Note biographique sur François Lenormant (Paris 1837-1883)

Cite this article as: Chloé Québriac, "Note biographique sur François Lenormant (Paris 1837-1883)," in Dipnot, 31/05/2021, https://dipnot.hypotheses.org/2483.

« Archéologue maudit »1, « érudit déconcertant »2, « copiste primé par l’Académie française »3, François Lenormant ne manque pas d’attirer l’attention par les surnoms mystérieux dont l’affublent ceux qui s’y intéressent. Sans doute trop méconnu, l’étude de ce personnage mérite pourtant d’être menée, au moins pour savourer les paradoxes qui règnent autour de celui-ci. Car s’il semble au premier abord avoir mené une vie et une carrière scientifique somme toute classiques pour l’époque, elle mérite d’être rappelée. Par ailleurs, une étude plus approfondie de son œuvre met en lumière une multitude de « fautes scientifiques » qui ne manquent pas de surprendre tant par leur nombre que par leur audace lorsqu’elles se révèlent être des véritables œuvres de faussaire. François Lenormant, on le verra, est un homme paradoxal qui sera toute sa vie à la fois sujet aux plus franches louanges et cible des critiques les plus acerbes.

Figure 1 : Portrait de Charles Lenormant en 1830, par Pierre-Jean David (médaillon sculpté conservé au musée du Louvre) https://collections.louvre.fr/ark:/53355/cl010090685

Ses parents, Amélie Cyvoct et Charles Lenormant

L’environnement savant dans lequel baigne François Lenormant et son éducation exigeante lui assurent un brillant avenir scientifique. Il naît à Paris en janvier 1837. Sa mère est Marie-Joséphine Cyvoct (1804-1894), renommée Amélie Cyvoct par sa tante, la célèbre Juliette Récamier, le jour de son adoption en 18104. Amélie Cyvoct restera toute sa vie très proche de Juliette Récamier, pour preuve, elle publiera un journal intime et les correspondances qu’elle eut avec sa mère adoptive5. Elle épouse Charles Lenormant (1803-1859) (figure 1) en 1826, et donne neuf ans plus tard naissance à leur fils, François.

À la naissance de François, son père, Charles Lenormant est un archéologue et numismate français, professeur au Collège de France et conservateur au Cabinet des antiques et des médailles de la Bibliothèque nationale ; c’est un universitaire et scientifique reconnu par ses pairs, loué pour son intelligence et son infatigable sens du travail. François Lenormant grandit ainsi dans un environnement qui le pousse très jeune à étudier. Son père évoque à l’ouverture d’un de ses cours, ce qui représente pour lui l’archéologue idéal. Celui-ci serait un homme « ne s’arrêtant pas aux étude classiques, élevé au milieu des monuments aussi bien que des livres, ne négligeant aucune des branches de la philologie ou de l’histoire, s’initiant d’un côté aux parties les plus neuves de l’archéologie par l’intelligence des écritures de l’Égypte et de l’Orient, et, de l’autre, se rompant aux problèmes les plus ardus et les plus délicats de la connaissance de l’antiquité, par la complète possession de la science numismatique ». C’est cette voie qu’il trace pour son fils, qui s’y engage sans réticence. François Lenormant fait preuve d’une grande précocité : dès l’âge de quatorze ans, il réalise et publie une étude de tablettes grecques découvertes à Memphis6. De fait, son père, qui travaille au Cabinet des médailles et antiques, l’initie tôt à ses propres recherches, le fait suivre des études rigoureuses, et notamment les cours de Jules Oppert à l’École nationale des langues orientales. En 1857, à vingt ans, il est primé par l’Académie des inscriptions et belles-lettres au concours de numismatique pour son catalogue descriptif d’une collection privée de monnaie7. La même année, il obtient sa licence en droit8. Outre la théorie, François Lenormant pratique jeune, il voyage tôt. D’abord avec son père au Royaume-Uni en 1855 puis en Italie en 1858. En 1859, ils partent ensemble pour la Grèce, et y visitent le site d’Eleusis. Charles Lenormant décède pendant le voyage, à 56 ans.

Quelques mois plus tard, en 1860, à vingt-trois ans, François Lenormant retourne à Eleusis mais dans un nouveau contexte : il se voit chargé des fouilles archéologiques du site. Sa mère l’y accompagne. Celle-ci correspond régulièrement avec le proche ami de son défunt époux, le Baron Jean de Witte, et y décrit leur voyage9. De Witte devient par la suite l’ami et le protecteur de François Lenormant jusqu’à sa mort, ils fonderont ensemble la Gazette archéologique : recueil de Monuments pour servir à la connaissance et à l’histoire de l’art antique (1865-1887) (figure 2).

Figure 2 : La Gazette archéologique, recueil de connaissances pour servir à la connaissance et à l’histoire de l’art antique, François Lenormant et Jean de Witte, 1878. http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb32780075d

Vingt ans de carrière scientifique riche en voyages

Dans les années 1860, François Lenormant est ainsi déjà un scientifique productif et établi. En 1862, il est nommé sous-bibliothécaire de la Bibliothèque de l’Institut de France, et le reste jusqu’en 1872. Il continue de voyager. En 1860, alors qu’il débute ses fouilles à Eleusis, il abandonne le chantier et part pour la Syrie et le Liban alors en crise et où les chrétiens sont massacrés10. Il y reste jusqu’à que les délégations françaises arrivent sur place11. Fin juin 1860, avant son arrivée en Syrie, il passe par Smyrne (figure 3)12, mais rédige dès juillet 1860 rédige des nouvelles de Syrie pour Le Correspondant13. Il va ensuite au Liban et revient à Athènes en octobre 1860. Il fouille Eleusis jusqu’en 1863. Il ne conduit ensuite plus de fouilles mais se voit confier des missions d’exploration à partir de 1866 en Grande Grèce, soit en Italie du Sud et particulièrement à Tarente. En octobre 1869, il part plusieurs mois pour l’Égypte et publie les recherches en archéologie égyptienne qu’il y mène14. Lors de son voyage, il assiste à l’inauguration du Canal de Suez en novembre, invité par le pouvoir impérial dans le cadre de ses fonctions à l’Institut15. En mai 1874, il est nommé « professeur d’archéologie » auprès de la Bibliothèque Nationale, et le sera jusqu’à sa mort. Cette dernière intervient à la suite de son dernier voyage en Grande Grèce en 1882, il y contracte une maladie qui le contraint à rentrer en France et provoque sa mort un an plus tard16.

Figure 3 : Monnaie royale de la Lydie, François Lenormant, 1876, disponible librement https://gallica.bnf.fr/ark :/12148/bpt6k62012740

Le paradoxe d’un homme, érudit reconnu et fraudeur connu

Figure 4 : Inscriptions runiques franques, d’après Charles Lenormant, disponible dans Les fraudes en archéologie préhistorique, page 359, d’André Vayson de Pradenne1, sur https://gallica.bnf.fr/ark :/12148/bpt6k9763449q

De son œuvre, il faut remarquer que ses très nombreuses publications permirent des avancées remarquables dans un certain nombre de domaines. Il est un homme de science reconnu en France mais aussi à l’étranger, et spécialement en Italie17. Les fouilles d’Éleusis de 1860 furent en premier lieu une source abondante de publications18. Puis, à partir de 1865, François Lenormant, outre ses études sur l’antiquité classique, se tourne vers les antiquités orientales. Élève de Jules Oppert, ils deviennent ensuite collaborateurs, sinon amis19. Ils travaillent ensemble à la création d’une carte de Babylone20. Lenormant publie en 1881 un Manuel d’histoire ancienne de l’Orient, jusqu’aux guerres médiques, bien reçu par la critique et traduit en plusieurs langues. Lors du grand débat qui agita la communauté scientifique dans la seconde moitié du XIXème, il est un des premiers avec Jules Oppert à reconnaitre dans les écritures cunéiformes nouvellement découvertes l’existence d’une langue non sémite qu’il nomme « akkadien », appelée ensuite « sumérien »21. Il est en outre, comme père, un passionné de numismatique antique. Son ouvrage Monnaies et Médailles de 1883 est une référence, disponible en plusieurs langues22. Malgré tout, certaines publications de François Lenormant sont, dès leur parution, controversées pour leur manque de rigueur. Au sujet de ses dernières publications sur la Grande Grèce, Georges Perrot (1832-1914) écrit

« il dit dans sa préface que les gens du métier retrouveront facilement, s’il leur en prend fantaisie, tous les textes anciens sur lesquels s’appuie son exposition, et il n’en indique aucun. Il n’y a pas d’un bout à l’autre de l’ouvrage une seule note »

Perrot, « La Grande Grèce »

François Lenormant répondra en 1881,

« il y a un peu de pêle-mêle dans ce livre, comme l’amène naturellement la succession des localités que j’y passe en revue »

Lenormant, La Grande-Grèce

Là où ses détracteurs voyaient salmigondis, il y voyait de légères bigarrures. Cette « flegme » serait recevable si elle constituait l’unique exemple d’un manque de rigueur scientifique dans la carrière de François Lenormant. Cependant, cet exemple est loin d’être unique.

Une première mystification à 17 ans

Car s’il est un homme de science confirmé, il faut désormais s’attacher à comprendre en quoi François Lenormant est, aussi, un homme « déconcertant », « maudit », ou tout du moins, paradoxal. Il est nécessaire de reprendre sa biographie au début de sa vie. A quatorze ans, donc, il publie une étude sur des tablettes grecques de Memphis. À dix-sept ans, il s’illustre publiquement à une autre occasion, lors de « l’affaire dite de la Chapelle-Saint-Éloi ». Un article de Luce Pietri de 1970 relate en détail cet épisode23.

Le 25 octobre 1854, Charles Lenormant présente devant les membres de l’Institut une découverte que lui et son fils François viennent de faire près de leur maison de campagne dans l’Eure. Il annonce avoir découvert un village antique, un cimetière mérovingien, un baptistère, un grand nombre d’antiquités où figureraient des inscriptions chrétiennes en latin mais aussi des « runes franques » (figure 4) évoquant des références chrétiennes24. Si ces découvertes suscitent au premier abord surprise et louanges, les réactions deviennent ensuite seulement surprises puis franchement perplexes, d’autant que ces annonces sont celles d’un scientifique reconnu. La Société libre d’agriculture, sciences, arts et belles-lettres de l’Eure dénonce la première ce qu’elle estime être une supercherie des Lenormant25. Des voix expertes aussi mettent en doute ces découvertes qui paraissent incohérentes sinon invraisemblables26. Les Lenormant n’en apportent d’ailleurs aucune preuve matérielle. Ceux-ci se défendent de toute fraude et François Lenormant publie en 1855 « De l’authenticité des monuments découverts à la chapelle Saint-Éloi » dans le journal de son père, le Correspondant27. Finalement, la fraude est établie et il apparait aujourd’hui que le jeune François Lenormant en est bel et bien l’auteur et que son père s’est volontairement laissé prendre à la supercherie, celle-ci confortant ses propres recherches scientifiques28. Cet épisode est important car il est le premier d’une longue série « d’incidents » dans la vie de François Lenormant. En 1864, François Lenormant publie un article titré « Inscription grecque d’Antandros » (figure 5) en Troade29. En 1865, un article sur des inscriptions à Pholégandros30. Il s’avère que ces deux articles reprennent, en fait, sciemment, des inscriptions inventées par un faussaire très célèbre à l’époque, le Grec Constantin Simonides (en les « corrigeant » même parfois), qui a déposé des facs-similés en personne à la Bibliothèque de l’Institut.

Figure 5 : « Fac-similé » de la fausse inscription d’Antandros imaginée par Simonides (1861) et remise en circulation par François Lenormant, disponible dans l’article d’Olivier Masson de 1993.

Un faussaire aguerri

En 1866, 1867, et 1868, François Lenormant publie ainsi un nombre considérable de fausses inscriptions grecques, savamment mêlées à des authentiques, et peu remises en question. De fait, il est parfois complexe de différencier faux et authentiques : les inscriptions de Zante (Zakynthos) seront reconnues comme authentiques alors qu’insérées entre des fausses. En 1868, François Lenormant publie ce qui est peut-être sa dernière falsification dans un article de la Revue Archéologique31. À propos de la formation de l’alphabet grec, il signale une lacune dans l’étude de l’alphabet achéen (chapitre X). Il écrit néanmoins à ce sujet que « plus heureux que nos prédécesseurs, nous pouvons aujourd’hui combler cette lacune en insérant ici un texte épigraphique inédit, découvert tout récemment aux environs de Patras et dont une copie nous a été communiquée par un jeune homme de cette ville, M. Kondogouris ». Toutefois, ces inscriptions sont impossibles, et ses contemporains ne manquent cette fois pas de le remarquer32. De fait, dans les années 1870-1880, plusieurs scientifiques allemands se mettent en quête de recenser ces fraudes jusqu’alors passées inaperçues. En 1882, l’historien allemand Röehl publie « Franciscum Lenormant Inscriptionum falsarium », où il relève pas moins de quatorze fraudes dans les publications de François Lenormant33.

Figure 6 : Extrait de « Le Pays : journal des volontés de la France », sur Gallica, 21 décembre 1869. Au sujet de la découverte du Trésor d’Hildesheim, à gauche, le texte d’Henry Lavoix publié au Journal Officiel de l’Institut et à droite, le texte publié ensuite par Lenormant dans la Gazette des Beaux-Arts.

Des assertions douteuses

Outre ces falsifications, François Lenormant est aussi connu pour la confusion qui règne autour de certaines de ces publications, au point qu’elles paraissent parfois purement et simplement inventées. Notamment, à l’occasion de son voyage en Italie du sud à la fin de sa vie, ses publications sont extrêmement éclectiques, de l’alimentation calabraise aux manifestations du christianisme au XIXeme dans la chronique de saints locaux, en passant par des problématiques économiques et sociales comme la production de la pourpre tarentine depuis l’Antiquité ou les problèmes de brigandage dans la région. Certains ouvrages sont mal reçus ou avec perplexité et certains doutent de la véracité de certaines assertions34. Sabine Jaubert, dans son étude critique sur François Lenormant de 2014, évoque une autre raison pour laquelle ses contemporains se méfient de Lenormant, sa tendance, comme père avant lui, à mêler sa foi catholique à ses recherches scientifiques35. Déjà, il était possible de s’en rendre compte en 1860, lors de sa première fouille à Eleusis. Celles-ci sont menées dans la même optique que son père, soit démontrer que l’antiquité conduit à une formation culturelle aboutissant à la conscience chrétienne. Fidèle à ses paradoxes, il écrit pourtant lui-même : « je ne connais pas une science chrétienne et une science libre-penseuse ; je n’admets qu’une seule science, celle qui n’a pas besoin d’autre épithète, qui laisse de côté, comme étrangères à son domaine, les questions théologiques et dont les chercheurs de bonne foi sont les serviteurs, quelles que soient leurs convictions religieuses »36.

Des accusations de plagiat

Perçu comme un scientifique doué de beaucoup d’imagination, comme un inventeur, comme un scientifique influencé par sa foi, François Lenormant est, enfin, accusé d’être un plagieur. Le 3 décembre 1869, il est possible de lire dans Le Gaulois que « M. Lenormant, bibliothécaire de l’Institut, a publié un ouvrage intitulé Chef-d’œuvre de l’art antique, où l’on trouve non seulement des pages, mais des chapitres entiers de la Sculpture antique et moderne de MM. Louis et René Ménard »37. Un autre article vindicatif du 21 décembre 1869 du journal Le Pays est ainsi titré « Un prix de plagiat décerné par l’Académie Française » (figure 6)38. L’auteur de l’article se fait l’écho de plusieurs accusations de plagiat contre Lenormant. Henry Lavoix (1820-1892), conservateur en chef du Cabinet des Médailles, l’y accuse de plagier « des pages entières » de l’Abrégé d’histoire d’Égypte de François Auguste Ferdinand Mariette (1821-1881). L’accusation se concluant par un cinglant « je sais bien qu’en histoire il ne faut pas être inventeur, mais il ne faut pas non plus être COPISTE ». L’article se termine en outre par une liste des auteurs que Lenormant aurait plagié : « ainsi, les paons dont M. Lenormant a pris les plumes, sont : 1° M. Robiou ; 2° MM. Ménard ; 3° M. Mariette ; 4° M. Frœhner ; 5″ M. Munck ; 6° M. Ubicini ». Un constat virulent.

Érudit déconcertant ou homme de son temps ?

Faussaire, plagieur, inventeur et pourtant scientifique de premier ordre, François Lenormant ne cesse de déconcerter. Ses dates de voyages et leurs buts sont très difficiles à établir, ses convictions politiques et son rapport au Second Empire difficiles à cerner39. Était-il mythomane comme certains l’avancent ((Regnault, « Un savant mythomane, François Lenormant ».)) ? Il apparaît en tout cas qu’il n’était pas motivé par l’argent, ses faux n’ont pas un but lucratif. François Lenormant parait plutôt avoir mis ses grandes connaissances au service de ses propres recherches, en comblant des vides et en accréditant ses théories avec des éléments inventés. François Lenormant n’est d’ailleurs pas un cas unique et il s’inscrit dans le groupe des nombreux « fraudeur scientifique ». À la même époque, on connait Pierre Bouriant, le fils de l’égyptologue Urbain Bouriant (1849-1903), qui a lui aussi produit des faux en s’inspirant des travaux paternels, lors de l’affaire des faux-scarabée de Néchao40 ; ou encore Alexandre Du Mège (1780-1862), et l’affaire du « faux » de Nérac, dans lequel l’archéologue a produit des fausses inscriptions de bas-relief romains41.

Bibliographie

Bruwier, Marie-Cécile. « Destins égyptologiques croisés  : Alexandre Moret et Jean Capart ». Livres et archives de l’égyptologue Alexandre Moret (1868-1938) à Mariemont. Catalogue de l’exposition organisée au Musée royal de Mariemont du 24 mars au 2 juin 2000, p. 11-17., 2000. https://www.academia.edu/4963411/Destins_ %C3 %A9gyptologiques_crois %C3 %A9s_Alexandre_Moret_et_Jean_Capart.

De Lasteyrie, Robert. « Discours prononcé sur la tombe de M. François Lenormant le 11 décembre 1883 ». 1884, Imprimerie de G. Chamerot édition.

Delpont, H. Histoire d’une arnaque : Maximilien-Théodore Chrétin et l’empire de Tétricus. Narrosse : Albret, 2006.

François Jean Désiré Behr, François Lenormant. Description des médailles et antiquités composant le cabinet. Hoffman, 1857. http://archive.org/details/descriptiondesm00lenogoog.

Fromentin, Eugène. Voyage en Egypte de 1869  ; journal publié d’après un carnet manuscrit. Collection des textes rares ou inédits, 1935. https://gallica.bnf.fr/ark :/12148/bpt6k6573266q/texteBrut.

Jaubert, Sabine. « LENORMANT François  : étude critique  ; notice INHA ». In http://www.inha.fr. INHA, 31 mars 2014. Fr. https://www.inha.fr/fr/ressources/publications/publications-numeriques/dictionnaire-critique-des-historiens-de-l-art/lenormant-francois.html.

Kirchhoff, Adolf. Studien zur Geschichte des griechischen Alphabets. Berlin, Dümmler, 1877. http://archive.org/details/studienzurgeschi00kirc.

Lenormant, François. « De l’authenticité des monuments découverts à la chapelle Saint-Éloi ». Le Correspondant, septembre 1865.

———. « Inscriptions de Pholégandros ». Revue Archéologique I (1865) : 124‑28.

———. « Inscriptions grecques d’Antandros ». Revue Archéologique II (1864) : 49‑51.

———. La Grande-Grèce  : paysages et histoire. vol. 1‑2. Paris  : Lévy, 1881. http://archive.org/details/lagrandegrcepa01lenouoft.

———. « Les Massacres de Syrie ». Le Correspondant 50 (juillet 1860) : 601‑6.

———. Les Origines de l’histoire d’après la Bible et les traditions des peuple orientaux, tome 1  : De la création de l’homme au déluge. Paris : Maisonneuve, 1880.

———. « Lettre à M. Hase sur des tablettes grecques trouvées à Memphis ». Mémoire de l’Académie des inscriptions et belles-lettres. 1851.

———. Monnaies et médailles. A. Quantin, 1883.

———. Notes sur un voyage en Égypte. Paris : Gauthier Villard, imprimeur, 1870. https://gallica.bnf.fr/ark :/12148/bpt6k58041527.

———. « Origines et formation de l’alphabet grec, chapite X ». Revue Archéologique 1 (1868) : 189‑90.

Lenormant, François (1837-1883) Auteur du texte. Des Voies de recours, 1857. https://gallica.bnf.fr/ark :/12148/bpt6k5623569n.

———. Histoire ancienne de l’Orient jusqu’aux guerres médiques. Les Assyriens et les Chaldéens, 1881. https://gallica.bnf.fr/ark :/12148/bpt6k1104613.

« L’esprit des autres ». Le Gaulois, 3 décembre 1869.

Masson, Olivier. « François Lenormant (1837–1883), un érudit déconcertant ». Museum Helveticum 50, no 1 (1993) : 44‑60.

Oppert, Jules. « L’Immortalité de l’âme chez les Chaldéens ». In Annales de Philosophie chrétienne, vol. VIII, 1875. https://fr.wikisource.org/wiki/L %E2 %80 %99Immortalit %C3 %A9_de_l %E2 %80 %99 %C3 %A2me_chez_les_Chald %C3 %A9ens.

Perrot, Georges. « La Grande Grèce ». Revue Archéologique I (1881) : 189‑91.

Pietri, Luce. « La Chapelle Saint-Éloi ». Bulletin de la Société nationale des antiquaires de France, 1970, 45.

« Rapport sur la découverte d’un prétendu cimetière mérovingien à La Chapelle-Saint-Éloi par M. Ch. Lenormant ». Recueil des Travaux de la Société de l’Eure, 1855.

Regnault, Félix. « Un savant mythomane, François Lenormant ». Revue moderne de médecine et de chirurgie, 1933.

Roehl. « Franciscum Lenormant Inscriptionum falsarium ». Hermes, Zeischrift fur classische philologie 25 (1891) : 460.

Société Le Bugey. « Madame Récamier en Bugey ». Le Bugey, août 1923.

« Un prix de plagiat décerné par l’Académie française ». Le Pays  : journal des volontés de la France, 21 décembre 1869. https://gallica.bnf.fr/ark :/12148/bpt6k4678231w.

  1. Masson, « François Lenormant (1837–1883), un érudit déconcertant ». []
  2. Jaubert, « LENORMANT François  : étude critique  ; notice INHA ». []
  3. « Un prix de plagiat décerné par l’Académie française ». 1869 []
  4. Société Le Bugey, « Madame Récamier en Bugey ». []
  5. Elle publie d’autres ouvrages dont notamment un livre d’histoire, Esquisses historiques. Quatre femmes au temps de la Révolution en 1866. Un article décrit le style d’écriture de Mme Lenormant comme une « plume teintée de « bas-bleu » », qui serait le reflet de sa condition de « femme de professeur », témoignage supplémentaire peut-être de l’atmosphère très docte qui régnait chez les Lenormant, il s’agit de l’article Les oeuvres et les hommes, T. 13, Jules Barbey d’Aurevilly, 1860. []
  6. Lenormant, « Lettre à M. Hase sur des tablettes grecques trouvées à Memphis ». []
  7. François Jean Désiré Behr, Description des médailles et antiquités composant le cabinet. []
  8. Lenormant, Des Voies de recours. []
  9. Cette correspondance est conservée dans le fonds Jean De Witte des collections de la Bibliothèque de l’Institut de France, elle n’est malheureusement pas numérisée. []
  10. À cet égard, on peut noter son remarquable engagement pour la cause, il fait partie, au mois de mars 1861, du Comité pour les Chrétiens de Syrie, qui envoie au Sénat une pétition en faveur de ces derniers lors de la crise syrienne de 1860. []
  11. Durant tout son séjour, il rapporte ses témoignages syriens aux journaux français Il est l’auteur d’Une persécution du christianisme en 1860 : les derniers événements de Syrie, Paris, 1860, ou encore Histoire des massacres de Syrie en 1860, Paris, Hachette, 1861. []
  12. Il y aurait acheté des monnaies rares alors qu’il se trouvait à Nymphi et à Sardes. Dans son étude, Olivier Masson remet en doute ces acquisitions. []
  13. Lenormant, « Les Massacres de Syrie ». []
  14. Lenormant, Notes sur un voyage en Égypte. []
  15. Fromentin, Voyage en Égypte. []
  16. De Lasteyrie, « Discours prononcé sur la tombe de M. François Lenormant le 11 décembre 1883 ». []
  17. Dans les actes de la communication d’Olivier Massion de janvier 1994 sur François Lenormant, une des intervenantes évoque le fait qu’en « en Italie du Sud où Lenormant est l’objet d’un véritable culte, en raison de son ouvrage sur l’Italie méridionale ». []
  18. Il est possible de citer sa Monographie de la voie sacrée éleusinienne (1864), son Exposé des travaux exécutés à Éleusis pendant l’année 1860 publié dans la Gazette des Beaux-Arts (1862), ou encore Triptolème et les Grandes Déesses, bas-relief d’Éleusis dans la Revue archéologique (1867). []
  19. Oppert, « L’Immortalité de l’âme chez les Chaldéens ». []
  20. Lenormant, Histoire ancienne de l’Orient jusqu’aux guerres médiques. Les Assyriens et les Chaldéens., p. 408-409, 1883, T. IV []
  21. Contre, notamment, les violentes oppositions de Joseph Halévy (1827-1917). []
  22. Lenormant, Monnaies et médailles. []
  23. Pietri, « La Chapelle Saint-Éloi ». []
  24. En réalité, les inscriptions runiques transcrivant le franc, et en plus se référént à la culture chrétienne sont extrêmement rares, il semble que les seules occurences reconnues de runes franques soient l’inscription Bergakker et la boucle Borgharen. Cf. Tineke Looijenga, Two runic finds from The Netherlands – both with a Frankish connection, Barkhuis and Groningen University Library, 2013. []
  25. « Rapport sur la découverte d’un prétendu cimetière mérovingien à La Chapelle-Saint-Éloi par M. Ch. Lenormant ». []
  26. On peut lire dans une lettre inédite publiée dans le Bulletin de la Société des Antiquaires de Normandie p. 655-661, en 1963, qu’« à Paris, cependant, les milieux scientifiques, qui avaient gardé jusqu’alors un prudent silence, commençaient à s’émouvoir », voir l’article de Luce Pietri pour les événements en détail. []
  27. Lenormant, « De l’authenticité des monuments découverts à la chapelle Saint-Éloi ». []
  28. Masson, « François Lenormant (1837–1883), un érudit déconcertant ». []
  29. Lenormant, « Inscriptions grecques d’Antandros ». []
  30. Lenormant, « Inscriptions de Pholégandros ». []
  31. Lenormant, « Origines et formation de l’alphabet grec, chapitre X ». []
  32. Kirchhoff, Studien zur Geschichte des griechischen Alphabets. []
  33. Roehl, « Franciscum Lenormant Inscriptionum falsarium ». []
  34. Jaubert, « LENORMANT François  : étude critique  ; notice INHA ». []
  35. Jaubert. []
  36. Lenormant, Les Origines de l’histoire d’après la Bible et les traditions des peuple orientaux, tome 1  : De la création de l’homme au déluge. []
  37. « L’esprit des autres ». []
  38. « Un prix de plagiat décerné par l’Académie française ». []
  39. L’article de 1869 du Pays évoque ces contradictions. Il serait intéressant à cet égard de pouvoir accéder aux versions numérisées des lettres de sa mère à Jean de Witte (conservées à la Bibliothèque de l’Institut de France), ou à celles de sa femme à Madame Hermione Quinet (conservées à la BNF). []
  40. Bruwier, « Destins égyptologiques croisés ». []
  41. Delpont, Histoire d’une arnaque. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.