La Méditerranée dans les sciences sociales et humaines turques : une discrète nouvelle venue ?

1694_Romeyn_De_Hooghe_mer_mediterranée300Mars 2015

Türkçe çeviri

La question de la Méditerranée “vue de Turquie” continue à nous préoccuper. Après le cycle de conférences organisé en commun avec l’Institut Français d’Izmir et l’Université de Mersin en 2013 (financement D’Alembert), l’IFEA participe en 2015 à la fois au GIP “Agence Française des Villes et Territoires Méditerranéens Durables” (conférence du 28 janvier 2015), au séminaire MEDITER (Universités Paris I et Paris VIII, Casa de Velazquez, EfR, EfA…) et au séminaire MEDI-LEV (Efa, Inalco, LAU et IFEA) actif depuis 2013.

Partons d’un constat simple, qui reprend celui de Çiçekoğlu et d’Eldem en 2000 : la Méditerranée n’est pas une évidence pour les sciences sociales et humaines turques, ni comme objet de recherche, ni comme cadre d’organisation de la recherche ni comme référent ; et moins encore comme horizon de sens, d’identification ou de nostalgie. Ce n’est pas une géo-idéologie qui serait un « arrière-plan » habituel de la recherche. D’autres géo-idéologies et d’autres nostalgies transnationales (Empire ottoman, monde musulman ou monde turc…) travaillent la recherche turque. Cette absence de Méditerranée peut surprendre ceux qui, de l’extérieur – qu’ils soient journalistes, politiciens ou même chercheurs -, seraient enclins à procéder à une assignation identitaire en apposant a priori une identité méditerranéenne à la Turquie.

En Turquie, alors même que le pays possède une façade méditerranéenne importante (1577 km de Rhodes à la frontière syrienne, pour s’en tenir à ce que les manuels scolaires turcs considèrent comme la Méditerranée1 ), le pays n’est pas vraiment pensé et vécu par le plus grand nombre de ses habitants et dirigeants comme un pays méditerranéen. Donc la prétendue « évidence méditerranéenne » à laquelle tous les pays du bassin méditerranéen devraient souscrire selon une perspective normative « externe » – alimentée par les pays du nord-ouest du bassin – renvoie en fait à un agenda politique et scientifique non coproduit par tous les riverains du bassin ; un agenda dont la Turquie se sent en fait largement exclue. La communauté (imaginée) méditerranéenne est une représentation inégalement partagée, un paradigme produit de visées politiques européennes, et perçu en Turquie comme destiné à masquer et perpétuer certains déséquilibres. La Méditerranée apparaît comme une géo-idéologie forgée par l’impérialisme romain et réinvestie par le post-impérialisme européen. Elle peut prendre sens opportunément, en tant que ressource.

Pour cette raison, on peut soutenir que l’invention scientifique de la Méditerranée – pour reprendre le titre de l’ouvrage paru en 1998 aux éditions du CNRS – n’a pas eu lieu en Turquie. Analyser les occurrences du terme « Méditerranée » – que cela soit sous sa forme turque, Akdeniz, ou anglaise – dans les titres des recherches en sciences sociales publiées en Turquie, permet de saisir les limites de la référence méditerranéenne. Si l’on met à part les ouvrages traduits de l’anglais ou du français, le terme apparaît surtout dans les ouvrages d’archéologie et de géologie (Efe, 2008), il apparaît aussi en référence au cadre administratif (une des sept régions statistiques définies en 1942 portait le nom de « Méditerrannée »), à l’économie touristique et aux îles de Rhodes, de Chypre et de Crète, dans une moindre mesure. Cependant, un examen diachronique ferait apparaître une montée en puissance relative de la référence méditerranéenne ces vingt dernières années, que la création du Akdeniz Medeniyetleri Araştırma Enstitüsü2 par la Fondation Suna ve İnan Kıraç en mai 1996 a partiellement accompagnée. Depuis le début des années 2000 on assiste en effet à des inventions locales, dans les villes universitaires des côtes de la Méditerranée, d’Izmir à Antakya, qui participent chacune à l’écriture de récits historiques affranchis des récits nationaux, et plus ancrés dans la Méditerranée, « réalité » et ressource à la fois locales et internationales, en cours d’investissement. Ainsi, depuis quelques années on note une recrudescence des références à l’entité méditerranéenne, plus au niveau local et dans la société civile qu’au niveau des politiques scientifiques et culturelles nationales.

La bibliothèque de l’IFEA, en tout cas pour ses titres en langue turque, reflète bien cette faible méditerranéité turque. 

Sélection d’ouvrages

  • -ALBERA D. , BLOK A. et BROMBERGER C. (2001), L’anthropologie de la Méditerranée, Cahors  : Maisonneuve et Larose, Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme.
  • -ALBERA D. et TOZY M. (2005), La Méditerranée des anthropologues, Coll. L’atelier méditerranéen, éd. Maisonneuve & Larose, Maison méditerranéenne des sciences de l’homme, Paris, 2005, 385 pages.  
  • -ANTOINE S. (1993), “18 pays riverains dans un même bateau? Le souci de l’environnement et du développement durable, “La Méditerranée Assassinée”, Peuples Méditerranéens  n°62-63, pp. 255-277.
  • -BAZIN M. (1996), “La protection de l’environnement, enjeu régional pour la Méditerranée orientale?”, In : THOBIE J., PEREZ, R. et alii (coord.) (1996), Enjeux et rapports de force en Turquie et en Méditerranée orientale, Varia Turcica XXVIII, IFEA (Istanbul), L’Harmattan (Paris), pp.27-32.
  • -BENSIDOUN I. & CHEVALIER A. (1996), Europe-Méditerranée : le pari de l’ouverture. Paris, Economica, “CEPII”, 176 p.
  • -BRUMMETT P. (1994), Ottoman Seapower and Levantine Diplomacy in the Age of Discovery, New York, State of New York University Press, SUNY (Series in the Social and Economic history of the Middle East), 285 p.
  • -COUTAU-BERAGIE, H. (1987), “Mare Nostrum : esquisse d’une géostratégie de la Méditerranée”, Hérodote, n°45, pp. 31-60.
  • ÇİÇEKOĞLU  F. &  E. ELDEMLa Méditerranée turque, Paris, Maisonneuve et Larose, 2000.
  • -EFE Recep et alii (ed.) (2008), Natural Environment and Culture in the Mediterranean Region, Cambridge: Cambridge Scholars Publishing.
  • -FARRERE C. (1926), Mes voyages en Méditerranée, Paris, Flammarion.
  • -GENTELLE P. (1995), “A propos de la Méditerranée : de la géo- à la néographie”, L’Espace Géographique, n°3, pp. 203-208.
  • -“Jeter les bases d’un dialogue euro-méditerranéen”, Arabies, juillet-août 1995, pp. 30-31.
  • -KALEAĞASI B. (1994), “Les relations entre la Turquie et l’Union européenne”, Ayna, Istanbul, n°3-4, pp. 19-22.
  • -KANÇAL S. (1997), “La Turquie méditerranéenne : affirmation régionale et ouverture internationale”, communication au colloque d’Antalya, septembre 1997.
  • -KARAOSMANOĞLU A. (1985), “La région sud-est de l’OTAN”, Revue Internationale de  Défense, 10/1985, 1569-1576.
  • -KEFELİ E. (2006), Edebiyat Coğrafyasında Akdeniz, İstanbul : 3F Yayınevi.
  • -KITSIKIS  D. (1996), L’Empire turco-grec, Istanbul, İletişim (en turc).
  • -OULD AOUDIA J. (1996), “Enjeux économiques de la politique euro-méditerranéenne”, Monde Arabe Maghreb-Machrek, n°153, pp. 24-44.
  • -PARLAR DAL E. (2010), « Le paradoxe méditerranéen de la Turquie », L’Europe en formation, 2010/2, Centre international de formation européenne, p. 87-99. URL : https://www.cairn.info/zen.php?ID_ARTICLE=EUFOR_356_0087
  • -Pérouse J.-F. (1997), «La “mer Blanche”  des Turcs ou en quoi la Turquie est-elle aussi méditerranéenne?», Hérodote, 90, 1997, p. 163-177. (URL : https://www.ifea-istanbul.net/website_2/images/stories/Perouse_1998_mer_blanche_Herodote.pdf )
  • -Perouse J.-F. (2002), “Istanbul est-elle une métropole méditerranéenne     ? Critique d’un lieu commun tenace », dans Cahiers de la Méditerranée, Actes du Colloque Les enjeux de la nouvelle métropolisation dans le monde arabe et méditerranéen, Grasse 22-24 novembre 2000, R. Escallier (dir.), Nice, 2002, n.64. (URL     : http://cdlm.revues.org/index76.html )
  • -Perouse J.-F. (2001), «La Turquie et la Méditerranée : une appartenance en voie de (re)construction   », In : Vincent Moriniaux (dir.), La Méditerranée en questions, Paris : Editions du Temps, pp. 343-376.
  • -PICARD E. (sous la dir.) (1993), Nouvelle dynamique au Moyen-Orient. Les relations entre l’Orient Arabe et la Turquie, Paris, L’Harmattan, 214 p.
  • -SANGUINETTI A. (1982), “L’intérêt stratégique de la Méditerranée”, Peuples Méditerranéens, n°19, avril-juin 1982, pp. 33-38.
  • -THOBIE J., PEREZ R., KANÇAL S. (coord.) (1996) Enjeux et rapports de force en Turquie et en Méditerranée orientale, Varia Turcica XXVIII, IFEA (Istanbul), L’Harmattan (Paris), 490 p.
  • -VERGIN N. (1996), “Présence et identité de la Turquie en Méditerranée orientale”, In : THOBIE, J., PEREZ, R. & KANÇAL, S. (coord.), 1996 : Enjeux et rapports de force en Turquie et en Méditerranée orientale, Varia Turcica XXVIII, IFEA (Istanbul), L’Harmattan (Paris), pp. 19-26.
  • -YERASIMOS S. (1984) “Le conflit de la mer Égée”, Hérodote, n°32 (“Géopolitiques de la mer”), pp. 123-143.
  • -YERASIMOS S (1988), “Le Sandjak d’Alexandrette : formation et intégration d’un territoire”, Revue du Monde Musulman et de la Méditerranée, Aix-en-Provence, n°48-49, pp. 198-212.
  1. La mer Égée est décrite et perçue comme une mer à part… distincte de la Méditerranée. []
  2. AKMED : http://www.koc.com.tr/tr-tr/faaliyet-alanlari/sosyal-kulturel-faaliyet-alanlari/akmed []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.