ArchXant – Recherche archéologique et épigraphique à l’ère des humanités numériques

ArchXant (2017-2021) est un programme franco-québécois financé par l’ANR1 et le FRQSC2. Les porteurs du programme sont Laurence Cavalier (Ausonius, Université Bordeaux Montaigne) et Patrick Baker (Université Laval, Québec). La collaboration franco-québécoise, qui fait la force de ce programme, est le continuum naturel d’une association scientifique féconde initiée en 2000 dans le cadre de la mission archéologique de Xanthos-Létôon (Site Unesco, Turquie)3. Son objectif premier est la sauvegarde des archives de la mission archéologique française de Xanthos-Létôon, aujourd’hui éteinte mais dont les activités de recherche et de publication sont appelées à se poursuivre de nombreuses années, et le regroupement de celles-ci dans un espace de travail virtuel ouvert à tous et pérenne.

ArchXant entend répondre aux défis que représentent la collecte, l’indexation, la conservation, la valorisation et la dissémination de ces archives. Le projet se trouve ainsi au cœur de problématiques nouvelles de conservation qu’affronte aujourd’hui le monde des archéologues et des épigraphistes : Comment préserver des archives archéologiques fragiles ? Comment transmettre ces données aux futurs chercheurs ? Comment garantir la valeur scientifique de savoirs promis à une large diffusion ? Quelles méthodes interactives imaginer pour partager ces savoirs avec le plus grand nombre ? Comment conserver les données-sources numérisées ou Big Data ?

Le programme ArchXant comprend quatre volets :
– la numérisation des archives de fouilles de Xanthos et du Létôon (de 1950 à 2010) conservées à Ausonius, Université Bordeaux Montaigne ;
– la numérisation 3D de la collection d’estampages de la Mission épigraphique canadienne de Xanthos-Létôon (Université Laval – UQÀM);
– la création d’un modèle virtuel du Monument des Néréides ;
– la création du site internet dédié au programme (plateforme d’archivage numérique), espace de travail virtuel ouvert à tous et pérenne.

Archives de fouilles4

nous n’avons plus accès. Elles permettent de documenter l’absence. La numérisation des archives de fouille (Cayre-Prévôt 2019) avait deux objectifs premiers : la sauvegarde (conservation numérique d’archives précieuses et fragiles et regroupement d’archives éparpillées géographiquement) et l’exploitation (partage des données avec mise en open access). La valorisation des ces archives entrait également en ligne de compte. Sous le terme général d’archives, on comprendra les archives graphiques et photographiques. Les archives concernées sont celles qui sont actuellement conservées à Ausonius (Université Bordeaux Montaigne). À la fin du programme, en 2021, 9621 archives avaient été traitées : 89 carnets (carnets de fouille, carnets d’inventaire, carnets de relevés, etc.), 8383 photographies (photographies papier, diapositives et négatifs, photographies numériques) et 1149 relevés.
Chaque archive a été numérisée, retravaillée si nécessaire (recadrée, réorientée etc.) en vue de sa mise en ligne, et renommée selon une nomenclature établie dès le début du programme5. Les fichiers numériques ont été stockés et organisés dans un espace sécurisé professionnel proposé par la TGIR Huma-Num. Chaque fichier numérisé a été enregistré dans une base de données, inspirée du format Dublin Core, comprenant un ensemble de métadonnées précises et organisées. Cette phase a été particulièrement longue et importante puisqu’il s’agissait d’un travail d’identification aussi bien de ce qui est présenté sur le fichier – une bonne connaissance des sites de Xanthos et du Létôon ainsi que de leurs monuments s’est avérée primordiale – que de son auteur – une identification en grande partie facilitée par le travail scrupuleux d’inventaire de nos prédécesseurs, comme de P. Demargne par exemple -. L’identification s’est également appuyée sur les publications de la collection des Fouilles de Xanthos. Grâce à ce travail minutieux, les divers fichiers concernant un même monument ont pu être mis en relation (mot-clé).

Épigraphie6

Le second volet du programme comprenait la numérisation 3D de la collection d’estampages de la Mission épigraphique canadienne de Xanthos-Létôon réalisés entre 2000 et 2010 par P. Baker (Université Laval) et G. Thériault (UQÀM) et, au-delà, des estampages du XIXe siècle (Baker et al. 2018). Cette numérisation 3D7 avait pour objectif de créer un archivage virtuel et pérenne de ces objets fragiles, de permettre une relecture non intrusive et de faciliter leur diffusion. Le fond d’images numériques 2D et 3D sera accessible via la base de données PETRAE liée à la plateforme d’archivage d’ArchXant.

Modélisation du Monument des Néréides8

Dans le cadre du programme ArchXant, il y avait une volonté de proposer un modèle virtuel d’un ou plusieurs monuments de Xanthos, associé à des outils pédagogiques accessibles à tous. Parmi les monuments de Xanthos, le Monument des Néréides est immédiatement apparu comme le meilleur cas d’étude, du fait du grand nombre de blocs conservés (à Xanthos et au British Museum) et de la richesse de sa documentation : deux monographies, entre autres publications, et un grand nombre d’archives conservées à Ausonius (carnets de fouilles, relevés, photographies, etc.).  
Deux opérations ont été menées conjointement sous la supervision de J.-F. Bernard (Architecte – CNRS – IRAA Pau) (Baillet-Bernard 2018) : d’une part la modélisation 3D du monument des Néréides et, d’autre part, l’acquisition 3D des blocs sculptés du monument conservés au British Museum9.
La modélisation 3D du Monument des Néréides a été faite à Ausonius par V. Baillet (Baillet 2020). Dans un premier temps, les blocs architecturés conservés et publiés dans la monographie dédiée à l’architecture du monument (Demargne-Coupel 1969) ont été rigoureusement modélisés en tenant compte des dimensions exactes, de la mouluration, des scellements et des anathyroses et, dans un second temps, les blocs manquant ont été reconstitués. Cette modélisation a permis de développer un double numérique de chaque bloc avec une précision millimétrique. Au final,1256 blocs ont été modélisés.
La phase d’acquisition 3D des blocs sculptés du monument présenté au British Museum a eu lieu 2018 en collaboration avec la société Iconem et le British Museum. Cette phase d’acquisition 3D, par photogrammétrie par corrélation dense, a permis d’obtenir un double   numérique de tous les blocs sculptés exposés mais également présents dans les réserves du musée. Cette opération a ainsi permis l’acquisition de 62 blocs qui ont été, par la suite, repositionnés dans l’anastylose 3D du monument.
Grâce à ces deux opérations, et en se fondant sur les deux monographies dédiées au monument (Demargne-Coupel 1969) (Demargne-Childs 1989), une anastylose numérique du Monument des Néréides a été créée10. Cette dernière a constitué la base d’une relecture du monument par les membres du consortium spécialistes d’architecture, J.-F. Bernard, L. Cavalier, J. des Courtils et D. Laroche (Laroche 2019) et a permis une meilleure compréhension de certains aspects de la construction.
Grâce à la création d’une interface Web de visualisation (Iconem), le public peut désormais consulter le modèle virtuel du Monument des Néréides assisté d’outils pédagogiques interactifs (accès au modèle 3D et aux archives relatives pour les blocs concernés).

Plateforme d’archivage d’ArchXant11

L’exploitation et la dissémination des archives était le but ultime du programme ArchXant. Cela a mené à la création d’une plateforme internet dédiée tant à l’archivage numérique de la documentation de fouille qu’à sa diffusion, depuis le cercle restreint des spécialistes jusqu’au grand public (Cayre-Prévôt 2019). La mise en open access de toute documentation (archives archéologiques et épigraphiques et modèle 3D), a nécessité en amont une réflexion, notamment sur le droit à l’image et la propriété intellectuelle, questions parfois difficiles à résoudre.
Pour la plateforme d’archivage numérique, la solution technique retenue est celle d’Omeka, flexible et open source, qui offre toutes les fonctionnalités d’un gestionnaire de documents en ligne. Omeka a été installé, configuré et paramétré sur les serveurs d’hébergement web de la TGIR Huma-Num et est accessible à l’adresse http://archxant.huma-num.fr
Les utilisateurs peuvent y consulter la documentation des fouilles de la Mission Xanthos-Létôon via une interface web multilingue qui leur permet de parcourir l’ensemble des archives et de visualiser des documents volumineux ou en haute résolution dans une visionneuse. Un moteur de recherche simple et avancée complète les possibilités de navigation, avec un service de requêtage aux fonctionnalités élaborées. Le site présente également des plans interactifs de Xanthos et du Létôon donnant accès à des pages dédiées aux monuments de chaque site ainsi qu’une riche bibliographie. Les estampages de la mission épigraphique canadienne de Xanthos-Létôon seront accessibles via la base de données PETRAE liée à la plateforme d’ArchXant. Un onglet particulier est dédié au Monument des Néréides. Il donne accès à l’interface de visualisation du modèle virtuel ainsi qu’un lien vers la page de présentation du monument.

Conclusion

Le programme ArchXant a été l’occasion d’enrichir la réflexion portant sur le bon usage des données, notamment les données numériques 3D, dans le cadre de recherches scientifiques, de gestion de la documentation archéologique et de dissémination des connaissances.
Le programme ArchXant a par ailleurs initié un travail qui est destiné à se poursuivre. L’hébergement du programme par la TGIR HumaNum garantit la pérennité de l’opération, tant sur le plan de la conservation des données que sur celui de leur diffusion. En effet, la plateforme d’archivage numérique dédiée au programme se veut évolutive et pourra être alimentée au fil de l’eau. Il reste encore bien des archives de fouilles à traiter (conservées notamment à Paris et en Turquie) et d’autres monuments de Xanthos pourraient, au même titre que le Monument des Néréides, faire l’objet d’une modélisation 3D.

Bibliographie

BAILLET Vincent et BERNARD J.-F., “Le monument des Néréides : Programme ArchXant”, Poster, Colloque sur L’Asie Mineure au IIIe s. a.C., Ausonius, Université Michel Montaigne, Pessac, 11-13 octobre 2018.

BAILLET Vincent, “L’Anastylose numérique du Monument des Néréides”, Autour du Monument des Néréides, Journée d’étude internationale, 27 mars 2019, Pessac, 2020, https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-02443487v2.

BAKER Patrick, ST-ONGE Jonathan et THÉRIAULT Gaétan, “Programme ArchXant – Archivage 3D des inscriptions grecques et latines de Xanthos et du Létôon”, Poster, Colloque sur L’Asie Mineure au IIIe s. a.C., Ausonius, Université Michel Montaigne, Pessac, 11-13 octobre 2018.

CAYRE Emilie et PRÉVÔT Nathalie, “Programme ArchXant – Archives de la mission archéologique Xanthos-Létôon” Poster, Colloque sur L’Asie Mineure au IIIe s. a.C., Ausonius, Université Michel Montaigne, Pessac, 11-13 octobre 2018.

DEMARGNE Pierre – CHILDS William A. P., Fouilles de Xanthos VIII – Le Monument des Néréides – La sculpture, Paris, Klincksieck, 1989.

DEMARGNE Pierre – COUPEL Pierre, Fouilles de Xanthos III – Le Monument des Néréides – L’architecture, Paris, Klincksieck, 1969.

LAROCHE Didier, “Nouvelle restitution du Monument des Néréides – Le problème de la hauteur de la colonne”, 2019 – Page dédiée sur le site d’ArchXant : http://archxant.huma-num.fr/exhibits/show/monument-des-nereides/restitution-des-nereides

 



Citer ce billet
Emilie Cayre (2023, 17 avril). ArchXant – Recherche archéologique et épigraphique à l’ère des humanités numériques. Dipnot. Consulté le 12 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/nnny

  1. Agence nationale de la recherche. []
  2. Fonds de recherche du Québec – Société et culture. []
  3. Programme ArchXant – Référent France : L. Cavalier (Université Bordeaux Montaigne) – Référent Québec : P. Baker (Université Laval). Équipe française : J.-F. Bernard (IRAA) , L. Cavalier (Ausonius), J. des Courtils (Ausonius), D. Laroche (ENSASS), F. Prost (Paris I) , D. Rousset (EPHE) – Post-doc : E. Cayre (Ausonius) – IE : V. Baillet (Ausonius) – IE : N. Prévot (AusoHNum, Ausonius) – Stagiaires : C. M’Bonyo-Kiefer (Doctorante), A. Ognier (Doctorante), Djerad S. (Doctorant), C. Sensacq (Master I), C. Smith-Mena (Master I), A. Zanni (Master II). Équipe québécoise : P. Baker (Laval), G. Thériault (UQÀM). []
  4. E. Cayre (Post-doctorante ArchXant, Ausonius). Les opérations de numérisation ont été menées avec l’appui d’étudiants dans le cadre de stages (notamment des stages de Master dédiés) : S. Djerad, A. Ognier, C. M’Bonyo-Kiefer, C. Sensacq, C. Smith-Mena et A. Zanni. []
  5. Par C. Lamoureux – Chargée d’archives scientifiques – AusoHNum, Ausonius. []
  6. P. Baker (Université Laval), G. Thériault (UQÀM) et J. St-Onge (Université Laval). []
  7. La numérisation s’est faite à l’Université Laval (Québec) grâce au prêt, à titre gracieux, de l’équipement adéquat du Laboratoire de vision et système numériques de l’université. []
  8. J.-F. Bernard (Architecte – CNRS – IRAA Pau), V. Baillet (Ingénieur d’étude ArchXant, Ausonius), D. Laroche (ENSASS), Iconem. []
  9. Nous remercions vivement P. Higgs, le conservateur du département gréco-romain du British Museum, ainsi que ses équipes, pour cette collaboration et pour l’accueil qui a été fait à notre équipe ainsi qu’aux collaborateurs d’Iconem.  []
  10. La modélisation 3D a été réalisée par V. Baillet (Ausonius). Les  textures  et  la mise  en  valeur  du  modèle ont été produits par la société Iconem. []
  11. N. Prévot (Ingénieure en Humanités Numériques, AusoHNum, Ausonius), E. Cayre (Post-doctorante ArchXant, Ausonius). et V. Baillet (Ingénieur d’étude ArchXant, Ausonius). []