Tous les articles par Jean-François Pérouse

Géographe Directeur de l'Institut Français d'Études Anatoliennes

La catastrophe de Soma-Eynez (Manisa, Égée) du 13 mai 2014 : la conséquence inévitable d’un productivisme aveugle ?

Le discours du Premier ministre du 14 mai 2014 vers 16 h – soit près de 24 heures après l’accident – a plus visé la presse d’opposition, appelé au recueillement (3 jours de deuil national) et à la résignation1 face à l’horreur ou fait l’éloge de la réaction étatique déployée qu’il n’a fourni des éléments convaincants d’interprétation de ce qui doit désormais être considéré comme la plus importante catastrophe de l’histoire minière de la Turquie par le bilan humain (284 officiellement pour l’instant ; les recherches se poursuivant à l’heure où nous postons cette note2 ).

Soma3, nom d’un arrondissement montagneux du département de Manisa dans la région égéenne (à un peu plus de 100 km au nord d’Izmir), vient en effet d’entrer soudainement dans l’histoire déjà lourde des catastrophes minières, après celle de Kozlu (près de Zonguldak) survenue le 3 mars 1992 (263 morts). Soma est un des bassins houillers de Turquie4 – produisant du lignite principalement utilisé pour le chauffage et les centrales thermiques5 – où travaillaient en mai 2014 environ 10 000 personnes. L’accident a eu lieu sur le site de la mine d’Eynez exploitée depuis 2009 par l’entreprise Soma Kömür İşletmeleri A.Ş6. – composante de la Holding Soma7 – par 3000 personnes8. La zone, dont la population est constituée en partie de personnes d’origine caucasienne (Tcherkesses) et balkanique (Pomak) et d’anciens semi-nomades yörük, est très rurale ; l’emploi minier permet de maintenir les hommes sur  place, face au déclin de l’agriculture.

S’il est trop tôt pour analyser les causes techniques de la catastrophe – cela n’est d’ailleurs pas de notre ressort – ou les effets politiques de celle-ci, au-delà des aspects événementiels, il nous semble utile de rappeler quelques éléments qui peuvent permettre de mieux comprendre dans quel contexte celle-ci est survenue.

À l’échelle internationale le renchérissement du prix du pétrole et du gaz surtout depuis dix ans a conduit les États à reconsidérer leurs réserves en charbon et lignite, surtout pour la production d’électricité9. Les recherches sur les modalités de transformation du lignite en gaz – pour le chauffage – sont aussi encouragées par les gouvernements10. On assiste ainsi en Turquie à l’intensification de la prospection et à la réouverture de mines délaissées dans les années 1990, dont l’exploitation est confiée à des entreprises privées, nationales ou étrangères (notamment chinoises). En 2013, le pays a une production annuelle de 73 millions de tonnes11 – lignite + charbon -, contre 85,3 millions de tonnes en 2008. Cependant, alors qu’en 15 ans la production a sensiblement diminué, le nombre des accidents a lui augmenté (tab. 1).

Tableau 1 : Nombre de morts depuis 2008

Année Nombre de morts dans les mines de charbon
2008 43
2009 92
2010 105
2011 117
2012 77
2013 61
2014 8 + 284* + 18*

*Chiffres « officiels » du vendredi 16 mai à 12h. Le chiffre de 18 correspond, selon le ministre de l’Énergie et des Ressources Naturelles aux mineurs encore, trois jours après la catastrophe, prisonniers sous terre.

À l’échelle nationale, le souci croissant des gouvernements turcs de réduire leur dépendance énergétique12 les a poussés à développer un programme très ambitieux de construction de centrales  thermiques consommatrices de charbon ou de lignite. En effet en 2013, charbon et lignite assurent seulement 19% de la production turque d’électricité. Si l’on exclut les combustibles importés, les ressources locales ne représentent que 6% de la production nationale d’électricité. C’est cette part que les autorités veulent résolument et rapidement accroître13. Pour ce, des facilités considérables sont offertes pour rouvrir ou ouvrir des sites miniers aux entreprises qui s’engagent à construire des centrales thermiques à proximité de ces mêmes sites.

Par ailleurs, comme l’ensemble du secteur énergétique depuis la fin des années 1990, l’extraction du charbon est engagée en Turquie dans un processus massif (et relativement tardif) de privatisation  qu’une loi adoptée en 2005 a encouragé14. Ce processus est légitimé par une volonté de comprimer  les coûts d’extraction et d’accroître les volumes produits : le patron de l’entreprise Soma Kömür İşletmeleri A.Ş., s’était engagé en juillet 2013 à réduire le coût de l’extraction de la tonne de charbon à 25 dollars, alors que celle-ci revenait à 130-140 dollars lorsque le site était exploité par le TKİ – l’Administration des Charbonnages Turcs, qui reste propriétaire du sol et du sous-sol !

Enfin un dernier élément de contexte doit être rappelé qui explique que le puits de mine où la catastrophe s’est produite était remplie de mineurs, c’est l’effondrement de la culture du tabac dans la région de Manisa et l’afflux conséquent de ruraux endettés vers cette unique source d’emplois… Les victimes étaient en majorité des mineurs de la première génération, prêts à faire des heures supplémentaires et à se soumettre à un système de recrutement rappelant Germinal – pour gagner un peu plus que les 1000 Livres Turques, soit moins de 350 euros par mois, consenties par la société exploitante.

De plus, la reprise d’exploitation liée aux facteurs mentionnés plus haut se fait dans d’autres conditions. Une loi adoptée en 2005 a en effet ouvert la voie à la généralisation des formes de gestion caractérisées par la sous-traitance et la location par la puissance publique des sites d’exploitation. L’expression utilisée en langue turque pour décrire ce système généralisé par l’AKP au profit d’entreprises proches du parti est “Redevance”. Il s’agit en fait de la location des sites et de transfert des droits d’exploitation, contre des paiements en nature (l’entreprise qui obtient le monopole de l’exploitation s’engageant à fournir annuellement tant de tonnes de charbon au propriétaire foncier “public”, le TKİ).

Les morts de Soma sont donc des victimes de la “frénésie de profit” qui a embrasé la Turquie ces dernières années et dont l’AKP est un des acteurs et vecteurs les plus saillants. En effet il y a quelques jours (le 29 avril 2014 !) la demande d’enquête déposée le 23 octobre 2013 par le Parti Républicain du Peuple à l’Assemblée nationale  – précisément sur les conditions de sécurité de ce site d’exploitation minière – a été enfin examinée. Mais la requête, on ne peut plus claire, fut rejetée par le parti majoritaire… On dit par ailleurs que ce bassin est un de ceux qui ont le plus alimenté ces dernières années le système de distribution pré-électorale de charbon orchestré par l’AKP. Quoiqu’il en soit, les liens de Soma Holding avec le parti au pouvoir sont clairs. La femme du CEO de la holding impliquée est même – en personne – membre fraîchement élue de l’assemblée municipale de Soma, sous l’étiquette AKP15.

La tour “Spine” au design futuriste qui s’élève dans le quartier d’affaires stambouliote de Maslak au nord de Taksim – elle devrait atteindre 300 m – est l’expression la plus arrogante à la fois des ambitions du groupe et de son ascension rapide dans le ciel de l’économie politique turque. Elle devait abriter le siège de la holding et un parc de logements de haut standing déjà commercialisés à prix forts.

La précipitation dont font preuve les entrepreneurs de la Turquie contemporaine  – qui conduit à court-circuiter la consultation, les procédures de contrôle ou les études d’impact – ne peut pas ne pas avoir pour le pays un coût très lourd, à la fois environnemental et social. Ce, dans des secteurs comme le secteur minier, le secteur énergétique, le Bâtiment-Travaux-Publics ou la construction navale. En outre, le système d’inspection du travail prévalant est présenté par les mineurs comme un leurre, eu égard au nombre restreint d’inspecteurs et au fait qu’il n’y a pas d’effet surprise quand ils arrivent sur un site d’exploitation. Et le décret d’application de septembre 2013 sur la  “Santé et la sécurité au travail dans les entreprises minières” (numéro 28770 au Journal Officiel de la République turque) est demeuré lettre morte.

Les accidents du travail dans les mines16 qui augmentent à nouveau depuis quelques années (tab. 1) ne sont donc pas des fatalités contre lesquelles les pouvoirs politiques ne pourraient rien. Ils sont la preuve la plus tragique du coût du productivisme forcené qui définit l’économie politique de l’AKP. Un coût souvent différé, dénié par les gouvernements et l’opinion qu’ils contrôlent, jusqu’à un certain point….

Hepimizin başı sağ olsun

*Communiqués de l’entreprise Soma Kömür İşletmeleri A. Ş. :

*Cartes sélectionnées par l’Atelier cartographique de l’OUI : http://bit.ly/1vepJnW

*Cartes minières de Turquie : http://www.mta.gov.tr/v2.0/default.php?id=il_maden_haritalari

*Rapport sur la production de charbon-lignite en Turquie :

  1. Le discours s’est terminé par : “En espérant que Dieu ne nous fera pas vivre un autre événement d’une telle ampleur”. []
  2. Pour un suivi minute par minute des événements voir : http://www.sendika.org/2014/05/somadaki-maden-kazasindan-dakika-dakika/ []
  3. Déjà le 3 octobre 2013 un mineur était décédé à Soma dans une mine privée. Voir Birgün, 4 octobre 2013, p. 5. []
  4. “Découvert” en 1913, il était considéré, comparativement à d’autres (Ege ou Afşin), de capacité modeste. Mais en 2013, de nouvelles découvertes ont eu lieu, qui ont fait augmenter sensiblement l’estimation des réserves exploitables du bassin… et aiguisé les appétits. []
  5. La plus ancienne centrale thermique de Soma a été construite par Alsthom en 1954 et privatisée en 1995 (EÜAŞ) ;  en outre, en mars 2014 – soit quelques semaines avant la catastrophe – le chantier d’une seconde centrale – d’une capacité de 2,9 milliards de KWh – était inauguré à Soma par la société Hidrojen – composante du groupe, très en vue, Kolin – dans le village de Deniş (au nord-est de Soma). Lors du discours d’inauguration du chantier, le ministre de l’Énergie et des Ressources  Naturelles Taner Yıldız  a rappelé l’objectif d’une production d’électricité assurée au tiers par le charbon à l’horizon 2030. Voir : http://www.enerjigunlugu.net/kolin-soma-termik-santralinin-temeli-atildi_7627.html#.U3XIpvl_uQA (dernière consultation, 15 mai 2014). []
  6. Société fondée en 1984 et restée modeste jusqu’au milieu des années 2000. Le premier site exploité à Soma est celui de Geventepe ; en 2009 la société récupère le site d’Eynez du groupe Ciner, géant de l’exploitation minière et de l’énergie. Ciner est associé depuis peu à des groupes chinois (comme Harbin Electric Co. Ltd) pour la construction de centrales thermiques au charbon-lignite. []
  7. Pour une présentation de la holding voir : http://www.tilaga.com.tr/kurumsal.html (dernière consultation, 15 mai 2014) []
  8. Voir : http://www.tilaga.com.tr/somabolgesi.html (dernière consultation, 15 mai 2014). []
  9. Voir “L’aiguille s’oriente vers le charbon pour la production d’électricité, Dünya, 9 mai 2014. []
  10. Voir Dünya, 11 juin 2012, p. 2 et Serkan Ocak « Türkiye kömüre bağlı enerjide ‘lider’ olacak », Radikal, 29 mai 2014 p. 11 []
  11. Soit en 2013, 9 pour mille de la production mondiale. La Turquie  se situe néanmoins à cette date au 13ème rang mondial. []
  12. La facture énergétique turque (coût des importations de produits énergétiques) est passée de 9 milliards de dollars en 2003 à 55 milliards en 2013. []
  13. Voir Mehmet Kara, Dünya, 15 mai 2014, p. 25. []
  14. La dernière mine de Soma à avoir été privatisée, celle de Karanlıkdere, l’a été en 2006 ; cf. Evrensel, 28 juin 2006, p. 8.  Par ailleurs, en novembre 2011, la société incriminée à Soma a bénéficié de la concession d’une importante zone de production de lignite à Zonguldak/Bağlık-İnağzı (contrat avec le TKİ pour une durée de 36 ans). Voir Milliyet, 6 novembre 2011. []
  15. Aux élections locales du 30 mars 2014, alors que le parti d’extrême droite (MHP) a largement remporté la mairie de Manisa, le chef-lieu du département, c’est l’AKP qui a pris le contrôle de la mairie d’arrondissement de Soma, avec 43,3% des voix, contre 28,7 pour l’extrême droite et 22,2 pour le Parti Républicain du Peuple (CHP). []
  16. À l’échelle internationale la Turquie se distingue désormais par un triste record : celui du nombre moyen le plus élevé de mineurs décédés par million de tonnes de charbon extrait. Soit 7,22, par rapport à 2 en Australie, 1,27 en Chine ou 0,001 aux États-Unis. []

Bir bibliyografyadan diğerine… “IFEA dosyası”nın en son sayısı hakkında

IFEABulten 21_K_couv11 Şubat 2014’te IFEA Dosyaları’nın “Bugünkü Türkiye” dizisinin 21. sayısı, internet ortamında yayımlandı. İstanbul bibliyografyası 2000-2013 isimli bu kalın dosya, neredeyse on beş sene önce Ekim 2000’de aynı dizide çıkmış 4 numaralı, İstanbul Megapolü. 1960-2000 dosyasını hatırlatıyor. Bu şekilde dizileştirilen yayınlar, kurumumuzun araştırmacı geleneğinin bir yansıması olarak da algılanabilinir. Bu iki sayıyı, birbirleriyle yarıştırma maksadı olmaksızın ele aldığımızda yirmi sayfalık içeriğiyle ilkinin iki yüz on altı sayfayı bulan ikinci sayının yanında mütevazı kalması, bazı açıklamaları da beraberinde getiriyor diye düşünüyorum.

İki sayı arasındaki bu çarpıcı hacim farkı, biraz da İstanbul hakkındaki araştırmaların 2000 senesinin başından itibaren önem kazanmasıyla da ilgili. Bunun altında da hem yeni kurulan üniversite, vakıf, araştırma merkezleri ile birlikte İstanbul hakkında inceleme yapılan yerlerin çoğalması, kültür ve araştırma ile ilgili etkinliklerin ortaya çıkışı, hem de uluslararası turizm pazarında İstanbul’un rağbet gören bir “kentsel ürün” olarak öne çıkması yatıyor (ikinci sayının 198-201 sayfaları bu noktaya apayrı bir başlık atında parmak basıyor). Türkiye’nin uluslararası görünürlüğünün artması ve İstanbul’a biçilen, başı çeken istisnai şehir rolü, bu sürece hiç kuşkusuz etki etmiştir. İstanbul’un uluslararası gündemlerde bir etkinlik ve turizm merkezi olarak yer almaya başlamasını büyükşehir hakkındaki araştırmalara duyulan ilginin artması izlemiştir.

Diğer yandan, 2000li yılların ilk on senesinde kentsel dönüşüm gibi büyük projelerin hızlanması, mimari ve şehircilik alanında olduğu kadar bazen ağır ve şiddetli olabilen müdahalelerin doğurduğu toplumsal hareketler de dikkatleri İstanbul’a çevirmiştir… Öğrenci çalışmalarının genellikle az işlediği alanlarda araştırmalarını yürüten Eda Güçlü’nün de altını çizdiği gibi, kentsel dönüşüm hareketine karşılık; akademik, eleştirel çalışmaların sayısı oldukça dikkat çekicidir. Aynı şekilde, yaşanan ekonomik, toplumsal ve siyasal gelişmelerle beraber çevre, kültür politikaları, tarihi mirasın korunması ya da mekan üzerinden yapılan ayrımcılık gibi başka konular da kaynakçada önemli bir yer tutuyor. Ayrıca (bu dosyanın da gösterdiği gibi) araştırmaların, İstanbul’un 2010 Kültür başkenti olması gibi birtakım özel bağlamlardan ve değişikliğe uğramaksızın devam eden birtakım yaklaşımlardan etkilendiğini söylemek mümkün.

Ayrıca 2000li yılların ilk on senesini yeni kurulan bazı özel üniversiteler, araştırma merkezleri, yayınevleri (örneğin Timaş) ya da bir hayli görünürleşen yazarların İstanbul hakkında geliştirdiği muhafazakar bakış da damgaladı. Bu bakışın temelinde o zamana kadar İstanbul hakkında üretilmiş bilimsel işlerin üzerinde az durduğu mahalleler, “anıtlar”, dönemler, sosyal gruplar ve figürler hakkında yapılmış çalışmalar bulunuyor.

Öte yandan, 19-27 numaralı sayfalarda sözü edilen yerel çalışmalardaki artışın da altını çizmek gerekir. İlk bibliyografyada 1990lar’dan sonra ortaya çıkan, yerele olan eğilim sezilmiş olsa da burada söz konusu olan kitlesel bir harekettir. Üniversitelerdeki bazı insani bilimler çalışmaları kendilerine yakın ve belirli sahaları incelemeye açıkça yönelmişlerdir. Yakın çevre, başlı başına ve kabul gören bir araştırma konusu halini bu şekilde almıştır.

Diğer taraftan, kent çalışmalarında araştırma şartlarının iyileşmesi konusuna da değinebiliriz. Daha 1990lı senelerde İstanbul’da saha araştırmaları, siyasal olarak son derece değişken ayrıca büyük ve çarpık bir kentleşmenin yaşandığı bir ortamda kolay değildi. İnsani bilimler alanındaki araştırmacılara (sadece yabancı olanlara da değil) kuşkuyla yaklaşılırdı. Bu durumun kesinlikle değiştiğini söyleyebiliriz. Azınlık denince akla Gayrimüslimlerin geldiği resmi anlayış hakim olmaya devam etse de artık araştırmalar, yalnızca bu türden kısıtlamalarla sınırlı kalmıyor. Uzun süredir bastırılmış veya şüpheli görülen etnik boyut da böylelikle araştırmalardaki yerini açık şekilde kazandı.

Ayrıca sözü geçen dönemin, yayın mecralarında değişikliklerin yaşandığı bir zamana denk geldiğinin altını çizmeliyiz. Çevrimiçi yayınların düzene oturması (tıpkı IFEA Dosyaları’nda olduğu gibi), üretim ve dağıtım süreçlerini değiştirdi1. İstanbul araştırmaları da bu değişimlerden nasibini aldı ve yeni ürünler bugün kaynakçalardaki önemli yerlerini aldılar. Maalesef 2000’den sonra birtakım ürünler de kayboldular; Tarih Vakfı’nın yayını İstanbul Dergisi bunlardan biri. 1992 ile 2008 yılları arasında çıkan dergi, yayın hayatının kısalığına rağmen 59 sayılık içeriğiyle halen kıymetli bir kaynak olma özelliğini koruyor.

Son olarak, 2000 tarihli dosyanın girişinde göndermede bulunduğumuz, Şirin Tekeli’nin deyimiyle, “Türk Toplumu’nun kaybettiği değerler dizisi”nin, bu etkileyici kaynakçanın da gösterdiği gibi, yeniden edinilme aşamasında olduğunu söyleyebiliriz. Bu da tarihi, çevreyi, toplulukları ve göz ardı edilmiş mekanları sahiplenerek gerçekleşmekte. İşte bu yüzden, Türkiye’deki akademik üretimi takip edemeyen kesim için, IFEA’nın gözlem merkezleri aracılığıyla, Avrupa araştırmacılığı tarafından ciddi şekilde değerlendirilmesi gereken verileri daha görünür ve ulaşılır kılması büyük önem taşıyor. Hatta, bu kaynakçayı tamamlayıcı öneriler için hususi bir e-posta adresinin işleme konması da yapılmak istenen şeyin tabiatını ortaya koyuyor; internet üzerinden ve mümkün olduğunca çoklu bir work in progress, yani süreci devam eden bir çalışma. Bundan kastımızı ve uzun vadeli isteğimizi IFEA’da üzerinde çalışılan konular hakkında bu türden geliştirilebilir “kaynak kümeleri” oluşturmak olarak dile getirebiliriz.

  1. Bkz. Régis Debray’nin Türkçe’ye çevrilmemiş Le pouvoir intellectuel en France (Fransa’da Entellektüel Güç) adlı eserindeki medya küreleri teorisi (théorie des médiasphères) []

From one bibliography to another… Regarding the latest “Dossier de l’IFEA”

IFEABulten 21_K_couvOn February 11, 2014 the 21st issue in the series « Turkey today » of the journal Dossiers de l’IFEA was put online. Entitled Istanbul bibliography 2000-2013, this thick issue echoed the number 4 of the same series – The Istanbul megalopolis 1960-2000 – published in October 2000, nearly fifteen years ago. The creation of this series reflects a research tradition that is part of the identity of our institution. Without pretending to compare these two productions, as the first had very modest ambitions, the confrontation of these two issues – the first with twenty pages while the second totals two hundred and sixteen – inspired a few remarks.

The striking difference in volume between the two issues is partly due to a significant rise in the number of studies on Istanbul since the beginning of the year 2000, itself due both to the increase in the number of sites for the production of knowledge on Istanbul (new universities, new foundations, new research centers) and the emergence of Istanbul as a privileged « urban product » on the international tourism market (which is the subject of a separate category, p. 198-201), as well as cultural practices and research. The increasing international visibility of Turkey and exceptional leadership role of Istanbul in this process have undoubtedly played well: the entrance of Istanbul in the international agenda as a tourist destination and site for special events has been accompanied by a renewed interest in studies about the megalopolis.

On the other hand, the rapid increase of large developments as well as urban transformation in the 2000s decade has had the effect of drawing attention to Istanbul, both in terms of architectural and urban projects, as well as regarding the social movements triggered by interventions that are sometimes forceful and violent. Also, as Eda Güçlü has pointed out – whose research draws on the often unexplored universe of student productions -, the amount of academic work critical of the government’s urban transformation policies is quite striking. In the same vein and in a reactive/interactive way regarding the socio-economic and political developments recorded, other themes have taken a prominent place in the bibliography: the environment, cultural policies, heritage conservation, or socio-spatial segregation. Academic production, as this issue reflects, is also influenced by fads or context (as the context in 2010 when Istanbul was one of the European Capitals of Culture) or by inertia effects that one can quite easily identify.

The 2000s also saw the affirmation of a conservative gaze upon Istanbul supported by new institutions (such as some private universities, some research centers, some publishing houses – like Timaş – or some authors who have become very prominent). This gaze is at the origin of numerous publications on objects of study, districts, « monuments », moments in history, social groups and figures hitherto little considered by the scientific production devoted to Istanbul.

Moreover, the inflation of localized studies (pp. 19-27) also deserves to be highlighted. If in the previous bibliography an inflection to the local had been noticed, since the late 1990s we are witnessing the development of a massive movement in this direction. At the university, some social science disciplines have clearly shifted their focus towards studies rooted in nearby and more specific fields. The immediate environment thus seems to have become a research topic in its own right, accepted as such.

The question of improving the conditions of possibility of urban research may also be raised. In the 1990s still, fieldwork in Istanbul was not always easy, in a context of great political instability, intense but chaotic urban growth, and a general distrust of social scientists (and not just of foreigners). The climate has definitely changed. The ethnic dimension that was repressed for a long time or considered suspect has been openly integrated in the research field, which is no longer confined to recognized religious minorities (even if the tropism remains).

Finally, the period considered is one of a change in publishing media, with the systematization of « online » production – of which this issue is also an example – which, to use the perspective of the theory of media spheres, has changed the conditions of production and distribution. Istanbul studies have not escaped this trend, and have seen the emergence of new products that are now taking an important place in the bibliographies. Other products have unfortunately disappeared since 2000, such as the « Journal of Istanbul » (İstanbul Dergisi), published by the Foundation for History, whose life was short (1992-2008, with 59 numbers which remain a very valuable resource).

In a nutshell, the « lost paradigm of Turkish society » (in the words of Şirin Tekeli) to which we alluded in the introduction to the 2000 issue is in the process of being appropriated – appropriation of a story, of an environment, of neglected populations and territories – , as evidenced by this impressive bibliography. Therefore, it seems important to us for the IFEA to continue, especially through its observatories, to make more visible and accessible for a public who cannot follow the scientific production in Turkey, contributions that should be taken seriously into account by European research. Moreover, the creation of an email address exclusively devoted to proposals to extend this bibliography highlights the spirit of the enterprise: a work in progress shared as much as possible online. Our ambition, in the longer term, is to eventually develop upgradable « resource centers » on other themes currently under research at the IFEA.

D’une bibliographie à l’autre… À propos du dernier “dossier de l’IFEA”

IFEABulten 21_K_couvLe 11 février 2014 était mis en ligne le numéro 21 de la série “la Turquie aujourd’hui” des dossiers de l’IFEA. Intitulé Istanbul bibliography 2000-2013, cet épais dossier fait écho au numéro 4 de la même série – La mégapole d’Istanbul. 1960-2000 – paru en octobre 2000, soit il y a près de quinze ans. Cette mise en série traduit une tradition de recherche qui participe de l’identité de notre institution. Sans prétendre comparer les deux entreprises, la première étant fort modeste dans ses ambitions, la mise en regard de ces deux dossiers – le premier fait vingt pages alors que le second en totalise deux cent seize – inspire quelques remarques.

La différence frappante de volume entre les deux dossiers est liée en partie à une “montée en puissance” des études sur Istanbul depuis le début de l’année 2000, elle-même due à la fois à l’augmentation des foyers de production du savoir sur Istanbul (nouvelles universités, nouvelles fondations, nouveaux centres de recherche) et à l’émergence d’Istanbul comme “produit urbain” privilégié sur le marché international du tourisme (qui fait l’objet d’une catégorie à part, pp. 198-201), des pratiques culturelles et de la recherche. La montée en visibilité internationale de la Turquie et le rôle moteur d’exception dévolu à Istanbul dans ce processus ont de même incontestablement joué : l’entrée dans l’agenda international d’Istanbul comme place événementielle et destination touristique s’est accompagnée d’un regain d’intérêt des études sur la mégapole.

D’autre part, l’accélération des grands travaux comme de la transformation urbaine dans la décennie 2000 a eu pour effet d’attirer l’attention sur Istanbul, tant au niveau des projets architecturaux, urbanistiques, que des mouvements sociaux suscités par des interventions parfois lourdes et violentes. Aussi, comme le souligne Eda Güçlü – qui a mené ses investigations dans le continent souvent peu exploré des productions des étudiants -, la quantité des travaux universitaires critiques par rapport aux politiques de transformation urbaine est assez saisissante. Dans la même optique, et de manière réactive/interactive par rapport aux évolutions socio-économiques et politiques enregistrées, d’autres thématiques ont pris une place remarquable  dans la bibliographie : environnement, politiques culturelles, conservation des héritages ou ségrégation socio-spatiale. La production, telle que la reflète ce dossier, est aussi influencée par des effets de mode, de contexte (comme le contexte offert par l’année 2010 où Istanbul était une des capitales européennes de la culture) ou des effets d’inertie.

La décennie 2000 est aussi marquée par l’affirmation d’un regard conservateur sur Istanbul porté par de nouvelles institutions (comme certaines universités privées, certains centres de recherche, certaines maisons d’édition – à l’instar de Timaş – ou certains auteurs devenus très en vue). Ce regard est à l’origine de nombreuses publications sur des objets d’études, quartiers, “monuments”, moments de l’histoire, groupes sociaux et figures jusque-là peu pris en compte par la production scientifique consacrée à Istanbul.

Par ailleurs, l’inflation d’études localisées (pp. 19-27) mérite aussi d’être soulignée. Si dans la précédente bibliographie une inflexion vers le local avait été pressentie, depuis la fin des années 1990, c’est à un mouvement massif auquel on assiste. À l’université, certaines disciplines en sciences sociales se sont nettement réorientées vers des études plus ancrées dans des terrains précis et proches. L’environnement immédiat paraît ainsi être devenu un objet de recherche à part entière, assumé.

La question de l’amélioration des conditions de possibilité des recherches urbaines peut en outre être soulevée. Dans les années 1990 encore les recherches de terrain à Istanbul n’étaient pas toujours simples, dans un contexte de forte instabilité politique, de forte et brouillonne croissance urbaine et de méfiance par rapport aux chercheurs en sciences sociales (et pas seulement les étrangers). Le climat a indéniablement changé. La dimension ethnique longtemps refoulée ou jugée suspecte a ainsi été intégrée ouvertement par la recherche, qui ne se cantonne plus aux minorités religieuses reconnues (même si le tropisme demeure).

Enfin, la période considérée est celle d’une modification des supports de publication, avec la systématisation du « online » – ce dossier en témoigne – qui, pour reprendre la perspective de la théorie des médiasphères, a changé les conditions de production et de diffusion. Les études sur Istanbul n’ont pas échappé à cette évolution et ont vu apparaître de nouveaux produits qui prennent désormais une place importante dans les bibliographies. D’autres produits ont malheureusement disparu depuis 2000, comme la « revue d’Istanbul » (İstanbul Dergisi) publiée par la Fondation pour l’Histoire, dont la vie aura été courte (1992-2008, soit 59 numéros qui restent une mine précieuse).

En somme, le « paradigme perdu  de la société turque » (selon l’expression de Şirin Tekeli) auquel nous faisions allusion dans l’introduction du dossier de 2000 paraît en cours d’appropriation – appropriation d’une histoire, d’un environnement, de populations et de territoires négligés -, comme en témoigne cette impressionnante bibliographie. De ce fait, il nous semble important que l’IFEA continue, notamment à travers ses observatoires, à rendre plus visibles et accessibles, en direction d’un public qui ne peut pas suivre la production scientifique en Turquie, des contributions qui se doivent d’être sérieusement prises en compte par la recherche européenne. D’ailleurs, la création d’une adresse mail exclusivement dévolue aux propositions en vue de compléter cette bibliographie signe bien l’esprit de l’entreprise : un work in progress partagé le plus possible en online. Notre ambition à terme est de développer des “foyers de ressources” évolutifs de ce type sur d’autres thématiques travaillées à l’IFEA.

“Après les élections locales du 30 mars 2014, 16 000 villages vont être rayés de la carte”

Güzlek Düzlüğü - Veyis Polat CC by-nc-nd 2010, Korkuteli, Antalya, Turquie
Güzlek Düzlüğü – Veyis Polat
CC by-nc-nd
2010, Korkuteli, Antalya, Turquie

C’est ainsi qu’Ali Ekber Yıldırım, le chroniqueur des questions agricoles du quotidien économique “Dünya”, titre son papier en date du 14 janvier 20141. À l’heure où les deux composantes du Parlement français s’interrogent une nouvelle fois sur une réforme/simplification du maillage administratif français, la Turquie poursuit à bâtons rompus sa réforme, malgré les nombreux recours déposés depuis la loi 5747 de mars 2008 qui a engagé le processus.

Dans la suite de la Dipnot de novembre 2012 consacrée à la création de treize nouvelles “municipalités métropolitaines”, nous souhaiterions ici reprendre l’argumentation de Yıldırım. La suppression de 16 082 villages (köy) au lendemain des élections locales du 30 mars 2014 va avoir un effet mécanique sur la statistique, puisqu’en une nuit la part de la population rurale dans le total de la population turque va passer de 24% à 9%  ! Ce qui fera de la Turquie, comme par magie, du jour au lendemain, un des pays officiellement les plus urbanisés au monde. Ces plus de 16 000 villages représentent près de la moitié du nombre total aujourd’hui : c’est dire l’ampleur du bouleversement envisagé. Le 31 mars 2014, sur les 34 351 villages actuels, il n’en subsistera que 18 201.

Ces villages voués à disparaître sont situés sur le territoire de compétence des municipalités métropolitaines,  élargi aux limites de l’ensemble du département concerné. De vastes zones rurales se trouvent donc englobées dans des territoires administratifs urbains et se voient privées de leurs qualités singulières. Pour Yıldırım, cette mesure est inquiétante à divers titres. Elle participe au recul des activités agricoles (le nombre des exploitations agricoles turques a déjà diminué de 500  000 ces dix dernières années), à leur perte d’indépendance et de crédit. En effet, et dans certaines nouvelles municipalités métropolitaines les premières injonctions ont été lancées aux anciens villageois de fermer leurs étables, le mode de développement désormais privilégié dans ces territoires métropolitains étendus est centré sur les activités tertiaires et industrielles et considère les activités agricoles négativement, comme nuisibles, voire archaïques. Le crédit – et l’importance symbolique – accordé aux activités agricoles par les politiques est donc faible : dans le mode de développement dominant, tout semble polarisé sur l’urbain – espace de toutes les opportunités et des meilleurs rapports – et organisé dans l’optique métropolitaine (en termes de type de mise en valeur, d’urbanisme et de fonctions). On peut ajouter que cette mesure est un coup porté à la démocratie locale dans la mesure où l’absorption dans une municipalité métropolitaine signifie une subordination des territoires à l’écrasant ordre métropolitain et urbain. Au-delà de la question agricole, on pourrait évoquer le mépris sous-jacent pour la ruralité. Mais celle-ci ne fait pas débat politique (ou même scientifique), l’espace rural n’étant pas reconnu comme un espace doté de qualités singulières à prendre en compte, à respecter et faire durer.

Parallèlement, outre les municipalités diluées parce que prises au sein des nouvelles municipalités métropolitaines, près de 600 municipalités de second rang (belde belediyeleri) seront supprimées et reléguées au rang de «  quartiers  ». Au terme de recours auprès du Conseil Constitutionnel, 282 municipalités ciblées par la loi de mars 2008 (qui envisageait 862 suppressions) ont réussi à échapper au couperet et pourront poursuivre leur existence de pouvoir local autonome. Et au total, à la suite de toutes ces transformations, de 2925 municipalités officiellement dénombrées2 fin 2013 – toutes catégories confondues -, on devrait passer à 1395 fin mars 2014. La seule forme municipale est en passe de concerner la gestion de plus de 90% de la population turque  : dans cette configuration, nul besoin de région ou même de département. Un pouvoir central fort, d’un côté, des municipalités fidèles au centre, de l’autre, tel est le modèle de gestion territoriale en voie d’instauration.

  1. « Yerel seçimle 16 bin köy haritadan silinecek!… » [En ligne] http://www.dunya.com/yerel-secimle-16-bin-koy-haritadan-silinecek-154507yy.htm []
  2. Pour les statistiques officielles du ministère de l’intérieur sur le nombre de villages, de municipalités… (sous forme de fichiers .pdf téléchargeables)  : https://www.e-icisleri.gov.tr/Anasayfa/MulkiIdariBolumleri.aspx []

Une nouvelle revue dans le champ de l’urbain, de l’archéologie à l’architecture : TAÇ (premier numéro Octobre-Décembre 2013)

2013 10-12 TAC V_Dergisi 2On connaît la fondation TAÇ (Türkiye Anıt Çevre Turizm Değerlerini Koruma Vakfı), vieille institution dédiée à la protection du patrimoine “naturel et culturel”, créée en avril 1976 sous l’égide du Ministère du tourisme et de la Banque du tourisme et sous les auspices de personnalités influentes de l’époque du monde de l’architecture et de l’histoire de l’art (Sedad Hakkı Eldem, Nurhan Atasoy, Orhan Alsaç, Doğan Kuban ou Hayati Tabanlıoğlu). TAÇ fut une institution pionnière dans le domaine du patrimoine. Cette vénérable fondation a déjà une longue histoire, mouvementée. Elle a désormais une toute nouvelle revue, qui porte son nom, tout simplement, lancée sous l’impulsion d’un architecte-restaurateur connu pour ses interventions à Tepebaşı au service de la fondation İnan Kıraç, comme pour ses velléités de carrière politique locale, Mustafa Sinan Genim. Né en 1945 à Kuzguncuk, Sinan Genim est diplômé d’architecture en 1969, année où il épouse la fille du dessinateur Nurullah Berk. Il « entre en politique locale » en 1989, en tant que membre des assemblées municipales, respectivement, de Beşiktaş (1989-1994), puis du Grand Istanbul (1994-1999), puis à nouveau de Beşiktaş (1999-2004). Il est même le candidat malheureux de l’AKP en 2009 pour la mairie de  Kadıköy. Il a publié aux éditions du Musée de Péra plusieurs ouvrages de photographies anciennes d’Istanbul.

La nouvelle revue, qui prend la suite d’une première revue (éphémère) de la fondation TAÇ publiée entre février 1986 et novembre 1987, se veut une revue d’« architecture, d’archéologie, de culture et d’art ». Ce numéro inaugural comprend, en autres, des articles sur : « Les forteresses et fortins turcs du Bosphore » (Köksal Anadol et Mehmet Demirer, pp. 4-19), « Deux villages byzantins sur la côte sud de la mer de Marmara, Soreoi et Limnai » (Enis Karakaya, pp. 20-25), « Le rivage de Kuzguncuk au début du dix-neuvième siècle d’après les registres des Bostancıbaşı » (Sinan Genim, pp. 26-37), « La construction de l’horloge d’Antalya » (Muhammet Güçlü, pp. 38-41), et « Les travaux préliminaires de restauration de l’année 2012 du théâtre d’Aizanoi » (Elif Özer, Mustafa Çimen, pp. 42-51).

Sans résumé en anglais, la revue est soignée et abondamment illustrée de cartes, photographies récentes et anciennes et de gravures. Disponible à la bibliothèque de l’IFEA ou sur commande seulement auprès de la fondation, à Eminönü (tac@tacvakfi.org.tr ).

La possibilité d’une paix. Le “processus de paix” en Turquie : quelques publications à signaler

Ce qu’il est convenu depuis la fin de l’année 2012 d’appeler le “processus de paix” (barış süreci) et qui s’est traduit par le retrait des éléments armés du PKK du territoire turc à partir du 8 mai 2013 ne manque pas de retenir l’attention des observateurs et fait déjà l’objet de publications souvent fort à propos pour comprendre ce qui se joue. En effet, après l’ « ouverture kurde » de 2009 – devenue « ouverture démocratique » –, momentanément avortée,  et après le « processus d’Oslo », la nouvelle dynamique engagée, portée par les expériences et acquis passés, semble d’une autre envergure.

En outre, si les bombardements de l’armée turque n’ont pas totalement cessé –  à l’instar de ceux survenus le 28 mai 2013 dans les montagnes de Geper, dans l’arrondissement de Yüksekova, département de Hakkarî -, un apaisement inouï est survenu, qui offre enfin l’occasion de penser d’autres voies de solution. Alors que soixante-trois personnalités dites « sages » – dûment choisies par le Premier ministre – sillonnent le pays pour expliquer le processus en cours et demander l’adhésion de la population, toutes ces publications contribuent à alimenter la réflexion et les débats nécessaires. En marge des discours officiels, convenus ou des analyses exogènes souvent peu informées des débats internes à la Turquie.

toplum_bilim_126

La revue de sciences sociales Toplum ve Bilim (numéro 126, printemps 2013) consacre dans sa dernière livraison un article aux protecteurs de village (köy korucuları), milices kurdes pro-gouvernementales. L’article fournit de précieux éléments de réflexion à ceux qui s’interrogent sur les formes de l’économie d’après-conflit dans l’est du pays. La suppression d’une des principales ressources de revenus réguliers n’étant pas envisageable, seules des reconversions sont à étudier.

birikim_052013

La revue mensuelle socialiste Birikim, qui depuis des décennies suit la question kurde avec courage et régularité, titre sa livraison de mai-juin 2013 (numéro double 289-290) “La possibilité d’une paix”. Il s’agit d’un dossier conséquent fait d’une série de courts textes (pp. 14-102), dont plusieurs entretiens (notamment avec Yılmaz Ensaroğlu, que l’on retrouve dans le dossier d’Insight Turkey, ainsi qu’avec la députée du BDP Gültan Kışanak). On dispose là d’un panel d’opinions et d’interprétations qui attirent l’attention sur des dimensions du processus que la presse dominante n’évoque pas. Le dossier est ouvert par une interrogation de Tanıl Bora : “La paix a-t-elle éclaté ?”, qui pose la question de la légitimation de la paix et de l’état de paix et de l’apprentissage périlleux de la paix, tout en déplorant le manque d’expérience en la matière. Selon lui – et il reprend là le titre de l’entretien avec G. Kışnak (p. 31)  : «  Nous avons besoin de mise en contact et de face-à-face » – cette légitimation ne pourra se faire durablement qu’à la condition que des contacts (temas) s’établissent entre Turcs et Kurdes en vue d’une définition commune des nouveaux horizons politiques.

lneyzi_ozgurumSignalons enfin l’entretien avec les auteurs du livre « Les jeunes de Diyarbakır et de Muğla racontent » (İletişim, 2013), Leyla Neyzi et Haydar Darıcı, qui montre bien à la fois les difficultés et l’urgence à construire une histoire commune, par un travail de confrontation critique.

express_p16_muzaffer

Sur un registre critique la revue Express – le numéro 135 daté de mai 2013 – propose quatre articles éclairants (pp. 12-21), dont un sur le deuxième congrès ordinaire de l’Assemblée des femmes du BDP, un sur la dimension économique du conflit interne, et un entretien passionnant avec Muzaffer Ayata, un des fondateurs du PKK, réfugié en Allemagne après vingt années passées dans les prisons turques (cet entretien est réalisé par İrfan Aktar, un des journalistes les mieux informés et les plus fins sur le dossier kurde). L’intérêt de cet entretien dense et précis est de replacer le processus dans un contexte plus large, celui d’une « montée en puissance » et en visibilité des Kurdes sur la scène régionale. Encore fidèle à Abdullah Öcalan et proche de Sakine Cansız assassinée en janvier 2013 à Paris, Muzaffer Ayata déclare  : « La lutte armée a fait sortir le peuple kurde de l’oubli  ; elle lui a offert la possibilité de se faire connaître et de gagner en force de pensée. La lutte sans arme ne nous fera pas reculer. De toute façon, les forces armées prêtes à intervenir n’ont pas été liquidées. Cette option demeure dans le répertoire du peuple kurde. » (p. 21). Par ailleurs, sa critique des critiques du discours d’Öcalan de Diyabakır pour le Newroz (21 mars 2013) est aussi intéressante. Le reproche fait à Öcalan par une certaine gauche turque de jouer l’axe sunnite – au-delà des différences ethniques et linguistiques – lui paraît sans fondement voire malveillant.

insight_052013

Sur un tout autre registre, la revue Insight Turkey – émanation du think tank ankariote SETA, Fondation pour la Recherche politique, économique et sociale – propose un épais dossier intitulé « Kurdish Peace. A new Beginning for Turkey and Middle East » dans son numéro du printemps 2013. Outre l’article de Yılmaz Ensaroğlu (pp. 7-18), responsable des droits de l’homme dans cette fondation, on relèvera celui de Güneş Murat Tezcür « Prospects for Resolution of the Kurdish Question  : A Realist Perspective » (pp. 69-84). Cet enseignant en science politique à Chicago (Loyola University), qui rappelle que l’année 2012 fut la plus meurtrière depuis 1999 et parle pour  qualifier le processus engagé d’une « Mutually Bearable Stalemate », affiche un scepticisme qui tranche avec le ton des autres articles… Il conclut  : « For the Kurdish movement, the governement’s negociations with Öcalan will elevate the statute of the Kurdish nationalist movement and sanctify it with some degree of legitimacy it desperately seeks ».

Les variations régionales du taux de fécondité en 2010/Regional variations of the fertility rate in 2010

On sait le caractère politiquement sensible des questions démographiques dans la Turquie actuelle. Le pouvoir politique s’en saisit fréquemment à travers des déclarations et des mesures qui participent de l’émergence d’une politique nataliste. Cependant, les questions démographiques sont généralement surtout abordées sous l’angle des perspectives de vieillissement – avec les conséquences sur les politiques de retraite – ou sous l’angle des perspectives de croissance de la population globale du pays. Le poids démographique est, dans l’esprit des dirigeants actuels, un indice de puissance et un instrument indispensable de la politique d’influence. La démographie est une composante du soft power alaturca. Il faut peser pour compter et rayonner à l’échelle mondiale.

Pour autant, malgré la taille du pays, les questions démographiques sont rarement abordées sous l’angle territorial, alors même que les discours généraux trouvent rapidement leurs limites dans la persistance – voire le creusement – des différences de comportement et de profils démographiques entre les régions.

TR_fecondite_nut1E
Carte : Pascal Lebouteiller (Atelier de cartographie)/Texte : Jean-François Pérouse

Cette carte construite à partir des données fournies par l’Institut Turc des Statistiques (TÜİK : www.tuik.gov.tr) montre les différences nettes existant entre les taux de fécondité moyens des douze régions turques (selon le découpage en NUTS) pour l’année 2010. Le taux de fécondité n’est pas, contrairement à ce qui est souvent dit et écrit, le nombre moyen d’enfants par femme à un instant t, mais le « rapport entre le nombre de naissances vivantes durant une année et le nombre de femmes en âge de procréer (15 à 49 ans) ». Le gradient ouest/est qui apparaît, avec un écart du simple au double entre la région la plus occidentale de la Marmara occidentale (Batı Marmara) et la région de l’Anatolie du Sud-Est (Güneydoğu Anadolu), est frappant et souligné par les choix de couleurs et de classes. On ne saurait illustrer de façon plus claire les différences entre l’est et l’ouest du pays ainsi que la composante démographique de la « différence kurde » dans le pays. Le tableau en bas à gauche indique en outre une chute de ces taux sur les trois années prises en compte, notamment pour la région d’Anatolie orientale du centre (Ortadoğu Anadolu). Les efforts des militaires depuis les années 1930 pour combattre la « bombe démographique kurde », selon une expression en vigueur dans des rapports secrets révélés ces dernières années, semblent donc être restés vains ; les évolutions et infléchissements relevant d’autres processus (accès à l’éducation et prolongement des études, urbanisation, individualisation, émancipation féminine … ).

Cette différence inter-régionale des comportements démographiques est aussi nette quand on considère les derniers chiffres sur le pourcentage des enfants dans la population ; chiffres publiés à l’occasion de la fête des enfants (et de la souveraineté nationale) le 23 avril 2013. Alors qu’au niveau de l’ensemble du pays la part des 0-17 ans est passée de 48,5% en 1970 à 30% en 2012, pour cette même année 2012, mais cette fois à l’échelle des départements, le pourcentage était de 20% à Edirne et de 49% à Şırnak à l’extrême est du pays. Tous les départements affichant un pourcentage d’enfants très supérieur à la moyenne nationale étaient situés à l’est du pays. De la même façon, toujours selon le TÜİK-23 avril 2013, alors que le pourcentage de ménages – au sens statistique – ayant au moins un enfant était de 82,6% dans le département de Şırnak, il était de 37,7 % à Çanakkale au bord de la mer Égée. Ces écarts devraient nous inciter à prendre davantage en compte la variable « différences-inter-régionales » – pour ne pas parler des différences intra-régionales – dans les analyses produites sur la Turquie contemporaine.

  • « TÜİK’ten 23 Nisan’a özel veri seti » (ensemble spécial de données pour le 23 avril), Dünya, 23/04/2013, p. 5.

  • « Çocuk nüfusu geriliyor » (la population enfantine recule), Dünya, 23/04/2013, p. 2.

  • « Okullaşma oranında yükselme durdu » (plafonnement de l’augmentation du taux de scolarisation), Radikal, 17/04/2013.

  • « Bakıma muhtaç yaşlı sayısı 3 milyonu geçti » (le nombre de personnes âgées ayant besoin d’être pris en charge a dépassé les 3 millions), Haber Türk, 8/04/2013, p. 23.

  • « ‘En az 3 çocuğa’ grafikli savunma » (défense au moyen d’un graphique de la thèse ‘Au moins 3 enfants’ », Milliyet, 16/12/2011, p. 22.

Compte rendu « Regards phocéens de Félix Sartiaux » / Kitap tanıtımı « Felix Sartiaux’nun Foçalı bakış açısı »

Les minutieuses éditions Kallimages (Paris) viennent de publier un deuxième ouvrage signé Haridis Yiakoumis Nikolaos Chorbos à partir des archives photographiques de l’ingénieur-archéologue Félix Sartiaux (1876-1944), propriété du collectionneur Pierre de Gigord. Sartiaux a travaillé à Phocée/Foça entre 1913 et 1920 et fut donc le témoin d’une époque pour le moins troublée. Il a notamment été le témoin direct d’un terrible épisode encore méconnu du plan d’ingénierie démographique des Unionistes, à savoir l’expulsion violente des Grecs de Phocée survenue en juin 1914. Il est l’auteur de Le sac de Phocée et l’expulsion des Grecs Ottomans de l’Asie mineure, ouvrage publié à chaud fin juin 1914.

Le premier ouvrage sur Phocée au début du XXème, publié chez Kallimages en 2010, portait le titre de Phocée 1913-1920. Le témoignage de Félix Sartiaux. Outre l’intérêt archéologique de ce second ouvrage, les photographies de Sartiaux permettent de restituer avec précision toute une micro-société égéenne du début du siècle dernier à jamais disparue. Espérons que ces publications seront l’occasion d’un travail collectif de mémoire, à l’approche du centenaire de ces événements.


Titizliğiyle bilinen Paris’teki Kallimages yayınları Haridis Yiakoumis Nikolas Chorbos imzalı ikinci bir kitap yayımladı. Söz konusu kitap, arkeolog mühendis Felix Sartiaux’nun (1876-1944) fotoğraf arşivinden yola çıkılarak oluşturulmuş. Günümüzde bu arşiv, koleksiyoncu Pierre de Gigord’un mülküdür. Sartiaux, 1913-1920 yılları arasında Foça’da çalışmış ve haliyle karanlık bir dönemin şahitlik etmişti. Özellikle, Haziran 1914’te patlak veren ve halen pek bilinmeyen İttihat ve Terakkicilerin kurguladığı nüfus planı çerçevesinde Foçalı Rumların şiddetli bir şekilde şehirden atılmalarına bizzat tanık olmuştu. Olayın hemen akabinde, 1914 haziranının sonunda “Foça’nın yağmalanması ve Osmanlı Rumları’nın Ön Asya’dan kovulması” (Le sac de Phocée et l’expulsion des Grecs Otttomans de l’Asie Mineure) adlı eseri yazmıştı.

2010’da Kallimages tarafından yayımlanmış, 20.yüzyılın başında Foça konulu ilk kitabı Foça 1913-1920. Tanık Félix Sartiaux. (Phocée 1913-1920. Le témoignage de Félix Sartiaux) ismini taşır. İkinci kitabın arkeolojik faydasının yanı sıra, buradaki Sartiaux’nun fotoğrafları, geçen yüzyıl başında sonsuza dek yok olmuş Egeli bir mikro-toplumu ayrıntısıyla geri kazandırma imkânını yaratıyor. Umarız bu yayınlar sözkonusu olayların 100. yıldönümü yaklaşırken ortak bir bellek oluşturma fırsatı verir.

Du régime unique national de production patrimoniale au régime néolibéral, conservateur et partiellement « pluriel » : la Turquie à l’épreuve de la transition patrimoniale

Le Parti de la Justice et du Développement (AKP), vainqueur sans conteste, pour la troisième fois, aux élections législatives de juin 2011, a fait sa campagne à la télévision sur le thème de la mosaïque. La mosaïque en Turquie, c’est l’image de la diversité positive, à exalter et protéger. En outre, l’AKP se qualifie de “parti conservateur”, garant de valeurs matérielles et immatérielles communes qui permettent de cimenter la communauté nationale. La conservation, offrant aux citoyens des objets cohérents d’identification, est donc un nouvel enjeu central pour l’AKP, quitte à fabriquer ex nihilo du patrimoine. Enfin, en tant que parti résolument libéral (au sens économique), l’AKP est tenté de vendre les biens publics, de les transformer en produits touristiques ou en supports de marques alimentant le marketing urbain tous azimuts. Le pays vit donc depuis l’arrivée de l’AKP au pouvoir (novembre 2002) une transition patrimoniale intéressante à observer, en n’oubliant pas que le terme “patrimoine” n’a pas d’équivalent strict dans la langue turque (les hésitations du vocabulaire pouvant renvoyer aux fluctuations des politiques).

I) Le contexte de la redéfinition du régime de gouvernance patrimoniale ces dernières années

On rappelle ici l’importance de l’impératif touristique et développementaliste (A), l’émergence de pouvoirs locaux en demeure de promouvoir les qualités spécifiques de leur territoire (B), les changements sociétaux à l’origine d’un nouveau rapport au territoire (urbanisation et essor d’une nouvelle classe moyenne, scolarisation, élévation du niveau d’éducation, crise de l’agriculture… ) (C), les mobilités et migrations ayant induit de nouvelles sollicitations identitaires (D), les crises et défis environnementaux (E) et enfin les ouvertures politiques sur le terrain de l’expression des identités (F). Ces dernières expliquent le régime de tolérance (surveillée) qui semble prévaloir face aux productions patrimoniales alternatives des municipalités kurdes de l’est du pays.

II) La mise en place d’un autre régime de gouvernance : autres acteurs, autres normes, autres pratiques

On évoque ici le rôle des associations et fondations locales et nationales (A), la participation parfois déterminante du secteur privé (avec l’exemple de l’invention de la méditerranéi turque par une fondation liée au holding KOÇ) (B), les acteurs internationaux et leurs modes d’articulation aux acteurs locaux (C), les autres normes promues (diversité, universalité, durabilité et participation) (D) et enfin les nouvelles pratiques de gouvernance patrimoniale (inventaire, expertise,  « projet »… ) (E).

III) Les modalités de résistance de l’ancien régime et les ambiguïtés du nouveau

On note une grande inertie des récits historiques nationaux qui servent de trame immuable à la mise en séquence historique des objets patrimoniaux, à la seule différence que désormais le moment ottoman est beaucoup plus nettement mis en valeur (A), une obsession persistante de la question de l’autochtonie et de la légitimité (B), une tendance à dédoubler la production patrimoniale entre une production interne (jouant sur le nous excluant) et une production à usage externe (pour les touristes étrangers) qui mobilise des registres internationaux (C), ainsi qu’une difficulté à refondre les liens au passé après tant de traumatismes et de phases d’amnésie organisée (D). L’exemple de l’impossibilité d’ouvrir un lieu de mémoire accepté et acceptable sur le site de la catastrophe de Sivas (mort par incendie volontaire de 37 Alévis le 2 juillet 1993) est convoqué. L’option « communautariste » de la gouvernance patrimoniale, produit du pluralisme identitaire désormais cultivé, a donc des limites encore nettes.

En conclusion on s’intéresse à la fabrique ex-nihilo du patrimoine, accompagnée de tentatives de réécrire les histoires urbaines locales, à Kayseri ou Konya.

Les nouveaux horizons d’influence de la Turquie à travers l’indicateur des liaisons aériennes

À l’heure où l’appel d’offre pour la construction du troisième aéroport international d’Istanbul est en passe d’être lancé, cette simple carte en dit long sur la nouvelle stratégie africaine et moyen-orientale de la Turquie. En effet, elle nous montre les destinations les plus récemment desservies – mises en place durant la seule année 2012 – par la compagnie aérienne publique Turkish Airlines (THY), en partenariat avec l’Assemblée des Exportateur Turcs (TİM : http://www.tim.org.tr/tr/default.asp). Cette dernière institution, fondée en 1993 et rassemblant plus de 50 000 firmes, constitue un lobby très influent qui exprime bien l’orientation vers les exportations de l’économie turque.

Rappelons par ailleurs qu’alors que 33 millions de voyageurs ont été transportés dans les aéroports turcs en 2001, dix ans après, 118 millions l’ont été. En avril 2012, le directeur de l’aviation civile turque annonçait même un objectif de 350 millions de voyageurs pour 2023 (l’horizon du centenaire de la République). En outre, entre 2003 et 2011, le nombre de destinations de la THY est passé de 104 à 196 et le nombre des passagers transportés sur des lignes internationales par la compagnie nationale turque est passé durant ce même laps de temps de 5 à 15,4 millions.

On a ajouté aux destinations-2012 de la THY, celles de SunExpress, compagnie privée créée par Lufthansa et THY – est-ce une préfiguration de la fusion dont certains parlent depuis quelques années ? –  et celles de Pegasus.

Sources

  • «  Bu yıl yolcu trafiği 140 milyona ulaşacak  », Dünya Gazetesi, 6/04/2012, p. 13.
  • «  Lufthansa, THY ile Ortadoğu’ya açılacak  », Dünya Gazatesi, 11/01/2013.
  • «  SunExpress’ten Kazablanka’ya hafta 3 gün sefer  », Hürriyet, 29/08/2012, p. 18.
  • TİM/Report, Dünya Gazetesi, 4/01/2013.

L’évolution depuis 2002 des investissements directs turcs à l’étranger : un indicateur de rayonnement à suivre

Si l’habitude est grande d’étudier la Turquie comme un pays-cible pour les investissements directs étrangers (IDE) ou pour les investissements indirects, la littérature scientifique tarde à prendre en compte l’émergence de la Turquie comme pays émetteur d’investissements directs vers des pays étrangers plus ou moins proches. Or force est de constater que parallèlement à la “normalisation” de l’économie turque survenue au cours de la décennie 2000 (réduction de l’inflation, réduction du risque financier, chute des taux d’intérêt), les ID(E) turcs ont très sensiblement augmenté. S’ils restent inférieurs au total des IDE opérés en Turquie, leur augmentation n’est pas moins révélatrice du repositionnement de l’économie turque dans le jeu global. En évitant de céder à une euphorie de circonstance qui se complaît à décrire l’augmentation des exportations turques comme celle du PIB/habitant, sans prendre en compte d’autres indicateurs qui obligent à tempérer, on peut brièvement se pencher sur ce phénomène.

Alors qu’en 2002 le montant des ID(E) turcs réalisés dans l’année (on ne parle pas des IDE cumulés) n’était que de 251 millions de USD, celui-ci est passé pour les 10 premiers mois de 2012 à 3,583 milliards. En dix ans donc, ces IDE ont été multipliés par plus de 10. Le seuil du milliard a été franchi en 2003 et celui des 2 milliards en 2007. Si l’on considère cette fois le montant cumulé des IDE, en tenant compte des « sorties » survenues, on atteignait début 2011 un niveau de 25 milliards de dollars assuré par 3500 entreprises turques dans un peu plus de 103 pays.

Cet essor traduit la montée en puissance et en confiance de l’économie turque et la stratégie d’extraversion de celle-ci, soutenue par les gouvernements du parti AK. Ceux-ci pratiquent un soutien aux investisseurs turcs à l’étranger, ces derniers étant considérés comme les fers de lance du rayonnement international du pays et les relais de la diplomatie. La « nouvelle » politique d’influence internationale passe donc en partie par ces investissements qui donnent une visibilité à l’envergure que les dirigeants veulent donner au pays.

De plus, alors que les IDE en Turquie ont diminué de 30% les 10 premiers mois de l’année 2012 par rapport aux dix premiers mois de 2011, les ID turcs à l’étranger ont augmenté en 2012 de 85% par rapport aux dix premiers mois de 2011.

Le pays où le montant des investissements turcs a été le plus élevé en 2012 est les Pays-Bas (en 2011, n’oublions pas, c’était la France en raison de la prise de participation de Yıldırım Holding dans la compagnie CMA SGM), avec 2,398 milliards, suivi de l’Azerbaïdjan (309 millions USD), de la Croatie (95), des États-Unis et de la Fédération de Russie (59 millions) ; viennent ensuite, le Royaume-Uni, la Suisse, le Kazakhstan et l’Allemagne (45). Du point de vue du secteur d’activité, c’est dans l’agroalimentaire que les ID turcs ont été les plus importants (plus de 75% du montant total des ID turcs dans les 10 premiers mois de 2012). Secteur minier (pour l’Azerbaïdjan), transport-logistique et assurance apparaissent comme les autres secteurs-cible.

Cette évolution en dix ans doit être lue parallèlement à l’évolution spectaculaire du montant des exportations et des importations. Elle est en outre le résultat d’une politique d’encouragement conduite sous la houlette, notamment, du DEİK (Institution pour les Relations Economiques Extérieures), structure créée en 1986 sur instruction du Premier ministre d’alors, Turgut Özal. Cependant, répétons-le, cet accroissement significatif ne doit pas faire oublier que le montant total des ID(E) turcs pour les dix premiers mois de 2012 reste plus de deux fois inférieur au montant total des IDE en Turquie.

12/12/12

Le 12-12-2012 à 12h, le ministère des Forêts et des Eaux va inaugurer 112 « équipements hydrauliques » dans tout le pays, qui représentent un investissement total de 16 milliards de LT. La plus importante des ces infrastructures est le barrage de Deriner sur le fleuve Çoruh, dans le département d’Artvin, à l’extrême nord-est du pays. Il s’agit du plus haut barrage de Turquie, avec 249 m. La magie des chiffres, des dates et les performances quantitatives continuent à représenter un carburant puissant de la rhétorique politique.

Kayseri Vitrini

Version française

Kasım 2012’den itibaren, IFEA kütüphane vitrini artık dönemsel temalarla düzenlenecek.

Vitrin sırasıyla tematik sunumlara da hizmet edecek (şehirler, gündemdeki konular, sorunlar, yazarlar… vb.).
“Tematik vitrin” dizisini günümüzde ikisi devlet toplam dört üniversiteye sahip Anadolu’nun tek şehri olan Kayseri yani eski adıyla Caeserea ile başlatıyoruz.

kayseri AG M

Kayseri, IFEA’nın Anadolu’ya açılımının ilk adımı

1947 Kayseri Germir MIFEA, Ankara Fransız Büyükelçiliğin himayelerinde ve Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Strasbourg (ENSAS), Kayseri Erciyes Üniversitesi ve Strasbourg Belediyesinin katkılarıyla Kayseri’de gerçekleştirilen mimarlık atölyesinde, Fransız ve Türk öğrencilerinin araştırma teslim oturumunda bulundu. Atölye, Kayseri’nin 1986’da Büyükşehir olmasıyla önem kazanan eski çevre köyü Germir’in (bkz 1947 tarihli harita) yenilenmesi/ yeniden düzenlenmesi/restorasyonunu hedeflemekteydi.  1922 yılına kadar köy, yakınında bulunan ve daha çok bilinen Tavlun gibi azınlık köyü olarak geçiyordu. (Germin’in kuzey kapısı, Kuzey –Batı / Güney –Doğu kesitinde).

Bu nedenle, Albert Gabrielin ve 1930’larda bölgede çalışan (Delaporte gibi) arkeologların bölgede halen varlığı hissedilmektedir. IFEA‘nın kütüphanesindeki önemli Kayseri kitapları da Gabriel’in Halil Eldem veya Vacit İmamoğlu ile beraber önemini vurgular.

Devam eden Kayseri/Strasbourg merkez dışı çalışmarın beraberinde, Kayseri Belediyesi İmar ve Şehircilik Daire Başkanlığıyla  da işbirliği kuruldu.

La création de 13 nouvelles municipalités métropolitaines en Turquie par la modification de la loi n.5779 ou le triomphe écrasant de l’urbain dans l’ordre de gestion territoriale

Le 11 novembre 2012 la Grande Assemblée Nationale de Turquie a finalement – après des débats très houleux et même violents – adopté une loi relative à la création de 13 nouvelles municipalités métropolitaines (Büyükşehir Belediyesi), qui s’ajoutent aux 16 existantes, instituées à la suite de la loi sur les municipalités métropolitaines de 1984. Les nouvelles municipalités métropolitaines sont Tekirdağ, Balıkesir, Manisa, Aydin, Denizli, Muğla, à l’ouest du pays ; et Trabzon, Hatay, Şanlıurfa, Kahramanmaraş, Mardin et Van, à l’est.

Les nouveaux départements métropolisés au terme de la loi no 5779 du 12/11/2012

Suite à cette nouvelle loi, 56 millions de citoyens turcs – soit beaucoup plus de la moitié de la population totale du pays – vont désormais dépendre dans leur vie quotidienne d’une municipalité métropolitaine, même s’ils habitent dans de lointains villages et hameaux périphériques (subitement transformés en “quartiers” urbains). En outre, le régime métropolitain va s’appliquer à l’ensemble du territoire des départements, absorbant des territoires ruraux et faiblement peuplés, voire déserts. Ce, pour certaines des anciennes municipalités métropolitaines encore entourées d’espaces ruraux départementaux (Adana, Ankara, Antalya, Bursa, Diyarbakır, Eskişehir, Erzurum, Gaziantep, İzmir, Kayseri, Konya, Mersin, Sakarya  et Samsun) et pour la totalité des nouvelles. Autrement dit, le maire d’Antalya sera responsable de l’aménagement des alpages des montagnes et des vallées des rivières du Taurus. Cette décision d’extension revient à une mainmise sur leurs périphéries par les métropoles. Le processus a commencé en juillet 2004 avec l’extension des limites de la municipalité métropolitaine d’Istanbul à l’ensemble du département (il) d’Istanbul.

Cette “extension du domaine de l’urbain” a suscité des objections surtout du côté des municipalités de second rang (belde belediyeleri) qui ont été supprimées par cette loi, soit plus de 1500 municipalités (1032, ravalées au rang de quartiers/mahalle de municipalités métropolitaines en expansion, et 559 reléguées au statut de villages/köy). Après le premier nettoyage de mai 2008, on assiste donc à une deuxième rétraction du semis municipal en Turquie. A l’heure de la décentralisation administrative, cette suppression assez radicale de niveaux de gestion territoriale et locale peut surprendre. Les arguments développés par les opposants à cette loi ont peu porté sur la question de la démocratie locale mais plutôt sur le fait que cette loi viserait en fait à faire disparaître nombre de municipalités d’opposition et à modifier la carte électorale au profit de l’AKP… en prévision des élections locales de mars 2014 (voir “Ne fermez pas nos petites municipalités”, Cumhuriyet 30-10-2012, p. 24 ; « Akyaka, le paradis contre la métropole », Cumhuriyet, 30-09-2012). En outre, dans les 29 départements pleinement métropolisés disparaît sans appel une des plus anciennes collectivités territoriales, l’Administration Spéciale du Département (İÖİ). Dans la mesure où l’AKP contrôle la plupart des Assemblées départementales concernées, cette mesure n’a pas suscité de tollé. Elle relève néanmoins d’un mode assez centralisateur et autoritaire de révision de la carte administrative…  et de l’architecture des pouvoirs locaux.

Au-delà de cet aspect “charcutage électoral” (Voir “45 000 voix ont d’un coup changé de lieu”, Radikal, 9-11-2012, p. 9), ce qui mérite attention dans cette loi c’est le rapport dominant au territoire qu’elle institue ou confirme. Pour l’AKP, le territoire turc n’existe, manifestement, que par et pour les métropoles qui le structurent et en premier lieu pour Istanbul. Autrement dit, il n’y a plus de rural – les villages des départements métropolisés, qui avaient une personnalité juridique, ont perdu celle-ci et sont devenus des quartiers urbains -, il n’y a plus de petite ville, plus de ville moyenne, il n’y a que des métropoles, acteurs et pivots uniques de “l’aménagement du territoire” en Turquie. Déjà, à l’inverse des mots d’ordre des premières élections sur le développement local, pour les élections de juin 2011 l’AKP avait mis l’accent sur les métropoles dans son programme politique pour la Turquie future. Il n’était de futur que dans, par et pour les métropoles. Il y a donc eu une inflexion de l’approche du développement territorial qui s’est traduite par une polarisation sur les métropoles. L’avenir est dans les grandes villes et le destin des territoires peu ou pas urbanisés semble être uniquement de servir les intérêts des métropoles auxquelles ils sont soumis, en ressources primaires et espaces de détente et de débordement. De nouveaux territoires, jusque-là préservés par leur statut rural, entrent ainsi dans la zone d’influence et de prédation de l’économie urbaine et de la politique urbaine, trop souvent définies à court terme et fondées sur la recherche d’une rente rapide et optimale.

L’ingénierie territoriale impulsée par l’AKP est donc de plus en plus exclusivement urbaine. Elle bouscule tous les cadres, elle ne recule devant rien, comme la perspective annoncée de renouveler en vingt ans la moitié du stock de bâtiments du pays… dans le cadre de la transformation urbaine généralisée (loi de mai 2012) qui fait office de politique urbaine unique et partout appliquée.

Références

  • Yılmaz Önder «Büyükşehir tartışması », Milliyet, 29-10-2012.
  • Güngör Uras, « 16 + 13 = 29 büyükşehirlerimiz oldu », Milliyet, 14-11-2012, p. 7.
  • Sönmez Mustafa « AKP Rejiminin Büyükşehir Oyunu », Cumhuriyet, 17-11-2012, p. 10.
  • Pérouse Jean-François. Les petites villes du département d’Ankara. In: Annales de Géographie. 1994, t. 103, n°575. pp. 29-40. doi : 10.3406/geo.1994.13723 url : http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/geo_0003-4010_1994_num_103_575_13723 Consulté le 22 novembre 2012
  • Pérouse Jean-François. Istanbul et l’État turc. La métropole contre l’Ètat ?, in : Le pouvoir et la ville à l’époque moderne et contemporaine, Collection KUBABA, Série Actes I, Université de Paris I /Institut Catholique de Paris, Actes du colloque « La ville au cœur du pouvoir » Paris 7-8 décembre 2000, Vol. 2, 2002, p. 219-242 ;
  • Pérouse Jean-François. Is the “Marmara Region” really a developed region? Metropolis versus Region”, Geographische Rundschau International Edition, Vol. 5, No. 3/2009, pp. 40-46
  • Pérouse Jean-François. La difficile affirmation des villes moyennes turques comme symptôme de dysfonctionnements politico-économiques in : Charbonneau F, Lewis P. & Manzagol, C. (éd.) (2003), Villes moyennes et mondialisation, renouvellement de l’analyse et des stratégies, Actes du colloque international, Université de Montréal, du 18-20 septembre 2002, Montréal, Trames/UM, pp. 92-99).