Les variations régionales du taux de fécondité en 2010/Regional variations of the fertility rate in 2010

On sait le caractère politiquement sensible des questions démographiques dans la Turquie actuelle. Le pouvoir politique s’en saisit fréquemment à travers des déclarations et des mesures qui participent de l’émergence d’une politique nataliste. Cependant, les questions démographiques sont généralement surtout abordées sous l’angle des perspectives de vieillissement – avec les conséquences sur les politiques de retraite – ou sous l’angle des perspectives de croissance de la population globale du pays. Le poids démographique est, dans l’esprit des dirigeants actuels, un indice de puissance et un instrument indispensable de la politique d’influence. La démographie est une composante du soft power alaturca. Il faut peser pour compter et rayonner à l’échelle mondiale.

Pour autant, malgré la taille du pays, les questions démographiques sont rarement abordées sous l’angle territorial, alors même que les discours généraux trouvent rapidement leurs limites dans la persistance – voire le creusement – des différences de comportement et de profils démographiques entre les régions.

TR_fecondite_nut1E
Carte : Pascal Lebouteiller (Atelier de cartographie)/Texte : Jean-François Pérouse

Cette carte construite à partir des données fournies par l’Institut Turc des Statistiques (TÜİK : www.tuik.gov.tr) montre les différences nettes existant entre les taux de fécondité moyens des douze régions turques (selon le découpage en NUTS) pour l’année 2010. Le taux de fécondité n’est pas, contrairement à ce qui est souvent dit et écrit, le nombre moyen d’enfants par femme à un instant t, mais le « rapport entre le nombre de naissances vivantes durant une année et le nombre de femmes en âge de procréer (15 à 49 ans) ». Le gradient ouest/est qui apparaît, avec un écart du simple au double entre la région la plus occidentale de la Marmara occidentale (Batı Marmara) et la région de l’Anatolie du Sud-Est (Güneydoğu Anadolu), est frappant et souligné par les choix de couleurs et de classes. On ne saurait illustrer de façon plus claire les différences entre l’est et l’ouest du pays ainsi que la composante démographique de la « différence kurde » dans le pays. Le tableau en bas à gauche indique en outre une chute de ces taux sur les trois années prises en compte, notamment pour la région d’Anatolie orientale du centre (Ortadoğu Anadolu). Les efforts des militaires depuis les années 1930 pour combattre la « bombe démographique kurde », selon une expression en vigueur dans des rapports secrets révélés ces dernières années, semblent donc être restés vains ; les évolutions et infléchissements relevant d’autres processus (accès à l’éducation et prolongement des études, urbanisation, individualisation, émancipation féminine … ).

Cette différence inter-régionale des comportements démographiques est aussi nette quand on considère les derniers chiffres sur le pourcentage des enfants dans la population ; chiffres publiés à l’occasion de la fête des enfants (et de la souveraineté nationale) le 23 avril 2013. Alors qu’au niveau de l’ensemble du pays la part des 0-17 ans est passée de 48,5% en 1970 à 30% en 2012, pour cette même année 2012, mais cette fois à l’échelle des départements, le pourcentage était de 20% à Edirne et de 49% à Şırnak à l’extrême est du pays. Tous les départements affichant un pourcentage d’enfants très supérieur à la moyenne nationale étaient situés à l’est du pays. De la même façon, toujours selon le TÜİK-23 avril 2013, alors que le pourcentage de ménages – au sens statistique – ayant au moins un enfant était de 82,6% dans le département de Şırnak, il était de 37,7 % à Çanakkale au bord de la mer Égée. Ces écarts devraient nous inciter à prendre davantage en compte la variable « différences-inter-régionales » – pour ne pas parler des différences intra-régionales – dans les analyses produites sur la Turquie contemporaine.

  • « TÜİK’ten 23 Nisan’a özel veri seti » (ensemble spécial de données pour le 23 avril), Dünya, 23/04/2013, p. 5.

  • « Çocuk nüfusu geriliyor » (la population enfantine recule), Dünya, 23/04/2013, p. 2.

  • « Okullaşma oranında yükselme durdu » (plafonnement de l’augmentation du taux de scolarisation), Radikal, 17/04/2013.

  • « Bakıma muhtaç yaşlı sayısı 3 milyonu geçti » (le nombre de personnes âgées ayant besoin d’être pris en charge a dépassé les 3 millions), Haber Türk, 8/04/2013, p. 23.

  • « ‘En az 3 çocuğa’ grafikli savunma » (défense au moyen d’un graphique de la thèse ‘Au moins 3 enfants’ », Milliyet, 16/12/2011, p. 22.


4 réflexions au sujet de « Les variations régionales du taux de fécondité en 2010/Regional variations of the fertility rate in 2010 »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *