La présence iranienne à Istanbul

Estimée à 126 640 individus en 2020, la communauté iranienne en Turquie se distingue par une présence ancienne, et la ville d’Istanbul est une destination privilégiée. Initiés par les migrations des Azéris d’Iran, ces flux ont été soutenus par une augmentation constante du nombre de réfugiés politiques, puis par les migrations économiques. La communauté iranienne d’Istanbul est aujourd’hui extrêmement diverse : aux membres historiques s’ajoutent de nouveaux arrivants cherchant à s’installer pour des raisons économiques ou politiques en Turquie et des Iraniens de passage qui, bien que touristes, cherchent à profiter du marché économique turc.

Une présence historique marquant l’urbanisme

La présence iranienne à Istanbul a historiquement marqué le paysage urbain, au sein duquel deux lieux méritent une présentation approfondie : le cimetière iranien d’Üsküdar et la mosquée iranienne du Valide Han, située au centre du plus grand caravansérail, occupé par les marchands iraniens à l’époque ottomane. Historiquement, la présence iranienne à Istanbul se renforce en parallèle de l’établissement de liens diplomatiques entre l’Empire perse et la Sublime Porte : alors que jusqu’aux années 1840 aucune ambassade perse n’était présente de manière permanente, la fin du règne du sultan Mahmud II (1808-1839) coïncide avec l’établissement définitif de diplomates iraniens à Istanbul, et le premier d’entre eux, Mirza Sayyid Jafar Khan, s’illustre notamment par la conclusion de traités avec la Hollande et la Belgique. Selon le consul perse en poste à Istanbul entre 1918 et 1923, Khan Malek Sasani, la communauté perse compte au milieu du XIXe siècle 16 000 individus, dont 80 % d’origine azérie. Ceux-ci, formés pour la plupart de marchands de tapis, soie, livres, forment un « lobby » économique puissant.

Dans le paysage stambouliote, le Valide Han apparaît comme central historiquement pour la communauté perse. Situé au centre du bazar, ce lieu de repos et d’échange n’est pourtant pas initialement destiné aux marchands iraniens. Selon Evliya Çelebi1, il est construit sur demande de la mère (valide) du sultan Murad IV (1623-1640), Kösem Mahpeyker Sultan et est un waqf de la mosquée2 d’abord sunnite. L’époque de la chiisation de la mosquée est incertaine, il est cependant probable que celle-ci se soit faite progressivement avec l’installation des marchands iraniens, et dès le milieu du XIXe siècle, les célébrations d’Ashura y sont organisées. La première mosquée en bois construite au XIXe siècle et brûlée en 1946 est remplacée en 1951 par une mosquée en pierre. Une plaque située à l’entrée de la salle de prière rappelle le rôle joué par Hacı Mehmet Naki Şefizade, qui a permis cette reconstruction.

Le caravansérail l’entourant est représentatif de l’architecture commerciale de l’époque et a subi plusieurs modifications afin de s’adapter à l’augmentation des flux commerciaux. Néanmoins, le Valide
Han ne rassemble aujourd’hui que des commerces turcs, la mosquée demeurant la seule trace de l’importance de ce lieu pour la communauté iranienne d’Istanbul.

En 1953, la mosquée est réouverte au public, lors d’une cérémonie présidée par le Premier ministre turc. Sa gestion, au même titre que celle du cimetière iranien d’Üsküdar, est confiée à l’association Türkiye İranlılar Hayır Derneği, connectée au consulat iranien d’Istanbul. Cette proximité s’avère délicate, et dans les années 1990, la mosquée est au centre d’une polémique mettant en avant ses liens étroits avec la République islamique d’Iran, et apparaît davantage comme mosquée « iranienne » que « chiite ». Téhéran joue en effet un rôle prépondérant dans le choix des dirigeants, qui entretiennent des liens étroits avec les cercles rapprochés de l’Ayatollah Khomeini entre 1992 et 1993 et sont expulsés de Turquie pour espionnage.

Depuis, la mosquée conserve un rôle pivot pour la communauté iranienne et plus largement dans les relations entre les deux pays. Le responsable actuel, Hojjat ul-Islam Farid Asr, interviewé au sein de la mosquée le 23 juin 2021, illustre cette proximité entre la mosquée et le pouvoir idéologique iranien. En poste depuis sept ans, il a suivi un parcours relativement classique, diplômé à Tabriz puis dans les séminaires de Qom. Il explique que le gouvernement iranien limite son soutien au seul envoi de clercs, le fonctionnement de la mosquée reposant sur les fidèles, tous Iraniens mais possédant désormais la nationalité turque. Les activités de la moquée sont cependant dépendantes du fonctionnement du bazar : celle-ci étant située à l’intérieur d’un caravansérail au centre du bazar, elle ne peut fonctionner en dehors des heures d’ouverture de celui-ci. Les plus importants événements religieux tels que le Ramadan, Ashura, les funérailles et les naissances sont maintenus, mais les enfants ne peuvent prendre part aux activités religieuses et pédagogiques, la plupart habitant trop loin. Selon le responsable, la mosquée a un positionnement quiétiste, et se veut éloignée de toute mouvance politique, malgré une proximité évidente de Téhéran, matérialisée par les affiches et bannières disposées à l’intérieur.

Une seconde inscription commémore l’aide apportée par le consulat iranien (durant le mandat du consul Seyyed Kemal Yassini), le ministère des Affaires étrangères iranien, les organisations du waqf et plusieurs Iraniens à la rénovation de 2006 :

« به یاری و لطف خداوند کاشی کاری محراب و کتیبه های این مسجد تاریخی ایرانیان به اهتمام و نظارت سرکنسولگری جمهوری اسلامی ایران در استانبول در دوره سرکنسولی آقای سید کمال یاسینی و با سرمایه خیر و همیاری معنوی وزارت امور خارجه و سازمان اوقاف و امور خیریه جمهوری اسلامی ایران و مشارکت تنی چند از ایرانیان نیکوکار به انجام رسید ».

Rétrospectivement, Farid Asr souligne l’impact des évolutions politiques turques sur la vie de la communauté, et souligne qu’à ses yeux, l’arrivée au pouvoir de l’AKP a été un signal positif pour les fidèles de la mosquée et pour les chiites de Turquie plus largement.

Le second lieu central pour la communauté iranienne est le cimetière iranien d’Üsküdar. Celui-ci apparaît comme plus récent, la plus ancienne tombe datant de 1160 (1747-1748). Celui comporte également une mosquée, attenant la Ghassalkhaneh, dont la configuration et l’environnement rappelle les Emamzadeh iraniens.

La ghassalkhaneh a été construite au milieu du XIXe siècle, ainsi que les bases de la future mosquée, par Junayd Ali Tajir Khuyi, issu d’une famille de marchands comme son nom l’indique. La mosquée Seyyid Ali Deresi construite à la fin du XIXe siècle surplombe l’ancienne Ghassalkhaneh, et le mihrab a été spécialement apporté d’Iran en 1933-34. La spécificité du cimetière transparaît dans la stylistique des stèles. Bien que beaucoup suivent la tradition ottomane (dressées), la majorité sont des stèles couchées, adoptant parfois un style hybride mêlant stèle couchée avec un épitaphe en persan et stèle dressée surmontée d’une coiffe, et comportant une inscription en arabe ou en turc ottoman. La partie la plus ancienne du cimetière regroupe une majorité de stèles datant du XIXe siècle, mais beaucoup sont aujourd’hui enfouies sous le sol, rendant une observation complète difficile.

D’autres stèles plus récentes mettent en avant des personnalités importantes pour la communauté iranienne d’Istanbul, tel Abdülbâki Golpınarlı, (1900-1982) de son vrai nom Mustafa İzzet Bâkî, historien de la littérature iranienne et traducteur entre autres du mesnevi de Rumi. Ziver Ziyathan est une autre figure clef de la communauté : né en 1916 à Tbilissi, fils de l’ambassadeur d’Iran, il émigre pendant la révolution russe à Istanbul et travaille jusqu’à sa mort à l’école iranienne d’Istanbul.

Les plaques commémoratives sur les murs de la mosquée mettent là aussi en avant le rôle prépondérant de l’association des Iraniens de Turquie (Türkiye İranlılar Hayır Derneği). Elles listent l’ensemble des fondateurs, présidents et responsables engagés dans l’entretien et le fonctionnement du cimetière et de la mosquée. Y figurent ainsi les noms d’Abdül Hüseyin Ehrabi, Yaşar Ali Şinasi et Riza Leki, tous d’anciens présidents de l’association.

Dynamiques contemporaines : une attractivité renouvelée

Aujourd’hui encore, la Türkiye İranlılar Hayır Derneği garde un rôle de premier plan, mais les associations et organisations regroupant les Iraniens se sont multipliées. La Türkiye İranlılar Hayır Derneği a été fondée en 1945 par İsmail Kasımzade, Hamit Terakkiperver et Ali Halili, et son siège se trouve dans le quartier de Kadiköy. En l’absence de disposition claire sur son statut, elle se trouve sous le régime de la loi n° 2908 et du premier chapitre du code civil turc. Tel que présenté dans sa charte, son but est essentiellement de développer des activités caritatives en faveur des Iraniens d’Istanbul, notamment : fournir une assistance aux plus défavorisés, couvrir les frais de voyage de ceux souhaitant s’installer en Iran, assurer l’entretien de la mosquée et des stèles du cimetière iranien d’Üsküdar, gérer et entretenir les biens immobiliés alloués au waqf par les Iraniens en Turquie. Le président actuel, Mehmet İbrahim Burhanettin, est le membre le plus ancien de l’association, et a une trajectoire classique : né en 1930 dans la province iranienne d’Azerbaïdjan oriental, il émigre à Istanbul en 1949 et développe un commerce de caoutchouc. Homme d’affaire respecté, il conserve des liens avec sa région d’origine, construisant par exemple deux lycés pour filles dans sa ville natale. Plusieurs membres de l’association ont des parcours similaires, émigrant en Turquie pour les études ou au début de leur carrière professionnelle, tel le Docteur Mehdi Sasani, neurochirurgien originaire de Tabriz ou Cafer Abbasoğlu, chirurgien originaire d’Azerbaïdjan oriental et membre du conseil d’administration de l’association en 2021. Seyed Mohammed Kazem Massoumi, originaire de la province de Kermanshah, ancien professeur puis directeur de l’école primaire iranienne d’Istanbul (Dabestan-e Irani) puis interprète pour l’attaché culturel du consulat général d’Iran à Istanbul, est un autre membre important de l’association, particulièrement engagé dans les activités pédagogiques. L’association compte donc un grand nombre d’avocats, d’hommes d’affaires et d’industriels et publie chaque année un bilan financier, permettant de rendre compte de ses dépenses mais aussi de l’origine de ses revenus. Selon le bilan établi au 31 décembre 2020, les cotisations des membres ne représentent qu’une part minime des revenus de l’association (66 250 sur 1 376 772,84 livres) comparés aux revenus bancaires (538 020,34) et aux dons (744 284). Les principales dépenses sont les prestations de subsistance (250 475), celles liées au personnel (143 632,63) puis viennent l’aide à la demande (16 850), les dépenses liées à la mosquée (22 454) et à la fondation Seyyid Ahmet (11 000). L’association verse aussi chaque année un don au Mehmetçik Vakfı, fondation créée le 17 mai 1982 pour fournir un soutien social et économique aux parents de soldats turcs décédés, aux anciens combattants et aux blessés.

Aux côtés de cette association historique, d’autres associations plus récentes ont vu le jour. L’association İranlılar Kültür ve Dayanışma Derneği (انجمن فرهنگی حمایت از ایرانیان) a été créée en 2018, fédérant d’abord des artistes iraniens et les cercles artistiques turcs des galeries de Nişantaşı.

En addition des activités culturelles originelles, l’association a développé des activités visant à aider les immigrants iraniens, avec le soutien de la municipalité, du ministère de l’Intérieur et du ministère de l’Éducation turc. L’association compte désormais huit agences couvrant plusieurs domaines et ciblant toute la diversité des besoins des Iraniens d’Istanbul : publicitaire, touristique, immobilier, artistique, commercial… L’association entend donc se limiter strictement aux activités culturelles et sociales, sans revendiquer d’appartenance politique ou religieuse. L’agence immobilière répond ainsi à la demande croissante des immigrants iraniens récents, qui veulent obtenir la résidence puis la nationalité turque par investissement immobilier. L’agence commerciale ICA s’adresse davantage aux Iraniens désireux de créer et d’enregistrer une entreprise en Turquie dans le cadre de la législation de 2003. L’association propose aussi un large choix de cours, gratuits pour ses membres : préparation de la certification de langue turque Tömer, classes d’anglais, d’arts plastiques, de programmation et d’informatique, de commerce international et de finance… Sous l’égide de l’association se sont aussi développés plusieurs clubs, regroupant les membres selon leurs centres d’intérêt sportifs et culturels.

Ce développement d’agences s’observe plus particulièrement depuis le début des années 2000 et s’est effectué en parallèle des évolutions du droit de la nationalité turc. La Turquie est pour les Iraniens un des seuls pays accessible sans visa, et l’acquisition de la nationalité turque, notamment par investissement permet l’accès à plus de 114 pays sans visa préalable. Par ailleurs, la Turquie bénéficie d’une bonne image et d’une proximité indéniable avec l’Iran, point qui revient régulièrement dans les entretiens. Pour les étrangers, l’achat d’une propriété d’une valeur de 250 000 dollars, l’investissement ou la création d’entreprise employant au moins 50 personnes sont des conditions permettant l’accès à la résidence puis à la nationalité turque. Le marché de l’immobilier en Turquie a ainsi atteint un volume de 35 milliards de dollars en 2020 et Istanbul est devenue la première ville pour la vente d’immobilier aux étrangers, avec 58 488 ventes entre 2015 et 2020. C’est dans ce contexte de croissance soutenue qu’ont été créées de nombreuses agences, chacune ciblant un public étranger précis, comme le groupe Mars Global lancé en 2000, présent à la fois à Téhéran (Niavaran) et à Istanbul (Taksim), et spécialisé dans l’immobilier.

À côté de ces flux de migration à but d’installation, Istanbul compte de nombreux Iraniens de passage, en majorité des touristes des classes moyennes et supérieures, dont la part féminine n’est pas négligeable. En addition des facilités d’entrée, la Turquie est très attractive pour les Iraniens. Les artistes de la diaspora y organisent régulièrement des concerts, les séries télévisées retransmises à la télévision iranienne font la promotion de la culture et de la mode turque. Au sein des touristes se trouvent les adeptes du « trabendo » : majoritairement des femmes, très présentes autour d’Istiklal, Osmanbey et dans les grands centres commerciaux, elles se rendent à Istanbul pour acheter des vêtements et cosmétiques turcs, ultérieurement revendus en Iran à leur clientèle ou à leur cercle amical. Ces flux ont aussi un intêrêt pour les marques puisqu’ils leur permettent de se faire connaître sur un marché inacessible sans dépense publicitaire ou de marketing.

  1. Seyahatname-i Evliya çelebi, 1314/1896-97, Istanbul, I, p. 325. []
  2. Hûseyin Ayvansarayı, Hadikat ül-cevami’, Istanbul, 1281/1864-65, I, p. 218. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.