Archives de catégorie : Notes

İki deniz arası – Une marche pour la ville

Texte de Cilia Martin et Ségolène Débarre
Türkçe çeviri

À l’heure des Grands Travaux (l’inauguration du Marmaray s’est faite le 29 octobre 2013) qui symbolisent la course effrénée à l’internationalisation et l’hypermétropolisation d’Istanbul, le projet İki Deniz Arası [Entre deux mers] propose de ralentir le rythme à travers une randonnée de 60 km qui relie la mer Noire à la mer de Marmara. Présenté en octobre 2013 à la Biennale d’art contemporain d’Istanbul, ce projet porté par l’artiste Serkan Taycan propose d’expérimenter des modes d’appropriation du proche méconnu par l’engagement physique, en testant d’autres métriques et d’autres temporalités.

Itinéraire emprunté par le projet 2 deniz arası
Itinéraire de la marche 2 deniz arası – © Serkan Taycan

Une entrée de Bosphorus city
Une entrée de Bosphorus city – Photo S. Débarre

Cultures maraîchères à Büyükçekmece
Cultures maraîchères (bostanlar) à Büyükçekmece – Photo S. Débarre

immeubles de Bezirganbahçe
Immeubles de Bezirganbahçe (Bezirganbahçe Konutları – TOKI) – Photo S. Débarre

Calquée sur le tracé hypothétique du projet du Canal d’Istanbul (Kanalistanbul), cette marche ambitionne de suivre, année par année, les évolutions urbaines qui sont en cours dans la marge ouest d’Istanbul. Ce sentier désormais balisé se divise en 4 segments de 15 km. Il débute à Yeniköy au bord de la mer Noire dans le paysage lunaire qui correspond aux anciennes carrières de lignite, traverse d’anciens villages comme celui de Sazlıbosna ou de Kayabaşı, coupe à travers une vaste zone pastorale, longe de nombreux lacs et petites rivières, passe par les anciens et actuels réservoirs d’eau de Sazlıdere et de Terkoz, une carrière de pierre, les anciens usines de poudre à canon (Baruthane) ou encore le centre de recherche nucléaire de Küçükçekmece. Le dernier segment est le plus urbanisé et le plus étalé dans le temps. Il commence dans la cave de Yarımburgaz où force est de constater le manque d’entretien et de conservation du plus ancien site humain d’Istanbul datant de la période paléolithique pour finir sur la plage de Menekşe en passant devant les projets immobiliers de Bosphorus City [Photo 1], les blocs d’habitation de Bezirganbahçe où ont été relogés les habitants d’Ayazma (après la destruction de leur quartier et la construction du stade olympique d’Atatürk) et où résident aujourd’hui de nombreux syriens [photo 2], ou encore devant les travaux de la prochaine gare du Marmaray à Halkalı.

1829 Constantinople et environs
1829 Constantinople et environs

1901 Carte de la Roumélie impériale
1901 Carte de la Roumélie impériale

1936
segment Yeniköy – Yeşilköy d’après une carte de 1936

Faire isthme contre l’affairisme

Contre l’amnésie dont font preuve certains édiles politiques et entrepreneurs immobiliers, Serkan Taycan marche pour la mémoire de la ville avec un slogan qui pourrait être « faire isthme contre l’affairisme ». Il attire l’attention sur ces marges urbaines, des espaces « intermédiaires » entre ville et campagne, monde urbain et monde rural, territoires productifs et résidentiels méconnus et souvent méprisés. Il souligne les dégradations environnementales, les bouleversements paysagers ainsi que les violences sociales. Il s’intéresse aux habitants et aux pratiques méconnues, tel le maraîchage au bord de la lagune de Büyükçekmece [photo 3]. Dans le but de suivre les progressions du Canal mais surtout de collecter des informations, de capturer des images et de créer un fonds photographique important, il fait partager sa passion de la marche en ville et nous l’en remercions.

Lien : Article dans le quotidien Radikal (en turc)

Compte-rendu de lecture Dilek Yankaya – La nouvelle bourgeoisie islamique

yankayaLa nouvelle bourgeoisie islamique. Le modèle turc
PUF collection Proche Orient
216 p.
ISBN : 978-2-13-059460-4

Le livre de Dilek Yankaya est issu de son récent travail de doctorat dirigé par Nilüfer Göle. L’ouvrage part d’un fait dont on entend beaucoup parler mais sur lequel on sait peu de chose : l’arrivée au pouvoir de l’AKP en Turquie résulte et s’accompagne de changements sociaux importants, en particulier de l’ascension d’une nouvelle bourgeoisie conservatrice. Ce travail est le produit d’une enquête sociologique sur ce groupe. Pour ce faire, Dilek Yankaya a choisi de se pencher sur le MÜSİAD, cette organisation d’entrepreneurs conservateurs. Relativement marginale à sa création en 1990, elle conteste le monopole de l’organisation d’entrepreneurs de la grande industrie occidentalisée longtemps dominante, le TÜSIAD, jusqu’à désormais nettement mettre en cause sa domination. Aujourd’hui, le nombre des entreprises affiliées au MÜSİAD dans les plus grandes entreprises de Turquie a nettement augmenté. Depuis les années 2000, il a été progressivement reconnu comme interlocuteur et acteur public important en Turquie mais aussi à l’international, par exemple par le FMI et la Banque mondiale. L’ouvrage de Dilek Yankaya retrace les dynamiques de cette ascension, mais aussi ses conséquences sur une association tiraillée depuis sa création entre deux dimensions : d’une part, la défense des intérêts des PME contre l’hégémonie du « grand capital » ; d’autre part, l’affirmation d’une éthique conservatrice, teintée de valeurs religieuses. C’est cette tension qui traverse la trajectoire mais aussi le fonctionnement de cette organisation.

Ce travail permet de se faire une idée plus précise d’une partie des nouvelles dynamiques d’ascension sociale mais aussi économique et politique qui ont bouleversé le visage de la Turquie ces dernières décennies. Une interrogation qui traverse l’ouvrage concerne le rapport entre l’association d’hommes d’affaires et la politique – l’AKP, bien sûr, mais pas exclusivement. Ce retour permet d’affirmer que l’alliance du MÜSİAD avec l’islam politique et l’AKP en particulier n’a rien d’automatique. Dans les années 1990, l’organisation avait ainsi adopté une stratégie politique pragmatique et prudente qui a consisté à s’ouvrir aux coalitions flexibles et conjoncturelles avec différents acteurs politiques en fonction des évolutions. Assumant ses affinités avec l’islam politique au milieu des années 1990, elle s’en désengage cependant très vite. Cette trajectoire, dans laquelle interviennent le coup d’arrêt militaire donné à l’islam politique en 1997, la candidature turque à l’adhésion à l’UE, et la crise économique de 2001 – ressemble fort à celle de l’AKP. S’amorce alors un processus de désidéologisation de l’association au profit d’une professionnalisation d’une part, d’une européanisation de l’autre. Le MÜSİAD soigne alors une image moins islamiste, allant jusqu’à exclure certains de ses membres trop « marqués ». Auparavant opposée à l’intégration de la Turquie à l’UE, il adopte au début des années 2000 un positionnement pro-européen, par moments même plus net que celui de l’AKP. Depuis le milieu des années 2000, ce pro-européanisme – lié aussi à des intérêts économiques pragmatiques, comme l’harmonisation législative et économique avec UE ou la levée des obstacles à la circulation des Turcs en Europe – est tempéré par un nationalisme plus marqué, critique vis-à-vis de conditions d’adhésion considérées comme à la fois partiales, injustes, et défavorables aux intérêts nationaux turcs. Le MÜSİAD dénonce également les politiques européennes vis-à-vis de l’islam, fût-ce en termes de démocratie. Entre-temps, il s’est cependant européanisé de fait, par ses activités commerciales et la circulation de ses membres, par la mise en place de projets financés par l’UE ainsi que de programmes de formation pour ses membres.

Les affinités du MÜSİAD avec l’AKP ne se limitent pas à une proximité en termes de discours politiques et d’objectifs. Leurs fondateurs et dirigeants sont d’anciens amis de la même génération : ils ont été socialisés dans les mêmes espaces de formation islamiste dans les années 1970, et ont souvent fait des affaires ensemble dans les années 1980. Nombreux sont les futurs responsables de l’AKP qui ont adhéré au MÜSİAD dès sa fondation. Abdullah Gül, Recep Tayyip Erdoğan, Ali Babacan pour ne citer que les principaux, en sont membres. De nombreux fondateurs et dirigeants du MÜSİAD sont « passés » à l’AKP ; les élus et responsables du parti issus de l’association, à la fois au niveau local et national, sont légion. En outre, depuis dix ans, le MÜSİAD a consolidé son statut de bénéficiaire principal du pouvoir AKP : il a acquis une influence politique, des privilèges économiques, des accès au pouvoir et des postes dans l’administration publique, et fournit des opportunités clientélistes lors de l’allocation des appels d’offres publics et des services. Aujourd’hui, l’affiliation au MÜSİAD est vécue et affirmée comme un signe de distinction et de statut social. Le groupe procure à ses membres des capitaux économiques, sociaux et professionnels, mais aussi une notoriété et une réputation, une accointance avec les élites, et une médiatisation. En favorisant le passage de ses membres à des positions de pouvoir, l’association est devenue un puissant ascenseur social et politique, une instance d’intégration au champ du pouvoir. Ce faisant, l’affiliation au MÜSİAD est devenue progressivement également un moyen d’ascension sociale et d’accès à des postes à responsabilités.

Ce faisant, les logiques d’engagement dans l’association ont changé. Dilek Yankaya distingue deux profils de membres : d’un côté, les « adhérents identitaires », ceux qui sont devenus membres pour des raisons idéologiques, particulièrement importants jusqu’en 1997, et qui constituent le noyau dur de l’association ; et les « adhérents professionnels », qui ont adhéré pour des raisons plus instrumentales – en termes de services rendus et de profits tirés -, et souvent par l’intermédiaire de parents ou d’amis. Pour eux, l’adhésion ne se fait pas principalement sur une piété pratiquée ou politisée, mais sur des intérêts économiques. Ces profils sont plus nombreux parmi les adhérents plus récents, en particulier depuis la fin des années 1990. En effet, cette distinction recoupe en grande partie une différence générationnelle. Les aînés, plus souvent adhérents « identitaires », sont regardants sur les modes de vie et la pratique islamique. A leur différence, les jeunes membres, principalement des « adhérents professionnels », ne portent pas de jugement moral sur la vie privée et ne valorisent pas spécialement la piété. Pour eux, l’éthique islamique est recherchée surtout dans le cadre de la conduite professionnelle sous forme d’honnêteté.

Au fur et à mesure que les avantages de l’adhésion à la MÜSİAD augmentaient, l’association s’est faite plus sélective. Elle sélectionne ses membres dans une logique à la fois élitiste et moralisante : elle évalue la conduite professionnelle, mais aussi le comportement personnel de l’entrepreneur, ses rapports avec d’autres membres du MÜSİAD, et ses motifs d’adhésion. Dans l’activité et l’organisation de l’association, cette tension entre intérêts bien compris et valeurs morales est constante. Le MÜSIAD reste avant tout une organisation à laquelle l’adhésion doit être rentable. Elle se veut représentante des PME et intermédiaire entre hommes d’affaires et administrations publiques. Elle procède à des activités de lobbying et d’expertise auprès des décideurs ; elle organise nombres d’activités visant à renforcer le capital social de ses membres, en facilitant l’échange des connaissances et l’interaction personnelle. Dans quelle mesure le MÜSİAD est-il « islamique » ? De fait, plus que la pratique religieuse stricto sensu, il privilégie une éthique, qui est avant tout celle du travail honnête et responsable. Celle-ci peut avoir une dimension religieuse, mais aussi des usages économiques. L’adhésion collective à cette éthique fait de l’association un milieu d’entre-soi et de confiance, qui garantit des partenariats et des liens sûrs. Au-delà de cette éthique, l’adhésion à l’association implique-t-elle des restrictions au niveau des secteurs d’activité ou des modes de financement, qui seraient liées à l’islam ? Si l’usure est largement réprouvée, l’auteure n’a pas observé une éthique du travail homogène. Certains membres sont actifs dans des secteurs non islamiques (comme des robes de mariée non voilée). De même, les affinités islamiques ne sont pas déterminantes dans le choix des partenaires économiques, qui se fait sur un mode rationnel. C’est l’entrepreneur lui-même qui décide dans quelle mesure mettre en place des sélectivités dans sa vie commerciale. Si beaucoup aménagent les temps travail, permettant à leurs employés de respecter les temps de prière ou le ramadan, il s’agit d’un choix individuel – raison pour laquelle Dilek Yankaya parle de « sélectivités islamiques ». L’auteure conclut que la rationalité instrumentale domine sur les sélectivités islamiques pour le choix des partenaires économiques et financiers ; alors qu’un souci moral ou une affiliation idéologique islamiste se trouvaient à l’origine de la finance islamique dans les années 1980 et 1990, aujourd’hui la bourgeoisie islamique adopte des stratégies de développement capitaliste émancipées des affiliations politiques et idéologiques.

Cependant, l’auteure souligne aussi que cette éthique, et l’adhésion au MÜSİAD, vont de pair avec un système de normes et un style de vie, qui en sont venus à constituer des signes de distinction socio-culturelle de cette bourgeoisie. Une des autres dimensions de l’activité de l’association est d’encourager une socialisation commune, voire la formation d’un véritable groupe social. La vie associative du MÜSİAD privilégie la famille, qui est encouragée à participer à de nombreuses activités extraprofessionnelles. Un « MÜSIAD-Jeunes » a même été créé dans la même perspective. Ce faisant, l’association agit comme espace de reproduction d’une culture conservatrice et de consolidation de ce groupe et de ses intérêts dans la société.

Ce travail doit être salué, car il apporte des connaissances sociologiques précises sur des milieux encore peu connus. On pourrait avec profit articuler ces éléments à la réflexion plus générale sur les rapports entre éthique et capitalisme, et aux travaux sur l’islam de marché, au moment où certains taxent l’AKP d’affairisme. On peut regretter que la dimension comparative, qui permettrait de s’interroger sur d’éventuelles spécificités du cas turc, soit absente. On peut regretter aussi que l’ouvrage ne se penche pas sur le TUSKON, autre organisation d’entrepreneurs conservatrice, mais plus proche du mouvement de Fethullah Gülen – ce qui aurait permis de travailler plus précisément la structure du champ conservateur en Turquie, qui est loin d’être monolithique. Cependant, ces quelques bémols ne sauraient cacher l’intérêt évident de l’ouvrage, qui donne beaucoup à réfléchir sur les articulations entre les champs politique et économique en Turquie. En revanche, on a du mal à comprendre l’absence de bibliographie dans un ouvrage publié par des presses universitaires, fût-il destiné à un large public.

Cartographie de l’installation des centrales hydroélectriques en Turquie

Afin de réduire ses importations d’énergie fossile qui pèsent de plus en plus lourdement dans sa balance commerciale extérieure et d’accompagner la demande croissante d’énergie de sa population, le ministère turc de l’Energie et des Ressources naturelles s’est fixé un objectif clair concernant les énergies renouvelables : celles-ci doivent contribuer à l’horizon 2023 pour 30% du mix-énergétique total concernant la production d’électricité. Il est vrai que le potentiel de valorisation des énergies renouvelables (éolien, solaire, géothermie) du territoire turc est indéniable. Mais c’est bien le potentiel hydraulique du territoire turc qui a été jusqu’à aujourd’hui le plus mis en valeur, avec actuellement environ 20% de la production d’électricité nationale produite par des centrales hydroélectriques

Depuis 2010, le gouvernement turc mène une stratégie de renforcement progressif des capacités hydroélectriques du pays en autorisant l’installation d’une myriade de petites centrales (HES en turc avec en général une puissance inférieure à 20 MW). Les licences d’exploitation de ces nouvelles infrastructures sont directement accordées à des consortiums industriels privés parmi lesquels figurent notamment les « filiales énergie » des plus importantes holding turques. Dans le même temps et dans ce contexte de libéralisation forcenée du marché énergétique, l’Etat turc se délaisse progressivement de ces anciennes centrales hydroélectriques.

 L’objectif final est d’atteindre 5000 MW de capacité de production supplémentaire à la fin de l’année 2013[1]. Pour cela, c’est quasiment tout le territoire national qui est mis à contribution si l’on se fie au nombre de départements concernés par l’installation d’une centrale hydraulique (69 départements concernés sur 81).TR-depart_HES4

La répartition de plus de 800 autorisations de constructions de centrales délivrées par l’Autorité régulatrice du marché de l’énergie (EPDK) en 2012 montre cependant que certaines régions s’avèrent quantitativement plus touchées. C’est le cas notamment des provinces de la mer Noire avec les départements de Giresun (53 autorisations), Trabzon (64), Rize (31), Artvin (43) et Erzurum (40). Plus au sud, les provinces d’Adana (43) et de Kahramanmaraş (40) accueilleront également plus de 40 centrales. Au final, la majorité des installations hydroélectriques reste concentrée dans l’est du pays.

La planification étatique de ces infrastructures concentrées à de très petites échelles (la plupart du temps plusieurs centrales dans une même vallée) est souvent source de conflits à l’échelle locale. Les décisions jugées autoritaires et technocratiques font souvent l’objet, quand ils existent, de simples simulacres de processus de concertation auprès des populations locales (comme bien souvent à propos des infrastructures énergétiques en Turquie et ailleurs). A propos du cas particulier des centrales hydroélectriques, un film-documentaire réalisé par Ruya Arzu Koksal intitulé Bir Avuç Cesur İnsan avait bien mis en lumière dès 2011, la longue et courageuse mobilisation de plusieurs groupes villageois de la mer Noire contre l’installation de ces centrales dans les vallées de l’İkizdere et du Şenöz situées toutes deux dans la province de Rize.

Avec les récents mouvements urbains de protestation qui se sont multipliés en Turquie ces derniers mois, il est intéressant de constater que des slogans de même nature que ceux utilisés par ces villageois de la mer Noire (Vadime dokunmayın = Ne touchez pas à ma vallée) sont apparus  dans ces espaces de contestation.

« Homme de la Mer Noire, ne laisse pas vendre les rivières »  (Photo personnelle prise dans le parc de Gezi en juin 2013)
« Homme de la Mer Noire, ne laisse pas vendre les rivières »
(Photo personnelle prise dans le parc de Gezi en juin 2013)

En effet, certains acteurs (associations locales, parti écologique) ont profité de l’ouverture de cette soudaine brèche « révolutionnaire » ouverte dans l’espace public pour greffer leurs revendications environnementales. Un atlas des résistances environnementales créé par un parti écologique turc a été par exemple largement diffusé dans le parc Gezi à Istanbul.

« Atlas des résistances environnementales » diffusé à Gezi. De nombreuses infrastructures de production énergétique y sont indiquées (centrales nucléaires, thermiques, hydroélectriques, solaires et éoliennes …) - Source voir ici
« Atlas des résistances environnementales » diffusé à Gezi. De nombreuses infrastructures de production énergétique y sont indiquées (centrales nucléaires, thermiques, hydroélectriques, solaires et éoliennes …) – Source voir ici

Il semblerait donc que la rhétorique politique du « patriotisme énergétique » – l’intérêt général de la nation dans sa fuite en avant vers la modernité imposerait naturellement le sacrifice de l’intérêt particulier de quelques territoires – ne suffise pas toujours à convaincre les populations autochtones, héritières et garantes des écosystèmes locaux. Les enjeux environnementaux et énergétiques s’inscrivent donc bel et bien, eux aussi, au cœur des revendications autour d’une plus grande démocratie locale en Turquie.

Pour aller plus loin :

Hamsici M., 2011, Dereler ve İsyanlar, Nota Bene Yayınlar, Ankara


[1] Selon le plan stratégique 2010-2014 du ministère de l’Energie et des Ressources naturelles

Le Voyage en Asie Mineure de Léon de Laborde. De Constantinople au Taurus et à la côte de Cilicie

laborde_erdalVoyage en Asie Mineure de Léon de Laborde. 
Le Blanc : Amis de la Bibliothèque Municipale du Blanc
2013
978-2-9542107-1-1
20€

L’ouvrage Voyage en Asie Mineure de Léon de Laborde publié par Les Amis de la Bibliothèque Municipale du Blanc (288p.) accompagne l’exposition au Moulin de la Filature dans la ville de Blanc (Indre) sur le voyage de Léon de Laborde en Anatolie (8 juin – 28 juillet 2013).

Laborde était un archéologue et homme politique français. Sa passion de l’histoire et de l’histoire de l’art le mena à exercer les fonctions de conservateur au Louvre (1847-1854), puis de directeur des Archives de l’empire (1857-1868). À la suite de la guerre d’indépendance grecque (1821-1830), l’Empire ottoman devint un objet de grande curiosité et de débat. Stimulant par la suite des Européens lettrés, à l’instar d’Alphonse de Lamartine ou Gérard de Nerval, à explorer les territoires ottomans, Laborde effectua des voyages dans différentes régions de l’Empire ottoman dans les années 1820 et 1830 où il prépara de nombreuses planches, principalement des monuments historiques et des ruines, publiées en 1838. Laborde s’inscrivait ainsi dans la veine orientaliste du romantisme français et il contribua à la connaissance de l’Empire en Europe. Le livre comporte des planches préparées en Anatolie par Laborde. Elles proviennent des fonds de la Bibliothèque du Blanc et sont annotées par Guillaume Cotinat. L’ouvrage comporte aussi plusieurs gravures, dessins et cartes d’autres voyageurs français dans l’Empire ottoman au XIXe siècle. Il fait suite à une publication parue en 2010 qui a regroupé les planches que Laborde a réalisées lors de ses voyages en Syrie, Liban et Palestine. À côté de nombreuses illustrations, le livre est accompagné d’un appareil critique et historique portant sur le sujets suivants : l’histoire de l’Empire ottoman dans la première moitié du XIXe siècle (Erdal Kaynar), le savoir géographique des Européens sur le monde ottoman (Hussein El-Mudarris), les voyageurs occidentaux en Anatolie (Olivier Salmon), analyse de la représentation des autochtones dans le récit de Laborde (Arzu Etensel İldem), l’image de Constantinople dans la littérature romantique française (Sophie Basch), le dessinateur de la Mosquée Sultanahmet Louis-François Cassas (Annie Gilet), les voyages dans l’Empire ottoman d’après les fonds du Musée national de la Voiture et du Tourisme de Compiègne (Jean-Denys Devauges).

Par la richesse de ses illustrations et la diversité des articles qui l’accompagnent, le livre met le parcours de Léon de Laborde dans son contexte historique et représente ainsi plus qu’un simple catalogue d’exposition. Il se présente plus généralement comme un ouvrage sur le phénomène des voyageurs occidentaux dans l’Empire ottoman.

İstanbul Arkeoloji Müzeleri’nin Tophane’de Gerçekleştirdiği Kazılar

8 Temmuz 2013 tarihinde İstanbul Arkeoloji Müzeleri’nin Tophane’de yaptığı kazıyı gezdim. Kazılara konu olan yer, Meclis-i Mebusan caddesinin batı kenarında dar ve uzun ve de eğimli, dikdörtgen bir alan. Bugüne kadar söz konusu alanın kuzey ucundaki yaklaşık üçte birlik bir kesiminde arkeolojik kazılar gerçekleştirilmiş. Geri kalan bölümün kazısına ancak, alanı batıdan sınırlayan yüksek teras duvarının yarattığı statik sorunlar çözüldükten sonra başlanacağı söyleniyor.

Kazıların konumu (Müller-Wiener 2001'den)
Kazıların konumu (Müller-Wiener 2001’den)

Kazı yapılan bölümde, yapı tekniğinden ve taban üstü buluntularından yola çıkarak arkeologların MS 6.-7. yy’a tarihlediği büyükçe bir yapının kalıntıları açığa çıkmış. Gerek oldukça iyi korunmuş bir praefurnium‘un varlığı, gerek çeşitli su künklerinin bulunması, gerekse açığa çıkan birkaç havuz, zemini ve duvarları beyaz mermer döşeli bu mekanların bir hamama ait olabileceğini akla getiriyor. Bunun sivil (konak/saray) ya da dinsel (manastır) nitelikli bir yapı kompleksine ait olduğunu düşünmek pek yanlış olmayacaktır zira alanın 2/3’lük kazısı yapılmamış bölümünde de, yamacın eğimi üzerinde bu yapıların devamına ait benzer yapı tekniği ortaya koyan duvarlar ve tonozlar görülüyor. Yeniden inşası gündeme getirilen İmalat-ı Harbiye Mektebi’nin, bu duvarları yer yer temel olarak kullanmış olduğu gözlemleniyor.

Dikkat çekici bir diğer husus da, “hamam” yapısının arazinin eğimi tarafında yer alan ve dolayısıyla teras duvarı işlevini gören duvarlarından birinin içine gömülü mermer bir Bizans lahtinin bulunuyor olması. Görüldüğü kadarıyla hamam inşa edilirken söz konusu lahit yerinden kaldırılmamış, aksine, yamacın üst tarafındaki toprakların yarattığı yanal yükü iyi karşılayacağı düşünülerek teras duvarının içine dahil edilmiş.

Kalıntıların 1970'lerdeki görünümü (Eyice 1976: Fig. 5)
Kalıntıların 1970’lerdeki görünümü (Eyice 1976: Fig. 5)

Bugüne kadar kazısı yapılmış 1/3’lük kesimde açığa çıkmış olan kalıntılar ve geri kalan bölümde toprak üstünde görülen duvar ve tonozlar, Mimar Sinan Güzel Sanatlar Üniversitesi’nce İmalat-ı Harbiye Mektebi’nin yeniden inşa edilmek istendiği alanın tümünde Erken Bizans dönemine ait kapsamlı kalıntıların bulunduğunu ortaya koymakta ve Semavi Eyice’nin 70’li yıllarda ortaya koyduğu görüşleri teyit etmekte (Bizans Devrinde Boğaziçi, İstanbul 1976: s.19-20). Bu durumda söz konusu mektep binasının yeniden inşa edilmesinin bu kalıntıların yok olmasına ya da büyük ölçüde tahrip olmasına yol açacağı kesin. Kaldı ki bu binanın elde doğru dürüst rölöveleri bulunmamaktadır. Ortaya çıkacak olan yapı gerçeği yansıtmaktan çok bir hayal ürünü olmaktan öteye gitmeyecektir. Üstelik binanın önemli bir bölümünün bugünkü tramvay caddesinin geçtiği yerde bulunması nedeniyle, yapının tümünü yeniden inşa etmek mümkün olmayacaktır.

Les fouilles du Musée archéologique d’Istanbul à Tophane

Le 8 juillet 2013 j’ai visité les fouilles effectuées par le Musée archéologique d’Istanbul à Tophane. Les travaux sont conduits dans un terrain vague de forme rectangulaire allongée et en forte pente, situé le long de l’avenue Meclis-i Mebusan du côté ouest. Jusqu’aujourd’hui seul a pu être fouillé un secteur correspondant en gros à 1/3 du terrain à l’extrémité nord. Selon les archéologues responsables le reste sera fouillé une fois que les problèmes statiques créés par le haut mur de terrasse qui domine le terrain du côté ouest seront résolus.

Emplacement des fouilles (d'après Müller-Wiener 2001)
Emplacement des fouilles (d’après Müller-Wiener 2001)

Dans la partie fouillée sont apparus les vestiges en assez bon état d’un grand bâtiment que les fouilleurs datent des 6e-7e s. ap. J.-C. d’après sa technique de construction et le matériel recueilli sur les sols. La présence d’un praefurnium assez bien conservé, les diverses canalisations et tubulures que l’on voit par endroits sous le revêtement de sol, de même que l’existence de quelques bassins rectangulaires pourraient indiquer que ces espaces dallés de marbre et dont les murs étaient revêtus de plaques de marbre blanc -du moins dans leur partie basse conservée-, appartenaient à un édifice thermal. Il ne serait pas faux de dire que ces thermes faisaient partie d’un complexe plus vaste à caractère séculaire (hôtel particulier ou palais) ou sacré (monastère), car au sud, des vestiges de murs et de voûtes qui présentent une technique de construction similaire et qui donc pourraient appartenir au même complexe sont visibles en surface dans le secteur non encore  fouillé. On constate que ces vestiges ont servi par endroits de  fondation aux murs de l’École de manufacture militaire (İmalat-ı Harbiye Mektebi) dont la reconstruction à l’identique est à l’ordre du jour.

Une autre découverte remarquable est constituée par un grand sarcophage byzantin de marbre blanc, incorporé dans l’un des murs de l’édifice thermal situé du côté de la pente et qui donc servait aussi comme mur de terrasse. Le sarcophage n’a apparemment pas été déplacé au moment de la construction des thermes. Il a été au contraire délibérément laissé en place et incorporé dans le mur de terrasse, son poids considérable pouvant aider à contrecarrer la poussée latérale des terres en haut de la pente.

Vue des vestiges dans les années 70 (Eyice 1976: Fig. 5)
Vue des vestiges dans les années 70 (Eyice 1976: Fig. 5)

Les restes mis au jour dans le tiers fouillé du terrain ainsi que les ruines visibles en surface dans le secteur non encore fouillé montrent que l’emplacement de l’École de manufacture militaire, bâtiment ottoman détruit au milieu du siècle dernier dont la reconstruction à l’identique est projetée par l’Université des Beaux-Arts Mimar Sinan, est occupé dans sa totalité par d’importants vestiges datant de l’époque byzantine, comme le soulignait déjà Semavi Eyice dans les années 70 (Bizans Devrinde Boğaziçi, Istanbul 1976. pp. 19-20). Il est donc certain que la reconstruction de cet édifice entraînera la destruction totale ou partielle de ces vestiges archéologiques. Par ailleurs il faut dire que le manque de documentation (plans, relevés ou photos) ne permettra jamais une reconstruction à l’identique de ce bâtiment ottoman : le résultat ainsi obtenu sera forcément en grande partie le fruit de l’imagination des architectes contemporains. De plus, comme cet édifice détruit empiétait en grand partie sur l’avenue moderne attenante – il a été en fait démoli pour élargir celle-ci -, il est pratiquement impossible de le  reconstruire dans sa totalité.

Selam ou la mise en scène de l’action du mouvement de Fethullah Gülen à l’étranger

selam

« L’homme blanc peut-il être bon ? » se demande au début du film un enfant sénégalais face à l’indifférence des Occidentaux. C’est à cette question que le film Selam s’évertue de répondre au cours d’une démonstration implacable d’1h49 : « Oui, l’homme blanc peut être bon : cet homme est turc ».

Ce film présente les parcours parallèles de 3 enseignants turcs  se rendant dans des régions difficiles du monde pour enseigner au sein d’écoles turques : l’un en Afghanistan, l’autre au Sénégal, le dernier en Bosnie-Herzégovine. Ils n’ont qu’un mot à la bouche, « fedakarlık », le sacrifice. Car ces jeunes gens sont de pieux musulmans et font partie de l’« Hizmet » (« le service » qui permet de désigner le mouvement fondé à la suite de  Fethullah Gülen, penseur religieux très influent en Turquie et dans le monde).1

Ce qui est intéressant ici c’est que ces trois héros et les pays dans lesquels ils se trouvent sont interchangeables. Chacun se retrouve comme parachuté dans trois régions éloignées les unes des autres et pourtant ces pays semblent tous marqués par la misère, l’ignorance et l’intolérance. Les tenues vestimentaires, les salles de classes et l’enseignement au sein de ces écoles turques sont identiques (la première leçon consiste à apprendre la salutation musulmane, Selam, symbole de dialogue et de tolérance). Les trois enseignants traversent des épreuves mettant en scène les sacrifices faits pour « amener  la lumière là où règne l’obscurité».2

Commence alors la mise en scène de l’action du mouvement de Fethullah Gülen dans le monde, où se retrouvent pêle-mêle références patriotiques, ce « memleket » turc tant aimé (symbolisé par la figure du militaire turc en Afghanistan), conservatisme social, et bons sentiments.  Ici, l’humanitaire se nomme Kimse Yok mu ? (une ONG proche du mouvement Gülen), les enfants parlent turc dans les écoles et les conflits religieux sont résolus par le dévouement des enseignants.  Les olympiades de langue turque constituent le couronnement de ce grand mouvement mondial où des enseignants et leurs élèves se rassemblent à Istanbul pour célébrer autour d’une chanson de türkü (Haberin var mı ?) l’avènement d’un nouveau village global  labellisé « Gülen ».

Il convient de placer ce film dans le contexte actuel : les écoles turques du mouvement de Fethullah Gülen, aujourd’hui présentes dans plus de 130 pays, jouent un rôle prépondérant dans l’influence turque à l’étranger. Ainsi, le 17 mars 2013, le conseiller au ministère des affaires étrangères Naci Koru déclarait que les écoles turques étaient désormais l’acteur principal de la politique étrangère turque.3

On note donc la dimension performative de la représentation faite par le film de l’action turque à l’étranger. Le film met en scène une présence turque efficace (les enfants de ces écoles parlent tous le turc et rêvent d’aller en Turquie), appréciée (la partie sénégalaise du récit permet de mettre en œuvre une distinction entre l’action des « autres blancs » (les Occidentaux) qui « prennent tout et ne donnent rien » et celle des Turcs, mus par l’altruisme), et multi-facette. En effet, tous les acteurs de la présence du mouvement de Gülen à l’étranger sont mis en scène : la branche humanitaire avec l’action de l’ONG Kimse Yok mu ?, la branche éducative avec les écoles turques et la branche commerciale avec les hommes d’affaires de passage. Il est intéressant de noter l’absence de représentation des acteurs diplomatiques turcs. Ici, la transmission d’une « certaine idée » de la Turquie se fait par le bas, par les acteurs du mouvement Gülen dévoués au quotidien à la « cause » (dava en turc).

Le film, diffusé dans près de 280 salles turques et 6O salles européennes (notamment en Allemagne), a déjà attiré plus de deux millions de spectateurs, témoignant encore une fois de la forte capacité du mouvement Gülen à mobiliser ses sympathisants.4 Par ailleurs, le producteur Sabri Koç a annoncé qu’il reverserait l’équivalent des recettes engrangées par le film Selam dans 140 salles de cinéma à l’ONG Kimse Yok mu afin de construire des puits dans plusieurs pays d’Afrique (Sénégal, Niger, Burkina Faso, Somalie, Cameroun, Soudan, Tchad, Pakistan).5

Cliquez ici pour voir la bande-annonce du film « Selam »


  1. En avril 2013, Fethullah Gülen est apparu dans la liste du Time rassemblant les 100 personnes les plus influentes au monde []
  2. « Türk okullarına ‘Selam’ olsun », Zaman, 20 janvier 2013 []
  3. «Türk okulları, dış politikanın en önemli aktörü», Zaman, 17 mars 2013 []
  4. « Selam filmi, 7 haftada 2 milyon izleyiciyi geçti», Zaman, 20 mai 2013 []
  5. « Selam’ın gösterildiği 140 salonun geliri Afrika’ya akacak», Zaman, 11 avril 2013 []

Territoires de l’éolien en Turquie : exemple de la ferme éolienne de Balıkesir

Le ministre de l’Énergie et des Ressources naturelles, M. Taner Yıldız, a inauguré samedi dernier, la plus grande ferme éolienne de Turquie dans la province de Balıkesir. La médiatisation de l’événement a été une bonne occasion pour cette figure politique de révéler au grand jour la matérialisation des efforts nationaux en vue de la promotion des énergies renouvelables. Cette inauguration tombait à point nommé puisque, quelques jours auparavant, la presse avait fait écho de l’incapacité de nombreuses compagnies privées à développer des centrales éoliennes alors qu’elles avaient auparavant reçu des licences d’exploitation. Sur les 271 licences attribuées par l’EPDK (9,525 MW de capacité), seules 63 centrales éoliennes sont actuellement en opération pour une puissance installée de 2,367 MW (Hurriyet Daily News, « Last call for license return to ‘inactives’ in Turkey’, 29/04/13). Il semblerait que l’engouement de certaines entreprises turques pour les énergies renouvelables ne s’accompagne pas toujours du savoir-faire technique et logistique requis pour mener à bien de tels projets.

balikesir01
Photo : E.A

Concernant la ferme de Balıkesir, la société turque EnerjiSA1 qui détient la licence d’exploitation du site, n’a pas été impliquée dans la construction et l’installation des éoliennes. Le contrat signé par EnerjiSA et un consortium industriel composé de firmes étrangères a permis à l’entreprise de récupérer le projet clé en main. L’entreprise américaine General Electric était chargée de produire les éoliennes2 et les acheminer jusqu’au port de Bandırma, l’entreprise française Cegelec s’est occupée de la partie génie civil (construction des routes, plateformes, câbles et lignes électriques, centrale…) et de la supervision du montage des éoliennes et enfin l’entreprise turque GETSAS s’est occupée des tests pré-opérationnels avant la mise en service. Au total, 153 millions d’euros ont été investis par EnerjiSA. La production d’électricité a débuté dès l’été 2012 avec la mise en service des premières éoliennes. La capacité totale de production des 52 éoliennes s’élève à 143 MW (52 X 2,75MW).

balikesir02
Source: Hurriyet Daily News, « Enerjisa launches largest Turkish wind farm plant », 11/05/13

Suite à la lecture de quelques articles mentionnant l’inauguration de cette ferme éolienne, un élément nous a interpellé. La ferme de Balıkesir est en effet toujours présentée comme un espace de production électrique quasi-désincarné, qui n’agit qu’à et que pour l’échelle nationale, en soutenant la croissance économique du pays. Il n’est jamais fait référence à une territorialité plus locale c’est-à-dire à ces 56 ha de terrains situés à 16 km au nord-est de Balıkesir, réquisitionnés pour l’implantation des éoliennes. Élément symptomatique de cette déterritorialisation, seules des photographies présentant sur une estrade les personnalités importantes conviées à l’occasion de l’événement servent d’illustration aux articles de presse. Pourtant, ici comme ailleurs, c’est à cette échelle que des micro-conflits locaux sont apparus suite aux réagencements des appropriations territoriales.

Afin de profiter au maximum de l’exposition au vent, les éoliennes ont été implantées sur des crêtes collinéennes (Photo : E.A)
Afin de profiter au maximum de l’exposition au vent, les éoliennes ont été implantées sur des crêtes collinéennes (Photo : E.A)
Carte d’implantation des éoliennes  (Source : rapport technique disponible sur http://www.enerjisa.com.tr)
Carte d’implantation des éoliennes (Source : rapport technique disponible sur http://www.enerjisa.com.tr)

L’une des principales sources de conflits semblerait être liée à la question du foncier. 67% des terres retenues dans le périmètre sont des terres de pâturages, 11% des terres privées, 10% des forêts et 12% du foncier dispose d’un statut flou car non enregistré au cadastre. Diversité de la nature du foncier qui traduit également une diversité des statuts juridiques, des valeurs économiques mais aussi des acteurs concernés et des pratiques associés à l’espace. Les propositions de rachat ou les processus d’expropriation menés par EnerjiSA n’auraient vraisemblablement pas toujours satisfait certains bergers-éleveurs-agriculteurs de trois villages situés à moins d’un kilomètre des éoliennes (Eşeler, Karakaya, Ayvatlar). Bien que la contestation locale ne semble pas avoir eu le même impact médiatique que celle d’Hasankeyf (barrage hydraulique) ou de Sinop (centrale nucléaire), ici aussi des formes de protestation – sans doute trop éphémères et esseulées – ont rythmé le quotidien des travailleurs de l’éolien : mise en place de barrages pour bloquer l’accès des camions aux plateformes des éoliennes, vol de câbles, décharges régulières de fientes de poulet à proximité des bureaux de travail.

Berger rencontré sur l’une des routes créées pour relier les plateformes éoliennes (Photo E.A)
Berger rencontré sur l’une des routes créées pour relier les plateformes éoliennes (Photo E.A)

Les villageois ont également fait part de leur mécontentement vis-à-vis de l’impact environnemental du projet. Outre les nuisances sonores et la gène occasionnée par le trafic des camions3, censées être temporaires, la construction d’environ 30 km de routes d’accès aux plateformes éoliennes est accusé par les habitants d’être la cause des inondations subies pour la première fois dans le village d’Eşeler, l’hiver dernier. En effet, l’imperméabilisation des routes souvent construites à flanc de collines a demandé la mise en place d’un système de déversement des eaux de pluie en aval des pentes jusqu’au village situé en contrebas. À la lumière de cet incident et face à l’envergure du projet, c’est la question de l’efficacité des études d’impact qui est posée. La neutralité de ces études commandées par EnerjiSA à un bureau d’étude serait douteuse selon les dires d’un des techniciens rencontrés, tout du moins la manière dont elles ont été dirigées ne serait pas dénuée d’ambiguïtés.

Nouvelles routes construites au premier plan et village d’Eşeler en contrebas des pentes (Photo E.A)
Nouvelles routes construites au premier plan et village d’Eşeler en contrebas des pentes (Photo E.A)

Afin d’anticiper la création d’une mobilisation de plus grande ampleur, dès le début du projet, l’entreprise EnerjiSA avait compris l’importance stratégique de ne pas agir sans intégrer et faire participer les populations locales. Des négociations avec les muhtar des différents villages auraient permis la rénovation d’une mosquée et d’une école, des villageois ont pu également être embauchés sur les sites en tant que gardien de sécurité, cuisiniers ou femmes de ménage.

École rénovée par le groupe EnerjiSA (Photo E.A)
École rénovée par le groupe EnerjiSA (Photo E.A)

À l’heure où les infrastructures énergétiques s’implantent à une allure impressionnante un peu partout sur le territoire turc, la rapide esquisse des rapports de forces institués à la lumière de l’implantation de la ferme éolienne à Balıkesir illustre la nécessité de considérer plus finement ces territoires locaux, en se détachant de la focale d’analyse nationale trop souvent mobilisée. Territoire d’adoption ou territoire d’imposition, suite à l’implantation de telles infrastructures, les altérations sociales et environnementales ne sont de toute façon jamais nulles à l’échelle locale.


  1. EnerjiSA résulte d’un partenariat entre la holding Sabancı et l’entreprise allemande E.On spécialisée dans le secteur de la production électrique. EnerjiSA est déjà exploitant de deux autres centrales éoliennes à Çanakkale (30 MW) et Dağpazarı (39 MW). L’entreprise est par ailleurs exploitante du réseau de distribution d’électricité de la partie anatolienne d’Istanbul, de la province d’Ankara et d’Adana. L’entreprise gère également 5 centrales hydroélectriques (227 MW) et 5 centrales thermiques (1,385 MW) []
  2. Les nacelles ont été produites en Allemagne, les pales au Brésil, les transformateurs en Chine, les tours en Turquie []
  3. Une des sources de tensions a notamment concerné la perte de nombreuses volailles écrasées sous les roues des camions, ce qui peut sembler à première vue être un détail anodin mais qui ne l’est pas pour des villageois aux ressources financières limitées. []

Compte Rendu de Séminaire « Perceptions des migrants internationaux en Turquie »

sem_bilgiLe 12 avril 2013 s’est tenu à l’université de Bilgi un séminaire portant sur la perception des migrations et des migrants internationaux en Turquie. Organisée en partenariat avec l’Organisation Internationale des Migration (OIM), cette journée d’étude avait pour but de discuter d’un aspect encore trop peu renseigné. La plupart des études portant sur les migrations vers la Turquie n’abordent que brièvement ce sujet et les questions qu’il soulève. Notons deux tendances chez les participants : certains ont mis l’accent sur les points positifs (tradition d’accueil, fraternité…) ; d’autres l’accent sur le versant négatif (discrimination, racisme, xénophobie), tendance qui a finalement été la plus lourde. Tout en restant en dehors des polémiques, les participants ont largement débattu de ce point.

L’introduction du séminaire, prononcé par Ayhan Kayadirecteur de l’institut Européen à l’université de Bilgi et auteur de nombreux articles sur le sujet (Kaya, 2011; Kaya, 2010) – a jeté les bases d’une réflexion à la fois pragmatique et philosophique en s’inspirant de la philosophie de Lévinas. Partant d’une analyse étymologique et historique du terme « tolérance », il a montré à quel point l’usage du terme reposait sur un mythe aux racines historiques profondément enfouies, dénonçant par là même le mythe de l’hospitalité comme l’avaient auparavant fait d’autres universitaires (Rosello, 2002). En Turquie, le mythe de la tolérance reposerait aujourd’hui principalement sur la réinterprétation du système ottoman des Millet (communautés). Ce dernier permettait alors un respect des différentes pratiques religieuses mais autorisait aussi des pratiques discriminantes (notamment lors de la levée des impôts) au sein de l’Empire (Georgeon, 2010). En dépit du fait que ce système est complètement abandonné par les élites républicaines, ce système continue étrangement de faire référence dans les discours actuels lorsqu’il s’agit de parler de tolérance et de diversité en Turquie. Dans la ligné des travaux d’Étienne Balibar sur les rapports établis entre race et nationalité par la construction des États-nations (Balibar, 2007), Ayhan Kaya s’est interrogé sur la capacité de la Turquie contemporaine à accueillir l’étranger, largement marquée par le processus d’homogénéisation nationale des premières décennies de la république.

Par la suite, Emre Erdoğan et Pınar Uyan Semerci (université de Bilgi) ont présenté leurs analyses des résultats d’une étude quantitative internationale (World Values Survey), qui souligne une certaine hostilité envers les migrants en Turquie. Aslı Tunç et Itır Erhart (université de Bilgi) ont présenté les conclusions d’un veille d’actualité réalisée au cours de l’année 2012 et portant sur la couverture médiatique des femmes issues de l’ex-URSS dans les plus grands journaux turcs (Hürriyet, Zaman, Posta, Sabah et Milliyet). Cette approche qualitative a montré à quel point les stéréotypes dégageant une image négative des migrant(e)s issu(e)s de l’ex-URSS étaient véhiculés et relayés par la presse nationale. Elles ont également montré que le discours accompagnant les articles de presse était généralement hostile à la présence des migrants, corroborant les analyses de E. Erdoğan et de P. Semerci.

Brigitte Suter (université de Malmö) s’est de son coté intéressée au ressenti des migrants quant à leur propre perception par la société turque. Au travers des entretiens avec des migrants Africains, elle a su montrer en quoi la « race » (en tant que construit socio-historique) était une catégorie pertinente pour étudier les rapports entre migrants et nationaux en Turquie. Au niveau théorique, il a été précisé que les enjeux scientifiques portent  principalement sur la spécificité des phénomènes observés : quel sens peuvent avoir les concepts de racisme ou encore de xénophobie en Turquie ? Sur ce sujet, Barbara Pusch (Orient-Institut Istanbul) a apporté une réflexion intéressante sur les usages que nous faisons des concepts, le premier d’entre eux étant « migrant » (göçmen). Elle a souligné à travers son expérience de terrain que ces statuts étaient construits socialement et qu’il existait en Turquie une forme de hiérarchie des étrangers, encore mal connue des universitaires (göçmen, muhacir, gurbetçi, yerleşik yabancı…).

À l’instar du discours d’ouverture d’Ayhan Kaya, de nombreuses communications ont évoqué les migrations qui ont suivi l’effondrement de l’Empire ottoman et qui ont participé à la construction de l’État-nation turc. Ces migrations ont largement dépendu de la loi relative à l’installation des immigrants (İskan Kanunu – n°5543) qui stipulait que les immigrants devaient être turcophones et de « race turque », littéralement, des congénères (soydaş). Barbara Pusch a notamment rediscuté de l’impact de ce processus historique sur la perception des migrants. En citant Danış et Parla (2009), elle a  tout d’abord rappelé que cette loi n’était plus appliquée depuis le début des années 90, puis s’est ensuite interrogée sur la différence de traitement qui pouvait subsister entre migrants internationaux « non-turciques » et migrants « turciques » au sein de la société turque. Brigitte Suter, en citant Ergin (2008), est revenue sur l’utilisation de la race par les autorités turques lors des premières années de la République, en appuyant sur le fait que idéologie nationaliste avait été à l’origine d’un discours racial dont on pouvait aujourd’hui interroger les prolongations. À travers des données empiriques, elle a montré que les migrants africains se percevaient comme « racialisés » et comme affiliés à un certain nombre de clichés persistant sur le continent africain (famine, pauvreté…). À cet égard, le slogan de la banderole des supporters de Trabzon Spor fut parlant : « En Afrique, c’est de faim qu’ils meurent, nous, c’est d’amour pour Trabzon Spor » (« Afrika açlıktan, biz Trabzon aşkından öldük »). Faits spontanés, faits divers ? La plupart des participants s’accordent à dire que ces phénomènes de racisme/xénophobie, bien que difficiles à objectiver, ne devraient pas être ignorés par les sciences sociales. Idée que nous retrouvons chez Frantz Fanon lorsqu’il assimile le racisme à une pratique quotidienne triviale dépendante d’un contexte plus large : « Le racisme n’est pas un tout mais l’élément le plus visible, le plus quotidien, pour tout dire, à certains moments, le plus grossier d’une structure donnée. » (Fanon, 2006, p. 39).

Enfin, sur le plan juridique, les enjeux relatifs à l’application de la nouvelle loi votée au parlement la même semaine – nouveau cadre légal du statut des étrangers en Turquie (Uluslararası ve Yabancılar Koruma Kanunu, loi n°6458) – ont largement étaient évoqués par les participants. En dépit d’un manque de certitude sur les modalités d’application de la loi, tous se sont montrés convaincu des changements amorcés par la Turquie en matière de protection et d’encadrement des étrangers. La protection octroyée aux étrangers par cette loi, qui demeure insuffisante selon certaines ONG, devrait néanmoins leur garantir une protection accrue qui ne dépendra plus de circulaires ministérielles et qui ne devrait plus faire l’objet d’une application discrétionnaire (pour plus de précisions, voire Soykan, 2012). Les dispositifs visant à encadrer la présence des étrangers se multiplient – en particulier dans le cadre de l’application des acquis européens (Fait, 2012) -, et tendent vers un encadrement accru des pratiques migratoires et vers une politisation croissante de ces questions au niveau national  (Bilgili, 2012).

Au-delà de ces débats théoriques, notons également la présence d’institutions tel que l’OIM (Organisation Internationale pour les Migrations), coorganisateur de l’événement, ou encore d’ONG, dont certains membres ont pris la parole pour présenter des études quantitatives (Selda Alp / Eşit Haklar İçin İzleme Derneği (EŞHİD), Ibrahim Vurgun Kavlak / Association for Solidarity with Asylium Seekers (ASSAM)). Une présence qui semble confirmer l’idée que les questions théoriques/pratiques relatives aux phénomènes migratoires en Turquie intéressent un nombre croissant d’acteurs d’horizons divers.

Bibliographie sélective

Tour d’horizon de l’actualité énergétique de la Turquie 2012-2013

La feuille de route politique et économique du gouvernement AKP intitulée « Vision 2023 », en référence au futur centenaire de la République turque, se traduit pour le secteur énergétique par une inflation discursive. Ce secteur est d’autant plus stratégique que les perspectives de croissance économique présentées par ailleurs au travers de cette Vision 2023 requièrent de facto une consommation de plus en plus importante d’énergie. Il est attendu en effet que la demande énergétique du pays – qui enregistre déjà le second plus haut taux de consommation énergétique derrière la Chine – double dans la décennie à venir, soit une croissance annuelle prévue entre 6 et 9%. De ce contexte résulte une actualité énergétique très riche dont la présente note sélectionne quelques enjeux.

1) Du hub diplomatique au « deal énergétique »

L’examen d’une géopolitique de l’énergie spécifique à la Turquie se traduit par le recours systématique au qualificatif de hub ou pont énergétique qui traduit le rôle de synapse du territoire turc entre pays producteurs de ressources énergétiques d’un côté et pays consommateurs de l’autre. L’État turc utilise cet avantage géostratégique au service de sa diplomatie et de son émergence politique et économique dans la région. En première main, ce type d’analyse se prête par exemple parfaitement à une lecture du processus d’apaisement engagé par Israël vis-à-vis de la Turquie suite aux excuses officielles de Benyamin Netanyahou présentées le 22 mars dernier à l’encontre de son homologue turc Recep Tayip Erdoğan (voir ici). Durant une récente conférence sur les enjeux énergétiques tenue à Ankara, les propos d’un émissaire israélien spécialement mandaté pour l’occasion, sont explicites : « Peut-on utiliser l’énergie, peut-on utiliser le gaz au-delà de sa valeur commerciale au service de la politique, au service de la diplomatie ? »1. Dans l’optique d’exporter le gaz naturel découvert aux larges de ses côtes en 20092, cette tentative d’apaisement des relations avec la Turquie nous laisse donc penser qu’Israël aurait choisi le terminal de Ceyhan comme débouché d’un pipeline sous-marin. Dès lors, le refus actuel du ministre de l’Énergie turc d’entamer des pourparlers à propos de ce projet tant que les relations diplomatiques ne seront pas officiellement stabilisées, peut s’analyser comme une illustration de la puissance et de la confiance nourries de cette situation géostratégique. Alors que paradoxalement, la Turquie cherche à accroître et diversifier ses importations de gaz naturel, la position de hub énergétique semble effectivement légitimer à elle seule l’assurance affichée par les responsables politiques turcs. Toutefois, ces conjectures géopolitiques ne nous renseignent guère sur les conséquences « collatérales » qu’implique cette situation bipolaire de la Turquie qui est à la fois dépendante de ses voisins pour sa consommation mais dont dépendent ses voisins pour faire transiter leurs réserves. En coulisse ces « deals énergétiques » – accords plus ou moins tacites qui impliquent également des acteurs économiques privés potentiellement proches du pouvoir – ne pourraient-ils pas par exemple contribuer à expliquer les sommes impressionnantes investies en Turquie par SOCAR Turkey Enerji , filiale de la compagnie pétrolière nationale d’Azerbaïdjan (voir ici) et ce notamment à la lumière du projet de gazoduc transfrontalier TANAP. Dernier exemple en date, SOCAR vient de racheter au mois d’avril 2013, le groupe Star Media –  dont font partie le journal éponyme et la chaine télévisée Kanal 24 – propriétaire de l’homme d’affaire Fettah Tamince, également fondateur de la chaine d’hôtel Rixos et connu pour ses proches relations avec le premier ministre turc en personne.

2) Vers une production énergétique décarbonée ?

Malgré une capacité de production d’électricité installée qui a pratiquement doublé en Turquie ces 10 dernières années – de 32000 MW en 2002 à 57000 MW en 2012 – le pays connaît toujours des cycles de tensions électriques notamment l’été. Un pic de consommation a été atteint au mois de juillet dernier (752,7 millions de KW soit 11% de plus qu’en juillet de l’année précédente) du fait notamment de l’utilisation massive des appareils de climatisation. La Turquie s’est vue contrainte d’acheter de l’électricité à la Géorgie et à la Bulgarie en prévention d’éventuelles coupures de courant. Concernant le gaz naturel, cet hiver, un pic de consommation à été atteint (187 millions de m3) dont 1/5 est le seul fait d’Istanbul. En vue de répondre à cette demande croissante, tirer massivement avantage du potentiel des énergies renouvelables encore peu exploitées en Turquie semblerait une solution envisagée. L’autorité régulatrice du marché électrique (EPDK) prévoit ainsi d’accorder d’ici 2023 plus de 3000 MW de capacité de production d’électricité à partir du solaire. La construction de la première centrale à tour solaire vient par exemple d’être achevée à Mersin.

greenway_mersin
Figure 1: 50 millions de $ ont été investis par Greenway pour la 1ère ferme solaire de Turquie (cliché pris en mars 2013)

Les objectifs concernant l’éolien sont de même envergure. Durant les mois prochains, est notamment planifiée l’inauguration de 52 turbines éoliennes à Balikesir – la plus grande ferme éolienne de Turquie – avec une capacité totale de production de 143 MW. Ces investissements doivent conduire la Turquie à produire 30% d’électricité à partir des ENR en 2023. Au même moment, le nucléaire devrait contribuer pour 10% de la production nationale. La centrale d’Akkuyu financée, construite et gérée par les Russes (voir ici) devrait entamer sa production en 2019. Concernant la seconde centrale à Sinop, seuls un consortium franco-japonais (Mitsubishi-Areva) et une entreprise chinoise (Guangdong holding) seraient encore en lice pour remporter l’appel d’offre. Selon les dirigeants politiques turcs, ces choix de production se légitiment notamment par leur faible teneur en carbone. Pourtant, cette ruée vers ces nouvelles énergies ne doit pas cacher une autre réalité dont l’impact environnemental est beaucoup moins flatteur.

couv_hazard
Figure 2 : “Quand le charbon turc sera-t-il découvert?” (Dernier numéro du magasine publié par le Caspian Strategy Institute, think-thank basé à Istanbul dont l’objectif est de développer les connaissances sur la région caspienne autour des sujets spécifiques de la sécurité énergétique et des relations internationales)

Toujours guidée par cette volonté de réduire sa dépendance envers ses voisins – 90% du charbon provient d’Afrique du Sud, Colombie, Russie et d’Ukraine pour un coût estimé à 964 millions de dollars- la Turquie prospecte massivement son territoire à la recherche d’énergie fossile. Une réserve de charbon comptant pour 40% des réserves nationales sera prochainement exploitée par une entreprise des Émirats Arabes Unis dans la province de Kahramanmaraş. 1,8 billions de tonnes de charbons viennent d’être découverts dans la province de Konya, auquel il faut ajouter une découverte d’une possible réserve de 510 millions de tonnes par le ministère de l’Énergie en Thrace. Alors que la Turquie possède également des réserves importantes de lignite de très faible qualité énergétique, l’entreprise nationale TKI, dont l’activité économique a durement été touchée depuis l’utilisation massive du gaz naturel, se reconvertit désormais dans la valorisation du gaz synthétique dans la région égéenne (bassin minier de Manisa et Küthaya). Ces données prouvent que la valorisation des ressources minières est devenue priorité nationale, Taner Yıldız – le ministre de l’Énergie et des Ressources naturelles – ayant officiellement annoncé que le charbon devrait contribuer pour 30% de la production d’électricité en 2023. Les conséquences de cette réorientation de la production énergétique font déjà sentir leurs effets avec une croissance des licences accordées au secteur privé pour construire des centrales à charbon au détriment des centrales thermiques au gaz. Le gouvernement turc s’intéresse également de près au très controversé gaz de schiste en Anatolie centrale dans les provinces d’Ankara, Konya et Kirşehir. A noter enfin qu’une prospection importante concerne les ressources pétrolières dans la province de Diyarbakır ou dans les fonds sous-marins de la Mer noire.

3) Tarification sociale et privatisation des réseaux de distribution énergétique

carte_privatisation_elec
Figure 3: “Turkish government rakes in $3.5 bln in power grid tenders”, Hurriyet Daily News, 15/03/13

Après quelques imbroglios juridico-administratifs concernant notamment le réseau de gaz d’Ankara et le réseau d’électricité de la rive européenne d’Istanbul, le processus de privatisation de l’ensemble des réseaux de distribution est désormais abouti.3. Début 2013, la vente des 4 plus importants réseaux a été finalisée. Cela concernait la partie asiatique d’Istanbul, les provinces de Toroslar, Van et Dicle (voir la carte ci-dessus). Il est important de souligner l’hétérogénéité de ces territoires avec des variations importantes concernant le niveau de développement économique, le statut à dominante rurale ou urbaine, le nombre de clients variant entre 458 000 dans la province de Van à 2,4 millions sur la partie asiatique d’Istanbul et un ratio d’électricité piratée variant entre 8% à Istanbul et 70% dans les provinces de l’Est. Au moment où les nouvelles factures délivrées vont commencer à refléter les réorientations stratégiques des entreprises privées, il n’est pas improbable que des tensions apparaissent entre ces dernières et les élites politiques locales, soucieuses de ne pas se couper de leur base électorale si elle venait à subir les effets négatifs de ces nouvelles mesures. Ceci a par exemple conduit à l’annulation en 2010 d’une première tentative de privatisation du réseau de Dicle. Les désaccords portaient essentiellement sur la mesure des pertes d’électricité captées illégalement. Pour éviter un nouvel échec, l’exploitant ayant remporté le récent appel d’offre (Groupe Iskaya Doğu) a présenté sa volonté de mener une étroite collaboration avec les autorités locales concernant ce problème. Ces questions du captage illégal et de la tarification de l’électricité sont particulièrement sensibles en Turquie notamment depuis qu’un projet de loi porté par l’EPDK au début des années 2000 prévoyait d’indexer régionalement les coûts facturés aux usagers selon le taux de captage illégal d’électricité. Par crainte des conséquences impopulaires d’une telle loi à la veille des élections présidentielles de 2007, le gouvernement AKP avait temporairement suspendu cette mesure jusqu’en 2013. Au vu d’une augmentation généralisée des prix de l’énergie depuis quelques années avec des inflexions à la hausse parfois brutales – en septembre 2012, le 1er ministre turc a annoncé une hausse des tarifs du gaz entre 10 et 15% pour les particuliers et de 9% pour l’électricité qui faisait déjà suite à des hausses de même niveau les mois précédents – les conséquences sociales seraient majeures si une telle mesure venait à être finalement adoptée. L’actualité dramatique des derniers mois à l’échelle de la seule métropole d’Istanbul nous rappelle à quel point l’accès sécurisé à des systèmes techniques fournissant un minimum confortable demeure une question non résolue en Turquie. Du fait d’une installation de gaz défectueuse, une famille entière de 5 personnes et 5 Afghans ont été retrouvés morts asphyxiés au monoxyde de carbone respectivement à Gaziosmanpaşa et Zeyntinburnu. Ce mois-ci la mort de 5 enfants à Esenyurt a été provoquée par un incendie déclenché par une lampe électrique chauffante. La réponse apportée à ce problème par l’exploitant du réseau de gaz naturel d’Istanbul parait bien dérisoire en se contentant de diffuser des messages préventifs. L’intérêt économique y est d’ailleurs difficilement masqué avec la crainte d’une réduction de la consommation de gaz naturel au bénéfice d’autres ressources énergétiques.

gaz_ne_tue_pas
Figure 4: “Le tueur silencieux”. Faites attention au monoxyde de carbone. Ce n’est pas le gaz naturel qui empoisonne mais le monoxyde de carbone. N’oubliez pas que le gaz naturel utilisé de manière adéquate est un combustible très sûr” www.igdas.com.tr

4) « Dönüşümle enerjiyi savurmayan binalar yapacağız » ((« Avec le renouvellement urbain, nous allons faire des logements économisant l’énergie », Milliyet, 17/04/13))

Liée à une autre actualité urbaine, celle qui concerne le gigantesque projet de rénovation urbaine lancée à l’échelle nationale par le gouvernement AKP, les questions de maîtrise et d’efficacité énergétique prennent une nouvelle ampleur au sein des agendas politiques nationaux et locaux. Erdoğan Bayraktar, à la tête du ministère de l’environnement et de l’urbanisation, ancien directeur de TOKI, déclare ainsi que 14 millions de logements ne respecteraient pas des critères standard en terme d’isolation thermique ou de revêtement de façade4. Agir sur la maîtrise énergétique à l’échelle du bâti parait légitime si l’on admet que le secteur résidentiel est responsable d’environ 30% des rejets de CO2 dans l’atmosphère en Turquie. Seuls 6% du parc immobilier turc disposeraient d’une isolation en toiture. Après avoir invoqué l’argument d’utilité publique du risque sismique pour légitimer l’ampleur des rénovations urbaines, et sans doute l’arbitraire du processus de mise en œuvre, il n’est pas exclu que celui de l’efficacité énergétique vienne s’adjoindre au précédent. Durant la conférence d’Ekodesign, Erdoğan Bayraktar s’est exprimé en ces termes « Une fois la rénovation urbaine achevée, nous voulons faire de la Turquie un pays très avancé avec des villes modernes dotées d’espaces verts, de transports organisés, de maisons intelligentes économes en énergie, des villes écologiques. Nous travaillons à ce que l’ensemble des constructions de notre pays soit conçu pour économiser l’énergie »5. Une nouvelle niche commerciale se constitue actuellement autour des figures du « bâtiment intelligent », de la « ville écologique », des bâtiments à « énergies positives ». Preuve de cet intérêt naissant, TOKI s’est engagé à produire « des logements zéro carbone » pendant que les entrepreneurs du bâtiment ont sollicité le TSE (Institution en charge d’édicter les standards à l’échelle de la Turquie) pour créer une certification nationale « bâtiment vert ». Cette manœuvre vise à  contourner la dépendance des certifications internationales LEED et BREAM dont les coûts jugés trop importants– entre 5000 et 100 000 dollars en fonction de la taille des projets standardisés – n’auraient pas un effet incitatif au changement des pratiques de construction.

« Güneş ve rüzgarda potansiyel yatırıma dönüşüyor », Dünya, Enerji Sektör Arastırması (supplément n°21), Novembre 2012
« Dönüsümle enerjiyi savurmayan binalar yapacağız », Milliyet, 17/04/13,
« Esenyurt’ta 5’i çocuk 6 kişi yangında öldü », Milliyet, 21/04/13, p.4
« Turkey’s Star Media Group sold to Azeri oil giant Socar: Report », Hurriyet Daily News, 24/04/13
« Urban transformation to make cities ‘greener’ », Hurriyet Daily News 19/02/13
« Israel sees ‘Med-Streams’ in service of regional diplomacy », Hurriyet Daily News, 12/04/13
« Turkish government rakes in $3.5 bln in power grid tenders », Hurriyet Daily News, 15/03/13
« Turkey’s electricity consumption hits a record », Hurriyet Daily News, 12/07/12


 

  1. « Israel sees ‘Med-Streams’ in service of regional diplomacy », Hurriyet Daily News, 12/04/13 []
  2. Pour une vision complète des tensions à l’œuvre dans la région suite à la découverte de plusieurs réserves off-shores, se reporter au récent article « East mediterranean gas : what kind of a game changer ? » de H. Darbouche, L.El-Katiri, B.Fattouh, NG 71, Dec 2012, Oxfort Institute for Energy Studies []
  3. À notre connaissance, seul le réseau de gaz naturel d’Istanbul (IGDAS) ne le serait pas encore. Le flou persiste cependant avec une procédure d’appel d’offre qui serait vraisemblablement en cours. []
  4. « Urban transformation to make cities ‘greener’ », Hurriyet Daily News 19/02/13 []
  5. « Kentsel dönüşümü tamamlanmış, meydanlara, yeşil alanlara sahip ve ulaşımı düzenli modern şehirler, enerji tasarrufu sağlayan akıllı evler ve ekolokik şehirlerle Türkiye’yi ileri bir seviyeye taşimal istiyoruz. Ülkemizin konut stokunun enerjiyi savurmayan binalardan oluşmasi için calışıyoruz » Milliyet, 17/04/13 []

Les variations régionales du taux de fécondité en 2010/Regional variations of the fertility rate in 2010

On sait le caractère politiquement sensible des questions démographiques dans la Turquie actuelle. Le pouvoir politique s’en saisit fréquemment à travers des déclarations et des mesures qui participent de l’émergence d’une politique nataliste. Cependant, les questions démographiques sont généralement surtout abordées sous l’angle des perspectives de vieillissement – avec les conséquences sur les politiques de retraite – ou sous l’angle des perspectives de croissance de la population globale du pays. Le poids démographique est, dans l’esprit des dirigeants actuels, un indice de puissance et un instrument indispensable de la politique d’influence. La démographie est une composante du soft power alaturca. Il faut peser pour compter et rayonner à l’échelle mondiale.

Pour autant, malgré la taille du pays, les questions démographiques sont rarement abordées sous l’angle territorial, alors même que les discours généraux trouvent rapidement leurs limites dans la persistance – voire le creusement – des différences de comportement et de profils démographiques entre les régions.

TR_fecondite_nut1E
Carte : Pascal Lebouteiller (Atelier de cartographie)/Texte : Jean-François Pérouse

Cette carte construite à partir des données fournies par l’Institut Turc des Statistiques (TÜİK : www.tuik.gov.tr) montre les différences nettes existant entre les taux de fécondité moyens des douze régions turques (selon le découpage en NUTS) pour l’année 2010. Le taux de fécondité n’est pas, contrairement à ce qui est souvent dit et écrit, le nombre moyen d’enfants par femme à un instant t, mais le « rapport entre le nombre de naissances vivantes durant une année et le nombre de femmes en âge de procréer (15 à 49 ans) ». Le gradient ouest/est qui apparaît, avec un écart du simple au double entre la région la plus occidentale de la Marmara occidentale (Batı Marmara) et la région de l’Anatolie du Sud-Est (Güneydoğu Anadolu), est frappant et souligné par les choix de couleurs et de classes. On ne saurait illustrer de façon plus claire les différences entre l’est et l’ouest du pays ainsi que la composante démographique de la « différence kurde » dans le pays. Le tableau en bas à gauche indique en outre une chute de ces taux sur les trois années prises en compte, notamment pour la région d’Anatolie orientale du centre (Ortadoğu Anadolu). Les efforts des militaires depuis les années 1930 pour combattre la « bombe démographique kurde », selon une expression en vigueur dans des rapports secrets révélés ces dernières années, semblent donc être restés vains ; les évolutions et infléchissements relevant d’autres processus (accès à l’éducation et prolongement des études, urbanisation, individualisation, émancipation féminine … ).

Cette différence inter-régionale des comportements démographiques est aussi nette quand on considère les derniers chiffres sur le pourcentage des enfants dans la population ; chiffres publiés à l’occasion de la fête des enfants (et de la souveraineté nationale) le 23 avril 2013. Alors qu’au niveau de l’ensemble du pays la part des 0-17 ans est passée de 48,5% en 1970 à 30% en 2012, pour cette même année 2012, mais cette fois à l’échelle des départements, le pourcentage était de 20% à Edirne et de 49% à Şırnak à l’extrême est du pays. Tous les départements affichant un pourcentage d’enfants très supérieur à la moyenne nationale étaient situés à l’est du pays. De la même façon, toujours selon le TÜİK-23 avril 2013, alors que le pourcentage de ménages – au sens statistique – ayant au moins un enfant était de 82,6% dans le département de Şırnak, il était de 37,7 % à Çanakkale au bord de la mer Égée. Ces écarts devraient nous inciter à prendre davantage en compte la variable « différences-inter-régionales » – pour ne pas parler des différences intra-régionales – dans les analyses produites sur la Turquie contemporaine.

  • « TÜİK’ten 23 Nisan’a özel veri seti » (ensemble spécial de données pour le 23 avril), Dünya, 23/04/2013, p. 5.

  • « Çocuk nüfusu geriliyor » (la population enfantine recule), Dünya, 23/04/2013, p. 2.

  • « Okullaşma oranında yükselme durdu » (plafonnement de l’augmentation du taux de scolarisation), Radikal, 17/04/2013.

  • « Bakıma muhtaç yaşlı sayısı 3 milyonu geçti » (le nombre de personnes âgées ayant besoin d’être pris en charge a dépassé les 3 millions), Haber Türk, 8/04/2013, p. 23.

  • « ‘En az 3 çocuğa’ grafikli savunma » (défense au moyen d’un graphique de la thèse ‘Au moins 3 enfants’ », Milliyet, 16/12/2011, p. 22.

Televizyon dizileri kentsel dönüşümü sahiplenince.. « kayıp şehir »?

kayipsehir

Fransız versiyonu

Televizyon dizileri yoluyla mahalle olgusunu simgesel olarak yeniden şekillendirmeye ve bu dizilerin yeni gözde konusu olan İstanbul’un kentsel dönüşümüne özellikle işaret eden Türk televizyon dizisi Kayıp Şehir, Kanal D’de 26 Mart 2013’te son defa yayımlandı.

Mahalle, 1980li yılların ortasından itibaren Türk televizyon dizilerinin hem dekor hem de tekrar edilen konusu olarak göze çarpmaktadır. Öyle ki ilk, Perihan Abla dizisinin kazandığı beğeni sonucu çekimin yapıldığı Kuzguncuk Mahallesi’nin sokaklarından birine dizinin ismi verilmiştir. Gerçekten de birçok televizyon dizisi İstanbul’un belli bir mahallesini kendisine mekan olarak bellemiştir: Perihan Abla-Kuzguncuk, Süper baba-Çengelköy, Babaevi-Emirgan, İkinci Bahar-Samatya, Avrupa Yakası-Nişantaşı, ve de Kayıp Şehir-Tarlabaşı. Bununla birlikte, Mahallenin muhtarları dizisinde muhit belli değildir tıpkı yakın zamanda çekilen ve İstanbul’un kenar semtleri civarında geçen Cennet Mahallesi ve Dolapdere’nin efsaneleşmiş bir yorumu olan Kolera mahallesi’nde (bkz. Timur Muhiddin’in dipnotu) şekillenen Ağır Roman Yeni Dünya dizisinde olduğu gibi.

Hülya Tufan Tanriöver’e göre Türk dizilerindeki aile ile mahallenin baskın varlığı, dizi türüne özgü sağladığı uygulama kolaylığıyla açıklanabilir. Zaten dizi, karakterlerin mümkün olduğunca gerçekçi ve doğal şekilde birbirleriyle karşılaşabilecekleri mekanlar gerektirmektedir. Mahalle, izleyicinin imgeleminde içeriden dışarıya, mahremden kamusala (ve aksi yönde de) kesintisiz geçebildiğinden anlatı yapısı için en ideal mekandır. Bu bağlamda, mahalle Türk dizilerinin dramaturjisi için kusursuz bir mekan birliği sağlamaktadır.

Bu uygulama kolaylığının yanı sıra, dizi yapımcıları, mahalle ana konusunu seçerek buna yöneltilen yeni bir bakışı da beslemektedir. Gerçekten de son on, hatta yirmi yıldır mahalleye yapılan göndermeler İstanbul’da gitgide görünürleşmiştir. Resmi kayıtlara göre on beş milyon kişi barındıran bu şehirde, mahallenin çağrıştırdıkları, modernliğin soğukluğu ve büyük şehrin isimsizleştirmesinden korunmuş bir yakınlık ve sıcaklık mekanı olarak etkinleştirilmiştir. Bu simgesel etkinleştirme başlıca edebi yayınlar ve televizyon yoluyla gerçekleşmekte olup merkezi mahallelerden finans ve turizm alanında statejik noktalar yaratmak isteyen belediye mensuplarının da işine gelmektedir.

Diziler birçok kanal ve her saat diliminde mahallenin çağrıştırdıklarını üretmekte ve yeniden o derecede şekillendirmektedir ki toplumbilimci Tayfun Atay Habertürk’e geçende verdiği demeçte televizüel mahalle baskısından söz etmiştir.

Dizilerin başlıca ana konusu 1980ler’in ortasından beri mahalle olsa bile, dizilerin kentsel dönüşümü işlemeleri bir yeni bir durumdur.

14 Eylül 2012’ten itibaren yeni bir dizi ekranlarda boy gösterdi. Kayıp Şehir isimli dizi, Trabzon’dan gelip travesti ve çingenelerin oturduğu, özellikle çocuklarda baş gösteren şiddet sorunlarıyla tanınan Tarlabaşı’na yerleşen Toptaş ailesinin hikayesini anlatıyor. Her cuma akşamı saat 22.30’da sunulan dizinin saati pazartesi sabahları gösterilmek üzere değiştirildi. Ardından, ocak ayı bitiminde saat değişiklikleri ve düşük izlenme seviyesinden şikayetçi yönetmen Cevdet Mercan projeden ayrıldı yani on altı bölüm sonunda çekimlere son verildi. Dizinin gördüğü sönük ilgiye anlam vermek zordur. İstanbul’da baş döndürücü bir hızla çoğalan AVMler gibi yeni dizilerin de ömürleri çıkış dönemleriyle sınırlı mı kalacak? Diğer bir deyişle, modası geçen dizilerin soluğu sanki kesilecek.

Başarısızlığının nedenleri her ne olursa olsun ve bu denli hassas bir konuyu ele alma ve onu dizi pazarında olası bir maddi başarıya çevirmenin eleştirilebilir olması bir yana, burada dikkat çeken seçilen takvimdir. Nitekim tam da Tarlabaşı, sakinlerinin çıkarıldığı açık bir inşaat alanı haline gelmiş ve belediyenin başlattığı kentsel düzenlemelerin yeni söz dağarcığına giren onca kelime (« yenileme », « güzelleştirme », « kentsel dönüşüm », « kentsel tasarım », « düzenleme », « restorasyon », « renovasyon », « modernleştirme ») tam da tehlikeli atfedilen toplulukların kenara itilmesi çözümünü örtbas ederken, dizi Tarlabaşı’nı şimdiden geçmişte kalmış, bir « kayıp şehir » ilan etmiştir. Senaristin de geçmişe gönderme yapmaktan hoşlanan hele de 1955 olaylarını (Güz Sancısı) filminde ele alan Tomris Giritlioğlu’nun olması şaşırtıcı değildir.

Dizi, kötü bir zamansal örtüşmede, kentsel değişim projesini bayağılaştırıp normalmiş gibi göstererek buldozerlerin henüz yıktığı mahallenin tarihini yeniden yazmaktadır. Senoryonun son bir iması da baş karakterlerden birinin isminin Kadir Toptaş olup adının bir harf dışında İstanbul Büyükşehir Belediye başkanınınkiyle benzerlik göstermesidir.

Son olarak, Kayıp Şehir dizisinin kaldırılmasını geçenlerde yaşamını yitiren Metin Kaçan’ın Ağır Roman eserinin televizyona uyarlaması olan bir başka dizinin kesilmesi takip etti. Görünen o ki kentsel değişim aileler için bir hayal kaynağı teşkil etmiyor.

Dizilerin başlıca ana konusu 1980ler’in ortasından beri mahalle olsa bile, dizilerin kentsel dönüşümü işlemeleri bir yeni bir durumdur.

14 Eylül 2012’ten itibaren yeni bir dizi ekranlarda boy gösterdi. Kayıp Şehir isimli dizi, Trabzon’dan gelip travesti ve çingenelerin oturduğu, özellikle çocuklarda baş gösteren şiddet sorunlarıyla tanınan Tarlabaşı’na yerleşen Toptaş ailesinin hikayesini anlatıyor. Her cuma akşamı saat 22.30’da sunulan dizinin saati pazartesi sabahları gösterilmek üzere değiştirildi. Ardından, ocak ayı bitiminde saat değişiklikleri ve düşük izlenme seviyesinden şikayetçi yönetmen Cevdet Mercan projeden ayrıldı yani on altı bölüm sonunda çekimlere son verildi. Dizinin gördüğü sönük ilgiye anlam vermek zordur. İstanbul’da baş döndürücü bir hızla çoğalan AVMler gibi yeni dizilerin de ömürleri çıkış dönemleriyle sınırlı mı kalacak? Diğer bir deyişle, modası geçen dizilerin soluğu sanki kesilecek.

Başarısızlığının nedenleri her ne olursa olsun ve bu denli hassas bir konuyu ele alma ve onu dizi pazarında olası bir maddi başarıya çevirmenin eleştirilebilir olması bir yana, burada dikkat çeken seçilen takvimdir. Nitekim tam da Tarlabaşı, sakinlerinin çıkarıldığı açık bir inşaat alanı haline gelmiş ve belediyenin başlattığı kentsel düzenlemelerin yeni söz dağarcığına giren onca kelime (« yenileme », « güzelleştirme », « kentsel dönüşüm », « kentsel tasarım », « düzenleme », « restorasyon », « renovasyon », « modernleştirme ») tam da tehlikeli atfedilen toplulukların kenara itilmesi çözümünü örtbas ederken, dizi Tarlabaşı’nı şimdiden geçmişte kalmış, bir « kayıp şehir » ilan etmiştir. Senaristin de geçmişe gönderme yapmaktan hoşlanan hele de 1955 olaylarını (Güz Sancısı) filminde ele alan Tomris Giritlioğlu’nun olması şaşırtıcı değildir.

Dizi, kötü bir zamansal örtüşmede, kentsel değişim projesini bayağılaştırıp normalmiş gibi göstererek buldozerlerin henüz yıktığı mahallenin tarihini yeniden yazmaktadır. Senoryonun son bir iması da baş karakterlerden birinin isminin Kadir Toptaş olup adının bir harf dışında İstanbul Büyükşehir Belediye başkanınınkiyle benzerlik göstermesidir.

Son olarak, Kayıp Şehir dizisinin kaldırılmasını geçenlerde yaşamını yitiren Metin Kaçan’ın Ağır Roman eserinin televizyona uyarlaması olan bir başka dizinin kesilmesi takip etti. Görünen o ki kentsel değişim aileler için bir hayal kaynağı teşkil etmiyor.

Quand les séries télévisées s’emparent de la transformation urbaine…Ville perdue?

kayipsehir

Türkçe çeviri

Pour la dernière fois, le 26 mars 2013, a été diffusé sur la chaîne Kanal D un épisode du feuilleton télévisé turc « ville perdue » (Kayıp şehir) ; l’occasion de revenir sur la fabrique symbolique du quartier à travers les séries télévisées et plus précisément sur leur nouveau sujet de prédilection : la transformation urbaine d’Istanbul.

Depuis le milieu des années 1980, et la première série Perihan Abla qui connu un succès tel qu’une des rues du quartier de Kuzguncuk, dans lequel elle a été tournée, a été renommée depuis du nom de la série, le quartier (mahalle) est le décor et à la fois le sujet récurrent des séries télévisées turques. En effet, nombreuses sont les séries qui prennent pour cadre un quartier précis d’Istanbul : Perihan Abla-Kuzguncuk, Süper baba-Çengelköy, Babaevi-Emirgan, Ikinci Bahar-Samatya, Avrupa Yakası-Nişantaşı, et enfin Kayıp şehir-Tarlabaşı. Par ailleurs, dans la série, Mahallenin muhtarları, le quartier n’était pas identifié ainsi que dans les récentes séries Cennet Mahallesi (le quartier du paradis) qui se déroule quelque part dans les quartiers périphériques d’Istanbul et Ağır Roman Yeni Dünya dans le quartier de Choléra, une version mythifiée du quartier de Dolapdere (voir le Dipnot de Timour Muhidine).

Selon Hulya Tufan Tanriöver, la présence pesante de la famille et du mahalle dans les feuilletons turcs peut s’expliquer par une certaine commodité technique spécifique au genre. En effet, les feuilletons nécessitent des lieux où les personnages peuvent se rencontrer d’une manière aussi réaliste et naturelle que possible. Le mahalle est également un contexte idéal pour la structure narrative parce qu’il offre la possibilité de passer de l’intérieur à l’extérieur, du privé au public (et vice-versa) sans coupure dans l’imaginaire du téléspectateur. En ce sens, le quartier constitue l’unité de lieu parfaite pour la dramaturgie des feuilletons turcs.

Outre cette commodité technique, en choisissant le thème du quartier, les producteurs de séries alimentent un nouveau regard porté sur le quartier. En effet, depuis une voire deux décennies, le recours à la référence du quartier est de plus en plus perceptible à Istanbul. Dans cette ville qui enregistre officiellement quinze millions d’habitants, l’imaginaire du quartier en tant qu’espace de proximité et de cordialité préservé de la modernité inhospitalière et de l’anonymat de la grande ville est activé. Cette activation symbolique se fait principalement par le biais des productions littéraires et télévisuelles et sert également les édiles municipaux qui veulent faire des quartiers centraux un lieu stratégique pour la finance et le tourisme.

Les séries contribuent donc à produire et à reproduire l’imaginaire du quartier qui se décline sur plusieurs chaînes et à toutes les plages horaires à tel point que le sociologue Tayfun Atay dans une récente interview donnée à HaberTurk parle de « televizüel mahalle baskısı » (pression télévisuelle du quartier).

Si le quartier est un des thèmes majeurs des séries télévisées depuis le milieu des années 1980, le fait qu’elles se soient récemment emparées du sujet de la transformation urbaine est en revanche une grande nouveauté.

Le 14 septembre 2012, une nouvelle série était diffusée sur les écrans. Du nom de « ville perdue », la série décrivait l’histoire de la famille Toptaş arrivée de Trabzon et installée dans le quartier de Tarlabaşı habité par des travestis, des çingene et connu pour ses problèmes de violence, notamment chez les enfants. La série a commencé à être diffusée tous les vendredi soirs à 22h30 puis a changé de plage horaire pour être retransmise les lundi matins. Puis, à la fin du mois de janvier, mécontent des changements d’horaires et du peu d’audience que récoltait la série, le réalisateur Cevdet Mercan quitte le projet. Au bout de seize épisodes, la série s’arrête donc. Il est difficile d’expliquer le peu de succès qu’a rencontré la série. De la même manière, que pour les mall qui, à Istanbul, se multiplient à une vitesse ahurissante, les nouvelles séries auraient-elles une durée de vie médiatique réduite au temps de leur lancement ? Autrement dit, l’effet de mode passé, la série s’essoufflerait.

Quelles que soient les raisons de son insuccès, et hormis le fait que prendre un sujet aussi sensible et le transformer en potentielle réussite économique dans le marché des dizi soit critiquable, c’est le choix du calendrier qui surprend. En effet, au moment même où le quartier de Tarlabaşı est un chantier à ciel ouvert, duquel ses habitants ont été déplacés ; au moment même où toute la nouvelle terminologie du renouvellement urbain promu par la municipalité (« Yenileme », « Guzelleştirme », « Kentsel Dönüşüm », « kentsel tasarım », « düzenleme », « restorasyon », « renovasyon », « modernleştirme ») sont autant de mots qui cachent une résolution de mettre à l’écart des populations considérées comme dangereuses, la série fait de Tarlabaşı un quartier qui appartient déjà au passé, « ville perdue ». Pas étonnant que le scénariste de la série soit Tomris Giritlioğlu, une productrice de cinéma qui aimait déjà traiter du passé, notamment dans son film sur les événements de 1955 (Güz Sancısı).

Dans une mauvaise concomitance donc, la série banalise et normalise le projet de transformation urbaine et réécrit l’histoire du quartier à peine détruit par les bulldozers. Dernière ironie du scénario, un des caractères principaux s’appelle Kadir Toptaş, à une lettre près comme le maire d’Istanbul (Topbaş).

Enfin la suppression de cette série suit également l’arrêt d’une autre série qui adapte sur les écrans télé le roman du récemment disparu Metin Kaçan, Ağır Roman. À croire que la transformation urbaine ne fait pas rêver les familles.

Recherche et photographie

Évolutions politiques, identité nationale, conflits sociaux, mythes collectifs … Nombreux sont les photographes qui font le choix d’une photographie du témoignage, une photographie documentaire. Les dynamiques du monde artistique sont, dans une certaine mesure, aléatoires. Si certains sont exposés dans des galeries et musées référencés, d’autres sont parfois plus difficiles à dénicher.

Dans leur démarche, les photographes ne sont pas si différents des chercheurs. Au-delà du témoignage, et de l’iconographie, l’activité photographique fournit également une réflexion sur la posture, le positionnement, le point de vue. Parfois simple observation, le projet photographique peut se révéler être une véritable investigation, aux découvertes parfois dérangeantes.

Au vu de la photographie en Turquie et sur la Turquie, il est frappant de constater combien, entre recherche et photographie, les thématiques se recoupent.

C’est pour mieux construire un pont entre ces deux univers que commence à s’établir cette liste de références de lieux, de noms et de sites Internet. Non-exhaustive, elle appelle à venir être complétée et régulièrement mise à jour.

Agences et Photographes de Turquie

Photographes étrangers :

Lieux d’exposition (İstanbul):

Musées

İnstitutions

Galeries

Fondations, associations et collectifs

Cafés, Bars

Revues, Magazines

Sites İnternet, Blogs

Universités – départements de photographie

Photographie et Sciences sociales

Du régime unique national de production patrimoniale au régime néolibéral, conservateur et partiellement « pluriel » : la Turquie à l’épreuve de la transition patrimoniale

Le Parti de la Justice et du Développement (AKP), vainqueur sans conteste, pour la troisième fois, aux élections législatives de juin 2011, a fait sa campagne à la télévision sur le thème de la mosaïque. La mosaïque en Turquie, c’est l’image de la diversité positive, à exalter et protéger. En outre, l’AKP se qualifie de “parti conservateur”, garant de valeurs matérielles et immatérielles communes qui permettent de cimenter la communauté nationale. La conservation, offrant aux citoyens des objets cohérents d’identification, est donc un nouvel enjeu central pour l’AKP, quitte à fabriquer ex nihilo du patrimoine. Enfin, en tant que parti résolument libéral (au sens économique), l’AKP est tenté de vendre les biens publics, de les transformer en produits touristiques ou en supports de marques alimentant le marketing urbain tous azimuts. Le pays vit donc depuis l’arrivée de l’AKP au pouvoir (novembre 2002) une transition patrimoniale intéressante à observer, en n’oubliant pas que le terme “patrimoine” n’a pas d’équivalent strict dans la langue turque (les hésitations du vocabulaire pouvant renvoyer aux fluctuations des politiques).

I) Le contexte de la redéfinition du régime de gouvernance patrimoniale ces dernières années

On rappelle ici l’importance de l’impératif touristique et développementaliste (A), l’émergence de pouvoirs locaux en demeure de promouvoir les qualités spécifiques de leur territoire (B), les changements sociétaux à l’origine d’un nouveau rapport au territoire (urbanisation et essor d’une nouvelle classe moyenne, scolarisation, élévation du niveau d’éducation, crise de l’agriculture… ) (C), les mobilités et migrations ayant induit de nouvelles sollicitations identitaires (D), les crises et défis environnementaux (E) et enfin les ouvertures politiques sur le terrain de l’expression des identités (F). Ces dernières expliquent le régime de tolérance (surveillée) qui semble prévaloir face aux productions patrimoniales alternatives des municipalités kurdes de l’est du pays.

II) La mise en place d’un autre régime de gouvernance : autres acteurs, autres normes, autres pratiques

On évoque ici le rôle des associations et fondations locales et nationales (A), la participation parfois déterminante du secteur privé (avec l’exemple de l’invention de la méditerranéi turque par une fondation liée au holding KOÇ) (B), les acteurs internationaux et leurs modes d’articulation aux acteurs locaux (C), les autres normes promues (diversité, universalité, durabilité et participation) (D) et enfin les nouvelles pratiques de gouvernance patrimoniale (inventaire, expertise,  « projet »… ) (E).

III) Les modalités de résistance de l’ancien régime et les ambiguïtés du nouveau

On note une grande inertie des récits historiques nationaux qui servent de trame immuable à la mise en séquence historique des objets patrimoniaux, à la seule différence que désormais le moment ottoman est beaucoup plus nettement mis en valeur (A), une obsession persistante de la question de l’autochtonie et de la légitimité (B), une tendance à dédoubler la production patrimoniale entre une production interne (jouant sur le nous excluant) et une production à usage externe (pour les touristes étrangers) qui mobilise des registres internationaux (C), ainsi qu’une difficulté à refondre les liens au passé après tant de traumatismes et de phases d’amnésie organisée (D). L’exemple de l’impossibilité d’ouvrir un lieu de mémoire accepté et acceptable sur le site de la catastrophe de Sivas (mort par incendie volontaire de 37 Alévis le 2 juillet 1993) est convoqué. L’option « communautariste » de la gouvernance patrimoniale, produit du pluralisme identitaire désormais cultivé, a donc des limites encore nettes.

En conclusion on s’intéresse à la fabrique ex-nihilo du patrimoine, accompagnée de tentatives de réécrire les histoires urbaines locales, à Kayseri ou Konya.