Quatre villes et un corpus : séjour de recherche au Musée archéologique d’Istanbul

Cite this article as: Bénédicte Cuperly, "Quatre villes et un corpus : séjour de recherche au Musée archéologique d’Istanbul," in Dipnot, 17/02/2020, https://dipnot.hypotheses.org/2350.

Doctorante en histoire et en philologie du Proche-Orient ancien, je prépare depuis l’automne 2016 une thèse1 sur un texte littéraire sumérien intitulé La Descente d’Innana aux Enfers (Angalta2). Ce poème épique narre au fil d’environ 400 vers l’héroïque catabase de la déesse principale du panthéon sumérien, Innana, et ses conséquences pour son amant Dumuzi. Innana, ayant trouvé la mort au Pays-sans-retour, est ressuscitée par le dieu des rituels Enki, mais ne peut quitter les Enfers sans fournir de substitut. C’est son amant, le dieu-berger Dumuzi, qui finit par devoir remplir ce rôle, avant qu’un compromis ne soit trouvé : il ne passera finalement que six mois par an aux Enfers.

La partie du récit racontant la mort de Dumuzi prend place dans un corpus qui comprend une vingtaine de versions de cette histoire. Seuls deux de ces récits, Angalta et un autre texte, lient causalement la mort du dieu au voyage d’Innana aux Enfers.

Mon objectif a donc été de comprendre pourquoi ces deux mythes ont été fusionnés : s’agit-il d’un hasard ? Après tout, les deux histoires ont la mort pour thème et leurs héros respectifs forment un couple. Ou d’un geste délibéré, de l’émergence d’une nouvelle idée théologique ? À quelle époque et dans quel contexte cette histoire a-t-elle vu le jour ? Peut-on identifier un « après-Angalta » ?

Il s’agissait en somme de ré-historiciser un objet littéraire. Pour ce faire, j’ai suivi la méthodologie développée à Göttingen par Christian Zgoll et implémentée par le groupe pluridisciplinaire de recherche sur les mythes STRATA3, dont j’ai fait partie pendant trois ans et qui a financé mon doctorat.

Ce travail sur le contenu mythique du texte, mélangeant analyse narratologique et éléments d’anthropologie, n’a pu que s’appuyer sur un rigoureux travail philologique. Angalta avait certes déjà fait l’objet de plusieurs éditions et traductions4. Cependant, depuis la dernière édition complète, celle de W. R. Sladek en 1974, de nombreux fragments ont été identifiés dans les collections de sources cunéiformes. Il convenait donc de reprendre entièrement les manuscrits, les nouveaux fragments remettant assez fréquemment en question certaines lectures de tablettes déjà connues.

Le poème est en effet parvenu jusqu’à nous sous la forme d’une cinquantaine de tablettes d’argile et de fragments inscrits en cunéiforme. L’écriture cunéiforme étant une écriture en trois dimensions – on inscrit les signes en pressant son stylet sur l’argile, on ne les trace pas –, il peut être difficile de lire sur photographie, notamment quand les signes sont mal tracés ou endommagés, ou la tablette très abîmée.

Certaines tablettes sont de grands formats et contenaient l’ensemble du texte, d’autres de simples extraits, parfois d’une dizaine de lignes seulement. À une exception près, elles remontent à la première moitié du second millénaire avant notre ère, soit à la période dite d’Isin-Larsa, soit à celle de la première dynastie de Babylone, celle d’Hammurabi. Aujourd’hui, elles sont dispersées entre différents musées et collections : Philadelphie, Londres, Istanbul, Bagdad, Oslo, Yale et Iéna.

Collations au musée archéologique d’Istanbul

J’ai pu venir collationner mes sources au Musée archéologique d’Istanbul5 au mois de septembre 2019, pendant deux semaines. J’ai à cette occasion été hébergée par l’IFÉA6.

Figure 1 : Les gardiens du Musée des œuvres de l’Orient ancien : lion monumental néo-hittite et chat endormi

Concrètement, en quoi consiste un séjour en musée ? Dans mon cas, je disposais déjà de copies7 des tablettes stambouliotes, et de leur transcription par d’autres chercheurs, mais pas de photographies. Or une copie est déjà une interprétation : outre les copistes qui normalisent les signes, on copie toujours ce qu’on croit voir et comprendre. Il est donc essentiel de pouvoir vérifier que les copies sont fidèles aux originaux, qu’aucun signe n’a été oublié etc. ; c’est ce que l’on appelle collationner.

Figure 2 : Station de travail dans la collection des tablettes cunéiformes du Musée des œuvres de l’Orient ancien

Mon travail au sein de la collection a donc consisté en une lecture attentive des tablettes, en m’aidant des copies et des transcriptions, puis d’une séance de photographie. J’ai ensuite passé plusieurs journées à travailler sur les passages qui posaient problème, en copiant certains signes pour mieux les lire.

La majeure partie des copies était finalement de très bonne facture. Dans le cas d’une tablette cependant, plusieurs lignes n’avaient pas été copiées, alors même qu’on pouvait, certes difficilement, les lire. Ces lignes correspondant à un passage important et pour l’instant mal reconstruit du texte, ce séjour à Istanbul m’a permis de faire avancer notre connaissance de ce texte.

Aux origines de la dispersion du corpus cunéiforme de Nippur

Les tablettes que j’ai pu étudier à Istanbul font partie d’un ensemble plus vaste réparti aujourd’hui entre les musées d’Istanbul, de l’University Museum à Philadelphie et de la collection Hilprecht à Iéna8. Pour comprendre cette dispersion, il convient de suivre le destin de ces tablettes, de la ville où elles furent inscrites et découvertes, aux trois villes qui les accueillent de nos jours.

Nippur

Le corpus dont font partie les manuscrits d’Angalta de Philadelphie, Iéna et Istanbul est constitué de tablettes inscrites à l’époque paléo-babylonienne dans la ville antique de Nippur. Nippur était l’une des cités principales du sud de la Mésopotamie, et, bien qu’elle n’ait jamais été une capitale politique, elle revêtait une importance particulière pour les Mésopotamiens, en particulier pour les souverains. Elle était en effet considérée comme le centre du monde, le lien entre ciel et terre, et la reconnaissance par le clergé local valait légitimation.

Figure 3 : Nippur, une cité antique au cœur de la Basse-Mésopotamie

Capitale religieuse et intellectuelle de la région, elle abritait une population nombreuse de scribes et de prêtres. L’apprentissage du cunéiforme par ces lettrés passait par l’étude des grands textes littéraires et religieux, dont Angalta. Les manuscrits à ma disposition sont des copies d’élèves, qu’on a retrouvées en très grand nombre dans la ville.

Si la présence d’une ville antique sur le site de Nippur était relativement évidente lors des premières fouilles9, les fouilles entreprises à partir de 1888 par la Babylonian Expedition de l’Université de Pennsylvanie n’ont pas tout de suite permis de se rendre compte de l’importance du site. La faible moisson de tablettes, et les conditions très difficiles des fouilles10 ont conduit l’épigraphiste Hermann Hilprecht à se replier très rapidement à Constantinople, la capitale de l’Empire ottoman, auquel l’Irak est alors rattaché. Le directeur officiel de l’expédition, le professeur John P. Peters, passe également peu de temps sur le chantier, dirigé dans les faits par John H. Haynes, un photographe.

Constantinople (Istanbul)

Hilprecht ne reste pas inactif à Constantinople. Il cherche à acquérir des tablettes sur le marché des antiquités. Il se rapproche également du futur directeur du musée archéologique d’Istanbul, Osman Hamdi Bey, l’artisan de la politique archéologique ottomane.11 Ce dernier, archéologue autodidacte, fondateur du premier musée de Turquie, a milité avec succès pour l’adoption de lois visant à protéger le patrimoine de l’empire, finalement votées en 1883 et 1884 : cette politique permet d’endiguer la sortie du territoire des œuvres, et redonne au gouvernement ottoman la main sur le commerce des antiquités.

Hilprecht, contrairement à d’autres archéologues américains, a bien appréhendé la situation. Il met à profit son extraction européenne pour instaurer une relation de connivence avec Hamdi Bey, qui a longtemps vécu en France. Cette amitié lui permet de négocier une sortie des tablettes du pays. Une partie du corpus est néanmoins conservée au Musée archéologique d’Istanbul et Hilprecht, qui a étudié en Allemagne auprès du grand assyriologue Delitzsch et maîtrise donc le cunéiforme, assiste le personnel du musée.

Philadelphie

Les autres tablettes sont envoyées à Philadelphie, siège de l’Université de Pennsylvanie. Si dans un premier temps, les archéologues trouvent peu de tablettes à Nippur, à partir de 1900, Hayes se met à en découvrir des dizaines de milliers. Hilprecht s’arroge tout le prestige des découvertes, ce qui conduit à la « controverse Peters-Hilprecht » : son attitude lui vaut d’être bientôt dénoncé comme un imposteur par nombre de ses collègues, dont son ancien maître Delitzsch, et le directeur de la fouille, Peters.

En 1910, la crise atteint son acmé : refusant une inspection de la direction du musée de l’université, Hilprecht part pour l’été en Allemagne avec les clefs de la collection. Le musée fait forcer la porte et découvre des tablettes dans des conditions de conservation discutables. Humilié, Hilprecht présente sa démission et à sa  grande surprise, l’université l’accepte, ce qui met fin à sa carrière académique.

Iéna

Les lois ottomanes adoptées sous l’impulsion de Hamdi Bey interdisaient officiellement la sortie des antiquités du territoire. En réalité, le sultan pouvait faire des dons personnels d’antiquités, ce qui fut le cas avec Hilprecht. L’Empire ottoman lui remit de très nombreuses tablettes, qu’il offrit ensuite à l’Université de Philadelphie. L’assyriologue avait cependant gardé pour lui les plus belles pièces, qu’il eut le temps de transférer en Allemagne avant la controverse qui mit fin à sa carrière. Sa deuxième épouse légua ce fonds à l’Université de Iéna après sa mort, legs qui est à l’origine de la collection Hilprecht, toujours hébergée par le département d’assyriologie.

Conclusion : de nouvelles pistes ?

C’est  ainsi que les tablettes de Nippur se sont retrouvées dispersées entre Istanbul, Philadelphie et Iéna. Un seul duplicat de la Descente d’Innana se trouve à Iéna, mais il faut noter qu’un des plus importants manuscrits, très endommagé, une grande tablette coupée en son milieu, se trouve écartelé entre les Etats-Unis et la Turquie : Hilprecht n’avait pas remarqué qu’il s’agissait des deux moitiés d’un seul et même objet.

La dispersion des tablettes de Nippur montre bien comment la géopolitique du passé et une éthique scientifique discutable peuvent engendrer de nombreuses difficultés pour la recherche moderne (et augmenter considérablement l’empreinte carbone des chercheurs…).

Cependant, même si pour l’instant rien ne remplace tout à fait les collations en musée, surtout pour les textes littéraires, on peut tout de même espérer que les développements technologiques de ces dernières années (technique RTI12, scan et impression 3D) viennent peu à peu pallier ces déboires hérités de la Belle Époque.

Bibliographie

Frith, S., « The Rise and Fall of Hermann Hilprecht », The Pennsylvania Gazette (Jan.-Feb.), 2003. Disponible en ligne : http://www.upenn.edu/gazette/0103/frithsidebar.html (consulté le 28/01/2020).

Joannès, F. (éd.), Dictionnaire de la civilisation mésopotamienne, R. Laffont (Paris), 2001.

Lafont, B., Tenu, A., Joannès, F., Clancier, P., La Mésopotamie. De Gilgamesh à Artaban 3300-120 av. J.-C., Belin (Paris), 2017.

Ousterhout, R. G., « Archaeologists and Travelers in Ottoman Lands », Expedition Magazine 52.2, 2010, 9-20. Disponible en ligne : http://www.penn.museum/sites/expedition/?p=12804 (consulté le 28/01/2020).

  1. Sous la direction d’Annette Zgoll et Bertrand Lafont, en cotutelle (universités Georg-August-Universität Göttingen et Paris 1 Panthéon-Sorbonne). []
  2. La Descente d’Innana aux Enfers est une appellation moderne ; les textes sumériens étaient désignés par leur incipit, en l’occurrence Angalta (« Du grand ciel »). []
  3. https://www.uni-goettingen.de/de/556429.html (consulté le 28/01/2020). []
  4. Voir la bibliographie au début de la traduction en ligne de Pascal Attinger https://zenodo.org/record/2599619 (consulté le 28/01/2020). []
  5. Plus précisément au Musée des œuvres de l’Orient ancien, l’un des trois musées du complexe qui constitue le Musée archéologique d’Istanbul. []
  6. Je profite de cette occasion pour remercier Bayram Balcı et Néhémie Strupler pour leur accueil, Selim Adalı et İlgi Gerçek, Emel Keskin, Derya Nuhbalaoğlu et Jenny Malikouti pour leur aide très précieuse. Merci également au personnel du musée. []
  7. C’est-à-dire d’un dessin de la tablette : voir par exemple ici https://cdli.ucla.edu/search/archival_view.php?ObjectID=P346465 (la copie du fragment se trouve sous la photographie). []
  8. D’autres tablettes ont été découvertes lors de fouilles ultérieures et se trouvent aujourd’hui à Bagdad et à Chicago, mais aucun exemplaire d’Angalta ne figurant parmi elles, et le contexte de la répartition des trouvailles étant alors différent (notamment du fait de l’indépendance irakienne), je ne développerai pas cet aspect dans cette note. []
  9. L’accumulation du bâti des villes antiques a formé des collines (les tells) qui se détachent dans le paysage très plat de la plaine alluviale mésopotamienne. []
  10. Fièvre typhoïde, chaleur, escarmouches entre et avec les habitants. []
  11. Sur la genèse du Musée archéologique d’Istanbul, voir le billet de Néhémie Strupler « Le Musée Sainte-Irène à Constantinople », https://dipnot.hypotheses.org/2285 (consulté le 29/01/2020). []
  12. http://culturalheritageimaging.org/Technologies/RTI/ (consulté le 28/01/2020). []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.