La Carie antique

Türkçe çeviri

Novembre 2013

La Carie est une région de l’Asie Mineure antique, située dans le sud-ouest de la Turquie. Elle est bordée au Nord par la vallée du Méandre, à l’Ouest et au Sud par la côte égéenne et à l’Est par la vallée de l’antique Indos, la rivière du Dalaman.
La Carie antique était peuplée d’une population autochtone parmi laquelle des chercheurs distinguent les premiers occupants, les Lélèges, puis les Cariens proprement dits. Ces derniers avaient développé une culture propre dont les caractéristiques principales se lisent à travers une langue indo-européenne, une architecture particulière et une iconographie locale.
Même si la Caire et les Cariens sont mentionnés dans de nombreuses sources antiques, dont Homère, on connaît encore mal le développement de sa population aux périodes les plus reculées. Les sources archéologiques nous renseignent principalement sur la ‘période d’or’ de la Caire, à savoir le 4e s. av. J.-C. À cette époque, la Carie, qui faisait partie d’une grande satrapie incluant notamment la Lydie et l’Ionie au Nord ainsi que la Lycie à l’Est, était intégrée à l’Empire Perse. Au tout début du 4e s. av. J.-C., le Grand Roi Perse décide de scinder ces régions en autant de Satrapies autonomes, offrant à la Carie, et pour la première fois de son histoire, d’être réunie sous une seule et même bannière. Car le Grand Roi Perse ne s’est pas contenté d’offrir à cette région sa liberté, bien que relative, elle lui a aussi donné une opportunité extraordinaire en ne nommant pas, comme à l’accoutumée, un de ses proches à la tête de la Satrapie, mais en choisissant de promouvoir un dynaste local, originaire de la ville de Mylasa (moderne Milas), Hékatomnos. Ce chef de guerre fonda la dynastie des Hékatomnides dont est notamment issu le fameux Mausole.
Les Hékatomnides tirèrent largement partie de leur double position de satrape de l’Empire Perse et Rois de Carie. Ils mirent en œuvre une double politique d’unification de la région, jusqu’ici découpée en petites principautés, et de développement économique par un accroissement des échanges, avec notamment le déplacement de la capitale de Mylasa vers la ville d’Halicarnasse (moderne Bodrum). Ils tirèrent aussi un large avantage de leur position géographique, entre les blocs Perse et Grec, qu’ils utilisèrent pour entretenir une certaine ambigüité quant à leur appartenance politique. Administrateurs de l’Empire Perse, ils n’en sont pas moins philhellènes et ont souvent été considérés comme les chantres de l’hellénisme.
L’ensemble de ces particularités ont amené les spécialistes, archéologues, numismates, épigraphes et historiens à s’intéresser à cette région et à sa population. Les Français ont fait partie des précurseurs, avec notamment les voyageurs érudits du XIXe s. tels que Ch. Texier qui fut le premier à produire cartes et plans de sites archéologique, ou encore Ph. LeBas dont les travaux furent publiés en 1847 et permirent à la communauté scientifique internationale de découvrir les vestiges extraordinaires que recèle la région. Dans le siècle qui suivit, si les chercheurs français furent vite rejoints par leurs collègues, notamment anglais et italiens, ils n’en restèrent pas moins actifs. Les travaux fondateurs d’Alfred Laumonier sur les Cultes indigènes en Carie, ou encore la très riche bibliographie de Louis Robert font encore autorité.
À la suite de ces travaux pionniers, de nombreuses interventions de terrains se sont développées en Carie. Prospections archéologiques et épigraphiques, fouilles, approches linguistique et géographique révèlent aujourd’hui un pan entier de cette culture carienne, héritière de la période Hékatomnide qui, si elle fut brève (moins d’un siècle), n’en fut pas moins fondatrice pour l’histoire complexe de cette région.

Bibliographie indicative

  • – HENRY Olivier, Tombes de Carie, Architecture Funéraire et Culture Carienne VIe– IIe Siècle av. J.-C., Presses Universitaires de Rennes, 2009.
  • – HENRY Olivier, 4th Century Karia, Definig a Karian Identity Under the Hekatomnids, IFEA, De Boccard, Istanbul, 2013.
  • – RATTE Christopher, STAEBLER Peter D. De (éds.), Aphrodisias V, The Aphrodisias Regional Survey, Mainz, Philipp von Zabern, 2012.
  • – DEBORD Pierre, VARINLIOĞLU Ender, Cités de Carie, Harpasa, Bargasa, Orthosia, Presses Universitaires de Rennes, 2010.
  • – BLÜMEL Wolfgang (éd.), Die Inschriften von Mylasa Teil I: Inschriften der Stadt, Teil II: Inschriften aus der Umgebung der Stadt, Bonn, Dr. Rudolf Habelt GMBH, 1987, 1988.
  • – COOK B.F., Relief Sculpture of the Mausoleum at Halicarnassius, Oxford, Oxford University Press, 2005.
  • – CARSTENS Anne Marie, Karia and Hekatomnids, The creation of a dynasty, Oxford, Archaeopress, BAR, 2009.
  • – RUZICKA Stephen, Politics of Persian Dynasty, The Hecatomnids in the Forth Century B.C. Oklahoma Press, 1992.
  • – ADIEGO Ignacio J., The Carian Language, Leiden, Bril, 2007.
  • – RUMSCHEID Frank (éd.), Die Karer und die Anderen, Internationales Kolloquium an der Freien Universitat Berlin 13.bis 15 Oktober 2005, Bonn, Habelt Verlag, 2009.
  • – LINDERS Tulia, HELLSTRÖM Pontus (éds.), Architecture and Society In Hekcatomnid Caria, Proceedings of the Symposium 1987, Upsala, Boreas, 1989.
  • – BREMEN Riet Van, CARBON Jan-Mathieu (éds.), Hellenistic Caria, Proceedings of the First International Conference on Hellenistic Karia – Oxford, 29 June – 2 July 2006,  Paris, Ausonius, 2010.
  • – AKARCA Aşkıdil, Les Monnaies Grecques De Mylasa, Paris, Librairie Adrien-Maisonneuve, 1959.
  • – KÜÇÜKEREN C. Canan, An Anatolian Civilisation in the Aegean Karia, (Karuwa/Karka/Karkişa/Krk), İstanbul, Ekin Grup.
  • – HORNBLOWER Simon, Mausolus, Oxford, Clarendon Press, 1982.
  • – Bolletino Dell’Associazione Iasos Di Caria, Bologna, La Mandragora.
  • – PEDERSEN Poul (éd.), Halikarnassian Studies V, Odense M., University Press of Southern Denmark, 2008.
  • – BLID Jesper, Felicium Temporum Reparatio, Labraunda in Late Antiquity (c. AD 300-600), Doctoral Thesis in Classical Archaeology and Ancient History at Stockholm University, Sweden, 2012.
  • – KARLSSON Lars, CARLSSON Susanne (éds.), Labraunda and Karia, Proceedings of the International Symposium Commemorating Sixty Years of Swedish Archaeological Work in Labraunda, The Royal Swedish Academiy of Letters, History and Antiquities Stockholm, November 20-21 2008, Uppsala, Acta Universitatis Upsaliensis, Boreas, 2011. 
  • – ÖZGÜNEL Çoşkun, Karia Geometrik Seramiği, İstanbul, Homer Kitabevi, 2006.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.