L’impossible dernier mot

Türkçe çeviri

Au presque terme de cinq intenses années de direction, qu’il me soit permis non pas d’avoir le dernier mot – loin de moi cette prétention – mais d’esquisser sous forme de bilan un dernier “mot du directeur”. À l’heure où, sans vouloir pasticher les dernières lignes des Mémoires d’Outre-Tombe, la chaleur estivale commence à lourdement peser sur tout le pays, où les effluves du tilleul séculaire du Palais se font denses et envoûtants, où, malheureusement, de nouveaux collègues viennent d’être placés en garde à vue, et où une nouvelle opération militaire turque est annoncée au nord de la Syrie. Bien sûr, ce bilan ne sera pas personnel, m’étant tout au long de ces années efforcé de dépersonnaliser la fonction ; ce qui ne pourra que faciliter la transition.

Je souhaiterais avant toute chose remercier toutes celles et tous ceux avec lesquels j’ai travaillé dans des contextes turcs et français passablement difficiles. En effet, pour s’en tenir au versant turc, nous aurons connu la guerre interminable dans le pays si voisin qu’est la Syrie, les événements de Gezi (mai-juin 2013), les révélations fracassantes de décembre 2013, les violences de l’été 2015, le massacre d’Ankara du 10 octobre 2015 (dont une 102e victime vient de décéder1), le “coup d’État manqué” – selon l’expression consacrée – du 15 juillet 2016 et les attentats de décembre 2016. Nous conservons dans le bureau de la direction quelques-unes des nombreuses cartouches de gaz lacrymogène atterries sur la terrasse de l’IFEA alors que, durant les événements de Gezi, la police poursuivait des manifestants s’échappant de l’Istiklâl par la rue Nur-i Ziya. Dans ce contexte passablement agité, j’ai pu compter sur une équipe à géométrie variable où les stagiaires, doctorants, chercheurs de passages et chercheurs associés et autres délégués de l’Université ou du CNRS ont joué un rôle déterminant, parallèlement aux personnels plus stables, personnel de droit local, personnel MEAE (en réduction) ou personnel CNRS. Malgré la circulation importante des personnes, la fragilité et l’inégalité des statuts, des dynamiques collectives ont pu être créées en faisant converger le plus possible l’intérêt collectif avec les intérêts individuels, même passagers, ainsi qu’en démultipliant les partenariats ici ou en France. Ces cinq années se déroulèrent par ailleurs sur fond de transformation des façons de faire de la recherche et de réajustement de la relation scientifique et culturelle entre la Turquie et la France. Les anciennes formes de collaboration marquées par une certaine asymétrie étant devenues caduques et inadaptées, il nous a fallu prendre acte de cette mutation et imaginer des formes nouvelles, plus modestes, vraiment bilatérales et d’une certaine manière plus égalitaires. En archéologie par exemple, il nous faut prendre acte de l’émergence d’une archéologie turque, avec ses forces humaines considérables, ses priorités et ses attentes spécifiques2. Et dans les autres disciplines il n’est plus légitime de travailler sans prendre en compte le nouveau paysage de la recherche et de l’université, ainsi que l’abondante production des chercheurs turcs en langue turque.

En effet, même si pendant ces 5 années les subventions ou dotations dévolues par le MAEDI et le CNRS n’ont pas baissé d’un iota – c’est à souligner tout de même – , notre structure a été touchée par deux coups durs en termes de ressources humaines : la dégradation du poste de pensionnaire scientifique archéologue en CRSP (contrat de recruté sur place), effective à compter du 1er septembre 2014, puis deux ans après – deuxième coup dur –, la suppression pure et simple du poste de pensionnaire scientifique responsable de l’antenne de l’IFEA à Bakou (une implantation qui remontait à 2003). Sa titulaire, Adeline Braux, pourtant recrutée moins de trois ans auparavant, fut dans l’obligation de quitter un peu brutalement ses fonctions. Ces deux coups contre l’institution resteront des blessures aussi pour moi.

Malgré tout, durant ces années troublées nous nous sommes attelés à des chantiers multiples dont certains furent de véritables obsessions-passions. Ils constituent un petit héritage qui je l’espère sera préservé et augmenté. Rappelons-en quelques-uns :

  • Commençons par les conditions matérielles de la recherche au quotidien. La sécurité du bâtiment et de ses occupants a été un constant souci et, grâce au soutien du Consulat et de l’Ambassade – ainsi que d’un sponsor opportunément trouvé -, des mesures structurelles et durables ont pu être prises. Certains se souviennent des exercices de simulation conduits au printemps 2013 sur la terrasse dans le cadre de la remise aux normes du système anti-incendie. Au printemps 2017 ce chantier a été enfin presque parachevé.
Formation du personnel à la lutte contre l’incendie, 15 février 2013
  • La bibliothèque (et son dépôt) a été à la fois assainis, étanchéifiés (notamment la salle des Compactus et l’ancienne salle de l’OAC), réorganisés, mieux décrits (merci à Néhémie : https://dipnot.hypotheses.org/1961) et enrichis. Un travail important sur l’histoire de la bibliothèque a été conduit et plusieurs des fonds qui la constituent ont fait l’objet d’une valorisation spécifique (Fonds Capucins, Fonds Hüsrev Tayla, Fonds Thieck, Fonds Poisson…). Surtout, grâce à l’aide d’un sponsor, à une campagne de crowdfunding, à une campagne de parrainage d’ouvrages mal en point, à de nombreuses collaborations dans le but d’organiser des expositions, et à la participation de l’IFEA au projet conduit par la BnF Bibliothèques d’Orient nous avons réussi à faire restaurer des dizaines d’ouvrages anciens bien en peine. La pratique collective du présentoir thématique mensuel – physique, dans la bibliothèque elle-même et pérennisés en ligne – a permis aux chercheurs à la fois de (re)découvrir certaines ressources, de compléter par des acquisitions certaines lacunes et de partager leurs interrogations avec les visiteurs et leurs collègues proches ou éloignés. En outre, l’intégration par l’IFEA de la plateforme Bibliopera portée par Anamed (Koç Üniversitesi) a contribué à renforcer la visibilité de notre bibliothèque et généré de stimulantes synergies avec les bibliothèques proches. Elle permettra aussi d’accroître la mise aux normes du catalogue de la bibliothèque et le rayonnement en ligne de cette dernière, en dépit des aléas des connexions informatiques.
  • Parallèlement les centres de documentation des deux principaux observatoires de l’Institut ont été réorganisés : à l’Observatoire Urbain comme à l’Observatoire de la Vie Politique. Des dossiers inventoriés, à la fois « papier » et numériques sont désormais à la disposition des chercheurs, grâce au travail patient de stagiaires ou de doctorants.
Une double page du livre d’or de l’IFEA tenu dans les années 80
  • Les archives de l’IFEA ont aussi été réordonnées, assainies et surtout valorisées à partir de la fin 2012 avec l’aide précieuse de Cilia Martin. La salle qui les abrite est désormais équipée d’un absorbeur d’humidité. Modestes en termes volumétriques, elles recèlent néanmoins des documents qui peuvent être transformés en sources primaires de la recherche comme le montre la dipnot sur Alfred Laumonier (http://dipnot.hypotheses.org/861). Sans parler des photographies que nous y avons trouvées en bien mauvais état… Désormais, les photos de Jane Laroche et d’Ara Güler sont mieux traitées et exposées dans les escaliers de notre institut. Il reste à faire sur ce chantier. Après les expositions Emmanuel Laroche (2014) et Stéphane Yerasimos (2015), une exposition consacrée à H. Corbin est en chantier avec la collaboration de l’EPHE et de l’Association des Amis d’H. Corbin. Enfin, la cession à l’IFEA fin juin 2017, par son épouse, d’une partie des archives de Stéphane Yerasimos va nous permettre d’aménager une salle Yerasimos cohérente et riche – puisque le Fonds Yerasimos s’y trouve déjà – au service de la mémoire de ce grand chercheur, de la mémoire institutionnelle, et des chercheurs à venir.
  • Du côté de la recherche, si l’ensemble des champs de recherche n’a pas pu être couvert et honoré – en ces temps contraints l’exhaustivité relève du luxe -, l’accent a été mis principalement sur la jeune recherche en collaboration et sur l’action en réseau. Au cours de ces cinq années, de nombreux anciens doctorants de l’IFEA (ex-BAR, AMI pour la nomenclature actuelle du MEAE) ont soutenu leur thèse : cet aboutissement est fondamental pour la crédibilité de notre Institut qui tire une partie de sa raison d’être de sa capacité à accompagner ces jeunes chercheurs et pour l’extension du réseau informel des anciens. Grâce aux partenariats actifs avec le CETOBAC, avec notre homologue l’IFPO, avec l’Orient Institut-Istanbul, l’École Normale Supérieure/PSL, CITERES (Tours), l’IRHT et le Centre Jean Pépin, de nombreux jeunes chercheurs ont pu bénéficier des programmes financés par l’ANR (Transtur, Transfaire, Marges, NMR, i-Stamboul project, Lajeh, NekroPergEol, EUR PSL-ArchéoPSL,…). Deux post-docs ont animé des séminaires multi-sites pendant plusieurs années participant à l’intégration de l’IFEA à une communauté transnationale de chercheurs.
Colloque « D’une migration à l’autre » 10-14 avril 2017, Ankara
  • Les Régions (Bretagne, pour le projet « Arcus »), l’ERC (« Réception de la philosophie arabe » – programme qui a débouché sur la mise en place en 2015 d’un LIA associant l’Université de Yıldız et le Centre Jean Pépin-CNRS –, WAFAW, Open Jerusalem), le GIS « Moyen-Orient et mondes musulmans ou MOMM », l’AFD (recherche sur les classes moyennes en Turquie), le CNRS (« Attentats-Recherche »), le programme ENVIMED (Amida), le MUCEM, et le Fonds d’Alembert (« Faire Méditerranée », 2013)  ont aussi contribué à la diversification des ressources de même que la collaboration plus étroite avec l’Institut Français (Cinquantenaire de l’accord migratoire franco-turc en avril 2015, colloque d’Ankara sur les migrations en avril 2017…).
  • L’IFEA a aussi émargé à des Labex, comme C-3-Network (Université d’Aix-Marseille) ou Transfert (colloque d’Izmir en octobre 2015). En outre la collaboration avec d’autres IFRE  – comme l’IFPO, le Centre d’Études Alexandrines3, grâce à notre efficace « délégué » partagé Faruk Bilici4, le CEDEJ et le Centre Jacques Berque5 – et avec certaines Écoles françaises (EFR pour le programme « Jeunesses méditerranéennes » et l’ensemble des Écoles françaises pour l’archéologie) a aussi permis à nos chercheurs de circuler et de s’ouvrir des horizons comparatifs. Si la synergie des observatoires urbains du pourtour de la Méditerranée n’a pas pu fonctionner autant qu’on aurait pu le souhaiter, faute de forces vives pour l’animer, les études kurdes à l’articulation entre études arabes et études turques ont connu une importante impulsion grâce à la collaboration avec l’antenne d’Erbil de l’IFPO et l’Université d’Exeter, particulièrement du temps où Clémence Scalbert-Yücel était pensionnaire scientifique (Septembre 2014-fin août 2016).
  • Enfin la formation et la consolidation de l’axe « Migrations et Mobilités » (ou AMIMO) au sein du pôle Études Contemporaines compte parmi les plus grandes réussites de ces années grâce au dynamisme d’Elif Aksaz et de tous les doctorants, stagiaires et collègues qu’elle a su mettre en réseau, avec l’appui du GIS « Moyen-Orient et mondes musulmans », de l’ANR-Lajeh et de nombreuses institutions turques, françaises (Institut Français, OFII) ou internationales (IOM). La conférence Guests and Aliens Re-configuring new mobilities in the Eastern Mediterranean post 2011-9 organisée en décembre 2014 en collaboration avec le Research Network « Re-Configurations. History, Remembrance and Transformation Processes in the Middle East and North Africa » de la Philipps-Universität, Marburg, avec le soutien de l’International Organization for Migration (IOM), restera dans les mémoires. Elle a débouché sur un Dossier de l’IFEA multimédia6.

  • La politique de publications s’est quant à elle recentrée sur l’objectif d’une plus grande présence en ligne avec la relance des Dossiers de l’IFEA (plus de 6 livraisons depuis 20137), les Dipnot (carnets de recherche-IFEA) et le lancement d’une nouvelle collection entièrement en ligne, « Bibliothèque électronique de l’IFEA », dont le premier numéro a été livré en février 2017 (voir : http://books.openedition.org/ifeagd/2180), ainsi que la poursuite des Rencontres d’Archéologie. En parallèle, grâce au remarquable travail de notre IE-CNRS « Projets numériques », la mise en ligne des publications papier de l’IFEA a été accélérée, sur des plateformes de référence comme Persée, Revues.org ou OpenEdition.org. À la fin de cette année, c’est l’intégralité de la collection de notre revue d’Archéologie Anatolia Antiqua qui sera en ligne. Et suite à un accord passé à la fin du printemps 2017 avec la maison d’édition, les numéros de la revue d’histoire Anatolia Moderna seront aussi à terme en libre accès.
  • Les Archives Visuelles sont une innovation de ces années dont nous souhaitons sincèrement la pérennisation. Leur formation résulte de plusieurs constats : nécessité de valoriser les ressources visuelles de l’institut jusque-là trop négligées, nécessité de solliciter tous les chercheurs passés par l’Institut ayant recouru d’une façon ou d’une autre à la photographie dans leurs travaux et surtout nécessité de partager ces sources primaires de la recherche d’une façon plus systématique et durable, au service des recherches à venir. L’hébergement récemment acquis sur Huma-Num va donner un nouveau souffle à ces archives, après les accords passés avec SALT dans les premiers temps de l’entreprise.
Vernissage de l’exposition « Deux siècles de cartographie d’Istanbul et de son environnement » au Lycée Notre-Dame de Sion le 7 mars 2013
  • De nombreuses expositions ont été organisées, dans le hall d’entrée de l’institut (merci à Aksel Tibet) pour les expositions Emmanuel Laroche et Stéphane Yerasimos, et dans divers lieux extérieurs (à Istanbul et hors d’Istanbul) pour les autres. Plusieurs sont en préparation (exposition JH Lambert à Eskişehir à la fin de l’année 2017). Ces expositions nous ont permis à la fois de nous réapproprier l’histoire de l’institution, de valoriser le travail de recherche et d’accumulation documentaire, de redécouvrir et de faire restaurer certaines richesses de notre bibliothèque et de l’Atelier cartographique, tout en nouant de nouveaux partenariats (notamment avec les lycées francophones d’Istanbul, privés et public8) et en nous ouvrant de nouveaux horizons.
Présentation du numéro 5 de la revue Anatoli, 13 janvier 2015
Atelier « Chaînes opératoires céramique » à l’Université Hitit de Çorum, 2 avril 2016
  • L’ouverture anatolienne souhaitée au début de notre mandat s’est réalisée en partie, comme les manifestations organisées à Diyarbakır, Eskişehir, Ankara, Izmir ou Çorum le prouvent. Cette ouverture, pour s’affranchir du tropisme stambouliote, fut salutaire et permit de réactiver toute la mémoire de l’activité de l’IFEA « en régions » pour reprendre cette expression très française.
L’exposition « Entre trois mers » au centre Arkas, Izmir de mai à juillet 2016
Invitation au vernissage de l’exposition « Emmanuel Laroche, un savant en Anatolie », en novembre-décembre 2014

Il ne me reste plus qu’à souhaiter le meilleur à mon successeur qui pourra compter sur le noyau stable de notre petite équipe. Nous travaillerons ensemble pour assurer la meilleure transition possible : des kilos de dossiers « papier » l’attendent, ainsi que des Gb de dossiers numériques! Mais trop de facteurs ne dépendent pas de nous : l’évolution de la situation en Turquie et dans la région, le devenir de l’Université turque plus précisément, mais aussi l’évolution de la politique de nos tutelles vis-à-vis de l’Institut. Souhaitons que la dégradation des statuts et la suppression pure et simple de postes soit arrivée à son terme9. Compte tenu des devoirs que nous voulons continuer à assurer – en termes de formation de jeunes chercheurs et d’aide à la recherche, de capacité de réponse aux besoins formulés de toutes parts et aux sollicitations qui nous sont adressées, de nécessité de faire vivre une certaine tradition scientifique française, en archéologie et dans les sciences humaines et sociales -, une taille critique minimale est nécessaire, qu’il ne faudrait pas mettre en péril sur l’autel par trop encombrant des économies à court terme. En nous appuyant sur un patrimoine de recherche riche que la déjà longue histoire de l’Institut illustre à merveille – d’où l’importance du travail dans les archives qui permet d’étayer les recherches actuelles sur un passé scientifique riche -, il reste beaucoup à faire dans ce grand pays au potentiel considérable – nul besoin de le rappeler en détail. Espérons que la situation se normalise et se stabilise rapidement, que les archéologues puissent continuer à travailler paisiblement avec leurs collègues turcs, et que l’Université turque retrouve une indispensable liberté d’action avec la fin de l’état d’exception et le retour en son sein de tous ces éléments remarquables – suspendus, démissionnés, expulsés de la fonction publique ou même partis à l’étranger-  qui font aussi le dynamisme, la richesse et la diversité scientifiques, potentielles, de ce pays. Il est grand temps que ce gâchis humain et intellectuel qui risque de laisser des traces durables sur des générations d’étudiants cesse au plus vite.

Annie Pralong en 2011 au Palais de France d’Istanbul lors de la réception donnée en l’honneur de la parution de son ouvrage Bizans, Yapılar, Meydanlar, Yaşamlar aux éditions Kitapyayınevi

Pour finir mes pensées vont à Annie Pralong, ancienne détachée du CNRS à l’IFEA entre 2002 et 2006, qui vient de nous quitter. On se souvient encore de son dynamisme, de sa disponibilité pour les jeunes chercheurs et de son implication dans le programme de formation en études byzantines des guides touristiques d’Istanbul (ayant débouché sur un bel ouvrage publié chez Kitap Yayınevi en 201110). Et mes plus cordiales condoléances vont aussi à notre cher collègue Philippe Bourmaud, très actif délégué à l’IFEA par l’Université Lyon-III depuis près de deux ans, et à notre amie Hülya, d’Expertise-France, qui ont, chacun, subitement perdu leur père en ce début d’été.

  1. Voir : https://www.artigercek.com/ankara-katliami-nda-olenlerin-sayisi-103-oldu-2 []
  2. Pour s’en faire une idée plus précise, on se reportera utilement à l’article d’Olivier Henry plaidant « Pour une nouvelle approche de l’archéologie en Turquie » et à ceux de Martin Godon intitulés « État de l’archéologie en Turquie » pour les années 2015 et 2016-2017. []
  3. Avec lequel l’IFEA est lié par une convention depuis 2014. []
  4. Voir : http://ottoman.cealex.org/ []
  5. Rappelons cette publication commune CJB/IFEA : http://books.openedition.org/cjb/1201 []
  6. URL : http://books.openedition.org/ifeagd/1829?lang=fr []
  7. Citons : Eda GÜÇLÜ, Istanbul Bibliography/İstanbul Bibliyografyası 2000-2013, Istanbul, février 2014, 219 p. ou Uğur KAYA et Dilek YANKAYA, Les relations de la Turquie avec la Syrie, Istanbul, décembre 2013, 72 p. []
  8. L’exposition Mamboury réalisée au lycée Galatasaray à la fin mai 2017 constitue un exemple. []
  9. La réflexion sur la restructuration des IFRE semble d’ailleurs se poursuivre… : Espérons que cette fois les personnes directement concernées – in situ – par ces projets soient vraiment consultées et intégrées à la réflexion conduite. []
  10. Bizans. Yapılar, Meydanlar ve Yaşamlar, ouvrage réédité en 2016 : http://www.kitapyayinevi.com/bizans/ProductDetail/280.aspx []

Une réflexion au sujet de « L’impossible dernier mot »

  1. Cher Jean-François,
    Tous mes remerciements pour l’action que tu as menée, et pour notre collaboration. Tous mes vœux pour ce que tu vas entreprendre.
    Bien à toi,
    Jean-Luc Maeso
    Arkas Sanat Merkezi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *