In memoriam Işık Aydemir (1944-2022)

 

Işık Aydemir, le 15 mai 2017 à la “European Heritage Awards Ceremony” d’Europa Nostra à Turku

C’est avec beaucoup de peine que les amis de l’architecture et du patrimoine ont appris le décès d’Işık Aydemir, longtemps professeur à l’Université Technique de Yıldız, en décembre 2022.

Işık Aydemir est né le 18 mars 1944 à Istanbul dans une famille de la bourgeoisie éclairée turque, installée à Kadıköy sur la rive asiatique du Bosphore. Son père Hikmet Aydemir était médecin et avait fondé plusieurs hôpitaux en Anatolie et trois à Istanbul tandis que sa mère avait été une des premières femmes diplômées de l’Université d’Istanbul (faculté de droit). Işık a effectué ses études secondaires au Lycée Saint-Joseph de Kadıköy où il a acquis sa parfaite maîtrise de la langue française. Bachelier en 1961, il a ensuite étudié l’architecture à l’Académie des Beaux-Arts d’Istanbul – Fondée en 1882 à la fin de l’époque ottomane sur le modèle des Beaux-Arts de Paris, et devenue par la suite l’Université Mimar Sinan en 1982 puis l’Université des Beaux-Arts Mimar Sinan en 2003 – point de départ d’une riche carrière de praticien et d’enseignant de l’architecture.

Ses réalisations d’architecte se sont poursuivies de façon échelonnée tout au long de sa carrière académique. Il a ainsi participé à de nombreux concours pour des commandes publiques : préfectures de Hatay et de Kocaeli, hôpital oncologique de Cevizlik à Istanbul, faculté de médecine de l’université de la mer Noire à Trabzon, installations de la Garde de la Présidence de la République etc… remportant entre autres trois premiers prix et deux deuxièmes prix. Il a également participé à de nombreux jurys de concours nationaux et internationaux. Il a par ailleurs produit de nombreux avant-projets architecturaux et urbains, pour la plupart ensuite mis en œuvre, et qui ont pris une importante dimension environnementale à partir de 1983, par exemple sur le campus de l’université Atatürk à Erzurum, le site dit de Pierre Loti à Eyüp ou l’arrondissement de Kadıköy dans sa globalité.

Parallèlement la carrière académique d’Işık Aydemir s’est pour l’essentiel déroulée au sein de l’Université Technique de Yıldız à Istanbul (YTÜ). Il y a enseigné à partir de 1970 dans le Département d’Architecture de la Faculté d’Architecture, passant Maître de conférences (doçent) en 1979, puis Professeur en 1988. Il a exercé la fonction de Doyen de la Faculté d’Architecture de 1993 à 1998, puis a dirigé le Centre de Recherches internationales d’Etudes urbaines de 2000 à 2005 et un projet de recherche sur la muraille d’Istanbul en 2005. Il a animé de nombreuses collaborations avec des établissements français qui l’ont accueilli comme professeur invité pour des jurys de diplôme, la participation à des studios internationaux ou le montage de projets de coopération bilatérale, ainsi avec l’Ecole Spéciale d’Architecture à Paris de 2001 à 2005 et plus ponctuellement avec les Ecoles d’Architecture de Marseille-Luminy, de Versailles, de Lyon, de Strasbourg, de Pairs La Villette et de Grenoble.

Qu’on me permette d’ajouter une note plus personnelle en évoquant la collaboration fructueuse et chaleureuse entretenue dans le cadre de l’organisation d’ateliers franco-turcs d’architecture et d’urbanisme associant d’un côté la Faculté d’Architecture de YTÜ avec Işık Aydemir et ses collègues Zekiye Yenen, historienne du patrimoine, et Yüksel Dinçer, urbaniste, et de l’autre l’Ecole d’Architecture de Nancy avec Monique de Gandillac, anthropologue, et Bernard Pierrel, architecte, et l’Institut d’Aménagement du Territoire et d’Environnement de l’Université de Reims (IATEUR) avec Ulysse Diaz, architecte-urbaniste prématurément disparu, et moi-même qui dirigeais cet institut. Sept ateliers ont ainsi été consacrés à divers quartiers historiques d’Istanbul, Rumeli Hisar (1993), Hisarüstü (1994), Cankurtaran (1998), Galata (2001), Süleymaniye (2003), Kumkapı (2004) et Kusguncuk (2005) et deux autres nous ont emmenés plus loin en Anatolie, Sulusaray dans le département de Tokat en 1992 et Kayaköy à côté de Fethiye, site de la ville grecque désertée à l’issue du traité de Lausanne, en 2002. A chaque fois Işık avait joué un grand rôle dans le choix du site et la préparation du séjour, y compris en nous assurant plusieurs fois le logement dans les pavillons tardi-ottomans du campus central de YTÜ, la grande salle à l’étage du Beyaz Köşk aménagée en dortoir pour les étudiants et le petit Pembe Köşk pour les enseignants. Il avait également mobilisé l’IFEA, en la personne de Jean-François Pérouse qui pilotait notre groupe dans une « grande traversée » de la métropole stambouliote permettant à nos étudiants de bien situer leur secteur d’étude dans l’ensemble de l’agglomération. Puis il nous faisait profiter de sa connaissance intime du patrimoine urbain et architectural de sa ville d’Istanbul, il prenait plaisir à discuter avec nos étudiants de leurs premières ébauches de propositions et ne manquait pas de nous aider à mettre sur pied une soirée amicale et festive concluant chaque atelier. Nous avons également eu la joie de l’accueillir en septembre1999 avec un petit groupe d’étudiants et de collègues de YTÜ à Reims pour un colloque « Ville et patrimoine » puis à Nancy à l’Ecole d’Architecture, avec entre les deux un mini-atelier dans le centre historique de Troyes.

Une fois retraité de YTÜ, Işık Aydemir est resté fort actif, d’une part en reprenant un enseignement de l’architecture à l’Université du Commerce d’Istanbul à partir de 2008 et d’autre part en participant aux activités de plusieurs instances et associations : l’Association Culturelle Turquie-France d’Istanbul en tant que Président, les Assises Méditerranéennes de l’Architecture à Marseille et la section de l’ICOMOS pour la Turquie. Ses liens avec la France et la culture française lui ont valu deux distinctions honorifiques : membre étranger de l’Académie d’Architecture en 2004 et chevalier dans l’ordre des Palmes Académiques en 2010. Il a également manifesté un engagement plus large vers l’Europe au cours des dernières années, d’abord par sa participation à un atelier pluriannuel de reconstruction dans la ville de Mostar en Bosnie entre 1994 et 2001, puis comme professeur invité pour des conférences ou des ateliers dans les universités de Siegen (Allemagne) en 2008 et 2009, de Florence en 2010 et de Salzbourg de 2010 à 2014. Il a de même été accueilli à l’Association Européenne pour l’Enseignement de l’Architecture à Louvain la Neuve et surtout à Europa Nostra, fédération européenne du patrimoine culturel dont le siège est à La Haye. Après avoir publié de nombreux articles dans son Bulletin scientifique, il a été élu Président de son Conseil scientifique en 2013 et a participé jusqu’au bout à ses réunions annuelles.

Işık Aydemir a ainsi joué un rôle essentiel non seulement dans la formation des architectes mais dans le développement des études sur le patrimoine culturel architectural et urbain et sa sauvegarde en Turquie comme à l’échelle européenne. Sa grande érudition n’a jamais entamé sa simplicité, son sens de l’humour et sa chaleur dans les relations humaines qui nous manqueront.



Citer ce billet
Marcel Bazin (2023, 2 mars). In memoriam Işık Aydemir (1944-2022). Dipnot. Consulté le 22 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/nnnx