In memoriam Thomas Drew-Bear (24/09/1943-01/07/2022)

Référence İscehisar: Mermerin Tarih Yazdığı Şehir (Dokimeion), 2015. İscehisar Belediyesi

Thomas Drew-Bear est né le 24 septembre 1943. Son père était de nationalité anglaise ; sa mère, de nationalité allemande mais d’ascendance juive, s’était réfugiée aux USA pour se protéger des persécutions raciales.

Il accomplit ses études classiques dans les universités américaines de la côte atlantique. Il parcourt le cursus universitaire à Harvard, jusqu’au Ph. D. en 1972, en étant admis, au passage, comme membre de l’American School of Classical Studies d’Athènes en 1964-1965. Après avoir été accueilli dans divers grands instituts de recherche aux USA (Center of Hellenic Studies de Washington en 1972-1973, puis Dumbarton Oaks Center for Byzantine Studies en 1973-1974), il se déplace en Europe. Il séjourne dès lors dans diverses universités européennes. En premier : en Allemagne (Hambourg, à l’Alexander von Humbolt Stiftung, puis à Cologne) ; ensuite : en France, à Lyon (Université de Lyon II), d’où il peut se rendre aisément à Paris afin de participer à divers séminaires parisiens (Louis Robert et Hans-Georg Pflaum d’abord, mais aussi Georges Le Rider) et fréquenter l’Ecole des langues orientales. C’est alors qu’il est admis au CNRS, où il parcourt une carrière jusqu’au rang de Directeur de recherche. Il est habilité à diriger des recherches par un jury de l’Université de Paris 1 (Panthéon-Sorbonne), réuni à l’initiative du grand papyrologue Joseph Mélèze-Modrzejewski, et dans lequel siégent en particulier le grand épigraphiste Geza Alföldy ainsi que Georges Le Rider.

Dès qu’il s’établit en France, l’essentiel de son œuvre est consacré aux inscriptions d’Asie mineure. Il est orienté vers la Phrygie par Louis Robert, et c’est plus particulièrement à cette partie de l’Anatolie qu’il réserve ses longues missions et le temps de la réflexion qui, chaque année, leur faisait suite. Quasiment jusqu’à la dernière année de son existence il s’efforçe de maintenir le lien avec un pays qu’il a appris à connaître, et où se trouvent des amis qu’il s’efforçe d’attirer vers les universités françaises ou vers les activités de l’IFEA d’Istanbul. Il se constitue progressivement un dense réseau d’informateurs et d’auxiliaires de terrain, archéologues, directeurs de musées (notamment ceux d’Afyon et de Yalvaç, puis de Smyrne et tant d’autres), responsables locaux. Maîtrisant parfaitement la langue turque, il entretient avec eux des contacts qui lui permettent d’organiser ses déplacements : un déplacement d’hiver, et un déplacement d’été, ce dernier plus particulièrement orienté vers le terrain, qu’il parcourt jusqu’aux lieux les plus inaccessibles grâce à une land-rover qui, autant que lui, a bien mérité de la science épigraphique.

Sur le terrain, dans les dépôts et dans les musées, où se succédent et s’entrecroisent plusieurs épigraphies (la phrygienne, la grecque et la romaine) qui conduisent de l’époque hellénistique jusqu’au cœur de l’époque byzantine, il ne recule devant aucune difficulté, ne cessant de lire, de copier, de mesurer, de photographier, d’estamper si nécessaire, tous les documents écrits qu’on lui signale. Mais aussi d’expliquer le plus simplement possible quel en était leur contenu à ceux qui l’accompagnent. C’est un souci constant, quasiment de méthode, pourrait-on dire : donner à connaître, à tout moment, dans les contextes les plus divers.

Revenu en France, il fait l’inventaire des trésors accumulés, en vue de la publication, sachant s’ouvrir à toutes les collaborations qui lui paraissent utiles pour mieux comprendre les documents qu’il exploite, et n’omettant jamais de recourir à ses correspondants turcs pour préciser les circonstances de trouvaille ou les contextes explicatifs qui permettent de mieux comprendre l’apport des documents découverts ou redécouverts. Sa bibliographie témoigne d’un souci constant d’associer d’autres collègues, philologues, hellénistes, historiens, à son parcours scientifique, en s’intéressant à tous les documents écrits qu’il peut repérer, tant le décret, ample par le style et riche d’un vocabulaire recherché, que la marque administrative, simplifiée et énigmatique, qu’un contrôleur avait apposée sur le lieu d’extraction des blocs de marbre de grande réputation, à Dokimeion. Expliquer les textes est la finalité du métier d’épigraphiste, ce qui éloigne souvent le moment plus spéculatif de l’interprétation historique. Mais, ce faisant, Thomas rencontre, avec ceux à qui il s’est ouvert de ses découvertes, autant des textes nouveaux que des textes déjà connus, dont il est nécessaire de réexaminer toujours l’édition et l’interprétation.

 

L’IFEA d’Istanbul a déjà rappelé la publication du Catalogue des stèles votives phrygiennes du Musée des Civilisations Anatoliennes, à Ankara, et celle du Catalogue des inscriptions du Musée de la Brigade de l’Armée de l’Air, à Kütahya. Mais ce ne sont que les dernières pièces d’une longue série de publications majeures, depuis les Nouvelles inscriptions de Phrygie, Zutphen, 1978, ou bien les inscriptions d’Un castellum romain près d’Apamée de Phrygie, dans les Denkschriften de l’Académie de Vienne, en 1987. Sans renoncer à la langue anglaise qui était sa langue maternelle, il tient beaucoup à la langue française comme langue véhiculaire de ses travaux, ce dont témoigne une bibliographie où domine la revue de l’IFEA, sous les diverses formes qu’on lui données, qu’il s’agisse de Travaux et recherches en Turquie, ou d’Anatolia Antiqua. Une très grande place est tenue aussi par les grandes revues de langue française, de l’antiquité classique jusqu’au temps des études byzantines. Mais, maîtrisant la langue turque, il tient, en plus des innombrables rapports qu’il rédige pour rendre compte de ses autorisations de recherche, à partager son parcours scientifique partout où il intervient, comme on peut le voir durant les longues années pendant lesquelles, avec la plus grande énergie, il fait tout son possible pour préserver les blocs provenant des carrières de marbre de Dokimeion et susciter de la part des autorités locales et régionales des décisions favorables à l’installation d’un parcours archéologique, rempli de blocs aux stades les plus divers de leur utilisation après extraction.

Thomas Drew-Bear s’est formé en France à l’école du maître que fut Louis Robert pour plusieurs générations d’hellénistes. Il a marqué toujours la plus grande admiration pour la science de ce très grand épigraphiste, se référant sans cesse à une œuvre qui lui a paru tout autant insurpassable par ses résultats, qu’extrêmement stimulante par la puissance de suggestion qui s’en dégageait. À Paris il a ajouté la fréquentation des séminaires de Hans-Georg Pflaum, en épigraphie latine, à l’École pratique des Hautes Études, car il n’a pu méconnaître tous les aspects de l’Asie mineure impériale. À l’arrière-plan de sa formation, il y a souvent une autre référence, le rappel de l’œuvre du grand Adolf Wilhelm (1864-1950) : ce furent ces grands maîtres qui constituent son horizon de réflexion et qui donnent fermeté à une démarche scientifique marquée par une extrême exigence, qui souvent le retient d’aller trop vite même quand il était parvenu au but. Il s’est senti redevable, envers eux, de dettes de savoir ou bien d’inspiration. Il était tout autant obligé à l’égard du pays qui l’a accueilli dans une prestigieuse institution scientifique, et il a obtenu la nationalité française.



Citer ce billet
michelchristol (2024, 16 février). In memoriam Thomas Drew-Bear (24/09/1943-01/07/2022). Dipnot. Consulté le 19 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vumv

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.