Marges urbaines, par-delà centre et périphérie

Türkçe çeviri

Octobre 2013

Compte tenu du développement effréné et inégal de l’organisme urbain stambouliote, il paraît difficile de continuer à penser « la ville » (et le terme paraît étroit) en en restant à ses centres – si attrayants soient-ils – et aux qualités qu’on lui prête. Car si le centre et la périphérie sont toujours définis de manière arbitraire (acte de pouvoir), et instituent par eux-mêmes une vision du monde, les qualités qu’on leur prête n’en vont pas plus d’elles-mêmes.

Istanbul, avec ce site si complexe, cette histoire stratifiée, cette population mosaïque et cet étalement étourdissant, offre un cas d’étude stimulant pour revenir sur ces catégories d’évidence qu’on ne prend plus toujours la peine d’interroger, au risque de les essentialiser. Ainsi, les ‘centres commerciaux’ (“AVM”) qui se multiplient depuis une décennie dans toute l’aire urbaine produisent un type de centralité urbaine qui suppose, pour être reconnu comme centralité, certains modes de vie.

En conséquence, il est utile de revenir sur les modalités de définition et d’usage de ce couple de termes constitutif de notre vision de la ville, centre et périphérie. Ainsi, ce qui fait périphérie en France ne le fait peut-être pas en Turquie. Et ce qui fait problème dans l’être périphérique en France peut ne pas faire problème en Turquie. Le couple « centre-périphérie » participerait d’une vision du monde que ses producteurs continueraient à croire unique et uniformément valable. Le comparatisme est de ce point de vue une nécessité, démarche que l’ANR «Marges »dont l’IFEA est partie prenante depuis février 2013 – et ses 12 cas d’études autour de la Méditerranée, entend effectuer. Ce comparatisme demanderait à trouver d’autres prolongements au Moyen Orient, en particulier à Téhéran1, ainsi que dans des mégapoles de pays émergents.

Le décentrage proposé – par le passage par les marges –  est donc à la fois épistémologique, par rapport aux instances établies et aux centres dominants de production de sens sur les espaces urbains, et physique, par rapport aux lieux « centraux » d’élection et d’élaboration du discours sur ces mêmes espaces.

C’est par les marges que nous abordons résolument Istanbul dans les excursions de l’Observatoire Urbain d’Istanbul (OUI) depuis l’année 2000. Les “marges” – que l’on peut ici définir dans un sens à la fois géométrique, historique, politico-juridique et symbolique, par rapport à des territoires centraux, reconnus, perçus ou institués comme tels – sont les territoires les plus délaissés par la recherche urbaine contemporaine en Turquie. Bien qu’ils représentent désormais l’essentiel des espaces concrètement urbanisés et concentrent la plus grande part de la population, ces espaces demeurent très peu étudiés. En outre, les catégories d’analyse dominantes semblent inadaptées à la spécificité mouvante de ces espaces.

En effet, ces catégories ont été forgées pour l’étude de territoires urbains, centraux ou péri-centraux, relativement stables, puis indûment étendues aux marges. Il apparaissait donc important de s’attacher à ces périphéries, dans la mesure où ce sont elles qui reflètent le mieux les modalités actuelles de la croissance urbaine et des changements socio-politiques, dans un pays où le rythme de croissance reste soutenu. En outre, notre hypothèse est que le destin des arrondissements centraux (et surtout des arrondissements historiques) ne peut être compris sans prendre en compte les mutations enregistrées par les territoires périphériques. Ce qui se joue dans ces territoires a des incidences sur les territoires « centraux » qui retiennent habituellement l’attention des chercheurs.

En conséquence, l’angle d’approche privilégié a pu fournir l’occasion d’opérer un décentrage salutaire par rapport au regard généralement porté sur Istanbul, en « interrogeant » cette fois-ci les marges de la mégapole2, franges incertaines et encore très peu parcourues par les chercheurs. On peut en effet faire le constat d’une certaine cécité de la recherche vis-à-vis des périphéries, qui procède à la fois d’un désarroi face à des formes non stabilisées et d’une méfiance, rarement justifiée, si ce n’est par un discours dénégateur peu convaincant du type « ce n’est pas (encore) de la ville ; c’est laid et compliqué, ce n’est pas stabilisé3…  ». En d’autres termes, pour la majorité des chercheurs turcs notamment – à quelques exceptions près4 -, les périphéries constituent une « face cachée, presque honteuse » d’Istanbul, qu’on doit passer sous silence. Cette « posture défensive »  s’appuie d’ailleurs sur une conception restrictive de « la ville », rarement explicitée par les porteurs de ce genre de discours. Pourtant, ces périphéries représentent plus de 90% de l’espace désormais urbanisé (mal urbanisé ou dys-urbanisé5, certes), physiquement indéniable : en effet, sur les plus de 5000 km2 que couvre maintenant l’aire urbaine, les arrondissements historiques sur lesquels se focalise la recherche ne représentent pas plus de 10%. De même, les périphéries sont l’expression tangible et concrète de la croissance urbaine d’Istanbul, caractérisée par un décrochement de plus en plus net entre croissance du bâti et croissance de la population. C’est aussi à ce titre qu’elles nous intéressent, en tant qu’elles offrent une « face » souvent ignorée, et pourtant tellement expressive des nouvelles modalités de croissance, purement spéculatives, quasi indépendantes de la demande et des « vrais » besoins en logements6.

Autant que la distance sociale, la distance spatiale7 est relative et relationnelle. L’enclavement et l’effet de trappe ne sont pas des situations “objectives” simplement liées à la localisation en marge ou mal desservie. Et pourtant, malgré toutes les constructions sociales (et évolutions technologiques) contribuant à relativiser le sens de la proximité et de la distance ou celui de la figure “centre-périphérie”, une résistance se manifeste qui traduit la vanité des prétentions à penser un affranchissement possible des faits sociaux par rapport à cette dimension de l’inscription inégale dans le territoire. A l’échelle des modèles proposés, en outre, la localisation de la « marginalité sociale » permet de situer relativement les zones de concentration des personnes exposées par cette « situation » (terme sans doute trop statique), mais elle ne dit rien des trajectoires et interactions.  Le passage par la marge, par-delà centre et périphérie, a donc une valeur heuristique !

Bibliographie indicative

  • -ASLAN S. (2004). 1 Mayıs Mahallesi. 1980 Öncesi Toplumsal Mücadeler ve Kent. İstanbul, İletişim.
  • -BALABAN U. (2011), A conveyor Belt of Flesh. Urban Space and the proliferation of industry labor practices in Istanbul garment industries, Istanbul, Friedrich Ebert Stiftung.
  • -CHAMBOREDON, J.C. & LEMAIRE, M. (1970), “Proximité spatiale et distance sociale. Les Grands Ensembles et leur peuplement”, Revue Française de Sociologie, N°XI/1.
  • -CASTELLS M. (1972). La question urbaine. Paris, Maspéro.
  • -DEPAULE J.-C. (dir.) (2006). Les mots de la stigmatisation urbaine. Paris, Editions de la Maison des Sciences de l’Homme.
  • -ERDER, S. (1996), İstanbul’da bir kent kondu, Ümraniye, İstanbul, İletişim, 310 p. 
  • -IŞIK, O. & PINARCIOĞLU, M. M. (2001), Nöbetleşe Yoksulluk. Sultanbeyli Örneği (Pauvreté à tour de rôle. L’exemple de Sultanbeyli), Istanbul : Iletisim, 368 p.
  • -JAILLET M.C. & JALABERT G. (1982), “La production de l’espace urbain périphérique”, Revue de Géographie des Pyrénées et du Sud-Ouest, N°1, pp. 7-26.
  • -KAYRA C. (1990),  İstanbul Mekânlar ve Zamanlar (I., espaces et temps), Istanbul, Ak Yayınları (Voir. IV Bölüm “Istanbul Varoşları”, pp. 90-98).
  • -KONUK N. (2010). Pendik. Tüm Tarihi Ile. Istanbul 2010 Avrupa Kültür Başkenti.
  • -LELANDAIS G. (2009). « Quartiers de contestation…quartiers d’exclusion : politiques d’urbanisation et résistances populaires à Istanbul », Cultures & Conflits, n° 76, pp. 143-p167.
  • -MONGIN O. (2005). La condition urbaine. Paris, Seuil.
  • -MORVAN Y. (2013). « L’aménagement du grand Istanbul : entre ambition géopolitique mondiale et enjeux fonciers locaux. Le troisième pont sur le Bosphore », Hérodote, dossier spécial Turquie, n°148.
  • -OSMAY, S. (1998), « 1923’ten bugüne kent merkezlerinin dönüşümü », in : 75 yılda değişen kent ve mimarlik, Istanbul, Türkiye İş Bankası, pp. 139-154.
  • -ÖNGEN F. S. (2012), Kapitalism Kıskacında Kent ve Emek. Gebze Bölgesi ve Otomotiv Sanayii Üzerine Bir İnceleme, İstanbul, Nota Bene.
  • -PEROUSE J.-F. (2011). İstanbul’la Yüzleşme Denemeleri. Çeperler, Hareketlilik ve Kentsel Bellek. İstanbul, İletişim.
  • -PEROUSE J.-F. (1997), “Aux marges de la métropole stambouliote : les quartiers Nord de Gaziosmanpasha, entre Varosh et Batıkent”, Cahiers d’Études sur la Méditerranée Orientale et le monde Turco-Iranien  (“Métropoles et Métropolisation”), CERI/FNSP, Paris, 1997, n°24,  pp. 122-162.
  • -PETIT C. (2008). “Périurbanisation, politiques urbaines et gouvernance. Le cas de Çekmeköy, marge nord-est de l’agglomération d’Istanbul”, mémoire de Master, Paris IV Sorbonne.
  • -POYRAZ M., GANDAIS L., ASLAN S. (2010). Les quartiers populaires et la ville. Les varoş d’Istanbul et les banlieues parisiennes. Paris, L’Harmattan.
  • -TEZCAN T. (2011),  Gebze. « Küçük Türkiye » ’nin Göç Serüveni, İstanbul, İstanbul Bilgi Üniversitesi Yayınları.
  • -TUGAL C. (2010). Pasif Devrim. İslami Muhalefetin Düzenle Bütünleşmesi. Istanbul, Koç Universitesi Yayınları.
  • -YAVARI-D’HELLENCOURT, N. (1997), “Immigration et construction identitaire en milieu péri-urbain à Téhéran : Eslâm-Shahr”, CEMOTI, Paris, CERI/FNSP, n°24, juillet-déc. 1997, pp. 184-206.
  • -YILMAZ BAYRAKTAR B. (2005). Migration, exclusion et taudification dans le centre ville stambouliote : étude de cas de Tarlabasi. Thèse de doctorat, Institut Français d’Urbanisme.
  1. Voir le bel article : YAVARI-D’HELLENCOURT, N. (1997), “Immigration et construction identitaire en milieu péri-urbain à Téhéran : Eslâm-Shahr”, CEMOTI, Paris, CERI/FNSP, n°24, juillet-déc. 1997, pp. 184-206 []
  2. Les marges se logent parfois également dans les interstices des “centres” comme l’exemplifie le cas de Tarlabaşı, étudiée par la thèse de doctorat : YILMAZ BAYRAKTAR B. (2005). Migration, exclusion et taudification dans le centre ville stambouliote : étude de cas de Tarlabaşı. Thèse de doctorat, Institut Français d’Urbanisme. []
  3. Riccardo Petrella, en esthète, développe cette vision de la périphérie “à éradiquer” dans son entretien avec Paquot dans Conversations sur la ville, parlez-moi de l’urbain, 2008. []
  4. Voir bibliographie indicative, infra, dont notamment le pionnier : ERDER, S. (1996), İstanbul’da bir kentkondu Ümraniye, İstanbul, İletişim, 310 p., ou IŞIK, O. & PINARCIOĞLU, M.M. (2001), Nöbetleşe Yoksulluk. Sultanbeyli Örneği (Pauvreté à tour de rôle. L’exemple de Sultanbeyli), İstanbul : İletişim, 368 p. []
  5. On utilise en turc l’expression suivante : çarpık yapılaşma. []
  6. La Chambre des Planificateurs Urbains d’Istanbul estime en effet que le parc de logements actuellement construits permettrait déjà de loger plus de 25 millions de personnes…, alors qu’Istanbul en compte un peu plus de 13,8 selon les chiffres officiels de 2013. []
  7. Jean-Claude Chamboredon, Madeleine Lemaire, « Proximité spatiale et distance sociale. Les grands ensembles et leur peuplement », Revue française de sociologie, n°11, 1970, p. 3-33. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.