuelles aux communications et comme moyen d’approvisionnement de la ville depuis les périphéries forestières.

Détail de la carte de Colmar von der Goltz de 1897 : ruisseaux et canaux d’adduction d’eau depuis la forêt de Belgrade (au nord de ce cadre) jusqu’à la capitale ottomane. Les canaux sont figurés par des flèches de couleur bleue
Détail de la carte de Colmar von der Goltz de 1897 : ruisseaux et canaux d’adduction d’eau depuis la forêt de Belgrade (au nord de ce cadre) jusqu’à la capitale ottomane. Les canaux sont figurés par des flèches de couleur bleue

En ce qui concerne les voies de communication, Goltz distingue quatre niveaux hiérarchiques : les routes empierrées (Chausseen), les voies de terre (Landstrassen), les liaisons locales praticables (fahrbare Ortsverbindungen) et les chemins cavaliers et pédestres. Il souligne d’une manière générale la difficulté des communications dans les alentours de la ville en raison des contraintes du relief, à l’est, et surtout du mauvais entretien des voies : les routes sont, souvent, si « pierreuses et bosselées », écrit-il, que les voitures préfèrent – autant que possible – les éviter et tracer leur propre chemin à travers champs11. Lorsqu’un chemin est impraticable, les chariots – qui transportent en particulier du charbon et du bois – en cherchent un autre à travers les broussailles et les brandes. Comme la plupart des chemins ne sont entourés ni d’arbres, ni de fossés, leur tracé fluctue très souvent12. Cette remarque est a fortiori valable pour les pistes cavalières et pédestres qui forment, selon Goltz, de petites « rigoles » changeant incessamment de cours. Les voies de terre doivent être pratiquées par des chariots traditionnels montés sur des roues en bois de grande hauteur – elles seules permettent, selon Goltz, de vaincre les accidents du sol, les pentes raides, les chemins de guingois, les blocs de pierre ou encore les crevasses. Exception à ce panorama : les crêtes planes de la mer Noire, faites de sable et de galets qui pourraient être utilisables, selon lui, après amélioration, pour le transport militaire. Revoilà donc l’armée. Mais quelle armée? S’il s’agit bien de penser la défense de la ville, l’armée ottomane n’est pas directement mentionnée. Point n’est besoin de préciser. Les alliés sont des alliés.

Goltz déplore le manque d’envergure des travaux en cours concernant la voirie. À l’ouest, par exemple, il note qu’une route a bien été construite pour relier l’école d’Agriculture de Halkali avec San Stefano mais qu’elle ne se prolonge pas au-delà de ces deux lieux.

Halkali_road
Détail de la carte de Colmar von der Goltz de 1897 : chaussée nouvellement créée pour relier l’école d’agriculture d’Halkali, au nord, à la bourgade côtière de San Stefano. Goltz déplore que le segment réalisé ne se prolonge pas jusqu’à la route d’Andrinople (Edirne) au nord. Remarquons ici la finesse des indications offertes par la carte: un « chemin des charbonniers » (Kömürdji Jolu), une « fabrique d’allumettes » (Kibrit Fabrikassi), la « tombe d’Hasret Ali » (Haseret Ali Türbessi), ainsi que les très nombreuses mentions de ponts, fermes, jardins maraîchers, etc. attestent du soin apporté à cette publication.

Sur la rive asiatique, Goltz donne l’exemple de la route menant d’Üsküdar à Ermeni Köy – où se trouve un köşk du Sultan- et qui doit être prolongée vers Şile, sur la mer Noire, en passant par Ömerli : les routes réalisées se contentent de servir les intérêts immédiats de la Cour ou d’un puissant selon Goltz. La ville manque cruellement d’un plan d’ensemble et d’un réseau de communications13.

route_Emerli
Détail de la carte de Colmar von der Goltz de 1897 : la route menant d’Üsküdar à Ermeni köy où se trouve une résidence du sultan. Il était déjà prévu à l’époque que la route, qui s’arrête brutalement sur cette carte, se prolonge jusqu’à Şile sur la mer Noire

Outre les voies de communication et les cours d’eau, la carte de Goltz recense un certain nombre de toponymes qui n’apparaissaient pas sur nombre de cartes antérieures. Il souligne cependant la complexité de ce travail causée par la polyonymie, pratique de dénomination multiple d’un même lieu ou d’un même objet géographique qui concerne tout particulièrement les cours d’eau14. Ces derniers supportent ainsi couramment plusieurs appellations depuis leurs sources jusqu’à leur embouchure. Certains villages, comme « Adampol », connaissent aussi un grand nombre de dénominations. Enfin, les noms de fermes, de bergeries, d’étables varient régulièrement en fonction des rachats et des changements de propriétaires : la « ferme de Samandjian » située au sud d’Alemdağ, portaient ainsi le nom de son riche propriétaire arménien. Elle devint ensuite, explique Goltz, le « Kiosk d’Halim Pasa » du nom du frère de l’ancien Khédive d’Egypte, Ismaël, à la suite de son rachat par le gouvernement égyptien. Après le décès d’Halim Pasa, l’usage de son nom demeura quelque temps puis l’on revint à une appellation ancienne, « ferme de Baltazzi », du nom du premier bâtisseur15. Dans tous les cas, indique Goltz, la transcription des toponymes choisie doit permettre aux Allemands de se faire comprendre sur le terrain.

Fabrique et usages de la carte

Le livret de 25 pages qui accompagne la carte de Goltz explique, comme le veut la coutume à l’époque, la façon dont la carte a été réalisée, ses objectifs et ses usages. On y apprend donc que la carte a été réalisée d’après un grand nombre de cartes imprimées militaires et civiles – françaises, russes et britanniques, d’esquisses manuscrites ainsi que de levés topographiques originaux réalisés par Goltz lui-même. Cartographe « du dimanche et du vendredi » tel qu’il se définit lui-même, Goltz n’a que peu de temps à consacrer à ce travail qu’il effectue en dehors de son service d’instructeur de l’armée ottomane. Les instruments dont il dispose – une boussole, un baromètre et une montre – permettent d’estimer les positions relatives des lieux et donnent une idée approximative des hauteurs. Nous sommes loin, cependant, d’un travail de topographie militaire fondé sur des opérations collectives de géodésie. Aucune trace, en effet, d’une coopération cartographique avec l’armée ottomane. Cette dernière avait pourtant créé, en 1880, un département de topographie au sein de l’État-major et les travaux cartographiques se multipliaient, ce que Goltz  savait : son appréciation de la cartographie ottomane était d’ailleurs dans l’ensemble élogieuse.  Était-il possible que les travaux des officiers ottomans n’aient pas servis à l’élaboration de sa carte ?

Lettre de Colmar von der Goltz à Heinrich Kiepert, 24 février 1888 – Berlin, Staatsbibliothek
Lettre de Colmar von der Goltz à Heinrich Kiepert, 24 février 1888 – Berlin, Staatsbibliothek
Lettre de Colmar von der Goltz à Heinrich Kiepert, 24 février 1888 – Berlin, Staatsbibliothek
Lettre de Colmar von der Goltz à Heinrich Kiepert, 24 février 1888 – Berlin, Staatsbibliothek

La correspondance que Colmar von der Goltz entretint avec le géographe et cartographe berlinois, Heinrich Kiepert, nous éclaire sur ce point16. Inspecteur des écoles militaires ottomanes en 1883 puis chef de la mission allemande à Constantinople à la mort de Kaehler en 1885, Goltz connaissait bien les archives de l’État-major ottoman. Il n’hésita pas à aller y chercher des cartes ottomanes pour les transmettre à Berlin.

En 1888, Heinrich Kiepert reçut ainsi un courrier reprenant le contenu d’un télégramme que Goltz lui avait adressé de toute urgence :

« Vous aurez reçu mon télégramme vous priant de ne faire aucune communication publique sur la carte du district du redif du premier ordu », écrivait von der Goltz, « la carte n’est pas dans le commerce. Je l’ai simplement prise dans les réserves de l’État-major. Si cela se savait, alors une obstruction serait faite à toute communication future, même la plus innocente. »17

Le ton de la lettre, l’envoi d’un télégramme et le souci de discrétion de Goltz montraient que ce dernier n’était pas en position de faire « tout ce qu’il voulait » à Constantinople. Kiepert respecta le souhait de Goltz et il ne publia aucune donnée avant le retour de la mission à Berlin. La carte du premier district militaire ottoman (district du redif du premier ordu), réalisée sous la direction de Colmar von der Goltz et du général Abdullah de Trabzon18, fut d’un précieux support pour la Carte des Environs de Constantinople. Mais cette collaboration germano-ottomane disparut des mémoires : d’une part, bien sûr, parce que la transmission des informations s’était faite à l’insu du gouvernement ottoman, mais d’autre part surtout, parce que la carte de Goltz remplissait désormais une fonction de glorification de la grandeur militaire de l’armée allemande et, dans le même temps, du génie de son auteur. Réaliser une carte de la capitale ottomane, c’était en effet vouloir s’assurer une postérité. L’auteur de La Nation en armes s’inscrivait par cet acte dans la lignée de son illustre prédécesseur, l’officier prussien Helmuth von Moltke qui avait réalisé une carte d’Istanbul lors de son séjour dans la capitale19. Mais alors que la carte de Moltke avait été traduite en ottoman dès les années 1840, celle de Goltz resta en allemand. Ne restait des multiples échanges et circulations cartographiques entre Berlin et Constantinople qu’une dédicace, celle que Goltz avait choisi d’adresser au début de son livret « à [ses] vieux et chers camarades de l’armée impériale ottomane ».

Bibliographie indicative :

Atatürk kitaplığı harita kataloğu. Cilt. I-II, İstanbul, İBB Bas̜kanlığı, Kütüphane ve Müzeler Müdürlüğü, 1992.
Aygün Abdüraman, Türk haritacılık tarihi [Histoire de la cartographie turque], Ankara, Harita Genel Müdürlüğü, 2 volumes, 1980
Copeaux Etienne, Une vision turque du monde à travers les cartes de 1931 à nos jours, Paris, CNRS Éditions, 2000, 240 p.
Débarre Ségolène, Du Méandre à l’Euphrate. Savoirs géographiques allemands sur l’Anatolie au XIXe siècle, thèse de doctorat de l’Université Paris 1 (2011), parution prévue aux éditions Peeters, Varia Turcica, 2014.
Fortna Benjamin, Imperial Classroom : Islam, the State, and Education in the Late Ottoman Empire. Oxford, Oxford University Press, 2002, xv + 280 p.
Guillemarre-Acet Dorothée, Impérialisme et nationalisme. L’Allemagne, l’Empire ottoman et la Turquie (1908-1933), Würzburg, Ergon Verlag, 2009.
İhsanoğlu, Ekmeleddin, Science, technology and learning in the Ottoman Empire, Western influence, local institutions and the transfer of knowledge, Farnham, Ashgate Publishing, 2004, 352 pages.
İhsanoğlu, Ekmeleddin, Osmanlı coğrafya literatürü Tarihi (History of Geographical literature during the Ottoman Period), Istanbul, IRCICA, 2000. 2 vol. 912 pages.
Koçak Yaşar, Ademoğlu Abdullah, Beşli Atilla, Eraslan Zekiye et Akçay  N. Yasemin: Sultan II. Abdülhamid devri harita ve planlarinda, Istanbul, İBB Kültür yayınları, 2013, 328 pages.
Özpınar Şükrü et al., Türk Deniz Müzesi harita kataloğu, Chart and map catalogue of Turkish Naval Museum, Ankara, T.C. Genelkurmay Başkanlığı Deniz Kuvvetleri Komutanlığı, 2001, 437 pages.
Pérouse Jean-François, Lebouteiller Pascal, Stern Martin, « Deux siècles de cartographie d’Istanbul et de son environnement », Catalogue de l’Exposition, Istanbul, Lycée Notre-Dame de Sion, mars-avril 2013.
Trumpener Ulrich “German Officers in the Ottoman Empire, 1880-1918: Some Comments on their Background, Functions and Accomplishments” in Wallach Jehuda (dir.) Germany and the Middle East, 1835-1939, Tel Aviv, 1975, 211 p.
Ülkekül Cevat, Cumhuriyet Dönemi Türk haritacılık tarihi [Histoire de la cartographie turque à l’époque républicaine], Istanbul, Dönence, 1998, 352 pages.
Wallach Jehuda, Anatomie einer Militärhilfe. Die Preussisch-deutschen Militärmissionen in der Türkei, 1835-1919, Düsseldorf, Droste Verlag, 1976, 284 p.
Woodward David, « The study of the History of Cartography : a suggested Framework », The American Cartographer, vol. I., n°2, 1974, p. 101-115.

  1. situé sur l’Istiklal Caddesi son nom rappelle la trajectoire migratoire de ses premiers propriétaires, une famille arménienne originaire de Tokat. Mıgırdiç Tokatlıyan fit du bâtiment un hôtel qui fut, sur le modèle du Péra Palace, un haut lieu de sociabilité au début du xxe siècle et dans l’entre-deux-guerres. []
  2. Cette note est le fruit d’un travail de doctorat soutenu à l’université Paris 1 en novembre 2011 et actuellement en cours de publication aux éditions Peeters (Louvain) grâce au soutien du Centre d’études turques ottomanes balkaniques et centrasiatiques de l’EHESS (Paris), de l’Orient Institut-Max Weber Stiftung (Istanbul) et de l’ANR Transfaire – ANR-12-GLOB-003, « Matières à transfaire. Espaces-temps d’une globalisation (post-)ottomane » []
  3. Nous pensons en particulier à la publication des collections de cartes de l’Université d’Istanbul dont le premier volume est paru l’année dernière grâce aux efforts conjoints de Yaşar Koçak, Abdullah Ademoğlu, Atilla Beşli, Zekiye Eraslan et N. Yasemin Akçay : Sultan II. Abdülhamid devri harita ve planlarında, Istanbul, İBB Kültür yayınları, 2013, 328 pages. D’autres institutions avaient déjà fourni des travaux comparables dans les années 1990 et 2000 notamment la bibliothèque Atatürk et le Musée de la Marine : cf. Atatürk kitaplığı harita kataloğu. Cilt. I-II, İstanbul, İBB Bas̜kanlığı, Kütüphane ve Müzeler Müdürlüğü, 1992 ; Şükrü Özpınar et al., Türk Deniz Müzesi harita kataloğu, Chart and map catalogue of Turkish Naval Museum, Ankara, T.C. Genelkurmay Başkanlığı Deniz Kuvvetleri Komutanlığı, 2001, 437 pages. []
  4. Une exception notable : la cartographie scolaire qui a fait l’objet de travaux de qualité. Cf. Étienne Copeaux, Une vision turque du monde à travers les cartes de 1931 à nos jours, Paris, CNRS Éditions, 2000, 240 p. ; Benjamin Fortna, Imperial Classroom : Islam, the State, and Education in the Late Ottoman Empire. Oxford, Oxford University Press, 2002, xv + 280 p. []
  5. Pour la période ottomane, mentionnons l’incontournable guide bio-bibliographique (qui inclut la production cartographique mais ne s’y limite pas) dirigé par Ekmeleddin İhsanoğlu, Osmanlı coğrafya literatürü Tarihi (History of Geographical literature during the Ottoman Period), 2000. []
  6. Abdüraman Aygün, Türk haritacılık tarihi [Histoire de la cartographie turque], Ankara, Harita Genel Müdürlüğü, 2 volumes, 1980 ; Ülkekül Cevat, Cumhuriyet Dönemi Türk haritacılık tarihi [Histoire de la cartographie turque à l’époque républicaine], Istanbul, Dönence, 1998, 352 pages. []
  7. La carte dite de Pîrî Reis datant du début du xvie siècle fut dessinée sur une peau de gazelle. Elle fut restaurée après sa redécouverte, en 1929, au Palais de Topkapı. Elle donne régulièrement lieu à diverses manifestations, conférences ou expositions. Ce fut particulièrement le cas à l’occasion de son 500e anniversaire, en 2013, que l’UNESCO décréta « année Pîrî Reis ». Cf. L’exposition de l’Université des Beaux-Arts Mimar Sinan « Pîrî Reis ve 1513 Dünya Haritası : 500 Yılın Gizemi ». []
  8. Les Petermanns geographische Mittheilungen reprochaient par exemple à la carte de Carl Stolpe qui parut en 1866 de ne pas prendre en compte les environs de la ville. Cf. Ségolène Débarre, Du Méandre à l’Euphrate…, 2011. Cf. aussi Jean-François Pérouse, Pascal Lebouteiller, Martin Stern, « Deux siècles de cartographie d’Istanbul et de son environnement », Catalogue de l’Exposition, Istanbul, Lycée Notre-Dame de Sion, mars-avril 2013. Notons que la remarque exprimée pour le xixe siècle reste parfaitement valable pour les cartes touristiques des xxe et xxie siècles qui, encore aujourd’hui, se limitent presque toujours aux arrondissements de Fatih, Beyoğlu et partiellement d’Üsküdar. []
  9. Colmar von der Goltz avait été envoyé en mission dans la capitale ottomane en tant qu’instructeur de l’armée d’Abdülhamid II de 1883 à 1895. Il prit la tête de la mission allemande à la suite de Kaehler en 1885. Il retourna à Constantinople après la Révolution Jeune turque et fut conseiller militaire de l’armée ottomane pendant la Première Guerre mondiale jusqu’à sa mort, à Bagdad, en 1916. Cf. Dorothée Guillemarre-Acet, Impérialisme et nationalisme. L’Allemagne, l’Empire ottoman et la Turquie (1908-1933), Würzburg, Ergon Verlag, 2009. []
  10. La carte fut imprimée par un procédé de photolithographie par l’imprimeur Meisenbach Riffarth & Co. à Berlin. Cette maison, réputée, était née, en 1892, de la fusion de la maison Meisenbach & Co. à Munich et Heinrich Riffarth & Co. à Berlin. Georg Meisenbach, fondateur de la première, avait été un pionnier de l’autotypie, permettant d’imprimer des photographies en similigravure, un procédé très vite adopté par la presse. []
  11. Colmar von Goltz, Mémoire accompagnant la carte, 1897, p. 11. []
  12. Colmar von Goltz, livret accompagnant la carte, 1897, p. 13. []
  13. Colmar von Goltz, livret accompagnant la carte, 1897, p. 12. []
  14. Ségolène Débarre, Du Méandre à l’Euphrate…, 2011, p. 253 et suivantes. []
  15. Colmar von Goltz, Mémoire accompagnant la carte, 1897, p. 16. []
  16. Sur cette correspondance, cf. Ségolène Débarre, op. cit.. []
  17. Lettre de Colmar von der Goltz à Kiepert du 24 février 1888, traduite en français par nos soins, Ségolène Débarre, op. cit.. []
  18. Sur Abdullah de Trabzon, (Trabzon 1859-Istanbul 1927), cf. Ekmeleddin İhsanoğlu, Osmanlı coğrafya literatürü Tarihi (History of Geographical literature during the Ottoman Period), 2000. []
  19. Helmuth von Moltke, 1842, Karte von Constantinopel, den Vorstädten, der Umgegend und dem Bosporus. Im Auftrage Seiner Hoheit Sultan Mahmud II. Aufgenommen in den Jahren 1836-39, 1/25 000, Berlin, Simon Schropp, 71 cm x 68 cm. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.