Les Galates, , « seigneurs des forts » ?

Cite this article as: Kevin Parachaud, "Les Galates, , « seigneurs des forts » ?," in Dipnot, 13/04/2022, https://dipnot.hypotheses.org/2555.

Dans son roman Même pas mort, inspiré par l’histoire et la mythologie celtique, J.-P. Jaworski imagine une confrontation entre le dieu Sucellos, qu’il appelle « le seigneur des Forts », et Bellovèse et Ségovèse, les deux chefs bituriges que Tite-Live met à la tête des migrations celtiques du 6e s. a.C. (Tite-Live, Histoire romaine, 5.34). Si le lien entre la Turquie et les Celtes peut sembler lointain, c’est oublier que ces migrations ont été poussées, au 3e s. a.C. jusqu’au cœur de l’Anatolie. L’ancienne Phrygie a en effet accueilli, entre les antiques fleuves de l’Halys (aujourd’hui Kızılırmak) et du Sangarios (aujourd’hui Sakarya), l’installation de peuples celtes nommés « Galates » par leurs voisins hellénophones. Les Galates se sont maintenus sur ce territoire jusqu’à leur intégration à l’Empire d’Auguste en 25 a.C., au sein de la PROVINCIA GALATIA (la province de Galatie) dont Ancyre (l’actuelle Ankara) fut la capitale. La présence des Galates en Anatolie forme le cœur de la thèse que je réalise en histoire et archéologie à l’université de Limoges sous la direction de Stéphanie Guédon et Pierre-Yves Milcent. Mon travail porte tant sur les Galates en tant que peuple – à travers leur identité, leur culture, leur territoire – que sur les relations que cette entité exogène a entretenues avec le milieu hellénistique et oriental au sein duquel elle s’est installée – des relations qu’il convient de ne plus réduire aux seuls faits de guerre (Baray 2017).

Si l’on sait que ces peuples se sont établis en Anatolie, les modalités de leur occupation du territoire restent en revanche particulièrement mal connues. Ont-ils investi les sites urbains préexistants ? Ont-ils créé leurs propres colonies, et si oui sur quel mode d’habitat ? Cette question est une des problématiques que mon séjour de recherche au sein de l’Institut Français d’Études Anatoliennes m’a permis d’approfondir. Pour l’heure, l’hypothèse dominante est celle développée par G. Darbyshire, S. Mitchell et L. Vardar, dans un article qui est toujours aujourd’hui un travail de référence (Darbyshire et al. 2000) : les Galates auraient structuré le maillage de leur territoire par la construction de petites forteresses servant de résidences fortifiées aux membres de l’élite et autour desquelles se seraient établies des occupations rurales. Cette théorie est celle reprise dans la majorité des travaux récents et elle a par ailleurs fait l’objet de deux mémoires et une thèse en archéologie et géographie historique (Ulusoy 2006 ; Yörükan 2009 ; Mannien 2019). Alors, les Galates sont-ils vraiment des « seigneurs des forts » ?

1. Historiographie de la théorie des forts galates

Ce modèle théorique repose sur un état de la recherche construit en deux temps. Il naît du parallèle proposé entre des sites anatoliens et des résidences royales galates citées dans les sources littéraires antiques. Sur la base de ces quelques équivalences, cette idée a ensuite été étendue à l’ensemble de la société et du territoire galate.

1.1 L’identification des premiers sites galates

Dans la seconde moitié du 1er s. a.C, la Galatie connait une transformation politique profonde à la suite des guerres mithridatiques : le pouvoir, auparavant distribué au sein d’une oligarchie et selon un modèle semblable à ce que l’on peut observer ailleurs en Europe « celtique », se concentre désormais entre les mains de quelques individus investis du titre de roi (Strobel 2002, 8-9). L’un d’eux, Deiotaros, est le premier à réussir à étendre son autorité à l’ensemble de la Galatie. D’après les sources littéraires, ces rois ont matérialisé leur pouvoir par la construction de résidences fortifiées ; nous savons par exemple, grâce aux textes de Strabon et de Cicéron (Strabon, Géographie, 12.5.2 ; Cicéron, Pro rege Deiotaro, 6, 7), que Deiotaros possédait deux forteresses (castella / φρούρια) du nom de Bloukion et Peion, respectivement son palais royal (βασίλειον) et son centre du trésor (γαζοφυλάκιον). Or, des archéologues pensent avoir identifié les vestiges de ces deux site.

Mon séjour à l’Institut m’a notamment permis d’accéder à la publication complète du premier de ces sites : la nécropole tumulaire mise au jour à Karalar (fig. 1) par R. Oğuz en 1933 (Oğuz 1934, 110-144) . En effet, dans l’une des sépultures de cette nécropole, l’épitaphe gravée sur une stèle de marbre donne le nom du défunt : Deiotaros II, fils du premier roi de la Galatie unifiée. L’archéologue turc venait alors de mettre au jour le tout premier fait archéologique attribuable aux présences galates en Anatolie centrale. Or, sur une colline à 635 m. au nord-ouest de cette sépulture indéniablement galate, la fouille a également permis de documenter un ensemble de structures archéologiques. La face rocheuse au sud-ouest de l’élévation est parcourue de nombreux gradins taillés dans le substrat, alors qu’une grande terrasse entourée de murs faits de grands blocs quadrangulaires était visible à l’extrémité nord-est (Oğuz 1934, 144-165). Ces structures ont été interprétées comme les vestiges d’un grand complexe d’habitat. Plus encore, au regard de la proximité entre l’établissement de hauteur et la sépulture du prince galate, R. Oğuz a vu dans ce site l’une des deux résidences de Deiotaros nommées par les Anciens.

Par la suite, S. Mitchell a pensé voir dans un autre site, au lieu-dit de Tabanoğlu Kalesi, une seconde forteresse du roi galate (Mitchell, 1974). Cet établissement fortifié est installé sur le sommet abrupt d’un méandre profond et enserré de la rivière Kimir. Sur son côté sud-est, l’éperon est barré par une muraille rectiligne. Antérieurement à un second état typiquement byzantin, la fortification est initialement percée d’une porte flanquée de deux tours polygonales ; l’appareil est fait de blocs quadrangulaires soigneusement équarris et agencés en joint vif. D’après l’auteur ce type de fortification est caractéristique de l’architecture grecque, ce qui pour la région, revient à dater l’édifice de l’époque hellénistique (Mitchell 1974, 66). Cette datation d’après le style architectural établit donc une corrélation chronologique entre ce site et les présences galates en Anatolie centrale. S. Mitchell pousse toutefois plus loin son interprétation, en croisant ses observations de terrain avec les sources textuelles. Cicéron, dans son plaidoyer en faveur du souverain galate, rappelle en effet les stations effectuées par César qui revenait de Zéla dans le Pont : il passa par Bloukion puis par Peion. Comme Tabanoğlu Kalesi se trouve à 45 km à vol d’oiseau à l’ouest de Karalar, S. Mitchell identifie donc logiquement Karalar au premier toponyme et Tabanoğlu Kalesi au second. Cette interprétation est toutefois problématique, car si le site de Karalar bénéficiait de l’apport indéniable de l’épigraphie pour être associé à la famille de Deiotaros, force est de constater que l’identification proposée pour ce second site ne repose que sur une corrélation chronologique très large et que rien ne permet factuellement de le lier spécifiquement à ce personnage.

C’est sur la base de cette identification supposée des forteresses de Bloukion et Peion que S. Mitchell commence à développer l’idée selon laquelle ce phénomène des forteresses galates ne serait pas restreint à la seule période de la royauté galate, dans la seconde moitié du 1er s. a.C., mais serait plus ancien et aurait touché l’ensemble des membres de l’élite. Selon lui, l’aristocratie galate aurait entretenu un rapport de rivalité voire de conflit permanent qui aurait conduit ces différents membres à se préserver de violences interpersonnelles endémiques en construisant de petits sites fortifiés pour leur famille et leur clientèle (Mitchell 1993 [20013], 58). Un modèle théorique qu’il convenait désormais de confronter à de nouvelles données archéologiques.

1.2 Le modèle théorique des forts galates

À partir de 1996, l’archéologue turc L. Vardar a dirigé une série de travaux de prospection archéologique dans la région d’Ankara et ses environs (fig. 1). L’objectif poursuivi par le chercheur était de réussir à identifier archéologiquement les forteresses galates (Vardar, Vardar 1997, 245), en observant et localisant les traces de fortifications encore visibles et en prélevant, lorsque cela était possible, les vestiges céramiques en surface. Les premières campagnes ont permis, jusqu’en 1999, l’identification de quinze sites fortifiés sur ce territoire, même s’il est à noter que le ou les critères permettant de considérer ces forteresses comme galates ne sont pas explicités par l’auteur.

Ces résultats, combinés aux investigations épigraphiques de S. Mitchell (Mitchell et al. 1982) et à des travaux de prospections similaires menés en Paphlagonie (Matthews et al. 1998), ont nourri l’acquisition de données de la publication de Darbyshire et al. où l’on trouve le développement le plus complet de la théorie des « forts galates » (Darbyshire et al. 2000, 88-93). Les trois auteurs y listent 26 sites (tab. 1) partageant, selon eux, un ensemble de caractéristiques communes (Darbyshire et al. 2000, 91) :

  • Ces sites sont tous au moins partiellement fortifiés.
  • Ils sont installés en hauteur, en sommet de colline.
  • Ils sont de superficie relativement ténue.
  • Ils sont, dans l’ensemble, assez ressemblants sur le plan architectural.
  • Les prospections révèlent assez fréquemment de la céramique hellénistique en surface, entre autres périodes (Les datations céramiques présentées dans les tableaux 1 et 2 sont issues de Darbyshire et al., 2000, Vardar, Vardar 1997-2000 et Vardar 2001-2007).
  • Ils surplombent des axes naturels comme des cours d’eau et des plaines fertiles.

Au regard de leur distribution géographique, en Galatie, et de la datation approximative fournie par les prélèvements de céramiques en surface, les auteurs pensent pouvoir attribuer ces sites – du moins à minima un certain nombre d’entre eux – aux présences galates en Anatolie centrale.

Tableau 1 : Les sites fortifiés anatoliens intégrés à l’étude de Darbyshire et al., 2000. La mention (E1) précise qu’il s’agit de l’état 1 du site concerné, (E2) qu’il s’agit de l’état 2 du site concerné.

Sur le plan architectural, les auteurs répartissent ces sites en deux groupes, eux-mêmes divisés en deux sous-groupes (tab. 1). Le premier groupe intègre les appareils de grands blocs assemblés en joint vif, éventuellement scellés les uns aux autres par des agrafes métalliques. Les deux sous-groupes se différencient au regard de la qualité de la taille des blocs. Le premier sous-groupe accueille les appareils faits de blocs soigneusement équarris, similaire aux standards de l’architecture hellénistique, alors que le deuxième sous-groupe distingue les appareils de moins bonne facture. Le deuxième groupe est composé de sites montrant des murailles en pierres sèches faites de blocs grossiers de taille variable. Le sous-groupe 2.1 distingue les enceintes simples des enceintes renforcées, dans le sous-groupe 2.2, par des tours, des enceintes secondaires ou des fossés.

Ces différences typologiques sont interprétées par les auteurs comme la manifestation d’une évolution chronologique du phénomène. Les sites architecturalement les plus soignés, ceux du groupe 1.1, seraient les sites de l’époque de la royauté, dans la deuxième moitié du 1er s. a.C. ; la qualité de ces architectures serait la trace de l’enrichissement et de l’hellénisation des rois galates de la fin de la période. Inversement, les forts moins aboutis architecturalement seraient des formes archaïques du phénomène des forteresses galates, correspondant à l’époque où le pouvoir était dilué au sein d’une élite galate composée de nombreux membres (Darbyshire et al. 2000, 92-93). Le propos développé reste cependant prudent. Les trois archéologues n’affirment pas que tous les sites présentés dans leur papier sont attribuables aux présences galates, notamment car la datation repose principalement sur la céramique observée en surface, une méthode peu fiable d’autant plus que d’autres périodes que l’époque hellénistique sont également représentées.

Il est également à noter que ce propos ne fait pas entièrement l’unanimité au sein de la communauté archéologique. K. Strobel ainsi que les auteurs du Paphlagonia Project pensent que les petits forts en pierres sèches – peu ou prou le groupe 2 de l’étude de Darbyshire et al. – sont des refuges d’époque byzantine, uniquement construits pour des usages temporaires (Strobel 2002, 35-37 ; Matthews et al. 2009, 196). Ces critiques portent toutefois sur l’aspect interprétatif de la question et ne proposent pas de nouvelle analyse des données.

2. Un nouveau regard sur la théorie des forts galates

Mon séjour au sein de l’Institut, grâce à la riche documentation disponible, m’a permis de pousser plus loin la question en enrichissant la liste initiale d’un grand nombre de sites supplémentaires et mieux documentés sur le plan architectural. Au premier rang de ces travaux se trouvent les prospections archéologiques que L. Vardar a poursuivies de 1999 à 2006, avec 39 sites supplémentaires (tab. 2). Fort d’un corpus de données renouvelé, il est désormais possible de proposer une nouvelle analyse typologique de ces sites fortifiés et d’en donner une autre interprétation, du moins autant que l’on puisse le faire au regard de l’absence de relevé et des problèmes de vocabulaire posés par les descriptions (voir infra, discussion).

Figure 1 : Représentations schématiques des critères architecturaux pris en compte d’en l’analyse.

2.1 Analyse

Afin d’essayer de faire émerger de nouveaux résultats, il est possible de proposer un ensemble de critères différents de ceux retenus dans l’étude de Darbyshire et al., où la distinction se faisait principalement sur le soin apporté à l’appareil. Pour cette nouvelle typologie, il a été choisi de distinguer trois critères principaux : les éléments architecturaux (et pas seulement l’appareil), le type d’enceinte et le type de muraille (fig. 2).

L’analyse proposée ici retient cinq éléments architecturaux différents :

  • 1.a : la taille en gradin du substrat rocheux, un élément architectural ancien en Anatolie. Il n’est pas explicite, au regard de la littérature, si les gradins observés sont considérés comme des éléments architecturaux à part entière ou s’il s’agit de soubassements aménagés dans le substrat.
  • 1.b : l’appareil dit « hellénistique » dans la littérature pour le contexte de l’Anatolie centrale. Celui-ci se distingue par l’emploi de blocs quadrangulaires finement équarris et assisés en joints vifs (ou opus quadratum). Ce critère ne retient que le type d’appareil, et pas l’architecture. En effet la documentation disponible ne permet pas d’identifier si l’appareil retient un blocage (architecture type emplecton), ou si la fortification est composée de blocs assisés sur toute sa largeur.
  • 1.c : l’architecture en pierres sèches qui utilise l’agencement de blocs grossièrement équarris sans mortier sur toute la largeur du mur. La taille des blocs varie de gros modules (supérieur ou égal à 1 m de longueur) à moyen (taille variable, entre 40 et 80 cm de longueur).
  • 1.d : architecture type emplecton, où un double parement interne/externe en gros ou moyen modules sert de maintien à un blocage composé de blocs de petits modules ou de pierraille. Les blocs de parement sont grossièrement équarris.
  • 1.e : architecture maçonnée avec parements et blocage reliés par du mortier.

On distingue ensuite trois types différents d’enceintes :

Pour finir, on remarque deux types de murailles :

  • 2.a : l’enceinte simple.
  • 2.b : l’enceinte renforcée d’un fossé en aval.
  • 2.c : la double enceinte. L’enceinte en aval n’est pas nécessairement une enceinte de contour, il peut seulement s’agir de segment de renfort à des points stratégiques de l’élévation.
  • 3.a : la muraille simple.
  • 3.b : la muraille renforcée de tour ou de bastion.
Figure 2 : Carte de répartition des sites fortifiés présents dans l’étude. 1 : Örencik. 2 : Özbekler. 3 : Akkaya. 4 : Pazar. 5 : Aktepe. 6 : Yeşilöz. 7 : Güzelçiftlik 1. 8 : Güzelçiftlik 2. 9 : Bağlum. 10 : Gökçebağ. 11 : Bayram. 12 : Ovabağları. 13 : Kartankale. 14 : Çıtaklarbükü. 15 : Saray. 16 : Dümrek. 17 : Oğuzlar. 18 : Polatlar. 19 : Alacaatlı. 20 : Göllü. 21 : Gerder. 22 : Karacahasan. 23 : Bahşılı. 24 : Büklükale. 25 : Üçem. 26 : Bezirhane. 27 : Boyalık. 28 : llören. 29 : Oğlakçı. 30 : Koçaş. 31 : Adahisar. 32 : Gavurkale. 33 : Çaliş. 34 : Karacaören. 35 : Gölbek. 36 : Belçarsak. 37 : Çeltikçi. 38 : Türktaciri. 39 : Yılanlıin Kale. 40 : Şabanözü. 41 : Şeyhali : 42 : Türktaciri.

Cet ensemble de critères, appliqué aux sites du corpus, permet d’établir la typologie suivante, qu’il convient également de mettre en miroir avec ce que la littérature indique des céramiques observées en surface.

Tableau 2 : Classement typologique des sites fortifiés anatoliens intégrés à l’étude. Les noms en orange sont ceux déjà présents dans l’étude Darbyshire et al., 2000 (tableau 1). La mention (E1) précise qu’il s’agit de l’état 1 du site concerné et E2 l’état 2 du site concerné.

Au regard de la typologie obtenue, il est possible de formuler une série d’observations. Tout d’abord, les types d’enceintes et de murailles (critères 2 et 3) ne permettent pas de faire émerger des différences significatives. Dans le cas des types de murailles, on observe sensiblement un même nombre de cas avec (3.b) et sans (3.a) renforts de tours ou de bastions. Ces deux types sont distribués aléatoirement au sein de tous les groupes et ne permettent pas de faire ressortir des sous-groupes pertinents, au sens où ceux-ci seraient corrélés à d’autres critères ou à des données céramiques particulières. Inversement, pour le critère 2, le type à enceinte simple (2.a) est très largement surreprésenté, les enceintes + fossé (2.b) et les doubles enceintes (2.c) sont marginales et ne se concentrent pas dans un groupe particulier.

La taille du substrat rocheux en gradin n’est pas non plus un critère déterminant. Il ne s’observe seul que sur un unique site, Çalış, dont la nature – fortifié ou non – est déjà difficile à établir (Vardar, Vardar 1999, 164.). Ailleurs, ce type de gradins s’observent aux côtés des murs de fortification composés de blocs sur toute la largeur , ceux des critères 1.a et 1.b. Cela invite à voir ces gradins non pas comme un élément architectural propre, mais comme le soubassement de murs dont toute l’épaisseur est constituée de blocs assisés (Adam 1982, 18 et fig. 12). Cela est très intéressant dans le cas du site de Karalar, où ces gradins sont particulièrement nombreux et visibles (Oğuz 1934 ; Ulusoy 2006 ; Yörükan 2009 ; Mannien 2019) ; un relevé minutieux de leurs tracés offrirait une bien meilleure compréhension des structures en élévation aujourd’hui disparues.

In fine, seuls les types d’architectures 1.b,1.c, 1.d et 1.e permettent de distinguer des groupes de sites cohérents (tab. 2). Les deux groupes aux types architecturaux bien déterminés, celui à l’appareil hellénistique (groupe 1, critère 1.b) et celui à l’architecture maçonnée (groupe 4, critère 1.e), sont comparativement moins représentés. Les groupes 2 et 3, qui regroupent les murs en pierre sèche (critères 1.c et 1.d) sont ceux qui intègrent le plus de sites. Le dernier groupe représente les données non suffisamment documentées pour être exploitables ; dans la majorité des cas, il s’agit de sites qui devraient intégrer le groupe 2 ou le groupe 3.

Vient maintenant la question de la chronologie de ces sites. Pour les groupes 1 et 4, l’architecture est un indice chronologique qui pose, même vaguement, un terminus post quem. Comme expliqué précédemment, l’appareil de blocs quadrangulaires assisés est attribué à l’époque hellénistique par la littérature (Mitchell 1974, 66), donc postérieur au 3e s. a.C. Cet appareil pourrait en soi être plus ancien, notamment en Asie Mineure où les techniques grecques sont anciennement connues. Même si cela n’est pas explicité, l’attribution de cet appareil à l’époque hellénistique repose sur le postulat que l’Anatolie centrale ne s’est ouverte à ces influences qu’après la conquête d’Alexandre. L’architecture maçonnée avec du mortier, elle, est une méthode attribuée à grand trait aux périodes romaine et byzantine, donc postérieure à la fin du 1er s. a.C. (Darbyshire et al. 2000, 92) même si cette attribution mériterait d’être étudiée plus en détail, dans le contexte précis de l’Anatolie centrale. Or, force est de constater que l’on n’observe qu’une très faible corrélation entre ces types architecturaux et les céramiques prélevées en surface. Pour le premier groupe, supposé de période hellénistique, des périodes antérieures sont également attestées à Büklükale et Dümrek, et inversement à Karalar et Tabanoğlu Kalesi où les périodes postérieures sont aussi présentes. Le constat est similaire pour le groupe 4, où si les périodes romaines et post-romaines attendues sont visibles partout, des périodes antérieures sont également observées à Belçarsak et Aktepe. Cet état de fait, qui n’est pas surprenant en soi, rappelle tout le risque qu’il y a à attribuer une datation à un fait architectural sur la base de données matérielles prélevées hors contexte, à fortiori lorsque les lieux concernés ont connu des occupations multiples.

De fait, l’analyse des groupes 2 et 3 est d’autant plus complexe, car ici l’architecture ne fournit aucun indice, même ténu. Notons, dans le groupe 2, que pour 11 sites sur 20 la céramique hellénistique est absente, alors que les périodes postérieures romaine et surtout byzantine sont attestées partout à l’exception de Sirkeli.  Pour le groupe 3, la céramique offre un profil chronologique moins net, notamment du fait de l’absence de données sur 8 des 17 sites. Même si là aussi la céramique est principalement tardive, deux sites, Tahirler et Kartankale, ne montrent pas d’exemplaires postérieurs à l’époque hellénistique. L’absence de corrélation précise entre céramiques en surface et datation, comme le montre l’analyse des groupes 1 et 4, ainsi que la variété des périodes représentées par les vestiges matériels n’autorise pas à attribuer ces sites à une époque particulière.

2.2 Discussion

Si l’on confronte les résultats de l’analyse au modèle théorique des « forts galates », il est possible de proposer une interprétation différente de cette concentration de petits sites fortifiés en Anatolie centrale.

Sur le plan chronologique, seuls les sites du premier groupe peuvent être vus comme des sites d’époque hellénistique, au regard de leur architecture. Pour les autres l’analyse n’autorise pas une attribution claire de ces sites à la période des présences galates en Anatolie centrale. De plus, pour les sites du groupe 1, il est à noter que deux des six sites sont géographiquement extérieurs à la Galatie (fig. 1). Les travaux précédents les ont intégrés à l’analyse au regard d’un fait historique particulier, à savoir l’expansion de l’autorité galate en Isaurie sous le règne de leur dernier roi, Amyntas. Pour autant, dire si l’une de ces forteresses est une résidence du souverain galate ou bien celle de n’importe quel autre dynaste local reste impossible à affirmer (voir Doğanay 2016). Les sites de Karalar et Tabanoğlu Kalesi sont certainement les cas les plus convaincants pour parler de sites galates, comme l’avait déjà dit S. Mitchell en 1974. On pourrait proposer d’ajouter à cette liste les sites de Büklükale et le premier état de Dümrek, mais cela devrait être confirmé par des fouilles.

Voir dans les groupes 2 et 3 des formes architecturales archaïques préfigurant le type hellénistique canonique, comme le proposait la littérature (Darbyshire et al. 2000, 93), implique un postulat évolutionniste et archétypal, où une architecture jugée peu soignée doit par principe précéder l’architecture de grand appareil qui elle-même précède la maçonnerie en mortier. Ce postulat nuit à la nuance et à la possibilité de coexistence, localement, de formes architecturales variées et éventuellement plus simples aux côtés de styles et techniques représentatifs, à grands traits, de grandes périodes historiques. De plus, on remarque que la céramique tardive (romaine et byzantine) est largement majoritaire sur ces sites, toujours présente sur les sites du groupe 2, voire parfois exclusive. Ce n’est pas le cas de la céramique hellénistique, qui est même parfois absente. L’hypothèse qui semble la plus pertinente au regard des données disponibles est donc celle qu’avait avancée R. Matthews et ses collègues au sujet des sites paphlagoniens (Matthews et al. 2009, 196), à savoir qu’il s’agit de petits sites de refuges d’époque byzantine, peut-être érigés en réaction aux incursions arabes.

On pourrait toutefois objecter qu’une telle concentration de sites en Galatie interroge, car ce phénomène semble être propre à ce territoire (fig. 1). Toutefois, cet éventuel particularisme régional est lui aussi questionnable. À la lecture des Türkiye Arkeolojik Yerlesmeleri (Ümit Sevgi Topuz, bibliothécaire de l’IFEA, m’a été d’une grande aide dans l’accès à cette documentation) et surtout des Araştırma Sonuçları Toplantıları, il apparait que plusieurs sites comparables – pour autant que l’on puisse en juger – sont répartis aléatoirement sur le territoire turc (Ceylan et al. 2008 ; Çörtük, Gümüş 2018 ; Türker 2015). Les exemples de comparaison les plus pertinents proviennent là encore des travaux du Paphlagonia Project, dans la province de Çankırı, avec douze sites fortifiés (Matthews et al. 2009, fig. 6.46) similaires à ceux de la Galatie voisine. Ainsi, il semble que les travaux de terrain de L. Vardar, en se concentrant sur l’Anatolie centrale autour d’Ankara, ont donné une image tronquée du phénomène, du fait de la qualité, de la longueur et de l’exhaustivité de ces prospections ; on pourrait croire à une surreprésentation de ces petits sites fortifiés sur le territoire galate alors que ce déséquilibre semble avant tout être un fait de recherche. Les prospections du Paphlagonia Project montrent que le nombre d’exemples de comparaisons augmente proportionnellement avec l’intensité des enquêtes de terrain. Il n’est donc pas possible de reconnaitre ce type de site fortifié comme un phénomène propre au territoire galate.

En outre, il convient de rappeler que cette analyse repose principalement sur la littérature grise disponible, une documentation faite de descriptions avec un vocabulaire propre rendant parfois difficile la compréhension précise de l’architecture observée. Les choix de vocabulaire posent problème, car d’un auteur et d’une langue à l’autre les descriptions ne donnent pas les mêmes indications ni le même niveau de précision. Le terme « pierre sèche » est un bon exemple de ce problème (voir par exemple l’emploi de ce terme dans Darbyshire et al., 2000) ; décrit-il tout type d’architecture sans mortier ? Seulement les architectures en emplecton ? Ou au contraire les murs pleins en blocs de gros volumes ? Il est difficile de le savoir. Une observation directe de ces différents sites avec une documentation précise et une harmonisation des termes employés serait nécessaire pour permettre une analyse plus rigoureuse de ce sujet.

Conclusion

Ce séjour au sein de l’Institut Français d’Études Anatoliennes d’Istanbul m’a offert l’accès à une documentation princeps complète qui m’a permis d’analyser et tester l’hypothèse des Galates « seigneurs des Forts ». À la suite de cette analyse, il semble nécessaire de retirer – au moins temporairement – les petits sites fortifiés d’Anatolie centrale du registre des données liées aux présences galates dans la région. L’analyse des données disponibles révèle que ces sites ne sont pas spécifiques au territoire estimé de la Galatie et qu’ils sont loin d’être aussi similaires que ne l’avance la littérature. Tant au regard de l’architecture que des phases d’occupations révélées par la céramique, il semble préférable de les attribuer à des phénomènes historico-culturels plus récents. In fine, seuls les sites relevant d’une architecture proprement hellénistique peuvent éventuellement être corrélés aux établissements galates ; ceux-ci s’avèrent trop peu nombreux pour soutenir l’idée d’une territorialisation de grande ampleur basée sur une dispersion des élites galates s’établissant dans des forts pour se protéger d’un état de guerre endémique propre à cette société celtique. Ce fait social serait, du reste, lui aussi à discuter. Des fouilles archéologiques plus avancées seraient désormais nécessaires pour préciser la chronologie de ces sites et leur fonction. L’étude des modes d’occupation du territoire par les Galates en Anatolie doit se poursuivre, entre autres, par le croisement des données avec d’autres sources, notamment l’analyse étymologique des toponymes celtiques connus grâce à l’épigraphie et aux sources littéraires.

Bibliographie

Sources primaires

NB : Toutes les sources littéraires citées ici sont issues de la Collection Universitaire de France.

Cicéron, Discours. Tome XVIII : Pour Marcellus – Pour Ligarius – Pour le roi Déjotarus, collection des universités de France Série latine – Collection Budé, n°138, 1952, Texte établi et traduit par : Marcel Lob.

Strabon, Géographie. Tome IX : Livre XII, Collection des universités de France Série grecque – Collection Budé, n°280, 1981, Texte établi et traduit par : François Lasserre

Tite-Live, Histoire romaine. Tome XXVIII : Livre XXXVIII, collection des universités de France Série latine – Collection Budé, n°259, 1982, texte établi et traduit par : Richard Adam.

Articles et ouvrages

Adam, Jean-Pierre, 1982, L’architecture militaire grecque, Grands manuels Picard, Paris, Picard, 263 p.

Baray, Luc, 2017, De Carthage à Jéricho. Mythes et réalités du mercenariat celtique (Ve-Ier siècle a.C.), Scripta antiqua 98, Bordeaux, Ausonius Editions, 470 p.

Ceylan, Alpaslan, Bingöl, Akın, Topaloğlu, Yasin, 2008, « 2007 Yılı Erzincan, Erzurum, Kars ve Iğdır İlleri Yüzey Araştırmaları », Araştırma Sonuçları Toplantıları, 26.2, p. 133-150.

Çörtük, Ufuk, Gümüş, Şahin, 2018, « Muğla Menteşe İlçesi Pisye – Pladasa Koinonu Yüzey Araştırması – 2017 », Araştırma Sonuçları Toplantıları, 36.3, p. 467-492.

Darbyshire, Gareth, Mitchell, Stephen, Vardar, Levent, 2000 « The Galatian Settlement in Asia Minor », Anatolian Studies, 50, p. 75-97.

Doğanay, Osman, 2016, « Zengibar Kalesi (İsaura) 2010-2015 Yılları Yüzey Araştırmaları: İlk Sonuçlar ve Düşünceler », idil, 5.21, p. 389-409.

Mannien, Marijn, 2019, ‘Belonging’ to the Hellenistic world: The ‘Galatian’ Fortifications of Central Anatolia in the Local and Global Hellenistic-Roman Context, mémoire de master préparée à l’université de Leiden, sous la direction de Miguel John Versluys, 116 p.

Matthews, Roger, Metcalfe, Michael, Cottica, Daniela, 2009, « A Landscape of Conflict and Control: Paphlagonia during the Second Millenium BC », in Glatz, Claudia, Matthews, Roger (eds.), At Empires’ Edge: Project Paphlagonia, p. 107-199.

Matthews, Roger, Pollard, Tom, Ramage, Michael, 1998, « Project Paphlagonia: regional survey in northern Anatolia » in Matthews R. (éd.), Ancient Anatolia, London, British institute of archaeology at Ankara, p. 195-206.

Mitchell, Stephen, 1993 [20013], Anatolia: land, men, and gods in Asia Minor. Volume I, The Celts in Anatolia and the impact of Roman rule, Oxford, Clarendon press, 266 p.

Mitchell, Stephen, 1974, « Blucium and Peium: The Galatian Forts of King Deiotarus », Anatolian Studies, 24, p. 61-75.

Mitchell, Stephen, French, David, Greenhalgh Jean, 1982, Regional Epigraphic Catalogues of Asia Minor 2. The Inscriptions of North Galatia, British Institute of Archaeology at Ankara monograph n°4, Oxford, B.A.R, 461 p.

Oğuz, Remzi, 1934, « Karalar Hafriyati », Türk Tarih, Arkeologya ve Etnografya Dergisi, 2, p. 102-167.

Strobel, Karl, 2002, « State Formation by the Galatians of Asia Minor. Politico-Historical and Cultural Processes in Hellenistic Central Anatolia », Anatolica, 28, p. 1-46.

Türker, Ayşe, 2015, « An Archaeologiccal Survey of the Early Christian-Byzantine Period on the Valleys that Reached the Hellespont: 2014 Research », Araştırma Sonuçları Toplantıları, 33.1, p. 301-324.

Ulusoy, Derya, 2006, Archaeology of the Galatians at Ancyra from the Hellenistic Period through the Roman Era, mémoire de master préparée à la Middle East Technical University, sous la direction de Burcu Erciyas, 118 p.

Vardar, Levent Egemen, Vardar Akyürek, Nalan, 1997, « Galatia bölgesi kaleleri/yerleşmeleri yüzey araştırması : Ankara ili 1996, Araştırma Sonuçları Toplantıları, 15.1, p. 245-279.

Vardar, Levent Egemen, Vardar Akyürek, Nalan, 1998, « Galatia bölgesi kaleleri/yerleşmeleri yüzey araştırması : Ankara ili, 1997, Araştırma Sonuçları Toplantıları, 16.1, p. 287-295.

Vardar, Levent Egemen, Vardar Akyürek, Nalan, 1999, « Galatia bölgesi kaleleri/yerleşmeleri yüzey araştırması : Ankara ili, 1998, Araştırma Sonuçları Toplantıları, 17.1, p. 163-168.

Vardar, Levent Egemen, Vardar Akyürek, Nalan, 2000, « Galatia bölgesi kaleleri/yerleşmeleri yüzey araştırması : Ankara ve Kırıkkale illeri, 1999, Araştırma Sonuçları Toplantıları, 18.2, p. 237-256.

Vardar, Levent Egemen, 2001, « Galatia bölgesi kaleleri/yerleşmeleri yüzey araştırması : Ankara ve Bolu illeri, 2000, Araştırma Sonuçları Toplantıları, 19.1, p. 297-308.

Vardar, Levent Egemen, 2002, « Galatia bölgesi kaleleri/yerleşmeleri yüzey araştırması : 2001, Araştırma Sonuçları Toplantıları, 20.2, p. 203-232.

Vardar, Levent Egemen, 2003, « Galatia bölgesi kaleleri/yerleşmeleri yüzey araştırması : Ankara ve Eskişehir illeri, 2002, Araştırma Sonuçları Toplantıları, 21.2, p. 117-132.

Vardar, Levent Egemen, 2005, « Galatia bölgesi kaleleri/yerleşmeleri yüzey araştırması : Ankara ve Kırıkkale illeri, 2004, Araştırma Sonuçları Toplantıları, 23.1, p. 267-282.

Vardar, Levent Egemen, 2006, « Galatia bölgesi kaleleri/yerleşmeleri yüzey araştırması : Ankara ili, 2005, Araştırma Sonuçları Toplantıları, 24.2, p. 79-100.

Vardar, Levent Egemen, 2007, « Galatia bölgesi kaleleri/yerleşmeleri yüzey araştırması : Ankara ve Eskişehir illeri, 2006, Araştırma Sonuçları Toplantıları, 25.3, p. 453-468.

Yörükan, Güneş, 2009, A Study on Celtic/Galatian impacts on the Settlement Pattern in Anatolia before the Roman Era¸ thèse de doctorat préparée à la Middle East Technical University, sous la direction de Sevgi Aktüre, 257 p.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.