Bakou 2015 : des jeux européens vraiment européens ? (1/3)

« Europe is the only continent without a game »1

Lire la deuxième partie de l’article
Lire la troisième partie de l’article
11245836_1580768838841284_964839352_n
Greeting #EuropeanGames #flame in #Gusar with national music. #Azerbaijan #Baku2015 #JourneyOfTheFlame<br /> Compte Instagram officiel Baku2015, 02/06/2015

Depuis l’annonce de la création des Jeux Européens en décembre 2012, les responsables des Comités Olympiques Européens (COE) puis bientôt ceux du BEGOC (Baku European Games Organising Committee) répètent cette même phrase. Les Jeux Européens tiendraient leur légitimité de leur capacité à mettre fin à cette anomalie européenne de ne pas avoir ses propres Jeux. Cet élément de communication basé sur l’appartenance continentale n’aurait pas posé question si les premiers Jeux Européens s’étaient déroulés en Europe de l’ouest par exemple. Mais, les COE ont décidé de confier cette première édition à Bakou, capitale de l’Azerbaïdjan, dont l’appartenance européenne n’a rien d’une évidence. Face à cette ambiguïté naissante entre la communication des COE et le choix du pays-hôte, il est nécessaire de faire quelques rappels sur la notion de frontière européenne et se replonger dans la géographie et l’histoire de l’Azerbaïdjan.

Étudier les frontières est un travail complexe car on peut envisager la frontière du point de vue de la géographie mais aussi de la sociologie, de l’histoire, de l’ethnologie etc. On traitera d’abord de la frontière géographique, qui considère que les éléments à la base de la séparation continentale sont des éléments physiques. On verra que la partie caucasienne de la frontière eurasiatique fait l’objet depuis plusieurs siècles de débats au sein de la communauté des géographes. Après avoir mis en évidence que la frontière géographique n’avait rien de naturelle, on s’appuiera sur l’histoire culturelle et politique pour essayer de rendre l’appartenance continentale de l’Azerbaïdjan plus évidente. On verra que malgré une longue histoire persane (et donc asiatique), une partie de l’histoire de l’Azerbaïdjan mais surtout de Bakou a bien pour origine l’« Europe ». Enfin, après avoir montré que les incertitudes quant à l’appartenance continentale du pays persistaient même après l’indépendance, nous essayerons de comprendre comment et pourquoi l’Azerbaïdjan est considéré de manière unanime dans le monde du sport comme un pays européen, comme l’illustre sa participation à des événements sportifs européens et l’organisation sur son territoire des Jeux Européens.

* * *

Source du fond de carte : http://www.eea.europa.eu/data-and-maps/figures/physical-map-of-eurasia/cover_geograph55.eps/cover_geograph55.eps.400dpi.gif
Source du fond de carte : http://www.eea.europa.eu/data-and-maps/figures/physical-map-of-eurasia/cover_geograph55.eps/cover_geograph55.eps.400dpi.gif
Légende :
1v : Frontière « Kura – Rioni », soutenue par Anaximandre au VIe av. J-C. (note 5)
2o : Frontière « Don », soutenue par Ptolémée au IIIe av. J-C (note 7)
3n : Frontière « Don – Volga – Oural », soutenue par Philip Johan von Strahlenberg en 1725. (note 11)
4r : Frontière « Kouma-Manytch – Oural (fleuve) – Oural (Mts) », soutenue par Conrad Malte-Brun en 1811. (note 16)
5b : Frontière « Grand Caucase – Oural (fleuve) – Oural (Mts) », soutenue par A.J. Johnson en 1861. (note 18)

L’Azerbaïdjan : un pays géographiquement asiatique

La République d’Azerbaïdjan est un pays enclavé dont les territoires ont été historiquement dominés par les puissances persane, turque et russe qui l’entourent. Ce pays forme avec ses voisins arménien, géorgien et russe (District fédéral du Caucase du Nord) une aire géographique qui s’étend de part et d’autre du massif du Caucase. On distingue d’ailleurs la partie située au nord des crêtes du Grand Caucase (Caucase du Nord) de la partie située au sud (Caucase du Sud). L’actuelle République d’Azerbaïdjan créée à la suite de l’éclatement de l’URSS, se situe au sud de la ligne de crête du Grand Caucase2. Le Caucase, est-ce l’Asie ? L’Europe ? Existe-t-il un élément géographique de séparation claire entre Europe et Asie ?

Le concept de continent européen, un concept issu de l’Antiquité

Dans l’« Ancien Monde », dans l’Antiquité grecque, les géographes avaient entrepris un travail de délimitation des trois continents connus de l’époque : Afrique, Asie et Europe. Ainsi, par exemple, Anaximandre, au VIe av. J-C, avait imaginé une séparation fluviale entre Asie et Europe, où les fleuves Rioni (Géorgie) et Kura3 (Géorgie et Azerbaïdjan) servaient de frontière4). Cette thèse est cependant révisée pendant la période hellénistique et romaine : par exemple, Ptolémée5 défendait l’idée d’une frontière continentale qui ne passait pas par la région du Caucase puisque, de la mer Noire, la frontière remontait immédiatement vers le nord (par la mer d’Azov, puis le Don)6). Jusqu’au XVIIIe siècle, certains géographes tentèrent de dessiner de nouvelles frontières entre l’Asie et l’Europe. Mais aucune d’elles ne se dégage nettement. La mer d’Azov et le Don restaient, comme au temps de Ptolémée, à la base des frontières établies par les géographes.

Le tracé de la frontière Asie-Europe évolue au XVIIe et au XVIIIe siècle et un débat s’installe

Mais les choses vont progressivement évoluer au XVIIIe: d’abord, sous l’impulsion de Pierre Le Grand, des expéditions sont organisées pour étudier la géographie russe. Ainsi, Philip Johan von Strahlenberg, scientifique suédois fait prisonnier par les armées de Pierre Le Grand, est le premier à imaginer en 1725 que la frontière européenne n’est plus exclusivement fluviale. Il considère en effet que ce sera désormais le massif de l’Oural qui délimitera la frontière entre l’Asie et l’Europe. Le nom de Vasily Nikitich Tatishchev est parfois associé à la fixation du massif de l’Oural comme frontière transcontinentale7. Ce dernier déclarait à cette époque que c’était lui qui avait soumis cette idée à von Strahlenberg. Mais si ces deux derniers scientifiques font évoluer de manière décisive la partie nord de la frontière Asie-Europe, ils ne semblent toujours pas contester le Don comme frontière sud-est de l’Europe8. Quelques décennies plus tard toutefois, on entreprend d’imposer une frontière allant de la mer Noire à la mer Caspienne en passant par les fleuves Kouma et Manytch9 (dite frontière « Kouma-Manytch »). Selon les sources russes10, c’est le russo-allemand Peter Simon Pallas qui, en 1773, est le premier à mettre en évidence l’existence d’une dépression au niveau des fleuves Kouma et Manytch. En général, en France notamment, on estime que Conrad Malte-Brun dans Précis de la Géographie Universelle est le premier en 1811 à énoncer une frontière continentale passant par la dite Dépression Kouma-Manytch1112. Selon W.H. Parker, il faut aussi attribuer à Malte-Brun l’utilisation de la rivière Oural (située au sud de massif du même nom) comme frontière de l’Europe et de l’Asie ; frontière qui deviendra au XXe une convention unanimement reconnue1314). Considérer, au détriment du Don, la Dépression Kouma-Manytch comme frontière de l’Europe rapproche les pays du Caucase de l’Europe. Malgré tout, l’appartenance continentale de l’actuel Azerbaïdjan reste en tout point asiatique, puisque la frontière avec l’Europe géographique se trouve encore à plusieurs centaines de kilomètres au nord du territoire azerbaidjanais.

Mais à partir des années 1850, notamment après les travaux de Johnson and Browning15 (1861), l’idée que la frontière eurasienne se situerait finalement sur la ligne de crête du Grand Caucase s’impose aussi (dite frontière « Grand-Caucase »16 ) ; frontière qui permet toujours de relier la mer Caspienne à la mer Noire. Dans cette version, l’Europe se voit attribuer un territoire plus important, puisque la ligne de crête du Grand Caucase se trouve à plusieurs centaines de kilomètres au sud de la dépression « Kouma-Manytch ». Si on prend ce tracé comme référence, l’Azerbaïdjan est encore un pays majoritairement asiatique puisque comme on l’a dit, l’essentiel du territoire azerbaïdjanais (plus de 75%) se situe en Transcaucasie, au sud du massif du Grand Caucase et donc en Asie. Mais d’après ce tracé, la frontière passe par la capitale de l’Azerbaïdjan, Bakou. Ainsi, plus que le pays, sa capitale serait eurasiatique du fait de sa nature transcontinentale.

Encore aujourd’hui, le débat sur la fixation de la frontière géographie Europe-Asie est toujours ouvert…

Encore aujourd’hui, quand on évoque la frontière sud-est de l’Europe avec l’Asie, ces deux thèses (Frontière « Kouma-Manytch » et Frontière « Grand-Caucase ») font toujours référence chez les géographes. À la question de savoir quelle est la version la plus couramment admise, il est difficile de donner une réponse claire et définitive. En France par exemple, on apprend dans les écoles que la frontière eurasiatique est constituée par l’ensemble Oural-Caspienne-Caucase-Mer Noire. C’est donc la thèse « Grand Caucase » qui est utilisée. De même, l’organisme américain National Geographic Society et ses géographes optent pour cette « version »17. Même si cette frontière est souvent considérée comme la référence, il serait erroné de dire que la frontière « Grand Caucase » reste la seule frontière physique en vigueur. Selon plusieurs sources russes, le nom de la Dépression Kouma-Manytch est évoqué pour décrire cette frontière eurasiatique. Par exemple, des manuels scolaires russes enseignent bien que la frontière eurasiatique passe par la Dépression Kouma-Manytch1819.

… Mais qui place de manière unanime l’Azerbaïdjan du coté asiatique

Malgré les divergences qui persistent, quelle que soit la frontière continentale envisagée, l’Azerbaïdjan reste géographiquement un pays très largement asiatique. Mais face à ce premier constat, il est important de redire que la fixation des frontières terrestres géographiques reste le résultat d’une construction politique et idéologique; d’une instrumentalisation des données physiques. La mise en place d’une frontière asiatico-européenne n’est donc pas naturelle. C’est l’héritage d’une conception antique qui, comme on l’a dit, considérait que du fait des connaissances et des équilibres des empires et des cités de l’époque, il fallait séparer les terres connues en trois continents distincts. Par essence, la séparation Europe/Asie est frappée de contingence. La géographie physique ne doit pas être utilisée comme un argument d’autorité car au même titre que les autres conceptions de frontières (historiques, culturelles, religieuses), il y a toujours une part de subjectivité dans la façon dont elles sont fixées20. Pour appréhender en toute pertinence l’appartenance continentale de l’Azerbaïdjan, il est donc nécessaire de regarder ce que nous apprend l’histoire politique et culturelle des territoires azerbaidjanais.

  1. Aljazeera.com « Will Europe’s Olympic experiment work? », 12 décembre 2012, http://www.aljazeera.com/sport/2012/12/20121212103525734177.html, consulté le 10 mai 2015. []
  2. Seul l’extrême nord du pays, partie montagneuse se situant dans le Grand Caucase fait donc partie de la Ciscaucasie. []
  3. Le fleuve Kura est connu sous le nom de Mtkvari en Géorgie. []
  4. RENELL James, The geographical system of Herodotus examined and explained, Rivington, Londres, 1830, p. 244. Cf. annexe (frontière verte « 1v» []
  5. WOLFF Larry, Inventing Eastern Europe The Map of Civilization on the Mind of the Enlightenment, Standford University Press, Standford, 1991, 436p. []
  6. Cf. carte (frontière orange 2o []
  7. Чибилёв А.А., « Evroaziâtskaâ granica: istoriâ vorposa i sovremennye predstavleniâ », in orenburg.rgo.ru, en ligne : http://orenburg.rgo.ru/about/publikacii/evro-aziatskaya-granica-istoriya-voprosa-i-sovremennye-predstavleniya/, consulté le 10 mai 2015. []
  8. PARKER W. H., « Europe: How Far? », The Geographical Journal, Vol. 126, n°3, septembre 1960, p. 278-297 []
  9. Cf. carte (frontière grise 3g). []
  10. MAGIDOVICH, I.P., Очерки по истории географических открытий [Essais sur l’histoire des découvertes géographiques], MAGIDOVICH, I.P Ed., Moscou, 1957, en ligne : http://discover-history.com/chapter_303.htm, consulté le 10 mai 2015. []
  11. BELL James, A System of Geography, Popular and Scientific: Or A Physical, Political, and Statistical Account of the World and Its Various Divisions, Volume 1, A. Fullarton and co ed., 1832, 582 p. []
  12. PARKER W. H., « Europe: How Far? », The Geographical Journal, Vol. 126, n°3, septembre 1960, p. 278-297 []
  13. Ibid. []
  14. Cf. carte (frontière rouge 4r []
  15. Johnson, A. J., « Johnson’s Asia », in Johnson’s New Illustrated Family Atlas, with descriptions, Geographical, Statistical, and Historical, Johnson and Browning ed., 1861 en ligne []
  16. Cf. carte (frontière rouge 5b) []
  17. Sur son site de cartographie (http://maps.nationalgeographic.com/maps/atlas/europe-geopolitical.html, consulté le 10 mai 2015.), National Geographic, sur sa carte politique de l’Europe, met en évidence (ligne surlignée), en plus des frontières étatiques, la frontière eurasienne en suivant la ligne de crête du Grand Caucase. []
  18. LIPINSKI Leszek Jan, Eastern boundary of Europe reflected in internet presence of TNCs, Master Thesis supervised by STRANSDSBJERG Jeppe, WIGAN Duncan, Copenhagen Business School, 2011-2012, 100 p. []
  19. De même, toujours en Russie, la Société Géographique Russe, organisme créé en 1845 qui est parfois considéré comme l’équivalent russe de la National Geographic Society, estime qu’en effet, la référence reste la frontière formée par cette dépression. []
  20. LIPINSKI Leszek Jan, Eastern boundary of Europe reflected in internet presence of TNCs, Thèse de master dirigée par STRANSDSBJERG Jeppe, WIGAN Duncan, Copenhagen Business School, 2011-2012, 100 p. []

Une réflexion sur « Bakou 2015 : des jeux européens vraiment européens ? (1/3) »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.